Version classiqueVersion mobile

Les identités européennes au XXe siècle

 | 
Robert Frank

Cercles et milieux économiques

Laurence Badel, Eric Bussière, Michel Dumoulin, Ruggero Ranieri et Thierry Grosbois

Texte intégral

  • 1 É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), Milieux économiques et intégration européenne en Europe occiden (...)

1Le groupe chargé d’étudier les cercles et milieux économiques a publié deux ouvrages lors de la seconde étape de l’enquête sur les identités européennes au xxe siècle, ouvrages qui éditent les actes du colloque d’Arras de décembre 19961. La présente synthèse des travaux du groupe propose une réflexion sur quatre points : la définition des espaces économiques européens ; la question de l’émergence d’une identité européenne dans les milieux d’affaires ; la problématique des réseaux et des liens de sociabilité dans ces milieux ; enfin, le débat sur un grand choix : coopération ou intégration économiques en Europe ?

La définition des espaces économiques européens

2L’ambition d’organiser l’Europe en tant qu’un ensemble cohérent où régnerait notamment la paix constitue une idée ancienne. L’œuvre d’un William Penn ou d’un abbé de Saint-Pierre en témoigne. Chez ces auteurs, comme chez tant d’autres, la notion d’équilibre des forces dans le concert européen s’accompagne très tôt de considérations de nature économique. En revanche, même si la question de savoir si la Russie fait partie de l’espace européen traverse le temps, il faut indubitablement attendre le xixe siècle et la mise en œuvre d’espaces spécifiques de nature économique et/ou technique pour que la question de savoir s’il existe une ou plusieurs Europes soit posée.

Les espaces économiques européens au xixe siècle

3Le progrès technique et le libéralisme sont certainement deux facteurs qui ont joué un rôle déterminant dans la structuration des espaces.

4Au plan technique, il faut à peine rappeler le rôle du chemin de fer dans le maillage des espaces nationaux – on pense au cas italien – mais aussi dans le développement de solidarités régionales transfrontalières. Dans le même temps, il est vrai, la connexion entre certains espaces nationaux est restée lettre morte, comme l’illustre bien la difficulté de relier l’Espagne et la France. Un deuxième exemple du rôle de la technique dans l’émergence de solidarités est le télégraphe. Si les cas nationaux sont nombreux et connus, il semble que l’on ait quelque peu perdu de vue l’Union télégraphique latine, par exemple.

5Cette allusion à une union technique fondée sur un substrat culturel partagé permet de constater, dans d’autres secteurs, l’apport remarquable du xixe siècle, qui a vu naître, par exemple, des unions monétaires allemande (1838), latine (1865), et scandinave (1872). Ces unions monétaires, qui purent s’accompagner d’unifications monétaires (Italie, 1862 ; Allemagne, 1871), ne manquèrent pas de soulever de sérieux problèmes, tant au plan technique qu’à celui des identités nationales. En effet, les opinions publiques, notamment dans le cas de l’union monétaire latine, acceptèrent souvent mal l’utilisation de monnaies étrangères qui avaient force libératoire...

6Pour faire bref, la période antérieure à la guerre de 1914, période que l’on a souvent qualifiée de bien plus cosmopolite que la suite du xxe siècle, est effectivement marquée par des tentatives de regroupements qui ne supportent toutefois pas la pression des facteurs nationaux. En ce sens, la période qui précède le premier conflit mondial est paradoxale, dans la mesure où, si l’on peut observer, sur le terrain économique, des tentatives visant à une mise en ordre de la production et des marchés – de l’acier au sucre en passant par le verre –, il semble bien que la notion même d’espaces économiques cohérents, notamment en termes de complémentarité, ne suscite guère l’attention. La logique qui prévaut est qu’au départ d’espaces nationaux forts, les producteurs, le plus souvent soutenus par la puissance publique, ambitionnent de conquérir des marchés extérieurs qui sont autant d’espaces-cibles.

Les espaces économiques européens au cours de l’entre-deux-guerres

7Les conséquences de la Première Guerre mondiale furent désastreuses. En effet, la Russie, devenue soviétique, n’est plus la terre de croisade des capitaux qu’elle a été entre 1890 et 1914. Amputée de cet espace, l’Europe, de la frontière russo-polonaise aux rives de la Méditerranée, se trouve confrontée à deux types de défis relevant de la notion d’espaces : externes et internes.

8Rôle des colonies, montée en puissance des États-Unis et du Japon sur la scène économique internationale, appartiennent aux défis externes. Ils ne retiennent pas ici l’attention. En revanche, ils entrent en ligne de compte quand il s’agit de chercher à mieux comprendre le contexte dans lequel émerge ce que l’on pourrait qualifier de nécessité d’une organisation des espaces européens.

9Les conséquences du traité de Versailles, et plus généralement des traités des châteaux de la région parisienne, provoquent, au-delà du cas russe, un nouvel aménagement des espaces politiques en Europe qui ne va pas sans retombées économiques. La fragmentation la plus manifeste et la plus lourde en conséquences dans la durée est sans nul doute celle qui affecte l’espace compris entre une ligne imaginaire allant de Londres à Bari et la Russie. La fragmentation de l’Europe centrale, de la Baltique au delta du Danube, a eu pour effet un rétrécissement et bientôt une protection jalouse des marchés nationaux dans un environnement économique lié essentiellement au secteur primaire. Dans ces conditions, les économies industrielles occidentales ont été confrontées à la difficulté de pénétrer des marchés fortement protégés au moment même où la concurrence américaine et, aussi, japonaise, sur les marchés d’Outre-Mer (Congo belge, par exemple) fait rage.

10À ce stade, et, bien que les travaux dans ce sens fassent encore le plus souvent défaut, la réflexion sur les espaces européens s’est développée. À cet égard, il suffit de rappeler le projet paneuropéen de Coudenhove Kalergi et aussi, et peut-être surtout, les écrits de Francis Delaisi opposant à l’Europe du cheval de trait celle du cheval-vapeur, suggérant une politique de grand travaux afin de relier entre elles les Europes centrale, occidentale et méridionale.

11Mais surtout, la fin des années vingt est remarquable au point de vue qui nous occupe. En effet, la proposition Briand du 17 mai 1930assignait comme fin essentielle à l’organisation économique de l’Europe :

  • 2 L’article 2 du traité instituant la CECA stipule que celle-ci « a pour mission de contribuer [...] (...)
  • 3 Faut-il même rappeler que le titre III du traité instituant la CEE est intitulé « La libre circula (...)

« Un rapprochement des économies européennes réalisé sous la responsabilité politique des gouvernements solidaires.
À cet effet, les gouvernements pourraient fixer eux-mêmes [...] dans un acte d’ordre général et de principe qui constituerait un simple pacte de solidarité économique, le but qu’ils entendent assigner comme fin idéale à leur politique douanière (établissement d’un marché commun pour l’élévation au maximum du niveau de bien-être humain sur l’ensemble des territoires de la communauté européenne)2. À la faveur d’une telle orientation générale pourrait s’engager pratiquement la poursuite immédiate d’une organisation rationnelle de la production et des échanges européens, par voie de libération progressive et de simplification méthodique de la circulation des marchandises, des capitaux et des personnes3, sous la seule réserve des besoins de la défense nationale dans chaque État ».

12Les notions de rapprochement des économies et d’organisation rationnelle de la production et des échanges sont évidemment très importantes. En effet, la convergence implique de fixer les critères de celle-ci et, le cas échéant, la manière de corriger les distorsions pouvant exister entre différents États ou régions. De même, la convergence exige des réformes structurelles visant à l’organisation rationnelle de la production et des échanges.

  • 4 Voir l’enquête conduite, en 1928, par Die Kölnische Zeitung et publiée sous le titre : Europäische (...)
  • 5 E. Jüngst, Wirtschaftsfragen des Ruhrbergbaus, Essen, 1929.
  • 6 Paru à la Librairie Valois dans la Bibliothèque syndicaliste en 1927.
  • 7 Rapport général soumis par la Sous-commission de coordination en matière économique, Commission d’ (...)
  • 8 Ibid.

13La nécessité des réformes de structure a été au cœur de la réflexion de nombreux milieux en Europe dès la fin des années vingt. Cette réflexion porte évidemment sur la modernisation dans une foule de domaines. Mais là ne saurait s’arrêter le constat. En effet, il est frappant de constater qu’un secteur comme celui du charbon et de l’acier fait l’objet, en Allemagne, d’études comparatives entre la situation dans ce pays et celle vécue par d’autres économies européennes4. Mais, surtout, la notion de bassin, de région, bref d’ensemble distinct de l’entité nationale, émerge. Qu’il s’agisse des interrogations au sujet du bassin de la Ruhr5, ou de celles relatives au « Sud-Ouest, une région française », pour reprendre le titre d’un ouvrage d’Hubert Lagardelle6, il s’agit d’une préoccupation nouvelle. Il est troublant que cet intérêt, certes encore timide, envers l’espace régional, soit contemporain de l’idée des « rapprochements » européens qui en laissa plus d’un « quelque peu désemparé devant le nombre et la variété des problèmes soulevés »7. C’est que ces rapprochements ne doivent pas nécessairement impliquer tous les pays mais bien un ou des ensembles de pays et ce, dans un contexte nouveau qui est celui des « réseaux des multiples rapports économiques divers qui s’établissent entre un grand nombre de pays »8. L’interdépendance n’est pas loin.

  • 9 Voir les considérations de P. M. R. Stirk, « Ideas of Economic Integration in Interwar Mitteleurop (...)

14Les préoccupations nées du concept de rapprochement ne sont pas uniquement perceptibles en Europe Occidentale. En Europe centrale, en effet, la question a également été à l’ordre du jour. Elle fait même l’objet de houleux débats car des considérations relevant de la situation antérieure à 1918 s’en mêlent. Comme le note l’économiste hongrois Elemer Hantos dès 1925, l’idée d’unions douanières en Europe centrale est, au même titre qu’un plan de fédération danubienne, vouée à l’échec car elle suscite la crainte de voir une « grande puissance » utiliser l’union à son seul profit. Ceci étant, l’idée d’intégration a ses fervents partisans en Europe centrale dans les années vingt et trente. Hantos, Woytinski, Pal Auer plaident en faveur de solutions impliquant l’Allemagne et conduisant, de ce fait, à une division régionale du travail exigeant des coûts d’ajustement ou, pour le dire autrement, des coûts de « rapprochement »9.

  • 10 Norvège, Suède, Danemark, Belgique, Pays-Bas, Grand-Duché de Luxembourg et Finlande.

15Que l’espace danubien ait fait l’objet de réflexions en vue d’une intégration régionale n’est pas neuf. En revanche, l’existence de ces considérations est rarement mise en exergue comme participant du mouvement qui, dans le contexte de la grande dépression des années trente, avu se mettre en place la recherche non pas d’intégration mais de coopération entre espaces économiques nationaux en vue de contrecarrer au mieux les effets de la crise sur les échanges, notamment. À cet égard, le groupe d’Oslo qui réunit, entre 1930 et 1940, sept petits pays10 est considéré comme un précurseur de la coopération régionale postérieure à1945 qu’incarnent Benelux et le Conseil nordique.

  • 11 Voir les remarques de C. Bonneau, « Réseaux ferroviaires, réseaux électriques et régionalisation e (...)

16La multiplication des instances et institutions dans le cadre desquelles une coopération est à tout le moins souhaitée, à défaut d’être réalisée, est une caractéristique de l’entre-deux-guerres. Certes, le paradoxe veut que cette période soit aussi celle de l’affirmation de volontés hégémoniques. La découverte que désormais l’interdépendance est une donnée de fait (« les réseaux ») date de cette époque et se traduit d’ailleurs, en dehors des États, par des initiatives provenant des milieux économiques eux-mêmes. À ce sujet, il faut rappeler, sans entrer ici dans la question des milieux et des sociabilités, qu’un Dannie Heineman, patron de la puissante SOFINA, se fait l’ardent défenseur d’un réseau européen de production et distribution de l’électricité devant permettre, dans le sud et l’est de l’Europe, « à toute région, fût-elle dépourvue de source d’énergie, d’approcher du niveau de l’Europe industrielle ». Or, dans le même temps, et même si c’est encore d’une façon que l’on peut qualifier de prudente et timide, l’interconnexion de l’est de la France avec la Suisse et l’Allemagne (et plus tardivement et partiellement la Belgique) est une réalité. L’électricité concourait ainsi, à la veille du second conflit mondial, au renforcement d’un espace régional transnational épousant le cours du Rhin et les versants orientaux et occidentaux de son hinterland11.

17Au vu de ce qui précède, il paraît légitime de dire qu’à la veille du second conflit mondial, il existe un bref catalogue de notions. Il s’agit de celles :

  • d’interdépendance (« réseaux ») ;
  • de nécessaire « rapprochement » entre espaces économiques nationaux sans que l’on sache toujours comment répondre à la complexité que l’on découvre ;
  • d’espace européen industrialisé par opposition à l’Europe centrale et méridionale ;
  • de régions nationales mais aussi, par la force des choses, transnationales comme dans le cas de l’interconnexion électrique.

18Au-delà des notions, l’expérience du groupe d’Oslo est un peu celle d’un laboratoire ébauchant une coopération régionale entre États.

Les espaces économiques européens pendant la Seconde Guerre mondiale

19L’abondance de plans des temps de guerre pour l’Europe d’après-guerre est telle qu’un passage en revue est inconcevable. Il reste que, au plan économique, une constante se dégage même si les modalités ou les formes varient. Cette constante est celle d’une prise en compte des difficultés de l’entre-deux-guerres et de l’affirmation de l’interdépendance par le biais d’une coopération régionale. Si Benelux fut en quelque sorte la première réalisation sur le terrain, bien d’autres plans et projets furent ébauchés : de l’Europe lotharingienne à l’Europe franco-anglaise, etc.

20Quoi qu’il en soit des architectures qui furent imaginées, ici l’essentiel tient dans la démarche consistant à répondre à un défi, voire à une menace : celle que les Anglais et, aussi, les Américains firent peser sur les alliés d’Europe occidentale et centrale, dont le manque de coopération dans l’entre-deux-guerres fut désigné comme la cause principale du conflit mondial.

Les espaces économiques européens au cours de la construction européenne d’après-guerre

21La lecture de la dynamique de la construction européenne après 1945 doit d’abord et avant tout tenir compte de la rupture de l’espace européen en plusieurs « blocs » ou « ensembles ». L’URSS et ses satellites, la Scandinavie, l’Europe occidentale, y compris l’Allemagne, « ventre mou de l’Europe », les régimes fascistes espagnol et portugais, les petits neutres (Suisse, Autriche, Irlande), sans oublier la Yougoslavie non alignée, constituent un « patchwork », sans doute plus complexe que celui de l’entre-deux-guerres.

22D’une certaine manière, les facteurs géopolitiques jouant un rôle déterminant, le nombre d’espaces nationaux susceptibles d’entrer dans une dynamique régionale se révélait restreint. En 1950, un seul espace national aurait pu se joindre au Six de la « petite Europe » : le Royaume-Uni. Il n’en fut rien car, en termes d’espace économique, le Royaume-Uni concevait toujours que son horizon était l’océan et donc le monde.

23De facto, l’espace de la CECA, puis celui de la CEE, fut un espace restreint dont on a pu observer, avec le temps et avec raison, qu’il constitua le noyau primitif, certains disent le « noyau dur », de la dynamique européenne. Sans doute, dès le début des années soixante, plusieurs pays furent-ils associés à la CEE tandis que se mettait en place l’Association européenne de libre-échange (AELE), elle-même créée par le Royaume-Uni après l’échec de la tentative de constitution d’une Zone européenne de libre échange (ZELE) dont auraient été membres, pour l’essentiel, les pays membres de l’OECE. Mais l’association n’étant pas l’adhésion, il existait donc plusieurs architectures institutionnelles dans le domaine économique en Europe.

24Ce n’est que progressivement que la petite Europe s’élargit. Au nord et à l’ouest d’abord (Irlande, Royaume-Uni, Danemark, le référendum du25 septembre 1972 en Norvège étant négatif), au sud-est (Grèce), au sud-ouest ensuite (Espagne et Portugal), l’espace européen grandit. Mais l’élargissement ne va pas sans poser le problème de l’existence d’une Europe à plusieurs vitesses, notamment en termes de développement économique, d’allocation des ressources, etc. Le différentiel entre la Crète et la Bavière, la Lombardie et l’Algarve, la Wallonie et l’Île-de-France ne va pas sans poser la redoutable question des écarts dans le développement régional et, partant, la reconnaissance de la région en tant qu’espace de réalisation de performances économiques rendues possibles grâce à une série de facteurs historiques et géographiques mais également sociaux, culturels, techniques, logistiques, etc. Ces performances, réalisées dans un contexte idéologique marqué par un libéralisme exacerbé, contrebalancé par les aides et subsides nationaux et européens, ont donné ou redonné naissance à une véritable mosaïque d’espaces économiques régionaux revendiquant toujours plus d’autonomie.

25Ce processus était largement entamé quand eut lieu l’effondrement de l’empire soviétique et le début de l’éclatement de la Yougoslavie. L’espace des douze Européens, qui deviendront quinze en 1995, s’est trouvé confronté à une situation ressemblant fort à celle de l’entre-deux guerres, si ce n’est que le nombre d’entités nationales concernées est de loin supérieur à celui que l’on connut alors.

26S’il est vrai qu’il existe une Europe des régions au plan économique, ce qui implique la reconnaissance, au sein de l’Union, de plusieurs Europes, ces espaces sont eux-mêmes en présence de plusieurs Europes centrale, orientale et balkanique.

27La dynamique de décomposition/recomposition de l’espace européen donne à penser. En effet, au plan économique, l’existence de « corridors » de transports, de projets de coopérations régionales transfrontalières, démontre que des solidarités spatiales qui remontent parfois à plusieurs siècles, sont renouées.

28Dans le même temps, le niveau régional n’a pas pris la place du niveau national. Celui-ci, dans onze cas, parmi lesquels les six de la « petite Europe », sur les quinze que compte l’Union, est celui où s’est située la décision d’accepter les critères de convergence devant être respectés afin de réaliser l’union monétaire, et celle de souscrire au pacte de stabilité.

29Au-delà du fait qu’un différentiel apparaît une fois encore entre ceux qui font partie du « noyau de l’Euro » et les autres, il faut souligner que les espaces en présence ne sont pas nationaux ou régionaux mais bien nationaux et régionaux, et ce dans un contexte dit de mondialisation ou globalisation. En d’autres termes, la difficulté d’analyse et de compréhension des architectures en présence relève de leur enchevêtrement horizontal et vertical, car les rapprochements ou convergences à l’œuvre sont à la fois à géométrie variable et en réseaux.

L’émergence d’une identité européenne dans les milieux d’affaires

La problématique

  • 12 . Pour une revue des théories de l’intégration, voir notamment : L. Cram, « Integration theory and (...)

30De nombreux modèles interprétatifs pourraient être employés afin d’expliquer l’émergence d’une identité européenne parmi les cercles économiques européens. Les cercles économiques dirigeants européens peuvent être considérés comme partageant une large variété d’attitudes en faveur d’une plus grande unité européenne. Un mouvement de l’opinion publique, en faveur d’une Europe plus fédérale ou confédérale, semble avoir apporté avec lui l’urgence de nouvelles structures politiques et économiques. Par contre, selon un modèle plus fragmentaire, il est possible d’envisager un processus néo-fonctionaliste de spill over, parle quel les premières étapes en faveur de l’intégration supranationale européenne générerait un nouvel ensemble d’allégeances parmi les acteurs économiques, concentrées autour d’un sens commun de l’intérêt et des affaires européens12.

  • 13 E. B. Haas, The Uniting of Europe Political, Social and Economic Forces 1950-1957, Stanford, Calif (...)

31Cependant, notre analyse, basée sur un large spectre d’études de cas historiques, couvrant des pays différents et divers acteurs économiques, a permis d’apporter une faible confirmation de tels modèles. La dimension européenne a émergé de manière plus faible que ce qui aurait pu être assuré dans un contexte fédéral et de manière moins exclusive que ce qui avait été suggéré par les analyses néo-fonctionalistes, telles qu’elles ont été définies à l’origine par E. Haas ou L. Lindberg13. Les identités européennes paraissent avoir été fermement prises au piège dans un modèle plus large d’attitudes, incluant l’allégeance aux buts nationaux, ainsi qu’à des réseaux d’affaires. En fait, les origines mêmes d’une perspective européenne semblent avoir été liées à des motifs économiques à long terme, plutôt qu’à des réactions à court terme et spécifiques aux événements politiques.

32Tandis que l’émergence d’institutions européennes à caractère supranational faisait coopérer au sein de certaines instances les acteurs économiques au niveau européen, elle ne semble pas avoir pas été un facteur clé favorisant une identité européenne. En fait, dans la plupart des cas, une certaine identité européenne préexistait avant les débuts de l’intégration européenne. Sa dynamique était affectée par une variété de facteurs et était soumise à des avancées futures autant qu’à des revers.

  • 14 É. Bussière et M. Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un après-gu (...)

33Une des conclusions de notre travail consiste à considérer que les identités européennes étaient très diffuses et amalgamées avec d’autres identités. Elles n’étaient pas exclusives, mais inclusives. Les cercles économiques devenaient conscients de l’identité européenne principalement par le biais de leur approche particulière de la pratique des affaires, qui formait leur vision globale. En fait, il est possible d’identifier grossièrement trois de ces approches, chacune incluant un large spectre de cercles économiques européens : une approche libérale, une approche régulée ou concertée et un interventionnisme technocratique14. Les divisions entre ces trois approches n’ont pas été toujours clairement établies et il y a constamment eu un nombre significatif de chevauchements ; malgré tout, la référence à ces diverses tendances aide à clarifier la manière dont les milieux d’affaires percevaient la question européenne au cours du xxe siècle.

Les défis externes

  • 15 L. Tsoukalis, The New European Economy Revisited, Oxford, 1997; W. Sandholz et J. Zysman, « 1992: (...)

34L’émergence d’une identité européenne était souvent le résultat d’entreprises, industries et gouvernements européens affrontant un défi, émanant hors d’Europe. Il y eut de nombreux exemples de ce fait. Un cas récent a été la menace de forte compétition de la part de producteurs américains, asiatiques et japonais, particulièrement dans le domaine des biens de consommation électroniques durables, machineries de bureau et technologies de l’information, au cours des années 1970 et 1980. Ce fut un des facteurs à l’origine de l’initiative de la Table ronde des industriels européens, qui ouvrit la voie en faveur du lancement d’un certain nombre de réseaux européens au cours des années quatre-vingt ainsi que l’initiative de 1992 prise par la Commission, et incarnée dans l’Acte Unique européen15.

  • 16 B. Eichengreen, Golden fetters, the Gold Standard and the Great Depression 19191939, Oxford, 1992; (...)

35Au travers de la majeure partie du xxe siècle, le défi externe le plus puissant pour les milieux d’affaires européens a été la perception du profil ascendant américain, exposant ses effets tout autant au niveau macroéconomique qu’au niveau de l’entreprise et de l’industrie. La dépendance financière envers les USA après la Première Guerre mondiale, combinée aux conflits commerciaux transatlantiques, déclenchent les premières tentatives, mortes-nées et infructueuses, à rapprocher pays et gouvernements européens. Les plaintes à l’encontre du protectionnisme américain, ainsi que de l’ascendant monétaire américain ont été, de manière intermittente, exprimées tout au long du siècle. Indubitablement, elles ont formé le contexte sous-jacent des initiatives destinées à favoriser une meilleure intégration européenne, allant du Marché commun en 1957 jusqu’au SME en 197816.

  • 17 Consultez D. A. Hounshell, From the American System to Mass Production 1800-1932, Baltimore, 1984; (...)
  • 18 Pour une discussion du « modèle européen », consultez C. F. Sabel et J. Zeitlin (éd.),World of Pos (...)

36Dans les milieux d’affaires, l’émergence d’un modèle américain, et la perception extérieure de la puissance des sociétés commerciales américaines, ont servi de catalyseur important pour l’émergence d’une identité européenne. Cela a été vrai à la fois en termes négatifs et positifs. Dans le même sens que la perception de la puissance américaine, mettant en évidence un débat récurrent sur le déclin ou la spécificité européenne, « l’américanisation » des relations d’affaires était perçue alternativement comme une menace ou une attraction. Débutant dans les années 1920, et persistant dans une plus faible mesure jusqu’aux années 1960, les caractéristiques particulières du modèle américain tels que les vastes marchés, le mouvement de concentration, le capitalisme managérial et l’organisation du travail scientifique, impressionnèrent l’esprit des industriels européens17. Ils déclenchèrent une variété de réactions, provoquant de la grossière imitation, l’adaptation créative ou une recherche des alternatives viables, qui appelaient automatiquement une meilleure appréciation des singularités d’un « modèle européen ». La définition d’un tel modèle variait selon les secteurs envisagés et les cultures nationales différentes. Dans l’ensemble, cependant, il pourrait comprendre les caractéristiques suivantes : une production de qualité basée sur une main-d’œuvre habile ; des regroupements régionaux agglomérant des réseaux spécialisés d’utilisateurs et de clients ; taille moyenne des exploitations industrielles plus petite qu’aux États-Unis, avec un secteur significatif de petites et moyennes firmes, contrôlées par des capitaux familiaux ; et une orientation vers des formes d’intégration horizontale conçues afin d’assurer la stabilité du marché18.

  • 19 R. Ranieri, « Between America and Europe: The Introduction of Wide Strip Mills in Britain and Ital (...)

37Bien que ceci n’ait jamais clairement constitué un modèle uniforme ou cohérent, il se révèle suffisant pour définir les réactions de nombreux producteurs européens, lorsqu’ils se voyaient confrontés aux nouveaux défis transatlantiques, managérial et technologique. Un exemple éclairant est constitué par la réaction des producteurs européens d’acier à l’émergence de la fabrication à larges bandes, une invention américaine, qui révolutionna la fabrication des produits plats à la fin des années 1920. Agissant isolément, mais selon une attitude similaire et avec un certain degré de cross-fertilisation, les industriels de l’acier allemand et britannique, suivis par les autres producteurs européens, ont résisté initialement contre le courant de la production de masse et la standardisation inhérente à la nouvelle technologie, cherchant à privilégier des alternatives à plus petite échelle. Confrontés, cependant, à l’évidente supériorité de la fabrication à larges bandes, ils ne l’adoptèrent pas, tout en réalisant une adaptation significative aux conditions européennes. Au cours de cette période d’ajustement, un débat intéressant eut lieu au sein des cercles techniques et des associations de commerce, au sujet des caractéristiques spécifiques de la pratique industrielle européenne, engendrant une variété de solutions flexibles similaires dans différents pays19.

  • 20 P. P. d’Attorre, « Anche noi possiamo essere prosperi – Aiuti ERP e politiche della produttività n (...)
  • 21 J. Tomlinson et N. Tiratsoo, « Americanisation beyond the Mass Production Paradigm », dans M. Kipp (...)
  • 22 Consultez F. Venanzi et M. Faggiani, ENI. Un’autobiografia, Milan, 1994 ; N. Perrone, Obbiettivo M (...)

38La confrontation avec le modèle américain met souvent en lumière le retard et la faiblesse des pratiques courantes européennes, un fait souvent mieux perçu par les pays plus petits et moins avancés, en raison de l’absence de traditions anciennes, et plus fortes, consolidées au sein d’institutions d’affaires des grandes nations européennes. Les Missions de productivité établies dans le cadre du plan Marshall sont suivies par les élites économiques dans des pays comme la Belgique et, au moins en partie, l’Italie, en tant qu’opportunité d’améliorer leurs méthodes de gestion, en introduisant les nouvelles techniques managériales développées aux USA au cours de la période d’entre-deux-guerres20. Bien que des missions similaires se soient déroulées en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, il y eut dans ces pays une résistance initiale plus forte qui les conduisit à accumuler certains retards tout en réalisant, à plus long terme, une adaptation peut-être plus élégante des pratiques américaines aux conditions nationales21. De la même manière, l’existence de puissantes associations professionnelles nationales renforça une action concertée, orientée vers le maintien de cartels, et centrée sur une culture proprement européenne, favorisant la résistance à l’introduction des méthodes de type américain. Par contre, l’émergence de nouveaux dirigeants technocrates dans des secteurs économiques clés contrôlés à un certain degré par une participation étatique, assura un contexte beaucoup plus favorable pour l’américanisation. La modernisation technocratique, de cette manière, combinait souvent l’adoption extensive des solutions américaines avec une mission nationale renouvelée. Un des meilleurs exemples de ce fait est fourni par Enrico Mattei, le fondateur et président de l’ENI, qui, procédant à une adoption extensive des méthodes américaines de gestion au sein de son conglomérat, dut affronter une campagne implacable contre la prédominance des intérêts US dans le secteur pétrolier22.

  • 23 R. Perron, Le Marché du charbon, en enjeu entre l’Europe et les États-Unis de 1945 à 1958, Paris, (...)
  • 24 M. Dumoulin, « Créer une solidarité pétrolière en Europe ? (1960-1979) », dans É. Bussière et M. D (...)
  • 25 J. Zeitlin, « Introduction. US Technology and Management in Postwar Europe and Japan », dans J. Ze (...)

39Idéalement, les tentatives de résistance à l’influence et à la puissance américaine dans certains secteurs devraient avoir assuré une large convergence en faveur de l’identité et organisation européennes. Un nombre d’étude de cas, cependant, montre que cela eut une incidence très inégale et irrégulière. Par exemple, la question des importations de charbon provenant des USA au cours des années cinquante a généré des divisions entre pays importateurs et exportateurs au sein de la Communauté européenne du charbon et de l’acier23. De même, dans le secteur pétrolier, les entreprises européennes tentèrent et échouèrent dans la tentative de former un front commun à l’encontre des Majors, préférant privilégier des stratégies individuelles de survie24. S’il s’avère possible de retrouver une profusion de sentiments anti-américains similaires, voire communs, à différentes époques, parmi des élites économiques européennes, rarement ces ressentiments donnent naissance à une stratégie corporatiste commune. Par contre, il ne faut pas sous-estimer les liens et similarités plus profonds. L’historiographie récente relative à la dissémination en Europe, au cours de l’après-guerre, du management et des progrès technologiques américains, révèle l’imagination avec laquelle les décideurs européens choisirent sélectivement et adaptèrent les innovations américaines, selon des processus similaires au travers des différents des pays et secteurs économiques25. Il est hautement vraisemblable que de telles similitudes émergeront également de l’étude des réactions trans-européennes aux investissements japonais et, plus récemment, aux défis de la « globalisation » sur la structure et la stratégie des sociétés.

Les défis internes

  • 26 J. Gillingham, Coal, steel and the rebirth of Europe 1945-1955 – The Germans and French from Ruhr (...)

40À un niveau différent, un sentiment d’identité européenne fut généré de l’intérieur. Ce fut le résultat d’une interdépendance croissante entrepreneuriale et économique au sein de l’Europe, dont les origines peuvent être retracées au cours de la période de l’entre-deux-guerres ainsi qu’antérieurement. Particulièrement importants dans ce contexte, en raison de ses vastes ramifications politiques et économiques, furent les rapports entre les milieux d’affaires allemands et français. De plus, les relations franco-allemandes ont souvent servi en tant que catalyseur afin de rassembler d’autres groupes d’hommes d’affaires originaires des pays voisins26.

  • 27 F. Berger, « Les patrons de l’acier en France et Allemagne face à l’Europe (19301960) », dans É. B (...)

41Un certain nombre d’études consacrées aux relations économiques franco-allemandes confirme largement ces affirmations. Par exemple, dans l’industrie de l’acier, propriétaires et entrepreneurs en France et en Allemagne jouissaient d’une éducation similaire et de bons contacts réciproques, renforcés par une fréquentation mutuelle intense au cours d’une longue période. Tout au long de l’entre-deux-guerres et après la Deuxième Guerre mondiale, cela avait favorisé la compréhension mutuelle et un respect pour la situation dans laquelle se trouvait l’autre partie ; ce qui signifie, par exemple, que les sujets controversés n’étaient pas soulevés à l’occasion des consultations réciproques, l’attention se portant sur le terrain d’entente commun. Habituellement, les industriels de l’acier des deux pays soutinrent l’amélioration des relations franco-allemandes et européennes ; même lorsque les rapports entre les deux pays se détériorèrent dramatiquement, ils envisagèrent encore toutes les voies possibles de coopération. Les Français en particulier considéraient les Allemands comme des partenaires indispensables après la Deuxième Guerre mondiale et, bien avant le lancement du plan Schuman, ils se firent les avocats du rapprochement économique. Les institutions représentatives telles que les chambres internationales de commerce ou l’organisation industrielle franco-allemande, promouvaient après la guerre une vaste collaboration européenne comportant la participation pleine et entière de l’Allemagne de l’Ouest27.

  • 28 D. Spierenburg et R. Poidevin, Histoire de la Haute Autorité de la Communauté Européenne du Charbo (...)

42Il n’est pas surprenant, étant donné la forte tradition de cartels prévalant dans l’industrie européenne de l’acier, que les organisations représentatives des sidérurgistes français, allemands et des autres pays aient rejeté fermement la direction technocratique par des élites économiques, au sein de la nouvellement créée Communauté européenne du charbon et de l’acier. La même chose peut être constatée dans le secteur charbonnier, où les associations nationales des six pays membres, coalisées au niveau de la CECA, résistèrent de manière déterminée aux pouvoirs de la Haute Autorité. Un plus grand degré d’interventionnisme gouvernemental dans l’économie enfreignait donc les règles d’anciens réseaux d’affaires à la fois au niveau national et européen. L’un des affrontements majeurs durant les négociations pour le plan Schuman fut la lutte entre Monnet, appuyé par les Américains, et les industriels de la Ruhr, soucieux de préserver leurs prérogatives traditionnelles. Ultérieurement, une bataille similaire fut engagée entre la Haute Autorité et les industriels allemands du charbon, opposant à nouveau les institutions supranationales européennes aux cartels allemands régionaux et nationaux. Mais, tandis qu’il y avait une rivalité nationale entourant ces conflits, ce contexte était souvent dépassé par un fort sentiment de large solidarité européenne parmi les industriels partageant la même vision. Cette solidarité était le résultat d’une convergence entre des expériences similaires, avec, par exemple, des industriels français de l’acier menacés par leurs propres planificateurs, ou des firmes sidérurgiques italiennes du Nord menacées par l’expansion du secteur étatisé, ou des industriels du charbon en Belgique craignant les intentions du gouvernement de rationaliser les fosses et de restreindre les subsides28.

  • 29 G. Noël, « Le protectionnisme : moteur d’une solidarité agricole et alimentaire européenne au xxe (...)

43La difficulté pour les historiens de dresser une carte de ces conflits au sein des diverses industries s’explique en raison de leur aboutissement, souvent brouillé et incertain. Si des arguments plaident en faveur du fait que les milieux d’affaires européens se sont adaptés à un marché moins organisé et plus concurrentiel, il existe également des cas où cette transition fut l’objet de résistance, voire, dans certains cas, fut contrecarrée franchement, malgré les nouvelles réglementations anti-cartel adoptées à la fois au niveau supranational et national. Ainsi, à la périphérie de l’histoire formaliste de l’intégration européenne, il faut relever une importante, bien que beaucoup moins transparente, histoire s’attachant à l’étude d’un puissant réseau constitué de contacts entre milieux d’affaires français, allemands et d’autres industriels européens. Dans certains secteurs, à l’occasion de moments historiques particuliers, le niveau formel et informel de l’intégration européenne fusionne, comme par exemple dans le secteur agricole, où les associations nationales d’agriculteurs sont amenées à gérer la Politique Agricole Commune. De même, au cours de la crise du secteur sidérurgique au début des années quatre-vingt, les associations nationales de l’acier furent incitées par la Commission à renforcer la régulation du marché29.

Des identités conflictuelles ?

44Dans le cas des cercles économiques, plus que pour les autres acteurs, les perceptions sont forgées en réaction contre les pressions extérieures et les défis, et tendent au pragmatisme. Les identités sont plus complexes à définir, dans la mesure où elles consistent en une accumulation de perceptions, combinée avec des modèles établis d’allégeance liés à l’intérêt individuel ainsi qu’à des déterminants culturels et historiques. Dans l’ensemble, les considérations pragmatiques sont dominantes.

45Pour la plupart des hommes d’affaires, l’allégeance était due principalement à leur entreprise et, par conséquent, à l’association nationale de commerce dont elle relevait. Ces préalables se manifestaient, dans de nombreux cas, par le biais d’une dimension européenne, qui constituait souvent une part essentielle de la vision et des intérêts des industriels. Autrement dit, ce n’était pas le résultat d’une idéologie ou d’un choix particuliers, mais beaucoup plus une nécessité, déterminée par des considérations liées au marché et par des choix particuliers d’organisation entrepreneuriale. De même, les hommes d’affaires ont maintenu une relation étroite avec leur gouvernement national, afin de conserver une capacité de pression et d’influence sur les politiques gouvernementales. De plus, de telles allégeances et identités n’étaient pas nécessairement en conflit, mais se réalisaient selon un continuum, ayant parfois des effets isolément à des niveaux différents, parfois se renforçant mutuellement.

  • 30 P. L. Cottrell, « Norman, the Bank of England and Europe during the 1920s : case studies of Belgia (...)
  • 31 G. Carli, Cinquant’anni di vita italiana, in collaborazione con P. Peluffo, Rome-Bari, 1993.

46Dans le cadre de ce modèle général, il existait de grandes différences de conception entre les divers cercles économiques. Dans le secteur bancaire, par exemple, nous constatons à nouveau l’émergence de réseaux européens, comportant une vision commune, dans le sens d’une préférence pour des solutions libérales, basées sur des monnaies saines et convertibles. La formation d’un large réseau européen de banquiers fut mise largement en lumière dans le cadre de la stabilisation des crises des années 1920, de même que dans le retour graduel à la convertibilité au cours des années 1950. Dans le même temps, les banquiers étaient fortement impliqués dans la politique des banques centrales, dans le cadre d’un environnement international30. En fait, comme dans le cas des organisations représentatives regroupant les industries manufacturières, les banquiers se rassemblaient autour d’une vision particulière de coopération et d’intégration, qui n’était pas nécessairement la même que celle soutenue par leurs gouvernements respectifs. Il est notoire, par exemple, que beaucoup de représentants des banques centrales, durant les négociations entreprises dans les années 1957-1958 au sein de l’OECE, favorisaient la création d’une zone de libre-échange, et s’opposaient à l’environnement plus étroit et plus réglementé du Marché commun31. Cette communauté d’opinions n’écartait pas les divisions aiguës, selon des clivages nationaux, par exemple à propos du timing de la convertibilité, ou du caractère fixe ou fluctuant des taux de change.

  • 32 M. Dumoulin, Petrofina. Un groupe pétrolier international et la gestion de l’incertitude, I, Louva (...)

47Les identités n’étaient donc pas perçues comme exclusives. L’émergence d’une dimension européenne servait souvent à renforcer une perception nationale, ou à la diluer. D’autres clivages sont aussi importants. L’industrie pétrolière, par exemple, aurait pu constituer un test idéal afin de réaliser une politique européenne. Cependant, il y avait des problèmes importants provoquant la division entre compagnies, tels que la nature de la propriété publique ou privée, et la divergence des points de vue dans les négociations avec les Majors, allant de l’affrontement, comme dans le cas d’Agip en Italie, à l’appartenance à leur cercle, comme dans le cas de Shell et BP. De plus, la position faible et marquée par l’indécision de la Commission de la CEE a causé l’échec de la tentative d’initier un dialogue avec les producteurs et a empêché de préparer des propositions pour adopter des règlements et des mesures communs32.

  • 33 R. Perron, « Divergences Front Uni : l’organisation européenne des producteurs de charbon (le CEPC (...)

48Au sein de l’industrie charbonnière, où la pression des politiques nationales fut assez forte, les signes les plus prometteurs ouvrant la voie à une position européenne commune furent le défi externe constitué par l’ascension rapide des sources alternatives d’énergie dans les années 1960. Cette situation permit quelques actions communes, n’aboutissant qu’à un effet retardateur. En tout cas, elles réussirent, là où une décennie de présence côte à côte dans le cadre de la CECA avait échoué33.

49En conclusion, l’identité européenne émergeant au sein des cercles économiques fut généralement de faible nature, développant le « chacun maître chez soi » combiné à d’autres allégeances : à leur intérêt national, ou à la perspective particulière émergeant au sein de leurs réseaux d’affaires. L’identité fut donc faible, plutôt que forte, et, dans certains cas, elle ne pourrait être définie que par des affinités et une sensibilité culturelles. Dans d’autres cas, elle prit une forme plus positive et réactive, avant de faire partie du processus par lequel les cercles économiques poursuivirent leurs coopérations stratégiques à un niveau international. Il n’y avait aucune corrélation immédiate, cependant, entre l’intégration européenne, au sens de l’évolution des institutions européennes après 1945, et le développement d’une identité européenne. Dans beaucoup d’exemples, les cercles économiques européens résistèrent à l’intégration européenne, en fonction de critères nationaux ou à cause d’une vision divergente des questions économiques. Les affrontements entre des groupes économiques entretenus par des approches opposées pouvaient aboutir à un réalignement international des acteurs, transcendant les allégeances nationales. Les cercles économiques façonnèrent des notions particulières d’une identité européenne, convenant à leurs besoins et à leurs stratégies.

Milieux, réseaux et sociabilités

50À partir des années vingt aucun milieu économique n’a été épargné par la nécessité de réfléchir à la construction d’une Europe unie. Qu’il se soit agi de simples prises de position, d’échanges d’idées et d’expériences communes débouchant sur la conscience d’une solidarité de fait, ou de pratiques effectives (mise en place des premiers cartels internationaux), chaque cercle économique a dû prendre parti face à un thème nouveau du débat politique. Il revint à un certain nombre de personnalités-phares de ces cercles de le propager, de le développer, d’en proposer les moyens d’une première application. Ces « médiateurs » offrent, par-delà les frontières, un profil particulier : leur engagement en faveur de l’Europe est indissociablement lié à une expérience transfrontalière, à une mentalité de voyageur ; il reflète un esprit ouvert sur le monde. « Héritiers » d’une entreprise familiale comme l’Allemand Richard Merton, patron de Metallgesellschaft A.G., ou comme le Français Jean Monnet, qui promut l’entreprise familiale de cognac à travers le monde, ces entrepreneurs ont souvent bénéficié d’une expérience spécifique de négociant international. Merton a travaillé plusieurs années aux États-Unis, en Suisse, en Australie ; Monnet s’est formé en Angleterre, au Canada, aux États-Unis. « Managers » grâce à une formation classique d’excellence qui leur a donné des moyens d’investir, comme les sidérurgistes Léon Daum, directeur général de la Compagnie des forges et aciéries de la Marine et d’Homécourt de 1927 à 1952 ou Wilhelm Zangen, directeur général de Mannesman de 1934 à 1957, ils ont élargi leur compétences grâce à des voyages d’études et à des échanges d’expérience. Une forte continuité est assurée d’un après-guerre à l’autre par l’entremise de ces hommes. Qu’ils soient entrepreneur (Richard Merton), représentant patronal (Jacques Lacour-Gayet), haut fonctionnaire international (André François-Poncet, Arthur Salter, Daniel Serruys, Albert Thomas), expert (Charles Rist) leur activité principale n’épuise pas les multiples facettes d’une personnalité bien établie au cœur de réseaux efficacement sollicités en faveur de la cause européenne.

51Ils tiennent un rôle essentiel de relais entre le monde des affaires et le monde politico-administratif responsable des questions économiques. L’entrée de la Banque de France dans la machine diplomatique française à partir de 1927, avec le concours apporté par ses experts Pierre Quesnay et Charles Rist à la stabilisation monétaire de la Pologne et de la Roumanie, confirme le renforcement de l’interpénétration des milieux bancaire et diplomatique déjà bien saisis par René Girault. Dans le milieu industriel, Richard Merton entretient une correspondance amicale suivie avec Ludwig Ehrard entre 1947 et 1955, qui, directeur du VfW, le nomme en juillet 1948 vice-président de l’Außenhandelsbeirat de la trizone. En 1956, il plaide auprès du ministre allemand des Affaires étrangères Brentano la cause d’un marché commun qui reposerait sur une monnaie unique. André François-Poncet, ancien ambassadeur de France à Berlin, a œuvré dès 1921 au sein d’une « Commission pour l’étude des questions franco-allemandes » pour un rapprochement entre les industriels français et allemands. Proche de l’influent représentant patronal Robert Pinot, ce n’est pas un hasard s’il occupe, après la Seconde Guerre mondiale, une place privilégiée aux côtés du président du nouveau CNPF, Georges Villiers, qui le charge de l’élaboration d’une doctrine allemande pour le patronat français.

52Ces personnalités agissent souvent au moyen de « vecteurs » intellectuels comme les revues spécialisées (Richard Merton soutient financièrement l’Europaïsche Revue). Les associations privées tiennent aussi une place importante. Créé en mai 1926, le CFAID, Comité franco-allemand d’information et de documentation, sert d’intermédiaire dans les négociations qui conduisent à la création de l’Entente internationale de l’acier (EIA) durant l’été 1926. Composé d’éminents industriels et banquiers allemands, il est soutenu officiellement par le sidérurgiste luxembourgeois Émile Mayrisch, officieusement par le Quai d’Orsay par l’entremise de Jacques Seydoux. Dans la continuité de son action avant la guerre, Merton a contribué au développement de la Ligue indépendante de coopération européenne à la fin des années 1940 et devient le président du comité allemand de la LECE, Ligue européenne de coopération économique. Le CAED, Comité d’action économique et douanière, offre le double profil d’une association pro-européenne et d’un groupe de pression œuvrant pour la cause des magasins populaires dans les années 1930, reflétant les intérêts des industries et services concernés par une éventuelle union franco-italienne en 1948.

53Deux moments forts ont rythmé la vie internationale de ces milieux avant 1939 : la conférence économique internationale de 1927 et le plan Briand d’union fédérale européenne en mai 1930. Même si, en dernier ressort, la décision appartint aux politiques, les prises de position des États furent alors fortement déterminées par les analyses à caractère économique produites par les administrations nationales et internationales (comité économique de la Société des Nations, Bureau international du travail) et les organisations privées internationales comme la Chambre de commerce internationale. Richard Merton établit des premiers contacts avec le comité national allemand de la CCI dans l’entre-deux guerres ; il en devint le président de 1948 à 1955. Avec l’Entente internationale de l’acier, la CCI est la grande structure d’épanouissement du dialogue franco-allemand dès l’entre-deux-guerres. Deux grands types de modèle sont produits : le type libéral (la voie de l’union douanière), le type contractuel (la voie des ententes), dont héritent les responsables politiques à la fin des années quarante. Il ne faut pas se méprendre : la voie contractuelle est également d’essence libérale. Dans les faits, nombre d’industriels préconisent une solution mixte qui allie union douanière et accords sectoriels privés : c’est le cas du français Loucheur, déjà connu, ou de l’allemand Merton dans l’entre-deux-guerres.

54En dépit de l’enterrement politique du projet Briand, l’on assiste au passage à des projets avancés autour de la Seconde Guerre mondiale : propositions précoces (1939) de Merton pour l’instauration d’un organisme bancaire supranational – ce pourrait être la Banque des règlements internationaux (BRI) transformée – destiné à contrôler les différentes banques centrales, établissement en septembre 1950 d’une Union européenne des paiements, projet vivement encouragé par les milieux d’affaires au sein de la LECE.

  • 34 Cité par É. Bussière, « Paribas et sa stratégie européenne depuis les années 1960 : entre anticipa (...)

55Les milieux bancaires font souvent, de manière symptomatique, un détour par l’international pour penser et saisir l’Europe. Cela se marque dans les organigrammes. En 1926, sous l’égide de Pierre Quesnay, est constitué le premier service des relations étrangères de la Banque de France, embryon de la direction du service bancaire étranger créé en 1934,qui traduit en fait l’affirmation nouvelle du rôle de la France en Europe. Dans le cas d’une banque d’affaires comme Paribas, il faut attendre les années 1990-1991 pour qu’un département bancaire européen spécifique (DBE) soit distingué du département bancaire international. Cette création reflète le tournant stratégique opéré par la Banque depuis les années 1970 : favoriser le développement d’une troisième génération d’implantations européennes directement liée au développement du Marché commun en s’adressant à une clientèle d’entreprises moyennes et grandes. Il s’agit de « rapprocher des cultures jusqu’ici très cloisonnées pour donner une identité progressive à Paribas Europe »34.

  • 35 O. Feiertag, « La Banque de France et les problèmes monétaires européens de la conférence de Gênes (...)

56Les milieux économiques balancent entre atlantisme et européisme. Une certaine solidarité européenne, issue de la conscience nouvelle d’une communauté de destin entre les monnaies européennes face au poids de la Banque fédérale de réserve de New York, se manifeste durant le printemps 1927, lorsque l’on prend conscience du danger que représente pour la monnaie anglaise la politique massive d’achats de livres sterling par la Banque de France. Mais elle ne parvient pas à contrebalancer la force des cultures nationales bancaires : nationale de fait pour la Banque de France, internationale pour la Banque d’Angleterre, qui explique en particulier les réticences initiales de l’une, le soutien de l’autre à la création d’un international central banking. La part prise par la Banque de France sous l’égide d’une nouvelle équipe dirigeante (Émile Moreau, Charles Rist, Pierre Quesnay) dans la fondation de la BRI marque la conversion accomplie et l’ouverture à l’international de la Banque. Il est révélateur que cette conversion marque le redéploiement de la puissance française plus que l’affirmation d’un projet spécifiquement européen. « L’identité de l’Europe […] se confondait avec l’identité du monde capitaliste et la défense de l’étalon-or »35. De manière similaire, le rêve de Montagu Norman, le gouverneur de la Banque d’Angleterre, d’une banque centrale est né non d’une réflexion sur les problèmes européens, mais sur les difficultés de l’Empire britannique. Il révèle la continuité de la vision mondiale de la Grande-Bretagne, non une identification au continent européen. Il subit également l’influence du groupe des « atlantistes », constitué autour de l’équipe américaine de la Banque Morgan, de Dwight Morrow, des Britanniques Basil Blackett, Arthur Salter, du Français Jean Monnet, dont la solidarité s’est forgée dans la coopération interalliée à partir de 1916. La réorganisation internationale passe pour eux par le renforcement de la collaboration entre un pôle d’Europe occidentale, fondé sur l’axe franco-britannique, et les États-Unis d’Amérique, un schéma qui n’est pas éloigné de celui produit durant la guerre par Étienne Clémentel, le ministre français du Commerce, dans une lettre adressée à Clemenceau et Wilson en septembre 1918, où il prônait l’union économique des peuples libres « avec l’union atlantique comme centre ». Les voyages aux États-Unis d’Albert Thomas et de ses collègues du BIT, Bureau international du travail, dénotent l’importance de l’outre-Atlantique dans la définition de la vision européenne de cet organisme. Cette proximité intellectuelle est renforcée par l’activisme du bureau européen de la Dotation Carnegie et la publication du Franco-American Bulletin à partir de 1923. Toutefois, elle débouche non sur une inféodation au modèle américain, mais sur la nécessité d’une organisation économique du continent européen. Albert Thomas déclare ainsi en mai 1930 à Pierre Quesnay, tout juste intronisé premier directeur de la BRI :

  • 36 Cité par D. Guérin, « Albert Thomas, inlassable promoteur de l’intégration européenne », ibid., p. (...)

« BIT et BRI doivent préparer les voies à la création du grand marché européen nécessaire. […] le problème le plus urgent est celui de nos relations avec les États-Unis et nous ne pourrons le résoudre que par une organisation européenne préalable »36.

  • 37 L. Badel, Un milieu libéral et européen : le grand commerce français (1925-1948), Paris, Comité po (...)

57Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, c’est encore autour de l’axe franco-britannique que les milieux libéraux fédérés par le grand commerce français produisent leur schéma de construction européenne et saluent, à l’instar de Jacques Lacour-Gayet, la signature du pacte de Bruxelles le 17 mars 1948 comme un « acte véritablement générateur de l’union européenne ». En outre certains de leurs animateurs comme Daniel Serruys se montrent réceptifs à l’idée d’une « communauté atlantique » promue par les Anglo-saxons Clarence Streit et Walter Lippman37.

58Les débats sur l’identité monétaire européenne lancés vers 1962 par des experts financiers très proches des États-Unis tels Monnet ou l’économiste belge Robert Triffin semblent donner une vigueur nouvelle à la thèse « atlantiste » :

  • 38 G. Bossuat, « Questions sur l’identité monétaire européenne à travers les positions de Jean Monnet (...)

« […] l’identité européenne qu’ils assument à travers ces projets est fondée sur la solidarité atlantique, la communauté de destin Europe-États-Unis, et une économie de marché »38.

  • 39 L. Badel, Un milieu libéral…, op. cit., p. 225 et suiv.

59L’attrait exercé par le modèle américain sur les entrepreneurs européens depuis les années vingt a été confirmé par l’étude de nouveaux secteurs comme celui de la grande distribution et par l’examen général du processus de transfert massif et global des méthodes américaines en Europe après 1945. L’audience des Américains est grande au sein des congrès internationaux organisés par la Chambre de commerce internationale (CCI) dans les années trente sur le rôle nouveau tenu par la distribution dans la vie économique et sociale. Le rapport de L. Urwick, directeur de l’Institut international d’organisation scientifique du travail, et de F. P. Valentine, vice-président de l’American Telephone et Telegraph Company, lors du congrès de Washington en 1931, fait date. Réflexion comparée sur la situation de la distribution en Europe et aux États-Unis, il met au jour les carences et la vétusté des circuits de distribution en Europe. À sa suite, la CCI va clairement se constituer en organe de diffusion de principes modernisateurs venus d’Amérique dans les domaines de la gestion de l’entreprise et de la formation des hommes39. Une même ambition, tournée vers le secteur industriel européen, anime l’Anglo-American Council of Productivity créé en 1948 dans la foulée du plan Marshall. Son intense campagne est relayée par l’activisme de centres de productivité, de missions et voyages d’études, de séminaires d’experts américains.

  • 40 C. Hubert, « La campagne de productivité en Belgique : modernisation autour du modèle américain », (...)

60Mais, comme l’a montré plus haut l’analyse de la démarche d’Albert Thomas, l’on perçoit mieux dorénavant la distance maintenue par rapport à ce modèle, l’adaptation qui en est faite en fonction de la spécificité du secteur européen concerné. Dans le domaine de la distribution, la Forschungsstelle für den Handel a adapté les travaux menés aux États-Unis sur le volume des transactions, les frais de gestion et le contrôle des stocks dans les grands magasins, aux petites entreprises familiales qui constituent 80 % du commerce de détail allemand. De la même manière, le Comité italien de coordination de la distribution a adapté sa grille d’analyse aux commerces d’alimentation et d’habillement majoritaires en Italie dans le secteur du commerce de détail indépendant, qui constitue lui-même 60 % des magasins existants. En Belgique, l’Office belge pour l’accroissement de la productivité (OBAP), institué en 1951, coordonna, entre 1951 et 1956, l’envoi en Amérique d’une huitaine de missions de productivité annuelle qui étudièrent les industries métallurgiques, du sucre, du ciment ou de la chaussure. Toutes les conclusions soulignèrent la présence d’éléments « non importables par les pays européens, à savoir, la grandeur du marché, une politique de hauts salaires et une concurrence agressive »40. Les ambitions américaines se muèrent en une campagne pour le dialogue social cher aux cœur d’un certain nombre de modernisateurs belges tels Léon Bekaert, président de Fabrimétal, Roger de Staercke, directeur de Febeltex ou Émile Bernheim, patron des grands magasins L’Innovation.

  • 41 Ibid., p. 213.

« Paradoxalement, le programme d’assistance technique a ainsi donné l’occasion aux milieux économiques belges d’affirmer un aspect de leur propre identité par la mise en place de ce qu’il est convenu d’appeler “le modèle belge de concertation sociale” »41.

61Une volonté d’indépendance vis-à-vis des États-Unis anime la Ligue indépendante de coopération européenne au moment de l’offre Marshall en juin 1947 : rappelant l’antériorité de la réflexion de ce cercle libéral sur l’union européenne, Daniel Serruys exprime le souci de ne pas se laisser imposer un modèle de reconstruction extra-européen.

  • 42 Cité par R. Perron, « Divergences, front uni : l’organisation européenne des producteurs de charbo (...)

62Les milieux économiques dans leur ensemble sont initialement très réticents vis-à-vis d’une construction européenne prise en charge par les États. Tout engagé qu’il soit dans le rapprochement franco-allemand, convaincu de la nécessité du plan Schuman comme premier pas vers l’intégration européenne, l’industriel allemand Merton ne peut se déprendre d’un sentiment de suspicion face à la méthode « dirigiste » de la France et à l’idée de fixation autoritaire de quotas de production. Les sidérurgistes français rejettent les articles 65-66 relatifs à l’interdiction de toute forme d’ententes et réprouvent la forme d’un projet dont le dirigisme là encore est dénoncé. Au-delà, ils sont heurtés par la « méthode Monnet » fondée sur le secret et l’absence de consultations. Réprouvant également l’interdiction des ententes, les sidérurgistes allemands ont une attitude plus pragmatique liée à la décartellisation de leur économie imposée par les Américains : leur approbation du plan Schuman est politique, liée au retour escompté d’une égalité de traitement pour leur secteur. Le milieu charbonnier représenté par le CEPCEO, Comité d’étude des producteurs de charbon d’Europe occidentale, affirme avec force, dès sa création en 1952, une tradition libérale, qui le conduit à vouloir cantonner la Haute Autorité dans un rôle de simple arbitre, lui déniant tout droit de gestion directe des industries. Le représentant belge propose de» fixer comme objectif commun la défense de cette liberté contre l’emprise du dirigisme »42. Le thème du rejet du dirigisme est développé avec force par Edmond Giscard d’Estaing, l’un des membres français de la LECE, lors des discussions suscitées par l’offre Marshall. Il lie étroitement son combat intérieur pour la libéralisation d’une économie française, qui a notamment succombé aux sirènes des nationalisations, à celui pour une réorganisation européenne sur la base du libéralisme. Il préconise que l’on se garde de développer

« un dirigisme international, comme si nous estimions que le dirigisme national est déjà une chose magnifique et qu’il le sera plus quand il sera couronné par une planification générale » (extrait de son intervention lors d’une réunion de la section française de la LICE du 30 juin 1947).

63La sensibilité européenne de ces milieux se heurte aux difficultés concrètes de l’intégration et de l’élargissement. De manière précoce, Paribas s’est fait le fer de lance d’un rapprochement européen, ce qui s’est traduit par la réorientation de ses investissements vers l’Europe dans les années vingt, son appui aux différentes stabilisations monétaires, son soutien aux ententes internationales, des prises de participations dans des entreprises qui, comme la station Radio-Luxembourg, affirment leur identité européenne. Cette tradition de branche la conduit à prendre immédiatement en compte le phénomène d’intégration européenne dans sa stratégie. Sa capacité d’anticipation des effets de l’intégration n’en bute pas moins sur des obstacles concrets, comme l’illustrent les difficultés rencontrées par la SEDI, Société européenne de développement industriel, dont elle soutient la création en coopération avec la Deutsche Bank en 1957 afin de promouvoir le dialogue industriel entre la France et l’Allemagne. L’échec de la SEDI, patent dès le début des années 1960, illustre les limites d’une politique volontariste fondée sur une approche de l’Europe par le haut. Il peut être rapproché des essais infructueux de rapprochement des grands magasins européens à la même époque. En 1959, le rapprochement des Bon Marché de Paris et de Bruxelles échoue. La tentative de L’Innovation belge d’intégrer financièrement des grands magasins néerlandais échoue. La constitution d’Inno-France en novembre 1960 se solde par un repli amorcé dès 1964. Ces essais ont pourtant été encouragés par le discours très européen des grands responsables du secteur comme Émile Bernheim et Jacques Lacour-Gayet. Inadaptation des entreprises au nouveau marché, aux consommateurs, aux structures de gestion financière et humaine ? Il s’agit surtout d’un décalage entre une volonté d’anticipation et l’inadéquation d’outils encore très marqués par la pratique nationale. Ce sera l’une des fonctions du groupe de pression constitué auprès des Communautés que d’œuvrer pour une meilleure coordination des conditions d’accès au commerce, des législations commerciales et autres règlements relatifs à la production ou à la protection de la santé publique en Europe.

  • 43 Y. Stelandre, « Le FEB et l’élargissement des communautés européennes », dans É. Bussière et M. Du (...)

64Le discours de la Fédération des industries belges (FIB) traduit de son côté les difficultés causées dès les premières demandes d’adhésion au début des années 1960. L’élargissement est perçu comme un danger pour l’esprit de l’Europe communautaire et pour des entreprises soucieuses d’établir des stratégies de long terme dans un ensemble économique stable et cohérent. Alors que les dirigeants politiques des « petits pays » approuvent un élargissement susceptible de contrebalancer l’influence de l’axe Paris-Bonn, les industriels de ces mêmes pays redoutent la concurrence de nouveaux marchés. Ainsi l’adhésion britannique risque de» mondialiser » les Communautés « en les diluant finalement dans une simple zone de libre-échange »43. La position de la FIB, devenue FEB, s’exprimera avec la même constance au fur et à mesure des élargissements successifs.

65En dépit de réticences ou d’hésitations initiales, les milieux économiques ont manifesté leur pragmatisme en constituant des groupes de pression auprès des Communautés. Dès avant la création de la CEE, les industriels s’organisent à l’échelle européenne afin d’élaborer des positions communes face aux recommandations de l’OECE en charge de la libéralisation des échanges prônée par les Américains. Le CIFE, Conseil des fédérations industrielles d’Europe, créé en mai 1949, permet en particulier, grâce à l’adhésion du CNPF et du BDI, de poursuivre un dialogue entre industriels français et allemands initié dans les années 1920.

  • 44 A. Wilkens, « L’Europe des ententes ou l’Europe de l’intégration ? Les industries française et all (...)

« Devant la nécessité de trouver des formes de consultations adaptées, le cadre multilatéral européen supplantait le cadre bilatéral franco-allemand »44.

  • 45 Cité par L. Badel, Un milieu libéral…, op. cit., p. 411.

66Dans le domaine charbonnier est constitué en 1952 le CEPCEO, Comité d’étude des producteurs de charbon d’Europe occidentale, inspiré du modèle du Comité des sidérurgistes. Réunissant les groupements de producteurs de charbon nationaux comme le Wirtschaftsvereinigung Bergbau, l’association De Vereniging « De Gezamenlijke Steenkolenmijnen in Limburg », ou les Charbonnages de France, il se pose comme un intermédiaire entre les entreprises charbonnières et la Haute Autorité dela CECA. Il fonctionne selon le schéma classique d’un groupe de pression entrant en contact avec des organismes-relais : les bureaux de liaison et le comité consultatif, les parlementaires…, puis se mettant directement en relation avec des membres de la Haute Autorité. De la même manière, la grande distribution européenne soutient la création de la FIGED, Fédération internationale des grandes entreprises de distribution, en février 1959. Les premières associations contractantes sont : l’Association nationale des grandes entreprises de distribution, à Bruxelles ; l’Association des grands magasins, à Zurich ; l’Associazione italiana delle grandi imprese di distribuzione al dettaglio, à Milan ; la Bundesarbeitsgemeinschaft der Mittel- und Grossbetriebe des Einzelhandels, à Cologne ; la Fédération nationale des entreprises à commerces multiples, à Paris ; le Raad Voor het Grootwinkel bedrijf, à Amsterdam et le Verband Kaufmännischer Betriebe, à Vienne. Constituée originellement à une échelle plus large que la Communauté, la FIGED voit cependant l’essentiel de ses intérêts se concentrer dans le Marché commun. En atteste le transfert de son siège de Zurich à Bruxelles. Avec l’ouverture effective en 1958 d’un Marché commun, les grandes entreprises de détail européennes se préoccupent de garantir « le rôle économique qui doit normalement leur revenir dans la communauté européenne en voie de formation »45. La FIGED dénonce « l’indifférence » avec laquelle est traitée la fonction commerciale dans le traité instituant la CEE. En dehors de l’énoncé de principes généraux – liberté d’établissement, libre prestation des services – le traité ne détaille pas les dispositions qu’il conviendrait de prendre pour coordonner la distribution des marchandises et mettre un terme aux distorsions.

67Dans le domaine agricole, le COPA, Comité des organisations professionnelles agricoles, se présente depuis 1957 comme la principale structure de représentation européenne, alors que la FIPA, Fédération internationale des producteurs agricoles, ou la CEA, Confédération européenne de l’agriculture, tiennent le rôle traditionnel d’organismes d’échanges d’idées et d’information, dévolu dans le domaine de la grande distribution depuis 1931, à l’AIGM, Association internationale des grands magasins. L’engagement des milieux agricoles dans une participation aux réseaux communautaires est souvent tributaire de l’expérience acquise sur la scène politique nationale :

  • 46 G. Noël, « Introductions », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 391.

« Il semble que le degré de concertation État-profession ait été un facteur déterminant pour engager les milieux agricoles sur la voie de la collaboration économique européenne »46.

Les grandes options des acteurs économiques : de la coopération à l’intégration ?

68Du point de vue des milieux économiques, le rôle des politiques communes menées à l’échelle européenne depuis les années 1950 s’insère dans le débat intégration/coopération. Celui-ci est clairement exprimé au tournant des années 1952 et 1953 à l’époque de l’élaboration du projet de Communauté politique européenne. D’un côté, l’on trouve un projet de marché commun englobant dans une norme commune l’ensemble des activités économiques de l’autre, le modèle d’une Europe sectorielle dont la philosophie est celle d’une intégration progressive fondée sur des intégrations partielles appuyées sur des formes de transitions adaptées. Dans le premier cas, ce sont les forces du marché qui exerceront une pression sur les structures et sur les acteurs et conduiront à la fusion spontanée des intérêts et à l’intégration. De l’autre, la logique est celle des adaptations progressives, concertées voire préalables, organisées secteur par secteur selon des modalités qui peuvent varier.

69En réalité, les travaux du groupe ont montré que le débat était engagé en ces mêmes termes depuis les années 1920 à travers le conflit quiavait opposé, lors de la conférence de Genève de 1927, le schéma d’Europe des producteurs de Loucheur et l’approche plus libérale défendue par l’Angleterre, mais aussi de façon beaucoup plus significative car émanant de pays continentaux, par les Belges ou les Néerlandais. Mais cette opposition entre les deux types de schémas ne doit pas être considérée comme absolue : dans les deux cas les acteurs du débat, chez les continentaux, présentaient le marché commun intégral comme la finalité. Les divergences portaient sur les moyens d’y parvenir : soit le marché était institué immédiatement comme cadre, soit il représentait le couronnement d’une évolution. Au final, l’option contractuelle est d’essence libérale, par-delà les résistances qui ne manquèrent pas de se manifester au cours de sa mise en œuvre.

  • 47 É. Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Paris, CH (...)
  • 48 Sur les liens entre conjoncture économique et intégration européenne, voir G. Van Roon, « The euro (...)

70Ce type de raisonnement était explicite dès 1931 au sein des débats entre continentaux au sein de la CCI ; c’est celui que tiennent Georges Villiers ou Fritz Berg en 1949 au nom de l’ensemble du patronat français et du patronat allemand, mais également celui de Monnet et de la déclaration Schuman47. Il est bien évident que le changement de contexte historique explique les différences de destin d’un même schéma entre les années 1920-1930 et les années 1950-1990 : d’un côté la dynamique est celle de la fermeture des marchés à l’échelle européenne et mondiale. Les arguments en faveur de l’approche contractuelle ont alors pu être mis au service du protectionnisme et du « chacun chez soi », comme le montrent les modalités de renouvellement de l’EIA en 1932, fondées sur le respect des marchés intérieurs et la coopération à l’exportation. Le climat et la pression libérale des années 1950 et suivantes ont introduit une dynamique renouvelée dans le processus48. La protection dont bénéficieraient certains marchés nationaux fut dès lors considérée comme temporaire et liée à l’adaptation des structures ou à un état de crise aggravée.

  • 49 D. Guérin, « Albert Thomas, inlassable promoteur de l’intégration européenne », dans É. Bussière e (...)
  • 50 T. Grosbois, « L’attitude des syndicats socialistes néerlandais, belges et luxembourgeois à l’égar (...)
  • 51 P. Pasture, « Adieu aux illusions. La CISC devant la CEE. 1958-1974 », dans É. Bussière et M. Dumo (...)
  • 52 T. Grosbois, op. cit., p. 332.
  • 53 P. Pasture, op. cit., p. 373.

71À ces analyses issues pour l’essentiel du monde patronal, il est possible de relier celles qui émanent du monde syndical. La nécessité d’un cadre unifié à l’échelle de l’Europe a été identifiée dès le lendemain du premier conflit mondial à travers les réflexions d’Albert Thomas et de son entourage. Le combat en faveur de la loi des huit heures que mène le président du BIT s’insère dans le projet plus global d’une Europe économique sans frontières qui ne peut être véritablement mise en œuvre qu’en l’absence de distorsions de concurrence en matière de coût du travail49. Cette conception annonce celle qui fut exprimée par les syndicats socialistes des trois pays du Benelux à la fin de 1947 : les distorsions de concurrence issus des spécificités nationales en matière fiscale et sociale devaient être progressivement corrigées afin de permettre l’ouverture des frontières entre les trois partenaires50. Les syndicats chrétiens réunis au sein de la CISC affichèrent des options similaires dès la fin des années 1950 et tout au long des années 1960 : l’unification du grand marché devait aller de pair avec l’élimination des sources de distorsion de concurrence en matière fiscale et sociale, puis avec la mise en place de conventions collectives européennes51. Une telle vision quant au modalités de mise en œuvre du grand marché relevait bien évidemment de la voie contractuelle : à la fin de 1947 les syndicats socialistes du Benelux préconisaient la mise en œuvre d’une coordination étroite des économies nationales à travers une planification commune52. En 1958, la CISC préconisait une économie européenne planifiée à travers la mise en place d’une politique économique et monétaire commune53.

72Pourtant l’image que donne la construction économique communautaire à la fin des années 1990 reste celle d’une Europe économique éclatée dans ses fondements et l’aspiration à la construction du « grand marché » qui déboucha sur l’Acte unique en marque bien l’inachèvement. D’une part, d’un point de vue institutionnel, l’Europe de l’économie est restée longtemps segmentée en secteurs régis par des règles et des degrés d’intégration ou d’organisation fort variables et spécifiques : Europe agricole, Europe industrielle, Europe de l’énergie, Europe des services, Europe financière. De l’autre, la fusion des intérêts s’est opérée de manière très partielle comme si des formes de résistance autres qu’institutionnelles continuaient de jouer par-delà la mise en place du cadre unificateur. En réalité ont cohabité jusqu’à nos jours des formes diversifiées de mise en œuvre de l’Europe économique, selon un dosage variable entre modèle libéral et modèle contractuel. Dès lors, par-delà les schémas institutionnels, une analyse segmentée devient nécessaire pour l’observateur ou l’historien qui veut tenter de comprendre la situation présente.

73Les explications quant aux évolutions propres à chaque secteur relèvent d’une analyse contradictoire entre éléments dynamiques qui poussent à la convergence des intérêts et éléments de frein qui renvoient aux diverses formes de résistance à l’intégration. Du côté dynamique on mettra en avant les spécificités de branche – d’ordre technologique ou économique – qui peuvent déboucher sur l’existence de cultures communes. Du côté des résistances, on pense d’abord à la préservation de l’intérêt national dans des secteurs considérés comme sensibles : ici se rejoignent les facteurs d’analyse économiques et politiques. Mais la préservation de l’identité des entreprises appuyée sur des cultures et des pratiques de contrôle et de management spécifiques peuvent aussi jouer ; elles renvoient également souvent à la dimension nationale.

Les banques et le milieu du grand commerce : la prééminence du schéma libéral

  • 54 M. Dumoulin et A.-M. Dutrieue, La Ligue européenne de coopération économique. (1946-1981), Berne, (...)
  • 55 P.-L. Cottrell, « Norman, the Bank of England and Europe during the 1920s: case studies of Belgian (...)
  • 56 O. Feiertag, « La banque de France et les problèmes monétaires européens de la conférence de Gênes (...)
  • 57 M. Schulz, « The Merton plan for a european central bank system: german commercial elites and the (...)
  • 58 G. Bossuat, « Questions sur l’identité monétaire européenne à travers les positions de J. Monnet, (...)

74Très tôt, les banquiers européens se prononcèrent en faveur de l’unification monétaire de l’Europe à travers l’action d’organismes tels que la Ligue européenne de coopération économique©54. Cette option est en réalité le fruit d’une culture libérale d’acteurs sensibles à l’interdépendance des économies à travers les flux internationaux de capitaux dont ils sont également les acteurs. Les premières prises de positions des banquiers au cours des années 1920 visèrent d’abord à reconstituer le cadre de stabilité et d’ouverture perdu depuis la guerre. Mais les premiers schémas concernant l’espace monétaire européen ne se dégagèrent que progressivement de formules construites autour du leadership d’une banque d’émission sur ses voisines ou du partage des responsabilités en zones d’influence à l’image du conflit qui opposa Banque d’Angleterre et Banque de France entre 1926 et le début des années trente55. Les schémas des banquiers restent en fait longtemps influencés par le cadre libéral qu’il fallait préserver, comme le révèlent les options prises par Pierre Quesnay à partir de 1928 et qui débouchèrent sur la création de la BRI. Selon celui-ci, la mission essentielle du nouvel organisme était de préserver un cadre de liberté selon une logique de neutralité à travers la coordination de l’action des banques centrales nationales : la philosophie du projet restait universaliste, même si le cadre de fait en était principalement l’Europe56. L’inflexion de la réflexion vers la création d’un cadre spécifiquement européen se met en place progressivement durant la Seconde Guerre mondiale comme le montrent par exemple les projets de Richard Merton qui s’inscrivent dans la lignée des analyses de Quesnay : son projet visait à faire émerger une identité européenne à travers l’institution d’une autorité dotée de pouvoirs supranationaux et qui serait chargée de coordonner l’action de banques centrales européennes indépendantes des gouvernements. La création de la CECA le poussa à aller jusqu’au bout de sa logique en préconisant la création d’un système des banques centrales de l’Europe des Six devant déboucher à terme sur l’émergence d’une monnaie unique57. Ces projets font le lien avec les analyses de Robert Triffin à la fin des années 1950 qui conduisirent la démarche de la construction monétaire européenne jusqu’à son achèvement : création progressive d’un cadre régional européen dans un système monétaire international neutre, c’est-à-dire libéré de l’influence exclusive d’une monnaie nationale prédominante – le dollar – et ouvert58. Ici encore, le cadre régional à mettre en œuvre s’intègre dans un projet général d’essence libérale.

  • 59 J. Rivoire, « Le Crédit Lyonnais de 1945 à 1970 : une lente ouverture à l’Europe », dans M. Dumoul (...)

75La stratégie des acteurs que sont les banques se heurta pourtant à de nombreux types de résistance à l’intégration au fur et à mesure que le cadre dont ils souhaitaient la mise en œuvre se mit en place comme le montre l’histoire des « clubs » bancaires des années 1960-1970, associations de grandes banques commerciales européennes dont le but était de couvrir l’ensemble du marché de l’Europe des Six. Conçus comme des réseaux d’alliances exclusives et évolutives, ils ne réussirent pas en fait à dépasser les limites de la simple coopération et ne débouchèrent pas sur les fusions d’intérêts que l’on aurait pu attendre comme le montrent les tentatives de rapprochement entre le Crédit Lyonnais et la Commerz Bank, la BNP et la Dresdner Bank. Ce type d’expérience est très révélateur des difficultés à passer de stratégies de coopération conçues avec l’esprit volontariste d’un milieu favorable à l’intégration européenne à de véritables opérations de fusion-intégration des structures59.

  • 60 L. Badel, Un milieu libéral et européen : le grand commerce français, 1925-1948, op. cit., p. 530- (...)

76Ce type de difficultés peut également être décrit dans le cas de grand commerce : le soutien des organisations représentatives de la profession au projet européen depuis les années 1920 avait pour support idéologique l’adhésion au libéralisme issu de la tradition du négoce. Mais les tentatives de rapprochement entre grands magasins européens au cours des années 1950-1960 se sont très souvent soldées par des échecs60.

Industrie sidérurgique et secteur de l’énergie : prééminence de l’approche contractuelle

77La sidérurgie a été depuis de nombreuses années, du fait de son poids économique, des enjeux politiques et de son rôle historique à travers la CECA, l’un des domaines les plus étudiés par les historiens. La plupart ont conclu à l’existence d’une culture de branche qui très tôt a poussé à la conclusion d’ententes à l’échelle de l’Europe. Le phénomène s’explique à la fois par les solidarités et les interdépendances de nature territoriale qui se sont développées dans l’espace lotharingien depuis le siècle dernier en matière d’approvisionnements et de débouchés, mais aussi du fait du caractère cyclique du marché de l’acier, de l’ampleur des écarts de prix qui l’affectent en des temps très courts et des coûts liés à la marche irrégulière des usines. De fait, la branche a donc privilégié l’entente comme base de son fonctionnement à différentes échelles depuis la fin du siècle dernier. Ce type de pratique a été associé à une conception contractuelle de l’Europe symbolisée par la signature de l’Entente internationale de l’acier en 1926, reconduite, sur des bases renouvelées en 1932 jusqu’en 1939.

  • 61 Sur ces aspects, largement traités par l’historiographie : Ph. Mioche, « L’adaptation du patronat (...)

78Ce même type de comportement a perduré au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale par-delà même les tentatives d’intervention de la CECA à travers la reconstitution de structures de concertation plus ou moins formelles, comme le club des sidérurgistes qui parvint à mettre en place des formes de régulation propres à la profession en matière de prix61. Globalement la pratique semble avoir assez largement préservé une logique de type coopérative au sein de la CECA, consolidée au cours des années 1960 à travers la prise en charge à l’échelle nationale des opérations de restructuration de la branche comme ce fut le cas en France ou en Belgique. De fait les interdépendances entre firmes à l’échelle européenne ne se sont pas développées, les regroupement ayant donné naissance à des « champions nationaux » comme Usinor ou Cockerill-Sambre plus qu’à des firmes européennes. La fusion d’intérêts annoncée par le plan Schuman ne s’est donc pas réalisée.

  • 62 R. Perron, « Divergences, front uni : l’organisation européenne des producteurs de charbon (CEPCEO (...)
  • 63 M. Dumoulin, « Créer une solidarité monétaire en Europe ? (1960-1979) », dans É. Bussière et M. Du (...)

79Cette prééminence de la logique coopérative sur celle de l’intégration a également prévalu dans les autres secteurs énergétiques. La CECA a ainsi de fait très vite renoncé à imposer une réelle intégration du marché charbonnier face à la pression conjuguée et concertée des organisations nationales de producteurs ou d’importateurs, tandis que les États conservèrent l’essentiel de la responsabilité de la gestion du désengagement charbonnier au cours des années 1960. C’est ainsi que le CEPCEO, organisation européenne des producteurs de charbon, fondée en apparence pour défendre une approche libérale du marché charbonnier, s’est pour l’essentiel efforcé de tenir en lisière les initiatives dirigistes de la Haute Autorité. Elle a ainsi laissé le champ libre à ses organisations nationales, marquées par des situations opposées dans leur rapport au marché charbonnier, pour arbitrer entre elles et de manière bilatérale leurs relations commerciales, et ce en accord total avec les États. Les Allemands et les Français firent tout particulièrement prévaloir cette manière de voir62. Les tentatives de coopération en matière de politique pétrolière nouées au cours des années 1960 et 1970 entre firmes européennes relèvent également d’une philosophie coopérative et non d’une démarche vers la fusion des intérêts. En témoignent les projets visant à la mise en œuvre de stratégies communes en matière d’exploration entre BRP, ENI, CESPA et DEA à partir de 1965 ou en matière de raffinage en 1976. Toutes ces stratégies visaient à préserver l’identité des firmes tout en favorisant les économies d’échelle afin de faire face aux majors anglo-saxonnes63.

80Dans la plupart des domaines de l’activité économique, par-delà l’intensité des aspirations à l’Europe qui ont pu être celles de plusieurs milieux ou branches, la réalité des comportements des acteurs que sont les entrepreneurs a eu jusqu’à présent beaucoup de difficultés à franchir le cap de pratiques contractuelles qui sont celles de la coopération visant au compromis entre efficacité et préservation de l’identité des acteurs. Les explications qui peuvent en être données relèvent de plusieurs ordres.

81Les facteurs institutionnels sont à mettre en première ligne. Ils relèvent souvent de l’inachèvement du cadre communautaire et des différences de réglementation entre marchés nationaux, qui ont joué un rôle important de frein. Pour les banques, on peut ainsi mettre en avant le caractère national des monnaies, les différences quant aux instruments des politiques monétaires, les différences de réglementation de la profession bancaire et des marchés financiers.

82Le comportement différencié des acteurs relève aussi de la différence de statut juridique entre les partenaires concernés, marqué par l’existence dans plusieurs pays européens d’un important secteur public ou nationalisé, comme dans le pétrole ou la banque. Cette caractéristique a eu pour conséquence de gêner le dialogue au sein des branches à l’échelle européenne et a constitué un handicap de plus en plus nettement ressenti, voire un obstacle à la liberté de manœuvre des entreprises concernées en vue d’opérations de fusion à l’échelle du continent.

83L’on doit aussi ajouter à ces facteurs des résistances de type politique qui relèvent des États, concernant des secteurs dont le devenir était considéré comme sensible soit pour des raisons stratégiques, comme le nucléaire, soit pour des raisons sociales et électorales, comme pour le charbon. De ce fait, s’explique qu’à côté de secteurs relevant du cadre communautaire, une bonne partie des succès européens en matière industrielle relève de la coopération inter-étatique, comme le montre amplement le cas du consortium Airbus qui organisa de manière contractuelle la répartition des responsabilités, du volume des fabrications, des implantations industrielles et du financement entre ses membres, en fonction de clés de répartition selon une logique qui s’apparente à celle du « juste retour ».

  • 64 Ch. Chanier, La Firme Philips face à la construction de l’Europe. Une multinationale sur la voie d (...)

84Le dernier type d’obstacle au dépassement de la logique coopérative est probablement de nature « culturelle », mettant en jeu les différences de conception et de pratique du management des entreprises qui perdurent en Europe jusqu’à nos jours. Dans de nombreux cas le passage de contrôle d’une entreprise aux mains d’un groupe étranger se heurte à des craintes et à des résistances qui semblent supérieures à celles qui se manifestent quand il s’agit d’entreprises de même nationalité, au-delà des facteurs de nature strictement politique. Ce type de conflit a existé également dans les rapports entre les différentes entités nationales d’une même entreprise européenne comme le prouve l’expérience de Philips au cours des années 1960, lorsqu’il s’est agi d’intégrer les activités du groupe à l’échelle de l’Europe en remettant en cause les autonomies des entités nationales64. L’une des questions que l’on doit se poser est donc celle de la permanence des facteurs de résistance de nature culturelle une fois le cadre réglementaire et institutionnel unifié, comme c’est de plus en plus le cas depuis la fin des années 1980. Les regroupements récents entre grandes entreprises européennes dans le domaine de la banque ou de l’industrie tendent à montrer la préférence marquée pour des opérations à l’échelle nationale, le maintien fréquent de l’autonomie des entités ou des « marques » ou enseignes nationales ou bien encore les opérations conclues sur la base de la parité, comme le montre une opération récemment conclue entre une entreprise allemande et une entreprise française dans le domaine de l’industrie pharmaceutique.

Notes

1 É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), Milieux économiques et intégration européenne en Europe occidentale au xxe siècle, colloque d’Arras, décembre 1996, Arras, Artois presses université, 1998 ; É. Bussière, M. Dumoulin et A. Teichova (dir.), L’Europe centrale et orientale en recherche d’intégration économique, 1900-1950, colloque d’Arras, décembre 1996, Louvain-la-Neuve, 1998.

2 L’article 2 du traité instituant la CECA stipule que celle-ci « a pour mission de contribuer [...] grâce à l’établissement d’un marché commun (...) à l’expansion économique, au développement de l’emploi et au relèvement du niveau de vie dans les États membres ».

3 Faut-il même rappeler que le titre III du traité instituant la CEE est intitulé « La libre circulation des personnes, des services et des capitaux » ?

4 Voir l’enquête conduite, en 1928, par Die Kölnische Zeitung et publiée sous le titre : Europäische Kohlen- und Eisenprobleme.

5 E. Jüngst, Wirtschaftsfragen des Ruhrbergbaus, Essen, 1929.

6 Paru à la Librairie Valois dans la Bibliothèque syndicaliste en 1927.

7 Rapport général soumis par la Sous-commission de coordination en matière économique, Commission d’étude pour l’union européenne, 4 septembre 1931, p. 3.

8 Ibid.

9 Voir les considérations de P. M. R. Stirk, « Ideas of Economic Integration in Interwar Mitteleuropa », dans P. M. R. Stirk (éd.), Mitteleuropa. History and Prospects, Édimbourg, 1994, p. 86-106.

10 Norvège, Suède, Danemark, Belgique, Pays-Bas, Grand-Duché de Luxembourg et Finlande.

11 Voir les remarques de C. Bonneau, « Réseaux ferroviaires, réseaux électriques et régionalisation en France du milieu du xixe siècle au second conflit mondial. Contribution à l’histoire économique et sociale des espaces régionaux ». Mémoire pour l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches en histoire contemporaine de l’Université Paris IV-Sorbonne, Paris, 1998, p. 452.

12 . Pour une revue des théories de l’intégration, voir notamment : L. Cram, « Integration theory and the study of the European policy process », dans J. J. Richardson (éd.), European Union. Power and Policy-Making, Londres, 1998; A. S. Milward et al., The Frontier of National Sovereignty – History and Theory 1945-1992, Londres, 1993; P. Murray and P. Rich (éd.), Visions of European Unity, Boulder, 1996.

13 E. B. Haas, The Uniting of Europe Political, Social and Economic Forces 1950-1957, Stanford, California, 1969; L. Lindberg, The Political Dynamics of European Integration, Stanford, California, 1963.

14 É. Bussière et M. Dumoulin, « L’émergence de l’idée d’identité économique européenne d’un après-guerre à l’autre », dans R. Girault (éd.), Identité et conscience européenne au xxe siècle, Paris, 1994.

15 L. Tsoukalis, The New European Economy Revisited, Oxford, 1997; W. Sandholz et J. Zysman, « 1992: Recasting the European Bargain », World Politics, 41, 1, 1989.

16 B. Eichengreen, Golden fetters, the Gold Standard and the Great Depression 19191939, Oxford, 1992; G. Lundestad, « Empire » by Integration. The United States and European Integration. 1945-1917, Oxford, 1998; R. J. Boyce (éd.), French Foreign and Defence Policy, 1918-1940, The Decline and Fall of a Great Power, Londres, 1996.

17 Consultez D. A. Hounshell, From the American System to Mass Production 1800-1932, Baltimore, 1984; S. Tolliday et J. Zeitlin (éd.), Between Fordism and Flexibility: The Automobile Industry and Its Workers, Oxford, 1992.

18 Pour une discussion du « modèle européen », consultez C. F. Sabel et J. Zeitlin (éd.),World of Possibilities: Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Cambridge, 1997; G. Herrigel, Industrial Constructions: The Social Foundations of German Industrial Power, Cambridge 1996; R. Ranieri, « Remodelling the Italian Steel Industry: Americanization, Modernization, and Mass Production », dans J. Zeitlin et G. Herrigel (éd.), Americanization and its Limits: Reworking US Technology and Management in Postwar Europe and Japan, Oxford (à paraître).

19 R. Ranieri, « Between America and Europe: The Introduction of Wide Strip Mills in Britain and Italy », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 215-234.

20 P. P. d’Attorre, « Anche noi possiamo essere prosperi – Aiuti ERP e politiche della produttività negli anni Cinquanta », Quaderni Storici, 58, a.xx, n° 1, 1985, p. 55-93 ; R. Ranieri, « Learning from America. The remodelling of Italy’s public sector steel in the 1950s and 1960s », dans M. Kipping et O. Bjarnar (éd.), The Americanisation of European Business. The Marshall Plan and the transfer of US management models, Londres, 1998, p. 208-228 ; C. Hubert, « La campagne de productivité en Belgique : modernisation autour du modèle américain », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 215-235.

21 J. Tomlinson et N. Tiratsoo, « Americanisation beyond the Mass Production Paradigm », dans M. Kipping et O. Bjarnar (éd.), The Americanisation of European Business. The Marshall Plan and the transfer of US management models, Londres, 1998, p. 115-132; R. F. Kuisel, Seducing the French. The dilemma of Americanization, Berkeley, California,1993.

22 Consultez F. Venanzi et M. Faggiani, ENI. Un’autobiografia, Milan, 1994 ; N. Perrone, Obbiettivo Mattei. Petrolio, Stati Uniti e politica dell’ENI, Rome, 1995 ; G. L. Osti, L’industria di Stato dall’ascesa al degrado – Trent’anni nel gruppo Finsider, conversazioni con Ruggero Ranieri, Bologne, 1993.

23 R. Perron, Le Marché du charbon, en enjeu entre l’Europe et les États-Unis de 1945 à 1958, Paris, 1996 ; EAD., « Divergences Front Uni : l’organisation européenne des producteurs de charbon (le CEPCEO) face à la Haute Autorité de la CECA de 1952 à 1958 », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 245-266.

24 M. Dumoulin, « Créer une solidarité pétrolière en Europe ? (1960-1979) », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 235-244.

25 J. Zeitlin, « Introduction. US Technology and Management in Postwar Europe and Japan », dans J. Zeitlin et G. Herrigel (éd.), Americanization and its Limits: Reworking US Technology and Management in Postwar Europe and Japan, Oxford (à paraître).

26 J. Gillingham, Coal, steel and the rebirth of Europe 1945-1955 – The Germans and French from Ruhr conflict to Economic Community, Cambridge, 1991.

27 F. Berger, « Les patrons de l’acier en France et Allemagne face à l’Europe (19301960) », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., 1998, p. 77-97 ; à propos des réseaux d’affaires au cours de l’entre-deux-guerres, consultez E. Conti, Dal taccuino di un borghese, Bologne, 1986 [édité pour la première fois en 1946].

28 D. Spierenburg et R. Poidevin, Histoire de la Haute Autorité de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier. Une expérience supranationale, Bruxelles, 1993.

29 G. Noël, « Le protectionnisme : moteur d’une solidarité agricole et alimentaire européenne au xxe siècle ? », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 389-408 ; Y. Meny et V. Wright (éd.), The Politics of Steel: Western Europe and the Steel Industry in the Crisis Years (1974-1984), Berlin, 1987; A. S. Milward, The European Rescue of the Nation State, Londres, 1994; M. Dumoulin, R. Girault et G. Trausch (dir.), L’Europe du patronat de la guerre froide aux années 60, Berne, 1993; E. Decleva, « Integrazione europea e ‘iniziativa privata’. Gli ambienti economici milanesi e la nascita del Mec (1955-1957) », dans E. Di Nolfo, R. H. Rainero et B. Vigezzi (dir.), L’Italia e la politica di potenza in Europa (1950-1960), Milan, 1992, p. 439-480.

30 P. L. Cottrell, « Norman, the Bank of England and Europe during the 1920s : case studies of Belgian and Italian stabilisation », et É. Bussière, « Paribas et sa stratégie européenne depuis les années 1960 : entre anticipation et choix de la raison », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit.

31 G. Carli, Cinquant’anni di vita italiana, in collaborazione con P. Peluffo, Rome-Bari, 1993.

32 M. Dumoulin, Petrofina. Un groupe pétrolier international et la gestion de l’incertitude, I, Louvain-la-Neuve, 1997.

33 R. Perron, « Divergences Front Uni : l’organisation européenne des producteurs de charbon (le CEPCEO) face à la Haute Autorité de la CECA de 1952 à 1958 », op. cit.

34 Cité par É. Bussière, « Paribas et sa stratégie européenne depuis les années 1960 : entre anticipations et choix de la raison », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 132.

35 O. Feiertag, « La Banque de France et les problèmes monétaires européens de la conférence de Gênes à la création de la BRI (1922-1930) », ibid., p. 34.

36 Cité par D. Guérin, « Albert Thomas, inlassable promoteur de l’intégration européenne », ibid., p. 317-318.

37 L. Badel, Un milieu libéral et européen : le grand commerce français (1925-1948), Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999, p. 448-449.

38 G. Bossuat, « Questions sur l’identité monétaire européenne à travers les positions de Jean Monnet, Robert Triffin et Pierre Mendès France », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 108.

39 L. Badel, Un milieu libéral…, op. cit., p. 225 et suiv.

40 C. Hubert, « La campagne de productivité en Belgique : modernisation autour du modèle américain », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 207.

41 Ibid., p. 213.

42 Cité par R. Perron, « Divergences, front uni : l’organisation européenne des producteurs de charbon (le CEPCEO) face à la haute autorité de la CECA de 1952 à 1958 », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 246.

43 Y. Stelandre, « Le FEB et l’élargissement des communautés européennes », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 288-289.

44 A. Wilkens, « L’Europe des ententes ou l’Europe de l’intégration ? Les industries française et allemande et les débuts de la construction européenne », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 276.

45 Cité par L. Badel, Un milieu libéral…, op. cit., p. 411.

46 G. Noël, « Introductions », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 391.

47 É. Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Paris, CHEFF, 1992, p. 257-285 ; É. Bussière, « L’organisation économique de la SDN et la naissance du régionalisme économique en Europe », Relations internationales, n° 75, 1993/3, p. 301-311 ; M. Schulz, « The Merton plan for a european central bank system : german commercial elites and the beginning of european integration », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 86-87 ; A. Wilkens, « L’Europe des ententes ou l’Europe de l’intégration ? Les industries française et allemande et les débuts de la construction européenne (1948-1952) », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 274-275.

48 Sur les liens entre conjoncture économique et intégration européenne, voir G. Van Roon, « The european integration and the economic structural and cyclical evolution », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 167-177.

49 D. Guérin, « Albert Thomas, inlassable promoteur de l’intégration européenne », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 307-326.

50 T. Grosbois, « L’attitude des syndicats socialistes néerlandais, belges et luxembourgeois à l’égard du Benelux, du plan Marshall et de l’OECE, 1946-1950 », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 331-332.

51 P. Pasture, « Adieu aux illusions. La CISC devant la CEE. 1958-1974 », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 364-375.

52 T. Grosbois, op. cit., p. 332.

53 P. Pasture, op. cit., p. 373.

54 M. Dumoulin et A.-M. Dutrieue, La Ligue européenne de coopération économique. (1946-1981), Berne, Peter Lang, 1993 (voir en particulier les pages 207 à 255).

55 P.-L. Cottrell, « Norman, the Bank of England and Europe during the 1920s: case studies of Belgian and Italian stabilisation », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op.cit., p. 37-84.

56 O. Feiertag, « La banque de France et les problèmes monétaires européens de la conférence de Gênes à la création de la BRI (1922-1930) », dans É. Bussière et M. Dumoulin, op. cit., p. 15-35.

57 M. Schulz, « The Merton plan for a european central bank system: german commercial elites and the beginning of european intergration », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 85-104.

58 G. Bossuat, « Questions sur l’identité monétaire européenne à travers les positions de J. Monnet, R. Triffin, et P. Mendès France », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.),op. cit., p. 105-113.

59 J. Rivoire, « Le Crédit Lyonnais de 1945 à 1970 : une lente ouverture à l’Europe », dans M. Dumoulin, R. Girault et G. Trausch, L’Europe du patronat, de la guerre froide aux années 1960, Berne, Peter lang, 1993, p. 159-164.

60 L. Badel, Un milieu libéral et européen : le grand commerce français, 1925-1948, op. cit., p. 530-531.

61 Sur ces aspects, largement traités par l’historiographie : Ph. Mioche, « L’adaptation du patronat de la sidérurgie française à l’intégration européenne de 1945 à 1967 », dans M. Dumoulin, R. Girault et G. Trausch, op. cit., p. 63-75. Voir également R. Poidevin et D. Spierenburg, Histoire de la Haute Autorité de la CECA. Une expérience supranationale, Bruxelles, Bruylant, 1993 et F. Berger, « Les patrons de l’acier en France et en Allemagne face à l’Europe (1930-1960) », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 179-195.

62 R. Perron, « Divergences, front uni : l’organisation européenne des producteurs de charbon (CEPCEO) face à la Haute Autorité de la CECA de 1952 à 1958 », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit.

63 M. Dumoulin, « Créer une solidarité monétaire en Europe ? (1960-1979) », dans É. Bussière et M. Dumoulin (dir.), op. cit., p. 235-244.

64 Ch. Chanier, La Firme Philips face à la construction de l’Europe. Une multinationale sur la voie de l’intégration économique dans les années 1950-1960, Thèse de doctorat, Université Paris I, 1990.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search