Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Misère de l’historiographie du « Maghreb » post-colonial (1962-2012)

 | 
Pierre Vermeren

L’héritage institutionnel : une solide armature héritée des temps coloniaux

Chapitre 3 Les institutions parisiennes au-delà des indépendances

Texte intégral

Administrer

Des Langues O’ à l’INALCO

  • 1 Langues O’, 1995, op. cit.

1L’École nationale des langues orientales est fondée en 1795. Elle compte dès sa création un poste de professeur d’arabe, dévolu à Sylvestre de Sacy. Pendant le xixe siècle, les Langues orientales (ou Langues O’) sont un pilier de l’orientalisme français et européen. La philologie et la linguistique y règnent en maître, à tel point qu’il faut attendre 1871 pour qu’un enseignement de civilisation y apparaisse aux côtés de celui des langues. En arabe, il existe alors une partition entre l’enseignement de l’arabe littéral (le terme apparaît en 1831), et celui de l’« arabe vulgaire » (ce terme peu amène disparaît officiellement en 1916). À cette date est érigée une chaire d’arabe maghrébin, sept ans après la création d’une chaire d’arabe oriental en 19091. La première chaire d’enseignement de la langue berbère est créée en 1913.

2Durant la période coloniale, les meilleurs professeurs d’arabe d’Afrique du Nord se succèdent à la tête des chaires d’enseignement. La notoriété de cette école est à la fois nationale, impériale et européenne. Aux postes de professeurs titulaires de la chaire d’arabe littéral se succèdent :

3À partir de cette date, les professeurs, mais aussi la majorité des répétiteurs d’arabe littéral sont en majorité formés et parfois issus du Proche-Orient. Les « Maghrébins » sont de plus en plus cantonnés à la chaire arabe maghrébin, à l’exception d’A. Ben Abdesselam.

4Cette chaire a vu se succéder des noms devenus prestigieux pendant la période coloniale :

  • 2 À Paris 4, qui n’a jamais clairement rompu avec la filiation et le savoir-faire orientalistes, un (...)

5Plusieurs professeurs ont été impliqués dans la formation du personnel administratif musulman. Régis Blachère fut directeur de l’IHEM à Rabat. Quant aux trois médersas officielles d’Algérie coloniale, qui formaient le personnel musulman du culte, de la justice et de l’administration, elles ont compté parmi leurs directeurs M. Gaudefroy-Demombynes, William et Philippe Marçais. Ces médersas peuvent conduire à une section supérieure, soit la médersa d’Alger, transformée en 1946 en Institut d’études supérieures islamiques, soit les Langues O’ à Paris. Les cursus étaient donc assez intégrés. Enfin, plusieurs enseignants sont élus à la Sorbonne, où ils terminent une carrière reconnue de professeur de langue et littérature arabes (Régis Blachère jusqu’en 1970, Charles Pellat jusqu’en 1978 à Paris 42).

6En 1971, l’adoption du nouveau sigle des Langues orientales, INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales), fait entrer cette école dans l’âge des aires culturelles, même si ce changement de nom est d’abord lié à un changement de statut. Les Langues O’ deviennent un « grand établissement  » d’enseignement supérieur, proche d’une université. Bien que les rédacteurs du livre de 1995 s’en défendent, il existe une continuité de la tradition orientaliste de l’École, passée du service de l’Administration coloniale à celui de la Coopération et du ministère de la Défense. Les savoirs se sont autonomisés, et l’École a montré sa valeur scientifique par la production d’outils référents (grammaires, méthodes, dictionnaires, etc.).

  • 3 Jean-Claude Vatin, « L’Égypte dans la politologie occidentale », Égypte/Monde arabe, première séri (...)

7Mais les traditions sont pérennes. Le politologue Jean-Claude Vatin a instruit en 1991 une critique très sévère de cette longue tradition3, lui imputant l’extrême difficulté des sciences sociales à anticiper et à éclairer le surgissement de l’islamisme contemporain.

« On observe que la part de la contribution académique est quasi nulle […]. Il faut tout de même signaler qu’une génération, aurait-elle reçu les enseignements les meilleurs, aurait eu du mal à saisir ce qui se passait […]. L’université française avait produit des orientalistes, des islamologues, des arabisants, capables de commenter les textes anciens, de débattre des grandes époques de la civilisation arabe, de décrire les plus brillantes réalisations intellectuelles, architecturales, de disserter sur le Califat, de disputer des points de doctrine religieuse qui avaient opposé autrefois de vénérables cheikhs. Mais il n’y avait pas de sociologue politique du temps présent ayant effectué un séjour au-delà de la Méditerranée et de rendre compte de ce qui s’y déroulait, et qui d’ailleurs, était proprement atypique. »

  • 4 Ce service succède à l’École interarmées du renseignement et de l’étude des langues (EIREL, 1986), (...)
  • 5 Ce service est dirigé en 2010 par Marie Baize-Robache, docteur en linguistique arabe, dialectes or (...)

8Cette position éclaire en partie la crise de l’INALCO. La critique de l’orientalisme (fût-elle excessive), la réticence à se confronter aux études vingtièmistes et la nécessité de comprendre l’islamisme ont poussé au développement de filières nouvelles, comme le DEA monde arabe de l’IEP Paris (1985-2010), les centres d’études de Beyrouth (Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain – CERMOC –, 1977, fusionné dans l’IFPO en 2003), du Caire (1980), de Tunis (1992), à l’initiative du ministère des Affaires étrangères. En outre, les armées se dotent en 2006 d’un Centre de formation interarmées au renseignement (CFIAR4) à Strasbourg, muni d’un enseignement des langues arabes (dialectales notamment), qui leur permet de s’affranchir de l’INALCO auquel elles ont longtemps recouru. Il faut ajouter aussi que les officiers en formation à Coëtquidan disposent d’un département d’enseignement de la langue arabe5. Les effets de la guerre (américaine) d’Irak (2003) ont incité les militaires français à se remettre de manière autonome et structurée à l’étude de cette langue délaissée depuis 1962.

9L’élection d’historiens travaillant sur l’histoire immédiate du monde arabe (Henri Laurens, Nadine Picaudou et Benjamin Stora) a été une réponse de l’INALCO à ces critiques. Sur le Maghreb, les titulaires des cours de civilisation ont cependant une présence intermittente. Après le départ de Robert Santucci, né à Tunis, passé par le CHEAM, puis professeur de 1966 à 1991, l’INALCO n’a élu Benjamin Stora qu’en 2001. À son départ en 2008, son poste de professeur n’est pas reconduit, mais transformé en poste de maître de conférences en 2010. M’hamed Oualdi, spécialiste de la Tunisie ottomane, en devient le titulaire.

10Il reste que la sociologie du public, et les objectifs des étudiants de la plus grande école européenne d’enseignement de l’arabe se sont fortement modifiés. L’installation provisoire (jusqu’en 2012), des locaux de ce département à Asnières, a fait de l’école le lieu vers lequel converge une jeunesse nombreuse d’origine maghrébine en recherche de ses racines. Les taux de sélection sont devenus drastiques, qui soulignent que les étudiants motivés aux capacités exigées par l’apprentissage de cette langue sont très peu nombreux à opter pour ce cursus. La disparité est forte entre les moyens humains et les effectifs étudiants d’une part, et la réalité des travaux en cours. Les recherches produites à l’INALCO sont peu nombreuses, l’Institut servant souvent d’établissement complémentaire à des étudiants engagés dans d’autres filières et dans d’autres Universités.

  • 6 Dans l’ouvrage de Langues O’ de 1995, op. cit., une très bonne synthèse est faite sur les études b (...)
  • 7 Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), créé par Mohammed VI.

11Pour être exhaustif, il faudrait compléter ce tableau par les études berbères6. La « triangle berbérisant » français, constitué il y a un siècle (Alger 1885, Langues O’ 1913, Rabat 1915), a vécu. Il a laissé un héritage scientifique considérable, conforme à l’orientalisme ambiant. Mais le tournant pris à la naissance de l’INALCO en 1971 a été innovant. Lors de la création des départements, le berbère, à la demande du professeur titulaire, a été intégré au département Afrique, afin que cette langue et ses parlers côtoient des langues non écrites (de culture orale) et non étatiques. Les berbérisants du département dirigé par Salem Chaker depuis 1989, se félicitent de ce choix. Doté d’un centre de recherches et d’enseignement autonome, le Centre « André Basset », et d’une publication (Études et documents berbères), cette filière tisse des liens avec ses homologues algériens et marocains, puis avec l’IRCAM7 de Rabat. Il est cependant à craindre que cet enseignement soit menacé par une communautarisation identitaire (constituant une sorte de refuge, tant il est douloureux de vivre une berbérité dominée au Maghreb), au risque de peiner à former de solides historiens ou sociologues dans ce domaine. Le « triangle berbérisant » de Paris (Paris 8, INALCO, EHESS) est sans conteste peu visible.

12Il semble qu’en 2010 aucun professeur ou maître de conférences berbérophone n’occupe un poste en sciences humaines et sociales à l’université française, en dehors des départements de langues précédemment cités. Alain Mahé, Dominique Casajus, Karima Dirèche, Claude Lefébure, Houari Touati, Tassadit Yacine, Ouanassa Tengour et quelques autres officient au CNRS ou à l’EHESS, comme si cet objet de recherche (la civilisation berbère) n’était pas digne d’enseignement et de transmission directe à des étudiants de premier cycle du temps post-colonial. De la sorte, le vivier de recrutement de cette discipline est appelé à se tarir, sauf par transfert de compétences issues du Maroc ou d’Algérie, mais au risque de l’enfermement.

Grandeur et décadence du CHEAM (1934-1998)

13Ancien officier de marine, versé dans l’aéronavale après la guerre de 1914-1918, Robert Montagne fut amené à faire des relevés topographiques au Maroc. Remarqué par Lyautey, il devient son conseiller pour les questions tribales et la pacification. Il joua un rôle dans la reddition d’Abdelkrim et réalisa des études ethnologiques sur les populations marocaines. Maître de conférences à l’Institut des hautes études marocaines (IHEM) de 1924 à 1930, il achève en 1930 une thèse d’anthropologie politique. Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc a été publié dans la série des travaux de L’Année sociologique, devenant la source d’une production scientifique riche et soutenue jusqu’à la mort de son auteur en 1954.

14Robert Montagne a exercé de multiples fonctions à la tête d’institutions administratives et scientifiques : bureau des Affaires indigènes, nommé en 1948 sur recommandation de L. Massignon la tête de l’Institut français des études arabes de Damas (IFEAD), Centre des hautes études d’administration musulmane (CHEAM), qu’il fonde en 1936 et dirige jusqu’à sa mort. Le CHEAM, devenu en 1973 le Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes, est supprimé en 1998 par le Premier ministre Jospin dont il dépend.

15Le CHEAM a joué un rôle considérable dans la formation des administrateurs coloniaux du monde musulman en fin de période coloniale, avant d’élargir son champ d’action à l’Afrique (1946) puis à l’Asie (1947), annonçant la période de la coopération. Durant les années 1960, cet organisme perdure au 13, rue du Four à Paris. Il est l’un des rares héritages actifs de la période coloniale. Il doit probablement cette survie à son rattachement aux services du Premier ministre depuis 1938, après sa création par le gouvernement du Front populaire (Charles-André Julien préside alors l’éphémère Haut Comité méditerranéen chargé, entre autres, de promouvoir la réforme de M. Viollette en Algérie). Les gouvernements gaullistes, par besoin, puis les premiers gouvernements socialistes, peut-être à cause de ses origines, conservent ses services. Les spécialistes parisiens du monde musulman et des aires culturelles couvertes par l’ancien Empire se retrouvent au CHEAM pour former des administrateurs envoyés outre-mer ou en charge de ces questions, pour des colloques (les 26 et 27 mars 1966 s’y tient par exemple un colloque sur le Maghreb contemporain) et pour animer des stages. Le cycle long du CHEAM existe de 1941 à 1983. Il comprend un « stage de perfectionnement », alors que le cycle court, qui donne lieu à un « stage d’information », est plus tardif (1956-1979). Les permanents du CHEAM s’adonnent eux-mêmes à la rédaction de notes et de rapports, qui débouchent parfois sur des ouvrages. Robert Montagne a poussé cette production intellectuelle durant les dix-huit ans où il préside l’organisme, au point que les archives du CHEAM (d’une extrême richesse remontant à 1913) ne sont guère séparables des siennes, ainsi que le souligne l’archiviste chargé de leur classement (le versement a été fait au Centre des archives contemporaines de Fontainebleau en 1996). Pour la seule année 1941, R. Montagne prononce 18 conférences archivées. Datant de la période coloniale, on relève des conférences présentées par R. Le Tourneau, le commandant du Plessis, L. Paye, H. de Montety, les capitaines Rondot, Clément et G. Spillmann, L. Bruno…

16Mais le plus intéressant pour l’historien est la bibliothèque constituée par les 5 400 mémoires des stagiaires du CHEAM. À l’issue de leur stage (d’information ou de perfectionnement), les stagiaires écrivent un rapport synthétique, souvent très précis, sur une question relative à leur pays d’accueil. Des mémoires, dits rouges, longtemps classés « confidentiels », sont aujourd’hui accessibles. Outre l’intérêt extrême de ces mémoires pour l’historien, on se contentera d’observer, à partir de sondages effectués sur leur registre, l’évolution de ceux consacrés à l’Afrique du Nord. Conformément à ce que renvoient les autres institutions, on observe une régression, puis la presque disparition des mémoires consacrés au Maghreb entre les années 1930 et les années 1980. Les travaux des stagiaires sont successivement encadrés par Robert Montagne (1940-1953), Jean-Claude Froelich (1946-1969) et Georges Malecot (1977-1983).

17La chute progressive et brutale date des années 1960, après que l’intérêt pour le Maghreb a dominé la première période. D’après le tableau qui suit, la coopération avec le Maghreb n’a pas été un relais pour l’intérêt scientifique et administratif envers cette région. De nouvelles régions comme l’Afrique noire captent toute l’attention du nouveau CHEAM, ce que nous retrouverons à l’université.

Connaître

  • 8 Voir notamment Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994 (...)
  • 9 Pierre Singaravélou, Professer l’Empire, l’enseignement des « sciences coloniales » en France sous (...)
  • 10 Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes (...)

18Christophe Charle constate que l’enseignement supérieur français, confronté à des domaines non conventionnels, a pour habitude de recourir à des institutions périphériques, faisant appel à des publics ou à des enseignants aux profils non académiques8. Tel fut le cas durant l’époque coloniale, avec une conséquence non négligeable, la fragilité des structures de reproduction des connaissances selon la conjoncture, dès lors, par exemple, que ces structures parallèles s’effacent, quand la situation qui les avait fait naître se modifie. Dans sa thèse, dirigée par Christophe Charle, Pierre Singaravélou9 a démontré cette thématique élargie à l’empire colonial français, notamment à l’Extrême-Orient. À côté de la Sorbonne, ces nouvelles institutions universitaires ont fait peu à peu émerger une histoire de l’Afrique du Nord, plus affranchie de l’historiographie au service de la colonisation au fur et à mesure que s’éloignait le temps des conquêtes. Les renouvellements historiographiques en cours, sur l’Afrique et sur l’Asie notamment, révèlent des processus similaires et selon des chronologies assez contemporaines10.

Le Collège de France

  • 11 C’est ainsi que Charles-André Julien explique qu’il est le premier historien universitaire de l’Af (...)

19En géographie, les Langues orientales et la Sorbonne ont pris en compte les nouveaux horizons offerts par l’empire, notamment le monde musulman. Mais le Collège de France est la première institution universitaire française qui s’intéresse aux sociétés musulmanes d’Afrique du Nord et à leur histoire, car elle recrute librement en son sein des scientifiques venus d’autres horizons professionnels, quand l’université est réservée à l’Homo academicus11. Les premières chaires de Collège consacrées au monde musulman sont occupées par des praticiens militaires de la colonisation et des Affaires indigènes. En 1902 s’ouvre une chaire de sociologie musulmane (dite de « sociographie »), financée par le Gouvernement général d’Algérie. Elle est occupée par Alfred Le Châtelier (1855-1929) jusqu’en janvier 1926. Cet officier saint-cyrien vient des Affaires indigènes d’Algérie. Adepte d’une science opérationnelle, il n’a jamais soutenu sa thèse, mais fut le créateur de la Mission scientifique du Maroc, implantée à Tanger en 1904 à l’initiative de Lyautey, puis de la Revue du monde musulman en 1906. Il est en outre l’animateur de la Commission interministérielle des affaires musulmanes en 1911.

20Cette première chaire est complétée en 1912 par une chaire d’histoire de l’Afrique du Nord, confiée à l’éminent archéologue et historien de l’Antiquité Stéphane Gsell (1864-1932). Normalien, ancien membre de l’École française de Rome, il fut d’abord professeur à l’École supérieure des lettres d’Alger. Il initia des fouilles à Tipasa et dans d’autres régions de l’Algérie. Inspecteur des Antiquités de l’Algérie, il devint directeur du musée d’Alger. Professeur au Collège de France (1912-1932), il publie une colossale et érudite Histoire ancienne de l’Afrique du Nord (rédigée de 1913 à 1929). Cette chaire ne lui survit pas.

21Au lendemain de la Grande Guerre, deux nouvelles chaires s’ajoutent aux précédentes, une en histoire coloniale, et une en langue et littérature arabes. Très affaiblie dans ses fondements par la saignée humaine et morale de 1914-1918, la France met son appareil scientifique au diapason des ambitions de la « plus grande France ». Avec quatre chaires consacrées au monde arabe et à l’empire, à quelques encablures de la Mosquée de Paris (inaugurée par Lyautey le 19 octobre 1922), la France s’approche de son apogée colonial, dont Jacques Berque place le sommet en 1930 (exposition du centenaire).

22La chaire de la colonisation est d’abord confiée à des spécialistes de l’Asie : Alfred Martineau, archiviste paléographe, de 1921 à 1935, puis Edmond Chassigneux, grand spécialiste de l’Indochine, de 1939 à 1947. C’est à la veille de la décolonisation que la chaire échoit à l’officier, administrateur et sociologue Robert Montagne, nommé en 1948. Sa chaire s’intitule « Histoire de l’expansion de l’Occident ». Mais il meurt prématurément en 1954, l’année où s’enclenche irrémédiablement l’indépendance de l’Afrique du Nord. Il n’y aura plus de chaire coloniale.

  • 12 Ce normalien est né et a été scolarisé en Algérie, où il a appris l’arabe ; diplômé des Langues or (...)
  • 13 Spécialiste de la Syrie mort prématurément en 1950 à 49 ans.
  • 14 Orientaliste spécialiste de l’islam arabe et secondairement de la Perse. A très longtemps séjourné (...)

23Quant à la chaire de langue et littérature arabes, elle échoit successivement à Paul Casanova (1919-1926)12, puis à un connaisseur des langues d’Afrique du Nord né à Tlemcen, William Marçais (1927-1943), suivi de Jean Sauvaget (1946-1950)13 et de Gaston Wiet (1951-1959)14. Elle est enfin confiée à André Miquel (1976 à 1997), sous l’intitulé « Langue et littérature arabes classiques ». Ce dernier, outre ses traductions des textes coraniques et des Mille et une nuits, a travaillé sur la formation de la géographie en langue arabe à l’époque classique.

24Parmi ces quatre chaires, celle de « sociographie » musulmane (Le Châtelier) attire les grandes figures de l’orientalisme français. Louis Massignon, au lendemain de la guerre en 1919, se la voit provisoirement confier. La « chaire de sociologie et sociographie musulmanes » lui revient en janvier 1926 (départ de Le Châtelier), jusqu’à 1954, quand Massignon prend sa retraite. Cette chaire est alors attribuée à un bon connaisseur de l’Afrique du Nord, Henri Laoust (né en 1905), fils d’Émile Laoust (1876-1952), l’ethnologue berbérisant d’Algérie qui dirigea à Rabat l’ESLADB, puis l’IHEM. Henri Laoust a fait ses études au lycée Gouraud à Rabat. Reçu à la rue d’Ulm, il devient professeur agrégé d’arabe à Constantine, puis directeur de l’Institut français d’études arabes de Damas (1937-1941). La chaire de sociologie musulmane qu’il occupe de 1956 à 1976 est à sa mesure. Son successeur, Jacques Berque, a un parcours assez similaire (père fonctionnaire colonial, Algérie, Maroc, puis Proche-Orient), quoique moins académique. Le grand anthropologue et islamologue est titulaire de la chaire d’« Histoire sociale de l’Islam contemporain » de 1956 à 1981.

25Comme dans le domaine de la langue et de la littérature arabes (avec André Miquel), les chaires de sciences sociales et historiques quittent les rivages de l’Afrique du Nord après les indépendances. Si la chaire de R. Montagne n’est pas reconduite, l’élection de Jacques Berque (1956) prolonge durablement la présence de l’Afrique du Nord dans l’institution, du fait de sa longévité. Après une longue absence, qui marque la fin des études de sociologie musulmane au Collège, les élections de Gilles Veinstein en 1999 (chaire d’Histoire turque et ottomane), puis d’Henry Laurens en 2004 (chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe) signent la sortie de l’Afrique du Nord et de la berbérité. Henry Laurens travaille en effet (et d’ailleurs énormément) sur le Machreq arabe. Cette bascule vers l’Orient reflète le mouvement général de la place parisienne.

La Sorbonne

26En 1893 est créée une chaire de géographie coloniale à la faculté des lettres de l’université de Paris. Cette chaire est confiée à Marcel Dubois (1856-1916), collaborateur de Paul Vidal de La Blache à la revue des Annales de géographie. Spécialiste de la Grèce, il s’ouvre au développement et à la mise en valeur des colonies, sans spécialisation géographique particulière. Cette chaire a une dimension plus économique que scientifique et répond à une forte demande coloniale adressée à l’université. Dans la même logique est créée en 1895 une chaire de droit musulman à la faculté de droit de l’université de Paris, nécessaire à l’administration en territoire musulman.

27Paul Vidal de La Blache est élu en 1875 à Nancy sur la première chaire de géographie constituée en tant que telle en France. Maître de conférences, puis sous-directeur de la rue d’Ulm, il devient en 1898 titulaire de la première chaire de géographie à la Sorbonne. À cette époque, la géographie de l’Afrique du Nord est dominée par Augustin Bernard (1865-1947) et Émile-Félix Gautier (1864-1940), successivement titulaires de la chaire de géographie à l’École supérieure des lettres (future université) d’Alger. Augustin Bernard, docteur ès lettres en 1895, est en poste à Alger de 1894 à 1902. À cette date, P. Vidal de La Blache le fait venir pour assurer le cours complémentaire de géographie et de colonisation de l’Afrique du Nord.

  • 15 L’évolution du nomadisme en Algérie (1906), avec Napoléon Lacroix, Enquête sur l’habitation rurale (...)

28Émile-Félix Gautier, né en Algérie, lui succède en 1902 à l’université d’Alger où il reste en poste jusqu’en 1935. Quant à A. Bernard, il devient professeur de géographie et de colonisation de l’Afrique du Nord à la Sorbonne de 1920 à 1935. Géographe, il s’intéresse, parmi d’autres sujets (pénétration saharienne, confins, Afrique du Nord en guerre, colons, etc.), aux indigènes d’Afrique du Nord bien avant les historiens. Ses travaux sont précurseurs15.

  • 16 Les archives du fonds Charles-André Julien sont consultables en ligne sur le site de Sciences-Po o (...)

29Il faut attendre 1947 pour qu’un professeur soit élu sur une chaire d’histoire de la colonisation à la Sorbonne. Charles-André Julien est le premier titulaire d’une telle chaire en France. Il l’occupa jusqu’en 1961. Les archives du département d’histoire déposées en Sorbonne à la bibliothèque Lavisse attestent qu’il encadra et fit soutenir des travaux de recherche (notamment le diplôme d’études supérieures ou DES, postlicence) à la Sorbonne de 1945 à 1961, soit durant seize années16.

30Ch.-A. Julien joua un rôle considérable dans la direction des thèses et la formation de toute une génération de chercheurs, tant en France qu’en Afrique du Nord (Charles-Robert Ageron, André Nouschi, Abdallah Laroui, Annie Rey, Rémi Leveau, Jean-Louis Miège, Jean Ganiage…). Directement ou à travers ses doctorants, il influence la majorité des chercheurs français qui travaillent sur l’Afrique du Nord depuis 1962. Certains jeunes marxistes comme certains héritiers du colonialisme ont eu des préventions à s’inscrire sous sa direction. Mais ses directions de DES, la période capitale où il a été en situation de monopole sur l’histoire coloniale (même si Jean-Baptiste Duroselle, Jacques Droz et Pierre Vilar ont encadré des thèses sur le Maghreb en Sorbonne), ainsi que la renommée de ses étudiants établissent un rôle déterminant dans la construction et l’enseignement du fait colonial nord-africain.

31Ajoutons que l’historien de l’Orient musulman médiéval, Claude Cahen, est élu à la Sorbonne en 1959 (où il reste jusqu’en 1979). C. Cahen introduit l’histoire de l’Islam au département d’histoire de cette université. Dans le domaine de l’Islam classique, cet éminent historien a joué un rôle équivalent à celui de Ch.-A. Julien en histoire contemporaine. Héritier des travaux conduits sur l’Islam médiéval aux Langues orientales et à l’université d’Alger, ce normalien, qui fut professeur à Strasbourg, est à l’origine du Centre de recherches d’histoire et civilisation byzantines et du Proche-Orient de Paris 1. Il a encadré de nombreux chercheurs qui ont essaimé dans l’espace francophone. Mais l’histoire de l’Occident médiéval a aussi traversé une longue nuit. Depuis 1962, la première thèse soutenue en France sur la Berbérie médiévale, « La société en Ifriquiyya aglabide », ne l’est qu’en 1994 !

32Paradoxalement, c’est l’héritier de C. Cahen, Michel Kaplan, qui œuvre en 1993 à la recréation d’un poste en histoire du Maghreb contemporain, dévolu à Daniel Rivet.

Vincennes et l’EHESS

33Au lendemain de la guerre d’Algérie, deux institutions nouvelles jouent un rôle particulier dans la recomposition de la recherche française, en particulier sur l’Afrique du Nord et l’Algérie. Au moment où les universitaires d’Alger intègrent les universités du Sud de la France, des intellectuels engagés dans la lutte contre la guerre d’Algérie (« porteurs de valises »), des « pieds-rouges », au fur et à mesure de leur retour en France, et des intellectuels algériens en rupture de ban s’intègrent à l’EHESS et à l’université de Vincennes (créée au lendemain de 1968).

  • 17 Brigitte Mazon, Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat (...)
  • 18 Membre de l’École pratique des hautes études (EPHE) depuis 1937, F. Braudel fonde en 1949 le Centr (...)

34Ce rôle imputable à l’EHESS provient d’une part de l’activisme de la fondation Ford en faveur du programme Aires culturelles17, mais aussi de l’activisme institutionnel de Fernand Braudel. Après son long séjour algérien, il joue un rôle déterminant dans la création de cette institution18. Liée depuis ses origines à l’Algérie et à la Méditerranée, l’EHESS devient une structure d’accueil d’intellectuels engagés contre la guerre d’Algérie, comme Pierre Vidal-Naquet (en 1966). En 1964, Pierre Bourdieu, que ses travaux sur l’Algérie ont fait connaître, rejoint l’École pratique des hautes études (EPHE), puis en 1975 l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Les chercheurs liés à l’Algérie dans son entourage immédiat en faisaient un intermédiaire important entre les deux mondes.

35C’est aussi le cas de Lucette Valensi. Née en Tunisie, elle décroche sa licence d’histoire à la Sorbonne pendant la guerre d’Algérie, contre laquelle elle milite au Parti communiste. Préparant une thèse sous la direction de Pierre Vilar, elle devient spécialiste de l’histoire et de l’anthropologie de l’Islam méditerranéen, qu’elle structure au sein de l’EHESS. Dans les années 1970, à son retour de Tunisie, elle rassemble une équipe de recherche (incorporant Daniel Nordman, coopérant universitaire rentré de Rabat en 1969, Gilbert Grandguillaume, et plus tard son « héritière », l’anthropologue née en Tunisie Jocelyne Dakhlia), qui s’assigne pour tâche de sortir la recherche sur le monde arabe et musulman de l’orientalisme. L’habillage « aires culturelles » vise à briser les monopoles disciplinaires et régionaux, et sortir de l’histoire coloniale, pour s’inscrire dans le nouveau tiers-mondisme. Ce groupe donne naissance en 1994 au Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (CHSIM), dirigé en 2008 par l’anthropologue Claude Lefébure. Il comprend une vingtaine de chercheurs.

36Directrice d’études à l’EHESS, Lucette Valensi saisit l’opportunité politique de créer en 1999 un autre centre de recherche sur cette même aire culturelle, l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM), dont elle assure jusqu’en 2002 la codirection avec le professeur d’histoire médiévale de l’Andalousie de Paris 8, Gabriel Martinez-Gros. Leur succèdent Daniel Rivet (Paris 1) puis Jean-Philippe Bras (juriste de Rouen ayant une solide expérience professionnelle de la Tunisie et du Maroc).

37Enfin, dans les années 1990, parmi les intellectuels algériens qui s’installent en France, poussés par la guerre civile, l’EHESS accueille deux universitaires qui accentuent l’approche anthropologique de l’Afrique du Nord. Houari Touati, qui a été formé en histoire sous la direction d’A. Nouschi, intègre le Centre de recherches historiques (CRH). Mais il confère une approche anthropologique à ses travaux. Quant à Tassadit Yacine, venue d’Oran, elle intègre le Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS) et devient maître de conférences spécialiste du monde berbère.

  • 19 Charles Soulié, « Le destin d’une institution d’avant-garde : histoire du département de philosoph (...)

38Cette configuration est encore plus marquée à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, devenue un bastion pour intellectuels français anticolonialistes, puis pour intellectuels algériens en rupture de ban avec le régime du FLN. Dès sa création en 1971, elle accueille des intellectuels engagés contre la guerre d’Algérie (Jacques Julliard, Madeleine Rebérioux, le géographe Yves Lacoste, Jean-François Lyotard, le politologue Denis Berger), puis ceux qui ont participé à l’« édification d’une Algérie révolutionnaire » après 1962 (Étienne Balibar, Georges Lapassade, René Gallissot, la sociologue Monique Gadant). Elle reçoit enfin les intellectuels nés en Algérie, et à ce titre marqués par son histoire (Hélène Cixous, Jacques Derrida, Benjamin Stora), ou en rupture avec le régime (Jamal Eddin Bencheikh, Mohamed Harbi, Aïssa Kadri). Plus que l’EHESS, Paris 8 devient le lieu où l’Algérie anticolonialiste et militante fait irruption sur la scène universitaire française19.

  • 20 Abd el-Krim et la République du Rif, Actes du colloque international d’études historiques et socio (...)

39Dans ces années 1970, le royaume du Maroc apparaît comme un bastion du néocolonialisme et de la « féodalité ». Il n’est cependant pas oublié à Paris 8. Yves Lacoste, qui y est né, s’intéresse au Maghreb dans son ensemble, et René Gallissot, qui y a séjourné avant l’Algérie, lui a consacré sa thèse de IIIe cycle. Ce dernier est à l’origine, avec Abderrahmane Youssoufi (futur Premier ministre alors sous le coup d’une condamnation à mort au Maroc) et Ch.-A. Julien, d’un colloque international consacré à la « République » d’Abdelkrim El Khattabi, figure de ralliement des opposants à la monarchie alaouite, organisé à Vincennes en 197320.

40L’arrivée à Paris 8 de l’islamologue et médiéviste algérien Jamal Eddin Bencheikh en 1971 (après trois ans passés au CNRS de 1968 à 1971) dote en outre cette université d’un pôle de compétences sur l’Islam médiéval, capable de concurrencer le pôle de Paris 1. Il revient plus tard à Pierre Rosenberger.

  • 21 « Histoire d’un engagement pour la langue et la culture berbères », débat organisé par Didier Le S (...)

41Il faut enfin souligner le rôle particulier du Groupe d’études berbères de Paris 8-Vincennes21, qui contribue à individualiser cette université. À la rentrée 1972, le « groupe Maghreb » met au jour une division entre arabophones et berbérophones. Or à cette époque, la berbérité est dénoncée au Maghreb comme une affabulation colonialiste. Les berbérophones de Paris 8 forgent un Groupe d’études berbères (GEB), qui vise l’enseignement des langues amazighes (même s’il préexiste aux Langues orientales et à l’EPHE). Ce cours s’adresse aux jeunes ouvriers berbérophones de la banlieue nord. Confié à Mbarek Redjala, il devient officiel en 1973, grâce à l’engagement de Georges Lapassade et du département de sciences politiques. Par la suite, le département revient à un étudiant de Salem Chaker, Hacène Hirèche, enseignant de langue et de civilisation berbères. Ce docteur en sciences économiques confirme l’hégémonie des Kabyles dans ce secteur.

Notes

1 Langues O’, 1995, op. cit.

2 À Paris 4, qui n’a jamais clairement rompu avec la filiation et le savoir-faire orientalistes, un département d’arabe, longuement occupé par L.-W. Deheuvels, par la suite professeur à l’INALCO, se perpétue. Outre l’importance attachée à la langue arabe (ce qui n’est guère contestable), Paris 4 a créé en 1978 un poste d’histoire contemporaine du monde arabe (distingué du poste d’histoire coloniale de Jean Ganiage), confié à Dominique Chevallier, et dont Catherine Jaouen-Mayeur, puis Anne-Laure Dupont ont successivement hérité au titre d’une maîtrise de conférences.

3 Jean-Claude Vatin, « L’Égypte dans la politologie occidentale », Égypte/Monde arabe, première série, n° 8, 1991, p. 7-48.

4 Ce service succède à l’École interarmées du renseignement et de l’étude des langues (EIREL, 1986), qui comprenait en son sein le Centre d’enseignement des langues et d’études étrangères militaires (CLEEM).

5 Ce service est dirigé en 2010 par Marie Baize-Robache, docteur en linguistique arabe, dialectes orientaux, chef du département d’enseignement de la langue arabe (DGER-DLEA), laboratoire de sciences sociales et politiques, unité de recherche Relations internationales.

6 Dans l’ouvrage de Langues O’ de 1995, op. cit., une très bonne synthèse est faite sur les études berbères, p. 369-375.

7 Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), créé par Mohammed VI.

8 Voir notamment Christophe Charle, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994 ; et Histoire des universités (en collaboration avec Jacques Verger), Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1994, 2e édition, 2007.

9 Pierre Singaravélou, Professer l’Empire, l’enseignement des « sciences coloniales » en France sous la IIIe République, Paris 1, 2007, 3 volumes, 505 pages.

10 Emmanuelle Sibeud, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002.

11 C’est ainsi que Charles-André Julien explique qu’il est le premier historien universitaire de l’Afrique du Nord à avoir été élu sur une chaire d’histoire coloniale, à la Sorbonne de surcroît. Rappelons que sa première thèse est consacrée à la colonisation française en Amérique du Nord, un sujet devenu réellement « historique », et qu’à son élection en 1947 il est âgé de 58 ans…

12 Ce normalien est né et a été scolarisé en Algérie, où il a appris l’arabe ; diplômé des Langues orientales vivantes, ce numismate et islamologue passionné part au Caire en 1890 (Mission archéologique française). Il dirige l’IFAO dès 1900 avant d’être nommé à Paris. Il meurt au Caire.

13 Spécialiste de la Syrie mort prématurément en 1950 à 49 ans.

14 Orientaliste spécialiste de l’islam arabe et secondairement de la Perse. A très longtemps séjourné et travaillé au Caire. N’a pas séjourné en Afrique du Nord.

15 L’évolution du nomadisme en Algérie (1906), avec Napoléon Lacroix, Enquête sur l’habitation rurale des indigènes de l’Algérie faite par ordre de M. le Gouverneur général (1921), Enquête sur l’habitation rurale des indigènes de la Tunisie faite par ordre de M. Lucien Saint (1924). Le fonds Augustin Bernard se trouve actuellement à la bibliothèque du CEMAf, Paris 1, 9, rue Malher.

16 Les archives du fonds Charles-André Julien sont consultables en ligne sur le site de Sciences-Po où elles sont déposées, http://centre-histoire.sciences-po.fr/archives/fonds/charles_andre_julien.html.

17 Brigitte Mazon, Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain, 1920-1960, Paris, Le Cerf, 1988.

18 Membre de l’École pratique des hautes études (EPHE) depuis 1937, F. Braudel fonde en 1949 le Centre de recherche historique. Puis il préside de 1956 à 1972 la VIe section de l’EPHE, dite des « sciences économiques et sociales » (créée en 1947), et fonde en 1967 la Maison des sciences de l’homme (MSH). Cette dernière partage en 1975 son immeuble du boulevard Raspail avec la nouvelle École des hautes études en sciences sociales (EHESS), héritière de la VIe section.

19 Charles Soulié, « Le destin d’une institution d’avant-garde : histoire du département de philosophie de Paris VIII », Histoire de l’éducation, n° 77, janvier 1998 (p. 47-69). Jean-Michel Djian (dir.), Vincennes, une aventure de la pensée critique, Paris, Flammarion, 2009.

20 Abd el-Krim et la République du Rif, Actes du colloque international d’études historiques et sociologiques, 18-20 janvier 1973, Paris, Maspero, coll. « Textes à l’appui », 1976, 536 p.

21 « Histoire d’un engagement pour la langue et la culture berbères », débat organisé par Didier Le Saout (équipe Érasme, université Paris 8), 21 mars 2009.

© Publications de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable