Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Conclusion

De la technique à l’artisan : l’archéologue entre archive du geste et mémoire du savoir-faire

Fanny Bouché, Liora Bouzaglou, Alexandre Pinto et Prune Sauvageot

Texte intégral

1Il y a des dizaines d’années maintenant que l’attention des archéologues s’est portée tout particulièrement sur la restitution des savoirs et des savoir-faire des sociétés anciennes à travers leurs productions matérielles. Pour mener leurs analyses, les archéologues ont su déployer un panel de méthodes afin d’éclairer les gestes techniques et les choix de ces artisans du passé, dont l’empreinte s’est cristallisée au sein de vestiges, aujourd’hui entre nos mains. Envisager la technique en tant que dialogue et jeu subtil entre matériel et immatériel, microscopie et macroscopie, présence et absence, a engagé tout un processus d’enquêtes et d’investigations sur la piste de ces artisans. Suivre leurs traces, les esquisser, les interpréter, c’est restituer la mémoire des savoirs et l’archive des gestes, inhérents à ces sociétés anciennes dont la compréhension actuelle peut devenir une véritable ressource. Ainsi, la thématique de cette journée « Artisanat et savoir-faire. Archéologie des techniques » détient un double sens, une polysémie manifeste sur l’archéologie des techniques en tant que discipline, mais également sur les techniques et méthodologies développées pour éclairer ces dernières. L’archéologie des techniques s’attache donc à étudier des systèmes dans lesquels sont compris de nombreux paramètres, et ce, de l’individu à l’objet fini en prenant en compte les matières premières, le contexte de transformation, les outils utilisés, l’objet transformé, son utilisation et son abandon. C’est ici que demeure toute la richesse de ce thème, car la production matérielle de ces artisans suppose bien plus que l’artéfact lui-même. Elle inclut toute sa chaîne opératoire et renvoie au savoir-faire, aux gestes employés, à une organisation économique et à un environnement et milieu social précis ; en somme à une culture, dans toute la complexité que ce terme évocateur, mais problématique, implique. Ces questions techniques nous offrent toute une réflexion sur les mots, sur les choses et sur la manière de décrire les gestes et de façonner des concepts qui décloisonnent nos aprioris et construisent notre discipline.

2C’est dans ce contexte et cette perspective que la 14e édition des journées doctorales d’Archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’est déroulée le mercredi 22 mai 2019, au sein de l’Institut d’art et d’archéologie. La thématique abordée lors de cette rencontre – véritable lieu d’échange, de partage et d’étude – fut l’objet d’un fort engouement, permettant de rassembler une équipe de communicants composée de dix participants. Autour de ce thème central, nous avons pu apprécier l’envergure et la qualité des réflexions par le biais des travaux et thèses de nos participants qui ont su relever avec brio les enjeux soulevés par cette problématique. Cet événement qui se déroule annuellement est une opportunité que les doctorants ont saisi afin de mettre en lumière leurs objets d’étude et présenter l’avancée de leurs travaux. Les différentes interventions ont permis aussi bien d’approfondir les techniques des artisans du passé que les techniques modernes mises en œuvre pour restituer ces dernières. C’est tout un monde, du geste de l’artisan à la reconstitution des savoir-faire en passant par la conceptualisation de l’artisanat, qui s’ouvre à l’archéologie au travers de cette rencontre, où sont venus nombreux confrères doctorants, chercheurs et enseignants.

3Ouvert nationalement, la journée fut confiée au soin de notre modératrice, en la personne d’Isabelle Rodet-Belarbi (Inrap), que nous remercions chaleureusement pour son implication quant à l’articulation des diverses communications et la rédaction de l’introduction de ce volume. Cette journée doctorale fut également une première, dans le sens où les doctorants eux-mêmes purent décider – au moyen d’un vote – du sujet de cette journée, reflétant ainsi que l’intérêt attaché au sujet était partagé par tous. Les écoles doctorales françaises ont répondu présentes, parachevant l’exercice de rayonnement de cette manifestation (École doctorale d’archéologie de Paris 1, mais également EPHE, Sorbonne Université ou encore université de Lausanne).

4Nous souhaitons également présenter nos remerciements tout particulièrement à Hélène Criaud, responsable administrative de l’École doctorale (ED 112) qui par son investissement, la qualité de son assistance, a su guider tant l’organisation pratique de la journée doctorale, que l’écriture de cette publication. Précisons que c’est à la faveur du soutien financier de l’ED 112, ainsi que du collège des écoles doctorales de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne que cet événement perdure et se pérennise, nous offrant une fructueuse session 2019. Bien sûr, il est évident que nous remercions l’initiateur de cette journée doctorale sans qui tout ceci ne pourrait avoir lieu, Pascal Butterlin, directeur de l’École doctorale d’archéologie et professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, qui veille à la pertinence technique, notre propre savoir et savoir-faire, tant par son enseignement que par nos collaborations présentes et futures. Un grand merci aussi aux directeurs de thèse de nos participants ayant relu et corrigé leur communication et articles respectifs, aboutissant par leur investissement la valeur que nous souhaitions apporter à cette publication.

5La journée doctorale fut constituée de onze présentations orales, divisée en quatre sous-thématiques : la construction (bois, terre, briques crues), la métallurgie (orfèvrerie, sidérurgie, etc.), les techniques agraires (vinification, mouture et dépicage des céréales), et les objets techniques du quotidien (outillage lithique, osseux et céramique). Cette diversité mettait à l’honneur le thème transversal, fil conducteur de cette journée, la technique et son cheminement méthodologique. Le présent volume regroupe dix articles, directement issus de chacune de ces communications. La profondeur chronologique des interventions a couvert une période allant du Paléolithique supérieur jusqu’à l’époque moderne. L’empreinte géographique, toute aussi vaste, s’étend du continent Américain jusqu’en Afrique, en passant par la Méditerranée et l’Europe.

6Cette démarche multiscalaire a trouvé écho au sein des objets d’étude des communicants. Les vestiges matériels étudiés comprenaient aussi bien les aires de productions tels que les lieux d’extraction et/ou de transformation ainsi que celles de consommation. Des preuves directes telles que des structures associées aux lieux nous permettent d’aborder les problématiques relatives aux questions suivantes : qui produisait ? où ? comment ? quelles productions ? Et enfin : pour qui ?

7Ces aires d’activité – dont la matérialité n’est souvent que reflétée par l’objet qui y fut produit – nous fournissent des éléments essentiels quant à la compréhension de l’artisanat et de la société dans laquelle elles s’insèrent. Souvent, des indices des productions nous parviennent tels que les déchets de fabrication, les ratés, les scories ou encore un matériel allogène aux sites étudiés, mais sans aucune trace d’ateliers… Ce jeu entre la matérialité de l’objet et l’immatérialité de l’action se cristallise non seulement dans la reconstitution des lieux de production, mais également dans la restitution d’artisanat invisible. Invisible, car ne laissant aucune marque de leur nature périssable, hormis les traces laissées sur l’objet produit. Toutes les activités techniques impliquent une succession chronologique et engagent des modifications visibles ou invisibles. Les objets produits portent donc les stigmates des méthodes de transformation – de l’extraction de la matière première aux finitions – et des outils employés par leurs façonneurs. Qu’il s’agisse de constructions, d’aménagements ou d’objets à proprement parler, les communicants se sont tous attachés à la compréhension de l’acte technique et de son empreinte sur l’environnement matériel des hommes.

8La chaîne opératoire, véritable colonne vertébrale de ce thème, fut à l’honneur dans toutes les contributions proposées présentement. La reconstruction, et parfois déconstruction, de cette dernière, engage tout un champ théorique dont les prémisses se sont dessinées dès les années 1960 et n’ont jamais cessé de se développer depuis ce jour (Leroi-Gourhan, 1964 ; Haudricourt, 1968 ; Creswell, 1972 ; Gilles, 1978 ; Lemmonier, 1976 et 1983 ; Balfet, 1991, etc.). L’élaboration de la technologie et la formalisation d’une École française reconnue internationalement a sous-entendu une lecture technologique de l’objet consistant à rechercher des stigmates caractéristiques des gestes et du savoir-faire. La recherche méthodologique, le développement des concepts, des procédures d’étude et la mise au point des outils d’analyse fondamentaux se sont largement développés et s’axent particulièrement sur la complémentarité des méthodes utilisées. Parmi elles, et récurrentes au sein des communications proposées, nous retrouvons la technologie, qu’elle soit appliquée à la pierre taillée, à la céramique, aux matières osseuses et aux métaux ou encore au bois et à la terre etc. Aussi, ces recherches s’appuient sur des référentiels expérimentaux et ethnoarchéologiques ; ces méthodes peuvent être couplées avec des analyses archéométriques (métaux, céramiques, verres, ressources lithiques, etc.).

9Ces descriptions, caractérisations et interprétations ont engendré l’élaboration d’un vocabulaire propre et la formalisation de concepts tels que l’artisanat, ses modes de production – notamment la spécialisation – ou encore son organisation. Parfois, et au travers des différents exemples développés, les techniques s’expriment par des concepts et des mots dont la valeur sémiotique devance nos objets d’études. La présente contribution engage donc une réinterrogation des dichotomies et topoï bien ancrés et met judicieusement en garde contre le caractère potentiellement réductionniste de certaines classifications, qui tend à limiter notre vision sur la diversité des pratiques anciennes. C’est ainsi, et tout en ayant conscience des biais et limites méthodologiques de notre discipline, que les communicants célébraient la technique ; de l’artéfact oublieux à la production prestigieuse, dans ses silences et ses absences, dans ses certitudes et ses contradictions ; en résumé, une multitude de méthodes pour décrire une variété de gestes et de savoir-faire au cours du temps et à travers l’espace.

10Commençons par le Nord de la France où Benjamin Jagou, au travers d’une approche archéométrique, aborde l’importance de la place du charbon de terre au travers notamment de l’exemple de la chaine opératoire du fer, de l’Antiquité au second Moyen-Âge. Initiée par des découvertes régulières de charbon de terre depuis 2008, réalisées par les activités de l’archéologie préventive dans la région Nord-Pas-de-Calais, l’auteur a orienté son étude dans le sens de l’approfondissement et de la réflexion autour des caractéristiques propres à cette ressource. L’article de Benjamin Jagou s’ouvre à de nouveaux axes de réflexions afin de déterminer la place du charbon et son apport dans les contextes antiques, médiévaux et modernes, notamment par la mise en place d’un travail d’inventaire et de cartographie des occurrences de ce combustible. Il identifie ainsi les informations distinctives des restes de charbons de terre telles que leur provenance, leur utilisation, les causes et conséquences de leur usage tout à la fois par des analyses terrain quantitatives, qualitatives et chimiques. Profondément pluridisciplinaire, la singularité de son travail est de réunir un panel de domaines archéologiques capables de sublimer l’intérêt porté au matériau du charbon de terre au sein du processus artisanal tout en explorant de nouvelles voies d’interprétations quant aux raisons qui ont favorisées son emploi.

11Toujours dans la sphère métallurgique, mais cette fois à plus de 900 km à vol d’oiseau de la France septentrionale, Rita Solazzo aborde dans son article les techniques de décoration des ceintures métalliques de l’âge du Fer en Italie du Nord. Son étude portant sur les différentes techniques de décorations utilisées sur les ceintures et crochets métalliques en bronze lui permet, par une approche techno-typologique, de mettre en évidence des particularismes régionaux quant à l’utilisation de techniques spécifiques et de définir des centres de productions.

12Dans son article portant sur l’étude de la métallurgie à l’époque mycénienne, à travers l’exemple d’un four à coupellation utilisé pour le raffinage de l’argent découvert sur le site d’Argos (Grèce), Philippe Baeriswyl aborde les procédés métallurgiques, ainsi que des thématiques s’articulant autour de la spécialisation artisanale. L’exemple développé permet, en plus de tirer des conclusions liées à son fonctionnement, de tenter de restituer une ébauche d’un réseau d’échange allant du combustible au produit fini. L’étude du four à coupellation d’Argos témoigne, selon l’auteur, d’un savoir-faire métallurgique avancé ainsi que d’une spécialisation de l’activité artisanale.

13En abordant la fabrication de la brique moulée au Soudan antique, Gabrielle Choimet présente et légitime l’emploi des sources contemporaines obtenues au travers d’une étude ethnoarchéologique. Cette enquête lui permet une observation des techniques traditionnelles. Ce choix est justifié par la grande continuité en termes de plans, de matériaux et de techniques utilisées dans l’architecture soudanaise. L’étude des processus de fabrication des briques et de leur mise en œuvre permet donc d’éclairer l’ensemble des étapes de la chaine opératoire depuis les stratégies d’acquisition des matériaux jusqu’à l’objet fini en interrogeant les notions de connaissances, l’évolution des techniques ou encore la circulation des matières premières et des artisans.

14Dans une même perspective ethnoarchéologique, Souhair Alkalesh aborde la fabrication et l’utilisation du tribulum, outil lié à la pratique de l’agriculture, dans le monde égéen à l’Âge du Bronze. Cet outil est à mettre en lien avec ce que l’on nomme la révolution néolithique. Les observations ethnoarchéologiques présentées par l’auteure permettent d’aborder les étapes de fabrication du tribulum, notamment celles relatives à la fabrication des lames dites « cananéennes » qui induisent un haut niveau de technicité et un savoir-faire spécialisé. Ces lames évoquent notamment le caractère imprévisible de certaines techniques, leur disparition et réapparition. Cet investissement technique dans la réalisation d’un outil agricole, amène Souhair Alkalesh à questionner le statut de l’outil. Elle aborde à la fois les questions relatives à la chaine opératoire, aux savoir-faire spécialisés ainsi qu’aux statuts des objets, et, au-delà, la notion de prestige.

15Paul Bacoup nous a présenté sa méthode d’analyse et quelques résultats préliminaires sur les transmissions culturelles et les choix d’individus dans le domaine de constructions architecturales au sein du Tell de Petko Karavelovo en Bulgarie. Ses objets d’étude sont le bois et la terre à bâtir choisis par les artisans pour élaborer des maisons occupées et réinvesties tout au long du Chalcolithique. Sa méthodologie s’intéresse à la composition des fragments de terre à bâtir ainsi qu’aux essences et à la morphométrie des pièces de bois et leurs négatifs. Son approche technologique qui s’accompagne d’études pluridisciplinaires intègre chaque matériau dans une chaine opératoire depuis l’approvisionnement, en passant par leur préparation, jusqu’aux manières de les appliquer pour établir les murs, les planchers et les fondations des bâtiments. La mise en évidence de constantes culturelles, notamment par la pérennité des techniques employées pour établir ses différents éléments – comme les murs par la méthode du torchis sur clayonnage –, contraste avec une variabilité des modes d’agencement des matériaux au sein des maisons. Ces changements sont interprétés par l’auteur comme des choix personnels des bâtisseurs relevant à la fois de leur conception de l’espace, de leur sensibilité esthétique et de leur propre apport culturel.

16L’article de Chloé Chaigneau, portant sur l’artisanat, les femmes et la mouture en Grèce ancienne s’est tout particulièrement intéressé aux problèmes de définition inhérent à l’artisanat. À travers l’exemple de la mouture, Chloé Chaigneau nous propose une réflexion sur les effets de sources et le manque documentaire de certaines techniques, notamment sur les activités artisanales en contextes domestiques. Leurs interprétations, emprunts de modèles socio-économiques très lourds se doivent d’être nuancées. En se concentrant sur des aspects purement techniques, en combinant sources écrites, iconographiques et archéologiques et en revenant aux termes antiques, l’auteure déconstruit les barrières épistémologiques sur les notions d’artisanat, et plus particulièrement sur la spécialisation technique, pour envisager des modèles alternatifs, plus fidèles à la réalité archéologique observée.

17Souvent considérée comme parent pauvre de la céramologie, Alicia Espinosa aborde la question de la place de la céramique non décorée au sein des problématiques culturelles par l’étude des traditions techniques attachées à deux populations coexistantes du Nord du Pérou durant la Période Intermédiaire Ancienne (de 200 av. J-C. à 600 apr. J.-C). Son article s’articule autour de deux groupes ethniques que sont les Virú-Gallinazo et les Mochica, afin de réenvisager les hypothèses théoriques et typologiques qui déterminaient, jusqu’alors, leurs traditions domestiques au travers de la production potière et plus précisément de la céramique non décorée. L’étude technologique d’Alicia Espinosa intègre des notions variées : technologiques, sociologiques et ethnoarchéologique, mêlant au sein d’une même réflexion, la révision de la situation de l’assemblage des céramiques non décorées dans le quorum du matériel archéologique, et études spécifiques des traditions techniques associées à ces deux populations. Elle parvient ainsi à mettre en place une approche comparative qui suit l’évolution technologique et ma production traditionnelle de ces peuples, afin d’en dessiner la trajectoire et l’impact sur l’histoire artisanale de leur région, tout en ajustant la place et le potentiel informatif de la céramique non décorée dans son contexte archéologique.

18Natacha Caurette nous a présenté dans son article sa méthode d’analyse permettant d’appréhender le travail du cuir au sein de la culture solutréenne (25-23 000 cal B.P). L’environnement du Dernier Maximum Glaciaire est présenté comme un postulat ayant extrêmement influencé ce domaine d’activité dans l’économie globale de ces chasseurs collecteurs contraints de se parer contre le froid. Les peaux animales étant des matières périssables, ce sont des témoins indirects, ayant potentiellement servi à les travailler, qui sont analysés. Ses objets d’études sont les industries lithiques et osseuses issues de deux sites, Combe Saunière et le Fourneau du diable (Dordogne), observés sous l’angle de la tracéologie. Par l’analyse des usures anthropiques, cette méthode lui permet de déterminer la fonction et le fonctionnement de l’outillage ainsi que des procédés techniques au sein d’une chaîne opératoire du traitement du cuir. Par ailleurs, la complémentarité d’utilisation de deux grandes catégories de matériaux, silex et matière dure animale, est rendue envisageable par comparaison avec des exemples ethnographiques où cette activité est prégnante, comme pour les groupes Athapascans d’Amérique du Nord. L’approche ethnoarchéologique développée par l’auteure permet également d’ouvrir les champs des possibilités concernant des gestes techniques propres à cet artisanat.

19Enfin, Benjamin Ballester aborde dans son article, les techniques, les savoir-faire et la conception d’un type du harpon sur la côte d’Atacama, région située au nord du Chili actuel. Dans son étude il développe une réflexion autour des moyens d’adaptation d’un groupe communautaire à travers leur univers matériel. Il s’applique à la transcription des évolutions techniques de plusieurs types de harpon qui présentent des adaptations rendant compte d’une stratégie globale de survie dans un environnement à la fois maritime et désertique. La manière dont ce groupe se dissocie des traditions andines, et la qualité de leur développement technologique laisse apparaître une forte capacité d’organisation et de réalisation. Au travers de ces axes d’observation Benjamin Ballester parvient à remonter le fil domestique et quotidien de ces populations par la détermination de l’utilisation des ressources, ainsi que par l’analyse des dépôts, fragments, déchets, ébauches et individus archéologiquement complets. Il explore les chemins qu’ont alors parcourus ces groupes et le périple qui les animaient dans leur chasse, au travers de l’armement dont ils se munissaient pour l’exercer, et tout particulièrement de la transformation progressive du harpon.

20À l’issu de cette journée, un mot se devait d’être prononcé, celui du dialogue. De la scorie à la sculpture cérémonielle en passant par le creuset et le mortier, ces vestiges matériels parlent. En cela, loin de la simple prosopopée, notre discipline a fait le pari de raconter l’objet, des histoires, des biographies, des vies. Le dialogue interdisciplinaire constitue dès ses prémisses, la pierre angulaire de l’archéologie des techniques. Les problématiques développées nous offrent de nouvelles réflexions sur les modalités d’étude et de mise en valeur de ces techniques anciennes, parfois oubliées, tantôt redécouvertes ou qui perdurent contre toute attente. En ce sens, l’étude des techniques fournit un exemple puissant, à la frontière entre archéologie, anthropologie, histoire, ethnologie et sciences naturelles, capable de restituer des fragments de mémoires, des tessons d’histoire. Comprendre le rôle des artisans et de leur production c’est esquisser la fabrique de ces sociétés. Cette publication, c’est aussi une occasion, l’occasion de rendre hommage aux initiateurs, aux chercheurs, aux professeurs, passés et présents, de cette école de technologie française qui a trouvé un nouvel éco au sein de générations nouvellement formées (Pigeot, 1987).

Bibliographie

Balfet, H. Observer l’action technique, des chaînes opératoires, pour quoi faire ? Paris. 1991.

Gilles, B. Histoire des techniques, Paris. 1978.

Haudricourt, A.-G. “La technologie culturelle”, dans, J, Poirier (dir.), Ethnologie générale, Paris. 1968, p. 731-822.

Leroi-Gourhan, A. Le Geste et la parole. 1. Techniques et langage, Paris. 1964.

Lemonnier, P. (1976) : “ La description des chaînes opératoires : contribution à l’analyse des systèmes techniques”, Techniques et culture (Bulletin), 1, 1976, p. 100-151.

Lemonnier, P. “L’étude des systèmes techniques, une urgence en technologie culturelle”, Techniques et culture, 1, 1983, p. 11-34.

Pigeot, N. Magdaléniens d’Étiolles. Économie de débitage et organisation sociale, Gallia-Préhistoire Suppl., 25, Paris. 1987.

Auteurs

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe Ethnologie préhistorique
Thèse sous la direction de Boris Valentin « Le Solutréen moyen-récent du nord de la France durant le Dernier maximum glaciaire (20 500-19 000 B.P.). Palethnologie du campement de plein air d’Ormesson (Seine-et-Marne). »
fanny.bouche@gmail.com

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe VEPMO
Tel Aviv University, Department of Archaeology and Ancient Near Eastern Cultures
Thèse sous la direction de Pascal Butterlin et Alexander Fantalkin « Assyrianizing the Land Beyond the River: an Archaeological Reevaluation of the Neo-Assyrian Southern Levant (VIIIth–VIIth century B.C.E.)
liora.bouzaglou@gmail.com

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe Protohistoire Egéenne
Thèse sous la direction de Hara Procopiou, co-encadrée par Sibylle Emerit « Sonorité, musique rituelle et symbolique musicale dans le monde égéen à l’âge du Bronze »
Alexandre.Pinto1@malix.univ-paris1.fr

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe TranSphères, UMR 8546, équipe Celtes et Etrusques
Thèse sous la direction de Patrice Brun « L’émergence des Etats gaulois au prisme de l’armement (Ve - Ier s. av. n. è.) »
prune.sauvageot@etu.univ-paris1.fr

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search