Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La soif de Jérusalem

 | 
Vincent Lemire

Partie I. La mémoire de l’eau (1840-1880)

Chapitre 1. Au commencement était la source

Texte intégral

De l’oubli de Jérusalem à la réinvention des eaux saintes

  • 2 Constantin-François Volney, Voyage en Syrie et en Égypte (1783-1785), Paris, 1787, cité dans Abdel (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Sur la perception européenne des villes orientales à l’époque moderne, voir Jean-Paul Bonnin, Les (...)

1En 1784, le philosophe et académicien Constantin-François Volney visite Jérusalem. Frappé par le très faible nombre de voyageurs occidentaux qu’il rencontre dans la Ville sainte, il oppose un Moyen Âge des croisades à une Europe moderne qui aurait oublié Jérusalem : « L’on sait que, de tout temps, la dévote curiosité de visiter les saints lieux conduisit de tous pays les chrétiens à Jérusalem […]. L’on se rappelle que ce fut cette ferveur qui, agitant l’Europe tout entière, produisit les croisades. Depuis leur malheureuse issue, le zèle des Européens se refroidissant de jour en jour, le nombre de leurs pèlerins s’est beaucoup diminué2. » Cet oubli de la Jérusalem terrestre s’accompagne d’un violent dénigrement de l’actuelle ville ottomane : « À voir ses murailles abattues, ses fossés comblés, son enceinte embarrassée de décombres, l’on a peine à reconnaître cette métropole qui jadis lutta contre les Empires les plus puissants ; qui balança un instant les efforts de Rome même ; et qui, par un retour bizarre du sort, en reçoit aujourd’hui dans sa chute l’hommage et le respect ; en un mot, l’on a peine à reconnaître Jérusalem3. » Volney exprime ici clairement le fossé qui s’est creusé à l’époque moderne entre l’Orient et l’Occident, et qui engage désormais les rares Européens voyageurs dans un registre déceptif, qui tend à opposer les splendeurs de la ville antique à l’étrangeté morbide de la ville ottomane : l’Europe ne reconnaît plus Jérusalem4.

  • 5 Marcel Ladoire, Voyage fait à la Terre sainte en l’année 1719, contenant la description de la vill (...)
  • 6 Sur la crise du pèlerinage à la fin du Moyen Âge et l’oubli de Jérusalem, voir M.-Christine Gomez- (...)
  • 7 Voltaire, Dictionnaire philosophique, article « Judée », Paris, 1764, cité dans Abdelwahab Meddeb (...)

2Avant Constantin-François Volney, d’autres Européens avaient versé dans ce thème de la déploration. En 1719, Marcel Ladoire se rend en pèlerinage en Terre sainte et souligne la perte d’influence des chrétiens dans ce qu’il appelle la « Jérusalem d’aujourd’hui5 ». L’esprit de croisade du Moyen Âge, qui entretenait la fascination des voyageurs européens et permettait de maintenir le lien entre la Jérusalem terrestre et le récit évangélique, a laissé place au dénigrement et à l’amertume6. La croisade s’est portée depuis le xvie siècle sur le front intérieur, avec l’affrontement des catholiques et des protestants, l’idéologie de la Contre-Réforme et la lutte contre les hérésies. À la fin du xviiie siècle, l’Europe a oublié Jérusalem, et Voltaire, dans son Dictionnaire philosophique, peut proclamer que la « Terre promise » est désormais une « terre perdue ». « Savez-vous bien que, si le Grand Turc m’offrait aujourd’hui la seigneurie de Jérusalem, je n’en voudrais pas ? », écrit-il, avant d’ajouter « que la situation de Jérusalem est horrible, que tout le pays alentour est pierreux, que les montagnes sont pelées […], qu’en été il n’y a pas seulement d’eau à boire. » Il témoigne ainsi, avec l’ironie féroce qui lui est propre, des récits qu’il a pu recueillir « des gens de toutes nations qui en sont revenus7 ». Désormais, le manque d’eau potable s’impose comme un des thèmes récurrents des récits de voyages européens, car il permet à la fois de dénoncer l’incurie supposée des autorités ottomanes et de souligner que la Ville sainte a perdu la trace de l’eau vive des temps évangéliques. Pour retrouver Jérusalem, pour reconnaître la ville racontée par la Bible, il faut retrouver l’eau biblique.

Retrouver Jérusalem : sous les pavés, la Bible

3À la fin de l’époque moderne, alors que l’expédition d’Égypte marque le début de la redécouverte de la Terre sainte par les Européens, deux villes semblent coexister sur le même site : la ville biblique, imaginée à distance par les Occidentaux, et la ville réelle. Au début du xixe siècle, le retour des Européens en Terre sainte ne vise pas à la rencontre de cette ville réelle, mais au contraire à sa négation pure et simple, par un processus d’évitement et de contournement ; il s’agit de retrouver, sous la ville moderne, les traces archéologiques de la Jérusalem évangélique. Dans cette tentative de court-circuit historique, le sous-sol de la ville, et notamment les conduites hydrauliques, les sources et les puits apparaissent comme les portes d’entrée les plus efficaces.

  • 8 Pierre Loti, Jérusalem, 1895, cité dans Claude Aziza (éd.), Jérusalem. Le rêve à l’ombre du Temple(...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

4Tous les récits de voyage rendent compte de cette obsession du souterrain. Pierre Loti, en visitant le couvent des Dames de Sion, rêve ainsi d’une reconstitution souterraine de la ville du Christ : « Bientôt, en fouillant de tous les côtés, sous les couvents, sous les églises, à dix ou douze mètres plus bas que le niveau actuel, on reconstituera la Jérusalem du Christ8. » Il constate que la toile d’un véritable réseau de mémoire se tisse depuis des années déjà dans les profondeurs de la Ville sainte, grâce aux efforts conjugués des missionnaires chrétiens : « Chez les Filles de Sion, bien entendu, ce souterrain, cette rue, tout cela se perd mystérieusement dans la terre amoncelée, sitôt qu’on arrive aux limites de la communauté. Mais plus loin, disent-elles, en différentes places, d’autres religieux ont commencé à faire de même ; chaque monastère plonge, par des caveaux, dans le sol profond, et déjà l’on peut, en rapprochant idéalement les tronçons des voies hérodiennes, les débris des anciens remparts, retrouver et suivre jusqu’au Calvaire la route du Christ9. » Le projet des Européens, dont Pierre Loti dresse un premier bilan à la fin du siècle, est donc bien de contourner la ville moderne pour faire réapparaître, sur un mode presque hallucinatoire, la ville des Évangiles : « Ce jeu de marelle, par terre, attire et retient mes yeux. Maintenant je les vois presque, les soldats de Pilate, accroupis à jouer là, pendant que Jésus est interrogé au Prétoire. Toute une reconstitution se fait dans mon esprit, invoulue, spontanée, des scènes de la Passion, avec leurs réalités intimes, avec leurs détails très humains et très petits […]. Il passe devant moi, le petit cortège des suppliciés, traînant leurs croix sur ces vieux pavés rouges10. »

La source et le baptistère

  • 11 George Samson, The Sufficiency of Water for Baptizing at Jerusalem, and Elsewhere in Palestine, as (...)

5Les points d’eau jouent un rôle central dans ce processus de réinvention des Lieux saints. Véritable « garde-mémoire » de la ville antique, ils permettent de situer avec quelques vraisemblances de nombreux récits évangéliques. La place de l’eau au cœur du système symbolique chrétien accentue cette obsession hydraulique des pèlerins européens : l’eau du baptême, à l’origine de la révélation de Jésus et au commencement de toute vie chrétienne, sert de support à une vaste entreprise de christianisation des sites hydrauliques emblématiques de la ville, bien visible par exemple dans The Sufficiency of Water for Baptizing at Jerusalem, opuscule d’inspiration baptiste rédigé par le révérend George Samson en 185111. L’auteur consacre plus de cinquante pages à l’inventaire des points d’eau de Jérusalem et des alentours, pour évaluer leur capacité à servir de baptistère aux chrétiens baptistes qui cherchent à remonter aux sources authentiques du baptême du Christ, en privilégiant en particulier l’immersion totale du fidèle dans l’eau lustrale, se distinguant ainsi de la simple aspersion recommandée alors par la hiérarchie catholique. Pour se conformer strictement aux rites baptistes, c’est l’immersion dans le Jourdain qui serait bien sûr recommandée dans l’idéal, mais la difficulté d’accès complique la mise en application de cette solution : c’est donc vers Jérusalem qu’il faut se tourner. La vallée orientale, entre les murs de la ville et le mont des Oliviers, se construit ainsi peu à peu comme un véritable Jourdain de substitution.

  • 12 Ibid., p. 124-125.
  • 13 Au sein d’une bibliographie très abondante, on peut consulter : Per Lundberg, La typologie baptism (...)

6La source du Gihon ou « fontaine de la Vierge », principale ressource en eau vive pour la ville, est ainsi transfigurée sous la plume des observateurs chrétiens en un véritable baptistère : « Si la Providence a fait ce lieu exprès pour l’immersion, il ne pourrait y avoir une source aménagée de façon plus pratique et appropriée, car elle contient une vaste pièce, une eau abondante, et aussi, si nécessaire, un lieu de repos où l’on peut même se changer12 », écrit le révérend Samson. La source apparaît donc, par ses caractéristiques physiques, comme un point d’eau naturellement chrétien. La source d’eau vive de la vallée orientale était donc « à l’origine » un baptistère chrétien, dans l’esprit du révérend Samson. Cette course aux origines, qui consiste à démontrer l’antériorité des usages pour revendiquer la souveraineté sur les lieux, est une des stratégies constitutives de la réinvention des Lieux saints par les Européens. Elle est particulièrement appliquée aux points d’eau, tant ils semblent porter la trace des origines de la ville, en même temps qu’ils cristallisent la symbolique purificatrice du baptême chrétien13.

Croisade toponymique

  • 14 Jean, ix, 6-7 : « Il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive, enduisit avec cette boue les y (...)
  • 15 Jacob R. Freese, Palestine, Syria and Asia Minor. Travel, Incidents, Description and History, Phil (...)

7La christianisation de la mémoire hydraulique de la ville tend donc à faire des sources de la vallée orientale autant de baptistères oubliés. À cette christianisation fonctionnelle des points d’eau de Jérusalem s’ajoute également une christianisation anecdotique et toponymique : dans la tradition chrétienne, Siloé serait en effet le lieu de la guérison miraculeuse de l’aveugle-né par Jésus, telle que la rapporte l’Évangile de Jean14. Ce miracle fonctionne sur le mode narratif de la Révélation (« L’aveugle s’en alla donc, il se lava et revint en voyant clair »), comme une déclinaison allégorique du baptême. Pour le commémorer, les chrétiens qui visitent Jérusalem reproduisent le même geste : « Lors d’une de nos visites, nous descendons de cheval, nous lavons nos yeux et baignons notre front dans son eau douce, et, bien que n’étant pas aveugles, nous sommes revigorés par ses effets », rapporte ainsi l’Américain Jacob Freese en 1869, parmi tant d’autres témoignages similaires15.

  • 16 La Terre sainte, n° 79, octobre 1878, p. 841.
  • 17 Ibid.

8En 1878, un correspondant du mensuel La Terre sainte a lui aussi voulu réactualiser le geste de Jésus, mais l’usage citadin du point d’eau vient contrarier le projet commémoratif du pèlerin : « Déception complète : le bassin avait été mis à sec pour le débarrasser des terres qui s’y étaient éboulées, ce qu’étaient en train de faire de nombreux ouvriers […] ; combien j’ai regretté qu’il n’y eût pas lieu d’y descendre et d’y laver mes yeux dans les eaux bénies que Notre Seigneur fit servir à la guérison d’un aveugle-né16. » Les points d’eau, supports de conflits de mémoire, sont aussi le théâtre de conflits d’usage : l’entretien quotidien contredit le geste commémoratif. La christianisation des lieux par la toponymie conduit l’auteur de l’article à passer sous silence les multiples dénominations locales de la source pour leur préférer l’usage exclusif du toponyme « fontaine de la Vierge » : « La source intermittente et d’un goût saumâtre sort d’un canal souterrain qui l’amène de la région du Temple pour ensuite, par un autre canal de même nature percé dans la roche, aboutir à la piscine de Siloé. Tous, musulmans comme chrétiens, l’appellent la fontaine de la Vierge, ou selon que s’expriment les premiers, la fontaine de Notre Dame Marie (Aïn Sitti Mariam), l’ayant à ce titre en vénération. Pas de doute, en effet, que la mère du Sauveur y ait eu recours17. » De nombreuses descriptions témoignent pourtant de l’usage du toponyme arabe Umm al-Darraj (Mère des marches) par la population locale, en référence aux vingt-huit marches d’escalier qui y descendent. Dans la plupart des récits de pèlerinage, ce toponyme local est purement et simplement recouvert par la tradition évangélique.

  • 18 Maurice Halbwachs, La topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte, Paris, 1971 (1re éditi (...)

9Les sources de la vallée orientale semblent donc focaliser l’attention des voyageurs qui redécouvrent Jérusalem : ces résurgences d’eau, qui jaillissent un peu mystérieusement des entrailles profondes de la Ville sainte, fonctionnent comme autant de résurgences de mémoire. Grâce à elles, les pèlerins peuvent accéder au passé et dupliquer le geste biblique, car cette eau conserve et actualise la mémoire des miracles évangéliques. Cette « hydrographie légendaire des Évangiles en Terre sainte », pour paraphraser le titre de Maurice Halbwachs, est pourtant bien une construction historique. La mémoire chrétienne de Jérusalem n’est pas le reliquat fragile d’un stock de souvenirs accumulés à l’époque évangélique ; elle est au contraire le produit d’un long et patient travail d’élaboration. Ce processus est particulièrement manifeste autour de la fontaine de Siloé : Maurice Halbwachs souligne ainsi que « le pèlerin de Bordeaux ne fait pas allusion à la guérison de l’aveugle » lorsqu’il visite le site vers 33018, alors que dans le même passage il interprète l’intermittence de la source dans le cadre du seul calendrier juif (« Ici, une source coule six jours et six nuits, mais le septième jour qui est le shabbat, elle ne coule pas de toute la nuit et de tout le jour »). Selon Halbwachs, le silence du pèlerin de Bordeaux à propos du miracle de l’aveugle ne relève pas de l’oubli, mais témoigne au contraire d’une tradition chrétienne encore inarticulée et balbutiante : adossée aux traditions juives, elle ne s’est pas encore fixée sur des espaces propres et n’a pas eu le temps de s’incarner dans des lieux consacrés.

  • 19 Sur ce point, voir Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841 ; Later Biblical Researches, (...)

10Lorsqu’en 1868 l’Américain Jacob Freese lave ses yeux dans l’eau revigorante de Siloé, il travaille, comme d’autres avant lui, à l’invention chrétienne des Lieux saints. Son récit, loin d’être l’écho lointain du passé, est au contraire l’affirmation contemporaine d’une mémoire chrétienne en pleine construction. Dans cette optique, la toponymie actuelle, bien que recouverte d’un voile linguistique opaque, serait censée contenir dans ses racines même la toponymie biblique19. Siloé, inventée comme source chrétienne par la localisation de la guérison de l’aveugle, était en fait destinée dès l’origine à accueillir le miracle évangélique.

Remonter à la source

11Les Européens qui découvrent Jérusalem ne reconnaissent pas la ville qu’ils ont lue. Face à cette ville inattendue, les différents points d’eau apparaissent comme autant de points de repère, qui permettent aux voyageurs de s’orienter et de confronter la topographie de la Jérusalem nouvelle qu’ils ont sous les yeux avec la géographie textuelle qu’ils ont en mémoire. Marqueurs d’espace, les points d’eau rassurent le voyageur car ils semblent témoigner, par-delà les siècles, de la ville biblique. Par leur inertie topographique, ils scandent et articulent un espace urbain devenu illisible. Tous ces points d’eau n’ont cependant pas la même valeur aux yeux du voyageur : si les puits et les citernes ont pu faire l’objet de travaux au cours de l’histoire, si les bassins ont pu être comblés ou déplacés, les sources d’eau vive, jaillissant de la roche-mère, semblent au contraire garantir une permanence bien plus certaine. Pour retrouver Jérusalem, les archéologues commencent par remonter à la source.

« Une vallée ne s’efface pas comme une rue »

  • 20 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882, p. 194.
  • 21 Lucette Valensi, « Anthropologie comparée des pratiques de dévotion. Le pèlerinage en Terre sainte (...)

12Presque tous les récits de voyage témoignent de ce que l’on pourrait appeler le « réflexe hydraulique » des nouveaux arrivants. L’académicien Félix de Saulcy, qui arrive à Jérusalem le 23 décembre 1850 pour y effectuer la première grande enquête scientifique patronnée par le gouvernement français, se précipite immédiatement à la source de Siloé : « Siloé ! Voilà encore un nom qui réveille en mon cœur un bien doux souvenir : le souvenir de ma bonne mère qui me racontait la vie évangélique de Jésus […]. On pense bien que Siloé fut un des premiers endroits que je visitai, lorsque pour la première fois je fus en Terre sainte20. » Les Européens qui arrivent à Jérusalem « se souviennent du pays où ils vont », comme l’écrit Lucette Valensi, et ce souvenir se cristallise particulièrement sur les points d’eau21. Pour prendre la mesure de la ville, pour s’y repérer, pour la retrouver et s’y retrouver, tous dirigent d’abord leurs pas vers les sources de la vallée orientale, avant de gravir le mont des Oliviers et de s’attarder à son sommet, point de vue chrétien et belvédère rassurant qui domine la Ville sainte.

  • 22 Ibid., p. 310. Le poète se rend fréquemment à Siloé. Ainsi le 2 novembre 1832 : « Déjeuné, assis s (...)
  • 23 Ibid., p. 330. Le Jourdain, bien sûr, fait l’objet de la même fascination. Le 14 octobre 1832, Lam (...)

13La source est évidemment un lieu de repos privilégié, auprès duquel on repasse presque tous les jours, et les pauses qu’on y fait sont autant d’occasions d’en rédiger une courte description sur le cahier de voyage, à la manière de Lamartine, à propos de Siloé : « C’est le seul endroit des environs de Jérusalem où le voyageur trouve à mouiller son doigt, à étancher sa soif, à reposer sa tête à l’ombre du rocher rafraîchi de deux ou trois touffes de verdure22. » Tous les voyageurs, pour tenter de reconnaître la ville du texte biblique, s’attardent dans le creux des vallées et autour des points d’eau, car les accidents du relief leur offrent la garantie d’une certaine permanence, comme en témoigne Lamartine à propos de la vallée du Cédron : « C’était là ! Une vallée ne s’efface pas comme une rue, et le moindre rocher dure plus que le plus magnifique des temples23. » Les points d’eau, témoins d’une histoire naturelle qui coifferait par sa continuité la chronologie heurtée de l’histoire humaine, sont visités par les voyageurs comme autant de dépôts de mémoire.

À la recherche de l’eau perdue

  • 24 Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841 ; James Fergusson, An Essay on the Ancient Topo (...)
  • 25 George Williams, The Holy City, or Historical and Topographical Notices of Jerusalem, with some Ac (...)
  • 26 Ibid., p. vii-viii.

14Les explorateurs animés par un véritable projet scientifique ne se focalisent pas moins que les voyageurs romantiques sur les points d’eau de Jérusalem, et particulièrement sur les sources d’eau vive. En 1845, le révérend George Williams, ancien aumônier de l’évêché anglo-prussien de Jérusalem, professeur à Cambridge, publie The Holy City pour répondre à la remise en cause des Lieux saints traditionnels par les topographies révisionnistes d’Edward Robinson, de James Fergusson et d’autres24. Il est l’un des premiers à théoriser le recours à l’archéologie pour démentir la critique philologique : selon lui, c’est le terrain qui doit vérifier le texte, et non l’inverse. La préface de son ouvrage est particulièrement explicite : « Je n’hésite pas à déclarer que l’un des objectifs du présent volume est de démontrer la fausseté des conclusions de l’auteur des Biblical Researches [Edward Robinson]25. » Plus loin, il dénonce le « témoignage partial du siècle actuel », incapable selon lui de contester vraiment la « voix de l’Antiquité catholique », et il s’engage dans ce qu’il appelle une « sainte croisade » pour défendre la crédibilité des Lieux saints traditionnellement réputés26.

Fig. 6 — Au commencement était la source

15Dans cette bataille érudite autour de l’authenticité des Lieux saints, les réseaux hydrauliques souterrains apparaissent comme les armes probatoires prioritaires, car ils semblent livrer à la curiosité de l’érudit les indices topographiques les moins contestables : par exemple, la présence d’immenses citernes souterraines, voire d’une source d’eau vive dans les entrailles du mont Moriah est un argument mis en avant pour confirmer la localisation du temple juif au sommet du plateau oriental. Si l’exercice du culte nécessite une très grande quantité d’eau, c’est bien en retrouvant l’eau que l’on retrouvera le lieu de culte. Plus généralement, la lecture en série des ouvrages d’érudition biblique permet de constater que la plupart des grands débats de cette époque – comme l’emplacement des murailles successives, le lieu de la Passion et de la sépulture du Christ, les sièges et les conquêtes de la ville – sont nourris et arbitrés par des indices hydrauliques : les points d’eau, longtemps considérés comme simples signes des temps bibliques, se transforment peu à peu en autant d’incontestables preuves.

  • 27 Voir figure 6.
  • 28 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 2, 1865, p. 24. Ce chapitre est reproduit sous le ti (...)

16La course aux origines bibliques de la Ville sainte se confond ainsi, pour la plupart des auteurs, avec une quête de l’eau. En remontant vers l’amont des canaux et des conduites, les premiers archéologues européens espèrent d’une certaine manière remonter le temps. Cette démarche procède d’un raisonnement déterministe : l’eau étant le premier des besoins humains, le site originel de la ville doit être déterminé par la présence d’un point d’eau assez abondant ; la reconnaissance de ce point d’eau autorise l’explorateur à rétablir une continuité topographique rompue par les vicissitudes historiques27. L’enquête est justifiée par la fabrication d’une énigme sans cesse rabâchée : où sont passées les eaux de la Jérusalem biblique ? Félix de Saulcy, engagé dans la défense des Lieux saints catholiques dès sa première mission archéologique en 1850-1851, suggère même que ce « trou de mémoire hydraulique » doit être un des dossiers archéologiques prioritaires : « De tous ces problèmes, l’un des plus curieux sans doute est celui que présente la question des eaux de Jérusalem. Comment cette capitale était-elle alimentée en eau ? Comment une population qui dépassait cent mille âmes en temps ordinaire et qui atteignait un chiffre bien autrement important lors des solennités religieuses, telles que la célébration de Pâques, pouvait-elle être mise en possession de l’eau de bonne qualité nécessaire à l’alimentation d’abord et à tous les usages hygiéniques ensuite ?28 »

  • 29 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 377.
  • 30 Ibid., p. 378.

17Dans le même esprit, le révérend George Williams rappelle quant à lui qu’« il y a un consensus singulier entre tous les auteurs, sacrés ou profanes, sur le fait que la Ville sainte bénéficiait autrefois d’une eau abondante, alors que les environs souffraient d’un mauvais approvisionnement29 ». La lecture des textes classiques semble lui indiquer que, lors des sièges de la ville, les assiégés n’ont paradoxalement jamais souffert de la soif, alors que les assiégeants ont plusieurs fois abandonné la partie en raison du manque d’eau. Selon George Williams, la topographie actuelle de la ville rend « ce paradoxe parfaitement inexplicable », et n’importe quel observateur ignorant « imaginerait une issue exactement contraire30 ». Pour tenter de résoudre cette « obscure et étonnante énigme », George Williams doit remonter à la source, c’est-à-dire tenter l’inventaire des sources d’eau vive et des connexions souterraines qui pourraient les relier entre elles.

Le goût des eaux

  • 31 Yehoshua Ben-Arieh, The Rediscovery of the Holy Land in the Nineteenth Century, Jérusalem-Détroit, (...)
  • 32 PRO, FO 78/331, lord Ponsonby (ambassadeur à Constantinople) à Palmerston (Foreign Secretary), 30 (...)
  • 33 Henry Laurens, La question de Palestine, tome 1, 1799-1922, L’invention de la Terre sainte, Paris, (...)

18L’expédition menée à Jérusalem par George Williams entre 1841 et 1843, avec le soutien logistique des services cartographiques de l’armée britannique, marque un véritable tournant dans l’histoire des explorations européennes en Palestine. Si la Terre sainte passionne à nouveau l’Europe depuis l’expédition d’Égypte, les premières décennies de cette redécouverte ont été animées par des tentatives individuelles et ponctuelles, mal coordonnées et sans moyens suffisants31. Cette « préhistoire des explorations », véritable propédeutique à l’invention scientifique des Lieux saints, s’accélère pendant l’occupation égyptienne, à partir de novembre 1831 : Ibrahim Pacha impose alors un programme de réformes qui visent notamment à établir une plus grande égalité de droits entre musulmans et non-musulmans. Dans cette logique, les Britanniques obtiennent au printemps 1838 l’autorisation d’ouvrir à Jérusalem le premier consulat européen32. « L’intérieur des terres est pour la première fois réellement ouvert aux Européens […]. Des sites, à peine aperçus par les premiers voyageurs dans des circonstances particulièrement aventureuses, sont maintenant mieux visités et répertoriés. L’enquête scientifique commence », souligne ainsi Henry Laurens, pour expliquer le contexte de cette rencontre renouvelée entre l’Orient et l’« Europe démiurgique33. »

19George Williams, pour remonter à la source des eaux de Jérusalem, tente de forger les outils scientifiques qui lui permettraient d’accumuler des indices incontestables sur les divers parcours hydrauliques souterrains. Selon lui, les deux seules traces encore lisibles de ces réseaux enfouis sont d’une part les textes anciens et d’autre part le goût de l’eau. En 1845, dans The Holy City, les quarante pages qu’il consacre à la recherche de la source originelle se fondent ainsi sur une singulière articulation de l’analyse textuelle et de l’analyse gustative.

  • 34 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 379.
  • 35 Pour mieux illustrer la singularité gustative de l’eau de Siloé, George Williams convoque le récit (...)

20Tel un auteur de roman policier, il met le lecteur en éveil dès les premières pages de sa démonstration, à propos de la source de Siloé : « Tous les auteurs anciens qui ont mentionné cette source sont d’accord pour témoigner de son débit irrégulier […]. Ce fait est indiscutable, et ce n’est pas le dernier des mystères associés à cette source extraordinaire : le goût de cette eau est très particulier, et une fois qu’on l’a connu, il ne peut plus jamais être confondu avec aucun autre ; c’est un détail important, que le lecteur est prié de mémoriser34. » George Williams décrit précisément ce goût : « Il est légèrement “saumâtre” ; un auteur ancien [Guillaume de Tyr] a choisi le terme “insipide”, qui me semble le plus approprié pour en rendre compte. » Ainsi, l’analyse textuelle et l’analyse gustative peuvent se conjuguer, pour élaborer et transmettre une « mémoire gustative textuelle » des eaux de Jérusalem35. Comme d’autres avant lui, il signale qu’à partir de la source de Siloé démarre un « canal sinueux, long de 1 750 pieds, pour amener l’eau à la piscine de Siloé ».

  • 36 Pour une description du hammam dans les années 1960, voir Lucien Golvin, « Quelques notes sur le S (...)
  • 37 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 381.
  • 38 Ibid., p. 384.
  • 39 Ibid.

21Pourtant, c’est bien vers l’amont du réseau hydraulique, plus haut que la source de Siloé elle-même, que Williams concentre ses efforts, afin de remonter jusqu’à la tête de la source. Dans cette perspective, il signale au lecteur l’existence, au centre de la ville intra-muros, d’un puits alimenté par une source, situé à proximité du hammam esh-Shefa, dans le souk al-Qattanin, c’est-à-dire sur le tracé de la vallée du Tyropéon, qui traverse la ville du nord au sud depuis la porte de Damas jusqu’à la porte des Maghrébins36. Apparemment alimenté par une eau souterraine courante, ce puits approvisionne les bains publics voisins. Ce puits très profond « fut connu jusqu’à très récemment par les textes uniquement », note Williams, en raison de la difficulté d’accès, à la fois technique et administrative : il signale que l’autorisation d’accès sollicitée par George Robinson en 1838 lui avait été refusée, et qu’on doit à un missionnaire américain, M. Woolcott, la première reconnaissance visuelle de ce point d’eau en 184137. Williams retient surtout de cette première exploration la découverte par Woolcot d’une galerie au fond du puits, dont l’orientation reste cependant indécise : « Il [Woolcot] pense qu’elle se poursuit vers l’est, dans la direction du Haram38. » George Williams conclut l’examen du puits par une analyse gustative, dont il se charge personnellement : « Il doit être souligné que cette eau est identique au goût à celle de Siloé39. »

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., p. 385.
  • 42 Ibid. Pour la localisation des hypothèses de George Williams, voir figure 6.

22Le goût saumâtre des eaux de Siloé et des eaux du hammam esh-Shefa semble donc plaider pour une communication souterraine de ces deux points d’eau. Mais la question ne fait alors que se déplacer un peu plus en amont : d’où vient l’eau qui alimente le puits du hammam esh-Shefa ? Williams poursuit donc l’inventaire des points d’eau souterrains de la ville : « J’avais entendu parler d’un puits constamment et abondamment alimenté en eau dans l’enclos du couvent de la Flagellation, près du Sérail40 », c’est-à-dire à l’angle nord-ouest de l’enceinte sacrée. Il visite ce puits le 13 mars 1843, constate que la profondeur de l’eau est de huit pieds, qu’elle est « remarquablement claire », avant de la soumettre au test souverain : « J’ai goûté cette eau ; il ne peut y avoir aucune erreur possible : c’est l’eau de Siloé41 ! » La conclusion suit, très logiquement, l’exclamation jubilatoire : « Ainsi donc nous avons trois sources, localisées à ces trois endroits, sans aucune connexion apparente entre elles, toutes alimentées avec cette eau si particulière, absolument différente de toutes celles que j’ai pu goûter dans cette région ou ailleurs. Je suis fermement décidé à conclure, à partir de ce constat, qu’il doit exister entre ces trois points une connexion… mais comment, c’est très difficile à déterminer42. » La mémoire hydraulique de Jérusalem se trouve ainsi actualisée par une mémoire gustative de l’eau, c’est-à-dire par l’expérience et par l’analyse de l’eau dans sa matérialité.

Tourner autour du temple

  • 43 Pour une description exhaustive, sous forme de catalogue, de la totalité des citernes et des galer (...)

23Les premiers archéologues qui fouillent le passé de la Ville sainte s’interrogent tous sur l’origine de ses sources d’eau, sur la véritable « matrice hydraulique » de Jérusalem. Quelles que soient les hypothèses qu’ils retiennent ou qu’ils écartent, tous font référence aux sous-sols du Haram : les traditions locales, les textes sacrés, les anciens récits de voyage, l’orientation des galeries d’écoulement…, tous les indices semblent converger vers le vaste rectangle pavé du plateau oriental, au cœur de la géographie symbolique de Jérusalem43. Les divers réseaux hydrauliques souterrains dont on tente vainement de retracer les parcours, qu’ils soient réels ou fantasmés, déjà fouillés ou encore seulement imaginés, semblent s’organiser autour de ce point focal, aveugle et inaccessible. Une même interrogation hante ainsi les défricheurs d’une archéologie balbutiante : la clé du mystère hydraulique de Jérusalem se trouve-t-elle dans les entrailles de l’ancien temple ?

24La source du temple est rarement présentée par les archéologues comme une donnée scientifique, et pour cause : longtemps, l’interdiction de pénétrer sur le Haram puis de fouiller les sous-sols les a empêchés de constater, de vérifier, d’observer. Sans doute l’interdiction de pénétrer et de fouiller l’enceinte du Haram al-Sharif a-t-elle d’ailleurs paradoxalement nourri cette hypothèse. En tout cas, elle est systématiquement évoquée par les premiers explorateurs, comme si l’imaginaire de l’ancien temple focalisait les attentions, cristallisait les interrogations et captait l’ensemble des mystères et des « questions » archéologiques posés à la Ville sainte. George Williams, après avoir goûté l’eau de Siloé, du hammam esh-Shefa et du couvent de la Flagellation, persuadé qu’il existe une connexion souterraine entre ces trois points d’eau, souligne ainsi explicitement qu’ils sont situés respectivement au sud, à l’ouest et au nord du Haram. Leur localisation ne peut donc que l’encourager à se tourner vers le site réputé de l’ancien temple juif, au centre de ce mystérieux triangle hydraulique, pour y interroger les indices d’une éventuelle source d’eau vive, ou au moins d’immenses réserves d’eau qui pourraient s’apparenter à une nappe souterraine.

  • 44 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 386.
  • 45 Ibid., p. 387.
  • 46 Ibid.

25Williams admet d’emblée que cette hypothèse relève autant de la croyance que de la connaissance : « L’existence d’immenses réservoirs sous l’esplanade du temple est une théorie qui attend toujours une confirmation par l’observation visuelle44. » Cependant, il souligne que les textes anciens évoquent tous cette hypothèse, et que le secret qui entoure ces infrastructures peut assez bien s’expliquer historiquement par des considérations religieuses : l’utilisation de cette eau pour nettoyer l’esplanade du sang des sacrifices explique selon lui le « secret de cet extraordinaire équipement hydraulique, connu seulement par les prêtres officiels45 ». Williams convoque également Tacite, dont le récit du siège de la ville par Titus lui semble prouver que « la ville n’était pas alors entièrement dépendante des cieux, mais était alimentée par une source naturelle et par des réservoirs artificiels destinée à stocker ses eaux46 ».

  • 47 Ibid., p. 388.
  • 48 Ibid., p. 389.
  • 49 Ibid.

26Pour nourrir l’hypothèse d’une continuité entre l’Antiquité et la période actuelle, il cite la description du pèlerin de Bordeaux, puis souligne que les fréquentes ablutions des musulmans sur l’esplanade des Mosquées semblent témoigner encore aujourd’hui d’immenses réserves souterraines47. Pour connecter solidement cette « chaîne de témoignages » aux temps présents, il n’hésite pas à recourir à ce qu’il appelle l’« opinion courante des indigènes » : outre un employé du hammam esh-Shefa, qui lui aurait affirmé que l’eau de ses bains provient du Haram, « nous en avons trouvé un autre, à la fontaine de la Vierge, qui nous a déclaré que cette eau-là provenait également des souterrains de la mosquée48 ». Enfin, George Williams n’omet pas d’évoquer le témoignage de l’architecte Frederick Catherwood, qui fut en 1833 un des premiers Européens autorisés à pénétrer dans la chambre souterraine du Dôme du Rocher : selon lui, la dalle de marbre qui ferme le conduit souterrain « renvoie un son creux, ce qui montre clairement qu’il y a un puits ou une citerne en dessous49 ».

27La confrontation de tous ces témoignages montre que c’est bien l’articulation entre eau « naturelle » et eau « artificielle » qui fonde l’ambiguïté de la « source » du temple : s’agit-il d’une véritable source d’eau vive, jaillissant du rocher lui-même, ou plutôt de gigantesques citernes, dont la taille et la contenance extraordinaires pourraient faire penser à une véritable nappe phréatique ? S’agit-il d’une eau courante ou bien d’une eau stagnante ? Est-ce la main de Dieu ou celle de l’homme qui a engendré ce bienfait hydraulique ? George Williams, archéologue chrétien, semble ici se trouver au plus près de la contradiction qui traverse l’ensemble des explorateurs de l’époque, entre croyance et connaissance, entre foi chrétienne et démonstration scientifique. L’inaccessibilité du site lui permet cependant de ne pas trancher et de laisser cette question en suspens.

L’eau : outil de datation et d’interprétation

  • 50 Michel de Bry, « La vie et l’œuvre de Félix de Saulcy », dans Félix de Saulcy (1807-1880) et la Te (...)
  • 51 Michel de Bry, « La vie et l’œuvre de Félix de Saulcy », art. cité, p. 24.

28Félix de Saulcy, polytechnicien, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, passionné de mécanique, de géologie et de numismatique, est un lecteur assidu de George Williams. Il explore Jérusalem pour la première fois au cours de l’hiver 1850-1851, soit presque dix ans après Williams (18411843)50. Autour de chaque point d’eau de la Ville sainte, il entame avec lui un dialogue à distance. Félix de Saulcy, comme George Williams, est un défenseur acharné des Lieux saints traditionnels : contre le projet révisionniste des protestants évangélistes, il entend consolider une lecture concordiste des textes et des sites bibliques traditionnellement consacrés par l’Église catholique, notamment grâce à l’attention portée aux points d’eau et aux réseaux hydrauliques. Devenu veuf en juillet 1850, il obtient du ministre de l’Instruction publique et des cultes l’autorisation d’effectuer une mission scientifique officielle en Syrie et en Palestine51. Débarqué à Beyrouth en octobre 1850, il traverse le Sud-Liban, la Galilée, et aborde Jérusalem à la veille de Noël. Après avoir consacré tout le mois de janvier à l’exploration des rivages de la mer Morte, il s’emploie entre le 8 et le 21 février 1851 à l’étude archéologique de la Ville sainte.

  • 52 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte et dans les terres bibliques, exécuté de décembre 1 (...)
  • 53 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, 2 vol. , Paris, 1865.
  • 54 Félix de Saulcy, « Eaux de Jérusalem », La Terre sainte, n° 69 et n° 70, mai et juin 1878, p. 722- (...)
  • 55 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882.

29Jusqu’à sa mort en 1880, ses publications témoignent de l’attention toute particulière qu’il a portée à ce qu’il appelle l’« énigme des eaux de Jérusalem » : ce thème occupe à lui seul plus de trente pages au sein de son premier récit de voyage publié en 185352 ; il est repris et corrigé dans son Voyage en Terre sainte publié en 1865 à la suite de son second séjour sur place53 ; en 1878, Félix de Saulcy autorise la revue La Terre sainte à publier une nouvelle version de ce texte, sous le titre « Eaux de Jérusalem54 » ; enfin, son ouvrage de synthèse intitulé Jérusalem, publié à titre posthume en 1882, revient sur l’ensemble des énigmes hydrauliques de la Ville sainte, en ajoutant encore de nouvelles pistes à l’enquête55. La place qu’il accorde à cette question et les revirements successifs de ses interprétations permettent d’appréhender concrètement le caractère central du thème de l’eau dans le vaste projet européen de réinvention scientifique des Lieux saints.

  • 56 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 337. Sur la représentation de (...)
  • 57 Ibid.

30Comme tous ses prédécesseurs, Félix de Saulcy commence son inventaire des « Eaux de Jérusalem » par l’étude des trois points d’eau de la vallée orientale, de l’amont vers l’aval : source du Gihon (ou source de la Vierge), fontaine de Siloé, puits de Job (ou Bir Eyub). Comme George Williams dix ans plus tôt, il s’interroge lui aussi sur l’origine des eaux de la source de la Vierge, située le plus en amont de la vallée : « D’où part cette source ? Je l’ignore. L’opinion générale est qu’elle vient du plateau du Moriah, et qu’elle n’est que le cours d’eau qui desservait le grand autel du temple56. » Son esprit critique lui interdit pourtant d’accorder foi à ses traditions : « Comme il n’est pas possible aujourd’hui de s’en assurer, mieux vaut se dispenser d’élever hypothèse sur hypothèse, au sujet d’un fait aussi obscur57. »

Fig. 7 — Hypothèses de connexions souterraines entre le Dôme du Rocher et la Fontaine de Gihon, John Irwine Whitty, Water Supply of Jerusalem, Ancient and Modern, Londres, 1864

  • 58 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 1, op. cit., 1865, p. 6.
  • 59 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882, p. 90.

31Lors de son premier séjour à Jérusalem, en 1850-1851, Félix de Saulcy n’a pas pu pénétrer sur le Haram al-Sharif, comme il le rappelle au retour de son second voyage, effectué en 1863-1864 : « Ceux qui m’ont fait l’honneur de lire mon premier voyage se souviennent sans doute que l’entrée du Haram al-Sharif de Jérusalem m’avait été interdite. Depuis quelques années, l’étude complète de cette enceinte sacrée n’est plus impossible, et les faits nouveaux que cette étude devait me révéler pouvaient modifier du blanc au noir mes idées premières58. » Pour autant, l’observation directe de la « roche sainte » ne lui apporte aucune certitude, et semble au contraire nourrir encore davantage l’énigme des eaux de Jérusalem : « Elle [la roche sainte] forme le sommet du mont Moriah ; elle est percée d’un trou circulaire semblable à l’orifice d’un puits ; ce puits communiquait avec une citerne dont les musulmans ont fait un lieu de prière59. »

  • 60 Ibid., p. 91.
  • 61 Ibid. En avril 1911, les archéologues de la mission Parker mettront fin au mystère du fameux « pui (...)

32D’emblée, la morphologie du lieu est donc interprétée comme une trace de sa prétendue fonction hydraulique originelle, comme l’empreinte visible de l’eau qui autrefois devait remplir l’espace. Descendu dans la chambre basse, sous la roche, Félix de Saulcy prend soin de relater une tradition locale, même s’il fait mine de la négliger : « Au-dessous de la chambre, ou mieux de la citerne, se trouve une seconde cavité, dont l’entrée est fermée par une plaque ronde de marbre, et où, toujours aux dires des musulmans, les grands fleuves de l’Orient – l’Euphrate, le Tigre et le Nil – prennent leur source. Inutile de discuter avec eux sur ce point de géographie60. » L’académicien ignore semble-t-il l’inspiration coranique de cette géographie évidemment mythique. Toujours attentif aux bruits de l’eau, ainsi qu’à la rumeur publique qui en témoigne, il s’attarde sur cette cavité souterraine : « L’orifice bouché porte le nom de Bir-el-Arouah (puits des Esprits). Certains voyageurs ont prétendu qu’au-dessous de la plaque de marbre on entendait le murmure de l’eau courante ; ceux-là avaient l’oreille plus fine que moi, qui n’ait rien entendu du tout. Ce qui est certain, c’est qu’elle sonne creux. Il y a donc un espace vide au-dessous ; mais de quelle nature est-il ? Dieu le sait61. » Le scientifique a horreur du vide et remplit donc les cavités souterraines du Haram avec des récits, des indices, des sons creux et des témoignages, comme pour combler un manque et masquer son ignorance : Félix de Saulcy n’omet pas de rendre compte de la rumeur publique, mais s’en distingue immédiatement pour sauvegarder son intégrité scientifique.

L’irréductible énigme des eaux

33Les premiers archéologues de Jérusalem, qu’ils imaginent une véritable source d’eau sous l’enceinte sacrée ou qu’ils préfèrent s’en tenir à l’hypothèse plus rationnelle d’une nappe souterraine artificielle, se heurtent toujours aux deux mêmes questions : les résurgences de la vallée orientale sont-elles alimentées par cette mystérieuse» eau du temple » ? Cette connexion souterraine peut-elle expliquer les intermittences cycliques de ces points d’eau ?

  • 62 Ermete Pierotti, Jerusalem Explored, Londres, 1864.
  • 63 Ibid., p. 254.

34L’ingénieur Ermete Pierotti, qui séjourne à Jérusalem à partir de 1854, s’est lui aussi attardé sur l’irrégularité des débits constatée au niveau des différents points d’eau de la vallée orientale. Il consacre un chapitre entier, sur les neuf qui composent son ouvrage Jerusalem Explored, à la question des eaux de la Ville sainte62. À l’instar de tous les Européens engagés dans ce débat, il commence par rendre compte des étranges « traditions locales », avant de proposer au lecteur sa propre explication du phénomène, présentée comme scientifique. Pour ce qui est de la tradition locale, Pierotti reprend le récit d’un vieillard qu’il aurait recueilli : « Les esprits du mal gémissent sous la montagne de la roche sainte, condamnés à supporter le poids du vaste plateau et des Lieux saints […]. À chaque fois qu’un fidèle musulman vient sur le sol du Haram, le poids de son corps accentue la charge du fardeau […] ; si les dévotions sont nombreuses et fréquentes, les souffrances des démons sont accrues d’autant ; alors ils fondent en larmes. Plus le zèle des croyants est ardent, plus le réservoir, dans lequel les larmes des ennemis de Dieu sont collectées, est bien rempli. Par conséquent, l’abondance ou le déficit d’eau dans le Bir Eyub est la mesure de notre dévotion63. »

  • 64 Ibid., p. 259.
  • 65 Ibid.

35Tout en retenant l’idée que cette légende témoigne à sa manière de la connexion souterraine probable entre le Haram et la vallée orientale, l’ingénieur Pierotti se livre à une démonstration qu’il présente comme « scientifique » : selon lui, c’est le renouvellement, deux fois par jour, de l’eau des bains du hammam esh-Shefa, situés sur la bordure occidentale du Haram, qui explique l’intermittence des sources. Pour le prouver, il constate d’abord l’identité chimique de l’eau du hammam avec celle de la vallée. Après avoir complété ces indices chimiques par une attention portée à la couleur de l’eau, il conclut : « Ces bains sont la cause de l’intermittence du débit à la fontaine de la Vierge, car à certains moments de la journée ses propriétaires utilisent l’eau pour alimenter leur établissement, et par conséquent non seulement ils empêchent l’eau de s’élever assez haut pour atteindre le niveau du départ de la galerie souterraine qui la transporte vers la vallée, mais en plus ils vident temporairement le puits, qui met ensuite un certain temps pour se remplir à nouveau. Ce prélèvement se pratique deux fois par jour, ce qui correspond exactement au rythme du phénomène d’intermittence constaté64. » Ermete Pierotti n’oublie pas de préciser que les bains du hammam esh-Shefa « étaient utilisés par les juifs pour se purifier avant d’entrer dans le temple, comme le font encore aujourd’hui les musulmans les jours de fêtes, avant de pénétrer sur le Haram65 ».

  • 66 Voir figure 6.

36Pour la plupart des archéologues de la Ville sainte, l’intermittence des sources de la vallée orientale est donc liée, d’une manière ou d’une autre, au rythme des prières qui rassemblent les fidèles sur l’enceinte sacrée66. La proximité topographique des lieux, mais aussi sans doute l’intuition communément partagée de la fonction purificatrice de l’eau peuvent contribuer à ce rapprochement, qui s’apparente à une « explication-réflexe ». Ainsi, les explorateurs semblent toujours tentés d’expliquer la périodicité de l’écoulement par la répétition du culte qui se déroule – ou qui s’est déroulé – à quelques dizaines de mètres en amont des résurgences : en conjuguant ainsi le cycle de l’eau et le cycle des prières, ils élaborent une interprétation cohérente et globale du site et de sa temporalité propre.

  • 67 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 337.
  • 68 Itinerarium Burdigalense, traduit du latin par Catherine Arnould, dans Abdelwahab Meddeb (dir.), M (...)
  • 69 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 2, op. cit., 1865, p. 144.
  • 70 Ibid., p. 9-10.

37Félix de Saulcy, lui aussi, s’est heurté à plusieurs reprises à la question de l’intermittence des sources de la vallée orientale. En 1853, on l’a vu, il préfère « se dispenser d’élever hypothèse sur hypothèse », et ne propose aucune explication à l’étrange phénomène67. En 1865, pourtant, au retour de son second séjour, il ne résiste pas à la tentation d’intervenir dans le débat, en convoquant le pèlerin de Bordeaux, qui affirmait au ive siècle que la source de Siloé « coule six jours et six nuits, mais le septième jour qui est le shabbat, elle ne coule pas de toute la nuit et de tout le jour68. » Selon l’archéologue français, le pèlerin de Bordeaux n’aurait fait là que recueillir une ancienne tradition locale, transmise depuis l’époque du temple, et cette interruption hebdomadaire serait alors directement liée à l’exercice du culte juif : « S’il en était ainsi, nous aurions une bonne preuve de ce fait, déjà tant de fois soupçonné, que les eaux des fontaines de la Vierge et de Siloé provenaient du trop-plein des réservoirs du temple, trop-plein qui, le jour du sabbat, jour plus spécialement destiné aux holocaustes, était utilisé pour le service du nettoyage des parvis69. » À l’appui de cette thèse, Félix de Saulcy rapporte les fouilles qu’il a pu effectuer durant l’hiver 1863-1864 sur le côté méridional de l’enceinte sacrée, et qui ont mis au jour, selon lui, tout un réseau d’anciennes galeries d’écoulement destinées à « évacuer du sanctuaire les eaux abondantes qui devaient y être amenées, et dont l’affluence était indispensable pour laver les saints parvis et les débarrasser des immondices de toute nature qu’y amoncelaient forcément certaines fêtes du culte judaïque, lorsque des milliers d’animaux y étaient égorgés et dépecés en quelques heures70 ».

  • 71 Ibid., p. 148.

38Félix de Saulcy, à son tour, propose donc de relier l’intermittence des sources à la périodicité de l’exercice du culte. Pourtant, il est bien obligé d’admettre que cette explication, si elle peut éclairer la période de l’ancien temple, ne permet pas de comprendre les rythmes du débit actuel. D’autre part, elle peut expliquer l’intermittence hebdomadaire, mais pas l’irrégularité quotidienne du débit, pourtant constaté par l’ensemble des observateurs. L’archéologue, après avoir mis bout à bout l’ensemble des textes disponibles à propos de cette question, avoue son impuissance : « Je m’y perds. Voilà une bien longue digression, et bien indigeste, sans doute ; mais hélas ! je ne saurais qu’y faire. J’abrège le plus que je peux, et cependant, lorsqu’il s’agit de lieux aussi illustres, a-t-on le droit d’en parler trop légèrement71 ? » L’énigme des eaux de Jérusalem, devenue peu à peu incontournable pour les archéologues tant elle semble renfermer la clé de l’ensemble des grandes questions posées à l’histoire de la Ville sainte, paraît de plus en plus insoluble.

  • 72 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 360.

39Si l’enquête archéologique de Félix de Saulcy paraît devoir se confondre avec une quête hydraulique toujours recommencée, l’énigme des eaux de Jérusalem résiste au projet concordiste : « Ce qu’on ne peut nier, c’est qu’il est aujourd’hui impossible de résoudre le problème de l’histoire des eaux de Jérusalem. Quel que soit le système de distribution que l’on adopte par hypothèse, on ne tarde pas à se heurter contre un texte biblique, qui renverse immédiatement tout ce que l’on avait péniblement imaginé72 », écrit-il. Dans cette perspective, l’enquête sur la source originelle de Jérusalem tend à devenir l’horizon paradigmatique des études bibliques : par sa difficulté même, par l’impossibilité apparente de parvenir à une solution acceptable par tous, la question de l’eau permet de nourrir et de renouveler sans cesse le débat érudit sur la Jérusalem antique. Pour les premiers explorateurs qui tentent une approche scientifique de la Ville sainte, la valeur de cette énigme réside avant tout dans le répertoire infini d’hypothèses qu’elle permet d’élaborer. À ce titre, la recherche des eaux bibliques devient, au milieu du siècle, un exercice intellectuel en soi, presque une discipline scientifique, en tout cas un « genre académique » à part entière, dont la fonction première est de forger les premiers outils théoriques d’une archéologie en gestation. Dépôts souterrains d’une mémoire enfouie, les réseaux d’adduction d’eau focalisent ainsi l’attention des archéologues, à la recherche d’un protocole et d’une méthode qui leur garantiraient une expertise et une légitimité scientifiques incontestables sur les sous-sols.

Le canal des origines

  • 73 Chroniques, II, 32, 30.
  • 74 Chroniques, II, 32, 2-4.
  • 75 L’Ecclésiastique, 48, 17.

40« C’est Ézéchias qui obstrua l’issue supérieure des eaux du Gihôn et qui les dirigea vers le bas, à l’ouest de la Cité de David », peut-on lire dans le livre des Chroniques, dans le bref résumé du règne d’Ézéchias73. Les archéologues chrétiens ont tous en tête ce verset lorsqu’ils pénètrent dans Jérusalem. Le soir, dans leur chambre, ils lisent et relisent sans cesse les mêmes passages bibliques, qui semblent pouvoir leur livrer les clés de la topographie de la ville antique. Le récit vétérotestamentaire, il est vrai, est particulièrement éloquent à propos de cet épisode inaugural de l’histoire hydraulique de la ville : « Ézéchias, observant que Sennachérib, en arrivant, se proposait d’attaquer Jérusalem, décida avec ses officiers et ses preux d’obstruer les eaux des sources qui se trouvaient à l’extérieur de la ville. Ceux-ci lui prêtèrent leur concours et beaucoup de gens se groupèrent pour obstruer toutes les sources ainsi que les cours d’eau qui coulaient dans les terres : “Pourquoi, disaient-ils, les rois d’Assyrie trouveraient-ils à leur arrivée des eaux abondantes ?”74. » Dans l’Ecclésiastique, on insiste également sur ces travaux hydrauliques : « Ézéchias fortifia sa ville, et fit venir l’eau dans ses murs, avec le fer il fora le rocher, et construisit des citernes75. »

41Les premiers archéologues de Jérusalem, soucieux de remonter aux sources de l’histoire de la Ville sainte, s’attachent tous avec passion à l’interprétation de ces quelques passages de l’Ancien Testament. L’enjeu est de taille : pour la première fois, semble-t-il, l’eau a été appréhendée comme un outil stratégique, c’est-à-dire comme un instrument du politique. L’eau, dont les parcours sont dictés par la nature et la lente érosion des sols, a été détournée par l’homme. D’une certaine manière, l’eau est alors entrée dans l’histoire. Le stratagème hydraulique d’Ézéchias, dont la Bible souligne bien qu’il se révéla déterminant pour assurer la défense et la souveraineté de la ville, apparaît ainsi comme un acte fondateur, un geste inaugural. À ce titre, il est l’objet d’une attention toute particulière de la part des explorateurs européens, qui tentent les uns après les autres de répondre aux trois questions soulevées par le récit biblique : où se situe la source supérieure du Gihon ? Où se situe le bassin – ou les bassins – de réception ? Quel est le parcours du canal qui reliait ces deux points ?

Les bruits de la source

  • 76 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 338.
  • 77 Ibid., p. 342.

42Pour tenter de reconstituer le parcours souterrain des eaux de Jérusalem, Félix de Saulcy conjugue l’interprétation de plusieurs traces : il relit les textes anciens, reprend l’analyse gustative de George Williams, confronte les diverses traditions locales et ajoute à ces différents indices une attention particulière portée aux bruits de l’eau. Ainsi, pour confirmer sa propre hypothèse selon laquelle la source du Gihon se trouverait au nord de la ville, à proximité de la porte de Damas, il évoque d’abord la tradition locale : « La tradition populaire veut que cette citerne abandonnée ait été jadis en communication avec le Haram. Les mêmes contes parlent de bruit souterrain d’eaux courantes, que l’on entendrait, dans le silence de la nuit, à côté de la porte de Damas76. » Quelques pages plus loin, il reprend à son compte l’indice fragile du bruit de l’eau : « Nous lisons dans les Chroniques (II, 32, 30) : “C’est Ézéchias qui boucha la source supérieure des eaux du Gihon, et les dirigea vers le bas, à l’occident de la cité de David.” Non seulement ce verset ne contredit en rien l’identification de Gihon et de la citerne antique de la porte de Damas, mais il a, de plus, l’avantage de donner une sorte de fondement raisonnable aux contes populaires qui veulent qu’on entende, dans le voisinage de cette citerne, un bruit d’eaux souterraines77. »

  • 78 Ibid.
  • 79 Maurice Halbwachs, La topographie légendaire…, op. cit., p. 145.

43Les bruits de l’eau, indices fragiles de son parcours souterrain, permettent donc à Félix de Saulcy de conclure en 1853 que la source détournée par Ézéchias se trouve effectivement au nord de la ville, à proximité de la porte de Damas. Il ajoute que la lecture croisée des sources bibliques lui permet de localiser à ce même endroit deux autres événements majeurs de l’histoire mythique de la ville : « C’est au bord de cette même citerne que Salomon a été sacré, et que les généraux assyriens de Sennachérib vinrent sommer Jérusalem de se rendre78. » Cette condensation en un même lieu de plusieurs souvenirs bibliques, processus structurant de la fabrique des Lieux saints, est particulièrement visible autour des points d’eau. Maurice Halbwachs, dans la longue conclusion de sa Topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte, a mis en lumière cette logique d’aimantation de la mémoire par elle-même : « […] Comme si un lieu, déjà consacré par quelques souvenirs, en avait attiré d’autres, comme si les souvenirs aussi obéissaient à une sorte d’instinct grégaire79. »

44La réinvention scientifique des Lieux saints, encore balbutiante au moment de l’exploration de Félix de Saulcy, prend bel et bien appui en priorité sur les réseaux hydrauliques, en raison de leur ancienneté supposée et de leur vraisemblable inertie topographique. Les nœuds qui articulent ces réseaux, de l’amont à l’aval des conduites, attirent particulièrement l’attention des érudits et cristallisent du même coup autour d’eux un ensemble de récits, de textes et de souvenirs, qui nourrissent chacun la puissance d’évocation et la légitimité mémorielle de tous les autres.

Les murs et le bassin

  • 80 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 358.
  • 81 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 2, op. cit., 1865, p. 30.
  • 82 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882, p. 124.

45La localisation de la source supérieure n’épuise pourtant pas le mystère : Félix de Saulcy veut localiser le bassin de réception de ces eaux détournées par Ézéchias. La chronologie de ses hypothèses, de ses démonstrations et de ses revirements successifs est une parfaite illustration du caractère heurté, incertain et finalement très empirique de cette invention prétendument scientifique des Lieux saints. En 1853, dans l’édition de son premier récit de voyage, Félix de Saulcy identifie le bassin inférieur avec l’actuel bassin du Sultan, situé à l’ouest de la ville, en contrebas de la porte de Jaffa. Pour soutenir sa propre interprétation des textes, Félix de Saulcy fait part de son observation visuelle : « Le Birket-es-Soulthan, qu’on l’identifie avec la piscine du Roi citée dans l’Écriture ou avec telle autre piscine biblique que l’on voudra, n’en est pas moins très certainement un ouvrage d’une très haute antiquité, et qu’il faut de toute nécessité faire remonter à l’époque des rois de Juda80. » Pourtant, en 1865, au retour de son second voyage, Félix de Saulcy semble déjà moins convaincu par l’ancienneté de ce bassin : il décrit désormais « un immense réservoir nommé aujourd’hui Birket-es-Soulthan et, qui, au Moyen Âge, portait le nom de lac Germain, du nom du personnage qui, à l’époque des croisades, le fit creuser de ses deniers81 ». En quelques années, la datation de l’« époque des rois de Juda », pourtant affirmée alors comme « de toute nécessité », se déplace de plusieurs siècles, vers l’époque des croisés. Enfin, dans l’ouvrage de synthèse paru en 1882, deux ans après sa mort, Félix de Saulcy en vient à contredire terme à terme sa première observation de 1853 : « Ce vaste bassin ne me paraît pas digne des rois des Juda : non par sa grandeur mais à cause du peu de soin avec lequel les parois ont été taillées82. »

  • 83 Ibid., p. 187. Voir figure 8 : le bassin de Mamilla et le bassin du Patriarche.

46La preuve par la « maçonnerie salomonienne », qui permettrait de mesurer l’ancienneté d’une architecture à l’aune de l’énormité de ses blocs et de la qualité de sa finition, est massivement utilisée par tous les archéologues de l’époque, et tout particulièrement à Jérusalem. Cet exemple précis démontre son évidente fragilité : le même auteur, à partir de l’observation subjective du même appareil maçonné, peut en déduire deux conclusions strictement inverses, et les défendre avec la même énergie, à quelques années de distance. C’est qu’entre-temps Félix de Saulcy est revenu sur la totalité de sa première hypothèse : la source supérieure, qu’il situait à proximité de la porte de Damas, au nord de la ville, lui semble finalement devoir correspondre au bassin de Mamilla, plus à l’ouest ; et le bassin de réception, qu’il identifiait en 1853 au bassin du Sultan, se trouve finalement identifié au bassin du hammam al-Batrak. Il assume d’ailleurs explicitement ses longues tergiversations : « Après avoir longtemps cherché ce que pouvait être la fontaine désignée dans l’Écriture sainte sous le nom de Gihon, j’en suis venu à être convaincu maintenant que Gihon et le Birket-el-Mamilla sont probablement une seule et même chose83 », écrit-il dans son ultime ouvrage.

47Si le détournement de la source-mère de Jérusalem par Ézéchias continue d’obséder les archéologues, c’est que cette énigme hydraulique semble renfermer une clé majeure pour saisir la géographie globale de la Jérusalem biblique : la localisation du bassin inférieur « à l’intérieur des murs », comme le précise le texte biblique, nourrit en effet le débat décisif concernant l’emplacement des enceintes successives de la ville, lui-même fondamental pour déterminer le lieu de la mise à mort et de la sépulture du Christ, que les Évangiles situent clairement à l’extérieur des murailles de l’époque. À y regarder de près, dans la chronologie heurtée des hypothèses hydrauliques successivement énoncées à propos des travaux d’Ézéchias, on perçoit en effet les échos déformés de l’immense polémique autour de la localisation du Saint-Sépulcre, que les archéologues révisionnistes protestants suggèrent de situer au nord de la porte de Damas. En quelques décennies, l’eau est ainsi devenue bien plus qu’un indice topographique, beaucoup plus qu’un argument archéologique parmi d’autres : l’eau est désormais considérée comme une véritable preuve. La fabrication d’une archéologie chrétienne de Jérusalem, à laquelle contribue particulièrement l’analyse des réseaux hydrauliques enterrés, fait système : elle s’élabore comme un tissage de mémoires, fluctuant et complexe, dont la crédibilité globale dépend de la solidité de chacun de ses fils. Le déplacement ou la réinterprétation d’un seul de ces nœuds entraîne la modification de l’ensemble du système d’interprétation.

  • 84 Maurice Halbwachs, La topographie légendaire…, op. cit., p. 146.

48« Il est arrivé quelquefois, nous l’avons vu aussi, qu’un fait chrétien fût localisé simultanément en deux endroits éloignés. Il paraît alors s’établir une concurrence entre les deux lieux, chacun essayant non seulement de retenir le fait qu’il prétend représenter, mais encore d’en attirer d’autres, liés à celui-ci », écrit Maurice Halbwachs dans sa Topographie légendaire84. Son analyse peut être utilement transposée ici au débat qui secoue les érudits à propos des travaux hydrauliques d’Ézéchias : uniquement documentées par les textes, ces infrastructures fondatrices semblent chercher un point d’attache, un lieu dans lequel s’incarner, se matérialiser. Elles planent sur la ville, divaguent au gré des gloses successives, errent d’une source à une autre, d’un bassin à un autre, sans pouvoir jamais véritablement se fixer, se poser avec certitude sur un point précis de la carte. Les nombreux revirements de Félix de Saulcy, formulés entre 1853 et 1882, ne sont que quelques-uns des maillons dans la longue généalogie des localisations successives, qu’il n’est pas question de présenter ici de façon exhaustive. En effet, presque tous les auteurs de l’époque ont proposé, en quelques lignes ou sur plusieurs centaines de pages, leur propre interprétation des textes.

Fig. 8 — Deux bassins à ciel ouvert (clichés Vincent Lemire, 2003)

  • 85 Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841, p. 488.

49Pour ce dossier comme pour tant d’autres, c’est Edward Robinson qui a posé les termes du débat : dès son premier séjour à Jérusalem en 1838, il consacre de longues pages à la localisation de la source de Gihon, qu’il choisit de situer au nord-ouest de la ville, à proximité de l’actuel bassin de Mamilla. Pour identifier le bassin de réception avec l’actuel bassin du Patriarche, il utilise le témoignage d’un chef-maçon : « Pour retrouver dans ce quartier les traces du second mur de l’ancienne cité, nous avons été dans le couvent copte, récemment restauré, situé sur la bordure nord du réservoir. En interrogeant le chef-maçon, responsable de tout ce travail de restauration, à propos des excavations qui avaient été faites, il nous a indiqué qu’en creusant pour préparer les fondations du nouveau bâtiment […], ils avaient découvert un très vieux mur en énormes pierres de taille, parallèle à l’actuel mur nord du réservoir, à cinquante-sept pas de distance85. » L’archéologue, confronté à la complexité du terrain, se repose donc sur l’expertise et la mémoire des maçons, considérés pour l’occasion comme les témoins fugaces d’un patrimoine enfoui : eux aussi creusent le sol de la ville et acquièrent ainsi une connaissance empirique de la ville biblique. À la manière de monsieur Jourdain, ils font de l’archéologie sans le savoir, semble dire Edward Robinson.

  • 86 Ibid., p. 489.
  • 87 Ibid., p. 330-331.
  • 88 Ibid., p. 514.

50La conclusion de l’archéologue suit logiquement le témoignage du maçon : « Le réservoir en question, qui est sans aucun doute une construction antique, correspond exactement au bassin décrit par les textes […]. Le bassin devait évidemment se situer à l’intérieur du second mur de Josèphe ; et sa position actuelle permet par conséquent de déterminer le tracé probable de ce mur86. » Dès l’origine de la discipline archéologique, les infrastructures hydrauliques de Jérusalem sont donc bien perçues comme les observatoires privilégiés des archéologues, comme les marqueurs incontestables de l’espace et du temps, essentiels pour localiser et dater les différents éléments de la ville biblique. Edward Robinson, qui conteste l’authenticité des Lieux saints catholiques et orientaux, en remettant notamment en cause la localisation traditionnelle du Saint-Sépulcre, utilise l’eau comme une arme pour combattre la « superstition » et pour imposer une lecture protestante des Évangiles87. Pour concurrencer les catholiques et les Orientaux, qui contrôlent la surface de la Ville sainte et la quasi-totalité des monuments consacrés, il prend le parti de s’attacher en priorité aux réseaux souterrains. Ainsi, en conclusion de sa réflexion sur la source de Gihon, il réaffirme la fonction éminente des fouilles souterraines : « Mais pour arriver à une entière certitude sur ce sujet, des fouilles approfondies dans cette zone sont certainement nécessaires ; et l’on peut espérer que le jour n’est pas éloigné où elles pourront être menées sans obstacle88. » L’étude des sous-sols, et en particulier des réseaux d’adduction d’eau, doit livrer les preuves que l’observation de la surface, saturée d’édifices et d’indices contradictoires, ne peut plus fournir.

Le tunnel de Siloé

  • 89 Ibid.
  • 90 Ibid.

51L’enquête collective à propos des premiers travaux hydrauliques réalisés dans la Ville sainte s’appuie sur la relecture des textes, sur l’observation du terrain, mais donc aussi sur l’exploration des souterrains. Dans cette perspective, Edward Robinson se penche minutieusement sur le tunnel de Siloé et sur la source qui l’alimente, que certains érudits identifient comme étant la source de Gihon. « En fait cette source a été successivement baptisée du nom de toutes les sources antiques de Jérusalem89 », écrit-il, confirmant ainsi que les points d’eau, par leur centralité symbolique et fonctionnelle, aimantent et captent les traditions textuelles les plus diverses. Selon lui, en tout cas, la source souterraine, à laquelle on accède par une trentaine de marches, doit être considérée comme l’édifice le plus ancien de la ville : « C’est sans aucun doute possible un ouvrage antique ; en vérité, à l’intérieur ou autour de la ville, il n’y a rien qui porte plus distinctement les traces de la très haute Antiquité90. » Pour Edward Robinson, la quête de l’eau est donc bien une quête des origines : il s’agit, par l’analyse des points d’eau les plus anciennement utilisés, de retrouver la trace de la ville primitive.

  • 91 Ibid., p. 501.
  • 92 Ibid., p. 502.

52Le 27 avril 1838, l’équipe d’Edward Robinson entame la première exploration exhaustive du tunnel : « Après avoir retiré nos chaussures et remonté notre pantalon au-dessus des genoux, nous sommes entrés dans le tunnel, avec nos bougies et notre ruban de métrage dans les mains91. » La progression, à contre-courant de l’écoulement des eaux, sur un lit de sable limoneux, se révèle très difficile : le plafond, haut de cinq à sept mètres à son débouché aval, s’abaisse ensuite jusqu’à un mètre, et bientôt les explorateurs doivent marcher à quatre pattes, puis ramper dans l’eau et le sable pour pouvoir continuer, craignant à chaque instant que les eaux ne remontent brutalement. Après avoir parcouru et mesuré une distance de 800 pieds [environ 250 mètres], ils renoncent, font demi-tour, et décident de tenter un autre jour d’achever l’exploration depuis l’autre bout du tunnel, en amont : « Pour cela nous avons tracé, avec la fumée noire de nos bougies, sur le plafond du tunnel, les initiales de nos noms et le chiffre 800, pour marquer notre progression de ce côté92. »

  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid., p. 503.

53Trois jours plus tard, le 30 avril 1838, Edward Robinson décide de terminer l’exploration, à partir de l’entrée située en amont du tunnel. Même si l’ensablement a pu être important, Robinson estime que, au vu des dimensions de l’aqueduc, « un seul ouvrier uniquement a pu se faufiler à l’intérieur en même temps ; et ce travail a dû prendre plusieurs années. Il y a beaucoup de tournants et de zigzags. À plusieurs endroits l’ouvrier a taillé droit devant lui sur une certaine distance, avant d’abandonner cette direction, et de recommencer plus en arrière selon un angle d’attaque différent93 ». Tous ces culs-de-sac sont explorés un à un par Robinson, qui espère découvrir une connexion latérale, peut-être une alimentation secondaire provenant du temple, mais en vain. L’archéologue est surtout inquiet de la distance qu’il a déjà parcourue dans le tunnel, sans rencontrer encore les marques laissées trois jours plus tôt sur le plafond : « Le parcours semble interminablement long, et nous avons bien cru un moment nous trouver dans un tunnel différent de celui que nous avions visité trois jours auparavant. Mais, après avoir parcouru 950 pieds [environ 280 mètres], nous sommes enfin arrivés à notre marque 800 tracée à la fumée sur le plafond94. » Au total, donc, le tunnel très sinueux qui relie la fontaine dite de la Vierge en amont au bassin de Siloé en aval mesure 1 750 pieds, soit environ 530 mètres, c’est-à-dire 200 mètres de plus que la distance à vol d’oiseau entre les deux points.

  • 95 Ibid., p. 504.
  • 96 Ibid.

54Le forage d’un tunnel souterrain entre cette fontaine et le bassin de Siloé laisse perplexe Edward Robinson, qui ne parvient pas à en saisir l’utilité : « L’objectif qui a pu justifier la décision d’entreprendre ce travail pénible n’est pas facile à découvrir. Le bassin supérieur a évidemment été creusé à une période plus ancienne que le bassin inférieur ; et il devait y avoir quelque chose à gagner dans le fait de transporter ainsi l’eau à travers un rocher si dur et si solide95. » L’hypothèse d’un usage agricole ne le convainc pas, car s’il s’était agi seulement d’irriguer les jardins situés plus en contrebas, un canal à ciel ouvert qui aurait contourné la colline pouvait parfaitement remplir cette fonction, à un coût bien moins élevé. L’explication doit donc forcément être d’ordre stratégique : « L’ensemble paraît correspondre aux besoins d’une ville fortifiée, comme s’il était important de transporter l’eau d’un point à un autre, de manière à ce qu’elle ne puisse pas être coupée par une armée assiégeante96. » On s’étonne que cette hypothèse, somme toute assez crédible, ne conduise pas très logiquement Robinson à identifier immédiatement ce canal souterrain avec les récits bibliques des travaux d’Ézéchias, tant l’analogie paraît frappante.

55En fait, ce passage illustre de façon exemplaire les limites de la réinvention scientifique des Lieux saints : Edward Robinson, persuadé que la « Cité de David » évoquée dans le livre des Chroniques correspond à la ville haute, ne peut pas localiser les travaux d’Ézéchias à cet endroit, car le texte précise bien que les eaux sont transportées « à l’ouest de la Cité ». Il est ici victime de l’interdépendance de chacun des éléments de sa démonstration : s’il reconnaît que le tunnel de Siloé correspond à l’ouvrage d’Ézéchias, il remet en cause l’ensemble de sa chronologie et l’ensemble de son système de datation des murailles successives, c’est-à-dire la globalité de son interprétation archéologique. Edward Robinson, obligé de défendre la cohérence de son propre système d’interprétation de la topographie biblique, ne peut que laisser l’énigme du forage du tunnel de Siloé en suspens.

  • 97 Jean, v, 2-5 : « Il existe à Jérusalem, près de la Probatique, une piscine qui s’appelle en hébreu (...)
  • 98 Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841, p. 508.
  • 99 Ibid.

56S’il ne peut se résoudre à localiser dans ce tunnel les travaux d’Ézéchias, il ne peut cependant pas non plus dépouiller une telle infrastructure, dont il a souligné par ailleurs la très haute antiquité, de toute mémoire biblique, prenant ainsi le risque de l’abandonner aux superstitions locales, voire – pire encore – aux traditions explicitement musulmanes. Afin de doter malgré tout ce lieu d’un souvenir biblique, il propose donc à son lecteur, en quelques lignes conclusives, d’y localiser la guérison du paralytique, que la plupart des érudits situent pourtant alors à proximité de la porte Saint-Étienne. Pour étayer son hypothèse, il rappelle que l’Évangile de Jean décrit une « eau bouillonnante », agitée périodiquement par l’intervention d’un ange97. Ayant constaté lui-même les intermittences du débit et les « gargouillements » de l’eau, il émet une hypothèse : « Est-ce que cette agitation de l’eau ne ressemble pas au flux intermittent de la fontaine ?98 » Apparemment conscient de l’extrême fragilité de sa démonstration, il adopte une posture indécise, comme pour protéger sa crédibilité scientifique : « Je suggère seulement cette idée, comme étant digne de considération, sans avoir moi-même aucune conviction définie sur le sujet99. » Le processus de réinvention « scientifique » des Lieux saints se fabrique ainsi, par une série de suggestions et de revirements, par une suite de contradictions et d’hypothèses croisées ; mais surtout par la volonté tenace d’occuper le terrain, de lester chaque haut lieu d’une tradition biblique, même provisoire, bricolée et bancale : pour « retrouver Jérusalem », les archéologues doivent reconstruire rapidement et coûte que coûte une topographie chrétienne ; ils doivent également dénoncer, contrer et éloigner les traditions adverses, à toutes fins utiles.

La découverte de l’inscription de Siloé

  • 100 Charles Wilson et Charles Warren, The Recovery of Jerusalem, a Narrative of Exploration and Discov (...)

57Après la première visite d’Edward Robinson, la plupart des archéologues de passage à Jérusalem prennent le temps de parcourir le tunnel de Siloé, lorsque toutefois le niveau de l’eau n’y est pas trop élevé et qu’aucun orage ne menace. Aucun, pourtant, n’identifie formellement le site avec les travaux d’Ézéchias. En 1867, Charles Warren, missionné par le Palestine Exploration Fund, entreprend une exploration minutieuse et un déblaiement complet du canal ; au cours de son travail, il met au jour un certain nombre de puits verticaux et d’amorces de galeries secondaires, mais il se refuse à identifier l’ouvrage avec le projet d’Ézéchias100. Tous les archéologues s’interrogent sur les sinuosités de son tracé, qu’ils expliquent soit par la difficulté de franchissement d’une faille naturelle, soit par l’obligation de contourner une couche sédimentaire trop résistante, voire par la nécessité d’éviter la proximité d’une zone funéraire située quelques mètres plus haut.

  • 101 Charles Wilson, « Obituary of Dr Conrad Schick », PEF. Q. St., 1902, p. 139-142.
  • 102 Archibald Henry Sayce, « The ancient hebrew inscription discovered at he pool of Siloam in Jerusal (...)
  • 103 Albert Socin, 7 juillet 1880, dans Zeitschrift des deutschen Palaestina-Vereins (ZDPV), 1880, p. 5 (...)
  • 104 PEF. Q. St., 1881, p. 69.

58Le 22 juin 1880, un groupe d’enfants découvrent par hasard une inscription qui bouleverse totalement les hypothèses accumulées jusque-là sur le tunnel de Siloé. Ce jour-là, sans doute pour échapper à la chaleur, ces enfants se baignent et chahutent dans le bassin de Siloé, au débouché du tunnel. L’un deux est un jeune élève de Conrad Schick, célèbre figure locale de l’archéologie biblique101. En pataugeant dans le canal, à quelques mètres de l’entrée du tunnel, il dérape sur la paroi rendue visqueuse par la mousse et les algues, et tombe dans l’eau. Lorsqu’il remonte à la surface, il aperçoit des lettres étranges gravées sur la paroi du canal102. Aussitôt prévenu, Conrad Schick transmet la nouvelle en Allemagne et en Grande-Bretagne, et très vite les revues spécialisées s’emparent de l’affaire. Le 7 juillet, Albert Socin transmet la nouvelle à la revue allemande Zeitschrift des deutschen Palaestina-Vereins103. En août, une empreinte de l’inscription est envoyée à Londres, mais elle se révèle à peu près illisible104. Les membres du Palestine Exploration Fund décident alors de faire parvenir à Conrad Schick 25 livres sterling, pour faire réaliser une meilleure copie de l’inscription. En janvier 1881, Conrad Schick expédie un fac-similé plus lisible, rapidement décalqué à plusieurs exemplaires et envoyé aux érudits compétents. Aucun ne parvient pourtant à déchiffrer les lettres (fig. 9).

Fig. 9 — Les avatars de l’inscription de Siloé (mars-juillet 1881)

  • 105 Archibald Henry Sayce, « The inscription at the pool of Siloam », PEF. Q. St., avril 1881, p. 69-7 (...)
  • 106 En réalité, Sayce distingue également trois lignes d’un graffiti plus tardif, rédigé en caractères (...)
  • 107 Archibald Henry Sayce, « The inscription at the pool of Siloam », PEF. Q. St., avril 1881, p. 71. (...)

59Finalement, c’est l’assyriologue anglais Archibald Henry Sayce, de passage à Jérusalem, qui livre les premiers indices sur l’épigraphe, dans un courrier daté du 7 février 1881 : « Cette inscription est la plus importante jamais découverte en Palestine, car elle date de la période des Rois, et elle est écrite dans les plus anciens caractères connus de l’alphabet phénicien105. » D’emblée, la portée de l’inscription de Siloé semble dépasser la simple querelle érudite : si elle apporte un témoignage décisif sur l’histoire hydraulique de Jérusalem, elle renouvelle aussi considérablement l’histoire de l’écriture en Orient. Le révérend Sayce précise que les caractères de l’inscription sont en partie masqués par des dépôts calcaires et que le texte, qui se déploie sur six lignes comportant chacune vingt-cinq lettres environ, est interrompu dans le coin supérieur gauche de la tablette par une fracture tardive de la roche106. Malgré tous ces obstacles, Archibald Henry Sayce parvient à identifier quelques lettres : « La forme des caractères est identique à celle des caractères de la pierre moabite, et les mots sont, de la même manière, séparés l’un de l’autre par des points107. »

  • 108 Ibid.
  • 109 Ibid.
  • 110 Le débat est mené au sein des plus grandes revues scientifiques, avec des instruments d’analyse to (...)

60Pourtant, l’inscription pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses : « Je ne peux trouver dans l’inscription aucun mot pour désigner “Jérusalem”, “Judah”, “Roi”, ni aucun autre nom propre108. » Cette absence de datation interne du document et cette absence de signature relancent le débat, et ouvrent un nouveau chapitre de la polémique : désormais, les érudits s’attachent à situer l’épigraphe de Siloé au sein de l’histoire de l’écriture, par une attention portée à la morphologie des caractères : « La forme des lettres prouve que l’inscription ne peut pas avoir été écrite après l’époque d’Hézékiah109 », affirme Sayce dans son premier courrier du 7 février. Comme par réflexe, et alors même qu’il n’a pas encore traduit le contenu de l’inscription, il choisit de se référer aux célèbres passages bibliques concernant les travaux d’Ézéchias pour proposer une première hypothèse de datation. La controverse, ouverte pendant cet hiver 1881, dure encore aujourd’hui110.

La fabrication d’une polémique

  • 111 Archibald Henry Sayce, « The inscription at the pool of Siloam », PEF. Q. St., avril 1881, p. 72.
  • 112 Selon la tradition, Ézéchias règne vers 700 avant notre ère ; Salomon règne vers 1000 avant notre (...)

61Il ne s’agit pas ici de rendre compte en détail des argumentations élaborées par les uns ou les autres à propos de l’épigraphe de Siloé, mais seulement de comprendre les modalités de cette polémique hydraulique originelle, d’en saisir les enjeux et d’en restituer les épisodes les plus marquants. En effet, une fois encore, il semble que ce soit l’opacité même de l’énigme qui attire les savants, comme si l’objectif était moins d’atteindre la « solution » du problème que de forger les outils théoriques, rhétoriques et techniques des différentes disciplines convoquées pour le résoudre. Chacun, d’ailleurs, s’accorde le droit de modifier plusieurs fois sa proposition initiale. Ainsi Archibald Henry Sayce, dès le 27 février 1881, adresse un second courrier au Palestine Exploration Fund dans lequel il revient déjà sur ses premières affirmations, grâce à une nouvelle copie, « aussi parfaite que possible111 ». L’alphabet utilisé lui semble désormais être phénicien et non plus hébreu, ce qui le conduit à déplacer sa datation bien plus en amont : « Je ne vois pas, par conséquent, comment cette inscription pourrait être aussi tardive que l’époque d’Hézékiah et de ses successeurs […]. Je n’hésite guère à la faire remonter à l’époque de Salomon, ou peut-être de David. » En moins de trois semaines, le même assyriologue déplace donc sa première hypothèse de datation de plus de trois siècles vers l’amont chronologique112.

  • 113 La Terre sainte, n° 144, 1er juillet 1881, p. 724.
  • 114 Ernst Krautsch, « Die Siloahinschrift (1) », Zeitschrift des deutschen Palaestina-Vereins (ZDPV), (...)
  • 115 La Terre sainte, n° 151, 15 octobre 1881, p. 795.

62La découverte, en tout cas, ne tarde pas à être connue et, dès juillet 1881, le mensuel La Terre sainte témoigne de l’écho scientifique international de la découverte : « Dans la séance de l’Académie de Paris et dans le Journal officiel du 27 juin 1881, on disait qu’il résultera de cette inscription des lumières précieuses pour l’histoire de la langue hébraïque113. » En France, mais aussi en Allemagne, l’inscription de Siloé est immédiatement perçue comme une des découvertes majeures de l’archéologie biblique114. En octobre 1881, La Terre sainte est en mesure de livrer à ses lecteurs une première traduction française de l’inscription : « Le percement est terminé ; et voici ce qui le concerne : pendant que les mineurs élevaient le pic l’un contre l’autre, et alors qu’il restait à briser une épaisseur de trois coudées, on entendit la voix de l’un qui appelait le voisin. Il y avait en ce point un accident dans le rocher… à droite. Et le jour où le percement eut lieu, les mineurs frappèrent en face l’un de l’autre, pic sur pic, et les eaux de la source allèrent à la fontaine sur l’espace de 1 200 coudées. Il y avait une demi-coudée au-dessus de la tête du mineur115. »

  • 116 Ibid.

63Cette version, si elle est acceptable par tous dans ses grandes lignes, n’épuise pourtant pas le débat passionnel qui est en train de gagner le monde des études bibliques à propos de l’identification de chacune des lettres qui composent l’inscription, et dont La Terre sainte se fait l’écho : « M. Sayce fut un des premiers à essayer l’interprétation de ce texte. Bientôt en Angleterre et en Allemagne ce fut une véritable lutte entre orientalistes à qui devinerait le mieux et le plus vite cette énigme. Des personnes plus zélées que prudentes allèrent jusqu’à faire agir sur le rocher l’acide hypochlorique, pensant ainsi que plusieurs lettres douteuses allaient reparaître. Il n’en fut rien ; seulement on réussit à effacer certaines lettres qui étaient sûres116. » La course aux origines hydrauliques de la Ville sainte, relancée par cette découverte fortuite, conduit donc non seulement à la confrontation de plusieurs traductions du même texte, mais aussi à la production de plusieurs versions successives de l’inscription.

  • 117 PEF. Q. St., octobre 1881, p. 282-297.
  • 118 Les lieutenants anglais Conder et Mantell réalisent ainsi un nouvel estampage de l’épigraphe le 15 (...)
  • 119 Archibald Henry Sayce, « The ancient hebrew inscription in the pool of Siloam », PEF. Q. St., octo (...)
  • 120 Herrmann Guthe, « Über die Siloahinschrift », 14 juillet 1881, ZDPV, 1881, p. 250-259.
  • 121 Ernst Kraustch, « Die Siloahinschrift (2) », ZDPV, 1881, p. 260-272.
  • 122 PEF. Q. St., octobre 1881, p. 282.

64À l’automne 1881, la revue du Palestine Exploration Fund consacre plus de quinze pages à la controverse, dans lesquelles la concurrence avec l’Allemagne se décline de plus en plus explicitement117. Au-delà du débat érudit sur la traduction et la datation du texte, l’enjeu central de cette concurrence semble s’être déplacé autour de son appropriation matérielle : l’épigraphe de Siloé est d’abord un objet matériel, tour à tour recopié, décalqué, décapé, estampé, moulé par tous ceux qui tentent de s’en approprier le sens et la portée118. Selon Sayce, les Allemands, en utilisant de l’acide pour nettoyer l’épigraphe, renforcer les contrastes de l’incision et faciliter ainsi la réalisation d’un moulage en plâtre, auraient fait disparaître certains caractères119. Hermann Guthe, qui a réalisé personnellement le nettoyage, s’en défend120. Surtout, l’article publié par le Dr Krautsch dans le Zeitschrift des deutschen Palaestina-Vereins pour défendre la datation d’Ézéchias121 apparaît injurieux au révérend Sayce : « Dans sa contrariété, somme toute naturelle, de voir une importante inscription qu’il considère comme la propriété de l’Association allemande être appropriée par un Britannique, il a oublié la courtoisie due à une société sœur, présente sur le terrain bien des années avant que l’Association allemande ne soit fondée122. »

  • 123 Ibid., p. 285.
  • 124 PEF. Q. St., octobre 1881, p. 292.
  • 125 PEF. Q. St., p. 293.

65Le révérend Sayce, après avoir réaffirmé la primauté britannique sur l’inscription, revient cependant sur le fond du débat et modifie une troisième fois sa position. La découverte de nouveaux caractères l’oblige en effet à renoncer à une datation haute : « Comme je l’affirme dans l’Athenœum du 13 août, il n’est plus possible de continuer à assigner à l’inscription une date aussi ancienne que le siècle de Salomon123. » Sans pour autant donner entièrement raison à son principal contradicteur Isaac Taylor, il élabore une nouvelle hypothèse selon laquelle l’inscription aurait été réalisée entre les viiie et vie siècles. Publiée dans le même dossier, la réponse d’Isaac Taylor au revirement de Sayce démontre que l’objectif de ces joutes érudites n’est pas de rechercher le consensus, mais bien au contraire de nourrir la controverse, coûte que coûte : alors que Sayce semble presque prêt à rejoindre sa position, Taylor rebondit et relance le débat en affirmant « qu’une date si ancienne que le milieu du viiie siècle ne peut pas être maintenue plus longtemps124 ». Selon lui, une nouvelle analyse de certains caractères de l’épigraphe l’oblige en effet à déplacer sa première hypothèse d’un à deux siècles plus en aval de la chronologie : « Je peux donc maintenant affirmer que l’inscription a été réalisée entre les viie et vie siècles125 », conclut-il, avant de proposer la date de 587 avant notre ère.

  • 126 Pour une mise en perspective de la controverse sur l’inscription de Siloé, voir E. Davis, « The Si (...)

66La course aux origines bibliques de la Ville sainte, qui passe en priorité par une course d’érudition autour des premières infrastructures hydrauliques, est donc bien un exercice de distinction : il ne s’agit pas d’élaborer un compromis acceptable par tous, mais bien au contraire de proposer une interprétation originale et singulière pour rester visible et continuer d’exister au sein du champ clos des études bibliques. Ainsi, en reprenant précisément la chronologie fine de la polémique entre Sayce et Taylor – pour ne considérer que ces deux acteurs –, on se rend compte que leurs hypothèses successives de datation se sont croisées par deux fois, sans jamais vraiment coïncider126. Si l’eau de Jérusalem est bien le laboratoire théorique des disciplines paléographiques et archéologiques, c’est également l’occasion pratique de forger les outils proprement rhétoriques de la controverse scientifique.

Puzzle biblique, puzzle hydraulique

  • 127 Claude R. Conder, « The Siloam tunnel », PEF. Q. St., 1882, p. 122-131 ; William F. Birch, « The w (...)
  • 128 128. Conrad Schick, « The aqueducts at Siloam », PEF. Q. St., avril 1886, p. 88-91 ; Conrad Schick(...)
  • 129 PEF. Q. St., janvier 1891, p. 3.

67Dans les années 1880, la production scientifique consacrée au tunnel de Siloé ne cesse de s’amplifier. La date du percement de cet aqueduc originel, et donc la figure historique à laquelle il faudrait le rattacher sont au cœur de la polémique127. L’hypothèse d’un second tunnel, bientôt confirmée par les fouilles de Conrad Schick en 1890, ajoute encore une nouvelle inconnue à l’équation hydraulique : désormais, c’est autant l’agencement des deux infrastructures que leur datation respective, qui nourrissent le débat128. L’inscription elle-même est partout reproduite ; la polémique, qui prend de plus en plus d’ampleur, encourage en effet les artisans de Jérusalem à produire et à vendre des faux moulages, et même à diffuser une version du texte rédigée dans un autre alphabet : « La manufacture des “antiquités” en Palestine semble se développer avec une énergie redoublée. Une autre “inscription de Siloé” a ainsi été produite, et des copies ont été expédiées à quelques particuliers en Angleterre. Il s’agit d’un faux grossier, avec sept lignes de caractères phéniciens, obtenues par la traduction de l’original en lettres hébraïques carrées129. » La fabrication de la controverse érudite entraîne la production et la diffusion de textes concurrents et falsifiés.

  • 130 PRO, FO 195/1727, 18 février 1891.
  • 131 PEF. Q. St., avril 1891, p. 88-89.
  • 132 Considérée par certains archéologues israéliens comme la preuve de la responsabilité du roi juif É (...)

68En octobre 1890, l’inscription de Siloé disparaît. L’émoi provoqué par ce pillage est une preuve supplémentaire de la valeur qu’on lui accorde : immédiatement, toutes les institutions d’études bibliques alertent les consuls européens. William Henry Khayat, responsable par intérim du consulat britannique à Jérusalem, mène sa propre enquête : « Deux membres de la London’s Jews Society à Jérusalem ont accidentellement aperçu l’inscription perdue dans la maison d’un Grec (sujet turc) nommé Georges Patrides, qui les avait invités à venir voir chez lui une pierre moabite ; mais, étant absent, sa femme par inadvertance leur a montré celle de Siloé130. » Arrêté, Georges Patrides consent à restituer l’inscription au gouverneur, mais nie absolument être à l’origine du larcin : il affirme qu’elle lui a été vendue par un paysan pour 35 napoléons. L’épigraphe, cassé en deux par celui qui l’a détaché de la paroi, est bientôt transféré en lieu sûr, comme le signale Henry Gilliam, résidant à Jérusalem : « Les deux inscriptions de Siloé ont été retrouvées et sont maintenant en la possession des autorités turques locales. Je les ai vues récemment dans le salon du gouverneur de Jérusalem, dans une boîte en bois dans laquelle elles doivent être transportées par bateau vers le musée de Constantinople, sur ordre du gouvernement131. » L’inscription de Siloé ne connaîtra donc pas le même sort que la pierre de Moab, transférée au musée du Louvre en 1866 : par crainte d’une appropriation européenne, les autorités ottomanes choisissent de l’expédier et de l’exposer dans la capitale impériale132.

  • 133 Abbé Daniel, « La piscine de Siloé et l’inscription hébraïque récemment découverte », La Terre sai (...)

69Désormais, l’inscription de Siloé est devenue la véritable pièce maîtresse du puzzle hydraulique de Jérusalem : elle focalise l’attention des savants, suscite la convoitise des trafiquants d’antiquités, et mobilise l’énergie des autorités politiques. Dans un article de vulgarisation publié par L’Univers puis par La Terre sainte en 1885, l’abbé Daniel résume en quelques phrases la portée de l’inscription, qui semble à elle seule renfermer la clé de l’ensemble des énigmes bibliques de la Ville sainte : « La découverte de l’inscription de Siloé et les découvertes qui s’y rattachent, outre l’intérêt épigraphique et archéologique qu’elles présentent par elles-mêmes, ont un intérêt plus général. En contribuant à fixer et à déterminer la topographie de la cité sainte, elles servent par là même à fixer plusieurs scènes bibliques d’une manière plus exacte et plus précise ; en nous faisant connaître comment la ville s’alimentait en eau, elles nous mettent en état de mieux comprendre comment Jérusalem pouvait supporter les rigueurs d’un siège ; en nous apprenant comment ses rois avaient exécuté de bonne heure des travaux considérables et d’une exécution fort difficile, nous voyons que ce petit peuple, si privilégié par sa vocation religieuse, n’était pas non plus privé des bienfaits d’une civilisation avancée et fort ingénieuse133. »

  • 134 Ibid., p. 346.

70L’enquête autour des sources d’eau apparaît bien comme l’une des portes d’entrée privilégiées par les Européens pour accéder à une connaissance intime des Lieux saints : l’eau « détermine » la topographie, « fixe » les souvenirs bibliques et démontre l’avancée précoce de la « civilisation » juive, écrit l’abbé Daniel, confirmant ainsi que les points d’eau sont utilisés comme une clef, puis comme une preuve de la démonstration scientifique. Dans cette perspective, Siloé attire tout particulièrement l’attention des archéologues, sans doute en raison de la singularité de son site et de la permanence supposée de sa toponymie, comme le rappelle l’abbé Daniel : « La situation de la piscine de Siloé est un des rares points de la topographie de Jérusalem sur lesquels il y ait une unanimité complète parmi les savants. Une tradition constante et jamais sérieusement contestée, qui s’est perpétuée à travers les siècles, en a toujours fixé la place avec certitude134. » Les points d’eau, et notamment les sources et les résurgences d’eau vive, offrent au voyageur la garantie rassurante d’une certaine permanence, la certitude apaisante d’une certaine continuité ; à ce titre, ils fonctionnent comme des fixateurs de mémoire et apparaissent comme autant de points de repère dans la topographie complexe et la toponymie tourmentée de la ville.

  • 135 Ibid., p. 356. C’est nous qui soulignons.
  • 136 Ibid.

71Le tunnel de Siloé apparaît également à l’abbé Daniel comme l’indice d’une incontestable souveraineté politique. En fait, comme Sayce avant lui, l’abbé Daniel ne résiste pas à la tentation d’attribuer la toute première infrastructure hydraulique de Jérusalem à Salomon. Il fait à peine mystère du caractère empirique, spontané et presque affectif de sa proposition : « Mais qui est donc le constructeur de l’aqueduc ? Quoiqu’on ne puisse émettre ici que des hypothèses, un grand nom se présente tout naturellement à l’esprit : c’est celui du roi Salomon135. » La mémoire de l’eau se confond ici avec la mémoire politique de la ville, puisqu’il s’agit de faire coïncider « tout naturellement » la chronologie des travaux hydrauliques avec la généalogie mythique des grands rois d’Israël. Dans cette logique, le tunnel de Siloé, considéré par tous les érudits comme l’infrastructure hydraulique originelle de Jérusalem, c’est-à-dire à la fois comme geste inaugural et acte fondateur, ne saurait se rapporter qu’à la figure tutélaire et fondatrice de la royauté juive. Salomon, premier roi bâtisseur, modèle récurrent pour les grands souverains soucieux de laisser leur empreinte dans la pierre, apparaît comme le père naturel de cet ouvrage hydraulique originel : « La conception comme l’exécution d’un projet de ce genre conviennent parfaitement à tout ce que l’histoire sainte nous apprend du roi Salomon136. »

  • 137 Ibid.
  • 138 La polémique s’est nouée au milieu des années 1990, lorsque l’archéologue isarélien Zvi Abells a d (...)

72Le tunnel de Siloé, ainsi désigné comme le véritable mètre-étalon de la chronologie biblique à Jérusalem, est présenté par l’abbé Daniel comme le signe le plus éclatant de l’origine juive de la Ville sainte. Ce « petit peuple », comme l’écrit l’abbé Daniel, porteur d’une « civilisation avancée et fort ingénieuse », est bien le premier peuple souverain de Jérusalem, celui qui le premier a habité, occupé, investi les lieux, et qui le premier a notamment assuré l’autonomie hydraulique de la ville, gage de sa sécurité et de son intégrité137. À la suite de l’abbé Daniel, toute une cohorte d’érudits continuent encore aujourd’hui de nourrir la polémique sur la datation du tunnel, même si le débat s’est désormais déplacé encore plus en amont de la chronologie : il s’agit à présent de trancher en faveur d’une datation « juive » ou « cananéenne » – c’est-à-dire « palestinienne » – du tunnel ou des tunnels, comme si la paternité du canal originel de la ville antique devait conférer une souveraineté légitime sur la ville actuelle. Le texte inscrit sur le panneau touristique apposé à l’entrée du canal est, encore aujourd’hui, l’objet d’une intense polémique138.

  • 139 La Terre sainte, n° 514, 15 décembre 1896, p. 383.
  • 140 La Terre sainte, n° 529, 1er août 1897, p. 234.
  • 141 La Terre sainte, n° 703, 1er novembre 1904, p. 335.

73Le débat érudit n’est donc pas seulement une querelle abstraite, close sur elle-même : il fournit les armes de la concurrence politique et de l’appropriation concrète du terrain. En 1896, lorsque le Dr Bliss, pour le compte du Palestine Exploration Fund, met au jour les restes d’une ancienne basilique construite sur le bassin de Siloé, la controverse scientifique cède la place à la concurrence foncière, qui oppose d’abord les Grecs et les Latins : « Le bruit court que le patriarcat grec dissident a acheté l’emplacement et les ruines de cette basilique. Tout le monde ici regrette vivement que la Custodie de Terre sainte ait encore manqué cette occasion d’acquérir un ancien sanctuaire pour le compte de l’Église catholique », rapporte le mensuel La Terre sainte139. La compétition pour l’invention, la fabrication et le contrôle des Lieux saints, qui anime les missionnaires depuis le milieu du siècle, passe donc par Siloé. Pourtant, cette querelle des clochers chrétiens est rapidement mise entre parenthèses dès lors que la « chrétienté », soudain réunie, se trouve directement menacée : au printemps 1897, alors que les fouilles de Siloé sont reprises en main par les autorités locales, La Terre sainte dénonce violemment « les musulmans qui, par cupidité ou fanatisme, […] y ont construit une sorte de chambre informe pour en faire une mosquée ; et cela, bien certainement pour empêcher les chrétiens d’acquérir un lieu si précieux140 ». Quelques années plus tard, en 1904, le même journal, qui dénonçait en 1896 l’appropriation des lieux par les Grecs schismatiques, se félicite désormais de l’heureuse issue de la compétition : « Les journaux grecs de Constantinople ont annoncé récemment que le patriarcat grec-orthodoxe de Jérusalem avait acquis l’église de Siloé découverte en 1896 […]. J’ignore comment le patriarcat grec a pu restituer à la chrétienté un sanctuaire aussi précieux141. »

74La bataille des Lieux saints ne se déroule donc pas qu’autour du Saint-Sépulcre, mais se déploie sur chacun des points chauds de la ville, en particulier autour des points d’eau ; sur ce singulier champ de bataille, où les armes sont autant celles de l’érudition scientifique que de la propriété foncière, les alliances se font et se défont, au gré des circonstances, des enjeux et de ce que les acteurs perçoivent comme une menace pour leurs intérêts immédiats ; pour servir ces stratégies, les catégories d’analyse et de récit se construisent et se déconstruisent en fonction des besoins du moment. Ainsi, on est « grec » un jour, « chrétien » le lendemain, mais les musulmans sont toujours perçus comme l’ennemi commun d’une chrétienté réinventée.

« Jérusalem est née d’une source »

  • 142 Sur la mission Parker, qui s’apparente en fait à une véritable chasse au trésor, voir Neil Asher S (...)
  • 143 Louis-Hugues Vincent, Jérusalem sous terre. Les récentes fouilles de l’Ophel, Londres, 1911.
  • 144 Jean-Baptiste Humbert, « Aux racines cananéennes du temple de Jérusalem », dans Abdelwahab Meddeb (...)

75Les eaux de Gihon et de Siloé, reliées à la ville par un réseau complexe de puits et de canaux, lovées dans le creux de la vallée orientale de Jérusalem, entre le Haram el-Sherif et le mont des Oliviers, apparaissent donc comme le véritable conservatoire des origines historiques et mythiques de la Ville sainte : le mémorial hydraulique de Jérusalem. En 1909, la mission archéologique menée par M. B. Parker met au jour, autour de la source, des débris de poteries caractéristiques du ive millénaire avant notre ère142 ; le père Louis-Hugues Vincent, membre de l’École biblique qui conseille la mission, considère qu’il s’agit là des toutes premières traces d’occupation humaine du site de Jérusalem143. Parmi les archéologues, les résurgences hydrauliques de la vallée orientale sont désormais présentées comme le facteur déterminant de la mise en valeur originelle du site. L’archéologue Jean-Baptiste Humbert, membre de l’École biblique, souligne ainsi récemment, dans un article, « Aux racines cananéennes du temple de Jérusalem », que la source de Gihon peut seule expliquer l’installation des hommes à cet endroit : « Le site ne bénéficiait pas de grands avantages […]. La situation de Jérusalem n’est guère favorable ; au sommet d’une chaîne de montagne, à 700 mètres d’altitude, elle est battue par les vents, chauds en été et froids en hiver ; sans espace, elle est contenue sur la table étroite d’un éperon rocheux ; cachée dans un repli du terrain, elle est dominée de partout […]. Que lui restait-il ? Son seul atout était la source de Gihon, jaillissant d’une infractuosité au pied de la falaise. Le débit intermittent et modeste fut suffisant pour une population de l’Antiquité et permit en plus, dans la vallée du Cédron, l’entretien des vergers. Le point d’eau avait attiré l’homme depuis toujours, aussi retrouve-t-on des traces d’une occupation jusque dans le quatrième millénaire avant notre ère. Des éleveurs de petit bétail avaient trouvé bon de se fixer là, non loin de la source144. » Le processus d’invention scientifique des origines de la ville, articulé autour de ces points d’eau, semble se nourrir de la portée symbolique et religieuse de ces sources, en même temps qu’il participe à la fabrication et à la consolidation du mythe. L’invention scientifique de la Terre sainte, initiée au xixe siècle, est d’abord une invention hydraulique : l’eau, indice et vecteur d’une mémoire enfouie, dit la genèse de la Ville sainte. Le récit de cette genèse entremêle intimement les données archéologiques et les traditions religieuses, les logiques démonstratives et les professions de foi.

  • 145 Bible et Terre sainte, n° 101, mai 1968. Le numéro est scandé en trois grands dossiers : « Le prob (...)
  • 146 Amédée Brunot, « Le problème de l’eau à Jérusalem », Bible et Terre sainte, n° 101, mai 1968, p. 6 (...)
  • 147 Ibid.

76En mai 1968, la revue Bible et Terre sainte consacre un numéro entier à la question de l’eau à Jérusalem, dont le contenu, puisé aux meilleures sources de l’érudition biblique, ramasse l’ensemble des conclusions accumulées par un siècle d’études archéologiques145. Sa lecture permet donc de consigner l’ensemble des rôles historiques que l’on attribue aujourd’hui aux points d’eau de la vallée orientale. Par exemple, pour expliquer les origines de la ville, le déterminisme hydraulique est dorénavant présenté comme une donnée incontournable, bien qu’il ne soit que le résultat d’un siècle de tâtonnements archéologiques : « Jérusalem est née d’une source, une humble source jaillissant par intermittence dans une grotte au pied d’une colline. Attirés par ce filet d’eau vive, des troglodytes de la préhistoire s’installeront dans les cavernes du ravin aux falaises abruptes146. » Le décor est en place, et le père Amédée Brunot peut décrire, comme s’il y était, la source et son environnement au cours de la période préisraélite : elle est quotidiennement « troublée par les filles des Jébuséennes qui s’y donnent rendez-vous, deux ou trois fois par jour, et remontent le sentier poussiéreux, le buste cambré sous l’amphore ou le dos ployant sous les outres de chèvre147 ». L’usage domestique des points d’eau, considéré comme un des rares gestes absolument trans-historiques, permet mieux que tout autre le travail d’imagination, de réinvention, de reconstitution des temps bibliques.

  • 148 Louis-Hugues Vincent, dans la Revue biblique, 1924, p. 357-370.
  • 149 Amédée Brunot, « Le problème de l’eau à Jérusalem », art. cité, 1968, p. 6.
  • 150 Amédée Brunot (ibid., p. 6), reprenant à son compte certains récits de l’insurrection de 1834-1839 (...)

77Une fois établi ce récit des origines, Amédée Brunot présente l’histoire de la Ville sainte comme une longue suite de sièges, de prises et reprises, dont les issues semblent déterminées par l’existence des tunnels et des canalisations de la vallée orientale. Depuis les découvertes de la mission Parker en 1909, la plupart des scientifiques reconnaissent en effet désormais que le tunnel dit d’Ézéchias n’est pas – ou n’est plus – le premier percement hydraulique connu à Jérusalem. Dès l’époque cananéenne, les Jébuséens auraient mis en place un premier réseau de puits et de galeries, permettant de puiser l’eau de la source sans s’exposer aux assiégeants148. Conçues pour être les garants de la défense stratégique et de l’intégrité de la ville, ces infrastructures hydrauliques, comme par une ruse de l’histoire, ont parfois été les agents de sa propre perte, souligne Amédée Brunot. Selon lui, David utilise par exemple l’une des galeries hydrauliques creusées par les Jébuséens – le « sinnor » – pour s’emparer de la ville et fonder son royaume : « David, fertile en stratagèmes, sait qu’elle est vulnérable par le sinnor. Après bien des controverses, exégètes et archéologues semblent aujourd’hui d’accord pour entendre par ce terme le passage souterrain creusé par les Jébuséens dans le roc de la colline. Joab, le général en chef, rampa dans le canal qui partait de la source, grimpa le long du puits de 13 mètres et surprit fort la garnison. Cette performance a été refaite en moins d’une demi-heure par un des officiers de la mission Parker149 ». L’histoire politique et militaire de Jérusalem s’entremêle donc, dès l’origine, à son histoire hydraulique150.

  • 151 Louis-Hugues Vincent, dans la Revue biblique, 1912, p. 441.

78Ayant rappelé le rôle que l’Ancien Testament attribue à Ézéchias dans l’achèvement des travaux de canalisation, Amédée Brunot revient sur le texte de l’inscription découverte en 1880 à Siloé. Il imagine la rencontre souterraine entre les deux équipes de mineurs « qui se rencontrèrent pic sur pic », selon l’inscription, et tente de décrire, à plusieurs milliers d’années de distance, l’euphorie des ouvriers jadis engagés dans le percement du tunnel. Pour tenter de percevoir l’écho sensible de cet événement biblique, pour tenter d’abolir la distance chronologique qui sépare la Jérusalem actuelle de l’antique Ville sainte, Amédée Brunot laisse alors la parole au père Louis-Hugues Vincent, témoin de la remise en eau de ce même canal, à la fin des travaux de curage effectués par les ouvriers de la mission archéologique de Parker, en 1910 : « Le flot arriva, limpide et impétueux, à la piscine, et le bruit de fête qui salua son retour résonnera longtemps à mon oreille, comme un écho des premières et ardentes acclamations au jour lointain de la percée151. » Dans la description du père Vincent, l’émulation joyeuse des deux équipes d’archéologues, occupées en 1910 au nettoyage du tunnel à partir de ses deux extrémités, se donne à lire comme un rejeu explicite de la compétition qui animait les deux équipes de tunneliers occupés à son forage, quelque vingt-cinq siècles plus tôt.

*

79L’eau, sa canalisation, son ruissellement, son bruit, son goût, sa couleur, sa fraîcheur et sa transparence semblent donc fournir aux Européens la matière d’un véritable court-circuit mémoriel. Pour les Occidentaux qui tentent de « retrouver Jérusalem », c’est-à-dire d’effacer la ville actuelle pour faire réapparaître, comme par hallucination, la ville biblique, l’eau constitue un véritable garde-mémoire : riche en indices scientifiques, elle semble également véhiculer une intense charge émotionnelle, qui permet de rejouer les mêmes scènes, d’actualiser les mêmes gestes que ceux racontés dans les textes anciens. À Jérusalem, la mémoire de l’eau est autant une construction intellectuelle qu’une expérience sensible.

Notes

2 Constantin-François Volney, Voyage en Syrie et en Égypte (1783-1785), Paris, 1787, cité dans Abdelwahab Meddeb (dir.), Multiple Jérusalem, Paris, 1996, p. 190-192.

3 Ibid.

4 Sur la perception européenne des villes orientales à l’époque moderne, voir Jean-Paul Bonnin, Les villes du grand voyage, thèse d’histoire sous la direction de Dominique Poulot, université Paris 1, 2001.

5 Marcel Ladoire, Voyage fait à la Terre sainte en l’année 1719, contenant la description de la ville de Jérusalem… avec les mœurs et les coustumes des Turcs, Paris, 1720, cité dans Abdelwahab Meddeb (dir.), Multiple Jérusalem, op. cit., p. 182-187.

6 Sur la crise du pèlerinage à la fin du Moyen Âge et l’oubli de Jérusalem, voir M.-Christine Gomez-Géraud, Le crépuscule du grand voyage. Les récits de pèlerins à Jérusalem (1458-1612), thèse de littérature française sous la direction de Daniel Ménager, université Paris 10, 1996.

7 Voltaire, Dictionnaire philosophique, article « Judée », Paris, 1764, cité dans Abdelwahab Meddeb (dir.), Multiple Jérusalem, op. cit., p. 188-189.

8 Pierre Loti, Jérusalem, 1895, cité dans Claude Aziza (éd.), Jérusalem. Le rêve à l’ombre du Temple, Paris, 1994, p. 1296.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 George Samson, The Sufficiency of Water for Baptizing at Jerusalem, and Elsewhere in Palestine, as Recorded in the New Testament, Boston, 1851.

12 Ibid., p. 124-125.

13 Au sein d’une bibliographie très abondante, on peut consulter : Per Lundberg, La typologie baptismale dans l’ancienne Église, Leipzig, 1942 ; Louis Beirnaert, Symbolisme mythique de l’eau dans le baptême, La Maison-Dieu, 1950 ; Julien Ries, article « Eau », dans Paul Poupard, Dictionnaire des religions, volume I, Paris, 1993, p. 559-561 ; Pierre Miquel, Dictionnaire des symboles liturgiques, Paris, 1995 (article « Eau », p. 113-121). Une livraison de la revue Évangile permet d’accéder à une utile synthèse des lectures bibliques, des interprétations symboliques et des usages liturgiques de l’eau dans le catholicisme d’avant le concile Vatican II : Évangile, n° 19, « La source de l’eau vive », 3e trimestre 1955.

14 Jean, ix, 6-7 : « Il cracha à terre, fit de la boue avec sa salive, enduisit avec cette boue les yeux de l’aveugle et lui dit : “Va te laver à la piscine de Siloé” [mot qui signifie l’Envoyé]. L’aveugle s’en alla donc, il se lava et revint en voyant clair. »

15 Jacob R. Freese, Palestine, Syria and Asia Minor. Travel, Incidents, Description and History, Philadelphie, 1869, p. 84. Il séjourne à Jérusalem au printemps 1867.

16 La Terre sainte, n° 79, octobre 1878, p. 841.

17 Ibid.

18 Maurice Halbwachs, La topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte, Paris, 1971 (1re édition : 1941), p. 25.

19 Sur ce point, voir Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841 ; Later Biblical Researches, Boston, 1856. Les conclusions de Robinson, qui remettent en cause la localisation traditionnelle et latine des Lieux saints – notamment le Saint-Sépulcre –, alimentent un débat entre érudits pendant plusieurs décennies. Sur ce point, voir Neil Asher Silberman, Digging for God and Country. Exploration, Archeology and the Secret Struggle for the Holy Land, 17991917, New York, 1982.

20 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882, p. 194.

21 Lucette Valensi, « Anthropologie comparée des pratiques de dévotion. Le pèlerinage en Terre sainte au temps des Ottomans », dans Jocelyne Dakhlia (dir.), Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Paris, 1998, p. 33-75.

22 Ibid., p. 310. Le poète se rend fréquemment à Siloé. Ainsi le 2 novembre 1832 : « Déjeuné, assis sur les marches de la fontaine de Siloé. Écrit quelques vers, déchiré et jeté les lambeaux dans la source » (ibid., p. 332).

23 Ibid., p. 330. Le Jourdain, bien sûr, fait l’objet de la même fascination. Le 14 octobre 1832, Lamartine découvre le fleuve : « Je bus dans le creux de ma main de l’eau du Jourdain, de l’eau que tant de poètes divins avaient bue avant moi, de cette eau qui coula sur la tête innocente de la victime volontaire ! Comme tous les voyageurs qui viennent, à travers tant de fatigues, de distances et de périls, visiter dans son abandon ce fleuve jadis roi, je remplis quelques bouteilles de ses eaux pour les porter à des amis moins heureux que moi » (ibid., p. 232).

24 Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841 ; James Fergusson, An Essay on the Ancient Topography of Jerusalem with Restored Plans of the Temple, Londres, 1847. Historien de l’architecture, Fergusson s’appuie sur une étude des formes pour affirmer que le temple était situé à l’angle sud-ouest du Haram actuel, et que le Dôme du Rocher s’élève en fait sur l’emplacement du tombeau du Christ et du premier Saint-Sépulcre.

25 George Williams, The Holy City, or Historical and Topographical Notices of Jerusalem, with some Accounts of its Antiquities and of its Present Condition, Londres, 1845, p. vi.

26 Ibid., p. vii-viii.

27 Voir figure 6.

28 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 2, 1865, p. 24. Ce chapitre est reproduit sous le titre « Eaux de Jérusalem », dans le périodique La Terre sainte, nos 69 et 70, mai et juin 1878, p. 722-725 et 736-738.

29 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 377.

30 Ibid., p. 378.

31 Yehoshua Ben-Arieh, The Rediscovery of the Holy Land in the Nineteenth Century, Jérusalem-Détroit, 1979.

32 PRO, FO 78/331, lord Ponsonby (ambassadeur à Constantinople) à Palmerston (Foreign Secretary), 30 juin 1838. Sur ce point, voir Mordechai Eliav, Britain and the Holy Land 18381914, Jérusalem, 1997, p. 17-30.

33 Henry Laurens, La question de Palestine, tome 1, 1799-1922, L’invention de la Terre sainte, Paris, 1999, p. 50.

34 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 379.

35 Pour mieux illustrer la singularité gustative de l’eau de Siloé, George Williams convoque le récit d’un pèlerinage effectué par quatorze Britanniques en 1669 : A Journey to Jerusalem. Or a Relation of the Travels of Fourteen Englishmen, in the Year 1669 from Scanderoon to Tripoly, Joppa, Ramah, Jerusalem, the Dead Sea, and Back Again to Aleppo, Londres, 1672 : « Si vous deviez goûter cette eau à l’aveugle, vous auriez l’impression qu’il s’agit d’un mélange de lait et d’eau. »

36 Pour une description du hammam dans les années 1960, voir Lucien Golvin, « Quelques notes sur le Sûq al-Qattânîn et ses annexes à Jérusalem », Bulletin d’études orientales (Institut français de Damas), tome xx, année 1967, p. 101-117 (en particulier les pages 112-116).

37 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 381.

38 Ibid., p. 384.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 385.

42 Ibid. Pour la localisation des hypothèses de George Williams, voir figure 6.

43 Pour une description exhaustive, sous forme de catalogue, de la totalité des citernes et des galeries souterraines du Haram, qui compile et reproduit de façon systématique toutes les sources disponibles, voir Shimon Gibson et David M. Jacobson, Below the Temple Mount in Jerusalem. A Sourcebook on the Cisterns, Subterranean Chambers and Conduits of the Haram al-Sharîf, Oxford, 1996.

44 George Williams, The Holy City…, op. cit., 1845, p. 386.

45 Ibid., p. 387.

46 Ibid.

47 Ibid., p. 388.

48 Ibid., p. 389.

49 Ibid.

50 Michel de Bry, « La vie et l’œuvre de Félix de Saulcy », dans Félix de Saulcy (1807-1880) et la Terre sainte, Paris, 1982, p. 17-69.

51 Michel de Bry, « La vie et l’œuvre de Félix de Saulcy », art. cité, p. 24.

52 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte et dans les terres bibliques, exécuté de décembre 1850 à avril 1851, Paris, 1853.

53 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, 2 vol. , Paris, 1865.

54 Félix de Saulcy, « Eaux de Jérusalem », La Terre sainte, n° 69 et n° 70, mai et juin 1878, p. 722-725 et p. 736-738.

55 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882.

56 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 337. Sur la représentation de ces hypothèses de connexion souterraine, voir la figure 7 (John Irwine Whitty).

57 Ibid.

58 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 1, op. cit., 1865, p. 6.

59 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882, p. 90.

60 Ibid., p. 91.

61 Ibid. En avril 1911, les archéologues de la mission Parker mettront fin au mystère du fameux « puits des Âmes », en soulevant la dalle qui le ferme et en découvrant une minuscule cavité de 25 cm de côté. Le récit de cette exploration – qui fut décrite par certains comme une véritable profanation et qui provoqua sur le moment une émeute populaire à Jérusalem – est livré notamment par le père Lagrange dans la Revue biblique de juillet 1911 : « Le fameux puits des Âmes, qu’on disait situé sous la grotte de cette roche sainte, excitait naturellement la curiosité. On ne manquait jamais de dire aux visiteurs que c’était le point de départ des canaux qui conduisaient au Cédron le sang des sacrifices. Or, le résultat inattendu de la petite fouille entreprise dans ce caveau a été de faire constater… que le caveau n’existait pas ! Le puits merveilleux qui défrayait le folklore a une profondeur maxima de 25 centimètres […]. Cette information a son intérêt pour les archéologues ; mais comment expliquer que Jérusalem ait pu être secouée d’une émotion si vive, et presque si comique ? En plein midi, sur un vain bruit de massacre par les musulmans irrités, la plupart des boutiques se sont trouvées fermées, les maisons verrouillées, les terrasses houleuses. »

62 Ermete Pierotti, Jerusalem Explored, Londres, 1864.

63 Ibid., p. 254.

64 Ibid., p. 259.

65 Ibid.

66 Voir figure 6.

67 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 337.

68 Itinerarium Burdigalense, traduit du latin par Catherine Arnould, dans Abdelwahab Meddeb (dir.), Multiple Jérusalem, Paris, 1996, p. 52.

69 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 2, op. cit., 1865, p. 144.

70 Ibid., p. 9-10.

71 Ibid., p. 148.

72 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 360.

73 Chroniques, II, 32, 30.

74 Chroniques, II, 32, 2-4.

75 L’Ecclésiastique, 48, 17.

76 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 338.

77 Ibid., p. 342.

78 Ibid.

79 Maurice Halbwachs, La topographie légendaire…, op. cit., p. 145.

80 Félix de Saulcy, Voyage autour de la mer Morte…, op. cit., 1853, p. 358.

81 Félix de Saulcy, Voyage en Terre sainte, tome 2, op. cit., 1865, p. 30.

82 Félix de Saulcy, Jérusalem, Paris, 1882, p. 124.

83 Ibid., p. 187. Voir figure 8 : le bassin de Mamilla et le bassin du Patriarche.

84 Maurice Halbwachs, La topographie légendaire…, op. cit., p. 146.

85 Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841, p. 488.

86 Ibid., p. 489.

87 Ibid., p. 330-331.

88 Ibid., p. 514.

89 Ibid.

90 Ibid.

91 Ibid., p. 501.

92 Ibid., p. 502.

93 Ibid.

94 Ibid., p. 503.

95 Ibid., p. 504.

96 Ibid.

97 Jean, v, 2-5 : « Il existe à Jérusalem, près de la Probatique, une piscine qui s’appelle en hébreu Bethesda et qui a cinq portiques. Sous ces portiques gisaient une multitude d’infirmes, aveugles, boiteux, impotents, qui attendaient le bouillonnement de l’eau. Car l’ange du Seigneur descendait par moment dans la piscine et agitait l’eau. »

98 Edward Robinson, Biblical Researches, Boston, 1841, p. 508.

99 Ibid.

100 Charles Wilson et Charles Warren, The Recovery of Jerusalem, a Narrative of Exploration and Discovery in the City and the Holy Land, Londres, 1871, p. 239-267.

101 Charles Wilson, « Obituary of Dr Conrad Schick », PEF. Q. St., 1902, p. 139-142.

102 Archibald Henry Sayce, « The ancient hebrew inscription discovered at he pool of Siloam in Jerusalem », PEF. Q. St., 1881, p. 141-154. Le premier récit de la découverte est livré par Conrad Schick lui-même, dans PEF. Q. St., 1880, p. 238.

103 Albert Socin, 7 juillet 1880, dans Zeitschrift des deutschen Palaestina-Vereins (ZDPV), 1880, p. 54-55.

104 PEF. Q. St., 1881, p. 69.

105 Archibald Henry Sayce, « The inscription at the pool of Siloam », PEF. Q. St., avril 1881, p. 69-73.

106 En réalité, Sayce distingue également trois lignes d’un graffiti plus tardif, rédigé en caractères grecs ou arabes, et situé au-dessus de l’inscription primitive. Il n’y prête cependant aucune attention, se focalisant sur le texte le plus ancien.

107 Archibald Henry Sayce, « The inscription at the pool of Siloam », PEF. Q. St., avril 1881, p. 71. Sur la pierre moabite : Archives des Musées nationaux, A6, 1866, 25 janvier 1866, « Dossier du bas-relief moabite découvert en 1864 par Félix de Saulcy et donné au musée du Louvre par le duc de Luynes ».

108 Ibid.

109 Ibid.

110 Le débat est mené au sein des plus grandes revues scientifiques, avec des instruments d’analyse toujours plus sophistiqués : Dan Gill, « Subterranean Waterworks of Biblical Jerusalem : Adaptation of a Karst System », Science, vol. 254, décembre 1991, p. 1647-1671 ; Amos Frunkin, Aryeh Shimron et Jeff Rosenbaum, « Radiometric dating of the Siloam tunnel, Jerusalem », Nature, vol. 425, septembre 2003, p. 169-171.

111 Archibald Henry Sayce, « The inscription at the pool of Siloam », PEF. Q. St., avril 1881, p. 72.

112 Selon la tradition, Ézéchias règne vers 700 avant notre ère ; Salomon règne vers 1000 avant notre ère.

113 La Terre sainte, n° 144, 1er juillet 1881, p. 724.

114 Ernst Krautsch, « Die Siloahinschrift (1) », Zeitschrift des deutschen Palaestina-Vereins (ZDPV), 1881, p. 102-104.

115 La Terre sainte, n° 151, 15 octobre 1881, p. 795.

116 Ibid.

117 PEF. Q. St., octobre 1881, p. 282-297.

118 Les lieutenants anglais Conder et Mantell réalisent ainsi un nouvel estampage de l’épigraphe le 15 juillet 1881, reproduit dans PEF. Q. St., octobre 1881, p. 286. Voir figure 9, p. 90.

119 Archibald Henry Sayce, « The ancient hebrew inscription in the pool of Siloam », PEF. Q. St., octobre 1881, p. 282.

120 Herrmann Guthe, « Über die Siloahinschrift », 14 juillet 1881, ZDPV, 1881, p. 250-259.

121 Ernst Kraustch, « Die Siloahinschrift (2) », ZDPV, 1881, p. 260-272.

122 PEF. Q. St., octobre 1881, p. 282.

123 Ibid., p. 285.

124 PEF. Q. St., octobre 1881, p. 292.

125 PEF. Q. St., p. 293.

126 Pour une mise en perspective de la controverse sur l’inscription de Siloé, voir E. Davis, « The Siloam and later palestinian inscriptions considered in relation to sacred textual criticism », PEF. Q. St., 1894, p. 269-277.

127 Claude R. Conder, « The Siloam tunnel », PEF. Q. St., 1882, p. 122-131 ; William F. Birch, « The waters of Shiloah, or the aqueduct that go softly (Isaiah, VIII, 6) », PEF. Q. St., 1884, p. 75-77 ; William F. Birch, « The waters of Shiloah », PEF. Q. St., 1885, p. 60.

128 128. Conrad Schick, « The aqueducts at Siloam », PEF. Q. St., avril 1886, p. 88-91 ; Conrad Schick, « Second aqueduct to the pool of Siloam », PEF. Q. St., octobre 1886, p. 197-200 ; William F. Birch, « The waters of Shiloah that go softly », PEF. Q. St., 1889, p. 35-38 ; William F. Birch, « The valleys and waters of Jerusalem », PEF. Q. St., 1889, p. 38-44 ; Conrad Schick, « The second Siloah aqueduct », PEF. Q. St., 1891, p. 13-18.

129 PEF. Q. St., janvier 1891, p. 3.

130 PRO, FO 195/1727, 18 février 1891.

131 PEF. Q. St., avril 1891, p. 88-89.

132 Considérée par certains archéologues israéliens comme la preuve de la responsabilité du roi juif Ézéchias dans le percement du tunnel de Siloé, l’inscription de Siloé est aujourd’hui présentée aux touristes, sous forme de moulage, dans une des salles du musée israélien de la Citadelle consacrée aux origines de la ville.

133 Abbé Daniel, « La piscine de Siloé et l’inscription hébraïque récemment découverte », La Terre sainte, n° 249 et n° 250, 15 novembre et 1er décembre 1885, p. 346-357. Passage cité : p. 356.

134 Ibid., p. 346.

135 Ibid., p. 356. C’est nous qui soulignons.

136 Ibid.

137 Ibid.

138 La polémique s’est nouée au milieu des années 1990, lorsque l’archéologue isarélien Zvi Abells a défendu l’idée qu’une « nouvelle archéologie » pourrait – comme le courant de la « nouvelle histoire » – réévaluer certains des mythes fondateurs d’Israël. Pour un premier aperçu du dossier, voir Arie Issar, Tu frapperas le rocher et l’eau en jaillira. Ressources en eau, mythologies et civilisations dans les pays de la Bible, Paris, 1994 (1re édition : Jérusalem, 1990) ; Zvi Abells, Jerusalem’s Water Supply, from the 18th Century BCE to the Present, Jérusalem, 1993 ; Zvi Abells et Asher Arbit, The City of David Water Systems. Supplement to Jerusalem’s Water Supply, from the 18th Century BCE to the Present, Jérusalem, 1994 ; Zvi Abells et Asher Arbit, « Some new thoughts on Jerusalem’s ancient water systems », PEF. Q. St., 1995, p. 2-7. Dans leur ouvrage publié en 1994, les deux « nouveaux archéologues » vont jusqu’à suggérer une modification du panneau touristique qui se trouve à l’entrée du tunnel, en insistant sur l’héritage de la période « préisraélite » (Zvi Abells et Asher Arbit, The City of David Water Systems, op. cit., p. 25).

139 La Terre sainte, n° 514, 15 décembre 1896, p. 383.

140 La Terre sainte, n° 529, 1er août 1897, p. 234.

141 La Terre sainte, n° 703, 1er novembre 1904, p. 335.

142 Sur la mission Parker, qui s’apparente en fait à une véritable chasse au trésor, voir Neil Asher Silberman, Digging for God and Country, op. cit., chapitre 17 (« Secrets of the Temple mount. Ambition, greed, and a search for treasure in Jerusalem, 1909-1911 »), p. 180-188. Le mensuel Jérusalem rend compte également du déroulement de la mission Parker, dans les numéros suivants : n° 83, mai 1911, p. 425 ; n° 84, juin 1911, p. 455 ; n° 87, septembre 1911, p. 525-526.

143 Louis-Hugues Vincent, Jérusalem sous terre. Les récentes fouilles de l’Ophel, Londres, 1911.

144 Jean-Baptiste Humbert, « Aux racines cananéennes du temple de Jérusalem », dans Abdelwahab Meddeb (dir.), Multiple Jérusalem, op. cit., p. 249-254 (citation p. 249-250). Jean-Baptiste Humbert est membre de l’École biblique et archéologique française de Jérusalem.

145 Bible et Terre sainte, n° 101, mai 1968. Le numéro est scandé en trois grands dossiers : « Le problème de l’eau à Jérusalem », consacré aux aspects archéologiques ; « Jérusalem, source d’eau vive », centré sur la relecture des textes prophétiques ; et enfin « D’une soif à l’autre : la soif de Dieu », dédié à l’interprétation évangélique. La confusion des genres et le mélange des registres de discours, particulièrement évident ici, apparaissent en fait comme le trait commun de très nombreux écrits consacrés à l’eau à Jérusalem : le thème semble porter en lui tous les aspects de la redécouverte des Lieux saints par les Européens.

146 Amédée Brunot, « Le problème de l’eau à Jérusalem », Bible et Terre sainte, n° 101, mai 1968, p. 6-15 (citation p. 6).

147 Ibid.

148 Louis-Hugues Vincent, dans la Revue biblique, 1924, p. 357-370.

149 Amédée Brunot, « Le problème de l’eau à Jérusalem », art. cité, 1968, p. 6.

150 Amédée Brunot (ibid., p. 6), reprenant à son compte certains récits de l’insurrection de 1834-1839 contre l’occupation égyptienne, fait mention de la même stratégie utilisée à cette occasion par des insurgés bethléemitains : « À Jérusalem même, en 1837, un commando de hardis Bethléemitains, se glissant par le grand égout de la porte des Maugrabins, surgirent à quelques pas de la citadelle qu’occupaient les troupes égyptiennes de Méhémet-Ali et faillirent surprendre la garnison. » On retrouve de nombreuses occurrences de la même anecdote dans plusieurs descriptions de Jérusalem. Voir par exemple Jacob R. Freese, Palestine, Syria and Asia Minor, op. cit., p. 84 : There is a tradition among the inhabitants of the neighbourhood that the latter [Gihon] is connected by an artificial channel with a well placed within the enclosure of the mosque of Omar. Mr. Wilde even gives the dimension of the passage, though it does not appear he himself explored it. He rests his proof of its existence on a story current in Jerusalem that the rebellion of that city against Ibrahim Pasha [1834] was begun by the Arabs of Siloam, who made their way into the interior by creeping through this subterraneous conduit.

151 Louis-Hugues Vincent, dans la Revue biblique, 1912, p. 441.

Table des illustrations

Légende Fig. 6 — Au commencement était la source
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 7 — Hypothèses de connexions souterraines entre le Dôme du Rocher et la Fontaine de Gihon, John Irwine Whitty, Water Supply of Jerusalem, Ancient and Modern, Londres, 1864
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Fig. 8 — Deux bassins à ciel ouvert (clichés Vincent Lemire, 2003)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 9 — Les avatars de l’inscription de Siloé (mars-juillet 1881)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540