Version classiqueVersion mobile

Les italiens à Byzance

 | 
Michel Balard
, 
Angeliki E. Laiou
, 
Catherine Otten-Froux

Péra au XIVe siècle. Documents notariés des archives de Gênes

Michel Balard

Texte intégral

  • 1 Georges Pachymeres, Relations historiques, éd. A. Failler, t. 1, Paris 1984, p. 227.

1Face à Constantinople, sur l’autre rive de la Corne d’Or, le comptoir de Péra a constitué le plus beau fleuron de l’Outre-mer génois, pendant près de deux siècles. C’est vers la fin de l’année 1267 que Michel VIII autorise les Génois, qu’il avait exilés à Héraclée, à s’installer sur les pentes du quartier de Sykae-Galata. Aux dires de Pachymère, le basileus a pris soin de faire raser les murailles et les fortifications de la XIIIe région de Constantinople, avant de laisser s’y établir ses anciens alliés de Nymphée1.

  • 2 G. I. Bratianu, Actes des notaires génois de Péra et de Gaffa de la fin du xiiIe siècle, 1281-1290, (...)
  • 3 M. Balard, La Remanie génoise (XIIe-début du xve siècle), 2 vol., Gênes-Rome, 1978, t. 1, pp. 235-2 (...)

2La première phase du développement du comptoir est assez bien connue grâce aux actes notariés instrumentés à Péra par le notaire Gabriele de Predono en 1281. Ces documents, fort précieux en comparaison des trop brèves notices des chroniqueurs byzantins, ont fait l’objet de l’édition, désormais classique, de l’historien roumain G.I. Bratianu2. Ils fournissent quelques informations sur le paysage urbain de la colonie, les églises, la logia des Génois, les maisons particulières, et permettent de dresser un bilan de la première émigration ligure vers l’Outre-mer : 637 personnes passent devant le banc du notaire et sont originaires soit des grandes familles génoises, soit des milieux populaires, soit d’un nombre élevé de bourgs de la Ligurie3.

  • 4 M. Moresco-G. P. Bögnetti, Per l’edizione dei notai liguri del secolo XII, Documenti e Studi per la (...)
  • 5 R. H. Bautier, Notes sur les sources de l’histoire économique médiévale dans les archives italienne (...)
  • 6 G.G. Musso, Nuovi documenti dell’Archivio di Stato di Genova sui Genovesi e il Levante nel second Q (...)
  • 7 G. Pistarino, Le fonti genovesi per la storia del mar Nero, dans Byzantino-bulgarica, t. VII, Sofia (...)
  • 8 Ph. P. argenti, The occupation of Chios by the Genoese and their administration of the island 1346- (...)

3Après 1281, les actes de la pratique, instrumentés à Péra, se font rares. Beaucoup de minutiers ont été perdus sur place, lors des guerres et de la prise de Constantinople en 1453 ; d’autres ont disparu dans les vicissitudes qu’a connues le fonds notarial des archives de Gênes4. Des débris en subsistent néanmoins. Leur recensement entrepris, dès les années 1950, par R.H. Bautier5 a été récemment complété par G.G. Musso dans plusieurs travaux6 et par Geo Pistarino, à l’occasion du premier Symposium « Bulgaria pontica medii aevi »7. Alors que les autres établissements génois de mer Noire et de mer Egée ont fait, dans les dernières années, l’objet de nombreuses publications de textes8, l’intérêt des chercheurs ne s’est encore guère porté vers le comptoir de Péra, la plus ancienne et longtemps la principale possession de Gênes en Romanie. Il a donc paru utile de regrouper en un dossier les actes de Péra du xive siècle, qui viennent compléter les publications des documents du xve siècle, préparées par l’îstituto di Paleografia e Storia médiévale de l’Université de Gênes.

  • 9 Archivio di Stato di Genova, Cartolari notarili genovesi (1-149). Inventoria, vol. 1, 2 tomes, Rome (...)
  • 10 L. Balletto, Genova, Mediterraneo, op. cit., pp. 159-175.

4Les actes notariés se répartissent en deux fonds distincts aux archives de Gênes. D’un côté les minutiers et les liasses – filze – attribués à un ou plusieurs notaires, et numérotés selon un ordre chronologique, plus ou moins bien respecté : un catalogue imprimé pour les minutiers des xiie et xiiie siècles9, un catalogue manuscrit pour les registres et liasses postérieurs permettent de repérer, dans leur structure composite, les fragments qui ont pu être instrumentés hors de Gênes. Nous avions signalé en 1973 l’existence de quelques actes notariés, passés à Péra en 1331-1332, et insérés aujourd’hui dans le minutier n° 356, attribué à Giuliano Tarigo. Ils ont fait l’objet l’année suivante d’une publication intégrale dans l’ouvrage de L. Balletto10 : on trouvera ci-après les régestes de ces documents.

5Un second ensemble de dix-sept actes, instrumentés entre le 18 novembre 1331 et le 25 juillet 1332, se trouve aujourd’hui conservé dans le minutier n° 144, aux feuillets 141 à 144 et 211 à 214. L’étude paléographique n’a pas permis d’identifier l’auteur de ces documents. De l’examen de la graphie, en particulier la forme de la lettre I par laquelle débute l’invocation, ou de la lettre a du mot amen, il résulte toutefois que le notaire qui a instrumenté ces actes est le même que l’auteur du fragment publié par L. Balletto ou des quatre actes de 1331 provenant du fonds des Notai ignoti, et dont il sera question ci-après. Ainsi se trouve reconstitué un fragment de minutier pérote : il comporte vingt-neuf documents échelonnés du 20 janvier 1331 au 30 juillet 1332. Même s’il y a solution de continuité dans l’ordre des feuillets conservés, le petit nombre d’actes qui se suivent sur l’un des fragments (ff. 141 r. à 144 v. ou 211 r. à 214 v. du minutier n° 144) conduit à penser que l’activité du notaire n’a pas été considérable. Peut-être s’agit-il d’un scribe employé dans l’un des offices de l’administration pérote et qui instrumentait à ses moments perdus, pour une clientèle particulière. Quelques commandes, contrats de change, quittances, cessions de droits et procurations sont les seuls témoignages qui subsistent de cette activité consacrée au service des Génois de Péra.

  • 11 ASG, Notaio de Clavaro Donato 1389-1390, n.g. 476. Les actes sont ici présentés sous forme de réges (...)
  • 12 ASG, Notaio de Clavaro Donato ed altri notari ignoti 1405 in 1417, n.g. 542, documents n° 266 et 29 (...)
  • 13 ASG, Massaria Peire 1390 bis, f. 55r ; voir notre Romanie génoise, op. cit., t. 2, p. 901.

6L’ensemble le plus important est représenté par les actes instrumentés du 1er octobre 1389 au 1er septembre 1390 par le notaire Donato di Chiavari11. Originaire sans doute de la Riviera di Levante, notre notaire a vraisemblablement exercé son art à Gênes avant de partir outre-mer : on a en effet conservé deux actes qu’il a rédigés au palais ducal de Gênes en 1374 et en 1375, parmi les nombreux documents divers, insérés en grand désordre dans la seconde liasse, placée sous son nom12. D’autres sans doute pourraient lui être attribués grâce à une étude paléographique précise. Ayant quitté Gênes vraisemblablement avec le nouveau podestat de Péra, Antonio Leardo, au cours du printemps 1389, Donato di Chiavari commence à instrumenter sur les rives de la Corne d’Or le 1er octobre et achève son ouvrage le 1er septembre 1390. A cette date, Leonardo de Rosio vient se substituer à Antonio Leardo, et renouvelle l’équipe composant la cour du podestat13.

  • 14 P. Villa, Documenti sugli Ebrei a Chio, op. cit.
  • 15 M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. 1, op. cit., pp. 15-16.

7Nous retrouvons ensuite Donato di Chiavari à Chio en 1394. La liasse n° 542 du fonds notarial génois conserve cent six documents rédigés du 17 février au 12 novembre 1394 : treize d’entre eux, qui concernent la communauté juive, ont été publiés par P. Villa14 ; nous avons préparé l’édition complète de cette série, dont l’intérêt est considérable pour l’histoire de la mer Egée à la fin du xive siècle. Donato di Chiavari enregistre en effet non seulement des transactions privées, de nature commerciale, mais aussi des actes qui traitent des rapports de la Mahone de Chio avec ses voisins égéens, grecs et turcs. Après son séjour dans l’île, achevé à une date postérieure à octobre 1408, notre notaire est retourné en Ligurie : la liasse, placée sous son nom, contient en effet quatre actes de 1408 et 1414 qui semblent bien avoir été-rédigés de sa main. La carrière de Donato di Chiavari ne se distingue guère du cursus notarial classique : un apprentissage en métropole, quelques années d’outre-mer dans l’administration coloniale ou au service d’une clientèle privée, suivies d’un retour à Gênes pour les dernières années d’exercice du métier. A un siècle de distance, le profil de carrière de Donato di Chiavari ressemble tout à fait à celui de Lamberto di Sarnbuceto15.

  • 16 D’autres notaires, souvent cités dans les actes de Donato di Chiavari, ont aussi des fonctions offi (...)
  • 17 Doc. n° 120 et 121.

8A Péra, en 1389-1390, Donato di Chiavari est avec Paulus Savina l’un des deux scribes au service du podestat et de son vicaire16 ; il figure aussi parmi les trois conseillers du recteur du collège des notaires, aux côtés d’Anthonius de Via et de lohannes de Brignardelo17. Détenant une fonction officielle, il n’exerce son art en faveur des particuliers que dans la mesure où ceux-ci viennent demander au podestat ou à son vicaire de sanctionner leurs contrats. Pour cette raison, la liasse de Donato di Chiavari présente, dans sa forme comme dans son contenu, certaines différences avec les écrits de ses collègues.

  • 18 Doc. n° 103.

9Elle est précédée d’un feuillet portant une mention qui identifie l’auteur des actes et démontre le caractère achevé de l’œuvre telle qu’elle nous est parvenue : Instrumenta composita per me Donatum de Clavaro notarium in Peyra, numero octuaginta unum signata ut infra. Vient ensuite, par ordre croissant de I à LXXXI, l’index des actes qui comporte le nom du requérant et la nature du document (exemple : LXXXI Palealogine de Draperiis, quitacio), et se termine par l’indication sunt instrumenta octuaginta unum. On le voit, Donato di Chiavari est un homme ordonné, qui a pris soin de numéroter tous ses actes et de les disposer dans l’ordre de leur rédaction. Une seule interversion notable : un contrat du 11 avril 1390 précède deux autres des 1er et 7 avril18. Une seconde entorse à la belle régularité des écritures est constituée par le document n° 17, portant confirmation de la validité du testament de Luchinus de Draperiis ; sur le feuillet même sur lequel les témoins sont venus apposer leur souscription, figure, en tête-bêche, l’ordre donné par le vicaire du podestat le 15 novembre 1389 de procéder à la publication du document : sans doute le notaire a-t-il voulu porter sur le même feuillet la fin du texte du testament et la notice de publication.

10Bien que le rythme d’instrumentation soit très lent, puisqu’il est de l’ordre de sept à huit documents par mois, Donato di Chiavari ne prend pas toujours soin de compléter les formules juridiques de ses actes. Comme beaucoup de ses confrères, il se contente d’en écrire l’incipit et de laisser de larges espaces blancs, qui seront remplis au moment de la délivrance d’une grosse ; le cas est fréquent dans les mandats et procurations ou dans le texte des quittances, mais on le rencontre aussi dans les contrats de vente qui font appel d’habitude à un formulaire juridique très développé.

11Mais c’est surtout par leur contenu que les actes de Donato di Chiavari se séparent de ceux de ses collègues. On n’y rencontre en effet aucune transaction commerciale, sous forme de commande, de societas ou de prêt maritime. Les petites gens, qui par leurs modestes investissements, confiés aux hommes d’affaires, grossissent ailleurs l’activité notariale, ne se présentent pas devant notre scribe. Sa clientèle est constituée soit par des membres des grandes familles pérotes – que saurait-on sans ses actes sur les Demerode et de Draperiis si fréquemment cités ici ? – soit par des héritiers et des créanciers qui s’adressent au notaire pour faire confirmer leurs droits par les autorités du comptoir ; d’autres se déchargent par un mandat solennel confié à un procureur du soin de gérer au loin leurs propres affaires. L’index rédigé par Donato di Chiavari recense vingt-et-un types d’actes différents, mais plus des deux tiers – 57 sur 81 – entrent dans quatre catégories seulement : quitacio (23 documents), procura (18 documents), vendicio (9 documents) et protestacio, c’est-à-dire plainte déposée devant le tribunal du podestat ou de son vicaire (7 documents). Dans les trois premiers cas, il s’agit d’actes qui sont de la compétence de n’importe quel notaire, mais sans doute a-t-on recours au scribe du podestat pour leur donner un poids plus grand, grâce à la sanction des autorités publiques.

  • 19 Doc. n° 66 et 71.

12Deux documents19 donnent la liste des responsables du comptoir. Assistant le podestat et son vicaire – aux fonctions exclusivement judiciaires – existe un Conseil des Anciens, dont la composition paraît assez fluctuante puisqu’entre le 26 octobre et le 12 novembre 1389 il est renouvelé par moitié. Deux trésoriers, un officium monete, dont l’avis est indispensable avant tout engagement de dépenses, un officium provisionis, chargé de l’approvisionnement et de la défense, forment les commissions spécialisées aidées de scribes, de hérauts et d’appariteurs. Le 26 octobre 1389, conseils et commissions entourent le podestat pour jurer d’observer les clauses du traité que vient de conclure l’ambassadeur de la commune, Iane de Draperiis, avec le nouveau sultan, Bayezid, cinq mois à peine après son accession au trône. Péra semble avoir sa diplomatie propre, fort autonome vis-à-vis de la politique menée par la métropole.

  • 20 Doc. n° 95, 96 et 107.
  • 21 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass.) 1936, p. 42.
  • 22 Doc. n° 63, 112 et 126.
  • 23 Doc. n° 82.
  • 24 Sur la nouvelle monnaie d’argent des Paléologues, cf. T. Bertele, Moneta veneziana e moneta bizanti (...)

13Si les actes de nature publique, ou sanctionnés par les autorités, l’emportent en nombre, les préoccupations commerciales et financières ne sont pas tout à fait absentes de ce dossier. D’un grand7 intérêt est la plainte déposée par le Vénitien Lodisio Bragadin contre Iane de Draperiis, au sujet du commerce en gros de céréales : les trois documents qui s’y réfèrent20 citent un certain nombre de ports de chargement, soit en Turquie, soit en Thrace – Panidos, Lo Porro, Dani – qui ne figurent pas dans la liste des caricatoria frumenti donnée par Pegolotti21. Plusieurs actes montrent aussi l’extrême irrégularité de ce trafic22 ; lorsqu’il y a pénurie de grains à Caffa et en mer Noire, les courants commerciaux peuvent se renverser. Les patrons de navires, envoyés par le gouvernement génois pour acquérir du grain dans les régions pontiques, doivent charger ailleurs, en Thrace, à Constantinople même, en mer Egée, ou en Sicile. Certaines années la pénurie est si grande que Caffa doit être ravitaillée par l’Occident. Autre grand trafic illustré par le texte d’une plainte déposée devant le podestat : celui du cuivre de Kastamonu, qui donne lieu à de gros achats auprès de Suleyman pacha, seigneur du lieu23. Dans le domaine monétaire, les actes de Donato di Chiavari se placent à une période charnière de l’histoire : alors que circulent encore les hyperpères d’or, dont les dernières émissions semblent dater du début du règne de Jean V, les références à l’hyperpère d’argent, monnaie nouvelle apparue dans les années 1367- 1376, sont constantes dans nos documents. Hommes d’affaires et particuliers prennent acte du passage d’un système à l’autre, en précisant avec soin la monnaie de référence24. Ces quelques notices, on le voit, apportent beaucoup plus d’informations sur l’activité commerciale et monétaire qu’une série monotone de contrats de commande.

14Le second fonds d’actes notariés aux Archives de Gênes est constitué par l’ensemble des liasses des Notai ignoti. On a regroupé là, dans un désordre extrême, tous les débris de minutiers qui n’ont pu être réinsérés dans les registres reconstitués après le bombardement de Gênes par la flotte de Louis XIV. Ces liasses ou buste, sont aujourd’hui classées en plusieurs séries successives : 1 à 29, I à XXIV, A, Abis, B, Bbis à Z. De ces fonds proviennent les autres éléments de notre dossier.

  • 25 Voir note n° 10.
  • 26 Le dernier acte de Péra est rédigé le 27 octobre ; les deux actes de Chio, conservés dans la même b (...)

15Ils comprennent d’abord quatre actes de 1331, conservés dans la busta VI : à en juger d’après l’écriture et la date d’instrumentation, ce fragment doit être rattaché à celui qu’a préservé le minutier de Giuliano Tarigo et qu’a publié récemment L. Balletto25. Viennent ensuite deux documents d’octobre 1372, venant de la busta XXI et instrumentés par un notaire qui se trouve le mois suivant à Chio26 : deux procurations, dont l’une montre l’itinérance des juristes professionnels qui s’engagent au service de l’administration génoise d’outre-mer.

  • 27 M. Balard, La Romanie génoise, op. cit., t. 2, pp. 758 et 760.
  • 28 G.G. Musso, Navigazione e commercio, op. cit., pp. 243-245.

16Le document d’octobre-novembre 1390 (busta C, fasc. 4) nous transporte à Gênes ; il s’agit là d’un fragment d’un notaire « judiciaire », ayant recueilli les plaintes des collecteurs de la gabelle de deux sous par mine de grain contre Manuel Cabasilas, importateur de blé pour le compte du basileus. L’affaire est connue par plusieurs sources : en 1388, Manuel Cabasilas, procureur du basileus, a passé, par l’intermédiaire de Luchino de Draperiis, un contrat avec le podestat de Péra pour ravitailler Gênes en blé, selon les ordres du doge. Il affrète alors une nef impériale qui arrive à Gênes en avril 1389 avec 5421 mines de blé27. Qui doit payer les taxes d’importation ? Selon un acte récemment publié28, Cabasilas s’est déclaré exempt de tout paiement, en raison des conventions passées entre la Commune et les basileis. Les deux collecteurs de la gabelle se sont alors retournés contre les acheteurs du grain et les procureurs de Manuel Cabasilas ; ceux-ci déposent une supplique auprès du doge pour que le différend soit tranché. En octobre, devant le vicaire du podestat, commence l’audition des plaignants et des témoins. Le jugement de l’affaire ne nous est pas parvenu.

  • 29 Ce document a été également publié par G. Pistarino, Le fonti genovesi, op. cit., pp. 71-72.

17L’acte de septembre 1397 se rapporte à une quittance délivrée par Franciscus Vayrolus à un débiteur, contraint de payer sa dette à la suite d’un jugement prononcé par le vicaire du podestat29. Enfin le dernier document, malheureusement non daté, et qui se trouvait démembré entre les buste L et Pbis, a trait à la succession de Geronimus de Promontorio, dont les biens ont été vendus aux enchères. La liste des legs, des créances recouvrées et du produit de la vente occupe plusieurs feuillets et donne un aperçu de ce que pouvait être la fortune moyenne d’un Génois de Péra.

  • 30 ASG Massaria Peire 1390, 1390 bis, 1391, 1402.
  • 31 A. Roccatagliata, Notai genovesi in Oliremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. 1, Pera 1408-1490, (...)
  • 32 Les impératifs économiques du temps nous ont contraint à présenter en régestes les actes notariés, (...)

18Notre dossier illustre, on le voit, maint aspect de la vie du principal comptoir génois d’outre-mer au xive siècle. Les mandats et procurations, les quittances manifestent la mobilité d’une population, dont les affaires s’étendent de Gênes à Tana et de Constantinople en Chypre. Les plaintes adressées au podestat ou à son vicaire montrent comment s’exercent au jour le jour l’administration du comptoir et la justice que rendent ses autorités. La composition des différents conseils, les missions diplomatiques, l’intervention du podestat dans la vie économique, l’organisation des arts, l’urbanisme même de la colonie, autant de sujets sur lesquels les actes de Donato di Chiavari apportent des connaissances précises, confirmées ou complétées par les registres de la Massaria de Péra30. Entre les actes notariés de 1281, contemporains de la naissance du comptoir, et ceux des années 1450, qui viennent d’être publiés31, notre dossier rassemble ce qui a subsisté des minutiers notariaux de Péra du xive siècle32.

Annexes

1. – Péra, 9 mars 1309, in domo notarii infrascripti.i

Anthonius de Aste, fils de feu Obertus, et Fredericus Gabernia, ont formé une societas d’un montant de 2940 hyperpères d’or 15 carati, ad sagium Peyre, et mis en commun un linh. Anthonius a investi 1565 hyperpères 16 carati dans cette societas. Benedictus Gabernia, au nom de Fredericus, et Petrus de Aste, au nom d’Anthonius, feront fructifier cette societas où bon leur semblera ; le bénéfice sera réparti en fonction du capital initial investi. Témoins : Luchinus Strevanonus et Henricus Lungus.

(AS G, Not., cart. n° 223/1, f. 81 v.).

2. – Péra, 13 juillet 1313, in banco domus lacobi Pasturelli quam tenet Symon Contardus.

Villanus Aspiranus reconnaît avoir reçu en prêt de Symon Contardus, procureur de Georgius Aspiranus, 36 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, qu’il promet de restituer au bon vouloir de Georgius. Témoins : Raffus Embriacus et lohaninus Contardus.

(ASG, Not., cart. n° 273, ff. 188 V.-189 r.).

3. – Péra, 24 mars 1315, in domo qua habitat Accefiinus Grillus.

Andriolus Verma de Plebe de Vultullo fait rédiger son testament. Il désire être inhumé en l’église Saint-François des frères mineurs de Péra ; accorde des legs à plusieurs églises de Voltri et de Sestri Ponente, dresse la liste de ses créanciers et de ses débiteurs et des objets personnels entreposés chez des tiers, accorde à Aymonus de Turcha tous ses vêtements et tout ce qui lui revient des gages, pour le service qu’il a effectué sur les galères de la Commune, à raison de 5 livres par mois ; il désigne comme héritière sa mère Carlina et comme fidéicommissaire Luchetus de Savignono. Témoins : [], lohaninus Corsius servicialis, Obertus de Ganzo notarius et Arguxius de Boliasco.

(ASG, Not., cart. n° 209, ff. 157 r.-v.-158 r.).

4. – Péra, 26 mars 1315, in apotheca domus Barberii de Camezana in qua tenet tabernam Gaudagnus de Zerba tabernarius.

Le tavernier lohaninus de Chario vend à lohaninus Pigoxellus, fils de feu Obertus de Valdetario, tous ses droits contre lohaninus Paschalis de Madalena, marin fugitif de la galère de Babilanus Ventus, pour la somme de 9 hyperpères 14 carati, reçue en prêt par lohaninus Paschalis de Babilanus, et pour laquelle lohaninus de Chario avait prêté sa caution. Témoins : lohaninus de Cruce, Lambertus de Goano qui habitat in lanua ad sanctam Agnetem et Thomas de S. Ulcissio.

(Ibidem, f. 158 r.).

5. – Péra, 11 avril 1315, ante logiam lanuensium.

() (1) reconnaît devoir à () (1) de Rappalo 16 sous 4 deniers de Gênes qu’il promet de rembourser au bon vouloir de celui-ci. Témoins : lohannes sclavus, Borserius de Predis et Symon Provinzalis de Recho.

(Ibidem, f. 158 v.).

(1) Le haut du feuillet est lacéré.

6. – Péra, 11 avril 1315, ante logiam lanuensium.

Conradinus Capsarius, fils de lordanus Capsarius de Zoalio, reconnaît devoir à Anthonius de Viviano 5 livres de Gênes, qu’il promet de restituer au bon vouloir de celui-ci. Témoins : Rollandus peliparius de Diano, Symon Provinzalis de Recho, Leonardus peliparius de Predis.

(Ibidem, f. 158 v.).

7. – Péra, 11 avril 1315, ante logiam lanuensium.

Philipus de Diano, habitant in burgo Prédis, reconnaît devoir à Anthoninus de Viviano 50 sous de Gênes, qu’il promet de restituer dans les quatre mois. Témoins : Thomainus Donatus, fils de feu Sorleonus, et le notaire Franciscus de Silva.

(Ibidem, f. 158 v.).

8. – Péra, 17 et 31 mai 1318, in curia Peyre (deux actes).

Leonardus de Gualterio et Gualterius Cevolla veulent faire relâcher Rufinus Macaluffus, détenu sur requête d’Andriollus de Camilla, procureur des héritiers de Iohannes de S. Giorgio ; ils promettent que Rufinus paiera ses dettes jusqu’à concurrence de 2500 hyperpères d’or, somme qu’il avait à tort reçue de Rubeus Gentillis, curateur de la succession, en remboursement de la dot d’Alterixia, son épouse, fille du dit lohannes. Témoins : Belmustus Lercarius, lacobus de Cruce, Francischus de S. Salvatore.

Andriollus accepte la caution et fait relâcher Rufinus. Témoins : le notaire Conradus Stevanonus, Rubens Gentillis, maître Nicolaus de Mulacio cirurgicus.

(ASG, Not., cart. n° 262, ff. 177 r.-178 v. ;

acte du notaire lanuarius de Monleone).

9. – Péra, 25 juillet 1318, in pallacio habitacionis dicti domini potestatis.

Gualterius Cevolla promet de payer à Andriolus de Camilla (cf. acte précédent) 750 hyperpères d’or, dans les deux mois suivant le dimanche 13 juillet. Obertus de Montecucho et Nicolaus de Baamonte offrent leur caution. Témoins : Callinus de Camilla, Precival de Castoro scutarius et Raynerius de Gavio.

(Ibidem, f. 179 r.-v.).

10. – Péra, 23 novembre 1319, propre Peyram in domo Leonis Vayroli de Arenzano, qua habitat Symon Aurie.

Seguranus Salvaygus reconnaît avoir reçu du notaire Manuel Durantis, agissant pour le compte de lacobus Gentilis olim Avogarius, des hyperpères d’or, ad sagium Peyre, en échange desquels il promet de payer 900 livres à Gênes, dans les trois mois. Témoins : Symon Aurie, Obertus Spinula, fils de feu Oddo, Antonius Aurie, Galvanus Vacha de Finario.

(ASG, Not., cart. n° 51, f. 204 r.-v. ;

acte du notaire Manuel Durantis).

11. – Constantinople, 24 novembre 1319, in domo habitacionis dicti Segurani.

Seguranus Salvaygus reconnaît avoir reçu en prêt de lacobus Gentilis olim Avogarius 1 000 hyperpères d’or, ad sagium Peyre ; il promet de lui remettre à Phocée avant le 15 avril (1320) 742 cantares d’alun de Phocée, ou, à défaut, à Péra 68 cantares de cire de Bulgarie. Témoins : lacobus Rubeus de Pontremulo jornarius et Thomasinus de Vivaldis, bur gensis et habitator Constantinopolis.

(Ibidem, ff. 204 v.205 r. ; acte du notaire

Manuel Durantis).

12. – Péra, 19 juin 1324, in logia lanuensium Peyre.

Galinus Galus, procureur de Symon Gallus et de Rizardus Traverius (acte du notaire Manuel Durantis du 26 septembre 1319) a demandé à la cour de Péra l’exécution d’une sentence prononcée par lacobus de Salvaticis, iudex et marischalchus de Vescontinus Vicencius, capitaine général des fidèles de l’empire de Gênes et du district, du 15 mars 1322, contre lacobus de Marassio, curateur de Iulianus de Merlo, contre le dit Iulianus, Andriolus de S. Laurencio et Petrus Purpurerius pour une somme de 266 1. 3 s. chacun. Il a aussi demandé l’exécution d’une autre sentence prononcée par le même juge le 20 mars 1322 contre lacobus de Marasio, curateur de Iulianus, et contre le dit Iulianus, Andriolus de S. Laurencio, Petrus Purpurerius, Obertus de Carignano et Anthonius Ponzonus speciarius pour une somme de 15 livres, selon acte de la cour de Péra du 23 mars de cette année. Petrus Purpurerius s’y oppose en faisant valoir qu’une sentence a été prononcée par la cour de Péra le 26 septembre 1319, dont l’exécution a été demandée le 5 octobre 1319, contre Symon et Rizardus, qui ne peuvent s’y opposer que pendant I an et 1 mois selon le capitulum de laudibus. Barixonus Spinula, podestat des Génois dans l’empire de Remanie, ayant écouté la réponse de Galinus et de Francischus Goyus, procureur de Symon et de Rizardus, déclare que les sentences prononcées en 1322 ne peuvent avoir aucun effet. En présence de Petrus Purpurerius, Francischus Goyus, procureur de Symon Galinus, et de Rizardus Traverius à la place de Gallinus Gallus, et des témoins Rubeus Genabe, Guillielmus Cazalupa et le notaire Lanfranchus Tartaro.

(ASG, Not. ign., B. VIII, fr. 8, f. 12 r.-v. ; acte du notaire Bartholomeus de Savignono).

13. – Péra, 20 janvier 1331, in logia comunis Peyre ubi regitur officium expedicamentum.

(fin d’un acte)... procuration valable un an. Témoins : Elianus Palavicinus et Ascherinus Faxolus.

(AS G, Not. ign., B. VI, fr. 12).

14. – Péra, 1er février 1331, subter logiam comunis Peyre ubi coligitur officium expensarum.

Raffus Palavicinus reconnaît avoir reçu de Symon Balbus le remboursement des 50 hyperpères d’or que ce dernier lui devait. Il lui accorde quittance. Témoins : Elianus Palavicinus et Georgius Longus.

(AS G, Not. ign., Busta VI, fr. 12).

15. – Péra, 5 février 1331, in banchis ubi coligitur offîcium expensarum.

lacobus Picamilius et Georgius Longus promettent à Elianus Palavicinus, collecteur de l’Officium expensarum Peyre, qu’aucune plainte ne sera déposée par les héritiers de feu Enricus Longus au sujet d’une somme de 236 hyperpères d’or 9 carati qu’Elianus devait à Enricus et que Georgius reconnaît avoir reçue. Témoins : Franciscus Rubeus de Lavania speciarius et Stephanus de S. Matheo.

(Ibidem).

16. – Péra, 31 mai 1331, in logia comunis Peyre.

Iohannes de Mari, fils de feu Gandus, citoyen de Gênes, déclare que dans une opération de change contractée avec Luchetus Lavagius pour une somme de 2137 livres 10 sous de Gênes, 43 1. 15 s. appartiennent à Dagnanus Marinus, 26 1. 15 s. au notaire Manuel lohannes, 69 1. 1 s. à Rizardus Ricius et 207 1. 1 s. 2 d. à Nicolaus de Mari. Témoins : Carlotus de Mari, Guiaonus Balbus.

(AS G, Not. ign., Busta VI, fr. 12).

17. – Péra, 14 juin 1331, in logia Comunis Peyre.

Iohannes de Mari, fils de feu Gandus de Mari, charge Griffedus de Mari et Daniel Bocadordio de recouvrer ce que doit le frère mineur Ruffinus de Riva à lui-même et à Paulinus de Mari. Témoins : luanexe de Mari et Nicolaus de Saulo de Naulo. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., pp. 167-168).

18. – Péra, 16 juin 1331, ubi coligitur expedicamentum.

Le sénéchal Amsermus de Modono, bourgeois de Péra, reconnaît avoir reçu en prêt de Iohannes de Mari, fils de Gandus, 20 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, qu’il promet de rembourser sur simple demande du créancier. Témoins : Thomas de Auria et Precivalis de Orto. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., p. 168).

19. – Péra, 26 septembre 1331, in logia Comunis Peyre, ubi coligitur expedicamentum.

Raffetus de Mari, fils de Petrus, fils de feu Raffus de Mari, procureur de son père, reconnaît avoir reçu de Iohannes de Mari, fils de feu Gandus, 636 hyperpères d’or sur la banque de Iohannes de Boscho. Témoins : Enricus de Mari fils de feu Lanfrancus, Nicolaus de Saulo de Naulo et Guillielmus de Valetario. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., pp. 168-169).

20. – Péra, 26 septembre 1331, ut supra.

Le dit Raffus, fils de Petrus (cf. doc. n° 19) reconnaît avoir reçu en commande de son père 300 hyperpères d’or, pour aller naviguer où bon lui semblera, sauf dans les régions interdites sous peine d’excommunication. Témoins : les mêmes qu’au document n° 19. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., pp. 169-170).

21. – Péra, 5 octobre 1331, in loggia Comunis Peyre, ubi coligitur expedicamentum.

lohannes, fils de Gandus de Mari, en son nom et en ceux de son frère Conca de Mari et des héritiers de feu Pasturinus de Mari charge Oddoardus de Mari, fils de feu Thomas, de recouvrer ce que doit Baldus Spinula, miles. Témoins : Precivalis de Orto, Paulus de Azano et Nicolaus de Saulo de Naulo. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., p. 170).

22. – Péra, 29 octobre 1331, in logia Comunis Peyre, ubi coligitur expedicamentum.

Iohannes de Clavaro, taliator, habitant et bourgeois de Péra, reconnaît avoir reçu en prêt d’Elianus Palavicinus, citoyen de Gênes, 40 hyperpères 3 carati, qu’il promet de rendre sur simple demande. Témoins : Nicolaus Sauri de Naulo et Anthonius Cevela. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., p. 171).

23. – Péra, 18 novembre 1331, ante turrim populi Peyre.

Anthonius de Camulio, procureur d’Octavianus Ricius, patron d’une galère « Sanctus Nicolaus » (acte du notaire Paulus de Pace 1331), vend à Francischus Costa de Diano tous les droits du dit Octavianus contre Nicolaus Lonbardus, ancien marin de la galère du dit Octavianus, pour 6 hyperpères 12 carati d’or, ad sagium Peyre, reçus en trop par le dit Nicolaus pour le voyage de la galère et pour lesquels Francischus avait prêté sa caution. Témoins : Donaynus comerzarius et Franciscus de Vogera.

(AS G, Not., cart. n° 144, f. 141 r.).

24. – Péra, 22 janvier 1332, in ecclesia beati Dominici.

Francischus de Opizis de Monelia, fils de Guillielmus, reconnaît avoir reçu des trois frères Bernabos, Francischus et lohannes, fils de feu lacobus Rubeus de Lavania, habitant Péra, 400 hyperpères d’or pour la dot de leur sœur Alegrancia, épouse de Francischus. Témoins : Filipus Morucius, lohannes de Monelia, lanotus Vatacius bourgeois de Péra.

(ASG, Not., cart. n° 144, f. 141 v.).

25. – Péra, 22 janvier 1332, ut supra.

Les trois frères Bernabas, Francischus et lohannes (cf. doc. précédent), reconnaissent devoir à Francischus de Opizis de Monelia 250 hyperpères d’or, solde de la dot de leur sœur Alegrancia. Sur cette somme 150 hyperpères seront constitués par l’antefactum que Francischus accordera à sa femme ; ils promettent de payer les 100 autres hyperpères dans un délai de deux ans suivant le mariage. Témoins : les mêmes qu’à l’acte précédent.

(Ibidem, f. 142 r.).

26. – Péra, 4 février 1332, in apotheca Salvatici speciarii.

Nicolaus Bursa de Varagine, agissant au nom de Guillielmus de Guixulfis de Varagine, accorde quittance à Christoforus de Castro, habitant Péra, pour une somme de 50 hyperpères, provenant de Petrus Bonus. Témoins : Baraxinus Arzochus et Leonardus de Rappalo, scribe du commerchium.

(Ibidem, f. 142 v.).

27. – Péra, 12 février 1332, in logia ubi regitur expedicamentum.

Manuel Occelus, scribe de la galère de Nicolaus de Auria, reconnaît devoir 16 livres de Gênes à Thomas de Auria et à Iohannes de Mari, consuls et collecteurs de l’expedicamentum in Peyra ; la somme sera payable à Savone, à moins que Nicolaus n’ait payé à Savone l’expedicamentum, pour le voyage de sa galère. Témoins : Vilanus de Ugolino, notaire, Nicolaus de Saulo de Naulo.

(Ibidem, f. 143 r.).

28. – Péra, 22 février 1332, acte incomplet.

Thomas de Auria et Galinus Galus reconnaissent devant lohannes de Mari, consul Témoins : Meliado Gentilis et Nicolaus de Saulo de Naulo.

(Ibidem, f. 143 v.).

29. – Péra, 20 mars 1332, in logia Peyre.

Guillielmus de S. Savina, fils de feu lacobus, habitant Péra, reconnaît avoir reçu en commande de Lanfrancus Drizacarne 600 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, investis en un quart du linh « S. Georgius » qu’il possède avec Leo de Arenzano (suit un espace blanc). Témoins : Cafarus de Fossato, Enricus Sardus, Ansermus de Maxio.

(Ibidem, f. 144 r.).

30. – Péra, 21 mars 1332, in logia comunis Peyre ubi coligitur expedicamentum.

lanuynus et Raymondus Bo, patrons du linh de orlo « S. Nicolaus », se trouvant dans le port de Constantinople et prêt à partir en mer Noire, reconnaissent avoir reçu du calfat Dexideratus de Prédis 252 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, qu’ils promettent de rembourser avant le 1er septembre, aux risques de mer du prêteur. Témoins : Franciscus de Stagnano, Franciscus de Campis, Bonanatus de Diano censarius.

(Ibidem, f. 144 v.).

31. – Péra, 21 mars 1332, ut supra.

Seguranus Marionus accorde quittance à Gotifredus Palavicinus pour le versement de 342 hyperpères d’or, solde d’une somme de 1450 besants blancs que lui devait Anthoniotus Spinula. Témoins : Tartarinus et Napolionus Spinula, lacobus de Cornilia medicus.

(Ibidem, f. 211 r.).

32. – Péra, 21 mars 1332, in logia Peyre ubi coligitur expedicamentum.

lanuynus et Raymondus Bo, patrons du linh de orlo « S. Nicolaus », se trouvant dans le port de Constantinople, reconnaissent avoir reçu du calfat Dexideratus de Prédis 252 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, qu’ils promettent de rembourser avant le 1er septembre, à leur arrivée à bon port sauf s’ils naviguent hors de la mer Noire. Témoins : Bonanatus de Diano censarius, Franciscus de Campis, Franciscus de Stagnano.

(Ibidem, f. 211 v.).

33. – Péra, 25 juillet 1332, in Peyra.

Enricus Figonus de S. Petro Alene et Enricus Baylus de Vulturo forment une societas où ils apportent chacun 186 hyperpères d’or, investis en deux caisses de bocassins de 100 pièces et en trois pondi de poivre, pour aller négocier où bon leur semblera. Enricus déclare devoir sur cette somme 120 livres à Scafacinus Scafacia, qu’il remboursera à Gênes. Témoins : Galinus Galus, Egidius Agacia de Vulturo, Symon Beorsus de Vulturo, Bernaldus Robinus de Vale Unelie.

(Ibidem, f. 212 r.).

34. – Péra, 24 mars 1332, in logia comunis Peyre.

Seguranus Marionus, citoyen de Gênes, reconnaît avoir reçu en commande de Carlus Lercarius, agissant au nom de Manfredus de Guixulfis, 200 hyperpères d’or, et au nom d’Andreas de S. Silvestro 100 hyperpères d’or, pour aller négocier où bon lui semblera au quart de profit. Témoins : Dagnanus Octavianus, Raffus Rubeus de Cucurno et Bertonus Macalufus.

(Ibidem, f. 212 v.).

35. – Péra, 25 mars 1332, in logia comunis Peyre.

Anthonius de Ursis, fils de Guillielmus de Ursis, reconnaît avoir reçu en commande de Franciscus de Goano, fils de feu Enricus, bourgeois de Péra, du vin de Triglia, pour une somme de 86 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, pour aller commercer à Caffa exclusivement, au quart de profit. Témoins : Georgius Marenchus de Vintimillio et lacobus Saonensis de Vintimillio.

(Ibidem, f. 213 r.).

36. – Péra, 22 juin 1332, ut supra.

Franciscus de Goano reconnaît avoir reçu d’Anthonius de Ursis, le remboursement du capital et du profit de la commande de 86 hyperpères qu’il lui avait confiée (cf. doc. précédent). Témoins : Cafarus de Fossato et lohannes Pigolus.

(Ibidem, f. 213 r.).

37. – Péra, 22 mai 1332, in logia Comunis Peyre, ubi coligitur expedicamentum.

Guillielmus Morrus, bourgeois de Péra, reconnaît avoir reçu en commande de Franciscus de Goano, fils de feu Enricus, habitant Péra, du vin de Triglia, pour une somme de 105 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, pour aller commercer à Vicina exclusivement, au tiers de profit. Témoins : Franciscus peliparius et Paulinus Bustarinus.

(Ibidem, f. 213 v.).

38. – Péra, 17 juillet 1332, in logia Comunis Peyre.

lohanes Perolinus, citoyen de Gênes, charge Caffarinus de Fossato et Angelinus Tornelus de s’occuper de toutes ses affaires pendant une durée de deux ans. Témoins : Octavianus Caranus et Obertinus de Fontemaroso, serviens du podestat.

(Ibidem, f. 214 r.).

39. – Péra, 21 juillet 1332, s.l.

Enricus Figonus de S. Petro [Alene] reconnaît avoir reçu de Scafacinus Scafacia des hyperpères d’or, ad sagium Peyre, en échange desquels il promet de payer à Gênes 120 livres « salvas in terra », dans le mois suivant l’arrivée à Gênes de la galère de Gotifredus Palavicinus qui doit partir de Péra avant le 1er août. Nicolaus Palavicinus offre sa caution. Témoins : Benedictus Saonensis de Vigintimillio, Enricus Baylus de Vulturo, Petrinus Runchalus de Diano.

(Ibidem, f. 214 v.).

40. - Péra, 24 juillet 1332, in contracta Galini Gali, in domo Pasqualini.

Iohannina de Belvidere, habitant Péra dans la contracta de Galinus Galus, déclare à Enricus Figonus de Sampierdarena avoir mis au jour un fils du dit Enricus. Témoins : Anthonius Rubeus de Finali, Manuel loria de Savone et Bernaldus de Valle Unelie. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., pp. 171-172).

41. – Péra, 30 juillet 1332, in domo dicti Raffi.

Christoforus Palavicinus, procureur d’Ita Palavicina, vend à Raffus Palavicinus, citoyen de Gênes, trois maisons sises à Péra, dans le quartier de Saint-Dominique, au prix de 400 hyperpères d’or, ad sagium Peyre, et un terrain au prix de 50 hyperpères. Témoins : Manfredus Bonrus de Sampierdarena, lacobus de Yvrea, serviteur de Raffael Portonarius, et Michael de Cortimilia tagerius. (éd. L. Balletto, Genova, op. cit., pp. 172-173).

42. – Péra, 2 janvier 1332, in domo heredum quondam Beltramis de Fossato.

Un différend a éclaté entre Benedictus Pelatus, fils de feu Andriolus, et Manuel son frère, à l’occasion d’une dette contractée envers Oppecinus Lercharius à la suite d’un contrat de change, en onces d’or, en faveur d’Andriolus. Benedictus, prétextant que Manuel était héritier pour un tiers de son père, a demandé à être tenu quitte pour un tiers de la dette, ce que Manuel a refusé. Leur mère Catalina, pour mettre ses fils d’accord, promet à celui qui paierait la dette de lui remettre une part de la maison qu’elle possède à Gênes, sur la paroisse de San Siro, et qu’elle a achetée avec le montant de sa dot. Témoins : les frères mineurs Gabriel Ricius et Franciscus de Mollasseno.

(AS G, Not., cart. n° 223/2, ff. 17 v.-18 r. ; acte du notaire Leo Cisnus).

43. – Péra, 16 février 1332, ibidem.

Catalina, veuve d’Andriolus Pellatus, fait rédiger son testament. Elle désire être inhumée en l’église des frères mineurs de Péra, accorde des legs aux hôpitaux de Gênes, à ses enfants Eliana, Franceschina, Isota et Nicolaus, déclare devoir 100 livres à son gendre Saraminus Tignosus de Montalto, époux d’Argentina, 15 livres à Lanternus Tignosus et 10 hyperpères à son fils Manuel. Elle désire que soit observé le contrat conclu avec ses fils Benedictus et Manuel le 2 janvier précédent (cf. doc. supra) ; elle désigne comme héritiers ses trois fils Benedictus, Manuel et Nicolaus et comme fidéicommissaires Daniel de Michaele et Issota sa fille. Témoins : lanotus Gambonus, Venturinus de Man tua, fils de feu Macipolari, Anthonius de Bissanie, fils de feu Petrus de Valle Avanti, Thomas Maxolus de Porta S. Andree, Nicolaus de Goano, fils de feu Alamanus de Goano, lacobus Carlus de Albingena, Petrus de Zapeyra de Monelia et Andriolus de Leonardo de Lavania.

(Ibidem, ff. 18 r.-19 r.).

44. – Péra, 31 mai 1341, in logia in banchis ubi scribit Vicencius Nicolai de Garibaldo notarius.

Christoforus Lercarius, fils de Domenicus, citoyen de Gênes, charge son père de s’occuper de toutes ses affaires. Témoins : lullianus de Benama, citoyen de Gênes, et Daniel de Vicencio.

(ASG, Not., cart. n° 329, ff. 276 V.-277 r. ; acte du notaire Leoninus Dalmacius).

45. – Péra, 27 mars 1343, in ecclesia S. Micaelis.

Petra, veuve de Nicolla Salicetus, ancien bourgeois de Péra, et mère de Iacobinus et Obertinus, héritiers majeurs de Nicolla pour une moitié, et de Manuel et Divicia, héritiers mineurs pour l’autre moitié, demande à Paullus de Ponte, vicaire d’Elianus Spinulla, podestat des Génois dans l’empire de Romanie, qu’il désigne lacobinus et Obertinus comme tuteurs des deux mineurs. Le vicaire du podestat procède à cette désignation. Témoins : Philipus Pegollus, Thomainus de Bonazunta et Paschalis Salicetus.

(ASG, Not., cart. n° 110, ff. 226 r.-227 r. ; acte du notaire Chirichus Isnardus).

46. – Péra, 9 août 1344, in bancho in quo scribit notarius infrascriptus.

Carlus de Gentilibus, fils de feu Precivalis, et Nicolaus de Gentilibus, fils de feu Luchinus, citoyens de Gênes, patrons du linh de orlo « S. Iohannes et S. Georgius », se trouvant dans le port de Constantinople, reconnaissent avoir reçu de lacobus Lercarius des marchandises pour l’armement du navire et la solde des marins ; ils promettent en échange de payer 970 livres dans les deux mois suivant le retour à Gênes du linh qui doit partir pour Clasconch (?) et Teologo (arrêt de trente jours), puis pour Pise et Gênes. Ils remettent en gage de l’argent pour une valeur de 970 livres ou 600 muids de grain acheté à Teologo. Sur cette somme, Babilanus Lercarius détient 395 1. 15 s. provenant de 16 pièces de drap de Châlons. Témoins : Manfredus de Marinis, Aytonus de Nigro et le notaire Bartholomeus de Savignono, bourgeois et habitants de Péra.

(Ibidem, ff. 208 v.-210 r. ; acte du notaire Manuel de Pozano).

47. – Péra, 22 février 1350, in domo lacharie de Mari, qua habitat Rafïus de Cornilia, ante ecclesiam S. Dominici.

Aterisia, fille de feu lanotus Vatacius, et épouse d’Elianus Dentutus, citoyen de Gênes, promet à ses sœurs Smeralda et Orieta de ne rien demander sur l’héritage paternel ; son beau-frère, Raphael de Cornilia, a en effet remis à Elianus sa dot, soit 500 hyperpères d’or, somme supérieure à ce qu’elle pouvait prétendre avoir sur les biens de son père. Témoins : frater Lanfrancus Carrus et frater lohanes Erminius, de l’ordre des frères prêcheurs, Nicolaus Lucianus bancherius et lohanes speciarius de Lavania, bourgeois de Péra.

(AS G, Not., cart. n° 361, ff. 131 V.-132 r. ; acte du notaire Anthonius Gallus de S. Thoma).

48. – Péra, 27 août 1351, in domo Vescontis de Savignonis.

Le notaire Guillielmus Pelicia fait rédiger son testament. Il désire être inhumé dans l’église des frères prêcheurs, demande que soient réglées ses dettes selon leur inscription sur son cartulaire, énumère ses créances, lègue à sa femme Violante sa dot de 400 livres et l’antefactum de 100 livres, à son frère lacobus ses parts de l’héritage de son père et de sa sœur Anthonina, désigne comme héritiers ses enfants Franceschina, Zenevra, Picamilia et une autre fille dont il ignore le nom, sous la tutelle de son beau-père Petrus de Reza, de son épouse Violante, de son parent Obertus Pelicia et de son frère Iacobus. Témoins : frère Martinus, frère prêcheur, l’évêque de Sebaste, Anthonius de Sigestro, Ector de Picamiliis, les notaires Nicolaus et Franciscus de Forzano, Bartholomeus de Bracelis et lohanes Carpenetus, fils de Iacobus.

(ASG, Not., cart. n° 359, f. 56 v.-57 v.).

49. – Péra, 13 septembre 1363, in bancho mei notarii.

lohanes Specia, fils de feu Petrus, citoyen et marchand de Gênes, charge Anthonius de Acurso, citoyen de Gênes, de s’occuper de ses affaires et de vendre la moitié d’une maison qu’il possède à Gênes avec Obertus et Petrus, fils de feu Anthoniotus de Monelia. Témoins : le notaire Bartholomeus de Savignono, Iulianus de Castro, fils de feu lohanes, Guillierminus de Mercurolio, fils de feu Manuel.

(AS G, Not., cart. n° 360, ff. 160 T.-161 r. ; acte du notaire Dagnanus Senestrarius).

50. – Péra, novembre 1369, in domo Palamidellis Bonaspine et heredum quondam Michaelis Bonaspine que est prope logiam.

Andreas de Bernardo, citoyen et marchand de Venise, reconnaît avoir reçu de Dexerinus de Carmadino, citoyen de Gênes, des hyperpères pour une valeur de 2087 ducats de Venise, qu’il promet de rembourser salvos in terra, dans les deux mois suivant l’arrivée à Venise des cinq galères du passagium Romanie, ou bien en rechange il promet à Péra 2 hyperpères 5 carati par ducat impayé. Lodixius Bedelotus, citoyen de Venise, prête sa caution. Témoins : Iacobus de Marinis, fils de feu Marinus, Luchinus de Iuliano, bourgeois de Péra, et lohanes de Larta, vénitien, habitant Constantinople.

(ASG, Not., cart. n° 362, f. 184 r.-v.).

51. – Péra, 23 octobre 1372, ad bancum curie consuetum.

Andreas de Falco, vicaire (du podestat), charge Franciscus Embriacus, citoyen de Gênes, et le peintre maître Bernabos de Modena, de conclure en son nom un contrat avec le prochain consul de Caffa, afin qu’il aille le servir en tant que vicaire, au salaire habituel. Témoins : les notaires Theramus de Gravaygo et Dominicus de Calignano.

(AS G, Notai ignoti, Busta XXI, fr. 15).

52. – Péra, 27 octobre 1372, ad bancum consuetum curie.

Bartholomeus de Podio charge Marcus Salvaygus, citoyen de Gênes, de s’occuper de toutes ses affaires et en particulier d’emprunter pour lui jusqu’à 2 000 hyperpères. Témoins : Thodiscus Pasteca, bourgeois de Péra et le notaire Dominicus de Calignano.

(AS G, Notai ignoti, Busta XXI, fr. 15).

53. – Péra, 7 septembre 1397, in platea logie Peyre.

Franciscus Vazzolus, bourgeois de Péra, procureur de Lazarus de Goano, citoyen de Gênes, reconnaît avoir reçu de Socius Penellus, citoyen de Gênes, exécuteur testamentaire de feu Petrus de Crovaria, 22 hyperpères et 12 carati, dus par Petrus à Lazarus, en raison d’un jugement prononcé par le vicaire du podestat de Péra, le 5 septembre. Témoins : Guillelmus Savina, citoyen de Gênes, et Michael de Cunio de Savone.

(ASG, Notai ignoti, Busta S ; éd. G. Pistarino, Le fonti genovesi, op. cit., pp. 71-72).

54. – Péra, 28 juin 1399.

Iullianus de Turri écrit à Pasquallis de Nuce à Gênes, pour lui demander des nouvelles de sa famille, de Violante et de son neveu lohanes, et l’informer qu’il entreprend un voyage à Chio et à Candie pour revenir ensuite à Péra.

(ASG, Notai Giovanni Noce et Michele Bonaventura, fdza, année 1376 ; éd. G.G. Musso, Navigazione e commercio, op. cit., pp. 251-252).

Actes de Péra du notaire Donato di Chiavari.

(AS G, Notaio de Clavaro Donato 1389-1390, n.g. 476, sc. 32).

55. – Péra, 1er octobre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Batista de Zoalio, fils de feu Gotifredus, citoyen de Gênes, procureur de Lazarinus Ruvera, citoyen de Gênes, reconnaît avoir reçu de lacobus Lunellus de Cayrasco, bourgeois de Péra, sur la banque de Petrus de Groto, 347 hyperpères 13 carati, au poids de Péra, provenant des biens de feu Nicolaus Clapella, citoyen de Gênes. Témoins : Philipus Rubeus, bourgeois de Péra, et Antonius de Via, habitant Péra.

56. – Péra, 7 octobre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Antonius de Grimaldis, patron de la cocha « Sancta Maria Margarita », dépose une plainte devant le podestat de Péra contre Constantinus Arconi, habitant le bourg de Lagirio, engagé comme protomaster de son navire et qui n’a pas tenu ses engagements. Témoins : Bartholomeus Villanucius et Thomas de Zignaigo.

57. – Péra, 7 octobre 1389, in aulla secunda palacii dicti domini potestatis.

Petrus, fils de feu Antonius Noytoranus, citoyen de Gênes, âgé de moins de dix-sept ans, demande au vicaire du podestat, lohanes de Pioleriis de Saluciis, qu’il désigne Batista de Zoalio, fils de feu Gotifredus, comme curateur de ses biens, avec la caution de Georgius Noytoranus, citoyen de Gênes. Le vicaire du podestat nomme Batista curateur. Témoins : Bartholomeus Villanucius, bourgeois de Péra ; Constantinus de Nervio, chevalier du podestat.

58. – Péra, 7 octobre 1389, in aulla seconda palacii dicti domini potestatis.

Batista de Zoalio, fils de feu Gotifredus, nommé curateur des biens de Petrus, fils de feu Antonius Noytoranus, dresse l’inventaire de ces biens, en présence du vicaire du podestat, lohanes de Pioleriis de Saluciis, et des notaires Donatus de Clavaro et Paulus Savina. Cet inventaire comprend une maison sise à Caffa, à l’intérieur du castrum, près de l’église Saint-Dominique, et provenant de la succession d’Antonina mère de Petrus. Témoins : Bartholomeus Villanucius, bourgeois de Péra, et Constantinus de Nervio, chevalier du podestat.

59. – Péra, 8 octobre 1389, in salla prima palacii dicti domini potestatis.

Petrus, fils de feu Antonius Noytoranus et d’Antonina, fille de feu Tebaldus Ravazolus et épouse d’Antonius, avec le consentement de Batista de Zoalio, vend à Lodisius Portonarius, agissant pour lohanes de S. Donato, bourgeois de Caffa, une maison sise à Caffa (cf. doc. n° 58), pour le prix de 80 sommi d’argent. Témoins : le notaire Antonius de Suxillia, Georgius Noytoranus, citoyen de Gênes, et Paulus de Valegia de Bapallo.

60. – Péra, 25 septembre 1389, in palacio habitacionis dicti domini potestatis.

Paulus de Podio, bourgeois de Péra, fidéicommissaire des biens de feu Fredericus de Podio, ne pouvant se rendre à Caffa, charge Angelus de Sorba, bourgeois de Caffa, de recouvrer ce qui revient à cette succession et de louer les maisons appartenant à Fredericus et sises dans le quartier Saint-François de Caffa. Témoins : Raffael de Carpeneto et Bartholomeus Villanucius.

61. – Péra, 14 octobre 1389, in ecclesia S. Micaelis.

Benedicta, fille de feu Antonius Peverinus de Varagine, et veuve de Conradus Donatus, bourgeois de Péra, confirme à Silvester Salvaygus, bourgeois de Péra, qu’elle lui accorde la tutelle de ses enfants mineurs, Melianus et Marieta, et charge le dit Silvester de recouvrer ce qui leur revient de la succession de Bartholomeus Donatus. Elle agit sur le conseil d’Andreas Peihanus et d’Augustinus Ricins et en présence du vicaire du podestat, lohanes de Poleriis de Saluciis. Témoins : Bartholomeus Vilanucius et Paulus Legia, chevalier du podestat.

62. – Péra, 21 octobre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Nicolaus de Vignollo, fils de feu Franciscus, citoyen de Gênes, accorde quittance à Manuel de Vignollo de Clavaro, pour une somme de 100 florins qu’il lui avait confiée pour l’investir en achat de vin. Témoins : Lodixius Carpenetus et Nicolaus Savina.

63. – Péra, 23 octobre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Le podestat de Péra, Anthonius Leardus, et Raffael de Carpeneto, gubernator et provisor pro Comuni lanue in partibus orientalibus, avaient conclu un accord avec Torpetus Marocelus, patron de la cocha « Sancta Maria », qui s’était engagé à aller charger 2000 mines de grain à Caffa. En raison de la pénurie de grain à Caffa, en mer Noire et aux deux Phocées, l’accord n’a pu être respecté ; le podestat et Raffael donnent à Torpetus l’autorisation d’aller charger du grain en Sicile, à raison de trois sous de Gênes par mine. Témoins : le notaire Paullus Savina, citoyen de Gênes, l’interprète Bartholomeus Villanucius et Lodisius Carpenetus, habitant Péra.

64. – Péra, 27 octobre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Symon de Platheis de S. Quilico de Sigestro, bourgeois de Péra, charge lohanina de Berizo, fille de feu lacobina, sœur de Leonardus de Plateis de Sigestro, de s’occuper de toutes ses affaires et en particulier de louer les terres et maisons qu’il possède in vicariatu Clavari. Témoins : le notaire Paulus Savina, Petrus Gategarius, bourgeois de Péra.

65. – Péra, 14 janvier et 6 avril 1391.

Le podestat de Péra donne l’ordre au notaire Quilicus de Ardito d’extraire du minutier du notaire Nicolaus Savina le texte du testament de feu Laurentius de S. Savina, bourgeois de Péra, et du minutier du notaire Donatus de Clavaro l’acte de la donation faite par lohanes et Benedictus Demerode, fils de feu Philipus, à Andriotus de Corsanego et à Alinerius de Mari, fidéicommissaires de feu Philipus Demerode.

66. – Péra, 26 octobre 1389, in camera consiliorum palacii dicti domini potestatis.

Le podestat de Péra, Antonius Leardus, Raffael Carpenetus ambaxator, provisor et gubernator pro Comuni lanue in partibus orientalibus et le Conseil des Huit Anciens (Petrus Ultramarinus, Brancaleo Grillus, Grandulfus de Turrilia, Raffael de Laurenciis, Precivalis de Porta, Batista de Zoalio, Thomas de Castello et lohanes Demerode), sachant que Iane de Draperiis, ambassadeur de la Commune de Péra, a conclu un traité de paix avec Bayezid, jurent, en présence de Casam Bey, ambassadeur de Bayezid, et du frère mineur Petrus de Taurixio de respecter le traité conclu avec Orkhan et Murad. Témoins : lohanes de Draperiis, bourgeois de Péra ; Antonius de Grimaldis, fils de Gentilis et le notaire Bartholomeus Villanucius.

67. – Péra, 30 octobre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Le comte de Lavania, lofredus de Flisco, citoyen de Gênes, accorde quittance à Petrus de Vedereto, fils de feu Raffael, pour le solde d’une commande de 200 livres qu’il lui avait confiée le 19 mars 1389. Témoins : le notaire Bartholomeus Vilanucius et Nicolaus Savina, fils de Leonardus.

68. – Péra, 30 octobre 1389, in domo habitacionis dicti Petri (Falaca).

Petrus et lohannes, fils de feu Nicolaus Falaca, débiteurs de leur mère Catalina, fille de feu Andriolus Petrella, pour la somme de 216 hyperpères d’argent, concluent un accord, en vertu duquel Petrus débiteur de 332 hyperpères d’argent envers lohannes cède à ce dernier le cinquième de plusieurs terres et maisons sises dans les contracte de S. Lazare, du patriarche, de St-Michel, de Ste-Marie et à l’intérieur du castrum, pour une somme de 446 hyperpères d’argent, avec l’accord de son épouse lohana, fille de Nicola Comacari, habitant le bourg de Lagirio. En échange, lohannes cède à Petrus les deux cinquièmes d’une vigne sise dans la contracta du patriarche. Témoins : Lodixius Lucius de Francia et Iohannes de Saluciis, servientes.

69. – Péra, 30 octobre 1389, in domo habitacionis dicti Petri (Falaca).

Petrus et lohanes, fils de feu Nicolaus Falaca, s’accordent mutuellement quittance pour tout ce qu’ils se devaient jusqu’à ce jour, à l’exception de la donation précédente (cf. doc. n° 68). Témoins : le notaire Bernabos de Groto, Lodisius Lucius de Francia et lohanes de Saluciis, servientes du podestat.

70. – Péra, 7 novembre 1389, in camera palacii dicti domini potestatis.

Antonius de Oliverio, fils de feu Oliverius, citoyen de Gênes, reconnaît avoir reçu d’Antonius de Leardo, fils de feu Lorus, citoyen de Gênes, des hyperpères au poids de Péra, en échange desquels il promet de lui donner à Gênes 425 livres salvas in terra, ou bien en rechange à Péra 2 hyperpères d’argent par livre de Gênes. Brancaleo Grillus se porte garant pour 200 hyperpères, de même que Lodisius Portonarius et lanotus Bezacia, et Thomas de Via pour 139 hyperpères 6 carati. Témoins : Thomas de Castello, Martinus de Podio et Nicolaus Savina, citoyens de Gênes.

71. – Péra, 12 novembre 1389, in camera consiliorum palacii dicti domini potestatis.

Iohannes de Forzano, bourgeois de Péra, en présence du podestat, Antonius Leardus, des Huit Anciens (Brancaleo Grillus, Nicolaus de Bonavey, Lucas Ususmaris, Gandulfus de Turrillia, Luchinus de Vivaldis, Antonius de Cramadino, Precivalis de Porta, Thomas de Castello), des trésoriers de Péra (Nicolaus de Flisco et Benedictus de Pisano), des officiales monete (Dagnanus Spinulla, Venerius de Podio, lofredus de Flisco, Gaspal Vignollus) et des officiales provisionis (Antonius de Via, Leonel Lercarius, Gaspal de Pagana et Valentinus de Mari), cède à la Commune ou universitas terre Peyre, une vigne et une maison sises hors des murs de Péra, près de la tour S. Christoforus, où doit être édifié le mur des bourgs de Péra. Il reçoit sur la banque de Petrus de Groto une somme de 180 hyperpères d’argent. Témoins : le notaire Bartolomeus Vilanucius, Petrus Gategarius et Andriollus de Monelia, bourgeois de Péra.

72. – Péra, 12 novembre 1389, in camera consiliorum palacii dicti domini potestatis.

Le podestat, les Huit Anciens, les trésoriers, les officiales monete et provisionis (cf. supra doc. n° 71) vendent à Guillielmus de Bavallo, bourgeois de Péra, une partie de la vigne achetée par la commune de Péra à lohanes de Forzano, pour un prix de 80 hyperpères d’argent, versés à la banque de Petrus de Groto. Témoins : le notaire Bartolomeus Villanucius, Petrus Gategarius, Andriollus de Monellia, bourgeois de Péra.

73. – Péra, 15 novembre 1389, ut supra.

Le vicaire du podestat Iohannes de Piolleriis de Saluciis, confirme le testament de Luchinus de Draperiis, rédigé le 4 septembre 1386. Selon ce texte (en génois), Luchinus désire être inhumé dans l’église S. Maria, restitue à sa femme Paleologina sa dot de 2500 hyperpères, accorde différents legs, recense ses créances et désigne comme héritiers ses fils lane, Loixe, Lanzarotus et Nichoroxus et comme fidéicommissaire leur mère Paleologina. Témoins : le notaire Bartholomeus Villanucius et Galeotus Lomellinus, fils de Basilius.

(Seings des notaires Durante Durantis, Bartholomeus Villanucius et Cosmael Durantis).

74. – Péra, 16 novembre 1389, in curtilio domus habitacionis dicti magistri Baroni posite in contracta sancte Cataline.

Ihera Anna, fille du Juif maître Baronus, médecin et phisicus, bourgeois de Péra, et épouse du Juif maître Ismael de Chio, fils de feu maître Callo phisicus de Chio, renonce à la part des biens que lui avait légués son père, maître Baronus, par acte du notaire Bernabos de Groto du 5 novembre 1389. Elle agit sur le conseil de son père maître Baronus, de son fils le Juif Samaria et de son voisin le Juif Isac Barcelai et prête serment tactis corporaliter scripturis more ludeorum super Bibia. Témoins : le juriste Petrus de Gramiasco, Bartholomeus Villanucius et Bernabos de Groto notaires, Seguranus Marchonus, Paullus de Valegia de Rapallo, lohannes de Paxano, losep de Levanto placerius, lohannes de Trivixio et lohanes de Magnerri, servientes du podestat.

75. – Péra, 16 novembre 1389, in curtilio domus habitacionis dicti magistri Baroni.

Le Juif maître Baronus, médecin et phisicus, bourgeois de Péra, accorde en donation « post mortem » à son gendre le Juif maître Ismael, médecin et phisicus, fils de feu le Juif maître Callo de Chio, le quart de ses biens, à l’exclusion de tous les biens et maisons qu’il possède à Constantinople. Ismael ne pourra commercer sinon en deçà de Tenedos et en mer Noire, tant que vivra son épouse Ihera Anna. Témoins : les mêmes qu’au doc. 74, sauf les notaires Bartholomeus Villanucius et Bernabos de Groto.

76. – Péra, 20 novembre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Franciscus de Boliasco, bourgeois de Péra, débiteur de Thomas de Zignaigo, pour une somme de 130 hyperpères, cède au dit Thomas tous ses droits contre Marchio Vacaryus, qui lui doit 151 hyperpères d’argent, solde d’une commande que lui ont confiée Franciscus et Thomas. Témoins : le notaire Bartholomeus Villanucius et Paullus de Vallegia de Rapallo.

77. – Péra, 26 novembre 1389, in domo heredum quondam Luchini de Draperiis.

Ihera Paleologina, veuve de Luchinus de Draperiis, et fille de feu Caloiane Livadari de Constantinople, charge Brancaleo Grillus, bourgeois de Péra, de s’occuper de toutes ses affaires. Elle est assistée des conseils de son fils Iane de Draperiis et de son gendre Thomas de Via. Témoins : lohannes de Rapalo et Fredericus de Campis, bourgeois de Péra.

78. – Péra, 3 décembre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Iohannes de Mari de Arenzano, fils de Brancacius, reconnaît avoir reçu de Galeotus Lomelinus, fils de Basilius, citoyen de Gênes, 100 hyperpères d’argent sur la banque de Petrus de Groto, au titre d’une caution que Galeotus avait prêtée pour le forgeron Bernardus de Framura. lohannes cède à Galeotus tous ses droits contre Bernardus. Témoins : Bernabos de Groto et le notaire Lodixius Carpenetus.

79. – Péra, 13 décembre 1389, in ecclesia sancti Micaelis de Peyra.

Efrosigni, fille de feu Georgius Soromi et épouse de Georgius Coresius, dépose devant la cour du podestat une plainte contre son beau-père Nicolaus Coresius et son mari Georgius et approuve toutes les écritures produites par son procureur, le notaire Iohannes de Brignardello, en présence de son mari, de son oncle lane Caligopolo de Constantinople, de Manoli Caligopollo et de maître Paullus Caligopolo, ses frères. Témoins : le juriste Petrus de Gramiasco, Nicolaus de Paravania, Quilicus de Ardito, bourgeois de Péra, le Grec Manoli Duca Calchiopollo et l’interprète de la Commune Bartholomeus Villanucius.

80. – Péra, 16 décembre 1389, ad staciam ubi ius reditur.

Fredericus de Campis, bourgeois de Péra, curateur des biens de feu Luchinus de Draperiis, vend à Branchaleo Grillus, procureur de Palealogina, veuve du dit Luchinus, une pièce de terre sise à Péra dans le bourg de Spiga, estimée 350 hyperpères et dont le revenu annuel est de 35 hyperpères d’argent. Cette vente est consentie à la suite d’une plainte déposée par Branchaleo contre Fredericus pour recouvrer la dot et l’antefactum de Palealogina, s’élevant à 2500 et 150 hyperpères d’argent. Témoins : le notaire Paullus Savina, Gaspal Vignollus et le notaire Lodixius Carpenetus, habitant Péra.

81. – Péra, 8 janvier 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Lodisius de Ponte, habitant Péra, curateur du boucher Iane Rubeus, habitant le bourg de Spiga, vend au Pisan lohannes de Vani une maison du dit lane, sise à Péra, à la suite de la vente aux enchères de ce même jour, au prix de 46 hyperpères d’argent. Cette maison est imposée au titre du jus solli pour une somme annuelle de trois hyperpères d’argent. Témoins : Bartolomeus Vilanucius, les notaires Paullus Savina et lohannes Brignardellus.

82. – Péra, 11 janvier 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Devant le tribunal du podestat, Antonius Leardus, Constantinus de Groto, bourgeois de Péra, dépose une plainte contre Dagnanus Spinulla et Petrus de Groto, bourgeois de Péra, garants de Raffael Capellus, bourgeois de Péra. Constantinus et Raffael avaient conclu une societas pour acheter 16 000 livres de cuivre, au poids de Soliman Basa, seigneur de Kastamonu, soit environ 4 000 cantares de Péra. Constantinus a acheté du cuivre pour 476 000 aspres d’argent de Kastamonu, somme que Raffael n’a pas versée, malgré les promesses faites avec la caution de Dagnanus et de Petrus, auxquels Constantinus réclame le versement de cette somme, ce que ces derniers refusent. Témoins : le notaire Bartolomeus Villanucius, Paullus de Vallegia de Rapallo, miles du podestat et le notaire Lodisius Carpenetus.

83. – Péra, 26 janvier 1390, ad staciam ubi ius reditur.

La Juive Melica Casatiani, habitant Péra, veuve d’Abraym, affranchit son esclave tatare Erini, appelée aussi Cotollo, âgée de 30 ans, qui lui a versé 50 hyperpères. Elle agit sur le conseil du Juif maître Calo, phisicus, de Beraminus, fils du maître Callo, et de son propre fils, Ellias. Témoins : l’interprète Bartholomeus Villanucius, Clemens de Langasco et Constantinus de Nervio.

84. – Péra, 28 janvier 1390, in ecclesia S. Micaelis.

Benedicta, fille de feu Antonius Paverinus, veuve de Conradus Donatus et tutrice de ses enfants Marieta et Melianus, héritiers de Bartholomeus Donatus, accorde quittance à son procureur, Silvester Salvaigus, pour une somme de 2606 besants blancs de Famagouste et divers objets reçus par Silvester de Benedictus Carena, fils de feu Precivalis, bourgeois de Péra, et de Raynerius Domesticus, citoyen de Gênes, fidéicommissaires de Bartholomeus en Chypre et en Syrie. Elle agit sur le conseil de son fils Andreas Peianus et de son gendre Augustinus Ricius. Témoins : Benedictus de Riva, Antonius Vanatus, bourgeois de Péra, et Paullus de Valegia de Rapallo.

85. – Péra, 28 janvier 1390, in ecclesia sancti Micaelis.

La dite Benedicta (cf. doc. n° 84) accorde quittance à Silvester Salvaigus, bourgeois de Péra, pour la succession de feu Bartholomeus Donatus. Témoins : Benedictus Carena, Benedictus de Ripa, bourgeois de Péra, et Paulus de Valegia de Rapallo.

86. – Péra, 28 janvier 1390, in ecclesia sancti Micaelis.

Le dit Silvester (cf. doc. n° 84 et 85) reconnaît devoir à la dite Benedicta 200 besants blancs de Famagouste, qui lui reviennent sur la succession de Bartholomeus Donatus. Il remboursera cette somme, détenue par Iullianus de Castro, fils de feu Gislandus, dans les huit mois à Famagouste, ou par lettre de change tirée sur lullianus. Témoins : Bartholomeus Carena, Benedictus de Ripa, bourgeois de Péra, et Paulus de Valegia de Rapallo.

87. – Péra, 28 janvier 1390, in ecclesia sancti Micaelis.

La dite Benedicta (cf. doc. n° 84 à 86) accorde quittance à Benedictus de Ripa, bourgeois de Péra, procureur de Luchina, fille d’Obertus de Riva et veuve de Bartholomeus Donatus, pour tout ce qui lui revenait des biens du dit Bartholomeus. Témoins : Bartholomeus Carena, Silvester Salvaigus, bourgeois de Péra, et Paullus de Valegia de Rapallo.

88. – Péra, 28 janvier 1390, in ecclesia sancti Micaelis.

Benedictus de Ripa, procureur de la dite Luchina (cf. doc. n° 87) accorde quittance à la dite Benedicta (cf. doc. n° 84 à 87) pour le remboursement de la dot et de l’antefactum de Luchina, soit 2000 hyperpères et 100 livres de Gênes. Témoins : Bartholomeus Carena, Silvester Salvaigus, bourgeois de Péra, et Paulus de Valegia de Rapallo.

89. – Péra, 28 janvier 1390, in domo habitacionis heredum dicti quondam lohannis.

Anna, fille de feu le Syrien lohannes, fils de Dimitri, et épouse de Theodorus Grava, accorde quittance au Syrien Nicolla de Constantinople, son oncle, pour une somme de 250 hyperpères, solde de sa dot de 600 hyperpères, prélevée sur les biens de feu Dimitri, à savoir une maison sise à Constantinople qu’elle partage avec son frère le Syrien Thomas et le Syrien Thomas, fils de Stephanus, oncle d’Anna. Elle agit sur le conseil de son mari Theodorus, de son oncle le Syrien Thomas et de son oncle Nicolla Duca Jharameio. Témoins : Branca Spinulla, bourgeois de Péra, et Dimitri Scutariotus de Constantinople.

90. – Péra, 28 janvier 1390, in domo habitacionis heredum dicti quondam lohannis.

La dite Anna (cf. doc. n° 89) accorde quittance à Brancha Spinulla, bourgeois de Péra, pour des pierres précieuses et des perles, provenant des biens de feu Dimitri (cf. doc. n° 89) et qui lui sont attribuées en dot. Témoins : Nicola Duca Jharameio et Dimitri Scutariotus de Constantinople.

91. – Péra, 23 février 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Conradus de Pastino, fils de feu Franciscus, citoyen de Gênes, procureur de Franciscus Ragius, citoyen de Gênes, accorde quittance à Antonius Leardus, citoyen de Gênes, pour la somme de 229 hyperpères 4 carati, dus par Antonius à l’occasion d’un contrat de change. Témoins : Nicolaus de Flisco et Bartholomeus Villanucius, bourgeois de Péra.

92. – Péra, 23 février 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Abraam de Gentilli, bourgeois de Caffa, ne pouvant assurer la tutelle d’Agnexia, épouse de Sorleonus Spinulla, et de Magdalena et Nicolaus, ses enfants, renonce à ses droits et affranchit ces derniers de la tutelle paternelle. Témoins : le notaire Bartholomeus Villanucius et Petrus de Pallonis de Saluciis.

93. – Péra, 25 février 1390, in camera palacii dicti domini vicarii.

Nicolla Coresi de Chio, Manoli Actineo, Constantinus Colliva et Micali de Monoiane, tous bourgeois de Constantinople et fidéicommissaires de feu Iane de Monoiane, bourgeois de Constantinople, selon un acte de Tana du pappate Georgi protopappate, chargent Raffael Domesticus, bourgeois de Péra, de recouvrer à Tana les biens provenant de cette succession. Témoins : Benedictus de Pisano et Nicolaus de Lorto.

94. – Péra, 25 février 1390, in camera palacii dicti domini vicarii.

Les dits Nicolla, Manoli, Constantinus et Micali (cf. doc. n° 93) accordent quittance à Raffael Domesticus pour tout ce qui leur est parvenu de la succession de feu Iane de Monoiane. Témoins : Benedictus de Pisano et Nicolaus de Lorto.

95. – Péra, 2 mars 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Lodisius Bregadinus, citoyen de Venise, dépose devant le podestat une plainte contre Iane de Drapperiis, bourgeois de Péra, auquel il a acheté 3000 muids de grain, au prix de 7 hyperpères le muid pour 1000 muids, 6 hyperpères 18 carati pour mille et 6 hyperpères pour les autres mille. Le grain devait être livré à Panidos, ou bien à Lo Porro, ou bien à l’un des ports de chargement entre Camali et Scorpiata. Il réclame l’observation des clauses du contrat et offre 7000 hyperpères en gage de sa bonne foi. Le podestat fait déposer cette somme à la banque de Petrus de Groto. Témoins : Bartholomeus de Langasco, Nicolaus de Flisco et Iohannes de Brignardello. (Éd. G.G. Musso, Navigazione e commercio genovese con il Levante nei documenti delVArchivio di Stato di Genova (sec. XIV-XV), Rome 1975, pp. 236-240).

96. – Péra, 5 mars 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Iane de Draperiis, bourgeois de Péra, répond à la plainte déposée par Lodisius Bregadinus (cf. doc. n° 95). Il n’a pu acheter le grain, car Lodisius a refusé de lui verser l’argent convenu et n’a pas nolisé de navire pour effectuer le chargement. Iane demande que soient désignés deux arbitres pour ce différend. Témoins : Bartholomeus Villanucius, lohannes de Brignardello et le notaire Lodixius Carpenetus, habitant Péra.

97. – Péra, 14 mars 1390, in camera palacii dicti domini vicarii.

Le vicaire du podestat, Iohannes de Peolleriis de Saluciis, après avoir pris l’avis de Iohannes et Benedictus Demerode et de Centurionus Bonaspina, déclare majeur Stephanus Demerode, fils de feu Philipus, et frère de Iohannes et Benedictus. Témoins : Petrus de Pevateriis de Gramiasco, lohannes de Forzano et le notaire Bernabos de Groto, bourgeois de Péra.

98. – Péra, 14 mars 1390, in camera palacii dicti domini vicarii.

Iohannes et Benedictus Demerode d’une part, Stephanus Demerode, d’autre part, concluent une transaction au sujet de la succession de leur père Philipus. Stephanus accorde à Iohannes et Benedictus quittance pour le solde des 20 000 hyperpères que Philipus lui a légués ainsi qu’à lane : ce solde a été versé en parts (loca) des compere de Gênes et de Péra. Stephanus accorde quittance également pour l’une des deux maisons que Iohannes et Benedictus ont construites d’après le testament de leur père. Il promet de payer 150 hyperpères pour le quart de la sacristie et de la chapelle construites par Iohannes et Benedictus en l’église Saint-François de Péra ; 22 hyperpères 12 carati aux fidéicommissaires de feu Philipus ; il s’engage à acheter la moitié des deux maisons des dits Iohannes et Benedictus, proches d’une savonnerie, au prix de 2 000 hyperpères payables en trois ans ; il promet en outre de payer le quart de la dot de Catalina, épouse de lohannes. Il agit avec le conseil d’Andriotus de Corsanego, d’Alenerius de Mari et de Darius Spinulla, bourgeois de Péra, ses anciens tuteurs. Témoins : le juriste Petrus de Pevateriis de Gramiasco, lohannes de Forzano, le notaire Bernabos de Groto, et Centurionus Bonaspina.

99. – Péra, 14 mars 1390, in camera palacii dicti domini vicarii.

lohannes, Benedictus et Stephanus Demerode, fils de feu Philipus, bourgeois de Péra, s’accordent mutuellement quittance pour tout ce qu’ils se devaient jusqu’à ce jour, à l’exception des sommes mentionnées dans le contrat précédent (cf. doc. n° 98). Témoins : le juriste Petrus de Pevateriis de Gramiasco, lohannes de Forzano, le notaire Bernabos de Groto et Centurionus Bonaspina.

100. – Péra, 14 mars 1390, in camera palacii dicti domini vicarii.

Stephanus Demerode (cf. doc. n° 98 et 99) accorde quittance à Andriotus de Corsanego, Allenerius de Mari, Darius Spinulla, Iohannes et Benedictus Demerode et Bartholomeus de Auria, fidéicommissaires de feu Philipus Demerode, pour tout ce qui lui revenait de la succession de son père. Témoins : le juriste Petrus de Pevateriis de Gramiasco, lohannes de Forzano, le notaire Bernabos de Groto et Centurionus Bonaspina.

101. – Péra, 14 mars 1390, in salla magna palacii dicti domini potestatis.

Iohannes et Benedictus Demerode, fils de feu Philipus (cf. doc. n° 98 à 100) accordent quittance aux dits Andriotus, Allenerius, Darius et Bartholomeus (cf. doc. n° 100) pour tout ce qui leur revenait de la succession de leur père. Témoins : le notaire Bernabos de Groto, lohannes de Forzano et Centurionus Bonaspina.

102. – Péra, 26 mars 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Le vicaire du podestat, Iohannes de Peolleriis de Saluciis, adjuge à Fredericus de Campis, bourgeois de Péra, procureur de Iohannes de Draperiis, des biens – dont une esclave Margarita et deux arbalètes – appartenant à Thomas de Zignaygo, bourgeois de Péra, débiteur de Iohannes pour une commande de 1 000 hyperpères. Ces biens ont été estimés à la valeur de 460 hyperpères 20 carati par les extimatores de la Commune de Péra. Témoins : Lodisius Portonarius, Lodisius Carpenetus, habitant Péra, et Nicolaus Savina, fils de Leonardus.

103. – Péra, 11 avril 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Le vicaire du podestat adjuge au speciarius Enricus de Clavaro, bourgeois de Péra, une maison provenant des biens de feu Darius et Lucianus Imperialis, sise à Péra dans le quartier de Saint-François et estimée à la valeur de 450 hyperpères par lacobus de Maxio et Benedictus Marinus, bourgeois de Péra, extimatores de la Commune. Témoins : Nicolaus Bonus de Vernacia et le notaire Paullus Savina.

104. – Péra, 1er avril 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Nicolaus de Lorto, citoyen de Gênes, fidéicommissaire de feu Antonius de Lorto, bourgeois de Caffa, retire la plainte qu’il avait déposée contre Abraam de Gentilli, bourgeois de Caffa, tuteur d’Agnesia, Madalena et Nicolaus, enfants d’Antonius et héritiers de leur mère Brancaflos. Témoins : Nicolaus Portonarius, L[eo]Ususmaris et Luchinus de Vivaldis.

105. – Péra, 7 avril 1390, in domo habitacionis dictarum constituentium.

Benedicta, fille et héritière de feu le pelletier Iohannes de Martino, bourgeois de Péra, et Orieta, veuve du dit lohannes, chargent Melchio de Petrarubea et Antonius Cataneus, fils de feu Iullianus, de s’occuper de toutes leurs affaires. Elles agissent sur le conseil de Lodisius Vairolius, Venerius de Podio et Guillielmus Barachus. Témoins : le notaire Durantis Durantis, Raffus Roistropus et Saradus de Capite Corsice, bourgeois de Péra.

106. – Péra, 16 avril 1390, in salla magna palacii dicti domini potestatis.

Paulus de Podio, bourgeois de Péra, nommé en novembre 1388 par le podestat Petrus Ultramarinus fidéicommissaire des biens de feu Fredericus de Podio, charge en complément d’Angelus de Sorba, Anthonius Gonella, bourgeois de Péra, de louer les maisons sises à Caffa, dans le quartier de Saint-François et qui font partie de la succession du dit Fredericus. Témoins : Quilicus de Ardito et le notaire Nicolaus Savina.

107. – Péra, 20 avril 1390, in aulla parva palacii coinunis habitacionis dicti domini potestatis.

En présence de Lodisius Bregadinus, citoyen de Venise, de lohannes Demerode, du notaire Paulus Savina, de Thomas de Via, de Bernabos de Groto et de Manuel de Finario, Brancaleo Grillus, bourgeois de Péra, procureur de Iane de Draperiis, bourgeois de Péra, déclare à Lodisius Bregadinus que les 3 000 muids de grain que lui a vendus Iane sur la récolte de 1389 lui seront livrés soit à Panidos soit à Dani et réclame le montant de cette livraison (cf. doc. n° 95 et 96). Témoins : le notaire Bernabos de Groto, Lodisius Cisnus et Bartholomeus Pegollus, bourgeois de Péra.

108. – Péra, 7 mai 1390, in ecclesia sancti Micaelis.

Agnexia, fille de feu Andriolus Fatinanti, veuve de Stephanus Thodescus, bourgeois de Caffa, et fidéicommissaire de Pastorinus, fils et héritier de lacobus de Castro, fils de feu Stephanus, bourgeois de Péra, charge le notaire Bernabos de Groto, de recouvrer tout ce qui lui revient de la succession du dit Iacobus. Elle agit sur le conseil de Iohannes de Langasco, fils de Bartholomeus, et de maître Nicolaus Doctus. Témoins : le notaire Bartholomeus Villanucius, Iohannes de Monleone et Lodisius de Furiharinis de Portuvenere, bourgeois de Péra.

109. – Péra, 7 mai 1390, in ecclesia sancti Micaelis.

La dite Agnesia (cf. doc. n° 108) donne même mandat au même notaire Bernabos de Groto. Témoins : les mêmes. (L’acte n° 108 est répété pratiquement dans les mêmes termes).

110. – Péra, 13 mai 1390, in domo habitacionis dicti Antonii.

Iacobina, fille d’Amir de Abrano, bourgeois de Péra, et épouse du notaire Antonius de S. Luca, bourgeois de Péra, en raison du dénuement de son mari, charge Antonius de Novaria, habitant Péra, de recouvrer sa dot sur les biens d’Antonius. Elle agit sur le conseil de ce dernier, de Iohannes de Lavania, bourgeois de Péra, et de Dagnanus Mazaraxa, habitant Péra. Témoins : le notaire Nicolaus Bonus de Vernacia, le tavernier Cerar (sic) de Marfi, Andreas Cigalla et Georgius de Lavania.

111. – Péra, 14 mai 1390, ad staciam.

Vescunte Spinulla, bourgeois de Péra, patron de la cocha « Sancta Maria » se trouvant dans le port de Constantinople, dépose devant le podestat une plainte contre Franciscus Vairollus, bourgeois de Péra, agissant au nom de Iohannes de S. Donato, bourgeois de Caffa, propriétaire de 16 carati sur 24 de la dite cocha, qui refuse de donner l’argent nécessaire pour l’armement du navire. Vescunte prendra la somme ad cambium. Témoins : Bartholomeus Villanucius, le notaire Nicollaus Bonus de Vernacia et Quilicus de Ardito.

112. – Péra, 19 mai 1390, in aulla parva palacii dicti domini potestatis.

Antonius Leardus, podestat de Péra et de tous les Génois dans l’empire de Remanie, conclut un accord avec Petrus de Burgaro, citoyen de Gênes, patron de la cocha « SS. Nazarius et Celsius ». Celui-ci, revenu de Caffa sans cargaison de grain, pourra en charger à Péra ou à Constantinople et le porter à Gênes, à raison de deux sous par mine de grain transportée. Témoins : Paullus de Valegia de Rapallo et Constantinus de Nervio, milites du podestat, (éd. G.G. Musso, Navigazione e commercio, op. cit., pp. 241-243).

113. – Péra, 20 mai 1390, in apotheca (blanc dans le texte).

Le notaire Antonius de Casteliono affranchit son esclave Georgius « de progenie Zarbotorum de Cipro », à condition qu’il serve pendant un an Augustinus de Pinu, citoyen de Gênes, qui remettra à. Antonius pour ce rachat 14 ducats d’or sur le salaire du dit Georgius fixé à 18 livres de Gênes par an. Témoins : le notaire Paullus Savina et le tavernier Cesar de Marfi habitant Péra.

114. – Péra, 30 mai 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Le vicaire du podestat, Iohannes de Peolleriis de Salluciis, après avoir pris l’avis de Lodisius Vayrollus et d’Antonius de Solario, bourgeois de Péra, déclare majeur Dominicus Gambonus, fils de feu Lanfrancus, bourgeois de Péra. Témoins : les notaires Bartholomeus Villanucius et Paullus Savina.

115. – Péra, 31 mai 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Petrus de S. Ulcisio, fils de Dondedeus, citoyen de Gênes, charge le notaire Iane de Frescheto de recouvrer ce que lui doivent Franciscus de Nigro, bourgeois de Cafta, et Antonius Dentutus, bourgeois de Cafta, garant de Franciscus, à l’occasion d’un contrat de change. Témoins : les notaires Bartholomeus Villanucius et Paullus Savina.

116. – Péra, 1er juin 1390, in ecclesia S. Micaelis.

Benedicta, fille de feu Antonius Peverinus, veuve de Conradus Donatus et tutrice de ses enfants Marieta et Melianus, héritiers de Conradus et de Bartholomeus Donatus, charge son gendre Augustinus Ricius, bourgeois de Péra, de recouvrer tout ce qui lui revient de cet héritage et de s’occuper de toutes ses affaires. Elle agit sur le conseil de son fils Andreas Peianus et du notaire Nicolaus Bonus de Vernacia. Témoins : Paullus de Valegia de Rapallo, Quilicus de Ardito et le mercier Iohannes de Lavania. (cf. doc. n° 61, 84 à 87).

117. – Péra, 6 juin 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Le vicaire du podestat, Iohannes de Peolleriis de Saluciis, adjuge à Vicencius de Aquis, créancier pour 95 hyperpères 9 carati de Petrus de Recho, fils de feu Franciscus, défaillant, le quart d’une maison appartenant à Petrus, sise à Péra dans le quartier de Saint-François, mesurant 11 coudées sur 10 3/4 et estimée à la valeur totale de 600 hyperpères par lacobus de Maxio et Benedictus (de) Marinis, publiai extimatores comunis et terre Peyre. Témoins : Antonius de Savignono, citoyen de Gênes, et le notaire Paullus Savina.

118. – Péra, 8 juin 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Dominicus Gambonus, fils de feu Lanfrancus, bourgeois de Péra, héritier du dit Lanfrancus et de ses frères Luchinus, Pambellus et Batista, accorde quittance à Brancha Spinulla, bourgeois de Péra, curateur des biens des dits Lanfrancus et Luchinus, pour tout ce qui lui revenait de ces successions. Il agit sur le conseil d’Antonius de Solario de Varagine et du banquier Petrus de Groto. Témoins : Batista Argentus, fils de feu Thomas, et Quilicus de Ardito, habitant Péra.

119. – Péra, 9 juin 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Le dit Dominions (cf. doc. n° 118) charge Dagnanus Gambonus, citoyen de Gênes, de faire inscrire à son nom sur les registres des compere de la Commune de Gênes, les parts de la dette publique (loca), inscrites au nom de son père, Lanfrancus. Témoins : maître Nicolaus Doctus, Quilicus de Ardito, habitant Péra, et le notaire Paullus Savina.

120. – Péra, 18 juin 1390, in aulla parva palacii dicti domini potestatis.

Anthonius de S. Luca, fils de Petrus, habitant Péra, ayant été fait notaire et tabellion par Nicolaus de Luna de Octocanis de Tribiano, comte palatin, au nom de l’empereur Charles IV, en 1377, demande à être admis dans le collège des notaires de Péra, en présence du podestat Antonius Leardus, tenant lieu d’abbé du peuple de Péra, de Nicolaus Bonus de Vernacia, recteur du collège des notaires de Péra, d’Antonius de Via, de lohannes de Brugardelo et de Donatus de Clavaro, conseillers des dits recteur et collège, du notaire Paulus Savina, scribe de la cour de Péra. Sa demande est acceptée. Témoins : le notaire Bartholomeus Villanucius, Paullus de Valegia de Rapallo et lacobus de Leone de Terdona.

(La copie de l’acte de nomination de 1377 est insérée dans le document).

121. – Péra, 20 juin 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Le notaire Iohannes de Brignardello, bourgeois de Péra, procureur de la mahone de Chypre, aux lieu et place de Georgius de Casanova et du notaire Lucianus de Castello, citoyen de Gênes, accorde quittance à lannotus Bezacia, bourgeois de Péra, pour une somme de 958 hyperpères 22 carati versée sur la banque de Petrus de Groto, en raison d’une amende de 565 livres 3 sous 1 denier infligée à Iannotus par l’Officium octo protectonim de la mahone de Chypre, qui a demandé à la cour de Péra l’exécution de cette sentence. Témoins : Lodisius Marosus, citoyen de Gênes, Nicolaus dé Gropo et Quilicus de Ardito, bourgeois de Péra.

122. – Péra, 20 juin 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Guillielmus Barracus, bourgeois de Péra, curateur de la succession du pelletier Franciscus de Riparolia, loue pour dix ans au barbier Georgius de Lazarino, bourgeois de Péra, une maison avec une boutique sise à Péra, dans le quartier de Saint-François, in carrubeo peliparie, au loyer de 30 hyperpères par an. Les réparations seront à la charge de Guillielmus, l’aménagement à celle de Georgius. Guillielmus agit sur le conseil du pelletier Dominicus de Ripparolia, frère de Franciscus, et de Michael Bocherius. Témoins : le notaire Paullus Savina et Quilicus de Ardito, bourgeois de Péra.

123. – Péra, 30 juin 1390, in camera cubiculari dicti domini vicarii.

Nicolo Marruffus, fils de feu Raffael, citoyen de Gênes, en son nom et en ceux du juriste Matheus de Illionibus, père de feu Augustinus de Illionibus, du banquier Antonius de Flisco, comte de Lavania, et d’Antonius Marrufus, fils de feu Raffael, accorde quittance à Iohannes de Forzano, bourgeois de Péra, et à Petrus Savina, fils de Leonardus, curateurs des biens d’Augustinus, pour tout ce qui leur revenait de cette succession. Témoins : Quilicus de Ardito et Nicolaus de Paravania, bourgeois de Péra.

124. – Péra, 1er juillet 1390, in aulla parva palacii dicti domini potestatis.

Le calfat Angelinus de Bonifacio, Génois habitant Péra, avait pris en apprentissage pour huit ans lamo, baptisé sous le nom de Ianotus, fils de Guillielmus Damol et de son épouse Erigni. Des disputes se sont élevées entre eux ; lamo, plusieurs fois battu, s’est enfui. Le podestat de Péra, selon les statuts de Vars calafatorum, autorise Angelinus à prendre un autre serviteur et lamo à s’engager auprès d’un autre calfat. lamo agit sur le conseil de Quilicus Capurrus, consul de l’art des calfats, et du calfat corse Dominicus. Témoins : Brancaleo Grillus, lane de Draperiis et le notaire Bartholomeus Villanucius.

125. – Péra, 9 juillet 1390, ad staciam.

Baldasal de Beninsia, citoyen de Gênes, fils de feu Iullianus, accorde quittance au notaire Baldasal de Zoalio, agissant pour le notaire Antonius de Casteliono, pour 131 hyperpères dus pour un contrat de change. Témoins : le notaire Paullus Savina et Petrus Centurionus, fils de Nicolaus.

126. – Péra, 11 juillet 1390, in camera consiliorum palacii preiati domini potestatis.

Le podestat de Péra, Antonius Leardus, sur commission délivrée par le doge de Gênes, conclut un accord avec Brancaleo Grillus, bourgeois de Péra, patron de la cocha de deux ponts « Sancta Maria », se trouvant dans le port de Constantinople. Brancaleo promet de se rendre à Panidos ou dans un lieu compris entre Ténédos et Chio, pour y charger 3000 mines de grain nouveau et le transporter jusqu’à Gênes. Il recevra 3 sous par mine, dans les deux mois suivant l’arrivée à Gênes, mais devra à la Commune 10 sous par mine non déchargée à Gênes. Témoins : Lodisius Vairollus, Petrus de Groto, et Iohannes de Forzano, bourgeois de Péra.

127. – Péra, 12 juillet 1390, in aulla parva palacii dicti domini potestatis.

Dagnanus, fils du notaire Antonius de Clavaro, citoyen de Gênes, en présence du podestat de Péra, Antonius Leardus, faisant office d’abbé du peuple de Péra, du notaire Nicolaus Bonus de Vernacia, recteur du collège des notaires de Péra, d’Antonius de Via, de Iohannes de Brignadelo et de Donatus de Clavaro, conseillers des dits recteur et collège, du notaire Paulus Savina, scribe de la cour de Péra, déclare qu’il a été fait notaire par Franciscus de Carreto, marquis de Savone et podestat de Gênes. Il demande à être admis dans le collège des notaires de Péra. Le podestat, après examen du candidat tam super arte grammatice quam super arte instrumentorum, admet Dagnanus dans le collège des notaires de Péra. Témoins : Urbanus Picamillius et Quilicus de Ardito.

(La copie de l’acte du podestat est insérée dans le document).

128. – Péra, 15 juillet 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Melchion Lucianus, fils de Batista, citoyen de Gênes, accorde quittance à Pelegrus de Botariis de Plato, citoyen de Gênes, agissant pour le notaire Antonius de Casteliono, pour le paiement de 195 hyperpères 21 carati qui lui étaient dus en raison d’un contrat de change. Témoins : le notaire Antonius de Clavaro et Quilicus de Ardito.

129. – Péra, 23 juillet 1390, in ecclesia S. Micaelis.

Iohannes de Monleone, bourgeois de Péra, et Cursana, épouse du calfat Nicolaus de Sigestro, bourgeois de Péra, fidéicommissaires des biens de feue Theodora, veuve de Iohannes de Polanexi, vendent à lacobus de Ayraldo, fils de feu Marchus, habitant Péra, un verger avec des petites maisons, sis dans le bourg de Spiga, dans la contracta de Saint-Antoine, mis aux enchères par Dominicus de S. Agnete et vendu à lacobus 132 hyperpères, versés à la banque de Petrus de Groto. L’impôt foncier (ius solli) est de 16 hyperpères par an. Témoins : le notaire Bernabos de Groto, Quilicus de Ardito, Iohannes de Paxano, fils de Iullianus, et le placerius losep de Levanto.

130. – Péra, 2 août 1390, ad staciam.

L’Arménien Abraynus Amedinus, fils de feu Symon, accorde quittance à Iohannes fils de feu Camar, bourgeois de Famagouste, et héritier de son frère Abraynus, pour une dette de 58 hyperpères. Témoins : le notaire Nicolaus Bonus de Vernacia, Quilicus de Ardito et le Syrien Abraynus de Sepulcro.

131. – Péra, 13 août 1390, in ecclesia S. Micaelis.

Benedicta, fille de feu Antonius Peverinus, veuve de Conradus Donatus et tutrice de ses enfants Marieta et Melianus, héritiers de feu Bartholomeus Donatus, charge son gendre Augustinus Ricius, bourgeois de Péra, de recouvrer tout ce qui lui revient de l’héritage de Bartholomeus et de s’occuper de toutes ses affaires. Elle agit sur le conseil de son fils, Andreas Peianus, et du notaire Nicolaus Bonus de Vernacia. Témoins : le notaire Bartholomeus Villanucius et Quilicus de Ardito (cf. doc. n° 116).

132. – Péra, 18 août 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Guillielmus Baracus, bourgeois de Péra, procureur de Nicolaus de Monteclaro, accorde quittance au notaire Bernabos de Groto, bourgeois de Péra, procureur du linier Manoli Taroniti, bourgeois de Péra, pour un sac de lin pesant 4 cantares 53 rotoli et estimé à 85 hyperpères 18 carati, en paiement des 102 hyperpères que Manoli fut condamné à payer à Nicolaus pour du lin que celui-ci lui avait vendu. Témoins : les notaires Bartholomeus Villanucius et Paullus Savina.

133. – Péra, 27 août 1390, in ecclesia S. Micaelis.

Le notaire Iohannes de Brignardello, curateur des biens du boulanger Georgius Monastariotus, vend à Arenota, veuve d’Anfreonus Lercarius, une pièce de vigne, sise hors des murs de Péra in valle columpnatis, qui a été vendue aux enchères à Leonel Lercarius, pour le compte d’Arenota, au prix de 25 hyperpères, que compense une dette de Georgius envers Arenota. L’impôt foncier (ius solli) est de 1 hyperpère par an. Témoins : le notaire Bartholomeus Villanucius et le placerius Antonius lohannis.

134. – Péra, 27 août 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Iane de Draperiis, bourgeois de Péra, curateur des biens de feu Guirardus de Draperiis, charge Gentillis de Grimaldis, citoyen de Gênes, et Iullianus Argentus, bourgeois de Péra, de recouvrer les dédommagements dus par le basileus de Trébisonde à feu Manuel Spinula et à Guirardus de Draperiis. Témoins : Nicolaus Bonus de Vernacia, Bernabos de Groto et le notaire Iohannes de Brignardello.

135. – Péra, 27 août 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Le dit lane (cf. doc. n° 134), en tant que curateur des biens de feu Manuel Spinulla, accorde la même procuration aux dits Gentillis et Iullianus, devant les mêmes témoins.

136. – Péra, 30 août 1390, ad staciam ubi ius reditur.

Brancaleo Grillus, bourgeois de Péra, reconnaît avoir reçu d’Antonius Leardus, citoyen de Gênes, des hyperpères, ad sagium Peyre, en échange desquels il promet de payer à Gênes 508 livres 15 sous, dans le mois suivant la présentation de la lettre de change, ou bien en rechange à Péra, 2 hyperpères 3 carati par livre. Témoins : les notaires Bartholomeus Villanucius, Antonius de Clavaro et lannotus Bezacia.

137. – Péra, 1er septembre 1390, in domo habitacionis dicti Palealogine.

Palealogina, veuve de Luchinus de Draperiis, bourgeois de Péra, et fille de feu Caloiane Livadari, tutrice de ses enfants Lodisius, Lanzarotus et Antonius, charge Brancaleo Grillus, bourgeois de Péra, de s’occuper de toutes ses affaires, et en particulier de vendre les parts de la dette publique (loca) inscrites au nom de Luchinus sur les registres des compere de Gênes. Elle agit sur le conseil de Iane de Draperiis et de Thomas de Via, bourgeois de Péra. Témoins : Dagnanus, fils du notaire Antonius de Clavaro, et Constantinus de Nervio, miles.

138. – Gênes, octobre-novembre 1390.

Luchinus de Henricho et Raffael Burnengus, procureurs de Manuel Cabasilas, déclarent que ce dernier n’a commis aucune fraude à l’occasion d’une vente de grain à lohanes de Savignono et récusent les témoignages produits par Raffael de Carvi. Ce dernier est interrogé sur un différend qui l’oppose à lohanes de Savignono à propos du paiement de deux sous par mine de grain achetée sur le grain du basileus. Déposition de Luchinus de Henricho et de Raffael Burnengus : ils déclarent que lohanes de Savignono a été condamné à payer deux sous par mine de grain, que Manuel Cabasilas n’a vendu que 445 mines de grain avant son départ de Gênes, et que feu Luchinus de Draperiis et lohanes de Rapallo ont reçu pouvoir de vendre le reste du grain pour le basileus.

Dicti Luchinus de Henricho et Raffael Burnengus, dicti procuratores nominibus dicti domini Emanuelis Cavasilla, constituti in iure et in presencia dictorum dominorum comissariorum, ocaxione testium productorum per dictum Raffaelem, dicunt quod testes per ipsum produti nichil relevant, nam posito sed non concesso quod contenta in titulis per ipsum Raffaelem de Carvi intitulati essent vera, non propterea sequitur quod dominus Emanuel aliquam fraudem commisserat et contra ipsum agi non potest, nixi fraus per ipsum fuerit comissa, ut patet per sententiam lactam per consules callegarum, anno elapso, die nona decenbris, quam exibet et producit, scriptam et signatam manu Oberto Masuri33 notarii, supradicto M° et die, in quodam manualeto defforis signato per A.

Et salvis premissis dicit quod testes per ipsum producti non probant, nam34 sunt suspecti quoniam aliqui sunt submissi dicto Raffaeli, silicet35 Lansarotus de Canevanova et Franciscus Narixus et Nicolaus Bignonus, aliqui vero tratant de proprio comodo, silicet Antonius de Rochataliata, Bartholomeus de Savignono speciarius.

Item dicti testes in dictis suis sunt singulares varii inter se, unde non probant, nec eciam verum dicunt, in eo quod dicunt dictum Emanuelem vendidisse aliis de dicto grano quam lohani de Savignono, nam tempore quo aliis fuit facta vendicio, dictus dominus Emanuel non erat in civitate ista, imo iam recesserat et sic patet quod verum non dicunt.

Et salvis premissis dicunt quod dictus Rafael de Carvi nulum ius habet petendi aliquid a dito36 domino Emanuele, ideo opponunt contra ipsum excepcionem intencionis facti et iuris sibi non competentis, dicentes insuper quod ipse dollo et dollose facit petere ea que petit et requirit37, in quantum aliquid petat, ideo opponunt contra ipsum excepcionem dolli specialem et generalem continentem in se omne genus deffensionis et pro declaracione veritatis petunt dictum Raffaelem de Carvi sub iuramento calompnie interrogari dejinfras-criptis et quod respondeat pro verbum crédit vel non credit.

M° CCCLXXXX die XV octubris.

luratum est de calupnia per dictum Raffaellem de Carvi, et responsum ut infra salvo iure et impertinencium et non admitendarum.

Primo vero si dictus Raffael hoc anno movit questionem contra lohanem de Savignono, lohanem de Rocha, Antonium Bocalecha, Guilliermum de Placencia, Gaspalem de Monleono, Simonem de Valetario, lohanem de Podio, Bartholomeum de Savignono et Dorinum Ususmaris, petendo ab eis pro qualibet mina grani qui emerunt de dicto grano imperatoris38 Romeorum, et de quo lacta fuit sentencia inter Raffaelem Burnengum curatorio nomme dicti39 domini Emanuelis ex una parte et dictum Raffaelem de Carvi ex alia, et si de omnibus negaverunt interrogetur de quot.

Eo die

Respondit crédit pro ut respondidit aliis interrogatoriis factis per dictum Raffaelem et non aliter.

Item si verum est quod inter ipsum ex una parte et predictos ex parte alia fuit lacta sentencia per consules callegarum de consilio domini lacobi Landi de Sarzana, tune vicarii ducalis seu sapientium comunis, in qua predicti condemnati fuerunt ad dandum duos solidos40 dicto Raffaeli pro qualibet mina grani, nixi probaret infra certum tempus se ipsos solvisse dicto domino Emanueli seu illis qui vendiderunt dictum granum.

Eo die

Respondit credit ut in aliis respondidit et non aliter.

Item si verum est quod lohanes de Savignono fuit ad questionem cum dicto Raffaele coram consulibus callegarum, volendo probare quod dictos duos solidos solvit et quod subeubuit quia ipsos non solvit.

Eo die

Respondit dictus Raffael crédit prorut respondit aliis posicionibus sive interrogacionibus.

Item si verum est quod sentencia fuit lacta contra dictum lohanem per dictos consules ad instanciam dicti Raffaelis de libris triginta pro minis trecentis grani quas emit, et quia ditos (4) duos solidos non solvit venditoribus dicti grani, et si de tôt negaverit interrogetur de quot.

Eo die

Respondit dictus Raffael crédit prout respondidit aliis interrogatoriis et non aliter.

Item si41 dictus Raffael iuste et recte litigavit et questionem fecit dicto lohani.

Eo die

Respondit dictus Raffael crédit prout respondidit aliis interrogacionibus et non aliter.

Item si verum est quod sentencie lacte contra dictum lohanem in favorem dicti Raffaelis per consules callegarum ocaxione dicti grani fuerunt iuste et recte lacte42, quia dictus lohanes non solvit venditoribus diti grani.

Eo die

Respondit dictus Raffael crédit prout respondidit aliis interrogatoriis et non aliter.

M° CCC° LXXXX0 die X° novembris

Deposita in iure et in presencia dictorum dominorum olim vicarii ducalis et lohanis Catanei, unius ex olim sapientium Comunis lanue.

Dicti Luchinus et Raffael constituti in iure et in presencia dictorum dominorum lohanis et lacobi delegatorum ut supra, intendunt probare et fidem facere contra et adversus dictum Raffaelem de Carvi de infrascriptis.

Primo videlicet quod lacta quadam sentencia per consules calegarum in qua dictus dominus Emanuel Cavasila seu dictus Raffael Burnengus, curator ipsius, fuit absoluctus a peticione dicti Raffaelis de Carvi, et in qua reservatum fuit dicto Raffaeli ius quod ei competebat contra omnes et singullos qui emerunt de dicto grano, et specialiter contra lohanem de Savignono de duobus soludis (4) pro qualibet mina grani et qui fuerunt condemnati43 ad dandum sibi dictos duos solidos, nixi probarent ipsos se solvisse venditoribus dicti grani.

Et de predictis et cetera44

Non abstringentes se et cetera45

Item quod predicti emptores et specialiter dictus lohanes atentaverunt probare coram consulibus callegarum qualiter solverant dictos duos solidos venditoribus dicti grani, et quia hoc probare non potuerunt subcubuerunt et dictus Raffael de Carvi in dicta causa obtinuit

Et de predictis et cetera46

Non abstringentes se et cetera47

Item quod dictus dominus Emanuel ante quam esset venditum dictum granum, de quo in dicta sentencia fit mencio, recessit de lanua et quod tempore quo recessit non erant vendite ultra mine CCCCVL circha grani, et quod postea totum dictum granum venditum fuit per quondam Luchinum de Draperiis et lohanem de Rapallo, absente dicto domino Emanuele.

Et de predictis et cetera48

Non abstringentes se et cetera49

Item quod quondam Luchinus de Draperiis habebat tantam potestatem et bailliam ad vendendum dictum granum, et ita erat principalis pro domino imperatore Romeorum sicut dictus dominus Emanuel Cavasila, et de predictis omnibus et singulis plus et minus prout testes disscant, non abstringentes se ad probandum nixi solum modo ea que sunt necesaria ad vitoriam cause sue...

(AS G, Notai ignoti, Busta C, fasc. 4).

139. – Péra, août-février (...)

Comptes de la succession de feu Geronimus de Promentorio.

Racio fideicomissarie et calege quondam Geronimi de Promentorio.

Die XVIII augusti.

pro cera et medicis et medicamentis

perperi

XXVI

harati

Item die XVI setembris pro
Oberto Graso et Nicolao de
Benevenuto fideicomissario quondam Francisci de Promentorio et sunt pro rebus habitis ad caregam quondam
Francisci

VII

Item die XVIII setembris pro Antonio de Susilia et socio notario et sunt pro facere inventarium et carega

XII

XII

Item die XVIIII setembris pro lohane Granello et sunt quos legavit quondam Geronimo pro testamento sibi debente ducatos X auri

XXV

– –

Item die ea pro dicto lohani et pro resto scoto et pro certis partitis solutis pro quondam dicto

X

Item die ea pro lacobo de
Pomario frabicho et sunt pro ligare unum anelum

II

XVIIII

Item die ea pro quadam femina nomine Catalina et sunt quos dictus quondam legavit pro testamento

III

Item die ea pro una femina que servivit quondam Geronimo

I

XII

Item die ea pro Simone Parisolla carsolario et Penello callegario

II

XV

Item die XXX octubris pro
Agustino de Carmo et sunt pro Pasquali de Pombello pro dimito

VII

XII

Item die ea pro Antonio Carena et sunt quos nobis petit antedictus de quoddam aro

XVIII

VI

Item die XVIIII novembris pro Raffaeli ludice et hoc de mandate domini vicarii

CCCLIIII

Item die XX novembris pro comerchio de pecia una clameloti de grana

II

VI

summa perperi MM CCCLXXXIIII harati II cuprei (?) IIII Restât nobis ut apparet pro racione de superius

perperi CC harati XVIII

(ASG, Notai ignoti, Busta P bis).

Item die XXVIIII februarii pro domino Nicollo Scallia et sunt quos sibi misi ad recipiendum in Baptista Ricio

perperi

D

harati

Item die ea pro dicto Nicollo et sunt quos sibi misi ad recipiendum in Andreas de
Mari

ccx

Item die ea pro Lodixio Portonario et sunt pro censaria cambii

III

XII

Item die ea pro Conrado de
Pastino et sunt pro Paulo de
Promentorio et sunt pro uno aro ut apparet pro una racione misa pro Paulo proprio

VI

XXI

Item die pro Conrado de
Pastino et sunt pro Paulo de Promentorio quos Paulus cepit pro lanua et debet respondere de Nicollo Scalia

CXXV

VIIII

Item die prima martis pro centanariis

L

M

Summa perperi II CCC L XXX VI harati XXV cuprei (?) VI

(ASG, Notai ignoti, Busta L).

Callega facta rerum quondam
Jeronimi de Promentorio facta et scripta per Raffaelem de
Anchona notarium debet nobis racione fidecomissarie

perperi

CCXXXXVI

harati

VI

(AS G, Notai Ignoti, Busta P bis)

Recepimus X augusti in Lodixio
Portonario in toga una viridi sturi ut apparet per inventarium

perperi

X

harati

VI

Item ea die in pluribus personis ut in pluribus partitis de certis rebus vendutis ut apparet per inventarium

XXXVI

XVIII

Item die ea in Mostra iudeo in toga una vermilia foderata

XXXIII

VI

Item die ea in lohane Averna in camixiis VII et bragis quinque et uneta una

XI

XVIII

Item die XVII augusti in Merualdo Salvaigo in iupono uno saie vergate

VI

Item die ea in Baptista Lomellino in stocho uno

II

Item XXXI augusti in Rafaelle de Ancona in toga una nigra et foderatura una vermilia

XXXIII

XX

Item die ea in Antonio de Montenigro in caputeo uno foderato cendati

IIII

XVIIII

Item die ea in Urbano de Monleone in subo uno verde foderato lupo servatico

XXXIIII

Item in Raffaelle de Cucurno in una corrigia cum modico argento et paria duo calligarum

XIII

Item in Antonio Carena in foderatura una orsorum vetera et cotella una eum suo guarnimento et toagrias II magnas

XXXII

Item die ea in Georgio Ricio in uno capucio

II

XIII

Item ea die in Samaria Iudeo in pecia una cotonine

II

XIII

Item ea die in Matheo de Lira sartor in una straponita et uno cosino cum una savastrina et una bocha pani nigri

X

XVIII

Item die ea in Augustino de
Carmo in capono uno dimiti et scaparono uno... vermilie

XV

VIIII

Item in lacobo de Pomario pro una scarsela et uneta V

II

XV

Summa perperi CCXXXXVI harati VI

Notes

1 Georges Pachymeres, Relations historiques, éd. A. Failler, t. 1, Paris 1984, p. 227.

2 G. I. Bratianu, Actes des notaires génois de Péra et de Gaffa de la fin du xiiIe siècle, 1281-1290, Bucarest 1927.

3 M. Balard, La Remanie génoise (XIIe-début du xve siècle), 2 vol., Gênes-Rome, 1978, t. 1, pp. 235-243.

4 M. Moresco-G. P. Bögnetti, Per l’edizione dei notai liguri del secolo XII, Documenti e Studi per la Storia del commercio e del diritto commerciale italiano, Turin 1938, p. 34.

5 R. H. Bautier, Notes sur les sources de l’histoire économique médiévale dans les archives italiennes, dans Mélanges d’Archéologie et d’Histoire publiés par l’Ecole Française de Rome t. LX, 1948, pp. 161-210.

6 G.G. Musso, Nuovi documenti dell’Archivio di Stato di Genova sui Genovesi e il Levante nel second Quattrocento, dans Rassegna degli Archivi di Stato, t. XXVII, 2-3, 1967, pp. 443-496 ; Idem, Fonti documentarie per la Storia di Chio dei Genovesi, dans La Berio, an. VIII, n° 3, 1968, pp. 5-30 ; Idem, Navigazione e commercio genovese con il Levante nei documenti dell’Archivio di Stato di Genova, Rome 1975.

7 G. Pistarino, Le fonti genovesi per la storia del mar Nero, dans Byzantino-bulgarica, t. VII, Sofia 1981, pp. 43-72.

8 Ph. P. argenti, The occupation of Chios by the Genoese and their administration of the island 1346-1566, 3 vol., Cambridge 1958 ; D. Gioffre, Atti rogati in Chio nella seconda metà del XIV secolo, dans Bulletin de l’institut historique belge de Rome, fasc. XXIV, 1962, pp. 319-404 ; P. villa, Documenti sugli Ebrei a Chio nel 1394, dans Atti della Società ligure di storia patria (abrégé ASLI), n.s., t. V, 1965, pp. 117-151 ; G. Pistarino, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Chilia da Antonio di Ponzô 1360-1361, Gênes 1971 ; M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. 1 : Les actes de Caffa du notaire Lamberto di Sambuceto, Paris-La Haye, 1973 ; G. Balbi-S. Raiteri, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Caffa e a Licostomo (sec. XIV), Gênes 1973 ; G. Airaldi, Studi e documenti su Genova e l’Oltremare, Gênes 1974 ; L. Balletto, Genova Mediterraneo, Mar Nero (sec. XIII-XV), Gênes 1976 ; A. Rovere, Documenti delia Maona di Chio (sec XIV-XVI) dans Asli, t. Xix /2,1979 ; M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. 2 ; Actes de Kilia du notaire Antonio di Ponzô 1360, Paris-La Haye, 1980 ; V. Polonio, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (3 luglio 1300-3 agosto 1301), Gênes 1981 ; R. Pavoni, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (6 luglio-27 ottobre 1301), Gênes 1982 ; M. Balard, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro da Lamberto di Sambuceto (11 ottobre 1296-23 giugno 1299), Gênes 1983 ; M. Balard, Notai genovesi in Oltremare. Atti rogati a Cipro. Lamberto di Sambuceto (31 marzo 1304-19 luglio 1305, 4 gennaio-12 luglio 1307). Giovanni de Rocha (3 agosto 1308-14 marzo 1310), Gênes 1984.

9 Archivio di Stato di Genova, Cartolari notarili genovesi (1-149). Inventoria, vol. 1, 2 tomes, Rome 1956-1960.

10 L. Balletto, Genova, Mediterraneo, op. cit., pp. 159-175.

11 ASG, Notaio de Clavaro Donato 1389-1390, n.g. 476. Les actes sont ici présentés sous forme de régestes détaillés.

12 ASG, Notaio de Clavaro Donato ed altri notari ignoti 1405 in 1417, n.g. 542, documents n° 266 et 296.

13 ASG, Massaria Peire 1390 bis, f. 55r ; voir notre Romanie génoise, op. cit., t. 2, p. 901.

14 P. Villa, Documenti sugli Ebrei a Chio, op. cit.

15 M. Balard, Gênes et l’Outre-Mer, t. 1, op. cit., pp. 15-16.

16 D’autres notaires, souvent cités dans les actes de Donato di Chiavari, ont aussi des fonctions officielles ; Anthonius de Casteliono est le scribe de la Massaria (ASG, Massaria Peire 1390 bis, f. 1 r) ; Nicolaus Bonus de Vernacia, recteur du collège des notaires, est assisté par trois de ses confrères.

17 Doc. n° 120 et 121.

18 Doc. n° 103.

19 Doc. n° 66 et 71.

20 Doc. n° 95, 96 et 107.

21 F. B. Pegolotti, La pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass.) 1936, p. 42.

22 Doc. n° 63, 112 et 126.

23 Doc. n° 82.

24 Sur la nouvelle monnaie d’argent des Paléologues, cf. T. Bertele, Moneta veneziana e moneta bizantina, dans Venezia e il Levante fino al secolo XV, Florence 1973, pp. 134-135 et Idem, Numismatique byzantine, éd. fr. par C. Morrisson, Wetteren 1978, pp. 70-71.

25 Voir note n° 10.

26 Le dernier acte de Péra est rédigé le 27 octobre ; les deux actes de Chio, conservés dans la même busta sont du 3 novembre. Le voyage du notaire d’un comptoir à l’autre a donc été extrêmement court.

27 M. Balard, La Romanie génoise, op. cit., t. 2, pp. 758 et 760.

28 G.G. Musso, Navigazione e commercio, op. cit., pp. 243-245.

29 Ce document a été également publié par G. Pistarino, Le fonti genovesi, op. cit., pp. 71-72.

30 ASG Massaria Peire 1390, 1390 bis, 1391, 1402.

31 A. Roccatagliata, Notai genovesi in Oliremare. Atti rogati a Pera e Mitilene, t. 1, Pera 1408-1490, Gênes 1982.

32 Les impératifs économiques du temps nous ont contraint à présenter en régestes les actes notariés, à l’exception de deux d’entre eux pour lesquels un régeste détaillé n’était pas réalisable.

33 Suit notarii, cancellé.

34 Suit aliqui, cancellé.

35 Suit dictus, cancellé.

36 Sic.

37 Suit ideo oppo, cancellé.

38 Suit de duobus solidis pro, cancellé.

39 Suit Raf (faelis), cancellé.

40 Suit pro qua, cancellé.

41 Suit sentencia, cancellé.

42 Suit venditoribus, cancellé.

43 Suit sibi, cancellé.

44 Formules abrégées.

45 Formules abrégées.

46 Formules abrégées.

47 Formules abrégées.

48 Formules abrégées.

49 Formules abrégées.

Notes de fin

i Dans les régestes, ont été respectées les variantes orthographiques d’un même nom.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search