Version classiqueVersion mobile

Les identités européennes au XXe siècle

 | 
Robert Frank

Élites, opinions et constructions européennes

Anne Deighton, Elisabeth du Réau et Robert Frank

Texte intégral

  • 1 A. Deighton (éd.), Building Postwar Europe. National Decision Makers and European Institutions 1948 (...)
  • 2 R. Girault (dir.), Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, Hachette, 1994.
  • 3 Voir la publication de ses actes dans : É. du Réau (éd.), Europe des Élites ? Europe des Peuples ? (...)
  • 4 Voir la publication de ses actes dans : É. du Réau et R. Frank (dir.), avec la collaboration d’A. D (...)

1Ce groupe a organisé trois colloques et publié trois livres. Le premier colloque de 1993 à Oxford, dont les actes ont été publiés en 1995, s’est déroulé pendant la première étape de l’enquête sur les identités européennes1, et le résumé de ces travaux a déjà été effectué dans le livre collectif de synthèse présenté par René Girault2. Il sera question ici de nos travaux postérieurs, ceux du deuxième colloque qui a eu lieu à la Sorbonne, à Paris, en mai 19963, puis du troisième, organisé à Oxford en 19984. Mais, auparavant, il est nécessaire de préciser les buts et moyens généraux de cette recherche.

Objectifs, outils et méthodes

2L’objectif de notre groupe de recherche était d’examiner le travail des décideurs et des élites au niveau national, dans la période de l’après-guerre. Il a été donc convenu de ne pas tenir compte de processus décisionnels au niveau européen, mais de se concentrer sur les États-nations.

3Lors de la première étape de l’enquête, nous avions choisi d’étudier le rôle des gouvernements et des administrations dans les débuts du processus d’intégration, jusqu’au rejet par de Gaulle de la première candidature britannique, soit la période 1945 à 1963. Mais il nous a ensuite semblé important de ne pas nous en tenir à ce cadre historique étroit et à une série d’études très détaillées, mais plutôt de retracer les évolutions à travers le temps. Ainsi quand nous avons entamé la deuxième phase de notre projet de recherche, nous avons décidé d’un commun accord d’aller au-delà de 1963, et de commencer à nous pencher sur la fin des années 1960, jusqu’au début des années 1980, même si cela présentait d’évidents problèmes d’accès aux sources primaires.

4Le point de départ du projet avait été d’examiner le travail des décideurs au sein des machines gouvernementales nationales et, en particulier, le rôle des bureaucrates, ainsi que les relations entre les services de l’État et les responsables politiques. Cependant, afin d’obtenir une image globale et équilibrée des processus de décision au niveau national, nous avons pris conscience du fait que l’action des organisations non gouvernementales, des groupes de pression, et d’autres groupes constitutifs de l’élite représentaient en soi un vaste champ de recherche. À mesure que notre travail a progressé, nous avons donc choisi de concentrer notre étude sur les élites, plutôt que sur les décideurs plus facilement identifiables de par leur rôle dans le gouvernement. Nous avons décidé de commencer à analyser le rôle des communautés épistémiques, et des groupes de pression qui exerçaient une influence durable et volontaire sur les décideurs. Nous avons également étudié le rôle joué par certains partis politiques, même si nous avons convenu que cette tâche considérable ne pouvait être menée que de façon exploratoire. Nous avons donc demandé que des études soient menées à partir de la littérature sur les communautés épistémiques, et celle sur les groupes de pression. L’insistance inévitable sur la littérature anglophone doit être considérée comme une incitation pour les autres à produire des travaux complémentaires plutôt que comme une marque d’ethnocentrisme !

5Nous avons pris aussi la décision de ne pas donner d’importance particulière au rôle et à la politique des États-Unis et de l’Union soviétique. Nous avons en effet considéré qu’une part importante de la littérature historique sur cette période avait été consacrée à la politique étrangère des États-Unis. Même s’il nous a semblé évident que les dimensions américaine et soviétique devaient être étroitement prises en compte dans nos analyses, puisque les décideurs devaient tenir compte des deux superpuissances, nous avons mis l’accent sur les intérêts européens, la vie politique européenne et l’élaboration des politiques européennes.

6En choisissant dans les années 1980 d’entamer une étude internationale sur l’identité européenne, René Girault s’est révélé extrêmement visionnaire. Tout d’abord, alors que les pays d’Europe centrale et de l’Est quittaient le bloc soviétique, coupaient avec leur passé communiste et réclamaient une participation dans l’entreprise de l’Europe occidentale, il nous est apparu que nous devions, en tant qu’historiens, nous pencher sur quelques aspects des perceptions et des actions de décideurs et des élites en Europe de l’Est pendant la guerre froide. L’ouverture des archives a facilité cette tâche, même si la nature de la recherche devait être différente, puisque ces pays n’avaient pas directement été acteurs sur l’échiquier de l’Europe de l’Ouest avant l’approche de la fin de la guerre froide. Cependant, les résultats de nos recherches démontrent que les préoccupations des décideurs et des autres groupes constitutifs de l’élite méritent d’être examinées plus en détail, maintenant que les chercheurs d’Europe centrale et de l’Est sont à même, avec leurs confrères d’Europe de l’Ouest, d’élaborer de nouveaux calendriers de recherche.

7La fin de la guerre froide et la période trouble allant de 1989 à 1991a posé de nouveaux défis au groupe, et les évolutions des années 1990 ont mis en lumière la façon dont notre travail au sein de cette étude a été influencé par les événements que nous avons vécus. Car notre travail avait porté sur un petit nombre de personnes, impliquées activement, et généralement sur un plan professionnel, dans le processus d’intégration européenne. Mais l’opinion publique à propos de l’Europe était en train de changer, comme l’illustrait le débat français sur Maastricht, la politique de la corde raide utilisée en Grande-Bretagne pour faire accepter le traité, et bien sûr le premier « non » danois. Au sein même du projet, la notion de » conscience » fut remplacée par celles de « diversités, convergences, solidarités », ce qui reflétait le changement dans les perceptions et dans les débats au sein de notre communauté de chercheurs. Dans notre groupe, nous avons en conséquence décidé d’explorer le rôle de l’opinion publique sur la période concernée par notre recherche. Le fait que l’opinion publique était, soit mieux contrôlée, soit largement indifférente pendant la période de la guerre froide, méritait d’être analysé. Ainsi, notre travail a par la suite exploré les phénomènes de l’opinion publique de masse et des représentations des groupes d’intérêt à travers le temps. Nous avons donc contribué à ouvrir un vaste champ de recherche certes complexe – les données sont fréquemment moins fiables, et souvent détenues à titre privé –, mais qui se révélera fructueux.

8Les outils de la recherche ont été nombreux et variés. Comme ce projet a été lancé à la fin des années 1980, l’équipe a aussi pu tirer profit d’archives diversifiées, dont beaucoup s’ouvraient alors au public. On disposait ainsi d’une grande quantité de sources jamais encore étudiées systématiquement et de façon comparative, et pour lesquelles il était préférable de travailler avec une équipe internationale ayant accès à des ressources et des archives dans différents pays. Il a d’abord été décidé de n’utiliser que des archives quand celles-ci étaient disponibles, et de se pencher d’abord sur la période suivant immédiatement la guerre. Ceci a donné au groupe des bases solides sur l’évolution des préférences des pays en matière d’économie, d’union politique, de regroupement sub-régionaux, même si nous avons par la suite modifié ceci avec notre décision de poursuivre notre travail jusqu’aux années 1970.

9La décision de concentrer le travail du groupe spécifiquement sur les décideurs et les élites nationales a permis aux chercheurs de se spécialiser davantage, en dépit du débat théorique parallèle au travail des historiens, qui se concentre sur la dynamique entre États et institutions européennes dans le processus d’intégration. Le travail théorique sur l’intégration européenne dans les pays de langue anglaise était jusqu’à il y a peu fondé principalement sur les ouvrages de Ernst Haas, politologue américain dont le principal titre de célébrité était la notion de spillover, complétée par les travaux d’universitaires comme Lindberg. Le travail de Haas suggérait que les élites nationales, les groupes d’intérêts et la Commission européenne elle-même donneraient leur forme et leur rythme à l’intégration européenne. En même temps, les inter-gouvernementalistes ont pris soin d’insister sur les aspects non fédératifs de l’intégration, position illustrée par les travaux de Stanley Hoffmann et, plus tard, affinée par d’autres politologues, principalement américains, comme Andrew Moravscik, et qui mettent l’accent sur les négociations nationales mises en jeu dans le processus d’intégration (toutefois, ces dernières années, une grande partie des travaux théoriques manifestent un intérêt grandissant pour les propriétés théoriques abstraites et les débats internes sur la nature du régime européen, et un intérêt moindre pour les preuves historiques. )

10Examinons maintenant quelques-unes des hypothèses et conclusions de la recherche menée, ainsi que la nature de l’entreprise historique-t-elle qu’elle a été conduite par le groupe.

11Une des questions les plus intéressantes à propos des processus de décision est celle qui porte sur les relations entre les bureaucraties nationales et leurs bureaucrates d’un côté, et les dirigeants politiques nationaux d’autre part. Cependant, nos travaux ont pu établir que les processus qui, avec le temps, se mettent en place à l’intérieur des États sont beaucoup plus complexes que ce que l’on pourrait croire au premier abord. En d’autres termes, chaque phase de négociation ayant conduit à l’adoption ou à la révision d’un traité ou à l’élargissement de l’UE (ou à l’impossibilité d’élargir) s’est déroulée sur une toile de fond de rivalités et de désaccords profonds – qui s’expliquent par les frictions entre les responsables politiques et leurs conseillers ; ou entre différents services ; ou encore à l’intérieur de chaque service pris isolément. L’intégration européenne n’a jamais un espace vide de tensions. La phase d’élaboration de la stratégie a pu faire appel à des acteurs non étatiques – groupes commerciaux et financiers influents, syndicats, par exemple – ainsi que des tactiques d’alliance avec d’autres États. On pouvait s’attendre à ce que la recherche historique rende la compréhension des phénomènes à la croisée du politique et du bureaucratique plus complexe – et nos travaux n’ont, sur ce plan-là, pas révélé de surprise. Pourtant, à ce stade, notre recherche a privilégié les relations bureaucratiques et les processus de prise de décision à l’intérieur des gouvernements nationaux.

12Beaucoup de travail sur archives doit encore être fait, notamment sur des personnages clés, qu’ils soient internes ou externes au cadre communautaire. L’entreprise d’intégration, dans l’imaginaire collectif, est souvent présentée à travers quelques personnalités clés. Une telle représentation pourrait fort bien être le résultat d’une tentative délibérée de simplifier et de codifier ce qui, en pratique, a en réalité découlé de séries de négociations fort longues et très compliquées. Nous sommes arrivés au résultat que si certains personnages ont pu jouer un rôle prépondérant, c’est parce qu’ils avaient la capacité de dominer le processus de relations diplomatiques. Cette observation vaut, à un moment ou à un autre, pour tous les grands pays que nous avons analysés : la France, la RFA, le Royaume-Uni, l’Italie et le Benelux. De plus, les contacts personnels, au niveau international, ont toujours été pris très au sérieux pas les dirigeants politiques, ce qui renforce l’impression que le déroulement et le résultat de chaque phase de négociation n’étaient pas acquis d’avance. Certains États et leur personnel politique ont dû prendre des risques lorsqu’ils négociaient leur volonté – ou leur refus – d’élargir.

13Une distinction claire a été établie entre les États qui opéraient depuis l’intérieur de la CEE/CE, et ceux qui étaient à l’extérieur de ses structures d’intégration. Ceci vaut à la fois pour les États d’Europe occidentale et pour les États de l’autre côté du rideau de fer.

14Nous avons également essayé d’explorer la dimension sécuritaire de l’intégration européenne – aspect trop souvent négligé au profit des facettes plus conventionnelles (politique, économique) de l’intégration. Ce travail, peut-être de façon prévisible, s’est essentiellement concentré sur le Royaume-Uni et la France ; de nombreuses similitudes sont apparues entre ces deux pays, tous deux se posant toujours comme puissances coloniales avec un intérêt pour la sécurité militaire dont la portée s’étend bien au-delà des frontières nationales – même si la décolonisation revient tel un leitmotiv dans leurs préoccupations. Tous deux sont devenues des puissances nucléaires au cours de la période historique étudiée, et sont encore attachées à ce jour au statut et au prestige que leur confère la possession d’un arsenal atomique. Tous deux ont connu des responsables militaires qui ne cachaient pas leurs vues incompatibles sur les questions d’engagement communautaire. Dans les deux pays, pour finir, la hiérarchie militaire a lutté contre le Trésor sur le point du contrôle – et de la réduction – du budget de l’armée.

15Nos premiers résultats sur les communautés épistémiques, sur les groupes de pression, les partis politiques et les opinions publiques sont, par nécessité, les moins développés. Une double énigme subsiste : pourquoi l’intégration européenne est-elle si longtemps restée l’apanage de l’élite, alors que l’enthousiasme des peuples s’est rapidement manifesté dans le cadre du Conseil de l’Europe et autres organismes fédéraux ? Pourquoi et de quelle(s) manière(s) la nature de l’intégration européenne s’est-elle diffusée dans les sociétés ? Il faut tout d’abord chercher du côté de facteurs culturels et de la prise de conscience progressive du fait que le développement et l’influence de la CE lui ont conféré une importance grandissante en tant qu’espace d’échange entre groupes politiques de pression. Parallèlement, le rôle des opinions nationales – un facteur intangible et changeant en politique – mérite d’être davantage étudié, à travers l’histoire des référendums ou celle du processus de « parlementarisation » de la CE.

16En tant qu’historiens, notre souci permanent a été la méthodologie utilisée et les meilleures approches d’un projet de recherche international. Nous avons préféré ne pas procéder dans le cadre rigide d’une batterie de questions de recherche rigides, qui auraient, pour chaque pays étudié, appelé une réponse à l’intérieur du même paradigme. Le second écueil était celui d’une approche privilégiant trop le politique, l’économique ou le diplomatique. On devine instinctivement pourquoi ; mais les raisons qui nous ont guidés doivent être rappelées ici. Nous voulions que nos travaux reflètent les réalités de terrain telles qu’elles sont appréhendées et interprétées par des historiens individuels. Alors que dans chaque colloque, nous avons posé à l’équipe de recherche une série de questions générales, nous n’avons pas exclu l’examen d’un certain nombre de problèmes s’ils s’avéraient importants aux yeux de tel ou tel chercheur.

17Lors des conférences organisées pour discuter de nos résultats, nous avons été très souvent frappés par les similitudes entre les pays, mais mieux encore, par des approches « nationales » singulièrement différentes. C’est ainsi que la structure de l’organisation des bureaucraties nationales, les hiérarchies différentes dans les priorités de stratégies, la présence éventuelle de facteurs contingents (les élections, par exemple), tous ces éléments ont influencé de manière variable mais souvent significative les interprétations nationales.

18Quelle a pu être l’efficacité de cette méthode ? L’honnêteté oblige à dire qu’elle a généré des travaux qui varient grandement en fonction du pays observé, et avec la possibilité plus ou moins grande d’accéder à certaines archives. Il convient également de constater que certaines périodes de l’après-guerre ont beaucoup plus compté que d’autres dans certains pays. Parallèlement, cette méthodologie a permis aux chercheurs de mettre à nu une grande variété de styles, de priorités et de débats de politique intérieure – autant de résultats auxquels un cadre de travail plus rigide n’aurait pas pu mener.

19Ainsi, notre méthodologie peut être résumée de la façon suivante :

  • 5 A. Deighton (éd.), Building Postwar Europe, op. cit., p. XXI.

« Notre souci principal n’a pas été la mise à l’épreuve d’un modèle particulier ou d’une théorie particulière. L’ambition de la reconstruction et de l’explication historiques au moyen des sources disponibles sur un sujet particulier doit précéder toute discussion plus théorique. L’attention portée aux détails, la prise en compte des incohérences et des contradictions dans les preuves mises à jour ; la spéculation et l’utilisation de l’imagination historique : voici autant de savoir-faire qui s’opposent directement aux exigences de parcimonie et de généralisation qui caractérisent largement les travaux théoriques en sciences politiques… Les processus de prise de décision varient également d’un pays à l’autre et entre les différentes phases de négociation – elles-mêmes inscrites dans un contexte international mouvant »5.

Europe des élites ? Europe des peuples ? La construction de l’espace européen 1945-1960

  • 6 Le colloque organisé sous la direction d’Élisabeth du Réau, avec le concours d’Anne Deighton, a réu (...)

20Voyons plus en détail les travaux effectués dans le cadre du deuxième colloque, celui de 1996, avec l’ouvrage qui en publie les actes en19986. Le rôle des décideurs, nous l’avons dit, occupait une place centrale dans l’étude précédente, développée lors de la première étape. Ici, l’approche est plus large puisque la réflexion porte à la fois sur les élites et sur leur relation avec les opinions publiques au cours du processus de construction européenne. Comme l’ouvrage précédent publié en 1995, ce livre est une mise en perspective des contributions d’historiens et de représentants de quelques autres disciplines (science politique et littérature comparée) en provenance de divers États de l’Union européenne, mais aussi de l’Est européen. L’espace concerné s’est en effet élargi à toute l’Europe puisque la vision propre de l’Union soviétique n’a pas été négligée, non seulement au moment de l’irruption de la Guerre froide mais aussi ultérieurement, après la mort de Staline. Ainsi, le colloque de 1996contribue à l’élargissement du champ historiographique autour de trois principaux thèmes. La première interrogation concerne le concept même d’élite et le problème de leur identification ; elle implique l’analyse des relations entre élites et opinions publiques. La deuxième question est fondamentale : quels sont les enjeux de cette construction de l’Europe aux yeux des acteurs concernés ? Ces enjeux évoluent-ils dans le temps ? Enfin, le dernier axe de la réflexion porte sur la diversité des voies de la construction européenne et sur l’attitude des opinions publiques face aux choix opérés. Cette analyse, qui met en valeur certaines réserves ou l’existence de courants d’opposition, montre que bien des pistes restent encore à explorer dans une Europe qu’il convient de revisiter.

  • 7 V. Pareto, The Mind and Society, New York, Dover Press, 1935; G. Mosca, The Ruling Class, New York, (...)
  • 8 W. Muis, The Power Elite, New York, Oxford, University Press, 1956.
  • 9 R. Presthus, Elites in the Policy Process, Cambridge University Press, 1974.

21Comment appréhender le concept même d’élite ? La question n’est pas neuve puisqu’elle est au centre de nombreuses études de sociologie politique dès l’entre-deux-guerres où paraissent les œuvres bien connues de Vilfredo Pareto et Gaetano Moscal7. Selon la théorie classique des élites, rappelée par Renata Dwan, le pouvoir dans la plupart des sociétés est concentré entre les mains de minorités qui exercent leur monopole pour influencer de façon décisive les activités de ces sociétés. Cette hypothèse privilégie le consensus au sein de ces minorités agissantes. L’étude de Wright Mills, postérieure à la Seconde Guerre mondiale, souligne également les fondements institutionnels du processus de formation des élites. Selon lui, les individus concernés tirent leur pouvoir des positions dominantes qu’ils tiennent dans les structures institutionnelles d’une société, qu’elles soient des organisations politiques, militaires ou économiques. Agissant en synergie, les acteurs influents au sein de ces trois secteurs formeraient une élite de pouvoir consciente, cohérente et cohésive8. Des études plus récentes ont réévalué le processus d’identification des élites en opérant une analyse rigoureuse du processus de décision. L’examen des groupes décisionnels fait en effet apparaître le rôle des experts, des réseaux politiques et des groupes d’intérêt. Les travaux de Robert Keohane et Joseph Nye ont ainsi montré l’intérêt d’une étude des réseaux transnationaux que la révolution des communications a fait prospérer. Dans la perspective d’une étude sur le rôle des élites dans le processus de construction européenne, cette approche est particulièrement pertinente. Elle met tout autant en évidence la constitution de réseaux favorables à des initiatives de coopération que celle de groupes d’opposition constituant parfois des freins efficaces à la mise en œuvre de projets européens9.

22Enfin, la question du renouvellement des élites appelle une réflexion sur la notion de génération et sur l’évolution des enjeux au sein de sociétés affectées par de rapides mutations. La notion de nouvelles élites s’entend très différemment de l’est à l’ouest de l’Europe, c’est tout l’intérêt des contributions sur ce thème pour la période de la construction européenne qui suit le second conflit mondial.

23Dans cette perspective, une étude comparée de la structure des élites dans l’Europe de l’immédiat après-guerre fait apparaître une grande diversité de situations. Quelques chapitres éclairent particulièrement la problématique « rupture et continuité ».

24À l’ouest de l’Europe, le clivage s’opère entre élites des nations belligérantes selon leur position pendant le conflit. L’étude très suggestive de Florence Gauzy sur le cas des élites allemandes souligne l’importance des ruptures à l’issue d’un conflit où se sont compromis de très nombreux représentants des anciennes élites. S’attachant au cas des élites militaires, cette étude évoque leur disparition :

« En 1946-1948, l’ancienne élite militaire allemande est décimée, démantelée et dispersée. La frange résistante, symbolisée par la personnalité du comte Klaus von Stauffenberg, n’existe plus, décimée par les persécutions du régime nazi qui ont culminé après le 20 juillet 1944 ».

  • 10 Voir la communication de F. Gauzy, chapitre 16 dans É. du Réau (éd.), Europe des élites ? op. cit. (...)

25La loi du 5 mars 1946 sur l’éradication du national-socialisme et du militarisme est appliquée avec rigueur. Il faudra attendre les années 19501951 pour que, sous l’impulsion d’Adenauer, la perspective d’un réarmement allemand de la nouvelle République fédérale suscite la question de la reconstitution de nouvelles élites militaires. Seuls quelques officiers supérieurs issus des rangs de l’ancienne Wehrmacht, ayant montré leur volonté de résistance à Hitler, mais épargnés par la répression de 1944, pourront faire partie de la nouvelle élite qui se constitue à partir de décembre 1950 au sein du « Service Blank »10.

26En revanche, la situation des anciennes élites en Italie se présente sous un jour différent. Analysant le cas du personnel diplomatique italien et notamment les carrières des notables de l’administration du ministère des Affaires étrangères, Bruna Bagnato formule ainsi ses conclusions :

  • 11 B. Bagnato, chapitre 5, ibid. Collaboratrice d’A. Varsori, à l’Université de Florence, cette spécia (...)

« Dans le choix des hommes appelés à faire marcher le délicat engrenage du ministre des Affaires étrangères italien après la Guerre, les compétences spécifiques, la capacité professionnelle, le poids de l’expérience ont joué un rôle beaucoup plus décisif que l’antifascisme. Le pouvoir de la bureaucratie, élément de continuité, a contribué à garantir la continuité de l’État en empêchant un radical renouvellement »11.

27L’attitude des Alliés occidentaux, soucieux de voir la nouvelle Italie démocratique prendre sa place dans la reconstruction de l’Europe, favorise cette évolution.

  • 12 S. Moussakova, spécialiste de littérature comparée, maître de conférences associé à l’Université Pa (...)

28Si les regards se portent sur les États de l’Est européen, l’attitude de l’Union soviétique joue un rôle déterminant dans la volonté d’élimination des anciennes élites, avec des nuances selon leur situation géopolitique à la fin du conflit. L’examen de la situation en Bulgarie, présentée dans une brillante contribution de Svetla Moussakova, illustre la brutalité du phénomène de rupture avec le passé. Après avoir rappelé la diversité des situations et évoqué le sort des anciens satellites de l’Allemagne, des conventions d’armistice aux traités de paix (1944-1947), l’étude souligne l’ampleur de la répression sous toutes ses formes et démontre qu’elle touche toutes les élites, non seulement les anciens cadres politiques et militaires mais aussi les élites intellectuelles. De 1944-1945 à la fin de 1947, trois vagues de purges s’abattent sur ces élites. Après la ratification par le Sénat américain du traité de paix avec la Bulgarie le 5 juin 1947 et la reconnaissance par les États-Unis du gouvernement bulgare, l’exécution en septembre de Petkov met fin à l’existence de l’opposition12. À cette date, la rupture Est-Ouest est consommée, tandis que les seize États européens occidentaux se regroupent au sein de l’Organisation européenne de Coopération économique (OECE) pour gérer les crédits du plan Marshall. L’Europe de l’Est entre dans l’ombre...

  • 13 Le texte de C. Vrain (chapitre 8), ibid., chercheur au sein de l’Institut Pierre Renouvin à l’Unive (...)

29L’étude des bouleversements survenus au sein des élites hongroises apporte également des informations fort intéressantes et met aussi en évidence la date charnière de l’automne 1947 pour l’élimination de l’opposition anticommuniste. L’analyse de Cécile Vrain souligne l’importance de deux vagues d’émigration vers l’Occident, la première en 1945-1946, la seconde en 1947-1948. Certains de ces exilés, tel Pal Auer, ancien député hongrois et ambassadeur à Paris, deviennent membres du Mouvement européen et seront présents à la Conférence de La Haye en mai 1948 où ils tenteront d’attirer l’attention sur le sort des Européens sous le joug communiste13.

  • 14 D. Jarosz et M. Pasztor sont des correspondants de l’Académie des Sciences de Varsovie : ils ont eu (...)

30En Pologne, victime de l’occupation allemande dès septembre 1939, la situation est initialement assez différente. L’attitude de Gomulka, partisan de l’ouverture d’une voie polonaise au socialisme et donc d’une transposition nationale du modèle soviétique, permet à certaines élites intellectuelles de s’exprimer et, d’autre part, la collectivisation agraire n’est pas imposée. Cependant, comme le souligne bien la contribution de Dariusz Jarosz et Maria Pasztor, l’arrivée à la présidence de la République de Bierut en 1948 annonce l’éviction progressive des élites qui ne suivent pas la voie désormais imposée par les « Moscovites » formés en URSS pendant la guerre14.

31Dans ce contexte, comment évoluent les relations entre les deux Europe ? Peut-on discerner, à travers les relations culturelles, certaines attentes dans l’Est européen ? Est-il possible d’y répondre, y a-t-il dans ce domaine une relative autonomie ? L’étude très riche et nuancée d’Annie Guénard sur la politique culturelle française dans cette aire géographique montre qu’il existe bien certaines attentes dans les milieux qui connaissent la culture française et qui s’intéressent à son renouveau après la guerre :

  • 15 A. Guénard, La présence culturelle française en Europe centrale et orientale avant et après la Seco (...)

« Une partie des élites politiques et intellectuelles d’Europe centrale qui, en 1946 et encore en 1947, dialoguent avec les responsables en poste, sont des personnalités connues des Français dès l’avant-guerre et avec lesquelles se sont établies des relations qui associent souvent estime et confiance »15.

  • 16 Ibid.

32Partisans de la construction d’une Europe nouvelle « où règne la coopération entre les forces démocratiques et progressistes engagées dans des voies similaires de réforme », des personnalités telles le Tchèque Vaclav Kopecky, ministre de l’Information, ou le Hongrois Keresztury, ministre de l’Éducation à Budapest en 1946, encouragent ces relations et cherchent les contacts avec l’ouest du Continent, notamment avec la France, puissance démocratique et progressiste alliée de l’URSS. Cependant, l’évolution politique interne dans ces États, le succès à l’Est des » moscoutaires » en opposition aux Occidentaux, puis la détérioration continue des relations entre les anciens alliés victorieux du nazisme suscitent des tensions de plus en plus vives qui conduisent toujours à la rupture. Annie Guénard souligne cet échec dans sa conclusion : « Les partisans sincères de la construction d’une Europe qui échappe à une fracture en deux blocs perdent le combat en 1948 y compris en Tchécoslovaquie »16.

33À partir de cette date, l’Europe en construction est une Europe fracturée, l’horizon des Européens occidentaux s’est rétréci à l’Est alors qu’à l’Ouest il s’ouvre vers le grand large.

34Si l’espace européen concerné a évolué, les desseins des constructeurs de l’Europe se sont-ils infléchis ? L’analyse des enjeux de la construction européenne pendant les premières années de guerre froide ne paraît pas constituer un objet neuf. Pourtant, la lecture des contributions qui s’y attachent montre tout l’intérêt d’un croisement des regards.

35L’un des enjeux présenté comme le facteur déterminant des engagements précoces des fondateurs de l’Europe est celui de la sécurité de l’Occident européen. Faut-il parler, comme le diplomate français Chauvel, de la constitution d’une « Sainte Alliance » des Européens occidentaux contre l’URSS ? Pour répondre à cette question, nous pourrons nous interroger d’abord sur l’attitude des responsables de la défense en Europe et scruter les analyses formulées par les élites militaires au cours de la période charnière de la fin des années quarante au début des années cinquante.

  • 17 Voir les deux chapitres, chapitre 6 dû à P. Vial et chapitre 13 dû à C. d’Abzac et P. Vial, fondés (...)

36Les études fournies par Claude d’Abzac et Philippe Vial pour la France, Pascal Deloge pour la Belgique, Geoffrey Warner pour le Royaume-Uni et Florence Gauzy pour l’Allemagne fédérale permettent d’évoquer la diversité des attitudes en fonction des réalités nationales. Le cas français présenté avec beaucoup de pertinence montre qu’il y a plusieurs lectures de l’enjeu européen, pour les élites concernées, officiers supérieurs d’une armée plurielle dont les préoccupations ne sont pas identiques. Si tous sont conscients de la nécessité de la coopération internationale, car l’union fait la force, les euro-atlantistes sont plus nombreux au sein de l’armée de l’Air qu’au sein de l’armée de Terre où le bastion des « impériaux atlantistes » autour du général Juin espère la constitution d’un grand espace eurafricain. Au sein de l’armée de Terre, le débat entre partisans d’une défense européenne, dans laquelle la France aurait une position prééminente, et partisans du renforcement de l’Alliance atlantique, évolue au cours des années cinquante. Le nouveau rapport des forces, lié à l’utilisation de l’arme nucléaire et à l’évolution rapide de la situation dans l’Union Française, modifie les perspectives initiales. Le débat sur la CED et l’attitude des élites militaires françaises face au réarmement allemand doivent être interprétés en fonction de ces données17.

  • 18 P. Deloge, universitaire collaborateur de M. Dumoulin, a opéré de nombreuses recherches sur les fon (...)

37Le regard porté par les élites militaires belges fait apparaître bien des réserves sur la Communauté européenne de Défense, et c’est l’atlantisme qui domine car pour les décideurs militaires belges, « l’armée européenne est un non-sens dans un contexte de guerre froide qui présuppose des armées de masse et l’extension de la guerre à tous les domaines de la société »18. C’est pourquoi ils se rallient volontiers à la formule qui s’imposera lors des accords de Paris, préservant le rôle essentiel de l’OTAN, tout en maintenant un pôle européen de défense constitué par l’Union de l’Europe occidentale (réactivant le pacte de Bruxelles de mars 1948).

  • 19 G. Warner, professeur à Oxford, prépare un ouvrage sur les origines de la guerre froide. Voir sa co (...)

38Selon Geoffrey Warner, l’appui américain était escompté dès la signature du pacte de Bruxelles, le 17 mars 1948, puisqu’à Londres les chefs d’état-major estimaient alors que la sécurité du Royaume-Uni et celle du Commonwealth dépendaient entièrement du concours américain ; ainsi, dès cette date, le danger nucléaire était la principale préoccupation des élites militaires britanniques19.

  • 20 Contribution de F. Gauzy, déjà citée, chapitre 16 dans É. Du Réau (éd.), Europe des élites ?, op. c (...)

39Pour les officiers supérieurs du Service Blank, qui constituent le noyau initial de la future armée de la Bundeswehr, les ambitions sont au départ modestes, mais l’enjeu européen est essentiel. Les nouveaux militaires allemands constituent le fer de lance du projet CED, selon Florence Gauzy qui mentionne « l’acharnement que mettent les hommes du Service Blank à défendre, contre vents et marées, cette idée de Communauté européenne de Défense qu’ils ont faite leur »20. Cependant, le 30 août 1954met fin au rêve allemand d’une Europe de la défense construite autour d’un axe Paris-Bonn. Ce sont d’autres enjeux qui seront poursuivis sur le devant de la scène, puisque de la conférence de Messine juin 1955) à celle de Rome (mars 1957), la question de l’intégration économique et celle de la coopération scientifique passent au premier plan.

  • 21 R. Ulrich a soutenu, sous la direction de M. Vaïsse, une thèse sur la carrière de René Massigli. Vo (...)
  • 22 É. Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1995. Voir sa contribution, chapitre 12, ibid.

40Le rôle de la haute administration, et notamment celui des hauts fonctionnaires à l’œuvre au sein des grands services concernés par la politique extérieure, a été bien mis en valeur par un certain nombre de contributions à ce colloque sur les élites. Ces études confirment l’importance des résistances aux choix proposés au début des années cinquante par les partisans du modèle d’intégration européenne autour de l’axe franco-allemand. Ainsi, pour l’ambassadeur de France René Massigli, en poste à Londres, le maintien d’une étroite collaboration entre Français et Britanniques est une condition essentielle pour la sécurité et la stabilité du continent européen. Raphaële Ulrich souligne la force de son argumentation et montre bien qu’il n’était pas isolé au Quai d’Orsay où les projets de Robert Schuman et Jean Monnet furent vivement discutés21. Éric Roussel, biographe de Jean Monnet, précise l’originalité des vues de Jean Monnet qui n’inscrit pas sa démarche de mai 1950 dans la perspective d’un affrontement Est-Ouest : ce qui importe c’est la reconstruction européenne avec des partenaires qui, issus du camp des vainqueurs ou des vaincus, sont décidés à créer une Europe de la solidarité. Très tôt, il est convaincu, en tant qu’acteur de la reconstruction française, lui, l’homme du Plan, « qu’il n’y aura pas de solution globale en Europe sans rattachement de l’Allemagne au camp occidental avec pleine égalité des droits ». L’expert des questions économiques a également une expérience de coopération internationale ; il la met au service de son projet, celui d’une Communauté européenne du charbon et de l’acier, mais sa méthode appelée souvent fonctionnaliste est avant tout une intuition politique fondée sur la nécessaire réconciliation franco-allemande22.

41L’attitude de François Mitterrand, mise en perspective par Éric Duhamel, est présentée comme « une adhésion tempérée et raisonnée ».L’Europe est pour la France :

  • 23 É. Duhamel a présenté une importante thèse sur l’UDSR à l’Université Paris IV-Sorbonne. Voir sa con (...)

« […] un facteur de paix mais aussi un moyen de retrouver son rang et d’accroître son audience, rarement un idéal en soi, une entreprise aux objectifs nationaux désintéressés »23.

  • 24 G. Bossuat montre bien les préoccupations des négociateurs de Messine dans sa contribution (chapitr (...)

42Cette analyse rejoint les observations formulées par Gérard Bossuat et Gilles Cophornic qui étudient la période postérieure à 1955 et font apparaître, à travers les attentes des hommes politiques et les études de leurs experts, les véritables ressorts de la plupart des choix opérés de la conférence de Messine à la signature des traités instituant la Communauté économique européenne (CEE) et l’Euratom en mars 1957. Les hauts fonctionnaires qui jouèrent un rôle important dans la préparation des textes soumis ensuite à la discussion voulaient « une forme d’unité européenne tout en servant la grandeur de leur pays et sa prospérité économique », écrit Gérard Bossuat qui montre que les Français ont su imposer des « clauses de sauvegarde » au moment des discussions sur le marché commun24.

  • 25 G. Cophornic évoque ces questions au chapitre 18, ibid. Il prépare à l’Université Paris IPanthéon-S (...)

43Gilles Cophornic souligne bien les contraintes qui pèsent sur les négociateurs persuadés qu’il est nécessaire d’engager la France dans le projet de marché commun, à condition de tenir compte des structures propres de l’économie française où la petite propriété rurale et les PME ont encore un grand poids. La sauvegarde des intérêts nationaux reste donc primordiale et doit être affichée pour rassurer l’opinion publique et les parlementaires qui doivent ratifier le traité25.

  • 26 A. Varsori, directeur du Département « Di Studi sullo Stato », à l’Universit à degli Studi de Flore (...)

44Deux contributions italiennes mettent bien en évidence la nature des choix opérés en Italie. Pour Antonio Varsori, qui rejoint les remarques de Bruna Bagnato sur les facteurs de continuité dans l’élaboration de la politique étrangère, les références fondamentales restent celles qui avaient inspiré l’action internationale du pays à l’époque du Risorgimento : « Le choix européen n’échappe pas à cette continuité politique, le but principal à atteindre par celle-ci n’étant que l’intérêt national ». Il pense cependant qu’un retournement s’amorce avec les années soixante et l’émergence d’une nouvelle génération26.

  • 27 Auteur du chapitre 22, ibid., B. Curli est chercheur au département « Di Studi sullo Stato » et tra (...)

45Le cas des élites scientifiques et techniciennes est présenté par Barbara Curli, qui étudie l’attitude des hauts fonctionnaires et des experts au moment de l’élaboration du projet Euratom. L’itinéraire de Francesco Giordani, premier représentant des experts italiens dans la Commission de l’énergie nucléaire pacifique, un des « Trois sages de l’Euratom », est particulièrement exemplaire. Ancien président de l’IRI, ce chimiste entre après la guerre à la Banque mondiale où il négocie un emprunt et il devient, en 1952, le président du Comité national italien de recherche nucléaire. Il est le représentant « d’une culture de l’intervention publique de l’économie ». Mais il a compris la nécessité d’une coopération européenne dans le secteur de l’exploitation pacifique de l’énergie nucléaire. Son engagement dans la préparation du traité Euratom traduit cette préoccupation. Cette option n’exclut pas la poursuite de négociations avec le partenaire américain. Ainsi, les choix opérés par cet expert traduisent bien les ambivalences des Européens. L’Europe est un des vecteurs de la construction de la puissance nationale. Si d’autres voies s’ouvrent, elles doivent être également explorées27.

  • 28 E. Kane, auteur du chapitre 23, ibid., a fort bien exploité les fonds publics britanniques. Elle tr (...)

46Les choix britanniques des années cinquante s’inspirent, eux aussi, d’une analyse réaliste du rapport des forces. L’étude d’Elizabeth Kane, qui se fonde sur des sources de première importance trop méconnues sur le Continent, souligne bien les véritables ressorts de cette politique. Sous un titre incisif, le « Mythe du sabotage : l’attitude britannique devant l’intégration européenne », Elizabeth Kane montre qu’il n’y eut en aucun cas, pendant les années charnières 1955-1957, la volonté de détruire l’œuvre des Six, mais une proposition alternative de construction de l’espace européen sur la base d’une grande zone de libre-échange sans projet communautaire. Cette grande zone devait rester ouverte sur le reste du monde28. Cette vision mondiale est bien au centre de toutes les analyses formulées par la haute administration de Whitehall.

  • 29 A. Deighton, auteur du chapitre 15, ibid., a dirigé plusieurs années le centre de recherche « Europ (...)

47Anne Deighton, qui s’intéresse à Macmillan et à son entourage, met bien en évidence, pour la période suivante, la pérennité de ce constat. La Grande-Bretagne a voulu d’abord rester une puissance mondiale et nucléaire, il lui fallait donc garder une relation privilégiée avec Washington et s’appuyer sur l’OTAN pour sa défense29.

48Si l’attitude des décideurs et l’état d’esprit de leurs collaborateurs et experts peuvent être mieux interprétés grâce aux travaux historiques qui ont été cités, comment apprécier la réception par les opinions publiques des grands projets européens des années cinquante ? Il s’agit là d’un vaste champ d’investigation, qui n’a été appréhendé que partiellement. L’Europe en construction est-elle l’Europe des peuples ?

49Dans leur étude sur l’opinion publique française face à l’unification européenne, Christine Manigand et Anne Dulphy rendent bien compte des problèmes spécifiques de la recherche sur ce sujet pour les années cinquante avant la mise en œuvre d’études comparatives de valeur scientifique incontestable. On sait qu’il faut attendre le début des années soixante-dix pour utiliser l’important outil d’évaluation que constituent les Eurobaromètres. Pour les périodes précédentes, on dispose bien sûr de sondages. Que nous apprennent-ils ?

  • 30 Voir l’intéressant chapitre 17, ibid., de C. Manigand et A. Dulphy, maîtres de conférence à l’IEP, (...)

« L’europhilie est d’autant plus marquée que l’on se trouve en présence de catégories à statut professionnel élevé, diplômées et intéressées par la politique »30.

  • 31 Voir le chapitre 4 de P. Vial et le chapitre 21 de G. Cophornic déjà cités. Des recherches sur ce s (...)

50Ce constat effectué pour ces années rejoint les analyses plus tardives de sociologie politique. L’étude montre que les choix européens sont raisonnés mais suscitent rarement l’enthousiasme. Dans la conscience collective des Français, « il ne s’agit pas d’une tâche prioritaire ». La majorité suiviste, qui n’éprouve pour elle que « des passions molles », « l’accepte tant qu’elle ne met pas à mal l’intégrité nationale ». L’importance des courants d’opposition à la CED est bien connue : plusieurs contributions s’y réfèrent, notamment celle de Philippe Vial, qui s’est interrogé sur l’attitude des appelés, et celle de Gilles Cophornic, qui a étudié les débats au sein des formations politiques françaises de l’échec de la CED à l’adhésion au Marché commun. On sait qu’il n’y eut pas de consultation populaire en France sur l’unification européenne avant le référendum organisé par Georges Pompidou après l’adhésion de la Grande-Bretagne, en 1972, et on peut rappeler que les premières élections au Parlement européen ne datent que de 1979. Cependant, les parlementaires paraissent soucieux, en1956 et 1957, de tenir compte des réserves que pourrait manifester leur électorat. La majorité électorale de 1956 s’efforce, autour de Guy Mollet, de « déminer » le terrain, d’où l’importance des débats autour de la protection du marché intérieur et de la question de l’association des territoires d’outre-mer31.

51Conscient, dès le milieu des années cinquante, des lacunes de l’information diffusée au sein du grand public sur les enjeux de la construction européenne, Jean Monnet se préoccupa très tôt de ce déficit de communication entre le cercle restreint des hauts fonctionnaires et experts (à Luxembourg ou Bruxelles) et les citoyens concernés dans l’Europe des Six puis des Neuf. C’est l’objet d’une importante étude d’Elsa Guichaoua qui, à partir de sources privées, met bien en évidence les tentatives pour rendre l’Europe accessible au citoyen.

  • 32 Voir le chapitre 18. E. Guichaoua, qui travaille à la Fondation Jean Monnet pour l’Europe, a effect (...)

« Ce qui nous manque aujourd’hui, devait écrire Jean Monnet en 1970, c’est l’expression de l’opinion publique... On va dans la direction des États-Unis d’Europe, est-ce que l’opinion publique suivra ? »32

  • 33 P. Mélandri, professeur à Paris III et membre de notre centre, a publié de nombreux travaux sur ce (...)

52Enfin, une dernière interrogation a été formulée : quels regards extérieurs sont portés sur la construction européenne en cours ? L’attitude des États-Unis n’a pas fait l’objet, ici, d’une recherche systématique car d’autres études spécifiques y ont été consacrées, notamment les importants travaux de Pierre Mélandri33. Cependant, de nombreuses communications s’y réfèrent puisque, aux yeux des élites tant civiles que militaires, le partenaire américain est directement impliqué dans la construction européenne conçue au sens large, de la création de l’OECE à la mise en place de l’Union de l’Europe occidentale.

  • 34 M.-P. Rey, auteur du chapitre 19, a effectué de nombreuses recherches inédites à partir des archive (...)

53Mais quelle est l’attitude du « deuxième Grand ? » C’est à cette question que Marie-Pierre Rey, se fondant sur les sources soviétiques, apporte une réponse nuancée. Son étude des choix opérés par les dirigeants soviétiques, à l’époque de la « coexistence pacifique » montre que cette période de transition est capitale. Khrouchtchev, sans renoncer à l’idéologie communiste et à ses ambitions, a manifesté « un réel désir d’améliorer les relations économiques et politiques avec l’Europe occidentale » ; c’était là une des clefs du développement de l’économie soviétique et donc un levier pour l’amélioration de la position de l’URSS sur la scène internationale34.

Dynamiques européennes, nouvel espace, nouveaux acteurs, 1969-1981

  • 35 É. du Réau et R. Frank (dir.), avec la collaboration d’A. Deighton, Dynamiques européennes, nouvel (...)

54Le troisième colloque du groupe, qui a eu lieu à Oxford en 199835, porte essentiellement sur la période postérieure, celle des années soixante-dix. Il constitue une importante contribution à la recherche sur le premier élargissement de la Communauté européenne et ses conséquences. Au cours de ces années essentielles, apparaissent de nouveaux acteurs, qui ont défini un nouvel espace, une nouvelle identité, donnant ainsi de nouveaux ressorts à la dynamique européenne.

55Les nouveaux acteurs sont d’abord les hommes de la nouvelle génération arrivée au pouvoir pendant cette décennie. Ainsi l’action de Georges Pompidou (étudiée par Élisabeth du Réau), celle de Willy Brandt et d’Helmut Schmidt (analysée par Andreas Wilkens), celle d’Edward Heath et Harold Wilson (présentée par Julie Smith) sont confrontées aux nouveaux enjeux de la crise économique commencée en 1973. Les nouveaux acteurs, ce sont aussi les nouveaux membres de la Communauté, la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Danemark. Ces « entrants » du nord de l’Europe viennent avec une culture et des traditions différentes. Quelques années plus tard, de nouveaux candidats apparaissent au sud du continent à la faveur de la chute des dictatures, la Grèce d’abord, nouveau membre à partir de 1979 (contribution de Ioanna Papadopoulou), le Portugal et l’Espagne ensuite, candidats dès 1977-1978. Il y a aussi l’émergence de nouveaux acteurs d’un autre type, issus de différentes élites qui, ne s’intéressant guère jusqu’alors aux questions européennes, se sentent désormais davantage impliquées : les élites militaires étudiées par Claude d’Abzac et Philippe Vial pour la France, par G. Wyn Rees pour le Royaume-Uni, ainsi que les syndicalistes traités par la contribution de Marc Dusautoy, ou les groupes de pression dans les milieux ruraux britanniques décrits par Lorena Ruano. Parce que les enjeux de défense européenne deviennent de plus en plus fondamentaux, les officiers et les états-majors français, malgré le retrait de la France du commandement intégré de l’OTAN en 1966, renforcent la coopération militaire, multiplient les contacts et échanges avec leurs partenaires – allemands surtout – et développent dans leur vie de tous les jours une « pratique européenne » tout à fait originale. Dès les années soixante, les Britanniques doivent, certes par défaut, par manque de moyens, rabattre leurs ambitions stratégiques sur l’Europe et renoncer à leurs positions à l’est d’Aden ou de Suez. Quant aux syndicalistes, ils vivent un tournant important autour de 1973-1974. La Confédération internationale des syndicats libres (CISL) fondée en 1949, crée en son sein en 1958 un Secrétariat syndical européen (SSE) qui devient en 1969 la Confédération européenne des syndicats libres (CESL).Celle-ci se transforme en 1973 en Confédération européenne des syndicats (CES). Cette nouvelle dénomination, plus unitaire, marque la volonté de rapprochement avec les syndicats chrétiens ou les syndicats à forte présence communiste. D’ailleurs, en 1974, la CFDT française – qui n’a plus de référence confessionnelle depuis sa scission avec la CFTC en 1964 – y est accueillie, ainsi que la Confédération générale italienne du travail (CGIL) dont l’eurocommunisme la fait évoluer plus vite que la CGT française (adhésion seulement en 1999). On aurait pu penser que la jeunesse interviendrait aussi comme nouvel acteur européen. Les militants de l’Europe tentent en tout cas de l’impliquer davantage dans la construction européenne. De ce côté, l’échec est patent, car la contribution d’Anne Dulphy et Christine Manigand montre que finalement les jeunes ne se révèlent pas plus « européens » que les autres classes d’âge. Plus spectaculaire sans doute est la convocation des « peuples » comme nouveaux acteurs de l’Europe par les deux premiers référendums européens : en France en 1972 et au Royaume-Uni en 1975 (voir les contributions de Julie Smith et de Lorena Ruano).

56Ces changements contribuent à esquisser un nouvel espace européen. L’élargissement accroît géographiquement le territoire de la Communauté. Mais surtout, avec l’entrée de la Grande-Bretagne, de nouveaux équilibres sont créés. C’est même une des raisons, nous confirme Élisabeth du Réau, qui pousse Georges Pompidou à accepter l’adhésion des Britanniques : ils peuvent faire contrepoids à l’Allemagne dont le poids est de plus en plus important dans la CEE. Le début des années soixante-dix voit en effet une forte montée en puissance de la RFA, grâce en particulier à l’Ostpolitik de Willy Brandt. Celui-ci, précise Hartmut Mayer, croyait désormais au « rôle prépondérant » de son pays, au point de déclarer en avril 1973 : « Nous avons changé l’Europe ». De fait, les Allemands se sont montrés extrêmement actifs dans le processus d’Helsinki, réussissant à transformer leur politique bilatérale d’ouverture à l’Est en politique multilatérale européenne. Il est vrai que la « détente » Est-Ouest est alors à son apogée et que l’acceptation de la « troisième corbeille » par les Soviétiques est une invitation à favoriser une meilleure circulation des hommes et des idées entre les deux Europe. Dans ce contexte, le « printemps de Sofia », décrit par Svetla Moussakova, montre comment certaines « valeurs européennes », longtemps niées à l’Est, s’enracinent dans l’esprit de certaines élites. L’espace communautaire n’est plus le seul espace européen ; un autre espace se superpose, encore bien flou, l’espace paneuropéen, ce qui ne paraissait plus pensable depuis le début de la guerre froide en 1947-1948.

57Il y a aussi des tentatives de constituer un « espace européen » au sens abstrait du mot « espace ». Mais ces essais trouvent leurs limites. L’unification syndicale ne crée pas pour autant une Europe sociale ou un espace social européen (Marc Dusautoy). Les élections du Parlement européen au suffrage universel direct à partir de 1979 n’ont pas eu l’effet souhaité de construire un espace politique européen, tant les campagnes électorales conservent les espaces nationaux comme espaces de référence. La communication d’Anne Segers et Pascaline Winand souligne la crise des mouvements européens nés de l’après-guerre et leur incapacité de structurer un espace d’opinion européenne en Belgique. Certes cette crise coïncide avec la crise d’identité nationale belge suscitée par le conflit entre les communautés linguistiques, mais les faiblesses du mouvement européen sont également repérables dans d’autres pays. Quant aux partis, ils ont aussi du mal à structurer une opinion européenne, bien que la même palette de sensibilités politiques se retrouve de part et d’autre des frontières. L’extrême droite étudiée par Anne-Marie Duranton-Crabol réactive sur l’Europe des thèses communes, fondées sur la race et la culture, mais les groupes extrémistes ne réussissent pas à s’unir lors des premières élections européennes de 1979. Les socialistes ont du mal à sortir de leurs stratégies nationales. François Mitterrand, qui se dit pourtant « Européen », donne encore priorité à l’unité de la gauche sur la construction européenne (Éric Duhamel). La gauche socialiste grecque adhère tardivement, en 1981, à l’idée européenne (Ioanna Papadopulou). Quant aux travaillistes britanniques, ils sont extrêmement divisés sur la question de l’Europe, au point de connaître une scission en 1981 avec la création du parti des sociaux-démocrates (Julia Smith). Cette crise européenne des gauches est sans doute alors un des principaux obstacles à la création d’un véritable espace public européen.

58Au-delà de ces limites, il est possible cependant de déceler des modifications importantes pendant ces années cruciales dans le domaine des identités. Les identités nationales restent vivaces, prégnantes. La vieille identité européenne, essentiellement culturelle, subsiste ; elle connaît même une renaissance en Europe de l’Est. De fait, le premier changement, on l’a vu, se situe ailleurs : l’émergence d’une certaine « conscience européenne » dans les milieux jusqu’alors réticents ou indifférents (les militaires, les syndicalistes). Le second changement réside dans la définition par en haut d’une nouvelle identité européenne. Élisabeth du Réau rappelle l’importance fondamentale à cet égard de la conférence de Copenhague en décembre 1973. La Communauté, récemment élargie à neuf membres, déclare solennellement qu’il existe ou qu’il doit exister une « identité européenne » face aux « autres continents », une identité fondée non seulement sur un « héritage commun » et des « intérêts propres », mais sur la recherche d’une ambition plus grande. Ce qui est visé, c’est une véritable identité de vues permettant une politique européenne commune. Le tournant est significatif, assurant le passage d’une identité ancienne manière, une identité culturelle, à une identité nouvelle, plus politique. L’identité européenne ne serait plus un simple sentiment d’appartenance à une aire de civilisation, mais devrait construire un espace de solidarité et se transformer en sentiment d’allégeance à une communauté politique. Certes, il s’agit d’une identité proclamée, plus que vécue, d’une « volonté d’identité », et d’une identité à construire, plutôt qu’une identité réellement partagée. Les décideurs de Copenhague en ont conscience. Dans leur déclaration, ils affirment la nécessité de prendre en considération « le caractère dynamique » de la construction européenne. Le volontarisme ne suffit pas à entretenir le processus européen. Il faut que la volonté politique coïncide avec une certaine dynamique des « forces profondes » en Europe.

  • 36 M. Steinert et G.-H. Soutou, « Ordre européen et construction européenne xixe-xxe siècles », Relati (...)

59Finalement, c’est une réflexion sur la notion de « dynamique européenne » qui a été conduite dans le cadre de cette recherche. On connaît depuis quelques années l’effort des historiens et des politistes pour analyser dans le long terme la notion d’« ordre européen ». Depuis le xviie siècle, l’Europe cherche, avec plus ou moins de succès, à se constituer un ordre international, du traité de Westphalie au congrès de Vienne, des accords de Locarno à ceux de Potsdam, un ordre fondé sur l’équilibre des puissances36. Il est même légitime de se demander si la construction européenne depuis 1950 n’est pas une version moderne de cette recherche classique d’ordre européen. Cette interprétation « réaliste » a ses avantages : elle rend bien compte du poids des intérêts nationaux et des stratégies nationales, y compris dans le processus européen depuis le plan Schuman. Pourtant, cette problématique laisse de côté les forces transnationales ou transeuropéennes. D’où la nécessité de recourir à la problématique complémentaire de la « dynamique européenne » spécifique, générée par la construction européenne elle-même. Or, de ce point de vue, les années soixante-dix constituent un tournant fondamental. Certes, les apparences sont trompeuses : les réalisations de cette période « intermédiaire » semblent moins spectaculaires que la CECA, la CEE, la mise en place de la PAC entre 1950 et 1962, ou que l’Acte unique, le traité de Maastricht et le lancement de l’euro entre 1986 et 2002. Pourtant les dynamiques créées à cette époque sont décisives. Avant la candidature britannique à la Communauté, celle-ci n’était qu’une organisation européenne parmi d’autres, dont la « réussite » n’était ni déterminée, ni fatale, ni inscrite d’avance dans l’Histoire. L’entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE consacre le succès de cette dernière, lui donnant crédibilité et légitimité. Il en découle une véritable « dynamique spatiale » : la Communauté devient l’espace européen de référence. Dès lors, dans tous les pays d’Europe occidentale qui n’en font pas partie apparaissent des partisans de l’« adhésion » : ainsi un « télos » est construit, une fin est assignée, un objectif est fixé, une dynamique est lancée. « L’Europe » (désormais, il y a identification entre le nom du continent et la Communauté) apparaît comme l’horizon nécessaire pour les pays du Sud qui se débarrassent de leurs dictatures de droite, puis, après 1989-1991, pour les pays de l’Est qui sortent de la dictature communiste.

60L’élargissement marque la victoire de la Communauté, mais il ne signifie pas pour autant le triomphe de la procédure communautaire. C’est au contraire la méthode « intergouvernementale » qui fait une percée décisive. Si le plan Fouchet du général de Gaulle échoue en 1962, les années soixante-dix voient la mise en place de la coopération politique européenne (Harmut Mayer), la multiplication des « sommets » et leur institutionnalisation avec la création du Conseil européen en 1974. Mais, alors que le plan Fouchet tentait de contourner, voire de dévitaliser, la procédure communautaire par la méthode intergouvernementale, les décideurs des années soixante-dix, Français compris, cherchent un équilibre entre les deux démarches. À côté de l’intergouvernemental, le plan Wernera tenté d’aller plus loin dans l’autre voie. Il convient en effet, nous explique Andreas Wilkens, de ne pas s’arrêter à l’échec à court terme de ce projet d’union économique et monétaire, mais de voir la perspective du long terme : à ce titre, les années soixante-dix ont été des années d’« apprentissage » et d’expérimentation, utiles pour la création du Système monétaire européen en 1978-1979, puis de la monnaie unique dans les années quatre-vingt-dix. D’une façon générale, la recherche d’une complémentarité entre la coopération intergouvernementale et l’intégration communautaire est une invention des années soixante-dix.

61Les nouvelles dynamiques créées ont évidemment leurs limites, les mêmes, à bien des égards, que celles qui caractérisent l’Europe d’aujourd’hui. Néanmoins, pendant ces années soixante-dix, la Communauté européenne s’est imposée comme principal référent de l’Europe, elle s’est élargie et a prouvé qu’elle n’était plus seulement un marché commun ou une affaire économique : en créant une nouvelle identité politique, certes encore fragile, elle a fixé alors des enjeux qui nourrissent encore les préoccupations de notre temps présent et de notre proche avenir.

Notes

1 A. Deighton (éd.), Building Postwar Europe. National Decision Makers and European Institutions 1948-1963, St Martin’s Press, 1995.

2 R. Girault (dir.), Identité et conscience européennes au xxe siècle, Paris, Hachette, 1994.

3 Voir la publication de ses actes dans : É. du Réau (éd.), Europe des Élites ? Europe des Peuples ? La construction de l’espace européen. 1945-1960, Paris, Presses de la Sorbonne, 1998.

4 Voir la publication de ses actes dans : É. du Réau et R. Frank (dir.), avec la collaboration d’A. Deighton, Dynamiques européennes, nouvel espace, nouveaux acteurs, 1969-1981, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002. Un numéro spécial du Journal of European Integration History (5/1, 1999) a également été consacré aux travaux du groupe.

5 A. Deighton (éd.), Building Postwar Europe, op. cit., p. XXI.

6 Le colloque organisé sous la direction d’Élisabeth du Réau, avec le concours d’Anne Deighton, a réuni les 3 et 4 mai 1996 à la Sorbonne vingt-cinq communicants. Le livre présente la plus grande partie de ces contributions : É. du Réau (éd.), Europe des Élites ? Europe des Peuples ? op. cit.

7 V. Pareto, The Mind and Society, New York, Dover Press, 1935; G. Mosca, The Ruling Class, New York, Mc Graw Hill, 1939. Voir, premier chapitre du livre, la très intéressante contribution de R. Dwan.

8 W. Muis, The Power Elite, New York, Oxford, University Press, 1956.

9 R. Presthus, Elites in the Policy Process, Cambridge University Press, 1974.

10 Voir la communication de F. Gauzy, chapitre 16 dans É. du Réau (éd.), Europe des élites ? op. cit. L’auteur de cette étude a présenté à l’Université Paris III-Sorbonne nouvelle, en 1995, une thèse de doctorat sur « La préparation du réarmement de la République fédérale ». Cette thèse doit être prochainement publiée.

11 B. Bagnato, chapitre 5, ibid. Collaboratrice d’A. Varsori, à l’Université de Florence, cette spécialiste travaille depuis de nombreuses années sur la politique étrangère italienne.

12 S. Moussakova, spécialiste de littérature comparée, maître de conférences associé à l’Université Paris III après avoir enseigné à l’Université de Sofia, a déjà publié de nombreuses études citées dans les références du chapitre 10, ibid.

13 Le texte de C. Vrain (chapitre 8), ibid., chercheur au sein de l’Institut Pierre Renouvin à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne est une première approche sur cet important sujet ayant fait l’objet de travaux récents de l’école historique hongroise qui a des liens étroits avec la France, notamment à travers le CIEH, Centre inter-universitaire d’Études hongroises, rattaché à Paris III et l’École des Hautes Études (VIe Section).

14 D. Jarosz et M. Pasztor sont des correspondants de l’Académie des Sciences de Varsovie : ils ont eu accès à des sources de première importance (chapitre 7), ibid.

15 A. Guénard, La présence culturelle française en Europe centrale et orientale avant et après la Seconde Guerre mondiale (1936-1940 / 1944-1949), thèse de doctorat sous la dir. de René Girault, Université Paris I, 1994.

16 Ibid.

17 Voir les deux chapitres, chapitre 6 dû à P. Vial et chapitre 13 dû à C. d’Abzac et P. Vial, fondés sur des recherches qui puisent à des sources inédites dans É. du Réau (éd.), Europe des élites ? op. cit.

18 P. Deloge, universitaire collaborateur de M. Dumoulin, a opéré de nombreuses recherches sur les fonds militaires belges encore peu accessibles ; sa contribution est donc fort précieuse.

19 G. Warner, professeur à Oxford, prépare un ouvrage sur les origines de la guerre froide. Voir sa contribution (chapitre 11), ibid. La détermination précoce des militaires britanniques est perceptible dès les premières réunions de l’Union occidentale (Archives consultées par nous au Public Record Office et dont nous parlons dans notre ouvrage : É. du Réau, L’Idée d’Europe au xxe siècle, Bruxelles, Complexe, 1996).

20 Contribution de F. Gauzy, déjà citée, chapitre 16 dans É. Du Réau (éd.), Europe des élites ?, op. cit.

21 R. Ulrich a soutenu, sous la direction de M. Vaïsse, une thèse sur la carrière de René Massigli. Voir sa contribution au chapitre 3, ibid.

22 É. Roussel, Jean Monnet, Paris, Fayard, 1995. Voir sa contribution, chapitre 12, ibid.

23 É. Duhamel a présenté une importante thèse sur l’UDSR à l’Université Paris IV-Sorbonne. Voir sa contribution, chapitre 2, ibid.

24 G. Bossuat montre bien les préoccupations des négociateurs de Messine dans sa contribution (chapitre 20) dans É. du Réau (éd.), Europe des élites ? op. cit. Voir son récent ouvrage L’Europe des Français, cité en note 1.

25 G. Cophornic évoque ces questions au chapitre 18, ibid. Il prépare à l’Université Paris IPanthéon-Sorbonne une thèse sur les formations politiques françaises face à la CEE.

26 A. Varsori, directeur du Département « Di Studi sullo Stato », à l’Universit à degli Studi de Florence, est l’auteur de nombreuses études sur la politique étrangère italienne. Il développe dans le chapitre 4, ibid., certaines de ses thèses et souligne l’apport de travaux récents de jeunes historiens italiens.

27 Auteur du chapitre 22, ibid., B. Curli est chercheur au département « Di Studi sullo Stato » et travaille sous la direction d’A. Varsori.

28 E. Kane, auteur du chapitre 23, ibid., a fort bien exploité les fonds publics britanniques. Elle travaille aujourd’hui au Foreign Office.

29 A. Deighton, auteur du chapitre 15, ibid., a dirigé plusieurs années le centre de recherche « European Studies Centre » à St Antony’s College et, outre l’ouvrage Building Postwar Europe, op. cit., elle a édité une importante étude sur l’UEO : Western European Union : Defence, Security, Integration, Oxford, European Interdependance Research Unit, 1997.

30 Voir l’intéressant chapitre 17, ibid., de C. Manigand et A. Dulphy, maîtres de conférence à l’IEP, et le tableau significatif, p. 310. Voir l’importante étude de l’IFOP, de1968, citée par les deux auteurs (note 2 du chapitre) : L’opinion des Français sur le Marché Commun et l’unification européenne de 1950 à 1968, IFOP, 1968.

31 Voir le chapitre 4 de P. Vial et le chapitre 21 de G. Cophornic déjà cités. Des recherches sur ce sujet sont actuellement en cours sous notre direction. Voir le mémoire de DEA de B. Dailly consacré à Christian Pineau, Centre DDMC de Paris III.

32 Voir le chapitre 18. E. Guichaoua, qui travaille à la Fondation Jean Monnet pour l’Europe, a effectué de nombreuses interviews. On se référera aussi aux Actes du Colloque Jean Monnet (Paris, mai 1997) dès qu’ils seront publiés.

33 P. Mélandri, professeur à Paris III et membre de notre centre, a publié de nombreux travaux sur ce sujet dont plusieurs ouvrages sur les États-Unis face à l’unification européenne.

34 M.-P. Rey, auteur du chapitre 19, a effectué de nombreuses recherches inédites à partir des archives soviétiques maintenant accessibles en Russie.

35 É. du Réau et R. Frank (dir.), avec la collaboration d’A. Deighton, Dynamiques européennes, nouvel espace, nouveaux acteurs, 1969-1981, op. cit. Les lignes qui suivent résument les acquis de ce colloque et reprennent en grande partie les conclusions du livre.

36 M. Steinert et G.-H. Soutou, « Ordre européen et construction européenne xixe-xxe siècles », Relations internationales, n° 90, 1997 ; J. Bérenger et G.-H. Soutou, L’Ordre européen du xvie au xxe siècle, Paris, PUPS, 1998.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search