Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Au-delà de l’art et du patrimoine

 | 
Jean-Philippe Garric

Présentation

Au-delà de l’art et du patrimoine  : expériences, passages et engagements

Texte intégral

1Les notions de « patrimoine » et d’« art », par leurs dimensions ethnocentrées, essentialistes et leurs enjeux idéologiques, érigent de nombreuses limites à la compréhension de l’hétérogénéité et du caractère processuel de la création. Partant de la diversité de l’usage des notions d’art et de patrimoine, ce numéro des Cahiers du CAP propose de les réinterroger – voire de réfléchir au-delà de ces notions instituées. Neuf études de cas, présentant des objets variés, relevant de diverses aires culturelles et historiques et abordées avec des dispositifs méthodologiques distincts, seront mises en dialogue. L’objectif est d’appréhender différents moments, espaces, acteurs et logiques de la mise en art et de la mise en patrimoine du social.

2Trois pôles, considérés comme des propositions à la fois théoriques et méthodologiques, organisent notre réflexion. Dans un premier temps, nous pensons nos sujets de recherche sous le signe du passage, il s’agit de questionner les circulations, les transferts de sens et les mutations exercées sur certains objets culturels (archives, éléments religieux, objets du quotidien) lorsqu’ils entrent dans le domaine de l’art et du patrimoine. Dans un deuxième temps, nous cherchons à mettre au jour les modalités des engagements (projets officiels, enjeux idéologiques ou sociaux) imprégnant la production de l’art et du patrimoine, dans un aller-retour entre résistance et conformité. Enfin, appelant à l’exploration de la diversité des expériences de l’art, nous nous penchons sur certains « invisibles » de la création – comme le travail hors champ de quelques acteurs des mondes de l’art et de la science – et sur les processus de création opérant par négociations entre ces différents agents.

Première partie / Passages. Trajectoires diachroniques de fragments culturels

  • 1 Nathalie Heinich, Roberta Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris (...)

3L’exploration des mondes de l’art et du patrimoine révèle des déplacements dans l’espace et le temps de certains objets qui, par le travail d’artistes ou d’acteurs des politiques culturelles, sont investis d’une valeur et d’une signification nouvelles, là où certaines œuvres d’art, de design et d’architecture intègrent les lieux et les pratiques du quotidien. Les processus de patrimonialisation, d’« artification1» ou à l’inverse de banalisation s’opèrent ainsi au travers de passages où se brouillent les frontières entre les sphères de la vie quotidienne, du religieux, de l’histoire, et les champs de l’art ou du patrimoine. Cette première partie examine les transformations qui s’exercent lors de ces déplacements du « non-art » vers l’« art », ou inversement. En partant d’approches diachroniques, nous nous attachons à décrire les passages et les mutations que rencontrent certains fragments culturels – images d’archives, séquences de rituels religieux, éléments du bâti architectural –, ainsi qu’à interroger les nouvelles significations que ces fragments revêtent dans les productions de musiciens, de cinéastes ou d’architectes.

Deuxième partie / Résistances et/ou conformités  : engagements de l’objet culturel

4Loin d’évoluer en vase clos, le phénomène artistique a toujours été relié au champ du politique. Si ce lien a souvent été appréhendé de manière dichotomique – art de propagande (artiste « vendu ») ou, à l’inverse, art résistant (artiste « libre ») – les intrications entre ces deux domaines recouvrent en réalité des formes plurielles et complexes. La gamme de nuances s’étend de la détermination politique de l’art la plus sévère au réinvestissement de la sphère politique par les artistes, en passant par des effets de conformité dans la résistance et des tentatives de résistance dans la conformité. Basée sur des aires culturelles variées  : Afrique (Congos) et Amérique du Sud (Argentine), cette deuxième partie étudie les rapports entre les formes culturelles, le politique et l’engagement. Nous y abordons la notion de discours officiel au sein de régimes autoritaires, certains processus de réinventions ou de déterminations esthétiques relatives à un contexte politique donné, ou encore l’improbable bascule entre art de commande et art indépendant.

Troisième partie / Expériences de l’art

5Avant d’être un produit public mis en scène ou exposé, l’art est l’expérience d’une création. En proposant d’explorer des moments (la vie privée des collections dans l’institution muséale, les résidences d’artistes et de chercheurs, la préparation de dispositifs de médiation visant à l’enrichissement de l’expérience des œuvres) et des lieux (les coulisses du musée – ateliers de restauration, réserves, espaces de travail ou les plateaux de théâtre et de danse…) qui engagent des acteurs de la création généralement occultés, cette dernière partie veut mettre en lumière un ensemble de processus « privés », « internes » ou « domestiques » qui participent pourtant constitutivement de l’expérience « publique » de l’art. Parmi ces processus qui opèrent en off, à l’insu des regardeurs et des récepteurs des œuvres, nous privilégions ici la description de l’articulation entre arts et sciences au travers de ceux qui engagent les dimensions expérimentale et expérientielle des pratiques créatrices.

Notes

1 Nathalie Heinich, Roberta Shapiro (dir.), De l’artification. Enquêtes sur le passage à l’art, Paris, 2012, Éditions de l’EHESS (Cas de figure), 2012.

© Éditions de la Sorbonne, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540