Version classiqueVersion mobile

Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (xie-xxe siècle)

 | 
Bates David
, 
Gazeau Véronique

Partie 2. Réseaux et solidarités politiques

La représentation des liens personnels sur les tombeaux anglais du xvie siècle

Frédérique Lachaud

Résumé

The practice of representing personal relationships on the tombs of the English aristocracy, in the shape of small sculptures or heraldic shields, became relatively widespread from the late thirteenth-century onwards. In addition to familial relationships, the links created through shared political or military expériences are also represented on some tombs. It is even possible to identify, during the reign of Edward III (1327-1377), a network of war captains, whose mutual relationships were expressed on their tombs. This may be linked to the appearance, within the aristocracy, of a lower nobility whose social status relied to a large extent upon their military activity. This network may have existed mainly, however, in an eschatological dimension, displacing the hierarchy that existed within the aristocracy in favour of the memory of military expérience. In addition, the representation of friendship, whether as brothers-in-arms or in groups, continued to give a significant place to familial relationships, which were still the model for the representation of such links.

Texte intégral

1 Dans son Livre de chevalerie, Geoffroi de Charny souligne l’importance pour le parfait combattant de savoir narrer ses expériences sur le champ de bataille, et en particulier de rappeler la mémoire des amis disparus :

  • 1 The Book of Chivalry of Geoffroi de Charny. Text, context, and translation, R.W. Kaeuper et E. Kenn (...)

« Et pour ce nous enseignent li bon chevalier et les bonnes gens d’armes dont vous avez oï ci devant retraire et parler et raconter les grans biens, honneurs, prouesces et vaillances que ilz ont aquiz par leurs grans peines, travaulx et paours et perilz de corps et perte de leurs amis mors que ilz ont veu mourir en plusieurs bonnes places ou ilz ont esté, dont ilz ont eu mesaises et courroux en leur cuer souvent1. »

  • 2 Le texte de Froissart à ce sujet est ambigu : « Et fut occis messires Joffrois de Charny, la banièr (...)
  • 3 Pour l’identification des différents écus sur le tombeau de Cobham, voir N. Saul, Death, Art, and M (...)

2Portant l’oriflamme, Charny fut tué à Poitiers en 1356, peut-être de la main de Reginald Cobham, un capitaine de la retenue du Prince Noir2. Cobham lui-même mourut en 1361, et ses vaillants faits d’armes furent commémorés après sa mort, mais sous une forme différente de celle prônée par Charny. Sa tombe dans l’église de Lingfield (Surrey) est surmontée d’une effigie où Cobham, en habit militaire, arbore la Jarretière [figures 1 et 2] ; le tombeau est décoré de douze écus dont l’identification suggère que les commanditaires du monument souhaitaient rappeler le prestige de la parenté du défunt, mais aussi célébrer sa vocation militaire et son appartenance à un groupe de capitaines de guerre réputés, tels William Ros [figure 3] ou William Bohun, comte de Northampton3.

Fig. 1 : Tombeau de Reginald Cobham, église de Lingfield (Surrey).
D’après The collégiale church oƒƒ St Peter and St Paul Lingƒield, Lingfield. 2001.

Fig. 2 : Tombeau de Reginald Cobham, église de Lingfield (Surrey) : la Jarretière.
Avec l’aimable autorisation du vicaire de l’église de Lingfield.

Fig. 3 : Tombeau de Reginald Cobham, église de Lingfield (Surrey) :
armes de William Ros.
Avec l’aimable autorisation du vicaire de l’église de Lingfield.

  • 4 Des rapprochements sont possibles avec les galeries d’écus qu’on faisait parfois figurer sur les po (...)
  • 5 On a proposé une date entre 1208 et 1215 pour la construction du monument : M. Bur, « Les comtes de (...)
  • 6 L’utilisation de l’argent comme matériau pour les figurines du tombeau de Thibaud de Champagne semb (...)
  • 7 J. Catto, « Religion and the English nobility in the late fourteenth century », dans History and Im (...)

3Le tombeau de Cobham n’est pas un cas isolé. La représentation de saints intercesseurs, de parents, d’ancêtres, d’alliés et d’associés sur les monuments funéraires était une pratique courante en Occident à la fin du Moyen Âge4, dont le premier exemple connu est le tombeau de Thibaud de Champagne (mort en 1201), qui se trouvait dans la collégiale Saint-Étienne à Troyes, et qui fut certainement érigé par la veuve de Thibaud, Blanche de Navarre5. Aucune représentation iconographique de ce monument détruit en 1793 n’a survécu, mais des descriptions des dix figurines en argent qui ornaient les niches du soubassement ont permis de reconstituer un programme sculpté destiné à commémorer Thibaud dans le cadre de son lignage6. Au cours du xiiie siècle, les monuments funéraires représentant des personnages secondaires autour du défunt devinrent de plus en plus populaires, un développement parallèle à la multiplication des chapellenies destinées à multiplier les prières pour les âmes des disparus7.

  • 8 Pour les écus héraldiques représentés sur les tombes plates, voir J.A. Goodall, « Heraldry Depicted (...)

4Ces personnages étaient figurés sur les tombeaux par des écus armoriés ou par des statuettes tenant des écus, que l’on pouvait identifier par les écus placés au-dessus ou en dessous d’elles ; les inscriptions, par contre, semblent avoir été assez rares. Les écus pouvaient être sculptés ou gravés, mais ils étaient le plus souvent peints, et cette décoration peinte, sur la pierre, l’albâtre, le bois ou même le laiton, a souvent été perdue ou a pu souffrir de restaurations abusives8. On recourait aussi aux techniques de l’émail ou du verre peint pour les couleurs héraldiques et, dans ce cas, seules des traces de la décoration d’origine ont généralement été retrouvées. En sus des problèmes d’interprétation liés aux conditions de conservation du décor funéraire, le lien entre les statuettes et les écus qui figurent sur les tombeaux n’est pas toujours clair : ainsi, vingt-huit statuettes ornent le tombeau de Hugh Calveley (mort en 1394), dans l’église de Bunbury (Cheshire), mais seuls deux écus y sont représentés, répétés en alternance, et il est possible qu’en l’occurrence les figurines soient une figuration symbolique du cortège funéraire plutôt qu’un renvoi aux parents ou à d’autres personnages.

  • 9 L’Église semble avoir été hostile à la présence des femmes dans le cortège funèbre : F.C. Finucane, (...)
  • 10 A. McGee Morganstern, Gothic Tombs of Kinship in France, the Low Countries, and England, with an Ap (...)
  • 11 C’est ce qu’illustre le testament de Geoffrey Luttrell (1345) : « Item do lego ad conuocacionem ami (...)
  • 12 Finucane, op. cit., p. 47. Toute église devait posséder une herse (par exemple W.J.S. Simpson, Visi (...)

5Il est cependant probable que les figures féminines représentées sur les tombeaux ne renvoient pas au cortège funèbre, dont les femmes paraissent en général avoir été exclues9. La distinction systématique opérée par certains historiens entre les monuments funéraires qui célèbrent des liens d’alliance, de parenté ou d’amitié et ceux qui commémorent, sous la forme de « pleurants » ou « deuillants », les rites des funérailles, paraît toutefois trop rigide10. Celles-ci étaient en effet le moment où les proches du défunt, ses « amis », se rassemblaient11. On ne peut non plus exclure l’hypothèse selon laquelle les écus peints ou sculptés sur les tombeaux auraient répété les écussons qu’on accrochait à la herse, tout comme l’effigie sculptée dans la pierre ou le bois reproduisait peut-être le corps du défunt ou l’effigie temporaire placée sur le lit funèbre12.

  • 13 L. James, « The Image of an Armed Man », Transactions of the Monumental Brass Society, 12, pt 1, n° (...)

6Plusieurs tombeaux tardifs représentent les ancêtres d’une manière qui rappelle les rouleaux généalogiques. Mais seuls quelques membres choisis parmi les collatéraux ou les ancêtres sont généralement représentés sur les monuments funéraires. Il faut faire une place particulière aux tombeaux qui ne font figurer que les enfants, et parfois les petits-enfants, une catégorie qui commença à s’imposer au détriment des autres, dans le cas de l’Angleterre, dans le dernier tiers du xive siècle, et dont la tombe d’Édouard III à l’abbaye de Westminster est un exemple bien connu13.

  • 14 Durham Monuments, p. 55.
  • 15 J. Dart, The History and Antiquities of the Cathedral Church of Canterbury, Londres, 1727, planche (...)
  • 16 N.J. Rogers, « English Episcopal Monuments, 1270-1350. II. The Episcopal Monuments », p. 15-37 dans (...)
  • 17 Un pourcentage réduit des monuments funéraires médiévaux anglais a survécu, l’estimation étant de d (...)

7À côté de ces « tombeaux de parenté », pour reprendre l’expression forgée par Anne McGee Morganstern, on repère des tombeaux qui font une place à la représentation des apôtres, comme celui de Richard Bury, évêque de Durham (mort en 1345), dans la cathédrale de Durham14. Les prélats pouvaient aussi choisir d’être entourés dans la mort par leurs prédécesseurs dans leur office : tel fut le cas, semble-t-il, de John Pecham (mort en 1292) à Cantorbéry15, à moins que les figures secondaires qui ornent son monument ne désignent ses suffragants16. De manière semblable, les membres des communautés ecclésiastiques souhaitaient parfois être accompagnés de représentations de membres de leur ordre. Finalement, un certain nombre de tombeaux commémorent les liens forgés dans l’expérience politique ou le compagnonnage militaire. C’est ce point précis que les pages suivantes tenteront de mettre en évidence, à partir de quelques exemples pour la plupart déjà bien connus et étudiés. La recherche a été limitée au cadre anglais, lequel offre, en dépit des destructions17, un champ d’investigation particulièrement riche.

La commémoration des liens politiques

  • 18 A.M. Morganstern, « The Bishop, the Lion and the Two-Headed Dragon : the Burghersh Memorial in Linc (...)

8Plusieurs monuments funéraires commémorent des liens forgés dans l’expérience politique. Le tombeau de Henry Burghersh, évêque de Lincoln (mort en 1340), érigé par son frère, Bartholomew Burghersh, présente sans doute un exemple de ce type. Les armes d’Édouard III et celles de ses fils sont peintes sur ce monument, ainsi que celles d’anciens associés de l’évêque Burghersh : Henry de Lancastre (mort en 1345), Gilbert de Clare, qui mourut en 1314 sur le champ de bataille de Bannockburn, Humphrey Bohun, comte de Hereford et Essex, connétable d’Angleterre, qui tomba en 1322 à Boroughbridge, Laurence Hastings, comte de Pembroke (mort en 1348) et finalement Nicholas Burghersh, un parent du défunt. C’est la présence de Humphrey Bohun qui justifie l’analyse d’Anne McGee Morganstern, pour qui ce tombeau est un véritable manifeste politique, qui célèbre la mémoire de l’opposition de Burghersh et de ses associés à Édouard II ainsi que son allégeance à l’héritier du trône18.

  • 19 N. Coldstream, « English Decorated Shrine-Bases », Journal ofthe British Archaeological Association(...)
  • 20 La question est posée dans C. Blair, « The Wooden Knight at Abergavenny », Church Monuments, 9 (199 (...)
  • 21 Pour la carrière de Thomas Cantilupe, voir D. Usher, Two Studies in Mediaeval Liƒe, Cambridge, 1953 (...)
  • 22 Rogers, op. cit., p. 30-32 et 104.
  • 23 Rites of Durham, Being a Description… oƒ all the Ancient Monuments, Rites and Customs Belonging or (...)
  • 24 Usher, op. cit., p. 89.

9La commémoration des liens politiques a également été invoquée pour interpréter le monument funéraire de Thomas Cantilupe, évêque de Hereford (mort en 1282) dans sa cathédrale. Sur les côtés de la base du tombeau, qui a l’apparence d’un reliquaire19, plusieurs figures d’hommes d’armes sont sculptées. La décoration des écus qu’ils portent sur la hanche a disparu depuis longtemps, mais on s’est demandé s’ils ne renvoyaient pas à des membres de l’opposition au roi Henri III dans les années 126020 ; Cantilupe lui-même fut le chancelier de Simon de Montfort pour une brève période en 126521. Une telle interprétation est toutefois sujette à caution, ce qu’on a cherché à mettre en évidence par une comparaison avec le programme iconographique d’un autre tombeau d’évêque, celui de Louis de Beaumont (mort en 1333), dans la cathédrale de Durham22. La décoration de laiton du monument a disparu, mais on peut encore voir la trace, autour de l’effigie du défunt, de deux bordures, dont une description de la fin du xvie siècle nous permet de connaître le contenu : les figures qui se trouvaient dans la bordure intérieure représentaient les apôtres, celles de la bordure extérieure les ancêtres de Louis de Beaumont23. On a suggéré que, de manière similaire, les hommes d’armes figurant sur le tombeau de Cantilupe représentaient les membres chevaleresques de son lignage, dont on sait que l’évêque de Hereford était particulièrement fier, plutôt que ses associés dans un épisode politique que Cantilupe, réconcilié avec la royauté, aurait sans doute préféré oublier24.

  • 25 Martindale, « Patrons and minders », p. 154. Pour une description du tombeau, voir A. Stothard, The (...)
  • 26 J.A. Goodall, « The Heraldry on the Tomb of Edmund Crouchback, Earl of Lancaster (d. 1296) », dans (...)
  • 27 La place importante de Henry Lacy dans l’entourage royal est soulignée par M. Prestwich, Edward I, (...)

10Un autre exemple de lien politique, ou plutôt de solidarité curiale commémorée dans le cadre funéraire, est fourni par le monument de Guillaume de Valence, le demi-frère d’Henri III, qui mourut en 1296, et dont la dépouille fut inhumée dans l’abbaye de Westminster25, à proximité du tombeau du roi, une situation modifiée plus tard par le transfert du tombeau royal dans la chapelle Saint-Étienne. La base du tombeau est décorée des écus d’Angleterre, de Valence, et de Valence/Clermont-Nesle, ce dernier écu renvoyant sans doute au mariage de son second fils et héritier, Aymer de Valence, avec Béatrice de Clermont-Nesle26. Sur le tombeau lui-même, dont les figures secondaires ont disparu, on peut voir les traces des armes de France, d’Angleterre, de Valence, de Lusignan avec une brisure, et grâce aux notes prises par l’antiquaire Nicholas Charles au début du xviie siècle, nous savons que d’autres écus décoraient le tombeau, lesquels renvoyaient à la parenté et aux alliés de Guillaume de Valence : Lusignan, Lusignan avec une brisure, Angoulême, Clare, Bretagne, Thouars, Hastings, Richard de Cornouailles, Empire, et Lacy. La référence à Henry Lacy, comte de Lincoln, s’expliquerait par son rôle central à la cour, et peut-être par ses liens d’amitié avec Guillaume27.

  • 28 « Annales prioratus de Wigomia », dans Annales monastici, H.R. Luard éd., Londres, Rolls Sériés, 18 (...)
  • 29 Les sculptures du tombeau sont peut-être l’œuvre d’Alexander d’Abingdon. W.R. Lethaby, « Médiéval P (...)
  • 30 P. Binski, Westminster Abbey and the Plantagenets : Kingship and the Representation oƒ Power, 1200- (...)
  • 31 Londres, British Library, Lansdowne ms. 874, fol. 135 v. (dessin de Nicholas Charles, vers 1611, re (...)
  • 32 Goodall, « The Heraldry on the Tomb of Edmund Crouchback », p. 170 et note 25 ; G.E. Cokayne, Compl (...)
  • 33 Othon de Grandson est également commémoré dans les peintures décorant le tombeau de la reine Éléono (...)
  • 34 J.P. Neale et E.W. Brayley, The History and Antiquities of the Abbey Church of St. Peter, Westminst (...)
  • 35 La chronique de Thomas Wykes signale la présence de Richard de Cornouailles, d’Édouard, l’héritier (...)

11Le tombeau d’Edmond le Bossu, comte de Lancastre, frère d’Édouard Ier, donne un autre exemple de l’usage des monuments funéraires pour commémorer ou promouvoir des alliances politiques. Edmond mourut en Gascogne en juin 1296, et son corps fut ramené en Angleterre quelques mois plus tard. Ses funérailles dans l’abbaye de Westminster réunirent une importante section de la noblesse28, et on fit appel pour l’érection et la décoration de son monument aux peintres et sculpteurs les plus en vue29. Sur le tombeau, on peut encore voir vingt statuettes, et au-dessus d’elles autant d’écus, à l’origine peints, sur un fond alternativement rouge et vert chargé de motifs dorés. Le dais qui surmonte le tombeau est décoré de minuscules bannières, peut-être environ cent cinquante à l’origine [figure 4], Finalement, la base du tombeau du côté nord est ornée d’une décoration peinte qui représente dix hommes d’armes. L’ensemble du programme iconographique et héraldique a été analysé à plusieurs reprises, avec des résultats assez contrastés30, ce qui est dû, entre autres, au fait qu’une partie de la décoration peinte n’est connue que par l’intermédiaire de descriptions et de dessins anciens qui ont une forte dimension conjecturale31. Les écus sculptés sur la base de la tombe représenteraient la parenté royale (Angleterre, Provence, Castille et Léon, Ponthieu, Savoie, Cornouailles, Germanie, Édouard de Caernarvon – le futur Édouard II – et Valence), la famille Lancastre (Lancastre, Artois, Henry de Lancastre – le second fils d’Edmond – et Lincoln, pour Henry Lacy, comte de Lincoln), mais aussi deux personnages qui n’avaient pas de liens de parenté avec le défunt, Othon et Guillaume de Grandson. Ce dernier était un membre de la retenue du comte de Lancastre et fut un des exécuteurs de son testament32. John Goodall explique la référence à Othon par le fait qu’il aurait, à suivre une source, sauvé la vie du roi en Terre sainte, après une tentative d’assassinat, en aspirant le poison de sa blessure33. C’était en tout cas un proche d’Édouard Ier, qui le plaça parmi ses exécuteurs testamentaires. Les dix personnages peints sur la base du tombeau, dont les écus sont aujourd’hui peu lisibles, mais que le dessin de John Carter permet de reconstituer partiellement, ont été identifiés par certains auteurs comme les ancêtres d’Edmond, par d’autres comme ses compagnons à la croisade34. Quant au dais, très endommagé, il n’a préservé la trace que de cinquante-huit bannières. John A. Goodall en a proposé une analyse partielle, certaines de ces bannières n’ayant pu être identifiées, et il les sépare en plusieurs groupes : la parenté royale et lancastrienne, les comtes, qui sont tous représentés, un large groupe de barons et chevaliers, dont quelques-uns furent les vassaux d’Edmond, d’autres ayant servi dans sa retenue au pays de Galles. Ce programme iconographique peut être mis en rapport avec la translation de saint Édouard en 1269, à laquelle Edmond et de nombreux autres nobles participèrent35. Plus simplement, les raisons de cette extraordinaire décoration se trouvent peut-être dans le contexte politique troublé de la fin de la décennie 1290 : la représentation de tous les comtes et d’une partie importante du baronnage sur ce tombeau refléterait leur présence aux funérailles du frère du roi et le désir d’Édouard Ier de normaliser ses relations avec les représentants de la société politique, grâce à un événement curial de grande ampleur.

Fig. 4 : Tombeau d’Edmon le Bossu, abbaye de Westminster : bannières du dais.
Reproduit avec l’aimable autorisation du Doyen et Chapitre de Westminster

La commémoration des liens forgés par l’expérience militaire commune

  • 36 On peut comparer cela avec la représentation de Geoffrey Luttrell dans le Psautier Luttrell (Londre (...)
  • 37 L’importance pour les amis ou parents de respecter les vœux des combattants morts sur le champ de b (...)

12Un certain nombre de tombeaux font figurer, au côté de l’effigie du défunt, ses compagnons d’armes36. La littérature pastorale rappelle l’importance de la commémoration des compagnons tombés sur le champ de bataille, morts d’une mort violente, et le défunt représenté en prière offrait peut-être ses suffrages pour les âmes de ses compagnons, tout comme ces derniers priaient pour lui37. L’effigie pouvait aussi représenter le défunt prêt à combattre le mal, les combattants représentés sur la tombe étant destinés à guerroyer côte à côte dans une dimension eschatologique.

  • 38 Blair, « The Wooden Knight at Abergavenny », p. 47.
  • 39 L’effigie de Hugh Hastings a fait l’objet de très nombreuses études, dont A. Hartshorne, « On the B (...)
  • 40 L’effigie était à l’origine décorée de verre coloré ou de gesso peint recouvert de verre : Stone, o (...)
  • 41 Le texte de cette description, conservé au College of Arms, est édité dans A.R. Wagner et J.G. Mann (...)
  • 42 James, op. cit., p. 58.
  • 43 K. Bauch, Das mittelalterliche Grabbild. Figürliche Grabmäler des 11. bis 15. Jahrhun-derts in Euro (...)
  • 44 On peut lire le tombeau en commençant par la tête, avant de suivre les deux côtés parallèlement, le (...)
  • 45 Pour ces identifications, voir James, op. cit., p. 58.

13En l’absence d’écus lisibles, c’est la représentation de personnages en habit martial qui peut suggérer une référence à des compagnons d’armes, comme sur le tombeau de John Hastings (mort en 1325), à Abergavenny (Gwent)38. Le premier exemple bien attesté d’une représentation de compagnons d’armes sur un tombeau est toutefois celui du demi-frère de John Hastings, Hugh Hastings (mort en 1347), dans l’église d’Elsing (Norfolk)39. Il s’agit d’un tombeau recouvert d’une plaque de laiton gravée, partiellement mutilée40 : on possède heureusement des frottis anciens de cette plaque ainsi qu’une description précise de son programme iconographique qui fut rédigée en 1408 pour servir de preuve dans le procès dans la Cour de Chevalerie entre Grey et Hastings41. L’effigie est entourée de huit figures armées, que l’on a pu identifier grâce aux écus qu’elles portent, et qui sont apparemment disposées dans un ordre hiérarchique42, un arrangement que l’on peut rapprocher, par exemple, de celui qui fut adopté pour le tombeau de Günther von Schwarzburg à Francfort43. Ces figures représentent, sur la colonne de gauche, en partant du haut44 : Édouard III, Thomas Beauchamp, comte de Warwick, Hugh Despenser (mort en 1349) et John Grey45. Sur la colonne de droite, on trouverait, en partant du haut, Henry, comte de Lancastre [figure 5], Laurence Hastings, comte de Pembroke, Ralph Stafford et Amaury de Saint-Amand.

Fig. 5 : Effigie de Hugh Hastings, église d’Elsing (Norfolk) :
Henry de Lancastre. D’après A. Hartshorne, Archeologia, 60 (1906), planche V.

  • 46 James, op. cit., p. 58 : « […] their presence on the brass is explained by Hasting’s last campaign (...)
  • 47 D. Green, « Politics and Service with Edward the Black Prince », dans The Age of Edward III, J. S. (...)
  • 48 La valeur documentaire du testament n’est pas non plus dépourvue d’ambiguïté, dans la mesure où le (...)
  • 49 Par son testament daté du 22 juillet 1347, Hugh Hastings légua son corps à l’église paroissiale d’E (...)

14Ce sont les liens créés par le service commun sur le champ de bataille qui sont célébrés sur cette effigie militaire, davantage que les liens de parenté – – qui ne sont pourtant pas absents, puisque certains de ces personnages étaient aussi des parents de Hugh Hastings. Hastings combattit à l’Écluse (24 juin 1340) dans la retenue de Henry de Lancastre. En 1345, il était en Gascogne dans la retenue de Laurence Hastings. Il servit directement sous le roi en Flandre en 1346, et combattit à Crécy (26 août 1346) et à Calais (juin 1347). Thomas Beauchamp était l’un des deux maréchaux de l’armée royale à Crécy et à Calais. Amaury de Saint-Amand servit aussi lors des campagnes françaises d’Édouard iii. John Grey appartenait à la retenue royale à Crécy et prit part au siège de Calais. Finalement, Ralph Stafford fut à l’Écluse, combattit à Crécy dans la retenue du roi, avant de s’illustrer à Calais. C’est bien la mémoire des liens personnels forgés pendant la courte carrière militaire de Hugh Hastings (1340-1347) et avant tout pendant la glorieuse campagne de 1346-1347 qui est rappelée sur son tombeau46, ainsi que celle des liens créés par le service47. Le fait que Hugh Hastings est mort sans descendance contribue également à expliquer le choix d’une commémoration de ce type. Seul un des personnages figurés aux côtés de l’effigie de Hugh Hastings est mentionné dans son testament : il s’agit de Henry de Lancastre, dont Hastings fait l’un de ses exécuteurs testamentaires. Mais les legs opérés par le testament renvoient à d’autres types de liens personnels48 : la meilleure monture et toute l’armure de Hugh Hastings furent léguées à un certain John Leicester, dont le lien avec le défunt demeure obscur. D’autres legs modestes en argent, et des legs de chevaux, furent faits au profit de diverses personnes, qui furent peut-être ses proches compagnons d’armes, l’effigie commémorant alors des liens plus prestigieux49.

  • 50 Je suis ici les identifications proposées dans Saul, Death, Art, and Memory in Medieval England, p. (...)
  • 51 P. Maddern, « “Best trusted friends” : Concepts and Practices of Friendship among Fifteenth-Century (...)
  • 52 Saul, Death, Art, and Memory in Medieval England, p. 161 : Reginald Cobham tenait des terres de Bad (...)

15L’importance des campagnes françaises des années 1340 pour la noblesse anglaise est également rappelée sur le monument funéraire de Reginald Cobham à Lingfield50. À la tête de la tombe figurent les écus de Reginald Cobham et de Thomas Berkeley ; sur le côté nord, ceux de Cobham de Sterborough et Berkeley, de Giles Badlesmere, de William Ros et de Walter Pavely ; sur le côté sud, ceux de Roger Mortimer, comte de March, de Humphrey Bohun, comte de Hereford – ou peut-être de William Bohun, comte de Northampton –, de John de Vere, comte d’Oxford, et de Bartholomew Burghersh. Finalement, au pied de la tombe, on trouve les écus de Stephen Cossington et de Waresius Valognes, dont Nigel Saul a montré qu’il s’agissait des proches compagnons d’armes du défunt : Cossington servit avec Cobham en Ecosse en 1335, et devint plus tard l’un des membres de sa retenue. Lui et Valognes servirent dans la retenue de Cobham en Flandre en 1338, et à partir de 1347, les noms de Cobham et de Cossington sont régulièrement associés parmi les capitaines du Prince Noir. D’autres personnages représentés sur le tombeau de Cobham servirent avec lui en France : Pavely combattit en Bretagne et en Aquitaine puis à Crécy. Ros et Mortimer étaient, tout comme Cobham, membres de la retenue du Prince Noir lors de la campagne de 1346. Le comte de Northampton, John de Vere et Bartholomew Burghersh étaient à Crécy ; de Vere, Burghersh et Cobham furent ensemble à Calais et participèrent aux chevauchées de 1355 et de 1359. Si l’on ne peut négliger les liens d’amitié créés par le voisinage51, il semble toutefois difficile de suivre l’interprétation de Nigel Saul quand il considère la présence de l’écu de Giles Badlesmere sur le tombeau comme un rappel de liens créés par la tenure féodale52 : en effet, Badlesmere, qui mourut en 1338, était également un capitaine fameux, et c’est sans doute cet aspect de sa carrière qui explique cette référence.

  • 53 Lawrance, op. cit., p. 43. Le tombeau fut probablement érigé dès 1347, après la reconstruction de l (...)
  • 54 Lawrance, op. cit., p. 43.
  • 55 Morganstern, « The Bishop, the Lion and the Two-Headed Dragon : the Burghersh Memorial in Lincoln C (...)
  • 56 Goodall, « The Program of the Tomb of Sir Bartholomew Burghersh (d. 1355) », dans McGee Morganstem, (...)

16Deux autres monuments au moins commémorent les campagnes françaises des années 1340 et 1350. Le tombeau de John Sutton (Sutton-on-Hull, Yorkshire), qui mourut en 1356 sans descendance directe, était orné des armes des Fitzwilliam, Greystoke, Darcy, Cantilupe, Ros, Percy et Lucy53. John Sutton combattit à Crécy, et William Greystoke, John Darcy, Nicholas Cantilupe, William Ros, Henry Percy et Anthony Lucy servirent tous en France sous Édouard 11154. L’analyse du tombeau de Bartholomew Burghersh (mort en 1355)55 – le frère de l’évêque Henry Burghersh mentionné plus haut – dans la cathédrale de Lincoln, confirme l’importance de la mémoire de ces campagnes. À partir de 1339, Bartholomew Burghersh servit régulièrement le roi sur le champ de bataille. Il combattit en Bretagne, fut à Crécy et Calais, et prit part à la chevauchée du Prince Noir. Les écus figurant sur la base du tombeau, et qui devaient permettre d’identifier des statuettes qui ont elles-mêmes disparu, renvoient à de célèbres capitaines de guerre : Nicholas Burghersh, William Bohun, comte de Northampton, Laurence Hastings, comte de Pembroke, Thomas Beauchamp, comte de Warwick, peut-être Roger Mortimer, comte de March (mort en 1360), John de Vere, comte d’Oxford, Ralph Stafford, Bartholomew Badlesmere ou son fils Giles, Theobald Verdun, William Ros ou ses fils William ou Thomas, Reginald Cobham et finalement John Tybotot56.

  • 57 C’est ce que rappellent par exemple les gestes du maréchal Boucicaut : « Et comme a tous par nature (...)
  • 58 Les liens entre hérauts, ménestrels et écriture de l’histoire sont étudiés dans M. Keen, « Chivalry (...)
  • 59 A. Borg, « Some Médiéval war Memorials », dans Medieval Architecture and its Intellectual Context : (...)
  • 60 Certains contrats pour la fabrication de tombeaux ont survécu (voir par exemple J. Bayliss, « An In (...)
  • 61 Un exemple célèbre de représentation de preux sur un monument funéraire est celui du tombeau de l’e (...)

17L’importance de la commémoration des compagnons d’armes peut être liée aux profits tirés de la guerre, qui rendirent possible la reconstruction d’églises comme Elsing au lendemain de la campagne de Crécy. La dimension affective des liens forgés sur le champ de bataille, l’expérience commune du danger sont tout aussi importantes : les monuments funéraires ont une fonction narrative qui rappelle la chronique57, et que relayait l’activité des hérauts d’armes qui se faisaient parfois historiens58, fonction d’autant plus importante que les mémoriaux de guerre étaient extrêmement rares59. On ne peut toutefois ignorer le désir de Cobham, Burghersh, Sutton ou Hastings, ou de leurs familles60, de rehausser encore leur prestige par la commémoration de leurs liens avec des capitaines de guerre réputés, les preux de leur temps61.

  • 62 Age oƒ Chivalry, cat. n° 678.
  • 63 Malcolm Norris décrit cet arrangement comme relevant presque d’une attribution posthume de la Jarre (...)
  • 64 H.E.L. Collins, The Order of the Garter 1348-1461 : Chivalry and Politics in late Médieval England, (...)

18C’est sans doute aussi du côté de la participation aux campagnes victorieuses des années 1340 et 1350 qu’il faut rechercher le motif de la représentation de la Jarretière sur certaines effigies : Hugh Hastings mourut avant la création officielle de l’ordre en 1349, mais le fait que trois des personnages représentés à ses côtés, Lancastre, Beauchamp et Stafford portent des pennons avec la croix de saint Georges62, et que saint Georges lui-même surmonte la représentation du défunt63, est sans doute une allusion à l’existence de l’ordre. Et la Jarretière apparaît bien sur l’effigie de Reginald Cobham. Curieusement, toutefois, seuls quelques membres de l’ordre au xive siècle et au début du xve siècle choisirent d’être représentés dans la mort avec cet insigne : parmi les membres fondateurs, William Fitz Waryn est apparemment le seul, et parmi les successeurs on ne compte que Reginald Cobham, Richard Pembridge, Simon Burley, Peter Courtenay et Simon Felbrigg, ce qui correspond peut-être au fait que la Jarretière était encore peu portée en dehors des cérémonies de l’ordre64.

  • 65 Plusieurs capitaines originaires du Cheshire, comme Hugh Calveley, John Norbury, David Hulgreve, Jo (...)
  • 66 Keen, « Chivalry, Nobility, and the Man-at-Arms », p. 39-40.
  • 67 A. Ayton, « Sir Thomas Ughtred and the Edwardian Military Révolution », dans The Age of Edward III, (...)

19Ces tombeaux martiaux semblent en tout cas indiquer l’existence d’un réseau de capitaines de guerre liés par l’expérience militaire commune. Bartholomew Burghersh lui-même et plusieurs individus dont les écus figurent sur son tombeau, William Bohun, Roger Mortimer, John de Vere, Giles Badlesmere et William Ros seraient également représentés sur le tombeau de Reginald Cobham et peut-être sur celui de John Sutton. Quant à Laurence Hastings, Thomas Beauchamp et Ralph Stafford, ils apparaissent sur l’effigie de Hugh Hastings à Elsing. Il est important d’observer que les personnages dont les tombeaux célèbrent de tels liens n’appartenaient pas aux strates les plus élevées de l’aristocratie, mais à une noblesse de rang plus modeste65. L’accent mis sur leur vocation militaire et leurs liens personnels avec des personnes de rang plus élevé, forgés en grande partie dans le combat, leur permettait de proclamer leur propre noblesse. Au sein de cette catégorie, en effet, la naissance ne suffisait pas à définir le rang, qu’il fallait tenir par l’activité militaire et un comportement noble66. En Angleterre, ce développement fut facilité, à partir des années 1270, par une activité militaire renouvelée, qui permit la formation d’une véritable catégorie de « chevaliers actifs » (strenui milites dans les sources latines), fière de l’identité que lui offrait cette expérience67.

  • 68 M. Vale, War and Chivalry : Warƒare and Aristocratic Culture in England, France and Burgundy at the (...)
  • 69 Stone, op. cit., p. 133 ; J. Cherry, « Heraldry as Decoration in the Thirteenth Century », dans Eng (...)
  • 70 C’est le cas sur les monuments funéraires de Robert Shurland (Minster-in-Sheppey, Kent), Richard St (...)

20Les funérailles tenaient un rôle de premier plan dans cette revendication du statut noble, puisqu’elles permettaient, par le recours à la présence d’éléments militaires, comme le don d’armures à l’église, ou encore l’utilisation de chevaux de guerre pour transporter le corps, de proclamer publiquement la vocation du défunt68. Ces formes de commémoration correspondent aussi aux traits de la culture aristocratique au xive siècle : le goût pour une sorte de mise en scène théâtrale, l’usage des symboles héraldiques69 envahissant les lieux de culte, témoignent d’une sensibilité particulière qui trouvait sa pleine expression dans la scénographie funéraire. Le choix d’une effigie martiale, entourée d’écus renvoyant aux capitaines de guerre célèbres du temps, allait dans le même sens. Quelques tombeaux représentent même, au côté du défunt, la monture ou l’écuyer de ce dernier70.

La représentation de la parenté, un modèle de référence

  • 71 Wagner, op. cit., p. 423-424. L’église fut construite à l’initiative de Hugh Hastings et de son épo (...)

21Les tombeaux sont cependant un témoignage ambigu sur les liens personnels au sein de la noblesse militaire. Même là où la commémoration de liens forgés dans l’expérience commune de la guerre semble s’imposer, la parenté n’est jamais absente. Prenons l’exemple de l’effigie de Hugh Hastings : Laurence Hastings était le demi-frère de Hugh Hastings. Lui et Thomas Beauchamp, également représentés sur l’effigie, avaient épousé deux filles de Roger Mortimer. Hugh Despenser, Amaury de Saint-Amand et Ralph Stafford étaient tous des cousins distants de Hugh Hastings. Seuls Édouard III et Henry de Lancastre ne semblent pas avoir eu de liens de parenté avec le défunt. Le roi s’adresse à Hugh dans une lettre datée du 20 juin 1346 comme à son dilecto etfideli consanguineo meo, et dans son testament Hugh qualifie Henry de Lancastre de consanguineum meum, mais dans ces deux occurrences le terme consanguineus – techniquement « cousin »– est utilisé comme une marque de courtoisie. Le demi-frère de Hugh Hastings, John Hastings, était, par sa mère, apparenté aux Valence, mais Hugh Hastings lui-même ne semble pas avoir eu de lien direct de parenté avec des membres de la famille royale. Cette importance de la parenté est confirmée par la représentation d’armes héraldiques sur d’autres supports dans l’église d’Elsing, dont on peut avoir une idée grâce à la description de 1408 : le tombeau était, aux quatre coins, orné d’écussons qui représentaient les armes des Hastings et des Foliot, la famille de l’épouse de Hugh Hastings. Les armes des Hastings et des Foliot, figuraient aussi sur les vitraux des fenêtres, ainsi que celles, écartelées, des Hastings et des Valence, sans doute une allusion au premier mariage du père de Hugh Hastings, avec Isabel, fille du comte de Pembroke71. Les liens commémorés sur le tombeau de Bartholomew Burghersh font également une place à la parenté : William Bohun, John de Vere, John Tybotot et Giles Badlesmere étaient tous des cousins du défunt, Theobald Verdun était son beau-père, et Bartholomew Badlesmere son oncle. Les liens personnels et l’expérience de la guerre semblent avoir conduit dans ces deux cas à une recomposition des liens à l’intérieur de la parenté : seuls les parents qui s’étaient illustrés sur le champ de bataille étaient sélectionnés pour être commémorés sur les monuments funéraires de personnages dont le statut social reposait essentiellement sur l’activité militaire.

  • 72 M. Keen, « Brotherhood-in-Arms », History, 47 (1964) p. 1-17, repris dans Nobles, Knights and Men-a (...)
  • 73 K.B. McFarlane, « An Indenture of Agreement between two English Knights of Mutual Aid and Counsel i (...)
  • 74 M. Prestwich, Armies and Warfare in the Middle Ages : the English Experience, New Haven et Londres, (...)
  • 75 Pour des exemples d’échange de vêtements et d’armes entre frères d’armes, voir P. Chaplais, Piers G (...)
  • 76 Plusieurs exemples sont cités dans S. Düll. A. Luttrell et M. Keen, « Faithful unto Death : the Tom (...)

22La référence aux liens d’amitié ou d’association s’inscrivait dans des systèmes de représentation généralement utilisés pour figurer la parenté. Le cas des frères d’armes est particulièrement éloquent72. Seuls quelques accords écrits entre frères d’armes nous sont parvenus73, mais il s’agissait sans doute d’une pratique assez courante74. La promesse de partager pertes et profits, l’échange d’armes et de vêtements75, voire le port des mêmes armes héraldiques76, formalisaient l’accord. Le Fasciculus morum, un manuel de prédication du xive siècle, reprend, dans la section De accidia, un exemplum assez savoureux que l’on trouve déjà chez Thomas de Cantimpré et qui nous donne une idée du fonctionnement de ces fraternités d’armes :

  • 77 Fasciculus morum. A Fourteenth-Century Preacher’s Handbook, S. Wenzel éd., Pennsylvania State Unive (...)

« Contre ce vice on raconte l’histoire de deux chevaliers, dont l’un était actif et audacieux et l’autre extrêmement fourbe. Pourtant ils jurèrent ensemble que comme des frères ils partageraient les profits en tout. Ils arrivèrent en une cité où un tournoi était proclamé : le chevalier fourbe vit que la partie adverse était plus forte, il commença à avoir peur et simulant une maladie il resta au lit. L’autre se rendit au tournoi, où agissant de manière diligente, il fit un profit consistant en plusieurs chevaux. Il revint ensuite vers son associé, lui demandant comment il allait. Celui-ci, ayant entendu que le tournoi était terminé et que son associé s’en était tiré avec avantage, tourna la tête en disant : “Cher frère, j’espère me remettre en buvant une gorgée de vin”. L’ayant bue, il revint à la santé. Comme ils s’en retournaient chez eux, ils parvinrent en un lieu où leurs chemins se séparaient ; le chevalier fourbe dit à son associé : “Mon très cher frère, ne connais-tu pas le serment et accord entre toi et moi ? Par lequel alors que tu te rends chez toi et moi chez moi, il est juste que tu partages avec moi les chevaux que tu as pris dans le tournoi”. Ce à quoi le chevalier répondit : “Très cher frère, je ne veux pas aller contre le serment prêté ni te tromper. Et cependant tu dois savoir que j’ai fait deux types de profits dans ce tournoi, c’est-à-dire les bons chevaux et les bons coups. D’où dans la foi que je tiens à Dieu et à vous, si vous voulez partager avec moi les bons chevaux, partagez les bons coups”. Et tirant son épée il commença à le frapper durement77. »

  • 78 Cette dalle, qui provient de l’église du couvent dominicain de Galata, est conservée au musée arché (...)
  • 79 Düll, Luttrell et Keen, op. cit., p. 177.
  • 80 Ibid., p. 178-183. Les orientations spirituelles de l’œuvre de Clanvowe permettent de penser qu’il (...)
  • 81 Polychronicon Randulphi Higden, J.R. Lumby éd., Londres, Rolls Series, 1865-1886, IX, p. 261-262 : (...)
  • 82 Voir par exemple le dessin de Roger de Gaignières des « Enervés » de Jumièges et le tombeau de Gott (...)
  • 83 Il existe une version anglo-normande (Amys e Amylbyoun, H. Fukui éd., Londres, Anglo-Norman Text So (...)

23La dalle funéraire de William Neville et de John Clanvowe, morts en 1391, probablement d’une épidémie, sur le chemin de Jérusalem où ils se rendaient en pèlerinage78, représente très certainement une fraternité d’armes. En dessous de l’inscription identifiant les défunts sont sculptés deux écus partis avec les armes de Clanvowe et de Neville, surmontés de heaumes et de cimiers. Les écus sont penchés l’un vers l’autre, ce que Siegrid Düll suggère d’interpréter comme un rappel de l’inclination mutuelle de Neville et Clanvowe79, mais il ne s’agit peut-être que d’une convention artistique. Les carrières militaires de ces deux personnages s’entrecroisèrent constamment80, et il est tout à fait possible qu’ils aient scellé leur collaboration par un accord de fraternité d’armes. La chronique de Westminster rappelle l’amitié étroite qui liait Clanvowe et Neville et prétend que Neville refusa toute nourriture après la mort de Clanvowe, finissant par mourir de faim81. Le caractère exceptionnel de cette dalle funéraire réside dans le fait que les armes des défunts sont parties, ce qui a longtemps fait croire qu’il s’agissait du tombeau d’un couple marié, mais une comparaison plus judicieuse pourrait être faite avec les tombeaux de frères82. Il s’agit en tout cas d’une célébration de l’amitié qui n’est pas sans rappeler le roman d’Ami et Amile, très populaire en Angleterre83.

  • 84 Ainsworth, op. cit., p. 70 ; J.C. Bridge, « Two Cheshire Soldiers of Fortune in the xivth Century : (...)
  • 85 P. Morgan, War and Society in Médiéval Cheshire 1277-1403, Manchester, 1987, p. 137, sur le lien en (...)
  • 86 P. Lord, The Visual Culture of Wales : Medieval Vision, Cardiff, 2003, p. 124 et fig. 189.

24Le tombeau de Hugh Calveley (mort en 1394) reflète sans doute un lien semblable. Il est décoré des armes de Hugh Calveley et de Robert Knolles qui sont répétées en alternance au-dessous des vingt-huit figures qui ornent le monument, une disposition que l’on retrouve sur les tombeaux de couples. Dans ce cas également, il est difficile de dissocier les carrières de Hugh Calveley et de Robert Knolles : tous deux étaient des capitaines éminents, qui furent à la tête de compagnies en France, comme leur ami John Hawkwood avec qui ils établirent un hospice pour les voyageurs anglais séjournant à Rome84. Il ne semble pas que Calveley se soit jamais marié, et il choisit Knolles comme son exécuteur testamentaire : c’est sans doute celui-ci qui fit ériger le tombeau de Calveley dans l’église de Bunbury. Mais plutôt que la célébration du lien entre le défunt et son exécuteur testamentaire, comme on a pu l’écrire, c’est très probablement la fraternité d’armes qui est célébrée ici85. Un autre exemple est fourni par une effigie gravée dans l’abbaye de Jerpoint (Irlande, co. Kilkenny), qui représente deux hommes d’armes, peut-être des frères – on a évoqué l’hypothèse des deux fils de William Marshal, comte de Pembroke, qui moururent tous deux en 1245 – ou bien des frères d’armes86.

  • 87 Le tombeau de Marie de Bourbon, comtesse de Dreux, décédée en 1274, qui se trouvait à Braine, et qu (...)
  • 88 L’amitié parfaite constitue un cas de figure marginal : elle reproduit le modèle de la fraternité d (...)
  • 89 J.E. Ruiz Domenec, « Système de parenté et théorie de l’alliance dans la société catalane (env. 100 (...)
  • 90 Le terme « ami » employé seul dans son sens affectif apparaît dans des œuvres de la fin du xiie siè (...)
  • 91 Pour des associations iconographiques rappelant le lien créé par le service, voir le portrait d’Edw (...)
  • 92 J.R. Lander, « Family, “Friends” and Politics in Fifteenth-Century England », Kings and Nobles in t (...)
  • 93 Maddern, op. cit., p. 100-105.
  • 94 Pour l’usage du terme « ami » pour désigner un proche parent, voir W.A. Stowell, Old-French Titles (...)

25Tout comme la représentation du lignage sur les tombeaux était le fruit d’une construction, d’une vision sélective87, les liens d’amitié ou de compagnonnage opéraient un reclassement de la parenté dans les programmes iconographiques des monuments funéraires88, sans que l’on puisse constater l’existence d’un modèle spécifique de représentation pour commémorer les amis et les associés : la parenté fournit toujours la principale référence89. On peut comparer cela aux liens forgés entre le seigneur et ses hommes, proches, au moins dans leur expression, des rapports de parenté90, ou au service honorable, qui tendit aussi à créer, jusqu’à la fin du Moyen Âge, un type de lien proche des relations de parenté91. J.R. Lander a montré comment, au sein de la haute noblesse anglaise au xve siècle, parenté et amitié jouaient des rôles différents et parfois opposés, la compétition et la lutte naissant généralement des relations de parenté92. Mais Philippa Madden, dans son étude sur l’amitié dans la gentry, a souligné la difficulté de distinguer amis et parents93, ce que l’on retrouve par exemple dans les formes d’adresse94.

  • 95 Dans un développement sur la terminologie utilisée pour désigner les tombeaux qui figure dans le tr (...)
  • 96 Cité par M. Carruthers, The Book oƒ Memory : a Study oƒ Memory in Medieval Culture, Cambridge, 1990 (...)
  • 97 McGee Morganstern, Gothic Tombs of Kinship, p. 114. Par exemple, l’ordonnance de 1332 pour la chape (...)
  • 98 Pour les retombées de la politique militaire d’Édouard III sur la noblesse, voir A. Ayton, « Edward (...)

26Le programme iconographique d’un tombeau devait inciter les fidèles à prier pour les âmes des défunts95. Le traité sur la mémoire de Thomas Bradwardine mentionne la possibilité de prendre le motif des arcades pour aide-mémoire96, et Anne McGee Morganstern a suggéré que c’est de cette manière que les clercs de chapellenies utilisaient l’architecture funéraire, où le motif des arcades apparaît fréquemment : comme ses propres sources le démontrent, les ordonnances de chapellenies et le programme iconographique des tombeaux sont toutefois loin de toujours commémorer les mêmes individus97. Il est par contre certain que les tombeaux visaient à souligner le statut social du défunt, en le commémorant dans le cadre de son lignage ou en l’insérant publiquement et pour l’éternité au sein d’un groupe de personnages prestigieux. Et il est significatif que plusieurs tombeaux célèbrent les liens personnels forgés dans les campagnes françaises des années 1340 et 1350, voire l’existence d’un véritable réseau de capitaines de guerre. Cette période du règne d’Édouard III constitua en effet un moment marquant dans l’histoire de la noblesse anglaise : au moment même où une strate nobiliaire supérieure se détachait par ses titres et par la formation d’une chambre séparée en parlement, on vit les membres de la noblesse moyenne proclamer leur statut par le biais de la participation aux campagnes royales98. L’art funéraire apparaît comme le support privilégié de cette revendication.

Notes

1 The Book of Chivalry of Geoffroi de Charny. Text, context, and translation, R.W. Kaeuper et E. Kennedy éd., Philadelphie, 1996, p. 109-110. La forme française des noms a été adoptée uniquement pour les personnages d’origine française ou déjà bien connus du public français.

2 Le texte de Froissart à ce sujet est ambigu : « Et fut occis messires Joffrois de Charny, la banière de France entre ses mains, et puis li contes de Dammartin de monsigneur Renault de Gobehen ». (J. Froissart, Chroniques, S. Luce et al. éd., Paris, Société de l’Histoire de France, 1869, V, p. 54). La carrière de Geoffroi de Charny est analysée dans Ph. Contamine, « Geoffroy de Charny (début du xive siècle-1356). « Le plus prudhomme et le plus vaillant de tous les autres », dans Histoire et société. Mélanges offerts à Georges Duby, II, Le tenancier, le fidèle et le citoyen, Aix-en-Provence, 1992, p. 107-121.

3 Pour l’identification des différents écus sur le tombeau de Cobham, voir N. Saul, Death, Art, and Memory in Médiéval England : the Cobham Family and their Monuments, 1300-1500, Oxford, 2001, p. 149-168.

4 Des rapprochements sont possibles avec les galeries d’écus qu’on faisait parfois figurer sur les portails de châteaux ou de monastères, comme au manoir d’Ockwell (Berkshire) (E. Green, « The Identification of the Eighteen Worthies Commemorated in the Heraldic Glass in the Hall Windows of Ockwell’s Manor House, in the Parish of Bray, in Berkshire », Archaeologia, 56 (1899), p. 323-326), au prieuré des Augustins de Bristol (N. Saul, « The Religious Sympathies of the Gentry in Gloucestershire, 1200-1500 », Transactions of the Bristol and Gloucestershire Archaeological Society, 98 (1980), p. 99-112, en particulier p. 107-108), ou encore aux châteaux de Hilton et de Lumley (Durham Monuments, or the Shields of Arms, Effigies and Inscriptions in the Churches, Castles and Halls ofthe County of Durham, C.H. Hunter Blair éd., Newcastle upon Tyne, Records Committee, 1925, p. 142-147 et 162-163).

5 On a proposé une date entre 1208 et 1215 pour la construction du monument : M. Bur, « Les comtes de Champagne et la “Normanitas” : sémiologie d’un tombeau », Proceedings of the Battle Conƒerence on Anglo-Norman studies, III, 1980, R.A. Brown éd., Woodbridge, 1981, p. 22-32 ; Id., « L’image de la parenté chez les comtes de Champagne », Annales ESC, 38 (1983), p. 1016-1039, en particulier p. 1019. Mais selon Andrew Martindale, rien ne prouverait que le tombeau fut bien érigé au début du XIIIe siècle : A. Martindale, « Patrons and Minders : the Intrusion of the Secular into Sacred Spaces in the Late Middle Ages », The Church and the Arts, D. Wood éd., Studies in Church History, 28 (1992), p. 143-178, en particulier p. 157, note 32.

6 L’utilisation de l’argent comme matériau pour les figurines du tombeau de Thibaud de Champagne semble confirmer l’hypothèse de Paul Binski, qui suggère de rechercher les origines des « pleurants » représentés sur les tombeaux dans les figurines entourant certains reliquaires de métal au xiie siècle (P. Binski, Médiéval Death. Ritual and Representation, Londres, 1996, p. 99).

7 J. Catto, « Religion and the English nobility in the late fourteenth century », dans History and Imagination : Essays in Honour of H.R. Trevor-Roper, H. Lloyd Jones, V. Pearl et B. Worden éd., Londres, 1981, p. 43-55, en particulier p. 46-47.

8 Pour les écus héraldiques représentés sur les tombes plates, voir J.A. Goodall, « Heraldry Depicted on Brasses », dans Monumental brasses as art and history, J. Bertram éd., Monumental Brass Society, 1996, p. 47-56. Paul Binski souligne la supériorité symbolique des écus sur la représentation figurée (Binski, op. cit., p. 105).

9 L’Église semble avoir été hostile à la présence des femmes dans le cortège funèbre : F.C. Finucane, « Sacred Corpse, Profane Carrion : Social Ideals and Death Rituals in the Later Middle Ages », dans Mirrors of Mortality : Studies in the Social History oƒ Death, J. Whaley éd., Londres, 1981, p. 40-60, à la page 42 et Binski, op. cit., p. 51 -52. En France, au XVe siècle, seuls les membres masculins de la parenté prenaient place dans le cortège : C. Beaune, « Mourir noblement à la fin du Moyen Âge », La mort au Moyen Âge, Strasbourg, 1977, p. 125-143.

10 A. McGee Morganstern, Gothic Tombs of Kinship in France, the Low Countries, and England, with an Appendix on the Heraldry ofthe Crouchback Tomb in Westminster Abbey by John A. Goodall, University Park, Pennsylvanie, 2000, p. 7. Pour une recension de cet ouvrage et d’autres parutions sur le thème de la mémoire et des monuments funéraires, voir J.A. Holladay, « Tombs and Memory : some Recent Books », Spéculum, LXXVIII (2003), p. 440-450. Pour les pleurants, voir notamment Les pleurants dans l’art du Moyen Âge en Europe, musée des Beaux-Arts de Dijon, Palais des ducs de Bourgogne, 1971. Le motif des pleurants dans la sculpture insulaire est évoqué dans L. Stone, Sculpture in Britain : the Middle Ages, Harmondsworth, 1995, p. 146 et dans Binski, op. cit., p. 103 et suiv.

11 C’est ce qu’illustre le testament de Geoffrey Luttrell (1345) : « Item do lego ad conuocacionem amicorum die sepulture mee in pane ad furniendum xx quarteria frumenti et in brasio ad braciandum pro ceruisia xl quarteria brasei ordei. Item do lego pro vino coquina speciebus et aliis rebus necessariis emendis prefato die sépulture mee pro conuocacione predicta xx libras… » (The Luttrell Psalter, E.G. Millar éd., Londres, 1932, p. 52). Le développement sur l’office des morts dans le Speculum sacerdotale, un traité qui s’adresse aux prêtres, fait aussi référence à la présence aux funérailles des membres du même métier ou ordre que le défunt (Spéculum sacerdotale, E.H. Weatherly éd., Londres, 1936, Early English Text Society, original sériés, 200, p. 234).

12 Finucane, op. cit., p. 47. Toute église devait posséder une herse (par exemple W.J.S. Simpson, Visitations oƒ Churches Belonging to St. Paul’s Cathedral in 1297 and 1458, Londres, Camden Society, 1895, p. 5 (Navestock), 10 (Barling), 14 (Tillingham), 19 (Heybridge), 22 (Walton), 26 (Kirby) etc.). On peut encore voir aujourd’hui une herse au-dessus de l’effigie de Robert Courteheuse dans la cathédrale de Gloucester, qui date sans doute, comme l’effigie, du milieu du XIIIe siècle, et une autre sur le tombeau des Marmion dans l’église de West Tanfield (North Yorkshire), qui date de 1380 environ. Le dais placé au-dessus de certains tombeaux était parfois également décoré d’écus : L.L. Gee, « Ciborium Tombs in England 1290-1330 », Journal of the British Archaeological Association, 132 (1979), p. 29-41.

13 L. James, « The Image of an Armed Man », Transactions of the Monumental Brass Society, 12, pt 1, n° 92 (1976 pour 1975), p. 53-66, souligne le prestige apporté par la représentation de la descendance sur les tombeaux, et rapporte le cas de Reginald Peckham, un veuf qui mourut sans enfants en 1523, mais qui exprima dans son testament le désir d’avoir sur son tombeau des figures représentant un homme, une femme et des enfants (ibid., p. 66).

14 Durham Monuments, p. 55.

15 J. Dart, The History and Antiquities of the Cathedral Church of Canterbury, Londres, 1727, planche face à la page 136.

16 N.J. Rogers, « English Episcopal Monuments, 1270-1350. II. The Episcopal Monuments », p. 15-37 dans The earliest English Brasses : Patronage, Style and Workshops 1270-1350, J. Coales éd., Monumental Brass Society, Londres, 1987, en particulier p. 27.

17 Un pourcentage réduit des monuments funéraires médiévaux anglais a survécu, l’estimation étant de dix pour cent pour les plaques de laiton gravées (C.T. Gallagher, Brass-lmages. Medieval Lives, Lexington, 1980, p. X-XI). De nombreux tombeaux, qui se trouvaient dans des monastères ou des couvents mendiants, furent en effet détruits à la Réformation. La plupart des tombeaux nobles se trouvent aujourd’hui dans des cathédrales ou dans des églises paroissiales, ce qui implique peut-être, dans ce dernier cas, une représentation trop forte de la gentry par rapport à la haute noblesse, qui entretenait des liens privilégiés avec les monastères et les couvents mendiants. Dans le Gloucestershire, par exemple, les chevaliers, les écuyers et leurs épouses se faisaient inhumer de préférence dans les églises paroissiales. Des 97 lieux d’inhumation connus pour cette catégorie entre 1200 et 1500, 77 sont des églises paroissiales, alors que la haute noblesse continuait d’entretenir des liens forts avec les monastères (Saul, « The Religious Sympathies of the Gentry in Gloucestershire », p. 103-104). Dans un certain nombre de cas, alors que le tombeau lui-même a disparu, les descriptions écrites, les frottis de plaques de laiton, ou les dessins des antiquaires nous permettent toutefois de nous en faire une idée.

18 A.M. Morganstern, « The Bishop, the Lion and the Two-Headed Dragon : the Burghersh Memorial in Lincoln Cathedral », dans Memory and Oblivion : Acts oƒ the 29th International Congress oƒ the History of Art, Dordrecht, 1998, p. 515-526 ; A. McGee Morganstern et J.A. Goodall, « The Program of the Tomb of Henry Burghersh, Bishop of Lincoln (d. 1340) », dans McGee Morganstern, Gothic Tombs of kinship, p. 186-187.

19 N. Coldstream, « English Decorated Shrine-Bases », Journal ofthe British Archaeological Association, 129 (1976), p. 15-34, classe ce tombeau parmi les bases de reliquaires. Pour Robin Emmerson, le monument de Thomas Cantilupe joue sur l’ambiguïté des développements récents dans le dessin des tombeaux et des bases de reliquaires, ces dernières devenant alors de plus en plus semblables à des monuments funéraires : R. Emmerson, « St Thomas Cantilupe’s Tomb and Brass of 1287 », International Society for the Study oƒ Church Monuments Bulletin, 2 (1980), p. 41-45.

20 La question est posée dans C. Blair, « The Wooden Knight at Abergavenny », Church Monuments, 9 (1994), p. 33-52, à la page 47. Paul Binski suggère d’y voir la représentation de chevaliers du Temple (Binski, op. cit., p. 104).

21 Pour la carrière de Thomas Cantilupe, voir D. Usher, Two Studies in Mediaeval Liƒe, Cambridge, 1953, et St Thomas Cantilupe, Bishop of Hereford. Essays in his honour, M. Jancey éd., 1982.

22 Rogers, op. cit., p. 30-32 et 104.

23 Rites of Durham, Being a Description… oƒ all the Ancient Monuments, Rites and Customs Belonging or Being within the Monastical Church oƒ Durham beƒore the Suppression, Written 1593, J.T. Fowleréd., Surtees Society, 107 (1902), p. 15 : and Images ofthe 12 apostles devided and bordered of either side of him and next them is bordered on either side ofthe 12 apostles in a nother border the pictures of his ancestors in theire coat armour beinge ofthe bloud royall of france… Louis de Beaumont était le fils de Louis d’Acre et le petit-fils de Jean Ier d’Acre, comte de Brienne et de Bérengère, la fille d’Alphonse IX de Castille.

24 Usher, op. cit., p. 89.

25 Martindale, « Patrons and minders », p. 154. Pour une description du tombeau, voir A. Stothard, The Monumental Eƒƒigies oƒ Great Britain, Londres, 1876, p. 77.

26 J.A. Goodall, « The Heraldry on the Tomb of Edmund Crouchback, Earl of Lancaster (d. 1296) », dans McGee Morganstern, Gothic Tombs of Kinship, p. 167-174. Mais H. Lawrance, Heraldry ƒrom military monuments beƒore 1350 in England and Wales, Harleian Society, 98 (1946), p. 47, pense que ces armes renvoient en fait à sa première épouse, la fille de Raoul de Clermont, ou bien à sa seconde épouse, la fille du comte de Bar.

27 La place importante de Henry Lacy dans l’entourage royal est soulignée par M. Prestwich, Edward I, 2e édition, New Haven et Londres, 1997, p. 235 et note 9.

28 « Annales prioratus de Wigomia », dans Annales monastici, H.R. Luard éd., Londres, Rolls Sériés, 1864-1869, IV, p. 549 ; De antiquis legibus liber : cronica maiorum et vicecomitum Londoniarum, 1188-1274, T. Stapleton éd., Camden Society, Londres, 1846, p. 249.

29 Les sculptures du tombeau sont peut-être l’œuvre d’Alexander d’Abingdon. W.R. Lethaby, « Médiéval Paintings at Westminster », Proceedings of the British Academy, 1927, p. 123-151, en particulier p. 142-143, attribue la décoration peinte du tombeau d’Edmond le Bossu à Walter de Durham, peintre royal.

30 P. Binski, Westminster Abbey and the Plantagenets : Kingship and the Representation oƒ Power, 1200-1400, New Haven, 1995, p. 116 ; McGee Morganstern, Gothic tombs ofkinship, p. 167-174 ; Royal Commission on Historical Monuments (England). An Inventory oƒ the Historical Monuments in London, I, Westminster Abbey, 1924, p. 23-24 ; R. Gough, Sepulchral Monuments in Great Britain, I, Londres, 1786, p. 70-74.

31 Londres, British Library, Lansdowne ms. 874, fol. 135 v. (dessin de Nicholas Charles, vers 1611, reproduisant les écus qui décorent le tombeau) et Westminster Abbey, Dean and Chapter Library (dessin de John Carter, 1782, des hommes d’armes qui figurent sur la base du tombeau).

32 Goodall, « The Heraldry on the Tomb of Edmund Crouchback », p. 170 et note 25 ; G.E. Cokayne, Complete Peerage oƒ England…, éd. rev., Londres, 1910-1959, VI, p. 60 ; Lethaby, op. cit., p. 142-143.

33 Othon de Grandson est également commémoré dans les peintures décorant le tombeau de la reine Éléonore de Castille (Goodall, « The Heraldry on the Tomb of Edmund Crouchback », p. 170 et note 24) ; C.L. Kingsford, « Sir Otho de Grandison (1238 ?-1328) », Transactions of the Royal Historical Society, 3e séries, 3 (1909), p. 125-195.

34 J.P. Neale et E.W. Brayley, The History and Antiquities of the Abbey Church of St. Peter, Westminster, Londres, 1818-1823 pour l’hypothèse de la commémoration de la croisade, réfutée dans McGee Morganstern, Gothic Tombs of Kinship, p. 73.

35 La chronique de Thomas Wykes signale la présence de Richard de Cornouailles, d’Édouard, l’héritier du trône, d’Edmond de Lancastre, de John de Warenne, de Philip Basset, ainsi que de pluribus aliis regni potentioribus (Annales monastici, IV, p. 226-227) lors de la translation.

36 On peut comparer cela avec la représentation de Geoffrey Luttrell dans le Psautier Luttrell (Londres, British Library, additional ms. 42130, fol. 202v.), qui commémore son activité militaire dans un cadre liturgique : R. Marks, « Sir Geoffrey Luttrell and Some Companions : Images of Chivalry c. 1320-1350 », Wiener Jahrbuch ƒür Kunstgeschichte, 47 (1993-1994), Beiträge zur mittelalterlichen Kunst, 2 vol. (vol. 1), p. 343-355 et planches p. 463-466, en particulier p. 351 contre l’interprétation de l’armement de Luttrell comme un armement de tournoi et p. 353 pour les implications de la représentation de cette scène dans un ouvrage de dévotion ; également, M. Camille, Mirror in Parchment : the Luttrell Psalter and the making of médiéval England, Londres, 1998, p. 80. Dans le cas des alliés ou parents représentés en habit militaire, on peut sans doute opérer un rapprochement avec les représentations de gardes autour des sépulcres construits dans les églises pour la liturgie de Pâques, comme sur la base d’un sépulcre de pierre à Hawton (Nottinghamshire), daté de 1330 environ (Stone, op. cit., p. 168).

37 L’importance pour les amis ou parents de respecter les vœux des combattants morts sur le champ de bataille est soulignée dans l’exemplum bien connu du chevalier qui demande à son cousin de vendre son cheval de guerre au profit des pauvres s’il vient à mourir au cours du combat. Cette histoire est reprise dans le Speculum sacerdotale, p. 227-228. Le même thème apparaît dans les sermons délivrés aux funérailles : S. Powell et A.J. Fletcher, « “In die sépulture seu tringintali” : the Late Medieval Funeral and Memorial Sermon », Leeds Studies in English, new series, 12 (1981 pour 1980 et 1981), Essays in Honour oƒ A.C. Cawley, P. Meredith éd., p. 195- 228, en particulier p. 215-220.

38 Blair, « The Wooden Knight at Abergavenny », p. 47.

39 L’effigie de Hugh Hastings a fait l’objet de très nombreuses études, dont A. Hartshorne, « On the Brass of Sir Hugh Hastings in Elsing Church, Norfolk… with a note by W.H. St John Hope », Archaeologia, 60 (1906), p. 25-42 ; B. Hooper et al., « The Grave of Sir Hugh de Hastyngs, Elsing », Norfolk Archaeology, 39 (1987 pour 1984), p. 88-99 ; C. Blair, « The Hastings Brass », Monumental Brass Society Bulletin, 45 (1987) et sa notice dans Age oƒ Chivalry : Art in Plantagenet England 1200-1400, J. Alexander et P. Binski éd., Royal Academy of Arts, Londres, 1987, cat. n° 678 ; P. Binski, « The Stylistic Sequence of London Figure Brasses », dans The Earliest English Brasses, p. 69-132, en particulier p. 119 et suiv. ; Id., « The Coronation of the Virgin on the Hastings Brass at Elsing, Norfolk », Church Monuments, 1 (1985), p. 1-9 ; M. Norris, Monumental Brasses. The Memorials, 1978, I, p. 18-19 ; R. Greenwood et M. Norris, The Brasses oƒ Norƒolk churches, The Norfolk Churches Trust, 1976, p. 3-4.

40 L’effigie était à l’origine décorée de verre coloré ou de gesso peint recouvert de verre : Stone, op. cit., p. 259, n. 27 et Age oƒ Chivalry, cat. n° 678.

41 Le texte de cette description, conservé au College of Arms, est édité dans A.R. Wagner et J.G. Mann, « A Fifteenth-Century Description of the Brass of Sir Hugh Hastings at Elsing, Norfolk », The Antiquaries Journal, 19 (1939), p. 421-428.

42 James, op. cit., p. 58.

43 K. Bauch, Das mittelalterliche Grabbild. Figürliche Grabmäler des 11. bis 15. Jahrhun-derts in Europa, Berlin et New York, 1976, planche 365.

44 On peut lire le tombeau en commençant par la tête, avant de suivre les deux côtés parallèlement, les figures ou écus se trouvant au pied de l’écu renvoyant à des proches : Saul, Death, Art, and Memory in Médiéval England, p. 154 et 163. Une autre lecture possible consiste à suivre les règles de l’héraldique et à lire les tombeaux de gauche à droite : Bur, « Une célébration sélective de la parentèle », p. 310.

45 Pour ces identifications, voir James, op. cit., p. 58.

46 James, op. cit., p. 58 : « […] their presence on the brass is explained by Hasting’s last campaign in 1346-7. At that time Sir Hugh brought a large contingent of Flemings to the siege of Calais where Edward III and the other lords on the brass were encamped. The figures or “weepers” as they are sometimes known, are Hasting’s companions in arms from his last campaign, mouming the loss of a brave and distinguished knight. »

47 D. Green, « Politics and Service with Edward the Black Prince », dans The Age of Edward III, J. S. Bothwell éd., Woodbridge, 2001, p. 53-68, en particulier p. 61 : « It must be remembered that the knightly community was small and closely connected on a number of levels and through a variety of vertical and horizontal associations. If, as can be supposed, recruitment was a matter of ‘word of mouth’, local influence, nepotism and military and administrative experience, then the opportunities for overlapping military and administrative service among the great affinities and retinues of the day were very great. »

48 La valeur documentaire du testament n’est pas non plus dépourvue d’ambiguïté, dans la mesure où le testament a aussi pour objet de proclamer les ambitions sociales de son auteur : F. Lachaud, « L’homme armé d’après les testaments anglais de la première moitié du xive siècle », L’Homme armé en Europe, xive-xvie siècle, Cahiers d’études et de recherches du musée de l’Armée, n° 3 (2002), p. 37-66.

49 Par son testament daté du 22 juillet 1347, Hugh Hastings légua son corps à l’église paroissiale d’Elsing. Après un certain nombre de legs à des religieux et des dispositions pour les funérailles, viennent un legs de 20 livres sterling à Christiana Payne, demoiselle de l’épouse de Hugh Hastings, de 100s. à Edith Walden, de son meilleur cheval et de toutes ses armes, sauf celles pour le mortuarium, à John Leicester. Suivent plusieurs legs à des recteurs d’églises. Les deux chapelains de Hugh Hastings, Richard et Thomas, se virent léguer des sommes d’argent pour eux-mêmes mais aussi des sommes d’argent pour célébrer des messes pour l’âme du défunt pendant dix ans à partir du jour de sa sépulture. On trouve ensuite toute une série de dispositions en faveur de proches et de serviteurs. John Regate se vit léguer la meilleure ceinture du testateur, William Redenesse reçut le cheval appelé Lyardum de York, et Henry Hastings, dont le lien avec Hugh Hastings demeure obscur, se vit léguer 40s. et un cheval appelé Morrellum de Tyrweyn (Testamenta Eboracensia or Wills Registered at York Illustrative of the History (etc.), of the Province of York, I, Surtees Society, 4, Londres, 1836, p. 38-39).

50 Je suis ici les identifications proposées dans Saul, Death, Art, and Memory in Medieval England, p. 160. La célébration des succès des premières campagnes françaises d’Édouard III et en particulier de Crécy apparaît aussi sur d’autres supports, comme le vitrail. Plusieurs grandes figures de la noblesse qui participèrent à la campagne de Crécy sont par exemple figurées sur un vitrail de la cathédrale de Gloucester : C. Winston, « An Account of the Painted Glass in the East Window of Gloucester Cathedral », Archaeological Journal, 20 (1863), p. 319-330 ; J. Kerr, « The East Window of Gloucester Cathédral », Medieval art and Architecture at Gloucester and Tewkesbury, British Archaeological Association Conférence Transactions 7 (1985 pour 1981), p. 116-129 ; A.K. McHardy, « Some reflections on Edward III’s Use of Propaganda », The Age oƒ Edward III, J. S. Bothwell éd., Woodbridge, 2001, p. 171-192, en particulier p. 186-187.

51 P. Maddern, « “Best trusted friends” : Concepts and Practices of Friendship among Fifteenth-Century Norfolk gentry », dans England in the fifteenth century. Proceedings of the 1992 Harlaxton Symposium, N. Rogers éd., Stamford, 1994 (Harlaxton Médiéval Studies, IV), p. 100- 117, souligne l’importance des liens d’amitié forgés dans le cadre du voisinage, même si les deux ne se recoupent pas obligatoirement.

52 Saul, Death, Art, and Memory in Medieval England, p. 161 : Reginald Cobham tenait des terres de Badlesmere à Lullingstone et à Hever (Kingsdown).

53 Lawrance, op. cit., p. 43. Le tombeau fut probablement érigé dès 1347, après la reconstruction de l’église transformée en collégiale : G. Poulson, The History and Antiquities oƒ the Seigniory oƒ Holderness, Hull, 1840-1841, II, p. 330-331, et W.M. L’Anson, « The Mediaeval Military Effigies of Yorkshire », The Yorkshire Archaeological Journal, 29 (1929), p. 1-67, en particulier p. 62.

54 Lawrance, op. cit., p. 43.

55 Morganstern, « The Bishop, the Lion and the Two-Headed Dragon : the Burghersh Memorial in Lincoln Cathedral », pour une discussion détaillée des nuances politiques suggérées par le programme iconographique du tombeau de Bartholomew Burghersh. Également Saul, Death, Art, and Memory in Medieval England, p. 156, note 34 pour les problèmes d’attribution soulevés par ce monument.

56 Goodall, « The Program of the Tomb of Sir Bartholomew Burghersh (d. 1355) », dans McGee Morganstem, Gothic tombs of kinship, p. 190-191.

57 C’est ce que rappellent par exemple les gestes du maréchal Boucicaut : « Et comme a tous par nature ceste vie soit brieve, est chose deue et de belle ordonnance, affin que le bienfait des vaillans ne soit mie amortis par brieve memoire de trespas de vie, que ilz soient mis en perpétuelle souvenance au monde, c’est assavoir en registre de livres. Et pour ce est il dit de plusieurs vaillans trespassez de qui les noms et bontez sont mis en mémoire, que ilz ne sont pas mors, ains vivent, c’est a dire que le bien d’eulx n’est pas mort, car leur bonne renommée est ancore vive au monde et vivra, par le rapport des tesmoings des livres, jusques a la fin du monde ; et avec ce c’est chose couvenable que en mémoire autentique soient mis les bons et leur nom auctorisié, affin que ceulx qui tendent a honneur puissent prendre exemple de bien faire, pour attaindre au loyer de bonne renommee qui est deue a ceulx qui le desservent ». (Le livre des fais du bon messire Jehan le Maingre, dit Bouciquaut, mareschal de France et gouverneur de Jennes, D. Lalande éd., Paris et Genève, 1985, p. 8-10, cité dans P.F. Ainsworth, Jean Froissart and thefabric of history : truth, mvth, and fiction in the Chroniques, Oxford, 1990, p. 73).

58 Les liens entre hérauts, ménestrels et écriture de l’histoire sont étudiés dans M. Keen, « Chivalry, Heralds and History », dans The Writing oƒ History in the Middle Ages : Essays presented to R.W Southern, R.H.C. Davis et J.M. Wallace-Hadrill éd., Oxford, 1981, p. 393- 414, repris dans Nobles, Knights and Men-at-Arms in the Middle Ages, Londres et Rio Grande, 1996, p. 63-81, en particulier p. 77.

59 A. Borg, « Some Médiéval war Memorials », dans Medieval Architecture and its Intellectual Context : Studies in Honour of Peter Kidson, E. Fernie et P. Crossley éd., Londres et Ronceverte, 1990, p. 1-7, signale l’existence d’un mémorial à Crécy pour marquer l’emplacement du lieu où le roi de Bohême fut tué. Il faut toutefois mettre à part le cas des fondations religieuses qui étaient destinées à multiplier les messes et les prières pour les âmes des combattants morts dans l’action et dont l’établissement était aussi un acte de pénitence : l’exemple le plus célèbre en Angleterre est naturellement celui du monastère de Battle fondé par Guillaume le Conquérant, mais des fondations plus modestes, par exemple des chapelles, pouvaient aussi remplir ces fonctions.

60 Certains contrats pour la fabrication de tombeaux ont survécu (voir par exemple J. Bayliss, « An Indenture for two Alabaster Effigies », Church Monuments, 16 (2001), p. 22-29, pour un contrat de 1419 pour le tombeau du comte et de la comtesse de Salisbury à Bisham, Berkshire), et les testaments contenaient parfois des clauses précises sur l’aspect de l’effigie et plus généralement du tombeau mais dans la plupart des cas il est impossible de savoir si leur décoration exprime ou non les désirs personnels des défunts. On ne peut négliger non plus l’importance des courants artistiques et des modes : M. Norris, « Later Médiéval Monumental Brasses : an Urban Funerary Industry and its Représentation of Death », Death in towns. Urban responses to the Dying and the Dead, 100-1600, S. Bassett éd., Leicester et Londres, 1992, p. 184-251.

61 Un exemple célèbre de représentation de preux sur un monument funéraire est celui du tombeau de l’empereur Maximilien à Innsbruck, orné de 28 figures de bronze, dont 23 renvoient à des membres de sa parenté (40 figures étaient prévues au total) : les autres représentent Léopold le Saint, Godefroi de Bouillon, Théodoric, Clovis et Arthur, et le projet initial était de leur adjoindre Jules César, Charlemagne et saint Étienne de Hongrie (Martindale, « Patrons and Minders », p. 166-167).

62 Age oƒ Chivalry, cat. n° 678.

63 Malcolm Norris décrit cet arrangement comme relevant presque d’une attribution posthume de la Jarretière à Hugh Hastings : Norris, « Later Medieval Monumental Brasses », p. 188. Sur la popularité du culte de saint Georges en Angleterre, voir D’A.J.D. Boulton, The Knights of the Crown. The Monarchical Orders of Knighthood in Later Medieval Europe, 1325-1520, Woodbridge, 1987, p. 96 et suiv., et O. de Laborderie, « Richard the Lionheart and the Birth of a National Cult of St George in England : Origins and Development of a Legend », Nottingham Medieval Studies, 39 (1995), p. 37-53.

64 H.E.L. Collins, The Order of the Garter 1348-1461 : Chivalry and Politics in late Médieval England, Oxford, 2000, p. 250 et Boulton, op. cit., p. 152-153 et 159. On peut rattacher à cela le port d’insignes de livrée par le défunt sur certaines effigies. Voir James, op. cit., p. 61 pour la première représentation du collier de « SS » sur une effigie, celle de John Swinford, mort en 1371, à Spratton (Northamptonshire) et p. 63 pour l’effigie de Thomas Cruwe, mort en 1418, à Wiford (Warwickshire), sur laquelle sont représentées les armes de son patron, le comte de Warwick, qui l’avait retenu comme homme de loi.

65 Plusieurs capitaines originaires du Cheshire, comme Hugh Calveley, John Norbury, David Hulgreve, John Jodrell ou John Stanley, cadets de familles de la petite noblesse ou hommes sans terres, firent fortune grâce à leur activité militaire, mais leurs liens avec la société locale demeurèrent toujours incertains (P. Morgan, War and Society in Médiéval Cheshire 1277-1403, Manchester, 1987, p. 168).

66 Keen, « Chivalry, Nobility, and the Man-at-Arms », p. 39-40.

67 A. Ayton, « Sir Thomas Ughtred and the Edwardian Military Révolution », dans The Age of Edward III, J. S. Bothwell éd., Woodbridge, 2001, p. 107-132, et A. Martindale, « The knights and the Bed of Stones : a Learned Confusion of the Fourteenth Century », Journal oƒ the British Archaeological Association, 142 (1989), p. 66-74.

68 M. Vale, War and Chivalry : Warƒare and Aristocratic Culture in England, France and Burgundy at the End oƒ the Middle Ages, Londres, 1981, p. 90.

69 Stone, op. cit., p. 133 ; J. Cherry, « Heraldry as Decoration in the Thirteenth Century », dans England in the Thirteenth Century. Proceedings oƒ the 1989 Harlaxton Symposium (Harlaxton Médiéval Studies, 1), M. Ormrod éd., Stamford, 1991, p. 123-134.

70 C’est le cas sur les monuments funéraires de Robert Shurland (Minster-in-Sheppey, Kent), Richard Stapledon (cathédrale d’Exeter), et Ralph Basset (Drayton, Staffordshire) (Marks, op. cit., p. 343-346).

71 Wagner, op. cit., p. 423-424. L’église fut construite à l’initiative de Hugh Hastings et de son épouse, ce que commémorait la représentation sur les fenêtres des deux époux tenant le modèle d’une église.

72 M. Keen, « Brotherhood-in-Arms », History, 47 (1964) p. 1-17, repris dans Nobles, Knights and Men-at-Arms in the Middle Ages, Londres et Rio Grande, 1996, p. 43-62.

73 K.B. McFarlane, « An Indenture of Agreement between two English Knights of Mutual Aid and Counsel in Peace and War, 5 December 1298 », Bulletin of the Institute of Historical Research, 38 (1965), p. 200-210 ; Id., « A Business Partnership in War and Administration, 1421- 45 », English Historical Review, 78 (1963), p. 290-310.

74 M. Prestwich, Armies and Warfare in the Middle Ages : the English Experience, New Haven et Londres, 1996, p. 45.

75 Pour des exemples d’échange de vêtements et d’armes entre frères d’armes, voir P. Chaplais, Piers Gaveston : Edward ll’s Adoptive Brother, Oxford, 1994, p. 13 et 16.

76 Plusieurs exemples sont cités dans S. Düll. A. Luttrell et M. Keen, « Faithful unto Death : the Tomb Slab of Sir William Neville and Sir John Clanvowe, Constantinople 1391 », Antiquaries Journal, 71 (1991), p. 174-190, en particulier p. 184 ; C. Blair, « The Winchelsea Tombs reconsidered », Church monuments, 15 (2000), p. 5-30, en particulier l’appendice : Adoption and alienation of arms in the Middle Ages, p. 25-26 ; Ayton, op. cit., p. 115-118.

77 Fasciculus morum. A Fourteenth-Century Preacher’s Handbook, S. Wenzel éd., Pennsylvania State University Park et Londres, 1989, p. 420-422.

78 Cette dalle, qui provient de l’église du couvent dominicain de Galata, est conservée au musée archéologique d’Istanbul.

79 Düll, Luttrell et Keen, op. cit., p. 177.

80 Ibid., p. 178-183. Les orientations spirituelles de l’œuvre de Clanvowe permettent de penser qu’il existait peut-être des liens entre ce type de représentation et le mouvement influencé par les idées de Wyclif. Mais Anthony Luttrell a suggéré que l’initiative de la représentation revient au héraut John Mowbray, qui fut présent à Constantinople en novembre 1396, sans doute après avoir combattu contre les Turcs à Nicopolis en septembre de la même année. Il est également possible que des instructions aient été laissées par Neville (ibid., p. 182).

81 Polychronicon Randulphi Higden, J.R. Lumby éd., Londres, Rolls Series, 1865-1886, IX, p. 261-262 : « Item xvii° die octobris dominus Johannes Clanvowe miles egregius in quodam vico juxta Constantinopolim in Græcia diem clausit extremam. Quam ob causam dominus Willelmus Nevyle ejus cornes in itinere, quem non minus se ipsum diligebat, inconsolabiliter dolens numquam postea sumpsit cibum. Unde transactis duobus diebus sequentibus in eodem vico lamentabiliter exspiravit. Erant isti milites inter Anglicos famosi viri nobiles et strenui ac etiam de genere claro producti. »

82 Voir par exemple le dessin de Roger de Gaignières des « Enervés » de Jumièges et le tombeau de Gottfried et Otto von Cappenberg à Cappenberg (vers 1330) : reproduits dans Bauch, op. cit., p. 108 et 111 et planches 172, 172a et 178.

83 Il existe une version anglo-normande (Amys e Amylbyoun, H. Fukui éd., Londres, Anglo-Norman Text Society, Plain Texts Sériés, 7, 1990) et une version anglaise (Amis and Amiloun, M. Leach éd., Early English Text Society, original sériés 203, Londres, 1937) de ce roman.

84 Ainsworth, op. cit., p. 70 ; J.C. Bridge, « Two Cheshire Soldiers of Fortune in the xivth Century : Sir Hugh Calveley and Sir Robert Knolles », Journal oƒ the Chester and Northern Wales Archaeological Society, new series 14 (1908), p. 112-231. En 1387, Calveley avait fondé une chapellenie à Bunbury pour prier pour le roi, pour lui-même et pour leurs ancêtres respectifs.

85 P. Morgan, War and Society in Médiéval Cheshire 1277-1403, Manchester, 1987, p. 137, sur le lien entre parenté, localité et constitution de fraternités militaires. Maurice Keen rapproche également la fraternité d’armes des associations de chevaliers (Keen. « Brotherhood in Arms », p. 51), qu’il définit comme des fraternités d’armes étendues. Il est possible que les liens commémorés sur les tombeaux de Reginald Cobham ou de Hugh Hastings relèvent de ce type d’association. Voir également Binski, Médiéval Death, p. 104.

86 P. Lord, The Visual Culture of Wales : Medieval Vision, Cardiff, 2003, p. 124 et fig. 189.

87 Le tombeau de Marie de Bourbon, comtesse de Dreux, décédée en 1274, qui se trouvait à Braine, et qu’on peut sans doute dater d’avant 1284-1286, était décoré de 36 petites figures identifiées par des lettres émaillées et par des écussons. L’analyse de ces figures fait apparaître ce que Michel Bur appelle un « sous-ensemble champenois », et un autre sous-ensemble de la parenté des Nevers. Le même auteur souligne le fait que le tombeau reflète une conception égocentrique de la parenté, l’organisation des figures réunissant « autour de la défunte, sur l’épaisseur de deux ou trois générations, de manière indifférenciée, hommes et femmes mêlées, ses consanguins et leurs conjoints, c’est-à-dire tous ceux qui pendant sa vie ont formé son entourage et durant son veuvage lui ont apporté leur soutien ». (M. Bur, « Une célébration sélective de la parentèle. Le tombeau de Marie de Dreux à Saint-Yved de Braine (Xiiie siècle) », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, avril-juin 1991, p. 301-318, en particulier p. 311). James, op. cit., p. 65, signale le tombeau d’Alice Chaucer, duchesse de Suffolk (morte en 1477) à Ewelme (Oxfordshire), dont la décoration ignore les ancêtres Chaucer de la duchesse.

88 L’amitié parfaite constitue un cas de figure marginal : elle reproduit le modèle de la fraternité du sang ou de l’alliance conjugale, mais on peut aussi estimer que sa représentation se situe quasiment hors du cadre de la parenté : R. Hyatte, The Arts of Friendship. The Idéalisation oƒ Friendship in Medieval and Early Renaissance Literature, Leyde, New York et Cologne, 1994, p. 132.

89 J.E. Ruiz Domenec, « Système de parenté et théorie de l’alliance dans la société catalane (env. 1000-env. 1240) », Revue Historique, 532 (1979), p. 305-326, en particulier p. 317 : « À la base de tout cela on trouve, dans la société féodale, la nécessité d’articuler les groupes sociaux à partir d’un système d’articulation personnel, c’est-à-dire familial ». Parents et alliés sont parfois difficiles à distinguer dans les sources (R. Carron, Enƒant et parenté dans la France médiévale, xe-XIIIe siècles, Genève, 1989, p. 5 : « La parenté formait un groupe plus ou moins étendu et il paraissait un peu secondaire de définir les liens exacts à l’intérieur de ce groupe. On avait une vision collective de la famille et non individuelle. »), un phénomène que l’on a pu mettre en relation avec les interdits concernant le mariage (A. Guerreau-Jalabert, « Sur les structures de parenté dans l’Europe médiévale (note critique) », Annales ESC, 36 (1981), p. 1028-1049, en particulier p. 1044-1045).

90 Le terme « ami » employé seul dans son sens affectif apparaît dans des œuvres de la fin du xiie siècle (H. Legros, « Le vocabulaire de l’amitié, son évolution sémantique au cours du xiie siècle », Cahiers de civilisation médiévale, 23 (1980), p. 131-139).

91 Pour des associations iconographiques rappelant le lien créé par le service, voir le portrait d’Edward Grimston portant le collier de livrée des Lancastre, et l’usage des insignes des Beaufort et des Tudors par Reynold Bray : R. Horrox, « Service », dans Fifteenth-Century Attitudes : Perceptions of Society in Late Médiéval England, R. Horrox éd., Cambridge, 1994, p. 61-78, en particulier p. 68 et planche 10.

92 J.R. Lander, « Family, “Friends” and Politics in Fifteenth-Century England », Kings and Nobles in the Later Middle Ages, a Tribute to Charles Ross, R.A. Griffiths et J. Sherborne éd., Gloucester, 1986, p. 27-40, en particulier p. 35 et 37.

93 Maddern, op. cit., p. 100-105.

94 Pour l’usage du terme « ami » pour désigner un proche parent, voir W.A. Stowell, Old-French Titles oƒ Respect in Direct Address, Baltimore, 1908, p. 34-35,43 et 145 et les occurrences relevées dans Anglo-Norman dictionary, L.W. Stone et W. Rothwell éd., Londres, 1977-1992, voir « ami ». Également, Micheline de Combarieu, « Les “amis charnels” (Garin et Bègue dans Garin le Lorrain) », dans Histoire et société. Mélanges offerts à Georges Duby, I, Le couple, l’ami et le prochain, p. 125-139, en particulier p. 138. Il est significatif que les femmes aient été exclues de ce type de représentation, ce qui rappelle les conclusions de Philippa Maddern sur l’amitié comme construction masculine : les tombeaux des femmes célèbrent leurs ancêtres, leurs parents et leurs alliés, mais ni amis ni associés (Maddern, op. cit., p. 113-115).

95 Dans un développement sur la terminologie utilisée pour désigner les tombeaux qui figure dans le traité Speculum sacerdotale, il est dit que le monument est appelé ainsi « pour mouvoir l’esprit » et pousser à prier pour les âmes des défunts : « It is also callyd monumentum, scilicet, mouynge the mynde, for be the sight of it schuld the myndes of the beholders of it be sterid for to praye for the dede i-beried » (Speculum sacerdotale, p. 228). Le processus de commémoration dans l’art funéraire est analysé dans Memory and the Médieval Tomb, E. Valdez del Alamo avec C. Stamatis Pendergast éd., Aldershot, 2000, p. 1 et suiv.

96 Cité par M. Carruthers, The Book oƒ Memory : a Study oƒ Memory in Medieval Culture, Cambridge, 1990, p. 281-288.

97 McGee Morganstern, Gothic Tombs of Kinship, p. 114. Par exemple, l’ordonnance de 1332 pour la chapelle de l’évêque Burghersh dans la cathédrale de Lincoln ne mentionne qu’Édouard III et ses fils, celle de 1345 y ajoutant Gilbert de Clare, alors que sur son tombeau figurent aussi les armes de Nicholas Burghersh, de Laurence Hastings, comte de Pembroke, et de Humphrey Bohun, comte de Hereford et d’Essex.

98 Pour les retombées de la politique militaire d’Édouard III sur la noblesse, voir A. Ayton, « Edward III and the English Aristocracy at the Beginning of the Hundred Years War », dans Armies, Chivalry, and Warfare in Medieval Britain and France, M. Strickland éd., Stamford, 1998, p. 173-206. La tentative de la part de certains membres de la gentry de s’associer au roi par le biais de programmes architecturaux a été soulignée par N. Coldstream, The Decorated Style. Architecture and Ornament 1240-1360, Londres, 1994, p. 186, qui cite le cas des poternes construites par les capitaines d’Édouard Ier.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Tombeau de Reginald Cobham, église de Lingfield (Surrey).D’après The collégiale church oƒƒ St Peter and St Paul Lingƒield, Lingfield. 2001.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/74804/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Fig. 2 : Tombeau de Reginald Cobham, église de Lingfield (Surrey) : la Jarretière.Avec l’aimable autorisation du vicaire de l’église de Lingfield.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/74804/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 3 : Tombeau de Reginald Cobham, église de Lingfield (Surrey) :armes de William Ros.Avec l’aimable autorisation du vicaire de l’église de Lingfield.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/74804/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Fig. 4 : Tombeau d’Edmon le Bossu, abbaye de Westminster : bannières du dais.Reproduit avec l’aimable autorisation du Doyen et Chapitre de Westminster
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/74804/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 5 : Effigie de Hugh Hastings, église d’Elsing (Norfolk) :Henry de Lancastre. D’après A. Hartshorne, Archeologia, 60 (1906), planche V.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/74804/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search