Version classiqueVersion mobile

Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (xie-xxe siècle)

 | 
Bates David
, 
Gazeau Véronique

Conclusion des interventions d’histoire médiévale

Frédérique Lachaud

Texte intégral

  • 1 K.B. McFarlane, England in the Fiƒteenth Century, Londres, 1981 et The nobility oƒ Later Médieval E (...)

1 À l’affût des outils conceptuels qui leur permettraient de forger de nouvelles grilles de lecture des sociétés médiévales, les historiens médiévistes sont sensibles depuis plusieurs années à l’articulation des réseaux sociaux, une notion qui fait intervenir à la fois l’individu et le groupe, les formes de sociabilité, les notions de centralité et de périphérie. En Angleterre, une situation historiographique particulière a été créée par l’importance des travaux sur les structures de l’aristocratie à la fin du Moyen Âge, et les historiens se sont difficilement émancipés du cadre imposé par K.B. McFarlane dès les années 1940 : la vision d’une société fluide, où les obligations militaires étaient remplies de manière nouvelle, sur la base de contrats rédigés sous la forme d’endentures, impliquant un service à court terme ou, au contraire, un service pour une durée indéterminée, en temps de paix comme en temps de guerre, était venue se substituer à celle d’une société féodale en crise, et le phénomène du bastard feudalism a longtemps dominé, par la suite, les études médiévales1. Le corps mis sur pied par John Mowbray, Earl Marshal, au cours de la phase préparatoire à l’expédition de l’été 1415 qui mena à la victoire anglaise d’Azincourt, est un exemple classique, semble-t-il, de l’évolution décrite par McFarlane, puisqu’il s’agit d’une retenue recrutée par le roi au moyen d’une endenture, et composée à son tour de plusieurs unités elles-mêmes recrutées par contrat par le comte. Les termes des endentures ne nous renseignent cependant pas toujours sur le recrutement des retenues, et ce n’est qu’en recoupant les archives de l’Échiquier anglais avec celles du receveur général de John Mowbray qu’Anne Curry a pu déterminer la composition du corps expéditionnaire de 1415, largement dominé par l’hôtel comtal. Autour de l’hôtel et de la retenue, la documentation permet aussi, parfois, de discerner des cercles qui formaient ce que les historiens d’outre-Manche dénomment une affinity. C’était au sein de ces cercles, souvent consolidés par les liens du mariage et par ceux créés par le voisinage, que s’exerçaient le pouvoir et la protection du seigneur, sa « bonne seigneurie », parfois traduite par un soutien abusif en justice, ou maintenance, des membres de l’aƒƒinity. Sans recouvrir tout l’espace du royaume, ces réseaux n’y occupaient pas moins une place de premier plan et permettaient aux grands qui les contrôlaient de tenir un rôle sur la scène politique.

2C’était donc presque naturellement à un historien britannique qu’il revenait de mettre en exergue l’existence de réseaux semblables dans la France post-lancastrienne, à partir de l’exemple de l’« affinité » que se construisit Pierre de Brézé, grand sénéchal de Normandie, dans la décennie 1450. Si on recourait bien, en France, à des contrats pour recruter des combattants, l’absence de contrats comparables aux endentures anglaises, pour un service d’une durée indéterminée, signifie que ces réseaux, créés par le service en commun dans l’hôtel ou l’administration, la coexistence à la cour ou les alliances, sont, la plupart du temps, presque invisibles dans les sources ; mais ils reçoivent parfois un éclairage soudain grâce à l’existence d’une documentation exceptionnelle. Ici, comme le montre Gareth Presser, c’est la conjonction des rôles de montres, des actes privés avec leurs listes de témoins et de la documentation relative au tabellionage de Rouen qui permet de reconstituer le réseau tissé par Brézé et notamment la place qu’il y fit aux anciens fidèles des Lancastre en Normandie, dont il sut exploiter les compétences et les relations sociales pour faire peser son emprise sur le milieu des notables rouennais et sur la noblesse locale. La compagnie d’ordonnance française apparaît finalement peu différente de la retenue d’un grand anglais, une conclusion qui renouvelle audacieusement notre approche de la société politique française à la fin du Moyen Âge.

3La pénurie documentaire conduit parfois à des approches tangentielles : c’est peut-être dans l’analyse des réalisations architecturales des curiales du roi Henri Ier (1100-1135), et dans leurs fondations religieuses, déséquilibrées en faveur des communautés de chanoines réguliers, que l’on peut trouver, à suivre Judith Green, la meilleure preuve de l’existence, dans le royaume, de réseaux centrés sur la cour royale. Un exemple du recours à des formes visuelles pour exprimer des solidarités de réseaux apparaît avec le cas, analysé par Gareth Presser, du vitrail des Trois Maries de la cathédrale d’Évreux, où se firent représenter Brézé et ses alliés. Frédérique Lachaud, dans une communication sur la représentation des liens personnels sur les monuments funéraires anglais dans la première moitié du xive siècle, suggère également la possibilité de reconstituer, grâce à l’analyse des armes héraldiques représentées sur les tombeaux, le réseau de capitaines de guerre qui se mit en place au cours d’une période de renforcement de l’activité militaire et de transformation des structures de la noblesse. S’il est parfois possible de documenter les liens entre ces différents capitaines, on ne peut cependant complètement exclure la possibilité d’une existence avant tout virtuelle, eschatologique, d’un réseau créé dans le but de renforcer le prestige du défunt et de sa parenté.

4 De toutes les institutions médiévales, c’est peut-être la cour qui pose les plus grands défis à l’historien, par la difficulté qu’il éprouve à la définir et à la délimiter, et dans ce cadre la notion de réseau semble particulièrement opérante. C’est en analysant la cour royale, en particulier, en termes de recoupement de réseaux différents, constitués de serviteurs de la maison du roi, d’officiers, de clercs royaux, de nobles venus chercher la faveur du roi ou lui offrir leur conseil, qu’il est possible d’en évaluer pleinement le poids dans la société et dans les systèmes de pouvoir. Judith Green a pu isoler les différentes sphères qui composaient la cour d’Henri Ier, et dont les familiares du roi ne formaient que le cercle le plus intime, tout en observant la manière dont ces cercles se recoupaient, et dont ils recoupaient eux-mêmes les hautes strates de l’Église anglaise, les clercs royaux s’assurant souvent, ainsi qu’à leurs proches, le monopole des offices importants et des riches prébendes. La solidarité curiale, encouragée par un long règne et reposant sur la loyauté au roi, comme sur un style de vie et des valeurs en commun, donnait un certain liant à ce réseau, et l’emportait peut-être sur les forces centrifuges représentées par la compétitivité. Mais Judith Green rappelle, en analysant les raisons de la chute de Roger de Salisbury, à quel point il demeurait primordial pour les curiales de ne pas dépendre uniquement de la faveur royale et de maintenir des liens étroits avec les grands dans les localités où ils avaient acquis des terres.

  • 2 T.M. Charles-Edwards, Early Irish and Welsh kinship, Oxford, 1993.

5La notion de réseau social semble, par conséquent, être un outil d’analyse dont les médiévistes ont su faire usage de manière diversifiée, pour mettre en évidence des liens souvent discrets dans la documentation. Mais c’est un outil qui permet aussi de proposer une reconstruction totalement nouvelle de certaines évolutions sociales. Les travaux des spécialistes du haut Moyen Âge sur la parenté ont permis de comprendre les liens entre réseau familial élargi et succession : T.M. Charles-Edwards par exemple a démontré comment, en Irlande comme au pays de Galles, on avait pu passer d’un système d’échanges de femmes contre des terres, d’un groupe à un autre, à un phénomène de transmission du patrimoine à la génération plus jeune au sein même du groupe, sans que l’on puisse pour autant parler de passage au système agnatique2. Les fruits d’une telle approche sont visibles dans les travaux récents sur les évolutions sociales aux Xe et XIe siècles. Pierre Bauduin, dans ses observations sur les structures de l’aristocratie normande au XIe siècle, rapproche la notion de réseau de parenté large des mécanismes de succession. Tout comme la faide, la succession pouvait activer des solidarités de parenté parfois distantes, mais dont le souvenir était entretenu par un culte commun des origines, une même onomastique, et peut-être la fidélité à des sanctuaires communs. Ce n’est donc pas, en dernière lecture, comme outil isolé que les médiévistes pourront trouver dans la notion de réseau social une aide précieuse, mais en conjonction avec d’autres concepts et réalités, comme la succession ou le patrimoine, au sein d’une analyse dynamique des sociétés.

Notes

1 K.B. McFarlane, England in the Fiƒteenth Century, Londres, 1981 et The nobility oƒ Later Médieval England, Oxford, 1973. On trouvera une excellente mise au point sur la question des endentures dans l’introduction de l’ouvrage Private Indentures for Liƒe Service in Peace and War 1278-1476, M. Jones et S. Walker (éd.), Camden Miscellany, XXXII, 1994. Pour une synthèse générale et une mise au point historiographique sur la question, voir M. Hicks, Bastard Feudalism, Londres et New York, 1995. Les liens entre réseaux font l’objet d’une étude renouvelée dans Concepts and Patterns oƒ Service in the Later Middle Ages, A. Curry et E. Matthew (éd.), Woodbridge, 2000.

2 T.M. Charles-Edwards, Early Irish and Welsh kinship, Oxford, 1993.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search