Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 167-170


Texte intégral

1Depuis le congrès de Tours de 1920, l’ombre portée du Parti communiste pèse sur l’existence du Parti socialiste SFIO. Soumis à la surenchère révolutionnaire de celui-ci, dénoncé selon les moments comme social-traître ou social-fasciste, il se préoccupe moins de tracer sa propre voie que d’apparaître aux yeux de la classe ouvrière comme pur de toute compromission avec la bourgeoisie. Difficile à accepter lorsque le Parti communiste n’est qu’une secte isolée dans la nation, un groupe réduit d’agitateurs, cette situation devient franchement insupportable lorsque le communisme apparaît en position dominante au lendemain de la Libération.

2Car, comme le montre Philippe Buton, aux yeux des communistes, la SFIO est le mal absolu, le parti qui conduit le prolétariat dans les ornières du réformisme et qu’il s’agit à tout prix de réduire, soit en minorant, voire en ignorant son existence, soit en l’absorbant, soit, lorsque cette dernière hypothèse s’avère irréalisable, en le condamnant fermement. Or, face à cette volonté déterminée, le Parti socialiste fait preuve d’un angélisme désarmant. Refusant de considérer la réalité, il vit comme un remords permanent son rôle de parti de gouvernement rallié à la démocratie pluraliste et ne rêve que d’un avenir radieux qui verrait enfin comblé le fossé du congrès de Tours.

3Entre un communisme monolithique, décidé, discipliné, mettant en œuvre sans état d’âme une stratégie d’anéantissement du socialisme et une SFIO paralysée par sa crainte de trahir la classe ouvrière, la partie est évidemment inégale.

4Elle se joue d’abord au plan des appareils politiques. En saisissant au bond la balle longtemps refusée d’un comité d’entente socialo-communiste lancée par Daniel Mayer dès l’automne 1943, le PC entraîne son partenaire dans l’engrenage de l’« union » conflictuelle, dont Jean Vigreux nous décrit les péripéties. Il s’agit, comme au temps d’Albert Treint, de « plumer la volaille socialiste » en agitant la carotte de l’unité organique ou tout au moins de l’unité d’action qui n’empêche nullement les communistes de combattre leurs partenaires, dénonçant leurs protestations comme des preuves de leur trahison. Mais la volaille refuse de se laisser plumer et la SFIO met fin en septembre 1946 à une entreprise où elle est une dupe.

5L’épisode réveille chez les socialistes un anticommunisme, assoupi depuis l’entre-deux-guerres, dont Jean-Jacques Becker étudie les caractères spécifiques. On n’est nullement en présence d’un anticommunisme primaire, puisque celui-ci est réfléchi, solidement argumenté, appuyé sur des faits attestés. Mais il n’en reste pas moins que cet anticommunisme est honteux, en particulier chez un Daniel Mayer qui se défend de céder à ce sentiment indigne, tout en critiquant vertement les frères séparés. D’autant que les socialistes sont piégés puisque toute réserve à l’égard des communistes apporte aux yeux de ces derniers la preuve de leur trahison envers la classe ouvrière.

6La classe ouvrière ? C’est là le terrain principal où se joue la lutte d’influence entre les deux partis « prolétariens », c’est le groupe qu’il s’agit de conquérir pour couper l’herbe sous le pied du concurrent. C’est pour coller à la classe ouvrière que les socialistes soutiennent systématiquement les grèves entre 1945 et 1947, plaçant en porte-à-faux à la fois le Parti communiste qui refuse fermement toute augmentation de salaires et les ministres issus de la SFIO qui partagent la même conception. Éric Mechoulan analyse avec finesse les étapes du chassé-croisé qui se produit à partir de mai 1947, lorsque les communistes changent de politique, soutenant à leur tour les revendications ouvrières avant de les utiliser à partir de novembre pour déclencher contre le gouvernement une guerre civile larvée. Dès lors, les socialistes sont pris en tenaille entre la volonté de ne pas laisser aux communistes le monopole de l’appui aux grèves ouvrières et la nécessité de soutenir leurs ministres au pouvoir pour empêcher leur déstabilisation. Mais, à ce jeu, les communistes sont victorieux, apparaissant comme les soutiens les plus efficaces des luttes sociales et disposant d’ailleurs de l’incomparable instrument d’action sur les ouvriers que constitue la maîtrise de la CGT.

7Michel Dreyfus explique de manière lumineuse la manière dont les communistes s’emparent de la centrale syndicale en conduisant une stratégie de noyautage systématique, en faisant agir des communistes avoués ou déguisés qu’ils placent aux leviers de commande, en faisant bon marché de la vieille doctrine de l’indépendance du syndicat par rapport au parti politique. Encore une fois, le socialisme apparaît paralysé en face de cette détermination résolue. Empêtré dans la théorie de l’indépendance syndicale, il n’ose guère soutenir ses partisans ouvertement, créant d’éphémères Groupes socialistes d’entreprise pour combattre l’influence communiste.

8Denis Lefebvre montre que la marginalisation progressive des socialistes au sein de la CGT conduit inéluctablement à la scission de décembre 1947 et à la création par les minoritaires de Force Ouvrière. Et là encore, refusant d’imiter le Parti communiste, le Parti socialiste qui a aidé la nouvelle confédération, qui en soutient par ses militants et sa presse les premiers pas, ne lui apporte qu’un soutien honteux et déguisé, auquel répondra la forte exigence de l’indépendance par rapport à la SFIO de la centrale de Jouhaux et Bothereau.

9En 1948, face à ses frères ennemis du Parti communiste, le Parti socialiste a perdu la partie. Il l’a perdue dans l’opinion, il est vaincu dans la guerre des représentations, il a laissé échapper le syndicat le plus représentatif, il a dû abandonner aux communistes le rôle de « parti de la classe ouvrière ». Il est sur la route d’une marginalisation dont seule la roue de l’histoire lui permettra de sortir en plaçant le communisme en contradiction avec le siècle.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.