Version classiqueVersion mobile

Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (xie-xxe siècle)

 | 
Bates David
, 
Gazeau Véronique

Partie 2. Réseaux et solidarités politiques

Émile Ollivier, ses réseaux politiques et le pouvoir sous le Second Empire

Éric Anceau

Résumé

Émile Ollivier (1825-1913) is a great figure in contemporary French history. He started his political career in 1848 as the youngest commissaire de la République and in 1857 he entered Parliament as a Republican opponent to the Second Empire. When the imperial regime turned more liberal, he moved closer to the government and even became the major minister in January 1870. The war against Prussia and the first defeats for which he was held responsible brought about his downfall as early as the following August. From then on, though he was only 45 at the time, his political career was wrecked and he was never to come back on the political scene, despite living on for a further 43 years.

With the example of Émile Ollivier, the author shows how one man’s political evolution compels him to rebuild his network of friendships. However original both the man and his career might be, they enable us to understand the importance of connections in order to be given positions of responsibility, to exercise power and ultimately to lose all influence.

This research is based on the statesman’s correspondence hitherto unpublished fragments of his Diary which were recently given to the Archives de France, his publications (Le 19 Janvier, the 17 volumes of L’Empire libéral, etc.) and the main accounts of the time. This work has made free use of the methods of sociological analysis of relational structures.

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la Recherche en Sciences Social (...)
  • 2 Nous pensons au premier chef à Christophe Charle et à ses travaux sur les élites de la Troisième Ré (...)

1 « Avoir des amis, c’est avoir du pouvoir » affirmait Hobbes, en 1651, dans Le Léviathan. À la suite des travaux de Pierre Bourdieu1 et de ses élèves2, il n’est plus possible de nier l’importance du capital social dans la réussite individuelle, en particulier dans le domaine politique. Mais comment un homme politique recompose-t-il son réseau d’amitiés lorsque son engagement évolue ? Quel rôle ses anciennes et nouvelles relations jouent-elles dans son accession aux responsabilités, dans son exercice du pouvoir, puis dans la perte de toute son influence ?

  • 3 Amoureux de l’Italie où il effectue de nombreux voyages, Ollivier est un fin lettré, un mélomane av (...)
  • 4 Cinquante-quatre cartons cotés 542 AP 1-54 et facilement consultables grâce à Mme Anne Troisier-Dia (...)
  • 5 L’essentiel se trouve en AN, 542 AP 8-23.
  • 6 AN, 542 AP 2 à 6. Une partie a été éditée par Théodore Zeldin et par Anne Troisier de Diaz sous le (...)
  • 7 Le 19 janvier. Compte rendu aux électeurs de la 3e circonscription de la Seine, Paris, 1869.
  • 8 L’Empire libéral, études, récits, souvenirs, Paris, 1895-1915.

2À cet égard, il est intéressant d’étudier le cas d’Émile Ollivier (182-1913) sous le Second Empire, pour au moins trois raisons. Premièrement, la trajectoire politique de l’homme, tout en étant singulière, s’inscrit parfaitement dans notre questionnement. Plus jeune commissaire de la République en 1848 et fils de proscrit du coup d’État du 2 décembre, Ollivier entre au Parlement en 1857, en tant qu’opposant républicain à l’Empire. Cependant, lorsque le régime impérial se libéralise, il se rapproche du pouvoir et devient même le principal ministre en janvier 1870. La guerre contre la Prusse et les premières défaites dont on le rend responsable entraînent sa chute dès le mois d’août suivant. Dès lors, sa carrière politique est brisée. Ollivier n’a que 45 ans, mais il n’occupera plus jamais de responsabilités politiques, jusqu’à sa mort, 43 ans plus tard. Deuxièmement, le choix d’Ollivier nous permet de réfléchir à la façon dont une personnalité entière et originale, attirée par la solitude, par les lettres et par les arts3 peut vivre la politique, activité dévoreuse de temps où l’art consiste surtout à séduire et où l’intérêt conduit souvent à transiger. Enfin, nous disposons pour traiter ce sujet de sources nombreuses dont certaines sont déjà publiées et dont beaucoup d’autres constituent le fonds Ollivier des Archives nationales4. L’homme a vécu toute sa vie une plume à la main. Il nous a laissé une volumineuse correspondance5, un journal6 mais aussi plusieurs publications à caractère autobiographique comme Le 19 janvier7 ou les 17 volumes de L’Empire libéral8. Par ailleurs, la plupart des personnalités de l’époque l’ont évoqué dans leurs Mémoires.

  • 9 Sans même évoquer le fait que pour de nombreux sociologues, seule une analyse de réseau complet per (...)

3L’analyse de réseau personnel au sens où les sociologues l’entendent (ego-network analysis) nécessite une connaissance quasi ethnographique du sujet, de ses relations, du terrain des échanges et des conditions dans lesquelles ces derniers se produisent ainsi que le maniement d’outils mathématiques complexes9. Outre le fait que certains de ses concepts et certaines de ses méthodes nous semblent difficilement transposables, un problème majeur nous empêche d’y recourir. Malgré l’abondance et la qualité des sources et en particulier de la correspondance active et passive d’Ollivier, nous ne disposons pas d’un corpus homogène et exhaustif nécessaire à une analyse de ce type. Si l’homme d’État apportait un grand soin à conserver les lettres reçues et à copier celles qu’il envoyait, il a pu, consciemment ou non, en écarter certaines qui lui paraissaient insignifiantes ou gênantes. En outre, la nécessaire contextualisation de notre propos se prête mal à la sociométrie. Ces réserves ne nous empêcheront pas de nous inspirer librement d’une partie du vocabulaire et des apports de l’analyse sociologique. Une telle démarche nous permettra de ne pas nous contenter d’une utilisation métaphorique du terme « réseau », mais d’entrer dans le détail du fonctionnement des différents cercles auxquels Ollivier a appartenu. Cette étude sera menée en cinq étapes qui correspondent aux principales étapes du cheminement d’Ollivier et des rapports qu’il a entretenus avec les milieux politiques de son temps. Comme il est impossible, dans l’espace qui nous est imparti, de tout évoquer, nous mettrons délibérément l’accent sur certains moments forts, sur quelques épisodes révélateurs.

Un jeune républicain solitaire (1851-1857)

  • 10 Voir par exemple son jugement sur Garnier-Pagès, Journal, t. 1, p. 40.
  • 11 Dès l’origine, Ollivier lui voue une profonde admiration qui ne se démentira jamais. Il obtiendra q (...)
  • 12 Voir à ce sujet ce qu’écrit Théodore Zeldin dans Émile Ollivier and the Liberal Empire oƒ Napoléon (...)
  • 13 En 1848. il avait fait de Masnou, son secrétaire général à la préfecture de Marseille, de Picard, s (...)
  • 14 Op. cit., t. 1, p. 94.
  • 15 Le 19 Janvier, op. cit. Voir aussi Journal, t. 1, p. 65.
  • 16 AN, 542 AP 15, lettre d’Ollivier au prince du 29 décembre 1851 et réponse du 31. Voir aussi L’Empir (...)
  • 17 Journal, t. 1, p. 101 et suiv.
  • 18 AN. 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.
  • 19 Avec ses collègues, Ollivier s’était retiré de l’audience lors d’un procès politique devant le cons (...)

4Révoqué de ses fonctions préfectorales, en janvier 1849, lors de l’épuration qui suit l’élection présidentielle de Louis-Napoléon Bonaparte, Ollivier décide désormais de consacrer son temps au barreau. S’il connaît presque tous les chefs du parti républicain, il les fréquente peu et les apprécie encore moins. Il trouve que la plupart d’entre eux sont excessifs, ambitieux et d’esprit faible10. Outre quelques relations du Palais de justice, le cercle restreint de son entourage se compose donc uniquement de rares intellectuels engagés, bien davantage hommes de réflexion que d’action : le poète Lamartine qui a connu son heure de gloire politique en 1848 mais qui n’occupe plus le devant de la scène depuis son revers à l’élection présidentielle11, Lamennais, le père Enfantin et Pierre Leroux, chefs d’écoles du socialisme utopique ou encore l’historien Michelet12. Mis à part Leroux et Michelet qu’Émile est amené à fréquenter parce qu’ils sont de vieux amis de son père, Démosthène, lui-même très avancé, tous sont des modérés. Quant aux proches du jeune avocat, ils sont peu nombreux. Après la mort en duel de son frère chéri Aristide, en juin 1851, il n’a plus guère pour confidents que Dolques, son ancien professeur marseillais, que Masnou, son vieux complice et qu’Eugène Guiter et Eugène Picard, ses anciens camarades de l’École de droit13. S’il leur écrit régulièrement, il les voit peu, éloignement géographique oblige. Ollivier connaît même une terrible désillusion avec Eugène Picard dont le beau-père très réactionnaire l’oblige à rompre avec lui. Désabusé, il écrit dans son Journal, en date du 1er novembre 1851 : « L’amitié est semblable à cette toile que file l’araignée. Et encore quelquefois le fil dure-t-il tout un jour, tandis que l’amitié se brise souvent avant le soir... »14. Comme il le note, c’est donc « du fond d’une solitude presque cénobitique que j’ai suivi, avec anxiété, les événements qui conduisaient la république à sa ruine »15. Il est cependant contraint de sortir de sa retraite au lendemain du coup d’État car son père est arrêté et risque d’être déporté. Il n’hésite pas alors à tout entreprendre pour le sauver. Il alerte le cousin du président, le prince Napoléon dont il avait fait la connaissance en février 184816. Mais les démarches de ce dernier qui a tenté lui-même de s’opposer au coup de force et qui n’est donc pas en odeur de sainteté dans les sphères gouvernementales, restent vaines. Émile ne se décourage pas. Il fait intervenir des proches du président, Vieillard, Troplong, Fortoul, « mon premier courtisan quand j’étais à Marseille », écrit-il, et finit par obtenir gain de cause17. Il s’éloigne dès lors encore davantage du parti républicain et, plus largement, de la politique. Malade pendant plusieurs mois, il garde le plus souvent la chambre18. Rien ne montre mieux son isolement que sa suspension pour trois mois du barreau par un Conseil de l’ordre à forte majorité républicaine. Pour un motif similaire (il est reproché à Ollivier de s’être retiré d’une audience lors d’un procès politique), Jules Favre, grande figure du parti reçoit, quant à lui, un simple avertissement19.

  • 20 Ainsi Félix de Romilly à qui il a donné des cours particuliers. Voir Journal, t. 1. p. 131 et suiv.
  • 21 Il n’a aucun lien de parenté avec son homonyme déjà mentionné. Voir Journal, t. 1, p. 110 et suiv. (...)
  • 22 Journal, t. 1, p. 149.
  • 23 Cette dernière était entrée en contact avec Ollivier en 1849 lorsqu’elle réunissait sa documentatio (...)
  • 24 Journal, t. 1, en particulier p. 144 et p. 269.
  • 25 AN, 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.

5Au cours de cette année 1852 qui est celle du passage à l’Empire, Ollivier commence à réunir autour de lui quelques jeunes disciples séduits par sa chaude éloquence et par l’élévation de sa pensée20. Il renoue surtout quelques précieux contacts. Son talent n’a pas échappé au grand avocat Félix Liouville qui en fait son collaborateur. Dans le cabinet du ténor, véritable pépinière de jeunes républicains, Ollivier retrouve son ancien camarade de l’École de droit, Ernest Picard21. Très vite, les deux hommes deviennent inséparables. Grâce à Picard qui occupe une position stratégique au sein du seul grand journal d’opposition qui subsiste, Le Siècle, Ollivier rentre progressivement en grâce auprès des chefs du parti. En mars 1853, il va visiter son père qui s’est exilé à Bruxelles et il en profite pour saluer quelques proscrits célèbres : Quinet, Étienne Arago, Joly, Charras, Bancel…22. Même s’il est quelque peu rebuté par la mise en scène et l’ostentation qui caractérisent la vie des salons et les dîners mondains, il sort plus fréquemment. Il se rend ainsi quelquefois chez Marie d’Agoult, célèbre dans le monde des lettres sous le nom de Daniel Stern23. Il y rencontre des personnalités en vue du parti républicain telles que Pelletan, Jules Simon, Bastide ou encore Vacherot24. Comme en témoigne son Journal, il n’y a là aucun plan arrêté de sa part, aucune entreprise de séduction délibérée, aucune évaluation froide du rendement de sa sociabilité. Il fréquente d’ailleurs aussi bien des salons d’autres sensibilités et dîne avec des orléanistes comme Dupin ou Rémusat25. Si plusieurs plaidoiries lui permettent de se faire un nom au barreau, la politique revient au cœur de ses préoccupations et, avec elle, le désir de faire connaître ses idées.

  • 26 Sur tout ce qui suit, voir Journal, t. 1, p. 279 et suiv. et L’Empire libéral, t. IV, p. 18 et suiv
  • 27 Outre Ollivier, Darimon relate l’épisode dans son Histoire d’un parti. Les Cinq sous l’Empire (1857 (...)
  • 28 AN, 542 AP 11 et 13. Correspondance d’Ollivier avec Cavaignac et Garnier-Pagès.
  • 29 AN, 542 AP 2. carnets. Fragments inédits du Journal.
  • 30 Op. cit., t. 1, p. 307.
  • 31 Le 19 Janvier, p. 163-164.

6Dès la fin 1856, des rumeurs font état de sa probable candidature aux prochaines élections législatives. Celles-ci ne tardent d’ailleurs pas car l’empereur dissout le corps législatif au printemps suivant, un an avant le terme normal de la législature. Le comité électoral des républicains de la Seine qui comprend une majorité de « quarante-huitards » décide de pratiquer la même politique qu’en 1852 : présenter des vieilles gloires du parti qui, en cas de succès, refuseront de prêter serment à la Constitution et au chef de l’État et ne siègeront donc pas26. Tous les républicains ne sont pourtant pas de cet avis. Le Siècle et son directeur Havin souhaitent ainsi une participation qui permette de combattre l’Empire sur son propre terrain et avec ses propres armes. Pour cela, il leur faut faire appel à de nouveaux venus. Picard plaide la cause de son ami Ollivier en avançant ses titres familiaux de républicanisme (la proscription et l’aura de son père, la mort de son frère) et son talent oratoire. Havin se laisse convaincre et après lui, Nefftzer, le directeur d’un autre grand journal proche du parti, La Presse. Ollivier nous a laissé dans son Journal le récit de la façon dont il a été prévenu. Pressé dans l’escalier de son médecin par Picard et par Darimon, ancien ami de son père et de son frère Aristide et lui-même candidat : « Vous avez cinq minutes pour réfléchir. La Presse, Le Siècle viennent d’arrêter une liste... Acceptez-vous d’être le dixième ? », il est flatté d’une proposition qu’il attendait sans doute secrètement et l’accepte aussitôt27. Étranger à l’action de son parti comme il le reconnaît lui-même, il ne se doute pas de l’ampleur de la fracture qui traverse celui-ci. Lors d’une réunion à laquelle il n’est pas même convié, une véritable bataille s’engage, autour de sa candidature et de celle de Darimon, entre Havin et Picard d’une part et Arnaud de l’Ariège, Bûchez, Garnier-Pagès, Cavaignac ou encore Vacherot d’autre part. Puisque la presse semble tenir à un enfant d’exilé, le camp des détracteurs oppose à Ollivier, le fils de Victor Hugo. Grâce à la fermeté du directeur du Siècle dont les « quarante-huitards » peuvent difficilement se passer, Ollivier est retenu, mais on ne parvient pas à se mettre d’accord sur la circonscription dans laquelle il sera présenté. Deux listes paraissent donc. Sur celle de la presse, Ollivier est substitué à Garnier-Pagès dans une bonne circonscription. Sur celle du comité, il est porté dans une autre où ses chances de l’emporter sont très réduites. Au nom de l’engagement pris vis-à-vis d’Havin, il décline la proposition du comité. Il sera l’adversaire de Garnier-Pagès. Après qu’il a proposé une renonciation commune au profit d’un troisième homme, se déroule un échange de lettres très vives entre l’ancien ministre des Finances de 1848 (« Croyez-moi, c’est mal débuter dans la vie politique, je vous plains de perdre l’avenir brillant qui sourit à votre talent ») et l’ancien commissaire de la République (« Monsieur, Un refus précédé d’une injure, voilà votre réponse à une lettre pleine d’effusion et de respect. Je n’imiterai pas vos procédés. Vous avez sur moi l’avantage de l’âge, et bien qu’ayant été fatal au peuple, vous avez eu l’honneur de le représenter »). Si les deux hommes regrettent rapidement leur emportement, ils n’en vont pas moins au combat l’un contre l’autre28. Alors que Garnier-Pagès obtient l’appui des grands exilés comme Ledru-Rollin, Ollivier est soutenu par la plume de Picard dans Le Siècle et par la campagne que mènent sur le terrain plusieurs de ses jeunes collègues du barreau dont Jules Ferry et Philis29. Devancé nettement au premier tour, Garnier-Pagès finit par se désister en faveur de son rival pour faire barrage au candidat du gouvernement impérial et Ollivier est élu facilement au scrutin de ballottage. Alors qu’il s’apprête à faire son entrée au Parlement à 31 ans seulement, il fixe dans son Journal sa future ligne de conduite : « Je n’entends pas plus relever d’un parti que d’un homme... Je n’entends relever que de moi-même »30. Perçu comme un arriviste par les chefs de son parti, il aspire à s’affranchir de leur tutelle. Ils ont beau l’exhorter à ne pas prêter serment, certains n’hésitant pas à l’injurier comme Goudchaux31, il entend passer outre et rassure son père, inquiet pour son avenir :

  • 32 L’Empire libéral, t. IV, p. 52.

« Tu te préoccupes trop de l’isolement dans lequel je serai... Je ne manquerai pas longtemps de compagnons, ils y viendront tous, note bien ce que je t’écris, tous : les uns tôt, les autres tard, mais chacun à son tour ; tu auras la satisfaction de me voir suivi non seulement par le parti, mais par tous les partis, de me voir imité par ceux-là mêmes qui, en ce moment, me condamnent avec le plus de hauteur »32.

L’étoile montante du parti républicain (1857-1864)

  • 33 Ibid., t. IV, p. 57. Voir aussi A. Darimon, op. cit., p. 71.

7Les débuts d’Ollivier au corps législatif ne sont pourtant pas encourageants. Lui et ses deux collègues républicains, Darimon et Hénon, sont contraints de siéger sur les gradins les plus élevés de l’extrême gauche, totalement isolés des autres députés33. Dans L’Empire libéral, il raconte l’accueil que ceux-ci leur ont alors réservé :

  • 34 L’empire libéral, op. cit., t. IV, p. 58-59.

« Dès que nous abordions un groupe, on s’écartait de nous comme des pestiférés. Un de mes anciens amis de l’École de droit, le comte de Chambrun, qui avait été dans le Jura l’un des préfets les plus fougueux du coup d’État, me fit prévenir de ne pas lui adresser la parole, parce qu’il me tournerait le dos. M’étant approché d’un des membres élus comme indépendants, Brame, je remarquai sur son visage de l’embarras, puis un véritable trouble ; enfin il me dit d’une voix saccadée : “Vous me parlerez dehors, Momy [le président de l’Assemblée] nous regarde” »34.

  • 35 Journal, t. 1, p. 320 et p. 333.
  • 36 Ibid., t. 1, p. 334, 336 et 410 et AN, 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.
  • 37 AN, 542 AP 17, lettre du 11 avril 1858 au duc de Tarente, chambellan de l’Empereur.
  • 38 Journal, t. 1, p. 326-327 et A. Darimon, op. cit., p. 152 et suiv.

8Après l’attentat d’Orsini contre Napoléon III, en janvier 1858, les trois hommes sont presque jugés complices. Dans son premier grand discours le 18 février, Ollivier dissipe les doutes, mais se montre aussi très ferme. Il dénonce le projet de loi dit de sûreté générale qui vient d’être mis en discussion comme attentatoire aux libertés élémentaires. Pour Montalembert qui a été le seul opposant de la première législature et qui vient d’être battu en 1857, le jeune avocat se place dans ses pas. Il le lui dit au cours d’un entretien, le 23 février35. Dans les semaines qui suivent, Ollivier rencontre de nombreuses autres personnalités orléanistes ou légitimistes comme Thiers, Armand de Melun, Prévost-Paradol, Falloux36. Pour ne pas se compromettre, il refuse en revanche de se rendre à une invitation de Napoléon III qui aurait souhaité faire la connaissance de ce jeune homme dont on commence à beaucoup parler37. Tout en étant sans doute jaloux de son étoile montante et déçu qu’il ait préféré épouser Blandine Liszt, la fille de Marie d’Agoult plutôt que sa propre fille, Havin lui demande son avis sur le choix des meilleurs candidats républicains à présenter lors des élections législatives complémentaires du printemps 1858. Ollivier soutient son ami Picard et deux « quarante-huitards » conciliants, Favre et Marie, en signe de bonne volonté38. Favre et Picard sont finalement retenus puis élus. C’est un succès personnel.

  • 39 Voir notre article « groupe des Cinq » dans J. Tulard dir., Dictionnaire du Second Empire, Paris, F (...)
  • 40 Voir en particulier p. 178-179.
  • 41 Voir le passage du Journal (t. 2, p. 103 à 105) rédigé au lendemain de la scission du printemps 186 (...)
  • 42 L’Empire libéral, t. IV, p. 82. Le Journal, dans sa partie publiée comme dans sa partie inédite, ra (...)
  • 43 Voir par exemple A. Darimon, op. cit., p. 211 et p. 224-225.
  • 44 A. Darimon, op. cit., p. 129 et suiv. et É. Ollivier, L’Empire libéral, t. V, p. 45 et suiv.
  • 45 L’Empire libéral, t. V, p. 46 : « Aucun n’ a été plus que lui à l’école des Cinq ».
  • 46 Voir par exemple Mme Adam, Mémoires, t. II, Paris, A. Lemerre, 1905, p. 47 à 81, I. Tchemoff, Le Pa (...)
  • 47 A. Darimon, op. cit., p. 249-251 ; É. Ollivier, L’Empire libéral, t. IV, p. 100 et Journal, t. 1, p (...)

9Ollivier, Darimon, Hénon, Favre, Picard. Le « groupe des Cinq », ainsi que l’on va nommer cette opposition républicaine et parlementaire à l’Empire, est constitué. Pour qu’un groupe aussi faible et aussi isolé puisse se faire entendre, il importe que les hommes qui le composent établissent entre eux des liens intenses, fréquents, intimes. Or le groupe des Cinq est cohésif car ses membres sont soudés face à l’hostilité quasi unanime de leurs collègues. Il est identitaire puisque si les cinq hommes sont d’âges, de milieux et de professions différents, ils partagent les mêmes valeurs républicaines. Le groupe se caractérise aussi par la complémentarité des compétences39. Cependant, il ne va pas pleinement fonctionner en raison de dissensions internes. Dans Le 19 Janvier qu’il écrira alors qu’il est encore sur le devant de la scène politique, qu’il a rompu avec ses amis mais qu’il espère se les concilier de nouveau, Ollivier minimisera les tensions40. À l’inverse, le journal intime traduit en termes excessifs la rancœur de la rupture, et les écrits de la retraite l’amertume de l’impossible réconciliation41. Il n’en demeure pas moins que Favre jalouse sans doute Ollivier et accepte difficilement ses succès. Les ego surdimensionnés des deux hommes cohabitent difficilement. De leur côté, Hénon est plus radical que ses quatre collègues et Darimon noue rapidement des relations troubles avec des députés de la majorité et des bonapartistes de gauche. Surtout, Picard et Ollivier font bande à part : « En réalité c’est nous deux qui fûmes les Cinq. Vivant continuellement ensemble, les résolutions se prenaient entre nous dans des causeries ; nous n’en vînmes jamais à une discussion »42. Cette affinité élective et exclusive irrite profondément les trois autres43. Darimon accuse Ollivier d’avoir subjugué Picard. Il déplore aussi qu’il soit entouré de jeunes ambitieux qui semblent ne l’avoir choisi pour chef que pour arriver plus vite44. Ces avocats qu’Ollivier réunit chez lui le lundi ou le jeudi, qui documentent parfois le maître pour ses discours, qui assistent aux séances du corps législatif où il intervient puis qui le raccompagnent à son domicile en buvant ses paroles ont noms Ferry et Philis, déjà rencontrés mais aussi Floquet, Dréo, Hérold ou Gambetta, venu tard mais figurant parmi les plus assidus45. On ne va pas tarder à surnommer ce cercle d’intimes, les « petits Olliviers »46. Dans ces conditions et malgré leur nombre très réduit, les députés républicains ont du mal à introduire une discipline entre eux. En avril 1859, Favre entend voter les crédits pour la guerre d’Italie, et Hénon les repousser. Ollivier parvient à éviter la scission en obtenant que le groupe s’abstienne47. C’est pourtant l’attitude d’Ollivier qui va finir par provoquer la rupture.

  • 48 Journal, t. 1, p. 419 et suiv.
  • 49 Ibid., t. 1, p. 409.
  • 50 AN, 542 AP, 2 carnets. Fragments inédits du Journal.
  • 51 Journal, t. I, p. 438
  • 52 Journal, t. 1. p. 439 et suiv. et t. 2, p. 44 ; L’Empire libéral, t. V, p. 425 et suiv. et correspo (...)
  • 53 Journal, t. 1, p. 446 et AN, 542 A.P. 16, correspondance avec Persigny.

10Si la suspension de trois mois que lui vaut sa plaidoirie enflammée lors du procès du livre de Vacherot, La Démocratie, en décembre 1859, semble ramener à lui les chefs du parti républicain, l’embellie ne dure pas, comme en témoigne son échec lors des élections au Conseil de l’ordre des avocats quelques semaines plus tard48. Son combat pour l’élargissement des libertés ne lui fait repousser aucun appui et ne lui fait ménager aucun encouragement à tout libéral qui le lui demande. Dès décembre 1859, il n’hésite pas à appuyer la candidature de l’orléaniste Target lors d’une élection49. Il fréquente le salon de Mme d’Haussonville et s’entretient régulièrement avec Thiers50. Mais comme il le note dans son Journal, dès juin 1860, si l’empereur entre dans la voie libérale, il n’hésitera pas à rompre avec les orléanistes et les légitimistes : « Je veux avant tout, avec n’importe qui, la liberté sans épithète, ni sobre, ni vraie, la liberté ! »51. Comme le prince Napoléon vient de perdre son père, Ollivier lui porte ses condoléances puis renoue progressivement un lien qui s’était rompu après la proclamation de l’Empire et l’acceptation par le prince du titre d’« Altesse Impériale »52. Surtout, Ollivier exclut toute idée d’opposition systématique dans son discours du 10 juillet 1860. Après le décret du 24 novembre suivant qui libéralise le régime, il tente de fonder avec sa jeune garde un journal hebdomadaire sous le titre La Liberté, mais il n’obtient pas l’autorisation53.

  • 54 Il faut dire que le compte rendu de la séance déforme ses propos et retranche une formule capitale (...)
  • 55 Journal, t. 2, p. 14 et suiv.
  • 56 Voir en particulier L’Empire libéral, t. XI, p. 18-19.
  • 57 C. Bidart, L’Amitié. Un lien social, Paris. La Découverte, 1997, p. 302 et suiv.
  • 58 L’Empire libéral, t. V, p. 175.
  • 59 Voir en particulier Journal, t. 2, p. 19.
  • 60 Journal, t. 2, p. 52 et L’Empire libéral, t. V, p. 423 et suiv.
  • 61 La lettre originale se trouve en AN, 542 AP 16.
  • 62 Le 19 Janvier, p. 248 et suiv.
  • 63 Voir en particulier A. Darimon, op. cit., p. 305.
  • 64 A. Darimon, L’opposition libérale sous l’Empire (1861 -1863), Paris, Dentu, 1886, p. 292. Voir auss (...)
  • 65 Voir AN, 542 AP 11 à 17.
  • 66 Journal, t. 2, p. 65 et suiv.
  • 67 Sur ce point, É. Constant, « L’audience et l’évolution politiques d’Émile Ollivier en 1864-1865 », (...)
  • 68 L’Empire libéral, t. VI, p. 223 et suiv.

11Lorsque, dans son grand discours du 14 mars 1861, il propose son concours à Napoléon III si la politique de réformes se poursuit, un certain nombre de républicains comme Carnot commencent à parler de trahison54. Il ressent également un net refroidissement de la part des légitimistes et des orléanistes. « Quand on se met au-dessus des partis, n’est-il pas naturel que les partis vous rejettent ? »55, écrit-il alors. Si beaucoup de légitimistes et d’orléanistes reviennent vers lui une fois l’orage passé, cette première épreuve du feu éloigne plus durablement des « petits Olliviers » tels Floquet et Hérold, sans que l’on puisse cependant parler de rupture brutale56. Cette crise est en revanche le « moment fondateur » de nouvelles amitiés57. Ainsi après un nouveau grand discours, le 10 juin 1861, Girardin, avec lequel il n’a eu jusque-là que des relations mondaines, le félicite : « La liberté a trouvé son orateur » et se fait désormais son défenseur dans son journal, La Presse58. Surtout, le président du corps législatif, Morny qui est convaincu que l’évolution libérale du régime est nécessaire et inévitable, fait approcher Ollivier pour savoir s’il ne serait pas disposer à joindre son action à la sienne. Le député est d’abord méfiant59. Mais Morny se montre constant dans ses principes et persévérant. Une première discussion approfondie a lieu entre les deux hommes en juillet 186260. Lorsqu’il perd son épouse, en septembre suivant, Ollivier reçoit une lettre du président du corps législatif qui le touche beaucoup61. Il y lit une profonde sympathie au sens étymologique du terme. « Aussitôt, avec réserve, avec discrétion de part et d’autre, commencèrent des échanges d’idées »62. Mais Ollivier reste ferme sur les principes et juge insuffisantes les garanties qui lui sont proposées. La plupart des jeunes républicains du parti comprennent son attitude et lui restent fidèles63. Ils placent ainsi, en janvier 1863, leur Manuel électoral sous le triple patronage de Favre, d’Ollivier et de Picard64. En vue des élections législatives qui doivent se dérouler fin mai et début juin, Ollivier se fait le promoteur d’une Union libérale qui réunit les partisans des libertés de toutes sensibilités politiques. Sa correspondance témoigne de son implication. Sollicité ou non, il envoie de multiples lettres de recommandation en faveur de Berryer, Montalembert, Ancel, Casimir Périer, Thiers, Cornélis de Witt, le gendre de Guizot, Marie, Jules Simon... Il ne ménage pas non plus sa peine pour soutenir Cochin, son ami de longue date et Prévost-Paradol, son nouvel ami65. Il pousse le parti et la presse à renouveler leur confiance aux Cinq qui se sont d’ailleurs montrés plus unis dans la dernière session. Il réclame aussi que l’on fasse confiance à de jeunes talents : Philis, Ferry, de Roisin, ... Pour ne pas paraître favoriser « sa coterie », il prend soin d’y joindre Durier, Floquet et Hérold66. Parce qu’il sait que sa propre candidature dans la Seine est menacée, il a noué, depuis 1860, des contacts dans le Var, où il a des attaches familiales, qu’il a administré en 1848 et où il vient d’acquérir une propriété67. Finalement, les anciens du parti qui ont tenté de lui susciter un concurrent à Paris finissent par renoncer, car les électeurs ne comprendraient pas que l’on combatte le député républicain le plus en vue68. De fait, s’il est battu dans le Var par le gouvernemental sortant, il est facilement réélu dans la Seine.

  • 69 Ibid., p. 258.
  • 70 Journal, t. 2, p. 76 et L’Empire libéral, t. VI, p. 405 et suiv.
  • 71 La Presse du 8 janvier 1864. Voir A. Darimon, Histoire d’un parti. Le tiers parti sous l’Empire (18 (...)
  • 72 Journal, t. 2, p. 95 et suiv. et L’Empire libéral, t. VI, p. 501.
  • 73 Journal, t. 2, p. 107 et suiv., Le 19 Janvier, p. 221 et suiv., L’Empire libéral, t. VI, en particu (...)

12Peu après son succès, Lamartine qu’il admire tant le félicite et le conforte dans sa politique : « Continuez à tracer votre sillon toujours assez large pour que tout le monde puisse y entrer après vous, et ne soyez jamais que du parti de votre propre pensée »69. Thiers qui a été élu en grande partie grâce à Ollivier, demande à siéger à ses côtés. Les deux hommes conviennent qu’il est préférable que l’opposition qui compte maintenant plus de 30 députés se répartisse en deux groupes, un libéral et un républicain, plutôt qu’en un seul. Lambrecht, ami de Thiers, et Ollivier lui-même seront les intermédiaires entre les deux réunions70. Ollivier siège donc dans le groupe républicain qui se réunit chez Marie. Il entend y jouer un rôle prépondérant en s’appuyant sur l’ancien groupe des Cinq dont tous les membres ont été réélus, mais son influence est désormais contrebalancée par de nouveaux venus comme Jules Simon. En outre, la cohabitation des idées, des ambitions et des susceptibilités d’Ollivier et de Thiers ne tarde pas à devenir difficile. Girardin jette de l’huile sur le feu. Évoquant dans son journal l’éloquence de son ami, il note : « C’est la même limpidité que M. Thiers, avec plus de concision dans la parole et surtout plus d’élévation dans la pensée »71. Parallèlement, Ollivier continue d’entretenir d’excellentes relations avec Morny. Le président du corps législatif lui propose successivement de le conduire chez l’empereur, de parler à celui-ci de son projet de créer un journal dont il pourrait lui-même fournir les capitaux, voire d’entrer au gouvernement avec lui72. Tout en déclinant ses offres, Ollivier propose de seconder son action libérale au corps législatif. C’est alors que se situe un tournant décisif dans la carrière et les relations politiques d’Ollivier. Depuis la loi Le Chapelier de 1791, les ouvriers n’ont pas le droit de se coaliser. Or chaque jour apporte la preuve que la législation est désormais inadaptée. Comme Ollivier est l’un des plus fervents partisans de la légalisation d’un droit de grève sagement réglementé, Morny, qui ne désespère pas de le rallier au régime, s’engage à en parler à Napoléon iii. L’empereur est séduit. Un projet de loi est immédiatement déposé au corps législatif. Ollivier est nommé au sein de la commission chargée de l’examiner. Grâce à l’appui décisif du président de l’Assemblée, il est même élu rapporteur du projet. C’est la première fois qu’un membre de l’opposition républicaine reçoit un tel privilège. Jules Simon, qui fait partie, lui aussi, de la commission et qui ambitionnait sans doute le poste de rapporteur, divulgue des informations à la presse qui altèrent le travail d’Ollivier. Un certain nombre de journaux de gauche présentent ce dernier comme un être machiavélique qui tendrait un piège aux ouvriers et souhaiterait en fait aggraver leur condition. Cette campagne de dénigrement systématique éloigne d’Ollivier plusieurs de ses amis, comme Picard, qui le croient fini et qui préfèrent donc ne pas se compromettre. Lors de la discussion, Simon et Favre se déchaînent contre le projet et son rapporteur qu’ils accusent de palinodie. Ollivier réplique en critiquant la théorie du pessimisme qui consiste, selon lui, à attaquer le bien que peut faire un gouvernement auquel on est opposé, sous prétexte que cela peut lui profiter. Garnier-Pagès s’exclame alors : « Le ralliement est complet ». Il importe peu pour notre propos de savoir qu’Ollivier obtient finalement le vote de son projet, le 2 mai 1864. Il est en revanche capital de constater qu’il passe désormais pour un renégat ou un vulgaire ambitieux aux yeux de la plupart de ses anciens amis républicains. Blessé par les attaques dont il vient d’être l’objet, il refuse d’ailleurs la main que lui tend Jules Favre, après la séance. La rupture est consommée73.

Un homme isolé qui essaie de recomposer son réseau de fidélité (1864-1869)

  • 74 Voir en particulier L’Empire libéral, t. VI, p. 557 et suiv.
  • 75 Ibid., t. VII, p. 263.

13Après le 2 mai 1864, Ollivier est accablé de lettres d’injures. Il est abandonné par les grandes personnalités du parti républicain. Pour autant, il n’en est pas plus sympathique à la majorité gouvernementale qui lui reproche une loi dont elle ne voulait pas et qu’elle a votée uniquement par fidélité envers l’empereur. Son sort réjouit Thiers et ses amis74. Malgré cette tempête, Ollivier n’entend pas infléchir sa ligne de conduite75. Convaincu d’être dans le vrai, il se place au tribunal de l’histoire au milieu de ses modèles, les Mirabeau, Royer-Collard, Tocqueville, Lamartine :

  • 76 Journal, t. 2, p. 120.

« Je m’efforcerai de devenir avec ces hommes un des membres de l’éternelle Constituante, non de celle qui, à un certain jour, se réunit dans un certain lieu, mais de celle qui se compose, à travers les années, de tous les hommes qui, puissants par le génie ou par la bonne volonté, ont assuré quelque bonne institution aux peuples »76.

  • 77 AN, 542 AP 2, carnets. Fragments inédits du Journal. Lettre non envoyée à Girardin du 5 mai 1864.
  • 78 Journal, t. 2, p. 121 et suiv., p. 133, p. 160-161 et p. 185, L’Empire libéral, t. VI, p. 558- 560.
  • 79 Voir La Presse du 15 mars 1865 ; A. Darimon, Histoire d’un parti, op. cit., p. 197, L’Empire libéra (...)
  • 80 Comme avec Hérold ou Michelet. Lettre d’Hérold (AN, 542 AP 14), lettre à Guiter sur les Michelet (A (...)
  • 81 Voir AN, 542 AP 13, correspondance avec Ferry, en particulier la lettre de celui-ci datée du 1er ma (...)
  • 82 É. Constant, article et thèse cités et AN, 542 AP 26, dossier 7.
  • 83 Autour de Mme d’Agoult et de Liszt…, Lettres publiées par D. Ollivier, Paris, Grasset, 1941, C. Dup (...)
  • 84 Le 19 Janvier, …, p. 234.
  • 85 Journal, t. 2, p. 136
  • 86 AN, 542 AP 11 (Chevalier) et 12 (Duruy), AN, 114 AP 1. Papiers Duruy.
  • 87 Journal, t. 2, p. 181, Le 19 Janvier, pp. 254-255, L’Empire libéral, t. VII, p. 271.
  • 88 L’Empire libéral, t. VII, p. 321 et suiv.
  • 89 Journal, t. 2, p. 191 et suiv. et L’Empire libéral, t. VII, p. 381 et suiv.
  • 90 Ollivier a constitué un dossier très complet sur cette affaire qui l’a profondément blessé : AN, 54 (...)
  • 91 Journal, t. 2, p. 211 et Le 19 Janvier, p. 264.

14Il analyse les raisons de son lâchage par ses « chers amis » et l’impute à « une coalition de rancunes » : Guéroult, Havin, Carnot, Garnier-Pagès, Jules Favre et surtout Jules Simon. « Les autres ont suivi par faiblesse, par discipline ou par amour de la popularité »77. Dans cette catégorie, il range Picard, le seul qui lui cause un « chagrin cuisant » par sa stratégie d’évitement systématique78. Ollivier n’est plus invité aux réunions de l’opposition qui se déroulent chez Marie et chez Thiers79. Mais son isolement à gauche est-il si complet que cela ? Certes, non. Tout d’abord, la séparation s’est opérée le plus souvent en douceur laissant l’espoir d’une future réconciliation80. Ollivier continue d’être suivi par Ferry, Philis et Gambetta qui multiplient les témoignages de fidélité81. Ses amis varois lui proposent une candidature au conseil général qui, si elle échoue, lui permet néanmoins de constater que les milieux républicains et libéraux de la province comprennent mieux sa politique que ceux de la capitale82. La crise rapproche également Ollivier d’un autre ostracisé, Darimon, mais aussi de Mme d’Agoult qui espère devenir sa muse politique et ne lui ménage ni ses encouragements ni ses conseils83. Surtout, Girardin devient son principal appui. Désormais, ainsi que l’écrit le député : « La plume à la main tous les jours, il me défendit dans des articles admirables d’éloquence et de dialectique, avec autant d’ardeur que l’eût fait un père ou un frère »84. Mais, plusieurs partisans du régime impérial se rapprochent aussi d’Ollivier. Chevandier de Valdrôme qui l’a déjà beaucoup soutenu en tant que président de la commission sur les coalitions lui propose, avec deux autres députés modérés de la majorité, Haentjens et Lacroix Saint-Pierre, de lui fournir de l’argent pour fonder un journal, ce qu’Ollivier qui tient à son indépendance refuse. Un autre collègue gouvernemental, Didier, lui envoie le lion de Barye en hommage à son « génie » et devient son ami85. Le sénateur Michel Chevalier et le ministre Victor Duruy entrent aussi dans le cercle de ses relations86. Ollivier rencontre même des bonapartistes plus autoritaires comme Rouher ou Persigny. Cependant, aucun de ces liens n’est aussi fort, ni aussi important que ceux qu’il entretient avec Morny et le prince Napoléon. Les deux hommes qu’il voit désormais fréquemment secondent sa politique tout en échafaudant, chacun de leur côté, des combinaisons ministérielles, dans lesquelles ils entreraient avec lui. Songeant à l’intérêt d’une triade politique, d’une collaboration étroite entre les trois principales figures du programme des libertés, Ollivier se met en tête de réconcilier Morny et le prince, brouillés depuis le coup d’État. La maladie puis la mort du président du corps législatif, le 5 mars 1865, empêchent le rapprochement87. Ce décès qui est un coup funeste pour sa politique ne décourage cependant pas Ollivier. Il sait pouvoir compter dans l’entourage direct du souverain sur le prince Napoléon, sur Duruy et sur Walewski. Le 27 mars, il prononce l’un des discours les plus importants de sa carrière. Il y affirme lutter de toutes ses forces pour « la conclusion paisible d’une alliance durable entre la démocratie et la liberté par la main d’un pouvoir fort et national ». Il termine en affirmant qu’il votera l’adresse et que son vote doit être considéré comme « un vote d’espérance »88. Le discours est bien accueilli aux Tuileries. De ce fait, Ollivier n’est pas combattu par l’administration lors d’une élection cantonale partielle qui se déroule quelques jours plus tard dans le Var et il est facilement élu. S’il décline plusieurs propositions de portefeuilles ministériels, il accepte de dîner avec l’impératrice, le 6 mai 1865, il entre dans une commission sur le régime carcéral des jeunes détenus de La Roquette qu’elle préside, puis il rencontre Napoléon III, le 27 juin89. Son attitude déchaîne de nouvelles tempêtes parmi ses anciens amis de la gauche. C’est ainsi que le Conseil de l’ordre des avocats prend prétexte de sa nomination comme conseil judiciaire près la Compagnie du canal de Suez pour ne plus l’inscrire au tableau90. Au corps législatif, Ollivier commence en revanche à grouper autour de lui des partisans d’un empire libéral. Mais sa centralité est encore insuffisante et contestée, entre autres, par Thiers. Du reste, la question romaine qui divise tous ces hommes empêche la constitution d’un tiers parti, avant la fin de la session 186591.

  • 92 A. Darimon, Histoire d’un parti, op. cit., p. 330.
  • 93 Journal, t. 2, p. 231.
  • 94 Nous suivons ici les pages 573 et suiv. du t. VII de L’Empire libéral, capitales pour comprendre le (...)
  • 95 Ainsi par exemple le républicain Allain-Targé. Voir La République sous l’Empire, 1864- 1870, Paris, (...)
  • 96 L’Empire libéral, t. VII, p. 613.
  • 97 Journal, t. 2, p. 239 et suiv.
  • 98 La lettre de rupture datée du 10 avril 1866 se trouve en AN, 542 AP 12. Voir aussi Journal, t. 2, p (...)
  • 99 L’Empire libéral, t. VII, p. 616 et suiv.
  • 100 Voir à ce sujet l’analyse pertinente de Charles Chesnelong dans Les Derniers jours de l’Empire et l (...)

15Par la suite, les événements se précipitent. Ollivier révèle, à cette occasion, sa capacité à mobiliser et à manipuler des relations, en particulier à faire intervenir des tiers pour parvenir à ses fins. Le 28 décembre 1865, il participe avec plusieurs collègues à un dîner chez Charles de Janzé dans le but de définir les meilleurs moyens de former un groupe libéral pour la session de 186692. La semaine suivante, il reçoit l’assurance du soutien du nouveau président du corps législatif, Walewski93. Trois de ses lieutenants jouent ensuite un rôle déterminant dans le succès de la coalition. Janzé et Maurice Richard mettent leurs salons à disposition. Chevandier de Valdrôme, quant à lui, obtient en quelques jours le concours de tous les indépendants réticents et en particulier du très influent Louis-Joseph Buffet, sans lequel rien ne peut alors se faire. Pour éviter les indiscrétions, il est prévu de régler les détails du projet dans un cercle restreint dont est par exemple exclu Latour-Dumoulin, ancien chantre de l’Empire autoritaire qui, selon Ollivier, ne s’est rallié au libéralisme que par opportunisme. Ollivier rédige un amendement libéral à l’adresse. Avec son accord, Buffet et Chambrun en restreignent légèrement la portée. Par ailleurs, il est « entendu qu’en dehors des revendications spécialement formulées chacun demeur[e] libre, et que l’expression individuelle d’une opinion quelconque sur les questions générales ne [sera] pas considérée comme une rupture » de l’alliance. Pour n’effaroucher personne, Ollivier restera dans l’ombre. « Je proposai moi-même de ne pas inscrire mon nom au bas de l’amendement, et de nous montrer aussi larges à accueillir les signatures que nous nous étions montrés difficiles à admettre à nos délibérations ». C’est seulement lorsque le ministre d’État, Rouher aura attaqué l’initiative en séance, qu’Ollivier interviendra. Il lui répliquera et assurera ainsi le succès du vote94. La stratégie réussit. L’amendement recueille 44 signatures et est finalement voté par 61 députés, le 19 mars 1866. Beaucoup d’observateurs jugent alors l’événement considérable95. Ollivier qui a « pris le commandement sur le champ de bataille » considère qu’il est le « chef du nouveau groupe »96. Qui plus est, il semble compléter son succès, le 24, en prenant la direction de La Presse que lui laisse Girardin97. Sa position est cependant loin d’être aussi forte qu’il veut bien le croire. Comme Darimon a accepté la Légion d’honneur et fréquente certains députés de la droite bonapartiste au risque de le compromettre, Ollivier se sent tout d’abord obligé de rompre avec lui et de l’exclure de la rédaction de La Presse98. Mais la prise de contrôle du journal par le financier Mirès quelques jours plus tard et la nouvelle orientation éditoriale qui s’annonce l’obligent à partir à son tour. Il n’obtient pas l’autorisation de fonder un autre titre99. En outre, le tiers parti ne peut compter sur les 61 votants de l’amendement du 19 mars puisque certains d’entre eux, tels Glais-Bizoin, Marie ou Picard sont des républicains avant tout. Il n’est en fait qu’une coalition hétérogène de députés officiels mécontents, d’indépendants, d’orléanistes, de protectionnistes, et de catholiques irrités par la politique religieuse de Napoléon iii. Enfin, les dispositions du groupe à l’égard d’Ollivier ne sont pas aussi favorables que celui-ci le croit100. L’influence de Thiers et celle de Buffet sont au moins aussi importantes que la sienne.

  • 101 Journal, t. 2, p. 257 et suiv. ; Le 19 Janvier, p. 295 et suiv. ; L’Empire libéral, t. VIII, p. 182 (...)
  • 102 L’Empire libéral, t. IX, p. 207.
  • 103 La lettre se trouve en AN, 542 AP 17.
  • 104 R. Schnerb, Rouher et le Second Empire, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1949, p. 204.
  • 105 Voir Journal, t. 2, p. 282 et suiv. ; Le 19 janvier, p. 336 et suiv. ; L’Empire libéral, t. IX, p.  (...)
  • 106 C. Bidart, op. cit., p.  18 et suiv.
  • 107 Voir particulièrement L’Empire libéral, t. IX, p. 409 et suiv.
  • 108 Papiers secrets des Tuileries, Paris, 1870-1871,t. I, p. 132 et suiv. et t. III, p. 109.
  • 109 Journal, t. 2, p. 308.
  • 110 Ibid., t. 2, p. 297 et suiv. Voir aussi la lettre de Favre en date du 27 mars 1868 et la réponse d’ (...)
  • 111 AN, 542 AP 17 (M. Richard) ; Journal, t. 2. p. 312 et suiv. ; L’Empire libéral, t. XI, p. 18 à 22 e (...)

16Ollivier a cependant un avantage important sur ses rivaux : la faveur du prince. Alors qu’il envisage de libéraliser son régime, Napoléon III décide de s’appuyer sur lui. À la fin de l’année, Walewski est chargé de l’approcher pour lui proposer d’entrer au gouvernement. Le député, auquel Girardin préconise l’attentisme et qui ne peut consulter ses autres amis car la demande est confidentielle, hésite. Après plusieurs autres entrevues avec Walewski, un échange de lettres et un long entretien avec l’empereur, il juge finalement les réformes proposées insuffisantes et renonce. De fait, il est déçu par les mesures libérales qu’annonce la lettre impériale du 19 janvier 1867101. Ollivier vient de prouver qu’il n’est pas un vulgaire ambitieux, mais il a commis aussi une lourde faute, comme il le reconnaîtra plus tard. Il lui aurait été en effet plus facile de transformer progressivement le régime de l’intérieur et de se lier davantage ses partisans en les gratifiant de places et d’honneurs : « On n’obtient pas un résultat politique, seul, sans l’appui d’une armée de partisans ; or, toute armée veut une solde et il n’a pas de parti celui qui ne montre pas au bout d’un succès le partage d’un butin »102. Ollivier fait une autre erreur. Il se laisse duper par Rouher qui lui propose, dans une lettre du 21 janvier puis une entrevue du 23 janvier, de travailler avec lui à la libéralisation du régime103. En fait, le principal ministre agit là uniquement parce que l’empereur le lui a demandé avec insistance et est bien décidé à saborder en sous-main le processus initié le 19 janvier104. Or, le 26 février, dans un grand discours, Ollivier lui rend hommage, s’affirme satisfait de la politique menée et confiant dans l’avenir. Il est éreinté par la gauche qui prétend qu’il cherche de nouveau désespérément un portefeuille ou qu’il est devenu fou. Il n’est pas mieux traité par la presse et les parlementaires de la droite autoritaire qui viennent d’ailleurs de s’organiser en un cercle, rue de l’Arcade, pour mieux lutter contre ses idées. Plusieurs membres du tiers parti se considèrent trahis et s’éloignent. Certains proches semblent même sur le point de l’abandonner. Dans La Liberté du 27 février, Girardin écrit par exemple, s’adressant à lui : « On attendait de vous un discours ministre, et vous avez fait un discours ministériel […]. Vous aurez toujours notre estime, mais vous n’aurez plus notre concours ». De l’avis quasi unanime, Ollivier vient de subir son « Waterloo parlementaire ». Il note d’ailleurs lui-même : « Me voici pour la première fois vraiment seul, le déchaînement contre moi est universel, tous ceux qui m’avaient soutenu m’abandonnent »105. En fait, si tant est que le véritable ami est celui qui maintient sa confiance et qui apporte son soutien et son aide dans de tels moments106 – A friend in need is a ƒriend indeed dit un proverbe anglais –, Ollivier compte encore quelques amis, en particulier Philis et le prince Napoléon qui parvient à ramener Girardin à de meilleures dispositions. Malgré de nouvelles épreuves (scrutin sur l’Allemagne qui montre que le tiers parti ne le suit plus, échec lors de l’élection des commissaires chargés d’examiner le projet de loi sur la presse, démission forcée du président Walewski), Ollivier ne se décourage pas. II perce enfin le jeu de Rouher et décide de tout faire contre cet homme qu’il considère comme le principal obstacle à la liberté107. Cette lutte culmine lorsqu’il qualifie son adversaire, le 12 juillet 1867, de « vice-empereur sans responsabilité ». Mais son discours est très mal accueilli aux Tuileries. Napoléon III envoie à Rouher la plaque de grand-croix de la Légion d’honneur en diamants avec une lettre que le Moniteur reproduit aussitôt : « Cette attention amicale vous fera oublier, je l’espère, les attaques injustes et les ennuis inséparables de votre position ». Dans une note rédigée pour l’empereur, le 15 août 1867, Rouher qui envisage les personnalités possibles pour le portefeuille de l’intérieur écarte Ollivier en raison de ses « relations interlopes » avec « des nuances politiques très hostiles et très avancées ». Un autre rapport souligne au contraire son isolement108. Napoléon III avouera bientôt au prince Napoléon qu’il le trouve inconsistant et qu’on ne peut compter sur lui109. Sans rentrer dans la gauche, ce qui le déconsidérerait, Ollivier est contraint de rétablir des relations personnelles avec les chefs de son ancien parti pour ne pas être totalement isolé. Il renoue ainsi avec Pelletan, Simon ou encore Favre110. Lors de la session de 1868, il vote avec la gauche et qualifie la politique du gouvernement d’« entêtement dans l’indécision ». Il regagne les gros bataillons de l’opinion libérale. En outre, les journalistes radicaux Vermorel et Delescluze font taire provisoirement leur hostilité au nom des services qu’il vient de rendre. Mais le rapprochement ne dure pas. Pour ne pas réveiller d’anciennes divisions et porter, selon lui, un coup fatal à la cause de la liberté, Ollivier refuse de participer à la souscription à la mémoire du représentant républicain Baudin, mort sur une barricade, le 3 décembre 1851. Tous les comités républicains décident alors que la rupture est définitive. Ferry et Gambetta quittent à leur tour Ollivier. Pour faire oublier qu’ils se sont compromis avec lui, ils passent sans transition dans le camp des irréconciliables. De son côté, Girardin défend son ami avec moins de vigueur que par le passé, car il ne partage pas ses vues pacifistes sur l’Allemagne. Désabusé, Ollivier écrit le 18 décembre 1868 à Maurice Richard : « Le mieux est de rester chez soi et de cultiver son jardin », ce qu’il met en pratique en se retirant à Saint-Tropez111. C’est là qu’il rédige le grand ouvrage par lequel il entend s’expliquer au pays et montrer que tout son parcours se résume dans la quête incessante de la liberté. Sous forme de confession, il en profite pour livrer ses réflexions sur les avantages de l’isolement, les inconvénients des partis actuels et la nécessité d’une vaste recomposition politique :

  • 112 Le 19 Janvier, p. 395-397.

« Être d’un parti, c’est plus ou moins pour l’esprit une mise aux fers ; il faut obéir si l’on n’est que soldat, un peu plus si l’on est sous-chef, tout à fait si l’on est chef […]. Il est utile qu’il y ait des partis, c’est-à-dire des collections d’hommes pensant de même et agissant de concert, pourvu que ces partis se dissolvent et se recomposent périodiquement, à mesure que les idées elles-mêmes se dégagent, se développent et se transforment […]. Nous sommes arrivés à l’une de ces époques où la dissolution des anciens partis est nécessaire »112.

  • 113 L’Empire libéral, t. XI, p. 462 et suiv.
  • 114 Girardin (AN, 542 AP 13), Sainte-Beuve (AN, 542 AP 17).
  • 115 Voir par exemple la correspondance qu’il entretient alors avec Thiers, Augustin Cochin et Horace de (...)
  • 116 Lettre de Jules Brame du 15 mai dans AN, 542 AP 11.
  • 117 É. Constant, thèse citée, p. 1299 et suiv.

17L’ouvrage qui paraît fin février 1869 sous le titre Le 19 Janvier, compte rendu de mandat aux électeurs de la troisième circonscription de la Seine connaît un grand succès public. Si la gauche radicale et la droite autoritaire l’attaquent violemment, la majeure partie de la presse – Nefftzer dans Le Temps, John Lemoinne dans les Débats, Boutmy dans La Liberté, Guéroult dans L’Opinion nationale, J.-J. Weiss dans Le Journal de Paris, … – souligne tout l’intérêt de cette « œuvre d’un honnête homme »113. L’auteur reçoit de multiples témoignages de sympathie114. Le 19 Janvier refait d’Ollivier l’un des chefs du courant libéral. La session de 1869 et les élections législatives qui suivent confirment son retour en grâce. Lors de la campagne électorale, il est combattu à outrance par l’extrême gauche, mais les libéraux de toutes nuances se regroupent autour de lui115. Son attitude courageuse le 12 mai, dans la réunion électorale du théâtre du Châtelet où il est violemment attaqué par les partisans de son adversaire radical, Bancel, suscite l’admiration116. Battu dans la Seine, il l’emporte nettement dans le Var où il bénéficie à la fois du retrait du député gouvernemental sortant à la demande de Napoléon III, du travail efficace de ses amis locaux et, plus largement, du soutien des légitimistes, des orléanistes, des bonapartistes et des républicains modérés117.

Du chef de la majorité parlementaire au chef de gouvernement (juillet 1869-juillet 1870)

  • 118 Journal, t. 2, p. 371 et suiv. et L’Empire libéral, t. XII, p. 16.

18Entre un groupe d’environ 70 adversaires du régime et un autre de 70 à 80 bonapartistes autoritaires, la majorité des élus du scrutin du printemps 1869 constituent un « marais » d’hommes qui se qualifient volontiers de « gouvernementaux modérés », d’« indépendants dynastiques » ou encore de « conservateurs libéraux ». Ils attendent de voir la tournure des événements pour choisir plus nettement leur camp. Tout l’art d’Ollivier va consister à réunir ces députés autour d’un programme minimum destiné à rassurer les plus timides, en s’effaçant lui-même le plus possible derrière Buffet, Segris, Louvet et quelques autres et en ménageant Thiers pour qu’il ne contrarie pas cette tentative. Fin juin, il s’accorde avec une trentaine de députés sur une demande d’interpellation qui parle de « la nécessité de faire participer le pays d’une manière plus efficace et plus complète à la direction des affaires publiques ». Comme lors de la constitution du tiers parti, il ne collecte pas lui-même les signatures, mais confie cette tâche à certains de ses amis, en particulier Chevandier de Valdrôme. Cette tactique jointe à un concours de circonstances favorable assure le succès de la campagne. Cent seize signatures sont bientôt recueillies. Le président du corps législatif, Schneider, obtient que Napoléon III s’engage à donner satisfaction aux signataires en échange du retrait de la demande d’interpellation. De fait, le 12 juillet, Rouher vient annoncer son départ ainsi qu’un vaste programme de réformes libérales. Celui-ci donne rapidement lieu à un projet de sénatus-consulte qu’Ollivier juge « excellent, complet, loyal ». Nous sommes le 4 août. Ollivier achève son Journal par ses mots : « J’ ai atteint mon but. La première partie de ma vie politique est close. Une autre va commencer »118.

  • 119 Voir T. Zeldin, Émile Ollivier and the Liberal Empire oƒ Napoléon III, op. cit.
  • 120 Journal, t. 2, p. 375 et suiv. et L’Empire libéral, t. XII, p. 34 et suiv.
  • 121 Pour les développements qui suivent nous nous appuyons principalement sur les appendices du t. 2 du (...)

19Dès lors, se déroulent des tractations longues, difficiles et complexes entre Napoléon III et son entourage d’une part et Ollivier et ses amis d’autre part pour constituer le premier gouvernement de l’Empire libéral. Il n’y a pas lieu d’en donner le détail119. Il nous faut, en revanche, nous concentrer sur les rapports qu’entretiennent Ollivier et les hommes qui participent aux différentes négociations et combinaisons envisagées. Notons d’emblée que dès le 14 juillet, lorsque Schneider lui propose un portefeuille ministériel au nom de l’empereur, Ollivier repousse cette offre car il entend diriger lui-même les affaires et parce qu’il est convaincu qu’un simple replâtrage ne serait pas compris par le pays120. Après la session extraordinaire du corps législatif, il part pour le Var où il vient d’être nommé président du conseil général par l’empereur. Il continue cependant de suivre les affaires de près121. Le prince Napoléon, Girardin, Maurice Richard, Schneider et Chasseloup-Laubat, principal ministre du gouvernement de transition figurent parmi ses principaux correspondants. Gagné depuis quelques mois au libéralisme, Persigny, qui vient d’entrer dans le cercle de ses intimes, lui prodigue aussi ses conseils. Mais l’homme qui joue alors le plus grand rôle dans sa vie politique est Clément Duvernois. Ce dernier, journaliste de talent et député depuis peu est bien connu d’Ollivier. C’est un arriviste, mais il est intelligent, discret et surtout bien en cour. Il sert d’intermédiaire entre Napoléon III et Ollivier et amène celui-ci au palais de Compiègne pour une entrevue secrète qui se déroule le 1er novembre. Si les deux hommes ne parviennent pas à se mettre d’accord car l’empereur persiste dans son idée d’un simple remaniement ministériel, l’échange de vues permet de préciser certains points. Par exemple, Napoléon III repousse catégoriquement l’idée d’une participation de Girardin et du prince Napoléon qui sont, selon lui, des esprits faux. Le lendemain, Duvernois, Maurice Richard, Chasseloup-Laubat, Magne, le prince Napoléon, Henri Germain se pressent chez Ollivier. Tous sont déçus qu’un accord n’ait pu être trouvé. La chasse aux places et le heurt des ambitions personnelles ont commencé. Comme la nouvelle épouse d’Ollivier le note dans ses Mémoires :

  • 122 M.-T. Ollivier, ibid., p. 125-126.

« Une foule de gens, avides de tirer profit de son élévation prochaine, le harcelaient. Ces gens, tantôt hypocrites, tantôt cyniques, étaient tous plus ou moins rebutants. Ils arrivaient à toute heure du jour, au milieu de notre déjeuner, au milieu du dîner, sous prétexte d’un renseignement précieux à communiquer, d’un éclaircissement à solliciter, d’un quémandeur à protéger, etc., et leurs physionomies impudentes ou confites m’inspiraient une répugnance invincible »122.

  • 123 La lettre de Napoléon III est du 9 novembre, celle d’Ollivier du 12. Voir Journal, t. 2, p. 395 et (...)
  • 124 Comme celui de Dugué de la Fauconnerie qui est pourtant le neveu du bonapartiste autoritaire Jérôme (...)
  • 125 C’est la première fois depuis 1852 qu’un tel privilège échoit à un élu qui n’a jamais été candidat (...)
  • 126 Ainsi en soutenant la validation de l’élection de Duvernois qu’il sait pourtant entachée d’irrégula (...)
  • 127 M.-T. Ollivier, op. cit., p. 126.
  • 128 AN. 542 AP 8, 1 et 542 AP 17 (correspondance Segris).
  • 129 L’Empire libéral, t. XII, p. 212.
  • 130 Ibid., t. XII, p. 215 et suiv.
  • 131 AN, 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.

20Sachant les difficultés qu’il rencontre, Napoléon III lui écrit : « Les questions de personnes sont les plus difficiles et souvent entravent les meilleurs projets ». De son côté, Ollivier fait savoir au souverain que sa préférence va à la jeunesse. Il avance les noms de Duvernois et Philis. S’il conseille « de prendre ce qui est fort dans toutes les opinions », il insiste aussi sur la nécessité d’employer les hommes de « l’opinion libérale et démocratique » qui « ont été si obstinément proscrits par vos précédents ministres, qu’il y a un long arriéré à solder à leur égard »123. Il ne se cache pas les difficultés de la tâche. Au problème de la constitution de l’équipe gouvernementale, s’en ajoute un second. Il faut pouvoir s’appuyer sur une majorité solide et durable du corps législatif. Certes, les ralliements se multiplient autour d’Ollivier à la veille de la réouverture de la session124. Certes aussi, le 26 novembre, plus de 170 députés assistent à une réunion au cours de laquelle Ollivier prêche l’oubli des griefs passés et la création d’un « grand parti constitutionnel et libéral qui à droite contiendra la réaction, et qui à gauche contiendra la révolution ». Mais une scission s’opère immédiatement. Des libéraux de tendance orléaniste au nombre d’une quarantaine constituent un centre gauche. En effet, ils désapprouvent le geste qu’Ollivier et ses amis viennent d’accomplir à l’égard de la droite : faire de Jérôme David leur candidat pour l’une des places de vice-président de l’Assemblée. Un centre droit regroupe les 130 à 140 partisans d’Ollivier et celui-ci peut rapidement mesurer son audience dans l’Assemblée. En effet, Schneider est élu à la présidence et lui-même à la tête de l’un des bureaux125 ainsi qu’au sein de la très importante commission chargée de préparer le nouveau règlement du corps législatif. Indubitablement, Ollivier est désormais chef de parti et le pouvoir lui semble promis, même s’il a dû faire d’importantes concessions pour y parvenir126. De fait, le 27 décembre, Napoléon III lui demande officiellement de constituer un gouvernement. Les grandes manœuvres reprennent alors, et l’épouse d’Ollivier écrit que « l’affluence des visiteurs fut telle, dans notre appartement exigu, que le séjour m’y devint impossible »127. Une première combinaison échoue parce que Segris et Talhouët, tous deux pressentis, refusent d’entrer dans un gouvernement dont le centre gauche serait exclu128 ; d’autres constructions aussi, en particulier parce que Magne, qui compte sur l’échec d’Ollivier pour être appelé à sa place, fait preuve de mauvaise volonté129. Finalement, grâce aux bons offices de son ami Cochin, Ollivier parvient à s’entendre avec les chefs du centre gauche, Buffet et Daru. Le gouvernement du 2 janvier 1870 comprend finalement six hommes du centre droit (Ollivier, Segris, Louvet, Talhouët, Chevandier de Valdrôme et Richard), deux du centre gauche (Daru et Buffet) et quatre « créatures » de l’empereur (Le Bœuf, Rigault de Genouilly, Parieu et Vaillant). Il dispose de nombreux atouts : la confiance de Napoléon III, la présence dans le cabinet d’une triade d’amis très proches (Ollivier, Chevandier de Valdrôme et Maurice Richard), mais aussi des chefs des deux centres et des vice-présidents de l’Assemblée (Chevandier de Valdrôme, Talhouët et Daru), une majorité d’hommes neufs et désireux de bien faire, enfin une large majorité parlementaire composée des deux centres ainsi que d’une droite qui peut difficilement s’opposer à la volonté impériale. Cependant, on sait que la réunion en position de centralité d’individus eux-mêmes centraux n’est pas toujours un gage de stabilité. Daru et Buffet n’ont accepté d’entrer dans le cabinet qu’à la condition qu’il n’y aurait « ni de premier, ni de dernier », autrement dit pas de chef du gouvernement. À la fois vexé de cette demande dirigée contre lui et peiné que des députés proches de l’orléanisme s’opposent ainsi au rétablissement de l’une des caractéristiques majeures du régime parlementaire, Ollivier ne veut pas faire échouer la combinaison et paraître céder à une « infatuation personnelle »130. S’il préside le conseil en l’absence du souverain, il ne sera donc que ministre de la Justice et des Cultes et non Premier ministre. En outre, le fait d’avoir laissé espérer un portefeuille à certaines personnalités puis de les avoir écartées sans leur avoir toujours fourni des explications convaincantes suscite des déceptions voire de la rancœur (Girardin, Magne, Duvernois, …)131.

  • 132 Journal, t. 2, Appendice, p. 416 et suiv. ; M.-T. Ollivier, op. cit., p. 127 et suiv. ; G. Ollivier (...)
  • 133 L’Empire libéral, t. XII, chapitre XV, en particulier p. 516.
  • 134 Ibid., t. XII, p. 331 et suiv., et surtout la multitude de lettres que contient la correspondance.
  • 135 Ainsi Granier de Cassagnac qui avait failli avoir un duel avec lui au début de l’année 1868 (lettre (...)
  • 136 AN, 542 AP 2, carnets. Fragments inédits.
  • 137 Notons simplement qu’Ollivier, libre-échangiste convaincu, accepte d’ouvrir une enquête sur les eff (...)

21En s’installant place Vendôme, le nouveau ministre change de vie. Il n’aura jamais autant de relations que dans cette période – en matière de sociabilité politique, le capital va au capital, mais il saura faire la part des vrais amis et des autres. Rapidement contraint de passer systématiquement ses repas en public faute d’avoir le temps de recevoir autrement ses nombreux visiteurs, il parviendra toujours à limiter l’accès de sa sphère privée à quelques proches. Il n’écoutera que quelques hommes de confiance comme le prince Napoléon, les journalistes Robert Mitchell, Ernest Daudet et Émile Boutmy, le philosophe gallican Jean Wallon et ses trois plus proches collaborateurs, son fidèle Philis, son ami et ancien camarade de l’École de droit, Ernest Adelon et son frère Adolphe dont il a fait respectivement le secrétaire général de son ministère, son chef de cabinet et son secrétaire particulier132. Dans le choix du personnel politique, il se fixe une ligne de conduite précise qu’il entend également voir appliquée par ses collègues. Parce que le 2 janvier est une évolution pacifique et pas une révolution, il ne souhaite introduire des personnes nouvelles que dans les emplois devenus vacants ou à la place des hommes qui se sont rendus vraiment impossibles, comme le préfet de la Seine Haussmann, symbole de l’Empire autoritaire133. Même s’il ne peut recourir autant qu’il le souhaiterait à une jeunesse des Écoles toujours rétive quand il s’agit de servir l’Empire, il ne manque pas de candidats. Dès le 2 janvier, les témoignages de félicitations émanant de bonapartistes, de légitimistes, d’orléanistes et de républicains modérés affluent au ministère134. L’intérêt pousse à agir des hommes qui, pour certains, n’entretenaient jusque-là aucune relation avec Ollivier, voire avaient des rapports conflictuels avec lui135. L’un se met à réclamer une place ou une faveur, un autre recommande un proche, un troisième se permet un conseil. Ollivier apporte un grand soin à examiner toutes les demandes. Il est particulièrement bienveillant à l’égard des orléanistes sur lesquels il entend s’appuyer. Dès le 7 janvier, il satisfait par exemple une demande d’Odilon Barrot qui a souhaité voir Napoléon iii. Il nomme aussi le neveu de celui-ci procureur général à la Cour de cassation136. Les bonnes intentions puis les premières réalisations du gouvernement, dans le détail desquelles il n’y a pas lieu d’entrer ici, ne font qu’accentuer le mouvement de ralliement137. Comme l’épouse du ministre le note dans ses Mémoires :

  • 138 En particulier Guizot.
  • 139 M.-T. Ollivier, op. cit., p. 140-141.

« Notre première réception officielle fut un triomphe. Parmi une énorme affluence, des hommes illustres qui, depuis le coup d’État, n’avaient pas été vus dans ces salons y apparurent et nous apportèrent leurs félicitations138. Sauf les membres irréconciliables de la Gauche, tout ce que Paris comptait de personnages éminents dans la politique, dans l’industrie, dans les lettres, dans les arts, se pressait autour de nous »139.

  • 140 C’est ainsi que Lambrecht, Barante, Prévost-Paradol, Dupont-White, Freycinet, Waddington participen (...)
  • 141 L’Empire libéral, t. XIII, p. 221 et M.-T. Ollivier, op. cit., p. 156 et suiv. Voir également sur c (...)
  • 142 Les deux voix qui lui font défaut sont celles de Favre et de Duvergier de Hauranne.

22En très bons termes avec Ollivier, Thiers encourage ainsi ses amis à soutenir le cabinet et s’engage publiquement à le faire lui-même. Lorsqu’il instaure de grandes commissions extra-parlementaires, le principal ministre obtient la participation de nombreuses figures du libéralisme140. Si les républicains sollicités (Jules Grévy, Ernest Picard, Jules Simon) ont refusé l’invite, certaines personnalités modérées du parti comme Jules Favre esquissent un léger rapprochement avec Ollivier. Tout en accueillant avec bienveillance ces ouvertures, celui-ci compte davantage sur le soutien des libéraux. Il reçoit d’ailleurs une preuve éclatante de son audience auprès d’eux dans son élection triomphale à l’Académie française. Depuis le coup d’État, la « vieille dame du Quai Conti » frondait. Or, au cours d’un dîner chez le prince Napoléon, fin février, les académiciens Jules Sandeau et Émile Augier suggèrent à Ollivier de se porter candidat au fauteuil de son maître Lamartine141. Quelques jours plus tard, Montalembert, sur son lit de mort, obtient la promesse du ministre de se présenter. Trois faits inhabituels soulignent, s’il en était encore besoin, le caractère éminemment politique de cette élection : le candidat n’a pour seul titre littéraire à faire valoir que Le 19 Janvier ; il est dispensé de toutes les visites d’usage ; il est très facilement élu (26 voix sur 28), le 7 avril 1870142. Mais comme Ollivier l’écrit lui-même dans L’Empire libéral :

« On n’est jamais plus faible que lorsqu’on paraît soutenu par tout le monde : en réalité, on ne l’est par personne ; une approbation de ce genre n’est qu’une approbation d’attente, à laquelle succède, presque toujours, un lendemain orageux ».

  • 143 Dès février, Ollivier reproche à Daru de traiter toutes les affaires de son ministère directement a (...)
  • 144 Journal, t. 2, appendice, p. 431 et suiv. et L’Empire libéral, t. XIII, p. 297 et suiv.
  • 145 Ce dernier est vice-président de la Chambre et président de la commission du budget.
  • 146 Ollivier essaiera de regagner cet homme avec lequel il faut compter (Girardin fonde alors un puissa (...)
  • 147 Journal officiel de l’Empire ƒrançais et M.-T. Ollivier, op. cit., p. 169 et suiv.
  • 148 Voir par exemple ibid., p. 161.

23Déjà très importantes, les divisions internes du cabinet le deviennent chaque jour davantage143. La décision de l’empereur de recourir au plébiscite sur la nouvelle Constitution entraîne une grave crise gouvernementale qui se termine par la démission de Buffet et de Daru en avril, puis de Talhouët en mai144. Cette épreuve soude davantage les liens qui unissent Ollivier à Chevandier de Valdrôme, Maurice Richard et Segris. En outre, deux des personnalités influentes du corps législatif, Plichon et Mège, entrent au gouvernement145. Le troisième et dernier nouveau venu, le duc de Gramont, n’est pas parlementaire, mais fait preuve de beaucoup de bonne volonté pour se faire accepter par ses collègues. Ce remaniement ministériel grossit cependant les rangs des ennemis d’Ollivier de tous ceux qu’il a dû écarter : Latour-Dumoulin, Brame, La Gueronnière, mais aussi Girardin qui pensait connaître par ce dernier tous les secrets des ministères146. L’Assemblée donne aussi du souci au principal ministre. Si une gauche ouverte à l’Empire libéral s’est constituée autour de Picard et qu’un rapprochement peut être envisagé entre les deux anciens amis, plusieurs scrutins révèlent la fragilité de la majorité gouvernementale. Le cabinet manque d’être mis en minorité fin mai et début juin147. L’empereur conserve sa confiance au garde des Sceaux, mais son entourage lui est de plus en plus ouvertement hostile. L’un des torts d’Ollivier est par exemple de négliger l’impératrice. Évincée du Conseil des ministres, vexée qu’Ollivier ne se rende pas à ses petits lundis et qu’il se contente d’y déléguer Adelon et sans doute un peu jalouse du succès des jeudis de la « ministresse », elle est perméable aux critiques des bonapartistes autoritaires148. Cette fragilité des appuis d’Ollivier ne va pas résister à la crise majeure de l’été 1870.

Du ministre abandonné au paria (juillet-septembre 1870)

  • 149 AN, 542 AP 16 (lettre de Persigny du 23 juillet) et L’Empire libéral, t. XV, p. 24-25.

24Lors de la crise qui suit l’annonce de la candidature Hohenzollern au trône d’Espagne, le pacifiste Ollivier en appelle au calme. Mais sa position n’est majoritaire ni dans les sphères gouvernementales, ni au corps législatif. Dans la presse, Ollivier ne peut guère compter que sur la plume de Robert Mitchell pour défendre son point de vue. Des informations essentielles lui sont cachées, en particulier par les Tuileries et par son collègue Gramont, ministre des Affaires étrangères. C’est ainsi que la demande de garanties à la Prusse est faite à son insu. Il songe à démissionner car il se sent trahi puis finit par rester pour diverses raisons, en particulier parce qu’il s’illusionne sur l’ampleur de ses soutiens. Or, beaucoup considèrent déjà qu’il n’est plus l’homme de la situation. La séance du 15 juillet, au cours de laquelle Ollivier obtient sans peine les crédits de guerre, mais où il fait preuve de maladresse, les conforte dans leur opinion. Rares sont ceux qui comme Persigny continuent de lui proposer leur concours149.

25À l’annonce des premières défaites, l’impératrice, régente en raison du départ de Napoléon III aux armées, convoque l’Assemblée pour le 9 août. Dès lors, le destin d’Ollivier semble scellé. Le 8, il tente de se maintenir au pouvoir en essayant de remplacer l’impopulaire ministre de la Guerre, Le Bœuf, par Trochu, mais celui-ci décline la proposition. Convaincus de la nécessité de changer le gouvernement, Schneider et l’impératrice font tout pour convaincre Ollivier de démissionner. Le ministre refuse : « Que la Chambre nous renverse, que l’impératrice nous congédie, mais nous ne donnerons pas notre démission ». Une cabale parlementaire est alors montée. Les défections se multiplient en un temps très court. Tout se passe comme si l’on s’efforçait d’effacer l’ampleur du ralliement passé par la promptitude du reniement présent. Six députés représentatifs de la droite, du centre droit et du centre gauche viennent réclamer à l’impératrice le renvoi des ministres. Celle-ci place la Chambre devant ses responsabilités : c’est à elle de renverser le gouvernement. Au matin du 9 août, Ollivier défend l’idée du retour de Napoléon III à Paris devant le Conseil des ministres et le Conseil privé réunis autour de l’impératrice. Seul Chevandier de Valdrôme, son dernier et indéfectible appui, soutient sa proposition et vote en sa faveur. Dès son arrivée au corps législatif pour la séance de l’après-midi, Ollivier ressent la même froideur parmi les députés. Personne ne lui adresse la parole. La déclaration ministérielle qu’il prononce est interrompue. Un ancien camarade de l’École de droit, Thoinnet de la Turmelière vient tout de même vers lui :

« Vous le voyez, la Chambre désire que vous vous retiriez ; votre chute est nécessaire ; ce sera un répit gagné et la possibilité de se retourner assurée ; n’obligez pas d’anciens amis comme moi, qui vous resteront toujours attachés, à voter contre vous ; donnez votre démission. Vous n’en voudrez pas, n’est-ce pas […], à ceux de vos amis qui, s’inspirant du salut public plutôt que de l’amitié, voteront contre vous ? – Comment leur en voudrais-je, [répond Ollivier], non sans quelque ironie, de placer le pays au-dessus de leur amitié ? »

  • 150 Voir en particulier L’Empire libéral, t. XVI, p. 355 et suiv. ; M.-T. Ollivier, op. cit., p. 191 et (...)
  • 151 P. Saint-Marc, op. cit., p. 356.

26Un ordre du jour de défiance est déposé par Duvemois qui, pour n’avoir pas fait partie du gouvernement du 2 janvier, l’a toujours combattu. Pas une voix ne s’élève pour défendre le gouvernement. Pour aller plus vite, on décide de voter par assis et levés. À la contre-épreuve, seuls se lèvent les ministres présents150. « Fait unique dans les annales parlementaires : un cabinet renversé à l’unanimité de la Chambre ! »151 Laissons à Ollivier les derniers mots sur sa sortie politique :

  • 152 L’Empire libéral, t. XVI, p. 439.

« À la suite de la séance, parmi les membres de la majorité qui nous avaient condamnés par peur, ce fut à qui m’entourerait, me serrerait la main. “Vous n’êtes pas tombé du pouvoir, me disait l’un, vous en êtes descendu. – Maintenant le régime parlementaire est fondé”, disait l’autre. – “Maintenant on peut vous parler”, dit Gambetta en me tendant la main »152

  • 153 Ibid., t. XVII, p. 560 et suiv. ; M.-T. Ollivier, op. cit., p. 199 et suiv.
  • 154 Comme il l’écrit à la princesse Wittgenstein, le 9 janvier 1871 (AN, 542 AP 8, A) et dans des terme (...)
  • 155 A. Troisier de Diaz, « L’amitié du prince Napoléon et d’Émile Ollivier à travers leur correspondanc (...)
  • 156 Voir sa correspondance en AN, 542 AP 8 à 23.

27Loin de retomber après la chute du gouvernement, la charge contre Ollivier se poursuit car l’ancien ministre est la victime expiatoire des erreurs commises par tous et de la débâcle en cours. Dès le 12, il prend le chemin de l’Italie pour essayer de décider les amis influents qu’il compte au-delà des Alpes à porter secours à la France. Ses démarches restent vaines. Après quelques jours, il décide donc de rentrer en France, mais le prince Napoléon qu’il croise dans une gare, sur le trajet du retour, l’en dissuade. Le nouveau gouvernement souhaite le mettre en accusation avec ses anciens collègues du gouvernement153. C’est donc depuis l’Italie qu’il apprend la défaite de Sedan et la chute de l’Empire. Il prolonge son séjour transalpin jusqu’en 1873. Comme il l’écrit, il faut « savoir éviter à ses amis l’ennui de vous renier »154. Dans son exil, il reçoit peu de visites et de lettres. De ses anciens amis politiques si nombreux à ses heures de gloire, il ne reste plus guère, outre le prince Napoléon155, que ses compagnons d’infortune, Chevandier de Valdrôme, Maurice Richard, Adelon et Philis156. Comme lui-même, jamais plus aucun de ces hommes qu’il a entraînés dans sa chute n’occupera de responsabilités politiques de premier plan.

  • 157 C. Bidart, op. cit., p. 363.
  • 158 Journal, t. 1, p. 31.
  • 159 L’Empire libéral, t. VI, p. 611.
  • 160 Comme Louis Girard l’avait justement noté voilà quarante ans dans un article qu’il avait consacré à (...)

28Ollivier est un homme de conviction qui n’entend pas transiger sur les principes fondamentaux à ses yeux. Son ambition constante est de faire triompher la liberté en la conciliant avec la démocratie et l’ordre. Pour y parvenir, la question du régime lui importe peu, ce qui l’amène à abandonner sa famille politique d’origine – le parti républicain – et à croire en une évolution libérale de l’Empire. Il est symptomatique que ses deux héros soient Benjamin Constant et Lamartine, chez qui nous retrouvons le même idéal de liberté, la même volonté de s’affranchir des partis, mais aussi le même isolement. Cela nous amène à revenir sur plusieurs traits capitaux de la personnalité d’Ollivier qui font de celui-ci un homme politique atypique. Convaincu de détenir la vérité, il n’a pas le goût du compromis. Par ailleurs, dès le début de sa carrière, il sait qu’« il n’y a pas d’amitiés intemporelles »157 et il ne se fait même guère d’illusion sur les hommes : « Aucune amitié humaine, aucun dévouement ne résiste aux tentations de l’intérêt personnel », écrit-il en mai 1849158. Il est très tôt conscient qu’« en politique, il faut considérer son ami du jour comme l’ennemi possible du lendemain et ne se mettre à la discrétion de qui que ce soit »159. Il est enfin irrésistiblement attiré par la solitude160.

  • 161 Ollivier n’est pas ce rêveur égaré en politique que nous présente Alphonse Daudet dans Quarante ans (...)

29Il est cependant conscient que le triomphe de ses idées ne peut reposer uniquement sur la faveur du prince161. L’établissement de la liberté de la presse, de la liberté de réunion et d’un régime semi-parlementaire auquel il a contribué impliquent de recourir à des réseaux, de constituer des alliances et donc d’accepter des compromis pour parvenir à ses fins : dégager une majorité, la conserver, faire comprendre son action à l’opinion.

  • 162 Dans Le pouvoir et la règle (Paris, Seuil, 1993), E. Friedberg démontre le rôle fondamental de cell (...)

30Pour accéder au pouvoir, Ollivier fait preuve d’une grande « capacité à structurer à son avantage des contextes d’interaction »162. Les premiers mois d’exercice de ses fonctions semblent confirmer sa mue et sa réussite. Mais les liens qu’il a établis ne résistent pas à la crise majeure de l’été 1870. À qui en incombe la faute ? À lui-même, aux hommes qui l’ont soutenu avant de l’abandonner ou à ses ennemis (bonapartistes autoritaires, républicains, envieux de tous bords) ? Tous ont sans doute leur part de responsabilité.

Notes

1 Voir par exemple « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1980, vol. 31, p. 2-3.

2 Nous pensons au premier chef à Christophe Charle et à ses travaux sur les élites de la Troisième République.

3 Amoureux de l’Italie où il effectue de nombreux voyages, Ollivier est un fin lettré, un mélomane averti, un grand connaisseur de la peinture. Rappelons aussi qu’il est le gendre de Liszt, le beau-frère de Wagner, l’ami de Michelet ou encore de Manet.

4 Cinquante-quatre cartons cotés 542 AP 1-54 et facilement consultables grâce à Mme Anne Troisier-Diaz, petite-fille de l’homme d’État et principale donatrice.

5 L’essentiel se trouve en AN, 542 AP 8-23.

6 AN, 542 AP 2 à 6. Une partie a été éditée par Théodore Zeldin et par Anne Troisier de Diaz sous le titre Journal (1848-1869), Paris, Julliard, 1961,2 vol.

7 Le 19 janvier. Compte rendu aux électeurs de la 3e circonscription de la Seine, Paris, 1869.

8 L’Empire libéral, études, récits, souvenirs, Paris, 1895-1915.

9 Sans même évoquer le fait que pour de nombreux sociologues, seule une analyse de réseau complet permet de dégager véritablement les structures relationnelles. A. Degenne et M. Forsé, Les Réseaux sociaux, Paris, A. Colin, 1994, p. 76. Voir aussi D. Knoke, Political Networks : the Structural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

10 Voir par exemple son jugement sur Garnier-Pagès, Journal, t. 1, p. 40.

11 Dès l’origine, Ollivier lui voue une profonde admiration qui ne se démentira jamais. Il obtiendra qu’une rente lui soit accordée par l’État, en avril 1867, sera le seul homme politique de premier plan à assister à ses funérailles, en mars 1869, et prénommera en hommage posthume son deuxième fils Jocelyn, en juin 1871.

12 Voir à ce sujet ce qu’écrit Théodore Zeldin dans Émile Ollivier and the Liberal Empire oƒ Napoléon III, Oxford, Clarendon Press, 1963, p. 43.

13 En 1848. il avait fait de Masnou, son secrétaire général à la préfecture de Marseille, de Picard, son chef de cabinet et de Dolques, son secrétaire particulier. Voir G. Coulet, « Émile Ollivier et la Seconde République » dans A. Troisier de Diaz dir., Regards sur Émile Ollivier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 51.

14 Op. cit., t. 1, p. 94.

15 Le 19 Janvier, op. cit. Voir aussi Journal, t. 1, p. 65.

16 AN, 542 AP 15, lettre d’Ollivier au prince du 29 décembre 1851 et réponse du 31. Voir aussi L’Empire libéral, op. cit., t. II. p. 88.

17 Journal, t. 1, p. 101 et suiv.

18 AN. 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.

19 Avec ses collègues, Ollivier s’était retiré de l’audience lors d’un procès politique devant le conseil de guerre de Lyon à l’été 1851. Voir Le 19 Janvier, op. cit., p. 92 et L’Empire libéral, op. cit., t. IV, p. 28.

20 Ainsi Félix de Romilly à qui il a donné des cours particuliers. Voir Journal, t. 1. p. 131 et suiv.

21 Il n’a aucun lien de parenté avec son homonyme déjà mentionné. Voir Journal, t. 1, p. 110 et suiv. et L’Empire libéral, p. 29 et suiv. Maurice Reclus évoque aussi cette relation élective dans sa biographie : Ernest Picard, 1821-1877 : Essai de contribution à l’histoire du parti républicain d’après des documents inédits, Paris, Hachette, 1912.

22 Journal, t. 1, p. 149.

23 Cette dernière était entrée en contact avec Ollivier en 1849 lorsqu’elle réunissait sa documentation pour son Histoire de la Révolution de 1848. C. Dupêchez, Marie d’Agoult, le grand amour de Liszt, Paris, Plon, 1994, 2e éd., p. 205.

24 Journal, t. 1, en particulier p. 144 et p. 269.

25 AN, 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.

26 Sur tout ce qui suit, voir Journal, t. 1, p. 279 et suiv. et L’Empire libéral, t. IV, p. 18 et suiv.

27 Outre Ollivier, Darimon relate l’épisode dans son Histoire d’un parti. Les Cinq sous l’Empire (1857-1860), Paris, Dentu, 1885, p. 21 et suiv.

28 AN, 542 AP 11 et 13. Correspondance d’Ollivier avec Cavaignac et Garnier-Pagès.

29 AN, 542 AP 2. carnets. Fragments inédits du Journal.

30 Op. cit., t. 1, p. 307.

31 Le 19 Janvier, p. 163-164.

32 L’Empire libéral, t. IV, p. 52.

33 Ibid., t. IV, p. 57. Voir aussi A. Darimon, op. cit., p. 71.

34 L’empire libéral, op. cit., t. IV, p. 58-59.

35 Journal, t. 1, p. 320 et p. 333.

36 Ibid., t. 1, p. 334, 336 et 410 et AN, 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.

37 AN, 542 AP 17, lettre du 11 avril 1858 au duc de Tarente, chambellan de l’Empereur.

38 Journal, t. 1, p. 326-327 et A. Darimon, op. cit., p. 152 et suiv.

39 Voir notre article « groupe des Cinq » dans J. Tulard dir., Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995.

40 Voir en particulier p. 178-179.

41 Voir le passage du Journal (t. 2, p. 103 à 105) rédigé au lendemain de la scission du printemps 1864. Sur cette rupture majeure, infra.

42 L’Empire libéral, t. IV, p. 82. Le Journal, dans sa partie publiée comme dans sa partie inédite, rapporte ainsi les longues promenades des deux hommes, les discussions fréquentes qu’ils ont chez l’un ou chez l’autre, en particulier dans la propriété des Picard aux Ambesys où Ollivier séjourne régulièrement.

43 Voir par exemple A. Darimon, op. cit., p. 211 et p. 224-225.

44 A. Darimon, op. cit., p. 129 et suiv. et É. Ollivier, L’Empire libéral, t. V, p. 45 et suiv.

45 L’Empire libéral, t. V, p. 46 : « Aucun n’ a été plus que lui à l’école des Cinq ».

46 Voir par exemple Mme Adam, Mémoires, t. II, Paris, A. Lemerre, 1905, p. 47 à 81, I. Tchemoff, Le Parti républicain au coup d’État et sous le Second Empire, Paris, Pédone, 1906, p. 274 et p. 382-383 ou encore P. Saint-Marc, Émile Ollivier (1825-1913), Paris, Plon, 1950, p. 102 et suiv.

47 A. Darimon, op. cit., p. 249-251 ; É. Ollivier, L’Empire libéral, t. IV, p. 100 et Journal, t. 1, p. 381-382.

48 Journal, t. 1, p. 419 et suiv.

49 Ibid., t. 1, p. 409.

50 AN, 542 AP, 2 carnets. Fragments inédits du Journal.

51 Journal, t. I, p. 438

52 Journal, t. 1. p. 439 et suiv. et t. 2, p. 44 ; L’Empire libéral, t. V, p. 425 et suiv. et correspondance entre les deux hommes en AN, 542 AP 15.

53 Journal, t. 1, p. 446 et AN, 542 A.P. 16, correspondance avec Persigny.

54 Il faut dire que le compte rendu de la séance déforme ses propos et retranche une formule capitale qu’il a prononcée : « quant à moi qui suis républicain ». Voir Le 19 Janvier, …, p. 192 et L’Empire libéral, t. V, p. 144.

55 Journal, t. 2, p. 14 et suiv.

56 Voir en particulier L’Empire libéral, t. XI, p. 18-19.

57 C. Bidart, L’Amitié. Un lien social, Paris. La Découverte, 1997, p. 302 et suiv.

58 L’Empire libéral, t. V, p. 175.

59 Voir en particulier Journal, t. 2, p. 19.

60 Journal, t. 2, p. 52 et L’Empire libéral, t. V, p. 423 et suiv.

61 La lettre originale se trouve en AN, 542 AP 16.

62 Le 19 Janvier, p. 248 et suiv.

63 Voir en particulier A. Darimon, op. cit., p. 305.

64 A. Darimon, L’opposition libérale sous l’Empire (1861 -1863), Paris, Dentu, 1886, p. 292. Voir aussi la lettre qu’écrit Jules Ferry à Démosthène Ollivier, le 21 février 1863 (AN, 542 AP 13).

65 Voir AN, 542 AP 11 à 17.

66 Journal, t. 2, p. 65 et suiv.

67 Sur ce point, É. Constant, « L’audience et l’évolution politiques d’Émile Ollivier en 1864-1865 », Actes du 90e congrès national des sociétés savantes, Nice, 1965, Paris, Bibliothèque Nationale, 1966 et Le département du Var sous le Second Empire et au début de la Troisième République, thèse dactyl., Aix-Marseille, 1977.

68 L’Empire libéral, t. VI, p. 223 et suiv.

69 Ibid., p. 258.

70 Journal, t. 2, p. 76 et L’Empire libéral, t. VI, p. 405 et suiv.

71 La Presse du 8 janvier 1864. Voir A. Darimon, Histoire d’un parti. Le tiers parti sous l’Empire (1863-1866), Paris, Dentu, 1887, p. 26 et suiv. ; É. Ollivier, Journal, t. 2, p. 97 et Thiers à l’Académie et dans l’Histoire, Paris, Garnier frères, 1879, p. 81.

72 Journal, t. 2, p. 95 et suiv. et L’Empire libéral, t. VI, p. 501.

73 Journal, t. 2, p. 107 et suiv., Le 19 Janvier, p. 221 et suiv., L’Empire libéral, t. VI, en particulier, p. 522 à 553 ; A. Darimon, Le Tiers parti, op. cit., p. 153 ; M. Reclus, Jules Favre, op. cit., Paris, Hachette, 1912, p. 249 et Ernest Picard, op. cit., Paris, Hachette, 1912, p. 111. Voir en AN, 542 AP 13 et 17 des lettres de Favre et de Picard qui ne laissent pas soupçonner l’abandon d’Ollivier. Voir aussi J. Albertini, « Le rapporteur de la loi des coalitions » dans Regards sur Émile Ollivier, op. cit..

74 Voir en particulier L’Empire libéral, t. VI, p. 557 et suiv.

75 Ibid., t. VII, p. 263.

76 Journal, t. 2, p. 120.

77 AN, 542 AP 2, carnets. Fragments inédits du Journal. Lettre non envoyée à Girardin du 5 mai 1864.

78 Journal, t. 2, p. 121 et suiv., p. 133, p. 160-161 et p. 185, L’Empire libéral, t. VI, p. 558- 560.

79 Voir La Presse du 15 mars 1865 ; A. Darimon, Histoire d’un parti, op. cit., p. 197, L’Empire libéral, t. VII, p. 315

80 Comme avec Hérold ou Michelet. Lettre d’Hérold (AN, 542 AP 14), lettre à Guiter sur les Michelet (AN, 542 AP 13).

81 Voir AN, 542 AP 13, correspondance avec Ferry, en particulier la lettre de celui-ci datée du 1er mai 1864 reproduite dans L’Empire libéral, t. VI, p. 556 et AN, 542 AP 16, correspondance avec Philis.

82 É. Constant, article et thèse cités et AN, 542 AP 26, dossier 7.

83 Autour de Mme d’Agoult et de Liszt…, Lettres publiées par D. Ollivier, Paris, Grasset, 1941, C. Dupêchez, Marie d’Agoult, le grand amour de Liszt, op. cit., en particulier p. 272.

84 Le 19 Janvier, …, p. 234.

85 Journal, t. 2, p. 136

86 AN, 542 AP 11 (Chevalier) et 12 (Duruy), AN, 114 AP 1. Papiers Duruy.

87 Journal, t. 2, p. 181, Le 19 Janvier, pp. 254-255, L’Empire libéral, t. VII, p. 271.

88 L’Empire libéral, t. VII, p. 321 et suiv.

89 Journal, t. 2, p. 191 et suiv. et L’Empire libéral, t. VII, p. 381 et suiv.

90 Ollivier a constitué un dossier très complet sur cette affaire qui l’a profondément blessé : AN, 542 AP 25 dossier 6. Voir aussi Journal, t. 2, p. 205 et suiv.

91 Journal, t. 2, p. 211 et Le 19 Janvier, p. 264.

92 A. Darimon, Histoire d’un parti, op. cit., p. 330.

93 Journal, t. 2, p. 231.

94 Nous suivons ici les pages 573 et suiv. du t. VII de L’Empire libéral, capitales pour comprendre le déroulement des faits.

95 Ainsi par exemple le républicain Allain-Targé. Voir La République sous l’Empire, 1864- 1870, Paris, Grasset, 1939, p. 67.

96 L’Empire libéral, t. VII, p. 613.

97 Journal, t. 2, p. 239 et suiv.

98 La lettre de rupture datée du 10 avril 1866 se trouve en AN, 542 AP 12. Voir aussi Journal, t. 2, p. 208-209.

99 L’Empire libéral, t. VII, p. 616 et suiv.

100 Voir à ce sujet l’analyse pertinente de Charles Chesnelong dans Les Derniers jours de l’Empire et le gouvernement de M. Thiers. Mémoires publiés par son petit-ƒils, Paris, Perrin. 1932, p. 13-15.

101 Journal, t. 2, p. 257 et suiv. ; Le 19 Janvier, p. 295 et suiv. ; L’Empire libéral, t. VIII, p. 182 et suiv.

102 L’Empire libéral, t. IX, p. 207.

103 La lettre se trouve en AN, 542 AP 17.

104 R. Schnerb, Rouher et le Second Empire, Clermont-Ferrand, G. de Bussac, 1949, p. 204.

105 Voir Journal, t. 2, p. 282 et suiv. ; Le 19 janvier, p. 336 et suiv. ; L’Empire libéral, t. IX, p. 245 et suiv.

106 C. Bidart, op. cit., p.  18 et suiv.

107 Voir particulièrement L’Empire libéral, t. IX, p. 409 et suiv.

108 Papiers secrets des Tuileries, Paris, 1870-1871,t. I, p. 132 et suiv. et t. III, p. 109.

109 Journal, t. 2, p. 308.

110 Ibid., t. 2, p. 297 et suiv. Voir aussi la lettre de Favre en date du 27 mars 1868 et la réponse d’Ollivier du même jour dans AN, 542 AP 13.

111 AN, 542 AP 17 (M. Richard) ; Journal, t. 2. p. 312 et suiv. ; L’Empire libéral, t. XI, p. 18 à 22 et p. 105 et suiv.

112 Le 19 Janvier, p. 395-397.

113 L’Empire libéral, t. XI, p. 462 et suiv.

114 Girardin (AN, 542 AP 13), Sainte-Beuve (AN, 542 AP 17).

115 Voir par exemple la correspondance qu’il entretient alors avec Thiers, Augustin Cochin et Horace de Choiseul-Praslin (AN, 542 AP 12 et 17).

116 Lettre de Jules Brame du 15 mai dans AN, 542 AP 11.

117 É. Constant, thèse citée, p. 1299 et suiv.

118 Journal, t. 2, p. 371 et suiv. et L’Empire libéral, t. XII, p. 16.

119 Voir T. Zeldin, Émile Ollivier and the Liberal Empire oƒ Napoléon III, op. cit.

120 Journal, t. 2, p. 375 et suiv. et L’Empire libéral, t. XII, p. 34 et suiv.

121 Pour les développements qui suivent nous nous appuyons principalement sur les appendices du t. 2 du Journal, sur le t. XII de L’Empire libéral, en particulier sur le chapitre VII de cet ouvrage, sur M.-T. Ollivier, J’ai vécu l’agonie du Second Empire, Paris, Fayard, 1970, mais aussi sur l’ensemble de la correspondance d’Ollivier et sur les papiers inédits conservés aux AN, 542 AP 8,1.

122 M.-T. Ollivier, ibid., p. 125-126.

123 La lettre de Napoléon III est du 9 novembre, celle d’Ollivier du 12. Voir Journal, t. 2, p. 395 et suiv.

124 Comme celui de Dugué de la Fauconnerie qui est pourtant le neveu du bonapartiste autoritaire Jérôme David (AN, 542 AP 8, 1).

125 C’est la première fois depuis 1852 qu’un tel privilège échoit à un élu qui n’a jamais été candidat officiel.

126 Ainsi en soutenant la validation de l’élection de Duvernois qu’il sait pourtant entachée d’irrégularités. Cette affaire le brouille provisoirement avec son collègue Choiseul-Praslin et durablement avec son ami Guiter (la dernière lettre entre les deux hommes conservée dans les archives date d’ailleurs de ce moment : AN, 542 AP 13).

127 M.-T. Ollivier, op. cit., p. 126.

128 AN. 542 AP 8, 1 et 542 AP 17 (correspondance Segris).

129 L’Empire libéral, t. XII, p. 212.

130 Ibid., t. XII, p. 215 et suiv.

131 AN, 542 AP 2 carnets. Fragments inédits du Journal.

132 Journal, t. 2, Appendice, p. 416 et suiv. ; M.-T. Ollivier, op. cit., p. 127 et suiv. ; G. Ollivier-Troisier, Autour d’Émile Ollivier. Souvenirs de sa fille, Paris, Diaz, 1965, p. 17.

133 L’Empire libéral, t. XII, chapitre XV, en particulier p. 516.

134 Ibid., t. XII, p. 331 et suiv., et surtout la multitude de lettres que contient la correspondance.

135 Ainsi Granier de Cassagnac qui avait failli avoir un duel avec lui au début de l’année 1868 (lettre de Granier de Cassagnac du 5 janvier, en AN, 542 AP 11).

136 AN, 542 AP 2, carnets. Fragments inédits.

137 Notons simplement qu’Ollivier, libre-échangiste convaincu, accepte d’ouvrir une enquête sur les effets du traité de 1860 de manière à satisfaire les nombreux protectionnistes qui le soutiennent.

138 En particulier Guizot.

139 M.-T. Ollivier, op. cit., p. 140-141.

140 C’est ainsi que Lambrecht, Barante, Prévost-Paradol, Dupont-White, Freycinet, Waddington participent à la commission de décentralisation présidée d’ailleurs par Odilon Barrot, mais aussi Albert de Broglie, Thureau-Dangin, Rémusat, Saint-Marc Girardin, Saint-René-Taillandier à la commission de l’enseignement supérieure présidée par Guizot, ou encore Cochin, Girardin, Laboulaye, Martel, Plichon et Léon Say à celle sur l’organisation administrative de la Ville de Paris présidée par Chevandier de Valdrôme. Voir Journal officiel de l’Empire ƒrançais des 22 et 28 février, 4 et 20 mars et 25 mai 1870, mais aussi L’Empire libéral, t. XII, p. 537 et suiv.

141 L’Empire libéral, t. XIII, p. 221 et M.-T. Ollivier, op. cit., p. 156 et suiv. Voir également sur ce sujet la correspondance avec Montalembert, Thiers, Falloux, Guizot ou encore Rémusat.

142 Les deux voix qui lui font défaut sont celles de Favre et de Duvergier de Hauranne.

143 Dès février, Ollivier reproche à Daru de traiter toutes les affaires de son ministère directement avec l’empereur et de ne rien lui communiquer. En outre, la question des maires, celle de Rome et celle du pouvoir constituant menacent de disloquer le gouvernement. Journal, t. 2, appendice, p. 421 et suiv.

144 Journal, t. 2, appendice, p. 431 et suiv. et L’Empire libéral, t. XIII, p. 297 et suiv.

145 Ce dernier est vice-président de la Chambre et président de la commission du budget.

146 Ollivier essaiera de regagner cet homme avec lequel il faut compter (Girardin fonde alors un puissant syndicat de presse) en le plaçant sur la liste des sénateurs à nommer pour le 15 août. AN, 542 AP 26, dossier 19 et L’Empire libéral, t. XIII, p. 514 et suiv.

147 Journal officiel de l’Empire ƒrançais et M.-T. Ollivier, op. cit., p. 169 et suiv.

148 Voir par exemple ibid., p. 161.

149 AN, 542 AP 16 (lettre de Persigny du 23 juillet) et L’Empire libéral, t. XV, p. 24-25.

150 Voir en particulier L’Empire libéral, t. XVI, p. 355 et suiv. ; M.-T. Ollivier, op. cit., p. 191 et suiv.

151 P. Saint-Marc, op. cit., p. 356.

152 L’Empire libéral, t. XVI, p. 439.

153 Ibid., t. XVII, p. 560 et suiv. ; M.-T. Ollivier, op. cit., p. 199 et suiv.

154 Comme il l’écrit à la princesse Wittgenstein, le 9 janvier 1871 (AN, 542 AP 8, A) et dans des termes voisins à Marie d’Agoult, le 11 (Autour de Mme d’Agoult, op. cit., p. 105).

155 A. Troisier de Diaz, « L’amitié du prince Napoléon et d’Émile Ollivier à travers leur correspondance » dans A. Troisier de Diaz dir., Regards sur Émile Ollivier, op. cit., p. 253- 282.

156 Voir sa correspondance en AN, 542 AP 8 à 23.

157 C. Bidart, op. cit., p. 363.

158 Journal, t. 1, p. 31.

159 L’Empire libéral, t. VI, p. 611.

160 Comme Louis Girard l’avait justement noté voilà quarante ans dans un article qu’il avait consacré à son Journal. RHMC, n° de janvier-mars 1962, p. 69.

161 Ollivier n’est pas ce rêveur égaré en politique que nous présente Alphonse Daudet dans Quarante ans de Paris, 1857-1897, Genève, 1945, p. 75-81.

162 Dans Le pouvoir et la règle (Paris, Seuil, 1993), E. Friedberg démontre le rôle fondamental de celle-ci.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search