Version classiqueVersion mobile

Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques

 | 
Fanny Bouché
, 
Liora Bouzaglou
, 
Alexandre Pinto
, 
et al.

Introduction

Isabelle Rodet-Belarbi

Texte intégral

1La 14e journée doctorale d’archéologie qui s’est déroulée sous la direction de P. Butterlin, avait pour thème « Artisanat et savoir-faire : archéologie des techniques ».

2Les travaux présentés ce jour ont particulièrement bien illustré cette archéologie des techniques par le biais de l’analyse de la chaîne opératoire et/ou de la chaîne de production. L’une et l’autre sont en effet des éléments fondamentaux qui servent pour ainsi dire de « colonne vertébrale » lors de la description et de la compréhension des gestes techniques, de l’enchaînement des différentes étapes de travail et de transformation des matières, selon leur ordre de déroulement, et ce, quel que soit le sujet d’étude (pour les matières dures d’origine animale, voir par exemple : Averbouh et Provenzano, 1998-1999 ; Feugère et al., 2008). Afin de compléter et de parfaire nos connaissances sur les procédés de fabrication et aussi sur les notions de transmission des savoirs, diverses disciplines, dont l’ethnologie et la tracéologie, peuvent venir au secours des archéologues, même dans le cas des périodes chronologiques pour lesquelles les textes et l’iconographie sont présents.

3Par ailleurs, si la définition du « savoir-faire » ne soulève pas de difficultés majeures, car elle recouvre des notions aisément circonscrites telles que « l’habilité acquise par l’apprentissage et l’expérience », « la compétence dans l’exercice d’une tâche » ou encore « la connaissance des moyens qui permettent l’accomplissement d’une besogne » ; il n’en est toutefois pas de même pour le terme « artisanat ». Celui-ci, indissociable de la notion de spécialisation qu’il sous-entend, est déjà employé pour le Néolithique (Binder et Perlès, 1990), mais pour cette période, le débat est le plus souvent orienté vers la circulation et les échanges de la matière première et des objets (Perlès, 1990 et 2012). Dans le cas des temps historiques, ce mot a fait couler beaucoup d’encre (Monteix, 2011). Et, même si nous disposons de sources textuelles, il faut bien avouer qu’elles ne sont pas toujours d’une grande aide. L’un des points de divergences entre les acteurs de l’archéologie gallo-romaine porte sur les activités telles que les transformations alimentaires ou la construction, qui peuvent ou non être placées sous ce vocable (Van Ossel, 1992 ; Ferdière, 1999). La localisation diverse des lieux de travail et/ou des centres de productions (ville et/ou sa périphérie, espaces ruraux) est une autre facette de cette problématique, toute aussi complexe à démêler (pour la Méditerranée occidentale, voir par exemple : Morel, 2010). Cependant, le consensus se fait autour de la notion d’une activité spécialisée permettant la production d’objets à partir de matière première et de l’idée que l’artisan peut vivre de cette production (Ferdière, 2001). On se situe donc entre le travail à la maison effectué par au moins un membre de la famille pour sa consommation propre et la production industrielle qui ne peut être nommée ainsi qu’à partir du xviie siècle. L’une des définitions de l’artisanat qui nous semble englober ses divers aspects a été proposée par Sophie Méry, Aline Averbouh, Patrice Brun, Claudine Karlin et Pierre de Miroschedji (2006). Sont pris en compte la taille de l’unité de production, la périodicité de l’activité, le niveau de segmentation technique, le niveau de segmentation spatiale, le volume de la production, le niveau d’autonomie vivrière, l’échelle de diffusion de la production, et enfin, le niveau de technicité. L’intérêt de ces critères est qu’ils peuvent être adaptés à toutes les périodes chronologiques et à tous les matériaux. L’un des exposés a cependant permis de prendre toute la mesure de la complexité du terme « artisanat » à travers l’exemple de la mouture en Grèce ancienne, travail effectué par les femmes, dans un contexte domestique, selon les textes et l’iconographie. Cependant, lorsque cette production « sort » de la maison pour devenir un artisanat et intégrer divers circuits commerciaux, les activités sont en partie reprises par les hommes, mais cette scission est floue, témoignant d’une porosité certaine entre les différentes étapes de production de la farine et de la place des acteurs pluriels.

4Les autres présentations de cette journée doctorale se rapportent à plusieurs périodes chronologiques – du Paléolithique supérieur au Moyen Âge – et à des zones géographiques variées – France, Italie, Bulgarie, Grèce, Proche-Orient, Soudan et aussi Chili et Pérou. Cette mosaïque est enrichie par la diversité des angles d’attaque choisis selon les sujets, pour l’étude du mobilier et pour l’élaboration des problématiques.

5La production des objets est abordée à travers l’exemple des agrafes de ceintures de l’âge du Fer d’Italie du Nord, en particulier de leurs décors. Elles sont étudiées tant d’un point de vue typologique que technologique. Ces deux piliers de l’analyse permettent d’entreprendre des comparaisons à l’échelle du territoire transalpin, en y associant d’autres mobiliers métalliques. L’examen technique est également employé lors de la relecture des céramiques, décorées ou non, des peuples Viru-Gallinazo et Mochica (côte septentrionale du Pérou). Les résultats remettent en cause l’antériorité de la première population sur la seconde et soulignent les contacts et les liens culturels entre ces deux groupes qui ont coexisté, via les savoir-faire mis en œuvre pour leurs productions céramiques. Toujours en Amérique latine, la fabrication des harpons ne se limite pas à celle d’un élémentaire outil de pêche. Elle s’inscrit dans une démarche complexe qui lie la côte de l’Océan Pacifique et la bordure du désert d’Atacama aux oasis de l’intérieur de la région (Nord Chili). Déchets de fabrication et ébauches, harpons usagés ou déposés dans les tombes sont autant de témoins pour tenter de comprendre la valeur de ces objets, plus que de simples ustensiles de pêche.

6Le sujet d’étude peut être également un système complexe englobant plusieurs composantes. C’est le cas dans la construction en bois et en terre en Bulgarie, durant le Chalcolithique. L’objectif est de saisir le rapport des constructeurs face à ces deux matériaux, et de mettre en évidence les constantes et les changements durant toute cette période chronologique, en évaluant la part de la transmission culturelle et celle des adaptations, ponctuelles ou non. Sur le continent africain, sont analysées les techniques de fabrication des briques utilisées dans la construction nubienne antique (Soudan). Toutes les étapes de la chaîne opératoire sont étudiées à la lumière de l’observation des pratiques actuelles. Cette approche ethnoarchéologique, encore peu fréquente pour l’Afrique, a un rôle important à jouer lors de l’étude de l’architecture vernaculaire traditionnelle. L’ethnologie associée à la tracéologie apportent également leur lot d’informations indispensables ; par exemple, lors de l’étude des outils osseux et lithiques du Paléolithique supérieur en France. Le travail du cuir ne laissant aucun témoignage archéologique, seules les traces sur l’outillage employé illustrent les gestes et mettent en évidence les procédés techniques mis en œuvre. Ethnologie et tracéologie aident également à l’analyse du tribulum qui est employé au moins depuis les premiers âges des métaux au Proche-Orient. Il s’agit d’un outillage élaboré. Sa fabrication et son utilisation ont dues être l’occasion d’interactions sociales et économiques importantes, puisque c’est encore le cas au sein des populations qui s’en servent toujours. On peut donc tenter de les évoquer grâce à l’ethnographie. Les allers-retours entre l’actuel et les périodes anciennes servent également à mieux décrire la variété des processus de fabrication de vivification à l’époque romaine. Les sources textuelles et archéologiques antiques sont questionnées au travers des chaînes opératoires de l’œnologie moderne.

7Par ailleurs, les analyses chimiques apportent elles aussi leur lot d’informations. Celles effectuées à partir des résidus mis au jour sur les parois d’un four à coupellation découvert à Argos (Grèce ; période submycénienne ou protogéométrique) témoignent du raffinage de l’argent et du degré de technicité des artisans. Dans le cas du charbon de terre, les analyses chimiques sont venues conforter celles effectuées en macro et microscopie, confirmant l’emploi de ce combustible fossile de l’Antiquité jusqu’au second Moyen Âge dans le Nord de la France, ouvrant des perspectives, tant sur son mode d’exploitation et de consommation que sur celui de sa circulation et de ses réseaux commerciaux.

8La richesse des présentations, le nombre des auditeurs et les fructueux échanges confirment, si besoin était, l’importance de ces journées doctorales d’archéologie. Faire un bilan sur l’état de ses recherches, exposer sa problématique, discuter de ses résultats sont des étapes parfois difficiles pour les étudiants, mais ô combien indispensables. Ces rencontres, concrétisées par le rendu d’un article expertisé puis publié, constituent une étape essentielle dans le cursus doctoral.

Bibliographie

Aline Averbouh, Noëlle Provenzano, « Propositions pour une terminologie du travail préhistorique des matières osseuses : les techniques », Préhistoire Anthropologie Méditerranéenne, 7-8, 1998-1999, p. 5-25.

Didier Binder, Catherine Perlès, coll. Marie-Louise Inizan, Monique Lechevallier, « Stratégies de gestion des outillages lithiques au Néolithiques », Paléo, 2, 1990, p. 257-283.

Alain Ferdière, « L’artisanat gallo-romain entre ville et campagne (histoire et archéologie) : position historique du problème, méthodologie, historiographie », dans Michel Polfer (dir.), Artisanat et productions artisanales en milieu rural dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain, Monographie Instrumentum, 9, Montagnac, éditions Monique Mergoil, 1999, p. 9-24.

Alain Ferdière, « La « distance critique » : artisans et artisanat dans l’Antiquité romaine et en particulier en Gaule », Les petits cahiers d’Anatole, 1, février 2001. En ligne : http://www.univ-tours.fr/lat/pdf/F2_1.pdf, consulté le 6 septembre 2019.

Michel Feugère, Vianney Forest, Philippe Prévot, « Une grille d’analyse pour décrire et comparer des ateliers de tabletiers ? », dans Isabelle Bertrand (dir.), Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ? Monographies Instrumentum, 34, Montagnac, éditions Monique Mergoil, 2008, p. 25-33.

Sophie Méry, Aline Averbouh, Patrice Brun, Claudine Karlin et Pierre de Miroschedji, « Protocoles de comparaison des formes de spécialisation des tâches et organisation sociétale », Techniques et culture, 46-47, 2006, p. 7-20.

Nicolas Monteix, « De “l’artisanat” aux métiers. Quelques réflexions sur les savoir-faire du monde romain à partir de l’exemple pompéien », dans Nicolas Monteix, Nicolas Tran (dir.), Les savoirs professionnels des gens de métier romains. Études sur le monde du travail dans les sociétés urbaines de l’empire romain, Naples, collection du Centre Jean-Bérard, 37, Archéologie de l’artisanat antique, 5, 2011, p. 7-26.

Jean-Paul Morel, « Topographie de l’artisanat et organisation du travail en Gaule méridionale et en Méditerranée occidentale jusqu’au début de l’Empire », dans Pascale Chardron-Picault (dir.), Aspects de l’artisanat en milieu urbain : Gaule et Occident romain, Revue Archéologique de l’Est, 28e suppl., 2010, p. 135-146.

Catherine Perlès, « L’outillage de pierre taillée néolithique en Grèce : approvisionnement et exploitation des matières premières », Bulletin de Correspondance Hellénique, 114-1, 1990, p. 1-42.

Catherine Perlès, « Le statut des échanges au Néolithique », dans Mònica Borrell (dir.), Networks in the Neolithic. Exchange of raw materials, products and ideas in the Western Meditteranean (VII-III milennium BC), Congrés Internacional Xarxes al Neolític, Revista del Museu de Gavà, 5, 2012, p. 539-546.

Paul Van Ossel, « Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule », Paris, Gallia, 51e suppl, CNRS, 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search