Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Vie quotidienne / culture(s) matérielle(s)

Remettre la céramique non décorée au cœur des problématiques culturelles

Le cas des traditions techniques Virú-Gallinazo et Mochica

Alicia Espinosa

Résumé

Les populations Virú-Gallinazo ont longtemps été considérées comme les prédécesseurs des Mochica. Cependant, des recherches récentes tendent à démontrer qu’elles ont coexisté sur la côte nord du Pérou durant la Période Intermédiaire Ancienne (200 av. J.-C. – 600 apr. J.-C.). Ces groupes partagent un ensemble de traditions domestiques comme la céramique non décorée, qui contrairement à la céramique décorée évolue peu durant cette période. Nous proposons de discuter les hypothèses récentes à travers le prisme des productions potières, en définissant pour la première fois les traditions techniques Virú-Gallinazo et Mochica sur les sites Huaca Santa Clara et Huacas de Moche. Nos résultats démontrent que ces artisans appartiennent à des communautés d’apprentissage distinctes, et que sur chaque site les mêmes groupes ont façonné les céramiques décorées et non décorées. Nous proposons que les traditions techniques associées à ces deux types de production ont suivi une même trajectoire face aux changements qui surviennent dans la région entre 200 et 600 apr. J.-C.

Texte intégral

Mes remerciements s’adressent avant tout à Véronique Darras, Nicolas Goepfert et Valentine Roux, pour leur appui et encadrement constant. Je souhaite également remercier Jean-François Millaire, directeur du Projet Archéologique Huaca Santa Clara, ainsi que Santiago Uceda, directeur du Projet Archéologique Huaca de la Luna, et Claude Chauchat, directeur du Programme International Moché, pour m’avoir donnée accès à leurs collections, et conseillée durant ces recherches.

1Durant la Période Intermédiaire Ancienne (200 av. J.-C. – 600 apr. J.-C.), les groupes Virú-Gallinazo et Mochica ont vécu sur la côte nord du Pérou, un milieu désertique entrecoupé de vallées fluviales (Collin-Delavaud, 1984, p. 7 ; fig. 1). Dès le iie s. av. J.-C., les sites des populations Virú-Gallinazo sont concentrés dans la vallée de Virú, avec pour principal site le Groupe Gallinazo, qui rassemble plus de trente monticules avec des constructions en adobe (Fogel, 1993, p. 256 ; Millaire et Eastaugh, 2014, p. 242 ; Willey, 1953, p. 378-382 ; fig. 1).

2À partir du premier siècle de notre ère, les groupes Mochicas se sont plus largement établis de la vallée de Piura au nord, à celle de Huarmey au sud, où ils ont construit de nombreux centres civico-cérémoniels (Millaire, 2010, p. 223 ; fig. 1). Les structures architecturales les plus emblématiques de ces sites sont les huacas, qui sont d’imposantes plateformes en adobe élevées sur la plaine alluviale, souvent associées à de vastes secteurs urbains où des ateliers de production artisanale ont été retrouvés (Uceda, 2010, p. 262, 269, 276, 281).

Fig. 1. Carte de la côte nord du Pérou figurant les sites étudiés et mentionnés dans le texte

Fig. 1. Carte de la côte nord du Pérou figurant les sites étudiés et mentionnés dans le texte

Carte Espinosa A. ASTER GDEM est un produit de METI et NASA, fig. 1.

3Depuis le début du xxe siècle, les fouilles des contextes Virú-Gallinazo et Mochica ont livré d’importants assemblages céramiques, dont la plupart n’ont pas encore fait l’objet d’analyses technologiques (Fogel, 1993, p. 15-105 ; Ford, 1949 ; Larco Hoyle, 1949 ; Strong et Evans, 1952, p. 265-267 et 301-347). Les types céramiques Castillo Décoré et Gallinazo Négatif sont les plus associés aux populations Virú-Gallinazo. L’appellation Castillo Décoré rassemble en réalité deux types qui sont : 1) le Castillo Modelé (fig. 2.A), qui correspond le plus souvent à des petites jarres décorées de motifs anthropomorphes ou zoomorphes modelés, appliqués puis rehaussés d’impressions ; 2) le Castillo Incisé (fig. 2.B), qui regroupe des jarres et marmites décorées de motifs géométriques imprimés ou incisés (Ford, 1945, p. 75 ; Strong et Evans, 1952, p. 310-313). Ces céramiques sont largement diffusées sur l’ensemble de la côte nord entre 200 av. J.-C. et 600 apr. J.-C., et il est fréquent de les retrouver dans les tombes ou occupations domestiques des sites mochicas (Shimada, 2010, p. 73). Concernant les céramiques négatives, il en existe deux types : le Gallinazo Négatif (fig. 2.C) et le Carmelo Négatif, tous deux décorés de motifs géométriques couvrants réalisés par enfumage des parois (Ford, 1949, p. 75 ; Strong et Evans, 1952, p. 307). Dans le cas du Gallinazo Négatif, les motifs sont dessinés avec un matériau amovible protégeant la surface, qui est ensuite retiré après l’enfumage, pour laisser apparaître les motifs qui ont conservés les couleurs oxydées de la pâte (Strong et Evans, 1952, p. 301-302). Les décors de type Carmelo Négatif sont réalisés de façon inverse, par un décor en réserve, puisque les motifs ont la couleur de la fumée (Strong et Evans, 1952, p. 307). Les céramiques décorées en négatif sont uniquement présentes en contexte Virú-Gallinazo dans les vallées de Piura, Lambayeque, Chicama, Moche et Santa (Millaire, 2016 : E6022).

Fig. 2. Les principaux types céramiques Virú-Gallinazo et Mochica

Fig. 2. Les principaux types céramiques Virú-Gallinazo et Mochica

A. Castillo Modelé ; B. Castillo Incisé ; C. Gallinazo Négatif ; D. Mochica Décoré ; E. Jarre non décorée ; F. Bol non décoré

A. et B. : Plateforme Uhle. B., C., E. F : Huaca Santa Clara

4Comparées avec les productions Virú-Gallinazo, les céramiques mochicas se caractérisent par leur richesse iconographique qui nous renseigne sur les croyances et activités de ces groupes. Les plus connues sont les bouteilles à anse en étrier en ronde-bosse, tels que les vases-portraits (fig. 2.D), ou les bouteilles picturales qui représentent de complexes scènes de chasse, pêche, production artisanale, activités rituelles et combats (Donnan, 2004 ; Donnan et McClelland, 1999).

5Les céramiques non décorées associées à ces deux groupes sont quant à elles très similaires, et se composent des jarres de petite à très grande tailles, marmites, bols, ou encore des plats et des coupes (Gamarra et Gayoso, 2008 ; fig. 2. E, F).

Les hypothèses sur la production des céramiques décorées et non décorées : les modèles ethnohistoriques, ethnographiques et ethnoarchéologiques comme cadres de référence

6Les connaissances sur les procédés techniques durant la Période Intermédiaire Ancienne sont encore très lacunaires, et cela malgré les découvertes de neufs ateliers de potiers mochicas (Shimada, 1998, p. 1). Par ailleurs, les études archéométriques récemment développées dans la zone andine, portent sur les questions des modes d’acquisition et de préparation des matières premières (argiles, dégraissants, pigments) par le biais d’analyses pétrographiques et physico-chimiques (Del Solar, 2015 ; Koons, 2015 ; Rohfritsch, 2010). Pour expliquer les modes d’organisation de la production potière, et illustrer les processus de façonnage, les archéologues se reposent majoritairement sur des modèles issus de l’ethnohistoire, de l’ethnographie et de l’ethnoarchéologie (Ramón, 2016, p. 26). La transposition de ces données aux périodes anciennes est en revanche rarement discutée ou confrontée aux indices matériels en présence.

7Pour la Période Intermédiaire Ancienne, on envisage l’existence de deux unités de production : l’une consacrée à la production de céramiques décorées, et l’autre de céramiques non décorées. Ces hypothèses s’inspirent des données ethnohistoriques. Les archives coloniales administratives et judiciaires de la côte nord au xvie siècle nous renseignent en effet sur l’organisation politique et économique de la région durant le début de la période coloniale, et les derniers siècles avant la conquête (Ramírez, 2007, p. 266 ; Rostworowski, 2014, p. 312). Les sources les plus importantes sont les documents relatifs à la Visite (Visita) de la région de Trujillo par le Dr. Gregorio Gonzalez de Cuenca, et le postérieur compte-rendu de Résidence (Juicio de Residencia) à la charge de Pedro Sánchez de Paredes de 1570 à 1577 (Rostworowski, 2014, p. 317, 324, et 2017, p. 122). Ces archives sont composées de textes, des requêtes (peticiones) et demandes de licence (licencia), émises par les populations locales à l’administration coloniale (voir par exemple Archives Générales des Indes/Justicia, 456 à 458, 461). Ces documents font apparaître des chefferies (curacazgos) dans les vallées, qui se composent de dizaines de communautés interdépendantes nommées parcialidades (Rostworowski, 2014, p. 318 et 2017, p. 131-132). Ces communautés sont des groupes familiaux spécialisés dans une activité comme la poterie, et elles sont administrées par des chefs locaux. Les activités spécialisées se seraient transmises de génération en génération au sein de ces unités familiales. C’est dans une plainte déposée par les potiers de Collique au xvie siècle, afin de pouvoir exercer leur activité librement, que l’idée d’une spécialisation dans une catégorie de formes a été perçue par les chercheurs :

  • 1 « emos tenydo costumbre de hazer tinajones grandes e medianos y los vendemos en el repartimiento de (...)

nous avons la coutume de faire des jarres de grande et moyenne taille que nous vendons dans les divisions de Jequetepeque d’où nous sommes originaires ...)1.

8L’existence de deux groupes de potiers est également mentionnée dans les chroniques et codices pour les hautes-terres durant l’Horizon Récent (1400-1532) : le sañucamayoc, potier officiel de l’Inca, et le manallutac ou mancaruraq, potier local indépendant des ateliers officiels (Guaman Poma, 1969, [1615], p. 134 ; Ramón, 2016, p. 31). De sérieux doutes subsistent néanmoins quant à l’existence de ces deux groupes de potiers sur la côte durant la Période Intermédiaire Ancienne, car dès ses débuts, le régime colonial a profondément transformé l’organisation des sociétés andines (Ramírez, 2007, p. 267). L’organisation socio-politique décrite dans les archives est par ailleurs déjà bouleversée par l’intégration des populations côtières dans le système inca (Rostworowski, 2014, p. 312). La compréhension des modes d’organisation de la production potière devrait donc d’avantage se fonder sur les indices matériels à disposition, d’autant plus que ces documents écrits ne font aucune description des traditions techniques des potiers (Ramón, 2016, p. 34).

9Les études sur les techniques de fabrication des céramiques Mochicas et Virú-Gallinazo des archéologues reposent sur les enquêtes ethnographiques et ethnoarchéologiques réalisées auprès des communautés potières de la côte nord depuis le début du xxe siècle, et en particulier dans celles de Simbilá, Chulucanas, et Mórrope (Bankes, 1985 ; Camino, 1982 ; Shimada, 1994, p. 199-201). L’extrême conservatisme associé aux sociétés andines justifie souvent pour les chercheurs le recours à ces analogies (Donnan, 1971, p. 466). Il est ainsi supposé que la céramique non décorée mochica était réalisée par battage, soit par percussion simultanée des parois internes et externes à l’aide d’une palette en bois et d’un contre-battoir, comme le font encore les potiers actuels des régions de Piura et Lambayeque. Toutefois, aucun battoir n’a été découvert sur les sites mochicas, et aucune analyse technologique n’a mis en évidence cette technique pour la période (Gayoso, 2011, p. 173). Les enquêtes ethnographiques et ethnoarchéologiques insistent pourtant sur le besoin d’intégrer une dimension technologique à l’étude du matériau céramique, afin de caractériser les interactions entre les sociétés passées (Ramón, 2013, p. 41 ; Sillar, 2009). Ce renouvellement de perspective méthodologique permettrait d’appréhender de façon plus dynamique les changements sociaux, économiques, culturels et politiques survenus durant la Période Intermédiaire Ancienne, et ainsi les relations entre les populations Virú-Gallinazo et Mochica.

Les hypothèses sur les relations entre les populations Virú-Gallinazo et Mochica

10Les types céramiques décorés et non décorés que nous avons présentés sont considérés comme les marqueurs chrono-culturels des groupes Virú-Gallinazo et Mochica, et ont fortement contribué à structurer les hypothèses sur les relations entre ces deux populations. Dès le Projet Vallée de Virú dans les années 1940, les analyses typochronologiques des stratigraphies des sites Virú-Gallinazo ont suggéré une antériorité des populations Virú-Gallinazo par rapport aux Mochicas (Strong et Evans, 1952, p. 82-83 et 89). D’après G. Willey (1953, p. 397), le développement de ces groupes aurait été interrompu par la conquête de la vallée par les Mochicas à partir du ier siècle de notre ère. L’intrusion des groupes Mochicas se matérialise selon lui par la création de nouveaux sites tels que Huancaco, et l’apparition du style céramique Mochica dans les centres administratifs Virú-Gallinazo (Willey, 1953, p. 397). Néanmoins, de récentes recherches tendent à démontrer que ces deux groupes ont coexisté. Les fouilles et les nouvelles campagnes de datation dans la vallée de Virú montrent que l’émergence des groupes Mochicas dans les vallées voisines n’a pas engendré de bouleversements majeurs sur les sites Virú-Gallinazo (Millaire, 2010, p. 227-230). L’occupation Virú-Gallinazo est ininterrompue de 200 av. J.-C. jusqu’à 700 apr. J.-C., et le développement des populations Mochicas se traduit uniquement par une influence stylistique (Bourget, 2010, p. 212-221 ; Millaire 2009, p. 9 et 2010, p. 246).

11La réévaluation de la séquence chrono-culturelle de la vallée de Virú a conduit les chercheurs à s’interroger sur les relations entretenues par les populations Virú-Gallinazo et Mochica, et a abouti à une nouvelle théorie communément acceptée (Millaire et Morlion, 2009). Il est désormais considéré que ces groupes forment deux entités socio-politiques distinctes et contemporaines durant la majeure partie de la Période Intermédiaire Ancienne (Millaire, 2009, p. 12-13). Ces populations se seraient formées à partir d’un fond culturel commun, exprimé par le partage de certaines traditions dites domestiques comme la production de céramiques non décorées, et de type Castillo Décoré. La stabilité de ces deux types céramiques traduirait ainsi le maintien des traditions locales, face à l’émergence des populations mochicas dès le premier siècle de notre ère (Uceda et al., 2009, p. 107 ; Downey, 2015, p. 77-79). En revanche, les céramiques décorées témoigneraient de ces transformations : elles véhiculent l’idéologie dominante à travers les codes iconographiques, à l’image des types Gallinazo/Carmelo Négatif et Mochica Décoré (Millaire, 2009a, p. 12-13). La présence des céramiques Castillo Décoré en contexte funéraire, sacrificiel et cérémoniel mochica nous indique que ces céramiques n’ont pas eu qu’une vocation domestique, et pousse à nous interroger sur les raisons d’une perpétuation de cette tradition durant plus de huit siècles.

12Les hypothèses qui opposent les traditions non décorées aux décorées ont eu un impact profond sur la façon d’envisager les trajectoires historiques de ces populations. Ces théories suggèrent que les céramiques décorées ont été produites par des potiers spécialisés affiliés aux élites, tandis que des artisans indépendants auraient fabriqué les céramiques non décorées, largement diffusées dans les vallées (Downey, 2015, p. 70). Dans cette perspective, les céramiques décorées se transforment au rythme des bouleversements socio-politiques de la région, alors que les traditions non décorées demeurent stables. Néanmoins, peu d’études se sont attachées à définir les traditions techniques de ces groupes. Afin d’améliorer les connaissances sur le paysage socio-culturel de la côte nord du Pérou durant la Période Intermédiaire Ancienne, il est désormais impératif de tester ces nouvelles théories sur les populations Virú-Gallinazo et leurs liens avec les Mochica, depuis une perspective technologique, rarement intégrée dans ces débats (Makowski, 2009, p. 42-43).

L’intégration d’une dimension technologique à l’étude des productions céramiques Virú-Gallinazo et Mochica

13L’approche technologique des productions céramiques Virú-Gallinazo et Mochica permettrait de contribuer à identifier les modes d’organisation de ces populations, et à évaluer leur degré de filiation culturelle. Ces recherches amèneraient également à démontrer si les céramiques décorées et non décorées ont bien été produites par des unités de production distinctes. L’approche employée dans les présentes recherches est donc celle de la technologie céramique et de la chaîne opératoire, afin de restituer l’ensemble du processus de production, depuis la collecte des matières premières jusqu’à la cuisson, en passant par les différentes étapes de façonnage. Chaque geste technique laisse en effet une série de traces spécifiques sur les matériaux archéologiques, dont l’identification permet de restituer des traditions techniques propres à des groupes sociaux. Les études ethnographiques ont à ce titre démontré que les traditions techniques sont des manières de faire, transmises de génération en génération au sein d’un groupe social à travers les mécanismes d’apprentissage (Gosselain, 2002, p. 11-12, et 24 ; Roux, 2016, p. 19-21 ; Roux et Courty, 2005, p. 202). L’intériorisation de ces techniques, et en particulier celles associées au façonnage, contribue à la stabilité dans le temps de ces traditions, contrairement aux formes et décors qui ont tendance à s’adapter aux demandes des consommateurs (Gosselain, 2002, p. 11 ; Roux, 2007, p. 165).

14L’analyse technologique conduit à établir successivement trois groupes. Dans un premier temps, l’analyse des stigmates de façonnage à échelle macroscopique et microscopique permet de définir des entités et groupes techniques. Ceux-ci sont ensuite rattachés à des groupes techno-pétrographiques, qui décrivent la variabilité minérale (composition et texture) des groupes de pâte, par analyse de lames minces au microscope pétrographique. Des groupes techno-morpho-stylistiques sont enfin définis, qui permettent d’envisager la variété des formes et décors de chaque groupe technique. Au terme de ces analyses, il est possible de caractériser la variabilité technologique de chaque assemblage, qui peut s’avérer fonctionnelle lorsque les techniques s’adaptent à des gammes morpho-stylistisques précises, et culturelle, lorsque les mêmes formes sont réalisées à partir de techniques différentes (Roux, 2016, p. 273). Dans le cadre de cet article, nous ne discuterons pas des analyses pétrographiques, car celles-ci sont en cours de réalisation par I. Druc (université du Wisconsin – Madison). Nous mettrons l’accent sur nos résultats, sur les méthodes et techniques de façonnage, finition et traitements de surface, identifiés au terme de l’analyse des collections des sites Huaca Santa Clara et Huacas de Moche.

Étude de cas : Huaca Santa Clara et Huacas de Moche, deux centres majeurs de la Période Intermédiaire Ancienne

Les contextes

15La définition des traditions techniques Virú-Gallinazo et Mochica s’est réalisée grâce à l’étude comparative de plus de dix sites de la période. Nous faisons le choix de détailler les résultats obtenus pour Huaca Santa Clara et Huacas de Moche, deux sites emblématiques de la période.

16Huaca Santa Clara est un centre administratif Virú-Gallinazo localisé dans la partie moyenne de la vallée de Virú, implanté au sommet de la colline Cerro Cementerio (Millaire, 2016, p. 343). Récemment, le Projet Archéologique Huaca Santa Clara, dirigé par J. F. Millaire et E. La Torre entre 2002 et 2003, a permis de réévaluer la nature du site, occupé sans interruption entre 200 av. J.-C. et 700 apr. J.-C. (Millaire 2009, p. 9). Le secteur sommital comprend trois plateformes en adobe, et est associé en contrebas à des unités de stockage, ainsi qu’un secteur résidentiel (Millaire, 2016, p. 345). Les collections analysées proviennent de l’ensemble des unités fouillées dans le cadre de ce projet.

17Le complexe archéologique Huacas de Moche est un centre civico-cérémoniel majeur des populations Mochicas, localisé dans la basse vallée de Moche. Le site est occupé entre 100 apr. J.-C. et 850/900 apr. J.-C. Il se compose de deux huacas (plateformes monumentales en adobe) : la Huaca del Sol et la Huaca de la Luna, entre lesquelles s’étend une vaste zone urbaine. Dans cette dernière, ont été édifiés des ensembles architecturaux et plateformes, qui peuvent intégrer des ateliers de production artisanale (Uceda, 2016, p. 69). Le projet archéologique Huaca de la Luna, dirigé depuis 1991 par Santiago Uceda et Ricardo Morales, a permis de documenter des contextes où coexistent les types céramiques Castillo Décoré et Mochica durant les phases Moche I à III, soit du ier au vie siècle de notre ère (Uceda et al., 2009). Notre intérêt s’est donc porté sur ces contextes, tels que les sacrifices humains de la Place 3C de la Huaca de la Luna, les tombes de la Plateforme Uhle, et les contextes domestiques du Complexe Architectural 35 de la zone urbaine (Chauchat et al., 2009, p. 95 ; Uceda et al., 2009, p. 112-115).

Le corpus

  • 2 Nombre minimum d’individus.

18La totalité du matériel fouillé entre 2002 et 2003 sur le site Huaca Santa Clara a été analysée. L’assemblage comprend 7105 céramiques avec un NMI2 de 4825, dont 7076 tessons et 29 céramiques complètes (tab. 1). Le corpus de Huacas de Moche se compose de 2097 céramiques, avec un NMI de 467, dont 2064 tessons et 33 céramiques complètes (tab. 1). L’intégralité du matériel de ces deux sites a été observée à l’échelle macroscopique. Ces premières observations nous ont conduit à définir des groupes techniques.

19À partir de ces groupes, nous avons sélectionné des tessons pour des analyses microscopiques à l’aide d’une loupe binoculaire. Cet échantillon comprend 834 fragments pour Huaca Santa Clara, et 230 pour Huacas de Moche (tab. 1). Ces assemblages céramiques ont l’avantage de porter un très grand nombre de macrotraces. Seul 1 % des céramiques de Huaca Santa Clara n’est pas diagnostique, soit 71 tessons, et 8 % de celles de Huacas de Moche, soit 168 tessons. L’analyse technologique a aussi été favorisée par la conservation de multiples fragments de panse, pour la plupart non décorés, qui ont tendance à porter plus de stigmates de façonnage. La collection comporte par ailleurs un grand nombre de pièces complètes et de fragments de bords, ce qui a permis d’identifier les formes présentes dans le corpus.

Tableau 1. Céramiques analysées pour les sites Huaca Santa Clara et Huacas de Moch

Tableau 1. Céramiques analysées pour les sites Huaca Santa Clara et Huacas de Moch

A. Espinosa

Les résultats de l’analyse technologique : les traditions techniques Virú-Gallinazo et Mochica

20Au terme de l’analyse, nous avons distingué quatre groupes techniques : le martelage, le moulage, le colombinage et le modelage. La présentation de chacun de ces groupes suit l’ordre des actions de la chaîne opératoire (Roux, 2007, p. 158). Nous introduisons tout d’abord les méthodes et techniques de façonnage, puis les techniques de finition, traitement de surface, et les modes de cuisson. Ces entités techniques sont ensuite mises en relation avec les catégories de formes et techniques décoratives. Nous discutons enfin de la représentativité de ces traditions pour chaque corpus, afin de caractériser la variabilité de l’assemblage, et de réévaluer depuis une perspective technologique les divisions typologiques préalablement établies.

Le martelage

21Le martelage est une technique de façonnage qui consiste à percuter une masse argileuse contre un support à l’aide d’un percuteur, afin de créer la base et le corps des récipients (Roux, 2016, p. 87 et 96 ; Lara, 2017, p. 96-98). Cette technique s’associe à un ensemble de traits diagnostiques visibles à échelle macroscopique (Roux, 2016, p. 210-213). Nous constatons tout d’abord une uniformité de la topographie des parois externes, et une régularité du profil de bas en haut. La combinaison de ces observations suggère l’usage d’un support afin de contrôler l’homogénéité et l’épaisseur des parois. Les surfaces internes sont quant à elles très irrégulières, et traversées de cupules qui sont l’empreinte du percuteur (fig. 3.A). À échelle microscopique, la microtopographie est alternativement lisse fluidifiée et irrégulière, combinée à des micro-arrachements et des crêtes (fig. 3.B). Ces attributs démontrent ainsi que la percussion s’est exercée sur une pâte humide avec un outil chargé en eau. En tranche, nous distinguons un ensemble de fissures verticales subparallèles, associées à une orientation verticale de la fraction grossière, ce qui corrobore également l’hypothèse de la percussion (fig. 3.C).

22Les encolures des récipients martelés sont quant à elles façonnées par colombinage, une technique qui consiste à obtenir des colombins par roulement ou modelage d’un volume élémentaire de pâte (Roux, 2016, p. 79-80 ; Rye, 1981, p. 67). Les colombins sont superposés verticalement sur la partie supérieure des panses en position oblique interne, et progressivement mis en forme par pressions discontinues. Un changement d’épaisseur est donc visible sur le profil des récipients, à la jonction entre la partie martelée et colombinée. Des ondulations rythmiques, fissures et surépaisseurs concentriques signalent des jonctions entre les colombins, non effacées par les opérations ultérieures de finition (fig. 3.D). L’encolure est ensuite mise en forme par pressions continues en humide grâce à un mouvement de rotation. Cette technique est suggérée par la présence de stries nervurées concentriques localisées sur le pourtour de l’encolure, et une microtopographie lisse fluidifiée avec des grains saillants partiellement recouverts (Roux, 2016, p. 92).

Fig. 3. Attributs diagnostiques du martelage (Huaca Santa Clara)

Fig. 3. Attributs diagnostiques du martelage (Huaca Santa Clara)

A. Cupules de percussion. B. Stries nervurées et micro-arrachements. C. Fissures verticales subparallèles. D. Fissure et surépaisseur.

Photo : A. Espinosa, fig. 3.

23Les parois internes et externes des panses et bases sont ensuite lissées en humide, par pressions discontinues avec la main chargée en eau. La microtopographie des surfaces est lisse fluidifiée, avec des grains saillants partiellement recouverts. Les parois sont également recouvertes de stries nervurées organisées en bandes parallèles entrecroisées.

24Les surfaces externes et/ou internes de quelques récipients sont finalement modifiées par brunissage, en frottant les parois avec un outil dur (Balfet et al., 1983, p. 87 ; Roux, 2016, p. 240 ; Shepard, 1956, p. 66). Cette technique confère un aspect brillant, lisse et compact aux surfaces, souvent traversées de facettes horizontales ou verticales.

25La cuisson des récipients est oxydante, bien que l’oxydation soit généralement incomplète. En tranche, la couleur régulièrement sombre des marges internes suppose un retrait rapide des poteries en fin de cuisson (Roux, 2016, p. 248). Quelques récipients sont également cuits en atmosphère réductrice, ce qui confère une couleur sombre aux surfaces et sections.

26Le martelage est une technique qui, dans le cas présent, sert à réaliser un large ensemble de formes, ce qui comprend des jarres de petite à très grande tailles ; marmites, bouteilles à anse en étrier, bols, plats et coupes. Les techniques décoratives associées aux récipients décorés sont quant à elles très variées : en creux (excision, impression, incision), en relief (applications) et en surface (négatif et peinture). Les formes décorées les plus représentatives de l’assemblage sont les vases-effigies anthropomorphes, et les applications zoomorphes sur la panse supérieure des jarres.

Le moulage

27La technique du moulage consiste dans le cas présent à façonner une série de récipients en pressant une masse argileuse contre un moule concave, ensuite étirée par des gestes de pressions et percussions (Roux, 2016, p. 88 ; Rye, 1981, p. 81). Seules les encolures et éléments rapportés (goulots, anses etc.) sont modelés à part et rapportés à la surface par application. Le moulage s’associe tout d’abord à une uniformité des surfaces externes ainsi que du profil des parois, qui dans notre cas dépasse peu souvent 0,4 cm d’épaisseur. La topographie en face interne est quant à elle très irrégulière et marquée par d’importantes accumulations et déplacements de pâte (fig. 4.A), des stries filetées ou nervurées organisées en bandes parallèles obliques, et des crevasses, causés par des mouvements de compression et étirement de la pâte contre le moule. En tranche, nous distinguons également un réseau de fissures verticales subparallèles, bien que le système poral soit beaucoup moins aplati que dans le cas du martelage (Roux, 2016, p. 212 ; fig. 4.B).

Fig. 4. Attributs diagnostiques du moulage (Huaca Santa Clara)

Fig. 4. Attributs diagnostiques du moulage (Huaca Santa Clara)

A. Déplacements de pâte en face interne. B. Fissures verticales.

Photo : A. Espinosa, fig. 4.

28Les surfaces internes et externes des bases et panses sont lissées avec la main humidifiée, et l’encolure par pressions continues en humide. Ces surfaces sont le plus souvent engobées et brunies, avec une brillance beaucoup plus homogène, et des facettes très peu visibles. Dans notre assemblage, la cuisson est uniquement oxydante, et les parois sont totalement oxydées.

29Le moulage est une technique associée à une variété de formes qui comprend des bouteilles en ronde-bosse représentant des personnages anthropomorphes, des jarres, bouteilles à anse en étrier ou compotiers, décorés de motifs géométriques ou figuratifs peints à l’aide de pigments rouges, blancs et noirs.

Le colombinage

30Le colombinage est une technique qui a également été employée afin de réaliser les panses et encolures de certains récipients. Cette technique est attestée par les traits diagnostiques suivants (Roux, 2016, p. 200-205). Dans un premier temps, une galette est modelée, puis des rouleaux de pâte sont superposés verticalement, en position oblique interne. Une fissure concentrique est ainsi visible à la jonction entre la partie modelée et colombinée. La topographie des parois internes est irrégulière, marquée par des ondulations, et une alternance de creux et bosses qui indiquent une mise en forme par pressions discontinues des colombins (fig. 5.A et B). Sur les surfaces internes et externes, il est possible d’observer des fissures et surépaisseurs horizontales, qui n’ont pas été effacées lors de la mise en forme des colombins, et des étapes ultérieures de finition. L’examen des tranches à échelle microscopique permet de distinguer des fissures orientées en direction oblique.

Fig. 5. Attributs diagnostiques du colombinage (Huacas de Moche)

Fig. 5. Attributs diagnostiques du colombinage (Huacas de Moche)

A. Ondulations et fissures. B. Surépaisseur et dépressions.

Photo : A. Espinosa, fig. 5.

31Les surfaces des récipients sont ensuite lissées en humide avec la main humidifiée, et un soin plus important est accordé au lissage des surfaces externes. Les stries nervurées, organisées en bandes parallèles obliques, sont généralement plus grossières sur les faces internes. Cette striation s’associe à une microtopographie lisse fluidifiée, et des grains saillants partiellement recouverts. Aucun traitement de surface n’a cependant été distingué pour ce groupe technique.

32Dans les contextes que nous avons analysés, la technique par colombinage est associée au façonnage de céramiques de type Castillo Décoré, et non décorées, telles que des jarres de petite à très grande taille, et des marmites.

Le modelage par pincement

33Le modelage par pincement est une technique qui sert le plus souvent à réaliser des petits récipients d’une hauteur inférieure à 10 cm, en appliquant des pressions interdigitales discontinues sur une masse argileuse (Roux, 2016, p. 87). Les récipients modelés présentent un profil irrégulier avec des épaisseurs différentielles, des surfaces internes et externes bosselées, ainsi que des fissures et crevasses (Roux, 2016, p. 208 ; fig. 6.A). Le bord de ces récipients est également réalisé par colombinage, et mis en forme par pressions continues avec la main chargée en eau. Ces poteries sont ensuite grossièrement lissées avec la main humidifiée, et certaines sont brunies. Elles sont cuites en atmosphère oxydante, avec des tranches totalement oxydées.

34Les céramiques modelées sont des miniatures représentant des jarres ou des bols, et des figurines anthropomorphes ou zoomorphes (fig. 6.B), décorées d’incisions, impressions et de otifs géométriques peints avec un pigment noir.

Fig. 6. Les céramiques modelées (Huaca Santa Clara)

Fig. 6. Les céramiques modelées (Huaca Santa Clara)

A. Attributs diagnostiques : profil irrégulier, crevasses et dépressions en face interne. B. Figurine modelée.

Photo : A. Espinosa, fig. 6.

Représentativité et variabilité des traditions techniques en contexte Virú-Gallinazo et Mochica

35Sur le site Huaca Santa Clara, trois traditions ont été identifiées : le martelage, le modelage et le moulage. Le martelage est la technique majoritaire dans l’assemblage, puisqu’elle est associée à 96,3 % des céramiques diagnostiques, soit 6772 individus. Cette technique a été employée par les potiers afin de réaliser les céramiques décorées de type Gallinazo Négatif, Carmelo Négatif et Castillo Décoré, tout comme l’ensemble des productions non décorées. Nous proposons ainsi d’interpréter le martelage comme une tradition locale. Sur ce même site, le modelage est une tradition anecdotique qui concerne 0,4 % de l’assemblage, soit 26 individus. Cette technique sert toutefois à façonner une catégorie morpho-stylistique bien spécifique, à savoir les miniatures et les figurines. De ce fait, le modelage peut également être considéré comme une tradition locale, plus rarement pratiquée par les potiers de filiation Virú-Gallinazo. Les procédés techniques sont donc adaptés aux catégories fonctionnelles, soit les types de formes. Par ailleurs, sur le site, les céramiques décorées et non décorées n’ont pas été produites par des unités de production distinctes, mais bien par des potiers appartenant à la même communauté d’apprentissage.

36Néanmoins, la variabilité de l’assemblage s’avère également culturelle. Le moulage peut en effet être envisagé comme une tradition exogène à Huaca Santa Clara. Cette technique s’associe non seulement à un répertoire morphologique et décoratif distinct, de style Mochica, mais surtout à une technique d’ébauchage et préformage qui implique des connaissances et des savoir-faire techniques distincts. Cette tradition ne représente par ailleurs que 3,3 % des céramiques de l’assemblage, soit 236 individus. Ces céramiques ont donc probablement été façonnées par des potiers appartenant à une communauté de filiation distincte.

37Sur le site Huacas de Moche, deux techniques sont majoritaires : le moulage et le colombinage. Elles sont associées à des types spécifiques, le moulage pour les formes décorées telles que les bouteilles à anse en étrier, et le colombinage pour les formes non décorées. La variabilité de l’assemblage de Huacas de Moche s’avère encore une fois fonctionnelle, puisque les techniques s’adaptent aux types de récipients produits. Nous pouvons supposer que les potiers du site ont appartenu à la même communauté d’apprentissage, produisant à la fois les céramiques décorées et non décorées.

Conclusions

38Les traditions techniques associées aux assemblages de Huaca Santa Clara et Huacas de Moche permettent de mieux caractériser la production potière durant la période concernée, et de mieux cerner les interactions et filiations entre les groupes Virú-Gallinazo et Mochica.

Changements et ruptures technologiques durant la Période Intermédiaire Ancienne

39Les groupes Virú-Gallinazo ont bien maintenu leurs traditions techniques entre 200 av. J.-C. et 700 apr. J.-C., sans être bouleversées par les pressions exercées par la culture Mochica à partir du ier siècle de notre ère. Les groupes Mochica ont quant à eux développé un ensemble de traditions techniques distinctes, en introduisant notamment l’utilisation du moule bivalve afin de reproduire un grand nombre de céramiques décorées (Donnan, 2004, p. 21). La présence de céramiques moulées de style Mochica à Huaca Santa Clara, probablement élaborées par des potiers de filiation Mochica, indique toutefois des transferts culturels et techniques dont la nature demeure à déterminer.

Retour sur la production des céramiques non décorées et décorées

40L’approche technologique a montré son efficacité pour tester les nouvelles hypothèses Virú-Gallinazo. Il apparaît que les styles Négatif et Mochica Décoré sont bien les marqueurs respectifs de ces deux groupes, car ils ont été façonnés à partir de traditions techniques distinctes. Par ailleurs, la similarité des formes non décorées et de type Castillo Décoré est trompeuse, car elle n’indique pas l’emploi d’une même tradition technique : pour les façonner, chaque population a, au contraire, mis en œuvre ses propres manières de faire.

41L’évolution des techniques utilisées pour fabriquer des poteries décorées et non décorées suit une évolution parallèle, un constat qui va à l’encontre des hypothèses qui associent ces productions à des trajectoires historiques distinctes (Uceda et al., 2009, p. 107). Ces céramiques, envisagées du point de vue des chaînes opératoires, sont finalement de véritables marqueurs chronologiques et culturels, au même titre que les céramiques décorées, et non des traditions stables durant des siècles. Ces deux catégories d’objets doivent désormais être envisagées conjointement afin de contribuer à définir les modes d’organisation économique, sociale, et politique des sociétés de la côte nord du Pérou à la Période Intermédiaire Ancienne, et probablement des autres périodes.

42L’approche technologique ouvre ainsi des perspectives nouvelles sur les interactions entre les groupes Virú-Gallinazo et Mochica. Elle permet en outre d’envisager les transformations socio-politiques survenues durant la Période Intermédiaire Ancienne, dont les hypothèses ont longtemps reposé sur les études typologiques. Nos résultats démontrent également l’importance de la céramique non décorée dans la reconstruction de l’histoire culturelle de la région, et insistent sur le besoin de conserver et analyser ce matériau au terme des projets de recherche.

Bibliographie

H. Balfet, M.-F. Fauvet Berthelot et S. Monzon (éd.), Lexique et typologie des poteries pour la normalisation de la description des poteries, Paris, Presses du Centre National de la Recherche Scientifique, 1989.

G. Bankes, « The Manufacture and Circulation of Paddle and Anvil Pottery on the North Coast of Peru », World Archaeology, 17 (2), 1985, p. 269-277.

S. Bourget, « Cultural Assignations during the Early Intermediate Period », dans Jeffrey Quilter et Luis Jaime Castillo (eds.), New Perspectives on Moche Political Organization, Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 2010, p. 223-251.

L. Camino, Los que vencieron al tiempo, Centro de Investigación y Promoción del Campesinado, Piura, 1982.

C. Chauchat et al., « La Plataforma Uhle : una síntesis de los descubrimientos » Revista del Museo de Arqueología, Antropología e Historia, 11, 2009, p. 85-110.

C. Collin-Delavaud, Las regiones costeñas del Perú septentrional. Ocupación humana, desarrollo regional, Lima, Centro de Investigación y Promoción del Campesinado, Pontificia Universidad Católica del Perú, 1984.

N. Del Solar Velarde, Contribution des sciences archéologiques à la connaissance des choix techniques Mochica et Cajamarca : étude des matériaux céramiques du site San José de Moro (viiie - xe s. apr. J.-C.), thèse doctorale dirigée par R. Chapoulie et L.J. Castillo, Université Michel de Montaigne Bordeaux III, 2015.

C. Donnan, « Ancient Peruvian Potter’s Marks and Their Interpretation through Ethnographic Analogy », American Antiquity, 36 (4), 1971, p. 460-466.

C. Donnan, Moche Portraits from Ancient Peru, Austin, University of Texas Press, 2004.

C. Donnan et D. Mcclelland, Moche Fineline Painting: Its Evolution and Its Artists, Los Angeles, University of California - Fowler Museum of Cultural History, 1999.

J. Downey, Statecraft in the Virú Valley, in the first Millennium A.D., thèse doctorale, dirigée par J.F. Millaire, University of Western Ontario, 2015.

H. Fogel, Settlements in Time: A Study of Social and Political Development during the Gallinazo Occupation of the North Coast of Peru, thèse doctorale, dirigée par R. Burger, Yale University, 1993.

J. Ford, « Cultural Dating of Prehistoric Sites in Virú Valley, Peru », dans James Ford et Gordon Willey (eds.), Surface Survey of the Virú Valley, Peru, New York, Anthropological Papers of the American Museum of Natural History vol. 44, Pt. 1, 1949, p. 29-87.

N. Gamarra et H. Gayoso, « La cerámica domestica de Huacas de Moche : Un intento de tipología y seriación », dans Luis Jaime Castillo, Hélène Bernier, Gregory Lockard, et Julio Racabado (eds.), Arqueología Mochica : Nuevos Enfoques, Lima, Fondo Editorial de la Pontificia Universidad Católica del Perú, Instituto francés de estudios andinos, 2008, p. 187-202.

H. Gayoso, Los últimos artesanos de la ciudad de barro : La organización de la producción artesanal en la ciudad de las Huacas del Sol y de La Luna, thèse doctorale, dirigée par S. Uceda, Universidad Pablo de Olavide de Sevilla, 2011.

O. Gosselain, Poteries du Cameroun méridional. Styles techniques et rapports à l’identité, Paris, Monographies du CRA n° 26, CNRS Éditions, 2002.

F. Guamán Poma De Ayala, Nueva Corónica y Buen Gobierno, Paris, Institut d’Ethnologie, 1969 [1615].

M. Koons, « Internal vs. External: An Examination of Moche Politics Through Similarities and Differences in Ceramic Style », dans Isabelle Druc (ed.), Ceramics Analysis in the Andes, Wisconsin, Deep University Press, Blue Mounds, 2015, p. 57-82.

C. Lara, Aportes del enfoque tecnológico a la arqueología precolombina : Pasado y Presente de la alfarería en el valle del rio Cuyes y su región (Andes sur-orientales del Ecuador), Oxford, Paris Monograps in American Archaeology 47, Archaeopress, 2017.

R. Larco Hoyle, Cronología arqueológica del norte del Perú, Buenos Aires, Sociedad Geográfica Americana, 1948.

K. Makowski, « Virú-Moche relations: Technological Identity, Stylistic Preferences, and the Ethnic Identity of Ceramic Manufacturers and Users », dans Jean-François Millaire et Magali Morlion (eds.), Gallinazo, an early cultural tradition on the Peruvian north coast, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology Press, University of California, 2009, p. 33-59.

J.-F. Millaire, « Gallinazo and the Tradición Norcosteña », dans Jean-François Millaire et Magali Morlion (eds.), Gallinazo, an early cultural tradition on the Peruvian north coast, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology Press, University of California, 2009, p. 1-16.

J.-F. Millaire, « Moche Political Expansionism as viewed from Virú, Recent Archaeological Work in the Close Periphery of a Hegemonic City-State System », dans Jeffrey Quilter et Luis J. Castillo Butters (eds.), New Perspectives on Moche Political Organization, Dumbarton Oaks Research Library and Collection, Washington, D.C., 2010, p. 223-251.

J.-F. Millaire, « Posts and Pots. Propitiatory Ritual at Huaca Santa Clara in the Virú Valley, Peru », dans Klaus Haagen et Marla Toyne (eds.), Ritual Violence in the Ancient Andes. Reconstructing Sacrifice on the North Coast of Peru, University of Texas Press, Austin, 2016, p. 342-358.

J.-F. Millaire et E. Eastaugh, « Geophysical Survey on the Coast of Peru: The Early Prehispanic City of Gallinazo Group in the Virú Valley », Latin American Antiquity 25(3), 2014, p. 239-255.

J.-F. Millaire et M. Morlion (eds.), Gallinazo, an early cultural tradition on the Peruvian north coast, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology Press, University of California, 2009.

O. Rye, Pottery technology, principles and reconstruction, Washington, Taraxacun, 1981.

S. Ramírez, « It’s All in a Day’s Work: Occupational Specialization on the Peruvian North Coast, Revisited », dans Izumi Shimada (ed.), Craft Production in Complex Societies, Salt Lake City, Foundations of Archaeological Inquiry, The University of Utah Press, 2007, p. 262-280.

G. Ramón, Los Alfareros Golondrinos. Productores itinerantes en los Andes, Lima, Instituto Francés de Estudios Andinos, Sequilao Editores, 2013.

G. Ramón, « Producción y distribución alfarera colonial temprana en los Andes centrales : modelos y casos », Boletín de Arqueología PUCP 20, 2016, p. 25-48.

A. Rohfritsch, « Contribución arqueométrica al estudio de las técnicas y de la organización de la producción de cerámica ritual en la sociedad Mochica (150-850 d.C., costa norte del Perú) », Bulletin de l’Institut français d’études andines 39 (2), 2010, p. 389-412.

M. Rostworowski, Costa Peruana Prehispánica, Prologo a : Conflicts over Coca Fields in xvith Century Peru, Lima, Instituto de Estudios Peruanos (Obras Completas III, Historia Andina, 26), 2014.

M. Rostworowski, Recursos naturales renovables y pesca, siglos xvi- xvii / Curacas y sucesiones, costa norte, Lima, Instituto de Estudios Peruanos (Obras Completas IV, Historia Andina, 29), 2017.

V. Roux, « Ethnoarchaeology: A Non Historical Science of Reference Necessary for Interpreting the Past », Journal of Archaeological Method and Theory 14 (2), 2007 p. 153-178.

V. Roux, Des céramiques et des hommes, Presses Universitaires de Paris Ouest, 2016.

V. Roux et M.-A. Courty, « Identifying social entities at a macro-regional level: chalcolithic ceramics of south Levant as a case study », dans Dominique Bosquet, Alexandre Livingstone-Smith et Rémi Martineau (eds.), Pottery Manufacturing Processes: Reconstruction and Interpretation, Oxford, British Archaeological Reports, 2005, p. 210-214.

A. Shepard, Ceramics for the archaeologists, Washington, Carnegie Institution of Washington, 1956.

I. Shimada, Pampa Grande and the Mochica Culture, Austin, University of Texas Press, 1994.

I. Shimada, « Andean Ceramics: An Introduction », dans Izumi Shimada (ed.), Andean Ceramics: Technology, Organization and Approaches, Michigan, Museum Applied Science Center for Archaeology, University of Pennsylvania Museum of Archaeology and Anthropology, 1998, p. 1-22.

I. Shimada, « Moche Sociopolitical Organization. Rethinking the Data, Approaches, and Models », dans Jeffrey Quilter et Luis Jaime Castillo (eds.), New Perspectives on Moche Political Organization, Washington D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, 2010, p. 70-82.

B. Sillar, « La saisonnalité des techniques. Saisonnalité et spécialisation artisanale dans les Andes », Techniques & Culture, 52-53, 2009, p. 1-31.

W. Strong et Cl. Evans, Cultural Stratigraphy in the Virú Valley, Northern Peru: The Formative and Florescent Epochs, New York, Columbia University Press, 1952.

S. Uceda, « Los contextos urbanos de producción artesanal en el complejo arqueológico de las huacas del Sol y de la Luna », Bulletin de l’Institut français d’études andines, 39 (2), 2010, p. 243-297.

S. Uceda, « La presencia foránea en el complejo Huacas del Sol y de la Luna : relaciones políticas y sociales de los mochicas », dans Cecilia Pardo et Julio Racabado (eds.), Moche y sus vecinos. Reconstruyendo identidades, Lima, Edición Asociación Museo de Arte de Lima, 2016, p. 68-81.

S. Uceda, H. Gayoso et N. Gamarra, « The Gallinazo at Huacas de Moche: Style or Culture? », dans Jean-François Millaire et Magali Morlion (eds.), Gallinazo, an early cultural tradition on the Peruvian north coast, Los Angeles, Cotsen Institute of Archaeology Press, University of California, 2009, p. 105-123.

G. Willey., Prehistoric Settlement Patterns in the Virú Valley, Peru, Washington D.C, Smithsonian Institution Bureau of American Ethnology Bulletin 155, Government Printing Office, 1953.

Notes

1 « emos tenydo costumbre de hazer tinajones grandes e medianos y los vendemos en el repartimiento de Xequetepeque do somos naturales […] », Archives générales des Indes, Séville, Justicia 458, fol. 2053v ; cité dans Rostworowski, 2014, p. 325).

2 Nombre minimum d’individus.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte de la côte nord du Pérou figurant les sites étudiés et mentionnés dans le texte
Crédits Carte Espinosa A. ASTER GDEM est un produit de METI et NASA, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig. 2. Les principaux types céramiques Virú-Gallinazo et Mochica
Légende A. Castillo Modelé ; B. Castillo Incisé ; C. Gallinazo Négatif ; D. Mochica Décoré ; E. Jarre non décorée ; F. Bol non décoré
Crédits A. et B. : Plateforme Uhle. B., C., E. F : Huaca Santa Clara
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Tableau 1. Céramiques analysées pour les sites Huaca Santa Clara et Huacas de Moch
Crédits A. Espinosa
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78977/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 3. Attributs diagnostiques du martelage (Huaca Santa Clara)
Légende A. Cupules de percussion. B. Stries nervurées et micro-arrachements. C. Fissures verticales subparallèles. D. Fissure et surépaisseur.
Crédits Photo : A. Espinosa, fig. 3.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78977/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Fig. 4. Attributs diagnostiques du moulage (Huaca Santa Clara)
Légende A. Déplacements de pâte en face interne. B. Fissures verticales.
Crédits Photo : A. Espinosa, fig. 4.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78977/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Fig. 5. Attributs diagnostiques du colombinage (Huacas de Moche)
Légende A. Ondulations et fissures. B. Surépaisseur et dépressions.
Crédits Photo : A. Espinosa, fig. 5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78977/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Titre Fig. 6. Les céramiques modelées (Huaca Santa Clara)
Légende A. Attributs diagnostiques : profil irrégulier, crevasses et dépressions en face interne. B. Figurine modelée.
Crédits Photo : A. Espinosa, fig. 6.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78977/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Laboratoire Archéologie des Amériques, UMR8096 ArchAm

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search