Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Métallurgie

Le savoir-faire métallurgique : témoin d’une dynamique sociale ?

Le cas d’Argos à l’époque mycénienne

Philippe Baeriswyl

Résumé

Des techniques de décoration à l’objet fini, on ne connaît, la plupart du temps, la métallurgie et l’orfèvrerie qu’au travers des artefacts découverts lors des fouilles archéologiques. Ainsi, les découvertes « métalliques » datant de l’époque mycénienne à Argos montrent un haut degré de technicité artisanale et témoignent d’une demande, émanant d’une élite sociale, « en objets de luxe », dont la provenance demeure néanmoins incertaine en l’absence d’atelier métallurgique mis au jour.
La découverte, à Argos, d’un four à coupellation pour le raffinage de l’argent datant de la période submycénienne (SM) ou du début de la période protogéométrique (PG) présente de ce fait d’autant plus d’intérêt. En effet, elle montre que le raffinage de l’argent était effectué en Argolide au xie-xe siècle av. J.-C. – durant la période succédant à l’époque mycénienne et nommée à tort « Dark Ages » – et que le procédé de coupellation, qui est techniquement avancé, y était pratiquée. Ainsi, à l’inverse de l’époque mycénienne, il y a, à Argos au Submycénien, un atelier métallurgique, mais aucun de ses produits. Ce four témoigne dès lors de la pérennité d’un savoir-faire métallurgique sans toutefois pouvoir prouver une continuité dans la production artisanale du site.
Ainsi, en sus des considérations techniques liées au four et au procédé de coupellation, nous nous pencherons sur le fait qu’un savoir-faire artisanal peut témoigner de la dynamique sociale et de l’évolution de l’établissement argien, à la transition entre l’âge du Bronze et celui du Fer, tant d’un point de vue local que régional.

Texte intégral

Introduction

1La métallurgie, et plus particulièrement l’orfèvrerie, est principalement connue au travers des artefacts découverts lors des fouilles archéologiques. En effet, les témoins de procédés métallurgiques, visibles uniquement au travers des contextes d’extraction des minerais et d’installations artisanales, sont rares et sont longtemps restés cantonnés au domaine de l’archéométrie. Ainsi, dans de nombreux cas, alors que les exemples archéologiques existaient mais n’avaient que trop rarement été combinés dans une étude globale, on a fait appel au registre ethnoarchéologique afin d’interpréter les vestiges archéologiques et restituer les chaînes opératoires allant du minerai à l’objet fini.

  • 1 Les principaux facteurs qui agissent sur ces dynamiques sont résumés dans Philippa-Touchais (Toucha (...)

2Dans de nombreuses études, l’artefact a souvent été utilisé pour indiquer le statut social d’un individu ou d’un groupe. Il n’a en revanche que trop rarement été mis en relation avec une dynamique sociale ayant pris place dans l’organisation d’une société ou, indirectement, d’un espace géographique. Il est en effet plus facile de déterminer un statut social à un moment donné, avec le produit fini issu d’un procédé de fabrication, que de tenter d’expliquer l’évolution d’une société au travers de ses objets. De ce fait, il est donc tout à fait légitime de se demander si un processus comme le savoir-faire métallurgique peut être le témoin d’une dynamique sociale. Toutefois, avant de traiter cette question, il convient de brièvement définir la notion de dynamique sociale. Cette dernière, notamment développée en sociologie par G. Balandier (Balandier, 1971, p. 13-73), regroupe en réalité deux dynamiques sociales : « celle qui se manifeste dans le fonctionnement » d’une société, et « celle qui devient créatrice de transformations à court ou moyen terme » au sein d’une société (Balandier, 1971, p. 14). Ces deux dynamiques, influencées à la fois par des facteurs internes (locaux) et externes (régionaux), sont ainsi tour à tour témoins ou actrices au sein d’un système sociale1.

3Nous tenterons de répondre à la question précédemment posée, en appuyant nos propos à la fois sur des exemples d’artefacts « métalliques » et sur leurs caractéristiques techniques. Nous les insérerons ensuite dans un contexte spatial local (Argos), mais également régional (Argolide). Le site d’Argos offre, en effet, une des rares occasions de pouvoir observer cette dynamique sociale. Les artefacts mis au jour offrent une vision de la production métallique en vigueur à Argos durant l’âge du Bronze Récent.

Cadre chronologique et géographique

  • 2 Nous avons choisi la chronologie basse pour nos datations. En effet, celle-ci devrait probablement (...)

4Le cadre chronologique de cet article concerne l’époque mycénienne au sens large du terme (fig. 1). Nous y intégrerons la période de transition entre l’Helladique Moyen (HM) et l’Helladique Récent (HR), ainsi que celle entre l’Helladique Récent et le Submycénien (SM)2. Ce sont durant ces périodes de transition que les principaux changements sociaux se sont opérés. Elles sont donc tout à fait propices à l’étude de l’évolution des dynamiques sociales, puisque que ces dernières sont très souvent établies sur les changements visibles dans la culture matérielle.

Fig. 1. Chronologie de l’époque mycénienne

Fig. 1. Chronologie de l’époque mycénienne

Pour la datation : jusqu’à la fin de l’HR IIIA1, voir Tartaron, 2008, tableau 1, p. 84 ; de la fin de l’HR IIIA1 jusqu’à la fin de l’HR IIIB, voir Manning 2010, p. 23, tableau 2.2 ; de la fin de l’HR IIIB jusqu’au Submycénien, voir. Weninger, Jung 2009, p. 416, fig. 14.

  • 3 De l’HR IIIA1 à l’HR IIIB2 (env. 1400 – 1200 av. J.-C.).
  • 4 Pour plus d’informations concernant la dynamique sociale d’Argos et de l’Argolide, voir Philippa-To (...)

5Le cadre géographique de notre étude, l’Argolide, et le site d’Argos en particulier, joue un rôle important dans l’évolution des dynamiques sociales lors de l’époque mycénienne. C’est pour cette raison qu’il convient de s’attarder sur la topographie de la plaine argienne et sur les principaux sites qui l’occupent (fig. 2). Argos se situe sur la bordure occidentale de la plaine de l’Argolide. Contrairement à Argos et à Lerne – ces deux sites ont dû fonctionner en binôme à l’HM, Lerne servant comme site portuaire d’Argos –, les sites de Mycènes, de Tirynthe et de Midéa, entre autres, occupent tous la bordure orientale de la plaine. Dès lors, il est à souligner que la dynamique sociale de la plaine évolue tout au long de l’âge du Bronze : l’Ouest de la plaine, avec Argos et Lerne, étant dominant à l’HM, alors que la partie orientale de l’Argolide le fut pendant l’HR et plus précisément durant la période palatiale3. Cette domination sera à nouveau inversée à la fin de l’époque mycénienne, du moins pour Argos, et sera maintenue tout au long des périodes historiques4. C’est un peu comme si chaque partie de la plaine empêchait l’autre de se développer totalement, les deux parties fonctionnant alors comme dans un système de positif et de négatif et inversement. Néanmoins, l’existence d’une domination probablement politique, administrative, voire militaire, n’empêche en rien l’existence d’une élite sociale aisée dans les sites « dominés ».

Fig. 2. Carte de l’Argolide et de ces principaux sites à l’époque mycénienne

Fig. 2. Carte de l’Argolide et de ces principaux sites à l’époque mycénienne

En bleu : la ligne de rivage et le paléolac à l’Âge du Bronze.

D’après Darcque, Rougemont 2015, p. 565.

Les artefacts et aménagements artisanaux de l’Helladique Moyen au Submycénien

  • 5 Pour ce qui concerne les questions de culture matérielle, voir Renfrew 1980 ; 2012.

6Les artefacts, de par leur valeur matérielle, mais également symbolique, ont contribué à donner un statut à leur possesseur et témoignent dès lors d’une appartenance à une culture caractérisée par un certain mobilier5. Cette dernière est commune à un groupe d’individus ou à une population et il est relativement aisé d’en suivre l’évolution au travers, par exemple, des changements dans la catégorie d’objets ou dans les caractéristiques stylistiques. Ainsi, dans les lignes suivantes, différents artefacts métalliques découverts à Argos (fig. 3) seront utilisés pour montrer ces différents changements, témoins d’une évolution et résultant de la dynamique sociale argienne à l’époque mycénienne.

Fig. 3. Plan général d’Argos avec les noms des fouilles mentionnées dans le texte (Argos et l’Argolide, pl. V)

Fig. 3. Plan général d’Argos avec les noms des fouilles mentionnées dans le texte (Argos et l’Argolide, pl. V)

HM II – HR I

7Pendant tout l’HM et jusqu’à l’HR II, la présence d’objets en or sur le continent grec est très rare – à l’exception du riche mobilier des tombes (cercles A et B) de Mycènes datant de l’HM IIIB à l’HR I – (Philippa-Touchais, Touchais, 2016, p. 281 et bibliographie mentionnée). Le premier objet traité, même s’il se situe en dehors du cadre chronologique de cette étude, est un petit pendentif en or (fig. 4) datant de l’HM II et découvert dans l’habitat de la colline de l’Aspis d’Argos. Cette découverte exceptionnelle permet d’imaginer le statut privilégié qu’avait l’élite de la population d’Argos à cette époque. Elle l’est d’autant plus qu’elle ne provient pas d’un contexte funéraire, mais d’un contexte d’habitat. L’origine du pendentif n’est pas assurée. Deux hypothèses sont avancées à son propos : il s’agirait d’une importation de la Crète minoenne ou d’une création d’un atelier local (Philippa-Touchais, Touchais, 2016, p. 287-288).

Fig. 4. Pendentif en or découvert sur l’Aspis

Fig. 4. Pendentif en or découvert sur l’Aspis

Photo @ EfA, R. Prévalet.

  • 6 Pour l’évolution de la dynamique sociale en Argolide entre la fin de l’HM et le début du HR, voir P (...)

8Quoi qu’il en soit, ce pendentif est un marqueur social important et représente la première attestation, en Argolide, d’une société en transformation (Philippa-Touchais, Touchais, 2016, p. 289). Par la suite, jusqu’à l’HR IIA, plus aucun artefact métallique ou pièce d’orfèvrerie ne sera retrouvé à Argos, alors que, pendant cette même période leur présence à Mycènes est attestée. Cette évidence tend à montrer qu’à cette époque, une élite mycénienne émerge et utilise les mêmes marqueurs sociaux que ceux utilisés auparavant à Argos. L’éclosion de ce type d’artefacts à Mycènes est fulgurante, mais la présence seule de tels objets n’est pas suffisante pour dire s’ils sont le produit d’un atelier local ou s’ils sont importés. Le « déclin » argien couplé à l’émergence progressive d’une élite à Mycènes, même si cette relation de cause à effet n’est pour l’heure pas démontrable, suggère qu’une partie de l’élite argienne quitta l’Aspis à la fin de l’HM IIIB pour aller s’établir à Mycènes. Ainsi, si l’on accepte cette hypothèse, une partie de l’élite argienne aurait amené avec elle sa culture matérielle, visible au travers du mobilier des tombes du cercle A, ainsi que ses connaissances en architecture, en production artisanale et en pratiques funéraires6.

HR IIA – HR IIIC

  • 7 Pour des informations générales sur la fouille de la Deiras, voir Vollgraff 1904 ; 1931 ; Deshayes (...)

9Les attestations d’orfèvrerie à Argos proviennent toutes de contextes funéraires et, plus particulièrement, de la nécropole de la Deiras7, en usage de l’HR IIA à l’HR IIIC. Elles témoigneront de l’évolution sociale de la population argienne. Bien qu’ils soient également des témoins de cette évolution, le déplacement de la nécropole principale d’Argos, entre la fin de l’HM et l’HR I, du piémont oriental de l’Aspis à la partie sud du ravin de la Deiras, ou encore l’apparition d’un nouveau type architectural de tombe – la tombe à chambre – ne seront pas développées dans cet article. Ce sont donc les différences dans le mobilier funéraire de ces tombes, et notamment la quantité d’objets d’orfèvrerie et les caractéristiques stylistiques qui serviront à mettre en évidence les changements observés dans la société argienne.

Fig. 5. Partie Sud de la nécropole de la Deiras

Fig. 5. Partie Sud de la nécropole de la Deiras

D’après Vollgraff 1904, pl, XII.

  • 8 Cf. supra.

10Alors que, jusqu’à cette époque, la présence de l’or était particulièrement rare8 sur le continent grec, on observe à partir de l’HR II une importante croissance du nombre d’artefacts en ce matériau. À Argos, la majeure partie de ces artefacts provient de deux des plus anciennes et imposantes tombes construites à la Deiras – les tombes VI et VII – (fig. 5). Sans décrire tous ces bijoux en détail, il apparaît, d’après les diverses études archéologiques et technologiques effectuées (Konstantinidi-Syvridi et al, 2014 ; Papadimitriou, Philippa-Touchais, 2015), que la majorité des décors appartient à des types iconographiques bien attestées dans le monde mycénien (Papadimitriou, Philippa-Touchais, 2015, p. 462). Nous citerons ici, par exemple, la spirale, les nautiles, les perles terminées par des papyrus ou des lys ou encore le motif de la rosette (fig. 6). D’autres types iconographiques, comme celui des tassels stylisés, sont plus rares. De même, la technique de la granulation utilisée notamment sur des perles coniques (fig. 7) n’est pas répandue de manière uniforme dans le monde mycénien. Cependant, tous ces objets sont majoritairement datés du début de la période mycénienne (HR II) et témoignent d’un savoir-faire en orfèvrerie très abouti. En l’état actuel des recherches, il n’est pas possible de donner l’origine précise de ces artefacts. Néanmoins, l’iconographie typiquement mycénienne indique que ces derniers ont été réalisés sur le continent grec, très probablement dans un atelier local.

Fig. 6a. Ornements en or à motif de nautile

Fig. 6a. Ornements en or à motif de nautile

Photos © EfA, Ph. Collet.

Fig. 6b. Ornements en or à motif de nautile

Fig. 6b. Ornements en or à motif de nautile

Photos © EfA, Ph. Collet.

Fig. 6c. Ornements en or à motif de nautile

Fig. 6c. Ornements en or à motif de nautile

Photos © EfA, Ph. Collet.

Fig. 7a. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation

Fig. 7a. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation

Photos © EfA, Ph. Collet.

Fig. 7b. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation

Fig. 7b. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation

Photos © EfA, Ph. Collet.

Fig. 7c. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation

Fig. 7c. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation

Photos © EfA, Ph. Collet.

  • 9 Pour tout ce qui est du rituel funéraire et de l’affirmation identitaire des individus à l’époque m (...)
  • 10 Elle intervient à l’HR IIA/IIB alors que celle des autres sites intervient à l’HR I/IIA.

11Il est ainsi fort probable qu’au début de l’HR II un ou plusieurs groupes d’individus de statut aisé et probablement influents décident de bouleverser les traditions en vigueur dans la communauté argienne. Ils marquent leur différence identitaire par une stratégie fondée notamment sur le prestige de l’individu, visible au travers de ses richesses matérielles9 (Papadimitriou, Philippa-Touchais, 2015, p. 462). On peut dès lors parler de « mycénisation » de la communauté argienne. Celle-ci, en comparaison avec celle de Mycènes et des autres sites importants de la plaine argienne, intervient plus tardivement10. Cela est probablement dû au fait qu’il est plus difficile de faire évoluer un système social fort et bien établi que d’imposer de nouvelles idées à des sites dont l’organisation sociale n’est pas forcément stricte et bien hiérarchisée. Nous pouvons dès lors penser qu’il a été plus difficile pour la population argienne, de renoncer totalement ou en partie aux traditions et à l’organisation sociale en vigueur pendant l’HM, qui avaient fait d’Argos un site dominant au sein de l’Argolide.

  • 11 La provenance de l’étain reste débattue, notamment en ce qui concerne les importants gisements situ (...)

12Les objets d’orfèvrerie décrits jusqu’ici témoignent tous de la richesse d’une élite sociale probablement au pouvoir à Argos pendant l’époque mycénienne, et notamment à l’époque dite « palatiale », ainsi que d’un haut degré de technicité artisanale. Ils mettent également en évidence l’important réseau d’échanges mis en place par la société mycénienne pour pouvoir acquérir, soit les ressources naturelles nécessaires à la production de ces objets, soit ces objets eux-mêmes (fig. 8). En effet, même si des gisements d’or et d’argent existent sur le continent grec et dans les Cyclades, la plus grande partie des métaux est importée (Kassianidou, Knapp, 2005). L’or provient ainsi principalement d’Afrique (de la Nubie qui correspond au Nord du Soudan actuel) et de la région des Balkans, le cuivre de Chypre et l’étain d’Asie mineure et de l’Ouest du bassin méditerranéen11.

Fig. 8. Carte de la Méditerranée montrant les principaux gisements de métaux connus à l’âge du Bronze

Fig. 8. Carte de la Méditerranée montrant les principaux gisements de métaux connus à l’âge du Bronze

D’après Kassianidou, Knapp 2005, p. 219.

Submycénien

13La période suivant l’effondrement du système palatial et de la société mycénienne est en revanche beaucoup moins bien connue du point de vue de l’orfèvrerie et de la métallurgie en général. En effet le nombre d’objets métalliques, mais également celui du mobilier funéraire, diminue fortement dans les tombes. Bien que le mobilier ne reflète pas toujours la société de manière directe et pourrait livrer une vision déformée voire idéalisée de celle-ci (Voutsaki, 2012), il pourrait témoigner des grands bouleversements dans l’organisation sociale de la plaine argienne.

  • 12 Dans le T.33 fouillée par P. Courbin, voir BCH 78 (1954), p. 177 ; dans la T.37 fouillée par O. Ale (...)

14Ainsi, mis à part quelques bagues en bronze12, aucune offrande métallique n’a été mise au jour lors des fouilles à Argos. De ce fait, la découverte dans le centre-ville moderne d’Argos d’un four à coupellation (fig. 9) servant au raffinage de l’argent et datant du SM ou du début du Protogéométrique (PG) présente d’autant plus d’intérêt.

Fig. 9. Four à coupellation

Fig. 9. Four à coupellation

Piérart, Touchais 1996, p. 22.

Le four à coupellation

  • 13 Pour le procédé de la coupellation voir Conophagos, 1980, p. 305-324. Nous reviendrons également su (...)

15Découvert en 1958 par Paul Courbin, sur le site de la future esplanade du musée d’Argos, dans l’angle NW du carré Δ3 (BCH 83 (1959), p. 768 ; Courbin, 1963, p. 71) (fig. 10), ce four avait d’abord été identifié comme un four de potier (BCH 83 (1959), p. 768.). Le four était, en réalité, destiné à la coupellation de l’argent, un procédé métallurgique qui consiste à séparer par oxydation les métaux précieux du minerai13.

Fig. 10. Plan de la fouille du musée en 1958

Fig. 10. Plan de la fouille du musée en 1958

Dans le carré rouge : le carré Δ3.

D’après Courbin, 1953, fig. 8.

  • 14 La description du four ainsi que son implantation stratigraphique sont reprises des observations fa (...)

16En ce qui concerne son état de conservation, le four a été fortement arasé par un niveau de petit gravier datant de l’époque byzantine14. Les parties inférieures de la construction ont, quant à elles, été épargnées. Son sol, ainsi qu’une partie de ses parois qui étaient enfoncées dans une couche d’argile mêlée de cailloux, puis dans le terrain vierge, substrat ayant servi à l’implantation du four (fig. 11), ont été conservés.

Fig. 11.

Fig. 11.

En haut : Stratigraphie de la paroi N des carrés Δ3-Δ4 ; en bas : stratigraphie des parois de Δ3. En rouge le niveau de gravier byzantin.

D’après Courbin 1963, fig. 13 et 14.

  • 15 Il n’est pas impossible que l’installation ait déjà été perturbée entre les époques géométrique et (...)
  • 16 Cette indication architecturale sera développée en détail dans la partie dévolue au fonctionnement (...)
  • 17 Ibid.

17Le four (fig. 12), de forme grossièrement circulaire, mesure environ 1 m de diamètre. Les parois, bâties avec de l’argile mêlée de quelques pierres, ont durci consécutivement à une période de séchage et à l’exposition au feu lors de l’utilisation du four. Malgré les perturbations postérieures datant de l’époque byzantine15, les parois ont conservé une élévation d’environ 23 cm et sont épaisses d’environ 7 cm. En ce qui concerne les ouvertures du four, une première porte, celle du foyer servant à alimenter le four en combustible (bois/charbon de bois) se trouve dans la paroi sud. Dans la partie nord du four, les parois se replient vers l’intérieur et forment ainsi une sorte de poche séparée du foyer. Cet espace constitue en fait le creuset destiné à recevoir l’argent grossier devant être raffiné. L’enclave formée par le repli des parois du four s’ouvre, quant à elle, dans la paroi Nord du four. Contrairement au dôme du four, qui a été arasé par le niveau byzantin, l’enclave servant de creuset a conservé sa hauteur d’origine. Cela permet ainsi d’affirmer que le creuset n’était pas totalement isolé du foyer et de la chambre de chauffe du four, puisque ce dernier n’avait pas de couverture16. De plus, il est important de noter que le fond du creuset est légèrement surélevé par rapport au sol du foyer17.

Fig. 12. Plan et profil du four

Fig. 12. Plan et profil du four

D’après Archives EfA_Δ3 @ P. Courbin.

18Pour ce qui est de la datation du four, la découverte sur le sol du foyer d’un col d’amphore décoré d’un zigzag épais (fig. 13), et de divers tessons devant la porte du four, permet de donner un terminus ante quem à la fin du SM ou au début du PG pour l’effondrement du dôme du four. De surcroît, l’absence dans la fouille de tout autre mobilier datant d’époques antérieures ne permet pas de faire remonter la date de la construction du four avant le SM. Le four a donc été construit au plus tôt au SM et sa durée d’exploitation n’a pas dépassé le PG.

Fig. 13. Fragments d’un col d’amphore submycénienne

Fig. 13. Fragments d’un col d’amphore submycénienne

D’après Archives EfA_Δ3 © P. Courbin.

  • 18 Étant donné qu’il n’existe pas d’analyses plus récentes que celles réalisées en 1960, ce sont celle (...)

19Comme cela a été dit, la fonction du four avait posé problème à P. Courbin. En effet, la structure de celui-ci ne correspond à aucun type de four de potier, c’est-à-dire avec un pilier central ou une cloison servant au soutien de la sole du four (Courbin, 1963, p. 98). C’est pourquoi, conscient qu’il pouvait s’agir non pas d’un four de potier, mais d’un four dédié aux travaux de la métallurgie, P. Courbin avait effectué des prélèvements, afin de pouvoir étayer son hypothèse avec des arguments de type « chimique » : un premier à l’intérieur et au fond de l’enclave/creuset et un second sur le sol du foyer. Ces prélèvements ont été confiés dans les années 1960 au laboratoire des Mines du Laurion. Les résultats des analyses furent les suivants18 :

Dans la poche, l’argile contenait 0.95 % de plomb et ce plomb contenait lui-même 0.83 % d’argent, (ce qui correspond à une proportion de 80 gr d’argent par tonne de minerai). Ces proportions étaient tout à fait anormales. De fait, le second échantillon ne contenait que 0.06 % de plomb, et ce plomb seulement 0.0005 % d’argent, soit les proportions courantes. (Courbin, 1963, p. 99)

20Alors que les analyses du second échantillon montraient des proportions en métal tout à fait normales pour un four de potier, celles du premier échantillon ne coïncidaient en rien avec celles du second. En effet, leur forte teneur en métal ne pouvait résulter que d’un procédé métallurgique. Le résultat des analyses ne permettait ainsi plus aucun doute, et P. Courbin conclut qu’il s’agissait d’un four construit pour la métallurgie et plus particulièrement pour la métallurgie de l’argent.

  • 19 Jusqu’à la fin de l’âge du Bronze, la plupart des découvertes proviennent de la région du Laurion, (...)

21Les traces de la métallurgie de l’argent à l’âge du Bronze, notamment des procédés d’exploitation des minerais et de raffinage de ces derniers, voire des artefacts de ce métal, sont rares19.

  • 20 Pour une description détaillée des processus de transformation du minerai en argent raffiné on se r (...)
  • 21 Les premières traces de coupellation attestées de manière certaine date de contextes de la civilisa (...)

22Cette rareté peut s’expliquer par diverses raisons. La première est la quasi-inexistence d’argent natif à disposition. Étant donné cette absence, il a fallu exploiter des gisements de minerai de plomb argentifère. Cette exploitation est très astreignante et nécessite beaucoup de temps, car il faut trois opérations successives pour passer du plomb argentifère à de l’argent raffiné20. La première consiste à transformer le minerai en plomb d’œuvre. Cette opération se fait par fusion du minerai à l’aide d’un combustible, du bois ou du charbon de bois. Elle permet de séparer les métaux des autres composantes du minerai et d’obtenir un métal « grossier » ayant subi un premier raffinage. La seconde opération est celle de la coupellation21 du plomb d’œuvre pour obtenir de l’argent qualifié de grossier. La coupellation est un procédé métallurgique consistant à séparer l’argent du minerai de plomb argentifère par oxydation du plomb. Pour que cette réaction chimique s’opère, il faut que le creuset ou la coupelle contenant le minerai soit en contact direct avec de l’air et que la température soit suffisante pour faire fondre l’oxyde de plomb et l’argent (Conophagos, 1980, p. 305 ; Craddock, 1995, p. 223). De cette opération résultent de l’argent grossier et de l’oxyde de plomb, plus communément appelé litharge. Pour que cette séparation puisse s’opérer le four doit atteindre des températures élevées. En effet, la litharge atteint son point de fusion à 880 °C, alors que l’argent atteint le sien à environ 960 °C. Il fallait donc que le four puisse atteindre une température au moins comprise entre 900 °C et 950 °C, pour que la séparation des métaux soit optimale. La troisième et dernière opération pour obtenir de l’argent raffiné est une seconde coupellation, fonctionnant de la même manière que celle de l’étape précédente. Le résultat final obtenu est de l’argent raffiné, ainsi que de la litharge, mais en bien plus petite quantité que lors de la première coupellation.

23Dès lors, les dimensions relativement modestes du four, ainsi que les résultats des analyses, permettent d’affirmer que le four découvert à Argos servait à la dernière de ces opérations, c’est-à-dire à la coupellation aboutissant à de l’argent raffiné. Les observations faites par P. Courbin expliquent parfaitement le fonctionnement du four et les conditions nécessaires pour que le procédé de la coupellation s’opère :

En effet l’extraction de l’argent à partir du plomb par le procédé de la coupellation exige que différentes conditions soient réalisées : on sait que l’élimination du plomb est obtenue par son oxydation, sous forme de litharge et que cette oxydation demande qu’un fort courant d’air vienne frapper la surface de l’alliage en fusion. En revanche, il faut éviter l’oxydation de l’argent et pour cela empêcher tout contact entre le contenu du creuset et le combustible. Enfin on supposait qu’avant l’oxydation, le plomb argentifère devait être chauffé au préalable jusqu’à son point de fusion. (Courbin, 1963, p. 99)

24La configuration du four retrouvé dans le carré Δ3 remplit donc toutes les conditions pour que le raffinage de l’argent puisse être effectué. En effet, la disposition diamétralement opposée des deux ouvertures du four (fig. 12), l’une au sud, celle du foyer, l’autre au nord, celle du creuset, permet à un fort courant d’air de passer à travers la chambre de chauffe et le creuset. Ce courant, nécessaire pour que l’oxydation s’effectue, est également le comburant qui permet au four de monter en température, afin que ce dernier puisse atteindre des températures importantes avoisinant 1000° C (Tylecote, 1987, p. 198). À l’intérieur du four, le creuset se situe à un niveau supérieur à celui du sol du foyer, et ses parois sont assez hautes (env. 28-30 cm). Cette enclave formant le creuset permet de séparer le combustible (le bois et/ou le charbon de bois) de l’argent grossier, puis de l’alliage en fusion. Ainsi, aucune contamination n’est possible. Il convient ici de mentionner que le creuset n’était pas totalement isolé de la chambre de chauffe étant donné qu’il n’était pas couvert – il ne s’agit donc pas d’un four dans un four. En effet, si le creuset avait été complètement fermé, l’apport d’oxygène nécessaire pour que la coupellation se produise n’aurait pas été suffisant. De plus, il n’est pas sûr que la température nécessaire à la fusion de la litharge puis de l’argent ait pu être atteinte, si le creuset n’avait été chauffé que par conduction et non pas directement. Cet ingénieux dispositif à ouvertures opposées permet ainsi non seulement de régler et de contrôler la température à l’intérieur du four, mais également la recharge en combustible et en argent grossier. Ainsi,

l’obturation de la porte nord devait rendre possible le préchauffage du métal avant l’oxydation. […] Ce bouchon d’argile était sans doute entaillé à plusieurs reprises pour permettre l’écoulement de la litharge, à mesure que le niveau du creuset baissait. L’alimentation du foyer en combustible se faisait par la porte sud, l’alimentation en plomb argentifère du creuset, la récupération de la litharge et de l’argent par la porte nord. (Courbin, 1963, p. 99)

  • 22 La proximité d’un gisement argentifère aurait permis d’envisager pour le four une fonction de réduc (...)

25En plus du dispositif décrit, les résultats des analyses obtenus dans les années 1960 au laboratoire des Mines du Laurion confirment que ce four a servi pour la dernière opération de coupellation. En effet, la forte proportion en argent retrouvée dans le creuset, ainsi que l’absence de litharge dans les alentours du four démontrent que le minerai ou l’alliage utilisé n’était pas du plomb d’œuvre, mais de l’argent grossier destiné à être raffiné. Comme P. Courbin l’avait déjà relevé (Courbin, 1963, p. 99), il faut également mentionner que les analyses n’avaient pas été effectuées sur la matière première destinée à la coupellation, c’est-à-dire du minerai ou de l’argent grossier, mais sur les parois et le fond du creuset qui avait dû, de par leur porosité, absorber une certaine quantité de plomb argentifère, soit suite à l’oxydation de l’argent grossier, soit après fusion de ce dernier. Si l’on ajoute à ces arguments – le dispositif architectural, les dimensions, la capacité de charge et les résultats des analyses – le fait qu’aucun gisement argentifère n’est connu à proximité immédiate d’Argos22, la fonction du four découvert à proximité du musée archéologique ne fait aucun doute.

26Dès lors, se pose la question de la provenance de cet argent grossier. Malheureusement, jusqu’à ce jour, il n’est pas possible de préciser l’origine du métal. En effet, les analyses visaient à connaître la teneur en plomb et en argent des échantillons et aucune analyse isotopique n’a été réalisée. Il n’est ainsi pas possible de confronter ces résultats à la base de données, établi par l’université d’Oxford23, qui contient les valeurs isotopiques en plomb d’objets en argent et de minerais des gisements connus dans le bassin égéen, mais également dans toute l’Europe et le Moyen-Orient. Quoi qu’il en soit, il est fort probable que l’argent utilisé à Argos provienne des gisements les plus proches géographiquement (fig. 14), comme ceux du Laurion en Attique, de Milos ou de Siphnos, dans les Cyclades, ou ceux de la région d’Hermionè en Argolide24.

Fig. 14. Carte mentionnant Argos et les gisements d’argent potentiellement exploités au SM

Fig. 14. Carte mentionnant Argos et les gisements d’argent potentiellement exploités au SM
  • 25 Cela tend à confirmer les théories relatives à la stagnation et à l’isolation des populations après (...)
  • 26 L’or est presque totalement absent du sous-sol grec et les gisements ne permettent pas une exploita (...)
  • 27 Le fait d’avoir dû exploiter des gisements argentifères « de proximité » plutôt que de pouvoir s’ap (...)

27La découverte du four à coupellation d’Argos permet, en plus de tirer des conclusions liées à son fonctionnement, de restituer une ébauche d’un système ou d’un réseau d’échange « commercial ». En effet, étant donné l’absence de gisements argentifères à proximité immédiate d’Argos, il a dû exister au SM un réseau d’échanges entre différentes régions de la Grèce, certes moins étendu que pendant l’époque palatiale mycénienne, mais permettant néanmoins d’acquérir des biens et des matières premières nécessaires à l’élaboration d’objets de luxe et de prestige25. C’est donc probablement l’effondrement du système palatial mycénien et de ses liens « commerciaux » qui a poussé la société submycénienne à exploiter plus intensivement les filons argentifères « locaux ». En effet, ne pouvant plus s’approvisionner en or, ou du moins en plus petite quantité26, pour confectionner leur bijoux et objets de prestige, l’élite de la population submycénienne a dû se résoudre à utiliser l’argent pour leur confection27. Ce changement de matière première a eu comme désavantage un long et fastidieux travail pour passer du minerai argentifère au métal précieux.

  • 28 C’est le seul exemple de four à coupellation connu pour le SM. Les autres attestations de ce type d (...)
  • 29 Même si l’habitat SM est très épars et n’est pas encore totalement localisé de manière certaine, l’ (...)
  • 30 Pour ce qui est du caractère parfois isolé des zones d’artisanats métallurgiques, ainsi que pour ce (...)

28Même s’il faut considérer, jusqu’à ce jour, le four à coupellation d’Argos comme un unicum28, il représente néanmoins « un jalon important dans l’histoire de la technologie antique » (Courbin, 1963, p. 100). En effet, il est la preuve que la technique de coupellation utilisée afin d’obtenir un argent raffiné n’avait pas complètement disparu avec l’effondrement du système palatial mycénien. Ainsi au SM ou au plus tard au début du PG ce procédé métallurgique était encore, ou peut-être à nouveau, pratiqué en Argolide. Comme P. Courbin l’avait déjà parfaitement résumé : « La chose présente d’autant plus d’intérêt que contrairement à ce qui se passe généralement lorsqu’on retrouve des objets en argent d’une provenance incertaine, ici nous avons l’atelier métallurgique, mais aucun de ses produits » (Courbin, 1963, p. 100). La découverte de ce four et donc de cet espace artisanal, en marge de la zone d’habitat SM et PG à Argos29, atteste d’une pratique artisanale relative à la création d’objets de prestige en argent, ce qui implique indirectement l’existence d’une élite contrôlant l’importation et l’utilisation de cette matière première précieuse30.

Conclusion

29L’approche diachronique, nécessaire pour mettre en évidence tout type d’évolution, a permis de montrer que non seulement un artefact, mais également un four, témoin d’un procédé métallurgique précis, pouvaient fournir d’importantes informations relatives à un statut ou à une dynamique sociale. Ainsi, la présence d’objets de luxe, notamment en or, témoigne d’un statut social très certainement lié à une élite locale. Leur provenance et la date de leur apparition sur le site d’Argos permettent de restituer, une ébauche de ce qu’était la dynamique sociale à Argos et plus largement dans la plaine argienne à l’époque mycénienne. La présence du four à coupellation de l’argent, et par extension d’un espace artisanal dédié à la métallurgie prouve, quant à elle, qu’il y avait toujours au SM, une demande en objets de luxe et de prestige. Cela implique l’existence d’une élite et d’une société hiérarchisée contrôlant ou ayant accès à un réseau d’échanges à une échelle au minimum inter-régional.

30Ainsi, pour répondre à la question posée dans le titre-même de cet article, le savoir-faire métallurgique et plus particulièrement le savoir-faire lié aux métaux précieux peut être considéré comme le témoin indirect du dynamisme social en vigueur tout au long de l’époque mycénienne.

Bibliographie

O. Alexandri, « β. ʼΑνασκαφὴ εἰς οἰκόπεδον Νικ. Π. Κούρου », dans XRONIKA, ArchDelt 18, B1, 1963, p. 60-63.

A. Pariente, G. Touchais (éds), Argos et l’Argolide. Topographie et urbanisme, Actes de la Table ronde internationale, Athènes-Argos, 28/4-1/5/1990, RechFH III, Paris, 1998.

Ph. Baeriswyl, « Evolution of a social dynamic in a changing landscape: the case of Argos (Argolis, Greece) in the Mycenaean period », dans BAF-Online: Proceedings of the Berner Altorientalisches Forum, 4, à paraître.

G. Balandier, Sens et puissance : les dynamiques sociales, Paris, Presses Universitaires de France, 1971.

P. Courbin, « Argos. IV. Nécropole et céramique », dans P. Courbin, Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1953, BCH 78, 1954, p. 175-183.

P. Courbin, « Argos. Fouilles dans le centre de la ville moderne », dans G. Daux, Chronique des fouilles et découvertes archéologiques en Grèce en 1958, BCH 83, 1959, p. 762-768.

M. J. Boyd, « Explaining the mortuary sequence at Mycenae », dans A.-L. Schallin, I. Tournativou (éds), Mycenaeans up to date. The archaeology of the north-eastern Peloponnese – current concepts and new directions, Acta Instituti Atheniensis Regni Sueciae, Series in 4°, 56, Stockholm, 2015, p. 433-447.

C. E. Conophagos, Le Laurium antique et la technique grecque de la production de l’argent, Athènes, Ekdotike Hellados, 1980.

P. Courbin, « Stratigraphie et Stratigraphie. Méthodes et Perspectives », dans P. Courbin (éd.), Etudes archéologiques, Paris, S.E.V.P.E.N, 1963, p. 59-102.

P. T. Craddock, Early Metal Mining and Production, Édimbourg, Edinburgh University Press, 1995.

P. Darcque, Fr. Rougemont, « Palaces and “Palaces” Mycenaean Texts and Contexts », dans A.-L. Schallin, I. Tournativou (éds), Mycenaeans up to date. The archaeology of the north-eastern Peloponnese – current concepts and new directions, Acta Instituti Atheniensis Regni Sueciae, Series in 4°, 56, Stockholm, 2015, p. 557-573.

J. Deshayes, Argos. Les fouilles de la Deiras, ÉtPélop IV, Paris, 1966.

R. J. Forbes, Metallurgy in Antiquity. A Notebook for Archaeologists and

Technologists. Leiden, Brill, 1950.

C. Gillis, « Tin and Tin-covered vessels in the Aegean Bronze Age », Hydra 8, 1991, p. 1-30.

M. Haustein, C. Gillis, E. Pernicka, « Tin Isotopy – A new Method for solving old Questions », Archaeometry 52-5, 2010, p. 816-832.

I. Hodder, Symbols in action: ethnoarchaeological studies of material culture, New Studies in Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

O. Kakavogianni, K. Douni, P. Nezeri, « Silver Metallurgical Finds Dating from the End of the Final Neolithic Period until the Middle Bronze Age in the Area of Mesogeia », dans I. Tzachili (éd.), Aegean Metallurgy in the Bronze Age. Proceedings of an International Symposium Held at the University of Crete, Rethymnon, Greece, on November 19-21, 2004, Athènes, 2008, p. 45-58.

A. Kanta, « The Tripolis Street Graves at Argos », AAA 8, 1975, p. 259-275.

V. Kassianidou, A. B. Knapp, « Archaeometallurgy in the Mediterranean: The Social Context of Mining, Technology and Trade », dans E. Blake and A.B. Knapp (éds) The Archaeology of Mediterraean Prehistory, 2005, p. 215-251.

E. Konstantinidi-Syvridi et al., « Goldworking techniques in Mycenaean Greece (17th/16th–12th century BC): some new observations », dans H. Meller, R. Risch, E. Pernicka (éds), Metalle der Macht – Frühes Gold und Silber, 6. Mitteldeutscher Archäologentag vom 17. bis 19. Oktober 2013 in Halle (Saale), Tagungen des Landesmuseums für Vorgeschichte Halle, t. 12, Halle, 2014), p. 335-348.

S. W. Manning, « Chronology and Terminology », dans E. Cline (éd.), The Oxford Handbook of the Bronze Age Aegean, Oxford, Oxford University Press, 2010, p. 11-28.

A. Mazarakis Ainian, « Des quartier spécialisés d’artisans à l’époque géométrique ? », dans A. Esposito, G. M. Sanidas (éds), « Quartiers » artisanaux en Grèce ancienne. Une perspective méditerranéenne, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2012, p. 125-154.

P. R. S. Moorey, Mesopotamian Materials and Industries: The Archaeological Evidence, Oxford, Clarendon Press, 1994.

N. Papadimitriou, A. Philippa-Touchais, « Deiras, Argos: The Mycenaean cemetery revisited in the light of unpublisched finds from W. Vollgraff’s excacations », dans A.-L. Schallin, I. Tournativou (éds), Mycenaeans up to date. The archaeology of the north-eastern Peloponnese – current concepts and new directions, Acta Instituti Atheniensis Regni Sueciae, Series in 4°, 56, Stockholm, 2015, p. 449-467.

E. Pernicka, T. Rehren, S. Schmitt-Strecker, « Late Uruk silver production by cupellation at Habuba Kabira, Syria », dans T. Rehren, A. Hauptmann, J. D. Muhly (éds), Metallurgica Antiqua, der Anschnitt, Beiheft 8, Bochum, 1998, p. 123-134.

Ch. L. Pearson et al.,, Annual radiocarbon record indicates 16th century BCE date for the Thera eruption, Science Advances 4, 2018.

L. Phialon, « Une place pour l’artisanat mycénien ? Remarques sur les espaces de production et d’activités artisanales a l’Helladique Récent », BCH 139-140, 2015-2016, p. 1-42.

A. Philippa-Touchais, G. Touchais, « Glow in the ‘Dark’: A Gold Pendant from a Middle Helladic Settlement (Aspis, Argos) », dans J. Driessen (éd.), RA-PI-NE-U. Studies on the Mycenaean World offered to Robert Laffineur for his 70th Birthday, Aegis 10, Louvain, 2016, p. 275-293.

A. Philippa-Touchais, G. Touchais, A. Balitsari, « The Social Dynamics of Argos in a Constantly Changing Landscape (MH – LH II) », dans B. Eder, M. Zavadil (éds), (Social) Place and Space in Early Mycenaean Greece, International Discussions in Mycenaean Archaeology, 5th-8th October 2016 in Athens, à paraître.

M. Piérart, G. Touchais, Argos. Une ville grecque de 6000 ans, Paris, Paris-Méditerranée, 1996.

M. Radivojevíc et al., « The Provenance, Use, and Circulation of Metals in the European Bronze Age: The State of Debate », Journal of Archaeological Research 27 (2), 2018, p. 1-55.

C. Renfrew, « The Great Tradition versus the Great Divide: Archaeology as Anthropology? », AJA 84(3), 1980, p. 287-298.

C. Renfrew, « Towards a Cognitive Archaeology: Material Engagement and the Early Development of Society », dans I. Hodder (éd.), Archaeological Theory Today, Cambridge, Polity Press, 20122, p. 124-145.

A. M. Snodgrass, The Dark Age of Greece, Édimbourg, University Press, 1971.

Z. A. Stos-Gale, N. H. Gale, « The Sources of Mycenaean Silver and Lead », Journal of Field Archaeology 9 (4), 1982, p. 467-485.

Z. A. Stos-Gale, C. F. Macdonald, « Sources of Metals and Trade in the Bronze Age Aegean », dans N. H. Gale, Bronze Age Trade in the Mediterranean, Studies in Mediterranean Archaeology, vol XC, Jonsered, 1991, p. 249-288.

Z. A. Stos-Gale, « Silver vessels in the Mycenaean Shaft Graves and their origin in the context of the metal supply in the Bronze Age Aegean », dans H. Meller, R. Risch, E. Pernicka (éds), Metalle der Macht – Frühes Gold und Silber, 6. Mitteldeutscher Archäologentag vom 17. bis 19. Oktober 2013 in Halle (Saale), Tagungen des Landesmuseums für Vorgeschichte Halle, t. 12, Halle, 2014, p. 183-207.

Th. Tartaron, Aegean Prehistory as World Archaeology: Recent Trends in the Archaeology of Bronze Age Greece, Journal of Archaeological Research, 2008, p. 83-161.

R. F. Tylecote, The Early History of Metallurgy in Europe, Essex, Longman, 1987.

W. Vollgraff, « Fouilles d’Argos. A. La nécropole mycénienne de la Deiras », BCH 28, 1904, p. 364-399.

W. Vollgraff, « Nieuwe Opgravingen te Argos », Mededeelingen der koninklijke Akademie van Wetenschappen 72, 1931, p. 71-124 et planches.

G. A. Wagner, G. Weisgerber, W. Kroker, Silber, Blei und Gold auf Sifnos. Prähistrorische und antike Metallproduktion, Der Anschnitt 3, Bochum, 1985.

S. Voutsaki, « From value to meaning, from things to persons: the Grave Circles of Mycenae reconsidered », dans G. Urton, J. Papadopoulos (éds), The construction of value in the ancient world, Los Angeles, 2012, p. 160-185.

E. Weiberg, et al., « Social and Environmental Dynamics in Bronze and Iron Age Greece », dans P. J. J. Sinclair, G. Nordquist, F. Herschend, Ch. Isendals (éds), The Urban Mind. Cultural and Environmental Dynamics, Studies in Global Archaeology 15, 2010, p. 149-194.

B. Weninger, R. Jung, « Absolute Chronology of the End of the Aegean Bronze Age », dans S. Deger-Jalkotzy, A.E. Bächle (éds), LH III C Chronology and Synchronisms III: LH III C Late and the Transition to the Early Iron Age. Proceedings of the International Workshop Held at the Austrian Academy of Sciences at Vienna, February 23rd and 24th, 2007, Vienne: Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2009, p. 373-416.

Notes

1 Les principaux facteurs qui agissent sur ces dynamiques sont résumés dans Philippa-Touchais (Touchais, Balitsari, à paraître) : « … the variety of causes underlying this phenomenon, among which internal developments (e.g. communal traditions, social coherence, dynamics, receptivity, etc.), external stimuli (e.g. exchange, contacts with foreign traditions, practices and ideologies) and interactions between and within communities (e.g. relations of cooperation and/or competition) ». Pour des informations plus générales sur les dynamiques sociales et environnementales à l’âge du Bronze et du Fer en Grèce, voir l’article de Weiberg et al., 2010 et la bibliographie qui y est mentionnée.

2 Nous avons choisi la chronologie basse pour nos datations. En effet, celle-ci devrait probablement s’imposer grâce à la correction de la courbe de calibration pour la période comprise entre 1700 et 1500 av. J.-C., voir Pearson et al. 2018.

3 De l’HR IIIA1 à l’HR IIIB2 (env. 1400 – 1200 av. J.-C.).

4 Pour plus d’informations concernant la dynamique sociale d’Argos et de l’Argolide, voir Philippa-Touchais, Touchais, Balitsari, à paraître et Baeriswyl, à paraître.

5 Pour ce qui concerne les questions de culture matérielle, voir Renfrew 1980 ; 2012.

6 Pour l’évolution de la dynamique sociale en Argolide entre la fin de l’HM et le début du HR, voir Philippa-Touchais, Touchais, Balitsari, à paraître. Dans ce cas précis, nous pouvons parler de mouvement d’une partie de la population et non pas de changement dans l’occupation du territoire, puisque Argos continue et les autres sites de la plaine continuent à être occupés simultanément. Bien que de nombreux autres facteurs (mariages, tranferts, diffusion, etc.) peuvent être la cause d’un changement dans la culture matérielle (voir notamment les travaux fondateurs de Ian Hodder (Hodder, 1982), le mouvement de population semble être le plus probable. En effet, si une partie de la population argienne a abandonné une partie du site, celle-ci a dû être replacée ailleurs. Comme il n’existe pas de trace de ce replacement à Argos et que la population croît progressivement à Mycènes, il est des plus probables que l’élite argienne ait été accueillie à Mycènes.

7 Pour des informations générales sur la fouille de la Deiras, voir Vollgraff 1904 ; 1931 ; Deshayes 1966 ; Papadimitriou, Philippa-Touchais 2015.

8 Cf. supra.

9 Pour tout ce qui est du rituel funéraire et de l’affirmation identitaire des individus à l’époque mycénienne, voir Boyd 2015.

10 Elle intervient à l’HR IIA/IIB alors que celle des autres sites intervient à l’HR I/IIA.

11 La provenance de l’étain reste débattue, notamment en ce qui concerne les importants gisements situés en Grande-Bretagne. En effet, bien qu’il semble avéré que ces gisements aient été exploités à l’âge du Bronze, il n’est en revanche pas sûr que le minerai extrait de ces derniers ait déjà fait l’objet d’un commerce jusqu’en Grèce continentale. Pour plus d’information à ce sujet voir Gillis, 1991. Des travaux plus récents sur l’analyse des isotopes de l’étain (Haustein et al., 2010) permettront peut-être de donner plus d’indications quant à la provenance de l’étain utilisé pour la fabrication des objets en bronze mycéniens.

12 Dans le T.33 fouillée par P. Courbin, voir BCH 78 (1954), p. 177 ; dans la T.37 fouillée par O. Alexandri, voir ArchDelt 18 (1963) ; Kanta, 1975.

13 Pour le procédé de la coupellation voir Conophagos, 1980, p. 305-324. Nous reviendrons également sur ce procédé lors de la description du fonctionnement du four découvert à Argos, voir infra.

14 La description du four ainsi que son implantation stratigraphique sont reprises des observations faites par P. Courbin sur ces fouilles ainsi que de son article voir Courbin, 1963, p. 71.

15 Il n’est pas impossible que l’installation ait déjà été perturbée entre les époques géométrique et romaine. Néanmoins aucun vestige datant de ces périodes n’est visible en stratigraphie, la couche byzantine ayant complètement détruit les niveaux d’occupation jusqu’au niveau du four à cet endroit.

16 Cette indication architecturale sera développée en détail dans la partie dévolue au fonctionnement du four, voir infra.

17 Ibid.

18 Étant donné qu’il n’existe pas d’analyses plus récentes que celles réalisées en 1960, ce sont celles-ci qui seront reprises dans la suite de cet article. 

19 Jusqu’à la fin de l’âge du Bronze, la plupart des découvertes proviennent de la région du Laurion, voir Kakavogianni et al. 2008.

20 Pour une description détaillée des processus de transformation du minerai en argent raffiné on se référera à Conophagos, 1980, p. 274-337

21 Les premières traces de coupellation attestées de manière certaine date de contextes de la civilisation Uruk Récente (fin du IVe millénaire av. J.-C.), voir Pernicka et al., 1998.

22 La proximité d’un gisement argentifère aurait permis d’envisager pour le four une fonction de réduction ou de première coupellation du minerai. Néanmoins les autres caractéristiques du four et les résultats des analyses excluent cette possibilité. En effet, il aurait été bien trop contraignant de transporter du minerai brut jusqu’à Argos pour y entreprendre l’une des deux premières opérations de la chaine opératoire métallurgique.

23 OXALID : http://oxalid.arch.ox.ac.uk/default.html.

24 Pour la provenance de l’argent, voir en particulier Forbes, 1950, p. 190 ; Moorey, 1994, p. 235 ; Kassianidou, Knapp, 2005, p. 226 et bibliographie mentionnée ; Stos-Gale, 2014. Pour la provenance des métaux à l’âge du Bronze, voir Stos-Gale, Gale, 1982 ; Stos-Gale, Macdonald, 1991 ; Radivojevíc et al., 2018.

25 Cela tend à confirmer les théories relatives à la stagnation et à l’isolation des populations après l’effondrement du système palatial formulées par A. Snodgrass, voir Snodgrass, 1971, p. 246-249. Après l’HR IIIC, au SM et au PG, la société se réorganise. Apparaissent dès lors de nouveaux contacts entre les populations visibles par le biais d’importations.

26 L’or est presque totalement absent du sous-sol grec et les gisements ne permettent pas une exploitation suffisante. L’or est ainsi principalement importé, voir Kassianidou, Knapp, 2005, p. 228-229.

27 Le fait d’avoir dû exploiter des gisements argentifères « de proximité » plutôt que de pouvoir s’approvisionner en or n’a rien de péjoratif. En effet, l’argent peut aussi revêtir une grande valeur symbolique et esthétique. Il semble néanmoins que l’or ait été préféré à l’argent.

28 C’est le seul exemple de four à coupellation connu pour le SM. Les autres attestations de ce type de four en Grèce continentale et dans les îles, n’apparaissent qu’au viie siècle sur l’île de Siphnos, voir Wagner et al., 1985.

29 Même si l’habitat SM est très épars et n’est pas encore totalement localisé de manière certaine, l’espace occupé par la « zone artisanale » constituée du four à coupellation et d’un mur probablement associé à ce dernier (voir Courbin, 1963, p. 87), se trouve relativement isolé par rapport aux zones d’habitats. Pour plus d’informations sur les zones d’habitat, voir Argos et l’Argolide, planches  VIII et IX. Pour l’emplacement des espaces artisanaux à l’époque mycénienne, voir Phialon, 2015-2016.

30 Pour ce qui est du caractère parfois isolé des zones d’artisanats métallurgiques, ainsi que pour ce qui touche à l’importation et au contrôle de l’argent, voir Mazarakis Ainian, 2012, p. 148.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Chronologie de l’époque mycénienne
Légende Pour la datation : jusqu’à la fin de l’HR IIIA1, voir Tartaron, 2008, tableau 1, p. 84 ; de la fin de l’HR IIIA1 jusqu’à la fin de l’HR IIIB, voir Manning 2010, p. 23, tableau 2.2 ; de la fin de l’HR IIIB jusqu’au Submycénien, voir. Weninger, Jung 2009, p. 416, fig. 14.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 859k
Titre Fig. 2. Carte de l’Argolide et de ces principaux sites à l’époque mycénienne
Légende En bleu : la ligne de rivage et le paléolac à l’Âge du Bronze.
Crédits D’après Darcque, Rougemont 2015, p. 565.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Titre Fig. 3. Plan général d’Argos avec les noms des fouilles mentionnées dans le texte (Argos et l’Argolide, pl. V)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. Pendentif en or découvert sur l’Aspis
Crédits Photo @ EfA, R. Prévalet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 5. Partie Sud de la nécropole de la Deiras
Crédits D’après Vollgraff 1904, pl, XII.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 6a. Ornements en or à motif de nautile
Crédits Photos © EfA, Ph. Collet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Fig. 6b. Ornements en or à motif de nautile
Crédits Photos © EfA, Ph. Collet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 6c. Ornements en or à motif de nautile
Crédits Photos © EfA, Ph. Collet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Fig. 7a. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation
Crédits Photos © EfA, Ph. Collet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Titre Fig. 7b. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation
Crédits Photos © EfA, Ph. Collet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Fig. 7c. Ornements en or fait décorés avec la technique de la granulation
Crédits Photos © EfA, Ph. Collet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 8. Carte de la Méditerranée montrant les principaux gisements de métaux connus à l’âge du Bronze
Crédits D’après Kassianidou, Knapp 2005, p. 219.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Fig. 9. Four à coupellation
Crédits Piérart, Touchais 1996, p. 22.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 10. Plan de la fouille du musée en 1958
Légende Dans le carré rouge : le carré Δ3.
Crédits D’après Courbin, 1953, fig. 8.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 11.
Légende En haut : Stratigraphie de la paroi N des carrés Δ3-Δ4 ; en bas : stratigraphie des parois de Δ3. En rouge le niveau de gravier byzantin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 12. Plan et profil du four
Crédits D’après Archives EfA_Δ3 @ P. Courbin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Fig. 13. Fragments d’un col d’amphore submycénienne
Crédits D’après Archives EfA_Δ3 © P. Courbin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 14. Carte mentionnant Argos et les gisements d’argent potentiellement exploités au SM
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78672/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Université de Lausanne, UMR 7041 ArScan
Thèse sous la direction de Pascal Darcque et Karl Reber : « Argos à l’époque mycénienne. Recherche sur l’évolution du site de l’Helladique Récent I au Submycénien (1600-1000 av. J.-C.) »

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search