Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012)

 | 
Pierre Vermeren

Les hommes et l’histoire : transmission et ruptures des savoirs

Chapitre 7. L’« école Ageron »

Texte intégral

Un travail pleinement reconnu

1D. Rivet se plaît à rappeler que le charismatique Lyautey, ce « grand lord colonial de la IIIe République », fonctionnait avec ses jeunes officiers sur le mode de la zaouïa, unissant le cheikh (ou chef de confrérie) et ses adeptes (ou disciples). Force est de constater que le Maghreb, société masculine propice aux identifications communautaires, et ses grands praticiens sont un terreau propice à de telles évolutions. R. Montagne suscitait l’enthousiasme de ses fidèles dans sa petite zaouïa de la rue du Four (le CHEAM). J’ai entendu maintes fois R. Gallissot plaisanter sur la bataille entre les héritières de Ch.- Julien pour être reconnue comme chef de file, lors du colloque qui honora sa mémoire à la Sorbonne en décembre 1992. Et les praticiens des matinées du GERM, à la Maison des sciences de l’homme, rappellent le rôle paternel joué par le vénérable maître. La lecture des nécrologies et des textes produits par les héritiers de Ch.-R. Ageron ne dépare pas à la règle.

2« À ceux qui ne seraient pas suffisamment convaincus que Ch.-R. Ageron avait clairement indiqué, au début des années 1990, l’attitude qui devait être celle des historiens, je veux citer encore plusieurs faits précis »… Ce propos liminaire de Guy Pervillé, dans un hommage posthume2, érige la stature d’un intellectuel qui a imposé une rare admiration au tiercé de ses « disciples », G. Pervillé, D. Rivet et B. Stora. Ce dernier, dans Les guerres sans fin. Un his­torien, la France et l’Algérie3, révèle, admiratif, qu’il est très attaché à son vieux maître. Des historiens venus d’autres rives les ont aujourd’hui rejoints.

3L’hommage de G. Pervillé constitue une réponse argumentée au dénigrement dont l’homme a fait les frais. L’entreprise scientifique, presque clinique, qu’il a entreprise sur l’Algérie française a attiré la critique des groupes les plus divers. G. Pervillé en tire argument pour démontrer que Ch.-R. Ageron se situe au point d’équilibre d’une histoire conflictuelle. En dépit de ses convictions anticolonialistes, il s’est heurté à l’histoire officielle algérienne, qui tire argument de la « barbarie » coloniale pour faire taire le peuple algérien (le « million de martyrs », le « génocide », les fours à chaux devenus « fours crématoires », les enfumades des « chambres à gaz », le code de l’indigénat, un « statut des juifs », etc.).

4G. Pervillé revient sur les événements de mai 1945. Révulsé par eux, Ch.-R. Ageron refuse de les qualifier de « génocide » ou de « crime contre l’humanité », assimilables à ceux commis contre les juifs par les nazis. Un des effets de la mise en quarantaine de Ch.-R. Ageron par le régime algérien, suite à de telles déclarations, est qu’il n’a pu former d’historien algérien, malgré son intelligence de l’Algérie coloniale.

5Son second adversaire idéologique, lequel l’a longtemps tenu à distance des universités parisiennes, est le groupe des historiens marxistes et tiers-mondistes. « En France tout au moins, les historiens plus jeunes de l’Afrique du Nord qui s’étaient formés dans la lutte anti-impérialiste l’avaient longtemps considéré comme un “libéral” (au mauvais sens du terme dans leur esprit), c’est-à-dire un homme trop modéré, attaché à relever les “occasions perdues” par la France en Algérie au lieu de condamner en bloc la colonisation capitaliste », écrit G. Pervillé.

6Rançon d’un travail solide non encore égalé, cet historien, longtemps taxé de « néopositiviste », voire de nostalgique d’une colonisation qu’il n’a jamais ménagée, s’impose comme le principal historien de l’Algérie coloniale et des « indigènes ». Il leur a consacré une thèse magistrale, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), sous la direction de Ch.-A. Julien (Sorbonne, 1968). Ch.-R. Ageron imputait totalement, non sans amertume, la tragédie algérienne à l’aveuglement entêté de la classe politique et des représentants des Européens d’Algérie. De 1919 à 1954, ces derniers se sont échinés à différer et vider de leur substance les réformes d’aspiration égalitaire, jusqu’au point de non-retour.

7C’est pourquoi les groupes érigés en gardiens de la mémoire « algérianiste » l’ont regardé comme traître à la cause de l’Algérie française. Professeur métropolitain en Algérie jusqu’en 1959, membre du groupe des « libéraux » du bulletin Espoir-Algérie (1956-1957), puis rallié à la politique algérienne de de Gaulle, il avait tout pour les indisposer.

  • 4 François Caron, La France des patriotes, 1852-1919, Paris, Fayard, 1985, 665 p.

8Enfin, Ch.-R. Ageron est pris à partie par certains confrères. Outre les critiques scientifiques de l’historien algérois X. Yacono, mal à l’aise avec les sévères analyses d’Ageron, l’attaque principale fut idéologique. En 1985, l’historien de l’économie François Caron, en forte position institutionnelle, et dont la belle-famille possède un douloureux passé algérien, dénonce les outrances de l’histoire coloniale, accusée d’être « tombée dans la dénonciation polémique et le pamphlet injurieux. Le cas de l’historiographie algérienne est à cet égard caricatural. Ce retard est inexplicable4 ».

9Au moment où reflue l’historiographie marxiste, celui-ci cible l’historien tourangeau, de huit ans son aîné :

« Ch.-R. Ageron, historien quasi officiel de l’Algérie, voue à cette population une haine et un mépris féroces parfaitement inexplicables. Il s’appuie sur la pire des littératures du temps. Il entretient le mythe absurde d’une fusion des races d’origine européenne qui se serait immédiatement réalisée et aurait abouti à la formation d’un peuple franco-algérien, différent du peuple français […]. Il n’y a pas de Français d’Algérie, mais des Français tout court ! »

10Cette charge brutale est peut-être moins ad hominem qu’il n’y paraît. Elle participe plus largement d’une réhabilitation de l’entreprise coloniale des années 1990, laquelle déclencha de violentes empoignades intellectuelles et politiques dans les années 2000.

11Par une ruse de l’histoire, le « libéral » Ch.-R. Ageron et ses héritiers sont rejoints sur leurs positions par des historiens marxistes, qui, dans les années 1970, n’avaient pas de mots assez durs à leur encontre. Un témoignage de ce retournement est la préface de G. Meynier dans la réédition des textes d’Ageron chez Bouchène :

  • 5 Gilbert Meynier, présentation des œuvres de Charles-Robert Ageron republiées par les éditions Bouc (...)

« Je voyais certes en ce dernier un vrai historien – crédible, honnête, fiable –, mais aussi un auteur frileux et engoncé dans ce que je nommais alors le libéralisme colonial. En outre comme j’étais – et je suis encore – athée, Ageron m’apparaissait comme un chrétien de gauche tout juste honteux des excès du colonialisme. Je voyais aussi en lui sommairement un positiviste étroit et borné dont la vulgate dans le vent de l’après-1968 m’avait incliné à le regarder avec une sympathie non dénuée de méfiance5. »

  • 6 La SFHOM est l’héritière de la « Société d’histoire des colonies françaises », créée en 1912 par A (...)

12Un tel mea culpa en faveur d’Ageron, président pendant des années la « Société française d’histoire d’outre-mer » (SFHOM)6, dont la « seconde école d’Alger » raillait la face néocoloniale, est une victoire sans conditions. Lui qui n’imposa sa vision de l’Algérie coloniale que par son travail sur archives mesurait pourtant les limites du travail de l’historien. En conclusion d’une réédition de son « Que sais-je ? » sur l’Histoire de l’Algérie contemporaine, il écrivait :

« Bien des aspects de cette longue tragédie algérienne échappent encore à l’historien, qui ne saurait donc porter sur ces derniers moments des jugements motivés. Du moins se doit-il de rejeter les explications trop commodes des esprits partisans, de ceux surtout qui ne savent pas encore qu’ils ne peuvent accuser personne qu’eux-mêmes. »

13À 67 ans, en 1990, en préface de l’Histoire de la France coloniale, il estimait que les conditions étaient désormais réunies pour une « histoire scientifique de la France coloniale »…

14Dans leur réédition des écrits d’Ageron, les éditions Bouchène s’honorent de publier un historien qui a saturé l’espace idéologique et historiographique de l’Algérie coloniale en France. Et de présenter ces 1 300 pages comme « un hommage rendu à un historien dont l’œuvre considérable mérite une plus grande diffusion des deux côtés de la Méditerranée ».

Un héritage algérien devenu hégémonique ?

15La seconde « école d’Alger » est constituée de jeunes historiens à l’heure de la décolonisation. Rentrés en France vers 1970, ils entament des carrières universitaires qui couvrent le dernier tiers du siècle. L’aspect générationnel participe de l’aventure intellectuelle des « pieds-rouges ». L’histoire de l’Algérie et de la Tunisie contemporaines, écrite en France, est fortement teintée de marxisme au cours des années 1970 et 1980. Cela n’empêche pas certains auteurs, comme A. Rey-Goldzinguer, dans son doctorat sur le royaume arabe, de recourir aux méthodes classiques de l’historien (description de faits, prééminence des archives et de la chronologie sur l’analyse, croisement des sources, critique interne et externe des documents).

16Ch.-R. Ageron est plus âgé d’une génération. Durant deux décennies, sa voie et ses écrits semblent marginalisés dans le champ académique, situation qui évolue au cours des deux décennies suivantes. Rentré en métropole en 1959, il dirige la « Commission d’histoire de l’Empire français » au sein du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale. En 1964, il publie à chaud une courte et précieuse Histoire de l’Algérie coloniale. En 1968, il soutient sa thèse de doctorat, Les musulmans algériens et la France (1871-1919). Isolé à Tours, il n’en reste pas moins très actif. Au tournant des années 1980, sa Commission, au sein de l’IHTP, se transforme en groupe de travail sur la décolonisation.

  • 7 Site Internet, op. cit., G. Pervillé, « L’historiographie de la guerre d’Algérie, en France, entre (...)

17En octobre 1984, il organise un premier grand colloque, sous le titre Les chemins de la décolonisation de l’Empire colonial français, puis un second en 1986, aux côtés du directeur de recherches du CNRS Jean-Pierre Rioux, Les Français et la guerre d’Algérie, prélude à plusieurs autres consacrés aux Français et à l’Afrique du Nord7. Ces colloques sont l’occasion de ramener certains historiens à l’Afrique du Nord, et d’ouvrir le champ à ses étudiants.

18Durant l’apogée intellectuel des spécialistes marxistes du Maghreb, Ch.-R. Ageron, tenu en suspicion pour son « passé colonial », écrit une œuvre abondante sur l’Algérie coloniale. Dénigré par les deux « écoles d’Alger », la coloniale et la marxiste, il développe des analyses suffisamment rigoureuses, notamment sur les « indigènes », pour capter l’attention de doctorants qui se tournent vers le Maghreb, le normalien G. Pervillé, ou le militant B. Stora, né en Algérie, prévenu contre la doxa communiste par sa culture politique trotskiste.

  • 8 Mohammed Harbi, Une vie debout. Mémoires politiques, tome 1 : 1945-1973, Paris, La Découverte, 200 (...)
  • 9 Mohammed Harbi, Aux origines du FLN : la scission PPA/MTLD, Paris, Christian Bourgois, 1975, puis, (...)

19En 1971, Mohammed Harbi s’installe en France. Emprisonné depuis le coup d’État de Boumédiène en 19658, il conforte une vision critique nouvelle du régime algérien et de son idéologie. Il ouvre le champ aux travaux de B. Stora (dirigé par Ageron) et O. Carlier (dirigé par Cl. Collot). M. Harbi prolonge les travaux de Ch.-R. Ageron sur les Algériens musulmans, en déplaçant la focale sur les origines et la construction du nationalisme algérien, puis sur l’avènement du parti-État FLN. Du fait de son parcours au sein du FLN, il a les moyens d’entamer, en 1975, une déconstruction scientifique de l’histoire mythifiée du FLN9. L’acteur et témoin engagé se fait historien et professeur de sciences politiques, tandis que l’« école d’Alger » reste muette sur la violence politique post-coloniale.

20Ch.-R. Ageron oriente ses doctorants vers le chantier du nationalisme algérien. Soucieux d’une histoire à hauteur d’hommes, il oriente B. Stora vers les acteurs de l’histoire coloniale. Celui-ci a déjà rédigé une thèse de IIIe cycle sur le républicain Ferhat Abbas, dirigée par René Rémond. Celui-ci le présente à Ch.-R. Ageron, qui lui propose une biographie de Messali Hadj, fondateur occulté de nationalisme algérien. Ch.-R. Ageron confie en outre à G. Pervillé l’étude des « étudiants musulmans de l’université coloniale d’Alger », autre pépinière nationaliste ignorée, car décimée par la guerre d’indépendance et les règlements de comptes internes au FLN.

21Ces deux historiens, nés en 1948 et 1950, entrent ensuite à l’université. En 1982, B. Stora est assistant en sociologie et histoire contemporaine à Paris 7 (Jussieu). G. Pervillé est chargé de cours à l’université de Rouen (1979-1981), puis assistant à l’université de Limoges (1981-1987). Pendant ce temps, O. Carlier, chercheur en Algérie, amorce sa thèse d’État sur l’histoire sociale des radicalismes algériens.

22Dix ans plus tard, en 1992, l’objet « guerre d’Algérie » et ses acteurs nationalistes s’imposent à la recherche historiographique. Après trente ans d’amnésie organisée, B. Stora revient sur ce passé dans La gangrène et l’oubli(1993). Or des événements dramatiques qui secouent l’Algérie (octobre 1988, janvier 1992) poussent à la réflexion et à l’introspection. Cette nouvelle époque est aussi celle de l’ouverture des archives de la guerre d’Algérie.

  • 10 Ali Merad, thèse ès lettres (Sorbonne, 1966), Le réformisme musulman en Algérie de 1925 à 1940, Pa (...)
  • 11 Ahmed Rouadjia, sous la dir. de René Gallissot, Les frères et la mosquée. Enquête sur le mouvement (...)

23Or l’acteur islamiste est désormais au premier plan de l’actualité. On redécouvre les travaux précurseurs d’Ali Merad, qui a travaillé, de manière isolée, sur le rôle du salafisme dans le nationalisme algérien10. Tout cela interroge la démarche structuraliste de la « deuxième école d’Alger », dont les protagonistes sont amenés à changer de regard. Gilbert Meynier passe à la biographie et aux archives militaires françaises de la guerre d’Algérie (faute d’archives algériennes). Et R. Gallissot dirige un doctorat d’Ahmed Rouadjia sur les islamistes algériens11.

  • 12 Benjamin Stora et Mohammed Harbi (dir.), La guerre d’Algérie 1954-2005. La fin de l’amnésie, Paris (...)

24Dans la dernière décennie du siècle, on assiste à un profond changement de paradigme. Les perspectives de recherches ouvertes par Ch.-R. Ageron et l’école Ch.-A. Julien acquièrent une nouvelle visibilité. B. Stora s’impose en France comme le spécialiste de l’histoire du nationalisme algérien et du devenir de l’Algérie indépendante, bientôt rejoint par O. Carlier dont la thèse d’État est soutenue en 1994. G. Pervillé s’impose sur la guerre d’Algérie, à laquelle il consacre un grand nombre d’articles, d’écrits, de cartes et de notices biblio­graphiques. Par leur biais, Ch.-R. Ageron a imposé son écriture de l’histoire. En 2004 et 200812, deux ouvrages collectifs sur la guerre d’Algérie matérialisent cette reconnaissance, en réunissant à peu près tous les historiens français de l’Algérie coloniale et de la guerre d’Algérie.

Une lignée marocaine ténue

25Malgré la domination de la « seconde école d’Alger », dans les années 1970 et 1980, d’autres historiens du Maghreb sont en poste, parfois aussi éloignés des positions idéologiques de l’université coloniale que du marxisme universitaire dominant. Une première équipe se constitue en 1961 à la Sorbonne, autour de J. Ganiage, puis à Paris 4 en 1971. J. Ganiage cède en 1982 son poste à D. Chevallier, passé par Tunis et grand connaisseur du Levant.

26Une autre équipe se constitue à Paris 3 autour de Magali Morsy, elle aussi docteur de Ch.-A. Julien. Au « Centre de l’Orient et du monde arabe », elle travaille avec des islamologues de haute tenue (Mohammed Arkoun), le moderniste Mohamed Rekaya, le professeur d’arabe Abdelmajid Turki et plus tard Burhan Ghalioun. À Nice se structure une équipe autour d’André Nouschi, autre docteur de Ch.-A. Julien. Pied-noir marxiste de Constantine, il a longtemps enseigné à Tunis, où il a préparé sa thèse, avant d’y diriger des thèses.

27Dans les années 1960, la Tunisie de Bourguiba est un havre universitaire assez libéral, où prospèrent les études maghrébines. Les conditions politiques et intellectuelles favorables s’ajoutent au bilinguisme des élites, sans équivalent au Maghreb, terreau favorable à ces études. Plusieurs intellectuels y acquièrent une solide connaissance du terrain. J. Ganiage, A. Nouschi, L. Valensi, A. Rey-Goldzinguer, C. Liauzu s’y succèdent à Tunis, nourrissant la vie intellectuelle et des recherches historiques qui s’enracinent nationalement. Mohammed Hédi-Chérif, docteur d’histoire moderne de J. Ganiage, forge le noyau d’une solide école historique.

28Le Maroc est en revanche un parent pauvre, bien que son université soit attachée au prestige de Ch.-A. Julien. Pâtissant de sa proximité politique avec ses anciennes puissances coloniales et de l’alignement idéologique de Hassan II sur le camp occidental, le royaume chérifien éloigne les chercheurs à l’heure du marxisme universitaire. Cela ne déplaît pas aux autorités. Depuis 1960, la principale force de frappe de la recherche est l’« Institut de sociologie » de Paul Pascon, démantelé par le palais en 1970.

  • 13 Abdallah Laroui, L’Histoire du Maghreb : un essai de synthèse, Paris, Maspero, 1982.

29À l’université, la discipline historique est dominée par Abdallah Laroui, doctorant de Ch.-A. Julien. A. Laroui écrit l’œuvre historique la plus ambitieuse du Maghreb. Son Histoire du Maghreb : un essai de synthèse, publiée en France en 1982 chez Maspero, et qui fut un vrai coup de tonnerre, demeure trente ans plus tard la référence13. À l’université de Rabat, le travail scientifique des frères Ayache, en particulier Germain, doctorant de J.-B. Duroselle, fait souche en histoire du Maroc contemporain (origine de la guerre du Rif, syndicalisme, questions sociales).

30Mais, dans les années 1960 et 1970, l’histoire du Maroc n’intéresse guère les intellectuels français. Passé le règne de Mohammed V, le Maroc de Hassan II passe pour un régime rétrograde et sans avenir, au fur et à mesure que des révolutions abattent les monarchies, de l’Égypte (1952) à l’Iran (1979). Réputé féodal, pro-occidental et autoritaire, ce régime, lié à Franco et Israël, semble en sursis. Les relations du royaume avec la République algérienne sont exécrables depuis la guerre des sables de 1963. Elles se dégradent avec la France avec l’affaire Ben Barka (1965). Les putschs militaires de 1971 et 1972 semblent confirmer l’hypothèque qui plane sur le régime. Plusieurs Anglo-Saxons s’y livrent à d’innovants travaux d’anthropologie politique, éprouvant notamment la segmentarité. Mais la recherche historique française demeure marginale. Quand Ch.-A. Julien publie en 1978 sa somme remarquable sur le protectorat français, Le Maroc face aux impérialismes (Jeune Afrique), il a 88 ans.

31Le Maroc n’est cependant pas totalement délaissé. R. Gallissot, lui, a consacré sa thèse au « patronat européen au Maroc » dans les années 1930. Puis en 1973, il monte le colloque de 1973 sur la République du Rif. Et le Maroc se prête à de nouvelles expériences intellectuelles. De hauts fonctionnaires investissent le champ. L’énarque Georges Oved rédige La gauche française et le nationalisme marocain (1972). Rémy Leveau, coopérant au ministère de l’Intérieur à Rabat, amasse de solides connaissances restituées dans sa thèse d’histoire récente dirigée par Ch.-A. Julien, Le fellah marocain, défenseur du Trône (1973).

32Deux professeurs éloignés du marxisme ont forgé leurs armes au Maroc. Jean-Louis Miège, né au Maroc, a préparé une thèse monumentale durant les années 1950, sous la direction de Ch.-A. Julien, relatives aux relations entre le Maroc et l’Europe au xixe siècle (1959). D. Rivet, qui fut coopérant au lycée Moulay-Idriss de Fès, entame un doctorat d’État sous la direction de Ch.-R. Ageron, consacré au Maroc d’Hubert Lyautey (Paris 12, 1985).

33Avant que R. Leveau n’entre à l’IEP de Paris et que D. Rivet ne rejoigne Paris 1 en 1993, J.-L. Miège, professeur à Aix-en-Provence, patronne près de 500 mémoires et thèses, en majorité consacrés au Maroc moderne. Mais cette masse de travaux souvent érudits déborde rarement l’Afrique du Nord précoloniale. Nombreux sont les mémoires classiques d’histoire économique et diplomatique. Parmi ses docteurs, se retrouvent J.-J. Jordi (Migrations des Espagnols en Oranie (1840-1950), 1983), Z. M’Barek (Le Maroc de la résistance (1845-1958), 1987) Ghita Aouad (Les relations entre le Maroc et l’Afrique noire (1875-1935), 1994).

34J.-L. Miège, R. Leveau et D. Rivet acquièrent des positions importantes dans la hiérarchie universitaire (animation du centre d’Aix, création des centres de recherches français dans le monde arabe, création du DEA monde arabe de l’IEP Paris, direction de l’IISMM, recréation de la « chaire » de Julien à Paris 1, etc.). La liste de leurs doctorants est abondante et riche de travaux novateurs. Pourtant, ces spécialistes du Maroc contemporain n’ont pas transmis leur « chaire ». J.-L. Miège n’a pas eu de successeur dans sa spécialité, et l’histoire du Maroc n’est plus enseignée à Aix-en-Provence. R. Leveau cède son DEA à Gilles Kepel, spécialiste de l’Orient arabe, et ses doctorantes enseignent peu en France. Quant à D. Rivet, il cède son poste de la Sorbonne à Nadine Picaudou, spécialiste de l’Orient arabe.

35Le Maroc du xxe siècle est un legs historique encombrant. À Paris 1, on relève bien une filiation entre Ch.-A. Julien et D. Rivet. Mais elle est illusoire, après trente-trois ans de vacance entre les deux postes. Sans auréole révolutionnaire comme en Algérie, le Maroc échappe à l’histoire du temps présent. D’ailleurs, pour la monarchie, la recherche historique devait s’arrêter en 1912. J.-L. Miège a encadré peu de travaux sur le temps présent. Seule une demi-douzaine d’historiens marocains titulaires ont soutenu une thèse sur leur pays au xxe siècle (M. Kenbib, Z. M’barek, M. El Ayadi, A. Aouchar-Irhaï, M. Bouaziz, J. Baïda, M. Hatimi…).

Les « deux écoles » selon Daniel Rivet, une réalité ?

36L’histoire de l’Afrique du Nord demeure un champ historiographique sur-idéologisé. Pendant des décennies, l’historiographie coloniale a dénié le droit à une véritable histoire de l’Afrique du Nord et des Berbères. Elle oppose à son récit l’histoire héroïque des pionniers de la colonisation opérée par la nouvelle Rome. Dans son combat anticolonial, le nationalisme dresse en retour une histoire glorieuse : l’islam aurait arraché l’Afrique du Nord à la jahiliya (l’ignorance préislamique), l’aurait fait entrer dans la civilisation orientale, en marginalisant l’obscurantisme (tribalisme et maraboutisme). C’est au nom de cette histoire glorieuse que le Maghreb est convié à combattre l’impérialisme français. Telle fut la tâche dont se saisirent deux grands oulémas salafistes algériens, Moubarak El Mili et Tawfik El Madani.

37Ces discours idéologiques, tenant lieu d’histoire, étaient sous-tendus par des objectifs politiques précis. Ils ont été combattus, avec virulence, par les intellectuels berbéristes algériens Mouloud Maameri et Kateb Yacine. Au début du xxe siècle, cette historiographie sur-idéologisée n’est plus recevable par l’historiographie française. Lorsqu’il évoque, en 1992, les « deux écoles » de l’historiographie maghrébine, D. Rivet ne pense plus à ces discours. Il pointe le paysage qui s’est recomposé en France depuis 1962. Pour lui, cette première mouture serait le nouveau « discours sur l’histoire » de l’« école structuralo-marxiste », selon laquelle les individus seraient emportés par des forces économiques et sociales les dépassant. Elle s’opposerait à une école « personnaliste », centrée sur le rôle et la liberté d’individus acteurs de leur histoire. D. Rivet revendique son appartenance à cette seconde école.

38Selon Christophe Charle, cette approche des guerres académiques est toutefois à relativiser. Pour lui, « la principale explication réside dans la crise plus générale de l’université à l’époque giscardienne et jusqu’au milieu des années 1980, période où la raréfaction des postes bloque les mouvements et durcit les phénomènes de clientélisme ». Établir la vérité sur ces luttes académiques en convoquant les vues d’un seul côté du champ historiographique et en surpolitisant les explications ne serait pas dénué de risque. Écoutons cependant Daniel Rivet.

  • 14 Vingtième Siècle, no 33, 1992, p. 127-138.

39L’historien a exposé son point de vue dans un article de Vingtième Siècle, intitulé « Le fait colonial et nous, histoire d’un éloignement14 ». En 1990, la sortie de l’ouvrage Histoire de la France coloniale en deux tomes, codirigé par Ch.-R. Ageron et C. Coquery-Vidrovitch, est suffisamment importante pour lui inspirer ces réflexions. Ch.-R. Ageron écrivait alors :

« Il faut admettre, hélas, qu’il est pour l’heure impossible d’écrire une histoire scientifique de la guerre d’Algérie (NDLR, et non pas “de la France coloniale”, comme dit précédemment). Trente ans après ce drame, des blessures restent ouvertes et les passions flambent à chaque rappel imposé aux mémoires. On ne peut demander une vision sereine à ceux qui croient avoir perdu ou gagné une guerre, moins encore à ceux qui souffrent d’être des “expatriés” et non des rapatriés. Pour l’heure les historiens, qui ne disposent pas de l’ensemble des archives conservées par les deux parties, peuvent du moins travailler à éliminer les affabulations ou les chiffres nés de la guerre psychologique ou de partis pris idéologiques. »

40Il n’en saisit pas moins l’opportunité de l’éloignement temporel de la colonisation pour s’engager dans une histoire à plusieurs mains de la colonisation française. Trente ans après la paix en Algérie, les passions sont suffisamment apaisées pour que deux historiens aussi éloignés que Ch.-R. Ageron et C. Coquery-Vidrovitch construisent une analyse commune sur cette séquence historique. D. Rivet estime alors que l’éloignement est un facteur de pacifica­tion intellectuelle : « Le fait colonial n’est plus un enjeu de nos affrontements franco-français » (mais la trêve ne dura que dix ans…). Pour lui, les deux écoles, la marxiste et la « personnaliste », restent attachées à leurs convictions, au point qu’elles ne cessent de structurer la recherche relative au Maghreb (et à l’Afrique) colonial(e).

41Pour expliquer son ancrage dans la seconde école, il écrit : « C’est la littérature qui m’a appris que le réel ne peut jamais être mis en système, qu’il est irréductible à toute interprétation univoque. » B. Stora, devenu biographe des fondateurs du nationalisme algérien, n’est pas loin de le penser, tout comme G. Pervillé. C’est ce qu’il écrit dans son commentaire de l’article de D. Rivet, dans l’hommage adressé à Ch.-R. Ageron en 200815. Marqués par ses enseignements, ces trois historiens ont mal vécu leur ostracisme politique et intellectuel durant les années 1980. Maintenus en « périphérie » de la recherche parisienne (Ageron à Tours, Rivet à Lyon, Pervillé dans le Sud, seul B. Stora étant élu à Jussieu grâce à la discrète entremise de Jean Duvignaud), et stigmatisés pour leur « fascination » envers l’histoire coloniale, ils en ont rejeté en retour les théoriciens et l’« histoire historicisante ».

  • 16 Catherine Coquery-Vidrovitch, « Les usages politiques de l’histoire coloniale », Afrique et Histoi (...)

42Lors de ma soutenance de thèse en 2000 à Paris 8, D. Rivet me dit à quel point il avait apprécié les biographies et les personnages d’enseignants que j’avais dégagés (une « histoire à hauteur d’hommes »). Il ajouta néanmoins que cette thèse relevait d’une approche bourdieusienne, de l’« autre école », me dit-il… De même peut-on lire, dans la controverse d’Afrique et histoire entre D. Rivet et C. Coquery, à quel point les batailles idéologiques des années 1970 et 1980 lui laissent un souvenir amer16. En témoigne sa charge à l’encontre de C. Coquery-Vidrovitch, accusée d’euphémiser, voire de nier, la violence des débats et des campagnes de stigmatisation de ces années.

43Pour G. Pervillé, Ch.-R. Ageron reste le « modèle incontesté des historiens de la colonisation française – il présida pendant plusieurs années la Société française d’histoire d’outre-mer (SFHOM) – et pas seulement de celle de l’Algérie ». Pour D. Rivet et G. Pervillé (2008), Ch.-R. Ageron est un historien « inclassable » à l’heure de l’histoire anticoloniale victorieuse. Après le temps de l’histoire coloniale, puis celui de l’histoire anticoloniale, il estime qu’une troisième période commence, caractérisée par le « refus du rejet de l’histoire historicisante des deux premières générations de l’école des Annales » et l’absence de domination d’une école particulière. Il n’en relève pas moins la permanence d’une « polarisation entre deux grandes tendances : l’étude de la colonisation comme processus en fonction des forces profondes et des décisions suivant les conceptions des grands maîtres de l’histoire politique (Pierre Renouvin, J.-B. Duroselle et R. Rémond), et celle de la colonisation comme système suivant des conceptions structuralo-marxistes ».

  • 17 Présentation du recueil d’articles de la revue L’Histoire, dans « L’Algérie des Français », Paris, (...)

44G. Pervillé souligne néanmoins l’impératif d’une histoire critique dont se réclame Ageron dans « Pour une histoire critique de l’Algérie de 1830 à 196217 ». Évoquant les Français d’Algérie, il écrit :

« Nos contemporains ont subi successivement les effets d’affirmations scolaires, d’informations partiales et contradictoires. Aux mythes de l’Algérie française se sont surimposés les mythes de l’Algérie algérienne pour le plus grand dommage d’une histoire authentique. Or c’est à une histoire résolument critique que je voudrais appeler dans cette préface, invitant tous les historiens à s’y associer des deux côtés de la Méditerranée. »

  • 18 Dans une interview publiée à l’occasion de la publication de sa thèse, R. Branche se laisse aller (...)
  • 19 Benjamin Stora et Mohammed Harbi (dir.), La guerre d’Algérie 1954-2005. La fin de l’amnésie, Paris (...)

45Mais cet équilibre entre mythes « colonialistes » et « anticolonialistes » est une ligne de conduite intellectuelle étroite. Pour G. Pervillé, l’impératif du « devoir de mémoire » l’aurait emporté sur le « devoir d’histoire » à partir de 1997 (en 2000, un seuil est franchi avec le retour du débat sur la torture18), ruinant la mise à distance des événements souhaitée par Ch.-R. Ageron et D. Rivet. La tentative la plus aboutie en fut l’écriture d’un récit pluriel de la guerre d’Algérie, dirigé M. Harbi et B. Stora. Réunissant plusieurs dizaines d’historiens et doctorants français et algériens, ils publient en 2004 La fin de l’amnésie19, ouvrage bilan qui fait le point sur les principaux éléments de la guerre d’Algérie.

46Mais cette volonté pacificatrice se heurte au principe de réalité. En 2005, à l’occasion de divers événements (article de loi de février, accusations génocidaires algériennes, polémiques en France, émeutes de banlieues), les paramètres politiques reprennent l’ascendant. Le « devoir de mémoire », déjà problématique en soi dans la perspective d’un apaisement de la tension franco-algérienne, cède la place aux joutes politiques. Histoire du passé et joutes politiques au présent se mélangent, laissant place à toutes les instrumentalisations. Les historiens semblent absents, au point que de nombreux responsables politiques leur demandent de « faire leur travail » (sic)… Or ce dont souffrent les relations entre l’ancienne métropole et l’Algérie est moins un défaut de connaissances historiques, des acteurs et des peuples, qu’un lien biaisé entretenu par le débat public, la récupération politique, ou une « blogosphère » outrancière. Mais ce travail historique considérable, les acteurs publics feignent de l’ignorer. Quand cette histoire encore chaude s’éloignera et qu’ils s’en remettront aux historiens professionnels, on entrera alors dans la décolonisation de l’histoire.

Quelle transmission pour l’histoire du Maghreb contemporain ?

« J’ai vécu ces événements, donc je ne les connais pas. »
Charles-André Julien.

  • 20 Les noms en gras correspondent à ceux des historiens en poste dans une université au Maroc ; ceux (...)

L’héritage de la Sorbonne sur trois générations de docteurs20

L’héritage de la Sorbonne sur trois générations de docteurs20

Autres directeurs et leurs docteurs :
Xavier Yacono (Toul) (1912) : M. Kaddache, J. Frémeaux, Tayeb Chentouf
André Martel (Mont.) (1930) : D. Nordman, J. Frémeaux, J.-J. Jauffret
Robert Ilbert (Aix) (19 ?) : N. Lafi, F. Dumasy, D. Guignard, R. Bader, D. Abassi, A. Ghouti-Terki
M. Arkoun (P3) (1928) : F. Colonna, T. Yacine, M. Al Ayadi
André Miquel (1929) : N. Sraïeb, G. Grandguillaume
(Col. de France)
J. Bouvier (P8) (1920) : J. Marseille (1945) : D. Lefeuvre (1951)
Jean Leca (IEP) (1935) : A. Djebbar, Sliman Chikh, O. Carlier, M. Tozy, J.-Cl. Vatin
M. Ferro (EHESS) (1924) : M. Harbi

47Dans son article de Vingtième Siècle (1993), D. Rivet évoque les trois âges de la recherche française sur l’Afrique du Nord : le temps de l’histoire coloniale, jusqu’au milieu des années 1950, le temps de l’histoire anticoloniale dans les années 1970, même si s’observe une résistance des historiens venus d’Algérie (X. Yacono, R. Girardet) et d’une poignée d’autres comme Ch.-R. Ageron. Le troisième temps, commencé dans les années 1980, serait caractérisé par une polarisation entre deux grandes tendances non hégémoniques : une école née à la Sorbonne ou à l’IEP, dans les pas des grands maîtres de l’histoire politique (P. Renouvin, J.-B. Duroselle et R. Rémond), et les héritiers de l’école « structuralo-marxiste ».

48Entre 1992 et 2000, le paysage de l’enseignement de l’histoire du Maghreb contemporain se modifie brutalement en France. En quelques années, les premiers professeurs ayant commencé leur carrière en tant que « pieds-rouges » ou dans la coopération partent en retraite. L’ouverture des archives de la guerre d’Algérie et la guerre civile algérienne réactivent l’intérêt pour la société algérienne et son histoire. S’ajoute à cela le grand débat national qui fait retour, à partir de l’été 2000, sur la guerre d’Algérie, notamment l’emploi de la torture par l’armée française.

49Au début du xxie siècle entre en scène une nouvelle génération d’historiens du Maghreb colonial. Ni acteurs ni témoins de la colonisation ou de la guerre d’Algérie, ils sont venus au Maghreb colonial à partir des années 1990. L’aspiration exercée par le concept d’histoire immédiate a parfaitement fonctionné. Alors que, dans les années 1980, l’objet historique colonial semble délaissé, une fournée de jeunes historiens partent en quête de directeurs de recherches, au moment où plusieurs directeurs potentiels quittent la scène. D’autres, comme O. Carlier, S. El Merchat ou D. Lefeuvre, ne sont pas encore professeurs titulaires. De ce fait, la plupart des doctorants français en histoire du Maghreb contemporain se partagent entre B. Stora, dès lors qu’il s’agit de l’Algérie (Paris 8-Inalco), et D. Rivet pour les anciens protectorats (Paris 1). B. Stora encadre par goût et par intérêt scientifique des travaux qui portent sur le nationalisme algérien et sur la guerre d’Algérie, et D. Rivet davantage sur l’histoire culturelle de la colonisation et les rouages de ses appareils administratifs.

50Cette période voit arriver à maturité les enfants d’anciens combattants du contingent envoyé en Algérie, mais aussi des « Beurs » de troisième génération, qui font retour sur l’histoire de leur famille et de leur pays d’origine. En fonction de leurs trajectoires, ils optent pour tel ou tel professeur. L’histoire militaire (hors guerre d’Algérie) reste secondaire, ce qui laisse un peu à l’écart ses représentants. En outre, le travail sur archives coloniales, sans recours à la médiation de la société maghrébine (ses langues, ses peuples, sa littérature ou ses arts), fait moins recette que dans les années 1985-1995, ce qui explique le faible nombre d’étudiants s’engageant avec D. Lefeuvre ou G. Pervillé.

51Pour s’en tenir aux thèses d’histoire du Maghreb ayant donné lieu à publication au tournant du siècle, la plupart portent sur la guerre d’Algérie. C’est le cas des travaux médiatisés de Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962) en 2000, et de Sylvie Thénault, Une drôle de justice (2001). Il faut ajouter les thèses de Claire Mauss-Copeaux, Appelés en Algérie, la parole confisquée (1999), Jaques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy (2001), Sybille Chapeu, Des chrétiens dans la guerre d’Algérie (2004), et Dalila Aït-El-Djoudi, Image des combattants français vue par l’ALN : 1954-1962 : l’exemple de la wilaya III (2004). Maroc et Tunisie se réservent la portion congrue.

52D’après un calcul non exhaustif établi par nous, parmi les vingt et une thèses soutenues en France au cours des années 2000-2010 sur le Maghreb contemporain (des indépendances à nos jours), treize sont consacrées à l’Algérie (dont sept à la guerre d’Algérie et sa mémoire), et sept au reste du Maghreb. Nous reviendrons sur les difficultés qu’il y a à travailler sur le temps présent au Maroc et en Tunisie, même si les choses tendent à s’améliorer au Maroc et à s’aggraver en Tunisie avant la révolution de 2011. Concernant l’Algérie, la demande sociale (armée, anciens combattants, militants pro-FLN, messalistes, berbéristes, harkis, pieds-noirs, etc.) est telle qu’elle permet de surmonter la méfiance du régime algérien. Ce dernier reste néanmoins très attentif aux productions intellectuelles de l’université française, fréquemment commentées, critiquées, encensées ou dénigrées dans sa presse. Depuis la fin de la guerre civile, les tensions bilatérales franco-algériennes récurrentes, ainsi que les controverses françaises sur l’héritage colonial et son analyse historique maintiennent un intérêt particulier autour de l’histoire de ce pays.

53Pour ces raisons, bon nombre de doctorats d’histoire soutenus au cours des années 2007-2011 portent sur l’Algérie, lointain héritage des enseignements de Ch.-R. Ageron.

Thèses sur l’Algérie contemporaine soutenues entre 2007 et 2011

Thèses sur l’Algérie contemporaine soutenues entre 2007 et 2011

54Au regard des travaux qui précèdent, les thèses portant sur le Maroc et la Tunisie sont autant un rééquilibrage géographique que disciplinaire (histoire culturelle).

Thèses sur le Maroc et la Tunisie contemporains soutenues entre 2007 et 2011

Thèses sur le Maroc et la Tunisie contemporains soutenues entre 2007 et 2011

55La caractéristique des travaux de ces jeunes docteurs est qu’ils portent avant tout sur la période coloniale et son terme, à la presque exclusion du Maghreb indépendant. Comme si l’histoire s’était bloquée depuis 1962, ce qui s’entend pour ceux dont l’histoire familiale est devenue métropolitaine depuis cette période. La guerre d’Algérie et la « révolution algérienne » semblent avoir saturé l’espace historiographique de cette région.

56Or le bourgeonnement des études sur le Proche-Orient et l’Afrique, depuis une vingtaine d’années, démontre que l’intérêt des historiens excède largement la recherche d’une histoire familiale. En histoire ancienne de l’Éthiopie par exemple, discipline a priori mineure en France, le directeur du laboratoire CEMAf-Paris 1, Bertrand Hirsch, a placé, en quelques années, une demi-douzaine de ces spécialistes de ce champ dans des emplois d’enseignants ou de chercheurs. Un véritable exploit au regard des évolutions en cours sur la recherche Maghreb.

57Cependant, parmi les dix thèses que nous avons identifiées comme prochainement soutenables sur le Maghreb contemporain (dont plusieurs sous la direction d’O. Carlier), une sur deux porte sur la période postcoloniale… Un demi-siècle après les indépendances, le rapport à l’histoire du temps présent serait peut-être en train de bouger…

Notes

2 Guy Pervillé, In memoriam, Charles-Robert Ageron (1923-2008), http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2008/09/07/10512087.html.

3 Benjamin Stora, Les guerres sans fin. Un historien, la France et l’Algérie, Paris, Stock, 2008, 173 p.

4 François Caron, La France des patriotes, 1852-1919, Paris, Fayard, 1985, 665 p.

5 Gilbert Meynier, présentation des œuvres de Charles-Robert Ageron republiées par les éditions Bouchène, De l’« Algérie française » à l’Algérie algérienne. Recueil d’études, tome 1 : De l’Algérie française à l’Algérie algérienne, tome 2 : Genèse de l’Algérie algérienne, Paris, Bibliothèque d’histoire du Maghreb, 2005.

6 La SFHOM est l’héritière de la « Société d’histoire des colonies françaises », créée en 1912 par Alfred Martineau.

7 Site Internet, op. cit., G. Pervillé, « L’historiographie de la guerre d’Algérie, en France, entre mémoire et histoire », article dans lequel il a reconstitué cette série de colloques.

8 Mohammed Harbi, Une vie debout. Mémoires politiques, tome 1 : 1945-1973, Paris, La Découverte, 2001, 420 p.

9 Mohammed Harbi, Aux origines du FLN : la scission PPA/MTLD, Paris, Christian Bourgois, 1975, puis, Le FLN, mirage et réalité, Paris, Jeune Afrique, 1980, 446 p.

10 Ali Merad, thèse ès lettres (Sorbonne, 1966), Le réformisme musulman en Algérie de 1925 à 1940, Paris-La Haye, Mouton, 1967.

11 Ahmed Rouadjia, sous la dir. de René Gallissot, Les frères et la mosquée. Enquête sur le mouvement islamiste en Algérie (Paris 8), Paris, Karthala, 1990, 312 p.

12 Benjamin Stora et Mohammed Harbi (dir.), La guerre d’Algérie 1954-2005. La fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004, 728 p. Et Frédéric Abecassis et Gilbert Meynier (dir.), Pour une histoire franco-algérienne, Paris, La Découverte, 2008, 250 p.

13 Abdallah Laroui, L’Histoire du Maghreb : un essai de synthèse, Paris, Maspero, 1982.

14 Vingtième Siècle, no 33, 1992, p. 127-138.

15 Guy Pervillé, In memoriam. Charles-Robert Ageron (1923-2008), 7 septembre 2008, http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/2008/09/07.

16 Catherine Coquery-Vidrovitch, « Les usages politiques de l’histoire coloniale », Afrique et Histoire, no 6, 2006. Et Daniel Rivet, « Post-scriptum aux souvenirs des années 1960-1980 de Catherine Coquery-Vidrovitch », Afrique et Histoire, no 7, 2009.

17 Présentation du recueil d’articles de la revue L’Histoire, dans « L’Algérie des Français », Paris, Seuil, 1993, 371 p.

18 Dans une interview publiée à l’occasion de la publication de sa thèse, R. Branche se laisse aller à dire qu’il importe peu qu’il y ait eu 250 000 ou 700 000 morts algériens pendant la guerre d’Algérie. Or les historiens français sont parvenus à un certain consensus sur les chiffres, autour de 350 000 morts…

19 Benjamin Stora et Mohammed Harbi (dir.), La guerre d’Algérie 1954-2005. La fin de l’amnésie, Paris, Robert Laffont, 2004, 728 p.

20 Les noms en gras correspondent à ceux des historiens en poste dans une université au Maroc ; ceux en italique, en Tunisie ; enfin ceux soulignés, en Algérie.

Table des illustrations

Titre L’héritage de la Sorbonne sur trois générations de docteurs20
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Autres directeurs et leurs docteurs :Xavier Yacono (Toul) (1912) : M. Kaddache, J. Frémeaux, Tayeb ChentoufAndré Martel (Mont.) (1930) : D. Nordman, J. Frémeaux, J.-J. JauffretRobert Ilbert (Aix) (19 ?) : N. Lafi, F. Dumasy, D. Guignard, R. Bader, D. Abassi, A. Ghouti-TerkiM. Arkoun (P3) (1928) : F. Colonna, T. Yacine, M. Al AyadiAndré Miquel (1929) : N. Sraïeb, G. Grandguillaume(Col. de France)J. Bouvier (P8) (1920) : J. Marseille (1945) : D. Lefeuvre (1951)Jean Leca (IEP) (1935) : A. Djebbar, Sliman Chikh, O. Carlier, M. Tozy, J.-Cl. VatinM. Ferro (EHESS) (1924) : M. Harbi
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/825/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Thèses sur l’Algérie contemporaine soutenues entre 2007 et 2011
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/825/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Thèses sur le Maroc et la Tunisie contemporains soutenues entre 2007 et 2011
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/825/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© Publications de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable