Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012)

 | 
Pierre Vermeren

Les hommes et l’histoire : transmission et ruptures des savoirs

Chapitre 8. Les historiographies étrangères

Texte intégral

1À rebours de notre démarche, nous allons sortir, durant ces quelques pages, du cadre de l’historiographie française. Quelques coups de sonde non exhaustifs seront lancés en direction des historiographies maghrébines, anglo-saxonnes et espagnoles, afin de mettre en valeur les deux aspects suivants.

2Le premier tient à l’intégration de la recherche historiographique des champs français et maghrébins, suivant sur le mode bilatéral des relations entre l’ancienne puissance coloniale et ses anciennes dépendances. Durant ces cinquante années, on assiste bien à l’émancipation progressive des champs universitaires et de recherches maghrébins. Mais par le jeu de la langue, des thèses et de la direction des recherches, l’émancipation des historiographies nationales est à la fois lente et jamais achevée, dès lors que les recherches s’accomplissent en langue française sue des archives souvent de langue française. Dans un domaine éminent de la souveraineté nationale, l’écriture de l’Histoire, il convient de souligner les paradoxes d’une émancipation qui se mire dans le regard du mixte franco-maghrébin.

3Sur le second aspect, Christophe Charle souligne ainsi l’intérêt d’un détour hors du champ historiographique national :

  • 1 Christophe Charle, « Rapport de soutenance de l’habilitation à diriger les recherches de Pierre Ve (...)

« Le regard comparatif sur les historiographies non françaises du Maghreb est éclairant, car précisément il permet de distinguer ce qui relève de la position générale d’un champ d’étude dominé et ce qui tient aux habitudes institutionnelles et intellectuelles de chaque espace académique : histoire sous surveillance ou sous influence dans le cas de l’historiographie du Maghreb, anthropologie ou histoire soumise aux modes et aux changements de l’air du temps dans l’espace anglophone1. »

4Pour autant, ce coup de sonde n’est pas exempt de limites. Dans le cas des historiographies anglo-saxonnes et hispaniques, l’accent sera quelque peu déporté vers le Maroc, et notamment la guerre du Rif, qui polarise grandement l’historiographie espagnole. Concernant la Tunisie et l’Algérie, il aurait fallu accorder une place éminente aux travaux de Julia Clancy-Smith et de James McDougall, en pointe dans leurs domaines, respectivement aux États-Unis et en Angleterre. On négligerait enfin à tort les travaux fondamentaux effectués en langue italienne, essentiels pour la Libye, mais aussi pour la Tunisie, malheureusement trop ignorés par les chercheurs francophones. M’Hamed Oualdi, qui fut pensionnaire à l’Institut européen de Florence, a été frappé par la capacité de ces chercheurs à exhumer des fonds d’archives locaux, disséminés dans la Péninsule, pour construire les objets originaux de leurs recherches. Malgré ces limites, la réflexion en cours doit être élargie.

Professeurs maghrébins : transmission ou autonomisation ?

Primat idéologique en Algérie

5La rupture entre les universités du Maghreb indépendant et les universités de France métropolitaine est postérieure à la colonisation. Elle n’est pas totale puisque les structures administratives et pédagogiques de ces universités restent calquées sur celles des universités françaises. Les réformes européennes, même les plus récentes (masterisation, licence en trois ans, LMD, nouvelle thèse, etc.), y sont généralement appliquées avec un décalage de quelques années. Ces réformes sont imposées par la recherche d’une circulation des étudiants et des enseignants, qui, bien qu’entravée entre le Sud et le Nord par rapport aux années 1970 et 1980, reste d’actualité. Les universités du Maghreb, dans les années 2000, continuent d’élire des universitaires dont les doctorats sont soutenus en France, et l’université française, dans les années 1990, a accueilli de manière définitive plusieurs dizaines d’universitaires d’Algérie. Quant aux étudiants, si leur circulation est devenue très difficile en premier cycle, elle reste fréquente en master, et parfois financée pour le doctorat. Marocains et Algériens font toujours partie du trio de tête des communautés estudiantines étrangères en France.

  • 2 Voir à cet égard les chiffres que je fournis dans mon doctorat.

6Pourtant, une coupure s’est bel et bien établie dans les années 1970 entre universités françaises et maghrébines. La rupture s’est produite après le départ des coopérants universitaires (échelonné jusque vers 1995), qui constituaient encore, en 1975, la majorité des universitaires du Maghreb2. Depuis la fin des années 1970 et les réformes de nationalisation (du corps enseignant et des programmes) et d’arabisation, depuis que les thèses des différentes disciplines ont la possibilité d’être soutenues au Maghreb devant des jurys nationaux, les universités du Maghreb sont autonomes et indépendantes. Dans chaque pays, l’université mère s’est démultipliée par la création d’universités sœurs ou rivales dans les autres grandes villes.

  • 3 Voir à ce sujet l’évolution des manuels scolaires d’histoire de Tunisie, rédigés par des commissio (...)
  • 4 L’expression est empruntée à Guy Pervillé.

7Mais c’est l’indépendance scientifique de l’historiographie du Maghreb qui nous intéresse. La vision maghrébine est presque partout inexistante au profit d’une vision nationale imposée par les idéologies d’État3, la synthèse historique d’A. Laroui est à cet égard exceptionnelle. L’Algérie est au cœur de cette problématique, du fait de son histoire particulière. L’université d’Alger recèle quatre sortes d’historiens à l’indépendance : les « idéologues du PPA-MTLD4 », qui ont permis d’adosser la lutte armée à une production de combat ; les producteurs du savoir colonial, qui quittent le pays en 1962, ou peu s’en faut ; les intellectuels critiques français, type Paul-Albert Février, qui se méfient d’un récit purement idéologique ; et les jeunes intellectuels marxistes ou tiers-mondistes qui débarquent à l’université d’Alger. C’est dans cette configuration complexe que se recompose le paysage et que naît la nouvelle génération d’historiens.

8Mostépha Lachéraf, antiquisant et disciple de S. Gsell, qui a 45 ans en 1962, a joué un rôle important au PPA-MTLD, puis au FLN (il fut arraisonné dans le Boeing avec Ben Bella). Cet historien antiquisant et médiéviste a renoncé à l’enseignement avant la guerre pour une carrière politique. En revanche, Mahfoud Kaddache, ancien professeur d’histoire au lycée de Médéa, qui a 41 ans en 1962, devient un pilier de l’université d’Alger. Cet ancien proche du MTLD fonde en 1966 la Revue d’histoire et de civilisation du Maghreb. Cet acte dit la symbolique qui s’attache au récit historique dans les circonstances de l’époque, ne serait-ce que pour bannir la science coloniale et son appétence à l’anthropologie. Ce n’est qu’en 1997, à Oran, qu’est fondée par le CRASC la revue Insaniyat, « revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales », une terminologie prohibée à l’indépendance.

9M. Kaddache, qui a soutenu une thèse de IIIe cycle sous la direction de X. Yacono (« La vie politique à Alger de 1919 à 1939 »), reste fidèle à son directeur pour la thèse d’État, « Question nationale et politique algérienne (1919-1951) », soutenue en 1978 à Toulouse. Dès les années 1971-1972, de vifs débats intellectuels se déroulent à l’université d’Alger, opposant M. Kaddache, sur une ligne très nationaliste, à René Gallissot, porteur d’un discours marxiste internationaliste. L’enjeu n’est pas mince, car il s’agit de construire une nouvelle école d’historiens algériens, appelée à émerger dans les années 1980.

  • 5 Mostépha Lachéraf, Algérie, nation et société, Paris, Maspero, 1965, 354 p.

10Pourtant, à certains égards, il faut attendre que, de l’extérieur, par l’intermédiaire de M. Harbi, O. Carlier, B. Stora, et même d’un Ahmed Mahsas, des historiens du nationalisme algérien et de la guerre de libération imposent un autre discours, pour renouer les fils d’une histoire moins idéologique. Pour l’heure, le récit idéologique de légitimation du régime domine, qui s’impose par les voix de Mohammed Salhi, des historiens-oulémas déjà cités, ou de Mostépha Lachéraf. Il publie ses textes antérieurs à son arrestation dans Algérie, nation et société5. Rédacteur en chef d’El Moudjahid pendant l’été 1962, il participe en 1976 à la rédaction de la « Charte nationale », un texte d’orientation structurant du régime.

  • 6 Ces auteurs et leurs thèses sont cités en annexes. Par exemple : Abdelmadjid Merdaci, doctorat sou (...)

11Bousculée par les intellectuels français d’Alger, marxistes comme R. Gallissot ou chrétiens de gauche comme Y. Turin, l’histoire officielle de l’Algérie contemporaine reste néanmoins le champ clos du nouveau régime. Il est frappant que les historiens algériens formés durant ces années, Daho Djerbal, Fouad Soufi, Hassan Remaoun, Mohamed El Korso, à de rares exceptions comme Abderrahim Taleb-Bendiab (le syndicalisme colonial algérien, membre de l’équipe du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Maghreb, Algérie, sous la dir. de R. Gallissot, éd. de l’Atelier, 2006), Ouanassa Siari-Tengour (les communes mixtes au xixe siècle) ou Abdelmajid Merdaci (la musique et les musiciens de Constantine)6, aient assez peu écrit et publié, optant souvent pour des carrières institutionnelles. L’histoire de l’Algérie coloniale et du nationalisme était trop essentielle, aux yeux du régime, pour être laissée aux mains d’historiens peu sûrs.

12Or en 1966 avait été créé le Parti de l’avant-garde socialiste (PAGS), par Bachir Hadj Ali, ancien rédacteur en chef de l’organe du PCA Liberté, patron du PCA rallié à la révolution algérienne (interdit en 1962), puis proche de Mohammed Harbi en 1963. Non officiellement reconnu par un pouvoir qui méprise les intellectuels – a fortiori marxistes –, le PAGS fut le principal parti d’opposition sous le parti unique. Il n’est légalisé qu’en 1989. Héritier du PCA, il s’oppose au gouvernement, tout en servant d’aimant à une jeunesse intellectuelle contestataire (N. Benallegue, F. Soufi au sein de l’UNEA, alors tenue par le PAGS). De nombreux jeunes intellectuels, notamment en sciences humaines, sont socialisés au sein de cette organisation, ce qui valut à plusieurs centaines d’entre eux d’être enlevés et torturés.

13Plusieurs historiens (H. Remaoun) et sociologues (A. Kadri, A. Merdaci), proches ou membres du PAGS, ont prolongé dans des conditions redoutables l’écriture de l’histoire de l’Algérie contemporaine. Cette dissidence interne, en marge de l’histoire officielle, a produit des travaux de recherche et des thèses soutenues en France. Si tous les doctorants, parfois élus universitaires, ne sont pas pagsistes, leur marginalisation les rapproche. Il faut attendre la fin du parti unique pour que leurs travaux soient publiés en Algérie. Pourtant, certains doctorants furent recrutés et dûment dotés en postes universitaires ou à responsabilité, à condition de respecter une clause de discrétion.

  • 7 Nora Benallegue Chaouia, Le mouvement syndical en Algérie (1930-1942), thèse de IIIe cycle sous la (...)

14René Gallissot (histoire), Jean Leca (sciences politiques) et Pierre Marthelot (sociologie) furent les principaux directeurs de thèse de ces intellectuels dissidents. En histoire, R. Gallissot a encadré d’importantes thèses d’histoire sociale, comme celle de Nora Benallegue Chaouia sur le syndicalisme dans l’Algérie des années 1930, puis celles de trois historiens qui structurent le champ des études algériennes depuis les années 1990 : Daho Djerbal, sur la propriété foncière dans l’Oranie coloniale, Hassan Remaoun sur le mouvement communiste international des années 1960, et Mohammed El Korso, qui soutient en 1989 une thèse d’histoire pionnière sur le réformisme musulman (islah) en Oranie, dans les années 1930 et 1940. La même année, Ahmed Rouadjia soutient une thèse de troisième cycle sur la construction des mosquées à Constantine depuis l’indépendance, qui annonce la montée de l’islam politique et la naissance du FIS en 1989 (Les frères de la mosquée). Ces travaux pionniers, imposés par les chercheurs algériens, montrent que l’islam politique finit par s’imposer, trente ans après l’indépendance, à une recherche qui l’avait occulté depuis 19627.

  • 8 Abdelhamid Djebbar, Le Parti communiste algérien et la question nationale, doctorat d’État de scie (...)
  • 9 Ahmed Zouggari, Islam et mouvement national, sous la dir. de Pierre Marthelot, thèse de IIIe cycle (...)

15Sous la direction de Jean Leca sont soutenues à Grenoble les thèses d’Abdelhamid Djebbar sur le PCA (1975), de Sliman Chikh sur la révolution algérienne (1975), les travaux déjà cités d’Omar Carlier, ou encore de Yamina Dhina Bettahar sur la science coloniale et son enracinement en Algérie (1998)8. Pierre Marthelot a poussé des thèses sur des thématiques alors inaudibles en Algérie. Ahmed Zouggari, en échos aux travaux d’Ali Merad, a travaillé sur le rapport entre islam et mouvement national (1977). Kamel Bouguessa fut l’un des premiers, sous la même direction, à produire un travail pionnier de grande qualité sur la première organisation indépendantiste algérienne, l’Étoile nord-africaine, et la naissance du mouvement séparatiste algérien, dans la banlieue parisienne des années 19209. Interdit sous le parti unique, ce sujet annonce les travaux de B. Stora sur Messali Hadj. Il est publié en 2000 en Algérie.

  • 10 Ali Haroun (1927), La septième wilaya, la guerre du FLN en France : 1954-1962, Paris, Seuil, 1986. (...)

16Avec la décomposition du parti unique, à la fin des années 1980, d’autres travaux émergent, qui balisent le xxe siècle algérien, même s’ils sont étouffés par le fracas de la « décennie noire ». L’historien Ali Haroun (1927) publie au Seuil (1986) La septième wilaya, la guerre du FLN en France : 1954-196210. Des colloques prennent le relais, permettant à ces intellectuels critiques de s’exprimer, malgré la persistance de la chape de plomb. À certains égards, le pouvoir militaire y trouve son compte, dès lors que ces recherches entretiennent le contentieux colonial avec une France vouée aux gémonies.

17Dans les années 1990, plusieurs historiens, anthropologues et sociologues s’installent en France, comme O. Siari-Tenguour, ou des berbéristes comme Tassadit Yacine, pour poursuivre leur travail. À l’inverse, certains sociologues demeurés en Algérie, et même des anthropologues, moins sou­mis à la pression politique, ont pu s’approprier des espaces de liberté, dont le CRASC à Oran a été un bon exemple (H. Remaoun en devient un pilier). Pourtant, sous un régime autoritaire comme l’Algérie, même ceux-ci, à qui a été confiée l’interface avec la recherche internationale, sont astreints à une extrême prudence, sous peine de sanctions.

Histoire et nationalisme en Tunisie

  • 11 Pour une vision plus complète, voir Driss Abbassi, doctorat d’histoire sous la dir. de Robert Ilbe (...)
  • 12 Mohamed Taalbi, L’émirat aghlabide. Histoire politique, Paris, Éditions Adrien-Maisonneuve, 1966.

18En Tunisie, le cheikh de la Zitouna Abdelaziz Taalbi a, le premier, publié après la Grande Guerre un pamphlet historique pour démontrer l’abaissement que le protectorat a imposé à la Tunisie. Mais la Tunisie jouit d’une avance historique importante dans la formation scolaire et universitaire de ses élites. Plusieurs intellectuels bien formés, réellement bilingues et hautement diplômés, investissent le champ historique11. Ainsi le Tunisois Mohamed Talbi (1921), islamologue agrégé d’arabe et historien médiéviste, devient le premier doyen de la faculté des lettres de l’université de Tunis. Il soutient sa thèse en Sorbonne en 1966 sous la direction de Claude Cahen : L’émirat aghlabide. Histoire politique12. Cette thèse annonce une école historique de haut niveau, surtout en histoire moderne ottomane, dont Mohammed Hédi-Chérif (né en 1932) est un pilier.

  • 13 Mohammed Hédi-Chérif, doctorat d’État sous la dir. de Jean Ganiage, Pouvoir et société dans la Tun (...)
  • 14 Mustapha Kraiem, IIIe cycle sous la dir. d’A. Nouschi, La Tunisie précoloniale. État, économie, so (...)

19Son doctorat d’État sous la direction de J. Ganiage, Pouvoir et société dans la Tunisie de Hussein Ben Ali (1705-1740) (1979, Paris 4)13, en fait un des principaux historiens de la Tunisie indépendante. Il est l’auteur d’une Histoire de la Tunisie publiée en arabe en 1976. Parmi d’autres, il faut citer deux docteurs dirigés par A. Nouschi à Nice : Mustapha Kraïem, qui soutient en 1972 un IIIe cycle, La Tunisie précoloniale. État, économie, société14, et Ali Mahjoubi, qui écrit une thèse prometteuse en 1980, Les origines du mouvement national en Tunisie 1904-1934.

20Cette école tunisienne reprend en l’amplifiant un sillon déjà tracé, dans la filiation de l’école française. Mais elle s’attaque à l’histoire du protectorat français et du « mouvement national ». En même temps qu’Ali Mahjoubi, Mustapha Kraïem se lance dans la lecture des archives, de la presse, des mémoires et témoignages publiés par les militants, et il enquête oralement. Il restitue cette masse dans plusieurs ouvrages d’histoire serrés, très bien renseignés, sur le protectorat et les résistances tunisiennes. Le régime du président Bourguiba, en dépit de sa méfiance, semble flatté. Il laisse travailler ce professeur et ses étudiants, bientôt rejoints par des étudiants de M. Hédi-Chérif (cf. le travail remarquable d’Adel Ben Youssef consacré aux étudiants tunisiens en France sous le protectorat). Le régime s’est en outre doté d’un historiographe officiel, Mohamed Sayah, qui publie des archives du nationalisme, parfois même celles d’un président féru d’histoire.

21Le CERES (Centre d’études et de recherches économiques et sociales, Tunis) et ses Cahiers sont un lieu de débat et d’élaboration de ces travaux, avant la création par le régime du président Ben Ali, en 1989, d’un Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ISHMN). Il est officiellement en charge de cette histoire qui légitime la République. Lié à l’université de la Manouba, cet institut fédère une école d’histoire contemporaine. La première génération (Raouf Hamza, Kmar Bendana…) quitte l’ISHMN pour relever les universitaires en fin de carrière. Mais une nouvelle génération s’annonce, assez en pointe dans l’historiographie maghrébine (Fayçal Chérif, Khaled Abid, Béchir Yazidi…), dotée de moyens matériels conséquents, notamment dans la copie, l’image et le son. Ils ont précocement microfilmé les fonds d’archives sur la Tunisie rapatriés en France15, et publient dans la revue Rawafid (1995).

Maroc, l’Histoire à l’ombre de la légitimation monarchique

22Au Maroc, le rapport à l’histoire nationale est intrinsèquement lié à l’État sultanien, qui trouve dans l’Histoire les fondements de sa légitimité politique (chérifienne et califale) et de sa grandeur. L’histoire ne peut pas être laissée impunément aux historiens qui auraient tôt fait de souligner la complexité historique et de ressusciter les divergences et les compromissions du passé, en particulier de la période coloniale. D’emblée, le régime monarchique entreprend une politique de contrôle des archives et des historiens. En outre, il s’est adjoint les services de deux idéologues fidèles, chargés d’écrire et de contrôler l’histoire officielle présentée dans les médias et à l’école. Un cousin de Hassan II, Moulay Ahmed Alaoui (1919-2003), journaliste formé à Paris au sein de l’Istiqlal, créateur du groupe de presse Maroc-Soir et onze fois ministre (notamment de l’Information), s’est acquitté avec zèle et non sans brio de cette tâche. Il fut la plume du trône alaouite dans le Matin. Au palais, pendant ce temps, règne sur les archives et l’historiographie du royaume, d’origine algérienne, Abdelouahab Benmansour (1920-2008), nommé à ce poste par Hassan II.

  • 16 Germain Ayache, doctorat d’État sous la dir. de Jean Duroselle, Les origines de la guerre du Rif ( (...)

23Le régime n’a pourtant pas répudié l’histoire à l’université, préférant la contrôler à Rabat plutôt que de la laisser s’écrire à Paris (comme le colloque sur Abdelkrim de Paris 8 en 1973). En outre, le régime marocain, attaché à l’histoire qui l’ancre dans un passé immémorial, ne la redoute pas par principe, mais seulement dans certains biais. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter la nomination de Ch.-A. Julien en 1959 à la tête de la nouvelle université. Mohammed V lui vouait respect et amitié. Sous sa tutelle, une école historique de qualité se met en place à Rabat, qu’il s’agisse de G. Ayache, juif marocain né en Algérie en 1915, auteur d’une thèse à la Sorbonne avec J.-B. Duroselle16, ou d’A. Laroui.

  • 17 Abdallah Laroui, L’idéologie arabe contemporaine, Paris, Maspero, 1967.
  • 18 Abdallah Laroui, Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, Maspero, 1970.

24Né à Azzemmour en 1933, A. Laroui a suivi ses études à Moulay-Youssef à Rabat, puis à la Sorbonne et à l’IEP de Paris. Enseignant d’histoire à l’université de Rabat en 1964, il s’impose par ses écrits comme l’historien le plus brillant et le plus écouté d’Afrique du Nord, à Paris comme au Proche-Orient. Son premier ouvrage, L’idéologie arabe contemporaine17, l’érige sur le devant de la scène intellectuelle arabe, ce que confirme son ambitieuse Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse18, son second ouvrage, qui signifie la reprise en main par les Maghrébins de leur Histoire.

25Pour G. Pervillé, il s’agit de la première « tentative remarquable de décoloniser l’histoire de l’ensemble de l’Afrique du Nord ». L’auteur estimait « qu’il valait la peine de donner le point de vue d’un Maghrébin sur l’histoire de sa patrie, même s’il ne devait apporter sur le plan de la recherche que peu de nouveautés, même s’il ne devait différer des historiens coloniaux que par l’interprétation de certains faits ».

26Puis la Sorbonne produit une seconde génération sur le Maroc indépendant : Mohammed Kenbib, auteur d’un IIIe cycle avec J.-B. Duroselle sur Les relations judéo-musulmanes au Maroc de 1859 à 1948 (Paris 1, 1992), et d’un doctorat d’État avec D. Rivet sur Les protections étrangères du Maroc au xixesiècle-début xxesiècle (Paris 1, 1996). Mustapha Bouaziz soutient un doctorat avec J.-C. Allain sur Le mouvement national marocain de 1912 à 1975, permanences et renouvellement (Paris 1, 1987), puis Jamaâ Baïda sur La presse politique marocaine d’expression française des origines à 1956 (Rabat, 1996).

27D’autres thèses ont été soutenues en province, comme celles de M’Barek Zaki sous la direction de J.-L. Miège (Les mouvements d’opposition au Maroc (1956-1970), en IIIe cycle, et Le Maroc de la résistance, de la pénétration pacifique au mouvement de libération nationale (1845-1958), en doctorat d’État, ou celle d’Amina Aouchar-Irhaï, qui soutient en 1985 un doctorat d’État à Bordeaux sous la direction de P. Guillaume, Colonisation et transformation d’une société, l’Outat (Haute-Moulouya).

  • 19 Alain Roussillon, « Sociologie et identité en Égypte et au Maroc : le travail de deuil de la colon (...)

28Cette relative poussée vers la discipline historique, qu’il faut agrémenter d’autres noms, s’explique par un effet de substitution. L’anthropologie a été si développée par le protectorat qu’elle est apparue suspecte19. Il est symptomatique que ce soit un Français du Maroc (naturalisé de surcroît), Paul Pascon, qui ait repris le flambeau de l’anthropologie, rebaptisée « sociologie rurale », et que ses élèves aient souvent bifurqué : vers l’anthropologie anglo-saxonne (Abdallah Hammoudi), vers l’histoire (Mohammed Ennaji), vers la sociologie et la poésie (Abdelkébir Khatibi)…, comme s’il était devenu pour un temps impossible de pratiquer cette science « coloniale » en tant que Marocain.

  • 20 Ibid.

29Mais l’histoire est restée une science noble, souvent liée à l’université française, quand les sciences sociales étaient regardées avec suspicion. P. Pascon n’a pas ménagé ses efforts pour poser avec ses étudiants les « bases d’un champ scientifique autonome », dont la problématique centrale serait le « paradigme ruraliste » énoncé comme suit, « savoir pourquoi et rechercher quand la grande histoire du Maroc s’est brisée20 ». En 1960, la création de l’Institut de sociologie de Rabat (266 étudiants en 1965-1966) s’annonçait comme une reconquête. Mais il fut fermé par le Palais en 1970 pour « dérive gauchiste ». L’année précédente, une section de sociologie rurale était créée au sein de l’Institut d’études agronomiques et vétérinaires Hassan II de Rabat, qui maintint un petit noyau de fidèles autour de Pascon, avant et après sa mort en 1985. Mais le corps de la sociologie marocaine était brisé.

30Dès 1975, A. Khatibi, nommé à la tête de l’Institut universitaire de la recherche scientifique (IURS), proposait une « dissolution de l’ethnologie » au profit de l’histoire, et l’institution d’« appareils conceptuels conçus selon le code de la langue arabe ». Le refuge de la sociologie marocaine, le Bulletin économique et social du Maroc (le BESM créé en 1933) semble condamné à une mort lente après avoir tant produit. Il est finalement repris après 2000 par l’IURS de l’historienne A. Aouchar-Irhaï. Entre-temps, une partie de l’anthropologie marocaine s’est recomposée, souvent du côté des Américains.

Du côté des Anglo-Saxons, une historiographie méconnue en France

31L’Afrique du Nord est une des rares aires dans lesquelles les Anglo-Saxons ont scientifiquement peu investi. Des intérêts politiques mineurs et la tutelle française sur la région les en ont maintenus éloignés jusqu’en 1942. Mais depuis le débarquement anglo-américain, les Américains ont noué de solides contacts. Mais c’est l’intensité du conflit de décolonisation en Algérie, le risque que la France y perde pied et l’indépendance de ce pays qui ont attiré leur attention sur cette région très mal connue. Un intérêt scientifique américain inédit s’est manifesté dans les années 1960, principalement en anthropologie du Maroc (le contrôle du détroit de Gibraltar sur le flanc sud de l’OTAN est stratégique). Ce courant principal n’exclut pas l’intérêt d’historiens et de politologues (y compris britanniques) pour l’Afrique du Nord.

32Puis l’anthropologie américaine s’est éloignée du Maroc. L’intérêt des États-Unis pour le Proche-Orient et la péninsule Arabique est devenu hégémonique dans les années 1980. Mais les liens tissés au Maghreb n’ont pas été abolis, suscitant la migration de quelques intellectuels maghrébins vers les centres de recherche américains. Depuis les années 1990 (guerre civile en Algérie) et 2000 (offensive d’Al Qaïda, transition marocaine, guerre d’Irak, réserves d’hydrocarbures algériennes, surveillance du Sahel), le Maghreb est revenu dans l’optique stratégique des États-Unis. L’accumulation de connaissances à réactualiser remet à l’honneur l’héritage anthropologique des années 1960.

  • 21 John P. Halstead, Rebirth of a Nation. The Origins of Morrocan Nationalism 1912-1944, Cambridge, H (...)
  • 22 William A. Jr Hoisington, Lyautey and the French Conquest of Morocco, New York, St. Martin’s Press (...)
  • 23 The Casablanca Connection: French Colonial Policy, 1936-1943, North Carolina, 1984.

33Depuis les années 1960, une poignée d’historiens américains ont travaillé sur le Maroc. Dégagés de la science et des préjugés coloniaux, leurs travaux ont fait date, même s’ils n’ont pas suscité de véritable école historiographique et qu’ils sont restés confidentiels en langue française. Soucieux de comprendre la nature et les origines du nationalisme marocain, à la manière des travaux d’A. Laroui, ils s’intéressent au xixe siècle précolonial, en ciblant les populations et les élites musulmanes. Ainsi, John P. Halstead (1923) publie en 1967 un ouvrage consacré à la « renaissance » du nationalisme dans le cadre du protectorat21. Puis Edmund Burke III publie en 1976 une étude sur les Marocains face à l’impérialisme avant 1912. Vingt ans plus tard, William A. Jr Hoisington s’intéresse à la « pacification » marocaine, sous la houlette d’Hubert Lyautey22. Professeur émérite d’histoire coloniale européenne et française à l’université de l’Illinois de Chicago, il a produit en langue anglaise une synthèse sur l’impérialisme français en Afrique du Nord, au prisme de ses élites coloniales, The Casablanca Connection : French Colonial Policy, 1936-194323 (traduite en français et en arabe).

34En outre, l’historien irlandais C. Richard Pennell, né en 1946 et professeur associé à Melbourne, complète cette fresque anglophone du Maroc contemporain par ses travaux sur le Rif. Ayant l’intention d’écrire une biographie d’Abdelkrim, il s’est mis à l’espagnol. Bon connaisseur des archives militaires de Melilla et des archives de Alcala de Henares et de Avila (fonds de la Comandancia de Ceuta), il est le premier historien à envisager globalement le Rif face aux administrateurs espagnols. Les rapports espagnols sur les Beni Ouriagels lui ont permis de reconstituer le clan des Al Khattabi, du temps où ils sont des Moros Amigos. Abdelkrim fut longtemps l’enfant chéri de la Comandancia de Melilla qui le couvre d’honneurs jusqu’à sa rupture avec les Espagnols.

  • 24 A Country with a Government and a Flag. The Rif War in Morocco, 1921-1926, Cambridge-shire, Middle (...)
  • 25 Morocco since 1830: a History, Londres/New York, C. Hurst/New York University Press, 2000.
  • 26 La Guerra del Rif : Abd-el-Krim el Jattabi y su Estado rifeño, Universidad Nacional de Distancia a (...)
  • 27 Marruecos: del Imperio a la Independencia (revised edition and translation of Morocco: From Empire (...)

35L’ouvrage de C. R. Pennell, A Country with a Government and a Flag. The Rif War in Morocco, 1921-192624, est aujourd’hui incontournable, mais personne ne l’a traduit en arabe ou en français. Après avoir séjourné en Libye, C. R. Pennell a repris ses travaux sur le Maroc contemporain, dont il est le meilleur spécialiste de langue anglaise, bien qu’en marge de l’université britannique. Auteur d’une histoire du Maroc contemporain25, il approfondit ses travaux sur le Maroc colonial et la question rifaine, publiant en espagnol et en anglais: La Guerra del Rif: Abd-el-Krim el Jattabi y su Estado rifeño26, puis Marruecos: del Imperio a la Independencia27.

  • 28 Shannon E. Fleming, Primo de Rivera and Abd-el-Krim. The Struggle in Spanish Morocco, 1923-1927, N (...)
  • 29 Rudibert Kunz et Dieter Müller, Giftgas gegen Abd el Krim, Deutschland, Spanien und der Gaskrieg i (...)

36L’historien américain Shannon E. Fleming avait consacré au Rif des travaux précurseurs dès les années 1960. Auteur d’une thèse de master sur Anoual en 1969 à l’université du Minnesota, il soutient en 1974 un PhD consacré à la guerre du Rif, publié en 1991 sous le titre Primo de Rivera and Abd-el-Krim. The Struggle in Spanish Morocco, 1923-192728 (université du Wisconsin). Il explique comment l’« Affaire du Maroc » est devenue l’« Affaire de l’Espagne », puisque la société espagnole se place dans une « séquence » marocaine jusqu’à la victoire de Franco en 1939. C’est Primo de Rivera, submergé au Maroc, qui appelle Pétain au secours. Si l’on ajoute qu’en Suisse, et plus récemment en Espagne, de vives controverses historiques sont consacrées aux armes sales utilisées dans le Rif29 (pour la première fois, l’armée espagnole a utilisé durant des mois son aviation pour écraser de bombes sales – ypérite – les combattants rifains, surtout les populations civiles et les troupeaux), on mesure l’éloignement de l’historiographie française.

  • 30 Abd el-Krim et la République du Rif, Actes du colloque international d’études historiques et socio (...)
  • 31 Vincent Courcelle-Labrousse, Nicolas Marmié, La guerre du Rif, Maroc, 1921-1926, Paris, Tallandier (...)

37Paralysé par ces précédents et la menace qu’il croit percevoir dans l’irrédentisme rifain, le Palais royal n’autorise pas les travaux universitaires consacrés à Abdelkrim et à ce conflit, leur préférant l’histoire des notables ralliés de Tétouan et Tanger. Depuis le colloque de Vincennes de 1973 consacré à la République du Rif30, plus aucun travail universitaire d’envergure n’a comblé ce vide. Le récent ouvrage publié en France sur le sujet31, par un avocat et un journaliste (ancien salarié de la radio privée franco-marocaine Médi I), n’apporte rien : la guerre du Rif est décrite en guerre coloniale, avec un suivi chronologique des opérations militaires françaises et espagnoles. Les enjeux marocains de la révolte rifaine sur le Makhzen, le rapport des tribus au palais, la siba, le rapport à la République, au chérifisme et au kémalisme, l’usage des armes sales, ainsi que le rôle de cette guerre dans la construction du fascisme méditerranéen dans les années 1920, tout cela est tu. L’historiographie française se caractérise ici par son suivisme par rapport aux tabous politiques marocains.

  • 32 Vladimirovitch Orlov Vladimir, Organisation sociale traditionnelle du Maroc alaouite (mi-xviiie-dé (...)
  • 33 Réduction en français de sa thèse traduite par l’auteur, EJOS, II, 1999, no 2, 1-13. Institut d’ét (...)
  • 34 Benjamin Stora, Algeria, a Short History: 1830-2000, État de New York, Cornell University Press, 2 (...)
  • 35 John Douglas Ruedy, Modern Algeria: the Origins and Development of a Nation, Bloomington (Ind.), I (...)
  • 36 Matthew James Connelly, A Diplomatic Revolution: Algeria’s Fight for Independence and the Origins (...)

38L’idée selon laquelle la recherche en langue française (et secondairement en anglais dans le domaine de l’anthropologie) est le véhicule presque unique, hors langue arabe, des études maghrébines doit être fermement combattue. En revanche, faute de traductions, les travaux importants ignorés en français sont légion. Évoquons, en histoire moderne, la thèse d’un historien orientaliste, Vladimir Vladimirovitch Orlov, de l’université de Moscou32, traduite sous le titre Despotisme non despotique. Tribu, État et Islam au Maroc alaouite (mi xviiie-début xixe)33. Concernant l’Algérie, on pense à l’ouvrage de John Douglas Ruedy, professeur émérite du département d’histoire de Georgetown, qui fait autorité aux États-Unis depuis 1992 (nonobstant la traduction de l’histoire de l’Algérie depuis 1830 de B. Stora34), Modern Algeria : the Origins and Development of a Nation35. Ce solide travail est complété et réimprimé au lendemain de la guerre civile en 2005. Citons encore l’ouvrage de Matthew James Connelly, A Diplomatic Revolution: Algeria’s Fight for Independence and the Origins of the Post-Cold War Era, publié en 200236.

Du côté des Anglo-Saxons, le poids de l’héritage anthropologique

  • 37 Abdallah Laroui, sous la dir. de Charles-André Julien, Les origines sociales et culturelles du nat (...)
  • 38 François Pouillon, « La société segmentaire et ses ennemis : Notes sur un moment des sciences soci (...)

39Il revient à l’anthropologie américaine de reprendre à son compte ce que les Français ne pouvaient plus faire par disqualification. C’est du moins l’accusation qu’adresse A. Laroui dans son doctorat aux travaux d’Ernest Gellner37, quand il parle, en porte-parole de la communauté des chercheurs maghrébins, de « reformulation de résultats antérieurs38 ».

  • 39 Ibid.
  • 40 Sur cette question, les deux numéros spéciaux de la revue Prologues (Casablanca) donnent une visio (...)

40Dans les années 1970, une poignée de chercheurs anglo-saxons, sous la conduite d’E. Gellner et Clifford Geertz, tous deux dans la quarantaine, profitent du départ de la France coloniale pour s’intéresser à l’Afrique du Nord. Ces anthropologues ignorent à peu près tout de cette société. Mais, déjà expérimentés sur d’autres terrains et dotés d’une solide formation théorique, ils sont attirés par cet « espace social quasi vierge pour eux39 », d’autant que le Maroc des montagnes, retombé dans l’oubli depuis la fin de la « pacification », vit encore largement en dehors des grands courants d’échanges40.

  • 41 David M. Hart, The Aith Waryaghar of the Moroccan Rif: An Ethnography and History, Tucson, Univers (...)

41Cette petite école des années 1970 est conduite par deux chercheurs confirmés, l’Américain Cl. Geertz (1926-2006) et le Britannique Ernest Gellner (1925-1995), associés à des étudiants américains incités à forger leur expérience scientifique dans une Afrique inconnue. Ils ont pour nom David M. Hart, qui travaille dans le Rif, Dale F. Eickelman, sur le pèlerinage des chorfa de Boujaâd, John Waterbury, qui s’intéresse de très près au Makhzen (auquel il applique la théorie segmentaire de Gellner), et l’Anglais Kenneth Brown, qui s’intéresse aux notables de la vieille ville bourgeoise de Salé41.

  • 42 Ernest Gellner, Les Saints de l’Atlas, Saint-Denis, Bouchène, coll. « Intérieurs du Maghreb », 200 (...)

42C’est en anthropologue confirmé qu’E. Gellner aborde le Maroc en 1954. Il veut éprouver dans les montagnes de l’Atlas les modèles théoriques des sociétés traditionnelles qu’Evans-Pritchard a construits pour le peuple nilotique des Nuers. Immergé pendant plusieurs séjours dans la tribu maraboutique des Ahansal du Haut-Atlas, il y applique ce modèle segmentaire aux tribus berbères. Professeur de sociologie depuis 1962 à la London School of Economics (LSE), son travail sur le Haut-Atlas aboutit au doctorat d’anthropologie sociale (sous la dir. de Raymond Firth et Paul Sterling), Saints of the Atlas (1969)42. Dans cette monographie consacrée aux Igurramen Ihansalen (marabouts ou saints de la tribu des Ahansal), il analyse le rôle de ces pieux personnages au sein de la grande tribu agropastorale des Aït Atta, et construit un modèle fluide mais cohérent, qui éclaire et dépasse les analyses de R. Montagne. Ce travail fait date.

43Cl. Geertz (1926-2006), anthropologue américain qui a travaillé en Indonésie, aborde plus tardivement le Maroc. De 1963 à 1969, il fait plusieurs séjours à Sefrou, dans le Moyen-Atlas, où il construit une anthropologie du souk, considéré comme institution majeure de la région et lieu topique quant à sa signification sur la civilisation arabo-berbère. Il est cofondateur en 1970 de l’Institute for Advanced Study de Princeton, où s’établissent par la suite plusieurs intellectuels marocains.

  • 43 Clifford Geertz, Suq: The Bazaar Economy in Sefrou in Meaning and Order in Moroccan Society: Three (...)

44Il publie son texte majeur sur le Maroc consacré au souk de Sefrou en 1969 (Le souk de Sefrou : sur l’économie de bazar43, selon la traduction française), qu’il dépeint comme un lieu d’échange matériel et un large champ d’action sociale. Il y trouve les traits fondamentaux de la « culture » d’Afrique du Nord et le décrit comme système sémiotique. Les éléments situés en dehors du marché seraient aussi centraux que les éléments intérieurs. Cette réflexion sur les rapports entre la « culture » et le champ économique général est une grande œuvre d’anthropologie.

45Le tableau que dresse l’anthropologie anglo-saxonne des années 1970 est particulièrement fécond. A. Roussillon relève que le Maroc est le terrain privilégié de l’anthropologie de la segmentarité. Cette œuvre collective, très critiquée au Maghreb et par les marxistes français, est presque totalement ignorée (en tout cas non lue) en France. L’ouvrage de John Waterbury fait exception, car il concerne le cœur monarchique du système de pouvoir au Maroc. Il bénéficie ainsi d’une traduction (PUF, 1975, 400 p.). Ce livre, interdit pendant des décennies au Maroc, l’est avant tout pour des raisons politiques, même s’il pourrait procéder du rejet de la théorie segmentaire au Maghreb.

46François Pouillon avance à cet égard deux hypothèses audacieuses dans l’article précité. La première serait que le refus de cette anthropologie segmentaire « relève moins de spéculations théoriques que de conditions politiques et symboliques ». Car « l’ethnologie tire l’homme vers le bas, vers le primitif. Le refus de la tribu représente une affirmation identitaire, dans le cadre d’une affirmation globale de dignité. L’ethnologie ramenait la structure vers le bas ; le sauvage, le primitif, dont il s’agissait de se dégager ».

  • 44 François Pouillon, hiver 2005, op. cit.

47La seconde hypothèse serait que l’on tient là (au moins en partie) « le succès de l’idéologie marxiste chez les chercheurs maghrébins : l’insistance sur la lutte des classes, et l’ordre ascendant dans l’inégalité des sociétés, avec l’avantage de faire entrer les sociétés de la périphérie dans la grande histoire. Le marxisme est un évolutionnisme, souligne F. Pouillon, et en y adhérant, on se trouvait placé dans la philosophie de l’histoire, du côté des sociétés chaudes, dotées d’espérance et de progrès44 ».

  • 45 The University of Chicago Press, 1997.

48Abdallah Hammoudi, doyen des anthropologues marocains, a fait sa thèse sous la direction de P. Pascon. Après avoir enseigné au Maroc de 1972 à 1989 et publié La victime et ses masques (Seuil, 1988), il devient professeur à Princeton. Cette université abrite un « pôle marocain » d’anthropologie, qui a rendu à la discipline ses lettres de noblesse. En 1994, la création de l’Institut des études transrégionales, par le neveu de Hassan II, Moulay Hicham, sonne comme une réconciliation. A. Hammoudi en est le directeur de 1994 à 2004. Il y publie Master and Disciple : The Cultural Foundation of Moroccan Authoritarianism45, nourrissant une réflexion sur les fondements anthropologiques de l’autoritarisme et du pouvoir dans la société marocaine.

  • 46 The Colonial Encounter in French Algeria: a Study of the Development of Power Asymmetry and Symbol (...)
  • 47 Paris, Anthropos, 1975.

49Quelques chercheurs américains furent envoyés dans le reste du Maghreb. James M. Malarkey a séjourné à Constantine de 1975 à 1977, y préparant une thèse d’anthropologie historique sur les rapports de pouvoir dans la Constantine coloniale46. Quelques chercheurs prometteurs du Maghreb ont été invités à s’installer aux États-Unis pour y enseigner l’objet de leurs recherches. Avant A. Hammoudi, le Tunisien Elbaki Hermassi soutient en 1971 un doctorat de sociologie à Berkeley où il enseigne, État et société au Maghreb. Étude comparative47.

  • 48 Il obtiendra ensuite un Senior Fulbright Professorship à Alger (1977-1978), à Tunis en 1985, et en (...)
  • 49 PhD, Tufts University, 1971.

50Enfin, plusieurs politologues américains se sont tournés vers le Maghreb, dont ils sont devenus des spécialistes en vue. Du fait de leur modélisation, ils se présentent souvent (aux États-Unis comme en Angleterre) en spécialistes des sociétés arabo-musulmanes plus qu’en spécialistes du Maghreb. John J. Damis arrive au Maroc à 24 ans en 1964, muni d’une bourse Fulbright48. De là sortira son doctorat publié en 1971, The Free School Movement in Morocco, 1919-197049 (un thème ignoré par la recherche française malgré son importance) prélude d’une importante bibliographie. Professeur de sciences politiques à l’université de Fordham (NY), il coédite The Journal of North African Studies.

  • 50 From Boundaries and State Territory in the Middle East and North Africa, 1987, édition révisée 200 (...)
  • 51 The Political Economy of Morocco, New York, Praeger, 1987.

51Son coéditeur est son homologue britannique, George Joffé (né comme lui en 1940). Quoique de compétence générale sur le monde arabe, il a publié quelques titres spécifiques sur le Maghreb50. Professeur de sciences politiques à Cambridge, il apparaît comme le patron des études maghrébines au Royaume-Uni (non traduit en français). De même pour le professeur William Zartman, professeur de sciences politiques à Yale et auteur d’ouvrages sur le Maroc et la Tunisie ayant fait autorité en anglais51. Le cloisonnement de la recherche entre langues européennes est tel sur le Maghreb que ces mondes ne se connaissent pas.

52Au moment où la génération des années 1970 prend sa retraite, la relève semble mal assurée. Après vingt ans de relatif désintérêt au profit du Proche-Orient, les États du Maghreb, surtout le Maroc, ont cherché à investir cet espace. Grâce à l’université américaine d’Ifrane (cofinancée par Rabat et l’Arabie Saoudite), le Maroc dispose d’un nouvel interface avec les pays anglo-saxons. Il n’y a plus d’universitaire français en poste au Maroc, mais des universitaires anglo-saxons découvrent le Maroc. Après avoir passé sept ans à Ifrane, le Britannique Michael Willis, professeur d’histoire moderne, de sciences politiques et de relations internationales du Maroc et du Maghreb à Oxford, est Mohammed VI Fellow in Moroccan and Mediterranean Studies at St Antony’s College, où un partenariat est établi depuis 2004 avec la Moroccan British Society. À Princeton, un mécanisme analogue permet l’envoi d’une chercheuse américaine au Maroc dans les années 1990, Shana Cohen, qui intervient régulièrement au Maroc.

  • 52 William B. Quandt (conseiller de Carter), Between Ballots and Bullets: Algeria’s Transition from A (...)

53Moins propice aux échanges intellectuels feutrés et moins soucieuse de bons rapports avec le monde intellectuel anglo-saxon, l’Algérie fait néanmoins l’objet d’un regain d’attention depuis les années 1990. Mais son observation semble davantage le fait de cercles diplomatiques et sécuritaires52.

Espagne, un tropisme marocain tardif53

  • 53 Pour la connaissance de l’historiographie espagnole, j’ai recouru à la connaissance très précise d (...)

54La recherche historique espagnole sur le Maghreb contemporain est récente, encore limitée et polarisée par le Maroc. L’Espagne, traditionnellement méfiante envers le Maghreb, est longtemps restée muette face aux origines rifaines du franquisme, l’ancien régime ayant bloqué toute réflexion sur le Maroc. Les interrogations suscitées par l’islam et l’immigration remontent aux années 1990. Elles ont relancé l’intérêt pour ce pays, mais la guerre du Rif reste au cœur des préoccupations des historiens. Sur la période coloniale, les chercheurs font encore leur examen de conscience sur la guerre du Rif (usage des gaz) et le franquisme.

  • 54 Bernabé Lopez Garcia, Le Maroc politique. 40 ans de processus électoraux 1960-2007 (reprise d’un t (...)

55Le politologue Bernabé López García (né à Grenade en 1947) a une certaine notoriété en France et au Maroc. Ouvert sur le monde arabe, il rompt avec la méfiance traditionnelle envers le Maroc, ce qui séduit le patronat espagnol. Il expose ses idées dans El Pais, et son influence n’est pas négligeable. Analyste récurrent des scrutins électoraux marocains, il s’intéresse au phénomène migratoire marocain en Espagne, à la transition marocaine et aux relations entre les deux pays54. Professeur d’histoire contemporaine de l’islam au département d’études arabes et islamiques de l’université autonome de Madrid, il a enseigné à l’université Mohammed Ben Abdallah de Fès.

  • 55 Ignacio Cembrero, Vecinos alejados. Los secretos de la crisis entre España y Marruecos, (Voisins l (...)
  • 56 Miguel C. Ruiz, « Integrismo y crisis política en Marruecos », ARI, 3/VI/2003 ; D. del Pino, « Ter (...)

56En dehors de ses interventions, la presse espagnole est ponctuée d’enquêtes sans concession vis-à-vis du Maroc. Le journaliste le plus percutant est Ignacio Cembrero, à El Pais. Très bon connaisseur du Maroc, ses analyses très critiques sont sans équivalent dans la presse française55. Son alter ego parla connaissance du terrain, mais proche du Parti populaire, est la journaliste Paqui Sanchez (Melilla Hoy, ABC). Si la presse pratique souvent l’amalgame et la caricature envers le voisin du Sud, les analyses de sciences politiques tendent à se multiplier depuis les attentats de Casablanca (2003) et de Madrid (2004)56. Sociologues et ethnologues, notamment à Grenade, sont davantage portés sur les influences hispano-marocaines mutuelles et sur les migrations marocaines en Espagne et leurs effets au Maroc.

  • 57 Doctorat d’histoire sous la dir. de Pierre Vilar, université Paris 1, 1988, Presses universitaires (...)
  • 58 María Rosa de Madariaga, Los moros que trajo Franco. La intervención de tropas coloniales en la gu (...)

57L’historiographie espagnole est restée très « africaniste », au sens de colonialiste, jusqu’aux années 1990. La véritable rupture est représentée par l’historienne marxiste María Rosa de Madariaga Alvarez-Prida, qui a soutenu sa thèse à la Sorbonne en 1988, sur L’Espagne et le Rif, pénétration coloniale et résistances locales (1909-1926)57. Ses travaux ridiculisent avec humour la recherche espagnole traditionnelle sur le Maroc. Elle décortique le protectorat espagnol qui fut le berceau du franquisme. Puis elle a suivi l’historien irlandais C. Richard Pennell pour son analyse de la guerre du Rif qui l’a rendue célèbre, bien qu’elle n’apporte pas grand-chose de neuf sur le sujet58.

  • 59 S’y trouvent les rapports des officiers des A. I. et des administrateurs civils espagnols dans le (...)
  • 60 Sur le protectorat rifain, on peut d’ores et déjà consulter Jesús F. Salafranca Ortega, El sistema (...)

58Professeur à l’université de la Complutense de Madrid, elle fait travailler ses étudiants sur les archives administratives de l’Espagne (à Alcalá de Henares près de Madrid59) et sur les archives consulaires françaises d’Espagne à Nantes. C’est là que devrait émerger une nouvelle génération d’historiens espagnols sur la région60.

59Cette historienne a finement analysé les mécanismes économiques du protectorat et le jeu des capitaux catalans, en compétition avec les capitaux français dès 1909 au Maroc du Nord. Elle est une des rares historiennes qui ont travaillé sur le kémalisme d’Abdelkrim (davantage analysé chez Bourguiba), et ses prolongements berbérisants actuels (autour de la figure de Mustapha Aber-chan, leader politique de Mellila). Le protectorat espagnol des hauts-commissaires à Tétouan a péniblement soumis le Rif, région traditionnellement rétive au Makhzen, avant de le lui remettre à peu près neutralisé en 1956. Mais les tensions et rancœurs ont conduit à des soulèvements sous Mohammed V et à l’isolement orchestré par Hassan II. La nébuleuse rifaine demeure très méfiante vis-à-vis de Rabat sous Mohammed VI, tout cela restant ignoré par la recherche française.

  • 61 En France, hormis Fernand Braudel (« Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577 », Revue af (...)
  • 62 Beatriz Alonso Acero, doctorat d’histoire sous la dir. de Niceto Alcalá-Zamora et José Beatriz Que (...)

60En dehors de María Rosa de Madariaga, l’histoire moderne est mieux dotée que l’histoire contemporaine. À l’université de Pompeu-Fabra de Barcelone, des géographes et des historiens de la cartographie analysent les connaissances de l’appareil militaire espagnol sur le Maroc avant 1912. Ils étudient les liens anciens (remontant au xve siècle), qui lient les milieux économiques catalans au commerce avec Tanger, les côtes rifaines et l’Oranie. À la Complutense (Madrid), les modernistes étudient la constitution de la frontière sud de l’Europe, avec les tentatives de contrôle des côtes maghrébines de Tanger à Tripoli par la monarchie des Habsbourg, politique entamée au xve-xvie siècle sous les derniers Trastamare61. Beatriz Alonso Acero a très efficacement étudié les présides de l’Oranie (Oran et Mers-el-Kébir)62.

61Reste enfin le travail discret, parce que confidentiel, des historiens militaires espagnols, dont l’armée s’est dotée de manière systématique. Très présents dans les centres d’archives, notamment dans les présides et à Avila (le Vincennes espagnol), leurs productions restent pour l’heure confidentielles, en circuit fermé pour les militaires (ce qui est sans équivalent en France et a fortiori au Maghreb).

Notes

1 Christophe Charle, « Rapport de soutenance de l’habilitation à diriger les recherches de Pierre Vermeren », université Paris 1, Paris, juin 2010.

2 Voir à cet égard les chiffres que je fournis dans mon doctorat.

3 Voir à ce sujet l’évolution des manuels scolaires d’histoire de Tunisie, rédigés par des commissions d’universitaires depuis l’indépendance : Driss Abbassi, « Le Maghreb dans la construction identitaire de la Tunisie postcoloniale », Critique internationale, Presses de Sciences-Po, no 40 2008/3, p. 115-137.

4 L’expression est empruntée à Guy Pervillé.

5 Mostépha Lachéraf, Algérie, nation et société, Paris, Maspero, 1965, 354 p.

6 Ces auteurs et leurs thèses sont cités en annexes. Par exemple : Abdelmadjid Merdaci, doctorat sous la dir. de Benjamin Stora, Musiques et musiciens de Constantine au xxe siècle, (Paris 8, 2002).

7 Nora Benallegue Chaouia, Le mouvement syndical en Algérie (1930-1942), thèse de IIIe cycle sous la dir. de René Gallissot (Paris 7, 1981) ; Hassan Remaoun, Mouvement national révolutionnaire dans le monde arabe : analyses et positions du mouvement communiste international (1955-1978), thèse de IIIe cycle sous la dir. de René Gallissot (Paris 7, 1982) ; Daho Djerbal, Processus de colonisation et évolution de la propriété foncière dans les plaines intérieures de l’Oranie : subdivisions de Mascara et Sidi Bel Abbès (1850-1920), thèse de IIIe cycle sous la dir. de R. Gallissot et C. Coquery-Vidrovitch (Paris 7, 1979) ; Mohammed El Korso, Politique et religion en Algérie, l’Islah : ses structures et ses hommes ; le cas de l’Association des « Ulama » musulmans algériens en Oranie, 1931-1945,thèsededoctoratd’histoire(Paris 7,1989) ; Ahmed Rouadjia, La construction des mosquées à Constantine (1962-1984), thèse de doctorat sous la dir. de René Gallissot (Paris 7, 1989).

8 Abdelhamid Djebbar, Le Parti communiste algérien et la question nationale, doctorat d’État de sciences politiques sous la dir. de Jean Leca (Grenoble 2, 1975) ; Sliman Chikh, La révolution algérienne : projet et action (1954-1962), thèse de doctorat de sciences politiques, sous la dir. de Jean Leca (Grenoble 2, 1975), publiée en Algérie, L’Algérie en armes ou le temps des certitudes, Alger, Office des presses universitaires, 1981 ; Yamina Dhina Bettahar, doctorat de sciences politiques sous la dir. de Jean Leca, De la science coloniale à la science nationale : émergence et insitutionnalisation des savoirs et des communautés scientifiques en Algérie (de 1909 à 1994), (IEP Paris, 1998).

9 Ahmed Zouggari, Islam et mouvement national, sous la dir. de Pierre Marthelot, thèse de IIIe cycle de sociologie (Paris 5,1977) ; Kamel Bouguessa (1947), sous la dir. De Pierre Marthelot, thèse de IIIe cycle de sociologie, Émigration et politique. Essai sur la formation et la politisation de la communauté algérienne en France dans l’entre-deux-guerres mondiales (Paris 5-EHESS, 1979). Publiée sous le titre, Aux sources du nationalisme algérien : les pionniers du populisme révolutionnaire en marche, Alger, Casbah Éditions, 2000.

10 Ali Haroun (1927), La septième wilaya, la guerre du FLN en France : 1954-1962, Paris, Seuil, 1986. Plusieurs rééditions en France et en Algérie.

11 Pour une vision plus complète, voir Driss Abbassi, doctorat d’histoire sous la dir. de Robert Ilbert, L’écriture de l’histoire en Tunisie de l’indépendance à nos jours : 1956 à 1998 (Aix-Marseille, 2001).

12 Mohamed Taalbi, L’émirat aghlabide. Histoire politique, Paris, Éditions Adrien-Maisonneuve, 1966.

13 Mohammed Hédi-Chérif, doctorat d’État sous la dir. de Jean Ganiage, Pouvoir et société dans la Tunisie de Hussein Ben Ali (1705-1740) (Paris 4, 1979).

14 Mustapha Kraiem, IIIe cycle sous la dir. d’A. Nouschi, La Tunisie précoloniale. État, économie, société (Nice, 1972).

15 http://www.ishmn.rnu.tn/archives.htm.

16 Germain Ayache, doctorat d’État sous la dir. de Jean Duroselle, Les origines de la guerre du Rif (1909-1921) (Paris 1, 1979).

17 Abdallah Laroui, L’idéologie arabe contemporaine, Paris, Maspero, 1967.

18 Abdallah Laroui, Histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, Maspero, 1970.

19 Alain Roussillon, « Sociologie et identité en Égypte et au Maroc : le travail de deuil de la colonisation », Sciences humaines, no 7, 2002/2, p. 192-221.

20 Ibid.

21 John P. Halstead, Rebirth of a Nation. The Origins of Morrocan Nationalism 1912-1944, Cambridge, Harvard University Press, 1967. Edmund, Burke III, Prelude to protectorate in Morocco. Precolonial Protest and Resistance, 1860-1912, The University of Chicago Press, 1976.

22 William A. Jr Hoisington, Lyautey and the French Conquest of Morocco, New York, St. Martin’s Press & Macmillan, 1995.

23 The Casablanca Connection: French Colonial Policy, 1936-1943, North Carolina, 1984.

24 A Country with a Government and a Flag. The Rif War in Morocco, 1921-1926, Cambridge-shire, Middle East and North African Studies Press, 1986 (réduction de sa thèse).

25 Morocco since 1830: a History, Londres/New York, C. Hurst/New York University Press, 2000.

26 La Guerra del Rif : Abd-el-Krim el Jattabi y su Estado rifeño, Universidad Nacional de Distancia and Consejería Cultural de la Ciudad Autónoma de Melilla, 2001.

27 Marruecos: del Imperio a la Independencia (revised edition and translation of Morocco: From Empire to Independence, Oxford, One World Publications, 2003), Madrid, Alianza Editorial, 2006.

28 Shannon E. Fleming, Primo de Rivera and Abd-el-Krim. The Struggle in Spanish Morocco, 1923-1927, New York et Londres, Garland, 1991.

29 Rudibert Kunz et Dieter Müller, Giftgas gegen Abd el Krim, Deutschland, Spanien und der Gaskrieg in Spanisch-Marokko 1922-1927, Fribourg-en-Brisgau, Rombach Verlag, 1990.

30 Abd el-Krim et la République du Rif, Actes du colloque international d’études historiques et sociologiques, 18-20 janvier 1973, Paris, Maspero, coll. « Textes à l’appui », 1976, 536 p.

31 Vincent Courcelle-Labrousse, Nicolas Marmié, La guerre du Rif, Maroc, 1921-1926, Paris, Tallandier, 2008, 364 p.

32 Vladimirovitch Orlov Vladimir, Organisation sociale traditionnelle du Maroc alaouite (mi-xviiie-début du xixe siècle). Conceptions-structures-corrélations, thèse d’État en russe, Institut d’études asiatiques et africaines, Moscou, université d’État, 1998.

33 Réduction en français de sa thèse traduite par l’auteur, EJOS, II, 1999, no 2, 1-13. Institut d’études asiatiques et africaines, Moscou, université d’État.

34 Benjamin Stora, Algeria, a Short History: 1830-2000, État de New York, Cornell University Press, 2001.

35 John Douglas Ruedy, Modern Algeria: the Origins and Development of a Nation, Bloomington (Ind.), Indiana University Press, 1992, rééd. 2005 (325 p.).

36 Matthew James Connelly, A Diplomatic Revolution: Algeria’s Fight for Independence and the Origins of the Post-Cold War Era, Oxford University Press, 2002.

37 Abdallah Laroui, sous la dir. de Charles-André Julien, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain (1830-1912), 2 vol. , 625 p. (Paris 4, 1976), Paris, Maspero, 1977.

38 François Pouillon, « La société segmentaire et ses ennemis : Notes sur un moment des sciences sociales au Maghreb », Prologues, « Le Maghreb dans les débats anthropologiques », no 32, hiver 2005, p. 14-21.

39 Ibid.

40 Sur cette question, les deux numéros spéciaux de la revue Prologues (Casablanca) donnent une vision très précieuse de l’état de ces recherches et des débats scientifiques qu’elles induisent, notamment avec l’histoire : « Histoire et anthropologie du Maghreb », no 19, printemps 2000, 158 p. ; « Le Maghreb dans les débats anthropologiques », no 32, hiver 2005, 192 p.

41 David M. Hart, The Aith Waryaghar of the Moroccan Rif: An Ethnography and History, Tucson, University of Arizona Press, 1976. Dale F. Eickelman, Moroccan Islam: Tradition and Society in a Pilgrimage Center (Boujad), Univ. of Texas Press, 1976, et Knowledge and Power in Morocco, The Education of a Twentieth-Century Notable, Princeton University Press, 1985, 221 p. John Waterbury, The Commander of the Faithful, The Morrocan Political Elite. A Study in Segmented Politics, New York, Columbia University Press, 1970, 368 p. (mission au Maroc de 1965 à 1967). Kenneth Brown, People of Salé: Tradition and Change in a Moroccan City (1830-1930) (deux ans d’enquête à Salé).

42 Ernest Gellner, Les Saints de l’Atlas, Saint-Denis, Bouchène, coll. « Intérieurs du Maghreb », 2003, 374 p. (première traduction française de l’ouvrage parue en 1969). Gilbert Grandguillaume a fait un brillant compte rendu de cet ouvrage dans la revue L’Homme, « E. Gellner, Saint of Atlas », vol. 11, no 3, 1971, p. 123-125.

43 Clifford Geertz, Suq: The Bazaar Economy in Sefrou in Meaning and Order in Moroccan Society: Three Essays in Cultural Analysis, Cambridge University Press, 1979. Traduction française, Le souk de Sefrou : sur l’économie du bazar, préface de Daniel Cefaï, Saint-Denis, Bouchène, 2003.

44 François Pouillon, hiver 2005, op. cit.

45 The University of Chicago Press, 1997.

46 The Colonial Encounter in French Algeria: a Study of the Development of Power Asymmetry and Symbolic Violence in the City of Constantine (1830-1970), Austin (Tex.), 1980.

47 Paris, Anthropos, 1975.

48 Il obtiendra ensuite un Senior Fulbright Professorship à Alger (1977-1978), à Tunis en 1985, et encore un Fulbright Regional Research Award to Morocco, Algeria, and Tunisia en 1989. Cette compétence à la fois maghrébine et globale à l’échelle de la région est assez exceptionnelle.

49 PhD, Tufts University, 1971.

50 From Boundaries and State Territory in the Middle East and North Africa, 1987, édition révisée 2002, et North Africa: Nation, State, and Region, Routledge/SOAS, 1993.

51 The Political Economy of Morocco, New York, Praeger, 1987.

52 William B. Quandt (conseiller de Carter), Between Ballots and Bullets: Algeria’s Transition from Authoritarianism, Brookings insitution, United States, 1998, 199 p.

53 Pour la connaissance de l’historiographie espagnole, j’ai recouru à la connaissance très précise de François Papet-Périn, doctorant de Nadine Picaudou résidant à Mellila.

54 Bernabé Lopez Garcia, Le Maroc politique. 40 ans de processus électoraux 1960-2007 (reprise d’un travail publié en 1979 et en 2000), traduit en arabe et publié au Maroc en 2009 par l’institut Cervantès, incorporant un traitement des scrutins les plus récents. Atlas de la inmigración magrebí en España, Madrid, Ediciones de la Universidad Autónoma de Madrid, 1996. Marruecos en Trance. Nuevo rey. Nuevo siglo. Nuevo regimen ?, Madrid, Bibliotheca nueva, 2000. Marruecos y España : una historia contra toda logica, Madrid, Fondation des trois cultures de la Méditerranée, 2007, 353 p.

55 Ignacio Cembrero, Vecinos alejados. Los secretos de la crisis entre España y Marruecos, (Voisins lointains), Barcelone, Galaxia Gutenberg, 2006.

56 Miguel C. Ruiz, « Integrismo y crisis política en Marruecos », ARI, 3/VI/2003 ; D. del Pino, « Terrorismo en Marruecos : un problema de seguridad para España », ARI, 4/VI/2003.

57 Doctorat d’histoire sous la dir. de Pierre Vilar, université Paris 1, 1988, Presses universitaires de Lille, ANRT, 1989, Lille-thèses.

58 María Rosa de Madariaga, Los moros que trajo Franco. La intervención de tropas coloniales en la guerra civil española, Barcelone, 2002.

59 S’y trouvent les rapports des officiers des A. I. et des administrateurs civils espagnols dans le Rif jusqu’en 1956.

60 Sur le protectorat rifain, on peut d’ores et déjà consulter Jesús F. Salafranca Ortega, El sistema colonial español en Africa (Málaga, 2001), qui, sans être historien professionnel, fait œuvre d’historien académique. Dans cet ouvrage, il présente les rouages du haut-commissariat de Tétouan, le corps de A. I., les administrateurs civils, les Moros Amigos qui marchaient dans le système, les sociétés espagnoles de colonisation (un échec, sauf dans la plaine de Nador), la mise au pas makhzénienne de la justice locale (jusque-là indépendante de la Shari’a, ce sera un gros échec) et les premières tentatives des Espagnols pour que les Rifains fassent allégeance au vice-roi (khalifat) de Tétouan. L’ouvrage traite bien aussi de la différence administrative du « Protectorado español de Marruecos » et des villes espagnoles de Ceuta/Melilla et autres îlots. Tout cela est ignoré par l’historiographie française.

61 En France, hormis Fernand Braudel (« Les Espagnols et l’Afrique du Nord de 1492 à 1577 », Revue africaine, no 69) qui effleure le sujet, l’historiographie est muette. L’hispanisante Monique Polo a abordé le sujet dans sa thèse, Les enclaves espagnoles au Maroc aux 16e et 17e siècles : de la prise de Melilla (1497) à l’acquisition définitive de Ceuta (1668), IIIe cycle sous la dir. d’Yvon Lissorgues (Toulouse 2, 1985), (3 vol. , 276 p., 310 p. et 310 p.), mais les historiens sont restés à l’écart.

62 Beatriz Alonso Acero, doctorat d’histoire sous la dir. de Niceto Alcalá-Zamora et José Beatriz Queipo de Llano, Oran y Mazalquivir en la política norteafricana de España 1589-1639, université de la Complutense (Madrid, 1997).

© Publications de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable