Version classiqueVersion mobile

Le partage du monde

 | 
Michel Balard
, 
Alain Ducellier

Introduction

Michel Balard

Texte intégral

1La recherche historique est souvent stimulée par des commémorations. En organisant un troisième colloque sur la colonisation médiévale, notre Groupement de Recherches n° 927 du Centre National de la Recherche Scientifique (« La colonisation occidentale au Moyen Age : formes, acteurs et conséquences ») a trouvé dans cette tradition un prétexte pour approfondir la recherche sur la question, longtemps esquivée ou négligée, de la continuité ou de la discontinuité entre les principes et les procédés de colonisation médiévaux et modernes.

2Le 7 juin 1494, sous les auspices du pape Alexandre VI, était signé entre le Portugal et la Castille le traité de Tordesillas qui, mieux que celui d’Alcaçovas quinze ans plus tôt, donnait l’exemple d’un partage géographique d’espaces à coloniser. Certes il était la conséquence de la grande découverte de Christophe Colomb et intéressait essentiellement des zones extra-méditerranéennes. Mais l’idée d’un partage officiel ne trouvait-elle pas son origine dans le conflit entre deux puissances aux fortes affinités méditerranéennes, dans les partages de facto de la mer intérieure en zones d’influence, à la suite des longues guerres coloniales ayant opposé Gênes à Venise aux derniers siècles du Moyen Age ? En choisissant le thème du partage du monde, c’est en fait toute l’expansion occidentale dans sa diversité que nous souhaitions examiner, sans négliger ses premières formes que furent les croisades, abondamment commémorées à l’occasion du neuvième centenaire de l’appel de Clermont.

  • 1 M. Balard (sous la direction de), Etat et colonisation au Moyen Age et à la Renaissance, Lyon, éd. (...)

3 Comme nous avions essayé de le montrer dans les deux volumes issus de nos deux premiers colloques1, la colonisation médiévale doit prendre en compte la diversité de ses acteurs, dans leurs attaches géographiques, politiques, sociales et économiques. Individus isolés, groupes privés tels les mahones génoises, communautés rattachées à une république maritime ou à un Etat monarchique en voie de centralisation sont à l’origine de formes de colonisation différentes : petit établissement d’outre-mer aux horizons limités pour les premiers, comptoirs quasi autonomes pour les seconds, colonies dirigées plus ou moins fermement par la métropole pour les troisièmes. D’où la nécessité d’une étude comparée pour éviter de ranger sous les mêmes concepts des réalités souvent bien éloignées les unes des autres.

4Toute entreprise de colonisation entraîne des déplacements d’hommes. Les flux migratoires ont été constants dans le monde méditerranéen : marins et marchands, soldats et aventuriers, artisans et missionnaires, partant pour un voyage et qui, parfois, se fixent outre-mer. Mais ces flux n’intéressent pas seulement les métropoles, foyers de l’expansion. Ils influencent aussi d’autres groupes humains, proches ou lointains, à leur tour stimulés par la communauté ou l’Etat qui en prend l’initiative. Les Placentins se glissent derrière les Génois, les citadins de la basse plaine du Pô derrière les Vénitiens. La colonisation a un effet d’entraînement dont il faut prendre la mesure.

5Mais peut-on parler pour la fin du Moyen Age d’un véritable projet de colonisation ? Autant l’on en admet d’emblée l’existence pour les Temps modernes, autant l’on en doute pour l’époque médiévale. Force est d’examiner avec soin la correspondance des offices centraux des métropoles avec leurs représentants outre-mer, de repérer aussi à travers les chroniques citadines en quels termes sont évoquées l’expansion et l’installation outre-mer, de voir enfin les réactions de l’Autre, que ce soit Byzance ou le monde musulman. Leur interprétation de la colonisation occidentale donne une image, certes biaisée, des motivations qui la conditionnent.

6Au premier rang de celles-ci figurent, l’on s’en doute, des raisons économiques : recherche de nouveaux marchés, effort pour s’approprier des espaces agricoles ou des ressources minières, ou pour utiliser des potentiels humains disponibles pour la guerre ou tout simplement pour les services domestiques. Il y a là des continuités entre époque médiévale et Temps modernes : l’économie de plantation est en germe dans l’expansion occidentale du Moyen Age et la recherche des matières premières ou des métaux précieux est déjà un stimulant pour les hommes d’affaires italiens ou ibériques.

7 En revanche, les discontinuités l’emportent en apparence, lorsque l’on s’en tient au type d’expansion que symbolise la croisade, dont la disparition signalerait le passage du Moyen Age aux Temps modernes. Une disparition qui est loin d’être prouvée, puisque l’on s’accorde aujourd’hui, avec J. Riley-Smith ou Alphonse Dupront, à suivre la persistance de l’idée de croisade jusqu’à l’époque contemporaine. Malgré tout s’impose une étude comparée des modalités et projets religieux et culturels qui sous-tendent les entreprises coloniales. La propagation de la mission par les ordres mendiants du XIIIe siècle est-elle du même ordre que les efforts missionnaires déployés en Amérique latine ?

8Enfin, un problème majeur rapproche les colonisations médiévales et modernes : le choc en retour de la colonisation sur les structures politiques, économiques, sociales, voire mentales des métropoles et Etats colonisateurs. Les acteurs de l’expansion s’organisent-ils en groupes de pression pour orienter la politique des gouvernants en fonction de leurs intérêts outre-mer ? quelles conséquences a l’importation des matières premières et denrées coloniales sur l’activité économique des métropoles ? les flux migratoires sont-ils à double sens, apportant aux puissances coloniales les prémices d’une immigration étrangère ? tels sont les éléments d’une thématique neuve qu’une articulation entre Moyen Age et Temps modernes permet de mieux cerner.

9Il va de soi que, en dépit du concours de spécialistes éminents présentant des méthodes, des problématiques et des résultats propres aux écoles historiques les plus diverses, nous ne prétendons pas avoir posé toutes les questions sous-jacentes au problème de la colonisation médiévale. Puisse au moins le lecteur, grâce à l’angle d’approche choisi, comprendre que le phénomène colonial n’est pas né avec la découverte de l’Amérique, mais que bien des formes institutionnelles, sociales, économiques et culturelles de la colonisation préexistent et constituent d’incontestables précédents médiévaux de la colonisation moderne !

Notes

1 M. Balard (sous la direction de), Etat et colonisation au Moyen Age et à la Renaissance, Lyon, éd. de la Manufacture, 1989 ; M. Balard, A. Ducellier (sous la direction de), Coloniser au Moyen Age, Paris, A. Colin, 1995.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search