Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Techniques agricoles

Le tribulum : réflexions sur l’évolution des techniques agricoles et des savoir-faire

Souhair Alkalesh

Résumé

Le tribulum est un traîneau de bois tracté par un animal ou des hommes dont la partie en contact avec le sol est armée de tronçons de pierre ou plus récemment de métal. C’est un outil, presque une « machine », destiné au dépiquage des grains et, à couper et hacher les tiges sur un sol préparé, appelé aire de battage. Il a été largement utilisé au Proche-Orient et dans l’aire méditerranéenne depuis probablement le Néolithique. Cette attribution chronologique à une période aussi ancienne est le résultat d’indices indirects (phytolithes, lames de silex et traces d’usure), mais c’est à partir des  IVe et IIIe millénaires avant J.-C. que le tribulum est attestée de manière indiscutable par sa mention dans des textes cunéiformes.
La recherche a souvent associé le tribulum à une « mécanisation » des tâches agricoles, mais aussi à un artisanat ou du moins à une très forte spécialisation technique. Les observations et les études ethnographiques des communautés possédant toujours le tribulum ont montré l’importance des interactions sociales, économiques et techniques liées à la fois à sa fabrication et à son utilisation. Milieu technique, choix des matières premières, saisonnalité, savoir-faire et expériences, sont autant d’aspects révélés par l’ethnographie qui peuvent alimenter la recherche archéologique.

Texte intégral

1L’agriculture de subsistance traditionnelle est une activité qui peut être spécialisée et dont les impacts sur le fonctionnement social sont très divers. En Méditerranée comme ailleurs, une grande partie de la population était traditionnellement plus ou moins impliquée directement dans la production de sa propre nourriture. Cependant, le soutien technologique à des nombreuses activités de subsistance peut provenir d’artisans spécialisés. Notre recherche concerne les pratiques agricoles de cette région et plus particulièrement le tribulum, en tant qu’outil agricole, témoin d’une activité technique et de choix socio-économiques et culturels.

2L’invention du tribulum, son identification par les archéologues, son évolution technique, son association avec d’autres procédés et outils agricoles, sa place dans la gestion des récoltes et des produits dérivés est au cœur de nombreuses problématiques. Dans cet article, nous proposerons une réflexion sur le choix de l’utilisation du tribulum au détriment d’autres procédés agricoles possibles. Comment ce choix peut-il être appréhendé et interprété ? Est-il synonyme de rentabilité en termes de temps de travail et de productivité ? Comment tradition et milieu technique ont-ils rendu possible son apparition et son développement ?

L’identification de la présence du tribulum en archéologie

3Le traîneau à dépiquer ou tribulum, est un des plus anciens outils agricoles connus. Il est attesté au moins depuis l’âge du Bronze, mais son invention est sans doute bien plus ancienne. Sa fonction est le battage de céréales sur un sol préparé afin de séparer le grain de l’épi et de hacher les tiges. Des observations ethnographiques ont montré qu’il était utilisé sur une grande échelle dans le bassin méditerranéen et le Proche-Orient jusqu’aux dernières décennies du siècle passé (Whallon, 1978 ; Pearlman, 1984 ; Kardulias et Yerkes, 1996 ; Anderson, 1999 ; Ataman, 1999 ; Whittaker, 1999). Le tribulum est encore en usage dans certains pays de cette même aire géographique comme en Tunisie, en Turquie ou bien encore en Syrie (Anderson, 2014a).

  • 1 La première étude ethnoarchéologique d’un tribulum a été fait par N. Skakun en Bulgarie et en Ukrai (...)

4Des sources textuelles et iconographiques attestent que le traîneau à dépiquer était déjà utilisé au Proche-Orient au cours du IIImillénaire avant J.-C. (Kramer, 1963). Attesté par des données écrites et historiques, le tribulum l’est rarement par des données archéologiques. En effet, la structure en bois du traîneau est amenée à disparaître avec le temps. Les artefacts archéologiques permettant son identification sont donc limités essentiellement aux éléments lithiques qui arment sa partie inférieure (lames de silex, obsidienne ou basalte). Ces éléments sont aujourd’hui connus notamment grâce à des études ethnographiques et tracéologiques (Skakun, 1999 ; Anderson, 1999 et 2014a ; Anderson et al., 2004 ; Anderson et Whittaker, 2014)1. Les altérations visibles sur les lames de silex armant le tribulum sont suffisamment caractéristiques pour ne pas être confondues avec d’autres utilisations. De même, des études récentes croisant ethnographie et archéologie expérimentale, sur la reconstitution d’un tribulum de l’âge du Bronze (Grégoire dans Anderson et Inizan, 1994 ; Grégoire dans Anderson, 2000), ont montré un lien entre l’altération des phytolithes et l’utilisation du tribulum (fig. 1).

Fig. 1. Reconstitution expérimentale d’un tribulum de l’âge du Bronze au Proche-Orient

Fig. 1. Reconstitution expérimentale d’un tribulum de l’âge du Bronze au Proche-Orient

Cliché de P. Anderson

L’analyse tracéologique

5Le travail lié aux matériaux siliceux comme les céréales, génère souvent une surface lisse et polie avec une topographie soit plate soit en forme de dôme sur l’objet lithique (Juel-Jensen, 1994). Ces traces ont été associées à la moisson des céréales (Anderson et Valla, 1996). Pendant le dépiquage, les éléments en silex du tribulum deviennent aussi lustrés, mais le développement des traces est différent. Le mouvement unidirectionnel du tribulum sur une couche végétale produit à la surface des éléments de lames un poli d’une texture rugueuse et une apparence métallique et semi-brillante (Vargiolu et al., 2003). Lors des expérimentations et des observations obtenues sur l’enregistrement ethnographique, des traces macroscopiques très caractéristiques sur le silex étaient visibles sous un microscope binoculaire. Afin de les distinguer de celles provoquées par la moisson, elles ont été observées sous un microscope à fort grossissement. Les traces d’abrasion montraient une nette régularité : grandes stries profondes qui prennent souvent la forme de « grosses comètes à queue » (Anderson 1999 et 2003). Elles sont toujours disposées à la parallèle de la partie active de l’objet et sont dues à un mouvement longitudinal sous pression (fig. 2). Ces mêmes caractéristiques ont été observées lors des analyses fonctionnelles sur des séries archéologiques lithiques du Proche-Orient. Ce sont des outils trouvés sur le site de Tell Zyadeh dans la vallée du Khabour au nord de la Syrie, dans une phase d’Obéid (début du Ve millénaire av. J.-C.) et une phase de Post-Obéid (4556 - 4320 av. J.-C.). Il s’agit principalement d’éclats et de lames de silex qui portent aussi souvent des taches de bitume, matière d’origine exogène pour les sites du Khabur comme Ziyadeh (Fortin, 1998). Ces lames interprétées comme des armatures de tribulum, présentent des traces d’abrasion associées à des stries longues ou courtes avec des trous peu profonds, et le bord est arrondi et endommagé en certains endroits. Toutes les pièces qui présentent ces traces caractéristiques de l’utilisation du tribulum, sont épaisses et relativement larges. Ainsi, leur découverte dans des structures domestiques du site, où les restes botaniques témoignent de traitements des récoltes céréalières (McCorriston 1997 et 1998), suggère qu’ils aient fait partie des activités agricoles quotidiennes.

Fig. 2. Traces d’usures observées sur une lame de silex provenant d’un tribulum ethnographique

Fig. 2. Traces d’usures observées sur une lame de silex provenant d’un tribulum ethnographique

Série ethnographique de P. C. Anderson.

Cliché de S. Alkalesh.

L’analyse phytolithique

6Les phytolithes, dont le nom est formé de deux mots grec « plante et pierre », désigne le corps siliceux de certaines variétés de plante. La majorité des phytolithes identifiables sont des particules bio-minéralisées formées dans l’espace intra et extracellulaires de cellules vivantes dans les chaumes, les feuilles, les racines et les inflorescences de plantes supérieures (Piperno, 1988). Ils sont libérés de la plante quand celle-ci se décompose ou lorsqu’elle brûle.

  • 2 La silice, captée par la plante dans les eaux souterraines, se dépose dans certaines parties intrac (...)
  • 3 Les recherches ethnographiques et les expérimentations font partie d’un programme de recherche diri (...)

7Comme les autres restes botaniques, les phytolithes peuvent porter des stigmates d’activités humaines, et leur analyse peut ainsi contribuer à l’identification des activités agricoles passées (Harvey et Fuller, 2005 ; Dal Corso et al., 2017) telles que les récoltes et les processus liés au dépiquage par un tribulum (Anderson, 1999 ; Avner et al., 2003 ; Khedhaier et al., 2003). La coupe et les fractures visibles sur les phytolithes jointes, aussi dénommées squelettes de silice2, sont caractéristiques de l’utilisation d’un tribulum et ne peuvent pas être confondues avec une coupe à la faucille ou un simple piétinement animal (Alkalesh, 2016). Des échantillons de sédiments archéologiques contenant des phytolithes en provenance de deux sites datés du VIIIau Ve millénaires avant J.-C. dans le Nord-Est de la Syrie (Tell Halula dans la vallée de l’Euphrate et Tell Ziyadeh dans la vallée du Khabur) ont été comparés avec des échantillons obtenus lors d’expérimentations dans le sSud de la France à Séranon et Caussol (fig. 3a, 3b, 3c) et à des échantillons ethnographiques provenant de la Syrie du Sud (montagne du Jabel al-Druze) et du Nord de la Tunisie (région de l’Atlas)3. Les populations de ces deux régions montagneuses pratiquent des techniques traditionnelles pour la moisson et le dépiquage de céréales (Anderson, 2014a). Le traîneau à dépiquer y est encore utilisé. On le trouve armé avec de morceaux de pierres arrondies par l’usure, souvent du basalte en Syrie du Sud (la matière première principale dans cette région volcanique) ou du silex en Tunisie.

Fig. 3a. L’aire de battage à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)

Fig. 3a. L’aire de battage à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)

Cliché de S. Alkalesh.

Fig. 3b. Tribulum expérimental utilisé pour le battage d’engrain (triticum monococcum) à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)

Fig. 3b. Tribulum expérimental utilisé pour le battage d’engrain (triticum monococcum) à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)

Cliché de S. Alkalesh.

Fig. 3c. Tribulum expérimental utilisé pour le battage d’engrain (triticum monococcum) à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)

Fig. 3c. Tribulum expérimental utilisé pour le battage d’engrain (triticum monococcum) à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)

Cliché de S. Alkalesh.

8Nos méthodes d’analyse étaient donc tributaires d’un tri et d’un classement quantitatif et qualitatif afin de déterminer les différentes traces de coupe et de fractures qui se sont produites sur les phytolithes. L’objectif est de déterminer les stigmates spécifiques à une technique particulière. Nous avons ainsi pu mettre en évidence que les squelettes de silice ont été incisés et coupés par des lames de tribulum. Les incisions produites sur les phytolithes par le tribulum, ont des profils caractéristiques (lisse droite/concave, ou des profils complexes de coupe incurvée) : des profils qui sont des véritables signatures du dépiquage (fig. 4a, 4b). La confrontation entre les fractures de phytolithes modernes et ethnographiques et celles des phytolithes archéologiques a fourni suffisamment de similitudes pour nous conduire à proposer le dépiquage avec un tribulum dans les deux sites archéologiques étudiés (fig. 5a, 5b).

Fig. 4. Profils de coupe lisse droite produit sur les phytolithes traités par un tribulum ethnographique

Fig. 4. Profils de coupe lisse droite produit sur les phytolithes traités par un tribulum ethnographique

a. Squelette de silice de la tige d’orge vêtue (Hordeum vulgare) (Salim, Syrie) ; b. Squelette de silice de la balle de blé dur (Triticum durum) (Ain Salem, Tunisie).

Clichés de S. Alkalesh.

Fig. 5. Profils de coupe similaires sur les phytolithes extraits des sédiments archéologiques

Fig. 5. Profils de coupe similaires sur les phytolithes extraits des sédiments archéologiques

a. Halula (Néolithique finale) ; b. Tell Ziyadeh (phase Obéid).

Clichés de S. Alkales.

Les apports de l’ethnographie

9Pour reconstituer les pratiques de l’agriculture préindustrielle, les sources ethnographiques constituent un apport fondamental (Haudricourt, 1987 ; Sigaut, 1988 ; Hillman et Davies, 1990 ; Anderson 2014a et 2014b ; Procopiou, 2003). L’ethnographie montre à la fois des constantes dans les comportements humains, mais aussi la diversité des solutions choisies selon les périodes et les cultures. De nombreuses études ont utilisé l’observation directe de populations pratiquant une agriculture non mécanisée, ou ont eu recours à des récits de voyageurs pour interpréter, ou du moins éclairer, les données archéologiques. L’ethnoarchéologie, malgré ses limites est d’une utilité majeure pour l’interprétation des vestiges matériels du passé (Binford, 1982 ; David et Kramer, 2001 ; Gallay, 2011).

10C’est ainsi que les observations ethnographiques ont pallié, dans une certaine mesure, l’insuffisance des informations archéologiques laissées par le traîneau à dépiquer. Ces études ethnographiques, nous permettent d’observer ce traîneau en action, à savoir le comportement des utilisateurs du traîneau et leur interaction avec les animaux de trait (Whallon, 1978 ; Pearlman, 1984 ; Kardulias et Yerkes, 1996 ; Anderson 1999 et 2014b ; Whittaker, 1999 ; Gurova, 2013). Elles permettent également l’examen des résidus matériels laissés par le tribulum après chaque utilisation, et l’évaluation de l’importance des sous-produits dans une économie locale. Enfin, ces études ethnographiques permettent d’approcher les techniques de fabrication du tribulum et les matériaux requis (Anderson, 2014b).

Le tribulum : pourquoi ce choix ?

11Le dépiquage par un tribulum est une des méthodes utilisées dans les techniques agricoles du Proche-Orient et du bassin méditerranéen de la Préhistoire jusqu’à l’époque moderne. Il s’agit d’une technique particulièrement efficace qui économise l’effort et le temps de travail en comparaison avec d’autres techniques de dépiquage qui exigent soit l’intervention d’animaux de trait (le piétinement), soit une participation de plusieurs personnes (foulage à la main avec des bâtons ou avec un fléau). À temps de travail égal, un traîneau à dépiquer produit plus à un moindre effort. Bien que de conception simple, le tribulum est une sorte machine. On peut dès lors comprendre sa diffusion et sa persistance dans le temps.

12Dans des sociétés agro-pastorales exploitant de grandes superficies agricoles, l’adoption du tribulum présente des avantages d’un point de vue économique. C’est un choix qui a un impact autant sur l’augmentation des productions en quantité et en qualité que sur le fonctionnement d’une société. Dans ses recherches ethnographiques, A. G. Haudricourt propose une réflexion sur l’évolution du travail agricole qui consiste « à obtenir le même travail avec une dépense physiologique moindre, par une meilleure utilisation des moteurs animés » (Haudricourt, 1987, p. 157). Rappelons que la domestication des animaux de trait (bovin) a été identifiée dès la fin du PPNB (Néolithique précéramique B) au Proche-Orient (Helmer et al., 2005), permettant ainsi leur emploi dans des attelages ou pour leur force motrice (Haudricourt, 1987). C’est sous cet angle que l’apparition des outils tractés, tels que l’araire et le tribulum, sont généralement interprétés (Haudricourt et Brunhes Delamarre, 1955 ; Anderson, 2006).

13Du Néolithique précéramique jusqu’à l’âge de Bronze les changements ont été nombreux et sans doute irréversibles dans les modes de subsistances, la densité des populations, le peuplement, les échanges, etc., et ils ont entraîné des transformations fondamentales sur les modes de vie. Les innovations dans l’élevage et des technologies associées à leur exploitation ont progressivement conduit à une révolution dans la production alimentaire ainsi que des produits secondaires tels que le lait, la laine, la force motrice, etc., nommé par A. G. Sherratt « le modèle de révolution des produits secondaires » (Sherratt, 1981 et 1983 ; Greenfield, 2010). Dès le début du Néolithique cependant, l’élevage a été orienté vers les produits d’exploitation secondaire. L’ampleur de cette exploitation conduit certains chercheurs à considérer cette vision des produits secondaires comme un contre sens ou un anachronisme (Poplin, 2008 ; Helmer et Vigne, 2007 ; Helmer et al., 2007 ; Halstead et Isaakidou, 2011). Néanmoins, la production de ressources pour nourrir les animaux devient alors une nécessité, surtout en période de saison sèche, lorsque les troupeaux ne peuvent pas paître naturellement et quand le déplacement vers d’autres territoires n’est pas possible. La production fourragère, « la révolution fourragère » (Salette, 2006) est une conséquence de la révolution néolithique.

14Dans ces conditions, un véritable renouveau fourrager a dû se développer en s’appuyant sur la paille hachée comme sous-produits résultant de l’intensification de l’agriculture céréalière. Une symbiose nouvelle a ainsi été opérée entre l’agriculture et l’élevage. L’utilisation des sous-produits céréaliers laissés par le tribulum, telle que la paille hachée employée comme dégraissant pour la terre à bâtir et la céramique, est aussi une donnée majeure. L’agriculture ne nourrit pas simplement les populations depuis le Néolithique, elle est, avec la gestion et la rationalisation de ces produits secondaires, la base de ces sociétés. L’imbrication des pratiques et des économies qui définissent en partie le milieu technique est totale. C’est dans ce contexte socio-économique et culturel que se développe le tribulum, qui est lui aussi une forme de mécanisation de l’activité agricole.

Un assemblage de bois et de silex

15Le traîneau est un assemblage de planches ou de rondins. Avant l’introduction du métal, ce travail a été réalisé avec des outils de pierre. La hache, l’herminette, le tranchet, le coin et les ciseaux font partie de l’outillage des populations néolithiques du Proche-Orient pour travailler le bois. Dès les IXe et VIIIe millénaires avant J.-C., des empreintes de planches de bois dans la terre à bâtir sont attestées sur des sites en Syrie comme Djadé (Coqueugniot, 1998). Tracter et tirer des charges à partir d’un travois, par exemple, est déjà connu pour le Néolithique européen (Pétrequin et al., 2006) et est envisagé pour les populations du Néolithique précéramique de Syrie (Abbes, 2019).

16Le silex ou les pierres de différentes qualités utilisées pour équiper le traîneau représentent dans certains cas, une avancée technologique majeure. À l’âge du Bronze, les lames de silex sont fréquemment regroupées sous l’appellation de lames cananéennes. Ce sont de grandes lames régulières, standardisées, épaisses, larges et robustes (fig. 6) qui ont constitué l’objectif majeur des débitages de silex du Ve millénaire avant J.-C. (Anderson et Inizan, 1994 ; Pelegrin, 2002 ; Chabot, 2002 ; Chabot et Eid, 2003 ; Anderson et Chabot, 2004).

Fig. 6. Segment de lame cananéenne trouvée lors des prospections du projet « Le bassin de khabur, F. Hole » dans le nord de la Syrie

Fig. 6. Segment de lame cananéenne trouvée lors des prospections du projet « Le bassin de khabur, F. Hole » dans le nord de la Syrie

Cliché d’après Anderson et Whittaker, 2014.

  • 4 Le levier permettant de démultiplier la puissance de la poussée de la pression (Pélegrin, 2002 ; As (...)

17Ces caractéristiques morphologiques sont fondamentalement différentes des traditions laminaires antérieures. De plus, la plupart des sites archéologiques qui ont fourni ce type de lame n’ont pas livré des déchets de leur fabrication (Marchand et al., 2018). Ce constat a conduit à envisager des sites de production spécialisée et la mise en place de réseaux de distribution pour approvisionner des sites consommateurs. Cette hypothèse a été confortée par la haute technicité et le savoir-faire très poussé des tailleurs de lames cananéennes en silex. Qu’il s’agisse de techniques de percussion indirecte ou de pression assistée pour leur obtention (bras de levier4) – voire des deux comme certains chercheurs le supposent –, un artisanat ou du moins une très forte spécialisation technique sont souvent envisagés. Pour autant, les grandes lames produites sont fractionnées en éléments de quelques centimètres afin d’équiper le tribulum à l’aide de bitume. Le passage par de très grandes lames n’est donc pas en soi une obligation technique. Le recours à une technologie lithique aussi perfectionnée est sans doute à mettre en relation avec d’autres impératifs : prestige ? Valorisation des techniques agricoles ou du tribulum ? Nouvelle organisation socio-économique où les paysans dépendent d’un autre corps social pour la réalisation de leur outillage ? Les interprétations sont diverses, mais il est clair que la réalisation d’un tribulum demande un savoir-faire important dans le travail du bois et de la pierre. Un savoir-faire mis au service des activités agricoles.

  • 5 Voir même de simples fragments de basalte en Syrie du Sud dans la région de Soueda.

18Les observations ethnographiques sur la fabrication du tribulum moderne en Turquie et à Chypre ont également montré qu’au sein d’une même société ou d’une même région, un système spécialisé de production de silex taillés peut être organisé de différentes manières. Il peut s’agir d’un système de production laminaire comme en Turquie (Whittaker, 2009) ou bien d’une production d’éclats ou d’éclats laminaires (flake-blades) comme c’est le cas notamment à Chypre (Pearlman, 1984 ; Whittaker, 2000)5. Dans ces différents cas, les percussions utilisées pour détacher les produits des nucléus en silex sont directes et impliquent un percuteur métallique. Une partie, voir la totalité, de la taille est effectuée sur le gîte de matière première afin de minimiser les efforts de transport des blocs et permet ainsi indirectement d’augmenter quantitativement la production. Cependant, différents modes d’organisation sont observés : en Turquie, les tailleurs travaillant sur le gîte acheminent les lames qu’ils produisent vers les ateliers de fabrication du tribulum, dans ces ateliers, ce sont d’autres spécialistes qui vont modifier et insérer les lames dans les planches en bois. À Chypre, les tailleurs effectuent eux-mêmes toutes les opérations techniques, du gîte de matière première aux ateliers de montage. Ces deux exemples ethnographiques montrent que le tribulum est inséré dans des systèmes et des traditions techniques différentes. Le tailleur turc est un maillon d’un réseau qui réunit différents acteurs pour produire le tribulum. Le tailleur chypriote réalise et contrôle la totalité des étapes de fabrication.

19L’utilisation d’éclats laminaires ou de lames de facture simple soulève une question sur le choix des lames cananéennes à l’âge du Bronze pour équiper le tribulum. Ce choix ne s’explique pas uniquement en termes d’efficacité, mais aussi en termes de valorisation. À l’âge du Bronze, le tribulum est innovant et son statut sans doute important. Plus tard, en utilisant de simples éclats, le tribulum, s’il n’a pas perdu son importance, ne revêt plus un statut innovant puisqu’il fait, depuis plusieurs siècles, partie des outils du quotidien. On peut également avancer qu’à partir de l’âge du Bronze l’acquisition d’un tribulum est synonyme de l’importance économique d’une exploitation agricole.

20Ainsi, le tribulum archéologique doit être étudié en tant qu’outil agricole, mais aussi en tant que fait social. Il regroupe différents artisanats (travail du bois, travail de la pierre). Seule une approche globale des techniques agricoles et des milieux techniques peut apporter des réponses sur sa place dans les économies du Néolithique et de l’âge du Bronze.

Conclusion : le statut du tribulum

  • 6 On peut citer entre autres, la région d’El Kowm en Syrie, riche en source de bitume.

21En premier lieu un constat s’impose, le tribulum occupe une place suffisamment importante pour être mentionné dans les inventaires agricoles des cités du IIIe millénaire avant J.-C. au Proche-Orient (Kramer, 1963), et d’être représenté sur l’empreinte d’un sceau cylindrique du IVe millénaire avant J.-C. d’Arslantepe en Turquie (Frangipane, 1997, p. 67). De même, le tribulum est armé par des lames cananéennes, un type de lame impliquant une technologie complexe et des tailleurs spécialisés. Le bitume utilisé pour coller les lames de silex insérées dans le bois est un produit exogène en provenance des zones arides et steppiques du Proche-Orient6. Le bois est un matériau précieux au Proche-Orient et nécessite parfois d’être importé. Le silex et le bitume sont aussi des matériaux exogènes sur les sites archéologiques de l’âge du Bronze. Ainsi, au-delà même des savoir-faire nécessaires à sa fabrication (ce qui appuie l’hypothèse d’un outil socialement et économiquement important), on peut avancer que le tribulum est une machine dont la réalisation nécessite la mise en place de réseaux d’échanges. On peut dès lors supposer que c’est un instrument agricole valorisé. Les produits agricoles sont au Néolithique une ressource majeure pour les populations de ces régions et cela même si des ressources d’appoint existent (collecte, chasse). À l’instar de A. G. Haudricourt, on considère qu’une invention et le dynamisme de sa diffusion relèvent autant de son efficacité face à un besoin que de la capacité d’un groupe humain à accepter un changement dans sa façon de travailler. Le tribulum avant « d’être efficace » a été un objet inventé et aussitôt accepté et adopté par les agriculteurs. Le tribulum représente donc à la fois, une révolution technologique synonyme d’une plus grande productivité, une utilisation rendu possible dans des sociétés ouvertes à l’innovation, et un instrument valorisé, au moins au début de son apparition.

Bibliographie

F. Abbès, Vivre la steppe. Qdeir, un campement néolithique en Syrie, Paris, éditions de la Sorbonne, 2019.

S. Alkalesh, L’utilisation de tribulum au Nord de la Syrie : une approche par l’analyse phytolithique et tracéologique, mémoire de master 2 dirigé par P. C. Anderson, Université de Nice Sophia Antipolis, 2016.

P. C. Anderson, « Experimental Cultivation, Harvest and Threshing of Wild Cereals: Their Relevance for interpreting the Use of Epipaleolithic and Neolithic Artifacts », dans P.C. Anderson (dir.), Prehistory of agriculture. New experimental and ethnographic approaches, Los Angeles, University of California, Institute of archaeology, 1999, p. 118-119.

P. C. Anderson, « La tracéologie comme révélateur des débuts de l’agriculture », dans J. Guilaine (dir.), Premiers paysans du monde. Naissance de l’agriculture, Paris, Errance, 2000, p. 99-119.

P. C. Anderson, « Observations on the threshing sledge and its products in ancient and present-day Mesopotamia » dans P. C Anderson et al., Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Antibes, ADPCA, 2003, p. 417–438.

P. C. Anderson, « Premiers Tribulums, Premières Tractions Animales au Proche-Orient vers 8000-7500 BP » dans P. Pétrequin, R.-M. Arbogast (dir.), De l’araire au chariot. Premières tractions animales en Europe occidentale du Néolithique à l’Age du Bronze moyen, Paris, CNRS Editions, 2006, p. 299-316.

P. C. Anderson. « Fodder and straw in Tunisia and Syria: modern and archaeological contexts », dans A. Van Gijn., J. C. Whittaker, P. C. Anderson (dir.), Exploring and explaining diversity in agricultural technology, Volume 2, Oxbow books, United Kingdom, 2014a, p. 210-214.

P. C. Anderson, « Persistence of the threshing sledge: The Tunisian tribulum », dans A. Van Gijn, J. C. Whittaker, P. C. Anderson (dir.), Exploring and explaining diversity in agricultural technology, Volume 2, United Kingdom, Oxbow books, 2014b, p. 147-151.

P. C. Anderson, J. Chabot, « La première machine agricole et les lames cananéennes », Dossiers d’Archéologie, 290, 2004, p. 44-51.

P. C. Anderson, J. Chabot, A. Van Gijn, « The Functional Riddle of ‘Glossy’ Canaanean Blades and the Near Eastern Threshing Sledge », Journal of Mediterranean Archaeology, 17.1, 2004, p. 87-130.

P. C. Anderson, M. L. Inizan, « Utilisation du tribulum au début du IIIe millénaire : des lames cananéennes lustrées à Kutan (Ninive V) dans la région de Mossoul, Iraq », Paléorient, 20, 1994, p. 85-103.

P. C. Anderson, F. Valla, « “Glossed” tools from Hayonim Terrace: Blank choice and functional tendencies » dans S. K. Kozlowski, H. G. Gebel, Neolithic Chipped Stone Industries of the Fertile Crescent, and their contemporaries in adjacent regions, Berlin, Studies in Near Eastern Production, Subsistence and Environment 3, 1996, p. 341-362.

P. C. Anderson, J. C. Whittaker, « Blades, sickles, threshing sledges and experimental archaeology in northern Mesopotamia », dans A. Van Gijn, J. C. Whittaker, P. C. Anderson (dir.), Exploring and explaining diversity in agricultural technology, Volume 2, United Kingdom, Oxbow books, 2014, p. 161-168.

L. Astruc et al., « From production to use : a parcel of obsidian bladelets at Sabi Abyad II », dans L. Astruc, D. Binder., F. Briois (dir.), Systèmes techniques du Néolithique précéramique au Proche-Orient, Antibes, Edition APDCA, 2007, p. 1-15.

K. Ataman, « Threshing Sledge and Archaeology », dans P.C. Anderson (dir.), Prehistory of agriculture. New experimental and ethnographic approaches, Los Angeles, University of California, Institute of archaeology, 1999, p. 211-222.

U. Avner et al., « Ancient threshing floors, threshing tools and plant remains in Uvda Valley, southern Negev desert, Israel. A preliminary report », dans P. C Anderson, L. S. Cummings, T. K. Schippers, B. Simonel, Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Antibes, ADPCA, 2003, p. 455-473.

L. Binford, « Objectivity, explanation, and archaeology », dans C. Renfrew, M. J. Rowland, B. Segraves (dir.), Theory and explanation in archaeology, New York, Academic Press, 1982.

J. Chabot, Tell ‘Atij et Tell Gudeda : Les artefacts en pierre taillée, Québec, CELAT, 2002.

J. Chabot, P. Eid, « Le phénomène des lames cananéennes : état de la question en Mésopotamie du Nord et au Levant sud », dans P. C. Anderson, L. S. Cummings, T. K. Schippers, B. Simonel (dir.), Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Antibes, ADPCA, 2003, p. 401-416.

E. Coqueugniot, « Dja’de el-Mughara (Moyen Euphrate), un village néolithique dans son environnement naturel à la veille de la domestication », dans M. Fortin, O. Aurenche (dir.), Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (10e-2e millénaires av. J.-C.), Lyon, Toronto, Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen 28, Maison de l’Orient/CSMS, 1998, p. 109–114.

M. Dal Corso et al., « Bronze Age crop processing evidence in the phytolith assemblages from the ditch and fen around Fondo Paviani, northern Italy », Vegetation History and Archaeobotany, 26, 2017, p. 5-24.

N. David, C. Kramer, Ethnoarchaeology in Action, Cambridge University Press, Cambridge, UK, 2001.

M. Fortin, « L’habitat de la station commerciale de Tell ‘Atij, sur le moyen Kahbour, au IIIe millénaire av. J.-C. » dans M. Fortin, O. Aurenche (dir.), Espace naturel, espace habité en Syrie du nord (10e–2e millénaires av. J.-C.), actes du colloque tenu à l’Université Laval (Québec) du 5 au 7 mai 1997, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen, 28),1998. pp. 229-242.

M. A. Frangipane, « 4th millennium temple palace complex at Arslantepe-Malatya. North-South relations and the formation of early state societies in the northern regions of greater Mesopotamia », Paleorient, 23, 1997, p. 45-73.

A. Gallay, Pour une ethnoarchéologie théorique : mérites et limites de l’analogie Ethnographique, Paris, Errance, Coll. des Hespérides, 2011.

H. J. Greenfield, « The secondary products revolution: The Past, the present and the future », dans M. Van Der Veen (dir.), Agricultural innovation, World archaeology, Volume 42, n° 1, 2010, p. 29-54.

M. Gurova, « Tribulum Inserts in Ethnographic and Archaeological Perspective: Case Studies from Bulgaria and Israel », Lithic Technology, vol. 3, 2013, p. 179-201.

A. G. Haudricourt, « La technologie, science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques », préface de F. Sigaut, bibliographie par M.-C. Mahias, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme (MSH), 1987.

A. G. Haudricourt, M. J.-Bruhnes Delamarre « L’homme et la charrue à travers le monde », Lyon, La Manufacture, 1955 (rééd.1986).

P. Halstead, V. Isaakidou, « Revolutionary secondary products: the development and significance of milking, animal-traction and wool-gathering in later prehistoric Europe and the Near East », dans T. Wilkinson, S. Sherratt, J. Bennet (dir.), Interweaving Worlds: Systemic Interactions in Eurasia, 7th to 1st Millennia BC, Oxford, Oxbow Books, 2011, p. 61-76.

E. L. Harvey, D. Q. Fuller, « Investigating crop processing using phytolith analysis: the example of rice and millets », Journal of Archaeological Science, 32, 2005, p. 739-752.

D. Helmer et al., « Identifying early domestic cattle from Pre-Pottery Neolithic sites on the Middle Euphrates using sexual dimorphism », dans J. D. Vigne, J. Peters, D. Helmer (dir.), First steps of animal domestication, new archaeozoological approaches, Oxford, Oxbow Books, 2005, p. 86– 95.

D. Helmer, J. D. Vigne, « Was milk a “secondary product” in the Old World Neolithisation process? Its role in the domestication of cattle, sheep and goat », Anthropozoologica, 42 (2), 2007, p. 9-40.

D. Helmer, L. Gourichon, E. Vila, « The development of the exploitation of products from Capra and Ovis (meat, milk and fleece) from the PPNB to the Early Bronze in the northern Near East (8700 to 2000 BC cal.) », Anthropozoologica 42(2), 2007, 41–69.

C. C. Hillman, M. S. Davies, « Measured Domestication Rates in Wild Wheat and Barley under Primitive Cultivation, and Their Archaeological Implications », Journal of World Prehistory, vol. 4, n° 2, 1990, p. 157-222.

H. Juel-Jensen, Flint tools and plant working, hidden traces of stone age technology, Denmark, Aarhus University Press, 1994.

P. N. Kardulias, R. W. Yerkes, « Microwear and Metric Analysis of Threshing Sledge Flints from Greece and Cyprus », Journal of archaeological science, 23, 1996, p. 657–666.

R. Khedhaier et al., « Dépiquage au tribulum au Néolithique final dans le sud-est de la France. Indices convergents de la tracéologie et de l’analyse des phytolithes. Le cas du site de Forcalquier-La Fare (Alpes-de-Haute-Provence) », dans P. C Anderson, L. S. Cummings, T. K. Schippers, B. Simonel, Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent. ADPCA, Antibes, 2003, p. 477–500.

S. N. Kramer, The Sumerians: their History, culture, and character, University of Chicago press, Chicago, 1963, p. 342.

F. Marchand, J. Vosges, F. Abbes, « Tell Arqa, Bronze Age Macro-Blades Debitage with Lever: Archaeological and Experimental Approaches », communication au colloque international « Union International des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques: UISPP XVIII », Paris, France (3-9 juin 2018), dactyl.

J. McCorriston, « Syrian Origins of Safflower Production: New Discoveries in the Agrarian Prehistory of the Khabur Basin » dans A. B. Damania, J. Valkoun, G. Willcox, C. O. Qualset, The Origins of Agriculture and Crop Domestication, the Harlan symposium, Aleppo, Syria, ICARDA, 1997, pp. 39-48.

J. McCorriston, « Landscape and Human-Environment Interaction in the Middle Habur Drainage from the Neolithic Period to the Bronze Age », dans M. Fortin, O. Aurenche (dir.), Espace naturel, espace habité en Syrie du nord (10e–2e millénaires av. J.-C.), Actes du colloque tenu à l’Université Laval (Québec) du 5 au 7 mai 1997, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen, 28), 1998, p. 43-53

D. Pearlman, Threshing sledges in the East Mediterranean : Ethnoarchaeology with Chert Knappers and Dhoukanes in Cyprus, Thèse présentée à la Faculté de l’école d’études supérieures de l’Université du Minnesota, 1984.

J. Pélegrin, « Principes de la reconnaissance des méthodes et techniques de taille : annexe A », dans J. Chabot (dir.), Tell ‘Atij et Tell Gudeda : Les artefacts en pierre taillée, Cahiers d’archéologie du CELAT 13, série Archéométrie 3, Quebec, CELAT, 2002, p. 215-226.

P. Pétrequin, et al., « Travois et jougs néolithiques du lac de Chalain à Fontenu (Jura, France) », dans P. Pétrequin, R.-M. Arbogast (dir.), De l’araire au chariot. Premières tractions animales en Europe occidentale du Néolithique à l’Age du Bronze moyen, Paris, CNRS Editions, 2006, p. 87-105.

D. R. Piperno, Phytolith Analysis: An Archaeological and Geological Perspective, New York, Academic Press, 1988.

F. Poplin, « Prologue anthropozoologique. Animal vrai, sacrifice et domestication laitière », dans E. Vila, L. Gourichon, Archaeozoology of the Near East VIII. Actes des 8e Rencontres internationales d’Archéozoologie de l’Asie du Sud-Ouest et des régions adjacentes, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux (Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 49), 2008, p. 21-3.

H. Procopiou, « Les techniques de décorticage dans le monde égéen. Étude ethnoarchéologique dans les Cyclades », dans P. C Anderson, L. S. Cummings, T. K. Schippers, B. Simonel, Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent, Antibes, ADPCA, 2003, p. 115-136.

A. M. Rosen, « Preliminary identification of silica skeletons from Near Eastern archaeological sites: an anatomical approach », dans G. Rapp et S. G. Mulholand, Phytolith Systematics: Emerging issues, New York, Plenum Press, 1992, p. 129-148.

J. Salette, La révolution fourragère, cinq ans après. La révolution fourragère et l’herbe, Fourrages, 188, 2006, p. 417-429.

A. G. Sherratt, « Plough and pastoralism: Aspects of the Secondary Products Revolution », dans I. Hodder, G. Isaac, N. Hammond (dir.), Pattern of the Past: Studies in Memory of David Clarke, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. 261–305.

A. G. Sherratt, « The secondary exploitation of animals in the Old World », World Archaeology, 1983, p. 90–103.

F. Sigaut, « A method for identifying grain storage techniques and its application for European agricultural history », dans G. Lerche, A. Fenton, A. Steensberg (dir.), Tools and Tillage, vol. VI, 1, 1988.

N. Skakun, « Evolution of agricultural techniques in Eneolithic (Chalcolithic) Bulgaria », dans P. C. Anderson (dir.), Prehistory of Agriculture. New experimental and ethnographic approaches, Los Angeles, University of California (Institute of archaeology), 40, 1999, p. 203-207.

R. Vargiolu, H. Zahouani, P. C. Anderson, « Observations on the threshing sledge and its products in ancient and present-day Mesopotamia » dans P. C Anderson, L. S. Cummings, T. K. Schippers, B. Simonel, Le traitement des récoltes : un regard sur la diversité du Néolithique au présent. Antibes, ADPCA, 2003, p. 439–454.

R. G. Whallon, « Threshing sledge flints. A distinctive pattern of wear », Paléorient, vol. 4, 1978, p. 319-324.

J. C. Whittaker, « Alonia: The Ethnoarchaeology of Cypriot Threshing Floors », Journal of Mediterranean Archaeology, 1999, p. 7-25.

J. C. Whittaker, « Alonia and Dhoukanes: The Ethnoarchaeology of Threshing in Cyprus », Near Eastern Archaeology, vol. 63, n° 2, Ethnoarchaeology II, 2000, p. 62-69.

J. C. Whittaker, K. Kamp, E. Yilmaz, « Çakmak revisited: Turkish flintknappers today », Lithic Technology, vol. 34, n° 2, 2009, p. 93-110.

Notes

1 La première étude ethnoarchéologique d’un tribulum a été fait par N. Skakun en Bulgarie et en Ukraine au cours des années 1970-1980.

2 La silice, captée par la plante dans les eaux souterraines, se dépose dans certaines parties intracellulaires et extracellulaires, en particulier, dans le tissu épidermique (Piperno, 1988). Selon les conditions environnementales, telles que l’aridité et la disponibilité de l’eau, et sous l’effet la transpiration, des parties entières des tissus épidermiques peuvent se silicifier (Rosen, 1992). Ces parties de phytolithes jointes sont dénommées squelettes de silice.

3 Les recherches ethnographiques et les expérimentations font partie d’un programme de recherche dirigé par Patricia C. Anderson.

4 Le levier permettant de démultiplier la puissance de la poussée de la pression (Pélegrin, 2002 ; Astruc et al., 2007 ; Marchand et al., 2018).

5 Voir même de simples fragments de basalte en Syrie du Sud dans la région de Soueda.

6 On peut citer entre autres, la région d’El Kowm en Syrie, riche en source de bitume.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Reconstitution expérimentale d’un tribulum de l’âge du Bronze au Proche-Orient
Crédits Cliché de P. Anderson
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Fig. 2. Traces d’usures observées sur une lame de silex provenant d’un tribulum ethnographique
Légende Série ethnographique de P. C. Anderson.
Crédits Cliché de S. Alkalesh.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Fig. 3a. L’aire de battage à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)
Crédits Cliché de S. Alkalesh.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3b. Tribulum expérimental utilisé pour le battage d’engrain (triticum monococcum) à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)
Crédits Cliché de S. Alkalesh.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre Fig. 3c. Tribulum expérimental utilisé pour le battage d’engrain (triticum monococcum) à Séranon (Alpes-Maritimes, 2015)
Crédits Cliché de S. Alkalesh.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Titre Fig. 4. Profils de coupe lisse droite produit sur les phytolithes traités par un tribulum ethnographique
Légende a. Squelette de silice de la tige d’orge vêtue (Hordeum vulgare) (Salim, Syrie) ; b. Squelette de silice de la balle de blé dur (Triticum durum) (Ain Salem, Tunisie).
Crédits Clichés de S. Alkalesh.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Fig. 5. Profils de coupe similaires sur les phytolithes extraits des sédiments archéologiques
Légende a. Halula (Néolithique finale) ; b. Tell Ziyadeh (phase Obéid).
Crédits Clichés de S. Alkales.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Fig. 6. Segment de lame cananéenne trouvée lors des prospections du projet « Le bassin de khabur, F. Hole » dans le nord de la Syrie
Crédits Cliché d’après Anderson et Whittaker, 2014.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78797/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ArScAn UMR 7041
Thèse sous la direction de Haris Procopiou : « Les techniques de transformation des céréales en Méditerranée orientale au Néolithique et l’âge du Bronze : analyse des restes phytolithiques »

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search