Version classiqueVersion mobile

Le football des nations

 | 
Fabien Archambault
, 
Stéphane Beaud
, 
William Gasparini

Troisième partie. Formes et logiques du soutien aux équipes nationales

« Qui pour soutenir l’Angleterre ? ». L’équipe nationale d’Angleterre et les Anglais (1966-2015)

Richard Holt et Dilwyn Porter

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais par Philippe Mothe.

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier Robert Colls (2002 et 2011), Richard Weight (2002) et Krishan Kumar (2003). Pou (...)

1Qui supporte l’Angleterre ? Comment et pourquoi le soutien apporté à l’équipe de football anglaise a-t-il changé ? Les sociologues se sont déjà emparés de ces questions ; les historiens commencent à peine à le faire. Certes, on a beaucoup écrit au sujet de l’équipe d’Angleterre proprement dite et il existe une abondante littérature historique sur l’identité anglaise au sens large. Mais on n’avait jamais rapproché l’une et l’autre1. À l’exception partielle de certains travaux sur le hooliganisme dans le football, les études sur la structure, le comportement et l’attitude des amateurs de sport eux-mêmes, qu’ils assistent aux événements ou le suivent à la télévision, sont rares. Compte tenu de la place historique du football en Angleterre, dont il est le sport le plus populaire, et de son potentiel en termes de symbolisme national, l’absence de travail historique sur les supporters anglais est particulièrement frappante. Jusqu’à récemment, aucun chercheur n’avait même demandé à des fans d’expliquer avec leurs propres mots pourquoi ils soutenaient l’équipe nationale. Ce terrain d’enquête souffrait d’un « total manque d’attention » (Abell et al., 2007).

2Nous nous proposons donc de procéder selon une perspective historique en nous demandant ce qu’ont été les principaux modes de soutien et en les reliant à des changements sociaux, culturels et politiques plus larges intervenus depuis les années 1960. Dans cette étude introductive, nous avons identifié trois grandes phases qui se recouvrent partiellement : d’abord, la période transitionnelle des années 1960 où la télévision a créé un nouveau public de masse pour un jeu qui, jusque-là, attirait surtout les hommes de la classe ouvrière ; ensuite, la période troublée des décennies 1970 et 1980 où l’équipe nationale ne sut pas tenir les promesses nées de la victoire anglaise lors de la Coupe du monde de 1966 et où apparut le hooliganisme ; enfin, l’évolution amorcée dans les années 1990 vers une version adoucie du soutien patriotique, désormais plus diversifié, familial, ouvert aux femmes et axé sur la consommation.

Le vieux monde du football anglais se transforme

3À l’aube du xxe siècle, le football était en Angleterre le sport hivernal le plus couru et le plus profondément enraciné dans la culture ouvrière. Mais ce pays avait beau avoir livré son premier match international en 1872, ce fut seulement dans les années 1960 que ce genre d’événement acquit une forte capacité à donner de la nation l’image d’une communauté imaginée. Avant l’avènement de la télévision, le football a longtemps facilité un attachement « à la communauté, à la ville et même à la région, mais rarement à la nation » (Matthew Taylor, 2008, p. 105-106). Deux facteurs principaux expliquent ce phénomène. Premièrement, pendant de longues années, le football international s’est résumé en Angleterre à des matchs contre des équipes représentant l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande. Créé en 1883, un championnat britannique fut disputé chaque saison durant les cent années qui suivirent. Ces « matchs internationaux entre soi » servaient à rappeler aux participants qu’ils partageaient la nationalité britannique et à contenir les expressions de franche anglicité. On tirait quelque satisfaction de battre ses voisins, mais – qu’on gagne, qu’on perde ou qu’on fasse match nul – ce tournoi interne n’engendrait pas assez d’étincelles pour allumer la flamme du nationalisme anglais (Huggins, Williams, 2006, p. 124-125).

  • 2 À partir de 1930, British Pathé rendit pourtant compte de certains matchs disputés par l’Angleterre (...)

4Deuxièmement, jusque dans la seconde moitié du xxe siècle, l’Angleterre demeura culturellement isolée des footballs européen et mondial. La English Football Association (FA) avait pris ses distances avec la FIFA en déclinant jusqu’en 1950 les invitations de celle-ci à participer à la Coupe du monde. Et ce n’est que dans l’entre-deux-guerres que des équipes nationales extérieures aux îles Britanniques furent conviées à jouer sur le sol anglais. Encore ces matchs-là étaient-ils limités à un par saison et disputés le mercredi après-midi pour ne pas coïncider avec les compétitions nationales entre clubs, jugées plus importantes. Quand l’Angleterre jouait à l’étranger – généralement lors de tournées effectuées à la fin de la saison nationale –, elle attirait peu d’attention médiatique. Les rédactions des journaux considéraient que, pendant les mois d’été, les lecteurs étaient plus tournés vers le cricket – que beaucoup tiennent toujours pour le jeu national anglais ; et les actualités cinématographiques n’accordaient qu’un minimum de place au football2. De sorte que pendant près d’un siècle, tandis que le jeu se répandait à travers le monde, les Anglais furent exposés dans une proportion très limitée au football international. Ils étaient beaucoup plus enclins à s’identifier à leur club local.

  • 3 Daily Express, 28 mai 1956, cité dans Wagner, 2015, p. 78-80.
  • 4 The Times, 12 octobre 1953.

5Alors que l’Allemagne déplaçait environ 10 000 supporters à Londres en 1935, il n’était pas dans les habitudes de leurs homologues anglais, avant le développement du tourisme sportif, de se rendre à l’étranger (Beck, 1999, p. 193). Il fallut attendre 1963 pour que la FA crée une Association des supporters du football anglais afin de faciliter leurs déplacements pour les matchs à l’extérieur, initiative qui prit brutalement fin un an plus tard (Rogan Taylor, 1995, p. 62). Avant les années 1960, les équipes d’Angleterre ne pouvaient compter en Europe sur un soutien conséquent que si une garnison britannique se trouvait à proximité. En Allemagne, en 1956, 4 000 soldats en quartier libre ont « applaudi et scandé “England, England” quatre-vingt-dix minutes durant », un événement à ce point inhabituel qu’il suscita des commentaires dans les comptes rendus de la rencontre. « J’ai connu l’époque où, quand on jouait à l’étranger, il n’y avait qu’une poignée d’Anglais pour nous soutenir de la voix », notait Billy Wright, capitaine de l’équipe d’Angleterre. « C’est à Berlin que nous avons eu de très loin le plus beau cortège de fans dont je me souvienne en dehors d’Angleterre3. » Au sujet d’un Pays de Galles-Angleterre de 1953, le Times mentionnait que la foule de Cardiff avait encouragé l’équipe galloise en chantant : « C’était la voix authentique du Pays de Galles qui s’élevait, lourde d’espoirs4. » Les supporters anglais, eux, s’exprimaient rarement, voire jamais, de cette façon. Pas plus qu’ils ne se rendaient à Glasgow pour soutenir leur équipe, contrairement à la Tartan Army qui répandait dans Londres ses dizaines de milliers de fans dans une parade de patriotisme culturel et de défi envers le voisin anglais plus riche et plus puissant. Certains récits de la victoire anglaise sur l’Allemagne en finale de la Coupe du monde 1966 à Wembley mentionnent qu’on y chanta l’hymne patriotique Rule Britannia, ce qui, pour les Anglais, fut « l’un des événements les plus intensément patriotiques de l’après-guerre » (Weight, 2002, p. 458-464 ; Goldblatt, 2014, p. 227-228). Le choix d’entonner cet air indique que, dans les années 1960, l’anglicité ne s’était pas encore libérée des entraves de la britannicité, et témoigne de l’amorce de ce processus tout autant que d’une victoire anglaise.

  • 5 Sunday Express, 31 juillet 1966. Cité dans Dilwyn Porter, 2009 ; ce sont les auteurs qui soulignent

6On est donc tenté de penser que, jusque dans les années 1960, les Anglais ont suivi leur équipe avec plus d’intérêt que de passion et ne l’ont fait par la suite que par intermittence. L’année 1966, « 66 » comme s’en souviennent ceux qui étaient à Wembley ce jour-là et les millions d’autres qui ont regardé la télévision, a fourni à la nation-hôte une occasion de céder à une démonstration assez bonhomme d’anglicité patriotique. Ce fut un moment très anglais. L’Écosse, le pays de Galles et l’Irlande du Nord n’avaient pu se qualifier. Dans leur couverture du tournoi, les médias se répandirent en célébrations d’anglicité pure. « Ce qu’ils raconteront à leurs petits-enfants dans quelques années », déclara le Sunday Express quand tout fut achevé, « c’est que ce fut l’audace anglaise, le cœur anglais et l’endurance anglaise qui eurent finalement raison de la résistance opiniâtre des Allemands5. » Ces propos résument un thème clé qui a traversé l’euphorie anglaise post-Coupe du monde. Comme un spectateur de Wembley l’a rappelé des années plus tard, il a connu « la fierté suprême d’être anglais avec tout ce qui s’y rattache de bien » ; il s’est aussi souvenu du « sentiment extraordinaire d’avoir vu l’histoire en train de se faire » (Shiel, 2000, p. 84). Une des raisons majeures pour lesquelles le sport joue un rôle dans la formation des identités nationales tient au fait qu’il fournit périodiquement des spectacles grand public auxquels on assiste ensemble, dont on se souvient collectivement et qui demeurent inscrits dans la psyché nationale, un processus facilité à tous les niveaux par la présence des médias. Ce qui explique que « 1966 » soit devenu, selon les termes de l’historien Matthew Taylor, « non seulement un pan essentiel du patrimoine sportif national, mais aussi une pierre angulaire de la culture populaire et de la mémoire collective anglaises (si ce n’est britanniques) » (Matthew Taylor, 2008, p. 293).

7L’année 1966 a marqué un tournant dans la relation entre les Anglais et leur onze national sur d’autres plans. Avant la victoire en Coupe du monde, la fréquentation des matchs de championnat nationaux était en déclin depuis de nombreuses années et, après un sursaut passager, cette tendance s’était confirmée. Pour autant, les Anglais ne s’intéressaient pas moins au football qu’avant ; simplement, ils pouvaient désormais choisir de s’y adonner sur des modes différents. Chacun ou presque ayant accès à la télévision dans les années 1960, le public potentiel des matchs internationaux était en fait plus nombreux et plus diversifié qu’il ne l’avait jamais été. Des recherches sur les audiences de la BBC ont montré que 30,5 millions de téléspectateurs britanniques – très majoritairement anglais – ont regardé la finale 1966 en direct, dont 26,5 sur la BBC. Soit cinq millions de plus que pour les obsèques nationales de sir Winston Churchill deux ans plus tôt. C’est la télévision qui a fait de la Coupe du monde 1966 « la grande expérience nationale partagée qu’elle est devenue » (Mason, 2006). Dès lors, des millions de personnes qui n’auraient jamais pensé assister à un match de football pouvaient s’identifier aux « boys de 66 ». « Mon frère, qui a 90 ans, a savouré tous les matchs à la télé, mais je précise qu’il réservait ses encouragements à l’ANGLETERRE », pouvait-on lire dans l’une des lettres de félicitations adressées au sélectionneur national Alf Ramsey. Les craintes exprimées par certains responsables de la BBC de voir la retransmission intégrale des matchs détourner les téléspectatrices de leur poste se sont révélées infondées puisque « pour la toute première fois, la diffusion du football à la télévision n’était plus une affaire strictement masculine, mais était parvenue à attirer l’attention d’un très grand nombre de femmes » (Chisari, 2006 ; Porter, 2009). En faisant vivre des matchs internationaux à des millions de foyers, la télévision démultipliait les possibilités de s’identifier à l’équipe d’Angleterre et à la version de l’anglicité qu’elle représentait. La remarque d’Eric Hobsbawm est restée célèbre : « La communauté imaginée de millions de gens semble plus réelle quand elle se trouve réduite à onze joueurs dont on connaît les noms. L’individu, même celui qui ne fait que crier des encouragements, devient lui-même le symbole de sa nation » (Hobsbawm, 1992, p. 183). L’expérience anglaise de la finale de la Coupe du monde jouée à Wembley le 30 juillet 1966 semblait indiquer que cet effet transformatif pouvait désormais être obtenu sans quitter son canapé.

8Même si le championnat international annuel entre équipes britanniques contribuait encore à entretenir un consensus politique autour de la britannicité, il devint de plus en plus clair dans les années 1950 que des rencontres de prestige contre de grandes puissances du ballon rond – Hongrie, Allemagne de l’Ouest, Brésil – revêtaient une importance supérieure. La qualification pour les phases finales de la Coupe du monde, exploit miraculeusement accompli en 1958 par les équipes représentant les quatre nations britanniques, devint une priorité. De plus, alors que les matchs internationaux entre l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande servaient naguère à leur rappeler les liens culturels qui les unissaient, ils devinrent des occasions d’afficher des différences nationales. La victoire de l’Angleterre en 1966 fut aussi mal perçue en Écosse qu’en Argentine, en France, en Allemagne ou dans tout autre pays convaincu que les hôtes du tournoi avaient en quelque sorte triché pour accéder à la finale avec l’aide d’officiels complaisants et d’arbitres bienveillants. En 1967, quand l’Écosse devint la première équipe à battre les nouveaux champions du monde en l’emportant 3-2 à Wembley, la tentation de faire éclater la bulle anglo-britannique fut irrésistible. Sur le terrain, Jim Baxter nargua impitoyablement ses adversaires en jonglant avec le ballon, « image imprimée de façon indélébile dans la mémoire de tout amateur écossais de football » (Gallacher, 2002, p. 193). Parallèlement, le journal The Scotsman rappelait à ses lecteurs que l’Angleterre était le plus ancien ennemi de l’Écosse. « Nous savons à présent ce que William Wallace a éprouvé après son succès à Stirling », concluait-il en référence à une victoire historique sur les Anglais remportée sur un antique champ de bataille en 1297 (Corbett, 2006, p. 243).

9Au cours de la décennie suivante, les relations footballistiques anglo-écossaises ne cessèrent de s’envenimer en raison de « la montée du sentiment nationaliste [en Écosse], combiné à un ressentiment anti-Anglais en nette augmentation. » L’invasion bisannuelle de Londres par des supporters écossais en route pour Wembley et le réflexe de sauve-qui-peut qu’elle déclenchait dans les médias rappelaient simplement aux Anglais qu’ils avaient des voisins différents d’eux et qui ne semblaient pas les aimer outre mesure. Lorsque l’Angleterre joua à Glasgow en 1976, la foule siffla le God Save the Queen et chanta Flower of Scotland, une chanson patriotique qui devait devenir l’hymne national écossais (Kowalski, 2004). Les matchs contre l’Irlande du Nord devinrent de plus en plus houleux et le championnat britannique fut suspendu pour la saison 1980-1981 quand on estima que l’Angleterre et le Pays de Galles ne pouvaient pas jouer à Belfast en toute sécurité. Le football anglais perdait de l’intérêt aux yeux de son public. En 1984, l’ultime rencontre internationale à domicile n’attira à Wembley que 24 000 personnes6. « Ce tournoi avait fait son temps, a rappelé David Lacey, journaliste de football, et, en Angleterre, on se disait en tout cas que l’équipe nationale aurait mieux fait de se mesurer au genre d’opposition qu’elle était plus susceptible de rencontrer en Coupe du monde ou au Championnat d’Europe7. » L’Angleterre avait, semble-t-il, mieux à faire que d’entretenir une tradition sportive britannique désormais en décalage avec son but initial.

  • 8 « Up the Strikers! », The Economist, 31 décembre 1960.

10Dans les années 1960, l’insularité qui dictait jusque-là les comportements anglais envers le football international a commencé à régresser, même s’il faut se garder de surestimer la rapidité avec laquelle cette mutation culturelle s’est opérée. Après avoir manqué trois Coupes du monde avant d’y prendre part en 1950, la FA ne s’est pas non plus précipitée sur la Coupe européenne des nations, créée en 1960, puisque l’Angleterre n’y a fait son apparition qu’en 1968. Il paraît probable que le public du football a exercé une influence positive à cette époque. En votant avec leurs pieds – on s’est beaucoup alarmé au sujet des « millions d’absents » qui avaient perdu l’habitude d’« aller au match » –, les consommateurs anglais de plus en plus aisés ont, en effet, exercé une pression suffisante pour entamer le conservatisme foncier de la FA, de la Football League et de ses 92 clubs affiliés. En 1960, prenant le pouls du changement social, The Economist se disait convaincu que « le temps du fidèle supporter de l’équipe professionnelle locale, avec sa casquette de grosse toile, [était] derrière nous ». Désormais, les fans recherchaient plutôt le meilleur divertissement disponible, en prenant par exemple leur voiture pour aller voir Manchester United contre Liverpool ou en restant tout simplement chez eux pour regarder la Coupe d’Europe à la télévision. « Le fan à l’ancienne n’est pas mort, il a plutôt été transporté dans une autre sphère », concluait le magazine8.

  • 9 Pour en savoir plus sur la large couverture télévisuelle des matchs de l’Angleterre entre 1965 et 1 (...)

11Le hasard fit qu’à cette même époque l’équipe d’Angleterre se trouvait, elle aussi, dans cette autre sphère. Ces évolutions simultanées consolidèrent la relation entre les Anglais et leur équipe nationale, incontestablement l’une des meilleures au monde entre le milieu des années 1960 et le début de la décennie suivante9. L’investissement émotionnel collectif culmina quand l’Angleterre se rendit au Mexique en 1970 pour défendre le titre conquis en 1966. À la télévision – en pleine campagne législative –, la politique livrait avec le football une bataille perdue d’avance, du moins jusqu’à ce que le onze national fût éliminé. Sur le terrain, l’Angleterre perdit 3-2 contre l’Allemagne de l’Ouest lors d’un quart de finale haletant, un spectacle qui attira sensiblement le même nombre de téléspectateurs que la finale de Wembley quatre ans plus tôt. Il paraît hautement improbable que la défaite anglaise ait été responsable du revers travailliste aux élections, mais le football semblait alors avoir acquis une telle importance que cette hypothèse fut sérieusement envisagée (Sandbrook, 2006, p. 775-779 ; Harrison, 2009, p. 470).

Déclin national et années hooligans

12La victoire anglaise à la Coupe du monde 1966 fut marquée par des célébrations enthousiastes : le West End londonien « fut le théâtre d’une énorme fête improvisée ». Certains se jetèrent dans les fontaines de Trafalgar Square, mais pour la plupart des Anglais, « baigner dans l’euphorie leur suffisait », comme l’a noté à l’époque Hugh McIlvanney, journalise à l’Observer (McIlvanney, 1966, p. 164). Par la suite, il ne serait pas rare d’entendre reprocher à l’épisode de 1966 d’avoir fourni une énième raison de chercher une consolation dans le passé au lieu d’affronter les réalités du présent et d’un avenir incertain. Mais, pendant une période, même après le quart de finale perdu de 1970, la performance de l’équipe nationale, relatée avec bienveillance par les médias, a résonné de signaux positifs sur ce qu’était être Anglais. L’historien du football Jonathan Wilson a soutenu que ce ne fut qu’après la défaite de juin 1972 contre l’Allemagne de l’Ouest à Wembley que « le fait que l’équipe Angleterre n’était plus la meilleure du monde était devenu irréfutable » (Wilson, 2010, p. 149). Au début des années 1970, le football était déjà à ce point universel et enraciné dans la culture populaire que les matchs internationaux télévisés, désormais visibles en couleur, prirent leur place dans le processus banal par lequel l’identité nationale anglaise se façonnait et se reproduisait.

  • 10 Daily Mirror, 17 novembre 1977.

13Mais alors qu’en 1966 le succès avait donné aux Anglais une bonne estime d’eux-mêmes, l’incapacité de l’équipe nationale des années 1970 et 1980 à faire aussi bien ne fit que nourrir un ensemble de craintes liées à la perte par la Grande-Bretagne de son statut de grande puissance et à son économie déficiente. « À la fin des années 1960, le “déclinisme” – la certitude que la Grande-Bretagne était un pays en déclin – était très répandu », a observé l’historien Paul Addison (Addison, 2010, p. 224). Alors même que les Anglais étaient globalement plus prospères qu’ils ne l’avaient jamais été, l’idée qu’ils appartenaient à un vieux pays qui avait connu des jours meilleurs tourna à l’obsession nationale (Tomlinson, 2009). Dans ces conditions, l’incapacité de l’Angleterre à atteindre les phases finales du Championnat d’Europe des nations et de la Coupe du monde entre 1970 et 1980 ne fit que conforter le pessimisme culturel ambiant. La couverture médiatique accrue de l’équipe nationale, en hausse après 1966 où la victoire avait eu pour effet de doper l’anglicité, produisait désormais l’effet inverse. « Le temps où l’on pouvait prendre fait et cause pour l’Angleterre et se lancer dans des pronostics audacieux avec quelque certitude d’avoir raison est depuis longtemps révolu », constatait le Daily Mirror avant un match qualificatif pour la Coupe du monde contre l’Italie en 197710. Les mornes introspections des pages sportives banalisèrent l’idée du déclin de la Grande-Bretagne, au point de l’ancrer dans le discours quotidien. Or l’Angleterre battit l’Italie, mais échoua à se qualifier pour la phase finale. Que pouvait-on attendre d’autre d’une équipe représentant une nation de plus en plus persuadée que son pays était « le malade de l’Europe » ? Et la qualification de l’Écosse pour l’édition 1978, comme pour celle de 1974, ne fut pour l’Angleterre d’aucune consolation.

14En 2012, lorsque le Conseil des arts de Norvège fut invité à proposer des trésors de son patrimoine pour le programme « Mémoire du monde » de l’Unesco, la liste soumise contenait un extrait du commentaire radiophonique de Bjørge Lillelien après la victoire de son pays sur l’Angleterre dans un match qualificatif pour la Coupe du monde en 1981 :

C’est absolument incroyable ! Nous avons battu l’Angleterre, la patrie de géants comme lord Nelson, lord Beaverbrook, sir Winston Churchill, lord Anthony Eden, Clement Attlee, Henry Cooper, Lady Diana ! Nous les avons tous battus !

Maggie Thatcher, m’entendez-vous ? Maggie Thatcher, j’ai un message pour vous : on a éliminé l’Angleterre de la Coupe du monde de football […]. Vos joueurs ont pris une sacrée raclée11 !

  • 12 Sun, 11 septembre 1981.

15En Angleterre, les paroles de Lillelien eurent une résonance forte et restent encore gravées dans les mémoires. Amplement relayées par la télévision, la radio et la presse, elles contribuèrent à définir le profil du citoyen anglais à l’aube des années 1980, celui d’un acteur enrôlé malgré lui dans l’interminable mélodrame du déclin national. L’équipe d’Angleterre se remit de cette défaite et se qualifia pour la phase finale de 1982, mais le constat avait été dressé et validé. Le Sun, alors le plus vendu des tabloïds du pays, fit paraître ce titre apocalyptique « C’EST LA FIN DU MONDE POUR L’ANGLETERRE » et informa ses lecteurs que les anciens champions du monde étaient « relégués parmi les républiques bananières du football mondial12 ». Pour le lectorat de la presse populaire, le doute n’était plus permis : les déceptions que leur causait l’équipe nationale étaient l’indice d’un malaise plus général (Porter, 2004).

  • 13 Pour un tour d’horizon de la littérature sur le hooliganisme lié au football, voir Matthew Taylor, (...)

16Dès lors, surtout quand elle jouait en Europe, l’Angleterre fut escortée d’une petite armée de supporters, principalement masculins et jeunes, que l’on ne tarda toutefois pas à rattacher au problème plus vaste du hooliganisme découvert en 1975 lors d’un match au Luxembourg. Officiellement créé par la FA en 1978 afin de gérer la distribution de billets pour les matchs à l’extérieur, un « Club déplacements » attira 8 000 membres, mais beaucoup de fans voyageaient par eux-mêmes – souvent sans billets – et, les jours de match, prenaient part aux déprédations partout où l’Angleterre jouait. La violence liée au football, problème intérieur depuis la fin des années 1960, touchait désormais l’équipe nationale, occultant son parcours de qualification pour la phase finale du Championnat d’Europe des nations (1980) et celle de la Coupe du monde (1982). « Il s’agit sans doute d’une forme de patriotisme dévoyé », déplorait Ted Croker, secrétaire de la FA, « mais nous pourrions nous en passer » (Croker, 1987, p. 150-151). En Angleterre, le hooliganisme suscitait autant de réflexions angoissées sur l’état de la nation que de soulagement quand un match à l’extérieur se déroulait sans incident majeur. Les téléspectateurs s’habituèrent à voir des fans anglais « se battre pour leur pays » en Europe et au-dehors, affichant les pires traits du dogue anglais dans le but d’intimider les minorités ethniques et les étrangers. Souvent qualifiée dans les médias de « mal anglais », la violence liée au football menaçait de rompre l’attachement sentimental du grand public pour le onze national et pour le jeu lui-même. « Ceux qui ont déserté le jeu », a rapporté l’historien du football James Walvin, « citent le hooliganisme comme principale cause de leur désenchantement et il n’y a aucune raison de douter de leur parole » (Walvin, 2001, p. 154-165)13.

  • 14 London Review of Books, 1er juin 1989, p. 24.

17Battue par l’Argentine en quart de finale de la Coupe du monde 1986, l’Angleterre fut laminée en phase finale du Championnat d’Europe des nations 1988 où elle perdit ses trois matchs de groupe. John Lanchester, romancier, critique et à l’occasion écrivain du football, estimait que le style de jeu de l’équipe nationale, fondé à outrance sur la « couverture de terrain » et les « balles longues », traduisait un parti pris typiquement anglais d’isolement culturel, « un refus de l’autre et un repli sur soi caractéristiques ». On considérait que « les étrangers [avaient] peut-être un talent supérieur, mais [que] nous nous [imposerions] par notre ténacité et notre allant14 ». Le bannissement de cinq ans imposé aux clubs anglais dans les compétitions européennes à la suite des morts du Heysel en 1985 n’y fit rien et on ne s’attendait à rien de bon lorsque l’Angleterre se rendit en Italie pour la Coupe du monde 1990. « On était une équipe du passé […] cadenassée dans des modes de pensées dont on savait qu’ils ne fonctionnaient plus », regrettait Pete Davies dans son portrait pénétrant des joueurs et des supporters d’« Italia ’90 ». Le reste du monde avait avancé, mais nous, « nous étions restés sur notre île avec nos industries déclinantes et notre 4-4-2 » (Davies, 1991, p. 315). Le titre de son livre, All Played Out (À bout), renvoie à l’idée d’un football anglais en proie à une crise profonde – à l’image de la Grande-Bretagne amère et divisée de Margaret Thatcher. Les industries lourdes du Nord et la culture ouvrière urbaine dans laquelle le football professionnel anglais avait fait son lit depuis la fin du xixe siècle disparaissaient à toute allure. Venu du Sud, un vent nouveau d’abondance et de consommation allait, à terme, façonner une forme moins violente et moins chauvine de soutien à l’équipe d’Angleterre.

18La transition ne fut pourtant pas immédiate et ces manifestations concurrentes d’anglicité coexistèrent quelque temps durant la décennie 1990. À la Coupe du monde italienne de 1990, on avait fait en sorte que tous les matchs de groupe de l’Angleterre se jouent en Sardaigne, où le fort contingent de police armée ferait plus facilement face à la menace que constituaient les hooligans anglais. Mais un mode de soutien plus complexe se faisait alors jour. Davies se souvient d’une rencontre avec des fans anglais dans un café de Cagliari :

Il y avait là un électricien […] un ingénieur en mécanique et un conducteur de machine […] un peintre, un facteur, un tailleur de pierre […] un ouvrier, un type d’une filature de coton, un employé de banque, un sous-directeur de magasin de vêtements pour hommes, un cuisinier, un ouvrier irlandais et une réceptionniste […]. Un seul avait un hébergement et des billets […] et tous avaient probablement moins de 25 ans (Davies, 1991, p. 181).

19Ils étaient là car, comme a dit l’un d’entre eux, « [ils étaient] l’Angleterre ». La plupart étaient pacifiques, mais il existait aussi un noyau dur de fans violents, mus par un « goût paranoïaque du défi entretenu à la bière ». Pour Davies, ils reflétaient ce qui était arrivé à l’Angleterre dans les décennies 1970 et 1980, lorsque ses industries et sa classe ouvrière naguère respectable se sont désintégrées. « Le hooligan n’est pas une espèce d’animal à part », concluait-il. « Il est notre propre conclusion logique. Il est nous. Il est à bout » (Davies, 1991 , p. 214). Mais ce discours décliniste fut démenti par l’événement lui-même. Malgré des présages défavorables pour l’équipe et pour l’ordre public, l’Angleterre atteignit les demi-finales et ne s’inclina face à l’Allemagne qu’aux tirs au but.

Convivialité et consommation

20Rétrospectivement, 1990 marqua un tournant, même si on mit du temps à s’en apercevoir. L’Angleterre échoua à se qualifier pour la phase finale de la Coupe du monde de 1994, et la violence liée au football refit surface sporadiquement, notamment à Dublin en 1995 où un match contre la république d’Irlande fut arrêté à la suite d’une émeute déclenchée dans le stade par des supporters anglais. Pourtant, lors du Mondial italien de 1990, l’équipe tissa des liens nouveaux avec la nation anglaise. La séance de tirs au but de la demi-finale, jouée devant 26,6 millions de téléspectateurs, fut suivie par un public plus classe moyenne qu’en 1966 et plus féminin. La retransmission de la BBC s’ouvrit par des plans de fresques de la Renaissance et de danse classique avant d’enchaîner avec une séquence de grands moments de « beau jeu », le tout sur les envolées de Pavarotti dans l’aria Nessun dorma de Puccini15. Après la tragédie de Hillsborough en 1989 – le tréfonds du football anglais où 96 supporters de Liverpool périrent écrasés lors d’un match –, il redevenait possible de prendre plaisir à un spectacle réjouissant dont l’Angleterre sortit la tête à peu près haute. Paul Gascoigne (« Gazza ») pleura d’avoir manqué, et l’Angleterre avec lui, l’occasion d’atteindre la finale. Les larmes de Gazza firent vendre des millions de T-shirts et suscitèrent un flot de commentaires car elles exprimaient combien l’Angleterre avait envie de gagner et combien aussi la culture masculine avait changé. La modestie et la maîtrise de soi cédaient le pas à une masculinité plus expressive. Vingt ans plus tard, ce moment de basculement fut célébré par un documentaire télévisé, Gazza’s Tears: The Night that Changed Football16.

  • 17 Tony Parsons cité dans Julie Burchill, « Call Me Middle Class and I’ll Punch You », Guardian, 12 av (...)

21Jusque-là, l’aspect sexualisé de l’image du footballeur avait été refoulé. Désormais, affranchis de la « réserve » et de la respectabilité anglaises, les joueurs vedettes commençaient à incarner un nouveau type d’anglicité. Au milieu des années 1990, ils avaient à leur tête David Beckham, Londonien d’extraction ouvrière qui devint non seulement le capitaine de l’équipe d’Angleterre, mais aussi une « icône de style » métrosexuelle, surtout après son mariage avec Victoria, pop star issue de la classe moyenne. Les Beckham devinrent les références d’une nouvelle version de l’identité nationale anglaise, adepte des valeurs familiales et du patriotisme à l’ancienne, mais aussi d’une consommation effrénée. Selon la remarque judicieuse du journaliste Tony Parsons, « les enfants de la classe ouvrière ne [voulaient] pas accéder à la classe moyenne, ils [voulaient] devenir riches17 ». Quel meilleur symbole de ce monde nouveau que le capitaine de l’Angleterre ? Il avait pour lui une belle frimousse, une jolie « WAG » (wife and girlfriend, « épouse et compagne ») et le talent de contourner les murs de défenseurs par des coups francs enroulés. Les Beckham habitaient un énorme manoir à la campagne, surnommé par les tabloïds « Beckingham Palace ». On était à cent lieues des discrets héros d’origine ouvrière de 1966 qui vivaient dans de modestes maisons mitoyennes et ne rechignaient pas à déjeuner en public dans les restaurants d’autoroute (Porter, 2009). Loin de faire fuir les fans, ce nouvel étalage de richesses les attira.

22Pour l’ancienne génération, l’« Euro 96 », première grande compétition internationale organisée en Angleterre depuis 1966, réveilla les souvenirs d’un temps où l’équipe et la nation étaient unies dans le triomphe, dans une bienheureuse inconscience du déclin et du désenchantement qui allait suivre. En parvenant jusqu’en demi-finales, l’Angleterre provoqua un renouveau de « patriotisme doux » par-delà les barrières de classe, de genre et de génération. Avant la demi-finale – forcément contre l’Allemagne –, le Daily Mirror bombarda ses lecteurs de titres guerriers prétendument drôles (« ACHTUNG! SURRENDER », « ACHTUNG! RENDEZ-VOUS ») et d’épais stéréotypes nationaux sur les Allemands. Cette campagne trouvait peut-être son origine dans des angoisses subliminales nées de la réunification allemande, mais elle devait sans doute davantage à la volonté du Mirror d’égaler son rival, le Sun, dans une guerre des tirages de plus en plus impitoyable. « Tancé par une direction inquiète et par un millier de lettres de protestation », le Mirror fut obligé de faire machine arrière, même si sa campagne controversée se voulait plus espiègle, dans la tradition de la pantomime anglaise, qu’authentiquement xénophobe, selon l’avis de Christopher Young (Ramsden, 2006, p. 401-402 ; Young, 2007). Il faut évidemment reconnaître que beaucoup d’Allemands ne goûtèrent pas cet humour. En 1990, les manifestations déclarées de nationalisme anglais – surtout si elles offensaient un partenaire majeur de l’Union européenne (UE) – pouvaient être aussi gênantes que si elles avaient visé les Écossais, les Gallois ou les Irlandais à l’époque du tournoi interne à la Grande-Bretagne. En outre, elles tranchaient avec la tonalité plus modérée de la politique britannique envers l’UE durant cette période post-thatchérienne.

23Le football était de plus en plus loué pour son côté œcuménique et « cool ». Adoptée comme hymne officieux de l’Euro 96, la chanson Three Lions fut un bon indicateur du sentiment national dominant. Avec sa répétition incantatoire de la formule « Le football revient chez lui », elle créait une identification rassurante du football avec l’anglicité tout en rejetant le triomphalisme sommaire et l’excès de confiance nationaliste. David Baddiel et Frank Skinner, ses compositeurs et interprètes, étaient des célébrités du supporterisme footballistique, surtout connus pour l’ironie de leurs numéros de comédie. Leur chanson décomplexée témoignait d’un nouveau réalisme en acceptant l’idée que la victoire de 1966 resterait vraisemblablement sans lendemain. Mais elle s’autorisait à espérer : « Trente ans de douleur ne m’ont jamais empêché de rêver. » Elle eut donc une fonction thérapeutique « en prenant acte des déceptions passées tout en permettant aux supporters de rêver de succès » (Porter, 2009 ; Young, 2007). Lorsque l’Allemagne élimina l’Angleterre aux tirs au but en demi-finale, la déception fut forte, mais n’entraîna aucun incident dans le stade, tout juste un accès mineur de violence – scénario impensable si un tel événement s’était produit dix ou quinze ans plus tôt.

24Ce changement de sensibilité, symbolisé par l’adoption chez les fans anglais du drapeau de saint George au lieu de l’« Union Jack » britannique, fut visible pour la première fois lors du tournoi de 1996 et de plus en plus par la suite (Weight, 2002, p. 708-710). Il préfigurait en partie les dévolutions écossaise et galloise qui, entrées en vigueur en 1999, firent mieux prendre conscience aux Anglais que leur pays était une composante autonome de l’État multinational historique connu sous le nom de Royaume-Uni. Mais en 2004, quand l’Angleterre atteignit la phase finale de l’Euro au Portugal, « dans chaque ville – et dans chaque quartier de chaque ville – le drapeau [de saint George] était partout », en particulier fixé aux voitures, notamment à celles conduites par des femmes. Selon le sociologue Anthony King, en l’adoptant massivement – il était jusqu’alors associé aux pratiques de l’extrême droite –, on revendiquait son appartenance à « une communauté fluide et reconnaissable, faite de millions de personnes qui se ressentaient comme anglaises et étaient tournées ensemble vers le même but » (King, 2006, p. 249 et 251). C’était peut-être vrai, encore que les supporters anglais parlaient rarement de leur comportement en ces termes. Abell et al. ont exploité trois séries de données issues d’entretiens effectués entre 2002 et 2004 pour comprendre « comment en Angleterre on envisageait réellement le football en relation avec l’identité nationale ». Seulement six supporters sur les cent consultés ont fait état d’un lien entre le soutien à l’équipe nationale et un patriotisme anglais plus vaste. Même ceux portant la croix de saint George peinte sur le visage n’étaient pas spécialement nationalistes dans leur attitude (Abell et al., 2007). Des recherches plus récentes réalisées par le biais d’enquêtes en ligne entre 2006 et 2009 ont confirmé l’idée que le soutien à l’Angleterre était de nature souvent superficielle et contingente et non profonde et permanente, la plupart des supporters disant préférer leur club à leur pays (Gibbons, 2011). Cela rejoint la forte impression ressentie par Kevin Moore, directeur du National Football Museum, en constatant qu’au cours des douze mois qui ont suivi l’ouverture de ce lieu à Manchester en 2012, aucun visiteur n’avait laissé de commentaire sur l’équipe nationale.

  • 18 Cité dans Sean Ingle, « Rioting, Violence and Shame. Memories of Ireland v England in 1995 », Guard (...)

25Si l’on accepte l’idée que, pour beaucoup d’Anglais, le lien entre équipe nationale et identité nationale est relativement faible, il faut se demander pourquoi de plus en plus de supporters ont suivi l’Angleterre dans les phases finales des grands tournois, dans des tenues et avec des attitudes ostensiblement patriotiques. L’étude ethnographique de Tim Crabbe sur les fans anglais présents à Cologne lors de la Coupe du monde de 2006 révélait qu’ils avaient fait le voyage pour toutes sortes de raisons, la moindre n’étant pas les bénéfices qu’ils pouvaient tirer de leur appartenance à une « communauté performative » qui avait voyagé non seulement pour regarder, mais pour participer. En tant que président de l’Association des supporters du football, Crabbe a rencontré des milliers de fans. Certains « étaient des étudiants costumés qui participaient à un enterrement de vie de garçon » ; d’autres des « survivalistes » qui n’avaient ni billets ni hébergement, mais voulaient juste se joindre à la fête ; d’autres encore des « internationalistes » motivés avant tout par l’amour du jeu et bien décidés à s’amuser, que l’Angleterre gagne ou perde ; d’autres enfin des « salariés » qui passaient là de coûteuses vacances au frais de leur patron ; certains appartenaient à des groupes de supporters habilités par la FA à soutenir l’équipe (Crabbe, 2008). Mark Perryman, qui a étudié de près ces évolutions, a conclu avec optimisme que « les fans anglais d’aujourd’hui construisent une nouvelle tradition […], quelque chose de bien enraciné, de très spontané, qui part de la base », tout en étant conscient que l’avènement de nouvelles cultures de soutien n’avait pas entièrement éradiqué l’ancienne (Perryman, 2010, p. 75). Anne-Marie Mockridge, qui dit avoir assisté à tous les matchs de l’Angleterre depuis 1992, corroborait cet optimisme prudent. « Il y aura toujours des éléments [perturbateurs], déclarait-elle en 2013, mais les fans font mieux la police dans leurs rangs qu’avant. » Supporter l’Angleterre est devenu une pratique culturelle plus ouverte, ce qui est un atout : « Avoir plus de familles, de femmes et d’enfants, c’est essentiel aussi18. »

26En termes de comportement, les fans misent de plus en plus sur le carnavalesque, une tendance qui s’est confirmée lors des Coupes du monde en Afrique du Sud (2010) et au Brésil (2014), malgré les performances à chaque fois décevantes de l’Angleterre. En 2010, un observateur « [fut] frappé par le nombre de femmes et de familles présentes aux matchs de l’Angleterre et par le fait que les gens étaient là pour faire la fête ». Beaucoup s’étaient déguisés pour l’occasion, que ce soit avec la tenue de l’équipe nationale, en chevaliers – le thème de saint George était très prisé – ou en Fabio Capello, l’entraîneur de l’Angleterre, avec perruque frisée et blazer (Goldblatt, 2014, p. 248). Nombreux furent alors les supporters à aller au match pour être vus, pour faire eux-mêmes le spectacle. La présence de la télévision encourageait les individus et les groupes à se mettre en scène, à rivaliser pour attirer l’attention des cadreurs et des réalisateurs. Les spectateurs regardaient les écrans géants pour voir si on les avait remarqués. Les réseaux sociaux offraient aux fans d’innombrables possibilités d’apparaître sur des écrans ; l’ère du « selfie » omniprésent commençait (ibid., p. 38-43). Dans le contexte du spectacle footballistique international, ce narcissisme était partagé par tous les pays, et les supporters anglais ne faisaient que suivre les tendances culturelles et profiter des possibilités techniques de la postmodernité. Au pays, ceux qui n’avaient pu s’offrir un billet vers une destination lointaine pouvaient vivre une Coupe du monde ou un Euro lors de barbecues estivaux, de pique-niques et de soirées ou regarder les retransmissions télévisées au pub du coin ou sur les grands écrans désormais dressés dans les lieux publics.

27En 2014, « ITV Fever Pitch » à Manchester se voulait « l’endroit le plus excitant et le plus dépaysant de tout le pays pour regarder la Coupe du monde ». Il permettait de suivre les matchs de l’Angleterre sur des « méga-écrans », assis dans des gradins installés autour d’un terrain de beach soccer – on avait fait venir 450 tonnes de sable – où, entre les rencontres télévisées, des équipes venues d’Angleterre, d’Italie, d’Uruguay et du Costa Rica disputaient leur propre version des véritables matchs du groupe. Les spectateurs pouvaient « décompresser » sur « Little Copacabana », version mancunienne miniature de la célèbre plage brésilienne19. C’était le genre de lieu « éphémère » – et on en trouvait une très forte concentration à Londres – conçu pour attirer ceux en qui Mike Savage, dans sa monumentale étude récente sur les classes sociales, voit une nouvelle « élite fortunée ordinaire », apparue depuis les années 1980 et représentant désormais 6 % de la population. Ces entrepreneurs, financiers, avocats et surdoués de l’informatique, disposant chacun d’un confortable revenu à dépenser pour eux-mêmes et leurs familles, ont beaucoup plus tendance à se tourner vers les musiques actuelles, les jeux informatiques, les réseaux sociaux et le sport que vers la culture cérébrale (Savage, 2015, p. 112). Le fait d’assister aux matchs de gala de l’Angleterre dans le nouveau Wembley, peut-être à l’invitation d’une grande entreprise, cadre parfaitement avec des schémas de dépenses qui incluent probablement déjà l’abonnement télé à la Premier League et le paiement à la demande. Dans le temple du football anglais, les loges privées sont commercialisées sous le slogan « Recevoir dans l’intimité, communier dans le plaisir. » Comme le remarquait dernièrement le directeur général de la Premier League, « le football est un produit optimiste, synonyme d’ascension sociale et d’idéal » (Goldblatt, 2014, p. 1). Quand un match international de football n’est plus qu’une marchandise expérientielle parmi d’autres, l’événement lui-même, peu importe où et comment il est consommé, est souvent plus important que le match proprement dit. Dans ces conditions, se consacrer à l’équipe nationale est probablement autant une affaire de choix de consommation qu’une affirmation d’identité nationale. De plus, la marge pour exercer ce choix est déterminée par le prix. Le problème de l’« ascension sociale », c’est qu’elle laisse toujours quelqu’un à la traîne.

28Cette étude a débuté au moment où l’Angleterre quittait l’ancien monde du football ouvrier, lorsque tous les matchs avaient lieu le samedi après-midi et que très peu étaient télévisés en direct. La victoire anglaise de 1966 a élargi le public de l’équipe nationale et coïncidé avec l’arrivée de la télévision en couleur et l’amélioration des retransmissions : ralentis, reprise instantanée des actions, diffusion en couleur et plateaux de « consultants », ces spécialistes qui expliquaient ce qui se passait sur le terrain et dispensaient aux téléspectateurs, dont beaucoup n’avaient jamais assisté à un match depuis les tribunes, le savoir et le vocabulaire nécessaires pour discuter du jeu à la maison, au travail et au pub. Pendant un certain temps, l’équipe d’Angleterre, qui obtint d’excellents résultats entre le milieu des années 1960 et le début de la décennie suivante, s’invita dans une conversation nationale plus immédiate et excitante que la lecture des articles dans les journaux. Tout cela favorisa un élargissement de son soutien. Mais le développement d’une sous-culture hooligan, qui accompagna l’équipe nationale dans les années 1970 et 1980 et coïncida avec des résultats décevant dans les grandes compétitions, empêcha ce soutien de se muer en une base de supporters forte, permanente et motivée.

29Apparue dans les années 1990, une nouvelle culture du supporter anglais, façonnée par des rapports nouveaux avec les médias et par une population postindustrielle plus diversifiée, connut un essor rapide après 2000. Par rapport aux années 1960, le soutien au onze national pourrait être qualifié de vaste, composite, superficiel et intermittent. Les matchs de l’Angleterre sont des occasions d’exprimer une identité nationale sur un mode généralement convivial. Les hommes ont toujours plus tendance à les suivre que les femmes, encore que l’intérêt féminin ait progressé et que la proximité avec l’équipe nationale fluctue selon l’importance de la rencontre et l’identité de l’adversaire. Mais une invitation à une soirée se refuse difficilement, surtout si celle-ci permet de se montrer devant une caméra et de se livrer à une consommation ostentatoire. « Y être », que ce soit dans un stade à Manaus ou dans un bar éphémère de Manchester, semble souvent plus important qu’exprimer un sentiment partagé d’anglicité, alors que c’est lui qui justifie et favorise la démarche initiale. Cependant, pour la plupart des supporters convaincus, une fidélité au club, bien enracinée, demeure plus forte qu’une quelconque affinité avec l’équipe nationale. D’ailleurs, le succès de la Premier League anglaise depuis 1992 a probablement renforcé cette tendance car les clubs de l’élite ont désormais les moyens d’engager les meilleurs talents de la planète pour composer des équipes supérieures en qualité à n’importe quelle sélection anglaise. Dans l’Angleterre postindustrielle, les supporters de football placent donc encore leur club avant leur pays, comme ils le font depuis l’avènement du jeu moderne à la fin du xixe siècle.

Bibliographie

Jackie Abell et al., « Who Ate All the Pride? Patriotic Sentiment and English National Football Support », Nations and Nationalism, 13/1, 2007, p. 97-116.

Paul Addison, No Turning Back: The Peacetime Revolutions of Post-War Britain, Oxford, Oxford University Press, 2010.

Peter Beck, Scoring for Britain: International Football and International Politics 1900-1939, Londres, Frank Cass, 1999.

Fabio Chisari, « When Football Went Global: Televising the 1966 World Cup », Historical Social Research, 31/1, 2006, p. 42-54.

Robert Colls, Identity of England, Oxford, Oxford University Press, 2002.

Robert Colls, « The Lion and the Eunuch: National Identity and the British Genius », Political Quarterly, 82/4, 2011, p. 574-595.

James Corbett, England Expects, Londres, Aurum Press, 2006.

Tim Crabbe, « Fishing for Community: England Fans at the 2006 World Cup », Soccer and Society, 9/3, 2008, p. 428-438.

Ted Croker, The First Voice You Will Hear Is… An Autobiography, Londres, Willow Books, 1987.

Pete Davies, All Played Out: the full story of Italia ’90, Londres, Mandarin, 1991.

Ken Gallacher, Slim Jim Baxter: the Definitive Biography, Londres, Virgin Books, 2002.

Tom Gibbons, « English National Identity and the National Football Team: The View of Contemporary English Fans », Soccer and Society, 12/6, 2011, p. 865-879.

Eric Hobsbawm, Nations et nationalisme depuis 1870, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1992.

Richard Holt, Tony Mason, Sport in Britain, 1945-2000, Oxford, Blackwell, 2000.

Anthony King, « Nationalism and Sport », dans Gerard Delanty, Krishan Kumar (dir.), The Sage Handbook of Nations and Nationalism, Londres, Sage, 2006, p. 249-260.

Ronald Kowalski, « “Cry for us, Argentina”: Sport and National Identity in Late Twentieth Century Scotland », dans Adrian Smith, Dilwyn Porter (dir.), Sport and National Identity in the Post-War World, Londres, Routledge, 2004, p. 69-96.

Krishan Kumar, The Making of English National Identity, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

David Goldblatt, The Game of Our Lives: The Making and Meaning of English Football, Londres, Viking, 2014.

Brian Harrison, Seeking a Role: The United Kingdom, 1951-1970, Oxford, Oxford University Press, 2009.

Mike Huggins, Jack Williams, Sport and the English, 1919-1939, Abingdon, Routledge, 2006.

Tony Mason, « England 1966: Traditional and Modern », dans Alan Tomlinson, Christopher Young (dir.), National Identity and Global Sports Events: Future, Politics, and Spectacle at the Olympics and the Football World Cup, Albany, SUNY Press, 2006, p. 83-97.

Hugh McIlvanney (dir.), World Cup ’66, Londres, Eyre & Spottiswoode, 1966.

Mark Perryman, Ingerland: Travels with a Football Nation, Londres, Pocket Books, 2010.

Dilwyn Porter, « “Your Boys Took One Hell of a Beating”: English Football and British Decline, c. 1950-80 », dans Adrian Smith, Dilwyn Porter (dir.), Sport and National Identity in the Post-War World, Londres, Routledge, 2004, p. 37-49.

Dilwyn Porter, « Egg and Chips with the Connellys: Remembering 1966 », Sport in History, 29/3, 2009, p. 519-539.

John Ramsden, Don’t Mention the War: The British and the Germans since 1890, Londres, Little Brown, 2006.

Dominic Sandbrook, White Heat: A History of Britain in the Swinging Sixties, Londres, Abacus, 2006.

Mike Savage, Social Class in the 21st Century, Londres, Pelican, 2015.

Norman Shiel (dir.), Voices of Voices of 1966: Memories of England’s World Cup, Stroud, Tempus, 2000.

Matthew Taylor, The Association Game: A History of British Football, Harlow, Pearson Education, 2008.

Rogan Taylor, Football and Its Fans: Supporters and Their Relations with the Game, 1885-1995, Leicester, Leicester University Press, 1995.

Jim Tomlinson, « Thrice Denied: “Declinism” as a Recurrent Theme in British History in the Long Twentieth Century », Twentieth Century British History, 20/2, 2009, p. 227-251.

Christoph Wagner, « Crossing the Line: the English Press and Anglo-German Football 1954-1996 », thèse de doctorat en histoire, De Montfort University, Leicester, 2015.

James Walvin, The Only Game: Football in Our Times, Harlow, Pearson Longman, 2001.

Richard Weight, Patriots: National Identity in Britain, 1940-2000, Basing­stoke, Macmillan, 2002.

Jonathan Wilson, The Anatomy of England: A History in Ten Matches, Londres, Orion, 2010.

Christopher Young, « Two World Wars and One World Cup: Humour, Trauma and the Asymmetric Relationship in Anglo-German Football », Sport in History, 27/1, 2007, p. 1-23.

Notes

1 Voir en particulier Robert Colls (2002 et 2011), Richard Weight (2002) et Krishan Kumar (2003). Pour un panorama du sport britannique dans l’après-guerre, voir Richard Holt et Tony Mason (2000), le chapitre 5 « Media » et le chapitre 6 « Identity », en particulier p. 128-135.

2 À partir de 1930, British Pathé rendit pourtant compte de certains matchs disputés par l’Angleterre en Europe, notamment de sa première défaite face à la France le 21 mai 1931 ; http://www.britishpathe.com/video/france-beats-us-at-football (accès le 27 novembre 2015).

3 Daily Express, 28 mai 1956, cité dans Wagner, 2015, p. 78-80.

4 The Times, 12 octobre 1953.

5 Sunday Express, 31 juillet 1966. Cité dans Dilwyn Porter, 2009 ; ce sont les auteurs qui soulignent.

6 « England in the Home International [British] Championship - History », http://englandfootballonline.com/CmpBC/CmpBCTmHist.html (consulté le 16 novembre 2015).

7 Guardian, 9 octobre 2004.

8 « Up the Strikers! », The Economist, 31 décembre 1960.

9 Pour en savoir plus sur la large couverture télévisuelle des matchs de l’Angleterre entre 1965 et 1970, voir www.englandfootballonline.com/TeamMedia/Televison/TV1965-70.htm (consulté le 19 novembre 2015).

10 Daily Mirror, 17 novembre 1977.

11  http://www.thelocal.no/20120208/football-commentators-maggie-thatcher-outburstmakes
-
unesco-list (consulté le 22 novembre 2015) ; l’enregistrement de Lillelien est disponible sur https://www.youtube.com/watch?v=Pq2TP8-8wIs (consulté le 22 novembre 2015).

12 Sun, 11 septembre 1981.

13 Pour un tour d’horizon de la littérature sur le hooliganisme lié au football, voir Matthew Taylor, 2008, p. 309-319.

14 London Review of Books, 1er juin 1989, p. 24.

15 Générique de la BBC pour le Mondial italien de 1990 : https://www.youtube.com/watch??v+vqzz7B7v2IE (consulté le 30 novembre 2015).

16 Gazza’s Tears: The Night that Changed Football [Les larmes de Gazza : la soirée qui a changé le football, 2010], sur https://www.youtube.com/watch?v+xv2M-VDgBql (consulté le 30 novembre 2015).

17 Tony Parsons cité dans Julie Burchill, « Call Me Middle Class and I’ll Punch You », Guardian, 12 avril 2002.

18 Cité dans Sean Ingle, « Rioting, Violence and Shame. Memories of Ireland v England in 1995 », Guardian, 25 mai 2013.

19  « Where to watch the World Cup », http://www.cntraveller.com/news/2014/une/world-cup-2014-big-screens-uk (consulté le 30 novembre 2015).

Auteurs

Richard Holt est professeur émérite à l’International Centre for Sports History and Culture, à la De Montfort University de Leicester. Il a notamment publié Sport and the British: A Modern History (Oxford, Oxford University Press, 1989) et Sport in Britain, 1945-2000 (avec Tony Mason, Oxford, Blackwell, 2000) ainsi que plusieurs articles sur la culture du football anglais.

Dilwyn Porter est professeur d’histoire du sport et d’histoire culturelle à la De Montfort University de Leicester. Il est l’auteur de nombreuses publications sur l’histoire sociale et culturelle du football amateur en Angleterre au xxe siècle et sur l’identité nationale dont Sport and National Identity in the Post-War World (Londres, Routledge, 2004).

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search