Version classiqueVersion mobile

Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (xie-xxe siècle)

 | 
Bates David
, 
Gazeau Véronique

Conclusion des interventions d’histoire contemporaine

Éric Anceau

Texte intégral

1 Pendant longtemps, l’historiographie des faits contemporains s’est peu intéressée aux liens personnels, aux réseaux et aux solidarités. S’ajoutant au fait qu’il a toujours été plus facile d’étudier les conflits que les relations iréniques, habituellement présentées comme « sans histoire(s) », les spécificités de la période contemporaine n’ont pas joué en faveur de ce type de problématiques. Si la société d’Ancien Régime se pense en corps et en communautés, la « révolution individuelle » et la « poussée étatique » accomplies en Europe occidentale à partir de 1789 ont incité les chercheurs à davantage porter leurs regards sur la superstructure et sur les individus que sur les groupes intermédiaires, sur la verticalité que sur l’horizontalité. Néanmoins, c’est une vérité d’évidence que les sociétés du passé comme celles du présent ont besoin de liens, de réseaux et de solidarités pour exister. Sans entrecroisement de fils, il n’y a point de tissu qui tienne. La déroute des grandes idéologies nées au xixe siècle et le reflux des paradigmes holistes et individualistes ont amené une nécessaire redéfinition des problématiques et ont permis des approches plus empiriques. L’ouverture sur d’autres sciences (ethnologie, sociologie des réseaux...) et l’utilisation d’approches comme la prosopographie ont offert de nouvelles perspectives à l’historien du contemporain. Dans ces conditions, le lien social sous toutes ses formes est devenu l’un de ses thèmes de recherches privilégiés.

  • 1 La Sociabilité méridionale. Confréries et associations en Provence orientale à la fin du xviiie siè (...)
  • 2 F. Caron, La Compagnie du chemin de fer du Nord, des origines à la nationalisation, Paris X, 1968 ( (...)
  • 3 F. Thelamon dir., Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, Publications universitaires de Rouen, 19 (...)
  • 4 P. Guillaume dir., Les Solidarités. Le lien social dans tous ses états, MSH d’Aquitaine, Pessac, 20 (...)
  • 5 Pour une réflexion générale d’historien sur les solidarités, voir Y. Durand, Les Solidarités dans l (...)
  • 6 À titre d’exemple, L. Stone et J.C. Fawtier Stone, An Open Elite ? England, 1540 -1880, Oxford, 198 (...)

2Des travaux pionniers de Maurice Agulhon1 aux grandes thèses d’État en histoire politique, économique, sociale ou culturelle2, des études menées par l’Association de recherches sur la sociabilité de Rouen depuis les débuts des années 19803 à celles conduites par Pierre Guillaume sur les solidarités dans le cadre de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 34, les travaux d’historiens français sur les liens personnels, les réseaux et les solidarités ne se comptent plus, aujourd’hui5. Nos collègues d’outre-Manche se sont également intéressés de près à ces questions6. La table ronde organisée à Glasgow les 10 et 11 mai 2002 nous a permis de confronter les approches britanniques et françaises.

  • 7 Respectivement le journaliste Louis Veuillot, l’homme politique Émile Ollivier, les universitaires (...)
  • 8 Le réseau d’informateurs du folkloriste Paul Sébillot, les solidarités et les hiérarchies dans le m (...)
  • 9 La Browning Society et l’Association Émile Zola.
  • 10 Dossiers de l’Inscription maritime pour David Hopkin, bulletins d’associations pour Pierre Boudrot.

3Les organisateurs ambitionnaient de proposer un panorama de ce qu’il est possible de faire en la matière. Aussi, les six contributions d’histoire contemporaine sont d’une grande diversité. Trois d’entre elles évoquent la France (D. Hopkin, J. Mc Millan et É. Anceau), une les îles Britanniques (J. Vincent) et les deux dernières les deux ensembles géographiques à la fois (S. Reynolds et P. Boudrot). En empruntant les trois axes du projet : liens de parenté et solidarités familiales (D. Hopkin), réseaux et solidarités politiques (J. Mc Millan et É. Anceau), réseaux artistiques et intellectuels (S. Reynolds, J. Vincent et P. Boudrot), certaines soulignent les solidarités de famille et de voisinage (D. Hopkin, J. Mc Millan, É. Anceau et P. Boudrot), de formation et de génération (D. Hopkin, J. Mc Millan, É. Anceau, J. Vincent et P. Boudrot) ou de profession (D. Hopkin, J. Mc Millan, É. Anceau, S. Reynolds et J. Vincent) ; d’autres les affinités et les réseaux politiques (J. Mc Millan, É. Anceau, S. Reynolds et P. Boudrot), religieux (J. Mc Millan et J. Vincent) ou encore culturels (S. Reynolds, J. Vincent et P. Boudrot). Si cinq communications traitent des élites, les plus humbles n’en sont pas négligés pour autant, grâce à David Hopkin. James Mc Millan, Éric Anceau, Siân Reynolds et Julien Vincent analysent des réseaux centrés sur une personnalité (ego network analysis)7 pendant que David Hopkin nous propose une étude à deux niveaux8 et que Pierre Boudrot compare deux associations dédiées à un grand écrivain9. Par-delà ces différences qui rendent tout exercice de synthèse périlleux, constatons l’unité de temps (toutes les communications portent sur le second xixe siècle), le recours systématique au témoignage des principaux intéressés (correspondance, journaux intimes...) agrémenté souvent d’autres sources10, ainsi que la volonté partagée par les contributeurs de s’appuyer sur les avancées de disciplines amies (anthropologie, sociologie des réseaux, littérature...), tout en conservant une approche résolument historienne.

4Qu’il nous soit permis de relever quelques points de ces six contributions, même si cette recension est aussi partiale que partielle. David Hopkin a mis au jour la structuration d’une communauté villageoise bretonne par son folklore, la façon dont s’y sont constitués les équipages hauturiers ou encore l’importance des liens forts dans l’environnement hostile du grand large. Avec James Mc Millan, nous sommes remontés aux sources de l’ultramontanisme avant de nous plonger au cœur du réseau du polémiste Louis Veuillot et de son journal L’Univers dont l’auteur a souligné aussi bien la convivialité que le rayonnement international. Pour notre part, nous avons essayé de montrer, au travers de l’exemple d’Émile Ollivier, comment un homme peut être amené à changer de réseau politique pour accéder au pouvoir, mais aussi combien cette stratégie peut se révéler finalement périlleuse. Grâce à Siân Reynolds, nous avons découvert les réseaux d’amitié français de l’intellectuel écossais Patrick Geddes et le rôle de principal « passeur culturel » que cet homme a joué entre Paris et Édimbourg, à la Belle Époque, par son charisme, son dynamisme et la variété de ses pôles d’intérêt. Dans le contexte de remise en cause et de recomposition de l’économie politique du Cambridge de la fin du xixe siècle, Julien Vincent nous a présenté l’originalité de John Neville Keynes qui a su s’agréger à trois réseaux différents pour trouver sa voie et s’imposer : un réseau non-conformiste, un réseau traditionnel de philosophes et de logiciens, un réseau nouveau d’économistes en cours de professionnalisation. Quant à Pierre Boudrot, il nous a montré comment les différences socio culturelles entre la France et l’Angleterre ont pu se retrouver dans la façon dont les admirateurs de Browning et de Zola ont conçu leurs rapports avec l’écrivain admiré : importance du lien direct avec le poète national, figure de consensus, dans le premier cas, entrecroisement de liens personnels et de solidarités anonymes nés d’une lutte politique commune derrière l’intellectuel, figure de combat, dans l’autre.

  • 11 Il y a ainsi toute une réflexion à mener sur la révolution relationnelle qui s’est accomplie, à l’é (...)

5Pour variée qu’elle soit, cette promenade des rivages de Terre-Neuve aux bancs de Cambridge, des soleils tropéziens aux brumes d’Édimbourg, des salons de la Curie pontificale au jardin de Médan n’en présente pas moins une certaine cohérence et a su rester modeste. Ce faisant, elle a, nous semble-t-il, réussi à échapper à deux pièges : celui d’évoquer tout et n’importe quoi alors que les concepts de « solidarité » et de « réseau » sont devenus totalement polysémiques en raison de la vogue d’un discours teinté de technicité, de l’explosion de l’Internet et de la domination de la pensée sociale-libérale ; celui de faire de ces concepts les seules clefs d’explication des phénomènes historiques et les figures obligées de la modernité, voire de la post-modernité. Même s’ils proposent des grilles d’analyse souvent opératoires, « solidarités » et « réseaux » ne permettent pas d’expliquer tous les faits historiques et sociaux, loin s’en faut. Dans cette direction et avec ces limites, puissent s’ouvrir de nouvelles pistes que le présent ouvrage n’a pu explorer11.

Notes

1 La Sociabilité méridionale. Confréries et associations en Provence orientale à la fin du xviiie siècle, Aix-en-Provence, La Pensée universitaire, 1966, rééd. sous le titre Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur la sociabilité méridionale, Paris, Fayard, 1968, nouvelle éd., Paris, Fayard, 1984 ; La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la République, Paris, Plon, 1970, 2e éd. avec nouvelle préface, Paris, Seuil, 1979 ; Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848. Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, A. Colin, 1979.

2 F. Caron, La Compagnie du chemin de fer du Nord, des origines à la nationalisation, Paris X, 1968 (thèse parue sous le titre Histoire de l’exploitation d’un grand réseau, La Haye, Mouton, 1973), C. Charle, Intellectuels et élites en France (1880-1900), Paris I, 1986 (thèse publiée dans une version remaniée dans Les Élites de la République, 1880-1900, Paris Fayard, 1987) ; J.-F. Sirinelli, Khâgneux et normaliens des années vingt. Histoire politique d’une génération d’intellectuels, 1919-1945. Paris X, 1986 (publiée sous le titre Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 1988) ; G. Le Béguec, L’Entrée au Palais-Bourbon : Les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), Paris X, 1989.

3 F. Thelamon dir., Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, Publications universitaires de Rouen, 1983 ; A. Leménorel, Sociabilité et culture ouvrières, Publications universitaires de Rouen, 1998. Citons aussi les travaux de Jean-Pierre Chaline, longtemps professeur à l’université de Rouen, sur la sociabilité, Les Bourgeois de Rouen : une élite urbaine au xixe siècle, Paris, Presses de la FNSP, 1982, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France XIXe-XXe siècles, Paris, éd. CTHS, 1998 ou encore avec M. Fumaroli et G. de Broglie dir., Élites et sociabilités en France, Perrin, 2003.

4 P. Guillaume dir., Les Solidarités. Le lien social dans tous ses états, MSH d’Aquitaine, Pessac, 2001 et Les Solidarités, t. 2, Du terroir à l’État, MSHA, Pessac, 2003.

5 Pour une réflexion générale d’historien sur les solidarités, voir Y. Durand, Les Solidarités dans les sociétés humaines, Paris, PUF, 1987.

6 À titre d’exemple, L. Stone et J.C. Fawtier Stone, An Open Elite ? England, 1540 -1880, Oxford, 1984.

7 Respectivement le journaliste Louis Veuillot, l’homme politique Émile Ollivier, les universitaires Patrick Geddes et John Neville Keynes.

8 Le réseau d’informateurs du folkloriste Paul Sébillot, les solidarités et les hiérarchies dans le milieu des gens de mer du village de Saint-Cast.

9 La Browning Society et l’Association Émile Zola.

10 Dossiers de l’Inscription maritime pour David Hopkin, bulletins d’associations pour Pierre Boudrot.

11 Il y a ainsi toute une réflexion à mener sur la révolution relationnelle qui s’est accomplie, à l’époque contemporaine, de la sociabilité du lavoir et du salon à celle de l’Internet. Le premier xixe siècle à peine évoqué ici et le XXe siècle qui n’a pas été abordé mériteraient des journées d’études. Le compagnonnage, le syndicalisme, la vie associative, la solidarité à l’égard des démunis, les différentes formes de clientélisme, les réseaux clandestins de résistance ou de terrorisme pourraient y avoir leur place dans une perspective encore plus comparative que celle que nous avons adoptée.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search