Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Vie quotidienne / culture(s) matérielle(s)

La reconstitution de l’artisanat du travail de la peau au Solutréen : ambitions, problématiques et méthodes

Natacha Caurette

Résumé

Le Solutréen est un techno-complexe du Paléolithique supérieur défini par l’apparition de nouveaux outils et de techniques et qui se développent en parallèle d’un refroidissement globalisé de l’Europe de l’Ouest : le Dernier Maximum Glaciaire. Les productions matérielles témoignent d’un changement techno-culturel important avec les cultures locales antérieures, du moins dans le domaine cynégétique. Ce bouleversement technique au sein de certains artisanats est-il également l’indice de changements au sein d’autres systèmes techniques laissant pas de traces archéologiques directes, comme le travail de la peau ? En l’absence de témoins directs de cette activité, reconstituer la chaîne opératoire du travail de la peau est possible en menant des analyses fonctionnelles des traces d’usure sur les industries lithiques et osseuses solutréennes. Le travail de la peau est une des activités domestiques majeures des populations de chasseurs-cueilleurs, préhistoriques comme subactuels. Comprendre les étapes et le séquençage de la chaîne opératoire permettra de caractériser non seulement le cadre technique de cette activité, mais aussi ses enjeux sociaux et économiques.

Texte intégral

Introduction

1L’analyse d’un système technique permet, en mettant en exergue les enjeux et les normes qui le définissent, d’éclaircir une part de l’organisation et économique d’un groupe humain. C’est pourquoi les artisanats sont l’un des sujets d’étude privilégiés des archéologues. L’artisanat du traitement de la peau animale fait partie intégrante de l’économie de chasseurs-cueilleurs préhistoriques comme actuels. L’ethnographie a démontré l’importance de cette activité au sein de la vie quotidienne de chasseurs-cueilleurs issus de milieux variés ainsi que la complexité et la variabilité des savoir-faire techniques nécessaires.

2Il est cependant complexe de reconstituer le déroulement du travail de la peau, en particulier pour les périodes préhistoriques. Les objets finis en cuir ne sont presque jamais préservés et il est nécessaire de recourir aux indices indirects de cette production. L’analyse fonctionnelle des outils ayant servi à travailler la peau est l’un des moyens d’accéder aux gestes techniques réalisés par les artisans préhistoriques.

3Le Solutréen est une culture du Paléolithique supérieur qui se développe durant le Dernier Maximum Glaciaire. Si la relation entre les changements climatiques rapides de cette période et les transformations au sein de la culture matérielle n’est pas encore parfaitement comprise, il existe un consensus scientifique sur la probable influence de cette dégradation climatique sur les comportements des sociétés humaines contemporaines. Il est envisageable de supposer que le contexte environnemental a, au moins en partie, joué un rôle dans le développement de nouvelles techniques de production de l’outillage (au sens large du terme, c’est-à-dire qui laisse ou non des traces archéologiques).

4L’artisanat du travail de la peau animale devait fournir une part, si ce n’est la totalité, des protections contre le froid de ces hommes (nous n’excluons pas la possibilité d’un usage de textiles végétaux non préservés). La part de cette activité au sein de l’économie des chasseurs-cueilleurs solutréens (comme au sein de celles des autres populations du Paléolithique supérieur) est difficile à caractériser. L’absence de traces directes de cet artisanat nous oblige à nous tourner vers des témoins indirects telles que les traces d’usure sur les outils préhistoriques. Pourtant, pour reconstruire l’organisation techno-économique des sociétés préhistoriques, il convient de se pencher sur cet artisanat, au même titre que sur ceux laissant des traces matérielles, comme la production d’outils lithiques ou osseux. Grâce à l’analyse de la chaîne opératoire du travail de la peau, il est possible d’identifier les procédés et les méthodes employés par les solutréens, caractériser le cadre technique de cette activité et ainsi d’évaluer, au moins en partie, le contexte socio-économique de cette production.

Le Solutréen (25/23 000 cal B.P.) : un techno-complexe défini par un développement technique, l’apparition d’outils et des bouleversements climatiques

5Le Solutréen est un techno-complexe se développant en France, en Espagne et au Portugal. Certaines régions comme la Dordogne, la région cantabrique de l’Espagne et le Centre-Ouest du Portugal présentent de fortes concentrations de gisements. Ces concentrations sont considérées comme des « zones-refuge » (Jochim, 1987), mais la découverte de nouveaux gisements dans le Bassin Parisien et la reconsidération de l’impact de la taphonomie sur la préservation des sites archéologiques dans les « zones vides » tendent à rompre avec cette image très localisée du Solutréen (Soriano, 2013).

6Le Solutréen a été reconnu et défini par l’apparition de nouveaux outils au sein des assemblages préhistoriques : les pièces foliacées bifaciales. Le découpage chronologique du Solutréen en phases n’a toujours pas fait l’objet d’un consensus scientifique et varie selon les régions (fig. 1). Il se base presque exclusivement sur la typologie des pointes de projectile (pointes à face plane, feuille de laurier, feuille de saule, pointe à cran…). Ces pointes sont le résultat du développement de nouvelles techniques de façonnage bifacial très soignées, inédites au Paléolithique supérieur. L’apparition et le développement de ces nouvelles techniques sont le témoin d’un changement profond des traditions techniques et des modèles économiques au Solutréen (Pelegrin, 2013). Toutefois, les hommes solutréens n’innovent pas uniquement dans le cadre de l’industrie lithique. L’industrie osseuse est également enrichie par l’apparition de nouveaux outils : l’aiguille à chas et le propulseur viennent compléter l’outillage en matière dure animale durant la phase récente du Solutréen. Ces différents outils témoignent non seulement d’un savoir-faire nouveau, mais également d’un perfectionnement des outillages de la chasse et sans doute de l’artisanat de la peau.

Fig. 1. Chronologie (en cal B.P.) du Solutréen par région

Fig. 1. Chronologie (en cal B.P.) du Solutréen par région

Crédit : N. Caurette.

7Le Solutréen se développe pendant un bouleversement climatique qui eut un impact majeur sur les populations végétales et animales – y compris les chasseurs-cueilleurs préhistoriques – : le Dernier Maximum Glaciaire. La confrontation des données environnementales obtenues via divers protocoles a permis de reconstruire le contexte climatique du Sud-Ouest de l’Europe pendant le Solutréen.

  • 1 Événements documentés par l’étude des carottes glaciaires du Groenland et définis par des transitio (...)
  • 2 Événements climatiques froids et abrupts dus à la débâcle d’iceberg dans l’océan Atlantique. La fon (...)

8Les analyses géochimiques et isotopiques des carottes glaciaires et marines (Andersen et al., 2006 ; Braconnot, 2007 ; Svensson et al., 2006 ; Van Vliet-Lanoë et Lisitsyna 2001) ont établi que l’Europe est affectée par un refroidissement global qui instaure un milieu froid et sec typique des steppes périglaciaires continentales. Les températures annuelles ne dépassaient pas les 8 °C en été et étaient comprises entre -20 °C et -40 °C en hiver. Cependant, les températures ne sont pas monotones : de brusques oscillations climatiques, les événements de Dansgaard-Oeschger 3/41 et 2 et de Heinrich 22, peuvent survenir en moins d’un siècle. Ces passages rapides d’un cycle à l’autre engendrent nécessairement des bouleversements des modes de vie des chasseurs-cueilleurs solutréens, surtout s’ils se déroulent à l’échelle d’une vie humaine.

9La faune et la flore ont aussi pu être reconstituées. Au nord du 55°, les calottes glaciaires et le permafrost avancent. Au sud du 55°, le couvert végétal se transforme alors en une steppe froide, ouverte, sèche et dominée par des herbacés au nord des Pyrénées et une steppe-toundra au sud (Bigelow et al., 2003 ; Sánchez-Goñi et Harrison, 2010 ; Vandenberghe, 1984). Des forêts de conifères subsistent sur le pourtour méditerranéen et les littoraux de la zone ibérique. (Peyron et al., 1998.) (fig. 2). L. Fontana a reconstitué le spectre faunique chassé au Solutréen en se basant sur l’étude de plusieurs sites en grotte (Fontana 2013, 2018). Les séries sont dominées avant tout par des restes de rennes (50 % ou plus des séries) puis par ceux de chevaux. Cette prédominance du couple renne/cheval sur les autres espèces chassées est classique du Paléolithique supérieur. La présence d’antilope saïga, fait nouveau à l’échelle du Pléistocène, dans une dizaine de sites au nord du Lot s’accorde avec la mise en place des steppes arides et froides. La présence anecdotique d’autres animaux classiques de ce milieu comme le rhinocéros laineux ou le mammouth soutiennent cette hypothèse. Des os de chamois, de sangliers, de cerfs et de bouquetins, particulièrement dans les sites méditerranéens, témoignent de possibles réchauffements ponctuels ou de biomes géographiques particuliers. Cependant, hormis l’antilope saïga, ces animaux sont très peu représentés dans les séries solutréennes (jamais sur plus de 5 sites) ce qui ne permet pas de les considérer avec certitude comme des gibiers chassés par les Solutréens.

Fig. 2. Carte schématique des milieux climatiques et de quelques sites solutréens en Europe de l’Ouest

Fig. 2. Carte schématique des milieux climatiques et de quelques sites solutréens en Europe de l’Ouest

Noir : sites du corpus.

Crédit : N. Caurette.

10La relation entre l’homme et son environnement repose sur un équilibre complexe et fragile. Des études paléodémographiques ont démontré que le Dernier Maximum Glaciaire a entraîné une chute démographique au sein des populations solutréennes. J.-P. Bocquet-Appel et ses collaborateurs estiment que la population d’Europe de l’Ouest ne dépasse pas les 8 000 individus (Bocquet-Appel et al., 2000). L’équipe de M. Tallavaara évalue la population en Europe de l’Ouest entre 4 à 6 individus au km² dans le Centre de la France jusqu’à 18-20 individus au km² au sud de la péninsule ibérique (Tallavaara et al., 2015). Bien que ces deux études livrent des résultats plus ou moins nuancés, elles s’accordent pour reconnaître l’influence du Dernier Maximum Glaciaire sur les populations solutréennes.

11Le cycle de nomadisme des Solutréens a pu être évalué en déterminant la fonction de différents sites. Plusieurs gisements sont interprétés comme des stations logistiques ayant pour but la réalisation d’une activité ou l’acquisition d’une ressource. C’est le cas par exemple de Combe Saunière (Geneste et Plisson, 1986) ou du Cuzoul de Vers (Ducasse et Renard, 2012), sites de production de pointes de projectile ou des Maîtreaux qui correspond à un atelier de taille (Almeida, 2005). De même, des sites sont interprétés comme des campements résidentiels comme le Fourneau du Diable (Peyrony 1932). Les populations solutréennes semblent être des groupes très mobiles et/ou formant des réseaux d’échange sur des territoires plus ou moins étendus, comme en témoigne la présence de silex allochtones issus de gisements à courte (0-5 km), moyenne (5-20 km) et longue distance (+20 km) et de coquillages marins dans plusieurs des sites du Sud-Ouest de la France (Aubry, 2013).

Quelle est la place du travail du cuir au sein de l’économie solutréenne ?

12La reconstitution des économies des chasseurs-cueilleurs préhistoriques se base presque exclusivement sur l’étude des artisanats laissant des vestiges archéologiques. Pourtant, les activités artisanales « invisibles », comme le travail de la peau, du bois ou des plantes devaient avoir une place tout aussi importante au sein de ces économies.

13L’être humain n’est pas naturellement adapté aux milieux froids. Le corps humain commence à trembler, signe de défaillance physique, lorsque la température extérieure est de 13 °C (Gilligan, 2019). Les protections contre le froid, comme les vêtements ou les couvertures d’habitat en peau animale ou en matière végétale, sont l’une des clés majeures de l’adaptation d’Homo sapiens aux milieux froids. Lors du Dernier Maximum Glaciaire, ces protections ne jouaient pas le rôle de simples éléments de confort, mais bien d’équipements nécessaires dans un milieu hostile.

14L’apparition de l’aiguille à chas durant le Solutréen soutient ce postulat : elle est considérée comme l’un des indices de la réalisation de protections complexes et sophistiquées (Hayden 2002). Son apparition durant le Solutréen ne signifie pas que les groupes humains préhistoriques antérieurs ne connaissaient pas la couture. En effet, la couture ne nécessite pas forcément l’emploi d’aiguilles, mais plutôt d’outils appointés de petite à moyenne dimension. Des poinçons en os, bien que moins standardisés et plus épais, sont présents dans les assemblages dès l’Aurignacien. Cependant, les aiguilles suggèrent la volonté des artisans d’obtenir des coutures plus précises, plus efficaces et plus fermement liées (Gilligan, 2019). Cela implique une la volonté d’améliorer leurs propriétés thermiques.

15Comme l’ont démontré les études archéozoologiques, la majorité des animaux chassés étaient des troupeaux de grands ongulés, ce qui renvoie à des stratégies de chasse classique pour le Paléolithique supérieur. Les rennes et les chevaux n’avaient sans doute pas uniquement pour but de fournir des ressources alimentaires ou des matières dures animales. En effet, les peaux de ces animaux fournissent des cuirs et des fourrures de qualité et, notamment celles du renne, aux qualités thermiques importantes.

16Pour réaliser ces protections contre le froid, il est nécessaire de développer des méthodes de production de cuirs ou de fourrures efficaces. Mettre en évidence, caractériser et comprendre les techniques et les procédés employés par les Solutréens pour transformer une peau animale en un matériau souple et résistant permet d’approcher les enjeux et les objectifs de cet artisanat. Outre les informations sur le cadre technique, identifier et reconstituer la ou les chaînes opératoires de la peausserie au Solutréen permet de comprendre l’impact de de ce système technique sur l’économie des chasseurs-cueilleurs et son intégration au sein de leur vie quotidienne.

Méthodologie

17L’une des principales difficultés de la reconstitution des techniques du travail de la peau est, nous l’avons dit, l’absence de témoins directs de cette production. Accéder aux techniques de traitement de la peau constitue donc un défi. Il faut alors avoir recours aux traces indirectes de cette activité : celles d’usures laissées sur les outils.

18L’analyse fonctionnelle, c’est-à-dire des stigmates d’utilisation déposés sur un outil après utilisation, permet de replacer celui-ci au sein de la chaîne opératoire et de le relier à un système technique. Il est alors possible d’identifier le type de peau travaillée (fraîche, sèche, réhumidifiée ponctuellement, reverdie c’est-à-dire remouillée, avec des d’additif ou des colorants), la présence ou non d’emmanchement et les gestes précis des artisans (Semenov, 1964 ; Christidou et Legrand, 2003 ; Gauvrit-Roux et Beyries 2018) (fig. 3).

Fig. 3. Traces d’usure de grattoirs expérimentaux ayant travaillé la peau sous différents états

Fig. 3. Traces d’usure de grattoirs expérimentaux ayant travaillé la peau sous différents états

A-C : grattoir sur peau fraîche qui a séché progressivement pendant 5h. A : émoussé qui arrondie et englobe les deux faces de la pièce. B-C : poli légèrement brillant, graisseux, grenu, envahissant et atteint toutes les dépressions du micro-relief. De rares stries fines superficielles à fond lisse ou rugueux sont visibles. D-F : grattoir sur peau sèche pendant 3h. D : émoussé qui forme un méplat sur la face supérieure. E-F : poli rugueux, mât, envahissant et qui atteint presque toutes les dépressions du micro-relief. Les stries sont assez nombreuses, superficielles ou profondes, étroites et longues ou courtes. G-I : grattoir sur peau sèche réhumidifiée ponctuellement pendant 2h30 (pièce expérimentale réalisée par S. Beyries, E. Gauvrit-Roux et C. De Stefanis). G : émoussé qui forme un méplat sur la face supérieure. H-I : poli brillant sur les points hauts du micro-relief et mât sur les points bas, graisseux à rugueux et envahissant. Les stries sont assez nombreuses, superficielles, étroites et longues ou courtes. J-L : grattoir sur peau reverdie pendant 1h10. J : émoussé est rond et peu développé. K-L : poli graisseux, ondulé, brillant, envahissant et atteint toutes les dépressions. Les stries sont rares, fines et longues ou courtes et à fond lisse.

Crédit : N. Caurette.

  • 3 Manière d’agir sur la matière pour la transformer.
  • 4 Agencement d’au moins deux techniques.

19Avec l’approche fonctionnelle, sont étudiés la fonction et le fonctionnement d’un outil. En référence à F. Sigaut, la fonction renvoie à la relation entre l’outil et la matière travaillée ; le fonctionnement, quant à lui, se réfère à la cinématique de l’outil (Sigaut 1991). Identifier comment un outil est utilisé permet de comprendre quels technique3 ou procédé4 l’artisan a employés et permet in fine de le replacer au sein de la chaîne opératoire. En étudiant les différents outils, il est possible de reconstituer les différentes étapes de cette chaîne opératoire et, ainsi, de caractériser la tradition technique d’un artisanat.

20Cette méthode a pourtant des limites. L’approche fonctionnelle ne permet d’étudier que les techniques réalisées avec des outils conservés sur un site archéologique. Toutes les techniques employant des outils en matériaux périssables ou réalisées manuellement sont donc inaccessibles. De plus, si la chaîne opératoire est segmentée dans le temps ou dans l’espace, une part des outils sera absente du site archéologique. Certaines étapes de la chaîne opératoire resteront donc inaccessibles au tracéologue. La reconstitution de la chaîne opératoire est donc généralement incomplète et partielle.

Les outils ethnographiques liés au travail de la peau

21L’ethnographie est une discipline importante dans la recherche archéologique. L’observation de groupes humains présentant des aspects socio-économiques ou techniques comparables à ceux des hommes préhistoriques permet d’établir des parallèles avec les sociétés passées. L’ethnographie permet d’apporter des éléments de réflexions sur les modes de vie des chasseurs-cueilleurs. Il faut toutefois veiller à ne pas tomber dans le piège des analogies rapides en calquant les mécanismes et les structures d’une société actuelle à celles du passé (Gallay, 1990).

  • 5 Beyries, 1999, 2002, 2008 ; Brandt et Weedman 1996, 2002 ; Colin et Jardon-Giner, 2002 ; D’Iatchenk (...)

22Plusieurs travaux ont été réalisés auprès d’artisans du cuir de peuples de chasseurs-cueilleurs actuels5 employant des outils similaires à ceux préhistoriques. Il n’y a pas une seule façon de traiter une peau animale : les procédés et les méthodes sont des faits hautement culturels. C’est la combinaison du choix de l’outillage et de l’agencement des techniques employées qui rend la chaîne opératoire du travail de la peau propre à chaque groupe.

23Les outils des artisans de la peau actuels sont extrêmement variés. Ils sont de formes diverses et peuvent être réalisés en os, en pierre, en bois, en métal ou même en verre. Certains chasseurs-cueilleurs produisent tous leurs instruments dans une même matière première. D’autres utilisent plusieurs matériaux. Dans le cadre de cet article, l’intérêt sera porté sur les industries lithiques et osseuses qui font écho aux matières premières utilisées par les Solutréens.

24Outre la variabilité de la nature de l’outillage, c’est également son utilisation qui diffère d’un groupe à l’autre. L’utilisation d’un outil est conditionnée par plusieurs paramètres : l’état de fraîcheur de la peau, le geste effectué et sa préhension (ou son emmanchement). Ces différents paramètres forment la cadre technique propre à chaque groupe.

25La chaîne opératoire du travail de la peau est composée de plusieurs étapes : l’écharnage, l’épilation, le tannage et l’assouplissement (Chahine, 2002). Prenons le cas particulier de l’écharnage. C’est une étape indispensable qui regroupe les différents gestes destinés à retirer l’hypoderme, la partie interne de la peau. L’hypoderme est constitué des tissus adipeux et des vaisseaux sanguins de la peau. Son retrait est nécessaire pour empêcher qu’elle ne pourrisse.

26L’écharnage peut donc se faire sur une peau fraîche, sèche ou reverdie avec une multitude d’outils. Certains groupes comme les Indiens Nakopi ou les Navajo n’emploient que des outils en os pour racler la peau fraîche, puis sèche (Mason, 1889). D’autres, en revanche, comme les Tchouktches ou les Gamo utilisent des grattoirs emmanchés en pierre (Beyries, 2002, 2008 ; Weedman, 2002). Pour finir, certains groupes emploient aussi bien des outils en os qu’en pierre comme les Athapascans qui raclent les peaux épaisses avec un queursoir en os lorsqu’elles sont humides, puis avec un grattoir en pierre lorsqu’elles sont sèches (Beyries 2002, 2008). Si, bien souvent, ce sont des actions de grattage de la peau qui sont employés, le geste peut être soit tiré soit poussé, et l’angle de l’outil par rapport à la matière travaillée varie selon sa morphologie et sa préhension ou son emmanchement (tableau 1).

Tableau 1. Exemples de techniques employées par quelques populations de chasseurs-cueilleurs actuels pour réaliser l’écharnage

Tableau 1. Exemples de techniques employées par quelques populations de chasseurs-cueilleurs actuels pour réaliser l’écharnage

Bleu : outils en pierre, Jaune : outil en os.

Crédit : N. Caurette.

Les outils archéologiques liés au travail de la peau

27L’ethnographie nous enseigne donc que l’artisanat du travail de la peau peut faire appel à un large ensemble d’outils et de gestes.

28Pour reconstruire le plus précisément possible une chaîne opératoire, il convient de s’interroger sur la fonction et le fonctionnement de l’ensemble des outils qui y interviennent et qui sont adaptés à une analyse fonctionnelle. C’est pourquoi le tracéologue doit, dans l’idéal, étudier l’intégralité des outils d’une même chaîne opératoire, en prenant en compte toutes les matières premières, surtout lors de l’étude de la peausserie qui est connue pour faire intervenir des instruments de nature variée.

29Certains outils du Paléolithique supérieur ont déjà pu être associés au travail des peaux grâce à des études fonctionnelles antérieures. C’est le cas des grattoirs en silex (Hayden, 2002 ; González Urquijo et Ibanez Estévez, 1994 ; Jardon-Giner et Sacchi, 1994), des lissoirs et des aiguilles en os (Christidou et Legrand 2003 ; D’Errico et al., 2018 ; Soressi et al., 2013). D’autres ont pu être rapprochés du travail des peaux, mais leur utilisation au sein de ce système semble moins systématique. Plusieurs burins, perçoirs, lames et éclats en silex ou des pierres grenues issues de contexte du Paléolithique supérieur sont parfois liés au travail de la peau (De Beaune, 2004).

  • 6 Approche visant à comprendre les différentes variables d’un système (technique, économique ou socia (...)

30Il nous semble ainsi important de ne pas regrouper seulement les outils du traitement de la peau, qu’ils soient en os et en silex, au sein d’une même étude fonctionnelle et de ne pas nous intéresser uniquement aux outils classiquement associés à cette activité. Si les grattoirs, les lissoirs et les aiguilles feront l’objet d’une attention particulière dans notre thèse, il est capital de ne pas négliger les autres catégories typologiques afin de reconstituer l’outillage du travail des peaux des artisans solutréens. Nous pourrons ainsi appréhender cet artisanat d’un point de vue systémique6.

La complémentarité des analyses fonctionnelles appliquées au matériel osseux et au matériel lithique

31Aucune étude couplant l’analyse fonctionnelle d’outils lithiques et osseux n’a été menée sur des séries solutréennes. Cette démarche a généralement été appliquée à des contextes archéologiques plus récents, comme le Mésolithique ou le Néolithique, notamment en Europe de l’Est (Beugnier et Maigrot, 2005 ; Sidéra, 1993 ; Van Gjin, 2008).

32Des études employant cette démarche conjointe ont prouvé le potentiel informatif non seulement sur le milieu technique, mais aussi sur la sphère socio-économique des sociétés passées.

33D’une part, l’étude de V. Beugnier et Y. Maigrot sur le site du Néolithique récent Chalain 4 et Clairvaux la-Motte-aux-Magnins (Jura) met en avant la complémentarité des outillages lithiques et osseux au sein de multiples sphères techniques (Beugnier et Maigrot, 2005). Sur ces sites, les peaux sont travaillées au sein de l’espace domestique. Elles ont été écharnées et épilées avec des grattoirs en silex ou des pièces tranchantes osseuses. Elles étaient parfois assouplies avec des biseaux en os, puis découpées avec des lames en silex pour l’assemblage des objets finis. L’étude de la morphométrie des outils conduit les auteures à supposer qu’ils étaient utilisés sur des peaux maigres de type cerf ou chevreuil. L’étude de Beugnier et Maigrot a permis non de seulement caractériser le déroulement du traitement des peaux, mais aussi de mettre en évidence son organisation socio-économique et spatiale.

  • 7 Amincissement complémentaire à l’écharnage de la face interne de la peau.

34I. Sidéra étudie, d’autre part les outils des sites de Darion (Liège, Belgique) et de Cuiry-lès-Chaudardes (Aisne) en s’appuyant sur les résultats présentés par J.-P. Caspar qui a étudié l’industrie lithique (Sidéra, 1993). Les outils en os sont utilisés pendant l’écharnage ou l’épilation et les grattoirs et les lames en silex interviennent par la suite lors du drayage7 et de l’assouplissement. Les Néolithiques ont également utilisé quelques biseaux en os lors de l’assouplissement, lorsque la peau est déjà transformée en cuir brut, et des poinçons pour perforer la peau. Cette étude montre qu’en s’intéressant à la complémentarité des outils en os et en silex, il est possible d’avoir une vision complète de la chaîne opératoire du traitement des peaux animales, ou par extension de tout autre artisanat.

35À travers ces deux exemples, nous percevons l’intérêt d’appliquer la démarche conjointe de l’analyse fonctionnelle lithique et osseuse aux industries paléolithiques. L’application à des contextes néolithiques a permis une caractérisation socio-économique du traitement de la peau au sein de ces sociétés rurales. Il est intéressant de vérifier si une telle complémentarité est également observable sur les outils des populations de chasseurs-cueilleurs nomades paléolithiques et, si oui, selon quelles modalités.

Présentation du corpus archéologique

36Pour mener à bien des analyses fonctionnelles, il est nécessaire de choisir des collections suffisamment bien conservées pour que les traces d’usure soient préservées. Il est également important qu’un minimum de phénomènes post-dépositionnels (taphonomiques ou anthropiques) affectent les collections. En effet, ces phénomènes peuvent altérer ou recouvrir les traces d’utilisation. Le choix du corpus s’est donc porté sur des sites du Sud-Ouest de la France présentant des collections lithiques et osseuses avec un potentiel tracéologique : la grotte de Combe Saunière 1 et le Fourneau du diable (fig. 4).

Fig. 4. Localisation des sites de Combe Saunière et du Fourneau du Diable

Fig. 4. Localisation des sites de Combe Saunière et du Fourneau du Diable

Crédit : N. Caurette.

La grotte de Combe Saunière 1 (Sarliac-sur-l’Isle, Dordogne)

37La grotte de Combe Saunière 1 est une petite grotte prolongée par un abri. Ce site a livré une succession de niveaux archéologiques allant du Châtelperronien (45 000-40 000 cal. BP) aux périodes historiques (Geneste et Chadelle, 1994). Trois niveaux datés du Solutréen récent constituent les occupations les plus riches en vestiges archéologiques (niveau IVa, IVb et IVc). Ces niveaux, bien qu’identifiés comme séparés par des couches stratigraphiques stériles, peuvent se rejoindre dans certaines zones de la grotte et des phénomènes d’érosion et de solifluxion ont pu engendrer des mélanges ponctuels avec des occupations plus récentes (Magdalénien).

38Les occupations solutréennes de Combe Saunière sont marquées par la richesse et la qualité des productions lithiques. Plus de 400 fragments de pointes à cran ont été découverts sur le site et ces pointes de projectile représentent la majorité des vestiges lithiques. Une production laminaire a été également réalisée sur le site, mais elle semble anecdotique. L’industrie osseuse de ces niveaux est dominée par les pointes de sagaies, souvent brisées ou endommagées suite à leur utilisation (Castel et al., 1998) (tableau 2). La composition de l’outillage et l’analyse techno-fonctionnelle des pointes de projectiles osseuses et lithiques permet de rapprocher ces occupations de sites logistiques liés à la chasse (Geneste et Plisson, 1986).

39Il apparaît que les Solutréens de Combe Saunière ont occupé périodiquement le site sans y installer un campement résidentiel. Si l’enjeu principal de l’occupation semble être la production et l’entretien des outils de la chasse, la présence d’un outillage dit « domestique » suggère la réalisation d’activités hors de la sphère cynégétique, comme le traitement des peaux. En effet, les grattoirs, lissoirs, aiguilles à chas et poinçons indiquent la présence de cette activité au sein de l’occupation.

Tableau 2. Outillage osseux et lithique solutréen de Combe Saunière

Tableau 2. Outillage osseux et lithique solutréen de Combe Saunière

Réalisé à partir des données de Geneste et Chadelle, 1994.

40Le potentiel tracéologique des séries solutréennes de Combe-Saunière a été démontré par H. Plisson, qui a étudié les pointes de projectiles et quelques outils du fond commun (Geneste et Plisson, 1986). Les pièces lithiques n’ont pas ou peu de patine, leurs bords sont frais ou légèrement érodés et seules quelques pièces portent des traces d’une importante oxydation. Les outils en os sont également bien conservés : les pièces ne sont pas érodées, portent très peu de patine, un léger lustré de sol et sont affectées par quelques desquamations.

41En raison du faible nombre de grattoirs et d’outils domestiques en os, aucune sélection n’a été effectuée pour ces objets, et ils feront tous partie de notre analyse fonctionnelle. Les burins, les perçoirs et les produits lamino-lamellaires ont tous été observés macroscopiquement avec une loupe binoculaire Olympus SZ60 (x10-x63). Ceux portants des traces macroscopiques du travail de la peau et de matières tendres animales (esquillements peu nombreux alignés ou isolés, majoritairement de petite dimension, à initiation en flexion et terminaison fine et émoussé de moyenne à forte intensité et d’invasivité marginale à importante) ont été isolés pour être de nouveau étudiés de manière plus poussée par la suite. 121 pièces, outillage osseux et lithique confondus, feront partie de notre étude des occupations solutréennes de Combe Saunière (fig. 5).

Fig. 5. Outils solutréens de Combe Saunière classiquement associés au travail de la peau

Fig. 5. Outils solutréens de Combe Saunière classiquement associés au travail de la peau

1-4 : Aiguilles à chas. 5-8 : Poinçons. 9-11 : Lissoirs. 12-20 : Grattoirs.

Crédit : N. Caurette.

Le Fourneau du Diable (Bourdeilles, Dordogne)

42Le Fourneau du Diable est un site au pied d’une falaise peu élevée qui occupe deux terrasses (supérieure et inférieure) à l’aplomb de la vallée de la Dronne. Ce site a livré des niveaux gravettiens (30 000-23 000 cal B.P.), solutréens, magdaléniens (19 000-14 000 cal B.P.) et de l’âge du Bronze. Découverts dès les années 1870, des fouilles systématiques de ce gisement ont été organisées par D. Peyrony de 1912 jusqu’à 1929 (Peyrony, 1932).

43Dans le cadre de notre projet de recherche, nous étudions les niveaux solutréens (I, II et III) de la terrasse supérieure. La distinction entre les niveaux a été faite artificiellement pour répondre aux besoins de la fouille et ne reflète pas nécessairement une réalité stratigraphique (Baumann, 2014 ; Peyrony, 1932). De plus, ces niveaux ont été au moins partiellement mélangés avec des couches archéologiques plus récentes (Magdalénien) et plus anciennes (Gravettien) (Baumann et al, 2015). Aucune donnée spatiale n’a été associée aux vestiges et ces derniers ont certainement fait l’objet d’une sélection par les fouilleurs. Il est donc probable que la série solutréenne du Fourneau du Diable présente des biais tant dans la composition du corpus que dans sa datation.

44Attribués par Peyrony au Solutréen récent, ces niveaux ont fourni une très importante collection lithique. Les pièces foliacées dominent largement ce corpus, mais les grattoirs sont également nombreux (19 % de l’outillage retouché) (Sonneville-Bordes, 1960). L’industrie osseuse se compose de presque 600 objets et est dominée par les pointes de projectile et les outils appointés. Les aiguilles à chas et les lissoirs ne représentent qu’une vingtaine d’objets (Baumann, 2014) (tableau 3).

Tableau 3. Outillage osseux et lithique solutréen du Fourneau du Diable

Tableau 3. Outillage osseux et lithique solutréen du Fourneau du Diable

Réalisé à partir des données de Sonneville-Bordes, 1960 et Baumann, 2014.

45D. Peyrony a avancé l’hypothèse que les Solutréens ont construit une grande hutte sur la terrasse supérieure, en se servant de gros blocs de calcaire et du renflement de la falaise comme des murs et en couvrant le tout de branchage (Peyrony 1932). Ce site se rapproche donc d’occupations de type résidentiel. Cette interprétation est appuyée par la présence d’un grand nombre d’activités telles que les productions lithique, artistique et symbolique, d’outils en matières osseuses ou le traitement des carcasses, mais il convient de rester prudent quant à l’interprétation de la nature de ce site (Baumann et al., 2015).

46Certaines pièces lithiques ont déjà fait l’objet d’une étude fonctionnelle à l’échelle macroscopique. H. Plisson a ainsi évalué et étudié les traces d’utilisation sur les pointes à cran solutréennes du Fourneau du Diable (Plisson et Geneste, 1989). L’outillage du fond commun n’a cependant jamais été étudié d’un point de vue fonctionnel. La conservation des objets lithiques varie grandement d’une pièce à l’autre : certaines pièces ne sont ni patinées ni érodées, alors que d’autres présentent une patine envahissante blanche et grenue avec de nombreuses concrétions. Toutes les pièces lithiques ont été conditionnées ensemble au sein de grands tiroirs en bois et elles portent donc des traces post-dépositionnelles de contacts et de frottement de silex contre silex. L’état de surface de l’industrie osseuse est dans l’ensemble de qualité moyenne à mauvaise. Les pièces sont affectées par plusieurs altérations taphonomiques (vermiculations, concrétions, desquamations et dissolutions) et anthropiques (vernis/consolidant, fragmentations) (Baumann, 2014). L’observation microscopique est donc à proscrire sur ce matériel, mais l’observation macroscopique reste cependant possible.

47Aucune sélection n’a été effectuée pour les pièces osseuses qui seront toutes incluses dans notre étude. En revanche, les pièces lithiques ont été échantillonnées. Seules les pièces les mieux préservées ont été sélectionnées après observation avec une loupe binoculaire Olympus SZ60. Ainsi, 143 pièces ont pu être sélectionnées (fig. 6). L’échantillonnage des produits lamino-lamellaires se fera dans un second temps.

Fig. 6. Outils solutréens du Fourneau du Diable classiquement associés au travail de la peau

Fig. 6. Outils solutréens du Fourneau du Diable classiquement associés au travail de la peau

1 : Aiguille à chas. 2-9 : Poinçons. 10-13 : Lissoirs. 14-22 : Grattoirs.

Crédit : N. Caurette.

Conclusion

48Notre compréhension des économies et des modes de vie préhistoriques sera enrichie à travers l’études des activités artisanales laissant des vestiges archéologiques visibles et invisibles. Le travail de la peau a une importance cruciale pour les populations de chasseurs-cueilleurs subactuels et la récurrence de ce constat au sein de très nombreux groupes issus de milieux variés permet de supposer qu’il en allait de même pour les chasseurs-cueilleurs préhistoriques. La reconnaissance des étapes de la chaîne opératoire de la peausserie est une fenêtre d’observation pour tenter de comprendre les différentes variables et leurs influences intervenant dans ce système. La crise climatique du Dernier Maximum Glaciaire a certainement eu, au moins en partie, un impact sur cet artisanat, mais son influence sur la vie quotidienne des chasseurs-cueilleurs n’est pas encore parfaitement éclaircie. Cependant, si la rigueur du climat a probablement influencé les techniques et les procédés du travail de la peau (comme le suggère l’apparition de l’aiguille à chas), nous n’excluons pas l’importance d’autres variables comme le symbolisme, la structure sociale et les notions d’apparat malheureusement très difficile à mettre en évidence à notre échelle d’observation.

49La méthode conjointe des analyses fonctionnelles osseuses et lithiques permet ainsi d’étudier l’outillage solutréen avec une vision large de cet artisanat afin de mener une approche systémique. Les collections de Combe Saunière et du Fourneau du Diable fournissent un corpus archéologique dont le potentiel informatif a été démontré et qui s’applique parfaitement à nos problématiques. La mise en parallèle des résultats obtenus pour chaque site permettra de caractériser le traitement de la peau au sein d’occupations aux fonctions différentes (halte de chasse et habitat). Le corpus de sites pourra être enrichi par la suite pour caractériser et vérifier si le déroulement de l’activité de la peausserie est homogène au sein de tous les sites solutréens. Si les Solutréens employaient plusieurs chaînes opératoires, il sera alors capital de se demander pourquoi et de tenter de comprendre les raisons qui ont poussé ces chasseurs-cueilleurs à privilégier une méthode plutôt qu’une autre.

50À terme, avec la multiplication des études de la chaîne opératoire du travail de la peau, il sera alors peut-être possible de comparer cette activité entre les différents techno-complexes du Paléolithique supérieur. La confrontation de ces résultats permettra de mettre en avant les variables propres à chaque groupe, par exemple ceux liés au contexte environnemental et économique. Il sera alors peut-être possible de déterminer les traditions techniques du travail de la peau de chaque groupe, comme c’est le cas par exemple pour la taille du silex. Peut-être sera-t-il possible de mettre en évidence des continuités ou des ruptures au sein de cet artisanat, qui pourrait correspondre à la perpétuation ou bien à la mise en place de nouvelles traditions techniques témoignant de changements modes de vie des hommes préhistoriques.

Bibliographie

Miguel Almeida, Première approche à l’interprétation palethonologique du groupe solutréen des Maîtreaux, Mémoire de DEA, dirigée par Nicole Pigeot, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2005.

Katrine K. Andersen et al., « The Greenland Ice Core Chronology 2005, 15-42ka. Part 1  : construction the time scale », Quaternary Science Reviews, 25, 2006, p. 3246‑57.

Thierry Aubry, « Approches spatiales au Solutréen  : le dessous des cartes et des plans », dans Janusz K. Kozlowski, Marcel Otte (dir.) Le Solutréen... 40 ans après Smith’ 66, Tours, Archea, 2013, p. 200‑211

J. Emili Aura Tortosa, Jesús F. Jordá Pardo, « Solutrenses des Sur de Iberia en Transición », Espacio, Tiempo y Forma Serie I, Prehistoria y Arqueología, no 5, 2012, p. 149‑169.

Malvina Baumann, A l’ombre des feuilles de laurier, les équipements osseux solutréens du sud-ouest de la France. Apports et limites des collections anciennes, thèse de doctorat dirigé par Nicole Pigeot, Paris I - Panthéon Sorbonne, 2014, 2 volumes.

Malvina Baumann et al., « Le gisement préhistorique du Fourneau du Diable (Bourdeilles, Dordogne). Rapport de fin d’opération annuelle » Bordeaux, UMR 5199 - PACEA, 2015.

Valérie Beugnier, Yolaine Maigrot, « La fonction des outillages en matières dures animales et en silex au Néolithique final. Le cas des sites littoraux des lacs de Chalain et Clairvaux (Jura, France) au 30e siècle avant notre ère », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 102, 2005, p. 335‑44.

Sylvie Beyries, « Ethnoarchaeology : a method of experimentation », dans Linda R. Owen., Martin Porr (dir.) Ethno-Analogy and Reconstruction of Prehistoric Artefact Use and Production, Tübingen, Urgeschichliche Materialhefte 14, 1999, p. 114‑130.

Sylvie Beyries, « Le travail du cuir chez les Tchouktches et les Athapaskans  : implications ethno-archéologiques », dans Françoise Audouin-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2002, p. 143‑57.

Sylvie Beyries, « Modélisation du travail du cuir en ethnologie  : proposition d’un système ouvert à l’archéologie », Anthropozoologica, 43, no 1, 2008, p. 9‑42.

Sylvie Beyries, Veerle Rots, « The contribution of ethno-archaeological macro- and microscopic wear traces to the understanding of archaeological hide-working processes », dans Longo Laura, Skakun Natalia (dir.) « Prehistoric Technology » 40 years later : functional studies and the Russian Legacy. Interpreting Stone Tools, Vérone, Muséo civico di storia naturale di Verona, 2008, p. 21‑28.

Nancy H. Bigelow et al., « Climate change and Arctic ecosystems : 1. Vegetation changes north of 55°N between the last glacial maximum, mid-Holocene, and present », Journal of Geophysical Research, 102, 19, 2003, p. 1‑24.

Jean-Pierre Bocquet-Appel, « Population Kinetics in the Upper Palaeolithic in Western Europe », Journal of Archaeological Science, 27, 2000, p. 551‑70.

Bruno Bosselin, François Djindjian, « Une révision du Solutréen de Laugerie-Haute et le problème des transitions Gravettien-Solutréen et Solutréen-Badegoulien en Aquitaine », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 94, no 4, 1997, p. 443‑54.

Pascale Braconnot et al., « Results of PMIP2 coupled simulations of the Mid-Holocene and Last Glacial Maximum – Part 1: experiments and large-scale features », Climate of the Past, 3, 2007, p. 261‑277.

Steven A. Brandt, Kathryn Weedman, « Gurage Hide Working, Stone Tools Use and Social Identitity : An Ethnoarchaeological Perspective », dans Grover Hudson (dir.) Essays on Gurage Language and Culture. Dedicated to Wolf Leslau on the occasion of his 90th Birthday November 14th, 1996, New-York, Harrasowitz Verlag, 1996, p. 35‑51

Steven A. Brandt, Kathryn Weedman, « The ethnoarchaeology of hide working and stone tool use in Konso, Southern Ethiopia: an introduction », dans Françoise Audoiun-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2002, p. 113‑129.

Jean-Christophe Castel et al., « De l’alimentaire et du technique  : la consommation du renne dans le Solutréen de Combe Saunière », dans Jean-Philip Brugal, Liliane Meignen, Marylène Patou-Mathys (dir.) Économie préhistorique de subsistance au Paléolithique, XVIIIe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 1998, p. 433-445.

Claire Chahine, « Évolution des techniques de fabrication du cuir et problème de conservation », dans Françoise Audouin-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2002, p. 13‑30.

Rozalia Christidou, Alexandra Legrand, « Hide working and bone tools : experimentation design and applications ». dans Heidi Luik, Alice M Choyke., Colleen E. Baytey, et al., (dir.) From Hooves to Horns, from Mollusc to Mammoth. Manufacture and Use of Bone Artefacts from Prehistoric Times to the Present, Proceeding of the 4th Meeting of the ICAZ Worked Bone Research Group, 2003, p. 385-396.

Fernand Collin, Paula Jardon-Giner, « Travail de la peau avec des grattoirs emmanchés  : Réflexions sur des bases expérimentales et ethnographiques », dans Patricia Anderson et al., (dir.) Traces et fonctions  : les gestes retrouvés, Actes du colloque international de Liège, 8-9 décembre 1990, Liège, Université de Liège, 1993, p. 105‑117.

Francesco D’Errico et al., « The origin and evolution of sewing technologies in Eurasia and North America », Journal of Human Evolution, 125, 2018, p. 74‑86.

Vladimir I. D’Iatchenko, Francine David, « La préparation traditionnelle des peaux de poissons et de mammifères marins chez les populations de l’Extrême-Orient sibérien de la langue toungouze », dans Françoise Audouin-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2002, p. 175‑191.

Sylvain Ducasse, Caroline Renard, « De 20 000 à 18 000 BP en Quercy  : Apport de la séquence du Cuzoul de Vers à la compréhension de l’évolution des comportements socio-économiques entre Solutréen et Badegoulien », dans Jean Clottes, Jean-Pierre Giraud, Pierre Chalard (dir.), Solutréen et Badegoulien au Cuzoul de Vers. Des chasseurs de rennes en Quercy, Liège, ERAUL, 2012, p. 459-471.

Laure Fontana, « Chasser au Maximum glaciaire  : particularités de l’environnement et prédation », dans Janusz K. Kozlowski, Marcel Otte (dir.) Le Solutréen... 40 ans après Smith’ 66, Tours, Archea, 2013, p. 353‑365

Laure Fontana, « Économie des ressources animales et environnement des sociétés solutréennes », dans Marcel Otte (dir.) Les Solutréens, Arles, Errance, 2018, p. 9‑36.

Jack Gallagher, « The Preparation of Hides with Stone Tools in South Central Ethiopia », Journal of Ethiopian Studies, 12, no 1, 1974, p. 177‑182.

Alain Gallay, « L’ethnoarchéologie, science de référence de l’archéologie » dans Coloquio (Faro, 4-5 mars 1989), Faro, Universidad do Algarve, 1990, p. 282‑302.

Eugénie Gauvrit-Roux, Sylvie Beyries, « Le travail de la peau au Magdalénien moyen ancien. Analyse techno-fonctionnelle des grattoirs de la Marche (Lussac-les-Châteaux, Vienne) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, 115, no 4, 2018, p. 647‑675.

Jean-Michel Geneste, Jean-Pierre Chadelle, Grotte de Combe Saunière 1. Rapport d’activités 1994 pour le Musée National de Préhistoire, Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil, Musée National de Préhistoire, 1994.

Jean-Michel Geneste, Hugues Plisson, « Le Solutréen de la grotte de Combe Saunière 1 (Dordogne). Première approche palethnologique », Gallia Préhistoire, 29, no 1, 1986, p. 9‑27.

Ian Gilligan, Climate, clothing and agriculture in Prehistory, Cambridge, Cambridge University Press, 2019.

Jesús Emilio González Urquijo, Juan José Ibanez Estévez, Metodología de análisis funcional de instrumentos tallados en sílex, Bilbao, Univesidad de Deusto, 1994.

Brian Hayden, « L’évolution des premiers vêtements en cuir », dans Françoise Auduoin-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2002, p. 193‑216.

Catherine Hincker, « Matière et métier  : le travail des peaux et du cuir chez les Touaregs de l’Ouest (Mali) », dans Françoise Auduoin-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2002, p. 99‑112.

Jesús Emilio Ibanez Estévez, Juan José Gonzalez Urquijo, « Le travail de la peau en milieu rural  : le cas de la Jebala marocaine », dans Françoise Auduoin-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, APDCA, 2002, p. 143‑157.

Paula Jardon-Giner, Dominique Sacchi, « Traces d’usage et indice de réaffûtages et d’emmanchements sur des grattoirs magdaléniens de la grotte de Gazel à Sallè-les-Cabardes (Aude, France) », l’Anthropologie, 98, no 2‑3, 1994, p. 427‑446.

Michael Jochim, « Late Pleistocene Refugia in Europe », dans Olga Soffer (dir.) The Pleistocene Old World, Londres, Plenum Press, 1987, p. 317‑331.

Jean-François Le Moüel, « Préparation et utilisation des peaux de phoques chez les Eskimo Naujâmiut », dans Marc-Rodolphe Sauter, Lucien Bernot (dir.) L’homme, hier et d’aujourd’hui  : recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan, Paris, Cujas, 1973, p. 173‑192.

Thomas J. Loebel, « Endscrapers, Use-wear and Early Paleoindians in Eastern North America » dans Joseph A. Gringerich (dir.) The Eastern Fluted Point Traditions, Salt Lake City, University of Utah Press, 2013, p. 315‑30.

Otis T. Mason, « Aboriginal skin-dressing - A study based of material in the U.S. National Museum », Report of the National Museum, Smithsonian Institution, 1889, p. 533‑589.

Jacques Pelegrin, « Les grandes feuilles de laurier et autres objets particuliers du Solutréen  : une valeur de signe », dans Janusz K. Kozlowski, Marcel Otte (dir.) Le Solutréen... 40 ans après Smith’ 66, Tour, Archea, 2013, p. 143‑164.

Odile Peyron et al., « Climatic Reconstruction Europe for 18,000 YR B.P. from Pollen Data », Quaternary Research, 49, 1998, p. 183‑196.

Denis Peyrony, Les gisements préhistoriques de Bourdeilles (Dordogne), Archives de l’Institut de Paléontologie Humaine, mémoire 10, Paris, Masson, 1932.

Hugues Plisson, Jean-Michel Geneste, « Analyse technologique des pointes à cran solutréennes du Placard (Charente), du Fourneau du Diable, du Pech de la Boissière et de Combe Saunière (Dordogne) », Paléo, 1, 1989, p. 65‑106.

Marco de la Rasilla Vives, « Secuencia y crono-estratigrafia del solutrense cantabrico », Trabajos de Prehistoria, 46, 1989, p. 35‑46.

Maria Fernanda Sánchez-Goñi, Sandy P.Harrison, « Millenial-scale variability and vegetation during last glacial maximum : concepts and terminology », Quaternary Science Reviews, 29, 2010, p. 2823‑2827.

Sergueï Semenov, Prehistoric technology : an experimental study of the oldest tools and artefacts from traces of manufacture and wear, Londres, Cory, Adams & Mackay, 1964.

Isabelle Sidéra, « Outillage d’os et de silex à Cuiry-lès-Chaudardes et à Darion, une consécration aux matières animales ». dans Patricia Anderson et al., (dir.) Traces et fonctions  : les gestes retrouvés, Liège, Université de Liège, 1993, p. 147‑157.

François Sigaut, « Un couteau ne sert pas à couper, mais en coupant  : structure, fonctionnement et fonction dans l’analyse des objets », dans Sylvie Beyries, Liliane Meignen, Pierre-Jean Texier (dir.) 25 ans d’études technologiques en Préhistoire, Antibes, Juan-les-Pins, 1991, p. 21‑34.

Denise de Sonneville-Bordes, Le Paléolithique supérieur en Périgord, Bordeaux, Imprimeries Delmas, 1960.

Marie Soressi et al., « Neandertals made the first specialized bone tools in Europe », Proceedings of the National Academy of Sciences, 110, no 3, 2013, p. 14186‑14190.

Sylvain Soriano, « L’impact des facteurs taphonomiques sur la connaissance du Paléollithique supérieur ancien du Bassin Parisien » dans Pierre Bodu, Lucie Chehmana, Laurent Klaric (dir.) Le paléolithique supérieur ancien de l’Europe du Nord-Ouest  : réflexions et synthèses d’un projet collectif de recherche sur le centre et le sud du Bassin Parisien, Paris, Société préhistorique française, 2013, p. 21‑36.

Anders Svensson et al., « The Greenland Ice Core Chronology 2005, 15–42 ka. Part 2: comparison to other records », Quaternary Science Reviews, 2006, p. 1‑10.

Miika Tallavaara et al., « Human population dynamics in Europe over the Last Glacial Maximum » Proceedings of the National Academy of Sciences, 112, no 27, 2015, p. 8232‑8237.

Brigitte Van Vliet-Lanoë, Olga Lisitsyna, « Permafrost extent at the Last Glacial Maximum and the Holocene optimum. The CLIMEX Map » dans Roland Paepe, V. Melnikov (dir.) Permafrost response on Economic development, Environment Security and Natural Resources, New York, Kluwer Academic Publishers, 2001, p. 215‑225.

Annelou Van Gijn, « Toolkits and technological choices at the Middle Neolithic site of Schipluiden, The Netherlands » dans Laura Longo, Natalia Skakun (dir.) « Prehistoric Technology » 40 years later : functional studies and the Russian Legacy. Interpreting Stone Tools, Vérone, Muséo civico di storia naturale di Verona, 2008, p. 217‑25.

Jef Vandenberghe, « Paleoenvironment and Stratigraphy during the Last Glacial in the Belgian-Dutch Border Region », Quaternary Research, 24, 1984, p. 23‑38.

Kathryn J. Weedman, « An ethnoarcheological study of stone-tool variability among the Gamo Hideworkers of Southern Ethiopia », dans Françoise Audouin-Rouzeau, Sylvie Beyries (dir.) Le travail du cuir de la Préhistoire à nos jours, Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, Antibes, 2002, p. 131-141.

João Zilhão, O Paleolítico superior da estremadura portuguesa, Lisbonne, Edições Colibri, 1997.

Notes

1 Événements documentés par l’étude des carottes glaciaires du Groenland et définis par des transitions climatiques brusques et rapides, particulièrement lors des réchauffements, qui durent moins d’un siècle.

2 Événements climatiques froids et abrupts dus à la débâcle d’iceberg dans l’océan Atlantique. La fonte de ces icebergs engendre un refroidissement brutal de l’hydrologie atlantique, et par répercussion, de l’hémisphère Nord.

3 Manière d’agir sur la matière pour la transformer.

4 Agencement d’au moins deux techniques.

5 Beyries, 1999, 2002, 2008 ; Brandt et Weedman 1996, 2002 ; Colin et Jardon-Giner, 2002 ; D’Iatchenko et David, 2002 ; Gallagher, 1974 ; Hincker, 2002 ; Ibanez Estévez et González Urquijo, 2002 ; Le Moüel, 1973 ; Loebel, 2013 ; Mason, 1889 ; Weedman 2002

6 Approche visant à comprendre les différentes variables d’un système (technique, économique ou social), leurs influences au sein de dernier et leurs conséquences si l’on change l’une d’entre elles.

7 Amincissement complémentaire à l’écharnage de la face interne de la peau.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Chronologie (en cal B.P.) du Solutréen par région
Crédits Crédit : N. Caurette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 2. Carte schématique des milieux climatiques et de quelques sites solutréens en Europe de l’Ouest
Légende Noir : sites du corpus.
Crédits Crédit : N. Caurette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 3. Traces d’usure de grattoirs expérimentaux ayant travaillé la peau sous différents états
Légende A-C : grattoir sur peau fraîche qui a séché progressivement pendant 5h. A : émoussé qui arrondie et englobe les deux faces de la pièce. B-C : poli légèrement brillant, graisseux, grenu, envahissant et atteint toutes les dépressions du micro-relief. De rares stries fines superficielles à fond lisse ou rugueux sont visibles. D-F : grattoir sur peau sèche pendant 3h. D : émoussé qui forme un méplat sur la face supérieure. E-F : poli rugueux, mât, envahissant et qui atteint presque toutes les dépressions du micro-relief. Les stries sont assez nombreuses, superficielles ou profondes, étroites et longues ou courtes. G-I : grattoir sur peau sèche réhumidifiée ponctuellement pendant 2h30 (pièce expérimentale réalisée par S. Beyries, E. Gauvrit-Roux et C. De Stefanis). G : émoussé qui forme un méplat sur la face supérieure. H-I : poli brillant sur les points hauts du micro-relief et mât sur les points bas, graisseux à rugueux et envahissant. Les stries sont assez nombreuses, superficielles, étroites et longues ou courtes. J-L : grattoir sur peau reverdie pendant 1h10. J : émoussé est rond et peu développé. K-L : poli graisseux, ondulé, brillant, envahissant et atteint toutes les dépressions. Les stries sont rares, fines et longues ou courtes et à fond lisse.
Crédits Crédit : N. Caurette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tableau 1. Exemples de techniques employées par quelques populations de chasseurs-cueilleurs actuels pour réaliser l’écharnage
Légende Bleu : outils en pierre, Jaune : outil en os.
Crédits Crédit : N. Caurette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 4. Localisation des sites de Combe Saunière et du Fourneau du Diable
Crédits Crédit : N. Caurette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Titre Tableau 2. Outillage osseux et lithique solutréen de Combe Saunière
Crédits Réalisé à partir des données de Geneste et Chadelle, 1994.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 5. Outils solutréens de Combe Saunière classiquement associés au travail de la peau
Légende 1-4 : Aiguilles à chas. 5-8 : Poinçons. 9-11 : Lissoirs. 12-20 : Grattoirs.
Crédits Crédit : N. Caurette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Tableau 3. Outillage osseux et lithique solutréen du Fourneau du Diable
Crédits Réalisé à partir des données de Sonneville-Bordes, 1960 et Baumann, 2014.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Fig. 6. Outils solutréens du Fourneau du Diable classiquement associés au travail de la peau
Légende 1 : Aiguille à chas. 2-9 : Poinçons. 10-13 : Lissoirs. 14-22 : Grattoirs.
Crédits Crédit : N. Caurette.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78917/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, Équipe Ethnologie préhistorique
UMR 7264, CEPAM, Équipe STEP
Thèse sous la codirection de Boris Valentin et Sylvie Beyries.

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search