Version classiqueVersion mobile

Le parti socialiste entre Résistance et République

 | 
Serge Berstein
, 
Frédéric Cépède
, 
Gilles Morin
, 
et al.

Un nouveau parti pour le socialisme

Introduction

Marc Sadoun

Texte intégral

1Les paradoxes ne manquent pas en cette période de recomposition des forces politiques. Le Parti socialiste n’existait plus après la défaite, ses parlementaires et ses cadres s’étaient déchirés sur la question du pacifisme et sur le vote des pleins pouvoirs, sa belle organisation s’était brusquement délitée ; quatre ans après, il retrouve, à la première Assemblée nationale constituante, ses effectifs de 1936. Actif dans la Résistance, plus qu’on ne le pense habituellement, il laissait pourtant le souvenir d’une formation occupée par la sauvegarde de ses intérêts particuliers ; à la Libération, il peut apparaître comme le point de ralliement de tous les républicains qui s’inquiètent de l’emprise communiste. Son idéologie ne se distingue en rien de celle de la Résistance, il est en 1944 le « maître de l’heure » ; deux ans plus tard, il n’est plus que la troisième formation politique du pays, engagé dans un déclin dont il ne se relèvera que bien plus tard, sous la Ve République. Il se veut pleinement socialiste et pleinement révolutionnaire, au point de refuser de voter, pour la première fois de son histoire, le rapport moral de son secrétaire général, Daniel Mayer, mais sous la direction de Guy Mollet il devient le parti du système.

2Ce sont ces paradoxes que contribuent à éclairer les contributions qu’on va lire. Au-delà des scansions électorales, au-delà même des évolutions profondes engendrées par la guerre et l’occupation, le Parti socialiste épouse étroitement le rythme de la vie politique française. Depuis le congrès de Tours, il se débat sans doute entre la tentation du retrait et celle de l’intégration, de la conquête révolutionnaire et de l’exercice pacifique du pouvoir. Mais depuis le congrès de Tours aussi, il n’échappe pas à une logique qui l’a conduit du simple soutien à la participation gouvernementale. A la libération, au moment où leurs idées s’imposent, les socialistes n’ignorent pas le prix de leur victoire.

3Comment préserver l’identité d’une doctrine quand celle-ci est partagée par le plus grand nombre ? Comment se présenter comme l’avant-garde d’un mouvement que le Parti communiste prétend incarner avec plus de légitimité ? Quelles parts respectives laisser à la démocratie et au socialisme ? Chacune de ces questions réduit la marge de manœuvre des socialistes, les oblige à un exercice difficile de conciliation et d’arbitrage. D’où ces mouvements contradictoires, ces allers et retours dont les textes qu’on va lire donnent de multiples illustrations : l’ambivalence de l’idée analysée par Daniel Lindenberg, les hésitations sur le nom et le sigle, la tentation du repli sur l’organisation étudiées par Frédéric Cépède ; l’absence de réelle ouverture malgré l’extrême rigueur de l’épuration des cadres qui laisse peu de place au pardon (Noëlline Castagnez-Ruggiu et Gilles Morin) ; les lectures successives, de rassemblement puis d’exclusion, qui sont données de la nation, de la République, du peuple (Nicolas Roussellier).

4C’est que ce Parti, on le voit bien à la lecture du texte de François Lafon, n’est pas un. Il est une composition originale de plusieurs pays, de petites et de grandes fédérations, de traditions guesdiste et jauressienne ; ses militants n’ont pas partagé les mêmes expériences de la Résistance, les uns engagés dans les mouvements, les autres dans l’action politique, les autres encore, les plus nombreux, réfugiés dans l’attentisme. Partie du tout, il est lui-même composé de plusieurs entités qui continuent de s’opposer sur les valeurs du temps et de la réforme. On a cru parfois résumer ces contradictions en une formule : l’opposition de la théorie et de la pratique. Plus que toute autre formation, le Parti socialiste illustrerait la longue difficulté à adapter son discours à sa pratique, s’enfermerait dans le confort du vocabulaire révolutionnaire pour mieux masquer son engagement réformiste. Juste à certains égards, le jugement ne peut pourtant expliquer la complexité des mouvements que l’on constate, en particulier à la sortie de la guerre. L’attachement à l’utopie socialiste ne s’accommode pas, au moins pour la majorité des militants, du sacrifice de la démocratie. Jaurès le disait, Blum le répétait au congrès de Tours, la fin ne justifie pas les moyens, le pouvoir n’a pas de valeur en soi, la République associe la sauvegarde de la liberté négative et l’exigence de liberté positive, la valeur de l’individu et celle du collectif. Chacune de ces compositions ouvre sur des solutions difficiles, jamais pleinement satisfaisantes. Lorsqu’il faut préserver la démocratie, les élites du Parti font taire leur utopie ; lorsque la démocratie suit son cours, elles déploient sans mesure leur drapeau : voilà pour les belles idées. Lorsque le chemin apparaît clair et droit, comme à la Libération, le discours apparaît homogène et congruent avec la pratique ; lorsque le Parti au contraire doit préserver ses positions sur sa droite comme sur sa gauche, il navigue à vue, oubliant les travers de l’allié communiste, enfermant sans grande précaution le gaullisme dans le camp du fascisme ; voilà pour les petitesses de la lutte. C’est la richesse de la période étudiée et l’intérêt de cette étude : au-delà du socialisme, elles permettent de mieux comprendre quelques traits essentiels de la démocratie française.

Affiche de Paul Ordner pour le Parti socia liste. Élections à l’Assemblée constituante, d’octobre 1945. Format : 0.80 x 0.60 m.

Affiche de Paul Ordner pour le Parti socia liste. Élections à l’Assemblée constituante, d’octobre 1945. Format : 0.80 x 0.60 m.

Table des illustrations

Titre Affiche de Paul Ordner pour le Parti socia liste. Élections à l’Assemblée constituante, d’octobre 1945. Format : 0.80 x 0.60 m.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/80822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search