Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012)

 | 
Pierre Vermeren

Annexes

Classement par génération des spécialistes de l’Afrique du Nord, établi par ordre chronologique de naissance

Texte intégral

Spécialistes de l’Afrique du Nord et du Maghreb en sciences humaines et juridiques (par décennie)

Spécialistes de l’Afrique du Nord et du Maghreb en sciences humaines et juridiques (par décennie)
  • 1 Liste des abréviations utilisées : CR : chargé de recherches ; DE : doctorat d’État ; DES : diplôm (...)

1Orientalistes, historiens et chercheurs ayant travaillé tout ou partie sur l’Afrique du Nord contemporaine1:

2H-historien contemporanéiste En retrait, autre discipline ou autre période historique (sélection de choix signifiants et non exhaustifs).

3PU-professeur d’histoire d’une université française. PUE-professeur d’histoire émérite d’une université française.

4TA-thèse soutenue à l’université d’Alger.

5Avant 1859Déc. 1870Déc. 1890Déc. 1910Déc. 1930Déc. 1950Déc. 1970

Années antérieures à 1889 (14)

61-Émile Masqueray (1843-1894), né à Rouen, ENS, anthropologue, professeur lycée Alger, anthropologie politique des Berbères d’Algérie et de la Kabylie.

72-René La Blachère (1853-1896) ENS, agrégé d’histoire, antiquisant, professeur à Alger dès 1880, archéologue de l’Afrique ancienne.

83-Alfred Le Chatelier (1855-1929), officier saint-cyrien, en poste en Algérie dès 1874 puis Tanger (1904), sociologue, première chaire sur les sociétés musulmanes au Collège de France (1902-1926).

94-Édouard Michaux-Bellaire (1857-1930), Tanger dès 1884, sociologue, fonctionnaire colonial, pionnier de la sociologie du Maroc, dirige dès 1907 la Mission scientifique au Maroc.

105-Maurice Gaudefroy-Demombynes (1862-1957), né dans la Somme, arabisant (professeur à l’École coloniale), et islamologue, historien. Les cérémonies du mariage en Algérie, Paris, 1900.

116-Émile-Félix Gautier (1864-1940), né en Algérie, ENS, géographe, trente ans à la faculté des lettres d’Alger (de 1902 à 1935).

127H-Stéphane Gsell (1864-1932), né à Paris, ENS, agrégé d’histoire, spécialiste de l’Afrique antique. Chaire d’histoire de l’Afrique du Nord au Collège de France (1912-1932).

138-Augustin Bernard (1865-1947), né en Sologne, géographe, professeur de la colonisation de l’Afrique du Nord à la Sorbonne de 1920 à 1935.

149-William Marçais (1872-1956), né à Rennes, juriste et linguiste, universitaire arabisant formé aux Langues O’. Docteur en droit (1898), Parents et alliés successibles en droit musulman. Professeur à la médersa de Tlemcen (1898-1906), directeur de celle d’Alger, puis en poste à Tunis. Professeur à l’Inalco dès 1916, puis au Collège de France.

1510-Georges Marçais, son frère (1876-1962), archéologue, fondateur de l’archéologie musulmane. Doctorat ès lettres université de Paris en 1913 (Les Arabes en Berbérie du xieau xivesiècle). Premier titulaire de la chaire d’Archéologie musulmane à la faculté d’Alger. Directeur du musée des antiquités et de l’Art musulman d’Alger en 1929. 1935, directeur de l’Institut d’études orientales. Dote l’histoire de l’art et des civilisations du Maghreb d’études exceptionnelles.

1611-Émile Laoust (1876-1952), ethnologue berbérisant. Algérie, appelé au Maroc par Lyautey, dirige l’ESLADB à Rabat dès 1913. Il dirige ensuite l’Institut des hautes études marocaines (IHEM) de Rabat, l’embryon de l’université créée en 1957.

1712-Louis Massignon (1883-1962), né à Nogent, Maroc dès 1904, islamologue. Thèse entamée en 1903 à la Sorbonne, Le Maroc dans les premières années du xviiesiècle. Tableau géographique d’après Léon l’Africain, Alger, A. Jourdan, 1906 (305 p.). Soutenance de sa thèse en 1922 sur le grand mystique musulman Al-Hallaj. Succède à Le Châtelier au Collège de France de 1919 (assistant), puis professeur de 1926 à 1954. Grand artisan du dialogue entre le christianisme et l’islam.

1813-Georges Hardy (1884-1972), né dans l’Aisne, agrégé d’histoire, fonctionnaire en poste au Maroc de 1920 à 1925, puis recteur d’Alger de 1932 à 1937 (puis pendant la guerre sous Vichy).

1914-Augustin Berque (1884-1946), né dans les Landes, trente-six ans administrateur colonial en Algérie (1909-1945). Termine sa carrière comme directeur des Affaires indigènes au Gouvernement général à Alger. Islamologue, « essayiste, arabisant et historien » reconnu par Fernand Braudel. Père de Jacques Berque.

Années 1890-1899 (9)

2015H-Charles-André Julien (1891-1991), né à Caen, arrive à 15 ans en Algérie, professeur d’histoire, homme politique et journaliste ; 1931 : Histoire de l’Afrique du Nord. Sa thèse, Les débuts de l’expansion et de la colonisation françaises (xve-xviesiècles) et L’opinion publique et la question d’Algérie sous la restauration (Paris, Lettres, 1947). Professeur en Sorbonne de 1947 à 1961. L’AFN en marche, 1952. Président fondateur de l’université Mohammed V à Rabat en 1957.

2116-Robert Montagne (1893-1954), né au Mans, officier et anthropologue. Auteur de la thèse, Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc (Paris, Félix Alcan, 1930, 426 p.). Créateur du CHEAM à Paris, qu’il dirige de 1934 à 1954 (invente la théorie du leff ).

2217H TA-Julien Franc, thèse à l’université d’Alger sur Le chef-d’œuvre de la Mitidja (1928), approche coloniste (L’histoire de la colonisation de l’Algérie. Les sources d’archives, Alger, 1928).

2318H-Évariste Lévi-Provençal (1894-1956), Alger, arabisant, Affaires indigènes au Maroc (1932-1935), puis IHEM à Rabat, et professeur en Sorbonne, moderniste. Auteur de Les historiens des chorfa : essai sur la littérature historique et biographique au Maroc du xvie au xxe siècle.

2419-Henri Terrasse (1895-1971), né fin xixe siècle, archéologue, inspecteur des Monuments historiques au Maroc choisi par Lyautey, directeur des Antiquités. Auteur d’une Histoire du Maroc des origines à 1912 (1950).

2520H-Mubarak El Mili (1898-1945), né à Milia, diplômé de la Zitouna, ouléma réformiste ; publie en 1929 l’Histoire de l’Algérie dans le passé et dans le présent (en arabe).

2621-Georges Spillmann (1899-1980) officier supérieur. Affaires indigènes au Maroc, dirige le renseignement de 1924 à 1946, sociologue et historien (une dizaine d’ouvrages).

2722H-Ahmed Tawfik el Madani (1899), Tunis, ouléma réformiste ; publie en 1932 Le livre de l’Algérie (en arabe).

2823H-Marcel Émerit (1899-1985), agrégé d’histoire, professeur à la faculté des lettres d’Alger puis à Lille ; Les saint-simoniens en Algérie (1941). Moderniste de l’Algérie ottomane. L’Algérie à l’époque d’Abd-el-Kader (Larose, 1951).

Années 1900-1909 (15)

2924H TA -Paul Adam, thèse à l’université d’Alger.

3025-André Demeerseman (1901-1993), religieux Père blanc, noviciat à Alger puis nommé à Tunis en 1922, où il crée et dirige l’IBLA (Institut des belles lettres arabes).

3126-Robert Brunschvig (1901-1990), ENS, grammairien, en poste au lycée de Tunis (1924-1931). Arabophone, historien, chargé de cours à la faculté d’Alger en 1932, première thèse à Alger en 1936, moderniste. Thèse complémentaire, La Berbérie orientale sous les Hafsides. Des origines à la fin du xvesiècle (Alger, 1940-1947), Sorbonne.

3227-Jean Despois (1901-1978), agrégé de géographie, professeur au collège Sadiki (1924-1934), puis à l’université d’Alger, puis en Sorbonne après 1956.

3328H-Fernand Braudel (1902-1986), agrégé d’histoire, affecté à Constantine puis Alger de 1922 à 1932. Thèse ès lettres à l’université de Paris, Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577 (1947), auteur de La Méditerranée (histoire moderne), crée l’EPHE (6e section).

3429H-Hildebert Isnard (1904-1983), thèses de géographie préparées à Alger et soutenues à Paris sur La propriété rurale dans la Mitidja puis sur La vigne en Algérie (1947) ; optique coloniste ; universités d’Alger puis de Nice.

3530-Jean Dresch (1905-1994), géographe. Normalien agrégé, marxiste, en poste au Maroc de 1928 à 1941 ; soutient une thèse de géographie physique sur l’Atlas marocain en 1941. Professeur en Sorbonne, puis à Paris 4 et 7. Dirige l’Institut de géographie de Paris (1960-1970).

3631H-Albert Ayache (1905-1994), né à Tlemcen, marxiste, auteur du Bilan d’une colonisation (Maroc) préfacé par Dresch, historien de l’UMT, nombreux travaux d’histoire sociale (syndicalisme – sa thèse –, mouvement ouvrier). Professeur au Maroc jusqu’en 1953 puis en France jusqu’en 1970. Membre du GREMAMO. Le mouvement syndical au Maroc (1919-1956), 3 t. (L’Harmattan).

3732H-Mohammed-Chérif Sahli (1906-1989), algérien, agrégé de philosophie, idéologue du PPA-MTLD ; rédige des brochures de combat de 1947 à 1953 (Abdelkader, le chevalier de la foi), puis Décoloniser l’histoire en 1965 (Maspero).

3833-Roger Le Tourneau (1907-1971), ENS, littéraire ; en poste au Maroc depuis 1930 (collège Moulay-Idriss), puis à Alger ; auteur d’une thèse sur Fès avant le protectorat (1949) ; intègre le CHEAM (stage 1937, puis après guerre avec R. Montagne), et en devient un pilier (homologue du général Pierre Rondot pour le Moyen-Orient). Participe à la création du CRESM et à la fondation de l’AAN.

3934-Lucien Paye (1907-1972), ENS, agrégé de lettres, haut fonctionnaire colonial gaulliste, en poste en Tunisie puis au Maroc à la tête des directions de l’Instruction publique. Thèse d’État en lettres (1957, Sorbonne), Introduction et évolution de l’enseignement moderne au Maroc.

4035-Germaine Tillion (1907-2008), ethnologue, vit en tribu en Algérie de 1935 à 1937. Résistante, puis figure morale de la décolonisation algérienne. Intègre l’EPHE en 1957.

4136H-Abderrahmane El Djilali (1908), Algérie, ouléma réformiste, auteur d’une Histoire générale de l’Algérie (en arabe), publiée en 1954 et 1956 (contre l’histoire coloniale d’obédience réformiste).

4237H-Claude Cahen (1909-1991), grand historien de l’Orient médiéval, il introduit l’enseignement de l’Islam au département d’histoire de la Sorbonne en 1959 (père de l’africaniste Michel Cahen, Bordeaux).

4338H-Pierre Marthelot (1909-1995), agrégé d’histoire, créateur et directeur de la section lettres de l’IHET (1950-1956, crée en 1953 Les Cahiers de Tunisie), dont il devient président-délégué (1956-1959). MCF à Aix, détaché à l’étranger, professeur à Paris 5. Directeur d’études à la VIe section de l’EPHE et codirecteur du Centre d’études maghrébines (1959), retraite en 1979. Géographe et sociologue du Maghreb et du Moyen-Orient. Le territoire des Ouled Sidi ben Aoun, PUF, 1956 (avec A. Bessis, H. de Montety et D. Pauplilet).

Années 1910-1919 (14)

4439H-Claude Martin (vers 1910), auteur de la première Histoire de l’Algérie française (1830-1962) chronologiquement complète. Professeur du secondaire. Optique coloniste.

4540-Jacques Berque (1910-1995), né à Frenda, Algérie ; fils de l’administrateur et juge Augustin Berque (mort en 1946). Nommé au Maroc en 1936 (à Fès jusqu’en 1939), créateur du paysannat rural (expérience des « secteurs de modernisation du paysannat » 1944-1946), puis contrôleur civil dans le Haut-Atlas (1947-1953), où il réalise son doctorat, islamologue français le plus réputé. Œuvre considérable en anthropologie du monde arabe.

4641-André Adam (1911-1991), métropole, normalien, IEP, agrégé et docteur ès lettres, professeur en lycée au Maroc (1937-1949), directeur d’études de sociologie musulmane à l’IHEM (1950-1961), directeur de l’ENA marocaine (1955-1960), professeur de sociologie à Aix puis à Paris 5, auteur de La maison et le village dans l’Anti-Atlas (1951), de Casablanca (1968, sa thèse), de Bibliographie critique de sociologie ethnographique et de géographie humaine du Maroc (1972), thèse complémentaire. Sociologue.

4742H TA -Robert Tinthoin, thèse de l’université d’Alger sur La colonisation et les genres de vie en Oranie au xixesiècle (1945). Optique coloniste.

4843H-Christian Courtois (1912-1956) thèse à la Sorbonne, antiquisant, agrégé d’histoire, professeur en Algérie dès 1935, doctorat avec G. Carcopino sur Les Vandales en Afrique du Nord, université d’Alger.

4944H TA -Xavier Yacono (1912-1990), français d’Algérie, thèses préparées à Alger et à Paris, sur La colonisation des plaines du Chélif et de la Mina (Paris, 1955), puis sur les Bureaux arabes et évolution du genre de vie indigène de l’Ouest du Tell algérois (Paris, 1955). Université de Toulouse.

5045-Vincent Monteil (1913-2005), « dernier orientaliste français » selon F. Pouillon, officier en poste au Maroc (où il est un des rares soutiens de Berque en 1946), puis en Algérie ; enseigne ensuite à Paris 7.

5146H-Germain Ayache (1915-1990), juif algérien né au Maroc (frère d’Albert), doctorat d’État avec J.-B. Duroselle (1979, Paris 1), Les origines de la guerre du Rif. Professeur à l’université de Rabat.

5247H-Maxime Rodinson (1915-2004), autodidacte marxiste, linguiste, historien et sociologue du monde arabe et de l’Islam arabe, histoire médiévale et moderne.

5348H-Raoul Girardet (1917), officier et universitaire partisan de l’Algérie française, historien du nationalisme français et de l’idée coloniale, Paris 10-IEP Paris.

5449H-Mostépha Lachéraf (1917-2007), algérien, élève de S. Gsell, ancien étudiant en Sorbonne, PPA-MTLD-FLN (arrêté dans le Boeing avec Ben Bella), historien antique et médiéviste, Alger. Auteur de Algérie, nation et société.

5550-Jean Servier (1918-2000), né à Constantine, ethnologue arabophone et berbérophone, vit en Algérie de 1949 à 1956, thèse, Chants de femmes de l’Aurès (Paris, 1955), et avec M. Griaule, Mythes et rites berbères, Montpellier 3. Les Berbères, Paris (PUF, coll. « Que sais-je ? »), 1994.

5651-Moulay Ahmed Alaoui (1919-2003), cousin de Hassan II, journaliste et idéologue formé au Parti de l’Istiqlal et à Paris, créateur du groupe de presse Maroc-Soir, nommé onze fois ministre, notamment de l’Information, défenseur acharné du trône alaouite par la plume dans Le Matin et par le verbe.

5752-Paul Sebag (1919-2004), sociologue et historien juif tunisien, enseigne au lycée Carnot de 1947 à 1957. Il enseigne la sociologie à l’IHET puis à la faculté des lettres de Tunis. Il fonde et dirige Les Cahiers de Tunisie. Après 1977, il achève, contraint, sa carrière à Rouen. Il se consacre alors à l’étude des juifs de Tunisie. Mais n’ayant jamais soutenu sa thèse, il la publie sous le titre Tunis. Histoire d’une ville (2000).

Années 1920-1929 (35)

5853H-Abdelouahab Benmansour (1920-2008), Fès, historiographe du régime marocain nommé par Hassan II.

5954H-Jean Ganiage (1921- ?), pied-noir, a travaillé comme coopérant universitaire à Madagascar puis à Tunis ; succède à la Sorbonne à Ch.-A. Julien en 1961 ; dirige des travaux jusqu’en 1991 à Paris 4. Thèse sous la dir. de Ch.-A. Julien, Les origines du protectorat français en Tunisie : 1861-1881 (1968) ; Histoire du Maghreb contemporain (Fayard, 1994).

6055H-Mahfoud Kaddache (1921-2006), algérien, né à Alger, libéral, professeur d’histoire au lycée de Médéa. Très engagé dans les scouts musulmans et avec MTLD. Fonde La revue d’histoire et de civilisation du Maghreb en 1966, soutient sous la dir. de X. Yacono sa thèse de IIIe cycle, La vie politique à Alger de 1919 à 1939, puis sa thèse d’État, Question nationale et politique algérienne (1919-1951) (1978, Toulouse 2). En poste à Alger, il est le seul historien universitaire algérien à avoir produit avant et après 1962.

6156H-Mohamed Talbi (1921), Tunis, universitaire et islamologue tunisien de double formation. Agrégé d’arabe et historien médiéviste du Moyen Âge arabe. Publie L’émirat aghlabide. Histoire politique, Paris (Éd. Adrien-Maisonneuve, 1966). Doctorat d’histoire sur les Aghlabides à la Sorbonne en 1968. Premier doyen de la faculté des lettres de l’université de Tunis.

6257-Jean Duvignaud (1921-2007), né en métropole, docteur ès lettres, sociologue, MCF à la faculté de Tunis en 1960-1965, puis Orléans-Tours et Paris 7.

6358H-Georges Oved (1921-1995), énarque 1956, haut fonctionnaire (magistrat à la Cour des comptes), en poste au Maroc de 1949 à 1953 (chef du service du Plan), de 1956 à 1961 (conseiller économique du gouvernement), de 1963 à 1968 (chef de projet détaché auprès des Nations unies), thèse d’histoire sous la direction de Pierre Guillen à Grenoble 2 (1972), La gauche française et le nationalisme marocain (1907-1955).

6459-Jean Suret-Canale (1921-2007), français, géographe, historien de l’Afrique, homme de lettres, militant communiste, résistant, anticolonialiste et spécialiste éminent de l’Afrique. Agrégé de l’université de Paris (1946) en géographie, nommé en lycée à Dakar. Se rend en Guinée indépendante à la suite du référendum de 1958. Dirige l’Institut national de recherches et documentation qui hérite du centre local IFAN. Puis il occupe divers postes en France et en Algérie. Afrique noire, l’ère coloniale (1971). Thèse de doctorat, Afrique et capitaux. Membre du CC du PCF. Cofondateur du Centre d’études et de recherches marxistes (CERM, 1960), qui développe la théorie du mode asiatique de production.

6560H-Jean Lacouture (1922), né à Bordeaux ; licencié ès lettres et en droit, IEP Paris ; journaliste et historien, témoin des décolonisations et interlocuteur des nouveaux chefs d’État. Auteur de Cinq hommes et la France (Seuil, 1961).

6661H-John P. Halstead (1923), Rebirth of a Nation. The Origins of Morrocan Nationalism 1912-1944, Cambridge, Harvard University Press, 1967; The Second British Empire (Hardcover, 1983).

6762H-Jean-Louis Miège (1923), né à Rabat, principal universitaire français spécialiste du Maroc moderne avant l’élection de R. Leveau et D. Rivet ;auteur d’une thèse monumentale d’histoire soutenue à la Sorbonne en 1959 sous la dir. de Ch.-A. Julien, Le Maroc et l’Europe (4 tomes aux PUF, 1961-1963), professeur émérite de l’université de Provence.

6863H-Charles-Robert Ageron (1923-2008), né en métropole, agrégé d’histoire, professeur en Algérie de 1947 à 1959, doctorat d’État avec Ch.-A. Julien, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919) (Sorbonne, 1968), libéral, université de Tours, puis Paris 12.

6964H-Ahmed Mahsas (1923-2007), wilaya de Boumerdès. PPA à Belcourt (1940). À l’origine de la création du premier noyau du FLN en France ; membre CNRA. Ministre de l’Agriculture et de la Réforme agraire (1963). Après le 19 juin 1965, il est membre du Conseil de la révolution. Exil en France de 1966 à 1981. Thèse de IIIe cycle avec J. Berque (Paris 5, 1979), Le mouvement national en Algérie (1914 à 1954).

7065-Pierre-Louis Duclos (1924), officier des Affaires indigènes au Maroc (1954-1956), tribu des Aït Atta. Militant, membre et chercheur du CHEAM. Mémoire sur les Aït Atta.

7166-André Prenant (1924), né en métropole, géographe marxiste, coauteur avec Lacoste et Nouschi de L’Algérie, passé et présent (Éditions sociales, 1960). En poste à Paris 7.

7267-Christine Souriau (1924-1985), belge, philologie à l’ULB, séjour en Algérie, au CNRS après 1964. Crée la bibliothèque arabe au pôle de recherche d’Aix, coédite avec P. Pascon en 1981 Le Maghreb musulman en 1979.

7368H-Juliette Bessis (vers 1925), Tunisie, doctorat d’État avec J.-B. Duroselle (1980, Paris 1), L’Italie mussolinienne et la Tunisie. A enseigné à Paris 8 de 1970 à 1980. Historienne du Maghreb contemporain et des relations interméditerranéennes. Les fondateurs, et Maghreb. Questions d’histoire (L’Harmattan).

7469-Maurice Flory (1925), Paris, agrégé de droit public, IEP et faculté de Paris, professeur de droit international public, professeur à l’IHEM de 1952 à 1956, puis à la faculté d’Aix-en-Provence, conseiller culturel à Rabat et chef de la Mission de 1967 à 1970, dirige le CRESM à Aix de 1971 à 1985. Travaille sur la Notion de protectorat en AFN (1955), puis Les régimes politiques des pays arabes (1968).

7570H PUE-André Nouschi (1925), né à Constantine, marxiste, doctorat d’État avec Ch.-A. Julien, Enquête sur le niveau de vie des populations du Constantinois, et L’opinion et la vie publique constantinoises sous le IIndEmpire et au début de la IIIeRépublique (Sorbonne, 1959). Professeur émérite à l’université de Nice. Spécialiste du pétrole, fondateur du Centre de la Méditerranée à Nice ; revient au Maghreb avec Amère Algérie (1997).

7671-Ernest Gellner (1925-1995), anthropologue anglais, au Maroc dès 1954 (y conçoit le modèle segmentaire appliqué aux tribus berbères, à partir des travaux d’Evans-Pritchard sur les Nuers nilotiques ; lance l’École anthropologique américaine des années 1960 sur l’Afrique du Nord. (Saints of the Atlas paraît à Londres en 1969).

7772-Michel Lelong (1925), né en métropole, religieux, doctorat d’État avec

78R. Mantran (Marseille 1, 1971), La rencontre entre l’Église catholique et l’islam en Tunisie (1930-1962), Père blanc de l’IBLA (Tunis).

7973-Clifford Geertz, (1926-2006), figure majeure de l’anthropologie outre-atlantique. Professeur à l’Institute for Advanced Study, université de Princeton. Rôle déterminant dans le renouvellement de l’anthropologie, par l’étude des systèmes symboliques. Études de terrain à Java et Bali, puis se consacre depuis les années 1960-1970 au Maroc. Œuvre monumentale. Cofondateur de l’école anthropologique des années 1970.

8074H-Général Maurice Faivre (1926), métropole, officier qui a aidé au départ de harkis en métropole, docteur en sciences politiques, trois livres sur les harkis (1994, 1995 et 2000).

8175H-Robert Mantran (1917-1999), MCF à l’université de Tunis, puis dirige l’université d’Alger en 1962-1963. Archéologue et turcologue, venu de métropole. L’Empire ottoman, du xvieau xviiiesiècle. Administration, économie, société, Londres (éd. Variorum, 1984).

8276-Mohammed Chafik (1926), Moyen-Atlas Maroc, collège berbère d’Azrou et musulman Moulay-Youssef de Rabat, licence d’histoire et diplômes de berbère à Rabat, Aperçu sur trente-trois siècles d’histoire des Amazighs (1989), Manifeste berbère (2000), historien et linguiste de la berbérité marocaine.

8377H-Gabriel Camps (1927-2002), né en Algérie (Oranie), université coloniale d’Alger, histoire ancienne, spécialiste de l’histoire des Berbères. Ses deux thèses portent le même titre, Aux origines de la Berbérie, dont l’une sur Massinissa (1960). Aix-Marseille à partir de 1968.

8478H-André Raymond (1925), université de Provence, moderniste, D. Phil. British Policy towards Tunis, 1830-1881 (université d’Oxford, 1954). Historien de l’Égypte. Émérite.

8579H-Mohamed Teguia (1927-1988), né à El-Asnam (Chlef) auteur de L’Armée de libération nationale en wilaya IV, tiré de sa thèse de IIIe cycle (Paris 8, 1976) avec M. Rebérioux, L’Algérie en guerre : d’une étude régionale à une contribution à l’histoire de l’intérieur. Militant Fédération de France du FLN puis moudjahid. Décrit son expérience de manière distanciée.

8680H PUE-Annie Rey-Goldzeiguer (vers 1927), née en Algérie, normalienne, coopérante en Algérie après 1962, thèse sous la dir. de Ch.-A. Julien, Le Royaume arabe, la politique de Napoléon III en Algérie de 1861 à 1870 (Alger, 1977), communiste de jeunesse, MCF à Paris 3, puis professeur à Reims. Auteur de Aux origines de la guerre d’Algérie 1940-1945. De MersEl-Kebir aux massacres du Nord-Constantinois (La Découverte et Casbah).

8781H PUE-Yvonne Turin (vers 1928), née en Algérie, thèse principale à Lyon sur l’école en Espagne (1959), puis Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale. Écoles, médecins, religion 1830-1880 (Maspero, 1971), Lyon-Clermont 2.

8882H-Dominique Chevallier (1928-2008), coopérant universitaire à Tunis (1964-1968), thèse sur le mont Liban soutenue en 1971. Spécialiste du Proche-Orient contemporain, Paris 4 (professeur de 1976 à 1994). Crée et dirige le Centre d’histoire de l’islam contemporain. A encadré des travaux sur le Maghreb.

8983-Mohamed Arkoun (1928), né en Kabylie, « islamologie appliquée », Sorbonne, vivant au Maroc. Professeur émérite à Paris 3 Censier.

9084H-André Miquel (1929), né à Mèze (Hérault), agrégé de grammaire, docteur ès lettres. Spécialiste langue et littérature arabes. Professeur titulaire de la chaire Langue et littérature arabes classiques de 1976 à 1997 au Collège de France, puis administrateur général de 1991 à 1997. Un voyage au Maghreb qu’il gagne en récompense de son succès au concours général de géographie en 1946 oriente sa vocation.

9185-Yves Lacoste (1929), né à Fès, géographe marxiste de formation ; thèse ès lettres, La grande Kabylie (De Ménerville, département d’Alger, à Bougie) (Paris, 1954), géopoliticien, dirige L’état du Maghreb, Paris 8. Fondateur de la revue Hérodote.

9286H-Jacques Valette (1929), Alger, agrégé d’histoire, auteur de La guerre d’Algérie des Messalistes (L’Harmattan, 2001), professeur à l’université de Poitiers. La France et l’Afrique du Nord (1914-1962), Paris, SEDES, 1994.

9387-Camille Lacoste-Dujardin (1929), ethnologue, spécialiste des Berbères de Kabylie et directrice de recherche émérite au CNRS. A dirigé l’unité de recherche CNRS « Littérature orale, dialectologie, ethnologie du domaine arabo-berbère ». A collecté, traduit et analysé plus de sept cents pages de contes populaires. En 2005, elle a publié un Dictionnaire de la culture berbère en Kabylie.

Années 1930-1939 (53)

9487-Jean-François Martin, Histoire de la Tunisie contemporaine, de Ferry à Bourguiba (1881-1956). Professeur dans le secondaire.

9588H-Jean-Louis Planche, a longtemps enseigné à l’université d’Alger, d’abord comme juriste, puis doctorat de IIIe cycle avec Coquery-Vidrovitch (Paris 7, 1980), Antifascisme et anticolonialisme à Alger à l’époque du FP et Congrès musulman (1934-1939). Dans les années 1980, publie douze numéros de la revue Parcours, l’Algérie, les hommes et l’histoire. Sétif 1945. Histoire d’un massacre annoncé (Perrin, 2006).

9689-Pierre Bourdieu (1930-2002), sociologue, normalien et agrégé de philosophie, en poste à Alger après l’indépendance. Auteur du Déracinement, sur la paysannerie algérienne déplacée pendant la guerre d’Algérie, et de Sociologie de l’Algérie, EHESS.

9790H-Pierre Vidal-Naquet (1930-2006), antiquisant, historien engagé dans la guerre d’Algérie, L’affaire Audin (1958) et Un historien face à la guerre d’Algérie (1989).

9891H-Pierre Miquel (1930-2007), historien spécialiste de la guerre en France, a écrit sa version de la guerre d’Algérie (1993), la première à partir des archives militaires françaises ouvertes en 1992.

9992-Attilio Gaudio (1930-2002), anthropologue et journaliste italien, thèse de IIIe cycle sous la dir. de J. Berque, DE sous la dir. de J. Berque, Les populations nomades de l’Ouest saharien face à la modernité, (Paris 5, 1980). Auteur unique d’une biographie d’Allal el Fassi préfacée par Berque (1972).

10093-Ali Merad (1930), né à Laghouat en Algérie, agrégé d’arabe en 1956, Paris 3, directeur de l’Institut d’études islamiques de Lyon 3, auteur de Le réformisme musulman algérien de 1925 à 1940 : essai d’histoire religieuse et sociale (Paris, Mouton, 1967). Professeur émérite à Paris 3.

10194H-André Martel (1930), université d’Alger, spécialiste d’histoire militaire. Thèse complémentaire : Luis Arnold et Joseph Allegro, consuls du Bey de Tunis à Bone. À l’arrière-plan des relations franco-maghrébines (18301881) (Tunis, 1967). A enseigné à l’université de Tunis ; a fondé en 1968 le premier Centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale à l’université Paul-Valéry (Montpellier 3), qu’il a présidée de 1975 à 1981 ; chaire Histoire de la défense à l’IEP d’Aix-en-Provence.

10295H-Bernard Rosenberger, historien du Maroc et de l’Andalousie au Moyen Âge. A enseigné au Maroc de 1957 à 1973 comme coopérant (Marrakech, puis faculté des lettres de Rabat), professeur à Paris 8 de 1978 à 1996. Médiéviste.

10396H-Georges Hatton (1931), élevé au Maroc, historien, thèse sur L’Afrique du Nord au-delà du limes à l’époque romaine (Strasbourg, 1954). Énarque et haut fonctionnaire des finances (en poste au Maroc puis à l’étranger). Doctorat sous la dir. de D. Rivet, Les enjeux financiers et économiques du protectorat marocain (1936-1956), Politique publique et investissements privés (Paris 1, 2005) (Paris, Publications SFHOM, 2009, 445 p.).

10497H-Yvette Katan-Bensamoun (1931), née à Oujda, historienne, thèse sous la dir. d’A. Rey, Oujda, une ville frontière du Maroc (1907-1956), (Reims, 1989). MCF à Paris 1 en LEA jusqu’en 1995, puis émérite. Auteur d’une Histoire du Maghreb de l’Empire ottoman à la fin de la colonisation française (2007).

10598-Paul Pascon (1932-1985), né à Fès, sociologue et historien du Maroc rural. Dirige le département de sociologie de l’Institut national agronomique vétérinaire Hassan II de Rabat. Patron de la sociologie rurale ; à l’INA de 1970 à sa disparition en 1985.

10699-Rémy Leveau (1932-2005), coopérant au Maroc de 1958 à 1965, politologue et diplomate. Thèse sous la dir. de Ch.-A. Julien, Le fellah marocain défenseur du trône (Paris 1, 1973). Thèse d’État sous la dir. De M. Duverger. Créateur en 1980 du CEDEJ au Caire, puis en 1985 du DEA monde arabe de l’IEP-Paris, et de la filière des doctorats monde arabe ; patron de Gilles Kepel.

107100-Gilbert Grandguillaume (1932), ancien Père blanc, professeur coopérant en Algérie après 1967, doctorat d’État de lettres sous la dir. d’A. Miquel (Paris 3, 1981), Mutations linguistiques et dynamique sociale dans le Maghreb contemporain : étude anthropologique, auteur de Arabisation et politique linguistique au Maghreb (édition thèse remaniée, 1983, EHESS).

108101H-Mohamed Hedi-Chérif (1932), doctorat d’État avec J. Ganiage (Paris 4, 1979), un des premiers historiens de la Tunisie indépendante, Histoire de la Tunisie (1976, en arabe), Pouvoir et société dans la Tunisie de Hussein Ben Ali (1705-1740), histoire moderne, professeur et doyen à l’université de Tunis, Tunis.

109102-Michel Rousset (1933), métropole, professeur de droit public. Doyen de la faculté de Grenoble. Directeur de thèse de Driss Basri (L’agent d’autorité), Grenoble.

110103H-Mohammed Harbi (1933), Algérie, militant FLN et homme politique algérien, premier historien critique du FLN, thèse de IIIe cycle avec

111M. Ferro (EHESS, 1977) sur La crise du FLN, politologue Paris 8. HDR sous la dir. de J.-M. Vincent, Sur le nationalisme populiste, 6 vol. (Paris 8, 1991).

112104H-Magali Morsy (1933-2004), née en Tchécoslovaquie, enseignante spécialiste du Maroc, thèse sur l’Histoire de la longue captivité et des aventures de Thomas Pellow en Barbarie du Sud, sous la dir. de Ch.-A. Julien (Nice, 1977), histoire moderne, professeur à l’UFR sur l’Orient (Paris 3). Retraitée en 1993, corédactrice des derniers livres de Ch.-A. Julien.

113105-Abdelmalek Sayad (1933-1999), algérien, sociologue spécialiste de l’immigration, carrière à Paris dès 1963 (CNRS en 1977).

114106H-Abdallah Laroui (1933), historien marocain et théoricien politique proche du marxisme, 1970 : thèse sous la dir. de Ch.-A. Julien, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain, 1830-1912 (2 vol. , 625 p.) (Paris 4, 1976), éditée chez Maspero en 1977. Histoire du Maghreb, essai de synthèse (Maspero, 1970). Auteur de Le Maroc et Hassan II. Un témoignage (2006).

115107H-Jacques Simon (1933), né en Algérie, thèse NR sous la dir. d’A. Rey, Mes-sali Hadj : la passion de l’Algérie libre (1898-1954), Paris 3 (1995), trotskiste messaliste, recherches sur Messali et le MNA. Auteur prolixe publié à L’Harmattan.

116108H PUE-René Gallissot (vers 1934), métropole, ENS, agrégé, marxiste. Parti pour sa thèse au Maroc en 1957, puis coopérant à l’université d’Alger 19621967, thèse de IIIe cycle sur Le patronat français au Maroc, et DE avec R. Girault (1988, Paris 1), La question nationale et coloniale, le nationalisme historique, Paris 8. Auteur et coordinateur des Dictionnaires biographiques du mouvement ouvrier Maghreb (Atelier, 2007).

117109H-Jean-Claude Allain (1934-2008), thèse d’État avec J.-B. Duroselle sur Joseph Caillaux et la seconde crise marocaine. Historien spécialiste des relations internationales et d’histoire diplomatique. Université du Maine puis Paris 3 ; direction du centre de recherche Défense et diplomatie dans le monde contemporain ; rédacteur en chef des revues Guerres mondiales et conflits contemporains et Relations internationales.

118110-Fanny Colonna (1934), pied-noire, anthropologue, thèse de IIIe cycle avec P. Bourdieu (Paris 5, 1971), Les instituteurs algériens de la Bouzaréah, doctorat d’État avec M. Arkoun (Paris 3, 1987), Les paysans et le savoir en Algérie contemporaine. Enseigne en Algérie jusqu’en 1993, MMSH, Reims-Aix.

119111-Jean-Claude Vatin (1934), Alger, politologue formé en Angleterre, succède à Leca à Alger en 1966, thèse sous la dir. de J. Leca en 1975,

120L’Algérie coloniale, éléments d’analyse politique (Grenoble 2), L’Algérie politique. Histoire et société (1983), CNRS, Aix. Directeur du CEDEJ.

121112-Claude Collot (vers 1935-1977), né en Lorraine, agrégé d’histoire du droit, coopérant à l’université d’Alger dès 1965, nombreux articles de droit dans revues algériennes. Publie avec J.-R. Henry Le mouvement national algérien, textes 1911-1954, et Recueil des textes politiques algériens 1960-1962. Professeur à Nancy 2.

122113H-Catherine Coquery-Vidrovitch (1935), africaniste, historienne marxiste dominant les études africanistes postcoloniales en France. Thèse sous la dir. d’H. Brunschwig. Dirige le laboratoire Tiers Monde à Paris 7 (créé en 1982) ; encadre des travaux sur l’Afrique du Nord et le Sahara (thèse de Pierre Boilley sur les Touaregs). Célébrée comme « Mama Africa » par ses collègues (titre d’un hommage publié à L’Harmattan). Auteur des Enjeux politiques de l’histoire coloniale (2009).

123114-Monique Gadant ép. Benzine (vers 1935-vers 1995), agrégée de philosophie, coopérante à Alger (1962-1971), thèse de IIIe cycle avec P. Vilar [ulmien, hispaniste, chaire histoire économique. Sorbonne en 1965] (Paris 1, 1977), Lecture d’El-Moujahid (1956-1962), HDR, Parcours d’une intellectuelle en Algérie, Paris 8, sociologue.

124115-Jean Leca (1935), né à Alger. Diplômé IEP Alger et docteur en droit ; thèse sous la dir. de C. Collot, politologue ; professeur à la faculté de droit de Grenoble dès 1961, puis coopérant à Alger 1963-1968 (professeur droit faculté d’Alger puis directeur IEP), Grenoble 2 puis Paris, IEP dès 1979. A écrit L’Algérie politique (1975).

125116H-Lucette Chemla ép. Valensi (1936), née à Tunis, étudiante communiste à Paris engagée contre la guerre d’Algérie ; famille juive tunisienne ; thèse sous la dir. de P. Vilar, Fellahs tunisiens : l’économie rurale et la vie des campagnes aux xviiieet xixesiècles (Paris, 1974), directrice d’études à l’EHESS, où elle crée deux laboratoires (le CHSIM puis l’IISMM). Professeur émérite.

126117-Ahmed Mahiou (1936), né à Bouira en Algérie, étudiant à Toulouse puis Nancy, premier agrégé de droit public algérien (Paris, 1968), maître-assistant puis professeur à la faculté de droit d’Alger (1964-1990), professeur de droit public, puis associé à des universités en France, et à l’IREMAM à Aix.

127118-Abdelkader Zghal, tunisien, sociologue, thèse de IIIe cycle à l’EPHE sur la Modernisation de l’agriculture et populations semi-nomades (1964),CERES Tunis et CRESM Aix.

128119-Claude Hagège (1936), né à Tunis, thèse de IIIe cycle de sociologie sous la dir. de P. Marthelot, Les juifs de Tunisie et la colonisation française, jusqu’à la Première Guerre mondiale (EHESS, 1973). Sociologue et linguiste.

129120H-Khelifa Chater (1936), tunisien, doctorat d’État avec J. Ganiage (Paris 4, 1981), Dépendance et mutations précoloniales. La Régence de Tunis de 1815 à 1857 (université de Tunis, 1984). Moderniste. Professeur d’histoire moderne et contemporaine à la faculté des sciences humaines et sociales, université Tunis 1.

130121H-Noureddine Sraïeb (1936), tunisien, sociologue de l’éducation, doctorat d’État avec A. Miquel (Paris 3, 1988), Une institution scolaire : le collège Sadiki de Tunis, essai d’histoire sociale et culturelle, Aix.

131122-Bruno Étienne (1937-2009), né dans l’Isère, politologue, thèse de droit public et sciences politiques avec M. Flory, Les Français et l’indépendance de l’Algérie, CNRS, en Algérie de 1966 à 1974, puis Maroc 19771979, dirige le CRESM (1980-1985).

132123-Charles Debbasch (1937), né à Tunis, économiste, avocat, docteur et agrégé de droit, directeur du CRESM (1969-1971), auteur de nombreux ouvrages de droit public, et de La République tunisienne (1962), université Aix-Marseille. Puis conseiller juridique du président togolais Gnassingbé Eyadéma.

133124-Zakia Daoud (1937), née en métropole, journaliste, directrice de la revue Lamalif, Les années Lamalif 1958-1988, trente ans de journalisme au Maroc (Casablanca, Tarik Éditions), 2007.

134125H-Lafuente Gilles (1937), doctorat sous la dir. de J.-L. Miège, La politique berbère du protectorat français au Maroc et le nationalisme marocain (1912-1937) (Aix, 1987). A enseigné à Marrakech.

135126-Elbaki Hermassi (1937), Tunisie, doctorat de sociologie à Berkeley (1971), État et société au Maghreb. Étude comparative (Paris, Anthropos, 1975). Professeur de sociologie à Berkeley et à l’université de Tunis ; ambassadeur à l’Unesco, puis ministre de la Culture de Z. Ben Ali.

136127H-Mustapha Kraïem (vers 1938), tunisien, thèse de IIIe cycle sous la dir. d’A. Nouschi, La Tunisie précoloniale. État, économie, société (Nice, 1972). Historien du nationalisme destourien.

137128H-André Nozière (vers 1938), thèse d’État avec A. Nicolaï (Paris 10, 1978) sur l’Algérie, Les églises chrétiennes d’Algérie. La guerre d’indépendance (éd. 1979, préface de R. Rémond). Appelé pendant la guerre d’Algérie, il y revient comme professeur coopérant de 1967 à 1974.

138129-Jean-François Troin, géographe, coopérant pendant onze ans au Maroc, spécialiste du Maroc, cofondateur et ancien directeur du laboratoire Urbama (Tours), émérite.

139130H-Abdelhamid Djebbar, algérien, doctorat d’État en sciences politiques soutenu en 1975 sous la direction de J. Leca (Grenoble), Le PCA et la question nationale (Grenoble, 1975).

140131-Abderrahmane Lakhssassi, marocain, anthropologue, université Mohammed V Rabat.

141132H-John Ruedy, professeur émérite d’histoire à Georgetown University, spécialiste de l’Algérie contemporaine. Coéditeur de l’Encyclopedia of the Modern Middle East and North Africa. Auteur de Land Policy in Colonial Algeria; Islamism and Secularism in North Africa; Modern Algeria, The Origins and Development of a Nation (1992, 2005), Indiana University Press.

142133H-Abdeljelil Temimi (1938), tunisien, doctorat sous la dir. de R. Mantran, Le Beylik de Constantine et Ahmed Bey (1830-1837) (Aix, 1972). Publié à Tunis en 1978. 1972-2000, professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’université de Tunis. Créateur de la fondation Temimi pour la recherche et l’information.

143134H-Jean Monneret (1939), Maison carrée à Alger, lycée Bugeaud, INALCO, doctorat en Sorbonne en 1996 sous la dir. de F.-G. Dreyfus, La phase finale de la guerre d’Algérie (L’Harmattan, 2000).

144135H-Jean-Pierre Rioux (1939), métropole, agrégé d’histoire, parmi les étudiants ayant retourné l’UNEF contre la SFIO durant la guerre d’Algérie, histoire coloniale et mémoire guerre d’Algérie, a organisé des colloques sur la guerre, inspecteur général.

145136H-Danièle Minne, alias Djamila Amrane (1939), née en métropole, algérienne par mariage en 1964, DE avec A. Rey-Goldzinguer (Reims, 1988), Les femmes algériennes et la guerre de libération nationale en Algérie, MCF Le Mirail Toulouse, émérite.

146137H-Emmanuel Sivan (1939), thèse avec C. Cahen à la Sorbonne en 1965, Communisme et nationalisme en Algérie (1920-1962), Presses FNSP, Paris, 1976. Spécialiste de l’islam médiéval et moderne, professeur d’histoire islamique à l’université hébraïque de Jérusalem.

147138-John Waterbury (1939), anthropologue américain, mission au Maroc de 1965 à 1967, applique le modèle segmentaire à l’appareil d’État marocain, La monarchie marocaine et son élite, Princeton (1961)-Columbia (PhD 1968)-Beyrouth (AUB : 1998-2008).

148139-Jean-Claude Santucci (1939), sociologie politique du monde arabe contemporain (Maroc) ; a tenu les chroniques « Maroc » de l’AAN pendant près de vingt ans, enseignant à l’INALCO puis directeur adjoint de l’IREMAM (1999-2005), Aix.

Années 1940-1949 (60)

149140H-Claude Liauzu (1940-2007), né au Maroc, marxiste, coopérant en Tunisie du début des années 1960 (secondaire) à 1976 (université) ; thèse d’État avec A. Nouschi (Nice, 1978), Naissance du salariat et mouvement ouvrier en Tunisie à travers un demi-siècle de colonisation.

150141-George Joffé (1940), universitaire britannique AFN-Moyen-Orient. Chercheur associé au Centre des études internationales de Cambridge, au Centre des études islamiques d’Oxford et pofesseur associé de géographie du « King’s College » de Londres. Coédite le Journal of North African Studies. From Boundaries and State Territory in the Middle East and North Africa (1987, éd. rev. 2002). North Africa: Nation, State, and Region (Routledge/SOAS) 1993.

151142H-Edmund Burke III (1940), Prelude to Protectorate in Morocco. Precolonial Protest and Resistance, 1860-1912, The University of Chicago Press, 1976.

152143-Philippe Lucas (1940), né en métropole, diplômé IEP, docteur en sociologie et ès lettres ; professeur de philosophie à Skida dès 1965 puis MDC à l’IEP Alger de 1966 à 1971 ; anthropologue ; La sociologie de

153F. Fanon (1971) ; coauteur avec Vatin de L’Algérie des anthropologues,doctorat d’État avec G. Balandier en 1975 ; Socialisme et décolonisation : le transformisme algérien (1954-1962) (1979).

154H144-Abderrahim Taleb-Bendiab (vers 1940-1992), université d’Alger, Le mouvement syndical algérien de 1943 à 1954 et ses rapports avec les partis politiques. Contribue avec R. Gallissot au Dictionnaire du mouvement ouvrier, Algérie.

155145-Daniel Nordman (1940), né en métropole, anthropologue, normalien, agrégé d’histoire, maître assistant à l’université de Rabat de 1966 à 1969, thèse de IIIe cycle sous la direction d’A. Martel à Montpellier, La notion de frontières en AFN, mythes et réalités (1830-1912), université Montpellier 3, 1975, directeur d’étude à l’EHESS, professeur émérite.

156146-John J. Damis (1940-2009), Professeur de science politique et d’études internationales. Directeur du Centre d’études du Moyen-Orient (université de Portland). Bourse Fulbright pour études au Maroc (1964). Doctorat, The free school movement in Morocco, 1919-1970, Tufts University (1971). The Western Sahara Dispute (publication). Analyste et consultant au Département d’État (1975-1977). Professeur invité à Harvard et à l’université Mohammed V de Rabat.

157147-Sophie Ferchiou (née vers 1940), cinéaste et anthropologue tunisienne ; thèse sur la corporation des Chéchias à Tunis (Techniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie, Paris, éd. Institut d’ethnologie, 1971), et Hassab oua Nassab (1992).

158148-Michel Camau (1940), juriste, professeur à l’IEP d’Aix, directeur à l’IRMC à Tunis, auteur ayant écrit sur la Tunisie, colloque Bourguiba (La trace et l’héritage), et Le syndrome autoritaire (Tunisie de Ben Ali).

159149H PUE-Jean-Louis Triaud (1940), doctorat d’État avec C. Coquery-Vidrovitch (Paris 7, 1991), Les relations entre la France et la Sanusiyya (1840-1930). Histoire d’une mythologie coloniale. Découverte d’une confrérie saharienne, africaniste, Aix.

160150H-Jeannine Verdès-Leroux (1940), historienne et sociologue, mémoire collective des « communautés » rapatriées d’Algérie : Les Français d’Algérie de 1830 à aujourd’hui : une page d’histoire déchirée (Fayard, 2001), puis L’Algérie et la France : dictionnaire (2009).

161151H-M’Barek Zaki (1940), thèse de IIIe cycle avec J.-L. Miège (Marseille 1, 1973), Les mouvements d’opposition au Maroc (1956-1970), et doctorat d’État (Aix, 1987), Le Maroc de la résistance, de la pénétration pacifique au mouvement de libération nationale (1845-1958). Chercheur à l’IURS, Rabat.

162152-John Pierre Entelis (1941), Doctorat de l’université de New York (1970). Professeur américain de science politique et directeur du programme d’études moyen-orientales à l’université de Fordham (N.Y.). Professeur invité à Alger (1977-1978), Tunis (1985). Prix de la recherche régionale Fulbright pour le Maghreb (1989). Coéditeur du périodique The Journal of North African Studies. Comparative Politics of North Africa (1980), Political Elites in Arab North Africa (1982), Algeria: The Revolution Institutionalized (1986), Culture and Counterculture in Moroccan Politics (1989), State and Society in Algeria (1992), Islam, Democracy, and the State in North Africa (1997).

163153-Jean-François Clément (1942), professeur de philosophie et anthropologue, a écrit des articles sur les émeutes urbaines au Maroc, universitaire émérite, Nancy.

164154H PUE-Daniel Rivet (1942), coopérant au Maroc, doctorat d’État avec Ch.-R. Ageron (Paris 12, 1985), Lyautey et l’institution du protectorat français au Maroc (1912-1956), Lyon et Paris 1.

165155H PUE-Gilbert Meynier (1942), coopérant secondaire en Algérie (19671970), doctorat d’État avec A. Nouschi (1979, Nice), L’Algérie révélée (Genève, 1981). Nancy 2, puis émérite.

166156-Dale F. Eickelman (1942), Princeton, anthropologue. 157-James M. Malarkey, américain, docteur et professeur en humanités à l’université Mac Gregor d’Antioche. Anthropologue historique, spécialisé en études du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, colonisation et théorie sociale. Séjour à Constantine de 1975 à 1977; de l’Algérie,

167The Colonial Encounter in French Algeria: a Study of the Development of Power Asymmetry and Symbolic Violence in the City of Constantine (1830-1970), thèse d’anhropologie, Austin, Texas, 1980.

168158-Kenneth Brown, anglais, Harvard-Manchester, historien et anthropologue, People of Salé: Tradition and Change in a Moroccan City (18301930) (deux ans d’enquête à Salé), MSH.

169159H-Michel Abitbol (1943), né au Maroc, médiéviste, africaniste et orientaliste de l’université hébraïque de Jérusalem, spécialiste des relations entre juifs et musulmans au Maroc, auteur du livre Les juifs d’Afrique du Nord sous Vichy (2008) et d’une Histoire du Maroc (2009).

170160H PU-Omar Carlier (1943), IEP Paris, coopérant à Alger à partir de 1969, puis chercheur algérien. DES avec Boudon et Vatin, thèse de IIIe cycle sous la dir. de C. Collot sur L’Étoile nord-africaine, DE en sciences politiques avec Jean Leca (IEP-Paris, 1994), Socialisation politique et acculturation à la modernité. Le cas du nationalisme algérien (de l’ENA au FLN, 19261954), MCF en histoire à Paris 1 puis professeur à Paris 7.

171161H-Ahmed Koulakssis (1943), thèse de IIIe cycle avec A. Nouschi (Nice, 1984), Le parti socialiste SFIO et l’Afrique du Nord, 1919-1939. Professeur à l’IUT de Tours.

172162-Jean-Robert Henry (1943), juriste, docteur en droit public du développement, a enseigné douze ans à l’université d’Alger, Mouvement national algérien. Textes (1912-1954), Où va l’Algérie ? (2001), directeur de recherches au CNRS, IREMAM, Aix.

173163-Ignace Dalle, journaliste, ESJ Lille, au Maroc de 1992 à 1996 ; patron de l’AFP aux bureaux de Damas et Rabat, auteur de livres sur le Maroc contemporain : Le règne de Hassan II. Une espérance brisée, Les trois rois, Hassan II.

174164-Saïd Chikhi (1944-1993), algérien, sociologue, doctorat d’État avec P. Dubois (Paris 7, 1982), Question ouvrière et rapports sociaux en Algérie. L’ouvrier, l’atelier et le bureaucrate…, Grèves et société en Algérie : 1969-1985 ; « intellectuel critique », selon M. Gadant, cofondateur de Naqd en 1991.

175165-François Pouillon (vers 1945), anthropologue du monde arabe ; diplôme d’études supérieures de philosophie à la Sorbonne (1967) ; entre à l’EHESS en 1971 comme maître-assistant puis maître de conférences. Depuis 1997, directeur d’études.

176166-Pierre Signoles (1945), doctorat d’État avec Michel Rochefort (Paris 1, 1984), Tunis et l’espace tunisien, géographe, Urbama-Tours.

177167H-Abdelmadjid Merdaci (1945), algérien de Constantine, ancien du PAGS ; thèse de doctorat sous la dir. de B. Stora, Musiques et musiciens de Constantine au xxesiècle (Paris 8, 2002). Sociologue et historien, université de Constantine.

178168-Mohammed Benhlal (1945), marocain né à Taroudant, sociologue, chercheur au CNRS depuis 1970, doctorat avec D. Rivet (Paris 1) sur

179Le collège d’Azrou et la formation d’une élite berbère civile et militaire au Maroc : 1927-1956, CNRS-Aix.

180169-Abdallah Hammoudi (Kalaat Segherna, 1945), doyen des anthropologues marocains, thèse avec Pascon. A enseigné au Maroc de 1972 à 1989, puis professeur à Princeton ; 1994, création de l’Institut des études transrégionales grâce à Moulay Hicham (directeur de 1994 à 2004). La victime et ses masques (Seuil, 1988), et Master and Disciple: The Cultural Foundation of Moroccan Authoritarianism, The University of Chicago Press, 1997.

181170H-Jacques Marseille (1945-2010), historien de l’économie. Marxiste, puis libéral. Thèse sous la dir. de J. Bouvier, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d’un divorce (Albin Michel, 1984), professeur à Paris 8 et Paris 1. Directeur de thèse de Daniel Lefeuvre.

182171H-Bernard Lugan (1946), né à Meknès, africaniste, nationaliste. Auteur d’une Histoire du Maroc (Perrin), MCF à Lyon 3 (jusqu’en 2009), enseigne à l’IHEDN.

183172-Ali El Kenz (1946), Skikda, Algérie. Maître-assistant de philosophie à l’université d’Alger de 1970 à 1974, puis professeur de sociologie jusqu’en 1993 et directeur de recherches au CREAD. Professeur associé à l’université de Tunis 1 de 1993 à 1995, puis professeur de sociologie à l’université de Nantes depuis 1995. DE avec Philippe Rey (Paris 8, 1984), Monographie d’une expérience industrielle en Algérie.

184173H-C. Richard Pennell (1946), historien irlandais spécialiste du Maroc et de la Libye contemporains, arabophone et hispanophone, a séjourné en Libye, professeur associé à l’université de Melbourne. Auteur de A Country with a Government and a Flag. The Rif war in Morocco, 1921-1926, Cambridgeshire (England), Middle East and North African Studies Press, 1986. Morocco since 1830: a History (Londres et New York: C. Hurst and New York University Press, 2000), puis de La Guerra del Rif: Abd-el-Krim el Jattabi y su Estado rifeño, Universidad Nacional de Distancia and Consejería Cultural de la Ciudad Autónoma de Melilla, 2001. Enfin, Morocco: From Empire to Independence, Oxford, One World Publications, 2003.

185174-Dominique Caubet (1946), Toulouse. Linguiste diplômée des langues orientales en russe. Professeur d’arabe maghrébin à l’INALCO depuis 1991 ; auteur de plusieurs ouvrages d’arabe marocain, y compris sur les mutations récentes de cette langue.

186175H PU-Françoise Michaud (1946), médiéviste de l’Islam, thèse sous la dir. de C. Cahen (PI), MDC puis professeur à Paris 1 (depuis 1996).

187176-Bernabé López García (1947), Grenade. Politologue. Professeur d’histoire contemporaine de l’Islam à l’université autonome de Madrid. Département des études arabes et islamiques. Licencié en philologie sémitique de l’université de Grenade (1969). Doctorat arabe et Islam de Grenade en 1973 : Contribución a la historia del arabismo español. Orientalismo y colonialismo en España (1840-1917). Études sur les scrutins électoraux au Maroc, les migrations marocaines en Espagne et la transition marocaine.

188177H-Sophie Bessis (Tunis, 1947), historienne et journaliste franco-tunisienne. Agrégée d’histoire et ancienne rédactrice en chef de Jeune Afrique et du Courrier de l’Unesco, DR à l’IRIS de Paris, SGA FIDH. A enseigné l’économie politique du développement au département de sciences politiques de la Sorbonne. Auteur de plusieurs ouvrages dont une biographie d’Habib Bourguiba avec Souhayr Belhassen.

189178H PUE-Annie Lacroix-Riz (1947), normalienne, agrégée d’histoire, marxiste, professeur d’histoire à l’université Paris 7-Denis Diderot, doctorat sur la CGT à la Libération. Puis a publié Les protectorats d’Afrique du Nord, entre la France et Washington : du débarquement à l’indépendance, Maroc et Tunisie, 1942-1956 (1988).

190179-Kamel Bouguessa (1947), thèse de IIIe cycle de sociologie sous la dir. De P. Marthelot, Émigration et politique. Essai sur la formation et la politisation de la communauté algérienne en France dans l’entre-deux-guerres mondiales, (Paris 5-EHESS, 1979). Sociologue, université d’Alger.

191180H PU-Guy Pervillé (1948), thèse de IIIe cycle avec Ch.-R. Ageron (EHESS, 1980), Les étudiants musulmans algériens de l’Université française 19081962, doctorat NR avec J.-B. Duroselle (Paris 1, 1991), Le problème algérien et la politique française (1944-1962), historien de la guerre d’Algérie, Nice-Toulouse.

192181-Claude Lefébure (vers 1948), anthropologue berbérisant. Chercheur au CNRS, enseignant à l’EHESS, où il dirige le CHSIM ; domaine : pastoralisme des populations berbérophones de l’Atlas central et poésie chantée traditionnelle ou modernisante dans les domaines du tamazight et du tachelhit.

193182-François Burgat (1948), politologue de l’islamisme arabe, coopérant universitaireenAlgériede1973à1980, puis en poste au Caire(CEDEJ) ; DE avec François d’Arcy (EHESS, 1981), Les villages socialistes de la révolution agraire algérienne : la place du droit dans le changement social, CNRS Le Caire-Aix. L’islamisme au Maghreb : la voix du Sud(1988). Dirige l’IFPO depuis 2008.

194183-Abderrahman Moussaoui, algérien, thèse d’anthropologie sous la dir. de B. Lepetit, Logiques du sacré et modes d’organisation de l’espace dans le Sud-Ouest algérien (EHESS, 1996), anthropologue, chercheur à Aix.

195184-Tassadit Yacine (1949), anthropologue algérienne, doctorat NR avec Mohamed Arkoun (Paris 3, 1983), Lignage religieux et production symbolique, EHESS.

196185-Hassan Rachik, anthropologue marocain, thèse d’État (1986), Sacre et sacrifice dans le Haut-Atlas marocain, professeur à Casablanca. 186H-Fouad Soufi, historien algérien, directeur des Archives, Alger. 187H-Sami Bargaoui, Tunisie, faculté des lettres Tunis La Manouba, Diras-set (ex-CERES), moderniste, histoire de la Tunisie moderne.

197188H-Chantal Chanson-Jabeur, thèse avec R. Gallissot (Paris 7, 1982), Salariat et mouvement syndical en Tunisie dans l’immédiat après-guerre, 19431947, MCF Paris 7. Se spécialise ensuite sur les transports péri-urbains. Ingénieur d’études au GREMAMO.

198189H-Mohammed Kenbib, marocain, thèse de IIIe cycle avec J.-B. Duroselle (Paris 1, 1992), Les relations judéo-musulmanes au Maroc de 1859 à 1948, DE avec D. Rivet (Paris 1, 1996), Les protections étrangères du Maroc au xixe siècle-début xxesiècle, université Mohammed V de Rabat. Y introduit l’« histoire du temps présent » en 2010.

199190H-Hassan Remaoun, algérien, ancien membre du PAGS, thèse de IIIe cycle (Paris 7) sous la dir. de R. Gallissot (1982), Mouvement national révolutionnaire dans le monde arabe : analyse et positions du mouvement communiste international (1955-1978) ; Oran, CRASQ.

200191H-Mohammed Al Ayadi (1948), marocain, doctorat NR avec Mohamed Arkoun (Paris 1, 1983), Le modèle social marocain à la lumière du discours scolaire ; HDR sous la dir. de R. Gallissot, Religion, État et société dans le Maroc contemporain (Paris 8, 1996), professeur à Casablanca Aïn Chock.

201192 PU-Aïssa Kadri (vers 1949), sociologue algérien, ancien membre de PAGS, thèse avec J.-Cl. Passeron (EHESS, 1992), Le droit à l’enseignement et l’enseignement du droit en Algérie, professeur à Alger ; MCF à Paris 8, professeur à Tours et Paris 8.

202193H-Ouanassa Siari-Tengour (vers 1949), algérienne, thèse à Paris 7, Les populations rurales des communes mixtes de l’arrondissement de Bône, Annaba, de la fin du xixesiècle à 1914 (1981), CRASC d’Oran, MCF à Paris 8.

203194H-Daho Djerbal, Alger, thèse de IIIe cycle avec R. Gallissot, doctorat d’État avec C. Coquery-Vidrovitch (Paris 7, 1979), Colonisation et évolution de la propriété foncière en Oranie (1850-1920) ; chargé de cours en histoire contemporaine, institut d’histoire, université d’Alger-Bouzaréah (19702000) ; directeur de la revue Naqd d’études et de critique sociale (19932000), cofondée en 1991. CREAD.

204195H-Raouf Hamza, tunisien, thèse de IIIe cycle sous la dir. de J. Droz, Le Parti communiste tunisien, la question nationale et les nationalistes entre 1943 et 1946 (Paris 1, 1983), IHMN-La Manouba.

205196H PU-Jacques Frémeaux (1949), né à Alger. Normalien et agrégé d’histoire. Spécialiste d’histoire militaire, thèse de IIIe cycle avec X. Yacono, Les Bureaux arabes (1844-1856) (Toulouse, 1977), doctorat d’État avec

206X. Yacono et A. Martel, L’administration française en Afrique blanche et en Afrique noire (1830-1930) (Montpellier 3, 1987). En poste à Nice puis Paris 4.

207197H-Ali Mahjoubi, doctorat d’État avec A. Nouschi (Nice, 1980), Les origines du mouvement national en Tunisie 1904-1934, professeur à Tunis.

208198 PU-Laouhari Addi (1949, Oran), sociologue, doctorat : Les structures agraires et habitat rural en Algérie de 1830 à 1939, puis doctorat d’État à l’EHESS sous la dir. de L. Valensi, État et pouvoir dans les sociétés du tiers monde : le cas algérien (1987), professeur à l’IEP de Lyon depuis 1996.

209199H PU-Jean-Charles Jauffret (1949, Aubagne), agrégé d’histoire, thèse de IIIe cycle et doctorat d’État sous la dir. d’A. Martel (Montpellier), docteur ès lettres, spécialiste de l’histoire militaire coloniale, professeur d’histoire à l’IEP d’Aix-en-Provence.

Années 1950-1959 (35)

210200-Dominique Casajus (1950), anthropologue spécialiste des sociétés berbères, CNRS, laboratoire CEMAf (Ivry).

211201-Gabriel Martinez-Gros (1950), agrégé d’histoire, ancien pensionnaire de la Casa de Velazquez, professeur d’histoire de l’Islam médiéval à Paris 8, spécialiste de l’Andalousie et d’Ibn Khaldoun.

212202H PU-Benjamin Stora (1950), né à Constantine, thèses avec R. Rémond (EHESS, 1978), Messali Hadj, fondateur du nationalisme algérien, doctorat NR avec Pierre Fougeyrollas (Paris 7, 1984), Sociologie du nationalisme algérien ; approches biographiques et dictionnaire des militants (19261954), DE avec Ch.-R. Ageron (Paris 12, 1991), Histoire politique de l’immigration algérienne en France (1922-1962), Paris 7-Paris 8-Inalco-Paris 13.

213203-Salem Chaker (1950), algérien de Grande Kabylie, linguiste berbériste. Enseignant chercheur à l’université d’Alger de 1973 à 1981, puis en France : CNRS, Aix et INALCO. Devient en 1989 le cinquième titulaire du poste de professeur de berbère à l’INALCO depuis sa création en 1911.

214204-Marguerite Missoffe ép. Rollinde (vers 1950), doctorat de sciences politiques à Paris 8 avec M. Harbi, Le mouvement des droits de l’homme au Maroc. De l’engagement national à la lutte pour la citoyenneté (Paris, 2002). Ingénieur d’études à l’Institut Maghreb-Europe (Paris 8).

215205H-Habib Kazdaghli, doctorat en arabe sur les communistes tunisiens, professeur d’histoire contemporaine à La Manouba (Tunis), responsable du groupe de recherche Histoire et mémoire de l’université de Tunis 1.

216206H-Amina Aouchar-Irhaï (Fès, 1950), DE avec P. Guillaume (Bordeaux, 1985), Colonisation et transformation d’une société, l’Outat (Haute-Moulouya), dirige l’IURS à Rabat.

217207H PU-Daniel Lefeuvre (1951), doctorat avec J. Marseille (Paris 1, 1994), L’industrialisation de l’Algérie (1930-1962), l’échec d’une politique, professeur à Paris 8. Auteur de Chère Algérie.

218208H-Mohammed El Aziz Ben Achour (1951, La Marsa, Tunisie), doctorat d’État avec D. Chevallier (Paris 4, 1986), Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du xixesiècle : les élites musulmanes, Institut du patrimoine, Tunis.

219209-Mohammed-Chérif Ferjani (1951), tunisien né à Kairouan, professeur de politologie du département d’études arabes, université LumièreLyon2, laboratoire GREMMO (Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, ancien directeur), Maison de l’Orient méditerranéen. Philosophe et géographe de formation. Ancien prisonnier politique. Thèse NR sur Islamisme, laïcité et droits de l’homme : un siècle de débat sans cesse reporté au sein de la pensée arabe contemporaine (L’Harmattan, 1991). HDR Lille 3, Laïcité et droits de l’homme dans la pensée politique arabe contemporaine.

220210H-Abdelhamid Larguèche, tunisien, Pauvres, marginaux et minoritaires à Tunis aux xviiieet xixesiècles, thèse sous la dir. de M. Hédi-Chérif (2 vol.), Tunis, 1996.

221211H-Mustapha Bouaziz (1951), marocain, doctorat NR avec J.-C. Allain (Paris 1, 1987), Le Mouvement national marocain de 1912 à 1975, permanences et renouvellement, Casablanca, Aïn Chock.

222212-Guy-François Leimdorfer (vers 1952), linguiste, doctorat NR avec Y. Goussault (Paris 1, 1982), La science colonisatrice : analyse sociolinguistique de thèmes de recherche en sciences sociales sur l’Algérie pendant la période coloniale. Sociologue au CNRS.

223213H-Mohammed Ennaji, marocain, sociologue rural et économiste avec P. Pascon, professeur à l’université Mohammed V, Soldats, esclaves et concubines au Maroc (1994), anthropologie politique et religieuse, De la servitude en terre d’Islam (2007).

224214H-Saïd Tamba (†), marocain, thèse de IIIe cycle en sociologie sous la dir. de P. Marthelot, Le Maghreb, la littérature et l’idéologie coloniale de 1870 à la fin de la 1reguerre mondiale (Paris 4, 1975), doctorat d’État avec R. Girardet (IEP Paris, 1980), Le Maghreb à travers l’idéologie coloniale (1870-1918).

225215-Malek Chebel (1953), Skikda, Algérie, philosophe et anthropologue, thèse de IIIe cycle avec J. Laplanche (Paris 7, 1981), Le tabou de la virginité au Maghreb, doctorat NR avec Nadmond-Di Bammate (IEP Paris, 1982), Le corps dans la civilisation traditionnelle du Maghreb.

226216H-Jamaa Beïda (1955), marocain né à Tiznit, DE avec J.-C. Allain (Le Mans), La presse politique marocaine d’expression française pendant le protectorat (1912-1939), professeur à l’université Mohammed V.

227217-Houari Touati (1955), anthropologue algérien né à Oran, doctorat NR, thèse avec A. Nouschi (Nice, 1983), Économie, société et acculturation : l’Oranie colonisée (1881-1937). MCF à l’EHESS depuis 1995, puis directeur d’études en 2005. Auteur d’Islam et voyage au Moyen Âge (Seuil, 2000).

228218H-Jean-Jacques Jordi (1955, né à Alger), thèse NR avec J.-L. Miège (Aix, 1983) sur Les problèmes de migration et d’insertion des Espagnols en Oranie (1840-1950), nombreux ouvrages sur les rapatriés, enseignant dans le secondaire.

229219-Abdallah Ben Mlih (vers 1955), marocain, doctorat de IIIe cycle soutenu en 1985, Les structures politiques du protectorat marocain, politologue, consultant à Paris.

230220-Ali Ben Saad (1955), Algérie, géographe du Maghreb, MCF à l’université de Provence et enseignant-chercheur à l’IREMAM-Aix.

231221H-Habib Belaïd (vers 1955), tunisien, maître-assistant d’histoire, La crise de l’autonomie syndicale au Maghreb (1956-1965). De l’alliance avec les partis nationaux au contrôle par les États indépendants (IIIe cycle, Paris 1, 1983). Travaille sur les associations en Tunisie. Participe à la réalisation du bulletin scientifique Watha’iq, en collaboration avec Kmar Kchir-Bendana (25 numéros parus). Chercheur permanent à l’ISHMN, université La Manouba, Tunis.

232222-Mohand Hamoumou (1956), algérien, doctorat avec L. Valensi (EHESS, 1989), Les Français musulmans rapatriés : archéologie d’un silence (publiée 1993), sociologue des harkis, professeur d’économie à l’École de management de Lyon. Élu maire de Volvic en 2008.

233223-Stephen Smith (1956), journaliste Afrique à Libération puis au Monde, auteur d’un ouvrage d’histoire, Oufkir, un destin marocain (1999).

234224-Mohammed Tozy (1956), marocain, doctorat de IIIe cycle avec B. Étienne (Aix, 1984), Champ et contre-champ politico-religieux au Maroc, et DE avec J. Leca (IEP Paris), politologue et sociologue, poste double Casablanca, Aïn Chock-Aix (IREMAM).

235225-Agnès Bensimon (1956), IEP Paris, journaliste, installée en Israël, auteur de Hassan II et les juifs. Histoire d’une émigration secrète, Paris (Seuil, 1991).

236226H-Khaled Ben-Srhir (1956, Meknès), marocain, Morocco in the British Archives, The Correspondance of John Drummond Hay with the Makhzen (1845-1886) (1992), DE La Grande-Bretagne et la problématique des réformes au Maroc (1886-1904) (2003). Professeur à l’université Hassan II, Casablanca, Mohammedia.

237227H-Taoufik Ayadi, tunisien, thèse avec J. Ganiage (Paris 4, 1978), Mouvement réformiste et mouvements populaires à Tunis (1906-1912). Professeur à l’université de Tunis.

238228-Alain Mahé, anthropologue, EHESS, Histoire de la Grande Kabylie, xixe-xxesiècles. Anthropologie historique du lien social dans les communautés villageoises, Paris (Éditions Bouchène, 2001).

239229H-Kmar Kchir-Bendana, tunisienne, doctorat NR avec M. Agulhon (Paris 1, 1982), Les établissements pénitentiaires de l’armée française en Algérie sous le Second Empire, chercheur permanent ISHMN, maître-assistant à La Manouba (Tunis 1). Corédaction de Watha’iq (revue de l’ISHMN).

240230H-Leila Blili, tunisienne, DE, Parenté et pouvoir dans la Tunisie houssaynîte, 1705-1956, maître-assistant à La Manouba, Tunis.

241231H-Anne-Marie Planel, doctorat NR sous la dir. de L. Valensi, De la nation à la colonie : la communauté française de Tunisie au xixesiècle (EHESS, 2000), S. G. de l’IRMC, Tunis.

242232H-Abdelhamid Hénia, doctorat de IIIe cycle sous la dir. de B. Tlili, Les rapports Djrid avec le Beylik (1676-1840), puis DE Propriété et stratégies sociales à Tunis à l’époque moderne : xvie-xixesiècles (Tunis, 1995), publié à Tunis en 1999. Moderniste, professeur, directeur du laboratoire Dirasset, faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.

243233H-Fatima Zohra Guechi, universitaire algérienne, docotrat de IIIe cycle sous la dir. de Ch.-R. Ageron, La presse algérienne de langue arabe : de la fin de la Seconde Guerre mondiale au déclenchement de la Révolution de novembre 1954 (Paris 12, 1982). DE, Constantine : ville et société de la fin de la fin du xviiiesiècle à la mi-xixesiècle (Tunis 1, 1999, en arabe). Professeur à l’université Mentouri. Moderniste.

244234-Abderrahim Lamchichi (1958), politologue, doctorat de sciences politiques avec J. Chevalier (Picardie, 1988), La contestation islamiste des pouvoirs politiques au Maghreb (Islam et contestation au Maghreb (1989) et nombreux ouvrages chez L’Harmattan, thème de l’islamisme en Algérie, Amiens).

Années 1960-1969 (41)

245235H-Fayçal Chérif, tunisien, doctorat sur La Tunisie dans la Seconde Guerre mondiale ; spécialité : histoire militaire, information, propagande ; maître-assistant de l’enseignement supérieur, chercheur à l’unité d’études et des recherches archivistiques (responsable du fonds d’archives) à l’ISHMN.

246236H-Adel Ben Youssef, tunisien, Histoire des étudiants tunisiens en France sous le protectorat sous la dir. de M. Hédi-Chérif. MCF en histoire contemporaine à Sousse.

247237H-Khaled Abid, tunisien, chercheur à l’IHMN. Maître-assistant de l’enseignement supérieur, chercheur à l’unité d’études et de recherches historiques. Thèmes d’étude : Tahar Sfar, scoutisme et mouvement national. Tunis, La Manouba.

248238H-Mohamed Lazhar Gharbi, tunisien, doctorat de IIIe cycle, Réseau de la compagnie Bône-Guelma et sa contribution à la pénétration française en Tunisie (Reims, mai 1985). DE sous la dir. d’A. Rey, Banques et crédit au Maghreb 1847-1914 (faculté des sciences humaines de Tunis et université de Reims, juin 1998). MCF en histoire, membre de l’unité de recherche Dirassat. Directeur du département d’histoire de La Manouba (1998-2002).

249239H-Mohamed Dhifallah (Jersine, Tunisie, 1960), doctorat Le mouvement étudianttunisien (1927-1939) (Tunis,1994) publié sous le même titre, Zaghouan, éd. fondation Temimi, 1999. Universitaire à l’ISHMN, La Manouba.

250240-Béchir Yazidi, tunisien, doctorat, La politique coloniale et le domaine de l’État en Tunisie de 1881 jusqu’à la crise des années 1930 (2001). Assistant de l’enseignement supérieur (histoire contemporaine) à la faculté des lettres de La Manouba, responsable de l’unité d’histoire orale et de documentation audiovisuelle à l’ISHMN.

251241H-Mohammed Amattat (1960), marocain, doctorat en histoire sous la dir. de M. Kenbib, Les Algériens au Maroc jusqu’en 1962, professeur d’histoire en institution à Rabat.

252242H-Jocelyne Cesari (1962), doctorat avec B. Étienne (Aix, 1991), L’Islam et la politique en France. Les modalités d’apparition d’une condition minoritaire. Politologue.

253243H-Maâti Monjib (Benslimane, 1962), doctorat avec R. Huard (Montpellier 3, 1989), L’Istiqlâl, l’UNFP et le pouvoir au Maroc (1955-1965) (publié chez L’Harmattan). Doctorat au Sénégal, Mamadou Dia-Mehdi Ben Barka : Étude comparative de l’évolution politique du Sénégal et du Maroc à travers la vie, l’action et les idées des deux leaders africains (1945-1965) (UCAD, 2005), en poste à l’Institut des études africaines (Rabat).

254244H-Mustapha Qadery (1962- ?), marocain, thèse sur L’État national et les Berbères. Le cas du Maroc. Mythe colonial et négation nationale, sous la dir. de Ch.-O. Carbonell (Montpellier), bibliothèque générale à Rabat, puis IRCAM.

255245H-Chokry Ben Fredj, tunisien, doctorat avec Cl. Liauzu (Paris 7, 1990), Aux origines de l’émigration nord-africaine en France : itinéraire social et culturel d’une communauté ouvrière (1900-1939), enseignant-chercheur à la faculté des lettres et sciences humaines de Tunis.

256246H-Julia Clancy-Smith, doctorat, The Saharan Rahmaniya: Popular Protest and Desert Society in Southeastern Algeria and the Tunisian Jarïd, c. 1750-1881 (université de Californie, 1988). Rebel and Saint: Muslim Notables, Populist Protest, Colonial Encounters (Algeria and Tunisia, 1800-1904) (université de Berkeley, Presses de l’université de Californie, 1994). Professeur à l’université d’Arizona.

257247H-Nicolas Michel (1962), ENS, agrégé d’histoire, coopérant au Maroc, doctorat avec A. Raymond (Aix, 1993), Une économie de subsistance : le Maroc précolonial ; travaille sur l’Égypte du xixe siècle, IREMAM-Aix. Moderniste.

258248H-Mohammed Hatmi (Khouribga, 1962), marocain, études d’histoire à Strasbourg (thèse avec Pierre Ayçoberry sur le Proche-Orient, 1995), DE sous la dir. de M. Kenbib sur les Juifs marocains (université Fès Saïss, 2007), université de Meknès.

259249H-Ahmed Rouadjia, algérien, historien, thèse NR avec R. Gallissot sur Les Frères et la mosquée, enquête sur le mouvement islamique en Algérie (Karthala, 1990). Université de Msila, Algérie.

260250-Mounia Bennani-Chraïbi, marocaine, politologue, doctorat avec

261R. Leveau (IEP Grenoble 2, 1993), Les représentations du monde des jeunes Marocains (édité à Genève), en poste en Suisse (IEP Internationales de Lausanne).

262251H-Jean-Pierre Peyroulou (1963), agrégé d’histoire, thèse d’histoire NR avec M.-O. Baruch (EHESS, 2007) sur Guelma, 8 mai 1945, une subversion européenne, en poste dans le secondaire. Chercheur-associé au CEMAf.

263252H-Isabelle Grangaud (1963), doctorat NR sur Constantine au xviiie siècle, histoire moderne de l’Algérie, Aix-IREMAM.

264253-Jocelyne Dakhlia (vers 1963), tunisienne, ENS, doctorat avec L. Valensi (EHESS, 1989), L’oubli de la cité. Récits du lignage et mémoire collective dans le Sud tunisien, anthropologue du religieux, directeur d’étude à l’EHESS.

265254-Mohamed Salhi, doctorant NR avec C. Lacoste-Dujardin (EHESS, 1979), La Rahmaniyya à la fin du xixesiècle et dans la première moitié du xxesiècle.

266255H PU-Samia El-Mechat (1964), tunisienne, doctorat de IIIe cycle avec Ch. R. Ageron (EHESS, 1981), La guerre des deux Destours de 1937 à 1939, DE avec A. Nouschi (Nice, 1990), Le nationalisme tunisien et la Ligue des États arabes de 1945 à 1956, maître de conférences puis professeur d’histoire du Maghreb à Nice. A publié en 2005 Les relations franco-tunisiennes, 19551964 (L’Harmattan, Paris).

267256H-Alain Messaoudi (1964), né en Tunisie, franco-tunisien, agrégé d’histoire, doctorat NR avec D. Rivet (EHESS, 2008) sur Les arabisants et la France coloniale (1830-1930), professeur agrégé à l’IISMM.

268257-François Siino (1964), sociologue, doctorat avec M. Camau, Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine : contribution à une analyse de la politique scientifique tunisienne (1956-1996), SG de l’IREMAM, CNRS-Aix.

269258-Khadija Mohsen-Finan, tunisienne, doctorat de sciences politiques sous la dir. de R. Leveau (IEP Paris, 1995), Les enjeux d’un conflit : le Sahara occidental, spécialiste du Maroc et de la question saharienne, chargée de recherches jusqu’en 2010, responsable du Maghreb à l’IFRI, politologue. HDR sous la dir. de B. Stora sur les Think-tanks au Maghreb, Paris 8.

270259-Mahfoud Smati, algérien, DE avec T. Louis-Vincent (Paris 5, 1993), Le rôle des villes dans la formation du fait national en Algérie. Auteur de Les élites algériennes sous la colonisation (Alger). Sociologue, professeur à l’Institut de sociologie d’Alger.

271260H-Nora Lafi (1965), née à Istres. Historienne spécialiste de l’histoire de l’Empire ottoman et particulièrement des villes du monde arabe (Maghreb et Moyen-Orient) pendant la période ottomane. Thèse sur Tripoli de Barbarie sous la dir. de R. Ilbert (1999). Moderniste, villes du monde arabe (Maghreb et Moyen-Orient) pendant la période ottomane. Chercheuse au Zentrum Moderner Orient (ZMO), Berlin.

272261-Luis Martinez (1965), né en France, politiste d’origine kabyle, doctorat avec G. Kepel (IEP Paris, 1998), La guerre civile en Algérie 1990-1998 ; professeur invité à la School of International and Public Affairs à Columbia University, New York (2000-2001) puis à l’université de Montréal (2007-2008). DR à l’IEP. Spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient.

273262H-Malika Zeghal (1965), tunisienne, ENS Paris, doctorat avec R. Leveau, (IEP-Paris, vers 1995), Les gardiens de l’Islam : les oulémas d’Al Azhar, auteur de la synthèse Les islamistes marocains, le défi de la Monarchie,(Paris, 2005), États-Unis.

274263H-Ghita Aouad (1965), marocaine, doctorat NR avec J.-L. Miège (Aix), sur les relations précoloniales entre le Maroc et le Sénégal. Auteur d’une histoire contemporaine du Maroc au xxe siècle pour les lycées français du Maroc.

275264-Séverine Labat (1966), doctorat NR en sciences politiques sous la dir. de G. Kepel, Les islamistes algériens, entre les urnes et le maquis(IEP, 1995) ; politologue. Prépare une HDR sur les intellectuels franco-algériens en France.

276265H-Pierre Vermeren (1966), ENS, agrégé d’histoire, thèse NR avec R. Gallissot, La formation des élites marocaines et tunisiennes (1920-2000), MCF à Paris 1.

277266H-Abdelmounim Aïssa, thèse sous la dir. de D. Rivet, La santé publique au Maroc à l’époque coloniale : 1907-1956 (Paris 1, 1997).

278267H-Jacques Cantier (1967), agrégé d’histoire, thèse NR avec J. Rives sur L’Algérie sous le régime de Vichy (1999), MCF au Mirail (Toulouse) depuis 2003. Spécialiste de l’Algérie coloniale et responsable de la revue Cahiers d’histoire immédiate (Toulouse).

279268H-Dominique Valérian (1967), spécialiste du Maghreb médiéval, membre de l’École française de Rome. MCF à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, puis professeur à Lyon.

280269H-Claire Mauss-Copeaux, thèse NR sous la dir. d’A. Rey, Images et mémoires d’appelés de la guerre d’Algérie 1955-1994 (Reims, 2003), CR CNRS Lyon (laboratoire GREMMO).

281270H-Aïcha Ghouti-Terki ép. Zelmat (1968), NR sous la dir. de R. Ilbert, Discours politique et l’écriture de l’histoire de l’Algérie : fin du xixesiècle-1964 (Aix-Marseille, 2004).

282271H-Driss Abbassi, NR sous la dir. de R. Ilbert, L’écriture de l’histoire en Tunisie de l’indépendance à nos jours : 1956 à 1998 (Aix-Marseille, 2001). A publié des travaux sur la Tunisie contemporaine. Histoire coloniale et postcoloniale du monde maghrébin. Chercheur associé depuis 2002 à l’IREMAM. ATER puis professeur contractuel. A publié Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance (Paris, Karthala, 2005). La Tunisie, le Maghreb. Constructions identitaires coloniale et postcoloniale (Paris, Autrement, à paraître).

283272-Vincent Geisser (1968), politologue, aixois, ancien boursier à l’IRMC, doctorat avec M. Camau (Aix) sur Les élus d’origine maghrébine en France, a vécu cinq ans en Tunisie (IRMC), travaille sur l’immigration, l’islam de France et l’islamophobie, CNRS, Aix.

284273H-Sylvie Thénault (1968), doctorat d’histoire NR avec J.-J. Becker (Paris 10, 1999) sur Une drôle de justice, les magistrats dans la guerre d’Algérie, synthèse sur La guerre d’indépendance algérienne (Flammarion, 2005), chercheuse au CNRS, à l’IHTP puis à Paris 1.

285274H-Christophe Guidice (1969), historien certifié, doctorat d’histoire NR avec

286D. Rivet (Paris 1, 2006), sur Tunis coloniale ville européenne, en poste dans le secondaire, expatrié. Chercheur-associé au CEMAf.

287275H-Christelle Taraud (1969), thèse NR soutenue avec D. Rivet (Paris 1, 2003), La prostitution coloniale au Maghreb. Université américaine de Paris.

Années 1970-1979 (20) : choix sélectif (selon la notoriété des travaux ou des recherches en cours)

288276H-Raed Bader (1970), palestinien, thèse NR sous la dir. de R. Ilbert, Une Algérie noire ? Traite et esclaves noirs en Algérie coloniale : 1830-1906, (Aix-Marseille, 2005). Enseignant-chercheur à la fondation Maison des sciences de l’homme (EHESS-IISMM) en 2007-2008. Maître-assistant depuis 2008 à l’université de Birzeit, Palestine.

289277H-David Lambert (1971), doctorat sous la dir. de D. Rivet, Pouvoir et influence en milieu colonial. Les notables français au Maghreb au début du xxesiècle à la Seconde Guerre mondiale (Presses universitaires de Rennes, 2009).

290278H-Raphaëlle Branche (1972), ENS, agrégée d’histoire, doctorat d’histoire NR avec J.-F. Sirinelli (IEP, 2000), La torture dans la guerre d’Algérie, puis La guerre d’Algérie, une histoire apaisée (Seuil, 2005), MCF à Paris 1. HDR sous la dir. de S. Audouin-Rouseau, Hommes et guerre en situation coloniale (EHESS, 2010).

291279H-Didier Guignard (1972), agrégé d’histoire, thèse NR sous la dir. de R. Ilbert, L’abus de pouvoir en Algérie coloniale, 1880-1914. Visibilité et singularité (Aix-Marseille 1, 2008), professeur dans le secondaire.

292280-Myriam Catusse (1972), politologue, a travaillé sous la dir. de J. Cesary sur le nouveau patronat marocain, en poste à l’IRMC à Rabat, puis à Aix, IREMAM.

293281H-Tramor Quéméneur (1973), doctorat sous la dir. de B. Stora (Paris 8), Une guerre sans « non » ? : insoumissions, refus d’obéissance et désertions de soldats français pendant la guerre d’Algérie : 1954-1962, professeur dans le secondaire.

294282H-François Dumasy (vers 1974), normalien agrégé d’histoire, doctorat d’histoire contemporaine sous la dir. de R. Ilbert, Ordonner et bâtir. Construction de l’espace urbain et ordre colonial à Tripoli pendant la colonisation italienne, 1911-1940 (université de Provence, 2006). ATER à l’ENS-LSH de Lyon.

295283H-James Mac Dougall (1974), History and the Culture of Nationalism in Algeria, Cambridge. MCF en histoire du xxe siècle au Trinity College d’Oxford.

296284H-M’Hamed Oualdi (1974), agrégé d’histoire, doctorat NR avec D. Rivet, Les Mameluks des beys de Tunis du xviiiesiècle aux années 1880 (2008), pensionnaire à l’Institut européen de Florence, puis MCF à l’INALCO. Moderniste.

297285H-Caroline Begaud (vers 1975), doctorat NR sous la dir. B. Stora, La Troisième République française coloniale en Algérie : pour une histoire politique d’Oran de 1930 à 1939 (Paris 8, 1999).

298286-Ben Achour Olfa (vers 1976), doctorat NR sous la dir. de J. Frémeaux, Les Juifs dans la nation tunisienne (1945-1961), Paris 4.

299287-Lamia Zaki (1977), marocaine, politologue. Doctorat de sciences politiques, Pratiques politiques au bidonville, Casablanca (2000-2005) (IEP de Paris, 2005). Chercheuse à l’IRMC Tunis.

300288H-Bénédicte Roy (vers 1977), doctorat NR sous la dir. de B. Stora, Histoire du groupe d’Oujda de la guerre d’Algérie à l’indépendance (Paris 8, 2010). 289-Mickaël Béchir Ayari (1977), franco-tunisien, doctorat NR avec M. Camau (Aix, 2009), S’engager en régime autoritaire, gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante, politologue, Aix. 290H-Marie Chominot (1977), doctorat NR sous la dir. de B. Stora, La guerre d’images. La photographie pendant la guerre d’Algérie (2009).

301291H-Sybille Chapeu, doctorat NR sous la dir. de J.-F. Soulet, Des chrétiens dans la guerre d’Algérie. La Mission de France (Toulouse Le Mirail, 2002).

302292H-Malika Rahal, algérienne, agrégée d’histoire, thèse NR soutenue avec Benjamin Stora, L’Union démocratique du Manifeste algérien (1946-1956).

303Histoire d’un parti politique. L’autre nationalisme algérien (2007), MCF en histoire et politique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à l’université de Nottingham.

304293H-Linda Amiri, algérienne, thèse NR avec B. Stora à l’IEP sur La fédération de France du FLN (soutenue).

305294H-Ali Guennoun (vers 1978), doctorat NR en cours sous la dir. d’O. Carlier, Le berbérisme dans l’Algérie contemporaine : l’histoire d’un mouvement idéologique, Paris 1.

306295H-Lydia Aït Saadi (1978), algérienne, doctorat NR sous la dir. de B. Stora, INALCO, L’émergence de la nation algérienne dans les manuels scolaires d’histoire algériens.

307296H-Rachid Agrour (Nanterre, 1979), doctorant NR sous la dir. de D. Rivet sur Le mouvement hibiste et les tribus berbères de l’Anti-Atlas (1910-1934) (Paris 1, 2009).

Années 1980 (9) : choix non exhaustif

308297H-François Cagne (vers 1981), diplômé de l’ESCP, doctorant d’histoire NR sous la dir. de D. Rivet (Paris 1), La fabrication de l’État au Maroc (19561975), consultant.

309298H-Khaoula Benzarti (vers 1981), tunisienne, doctorat NR en cours sous la dir. de G. Pervillé, Mes cartes postales d’AFN (1850-1950) (Toulouse Le Mirail).

310299H-Emmanuel Alcaraz (vers 1981), doctorat NR en cours sous la dir. de B. Stora, La mémoire de la révolution algérienne de 1962 à nos jours, (INALCO).

311300H-Julien Fromage (vers 1981), doctorat NR en cours sous la dir. d’O. Carlier, La Fédération des élus musulmans du département de Constantine dans les années trente (EHESS).

312301H-Ziad Karoui, doctorat NR en cours sous la dir. d’O. Carlier, Les dockers du port de Bizerte à l’époque coloniale (Paris 1).

313302H-Mohand Hamer, doctorat NR sous la dir. d’O. Carlier, La crise de l’été 62 en Algérie (Paris 7, 2010). 303H-Simon Girard, doctorat NR sous la dir. d’O. Carlier, Le PPA dans le département d’Alger (Paris 7, 2010).

314304H-Guillaume Denglos, doctorat NR en cours sous la dir. de N. Picaudou, Alphonse Juin et le Maroc : du protectorat à la souveraineté (1947-1951), (Paris 1).

315305H-Philippe Urvoy, doctorat NR en cours sous la dir. de N. Picaudou, Guerre coloniale et investissement de l’espace rural : la France et le Makhzen dans le Sud-Est du Maroc (Paris 1).

Notes

1 Liste des abréviations utilisées : CR : chargé de recherches ; DE : doctorat d’État ; DES : diplôme d’enseignement supérieur ; DR : directeur de recherches ; HDR : habilitation à diriger des recherches ; MCF : maître de conférences ; doctorat NR : doctorat nouveau régime.

Table des illustrations

Titre Spécialistes de l’Afrique du Nord et du Maghreb en sciences humaines et juridiques (par décennie)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Publications de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable