Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Métallurgie

L’artisanat et le savoir-faire dans la production des décorations des ceintures pendant l’âge du Fer en Italie du Nord

Les décors et les particularités techniques

Rita Solazzo

Résumé

Dans un premier temps, nous aborderons diverses techniques de décoration utilisées sur les ceintures du nord de l’Italie pendant l’âge du Fer. Nous présenterons ensuite les particularités techniques décoratives de certains centres de production urbains comme Este et Golasecca, en identifiant les éléments qui les caractérisent. Nous verrons les associations des objets en contexte funéraire, entre les ceintures et les autres artefacts du dépôt d’Este, dans les tombes de Casa di Ricovero et Casa Benvenuti. À quel type de mobilier sont associées les ceintures dans les dépôts ? De quel type de tombe s’agit-il ? Masculine ou féminine ? Multiple ou individuelle ? Cette étude nous permet finalement d’interroger les pratiques funéraires d’Este. Peut-on parler d’objets fréquemment trouvés et récurrents ou sont-ils toujours nouveaux ? C’est à travers ces questions que nous traiterons le sujet d’étude dans cet article, sachant que c’est un thème très vaste et complexe et qu’il nécessite encore beaucoup de travail analytique.

Texte intégral

Je voudrais remercie pour le soutien à la mise en œuvre de cet article mon directeur de thèse Monsieur François Giligny, Monsieur Gérard Nicolini, et Laura Sagripanti. Je voudrais dédier ce travail à ma famille.

1Cet article présente une partie de mon travail de thèse, réalisé à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. L’objectif de cette étude est, d’une part, de présenter les techniques métallurgiques décoratives des ceintures de l’âge du Fer du nord de l’Italie, depuis la feuille de bronze jusqu’à l’objet fini et, d’autre part, d’identifier leur caractère régional. Je m’emploie, à travers cet article, à analyser les décors et la technologie des ceintures de l’âge du Fer en Italie du Nord, en lien avec les sites qui produisent ces objets. L’Italie du Nord est, depuis la fin de l’âge du Bronze, le théâtre des échanges transalpins et des flux culturels, qui assurent la circulation de modèles artistiques (Verger, 2007 ; Cicolani, 2017).

2La littérature sur l’art de la décoration des bronzes laminés (situle Certosa, situle Arnoaldi, décors du lit de Hochdorf, seau de Sesto Calende, seau de Trezzo de l’Adda), en particulier de la production celtique, est très abondante. En revanche les études spécifiques portant sur l’ensemble des techniques utilisées dans la décoration de grandes ceintures de l’âge du Fer sont plus rares.

3Je souhaite donc insister sur ce point, car l’importance réside moins dans le type de décors que dans le fait que les motifs « voyagent », se diffusent d’un endroit à l’autre (fig. 1). En effet, il est envisageable de penser que l’artisan ait été formé à un endroit et qu’il se soit ensuite déplacé ailleurs, en emportant avec lui ses techniques.

4Il existe des ateliers, comme celui de Ligurie à Chiavari (Ligurie) ou celui de Venise à Padoue (Vénétie), qui ont incorporé des éléments exogènes, tout en conservant leurs caractéristiques culturelles locales. Concernant la culture de Golasecca, dont une partie du territoire s’étend de Lugano à la rivière Serio, et dont Côme représente l’épicentre, elle est caractérisée par les vases situliformes, les doppieri à carènes, les bols à lèvre progressive, les coupes en bronze à lamelles et les palettes métalliques (bronze et fer). Près de Bergame, qui représente l’autre partie du territoire de la culture de Golasecca, ces éléments caractéristiques sont absents, à l’exception de la ville de Brescia. Parmi le mobilier caractéristique, on trouve un boccale comme à Breno Dos dell’Arca (Casini, 1998), aux côtés de céramiques importées de la vallée étrusque du Pô (Poggiani Keller, 1992). Le site de Bergame est situé entre la plaine et les vallées alpines impliquées dans l’exploitation minière, tandis que dans la nécropole des basses terres, il n’y a pas de produits de la région alpine.

5Dans la culture de Golasecca et dans toute la région lombarde est utilisé le rituel de l’incinération. Normalement les cendres du défunt sont placées dans des urnes en terre cuite ou en bronze, avec des objets décorés. Ce qu’on remarque, c’est que ces objets présentent des déformations dues à la température du feu. De plus, les objets sont intentionnellement modifiés, brisés ou tordus pour suivre un rituel.

  • 1 Golasecca IA2 = 800-770 av. J.-C. ; Golasecca IB = 770-670 av. J.-C. ; Golasecca IC = 670-600 av. J (...)

6En ce qui concerne leur chronologie, ces objets trouvés à Bergame sont datés du milieu du vie à la fin du ve siècle (GIIA / B et B) (GIIIA1 et 2)1 . Ce centre a également livré des céramiques attiques et des céramiques étrusques padanes provenant de Bologne, confirmant ainsi les contacts entre ateliers. Les objets de la phase GIIIA3 sont rares dans la région de Bergame, ce qui suggère l’abandon de la ville à cette période, conséquence de l’arrivée des populations gauloises. Celles-ci, même si elles n’ont pas eu une influence directe sur les populations du nord de l’Italie, ont été en quelques sortes « responsables » de l’effondrement du système politique et économique de la région padane. En effet, l’arrivée des Gaulois a provoqué l’interruption des échanges entre la Méditerranée et l’Europe centrale, puisqu’ils arrivent jusqu’à la région du Lodigiano, dont le centre se situe à Lodivecchio (De Marinis, 1990). À l’inverse, les Gaulois n’ont pas atteint les territoires alpins et pré-alpins, c’est-à-dire la zone actuelle du Trentin et du Canton du Tessin. En effet, dans cette zone, la vie s’est poursuivie normalement, visible par la stabilité des productions locales, céramique et métallurgique.

7Un des éléments qui confirme la relation entre la région de Lodi et le centre de l’Etrurie du Pô est la découverte d’un vase situliforme avec des décors en forme de timbres, caractéristiques du Villanovien de Bologne (Jacobastal, 1969 ; Megaw, 1989 ; Adam, 2002 ; Cicolani, 2017 ; Casini, 1998 ; De Marinis, 1994 et 1995).

Présentation du cadre

8L’Italie du Nord constitue un carrefour culturel et commercial avec ses réseaux terrestres et fluviaux. La production métallurgique s’inscrit dans le cadre complexe d’échanges entre les peuples voisins de cette région (Casini et Chaume, 2014). Ce territoire, remarquable par ses productions céramiques et métallurgiques (urnes de cabane Villanovan, art de situle, stèles felsinee), correspond à un large réseau d’échanges.

9On constate des rapports commerciaux distants, des échanges de techniques et de savoir-faire entre les artisans, et des mariages entre peuples voisins, ainsi que le développement des premières villes du nord de l’Italie.

Fig. 1. Présentation de la zone d’étude en Italie du Nord

Fig. 1. Présentation de la zone d’étude en Italie du Nord

En violet le centre de Golasecca, en orange le centre de Bologne et en jaune le centre d’Este.

10À Bologne et probablement aussi autour d’Este et de Padoue, on constate une augmentation rapide de la population et le début d’une longue période de prospérité et de stabilité dans les villes.

11Les centres de production que nous présentons au travers de cette étude sont Este (Vénétie) (Calzavara Capuis et Chieco Bianchi, 1985 ; 2006) et Golasecca (Piémont-Lombardie) (Cicolani et Lorre, 2010). D’un côté, le monde vénitien apparait de plus en plus comme une culture avec des structures sociales propres et des caractères de proto-urbanisation (Pallottino, 1984 ; Capuis, 1986, p. 90-101). Ces modifications sont en partie dues aux contacts avec le monde étrusque, qui ont commencé dès l’âge du Bronze, comme en témoignent les liens de Frattesina avec le sud de la Vénétie, puis avec l’Étrurie au début de l’âge du Fer (Bietti Sestieri, 1981). Géographiquement, la Vénétie constitue un point de passage vers les régions hallstattiennes et étrusques (Capuis, 1986, p. 90-101). La découverte d’objets métalliques avec des motifs ornementaux provenant d’Europe centrale, dans des contextes étrusques (Camporeale, 1969) au-delà des Alpes, dans la région de Vénétie, comme la situle Kurd (Chieco Bianchi, 1984) et les chaudrons, témoigne précisément de relations et d’échanges entre les zones d’approvisionnement métalliques et les zones de production. Il est plus difficile de mesurer la nature des relations entre la Vénétie et l’Étrurie, notamment parce qu’elles sont attestées par la présence d’objets prestigieux qui peuvent être insérées dans la logique du « don » entre différentes communautés (Casini, Chaume, 2014). D’un autre côté, le monde golasecchien est connu par ses nécropoles à incinération de l’âge du Fer, et s’étend sur un très grand territoire au nord et aux extrémités alpines.

12Dans la région des Alpes centrales, cette culture s’étendait jusqu’aux cols Spluga, San Bernardino, Lucomagno, Gottardo et Novena, et la région préalpine et subalpine des lacs insubres (Primas, 1970). Les frontières est et ouest sont plus incertaines, dépendant de la dynamique historique d’expansion et du manque de documentation, en particulier pour le Piémont.

13Au cœur de la région golasecchienne et dans la ceinture subalpine des collines morainiques, étaient regroupés les principaux centres comme Côme, et Golasecca. La population devait être plus dense, avec une continuité du peuplement et une densité d’occupation constante durant le Premier âge du Fer. Ces deux centres étaient habités : d’une part, par une élite à laquelle étaient destinés les produits artisanaux et, d’autre part, par les artisans spécialisés. Quand ils ne sont pas dans les ateliers, ceux-ci sont souvent en déplacement pour acquérir et transmettre leur savoir-faire aux centres voisins (Sassatelli, 2003).

Présentation des techniques

14Cette partie est consacrée à la présentation des techniques du travail du bronze, à partir de la feuille métallique jusqu’à l’objet fini. Le bronze est difficile à travailler, car il est l’un des métaux les moins malléables, contrairement à l’or. Une fois la feuille de bronze obtenue, l’artisan apporte les décorations souhaitées à la tôle. L’étude de micro-traces sur les ceintures nous permet de relever que les décors sont faits à froid comme c’est le cas du moule monovalva dans la région de Cascina Riviera, (Castelletto Ticino, Piémont, vii-vie siècle av. J.-C.). Sur cette ceinture, les traces de pression exercées par le moule sont bien visibles (Ruffa,1998). Mis à part ce cas, jusqu’à aujourd’hui, nous ne connaissons pas d’autres exemples de moules, il est donc difficile de définir avec précision le processus artisanal, aboutissant à la réalisation de la tôle. Cependant, cet article ne traitera pas de ces questions, la présente étude se consacrant aux techniques de décorations sur produits « semi-fini » (Adam, 2002 ; Calzavara Capuis, 1979 ; Nicolini, 2000 ; Nicolini, 2010 ; Ridella, 1998).

15Venons-en maintenant à l’explication dans les détails des deux groupes de techniques décoratives : le travail en volume et le travail d’incision.

Le travail en volume

16Le « repoussé », technique qui consiste à pousser sur l’envers la feuille à l’aide d’un instrument à pointe plus ou moins mousse. Elle permet de créer toutes sortes de motifs, géométriques linéaires, circulaires ou des motifs floraux ou animaux (fig. 2).

Fig. 2. Ceinture provenant de Bologne, tb 543

Fig. 2. Ceinture provenant de Bologne, tb 543

Photo R. Solazzo.

  1. Le moulage à froid consiste à appliquer une feuille de bronze sur un motif en creux et la repousser dans le creux avec une pointe mousse ;

  2. le travail sur la forme en relief consiste à appliquer une feuille sur un relief et à repousser la forme sur le relief à l’aide d’une pointe mousse ;

  3. l’estampage consiste à marquer la feuille placée sur une surface semi dure à l’aide d’un poinçon à relief de manière à répéter le motif.

Le travail par incision

  1. La ciselure, consiste à marquer la feuille à l’aide d’un ciselet frappé par un marteau ;

  2. la gravure, consiste à dessiner un motif avec un burin plus dur que la feuille, tenu en main de manière à dessiner des motifs en prélevant du métal.

17Pour les ceintures, les deux techniques sont utilisées pour produire des lignes et de cercles, ou bien des cercles à contours pointillés ou seulement des points, le long du bord de la plaque, ou encore la gravure de petits traits en zigzag (fig. 3).

Fig. 3. Fragment de ceinture à décor en zigzag, provenant de Bologne

Fig. 3. Fragment de ceinture à décor en zigzag, provenant de Bologne

Photo R. Solazzo.

18Enfin, pour ce type de décoration, divers éléments géométriques sont réunis, tels que le motif de spirales avec des vagues ou la décoration composée de lignes, de vagues et de cercles. Il existe également une grande variété de décorations florales et animales. Nous trouvons d’abord des cervidés seuls ou parfois accompagnés d’animaux aquatiques. L’association d’animaux avec des hommes est rare, tandis que le cas d’animaux accompagnés d’éléments géométriques tels que des cercles de tailles diverses est plus courant.

Techniques décoratives : particularismes régionaux

19Concentrons-nous maintenant sur l’aspect régional des techniques de décoration. Les zones de référence sont Este, Padoue (Vénétie), et celle de la culture de Golasecca (actuels Piémont et Lombardie).

20Ces trois zones, bien que proches les unes des autres, présentent des particularités qui les distinguent et les caractérisent (Castelletti, 1967).

21Dans les deux premiers cas, les ceintures d’Este et de Padoue sont ornées par la technique du repoussé associée à la gravure de motifs géométriques, végétaux et/ou animaux. Dans les productions de Padoue, ces sont des décors avec un contour composé de cercles ou de points, avec des animaux en mouvement ou immobiles inscrits dans un carré qui les isole.

22Au contraire, les décors des ceintures d’Este n’ont pas de contours. Il s’agit plutôt d’un registre délimité en haut et en bas par des bandes horizontales décoré de figurations animales. Enfin, les ceintures de Golasecca présentent une plaque rectangulaire ou triangulaire (parfois aussi non décorée) et un décor composé de lignes gravées de motifs en zig-zag. On le trouve par exemple à Ca’morta (De Marinis, 2008) et à Castelletto Ticino, comme celles d’Emilie dans la région de Reggio Emilie (Damiani, 1992 ; Capuis, 2003 ; Castelletti, 1968).

23Ces techniques métallurgiques acquises par les artisans au cours de leurs voyages ont été transmises et, comme dans le cas de Padoue, retravaillées et adaptées, de manière à les rendre propres à chaque région (Fogolari, Prosdocimi, 1987). Ce qui est certain, c’est que ces échanges commerciaux, culturels et personnels ont conduit à la circulation de modèles, que nous reconnaissons dans une influence générale dans les décors des bronzes laminés et comme de nombreuses études l’ont confirmé. Ces techniques de décoration que l’on retrouve dans les ceintures du nord de l’Italie à l’âge du Fer sont également communes à d’autres productions telles que les situles (Capuis, 2001) ou les fourreaux d’épées (Lejars, 2014).

Ce que nous apprennent les ceintures en contexte funéraire : le cas d’Este

24Cette étude tend à présenter les contextes funéraires de la nécropole d’Este (575-350 av. J.-C.), et à travers cette analyse, nous souhaitons traiter la question de l’environnement funéraire dans lesquels ces ceintures ont été retrouvées.

25La nécropole d’Este a fait l’objet de nombreux travaux et publications. En premier lieu les recherches de Loredana Capuis et Anna Maria Chieco Bianchi avec la publication en deux volumes Este I et Este II et aussi l’étude de Giovanna Gambacurta et Angela Ruta Serafini (Citton Bianchin et Ruta Serafini 1998) sur le rituel funéraire d’Este Villa Benvenuti. Ces ouvrages constituent les bases pour l’étude des contextes livrant les ceintures associées aux objets déposés. Pendant longtemps, les érudits se référaient uniquement à Este, une extension des fouilles au sein de cette région permit également d’élargir le tableau des découvertes. La grande nécropole vénète d’Este (750-450 av. J.-C.) (Casa di Ricovero, Casa Muletti Prosdocimi, Casa Alfonsi, et Villa Benvenuti) entoure l’ancien centre habité. Les mobiliers publiés de ces nécropoles constituent une partie importante de la réalité archéologique de la civilisation vénitienne.

26On peut dire qu’en moyenne à Este dans le site de la Villa Benvenuti, les ceintures appartiennent toutes à une phase chronologique comprise entre 450 et 350 av. J.-C., évidemment, il y a des spécimens qui ne rentrent pas dans cette fourchette chronologique, comme les tombes 93 et 98 qui semblent datées de 525 à 350 av. J.-C., ou la tombe 92 qui date de 575 à 450 av. J.-C. Pour toutes les tombes de la Villa Benvenuti qui appartiennent à cette période, entre le 575 et le 350 av. J.-C., les ceintures sont retrouvées dans des contextes comprenant généralement des fibules avec des anneaux ou des fibules avec des anneaux et des bracelets, en dépôt multiple ou individuel, les fibules, celles de Certosa sont très présentes à cette phase chronologique, et donc retrouvées dans la plupart des contextes étudiés. La fibule de type serpeggiante datée du ve siècle av. J.-C. se retrouve plutôt dans les dépôts multiples familiaux ou individuel et masculins. Tandis que la fibule de type sanguisuga est plutôt réservée aux dépôts féminins.

  • 2 450-350 av. J.-C. Peroni et al. 1975

27Les ceintures portant des traces de passage au feu sont assez fréquentes dans les tombes d’Este, il semble donc probable que le défunt portait la ceinture au moment de l’incinération. Il est à noter que les ceintures trouvées brûlées appartiennent aux tombes 81, 94, 110, 114 et 115, qui sont souvent des contextes aux dépôts multiples. Dans les tombes de la Villa Benvenuti, sur les exemplaires brûlés des tombes 81, 94, 110, 114 et 115, il est parfois difficile d’identifier la forme et les décorations. Par conséquent, à Este, nous n’avons pas de traces du tissu de la ceinture, mais seulement de la partie métallique conservée brûlée. On trouve aussi le cas des ceintures non brulées, que nous avons ainsi reconnues comme des ceintures à losange dans les tombes suivantes : 81, 86, 94, 105 et 119. Elles appartenaient toutes à la phase Este IIID22 et sont associées à des dépôts féminins.

28Il est important de noter que l’incinération est souvent associée à des ceintures à losanges dans le cas d’Este et interprété comme dépôt féminin. Pour les ceintures à losanges, quelques précisions s’imposent. Il s’agit d’une feuille en bronze sur laquelle l’artisan applique les décors. La décoration peut varier de la technique de gravure au repoussé, comme nous l’avons déjà expliqué précédemment. Les motifs que l’on retrouve couramment correspondent aux animaux figurés qui courent.

29Venons-en maintenant aux objets dans lesquels ce type de ceinture est déposé, il’s agit normalement de vases « situliforme » qui servent d’ossuaire et qui sont refermés par un couvercle. Nous pouvons citer le cas des tombes 81, 92, 103, 105, 110, 111, 114, 115, 117 et 124 dans lesquelles on trouve également une ou plusieurs fibules de type Certosa, avec des anneaux de différentes tailles, des armilla, et des verres.

30L’autre type de ceinture à Este est de forme quadrangulaire, et retrouvée dans les tombes 81, 93, 103, 111 et 115 entre la phase Este IIID1-D2 ; ces tombes sont toutes caractérisées par de multiples dépôts familiaux (excluant la tombe 81, car il s’agit d’un dépôt féminin individuel). Ces ceintures sont généralement décorées d’éléments géométriques, végétaux ou animaux. Le mobilier de ces tombes est très riche et composé principalement d’une ceinture à losange, avec un kylix. L’association, dans les dépôts funéraires, de ces ensembles d’objets nous montre qu’Este est « ouverte » aux influences culturelles provenant du monde étrusque (Spina, Adria et Mantoue).

31Ensuite la richesse des tombes 111 et 115 ; desquelles nous parviennent un collier, un crochet, une molaire de bœuf, une fusaïole et un poinçon ; témoignent qu’il s’agit d’un dépôt d’une famille de haut rang dans cette nécropole. Ce cas n’est pas isolé à Este, et dans toute la région vénitienne en général. Concentrons-nous à présent sur les exemplaires rectangulaires d ’Este, ils sont associés à des crochets triangulaires provenant des tombes masculines (86, 92, 93, 94, 106, 110, 114, 124, 181), excluant la tombe 110 puis qu’il s’agit d’un dépôt féminin. Ce dernier dépôt a livré aussi une fibule de type Certosa, 11 bagues, 3 boucles d’oreilles, 1 armilla, 4 petits anneaux, 1 verre à calice, 1 pièce fragmentaire et un artefact osseux. Dans cette tombe, la ceinture est associée au crochet. Dans la Villa Benvenuti, c’est le seul cas d’association de ces deux objets.

32Il est très important aussi de mentionner en détail les objets retrouvés dans la tombe 114. Il s’agit d’une des trois tombes dans lesquelles se trouve un dolium utilisé comme vase funéraire, avec les tombes 109 et 294. La tombe a été réouverte et un couple de défunts y a été déposé.

33La ceinture est accompagnée d’un verre, et d’une poignée de gobelet. Les seuls objets d’équipement personnel trouvés dans le plus grand ossuaire sont les ceintures et un mors en fer. C’est un cas très rare à Este et très courant à Padoue, où on retrouve des boîtes en pierre. Les ceintures triangulaires n’ont été découvertes qu’au sein de deux tombes : 98 et 298. Celles- ci sont datées, pour la première de la phase Este IIID1, et pour la seconde de la phase Este IIID2. Les agrafes de la tombe 110 sont les seules associées à la ceinture, contrairement aux agrafes retrouvées dans les tombes 116 et 117. Les ceintures de ce type sont rares à la Casa Benvenuti et appartiennent toutes à la phase Este IIID2 (450-350 av. J.-C.) tombes 116 et 117. Ces tombes très riches ont livré une fibule type Certosa, des verres, des tasses en céramique. Dans le premier cas, la tombe 116 contenait une femme et deux enfants, alors que dans le second cas, il s’agit d’un homme.

34Cette partie, qui résume brièvement les conclusions des contextes funéraires de Casa di Ricovero et de Casa Benvenuti à Este, veut attirer l’attention sur les associations entre les ceintures et les autres objets de la tombe du défunt dans le but de présenter le contexte dans lequel le défunt est enterré. Comme nous l’avons vu, on trouve des contextes riches toujours composés d’association entre la céramique, l’ambre, le verre et/ou le métal. Nous notons donc une attention aux détails : les hommes sont enterrés avec les ceintures associées au crochet triangulaire, il n’y a pas d ’armes déposées, mais des mors d’équidés, des fibules, de l’ambre et de la céramique ; tandis que pour les femmes il s’agit souvent de ceintures à losanges, avec des bijoux de différents types, des fibules, des bracelets, de la céramique et du verre.

35Nous savons maintenant avec certitude que la personne qui portait la ceinture était un personnage d’un certain rang social. Pour le monde féminin, c’était une femme pleine de vertu, une épouse ou une mère de famille, alors que si c’était un homme, il devait s’agir d’un guerrier, quelqu’un d’important dans la société.

36Il est évident que ce travail est un point de départ et que, pour obtenir des résultats plus concrets, ce type d’étude devrait s’appuyer sur des données plus complètes, par exemple en incluant tous les sites du nord de l’Italie. Il reste à réaliser dans la perspective de recherches futures.

37Ce que ce travail nous a permis de faire est donc d’associer l’activité des vivants, le savoir-faire métallurgique de la production des ceintures et leurs décorations, au monde des morts, les dépôts dans lesquels ils sont placés et le rituel qui les entoure. Il faut insister sur le fait que l’étude des décorations ne doit pas être une fin en soi, ni être dissociée de l’objet, et de son contexte. La décoration et les ceintures sont inséparables et leur valeur existe en ce sens, et inversement. Une étude des décorations sans une analyse adéquate des contextes ne serait pas très pertinente. L’étude des décorations est utile parce qu’elle nous permet, d’un côté de différentier les particularités régionales de la production, et d’un autre côté, il est important d’étudier le détail technique décoratif de l’objet.

38S’il faut mener l’étude des décorations afin de comprendre les particularités régionales de ces productions, il est important d’étudier l’objet dans son intégralité et toutes ses dimensions.

Bibliographie

A. M. Adam, « De l’imagerie hallstattienne aux décors laténiens : quelles filiations ? », dans A. Bulard, M.-B. Chardenoux, N. Ginoux (dir.), Décors, images et signes de l’âge du Fer européen, XXVIe colloque de l’AFEAF, Paris et Saint-Denis, Revue archéologique du centre de la France, no 24, 2002, p. 27-36

L. Calzavara Capuis, « Osservazioni sul cestismo nel Veneto euganeo », Archeologia Veneta, III, 1979, p. 7-32.

L. Calzavara Capuis, A. Ruta Serafini, « Per un aggiornamento della problematica del celtismo nel Veneto », dans D. Vitali (ed.), Celti ed Etruschi nell’Italia centro-settentrionaledalvsec.a.C. alla romanizzazione, Atti del colloquio internazionale, Bologna, Imola, 1987, p. 281-307.

L. Capuis, I Veneti, Società e cultura di un popolo dell’Italia preromana, Milan, Longanesi & Co Edition 2, Biblioteca di Archeologia, 2003.

S. Casini, B. Chaume, « Indices de mobilité au Premier Âge du fer entre le sud et le nord des Alpes », dans D. Vitali (ed.), Les Celtes et le Nord de l’Italie, Vérone, Revue archéologique de l’Est, 36e supplément, 2014, p. 231-258.

L. Castelletti, Placche di cinturone decorate della cultura di Golasecca, Istituto Lombardo (Rend.

Lett.) Accademia di scienze e lettere, 1967.

V. Cicolani, Passeur des Alpes. La culture de Golasecca entre Méditerranée et Europe continentale à l’âge du Fer, Paris, Éd. Hermann, 2017.

V. Cicolani, C. Lorre, Golasecca : la culture de Golasecca, entre Méditerranée et Europe continental à l’Age du Fer, cat. expo. Saint-Germain-en-Laye, Musée d’archéologie nationale, (27/11/2009 - 26/04/2010), Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2009.

E. Citton Bianchin, G. Gambacurta, A. Ruta Serafini, Presso l’Adige ridente Recenti rinvenimenti archeologici da Este a Montagnana, Saggi e Studi sull’antichità, SaggiStorici, Padova, Adle, 1998.

I. Damiani, L’Età del Ferro nel Reggiano, dans I. Damiani et al. (ed.), Volume 12 de Cataloghi dei Civici musei di Reggio nell’Emilia, cat. expo., Comune di Reggio Emilia, no 12, 1992.

M. Destrée, « Repoussé, Stamping, Chasing, Punching », dans T. Hackens et R. Winkes (éd.), Gold Jewelry, Craft, Style and Meaning from Mycenae to Constantinopolis, Aurifex 5, Louvain-la-Neuve, Institut Supérieur d ’Archéologie et Histoire de l’Art, collège Erasme, 1983, p. 171-180.

R.C. De Marinis, « Materiali della cultura di Golasecca conservati al Musée des Antiquités Nationales di Saint Germain-en-Laye », Notizie Archeologiche Bergonzi 16, 2008, p. 21-65.

M. De Min, M. Gamba, G. Gambacurta, A. Ruta Serafini, La città invisibile, Padova trent’anni di scavi e ricerche, Bologne, Ed. Tipoarte, 2005.

G. Fogolari, A. L. Prosdocimi, I Veneti Antichi : lingua e cultura, Padova Editoriale Programma, Il mito e la storia, Serie maggiore, 2 (coll. : Gamba Mariolina, Marinetti Anna), 1987.

P. Jacobsthal (ed.), Early Celtic Art, Oxford, Clarendon Press. 1969.

T. Lejars, « L’armement des Celtes en Italie », dans Les Celtes de l’Italie du nord (Vérone, 17-20 mai 2012), P. Barral et al. (éd.) Acte du XXXVI colloque internationale de l’AFEAF, Vérone, Université de Bourgogne, RAE. 2014, p. 401-434.

R. Megaw, V. Megaw, Celtic Art.: from its beginnings to the book of kells, London, Thames & Hudson Ltd, 1969.

G. Nicolini, Techniques des ors antiques : la bijouterie ibérique du VII au IV siècle, Paris, Editions A. et J. Picard Archeologie, 2000.

G. Nicolini, Les ors de Mari, Beyrouth, B.A.H., 192, Institut français du Proche-Orient, 2010.

R. Ridella, « Bronzi laminati di importazione nell’età del Ferro piemontese », dans L. Mercando, M. Venturino Gambari (éd.), Archeologia in Piemonte, La Preistoria, Torino, 1998, p. 281-288.

G. Sassatelli, « Etruschi, Veneti e Celti, Ralazioni culturali e mobilità individuale », Atti del XX Convegno Internazionale di Studi sulla Storia e l’Archeologia dell’Etruria (Orvieto 2012), Annali della fondazione per il museo « Claudio Faina » (a cura di) Giuseppe M. Della Fina, Edizioni Quasar di Severino Tognon srl., Roma 2013, p. 397-427.

S. Verger, « Les Etrusques, l’Italie du nord et l’Europe transalpine (XI- Ve siècle av. J.C.) », Les Dossiers d’Archeologie, no 322 (juillet-aout), 2007, p. 94-101.

Notes

1 Golasecca IA2 = 800-770 av. J.-C. ; Golasecca IB = 770-670 av. J.-C. ; Golasecca IC = 670-600 av. J.-C. ; Golasecca IIA = 600-550; Golasecca IIA/B = 550-525 ; Golasecca IIB = 525-475 ; Golasecca IIIA1 = 475-450 ; Golasecca IIIA2 = 450-400 ; Golasecca IIIA3 = 400-350

2 450-350 av. J.-C. Peroni et al. 1975

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Présentation de la zone d’étude en Italie du Nord
Légende En violet le centre de Golasecca, en orange le centre de Bologne et en jaune le centre d’Este.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 2. Ceinture provenant de Bologne, tb 543
Crédits Photo R. Solazzo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78622/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 3. Fragment de ceinture à décor en zigzag, provenant de Bologne
Crédits Photo R. Solazzo.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 326k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8215 Trajectoires
Thèse sous la direction de François Giligny : « Ceintures et crochets en territoire circum-alpin de l’Italie du nord entre le viiie et le iiie s. av. J.-C. Technologie et productions »

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search