Version classiqueVersion mobile

Les identités européennes au XXe siècle

 | 
Robert Frank

Histoire et historiens de l’Europe au xxe siècle

Brunello Vigezzi

Texte intégral

1Le groupe d’étude sur « Les historiens de l’Europe et l’Europe des historiens », qui s’est constitué le dernier, a un rapport évident avec tous les autres groupes, même s’il s’agit d’un rapport un peu problématique, difficile à préciser et à définir.

2Le projet général de la recherche sur « Les identités européennes au xxe siècle : diversités, convergences et solidarités » a bien pour but de saisir la réalité ou les réalités du continent dans ses aspects les plus divers : élites politiques, économiques et intellectuelles, institutions et société, religion, mémoires de guerre, petits et grands pays, centre et périphérie, jusqu’aux frontières et au-delà.

3De ce fait, les collaborateurs du projet (y compris pendant la phase précédente, sur « Identités et conscience européennes au xxe siècle ») ont sûrement rencontré « l’histoire », et plus précisément « l’histoire de l’Europe », de plusieurs façons, sous différentes perspectives, mais sans pouvoir réserver trop d’attention à la question, et aux nombreux problèmes qui pourraient en dériver.

4Quelle est la place, quel est le rôle de « l’histoire » vis-à-vis de la formation et de la définition de « l’identité » et de la « conscience » européennes ? Quel est, plus particulièrement, le rôle des historiens qui, au xxe siècle, se sont occupés spécifiquement du passé, lointain et récent, de l’Europe ?

  • 1 R. Girault et G. Bossuat (dir.), Les Europe des Européens, Paris, 1993, et R. Girault (dir.), Iden (...)

5La prise en considération – sous cet angle – des études qui ont été réalisées du début des projets (1989) jusqu’à aujourd’hui mérite à elle seule une analyse en profondeur. La simple lecture des essais compris dans les volumes de synthèse sur Les Europe des Européens, ou sur Identité et conscience, est riche d’indications, de suggestions à propos de « l’histoire de l’Europe »1. Le rappel rapide de certains passages, de critères, d’orientations que l’on peut retrouver dans la présentation du travail des groupes, peut donc être utile ; et il constitue, d’autre part, la prémisse logique et le point de repère de ce qu’on a fait ou que l’on est en train de faire à propos des historiens et de l’histoire de l’Europe.

Identité, conscience, histoire de l’Europe

6La recherche sur l’Europe (« où en est-on avec l’Europe ? »), conduite en tant de directions, a impliqué en effet presque immédiatement une autre recherche, assez laborieuse, celle des critères appropriés pour comprendre une réalité très fuyante.

7La première réponse à ces interrogations a été sans doute la constatation de la multiplicité de l’Europe même, de l’existence de plusieurs Europe : l’Europe de l’Est ou de l’Ouest, l’Europe centrale ou méditerranéenne, les « zones » anciennes et nouvelles du continent, l’Europe des États, des nations, ou des régions.

8Les études des imaginaires européens renforcent cette impression de diversité. Que l’on pense aux milieux économiques ou politiques, aux intellectuels, aux institutions et aux différentes visions de l’Europe qu’ils partagent, accréditent, favorisent ou subissent : le libéral, le catholique, le démocrate, le nationaliste ou le socialiste ont des visions parfois opposées de l’Europe, de ses conditions, de son passé et de son avenir.

9L’élément « subjectif », auquel les chercheurs consacrent beaucoup de leur attention, se mêle d’autre part assez souvent à une réalité qui apparaît « objective », liée plus que jamais aux « faits », mais également multiple. L’Europe d’avant 1914, centre du monde, n’a pas grand-chose en commun, à plusieurs égards, avec l’Europe de 1919, qui a perdu sa suprématie et qui a été ravagée par la guerre, sans parler de la déchéance de l’Europe en 1945. L’Europe de 1914, toutefois, se soucie très peu de sa concorde et de son unité politique. Elle est en proie aux nationalismes ; tandis que l’Europe consciente, soucieuse d’elle-même va naître, comme on l’a souvent dit, en 1919, puis donner place, après la Seconde Guerre mondiale, à l’Europe qui cherche sa voie et aussi son « unité », avec ses limites et sa précarité, parmi les superpuissances, les blocs, dans le contexte de la décolonisation.

10L’analyse des contradictions, des décalages, des divisions, des véritables séparations de l’Europe au xxe siècle n’annule cependant pas la constatation générale, répétée, de « l’existence » de l’Europe. Dans l’Europe du xxe siècle les parties n’effacent pas l’ensemble, même si les connexions sont difficiles à établir, de même que l’unité est une réalité, même si elle est malaisée à saisir.

11Ainsi, dans les décennies du xxe siècle, une « société européenne » se raffermit, précise ses spécificités, à travers un processus « d’homogénéisation » qui touche aux conditions de vie, à la famille, au travail, au Welfare State, à l’urbanisation. Mais la répercussion sur le plan politique est incertaine, voire nulle.

  • 2 Voir H. Kaelble, « La représentation de la société européenne au xxe siècle », dans Les Europe, op (...)

12« De la fin du xixe siècle jusqu’à la première moitié du xxe siècle la société européenne pensée et l’Europe politique voulue constituent deux débats et deux conceptions séparées ». Les choses changent par la suite, mais très lentement, et l’on peut douter des résultats. Tout compte fait, « l’Europe est fortement pensée […], mais l’Europe politique n’existe pas encore ». Ou bien : « L’Europe existe dans une réalité géographique et dans la vie quotidienne, mais elle n’existe pas dans une réalité politique et dans une réalité morale »2.

13L’analyse peut s’arrêter sur les « dirigeants », les protagonistes, la nouvelle bureaucratie, certains milieux économiques, politiques, culturels, certaines institutions qui ont participé (et participent) plus directement à la « construction européenne ». Mais les recherches ont montré les décalages, les divergences entre telle ou telle élite, telle ou telle institution, et à l’intérieur de l’opinion publique. Les tensions et les divisions creusent en profondeur l’Europe et les « Européens » qui peuvent osciller entre les vieilles traditions nationales (ou régionales) et d’autres perspectives politiques, militaires, économiques, culturelles comme les blocs, le Commonwealth ou l’hispanidad, l’OTAN, la globalisation, le tiers-mondisme, etc. Le choix est entre « localisme » et « universalisme » ; et il est difficile de trouver un point d’équilibre.

14Les tensions, les contradictions de l’Europe au xxe siècle sont donc profondes ; mais, en même temps, elles provoquent un sentiment de « crise » qui s’accompagne d’un autre sentiment, tout aussi profond, un esprit ou une volonté de compréhension et de conciliation.

  • 3 H. Kaelble, « L’Europe “vécue” et l’Europe “pensée” au xxe siècle : les spécificités sociales de l (...)

15Certes, la « société européenne », vécue comme telle, n’aboutit pas automatiquement à une « conscience européenne ». Le grand débat sur sa nature et sa portée « demeure limité à une petite minorité cultivée ». « Ce débat n’amène pas encore à une véritable conscience sociale européenne. Néanmoins, les conditions de cette conscience n’ont jamais été aussi favorables qu’aujourd’hui »3. Les mémoires des grandes guerres européennes, à leur tour, contiennent tout le poids des vicissitudes politiques, liées avant tout à des traditions locales et nationales. La guerre froide domine aussi les souvenirs. Il n’empêche que les mémoires des guerres gardent et diffusent le sens d’une tragique expérience commune à la majorité des Européens.

16Le sentiment d’une « crise », de cette manière, se transforme en conscience des difficultés, des valeurs, qui font partie intégrante de l’histoire du continent. Les études développées par notre réseau de chercheurs croisent leurs analyses à travers deux catégories : « l’identité » de l’Europe, et la « conscience » qu’elle a ou non d’elle-même.

  • 4 Voir R. Girault, « Introduction » dans Les Europes, op. cit. ; également « Introduction » et « Chr (...)

17René Girault et Robert Frank, en tirant les conclusions du travail des groupes, insistent sur ces deux notions4. Quelle est l’identité de l’Europe, quelle est aujourd’hui sa vraie conscience ? Le sens des mots peut varier, plus ou moins largement selon les auteurs des études. La voie est aussi ouverte pour des recherches sur l’emploi de ces termes dans d’autres ouvrages ou dans l’histoire de l’historiographie.

18« L’identité » de l’Europe peut même constituer une sorte de donnée préliminaire, qui repose sur la géographie, l’économie, la vie quotidienne, qui, le cas échéant, provient des âges les plus lointains. L’identité de l’Europe, enfin, est assurée, une certaine identité au moins ; mais le problème majeur, le plus passionnant, est bien celui du passage qui, au xxe siècle, permet une « prise de conscience » nouvelle de cette identité.

  • 5 Voir A. Fleury et R. Frank, « Le rôle des guerres dans la mémoire des Européens : leur effet sur l (...)

19Le passage concerne la naissance, l’affirmation d’une « conscience de l’Europe » à la hauteur des problèmes du xxe siècle. Le passage est délicat et controversé. Le diagnostic, si l’on veut, est encore plus réservé. En analysant tel ou tel aspect on saisit peut-être seulement des « fragments de conscience européenne ». On le répète, « sans aucun doute, à l’heure présente, la conscience européenne demeure encore fragile et fragmentaire »5. Mais, de toute façon, l’appel à l’histoire devient encore plus fort.

20La recherche de « l’identité européenne » dans le domaine politique, économique, militaire, religieux ou culturel, soulève en effet d’autres interrogations. L’identité de l’Europe n’est-elle pas, elle aussi, une « identité plurielle », différente selon les secteurs et selon les périodes ? L’identité, les identités remontent bien haut dans le passé. Jusqu’où doit-on remonter ? « L’identité économique de l’Europe, comme dans le cas de bien des identités politiques, est une construction de l’histoire », ou, comme on le dit aussi, en considérant les rapports avec les autres continents et les autres civilisations :

  • 6 Voir É. Bussière, M. Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un après (...)

« L’Europe a le droit d’avoir son histoire et son histoire est son “identité”, une “identité” qui peut-être reconnue par d’autres “identités”, de même que les Européens ont le devoir de reconnaître les “identités” extérieures au “vieux continent”. Si une “identité européenne” existe – et nous croyons qu’elle existe – elle doit être découverte dans l’histoire européenne, qui ne peut se limiter au xxe siècle »6.

21Le travail des groupes débouche ainsi sur le problème, si important dans l’historiographie contemporaine, de la longue et de la courte durée. Les réflexions sur le passage de « l’identité » à la « conscience », du reste, s’y rattachent également ; avec le rappel d’une part du rapport de l’identité au passé de l’histoire, et de l’autre avec le sentiment, si aigu, si problématique, de la formation récente d’une conscience européenne, active dans le présent, orientée vers l’avenir. Quelle peut-être, dans cette perspective, la relation satisfaisante entre le présent et le passé ? entre les analyses du xxe siècle et celles des périodes précédentes ?

22Les chercheurs de notre réseau n’ont pas vraiment eu l’occasion d’étudier directement le travail des historiens qui se sont occupés spécifiquement de « l’histoire de l’Europe » dans diverses périodes. Mais la rencontre peut se produire, comme l’on peut voir à propos de cette réflexion sur l’œuvre de Fisher :

  • 7 Ph. Bell et P. Morris, « Les “Europe” des Européens ou la notion d’Europe », dans Les Europes, op. (...)

That situation no longer exist. Fisher’s History of Europe is still in print, and is sold in paperback, but it must be doubtful whether its basic assumptions are now shared by most of its readers. The development of a movement towards European unity (in which Britain has shared, though with many reservations) has taken place at the same time as the disintegration of the idea of a single European civilisation. The former three-fold concept – Greece, Rome, Christianity – has largely lost its meaning, and has not yet found a successor. This state of affairs is not peculiar to Britain. Across much of Europe it is presumably the case that a superstructure of institutions is being raised at the same time as an important part of the foundation in a common civilisation is being eroded...7

Les institutions européennes et l’histoire de l’Europe. Une rencontre difficile

23Le groupe sur les histoires et les historiens de l’Europe, en commençant son activité, en cherchant sa voie, a repéré et interprété les figures et les œuvres des « historiens ». D’une façon encore informelle, il a fait ses débuts à Salamanque, au colloque sur « Les Intellectuels et l’Europe » (octobre 1997), au cours duquel il a organisé une section consacrée aux historiens. Trois sous-sections ont été prévues :

  • les institutions européennes et l’histoire de l’Europe :
  • entre la politique et l’histoire ;
  • à la recherche d’une histoire de l’Europe.

24La correspondance avec les orientations et les thèmes des autres groupes est claire ; mais en même temps, on a bientôt constaté qu’en se concentrant plus directement sur « l’histoire », on allait découvrir des pistes nouvelles.

25L’activité des institutions européennes, après tout, n’a pas encore été analysée d’une manière continue, par rapport à ce qu’elles ont fait et imaginé en matière d’encouragement à l’étude historique du continent. Les études de Maria Matilde Benzoni sur le Conseil de l’Europe dans les années 1950 et de Jacinthe Ruel sur la Communauté Européenne à partir des années 1970, à Salamanque, l’ont bien montré.

  • 8 Voir à ce propos M. M. Benzoni, « Il consiglio d’Europa. Dalle discussioni del 1956 alle ricerche (...)

26La délégation anglaise au Conseil de l’Europe, en 1952, trois ans après les débuts du Conseil, proposait d’organiser un séminaire pour vérifier quels pourraient être les moyens les meilleurs « pour diffuser la connaissance de “l’idée européenne” en Europe et dans le reste du monde ». La proposition suscita beaucoup d’intérêt, et se traduisit, l’année suivante, dans la Table ronde de Rome. Toynbee, De Gasperi, Schuman, Kogon, von Kleffens, Loesfsted, quinze journalistes soigneusement sélectionnés étaient de la partie. Denis de Rougemont coordonnait les travaux sur « le problème spirituel et culturel de l’Europe considérée dans son unité historique » et sur les « moyens d’exprimer cette unité en termes contemporains... » L’initiative devenait réalité, et pour approfondir les résultats, pour assurer la diffusion, le Conseil de l’Europe élargissait le cadre. Les délégations nationales allaient créer un groupe d’étude axé sur quatre sous-groupes qui travaillèrent de 1954 à 1956. Le but, cette fois, était d’arriver à un livre de synthèse, confié à Max Beloff. Denis de Rougemont, de son côté, continuait à préciser les discussions, qui culminèrent à Strasbourg, où les participants se réunirent pendant une semaine en tant que petit « sénat culturel européen ». Le livre de Max Beloff, Europe and the Europeans. An International Discussion, parut en 1957 ; tandis que, parallèlement, le projet de « L’Europe du xixe et du xxe siècle. Problèmes et Interprétations historiques », dirigé par Beloff, Renouvin, Schnabel, Valsecchi, prenait sa forme8.

27Les « faits », au fond, sont connus. Il est beaucoup plus rare qu’on tâche de les coordonner ; les archives du Conseil sont intéressantes de ce point de vue. On voit les prises de positions et les incertitudes, les tensions et les contrastes des chercheurs, des politiciens, des fonctionnaires. On constate, peut-être avec surprise, jusqu’à quel point les questions de l’histoire ont mis à l’épreuve les hommes et, à un certain degré, les institutions. Denis de Rougemont, dans son Introduction au livre de Max Beloff avait laissé entrevoir sa déception : L’esperienze di Roma e di Strasburgo ha lasciato insoddisfatta la mia fame di europeo militante... Il avait ajouté aussi :

La maggioranza di questi ‘Europei’ per quanto fautrice dell’Unione e incaricata di esaminare quella che io credo sia la sua base più salda – la nostra comune eredità culturale – di fatto si è preoccupata di moltiplicare le obiezioni... contro il misticismo dell’Unione.

28Beloff, dans le livre, à son tour, défendait à plusieurs reprises sa conception d’une histoire et d’une civilisation européennes, qui avaient des expériences et des valeurs « communes », mais variables selon les différents aspects et les époques prises en considération :

  • 9 Voir J. J. Ruel, « An Identity for Europe ? The Rhetoric of Culture and Identity in the European C (...)

Se l’Europa verrà a costituire il sistema entro il quale il nostro gruppo di popoli dovrà cercare il proprio benessere nella seconda metà del secolo xx, ciò non avverrà in virtù d’un valore simbolico dell’idea stessa d’Europa. Le azioni dei popoli dipenderanno dalla misura in cui essi capiranno – alla luce della storia e dei loro sentimenti nei confronti di essa – la necessità di una maggiore unità europea9 .

29Les différences entre Denis de Rougemont et Max Beloff paraissent assez évidentes. Mais les documents des archives de Strasbourg nous permettent de mieux comprendre le débat, de mesurer son extension, de connaître les protagonistes, de bien saisir des thèmes importants, qui auront une large diffusion : qu’il s’agisse du rapport entre l’Europe et les nations, des élites et des masses, des différents aspects de la réalité européenne, des frontières (où en est-on avec la Russie et la Turquie ?), de la courte ou de la longue période, et plus précisément du rapport entre l’Europe du xxe siècle et son passé le plus lointain.

30Les rencontres de Rome et de Strasbourg ont une signification que Maria Matilde Benzoni souligne bien : entre Rome et Strasbourg, entre 1952 et 1956, les participants, avec toutes leurs différences, pouvaient bien considérer l’œuvre du Conseil et les réflexions sur l’histoire de l’Europe d’une façon unitaire ; après 1956, au contraire, un certain écart s’installe entre le Conseil de l’Europe et les historiens. Ils ne se séparent pas, mais l’activité, les critères, les buts ne semblent permettre désormais qu’une rencontre limitée et incertaine.

31La période traitée par Jacinthe Ruel montre plus de contrastes. La Communauté européenne, dans sa « crise » des années soixante-dix (et des décennies suivantes) mise sur « l’histoire » avec une force et une décision inhabituelles. La crise de « légitimité » que la Communauté traverse peut trouver une solution, peut-être la seule solution valable, grâce à l’affirmation très nette d’une « identité » de l’Europe fondée sur « l’histoire » Comme le dit un membre du Parlement européen :

The common European heritage is perhaps the strongest, the most permanent and the most decisive force tending to show that there is a common interest that unites all our peoples.

32Jacinthe Ruel élargit son enquête, et prend en considération soit les documents des archives, soit les « études savantes ». Elle examine les programmes de la Communauté, les déclarations, les allocations des fonds ; et les œuvres sur « l’histoire de l’Europe », qui se succèdent avec une fréquence croissante. Il faut y regarder de près : la logique d’un ordre du jour peut avoir une ressemblance, une concordance momentanée avec les réflexions proprement historiques. Toutefois, les convergences sont nombreuses ; et, tout compte fait, la commission paraît bien engagée à soutenir avec vigueur une certaine vision de l’histoire, qui confirme « l’identité », la cohésion, le rôle de l’Europe.

33Le résultat le plus évident pourrait bien être celui de favoriser, d’accréditer une vision assez linéaire de l’histoire de l’Europe ; mais tout cela, comme Jacinthe Ruel le montre amplement, va bientôt poser des problèmes, tout à fait nouveaux ou anciens, qui remettent en cause la construction tout entière.

34La tendance prédominante, en effet, serait probablement celle de réévaluer le « grand héritage » de l’Europe, en l’adaptant aux temps. La triade classique – la Grèce, Rome, le christianisme – maintient sa place privilégiée ; mais on donne du relief à la préhistoire ; on jette un regard plus ou moins discret aux Celtes, on s’occupe un peu plus des rapports de la Grèce avec l’Orient. Le penchant pour la préhistoire est assez fort, et se mêle avec le désir de prolonger en arrière l’existence (même mythique) de l’Europe. Les « grandes expériences communes » des Européens, les shared experiences marquent le rythme des siècles successifs et suggèrent une vision générale de l’histoire. Entre-temps, les statistiques sur la fréquence des thèmes dans les documents officiels, ou sur la distribution des fonds de la Communauté pour la sauvegarde de l’héritage de l’Europe, montrent les aspects concrets d’une « politique culturelle » et l’effort constant de contribuer à la reconstruction d’une « mémoire » collective du passé. Les programmes pour la conservation des monuments, des routes, des églises, soulèvent des débats animés. La « chirurgie du symbolique » s’allie avec « l’histoire » dans l’espoir, dans le but de mieux définir et de renforcer « l’identité » du continent, sur la base « d’une culture européenne commune ».

35L’espoir, le but, toutefois, font faillite, soit pour les difficultés et les contradictions internes, soit pour les changements profonds de la vie internationale. La recherche des « expériences communes » ignore trop de vicissitudes de l’histoire de l’Europe ! Les remarques, les polémiques sur l’importance des divisions de tout genre, sur le rôle des nations et des États, sur les guerres et les mémoires des guerres, les efforts épuisants pour comprendre ces aspects et pour retrouver des catégories appropriées affaiblissent toute prétention à une histoire trop unitaire, tandis que les grands mouvements d’immigration, les événements de 1989, les rapports intenses avec les pays de l’Est, l’explosion de néo-nationalismes, la confrontation avec l’Islam posent d’une façon nouvelle le problème fondamental du « rapport avec l’Autre », du rôle de l’Europe dans le monde. Les descriptions s’élargissent, se renouvellent, et finissent même par remettre en cause la question de « l’identité de l’Europe ». La tentation de baser cette identité sur « une culture commune », après tout, n’est-elle pas erronée ? Et ne doit-on pas chercher ailleurs, sur le plan des institutions politiques, de la démocratie, du multiculturalisme ?

36Les institutions européennes, certainement, se sont occupées de « l’histoire » beaucoup plus qu’on ne pouvait l’imaginer. Les travaux de Salamanque l’ont prouvé et ont suggéré beaucoup de pistes de recherche nouvelles. Mais il est aussi paru évident que les institutions avaient un rapport aussi riche que compliqué avec l’histoire, que les solutions faciles étaient à écarter ; et que le « devoir d’histoire de l’Europe » était une notion encore à éclaircir et à discuter en profondeur.

Entre la politique et l’histoire

37Les études sur les partis, les mouvements, les hommes politiques et l’histoire de l’Europe ne sont pas vraiment plus nombreuses que celles consacrées aux institutions. Le libéral ou le démocrate, le catholique et le socialiste, nous l’avons dit, ont des visions différentes du passé de l’Europe. Mais il n’y a pas (ou presque pas) d’analyses en profondeur, ni surtout de travaux d’ensemble sur la question.

38Les rapports présentés à Salamanque dans la section sur « L’Europe entre politique et histoire » donnèrent vite l’impression de procéder sur un terrain à peine exploré, avec une liberté de manœuvre remarquable. Les auteurs parlaient de sujets et d’hommes bien connus ; mais il arrivait toujours le moment où un changement de perspective apparaissait indispensable.

39Les cinq rapports de Graglia, Durand, Morozzo, Scirocco, Becarud et Lopez Campillo, offrirent un vaste tableau, allant des fédéralistes comme Spinelli et Rossi, à La Pira, Maritain, avec la vision catholique de la politique et de l’histoire, aux églises orthodoxes, à Jan Romein et aux milieux de la « gauche » internationale entre Europe et Asie, jusqu’à Claudio Albornoz et aux « historiens espagnols face à l’Europe ». La confrontation qui en est résultée mit en belle perspective le relief et la signification de chacune de ces visions du passé.

40Les indications de Graglia sur les lectures historiques de Spinelli ou de Rossi, sur la rédaction des textes politiques et sur les discussions qui s’ensuivaient pendant leur relégation à Ventotene (1939-1943), montrent déjà, par exemple, à quel point le mélange d’histoire et de politique des leaders fédéralistes était caractéristique ; et l’on peut mieux comprendre soit leur feu polémique et leur capacité d’initiative vis-à-vis des autres mouvements, soit l’écart, devenu sensible, entre eux et la réalité nationale et internationale. Leur contestation de « l’État souverain », la reconsidération du passé de l’Europe sous cet angle critique, les aspirations fédéralistes exigeaient un véritable tour de force pour manier des traditions aussi lointaines où se mêlaient les réflexions démocratiques et les résidus du léninisme, la critique de l’historicisme allemand et l’inclination persistante pour une « philosophie de l’histoire ». L’accouplement si important « politique extérieure – politique intérieure », en particulier, s’avérait bien ardu à maîtriser.

41Graglia traite aussi des fédéralistes dans la Résistance et dans l’après-guerre, sur le plan national et international. La connexion entre politique et histoire jette encore de la lumière sur l’alternance de leurs succès et de leurs échecs, sur leurs divergences parfois assez violentes et sur leur ténacité dans l’entreprise, tandis que, peu à peu, on voit se former la réflexion du mouvement sur lui-même. La première « historiographie fédéraliste » – passionnée, avec bientôt des divisions en son sein – prend sa place avec Lipgens, Loth, Pistone ou Alan Milward. La grande question est de situer le mouvement dans l’ensemble de l’histoire européenne.

  • 10 . P. Graglia, « Il movimento federalista e la storia d’Europa », dans M. M. Benzoni, B .Vigezzi, S (...)

Il problema fondamentale resta quello di quale ethos dare agli studi sull’integrazione europea e sulla storia d’Europa, nonché di decidere quale sia il tipo di ‘Storia d’Europa’ da privilegiare ; e non si tratta di un problema di scarso momento10.

  • 11 La lettre de La Pira n’a pas de date précise ; mais la référence aux élections du 2 juin 1946, et (...)

42Giorgio La Pira et Jacques Maritain, étudiés par Durand, ont échangé des lettres qui, inédites, sont toutes deux engagées et émouvantes. La Pira vient d’être élu à l’Assemblée constituante, et Maritain est ambassadeur près du Saint-Siège depuis un an. La question dont ils parlent, à l’initiative de La Pira, porte sur le traité de paix, sur Brigue et Tende, sur les conséquences fâcheuses qui pourraient en résulter pour l’amitié franco-italienne. Mais, en même temps, La Pira et Maritain relient cette question aux questions plus générales de la paix, du sens à donner à « l’Europe nouvelle », de la contribution des « chrétiens » à cette entreprise, aux questions de la religion, de la politique et de l’histoire, « d’une certaine lecture de l’histoire »11.

43La connexion entre la politique (au sens large du terme) et l’histoire, une fois de plus, s’avère fructueuse, et elle aide à comprendre soit les différences, parfois assez nettes, entre La Pira et Maritain, soit le point (ou les points) de convergence et de conciliation.

44La lettre de La Pira est brève, pleine de respect et aussi impétueuse : Penso con tanto dolore alla frattura che si viene costituendo in seno a quell’unità dell’Europa cristiana che avrebbe dovuto avere il suo fondamento nella amicizia franco-italiana. Devant ce danger, La Pira n’hésitepas dans le choix des moyens. Les trois grands « partis de masse », en Italie et en France, pourraient aller vers une solution positive qui, en même temps, témoignerait d’une nouvelle civilisation chrétienne, al postodella civiltà liberale-borghese dissociata e nazionalista.

45La réponse de Maritain est précise : « Je vous répondrai avec autant de confiance et de sincérité. Je crois que vous vous trompez en parlant de rupture de l’unité de l’Europe chrétienne ». Maritain est convaincu du bien-fondé des dispositions du traité sur la frontière franco-italienne (qui, tout compte fait, lui semblent mesurées, et en rapport avec la malheureuse expérience de 1940). Mais le point essentiel, pour lui, est de se référer à une vision générale qui permette de cerner les caractéristiques d’une action relevant de l’inspiration chrétienne :

« Autrefois il y a eu des conflits, voire des guerres, entre les États pontificaux et des villes ou des nations catholiques, cela ne déchirait pas l’unité de l’Église. Dans un autre ordre, et toutes proportions gardées, les difficultés politiques entre nations chrétiennes ne doivent pas déchirer l’unité de l’œuvre de civilisation chrétienne qui se forme dans la douleur ».

46Les deux lettres, comme le montre Durand, trouvent leur place dans ce contexte où, pour reconstruire l’Europe, il convenait d’opérer « une prise en compte de la mémoire » effective des hommes et de construire une « vision concrète de l’histoire comme moyen de la dépasser », un but dans lequel les deux interlocuteurs, La Pira et Maritain, pouvaient bien se retrouver.

  • 12 R. Morozzo, L’Europa degli ortodossi, dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, Storia e storici de Europa n (...)

47L’Europe, toutefois, a « deux poumons » et on ne doit pas l’oublier. Les représentants des milieux et des églises orthodoxes aiment souligner de cette façon leur présence et l’importance des orthodoxes de Russie, ou des autres églises diffusées en Europe, au Centre, à l’Est, aux abords de la Méditerranée. Parfois, aussi, selon les analyses de Morozzo, ils tendent à ignorer l’Europe12. Préoccupés, pendant des décennies, de leur survivance, liés aux traditions des églises locales et nationales, attirés par la tendance « universaliste », les orthodoxes peuvent mettre de côté le problème « Europe » ; d’autant plus qu’ils se méfient de cette « Europe » d’Occident qui vise à la domination politique et économique, de cette Europe matérialiste, qui a perdu son âme. L’idée même d’Europe est peut-être une invention de l’Occident laïque et mécréant ! La politique, la religion, la littérature se mêlent dans ces critiques, mais elles se lient aussi à une vision de l’histoire qui est répandue, qui peut marquer les distances. Per un ortodosso l’Europa del Rinascimento o dei Lumi è poco a confronto con l’epoca bizantina...

48La perspective des « deux Europe » qui, tout compte fait, pourraient être complémentaires, garde son secret, même si elles pouvaient converger sous le signe du « pluralisme » ou du « multiculturalisme » renouvelés. Mais la perspective tend aussi à s’estomper. Les événements de 1989 ont accentué les particularismes traditionnels, la rivalité entre Constantinople et Moscou, les querelles locales et nationales. La grande tradition reste toujours celle des « empires », byzantin, ottoman, russe, tandis que réapparaît le grand thème de l’opposition entre l’Occident et l’Orient, ce thème qui divise l’Europe et déborde même vers « l’Eurasie ».

49La tendance à trouver ailleurs qu’en Europe un point de repère pour la politique et l’histoire peut suivre des chemins tout à fait différents, comme nous le montre Giovanni Scirocco. Celui-ci s’intéresse à une personnalité comme Jan Romein, Hollandais, de la IIIe Internationale et, plus largement, aux milieux de « gauche », d’où sa contribution sur : « Jan Romein, la sinistra e il mito del secolo dell’Asia ».

50Les socialistes européens, au début du xxe siècle, commencent à s’interroger sur les rapports de l’Europe avec le reste du monde, sur l’impérialisme, sur le « réveil de l’Orient ». Après tout, le mot d’ordre « l’Asie aux Asiatiques » est diffusé en 1905, remettant en question la domination des Européens. « L’histoire de l’Europe » elle-même commence à être interprétée sous cet angle, dans une perspective destinée à une longue fortune, impliquant la politique, l’économie, le capitalisme, la culture ou la religion. Les socialistes, la gauche européenne, contribuent à cette réorientation. Les événements, du reste, sont rapides. La montée du Japon, la révolution iranienne, les événements de Chine, soulèvent des inquiétudes ou des espoirs en Europe. La Première Guerre mondiale accentue les remises en cause. En 1919, à la IIIe Internationale, on parle d’une Europe socialiste qui unit « la libération de classe ouvrière dans les métropoles à la libération des colonies », même si, dans les années suivantes, des divisions violentes se font jour dans le monde communiste, précisément à propos de l’Asie, montrant qu’il n’est pas facile de trouver le point de jonction entre des traditions, des exigences, des inspirations si diverses.

  • 13 G. Scirocco, « Jan Romein, la sinistra e il mito del secolo dell’Asia », dans M. M. Benzoni, B. Vi (...)

51Jan Romein, né à Rotterdam en 1893, inscrit au parti communiste hollandais (qu’il quitte en 1927), élève d’Huizinga, lecteur attentif de Toynbee – « marxiste sui generis », comme il a été dit, ou « marxiste libéral » –, suit cette problématique avec attention, et lui donne une place croissante dans ses études. Son ouvrage le plus célèbre, Le Siècle de l’Asie, paru en 1956, est, comme l’écrit Scirocco, una storia dell’Asia, ma anche una storia dell’Europa13. Cette dépendance ne relève pas seulement du lien entre l’impérialisme européen et les mouvements nationalistes d’Asie. Romein souligne bien entendu la valeur du tournant de l’année 1900. L’histoire de l’Europe et de l’Asie change à partir de cette date, mais, en même temps, Romein souligne que ce résultat est le débouché d’une histoire séculaire, où les expériences des pays et des continents s’entre-mêlent, se confrontent, se distinguent, se séparent d’une manière qui a été trop sous-estimée jusqu’alors.

  • 14 Aera van Europa, qui paraît en 1954.

« L’histoire de l’Europe », à laquelle Romein avait consacré un autre ouvrage14, garde sa place, mais à l’intérieur d’une construction qui désormais devrait joindre l’analyse précise des « faits » – que Romein aime passionnément – à « l’histoire comparée », à « l’histoire universelle », à la recherche d’une « trame générale » de l’histoire.

52À plus forte raison, l’histoire de l’Europe au xxe siècle aboutit à vision élargie et globale. Mais, en même temps, à Salamanque, lors de la conclusion de la section sur la politique et l’histoire, on a justement rappelé l’autre dimension si différente, qui plonge ses racines dans le passé de l’Europe, la nation, l’État-nation avec ses caractéristiques et ses transformations.

  • 15 J. Becarud, E. Lopez Campillo, « Claudio Sanchez Albornoz et les historiens espagnols face à l’Eur (...)

53Cette diversité, du reste, tout compte fait, n’est peut-être pas toujours si grande. Est-ce que l’Espagne, dont on a parlé, ne se définit pas vis-à-vis de l’Islam ? L’hispanidad ne relie-t-elle pas à l’Amérique latine ? La « crise de 1898 » n’évoque-t-elle pas immédiatement la « dimension » impériale ? Ne pourrait-on pas dire de même de plusieurs États-nations européens, grands et moins grands, comme la Hollande de Romein ? Sanchez Albornoz en a fait l’expérience, comme le souligne la contribution que Becarud et Lopez Campillo lui ont dédiée : jeune historien (il est né en 1893, la même année de Romein), il se trouve engagé à découvrir« l’identité » de l’Espagne « par rapport à l’histoire globale de l’Europe »15. Libéral, catholique, voué aux études, Sanchez Albornoz tombe littéralement en politique en s’opposant à la dictature de Primo de Rivera. Dès lors, il sert la République, tentant de mieux définir les rapports entre l’Église et l’État, et se trouve dans la tourmente de la guerre civile et de l’exil. Mais il n’abandonne jamais son thème qu’il approfondit, en soulignant toujours l’importance essentielle du rapport entre la construction nationale et la formation historique de l’Europe.

À la recherche d’une histoire de l’Europe

54L’historien qui se consacre directement à écrire une « histoire de l’Europe » – soit générale, soit sur une période, ou sur tel ou tel aspect du passé du continent – opère donc dans un contexte riche de problèmes, de traditions, d’aspirations et de difficultés.

55Au colloque de Salamanque, toute une série de contributions portaient sur les œuvres proprement dites des historiens, confirmant qu’elles ont leur spécificité et leur relative autonomie. Les historiens, en effet, tout au long du xxe siècle, ont écrit plusieurs « histoires de l’Europe », tellement différentes entre elles que l’on pourrait douter de toute « vérité » historique au sujet de cette région du monde. L’histoire de l’histoire (qui sur ce sujet est à ses débuts) pourrait montrer « l’histoire de l’Europe » au xxe siècle comme un exemple classique de changements de perspective dans la vision du passé.

56L’historien de son côté, aux prises avec un thème comme celui de l’Europe, perçoit tout le poids des idées et des passions politiques, et parfois les partage. Les historiens dont il a été question dans la section finale du colloque de Salamanque ont souvent personnellement participé à la vie politique. La ligne qui sépare, ou pour mieux dire, qui distingue l’histoire de la politique n’est pas nette et définitive.

57Les institutions européennes ont le souci d’éviter leur « crise d’identité » en recourant à l’histoire, mais, ce faisant, il arrive qu’elles favorisent des études novatrices et bien fondées.

58L’approche choisie à Salamanque a consisté à présenter des « itinéraires biographiques », en cherchant de situer à quel moment de leur vie Renouvin, Chabod, Braudel, Maravall ou Le Goff ont rencontré l’histoire de l’Europe.

59Ces historiens appartiennent à des générations différentes. Pierre Renouvin est né en 1893 (la même année que Romein et Sanchez Albornoz) ; il participe pleinement à la Première Guerre mondiale, qui le mutile et le marque à vie. Chabod, né en 1900, Braudel en 1902, sont trop jeunes pour prendre part à la « Grande guerre », mais ils se forment dans une période profondément marquée par la coupure entre le monde d’avant et d’après 1914. Maravall est né en 1910, un délai qui est suffisant, peut-être, pour regarder l’Europe d’un œil différent, avec une prise directe sur la situation de l’entre-deux-guerres, tandis que Le Goff et ses collaborateurs, comme le souligne Olivier Dumoulin, partagent les expériences des hommes nés dans les années 1930, leur jeunesse se reliant à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à l’Europe d’après 1945.

60Les itinéraires individuels de ces grands historiens révèlent chez eux un travail de recherche de longue haleine. Ces auteurs laissent voir tous les obstacles à surmonter pour construire une histoire de l’Europe et donnent l’image d’une « communauté des historiens » aux prises avec le passé de leur continent européen.

  • 16 R. Girault, « Renouvin, l’histoire des relations internationales et l’histoire de l’Europe », dans (...)

61Renouvin prend le risque de travailler sur des sujets qui déchaînent des polémiques : le traité de Versailles, les origines et les « responsabilités » de la guerre de 1914-1918. Une partie de sa grandeur, comme le montre René Girault, vient de sa capacité de se détacher peu à peu de l’atmosphère envenimée de l’après-guerre, de considérer les questions en historien, de rechercher les méthodes, les voies nouvelles pour interpréter une réalité si brûlante et si complexe. « L’histoire diplomatique » commence à céder le pas à « l’histoire des relations internationales ». La rencontre explicite avec « l’Europe » survient dans cette perspective, lors de la réconciliation franco-allemande et du projet d’union européenne en 1929-1930. Les événements désastreux après la prise du pouvoir de Hitler freinent les illusions. Puis, la fin de la guerre fait renaître l’espoir, qui ne dure pas. Avec le scrupule de l’historien, Renouvin s’interroge sur la valeur, la portée de tout appel à l’unité du continent, dans le passé et dans le présent. Il accepte, on l’a vu, de codiriger les volumes sur « l’Europe du xixe et du xxe siècle » ; il se propose aussi d’écrire lui-même un essai sur l’idée de l’Europe, mais assez vite, il doit y renoncer. L’attention pour les projets d’union ou de fédération européenne fait désormais partie d’un intérêt plus vaste pour le pacifisme, tandis que « l’Europe » a de la peine à trouver une place et un rôle dans la grande construction de l’histoire des relations internationales, à laquelle Renouvin se consacre. Dans le dernier volume de l’ouvrage sur les années de 1929 à 1945, dans les pages finales, on a bien l’impression que l’interrogation principale de Renouvin porte avant tout sur le « déclin de l’Europe »16.

62En Italie, à la fin des années 1930, et aussi pendant les années de guerre, Federico Chabod se trouve devant une situation quelque peu différente : In questi ultimi anni è stato, ed è, un gran parlare di Europa... Parmi les fascistes (et même les nazis), les antifascistes, les libéraux, les catholiques, en Italie, on parle, on discute beaucoup de l’Europe. Le problème pour « l’historien » est de discerner, dans un tel fatras, la réalité et la propagande, les projets sérieux et les velléités, les idées et les prétextes. Chabod, lui aussi, perçoit profondément le danger de la « décadence de l’Europe », qui pourrait devenir irréversible, mais, en même temps, il s’engage dans une recherche – tout à fait nouvelle – pour comprendre la formation historique, les transformations et la valeur de « l’idée même de l’Europe » (et de l’idée parallèle de la « nation »). Dans le cours fameux donné en 1943-1944 à l’Université de Milan, dans les cours successifs, dans ses essais et dans ses grands ouvrages, Chabod persiste dans l’entreprise qui, à ses yeux, se relie directement à l’interprétation de l’histoire générale de l’Europe moderne et contemporaine. La recherche conduite à travers les âges, en contact avec les auteurs les plus divers, permet, en effet, de cerner le rapport entre l’idée d’Europe (ou, si l’on veut, entre les idées que l’on a de l’Europe) et les faits, les situations effectives, le développement historique, pour ne pas dire du rapport avec les autres civilisations.

63Chabod, dans ses ouvrages, n’emploie pas les termes « d’identité » et de « conscience » ; il se concentre sans doute sur le thème de l’histoire de l’idée d’Europe, mais à plusieurs reprises il affronte le problème de l’identité et de la conscience, du passage d’un concetto à une idea capable d’influer sur les désirs et la volonté des hommes.

  • 17 Voir B. Vigezzi, « Federico Chabod e i problemi dell’idea d’Europa », dans M. M. Benzoni, B. Vigez (...)

64Chabod s’arrête sur l’Antiquité et le Moyen Âge, mais il est convaincu que l’idée de l’Europe est une « idée moderne », qui commence à se définir avec force au xvie siècle, qui s’épanouit au xviiie, qui traverse beaucoup de vicissitudes pendant le xixe siècle et la première moitié du xxe siècle et qui, après 1945, peut accompagner le « déclin de l’Europe » ou bien – l’alternative est réelle – peut constituer une prémisse, historiquement fondée, des « États-Unis d’Europe »17.

65Fernand Braudel, lui aussi, n’a jamais perdu de vue le « problème Europe », ou plus précisément, le problème d’une « histoire de l’Europe » qui explique d’une manière satisfaisante l’extraordinaire montée de ce petit continent, son rayonnement, ses possibilités effectives dans le passé et dans le monde d’aujourd’hui, qu’il s’agisse de l’économie, de la réalisation d’une « économie-monde », ou de la confrontation entre « civilisations », pour reprendre un terme qui était également cher et familier à Braudel.

66À Salamanque, Silvia Pizzetti a orienté son rapport dans ce sens, et a pu montrer les passages, les détours et retours dont Braudel se sert pour envisager la question, la préciser, et établir le rapport entre l’Europe d’hier et l’Europe actuelle, en expérimentant plusieurs formes d’histoire.

67La géographie, la position de finis terrae, la confrontation avec « l’espace », le lien constant avec la mer – la Méditerranée, l’Atlantique ou les mers lointaines de la conquête de l’Asie... – facilitent « l’ouverture » de l’Europe vers le monde, et son extraordinaire capacité d’assimilation, ce qui porte Braudel à comparer la civilisation, ou les civilisations européennes, aux « grains d’une grenadier serrés les uns sur les autres ». La suprématie de l’Europe, toutefois, se construit lentement. La révolution industrielle des xiie-xiiie siècles, si importante qu’elle soit, tourne court au xve siècle : les autres continents gardent bien certaines « supériorités » vis-à-vis de la petite Europe. Mais l’expansion du xvie siècle permet à « ce petit et faux continent qui est l’Europe » de s’installer « au centre d’une vaste et fragile économie mondiale ». La première « économie-monde » prend sa place. Braudel le soutient, à l’encontre de Wallenstein, à la lumière de sa vision si particulière du « capitalisme » et des rapports si variables entre le « centre » et la « périphérie » du système.

68La « véritable » révolution industrielle, celle du xixe siècle, renforce le processus de croissance de l’Europe. Cependant, Braudel tient à le souligner, « l’hégémonie » de l’Europe ne dure qu’un siècle et demi, ce qui est peu de temps, mesuré à l’échelle de la longue durée. L’économie, selon Braudel, a unifié le monde, mais cette unification a été seulement partielle et, dans certains cas, elle n’est qu’apparente. Ainsi, à sa manière, Braudel retrouve le thème du « déclin de l’Europe ».

  • 18 S. Pizzetti, « Fernand Braudel, l’Europa e il mondo », qui s’appuie opportunément sur des ouvrages (...)

69Braudel admet, naturellement, toute l’importance de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, de ces conflits « suicides », mais il perçoit une usure structurelle, et donc plus profonde de l’Europe. Il a malgré tout confiance en l’influence de l’Europe dans le monde d’après 1945 ; mais, à la fin de sa vie, selon la reconstitution de Silvia Pizzetti, il est porté à réfléchir en même temps sur la « décadence de la France » et sur la « décadence de l’Europe ». Voici ce qu’il en déduit sur la situation du monde : « Alors pas de centre, pas de centrage, soit une époque d’indécision qui se prolonge, époque de crise latente, d’une remise en ordre qui ne s’achève pas, qui risque de ne pas s’achever... »18

70Braudel et Chabod – plus liés entre eux que ce qu’on l’imagine d’habitude – sont bien différents de Renouvin. Mais le rappel, même rapide, de leurs itinéraires d’études sur l’histoire de l’Europe, leur intérêt et leur souci d’historien devant la sombre perspective du « déclin de l’Europe », montrent une réelle continuité. Après tout, dans son introduction générale à « l’histoire des relations internationales », Renouvin avait caractérisé Braudel et Chabod comme les chefs de file des deux grandes tendances historiographiques contemporaines qu’il posait à la base de sa propre reconstruction. La présentation que Renouvin faisait des deux historiens n’était sans doute pas parfaitement ajustée. En tout cas, Braudelet Chabod confirment leur capacité de mettre en rapport les expériences d’avant et d’après 1914, et ils dessinent une première configuration de l’histoire de l’Europe du xxe siècle.

71Il est important de périodiser cette historiographie de l’Europe. Précisément, si on lit l’article d’Antonio Maravall « Europa in crisis », écrit en 1935, on comprend que la Grande guerre est passée, que la « crise » a quelque chose de révolu.

Europa dominaba económicamente el mundo, pero era evidente que un díaéste querría emanciparse... Y entonces no puede decirse que la crisis sea de la economía en este sentido, sino de ese intento de basar la vida en ella, de ese tipo de hombre que ensayó reducir su papel sobre los otros continentes a una dominación económica !...

  • 19 M. Espadas Burgos, « José Antonio Maravall, historien européen », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, (...)

72On commence à regarder d’un œil neuf le passé de l’Europe et son rapport avec le monde, comme nous l’a indiqué Manolo Espadas, en suivant l’itinéraire de son auteur, en montrant bien le point de jonction entre la tradition espagnole (et, en sens large, la tradition européenne) et cette nouvelle ouverture d’esprit, qui conduit Maravall à entendre« l’Europe comme histoire et l’Europe comme projet ». Il se tient à l’histoire, mais ce faisant, dans ses écrits, il est porté à signaler tout le relief que la liberté de choix, le pluralisme, le changement, la mobilité, même l’utopie, ont eu dans le passé d’une Europe qui – Maravall le souligne – a inventé « l’histoire universelle »19.

73L’entreprise coordonnée par Jacques Le Goff, la collection « Faire l’Europe », dans cette perspective, apparaît alors comme un laboratoire de l’histoire européenne, qui fait son travail, consciemment, dans le monde d’aujourd’hui. Olivier Dumoulin, dans son rapport, insiste à juste titre sur cet aspect. En recourant aux entretiens, en analysant les documents de travail, les conférences de presse, il tente d’éclaircir les buts de Le Goff et de ses collaborateurs : ils aspirent à « faire l’Europe », à participer à cette « construction » intellectuelle, tout en respectant les règles strictes du métier de l’historien.

74La tension entre ces deux objectifs est évidente. Qu’est-ce que l’Europe ? La question revient sans cesse. Le Goff et ses collaborateurs excluent que l’Europe soit une réalité donnée, un objet déterminé à examiner. Ils refusent toute histoire téléologique. Ils se méfient aussi de toute œuvre de synthèse, qui leur paraît prématurée, faute d’une documentation « européenne » appropriée, encore trop dispersée. Mais, à ce point de la réflexion, leur prise sur la réalité risque elle aussi d’échapper. Ils se fondent, le plus souvent, sur des histoires partielles, reliées à l’Europe (la ville, la mer, les lumières, les révolutions, États et nations, les paysans, la faim), sur une longue durée variable. Ils placent, d’une manière un peu vague, la naissance de l’Europe au Moyen Âge. L’Europe, selon Le Goff, « est une réalité potentielle », « fruit d’une histoire incomplète » : ce qui n’exclut pas « la quête de l’identité collective européenne ». L’espoir est bien celui de découvrir et de construire en même temps l’Europe. « Elle est préfigurée par l’histoire, mais l’histoire ne lui dicte pas un destin préétabli ».

  • 20 O. Dumoulin, « Du pareil au même : faire de l’histoire ou faire l’histoire ? », dans M. M. Benzoni(...)

75La tension entre science et espérance demeure. L’écart reste sensible – Dumoulin le note – entre les aspirations, les tentatives et les résultats20. Et, on le comprend encore mieux, en considérant les volumes de la série, leur formule et leur structure, à l’intérieur de ce long travail sur l’histoire de l’Europe.

Un programme à courte et à longue échéance

76L’expérience du colloque de Salamanque a persuadé les responsables et les collaborateurs de continuer à travailler dans un groupe de recherche spécifique sur « Les historiens de l’Europe et l’Europe des historiens ». Plusieurs directions ont été ainsi définies :

  • On poursuivra les recherches biographiques, en examinant l’œuvre de certains auteurs de différents pays qui, surtout à partir des années trente, se sont occupés de l’idée de l’Europe et de l’histoire de l’Europe : Croce, Salvatorelli, Chabod, Venturi, les grands médiévistes en Italie ; Fischer, Toynbee, Beloff, Hay, Taylor en Angleterre ; Renouvin, Braudel, Duroselle en France ; Pirenne en Belgique ; Ortega y Gasset, Maravall en Espagne ; Meinecke, Ritter, Dehio, Schieder en Allemagne ; Tarle en Russie. C’est une « histoire des histoires de l’Europe » après 1930 (ou après 1900) qui reste à écrire.
  • À côté des « études biographiques », une recherche bibliographique et chronologique a été lancée, relative à plusieurs pays, pour voir de quelle façon, à partir de 1900, on a abordé le thème de « l’histoire de l’Europe » (auteurs, œuvres générales, relatives à différents aspects à l’échelle européenne, ou à différentes périodes, traductions, discussions et comptes rendus significatifs, etc.).
  • Une étude des « nouvelles histoires de l’Europe » sera conduite, dans le but d’examiner et de discuter les tentatives plus récentes d’écrire des « histoires de l’Europe » (voir la Storia d’Europa de la maison Einaudi, dirigée par Anderson, Aymard, Bairoch, Barberis, Ginzburg, Ortalli, les volumes de la collection « Faire l’Europe » dirigée par Le Goff, ou les œuvres de Galasso, de Davies, de Roberts, etc.).
  • Seront examinées les reconstructions et les présentations de « l’histoire de l’Europe » faites par des historiens non européens, tout au long du xxe siècle.
  • À côté des recherches sur les histoires de l’Europe déjà prévues, on pourra analyser de quelle façon on a traité le problème de l’histoire de l’Europe dans les grandes « histoires universelles », en tenant compte aussi des différentes éditions de certaines collections justement célèbres.
  • Les variations des perspectives historiques sont particulièrement importantes – et si peu étudiées en tant que telles –, dans le domaine de l’histoire des relations entre l’Europe et le reste du monde. On croit en effet avoir une image suffisamment claire du processus de colonisation et de décolonisation, de la montée et de la décadence de l’Europe, des changements et des révisions historiographiques correspondants, mais c’est bien à ce propos qu’il y a le plus d’idées reçues et d’équivoques.
  • En tenant compte des directions de recherche indiquées, le groupe tentera de repérer les archives, les correspondances, les différentes sources qui permettront d’étudier les contacts entre les historiens de la période, et suivre de près la formation de leurs différentes conceptions de l’Europe au xxe siècle.
  • Les recherches sur l’action des institutions européennes en faveur de l’histoire de l’Europe seront poursuivies (Conseil de l’Europe, Communauté européenne) et élargies : il serait en effet intéressant de réexaminer l’activité de l’UNESCO dans ce domaine, en étudiant les initiatives prises en vue d’une nouvelle histoire universelle. L’action de ces institutions renvoie aussi au problème de la diffusion des différentes conceptions du passé européen, à partir des manuels scolaires et des médias. Il y a eu et il y a beaucoup d’initiatives dans ces directions, on trouve des études et des bilans, mais on devrait analyser avec un esprit historique ces actions, ces efforts de coordination, d’information et d’écriture de l’histoire.

Notes

1 R. Girault et G. Bossuat (dir.), Les Europe des Européens, Paris, 1993, et R. Girault (dir.), Identités et conscience européennes au xxe siècle, Paris, 1994.

2 Voir H. Kaelble, « La représentation de la société européenne au xxe siècle », dans Les Europe, op. cit., p. 129 ; G. Bossuat, « Les Europe des Français au long du xxe siècle », ibid., p. 94 ; R. Girault, « Conclusion », ibid., p. 143.

3 H. Kaelble, « L’Europe “vécue” et l’Europe “pensée” au xxe siècle : les spécificités sociales de l’Europe », dans Identité et conscience, op. cit.

4 Voir R. Girault, « Introduction » dans Les Europes, op. cit. ; également « Introduction » et « Chronologie d’une conscience européenne au xxe siècle. Les trois sources de l’identité et de la conscience européennes », Postface, dans Identités et conscience, op. cit., p. 13-21, 171-192, 193-201, 203-213, et aussi R. Frank, « Introduction », dans le présent volume, p. 9.

5 Voir A. Fleury et R. Frank, « Le rôle des guerres dans la mémoire des Européens : leur effet sur leur conscience d’être européens », dans Identités et conscience, op. cit., p. 156 ; et R. Girault, « Postface », ibid., p. 204.

6 Voir É. Bussière, M. Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un après-guerre à l’autre », dans Identités et conscience, op. cit., p. 105, et A. Varsori, G. Warner, « Les mers, frontières de l’Europe et leur rôle dans la formation de l’identité européenne », ibid., p. 166.

7 Ph. Bell et P. Morris, « Les “Europe” des Européens ou la notion d’Europe », dans Les Europes, op. cit., p. 71.

8 Voir à ce propos M. M. Benzoni, « Il consiglio d’Europa. Dalle discussioni del 1956 alle ricerche di Beloff, Renouvin, Schnabel, Valsecchi » dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, Storia e storici de Europa nel xx seculo, Milan, Unicopli, 2001 ; et aussi M. Beloff, Europe and theEuropeans. An International Discussion, Londres, 1957 ; et M. Beloff, P. Renouvin, F. Schnabel, F. Valsecchi (dir.), L’Europe du xixe et du xxe siècle. Problèmes et interprétations historiques, 7 vol., Milan-Côme, 1959-1967.

9 Voir J. J. Ruel, « An Identity for Europe ? The Rhetoric of Culture and Identity in the European Community/Union, 1970-1998 », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, Storia e storici de Europa nel xx secolo, op. cit.

10 . P. Graglia, « Il movimento federalista e la storia d’Europa », dans M. M. Benzoni, B .Vigezzi, Storia e storici de Europa nel xx seculo.

11 La lettre de La Pira n’a pas de date précise ; mais la référence aux élections du 2 juin 1946, et la réponse de Maritain du 9 juillet, permettent aisément de la dater. Voir à ce propos J. D. Durand, « Dialogue pour l’Europe chrétienne au temps de la reconstitution (juin-juillet 1946) », qui rapporte aussi en annexes le texte complet des deux lettres.

12 R. Morozzo, L’Europa degli ortodossi, dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, Storia e storici de Europa nel xx secolo, op. cit.

13 G. Scirocco, « Jan Romein, la sinistra e il mito del secolo dell’Asia », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, Storia…, op. cit.

14 Aera van Europa, qui paraît en 1954.

15 J. Becarud, E. Lopez Campillo, « Claudio Sanchez Albornoz et les historiens espagnols face à l’Europe », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, Storia..., op. cit. ; voir aussi F. Villacorta, « Les Espagnols et le défi européen au xxe siècle », dans Les Europes des Européens, op. cit., p. 27-41.

16 R. Girault, « Renouvin, l’histoire des relations internationales et l’histoire de l’Europe », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, op. cit. Voir aussi P. Renouvin, J.-B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, 1964, surtout « Le sentiment pacifiste », p. 246-282 (de Renouvin) ; et P. Renouvin, Histoire des relations internationales. Les crises du xxe siècle. De 1929 à 1945, VIII, 2, Paris, 1958, particulièrement p. 402.

17 Voir B. Vigezzi, « Federico Chabod e i problemi dell’idea d’Europa », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, op. cit. Voir aussi F. Chabod, Storia dell’idea d’Europa, Bari, 1961 ; et A. Saitta, E. Sestan (dir.), L’idea di nazione, Bari, 1961. Voir enfin B. Vigezzi, « Federico Chabod e i corsi sull’idea d’Europa », dans Miscellanea Moscati, Naples, 1985, p. 885-907.

18 S. Pizzetti, « Fernand Braudel, l’Europa e il mondo », qui s’appuie opportunément sur des ouvrages de genre différent : de L’Europe (Paris, 1987) à Civilisation matérielle, économie et capitalisme (Paris, 1979) ; de Grammaire des civilisations (Paris, 1987) à L’Identité de la France (Paris, 1986) et Les Écrits de F. Braudel (Paris, 1997), qui comprennent aussi les passages de « L’Histoire inachevée ».

19 M. Espadas Burgos, « José Antonio Maravall, historien européen », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, op. cit. Voir aussi de J. Maravall : « Europa en crisis », Revista de Occidente, 1934, p. 370-375 ; et « La unidad múltiple de Europa », Correa Librario, 1950, I, diciembre 1950 ; « La historia universal come fenómeno europeo », Revista de la Universidad de Madrid, 1962, p. 7-32 ; « Europa como decisíon », Revista de Occidente, 1965, p. 154-174 ; « El pensamiento utópico y el dinamismo de la historia europea », Sistema, 1976, n. 14, p. 13-44.

20 O. Dumoulin, « Du pareil au même : faire de l’histoire ou faire l’histoire ? », dans M. M. Benzoni, B. Vigezzi, op. cit. : à propos de la collection de Jacques Le Goff, « Faire l’Europe » (Éd. du Seuil).

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search