Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Construction

Observations archéologiques et ethnoarchéologiques pour une compréhension des techniques de fabrication de la brique au Soudan ancien

Gabrielle Choimet

Résumé

La brique de terre, crue ou cuite, est incontournable dans la construction nubienne antique comme contemporaine. Toutefois, la rareté ainsi que l’hétérogénéité des vestiges et des données archéologiques ne permettent pas de reconstituer le processus de sa production durant l’Antiquité. Nous avons donc choisi de nous tourner vers les méthodes traditionnelles de fabrication de la brique en usage de nos jours au Soudan afin d’appréhender les composantes et l’organisation du travail autour de ce matériau, ainsi que les implications socio-économiques qui en découlent. Suite à la description de la chaîne opératoire de la fabrication des briques, la discussion portera sur les stigmates observés à la surface de ces dernières, sur la nature des dégraissants, sur la taille des moules et sur l’identification des aires de travail. Notre souhait est de montrer que les résultats de l’observation ethnoarchéologique (examen des briques et des aires de travail modernes), peuvent être appliqués à des situations archéologiques, mais aussi de souligner l’importance qu’il y a à interroger l’environnement technique d’une société pour en appréhender l’économie, l’organisation et l’administration à travers la dynamique des chantiers de construction.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il n’y a à ce jour aucune indication de l’usage au Soudan antique de briques pressées ou modelées.
  • 2 Le nom de « Koush », apparu au début du IIe millénaire av. J.‑C. dans les textes égyptiens, désigne (...)

1La brique moulée1, crue ou cuite, est utilisée au Soudan depuis le IIIe millénaire av. J.‑C. pour les installations domestiques les plus modestes comme pour les bâtiments civils, militaires ou cultuels les plus prestigieux. L’invention d’un tel élément parallélépipédique et aisément reproductible a sans doute été un vecteur d’urbanisation en permettant une organisation rationnalisée de la production (Spencer, 1979, p. 6). Très facile à mettre en œuvre, elle présente, dans le cas où un entretien régulier est effectué, de nombreuses qualités plastiques et thermiques. L’investissement technologique minimal qu’elle requiert, son coût raisonnable et des matières premières faciles d’accès en ont fait l’un des matériaux de construction de prédilection des royaumes koushites2, malgré l’inconvénient que représente sa grande vulnérabilité face à la pluie et au vent.

2En dépit de leur omniprésence dans la culture constructive de la moyenne vallée du Nil depuis la plus haute Antiquité, les briques sont peu documentées et sont souvent seulement mentionnées sous la forme de données métriques (Morgenstein et Redmount, 1998, p. 130). L’analyse architecturale, faisant fi de toute analyse technologique, est souvent envisagée sous l’angle réducteur de la typologie. Quant aux traces matérielles de ces activités, elles sont quasiment inexistantes dans la littérature archéologique. Si l’utilisation de données issues de l’ethnologie est devenue chose courante en archéologie du bâti, principalement en Europe et au Proche-Orient (Aurenche, 2012), le recours à l’observation de pratiques actuelles ou subactuelles pour tenter de donner du sens à des vestiges architecturaux anciens reste rare pour l’archéologie africaine, notamment subsaharienne. Seuls quelques travaux se sont penchés sur l’architecture vernaculaire en matériaux périssables de la vallée du Nil, contribuant à la redécouverte et à la popularisation de techniques de constructions locales et ancestrales (Fathy, 1969 et 1973 ; Anderson et Ahmed, 2010).

  • 3 Cette enquête s’est déroulée entre juillet et novembre 2018. Nous souhaitons remercier à cette occa (...)

3Face à ce constat, et attendu que l’architecture soudanaise montre une grande continuité en termes de plans, de matériaux et de techniques utilisés, nous avons pris le parti d’exploiter des sources contemporaines par le recours à l’observation des pratiques traditionnelles modernes de fabrication des briques de terre crues et cuites. Cet article présente donc le résultat d’une enquête ethnoarchéologique effectuée en 2018 auprès de briquetiers soudanais3, dont l’objectif, au-delà de l’étude des techniques, est surtout de montrer qu’une connaissance la plus fidèle possible des conditions de fabrication des briques est à même d’éclairer des pratiques et des comportements passés. Le processus de fabrication des briques et leur mise en œuvre touchent en effet à des domaines aussi variés que les stratégies d’acquisition des matériaux, la connaissance, théorisée ou empirique, de leurs propriétés, l’évolution des techniques et la circulation des matières premières et des artisans.

Préambule historique

  • 4 Groupe de trois briquetiers. L. 32,7 cm, l. 12,1 cm, bois peint. Beni Hassan, tombe 275, XIIe dynas (...)
  • 5 Deux moules à brique portant le cartouche de Touthmosis III et une consécration en partie effacée. (...)

4Certainement rejetées en périphérie des zones d’habitat, comme c’est le cas pour les fours de potiers (Baud, 2008, p. 53-54, fig. 1 et pl. XXIII ; Wolf, Nowotnick et Hof, 2014, p. 728-730, pl. 8 et 9) – et ce d’autant plus que la phase de séchage exige une surface considérable –, les activités de fabrication de la brique au Soudan antique ont, semble-t-il, laissé peu de traces. L’absence de vestiges archéologiques se double de la même lacune dans la documentation iconographique ou écrite, contrairement à la sphère égyptienne qui dispose, pour l’époque pharaonique, de représentations de scènes de fabrication des briques. La plus connue est celle qui figure parmi les peintures dépeignant les différents corps artisanaux dans la tombe TT 100 du vizir Rekhmirê à Thèbes (fig. 1). Des maquettes figurant des briquetiers au travail comme celle de Beni Hassan4 (Tooley, 1995, p. 45 et fig. 43) ou des moules à briques (Flinders Petrie, 1917, pl. XLVII.56), parfois retrouvés dans des dépôts de fondation5, nous sont également parvenus.

Fig. 1. La fabrication des briques à l’époque pharaonique

Fig. 1. La fabrication des briques à l’époque pharaonique

Thèbes, tombe TT 100, salle longitudinale, mur sud, section orientale, registre médian, XVIIIe dynastie, vers 1504-1425 av. J.‑C.

© D’après De Garis Davies, 1935, pl. LVIII.

5La brique crue apparaît dans la moyenne vallée du Nil à la fin du IIIe millénaire av. J.‑C., tandis que les premières attestations de brique cuite sont datées du début du IIe millénaire av. J.‑C. (Bonnet et Valbelle, 2014, p. 12). Celle-ci n’est que rarement employée avant le ier siècle de notre ère (Spencer, 1979, p. 140-141 ; Arnold, 2000, p. 28), lorsque son usage se généralise – notamment dans la partie sud du royaume soumise à des conditions climatiques plus pluvieuses (Welsby, 1996, p. 131) – dans les structures monumentales pour lesquelles elle représente une alternative à la pierre, souvent de mauvaise qualité (Adams, 1984, p. 275-276).

6Les briques cuites sont ainsi utilisées pour les parements (Wolf, Nowotnick et Hof, 2014, pl. 2), les fondations (Maillot 2016a, fig. II-84, II-98 et II-101) – auquel cas elles sont d’ordinaire posées sur la tranche (Shinnie et Bradley, 1980, p. 25) –, les seuils, les escaliers (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, pl. 9), les structures hydrauliques (Wolf et al. 2009, fig. 18, 19 et 20) ou de combustion (Maillot, 2016b, fig. 7) et parfois pour les revêtements de sol, en lieu et place de l’habituel sol en terre battue (Jacquet, 1971, p. 122). Dans certains cas, des briques cuites de forme spéciale ont été fabriquées pour des utilisations spécifiques, comme des briques de corniche (Maillot 2016a, fig. II-124), des briques de tore (Garstang, 1911, p. 18 ; Donadoni, 1993, p. 102 ; Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, pl. 18) ou des quarts de brique employés pour confectionner des tambours de colonne (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, p. 72, pl. 2 et 3), voire des tambours de colonne d’un seul tenant (Shinnie et Anderson, 2004, p. 285). La documentation disponible ne permet cependant pas de déterminer si ces briques spéciales ont été moulées telles quelles, ou si elles ont été retaillées. Enfin, la brique cuite est aussi mise en œuvre pour des réparations de parties en brique crue, comme à Awalib, probablement en raison de sa plus grande résistance au ruissellement en cas de pluie (Baldi, 2014, p. 50-51).

  • 6 Le jalous (équivalent de notre bauge) est une technique consistant à empiler des mottes de terre ar (...)
  • 7 À de rares exceptions près, voir par exemple Dunham, 1963, p. 11 et Wolf et al., 2014, p. 725.
  • 8 Par exemple : Emery et Kirwan, 1935, p. 112 ; Shinnie et Bradley, 1980, p. 18 ; Bradley, 1984a, p.  (...)

7Utilisée de concert avec la pierre – granite et grès nubien –, le pisé, le jalous6 et le torchis, la brique au Soudan antique était généralement moulée et séchée au soleil. À partir du début de l’époque méroïtique, ses dimensions évoluent rapidement puis se stabilisent en adoptant le même module7 du nord au sud du royaume, soit 35 × 18 × 8 centimètres8, plus ou moins un ou deux centimètres, au contraire de l’Égypte qui connaît, de l’Ancien Empire à la période gréco-romaine, un type de brique « officiel » et un type de brique « domestique » – plus petit –, employés respectivement dans les sphères publique et privée (Spencer, 1979, p. 147). Naturellement, sa longueur étant le double de sa largeur, la brique méroïtique est aisée à mettre en œuvre par une alternance de carreaux et de boutisses (Bradley, 1984b, p. 286).

  • 9 Notons que l’utilisation de la brique crue est en baisse au profit de la brique cuite, notamment da (...)

8Aujourd’hui, si la culture constructive « moderne » tend à évincer peu à peu la tradition d’usage de la terre par l’utilisation massive de blocs manufacturés, de parpaings et de briques creuses « thermiques », la plupart des maisons soudanaises continuent d’être bâties de manière traditionnelle, en briques de terre moulées crues ou cuites9, liées avec un mortier de terre – ou, comme cela se fait de plus en plus, au ciment –, puis protégées du vent et de la pluie par l’application d’un enduit de terre (fig. 2). La structure est ensuite couverte par des solives en palmier, surmontées à leur tour d’un lattis, de nattes et d’un plancher en terre crue, voire simplement de zinc ou d’une dalle de ciment.

Fig. 2. Architecture traditionnelle de Nubie soudanaise

Fig. 2. Architecture traditionnelle de Nubie soudanaise

Maisons en brique crue (Sesebi) et couverture de palmes sur solives en palmier (Al-Khandaq).

© Gabrielle Choimet.

La fabrication des briques aujourd’hui au Soudan

  • 10 Pour une plus ample discussion sur les conditions de notre enquête, sur les prérequis nécessaires à (...)

9Notre enquête s’est déroulée dans deux briqueteries de taille modeste, l’une à Khartoum, sur l’île de Tuti, et la seconde dans le nord du Soudan, au lieu-dit « Tabag », à quelques kilomètres au sud de la ville d’Abri (carte 1). Nous les avons choisies eu égard au caractère traditionnel de leurs pratiques de fabrication de la brique – sans recours aux technologies des dernières décennies (bulldozers, broyeuses, etc.) qui viennent concurrencer les techniques de fabrication et de construction ancestrales – et du fait d’un environnement géographique, climatique et environnemental relativement proche de celui du Soudan antique10.

Carte 1. Localisation des deux briqueteries choisies dans le cadre de cette étude

Carte 1. Localisation des deux briqueteries choisies dans le cadre de cette étude

© DAO Gabrielle Choimet.

10Technique traditionnelle empirique et aisée à mettre en œuvre, le processus de fabrication des briques de terre moulées a peu évolué au cours des millénaires (Aurenche, 1981, p. 45-49). Dans un premier temps, la terre à bâtir est préparée en brisant des mottes de limon du Nil à la houe, limon auquel on ajoute de l’eau. La terre n’est pas tamisée, ni préalablement nettoyée, de sorte qu’elle incorpore un grand nombre de particules végétales et minérales. Le retrait de l’eau lors de la phase de séchage des briques provoquant des fissures, l’ajout d’un dégraissant (minéral, végétal ou animal) est nécessaire afin de servir d’armature interne à la brique (Morgenstein et Redmount, 1998, p. 129-130). De nos jours, le fumier, mélange de paille et d’excréments animaux, est quasiment systématiquement ajouté comme dégraissant. Il s’agit de fumier de vache, car celui des ânes, des chèvres et des moutons, plus fin, est réservé à la fabrication des enduits ou à l’épandage. Les briquetiers antiques ajoutaient en général du sable, de la paille, de la craie, des gravillons, des coquillages pilés et, dans certains cas, des dégraissants anthropiques tels que des tessons, des charbons ou des briques concassées. Les proportions de terre argileuse, d’eau et de dégraissant n’ont guère varié au cours du temps : à un mètre cube de terre correspondent un tiers de mètre cube d’eau et environ vingt kilogrammes de paille (Fathy, 1969, p. 252 ; Fathy, 1973, p. 198 ; Spencer, 1979, p. 3). Une période de repos est nécessaire à la fermentation de la terre additionnée d’eau et de dégraissant ; celle-ci est laissée à décanter pendant un jour ou deux avant d’être foulée et malaxée durant plusieurs heures, au pied et à la houe (fig. 3). De l’eau est à nouveau ajoutée pour améliorer la plasticité du mélange, avant que la terre à bâtir soit prête pour le moulage (Goyon et al., 2004, fig. 80).

Fig. 3. Préparation de la terre à bâtir

Fig. 3. Préparation de la terre à bâtir

Foulage aux pieds et à la houe dans une fosse créée par l’extraction progressive de limon sur les bords du Nil à Tuti.

© Gabrielle Choimet.

  • 11 Cet aménagement est appelé tarbeza, ce qui qui signifie littéralement la « table ».

11Le moulage est généralement effectué par le même ouvrier, les autres se relayant pour porter les briques à démouler vers l’aire de séchage. Le plus souvent aménagées de la même manière, les zones de confection des briques comportent un bassin rempli d’eau pour rincer le moule entre chaque opération de moulage, ainsi qu’un trou circulaire d’environ 50 à 80 centimètres de profondeur qui permet à l’ouvrier de travailler debout et non accroupi. Devant lui, une installation rudimentaire, faite d’une planche de bois reposant sur quelques briques, lui sert de support pour mouler les briques11. Pour ce faire, il jette une motte de terre à bâtir au centre du moule et répartit la terre dans chaque compartiment, en veillant à bien remplir les angles (fig. 4). Le surplus de matière est retiré à la main, par raclage, pour régulariser la surface de la brique. Le moule est ensuite emporté sur sa planche vers l’aire de démoulage où il est retourné, juste à côté de la précédente fournée de briques, après quoi la planche est retirée en la faisant glisser puis le moule est ôté de bas en haut, grâce à une paire de poignées soudées sur ses deux petits côtés.

Fig. 4. Moulage des briques

Fig. 4. Moulage des briques

L’ouvrier préposé au moulage dispose d’une réserve de terre à bâtir sur sa droite (en haut de la photographie) et d’un bassin rempli d’eau sur sa gauche pour rincer le moule.

© Gabrielle Choimet.

12Quelques heures de séchage sont nécessaires avant que les briques puissent être manipulées sans se casser ni se déformer ; elles sont alors disposées sur la tranche pour que toutes les faces continuent à sécher. Le minimum requis est de deux jours de séchage (un seul les jours de grand vent), soit un délai bien moindre que ce qui a été observé dans d’autres pays (Doat et al., 1979, p. 118), comme en Égypte où il dure en général une semaine (Fathy, 1969, p. 255 ; Goyon et al., 2004, p. 108).

  • 12 À Tuti, les briquetiers emploient essentiellement de l’acacia (Acacia nilotica et Acacia seyal), de (...)

13Une fois complètement sèches, les briques sont empilées et stockées ou bien directement incorporées au four en cours de construction. L’édification de celui-ci prend d’une dizaine de jours pour les plus modestes à deux ou trois mois pour les plus gros. Ce type de four, dit « à la volée », est constitué de briques empilées sur la tranche, alternativement en carreaux et en boutisses ; des conduits parallèles espacés d’un mètre en moyenne et voûtés en encorbellement sont ménagés à la base de la structure, sur toute sa largeur, et destinés à recevoir la charge. Une fois terminé, le four est intégralement enduit d’un mélange d’eau et de limon, afin que la chaleur reste à l’intérieur. Seules les ouvertures des conduits d’un des deux grands côtés de la structure ne sont pas calfatées, de façon à permettre la charge et la recharge de combustible au fur et à mesure de la cuisson, et pour faciliter le tirage en garantissant l’apport d’oxygène. Le bois de chauffe ou le fumier compacté utilisé pour la combustion est poussé à l’intérieur des conduits au moyen de longs bâtons12.

14Après la mise à feu, la combustion dure plusieurs jours, de quatre à dix en moyenne, selon la taille du four, avec une température moyenne autour de 800 à 900 °C (fig. 5). Le contrôle de la température ne représente pas une préoccupation majeure pour les briquetiers qui favorisent en général une température élevée atteinte rapidement, de façon à minimiser les coûts de combustion, au détriment de la qualité des briques. La cuisson est pourtant un paramètre de première importance quant à la qualité de ces dernières : elle doit débuter à température modérée pour permettre à l’humidité encore présente dans les briques de s’évaporer, après quoi la température ne doit idéalement pas monter de plus de 50 °C par heure, pour finir par rester constante jusqu’à la fin de la cuisson (Abd Elslam Elsharif, 2010, p. 40-41).

Fig. 5. Four à briques en cours de combustion

Fig. 5. Four à briques en cours de combustion

Les conduits sont situés sur le côté droit de la structure (photographie des conduits après extinction du feu). À droite, les rejets de précédentes cuissons.

© Gabrielle Choimet.

15Lors du démontage du four qui intervient après plusieurs jours de refroidissement, parfois même après plusieurs semaines, les briques sont classées selon leur qualité : les mieux cuites et donc les plus résistantes (environ 75 % de la production) sont vendues au prix fort tandis que les briques de moindre qualité (environ 20 %), situées en haut et sur les côtés du four où la chaleur n’a pas été distribuée de façon homogène, sont destinées à la construction de murs d’enclos ou de toilettes. Les briques cassés et vitrifiées (5 %) sont jetées, souvent à proximité du four (fig. 5).

De l’intérêt de l’approche ethnoarchéologique associée aux observations archéologiques dans le cadre des activités de fabrication des briques

À propos de la surface des briques

  • 13 Également dit moulage « au ballon ».

16Un certain nombre d’observations peuvent être faites à l’œil nu, qui rendent compte de choix opérés par les briquetiers relatifs à l’économie de la construction. La plupart du temps, la technique de confection d’une brique peut se déduire de son aspect et des stigmates observés à sa surface. Dans le cas où elles ont été moulées, les briques montrent des arêtes verticales claires et une forme régulière. L’utilisation de moules – voire de moules multiples tels qu’on les connaît au Proche-Orient antique (Aurenche, 1981, p. 64) – augmente le rendement et uniformise la production. L’observation de la surface des briques permet également de déterminer quelle méthode, du « coup de sable » ou du « coup d’eau », a été mise en œuvre. La méthode que nous avons décrite plus haut et qui consiste à mouler la brique avec une pâte plutôt ferme dans un moule comportant un fond qui est ensuite retourné est dite « au coup de sable » (Houben et Guillaud, 1989, p. 212). À l’inverse, le moulage « au coup d’eau13 » consiste à mouler la brique dans un moule sans fond à l’aide d’une pâte relativement malléable, à l’endroit où elle est laissée à sécher (Houben et Guillaud, 1989, p. 178). Les deux méthodes ont un rendement très différent, estimé pour le Proche-Orient respectivement à 500 contre 2000 briques par jour et par ouvrier (Sauvage, 1998, p. 21-22). Cette estimation nous paraît plutôt basse pour le moulage au coup de sable, même avec un moule à un seul compartiment. Selon nos observations, à Tuti la production quotidienne pour quatre ouvriers travaillant du lever au coucher du soleil est de 5 000 à 7 000 briques. Elle est équivalente à Tabag, où il faut en moyenne 10 secondes pour mouler trois briques qui sont aussitôt emportées par trois ouvriers se relayant sans relâche.

  • 14 Les briques peuvent aussi sécher sur des claies (Abd Elslam Elsharif, 2010, fig. 2.1), mais ce cas (...)

17Quelle que soit la méthode utilisée, le retrait du moule laisse en général de légères traces verticales sur les petites faces, ainsi qu’un petit bourrelet de terre qui entoure toute la face supérieure de la brique (fig. 6). Quant à sa face, en contact avec le sol, elle présente de nombreuses impressions végétales14. Enfin, des traces spécifiques correspondant à l’enlèvement du surplus de terre à bâtir lors du moulage sont observables : impressions digitées, traces de tassement ou de raclage à la main ou bien à l’aide d’un outil, voire de branchages. Dans le cas d’un moulage au coup de sable, ces traces ont le plus souvent été recouvertes par les particules végétales ayant adhéré à la surface de la brique une fois celle-ci déposée sur le sol (fig. 7).

Fig. 6. Moulages « au coup de sable » et « au coup d’eau ».

Fig. 6. Moulages « au coup de sable » et « au coup d’eau ».

Emplacement et types de stigmates observés sur les briques après démoulage en fonction de la méthode utilisée.

© DAO Gabrielle Choimet.

Fig. 7. Moulage « au coup de sable »

Fig. 7. Moulage « au coup de sable »

La face supérieure de la brique est lissée par le retrait du fond amovible et présente, sur tout son pourtour, un repli de terre résultant du retrait du cadre métallique. Quand elle sera retournée, de la terre et des végétaux auront adhéré à la terre humide de sa face inférieure.

© Gabrielle Choimet.

  • 15 Ces briques sont généralement plus grandes que les briques ordinaires, moins épaisses et avec une f (...)

18Certaines briques antiques (Azim, 1975, pl. VI et VII ; Baldi, 2014, p. 49) comme modernes (Fathy, 1969, p. 36) présentent sur leur face supérieure une ou plusieurs empreintes faites au doigt dans la pâte encore molle. Ces sillons – que nous n’avons pas observés à Tabag ni à Tuti, mais que l’on connaît à Dangeil par exemple (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, p. 78 et pl. 22) ou à Soleb (fig. 8) – permettent une meilleure adhérence au mortier (Aurenche, 1981, p. 62). Certaines de ces stries, souvent ondulées, sont même caractéristiques des briques utilisées pour les voûtes15 (Woolley, 1911, p. 12 ; Spencer, 1979, pl. 53b ; Goyon et al., 2004, p. 126-128 ; Baud, 2011, p. 353).

19Les briques produites dans la moyenne vallée du Nil ne semblent pas inscrites, contrairement aux briques égyptiennes qui le sont depuis la xviiie dynastie (Spencer, 1979, p. 144). Néanmoins, au vu de la variété des empreintes portées sur les briques d’époque pharaonique de l’île de Saï (une vingtaine de types différents retrouvés mélangés dans la construction), celles-ci ont été interprétées comme des marques de briquetiers ou d’entrepreneurs susceptibles d’avoir œuvré dans le cadre du chantier (Azim, 1975, p. 104-105), impliquant alors un système de contrôle par une entité administrative désignée pour gérer des équipes chargées d’approvisionner ledit chantier.

Fig. 8. Briques crues comportant des empreintes faites au doigt destinées à faciliter l’adhérence du mortier (Soleb)

Fig. 8. Briques crues comportant des empreintes faites au doigt destinées à faciliter l’adhérence du mortier (Soleb)

© Gabrielle Choimet.

20Enfin, l’aspect et la texture des briques et des ratés de cuisson témoignent de la façon dont la phase de combustion a été conduite. Ainsi, des briques cassantes n’ont pas été assez cuites tandis que des briques cassées ont été chauffées trop tôt, avant évaporation complète de leur humidité, et sont donc le résultat d’une phase de séchage menée trop rapidement. Quant aux déformations et aux fusions de briques, elles sont causées par une température de chauffe trop élevée. Pour finir, les craquelures qui apparaissent à la surface des briques traduisent des variations de température trop rapides, durant la chauffe comme le refroidissement (Abd Elslam Elsharif, 2010, p. 38). Preuve de l’opportunisme des bâtisseurs antiques, les ratés de cuisson et les briques vitrifiées sont très souvent réemployés, parmi d’autres débris de construction, dans le remplissage de tranchées de fondation (Maillot, 2016a, fig. II-85) ou de plateformes (Garstang, 1913, p. 76-77).

Sur les dégraissants utilisés dans la confection des briques

  • 16 À ce sujet, voir Strabon, Géographie, XVII, 2, 2 sur les pratiques alimentaires des « Éthiopiens » (...)

21Rarement documentés, les restes végétaux et minéraux utilisés comme dégraissant ou ayant adhéré à la surface des briques pendant le séchage constituent une source d’information non négligeable quant au processus de fabrication des briques, mais aussi sur les activités agricoles et pastorales pratiquées à proximité des briqueteries, voire sur les pratiques alimentaires. Même après leur disparition, les éléments végétaux sont identifiables par les négatifs laissés dans la terre crue. À Dangeil, l’examen de ces empreintes sur les briques et sur des morceaux d’enduit a permis l’identification de Sorghum bicolor (sorgho commun) : des brins de sorgho hachés ont ainsi été employés comme dégraissant (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012 p. 76 et pl. 16). Des phytolithes et des grains de sorgho ont également été retrouvés à Méroé, sur des meules et sur des tessons datés du ier siècle av. J.‑C. (Shinnie et Anderson, 2004, p. 366) suggérant, au moins dans le cœur du royaume, une consommation du sorgho sous forme solide – pain non levé, bouillie – ou liquide – boisson fermentée du type bière16 (Edwards, 1996).

  • 17 Type de brique caractérisé entre autres par une couleur grise à noire, un pH peu élevé et de grande (...)

22Parfois, on observe la présence de deux dégraissants distincts au sein d’un même bâtiment. C’est le cas du palais méroïtique de Mouweis dont les briques montrent une différence notable, et relativement uniforme, entre les assises de fondation – briques gris foncé sans beaucoup d’inclusions – et l’élévation – briques plus claires comportant des inclusions plus nombreuses et plus grosses. Un changement de matériau au cours du chantier de construction étant écarté, cette composition différentielle implique une sélection volontaire des matériaux et un placement préférentiel des briques dans le bâtiment en fonction de leur dégraissant et des propriétés de celui-ci, connues des bâtisseurs, comme la plasticité ou la résistance à la compression (Maillot, 2016b, p. 183-185). Ce phénomène de composition différentielle illustre également le potentiel de datation relative associé à l’examen de la composition des briques. À Tell el-Muqdam en effet, dans le Delta égyptien, des récurrences dans la distribution des types de briques ont pu être discernées dans un secteur d’habitation daté du ve siècle av. J.‑C. : les briques de type « A17 » ayant été placées préférentiellement au niveau des angles muraux extérieurs et utilisés pour des subdivisions internes ou pour obturer des ouvertures ; ce type a donc pu être associé à une phase plus tardive d’occupation du site, comprenant réaménagements et réparations (Morgenstein et Redmount, 1998, p. 144 et fig. 2). À Tell el-Maskhuta, quatre types différents de briques ont été discriminés à l’œil nu, mais cette information n’a pas été explorée plus en détail en termes de composition et de répartition spatiale (Morgenstein et Redmount, 1998, p. 131), comme c’est par ailleurs le cas sur beaucoup d’autres sites.

23Une autre pratique ayant trait à l’économie de la construction consiste en la réutilisation de terres archéologiques qui se traduit par la présence, dans les briques, d’éléments tels que tessons, charbons de bois et ossements (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, pl. 17). La terre employée pour la confection de ces briques provient d’argiles à forte charge anthropique, voire dans certains cas de briques crues arrachées à des bâtiments antérieurs et incorporées au mélange de terre à bâtir. Les fosses de récupération des briques – dites fosses de sebakhin – sont en effet nombreuses, tant sur les sites antiques que médiévaux (Firth, 1912, pl. 53a ; Hinkel et Sievertsen, 2002, p. 65 ; Wolf et al., 2014, p. 727). Il est cependant difficile, en l’absence d’analyses, de prouver que des briques prélevées sur des bâtiments démantelés ont été réemployées pour confectionner de nouvelles briques. Seule une analyse sédimentologique à Tell el-Muqdam a permis de montrer que le type de brique « C » comportait des fragments de briques d’un autre type (type « A » évoqué plus haut), broyés et incorporés lors de la préparation de la terre à bâtir pour servir de dégraissant (Morgenstein et Redmount, 1998, p. 140).

24Si elles ne sont pas réutilisées pour la confection de nouvelles briques, les briques anciennes peuvent aussi être extraites d’une maçonnerie existante et incorporées telles quelles dans de nouveaux murs, ou lors de travaux de réfection (Azim, 1975, p. 114-115). De même, des pans entiers de murs appartenant à des installations plus anciennes sont parfois recyclés pour y asseoir de nouvelles constructions – avec (Wolf et al., 2014, p. 723) ou sans nivellement préalable (Kendall, 1991, p. 306) –, procédé qu’un examen attentif de l’appareillage est en mesure de déceler. Ajoutons que l’extraction de briques crues anciennes par des sebakhin trouve également, et pour une bonne part, son explication dans l’action des agriculteurs qui s’en servent depuis des siècles pour fertiliser leurs sols (Firth, 1912, p. 43-44).

Considérations sur la taille des moules

  • 18 Voir par exemple le bas-relief représentant Hatshepsout moulant une brique lors d’un rituel de fond (...)

25Aucun moule koushite ne nous est parvenu, contrairement à ceux utilisés en Égypte ancienne, représentés de nombreuses fois18 et toujours en usage de nos jours. Composé de quatre planches de bois, le moule égyptien moderne est assemblé avec des clous, tandis que le moule antique l’était par un système de tenons et mortaises (Flinders Petrie, 1917, p. 42). L’un de ses côtés comporte une extrémité plus allongée qui sert de tenon de préhension (Goyon et al., 2004, fig. 85). De tels moules ont été observés récemment au Soudan, quoique dotés de deux tenons au lieu d’un seul (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, pl. 21).

  • 19 Marc Maillot, communication personnelle.
  • 20 À l’époque napatéenne, la taille des briques est d’environ 40 × 19 × 8,5 centimètres (Ahmed, 1992, (...)

26Actuellement, le type de moule le plus répandu au Soudan est en métal, à une ou – plus souvent – deux ou plusieurs alvéoles. Une planchette de bois aux dimensions légèrement supérieures sur laquelle repose le cadre métallique fait office de fond amovible (fig. 9). Les moules – et donc les briques – sont de tailles variables selon les régions. Plus petits à Tabag qu’à Tuti, ils comportent trois compartiments au lieu de deux et permettent donc un meilleur rendement. Lors d’une visite effectuée en 1965 à Tuti, un géophysicien français a photographié des moules à briques à deux compartiments (Hesse, 1970, fig. 47). S’ils sont, par leur forme, très similaires à ceux utilisés aujourd’hui, ces moules nous paraissent en revanche bien plus grands que ceux que nous avons observés. Pourtant, des exemplaires de grande taille sont toujours en usage au Soudan : les briques fabriquées en 2011 à Dangeil, au sud de la cinquième cataracte, sont en effet « comparables en taille, si ce n’est un peu plus grandes » que celles fabriquées à l’époque méroïtique (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, p. 77). On observe toutefois une tendance générale à la diminution de la taille des briques au cours du temps, très probablement dans le but d’améliorer le rendement avec des éléments de plus petit calibre certes, mais plus maniables et plus faciles à mettre en œuvre19. La réduction des dimensions des briques entre les époques napatéenne20 et méroïtique s’expliquerait par exemple par la nécessité de produire des modules plus rapides à fabriquer, suite aux nombreuses inondations qu’a connues Méroé (Shinnie et Bradley, 1980, p. 18 ; Bradley, 1984a, p. 199-200).

Fig. 9. Tabag, moules à brique à trois alvéoles et leurs fonds amovibles en bois.

Fig. 9. Tabag, moules à brique à trois alvéoles et leurs fonds amovibles en bois.

© Gabrielle Choimet.

Repérer les espaces associés au travail de la brique

27L’apport de l’ethnoarchéologie dans le cadre de la fabrication des briques réside également dans l’aide que peut apporter cette dernière à l’identification des aires de travail de la brique, souvent mal connues et donc mal repérées en fouille. Bien sûr, les briqueteries sont inévitablement situées à proximité des matières premières que sont l’eau et l’argile, lesquelles sont moins aisées à transporter que le produit fini. Leur taille varie en fonction du nombre de fours qu’elles comportent. Le site est habituellement complété par des installations sommaires comme des foyers pour la cuisine, voire parfois par des structures d’habitat temporaires faites de bâches et de branchages comme celles que nous avons observées à Tabag, destinées à abriter les ouvriers qui viennent de régions très éloignées. En ce qui concerne les fours antiques, l’absence de structure pérenne dédiée comme dans le cas du type de cuisson décrit plus haut rend leur identification difficile. De plus, il n’est pas exclu que les briques aient été cuites à même le chantier, et le four détruit par la suite lors de la construction. C’est le cas des fosses de préparation du mortier, situées à proximité immédiate, voire au cœur du chantier comme à l’île de Saï (Francigny, 2009, pl. 2 et 3) ou à Dangeil, où l’une d’elles a été comblée après utilisation puis scellée ultérieurement par un niveau de sol (Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, p. 78 et pl. 23). Nous pensons malgré tout qu’une zone de cuisson peut être identifiée, de manière indirecte, par les ratés de cuisson et les briques vitrifiées – caractéristiques de la cuisson à la volée –, tels les 5 % jetés à proximité du four que nous avons évoqués.

  • 21 Sur les fours de potiers dans la vallée du Nil moyen, se référer à : Adams, 1962, p. 62-75 ; Adams, (...)

28Aucun four à briques antique ne nous est connu avec certitude. Deux fours rectangulaires semi-enterrés ont été découverts à Kawa : le four F3 est construit en briques crues fortement rubéfiées et mesure 6,63 × 4,2 mètres. Il est doté de sept murs transversaux ayant supporté un sol en briques, espacés de 0,3 mètre et percés d’arches d’1,40 mètre de large (fig. 10). La chambre de combustion était encadrée par deux ouvertures opposées et étroites, accessibles par des rampes de 3 mètres de long. Un usage pour la cuisson de la chaux a été évoqué du fait de la présence de trois niveaux d’une matière blanche et dure (Welsby, 2008, p. 36-37, pl. 6 et 7). Le second four, F7, très similaire au précédent quoique de dimensions légèrement plus réduites (5,35 × 3,67 mètres) montre des arches transversales intégralement préservées. Il semblerait qu’il ne soit pas antérieur au ier siècle av. J.‑C. et qu’il ait été abandonné rapidement pour le four F3 (Welsby, 2010, pl. 5 et XVII). À Mouweis, un grand nombre de ratés de cuisson – mêlés à de très nombreuses figurines humaines et animales à tous les stades de production, ainsi qu’à des morceaux d’argile portant des empreintes de doigts – ont été découverts aux abords immédiats d’un four rectangulaire de 5,5 × 3,25 mètres, Préservé sur 1,63 mètre de haut et présentant les mêmes murs transversaux percés d’arches, ce four pourrait avoir servi à la cuisson de briques, entre autres usages (Baud, 2008, p. 53-54 et fig. 1). Ces trois fours sont radicalement différents des fours circulaires de potiers connus dans la vallée du Nil21, tandis que l’absence de tuyères exclut un usage métallurgique. En revanche, ils sont à rapprocher des fours de tuilliers du monde romain et pourraient avoir servi, au moins en partie, à cuire des briques (Welsby, 2010, p. 50).

Fig. 10. Kawa, four en brique crue F3 depuis l’est

Fig. 10. Kawa, four en brique crue F3 depuis l’est

© D’après Welsby, 2008, pl. XI.

29L’existence de possibles fours à briques d’époque méroïtique à Kawa et dans la ville royale de Mouweis, l’uniformisation de la taille des briques à la même époque et leur mise en œuvre parfois extrêmement standardisée et soignée comme à Ash-Shaukan (Jacquet, 1971) ou Wadi el-Arab (Emery et Kirwan, 1935) suggèrent l’existence d’artisans spécialisés, peut-être itinérants (Adams, 1977, p. 357-358).

Conclusion

  • 22 Mentionnons également l’initiative du réseau TCA, groupe de recherches sur les terres cuites archit (...)
  • 23 Voir la représentation d’une hutte de branchages sur un bol d’époque méroïtique : scène villageoise (...)

30Malgré la popularité retrouvée de la construction en terre auprès des professionnels du patrimoine comme des architectes et des industriels (Doat et al. 1979 ; Houben et Guillaud, 1989), malgré une formation universitaire et professionnelle dédiée22 et la multiplication des colloques internationaux (Unesco, Icomos), la brique en tant que matériau n’a pas encore suscité beaucoup d’intérêt au Soudan. La région reste donc presque inexplorée quant à ce qui touche à son architecture de terre, pourtant millénaire. Outre la brique, les autres modes de construction en terre et bois (pisé, jalous, torchis) souffrent de la même indifférence archéologique, bien que l’habitat en matériaux périssables ait dû représenter la majorité des établissements domestiques au Soudan antique23 (Shinnie et Bradley, 1980, p. 29, fig. 14 et pl. XVI ; Honegger, 2004, fig. 44, 46, 47 et 48 ; Wolf, 2004, p. 440-441 et fig. 2 ; Bonnet et Valbelle, 2014, p. 25-28, p. 178-180 et fig. 17, 107 et 108). La faute en est sans doute en partie au caractère fugace des vestiges laissés par ce type d’architecture (Wolf, 2019, p. 713).

  • 24 Nous empruntons cette expression à Ingrid Sénépart : Sénépart, 2009, p. 24.

31Face à la rareté des données concernant la brique en particulier et les traditions constructives anciennes le long de la vallée du Nil moyen en général, nous espérons avoir démontré que l’observation des installations et des pratiques contemporaines – tant dans leurs aspects techniques que dans leurs aspects sociaux – peut permettre de guider l’interprétation des vestiges archéologiques, à condition d’examiner ceux-ci avec attention. Il devient donc nécessaire de se pencher plus avant sur ce type de matériau, notamment avec des descriptions systématiques, lesquelles sont réalisables dans un premier temps à l’œil nu (couleur, dégraissant, taille des grains, etc.). Puisque l’analyse des actions sur la matière amène à s’interroger sur les raisons qui sous-tendent ces actions, une étude méthodique de la brique au Soudan antique aura pour objectif de dévoiler « les logiques sociales qui sont à l’origine de tels ou tels choix techniques24 », en prenant soin d’éviter le piège d’une compilation stérile de données techniques. En effet, outre la possibilité qu’offre l’analogie ethnoarchéologique d’aider à repérer les structures antiques dédiées à la fabrication de la brique, l’étude systématique et détaillée des assemblages de briques, du point de vue de leur composition et de leurs caractéristiques techniques et formelles, ainsi que l’étude de la gestion et de l’organisation des chantiers permettent de mettre en relation des comportements techniques et des pratiques professionnelles avec un contexte humain, matériel et technologique de production.

Bibliographie

Rasha Abd Elslam Elsharif, Quality of bricks produced from non-conventional clays, mémoire de maîtrise dirigé par Mohammed Hussein Hamid, Université de Khartoum, 2010.

William Y. Adams, « Pottery Kiln Excavations », Kush, 10, 1962, p. 62-75.

William Y. Adams, Nubia. Corridor to Africa, Princeton, Princeton University Press, 1977.

William Y. Adams, « Meroitic Architecture. An Analytical Survey and Bibliography », dans Fritz Hintze (éd.), Meroitistische Forschungen 1980. Akten der 4. Internationalen Tagung für Meroitistische Forschungen von 24. bis 29. November 1980 in Berlin, Berlin, Akademie (Meroitica, 7), 1984, p. 255-279.

William Y. Adams, Ceramic Industries of Medieval Nubia 2. Ceramic Industries and Workshops, Lexington, University Press of Kentucky, 1986.

Salah El-Din M. Ahmed, L’agglomération napatéenne de Kerma. Enquête archéologique et ethnographique en milieu urbain, Paris, Recherche sur les Civilisations, 1992.

Salah El-Din M. Ahmed, « A Napatan Pottery Workshop at Kerma », dans Charles Bonnet (éd.), Études Nubiennes. Conférence de Genève : actes du viie congrès international d’études nubiennes. Volume ii, Genève, Charles Bonnet, 1994.

Syed A. Alam, Mike Starr, « Deforestation and greenhouse gas emissions associated with fuelwood consumption of the brick making industry in Sudan », Science of the Total Environment, 407/2, 2009, p. 847-852.

Julie R. Anderson, Salah eldin M. Ahmed, « Ethnoarchaeology and post-holes: building a Bisharin house », Sudan & Nubia, 14, 2010, p. 96-107.

Julie Anderson, Salah M. Ahmed, Tracey Sweek, « Meroitic Building Techniques: A few Observations from Dangeil », Sudan & Nubia, 16, 2012, p. 72-79.

Dieter Arnold, Lexikon der Ägyptischen Baukunst, Munich, Patmos, 2000.

Olivier Aurenche, La maison orientale. L’architecture du Proche-Orient ancien des origines au milieu du quatrième millénaire, Paris, Geuthner, 1981.

Olivier Aurenche (dir.), Vous avez dit ethnoarchéologue ? Choix d’articles (1972-2007), Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2012.

Michel Azim, « Quatre campagnes de fouilles sur la Forteresse de Saï, 1970-1973. 1ère partie : l’installation pharaonique », Cahiers de Recherches de l’Institut de Papyrologie de Lille, 3, 1975, p. 91-125.

Marco Baldi, « The Awlib Temple Complex: A Review », dans Eugenio Fantusati, Marco Baldi (éd.), Atti della Quarta Giornata di Studi Nubiani. A Tribute to the Nubian Civilization, Rome, Scienze e Lettere (Serie Orientale Roma n.s., 2), 2014, p. 49-66.

Michel Baud, « The Meroitic Royal City of Muweis: First Steps into an Urban Settlement of Riverine Upper Nubia », Sudan & Nubia, 12, 2008, p. 52-63.

Michel Baud, « Premières données sur le palais royal de Mouweis », dans Vincent Rondot, Frédéric Alpi, François Villeneuve (dir.), La pioche et la plume. Autour du Soudan, du Liban et de la Jordanie. Hommages archéologiques à Patrice Lenoble, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2011, p. 339-357.

Charles Bonnet, Dominique Valbelle, La ville de Kerma. Une capitale nubienne au sud de l’Égypte, Lausanne, Favre, 2014.

Rebecca J. Bradley, « Meroitic Chronology », dans Fritz Hintze (éd.), Meroitistische Forschungen 1980. Akten der 4. Internationalen Tagung für Meroitistische Forschungen von 24. bis 29. November 1980 in Berlin, Berlin, Akademie (Meroitica, 7), 1984a, p. 195-211.

Rebecca J. Bradley, « Comments on Meroitic Architecture », », dans Fritz Hintze (éd.), Meroitistische Forschungen 1980. Akten der 4. Internationalen Tagung für Meroitistische Forschungen von 24. bis 29. November 1980 in Berlin, Berlin, Akademie (Meroitica, 7), 1984b, p. 280-286.

Franck Burgos, François Larché, La chapelle Rouge. Le sanctuaire de barque d’Hatshepsout 1, Paris, Recherche sur les Civilisations, 2006.

Gabrielle Choimet, « De la pertinence de l’utilisation de comparatifs ethnoarchéologiques pour l’étude des structures architecturales antiques : la confection des briques au Soudan à l’époque méroïtique », Sources, à paraître.

Norman De Garis Davies, Paintings from the tomb of Rekh-mi-ré at Thebes, New-York, Metropolitan Museum of Art, 1935.

Patrick Doat et al., Construire en terre, Paris, Alternative et Parallèles, 1979.

Sergio Donadoni, « Excavation of University of Rome at Natakamani Palace (Jebel Barkal) », Kush, 16, 1993, p. 101-115.

Dows Dunham, The West and South Cemeteries at Meroë, Boston, Museum of Fine Arts (The Royal Cemeteries of Kush, 5), 1963.

David N. Edwards, « Sorghum, Beer and Kushite Society », Norwegian Archaeological Review, 29/2, 1996, p. 65-77.

William B. Emery, Laurence P. Kirwan, The Excavations and Survey between Wadi Es-Sebua and Adindan, 1929-1931, Le Caire, Government Press Bulâq, 1935, 2 vol. 

Hassan Fathy, Gourna: A Tale of Two Villages, Le Caire, Ministry of Culture, 1969.

Hassan Fathy, Architecture for the Poor. An Experiment in Rural Egypt, Chicago, University of Chicago Press, 1973.

Cecil M. Firth, The Archaeological Survey of Nubia. Report for 1908-1909, Le Caire, Government Press, 1912, 2 vol. 

William M. Flinders Petrie, Tools and Weapons, Londres/Aylesbury, Hazell, Watson and Viney, 1917.

Vincent Francigny, « The Meroitic Necropolises of Sai Island. First Season at the Meroitic Cemetery 8-B-5.A », Sudan & Nubia, 13, 2009, p. 92-96.

John Garstang, Meroë. The City of the Ethiopians, Oxford, Clarendon Press, 1911.

John Garstang, « Third Interim Report on the Excavations at Meroë in Ethiopia », Liverpool Annals of Archaeology and Anthropology, 5, 1913, p. 73-88.

Jean-Claude Goyon et al., La construction pharaonique du Moyen Empire à l’époque gréco–romaine. Contextes et principes technologiques, Paris, Picard, 2004.

Albert Hesse, « Essai techno-chronologique sur la dimension des briques de construction », dans Jean Vercoutter, Mirgissa 1, Paris, Mission Archéologique Française au Soudan, 1970, p. 102-114.

Friedrich Hinkel, Uwe Sievertsen, Die Royal City von Meroe und die repräsentative Profanarchitektur in Kusch, Berlin, Akademie, (The Archaeological Map of the Sudan, 4), 2002.

Matthieu Honegger, « The Pre-Kerma Settlement at Kerma », dans Derek A. Welsby, Julie R. Anderson (éd.), Sudan Ancient Treasures, Londres, British Museum, 2004, p. 64-69.

Hugo Houben, Hubert Guillaud, Traité de construction en terre I, Marseille, Parenthèses, 1989.

Jean Jacquet, « Remarques sur l’architecture domestique à l’époque méroïtique : documents recueillis sur les fouilles d’Ash-Shaukan », Beiträge zur ägyptischen Bauforschung und Altertumskunde, 12, 1971, p. 121-131.

Timothy Kendall, « The Napatan Palace at Gebel Barkal: A First Look at B 1200 », dans William Vivian Davies, Egypt and Africa. Nubia from Prehistory to Islam, Londres, British Museum Press, 1991, p. 302-313.

Marc Maillot, Palais et grandes demeures du royaume de Méroé, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2016a, 2 vol. 

Marc Maillot, « The Palace of Muweis and the Early Meroitic Levels: The Contribution of Technological Analysis to the Architectural Study », Dotawo: A Journal of Nubian Studies, 3, 2016b, p. 178-200.

Maury E. Morgenstein, Carol A. Redmount, « Mudbrick Typology, Sources and Sedimentological Composition: A Case Study from Tell el-Muqdam, Egyptian Delta », Journal of the American Research Center in Egypt, 35, 1998, p. 129-146.

Martin Sauvage, La brique et sa mise en œuvre en Mésopotamie. Des origines à l’époque achéménide, Paris, Recherche sur les Civilisations, 1998.

Ingrid Sénépart, « Habitat et habitation. L’observation ethnographique », dans Alain Beeching, Ingrid Sénépart (dir.), De la maison au village. L’habitat néolithique dans le sud de la France et le Nord-Ouest méditerranéen, Paris, Société Préhistorique Française, 2009, p. 23-30.

Peter L. Shinnie, Rebecca J. Bradley, The Capital of Kush 1. Meroe Excavations 1965-1972, Berlin, Akademie (Meroitica, 4), 1980.

Peter L. Shinnie, Julie R. Anderson (éd.), The Capital of Kush 2. Meroë Excavations 1973-1984, Wiesbaden, Harrassowitz (Meroitica, 20), 2004.

Alan J. Spencer, Brick Architecture in Ancient Egypt, Warminster, Aris and Phillips, 1979.

Strabon, Géographie, trad. par Amédée Tardieu, Paris, Libraire Hachette et Cie,1867, t. 3.

Angela M. J. Tooley, Egyptian Models and Scenes, Londres, Shire Publications, 1995.

Laszlo Török, Meroe City. An Ancient African Capital. John Garstang’s Excavations in the Sudan. Part one: Text, Londres, Egypt Exploration Society, 1997.

Derek A. Welsby, The Kingdom of Kush. The Napatan and Meroitic Empires, Londres, British Museum Press, 1996.

Derek A. Welsby, « The Northern Dongola Reach Survey. Excavations at Kawa, 2007-8 », Sudan & Nubia, 12, 2008, p. 34-39.

Derek A. Welsby, « Kawa Excavations 2009-2010 », Sudan & Nubia, 14, 2010, p. 48-56.

Pawel Wolf, « Towards an Interpretation of the Great Enclosure of Musawwarat es-Sufra, Sudan », dans Timothy Kendall (éd.), Nubian Studies 1998. Proceedings of the Ninth Conference of the International Society of Nubian Studies, August 21-26, 1998, Boston, Boston, Department of African-American Studies, Northeastern University, 2004, p. 436-445.

Pawel Wolf (avec la contribution de Ulrike Nowotnick et David N. Edwards), « Settlement in the Meroitic Kingdom », dans Dietrich Raue (éd.), Handbook of Ancient Nubia, Berlin/Boston, De Gruyter, 2019, p. 713-782.

Pawel Wolf, Ulrike Nowotnick, Catharine Hof, « The Meroitic Urban Town of Hamadab in 2010 », dans Derek A. Welsby, Julie R. Anderson (éd.), The Fourth Cataract and Beyond. Proceedings of the 12th International Conference for Nubian Studies, Louvain/Paris/Walpole, Peeters (British Museum Publications on Egypt and Sudan, 1), 2014, p. 719-738.

Simone Wolf et al., » Meroë und Hamadab. Stadtstrukturen und Lebensformen im afrikanischen Reich von Kusch. Die Arbeiten der Saison 2008 und 2009 », Archäologischer Anzeiger, 2009/2, 2009, p. 215-262.

Charles L. Woolley, Karanog. The Town, Philadelphie, The University Museum (Eckley B. Coxe Junior Expedition to Nubia, 5), 1911.

Notes

1 Il n’y a à ce jour aucune indication de l’usage au Soudan antique de briques pressées ou modelées.

2 Le nom de « Koush », apparu au début du IIe millénaire av. J.‑C. dans les textes égyptiens, désigne les royaumes de Kerma (2500-1500 av. J.‑C.) puis, après la période de colonisation égyptienne et la conquête éphémère de l’Égypte par la xxve dynastie napatéenne, ceux de Napata (664-290 av. J.‑C.) et de Méroé (290 av. J.‑C.-350 apr. J.‑C.).

3 Cette enquête s’est déroulée entre juillet et novembre 2018. Nous souhaitons remercier à cette occasion la fondation Martine Aublet du musée du Quai Branly pour son soutien financier, la Section française de la direction des Antiquités du Soudan (SFDAS) et le service des Antiquités du Soudan (National Corporation for Antiquities and Museums) pour leur accueil, ainsi que nos deux amis, Awadallah Ali el-Basha et Imad Shorbagi pour l’intérêt qu’ils ont porté à ce travail et l’aide qu’ils nous ont apportée.

4 Groupe de trois briquetiers. L. 32,7 cm, l. 12,1 cm, bois peint. Beni Hassan, tombe 275, XIIe dynastie, 1985-1795 av. J.‑C. Londres, British Museum, EA 63837.

5 Deux moules à brique portant le cartouche de Touthmosis III et une consécration en partie effacée. L. 26,5 cm, l. 10,8 cm, h. 6 cm et L. 24 cm, l. 11,2 cm, h. 5,2 cm, bois. Thèbes, temple mortuaire de Touthmosis III, XVIIIe dynastie, vers 1479-1425 av. J.‑C. Berlin, Ägyptisches Museum und Papyrussammlung der Staatlichen Museen, ÄM 32191 et ÄM 32192.

6 Le jalous (équivalent de notre bauge) est une technique consistant à empiler des mottes de terre argileuse mélangées à de la paille ou à tout autre dégraissant.

7 À de rares exceptions près, voir par exemple Dunham, 1963, p. 11 et Wolf et al., 2014, p. 725.

8 Par exemple : Emery et Kirwan, 1935, p. 112 ; Shinnie et Bradley, 1980, p. 18 ; Bradley, 1984a, p. 197-200 ; Donadoni, 1993, p. 101 ; Anderson, Ahmed et Sweek, 2012, p. 75 ; Baldi, 2014, p. 50 et 54 ; Wolf et al., 2014, p. 727.

9 Notons que l’utilisation de la brique crue est en baisse au profit de la brique cuite, notamment dans les villes, et ce malgré la grande quantité de combustible nécessaire à la cuisson de celle-ci.

10 Pour une plus ample discussion sur les conditions de notre enquête, sur les prérequis nécessaires à l’analogie ethnoarchéologique et sur la définition des conditions de validation des propositions et du choix du référentiel, voir Choimet, à paraître.

11 Cet aménagement est appelé tarbeza, ce qui qui signifie littéralement la « table ».

12 À Tuti, les briquetiers emploient essentiellement de l’acacia (Acacia nilotica et Acacia seyal), de même qu’à Tabag où ils ont parfois aussi recours aux stipes des palmiers-dattiers (Phoenix dactylifera). D’autres essences sont utilisées dans la région de Khartoum comme le mesquite (Prosopis juliflora) et le nim ou margousier (Azadirachta indica). Sur les autres types de bois employés comme combustible dans le cadre de la fabrication des briques et leurs valeurs calorifiques respectives, voir Alam et Starr, 2009, p. 851. Du fumier compacté sous forme de galettes peut également servir de combustible, sans que jamais, selon ce qui nous a été rapporté, bois et fumier soient utilisés de concert.

13 Également dit moulage « au ballon ».

14 Les briques peuvent aussi sécher sur des claies (Abd Elslam Elsharif, 2010, fig. 2.1), mais ce cas de figure reste très rare.

15 Ces briques sont généralement plus grandes que les briques ordinaires, moins épaisses et avec une forte proportion de dégraissant végétal de façon à en réduire le poids (Spencer, 1979, p. 142 ; Baud, 2011, p. 352).

16 À ce sujet, voir Strabon, Géographie, XVII, 2, 2 sur les pratiques alimentaires des « Éthiopiens » (habitants du Soudan antique) : « Le mil et l’orge qui forment le fond de la nourriture des Éthiopiens leur fournissent en outre leur boisson habituelle ». Mil doit ici être entendu comme un synonyme de sorgho.

17 Type de brique caractérisé entre autres par une couleur grise à noire, un pH peu élevé et de grandes quantités de micas et de charbons (Morgenstein et Redmount, 1998, p. 137-139, tabl. 2 et 3).

18 Voir par exemple le bas-relief représentant Hatshepsout moulant une brique lors d’un rituel de fondation : Karnak, chapelle rouge, vestibule nord, deuxième assise, XVIIIe dynastie, vers 1470 av. J.‑C. (Burgos et Larché, 2006, p. 162).

19 Marc Maillot, communication personnelle.

20 À l’époque napatéenne, la taille des briques est d’environ 40 × 19 × 8,5 centimètres (Ahmed, 1992, p. 96).

21 Sur les fours de potiers dans la vallée du Nil moyen, se référer à : Adams, 1962, p. 62-75 ; Adams, 1986 ; Ahmed, 1994, p. 127-133 ; Török, 1997, p. 173-174 et pl. 140-144 ; Wolf et al., 2014, p. 728-730.

22 Mentionnons également l’initiative du réseau TCA, groupe de recherches sur les terres cuites architecturales. Nous remercions Laure Laüt d’avoir porté à notre attention l’existence de leurs travaux.

23 Voir la représentation d’une hutte de branchages sur un bol d’époque méroïtique : scène villageoise avec troupeau de bovins et traite. H. 17,3 cm, bronze. Karanog, tombe G 187, ii-iiie siècles apr. J.‑C. Le Caire, Musée égyptien, JE 41017.

24 Nous empruntons cette expression à Ingrid Sénépart : Sénépart, 2009, p. 24.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La fabrication des briques à l’époque pharaonique
Légende Thèbes, tombe TT 100, salle longitudinale, mur sud, section orientale, registre médian, XVIIIe dynastie, vers 1504-1425 av. J.‑C.
Crédits © D’après De Garis Davies, 1935, pl. LVIII.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 2. Architecture traditionnelle de Nubie soudanaise
Légende Maisons en brique crue (Sesebi) et couverture de palmes sur solives en palmier (Al-Khandaq).
Crédits © Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Carte 1. Localisation des deux briqueteries choisies dans le cadre de cette étude
Crédits © DAO Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Fig. 3. Préparation de la terre à bâtir
Légende Foulage aux pieds et à la houe dans une fosse créée par l’extraction progressive de limon sur les bords du Nil à Tuti.
Crédits © Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4. Moulage des briques
Légende L’ouvrier préposé au moulage dispose d’une réserve de terre à bâtir sur sa droite (en haut de la photographie) et d’un bassin rempli d’eau sur sa gauche pour rincer le moule.
Crédits © Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 5. Four à briques en cours de combustion
Légende Les conduits sont situés sur le côté droit de la structure (photographie des conduits après extinction du feu). À droite, les rejets de précédentes cuissons.
Crédits © Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Titre Fig. 6. Moulages « au coup de sable » et « au coup d’eau ».
Légende Emplacement et types de stigmates observés sur les briques après démoulage en fonction de la méthode utilisée.
Crédits © DAO Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 7. Moulage « au coup de sable »
Légende La face supérieure de la brique est lissée par le retrait du fond amovible et présente, sur tout son pourtour, un repli de terre résultant du retrait du cadre métallique. Quand elle sera retournée, de la terre et des végétaux auront adhéré à la terre humide de sa face inférieure.
Crédits © Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Titre Fig. 8. Briques crues comportant des empreintes faites au doigt destinées à faciliter l’adhérence du mortier (Soleb)
Crédits © Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 497k
Titre Fig. 9. Tabag, moules à brique à trois alvéoles et leurs fonds amovibles en bois.
Crédits © Gabrielle Choimet.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1006k
Titre Fig. 10. Kawa, four en brique crue F3 depuis l’est
Crédits © D’après Welsby, 2008, pl. XI.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/78567/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 529k

Auteur

Sorbonne Université, UMR 8167 Orient & Méditerranée, équipe Mondes pharaoniques
Thèse sous la direction de Pierre Tallet : « L’habitat urbain, villageois et isolé de Nubie et du Soudan central à l’époque méroïtique »

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search