Version classiqueVersion mobile

Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (xie-xxe siècle)

 | 
Bates David
, 
Gazeau Véronique

Avant-propos

Véronique Gazeau et Jean-Philippe Genet

Texte intégral

1Le Groupe de recherche 2136 « France-îles Britanniques », créé par le CNRS sur la proposition des sections 32 (Mondes antiques et médiévaux) et 33 (Formation du Monde moderne) du CNRS pour la période 2000-2003, vient d’être renouvelé pour la période 2004-2008. Son principal objectif reste de favoriser la renaissance en France des études britanniques dans le domaine de l’histoire : ce domaine fut autrefois extrêmement brillant ; il suffit de rappeler le prestige d’un André Siegfried ou d’un Charles Bémont. Sans doute les noms d’Édouard Perroy, François Bédarida et François Crouzet ont-ils marqué l’historiographie française de l’après-guerre, mais pour des raisons variées, le nombre des spécialistes de l’histoire britannique a connu un déclin considérable, au point que la baisse du nombre des jeunes chercheurs déposant des sujets de thèse de doctorat sur les îles Britanniques a atteint un niveau alarmant, faisant redouter une perte totale d’expertise des historiens français dans ce domaine de la recherche. Sans doute, l’intérêt pour l’histoire de la France n’a pas faibli en Grande-Bretagne, et ceci a contribué à maintenir un important courant d’échanges avec nos collègues britanniques. Pourtant, force est de constater que d’autres domaines d’histoire européenne n’ont pas connu la même désaffection. C’est évidemment le cas pour l’histoire de la péninsule Ibérique et pour celle de l’Italie, où les institutions prestigieuses que sont l’École française de Rome et la Casa de Velázquez à Madrid ont pleinement joué leur rôle ; c’est, beaucoup plus significativement, le cas pour l’histoire allemande, au départ au moins aussi mal lotie que l’histoire britannique, et où il a suffi de la création d’une institution nouvelle, la Mission historique française en Allemagne, à la fois fort modeste en termes d’investissements et de consommation de postes et puissamment efficace en termes de formation à la recherche et de diffusion des connaissances.

  • 1 F. Lachaud, I. Lescent-Giles et F.-J. Ruggiu éd., Histoires d’outre-Manche. Tendances récentes de l (...)
  • 2 Ph. Chassaigne et J.-P. Genet éd., Droit et société en France et en Grande-Bretagne (xiie-xxe siècl (...)

2Il a pourtant été impossible de créer une institution similaire pour l’histoire anglaise, tout simplement parce qu’il n’existe pas en France, pour des raisons sur lesquelles il n’est pas utile de s’appesantir ici, de réelle volonté politique de développer les coopérations culturelles entre les deux pays. C’est donc le CNRS qui nous permet d’agir, et c’est avec les faibles moyens d’un simple groupement de recherche que nous devons essayer de relever le défi et de nous efforcer de créer les conditions d’un renouveau des études britanniques. Pour atteindre ses objectifs, le GDR « France-îles Britanniques » a choisi, en priorité, de faciliter les missions de recherche des chercheurs et tout particulièrement des jeunes doctorants dans les fonds d’archives et les bibliothèques britanniques. Mais, pour intensifier les contacts entre historiens des deux pays, il a été décidé de soutenir les colloques associant régulièrement des universitaires à des chercheurs, comme les rencontres consacrées aux Plantagenêts sous la direction de Martin Aurell ou celles que Jean-Philippe Genet organise, grâce au soutien de la Maison française d’Oxford, et qui portent sur l’analyse comparative de la société politique en France et en Angleterre à la fin du Moyen Âge et au xvie siècle. Mais, pour encourager historiens britanniques et français à collaborer, à se rencontrer et les aider à mieux se connaître, le GDR a pris la résolution d’organiser chaque année un colloque, « adoptant » pour sa première année, puisque les délais ne lui permettaient pas d’organiser quoi que ce soit lui-même, une rencontre conçue et entièrement menée à bien par nos collègues de Paris IV1 et opportunément consacrée aux tendances récentes de l’historiographie britannique. Le deuxième colloque, celui de Bordeaux (2001), a également été publié2, tandis que l’édition des actes du quatrième, organisé à Paris en 2003 avec le soutien des universités de Paris I et Paris IV, est en cours de réalisation. Nous préparons les rencontres des quatre colloques du contrat 2004-2007, le premier, organisé en étroite collaboration avec David Bates et Stéphane Vandamme, s’est tenu à Oxford (Maison française) et à Londres (Institute of Historical Research) en octobre 2004.

3Ce volume contient les actes du troisième colloque, organisé à Glasgow en collaboration entre les universités de Caen Basse-Normandie et de Glasgow. Ceci ne doit rien au hasard : Caen est l’une des rares universités françaises où un contact régulier entre historiens français et britanniques a pu se développer, grâce notamment aux travaux relatifs à la Normandie ducale qui ont permis des rapprochements féconds entre le Professeur David Bates (à Glasgow jusqu’en 2003 ; il est depuis devenu directeur de l’Institute of Historical Research) et Véronique Gazeau. C’est ainsi qu’est née l’idée d’organiser, depuis la France, dans le cadre du GDR 2136, une table ronde à Glasgow, sur un thème qui n’avait rien à voir avec la Normandie ducale, Liens personnels, réseaux, solidarités en France et dans les îles Britanniques (xie-xxe siècle) / Personal Links, Networks and Solidarities in France and the British Isles (11th-20th Century), mais qui offrait l’occasion de confronter les approches historiographiques très différentes des historiens français et britanniques sur un thème essentiel.

4L’objectif fut de réunir autant de Britanniques que de Français. Ce type de rencontre, sur le sol britannique, qui associe cinq médiévistes, cinq modernistes et six contemporanéistes, est sans aucun doute une grande première. Pour les besoins de la publication, nous avons organisé les communications autour de trois thématiques : I. Liens de parenté et solidarités familiales. II. Réseaux et solidarités politiques. III. Réseaux artistiques et intellectuels. Toutefois, et pour respecter les travaux de la table ronde, nous avons conservé les conclusions proposées par période, celle de Frédérique Lachaud pour la période médiévale, celle de François-Joseph Ruggiu pour la période moderne et celle d’Éric Anceau pour la période contemporaine. Chacun des intervenants a privilégié les aspects comparatifs et la réflexion méthodologique. Nous avons choisi de publier les textes dans la langue des intervenants.

5Cette rencontre s’est déroulée dans des conditions d’accueil merveilleuses. Les autorités de l’Université de Glasgow mirent à notre disposition de magnifiques salles (Melville and Turnbull Rooms). Nous fûmes chaleureusement invités, au cours d’une réception, à la City Chambers de Glasgow par le Lord Provost, Alex Mosson. De somptueux buffets nous ont réunis, au-delà des quatre demi-journées de travail, pour des conversations amicales et informelles. Le Professeur Jinty Nelson, présidente de la Royal Historical Society, assista à notre table ronde et encouragea de futurs travaux comparatifs.

6Cette table ronde n’aurait pas pu se tenir sans le concours du Professeur Malcolm McLeod, Vice-Principal for External relations and Marketing de l’Université de Glasgow, ni sans ceux de la British Academy, de la Royal Society of Edinburgh, de l’université de Glasgow et du CNRS, que nous voulons très vivement remercier. Notre reconnaissance est grande à l’égard de Felicia Yuste, de Nicolle Briet et de Micaël Allainguillaume qui, du côté français, ont œuvré pour l’organisation des déplacements des Français et la préparation des textes en vue de la publication, et de Pam Nye et de Christelle Le Riguer, qui, à Glasgow, n’ont pas ménagé leur peine pour nous offrir un cadre de réflexions et d’échanges excellent.

Notes

1 F. Lachaud, I. Lescent-Giles et F.-J. Ruggiu éd., Histoires d’outre-Manche. Tendances récentes de l’historiographie britannique, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2001.

2 Ph. Chassaigne et J.-P. Genet éd., Droit et société en France et en Grande-Bretagne (xiie-xxe siècles). Fonctions, usages et représentations, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search