Version classiqueVersion mobile

L’Europe des Français, 1943-1959

 | 
Gérard Bossuat

Seconde partie. L’unité européenne, 1949-1955 ? Une solution élégante du conflit franco-allemand

Avant-propos

Texte intégral

1Les Français ne pouvaient plus contenir l'Allemagne depuis que les Américains avaient décidé de la faire participer au plan Marshall. Ces derniers avaient accéléré un processus commencé depuis 1945. Le discours de Byrnes à Stuttgart en septembre 1946 avait marqué une étape, la création de la bizone une autre. Les Français ont donc imaginé les moyens de conduire à leur profit le relèvement allemand puisqu'il semblait inévitable. La question de la sécurité militaire et économique de la France avait été posée à travers l'espoir d'une coopération étroite entre Français et Britanniques. La réponse avait été décevante. Les reculs à l'OECE laissent donc la France seule face à l'Allemagne relevée. Comment dépasser cet échec sinon par l'Europe ? Les formes de la construction européenne développées durant cette période ont été essentielles pour l'avenir du continent. Ce furent l'Autorité internationale de la Ruhr, le plan Schuman et la CECA, la CED, le Pool vert et l'Autorité politique européenne, l'UEP, l'Union de l'Europe occidentale. Â chaque tentative de création d'une forme d'unité européenne, l'Allemagne est au cœur des débats. Il faut donc prendre conscience que la façon dont le gouvernement français pose la question de l'unité européenne est très loin de répondre aux idéaux de la conférence de La Haye de 1948 ou à ceux du fédéralisme et de la supranationalité. De telles questions sont évidemment abordées par les mouvements européens ou les partis politiques. Mais ont-ils une influence sur le gouvernement ? Le débat européen, alimenté par des tiers, principalement les États-Unis, vise à créer les conditions d'un modus vivendi franco-allemand et à renforcer la sécurité de la France. Il faut se demander si derrière cette "realpolitik", un véritable espace de coopération, puis d'entente franco-allemande, n'est pas en train de se dessiner, pour conduire finalement l'Europe vers une paix durable.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search