Version classiqueVersion mobile

Les identités européennes au XXe siècle

 | 
Robert Frank

Les auteurs

Texte intégral

1Andrée Bachoud est professeur émérite à l’Université Paris 7 Denis-Diderot. Ses principales publications récentes sont : Franco ou la réussite d’un homme ordinaire, Paris, Fayard, 1997 ; avec Josefina Cuesta et Michel Trebitsch (dir.), Les intellectuels et l’Europe de 1945 à nos jours, Paris, Publications universitaires Denis Diderot, 2000 ; Les nationalismes en Espagne : de l’État libéral à l’État des autonomies, avec Marie-Aline Barrachina, Mariano Esteban de Vega, Francisco Campuzano Carvajal, Université Paul-Valéry Montpellier III, 2001.

2Laurence Badel est maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et membre de l’unité mixte de recherche IRICE (CNRS 8138). Parmi ses publications : Un milieu libéral et européen : le grand commerce français (1925-1948), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999 ; « Le Quai d’Orsay, la Grande-Bretagne et l’élargissement de la Communauté (1963-1969) », dans Michel Catala, Jacques Weber (dir.), Cinquante ans après la déclaration Schuman. Histoire de la construction européenne, recherches, enseignement, Actes du colloque international de Nantes, 11-13 mai 2000, Nantes, 2002 ; « Les acteurs de la diplomatie économique de la France au xxe siècle : les mutations du corps des attachés commerciaux (1919-1950) », Relations internationales, n° 114, été 2003, p. 189-211.

3Marie-Thérèse Bitsch est professeur à l’Université Robert-Schuman de Strasbourg. Parmi ses publications : Histoire de la Belgique, Paris, Hatier, 1992, rééditions 1993 et 1995 ; La Belgique entre la France et l’Allemagne, 1905-1914, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994 ; Histoire de la construction européenne, Bruxelles, Complexe, 1996, rééditions 1999 et 2001 ; (dir.), Jalons pour une histoire du Conseil de l’Europe, Berne, Peter Lang, 1997 ; (dir.), Le couple France-Allemagne et les institutions européennes, Bruxelles, Bruylant, 2001 ; (dir.), Le fait régional et la construction européenne, Bruxelles, Bruylant, 2003.

4Gérard Bossuat est professeur à l’Université de Cergy-Pontoise et membre de l’unité mixte de recherche IRICE (CNRS 8138). Avec Robert Frank, il coordonne le réseau d’historiens européens « Les identités européennes au xxe siècle ». Parmi ses publications : La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1944-1954, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997 ; avec Andreas Wilkens (dir.), Jean Monnet, l’Europe et le chemin de la paix, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999 ; avec Nicolas Vaicbourdt (dir.), États-Unis, Europe et Union européenne : histoire et avenir d’un partenariat difficile, 1945-1999, Bruxelles-Berne, Presses interuniversitaires européennes-Peter Lang, 2001 ; Les aides américaines économiques et militaires à la France, 1938-1960 : une nouvelle image des rapports de puissance, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001 ; Les fondateurs de l’Europe unie, Paris, Belin, 2001 ; avec Georges Saunier (dir.), Inventer l’Europe. Histoire nouvelle des groupes d’influence et des acteurs de l’unité européenne, Bruxelles-Berne, Presses interuniversitaires européennes-Peter Lang, 2003.

5Éric Bussière est professeur à l’Université Paris IV-Sorbonne et membre de l’unité mixte de recherche IRICE (CNRS 8138). Parmi ses publications : La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe 1018-1935, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992 ;Horace Finaly banquier, 1871-1945, Paris, Fayard, 1996 ; avec Michel Dumoulin (dir.), Milieux économiques et intégration européenne en Europe occidentale, Arras, Artois Presses Université, 1998 ; avec Michel Dumoulin et Alice Teichova (dir.), L’Europe centrale et orientale en recherche d’intégration européenne, 1900-1950, Louvain-la-Neuve, Institut d’études européennes, 1998 ; avec Michel Dumoulin et Gilbert Trausch (dir.), Europa. L’idée et l’identité européenne de l’Antiquité grecque au xxie siècle, Anvers, Fonds Mercator, 2003.

6Alfredo Canavero est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Milan, où il est également secrétaire du Centro per gli Studi di Politica Estera e Opinione Pubblica. Parmi ses publications : Alcide De Gasperi : il trentino che ricostruì l’Italia e fondò l’Europa, Milan, Centro Ambrosiana, 1997 ; avec Jean-Dominique Durand (dir.), Il fattore religioso nell’integrazione europea, Milan, Unicopli, 1999 ; « I papi e la pace nel xx secolo », dans Agostino Giovagnoli, Guerini et alii (dir.), Pacem in Terris tra azione diplomatica e guerra globale, Milan, 2003, p. 41-61 ; « L’engagement pour l’Europe de Giovanni Battista Montini, aumônier de la FUCI, substitut secrétaire d’État, archevêque et pape », dans Gérard Bossuat (dir., avec lacollaboration de Georges Saunier), Inventer l’Europe. Histoire nouvelle des groupes d’influence et des acteurs de l’unité européenne, Bruxelles, Peter Lang, 2003, p. 257-272 ; Filippo Meda. L’intransigente che portò i cattolici nello Stato, Milan, Centro Ambrosiano, 2003.

7Anne Deighton est lecturer en Politique internationale européenne à l’Université d’Oxford et fellow de Wolfson College. Elle a abondamment écrit sur la politique étrangère britannique, la guerre froide et la construction européenne. Plus récemment, elle a publié sur les questions de sécurité européenne contemporaine : « The European Security and Defence Policy », dans J. H. H. Weiler, Ian Begg, John Peterson (dir.), Integration in an Expanding European Union, Oxford, 2003.

8Michel Dumoulin est professeur à l’Université catholique de Louvain dont il préside l’Institut d’études européennes. Parmi ses publications :avec Éric Bussière (dir.), Milieux économiques et intégration européenne en Europe occidentale, Arras, Artois Presses Université, 1998 ; avec Éric Bussière et Alice Teichova (dir.), L’Europe centrale et orientale en recherche d’intégration européenne, 1900-1950, Louvain-la-Neuve, Institut d’études européennes, 1998 ; Spaak, Bruxelles, Racine, 1999 ; avec Geneviève Duchenne et Arthur Van Laer (dir.), La Belgique, les petits États et la construction européenne, Bruxelles-Vienne, 2003 ; avec Geneviève Duchenne (dir.), L’Union européenne et les États-Unis – The European Union and the United States, Bruxelles-Vienne, 2003 ; Les réseaux économiques et la construction européenne. Economic Networks and European Integration, Bruxelles-Berne, 2004 ; avec Éric Bussière et Gilbert Trausch (dir.), Europa. L’idée et l’identité européenne de l’Antiquité grecque au xxie siècle, Anvers, Fonds Mercator, 2003.

9Élisabeth du Réau est professeur à l’Université Paris III Sorbonne nouvelle, directeur de l’École doctorale « Espace européen contemporain », directeur du Centre de recherche qui en dépend, l’ICEE (Intégration et Coopération dans l’Espace Européen). Parmi ses publications récentes : L’idée d’Europe au xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 2001 ; (dir.), Une Europe en mutation, Paris, Hachette, 2001 ; (dir.), L’élargissement de l’Union européenne. Quels enjeux, quels défis ?, Paris, PSN, 2001 ; avec Robert Frank (dir.), Dynamiques européennes. Nouvel espace. Nouveaux acteurs, 1969-1981, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002 ; « La France et les projets d’Union européenne », dans L’Europe au début du xxe siècle, Cahiers européens de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2003.

10Robert Frank est professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et directeur de l’unité mixte de recherche IRICE (CNRS 8138). Avec Gérard Bossuat, il coordonne le réseau d’historiens européens « Les identités européennes au xxe siècle ». Parmi ses publications : La hantise du déclin. Le rang de la France en Europe (1920-1960) : finances, défense et identité nationale, Paris, Belin, 1994 ; avec René Girault, Turbulente Europe et nouveaux mondes 1914-1941, Paris, Masson, 1988, réédition 1998 ; en collaboration avec René Girault et Jacques Thobie, La loi des géants (1941-1964), Paris, Masson, 1993 ; avec Élisabeth du Réau (dir.), Dynamiques européennes. Nouvel espace. Nouveaux acteurs, 1969-1981, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002 ; ouvrage en japonais, dont le titre en français est : L’Europe, la France et les Autres : la force des identités et la loi de l’équilibre (traduit en japonais par Isao Hirota), Tokyo, 2003.

11Michel Fülöp, directeur de l’Institut d’études de l’histoire de l’Europe, directeur de l’UFR de l’histoire moderne de l’Université de Veszprem, Hongrie. Parmi ses publications : Paix inachevée. Le Conseil des ministres des Affaires étrangères et le traité de paix avec la Hongrie 1947, Budapest, 1994 ; L’Europe médiane entre Washington et Paris, Paris, 2004 (à paraître).

12Thierry Grosbois est chercheur associé à l’Université d’Artois (Arras) et chargé de l’encadrement pédagogique d’étudiants aveugles à l’Université catholique de Louvain. Il prépare une thèse de doctorat en Histoire contemporaine sur la politique européenne de la Belgique et le Luxembourg, entre 1940 et 1950. Auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles, il travaille essentiellement sur l’histoire de la construction européenne, sous l’angle politique et économique. Parmi ses publications : L’idée européenne en temps de guerre dans le Benelux 1940-1944, Louvain-La-Neuve, 1994 (coll. Pedasup, 28) ; avec F. de Pauw et T. Saelmaekers, Documents diplomatiques belges 1941-1960, t. 3, Benelux, Bruxelles, 2001 (Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique).

13Hartmut Kaelble est professeur d’Histoire sociale à l’Université Humboldt à Berlin. Parmi ses publications récentes : A Social History of Western Europe, 1880-1980, Dublin, Gill & MacMillan/Savage (USA), Barnes & Nobles, 1990 ; Nachbarn am Rhein. Entfremdung und Annäherung derfranzösischen und deutschen Gesellschaft seit 1880, Munich, Beck, 1991 ; avec Y. S. Brenner et Mark Thomas (dir), Income Distribution in Historical Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1991 ; Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert, Francfort, Campus, 1999 ; Europäer über Europa. Das europäische Selbstverständnisim 19. und 20. Jahrhundert, Francfort, Campus, 2001 ; Wege zur Demokratie. Von der französischen Revolution zur Europäischen Union, Munich, DVA, 2001 ; (éd.), The European Way, Oxford, Berghahn, 2004.

14Wilfried Loth est professeur à l’Université d’Essen et président du Groupe de liaison des historiens (Commission européenne). Parmi ses publications : De Gaulle, Deutschland und Europa, Opladen, Leske undBudrich, 1991 ; Der Weg nach Europa. Geschichte der europäischer Integration, 1939-1957, 3e édition, Göttingen, Vanderhoeck und Ruprecht, 1996 ; Walter Hallstein, the forgotten European?, New York, St Martins Press, 1998 ; Das europäische Projekt zu Beginn des 21. Jahrhunderts, Opladen, Leske und Budrich, 2001 ; Crises and Compromises. The European Project 1963-1969, Baden-Baden, Nomos Verlag-Bruylant, 2001.

15Luisa Passerini est professeur à l’Université de Turin et professeur associé à l’Institut universitaire européen à Florence. Parmi ses publications récentes : Europe in Love, Love in Europe. Imagination and Politics Between the Wars, Londres-New York, 1999 ; Il mito d’Europa. Radici antiche per nuovi simboli, Florence, Giunti, 2002 ; Memoria e utopia. Il primato dell’intersoggettività, Turin, 2003 ; (dir.), Figures d’Europe. Images and Myths of Europe, Bruxelles-New York-Berne, 2003.

16Marta Petricioli est professeur à l’Université de Florence et directeur du Departimento Studi sullo Stato. Parmi ses publications: Archeologia eMare Nostrum. Le missioni archeologiche nella politica mediterranea dell’Italia, Rome, 1990 ; « The Islamic World in 20th Century Historiography », dans Europe and Islam: Evaluations and Perspectives at the Dawn of the Third Milennium, Florence, 2002 ; (dir.), The Seas as Europe’s External Borders and their role in shaping an European Identity, Londres, 1999 ; (dir.), Barriera o incontro? I confini del xx secolo, Milan, 2000 ; (dir.), Les États-Unis d’Europe : un projet pacifiste, Berne, Peter Lang, 2003.

17Raymond Poidevin (1928-2000) était à la fin de sa carrière professeur à l’Université Robert-Schuman de Strasbourg. Parmi ses publications : Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898à 1914, Paris, A. Colin, 1969, réédition par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France en 1998 ; Robert Schuman, Paris, Beauchesne, 1988 ; avec Sylvain Schirmann, Histoire de l’Allemagne, Paris, Hatier, 1992 ; avec Dirk Spierenburg, Histoire de la Haute Autorité de la CECA, Bruxelles, Bruylant, 1993.

18Ruggero Ranieri est Senior Lecturer titulaire de la chaire Jean Monnet à l’Université de Manchester. Parmi ses publications récentes : The Steel Industry in the new Millennium, 2 vol. ; avec Luciano Tosi (dir.), La Comunità Europea del Carbone e dell’Acciaio (1952-2002) : gli esiti deltrattato in Europa e in Italia.

19Gilbert Trausch, ancien directeur du Centre d’études et de recherches européennes Robert-Schuman à Luxembourg, professeur émérite à l’Université de Liège, professeur au Collège d’Europe à Bruges. Parmi ses publications récentes : « L’Ancien et le Nouveau monde à travers les relations transatlantiques », Comparare. Comparative European History Review, 2001 ; avec Éric Bussière et Michel Dumoulin (dir.), Europa. L’idée et l’identité européennes, de l’Antiquité grecque au xxie siècle, Anvers, Fonds Mercator, 2001 ; (dir.), Histoire du Luxembourg. Le destin européen d’un « petit pays », Toulouse, Privat, 2002 ; « L’idée des États-Unis d’Europe dans la construction de l’Europe », Collegium. Revue du collège d’Europe n° 28, juin 2003.

20Antonio Varsori est professeur à la Faculté des Sciences politiques de l’Université de Padoue. Parmi ses publications récentes : (dir.), Europe1945-1990s : The End of An Era ?, Londres, Macmillan, 1995 ; L’Italia nelle relazioni internazionali dal 1943 al 1992, Rome-Bari, Laterza, 1997 ; Controguerriglia e diplomazia. La Gran Bretagna e il coinvolgimento americano in Viet Nam durante l’amministrazione Kennedy (1961-1963),Florence, AIDA, 1999 ; (dir.), Il Comitato Economico e Sociale nella costruzione europea, Venise, Marsilio, 2000 ; avec Elena Calandri (dir.),The Failure of Peace in Europe 1943-1948, Londres, Palgrave, 2002.

21Brunello Vigezzi est professeur à l’Université de Milan, où il dirige le Centro per gli Studi di Politica Estera e Opinione Pubblica. Parmi ses publications récentes : L’Italia unita e le sfide della politica estera, Milan, Unicopli, 1997 ; avec Pierre Savard (dir.), Le multiculturalisme et l’histoire des relations internationales du xviiie siècle à nos jours, Milan-Ottawa, Unicopli-Presses de l’Université d’Ottawa, 1999 ; avec Maria M. Benzoni (dir.), Storia e Storici d’Europa nel xx secolo, Milan, Unicopli, 2001.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search