Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Europe des Français, 1943-1959

 | 
Gérard Bossuat

Première partie. L’effondrement de l’Europe à la Française (1943-1949)

1. Une Europe Anti-Allemande organisée autour de la France (1943-1947)

Texte intégral

1Le problème de l’unité européenne s’impose assez rapidement aux responsables du gouvernement provisoire sous la pression des événements internationaux. Les projets pour l’après-guerre fleurissent puisque les Américains et les Soviétiques prennent conscience de leur force à partir des tournants militaires de la bataille de Koursk (juillet 1943) qui fait trembler la Wermacht et du débarquement en Sicile à l’été 1943. Les conférences internationales de Moscou, en octobre 1943, et de Téhéran, en novembre 1943, tournent au désavantage des Britanniques et des Européens, car les Soviétiques obtiennent de pouvoir signer des armistices avec leurs voisins européens. D’autre part les Britanniques se heurtent à une fin de non recevoir concernant la création de petites fédérations au cœur de l’Europe centrale et balkanique. Les Américains n’ont pas manifesté un grand intérêt pour l’unité de l’Europe à ce moment là. Staline joue le rôle d’arbitre entre les deux Européens que sont Churchill et Staline. Si le contenu des grandes conférences alliées n’est pas alors connu comme nous le connaissons maintenant, il ne faisait aucun doute qu’elles préparaient l’avenir. Il convenait donc dans ce contexte peu favorable aux Européens de préparer des dossiers pour les discussions de paix, estimait le CFLN. Mais les Français sont totalement ignorés. Réfléchir sur l’avenir de l’Europe s’imposait encore plus pour intervenir dans le débat sur l’avenir. Les Français d’Alger n’avaient guère de canons, avaient-ils des idées et une volonté ?

Les projets d’unité européenne dans la France de l’ombre

  • 1 cité par Rémi Boyer, op. cit., note Chauvel de 1943, p. 50-51.

2Dans Paris occupé, des fonctionnaires révoqués du Quai d’Orsay travaillent autour de Jean Chauvel sur l’avenir de l’Europe. Ils imaginent une union douanière franco-belgo-hollandaise dressée contre une Allemagne puissante de 80 millions d’habitants. Un tel projet, limité à une union franco-belge, avait déjà été proposé par la France en 1919. Ce plan a été communiqué au CFLN. Ils traitèrent du meilleur moyen de contrôler économiquement et militairement l’Allemagne. L’objectif était de détacher les principales régions industrielles allemandes du reste de l’Allemagne Ruhr, Silésie, Sarre. La France redeviendrait le chef spirituel de l’Europe rénovée. Ce thème du rôle dirigeant de la France dans l’Europe libérée est central. La France offre une garantie contre les risques de domination de l’Europe par l’URSS, les États-Unis et peut-être la Grande-Bretagne. La France reste une « grande puissance morale par tradition et de droit, et grande puissance politique encore, sinon au rang des principales économies du monde », écrit Chauvel en 19431.

  • 2 Franc-Tireur du 25 décembre 1942, selon les Principes de la Grande révolution
  • 3 P.-H. Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, 1940-1958, de la Résistance à la Ve République, Ou (...)

3L’aspiration à l’unité fédérale européenne se manifeste assez tôt dans les mouvements de résistance. Les Petites ailes de France, une feuille clandestine, écrivent en mai 1941 « Nous voulons en Europe une fédération d’États égaux avec une Allemagne guérie de sa mégalomanie ». Le journal est dirigé par Henri Frenay. Dans Combat de septembre 1942, Henri Frenay écrit encore « Les États-Unis d’Europe - un pas vers l’unité mondiale - seront bientôt une réalité pour laquelle nous combattons ». Il espère une « Europe organisée sur la base du droit dans la Liberté, l’Egalité, la Fraternité2 ». Son combat est-il l’Europe ? Comme pour les socialistes, il s’agit plutôt d’un appel à l’entente internationale, concrétisée d’abord en Europe par des abandons de souveraineté. P.-H. Teitgen commence son itinéraire européen par ce souvenir de Combat. « S’il faut dans l’avenir contrôler l’Allemagne, comment faire accepter ce contrôle ? Par l’abandon par toutes les nations européennes, au profit de la Fédération européenne, d’une part de leur souveraineté nationale3 ». D’autres, comme A. Hauriou, conseillent une fédération économique autour de la France, de la Belgique et de la Hollande, rejoignant probablement sans le savoir les vœux de Chauvel. Mais l’idée n’était pas originale, y voyait le point de départ d’une fédération politique (avril - mai 1944), ce qui l’était davantage.

  • 4 OURS, A 7 63 MM, SFIO, Secrétariat international, « la SFIO et l’Europe, 1947-1967 ».
  • 5 OURS, A 7 63 MM, SFIO, Secrétariat international, « la SFIO et l’Europe, 1947-1967 ».
  • 6 L’internationalisme de la SFIO, interview de Daniel Mayer par René Girault, en présence de Robert (...)
  • 7 Gérard Bossuat, D’Alger à Rome (1943-1957), choix de documents, Histoire de la construction europé (...)
  • 8 Manifeste au peuple de France adopté par le congrès de novembre 1944, §6.
  • 9 Bulletin intérieur du PS-SFIO, (BI) n° 3, 3 mars 1945, n° 10, janvier 1946.

4Le thème majeur du message de Léon Blum durant la seconde guerre porta sur une organisation internationale. Interné dans les geôles de Vichy à Bourassol en 1941, il réclame la création d’un « corps international puissant et efficace, installé comme un état suprême, sur un plan dominant les souverainetés nationales4 ». Pourtant dès les 13 et 14 novembre 1943, la Commission nationale du parti socialiste clandestin se prononce pour un congrès socialiste européen destiné à établir un programme d’action commun à toutes les organisations sociales-démocrates européennes5. Un texte de juin 1943 propose des abandons de souveraineté par les nations européennes, « une part de souveraineté égale à la part de souveraineté que les autres pays abandonnent aussi », corrige aujourd’hui Daniel Mayer6. En fait les socialistes ont orienté leur projets vers les États-Unis du Monde, un « super État », dont parle Le Populaire clandestin. Il ne semble pas que le mouvement socialiste ait influencé les projets du GPRF de l’automne 1943 sur l’avenir de l’Europe après la guerre7. Lors de leur congrès de novembre 1944, les socialistes lancent un Manifeste au Peuple de France qui insiste sur une « organisation mondiale de la sécurité collective fondée sur la justice8 ». Le parti est favorable à une organisation mondiale des échanges9. Deux institutions mondiales venaient d’ailleurs de naître à Bretton-Woods (FMI et BIRD) en juillet 1944. Les diplomates préparaient une Organisation Internationale du Commerce et de l’Emploi et un protocole provisoire sur les droits de douane (GATT en 1947).

5Toutefois, une question hante les résistants français, tout comme de Gaulle à l’extérieur quel destin pour l’Allemagne ? Tous apportent une première réponse bien compréhensible, la punir, la faire éclater. Certains groupes vont très loin sur la voie de l’éclatement de l’Allemagne. Ils voient la France contrôler la Sarre et la Ruhr. Á l’est, des régions entières devront être évacuées par les Allemands (Sudètes, Poznanie, Poméranie, Prusse-Orientale). Pourquoi n’en serait-il pas de même à l’ouest ? Au moins faut-il que la Rhénanie soit indépendante, comme l’Autriche et la Bavière. Ce fut, somme toute, le projet de De Gaulle.

  • 10 Jacquier-Bruère, Demain la Faix. Esquisse d’un ordre international, Plon, Paris, 1945.

6Mais dès la Libération les opinions se modifièrent vite. Robert Buron n’insiste plus sur la partition mais sur la fédération allemande. Beaucoup estiment qu’il ne faut pas casser l’Allemagne car on ne casse pas une nation (C. Bourdet, A. Hauriou). Certains, en pleine guerre, voient la possibilité pour l’Allemagne et la France de coopérer intellectuellement. Le rapprochement franco-allemand devient pour certains mouvements de résistance la pierre angulaire de la future Europe fédérale. Léon Blum adopte le ton juste sur l’Allemagne dans Á l’échelle humaine « On ne met pas à néant un peuple, une langue, une tradition, une légende. L’abus de la force crée la volonté de revanche ». Il veut aussi une communauté internationale assez puissante pour « rééduquer l’Allemagne, la discipliner, la maîtriser », tout en l’intégrant. Il n’est donc pas question de démembrement. Dans Combat du 12 décembre 1943, Henri Frenay, alors à Alger, revient sur l’unité et la Fédération européennes. L’Europe, dit-il, est née du sang des résistants. Un slogan maurrassien tel que « la France et la France seule » est « la plus stupide et la plus criminelle des erreurs ». Six mois plus tard en mars 1944, d’Alger, Henri Frenay lance encore « J’adresse un appel à tous les hommes de la résistance européenne. Je les appelle à discuter ensemble ce que nous décidons ici. Si nous sommes d’accord, nous forgerons les premiers maillons de la chaîne qui demain rassemblera les peuples libres ; ce sera la naissance d’un grand espoir pour l’Europe ». Ainsi, en France occupée et résistante, ou à peine libérée, les Mouvements condamnaient le nationalisme, comme Jacquier-Bruère alias Debré et Monick dans Demain la Paix10. « Aujourd’hui pour vivre, une nation doit être dépendante », écrivaient-ils. La souveraineté des nations est un dogme périmé, caractérisant une époque a demi sauvage de la vie des nations, disent-ils encore. La nation doit donc s’intégrer dans un cadre plus vaste Europe, Eurafrique, ensemble atlantique, le monde ? On n’en sait trop rien encore.

  • 11 cité par Du Bois, dans L’Europe de demain, Centre d’action pour la Fédération européenne, Neufchât (...)

7Quelles seront la nature et les limites de l’Europe ? Frenay y intègre l’URSS. Robert Buron et Ernest Pezet craignent tout à la fois le protectorat soviétique et la férule des anglo-américains. Aussi demande-t-on avec réalisme que l’on commence par former une unité économique avec la Belgique, la Hollande et le Luxembourg et si possible la Suisse et l’Italie. Le débat entre fédéralistes européens et atlantistes commence. Debré ou Monick imaginent déjà une communauté atlantique, plus européenne qu’américaine d’ailleurs. Altiero Spinelli et Ernesto Rossi, internés par Mussolini sur l’île de Ventotene, avaient exprimé leur foi dans la Fédération européenne par un manifeste écrit en juin 1941, intitulé « Les États-Unis d’Europe et les différentes tendances politiques ». En 1943 ils publiaient la revue du Movimento federalista europeo, L’unité européenne. Le Movimento organisa une propagande intense dans les milieux antifascistes entre mars et juillet 1944 en Suisse, pour les leaders de la résistance européenne. L’un des projets des Résistances européennes de mai 1944 a été écrit chez le pasteur Visser’t Hooft à Genève. Il parle du fédéralisme européen en termes de supranationalité11. En juillet 1944, à l’initiative d’Ernesto Rossi, d’Altiero Spinelli, d’Henri Frenay et d’autres chefs des résistances européennes, une Déclaration des Résistances européennes est publiée à Genève dans laquelle ils réclament une Union fédérale pour sauvegarder la paix et la liberté. Il faut donc se souvenir du contexte favorable à la Fédération européenne dans les milieux des résistances européennes.

Les réflexions d’Alger : cacophonie et innovations

  • 12 Londres, 18 juin 1942, Discours et Messages, Pendant la guerre (juin 1940-janvier 1946), Plon 1970 (...)

8De Gaulle avait eu l’occasion de dire que le temps du nationalisme était terminé. L’internationalisme était présent dans ses discours de Londres12. Alors pourquoi pas l’Europe ? En effet le CFLN à Alger s’occupait activement, au milieu d’une foule d’autres questions plus urgentes, de définir une politique française pour l’Europe libérée. On a vu que malgré les circonstances les informations circulaient. Le CFLN sait ce que pensent les Mouvements ou les hauts fonctionnaires en France. Certains d’ailleurs viennent de rejoindre de Gaulle à Alger au cours de l’année 1943. Jean Chauvel, devenu délégué pour la France du Commissaire aux Affaires Etrangères du CFLN, est rappelé à Alger en mars 1944. Le CFLN se prépare donc à entrer dans les grands débats initiés par les Alliés pour l’après-guerre.

Monnet propose une autorité européenne

  • 13 E. Hirsch, Ainsi va la vie, Fondation Jean Monnet, 1988.
  • 14 Cette note (fonds Monnet, AME), est publiée dans l’Europe une longue marche, p. 12 à 16, Fondation (...)
  • 15 297th Fourth Avenue, New York.
  • 16 AME 66/20/14, Toward World Order, 5 mars 1942, by J.F. Dulles, Ohio Wesleyan University.
  • 17 AME 66/20/34, Foreign Policy Report, February I, 1943, « What Future for Germany ? » by Vera Miche (...)
  • 18 Ce souci de créer une société européenne de transports aéronautique réapparaît en 1955 dans le cad (...)
  • 19 AME 33/1/3, note du Commissaire à l’Armement et à l’Approvisionnement et à la Reconstruction, « no (...)
  • 20 AME 56/1/1, document non daté, document manuscrit de Monnet et 56/1/2 qui est le dactylogramme de (...)

9Monnet croyait très sûrement à un marché européen de l’industrie lourde européenne, contrôlé par les États. Etienne Hirsch a décrit Monnet en profonde méditation devant une carte d’Europe à Alger, expliquant que tous les dangers venaient de la Ruhr. Il lui dit qu’il faudrait soustraire cette région aux deux pays, France et Allemagne13. Une note de Jean Monnet du 5 août 1943 nous aide à comprendre les enjeux pour l’Europe d’après-guerre14. Monnet estime que la France doit jouer un rôle moteur dans l’organisation du vieux continent, pour empêcher l’URSS, les États-Unis et la Grande-Bretagne d’imposer des solutions arbitraires. Prudemment il propose la création d’une « entité européenne » à vocation économique et politique qu’il appelle « Fédération ». Que veut-il dire par « autorité européenne » ? Il s’élève contre la renaissance des souverainetés économiques nationales et plaide pour une entité européenne de nature politique destinée à créer « une unité économique commune ». Reprenait-il des thèmes débattus durant la guerre chez John Foster Dulles ? Monnet connaissait les documents publiés par la « commission to study the bases of a just and durable peace15 » créée par le Conseil fédéral des Églises du Christ présidé par John Foster Dulles. Dans l’un des textes communiqués à Monnet, du 18 septembre 1941, Long Range Peace objectives, Dulles propose de réorganiser l’Europe continentale en une communauté fédérée (federated Commonwealth), au point de dire que le rétablissement de la pleine et entière souveraineté des États européens serait « a political folly16 ». Il faut, dit-il encore, une « autorité commune » qui organise la vie économique des nations européennes. Deux points sont importants. L’Europe de Monnet pour l’après-guerre est une Europe d’initiative française, sans la Grande-Bretagne. L’Allemagne y joue un rôle économique. On sait que Coudenhove-Kalergi excluait la Grande-Bretagne de Paneuropa. Monnet s’y référait-il ? La presse spécialisée américaine n’excluait pas le démembrement de l’Allemagne, mais les États allemands issus de la tourmente seraient pris en charge par une Union européenne17. Le nationalisme économique d’avant guerre en Europe devait s’effacer devant « l’entité européenne ». Etait-ce déjà l’expression du concept de supranationalité ? L’expérience de la crise de 1929, des protectionnismes, de la guerre, conduit Monnet à rejeter le statu quo ante. Les quelques lignes que trace Monnet pour le futur congrès de la Paix sont les plus intéressantes et les plus frustrantes car elles ne sont pas développées plan de reconstruction politique et économique de l’Europe, constitution d’un État européen de la grosse métallurgie, autorité européenne pour la fabrications des avions et la gestion des lignes commerciales18. Monnet définit sa vision de l’Europe d’après-guerre dans une autre note plus opérationnelle. Les pays européens doivent renoncer aux régimes douaniers protecteurs pour établir une économie européenne performante19. L’Europe du possible pour Monnet est une Europe libérée des entraves aux échanges qui conduit à une entité politique. Ces deux notes sont à rapprocher d’une troisième plus étonnante encore. Monnet écrit qu’il faut créer un « état de bonheur et de paix » dans le monde et en Europe ?20. Cette intention s’accompagne de modalités pratiques qui nous intéressent. En effet Monnet conçoit d’atteindre cet objectif en portant atteinte au principe des souverainetés nationales, mais aussi au système capitaliste et au système communiste. Fort de cette déclaration de guerre au capitalisme, aux souverainetés nationales et au système communiste, il assigne comme mission à l’Europe de l’ouest de répondre à l’idéal humaniste dans le monde, car l’Europe de l’ouest est encore la « partie libre » de notre monde, non contrôlée par les deux monstres de cette moitié du siècle, les États-Unis et l’URSS.

  • 21 AME 33/1/7, 8 octobre 1943, note de Monnet, sans titre, annoté par Monnet.

10La nécessité d’une unité européenne découle de ces constatations simples de géostratégie. Une place éminente reviendra à l’Europe de l’ouest réunie autour de la France, de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, à laquelle la Grande-Bretagne serait associée, à côté d’un ensemble slave sous direction russe, et d’un ensemble américain qu’il faudra se concilier21.

L’échec d’une position commune du CFLN (été-hiver 1943)

  • 22 Guerre 1939-1945, Londres-CNF, vol 178, microfilm 1711, notes préliminaires sur quelques points im (...)
  • 23 Alger-CFLN-GFRF 728, note de M. René Mayer, Alger 30 septembre 1943, 5 pages dactylographiées.
  • 24 René Massigli, Une comédie des erreurs, 1943-1956, souvenirs et réflexions sur une étape de la con (...)

11Le problème est de savoir si Monnet est isolé. La note de Monnet fait partie d’un ensemble de notes commandées par de Gaulle ou Massigli. En décembre 1942 un document du Comité National Français (CNF) évoquait une régionalisation européenne22. Il établissait une distinction entre les États d’Europe occidentale et ceux d’Europe orientale et sud-orientale d’un niveau de développement différent. On y trouvait l’idée de confier la réalisation des grands travaux publics à des corporations internationales de caractère semi-public. Le document envisageait la création d’un Federal Reserve System européen. Il n’est pas question de supranationalité, mais de « collaboration entre égaux, entre pairs, acceptant dans l’intérêt commun une règle commune ». Faut-il inclure l’Allemagne ? En 1943, le CFLN s’interroge sur l’avenir du continent et bien entendu sur la place de la France. René Mayer, alors commissaire aux Communications et à la Marine marchande, dans une note sur « l’Europe nouvelle » laisse percer son souci de faire disparaître le cloisonnement douanier en Europe23. Mayer pose des questions sans trancher « Y a-t-il, pour la France, intérêt à orienter sa politique vers l’institution à l’ouest de l’Europe d’un ensemble fédéral dont elle ferait partie, au moins dans l’ordre économique24. ? »

  • 25 AME 17/3/5, « Problèmes économiques de l’après-guerre, un point de vue français », Mémoire de H. A (...)
  • 26 AME 33/2/3 note sur la thèse française de la reconstruction économique, 3 août 1943, note d’Alphan (...)
  • 27 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 1534-1535, mémorandum, septembre 1943, 6 pages, pas de source (...)
  • 28 AME 33/2/4, note d’Alphand du 17 septembre 1943 ; Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, note (...)

12Hervé Alphand et André Istel, dès 1942, s’étaient exprimés sur l’organisation de l’après-guerre25. Leur texte parlait de restauration de la puissance française. Mais Alphand jugeait qu’il « serait particulièrement opportun pour la France de conclure une union régionale économique avec les puissances de l’Europe occidentale ». Il se déclarait « européen » très rapidement. Cette union régionale serait fondée sur la libre circulation des marchandises, un tarif extérieur commun et une monnaie unique (ou l’instauration de parités fixes). Ce projet avait quelques ressemblances avec les travaux de la sous commission financière du comité de la SDN chargé de donner une suite au mémorandum français du 1er mai 1930 sur le projet d’union européenne. Le projet d’union économique européenne par secteurs géographiques d’échanges libres, aussi vastes que possible, est affiné en août 1943 par Alphand. L’union européenne devrait rassembler toute l’Europe sauf l’URSS26. Cette union européenne rassemblerait des bureaux européens, branches de bureaux mondiaux, chargés de répartir les matières premières (charbon), les produits agricoles (blé) et industriels (fer), pendant les vingt années suivant la guerre27. Le projet s’inscrit dans le mouvement général de confiance dans les nouvelles organisations mondiales. Il donne à l’Europe la possibilité d’y développer sa spécificité. Le 17 septembre 1943 Alphand présentait une autre note sur les bureaux européens et une union douanière28. Les projets d’Alphand eurent quatre présentations différentes une union économique européenne de l’ouest, une union européenne par larges secteurs économiques, des bureaux européens par secteurs économiques, une union douanière entre la France, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas.

  • 29 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, note concernant les études relatives à l’organisation de (...)
  • 30 363 AP 3, 2G octobre 1943, René Mayer. à M. le commissaire aux Affaires étrangères, 167/CMM/RM/ref (...)

13Dans l’esprit de De Gaulle, le retour à l’autarcie continentale est impossible. L’union contribuerait au développement économique général en coopération avec les États-Unis et l’URSS29. Le CFLN est ouvert à des solutions multiples. Massigli est d’avis que la Grande-Bretagne y participe. Mais de Gaulle, Mayer ou Monnet rejettent une union avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Ils doutent que la Grande-Bretagne accepte. Ils craignent même qu’elle ne dissuade les Pays-Bas et la Belgique d’y adhérer30. Ils penchent pour une construction continentale avec le futur Bénélux et peut-être la Rhénanie, l’Italie, la Suisse et l’Espagne. La Grande Nation était à nouveau à l’ordre du jour ! Mayer voulait une Allemagne désarticulée dont une partie serait dans la mouvance de l’ouest. Mais la métallurgie française pourra-t-elle résister ? La création d’une « Lotharingie industrielle » ne serait-elle pas le germe d’une germanisation de la France ? La Grande-Bretagne verrait-elle favorablement la naissance au cœur de l’Europe d’un groupement de 75 millions d’habitants ?

14Robert Marjolin, un proche de Jean Monnet, croit à un regroupement des États de l’Europe occidentale. Il repousse la création d’un Bloc Latin trop agricole, peu intéressant pour la modernisation de la France. Il songe surtout à un regroupement occidental constitué autour de la France et de la Grande-Bretagne, comprenant la Belgique, la Hollande, le Luxembourg et l’Allemagne occidentale. L’essentiel est le couple franco-anglais. Mais les Anglais y sont-ils disposés, alors que la peur de l’URSS commence de se manifester ?

  • 31 AME, 33/1 /&, 17 octobre 1943, conversations de Gaulle, Monnet, Diethelm, Mayer, Alphand.
  • 32 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 728, note incomplète commençant par « agents de liaison.. » (...)
  • 33 voir la note précédente en AME.
  • 34 Pierre Maillard, De Gaulle et l’Allemagne, le rêve inachevé, Plon, 1990, p 115.

15Le 17 octobre 1943, le CFLN décida de définir sa politique européenne31. Il se saisit des projets présentés par Monnet le 4 août 1943, Alphand le 17 septembre 1943 et Mayer le 30 septembre 1943. Alphand suggéra la création de secteurs d’échanges libres en Europe, « plus étendus que les territoires nationaux ». Monnet prit une position plus complexe. D’après un premier compte rendu il dit que « l’Europe doit constituer un ensemble économique unique d’échanges libres, en tenant compte du fait que le problème allemand doit en même temps faire l’objet d’une solution particulière. On peut désirer une division politique de l’Allemagne, mais à une condition c’est que chaque État germanique constitue un élément de l’ensemble européen, partageant les mêmes avantages que les autres éléments32 ». Dans une seconde rédaction, l’allusion à une division politique de l’Allemagne a disparu : « L’Europe doit constituer un ensemble économique unique d’échanges libres, en tenant compte du fait que le problème allemand doit en même temps faire l’objet d’une solution particulière, car c’est ainsi seulement que la sécurité et la prospérité de la France pourront être assurées33 ». Monnet, devant de Gaulle, juge que les États allemands issus de la rupture du Reich doivent entrer dans « l’ensemble européen ». Mais il approuve aussi la création d’un « pays industriel européen composé notamment de la Ruhr, de la Sarre, de la Rhénanie, du Luxembourg », exploité au profit de l’Europe. L’Allemagne nouvelle sera privée de la métallurgie de la Ruhr. Monnet suit donc le sentiment dominant en faveur de la désagrégation de l’Allemagne. Il apporte deux idées neuves « l’ensemble européen » et « le pays industriel européen », une sorte de petite Europe dans une grande. Le projet de « pays industriel européen » vient très probablement des milieux américains. Il ne comprend pas la Lorraine, ni la Belgique sidérurgique. Monnet dit-il toute sa pensée ? L’historien ne peut répondre. De Gaulle écarta le projet de Monnet. Il vit dans le « pays industriel européen » uniquement le moyen de renforcer la puissance allemande. Il refusa que la France et les Allemagnes fissent partie d’une même union économique alors que Monnet le souhaitait. De Gaulle veut une union européenne non autarcique, mais autour de la France, avec le Bénélux, peut-être la Rhénanie, peut-être l’Italie, l’Espagne et la Suisse. Il ne faut pas toutefois forcer les différences entre Monnet et de Gaulle. De Gaulle imaginait une Europe avec une participation active des Allemands. L’ambassadeur Pierre Maillard rapporte qu’à l’automne 1943, donc en pleine réflexion du CFLN sur l’avenir, de Gaulle se trouvait en Angleterre chez le député conservateur Ronald Tree. Il participait à une conversation sur l’Allemagne avec l’archiduc Otto de Habsbourg, Masaryk, et d’autres représentants de l’Europe centrale. Il leur affirma, contre leur souhait, qu’il ne fallait pas morceler l’Allemagne. « Si l’on veut vraiment établir en Europe repos et bien-être, cela n’est possible que par une révision du traité de Verdun et la réunification des Francs de l’ouest et de l’est34 ». Il avait le souci de contrôler l’Allemagne en associant à la France l’Allemagne du Sud.

  • 35 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, note concernant les études relatives à l’organisation (...)
  • 36 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 1484, Massigli à Monnet, personnelle, 24 novembre 1943, de (...)
  • 37 Mémoires, tome 1, p. 302.
  • 38 Mémoires, tome 2, p. 429.

16Manifestement le CFLN tarde à manifester un consensus sur les projets d’unité européenne et sur la place de l’Allemagne. Il décide de faire rédiger une étude par ses services de Londres35. Monnet part presque immédiatement en mission à Washington le 15 novembre. Il ne participe donc pas à l’élaboration de l’étude. Est-ce normal ? N’a-t-il pas été écarté ? Peu importe, mais nous avons une correspondance instructive entre Massigli et Monnet prouvant que les deux hommes se méfiaient de De Gaulle (codé sous le pseudonyme de Martin !) et qu’ils défendaient l’impératif d’une politique concertée des nations européennes36. Dans ses Mémoires, Monnet rappelle sans plus que « les nombreux mémorandums datés de cette époque, où chacun mettait la marque de son imagination, témoignent d’une recherche ardente et par endroits prophétique du destin de la France et de l’Europe nouvelle37 ». Il se souvient aussi de ces plans au moment de la préparation de la Déclaration Schuman. Il nomme Mayer et Hirsch comme ceux à qui il s’était ouvert de ses projets européens38. On a vu qu’Alphand et Massigli faisaient aussi partie du cercle. Mais les affrontements honorables et cruciaux sur l’unité européenne ont été ignorés. Pourquoi ?

  • 39 Guerre 1939-45, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, note concernant les études relatives à l’organisation de (...)
  • 40 Allusion dans AME 56/2/9, 12 juillet 1944, Blum-Picard, Mémoire relatif à l’organisation économiqu (...)
  • 41 AP-PA Dejean, vol 21 à 23, 30 octobre 1943, CFLN, commissariat aux Affaires Etrangères, secret, pa (...)

17Le travail essentiel sur l’unité européenne est celui de Blum-Picard remis au CFLN le 1er décembre 1943. Une note de Massigli du 25 octobre 1943 lui demande de répondre s’il est souhaitable ou non d’établir une union économique entre un certain nombre de pays. Cette union permettrait la libre circulation des hommes, des produits et des capitaux. L’union pourrait s’étendre à l’Italie, la Suisse et la Grande-Bretagne en dehors du noyau initial constitué de la France, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas et Rhénanie39. Laurent Blum-Picard remet un rapport négatif « L’Europe unifiée est l’exemple de la fausse bonne solution qui attire par son apparente simplicité ». Pouvait-on alors faire une unité européenne plus limitée ? Une Lotharingie unissant Ruhr et Lorraine par exemple ? Blum-Picard conclut qu’elle n’est pas souhaitable car elle conduirait au morcellement de l’Allemagne ! En revanche il approuve des accords européens par grandes productions. Il imagine une charte du charbon40. Mais ne retournait-on pas à la solution honnie par les Américains des cartels privés d’avant guerre ? Il parle même de créer des conseils régionaux européens auxquels les gouvernements « consentiront des abandons de souveraineté ». La fin de l’année 1943 fut un moment privilégié pour définir la politique européenne de la France. Cette liberté d’action était due à la liquidation du conflit de Gaulle-Giraud le 1er octobre 1943. Le CFLN put définir plus tranquillement des options de politique étrangère à long terme. Le CFLN refusait de se lier à l’une des grandes puissances. Il cherchait à jouer le jeu des organisations internationales ou régionales pour compenser sa faiblesse face à l’Allemagne même vaincue. La « Fédération des États de l’Europe occidentale » est une solution qu’il faut étudier le plus sérieusement possible, demanda Massigli41. Elle le fut, mais la réponse n’enthousiasma pas de Gaulle.

18La sécurité de la France face à l’Allemagne importait énormément. L’unité européenne passait par la définition d’une politique allemande de la France. C’est pourquoi le rapport négatif de Blum-Picard n’était pas le dernier mot du CFLN-GPRF.

De Gaulle et la Fédération de l’ouest européen en mars 1944

  • 42 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, de Gaulle, 24 février 1944, 315/SP, à R. Massigli.
  • 43 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 717, DAE, Baraduc [ ?] note pour M. Massigli, Alger, 2 mars (...)
  • 44 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, microfilm 1830, conversations avec l’ambassadeur de Po (...)

19De Gaulle ne fut pas convaincu par Blum-Picard. Il demanda au début de 1944 d’étudier les conséquences d’une séparation économique de la Rhénanie du Reich et la création d’une fédération économique de l’ouest, limitée à la France et au futur Bénélux, « à laquelle pourrait se rattacher la Grande-Bretagne42 ». Les services français imaginent une mise en commun des ressources monétaires des membres de l’union, dans le cadre d’une union confédérale sans abandon de souveraineté. Dans l’esprit de De Gaulle et de la direction des Affaires économiques (Commissariat aux Affaires étrangères), la création d’une unité européenne occidentale serait le symétrique du détachement par l’URSS des provinces orientales allemandes43. Le discours du général de Gaulle devant l’Assemblée consultative d’Alger le 18 mars 1944 dit l’espoir du CFLN de voir se constituer une union occidentale économique, non autarcique, coopérant étroitement avec le monde soviétique et américain. « C’est le groupement Pays-Bas, Belgique, France qui est l’élément essentiel », explique Massigli à Morawsky, l’ambassadeur polonais, en avril 194444. L’organisation occidentale engloberait l’Afrique, et serait structurée autour du Rhin, de la Manche et de la Méditerranée. La France aurait été au cœur du dispositif. Faut-il s’étonner des résistances de l’URSS ?

  • 45 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, HA, 31 mars 1944, note sur les projets d’organisations (...)
  • 46 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 717, JMB, projet de télégramme pour M. Dejean, avril 1944, (...)

20Le 31 mars 1944, Alphand fit le point sur les divers projets d’organisation économique européenne45. Le CFLN retint les objectifs de collaboration financière et politique entre les pays d’Europe occidentale selon les termes du discours de De Gaulle du 18 mars. L’union n’exclurait pas la Grande-Bretagne. De Gaulle le redit dans une conférence de presse à Alger le 21 avril 1944. L’unité de l’Europe de l’ouest était vue comme une réponse à la faiblesse des puissances européennes et particulièrement celle de la France. Mais les alliés refroidirent l’activisme des Français. Les Anglais n’imaginaient pas de fédération douanière en Europe continentale sans que les États-Unis y soient associés. Les Français tentèrent de convaincre les Belges et les Hollandais. Les Français expliquèrent qu’ils voulaient faire participer les régions allemandes à la restauration de l’Europe. Le rattachement économique de la Rhénanie-Westphalie à une fédération de l’ouest devait être présenté ainsi. Mais devant les résistances anglaises et le silence américain, Massigli demanda de suspendre la recherche d’une solution relative « à l’établissement d’un groupement occidental » et de se limiter à des ententes avec les voisins de la France « sur les problèmes économiques et financiers que poseront plus immédiatement la Libération et la fin des hostilité46 ».

  • 47 voir cet entretien dans le Monde du 10 septembre 1945, intitulé « Le général de Gaulle définit les (...)
  • 48 Conférence de presse, maison de la résistance alliée, 12 novembre 1947, DM II, p. 151 cité par W. (...)

21Ce désintérêt des alliés occidentaux encouragea le CFLN et de Gaulle à concevoir des projets de destruction de l’Allemagne L’État centralisé allemand devait disparaître. Des portions de territoires allemands pourraient être appelées à l’autonomie ou à l’indépendance dans le cadre ou non d’une Fédération européenne. L’obsession du danger allemand reprenait le dessus sur la volonté de résoudre la question allemande par l’unité occidentale. De Gaulle revint sur la question dans une interview au Times en septembre 194547. Il parle de créer un « groupement européen ». Il offre à la Grande-Bretagne une coopération et une concertation sur les grandes questions européennes et mondiales. Il lui propose de participer à la construction d’un ensemble économique européen auquel naturellement s’agrégeraient le Bénélux, l’Italie, la péninsule ibérique et les Allemagnes occidentales. Mais il faut, dit-il encore, séparer la Rhénanie et la Ruhr du Reich, la soumettre à un régime international, internationaliser le Rhin. Le projet n’eut pas de suite en raison des résistances russes et des conflits latents entre la France et la Grande-Bretagne au Levant. Pourtant le partenaire idéal pour une union était désigné, il s’agissait de la Grande-Bretagne. Mais de Gaulle évolua vite, car en 1947 il considérait qu’une défense centrée sur Londres n’était pas une défense de l’Europe48.

Léon Blum entre l’Europe et le Monde

  • 49 « Léon Blum, la SFIO et l’internationalisme », Cahiers Léon Blum, n° 26-27, décembre 1989-février (...)
  • 50 Bulletin intérieur n° 15, 1 août 1946, Numéro spécial en vue du 38e congrès national
  • 51 Le Populaire, 28 août 1945, Léon Blum, « L’étoile rouge fait fausse route ».
  • 52 Léon Blum, « Un grand espoir », Le Populaire, 7 août 1945
  • 53 Léon Blum, « La politique internationale du socialisme », Le Populaire, 22-23 juillet 1945

22Léon Blum, de retour de Buchenwald, intervint dans le débat européen. Que pense-t-il vraiment de l’Europe en ce 14 mai 1945, jour de son retour sur la terre de France, après l’épreuve de la déportation ? Il ne pense pas « Europe » mais organisation du monde. Les questions européennes sont évoquées à travers le cas allemand à la Conférence internationale socialiste de Londres du 3 au 5 mars 1945. Les socialistes refusent l’annexion de territoires allemands, mais exigent un contrôle. Ils proposent l’internationalisation des richesses de la Ruhr sous le contrôle de l’ONU. La Conférence concentre ses efforts sur une Organisation Internationale qui doit comprendre des Unions régionales d’économie complémentaire unions danubienne, balkanique, Scandinave, occidentale, rassemblées dans une Union continentale49. En août 1946, la 6e section socialiste de Paris proposait encore des abandons de souveraineté au profit de l’ONU et subordonnait la création d’organisations régionales au bon fonctionnement de l’ONU50. Quand Blum évoque le « bloc occidental » en 1945, fondé sur une alliance franco-britannique, il le rejette car il ne veut pas nuire à l’URSS et aux relations intereuropéennes. Sa pensée s’organise autour d’une entente diplomatique franco-anglo-soviètique et non pas d’un bloc occidental. Sa vision est pan européenne51. Son modèle est celui de la Triple Entente d’avant 1914. Sa pensée est modelée par l’espoir de réaliser au moins l’unité d’action du PS et du PCF52. Or très vite il se rend compte que l’URSS construit un glacis d’États dépendants53. Le monde nouveau dont Blum, les socialistes, et la plus grande partie des responsables politiques français se réclament, est celui d’une Organisation internationale rénovée et supranationale, capable de contrôler l’Allemagne. L’Europe n’est qu’un élément de ce nouveau monde. Les socialistes, et d’autres avec, expriment une volonté irréelle de faire un nouveau monde comme si la page était blanche. Ils veulent une communauté mondiale. Si elle fait défaut, il reste la communauté des proches voisins de l’Allemagne, donc la communauté européenne. Voilà comment l’Europe unie entre dans les projets de Blum et des socialistes.

Conclusion

23Le GPRF cherchait une solution européenne pour l’après-guerre. Le projet gaulliste de mars 1944 et de septembre 1945 avait le mérite d’exister. De Gaulle avait su traduire les aspirations diverses des hommes d’Alger. Les forces extérieures ont ruiné ce projet. Il est remarquable que la question européenne ait été posée en termes économiques tout autant que politiques. Les projets français oscillaient entre le gallo-centrisme et le condominium franco-britannique. Mais ce condominium franco-britannique sur l’Europe était-il du goût de l’Angleterre ?

Le heurt avec la Grande-Bretagne, l’échec d’un grand Bénélux (1945-1947)

24Les raisons qui poussaient le GPRF et son chef à rassembler l’Europe occidentale sous une direction française ou franco-anglaise étaient d’ordre économique et stratégique. Pour assurer sa sécurité et son développement la France a besoin du charbon de la Ruhr. Elle veut l’unité européenne pour se moderniser et redevenir une grande puissance, à défaut de pouvoir obtenir pour elle seule le charbon allemand. Cette construction européenne à la française est profondément marquée du sceau des combats contre l’Allemagne.

Réduire l’Allemagne, une solution passionnelle

  • 54 AME 58/1/9, 8 septembre 1945, DAP, régime politique de la région rhéno-wesphalienne.
  • 55 AP-PA 288 Dejean, vol 67, Rapport suite au conversations franco-britanniques poursuivies à Londres (...)

25En septembre 1945 le Quai d’Orsay mit en forme la thèse française sur l’Allemagne pour être défendue dans les conférences des Quatre ministres des Affaires Etrangères (Londres, 11 septembre 1945). Il s’appuie sur le précédent polonais, (le détachement d’une partie importante du territoire du Reich au profit de la Pologne, au delà de la ligne Oder-Neisse occidentale), pour exiger des autres alliés la séparation définitive de la région rhéno-wesphalienne. Mais il hésite sur la nature de l’État nouveau. La Sarre serait rattachée à la France de façon plus étroite54. Cette position est reprise dans le mémorandum du 14 septembre 1945 sur le contrôle et l’administration de l’Allemagne. Soyons clair ! Les diplomates du Quai d’Orsay ne se faisaient pas d’illusion sur l’accueil de leur projet. Aussi demandèrent-ils que l’on insistât sur le contrôle international de la Ruhr plutôt que sur le détachement ou l’occupation militaire de la rive gauche du Rhin. Pendant les conversations de Londres du 12 au 20 octobre 1945 entre Couve de Murville et Oliver Harvey, les Français demandèrent officiellement l’occupation militaire de la rive gauche du Rhin, la création d’une entité particulière en Rhénanie, l’utilisation des mines de la Sarre par la France, la création d’une entité politique indépendante dans la Ruhr dénommée « Territoire de la Ruhr » et gouvernée par l’ONU55. Ainsi, entre les préoccupations du CFLN de l’automne 1943 et les thèses françaises sur l’Allemagne de septembre 1945, l’Europe avait disparu. Les réactions négatives des alliés, les hésitations du Bénélux expliquent le raidissement français sur l’Allemagne. L’impossibilité de construire l’Europe de l’ouest contre l’Allemagne entraîna deux réactions du GPRF d’une part l’appel en faveur d’une direction franco-britannique de l’Europe occidentale, et d’autre part l’exigence irrâîlle d’un éclatement de l’Allemagne. La thèse de Monnet en faveur d’une entité européenne bénéficiant de transfert de souveraineté, construite à égalité entre tous les pays européens, y compris les pays allemands, avait été totalement écartée.

L’Europe fonctionnelle

  • 56 F 60 ter 925, Bonnet, de Jean Monnet, n° 163, à Pleven, Lacoste, 24 juin 1945, n° 1279 DET, très s (...)

26La paix et le développement étaient une affaire de charbon. Â défaut de créer une « entité européenne », Monnet imagina une solution médiane en juin 1945. Il a d’abord cru à la bonne volonté de la Grande-Bretagne. Elle fournirait à la France du charbon anglais, tout en recevant du charbon américain en échange56. Cette organisation trilatérale échoua. Elle n’avait pas de finalité unitaire. Elle traduisait l’espoir que l’Angleterre s’entendrait avec la France pour résoudre le problème de l’accès au précieux combustible.

  • 57 AMF 4/3/6, Résumé d’une conversation entre M. Monnet et M. Clayton, le 24 septembre 1945, Charbon (...)
  • 58 AME 57/1/173, tel. de Monnet à de Gaulle, n° 230, 10 septembre 1945, production de charbon de la R (...)
  • 59 B 8853, MAE, P.L, affaires économiques, n°1679/DET, octobre 1945, référence à un télégramme 1664/D (...)
  • 60 AME 57/1/177 et AMF 4/3/6, 24 septembre 1945, de Monnet à William Clayton.
  • 61 AMF 4/3/17, 11 octobre 1945, secret, production du charbon de la Sarre et de la Ruhr, 2 pages dact (...)

27Jean Monnet, sans en avoir référé à de Gaulle, proposa alors une solution audacieuse pour la gestion du charbon de la Ruhr. Il suggéra à Clayton en juin 1945, de créer un « dictateur du charbon » en Europe57. Il la réitéra à de Gaulle. « La première mesure d’urgence, dit-il, est de désigner une autorité unique pour prendre et coordonner l’exécution des décisions. Cette autorité, désignée en accord entre Truman, Attlee et vous même, aurait le pouvoir de donner des directives générales aux commandants de zone58 ». Ses fonctions seraient d’établir un plan coordonné pour accroître la production de charbon en Allemagne. Mais elle tirerait son autorité des trois comandants en chef alliés. L’idée de Monnet tendait à conférer à ce comité intergouvernemental allié, présidé par un « dictateur », une autonomie réelle59. Dans sa correspondance avec Clayton Monnet ne parle pas d’unité européenne. En revanche il insiste sur l’efficacité du système. Voilà un des ressorts de la pensée de Monnet. « Le dictateur de la Ruhr » est nécessaire aux alliés, comme l’unité européenne supranationale est nécessaire aux Européens de l’ouest et aux démocraties. Le dictateur du charbon est le moyen d’atteindre un bien supérieur, la production abondante de charbon, comme l’unité européenne est le moyen d’atteindre un bien supérieur, le développement économique et la paix. Monnet fournit un schéma d’organisation en quatre paragraphes sur une page. Un comité de quatre membres (un représentant pour chacune des zones occidentales et un président) serait constitué. Le président aurait tout pouvoir pour atteindre son objectif, y compris d’en appeler aux chefs de gouvernement60. Il aurait évidemment soustrait aux autorités allemandes la gestion du charbon de la Ruhr. Monnet croit donc débloquer l’accès au charbon de la Ruhr par une organisation européenne transnationale. Le général Lucius Clay, commandant de la zone américaine, avait fait savoir que la nomination d’un dictateur du charbon serait mal accueillie par les Anglais sans doute pour ne pas avoir à refuser lui-même. Monnet essaya d’obtenir le soutien de Clayton et de Mac Cloy. L’affaire capota à cause d’Eisenhower, incapable d’admettre que les commandants de zone soient dépossédés de leurs pouvoirs de contrôle économique61 et des Anglais, décidés à coller aux Américains.

Le premier rêve d’entente franco-britannique

  • 62 560 AP 32, archives Pleven, note de Brunet du 12 décembre 1945 pour le ministre, fixation du toux (...)

28Les Français attendaient tout des Anglais. L’accord financier franco-britannique du 27 mars 1945, signé dans un climat de grande confiance mutuelle, précisait les conditions du règlement des dettes de guerre. De plus les deux pays s’offraient mutuellement un découvert commercial de £ 100 millions jusqu’au 28 février 1946. La France seule était intéressée. Elle avait besoin des matières premières de l’Empire britannique. Mais les £ 100 millions furent épuisés en six mois, alors que se terminait le Prêt-bail américain. En septembre 1945, hantés par la convertibilité du sterling, les Anglais négocient avec les États-Unis un prêt en dollar considérable. Une organisation économique franco-britannique était éloignée de leurs préoccupations. Les Anglais n’adhèrent pas à la stratégie française d’importation de biens essentiels et de charbon allemand pour la modernisation de la France. Pourtant en décembre 1945, au moment de la ratification des accords de Bretton-Woods en France par l’Assemblée nationale, les Français étaient disposés à aligner le franc sur la livre sterling62. Le départ du général de Gaulle en janvier 1946 renforça la peur d’une prise de pouvoir par les Communistes et les éloigna encore plus du continent. En abandonnant la France, la Grande-Bretagne tournait déjà le dos à l’Europe. En 1946, devant les difficultés que rencontrent les Français à honorer leurs dettes à court terme au titre de l’accord du 27 mars 1945, Ernest Bevin parut faire des ouvertures pour une coopération économique franco-britannique et un partage négocié des marchés et des investissements : « Il est nécessaire que nos industries ne se fassent pas une concurrence inutile », dit-il. L’harmonisation des économies était-elle possible ? La formule sonnait creux. Bidault et Bevin s’entendirent seulement pour créer une commission économique permanente franco-britannique.

La carte du Bénélux, intérêts communs contre l’Allemagne

  • 63 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, 14 mars 1944, Londres, Dejean, conversation avec Spaak.
  • 64 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, Alger, 20 mars 1944, P. Mendès France à commissaire aux A (...)
  • 65 René Massigli, Une comédie...op.cit, p.52, sur les hésitations de Spaak, note 1, p.52.

29Les gouvernements provisoires français penchaient aussi, quels que soient les résultats des conversations franco-britanniques, pour une entente économique avec les pays du Bénélux. Cette stratégie de l’unité régionale européenne était une sorte d’endiguement à la française contre l’Allemagne. La Belgique regardait aussi vers la France. Paul-Henri Spaak avait envisagé avec la France un large accord économique dès 1943. Il avait manifesté en mars 1944 son inquiétude de l’influence soviétique sur l’Europe libérée. Il voyait favorablement la France organiser politiquement et économiquement l’Europe occidentale63. Mendès France manifesta de la sympathie pour cette collaboration, allant jusqu’à faire étudier des plans industriels communs pour l’après-guerre. Il posa deux questions sur l’accès au coke et la participation des Britanniques64. Ces réflexions se situaient dans la perspective de création d’une union occidentale telle que de Gaulle l’avait proposée le 18 mars 1944. Or la démarche française buta sur les hésitations britanniques, la défiance russe, le silence américain. Spaak jugea bientôt prématurée une négociation franco-belge sur une union douanière65

  • 66 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, séance du CFLN du 19 avril 1944, doc n° 4, note a/s fédér (...)
  • 67 Z Europe 1944-49, Belgique 34, 2 janvier 1945, Bruxelles n° 2.

30Les Français limitèrent donc en avril 1944 leurs ambitions à des accords de court terme avec leurs voisins immédiats et à une réflexion sur leur participation au futur Bénélux66. Comment engager une coopération à moins de liquider les contentieux entre la France et la Belgique ? L’équivalent de l’or belge livré par Vichy aux Allemands fut restitué le 23 décembre 1944 par l’intermédiaire du système fédéral de réserve américain. La France récupéra en Allemagne 130 tonnes d’or sur les 198,4 tonnes remises aux Allemands. Les deux pays préparèrent aussi en octobre 1944, la conclusion d’un accord monétaire et commercial, assurant un découvert mutuel de 2 milliards de francs français. Mais l’accord ne fut pas signé malgré neuf tentatives. Les négociations achoppèrent sur les listes d’échanges. Chacun s’efforçait d’obtenir de l’autre les produits essentiels dont aucun ne voulait se départir. L’ambassadeur de France parla de « mesquinerie » belge. L’idée d’une union douanière était cependant célébrée, preuve que ce type d’accord bilatéral pouvait ouvrir la voie à une intégration économique entre les deux pays67. Paul-Henri Spaak vint à Paris en février 1945 pour relancer la coopération, désirée par les Belges et le Quai d’Orsay. Le découvert autorisé n’était plus que de 1 milliard de francs français. L’accord fut signé pour six mois le 23 février 1945. La France se résigna à exporter des produits industriels et agricoles essentiels en échange de matières premières et de biens d’équipements, sans réussir à placer ses produits de luxe. Le découvert autorisé fut atteint par la France en octobre 1945. De tels accords ne pouvaient manifestement pas préparer l’Europe à résoudre ses déficits commerciaux ou ses difficultés de paiements.

  • 68 Le Monde, 22 février 1945.
  • 69 Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, DAP au MAE, 9 novembre 1944. Richard T. Griffiths, Economie Reco (...)
  • 70 Pierre Mendès France, Œuvres Complètes, II, p. 102-103, 15e émission, 24 Février 1945 et annexe 2, (...)
  • 71 IBFRD (BIRD) and IMF (FMI), joint press release n° 12, Press conference of M. Mendès France, terra (...)

31Un accord d’une autre nature fut signé avec la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg le 20 mars 1945, beaucoup plus riche de perspectives pour une entente économique intereuropéenne. Il instituait un Conseil Tripartite de coopération économique (CTCE) qui avait pour but d’organiser les contacts économiques entre les quatre pays, mais aussi de réfléchir à une politique allemande commune. La création du Conseil Tripartite de coopération économique (CTCE), en fait quadripartite, avait pour but « d’ouvrir les voies à la conclusion d’une union douanière entre les quatre pays68 ». La Belgique souffrait de la politique d’austérité britannique. Ses exportations vers la Grande-Bretagne étaient limitées. La perspective d’un accord avec la France, quoiqu’imparfait, lui était utile. La France y trouvait évidemment son intérêt. Un rapprochement des quatre pays pouvait être le bienvenu pour empêcher un relèvement économique allemand. Le CTCE devenait le lieu d’élaboration de cette politique. Les Français transformèrent le CTCE en structure para politique pour amener la Belgique et les Pays-Bas à accepter la politique allemande de la France à travers la création d’une union. Mais ces derniers n’entrèrent pas dans le jeu français. La Belgique était tout au plus favorable à la séparation économique et militaire de la Rhénanie du Reich. Les Néerlandais qui vivaient des échanges avec l’Allemagne craignaient de perdre leurs marchés d’exportations en Allemagne, ou ceux de la zone sterling. La France ne pouvait absorber les produits néerlandais. Le Quai d’Orsay doutait de la volonté néerlandaise d’appuyer une politique de détachement de la Ruhr du Reich69. Pourtant un accord fut près de réussir. Les quatre se déclarèrent favorables à une réduction des capacités sidérurgiques allemandes. Ils se dirent prêts à fournir à l’industrie de transformation allemande les produits de base nécessaires. L’Allemagne dépendrait ainsi de ses voisins L’autarcie allemande deviendrait impossible, la sécurité serait assurée, le développement économique de la France certain. C’est l’époque où Mendès France parlait d’une planification européenne dont l’objectif n’était pas l’unité européenne, mais la sécurité économique et militaire de la France face à l’Allemagne. Mendès France, comme de Gaulle, voulaient s’assurer l’accès aux ressources du charbon allemand pour construire une puissante sidérurgie française. Mendès France fit d’ailleurs à la radio française une déclaration sans ambiguïté le 24 février 1945. La sidérurgie française trouvera du charbon en abondance dans la Ruhr, dit-il. L’industrie mécanique française rayonnera sur les anciens marchés allemands d’Europe, y compris en Belgique et aux Pays-Bas70. De Gaulle avait dit de son côté : « Nous ferons travailler les gens de la Ruhr et de la Rhénanie sous l’autorité des pays libres pendant une génération ou plus ». L’unité régionale européenne était un moyen comme un autre de réaliser le relèvement de la France mais aussi d’établir son hégémonie économique sur l’Europe continentale. « La majeure partie de la production européenne se situera en France, et peut-être une partie dans une proportion réduite par rapport à l’avant-guerre, en Allemagne » dit-il encore71. Où est l’Europe dans ces propos ? On sait que ces buts de paix gaullo-mendèsistes n’ont pas été atteints à cause des Américains et des Anglais intéressés à construire un solide rempart contre l’URSS.

La comédie des Britanniques.

32Le coup de pied de l’âne vint des Anglais qui pourtant avaient fait des offres d’harmonisation économique à Bidault en septembre 1946. L’opposition britannique à un grand « Bénélux » dirigé contre l’Allemagne trouva des échos en Belgique et aux Pays-Bas au début de 1946. Suetens ne rejeta pas l’offre française, mais il précisa que l’union régionale ne pourrait avoir un caractère fermé. Il ne fallait pas effaroucher les Américains qui tentaient de mettre en œuvre une conférence internationale du commerce. En fait les Néerlandais demandaient l’intégration de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne au système. Ils attendaient pour se prononcer un accord franco-britannique sur les questions européennes. La question du caractère préférentiel de l’union Benelux-France fit l’objet d’une mésentente évidente. Les Belges et les Hollandais s’opposaient aux discriminations. Bref la France n’était pas crédible, en raison de sa faiblesse économique, de sa faiblesse politique au sein des « grands », et de ses ambitions continentales.

  • 72 Z Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, Luxembourg, 19-21 mars 1946, et DAE à ambafrance Bruxelles (...)
  • 73 F 10 5656, CTCE, 11« session, Luxembourg, 7-9 janvier 1947. Z Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE (...)

33Pourtant les Français insistèrent encore. Ils proposèrent des ententes industrielles et commerciales « ayant pour objet la spécialisation des fabrications, la normalisation des productions, l’étude en commun des marchés72 ». Belges et Hollandais, d’accord en principe, se dérobèrent. Ils ne se prononcèrent pas sur le niveau de la sidérurgie allemande, sous prétexte que la décision relevait des quatre grands. Les Français réussirent cependant à faire avaliser par leurs partenaires le principe des ententes industrielles. Ils firent adopter un amendement au principe du libre échange au nom de la reconstruction coordonnée des pays touchés par la guerre. La dernière grande offensive française en faveur d’une union douanière à double objectif de sécurité et économique se produisit en janvier 1947. Les circonstances étaient favorables, car Léon Blum avait accepté d’aller à Londres pour négocier un traité avec la Grande-Bretagne Alphand exposa devant le CTCE la politique de la France en Allemagne qui visait à transférer au profit des quatre « une partie des activités anciennes de l’Allemagne », et à créer une autorité internationale pour la Ruhr « de caractère politique et économique ». Les réactions furent une fois de plus décevantes. Spierenburg observa qu’on ne pouvait vouloir des réparations et limiter les capacités de l’industrie allemande, que les industries de consommation croîtraient en Allemagne si on limitait celles de biens de base, et concurrenceraient alors les industries de consommation belges73. L’originalité de la démarche n’était pas tant dans son contenu que dans sa solennité et dans la volonté de bâtir à quatre une unité économique par spécialisation des industries et partage des marchés. Pour éviter les risques d’une confrontation trop rapide avec le monde extérieur, la coordination planifiée des secteurs économiques des quatre pays, associée à l’apport allemand paraissait le meilleur moyen de moderniser. Le poids relativement très important de la France dans l’union lui aurait permis de limiter ses concessions et d’élargir ses marchés d’exportation.

  • 74 Z Europe 1944-1949, Belgique, 48.

34L’administration française dut constater qu’elle n’avait pas convaincu ses partenaires de créer un front commun contre l’Allemagne. Elle n’avait pas pu capter à son profit la sidérurgie allemande. Elle n’avait pas pu construire une union douanière européenne adaptée à ses capacités économiques. L’Europe française imaginée en 1943 s’effondrait. Londres refusa de prendre la direction d’une Europe franco-britannique. L’échec d’une union douanière continentale était dû à la pusillanimité des Belges et des Hollandais face à la Grande-Bretagne où ils allaient chercher leur inspiration. « Cette circonstance a été plus ou moins fatale à toutes les initiatives françaises » remarqua le Quai d’Orsay74. Mais alors que voulaient les Anglais ? Sir Orme Sargent expliqua vaguement que l’Angleterre voulait une construction plus large. En fait les Anglais n’avaient pas confiance dans la France, ni d’un point de vue économique, ni d’un point de vue politique. Ils avaient fait passer le message aux Belges et aux Néerlandais.

  • 75 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p.61.
  • 76 4 BL 3, dr 3, CR rencontre Attlee-BIum, 8 janvier 1947.
  • 77 4 B13. dr 3, Lettre de Léon Blum à C. Attlee, 1 janvier 1947.
  • 78 4 Bl3, dr 3, Lettre de Jules Moch à Blum, 3 janvier 1947.

35La préparation du traité de Dunkerque, signé en mars 1947 entre la France et la Grande-Bretagne offrit la possibilité de tirer au clair l’attitude britannique sur l’union douanière continentale. Dans les dossiers des négociateurs français, se trouvent des notes sur l’industrie allemande mais aussi sur la coordination des plans de production des deux pays et sur une union douanière en Europe occidentale75. Les socialistes au pouvoir ont donc caressé l’espoir de faire entrer la Grande-Bretagne en union douanière avec le continent. Clement Attlee parle à nouveau d’une complémentarité des économies franco-britanniques.76. Vincent Auriol, le président de la République, comprend qu’il s’agit de coordonner les plans de redressement français et anglais et d’organiser une bienfaisante coopération. Blum gouverne un pays en état de pénurie énergétique. Il veut du charbon. Les Anglais tiennent les clefs de la Ruhr77. Il charge Jules Moch de proposer l’organisation concertée des échanges entre les économies anglaise et française78. « This is an idea which we are certainly very willing to explore », répond Clement Attlee. On n’aboutit à rien.

  • 79 Bl3, dr 3, R. Massigli, 9 janvier 1947, à L. Blum, Président et ministre des Affaires étrangères, (...)

36Du point de vue anglais ces négociations étaient l’occasion de ramener la France à l’ouest. Bevin avait peur qu’elle tombe sous la coupe de l’URSS ou d’un PCF qui avait un tiers des députés à l’Assemblée nationale. Il somma les Français de choisir : « Vous ne pouvez pas rester indéfiniment à califourchon sur la haie à regarder ce qui se passe d’un côté ou de l’autre, vous devrez vous décider79 ». Est-ce enfin l’organisation de l’Europe sous la direction conjointe de la France et de l’Angleterre ? Mais les négociations échouent sur la question allemande. Les Français ne peuvent faire avaliser le plan de développement sidérurgique français par transfert massif de charbon allemand.

37Clement Attlee amusa les Français avec la perspective d’harmonisation des deux économies. Il s’agissait d’une tentative pour dissocier les Français des Belges et des Néerlandais au moment précis où Alphand tentait de conduire le Bénélux en direction d’une union douanière anti-allemande. La Grande-Bretagne fit miroiter aux Français l’accès aux marchés protégés du Commonwealth. Il fallait arrimer la France au monde occidental. Le communiqué commun retint l’idée d’une harmonisation des deux économies. Massigli qui s’en crut l’auteur en fut très fier. Il ne s’agissait que d’une confrontation de projets bien éloignée d’une union douanière. La manœuvre séductrice avait semé le trouble en France et au Bénélux.

Une autre politique allemande de la France

  • 80 Europe 1944-1949, Allemagne 82, rapport, 24 juillet 1945, n° 1392, France-Allemagne, Paul Dungler, (...)

38Comme Léon Blum l’avait dit, une politique anti-allemande était inacceptable. Mais comment obtenir la sécurité ? Une occasion se présentait de procéder à une révision, le départ du général de Gaulle du gouvernement en janvier 1946. Devant les réactions négatives des alliés concernant la politique allemande de la France définie en septembre 1945, certains diplomates ont tenté de présenter d’une façon plus acceptable la politique de sécurité de la France. Alors que le général Kœnig, commandant de la zone française d’occupation, réclame l’application de la politique française officielle, certains fonctionnaires français proposent une réelle collaboration franco-allemande et une fédération de l’Allemagne du Sud80.

  • 81 363 AP 6, discours de G. Bidault devant l’Assemblée nationale constituante, JO n° 3, 18 janvier 19 (...)

39René Mayer juge qu’il est difficile de « refuser d’adopter la thèse d’après laquelle l’Allemagne constitue une unité économique ». Jules Moch, bien que vigoureusement anti-allemand, explique qu’il faut « concentrer notre effort sur l’essentiel et le possible », c’est-à-dire le contrôle international de la Ruhr et non plus sur une séparation de la Ruhr du Reich. Kœnig qui parle d’internationalisation politique et économique de la Ruhr, se persuade vite que jamais les Américains n’accepteraient de détacher quelques morceaux d’Allemagne au profit d’une France « indépendante vis-à-vis des États-Unis81 ». Le réalisme allait-il triompher ? Le réalisme irait-il jusqu’à donner naissance à une unité européenne de façon à rééduquer l’Allemagne selon Blum, ou au moins à la contenir ?

  • 82 AMF 4/3/93, 15 février 1946, avant-projet concernant les négociations à engager par la France au s (...)

40Monnet fit aussi des propositions originales. Il reprit en les amplifiant les idées de 1943 (l’entité européenne) et de 1945 (le dictateur du charbon). On trouve la trace d’un projet d’organisation internationale autonome, sinon supranationale, du type Autorité de la Vallée de la Tennessee, pour gérer la Vallée du Rhin, de l’Elbe, du Danube ou de l’Oder. Ces documents du Commissariat général du Plan, du 15 février 1946, suggèrent de renforcer le sentiment régional allemand en interposant entre un État central fédéral et les États des regroupements régionaux plus larges « C’est ainsi que pourrait être envisagée immédiatement la constitution d’Autorités internationales de caractère régional concernant la vallée du Rhin, la Ruhr et certains bassins tributaires82 ». On est saisi par l’étendue des pouvoirs qui pourraient être confiés à cette organisation. Elle devrait contrôler la répartition des produits des bassins industriels et avoir un droit de propriété sur les usines sous séquestre.

  • 83 Léon Blum, discours à New York, 12 avril 1946, Hôtel Waldorf-Astoria.
  • 84 « Résolution sur le rapport moral et sur la politique générale », août 1946, Œuvres de Léon Blum, (...)
  • 85 Léon Blum, « La politique de Staline », Le Populaire, 21 juillet 1945, p. 49, in Œuvres 1945-1947

41Ces projets sont concomitants des négociations Blum-Byrnes. L’expression du sentiment européen est importante pour convaincre les États-Unis du renouveau de la politique allemande de la France. Mais l’idée est dans l’air. Blum et les Français observent non sans inquiétude que l’espoir de faire naître un monde nouveau par des institutions internationales s’écroule. Devant un auditoire new-yorkais choisi et attentif, Léon Blum, en avril 1946, évoque d’une façon saisissante sa déception : « Je ne verrai pas l’union parfaite des peuples dans la justice et dans la paix... Mais ce qui fait la noblesse de l’homme c’est de prévoir, c’est d’espérer, c’est d’anticiper, c’est de travailler à une œuvre qu’il ne contemplera pas achevée83 ». Le changement des socialistes se manifeste dans la motion victorieuse de Guy Mollet au congrès de Paris d’août 1946. Elle parle en effet de « l’étroite coopération économique particulièrement avec les peuples d’Europe, non assujettis à des blocs, qui ont subi un appauvrissement considérable du fait de la guerre et qui ont à poursuivre la même tâche de reconstruction84 ». Guy Mollet vient de se convertir à l’internationalisme sous l’influence de Léon Blum et à l’Europe sous celle de Léon Boutbien. Dans l’été 1946 Léon Blum réclame toujours une puissante organisation internationale supranationale, mais il a admis que l’URSS conduite par Staline, qualifié encore « d’homme de génie85 » ne peut pas inspirer l’internationalisme dans le monde. Cette analyse conduit à l’unité de l’Europe occidentale, comme le suggère Guy Mollet.

  • 86 Léon Blum, « Le détachement politique », Le Populaire, 23 juillet 1946
  • 87 Année Politique 1946, p.370. OURS, Bulletin intérieur du FS-SFLO, n° 10, janvier 1946, sur la conf (...)

42Cette évolution rapide des esprits, à la SFIO et dans la classe politique en général, génère des projets d’organisation européenne. Léon Blum propose, comme Monnet, des Autorités internationales du type « autorities » américaines. Il évoque un bureau de gérance international ou interallié de la Ruhr86. Pierre-Olivier Lapie, un député de l’est, socialiste, ami de Blum, propose une autorité de la Ruhr. André Philip, ministre et député socialiste, monte un projet de type Tennessee Valley Autority, tandis que Félix Gouin, nouveau Président du GPRF, socialiste lui aussi, réclame en mars 1946, la création « d’un consortium international contrôlant la production minière et métallurgique de la Ruhr87 ». Il évite les termes de détachement, ce qui montre une évolution de la politique française. Les socialistes exigent la nationalisation internationale de la Ruhr, c’est-à-dire la prise en mains des usines et des mines de la Ruhr par la communauté internationale.

  • 88 AMF 4/3/106, discussion Lecœur, Thorp, Clayton, 1er mai 1946, n° 357, DET, Washington.
  • 89 Jean-Baptiste Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, 8e édition, Dalloz, 1981, p.43 (...)
  • 90 Léon Blum, « La thèse gouvernementale », Le Populaire, 18 juillet 1946.
  • 91 Léon Blum, « le problème allemand, nous persévérons », Le Populaire, 14-15 juillet 1946.

43Une nouvelle politique allemande de la France s’esquisse après le départ du général de Gaulle. Elle vise à s’assurer des bénéfices économiques dans la Ruhr en oubliant l’indépendance de la Ruhr. Monnet y participe. Lors des négociations Blum-Byrnes, il se lance dans un marchandage qui n’a pas été prévu par Paris, le rétablissement de l’économie allemande contre l’apport du charbon allemand aux Européens et bien sûr à la France.88 Il échoue devant l’union conjoncturelle de Bidault et de Thorez en Conseil des ministres, en avril 194689. Léon Blum refuse de modifier les décisions prises en Conseil. Bidault et Thorez s’accrochent aux thèses gaullistes. Toutefois cette politique est marquée par des retours au passé. Léon Blum popularise la notion de « nationalisation internationale » des industries de la Ruhr. Il réclame l’attribution prioritaire de charbon à la France et l’intervention de la force internationale de l’ONU en Allemagne90. Cette thèse est ignorée par Bidault. En juillet 1946 le gouvernement Bidault (avec participation socialiste) reprend la thèse gaulliste d’un détachement de territoire allemand du Reich contre l’avis unanime des trois autres alliés91. Les Français ratent donc l’occasion de négocier du charbon allemand contre l’abandon de leur politique de démembrement en Allemagne au début de 1946. Ils ratent l’occasion de créer une structure commune de coopération économique, une forme originale d’unité économique de l’Europe. Monnet affirme que « la solution heureuse du problème allemand est plus nécessaire encore que la négociation pour obtenir des crédits américains ». La phrase est exagérée sans doute, mais juste, car elle signifie que le relèvement passe par une entente européenne. Au grand regret de Monnet, la France ne voulut rien céder encore sur sa politique allemande.

  • 92 Vincent Auriol, Journal 1947, p 28, 18 janvier.
  • 93 publié par notes documentaires et Etudes, n° 546, textes diplomatiques, XIII, section française, 1 (...)

44Pourtant les Français ont beaucoup évolué sur la question allemande depuis le départ de De Gaulle, à l’initiative du gouvernement socialiste homogène de Léon Blum. Certes, Blum dut tenir compte de Bidault ! Il prétendit, dans une perspective d’apaisement intérieur, n’avoir pas changé la politique de Bidault, mais il eut l’occasion au moment du retour de Bidault au Quai d’Orsay en janvier 1947 de lui lancer quelques vérités de politique étrangère : « Á mon avis, pour chaque problème, il faut définir ce qui est juste et possible, ce qui est impossible ou déraisonnable92 ». Le conseil s’appliquait excellemment à Bidault qui jugeait toujours utile de faire plier l’Allemagne et de la démembrer. Or le temps de cette politique de force était révolu. Le mémorandum du gouvernement français sur le futur régime économique de la Ruhr, présenté le 1er février 1947, après le court gouvernement de Blum, préconise l’instauration de contrôles internationaux, le transfert aux Nations-Unies de la propriété et de la gestion de la sidérurgie, du charbon et des industries mécaniques et chimiques de la Ruhr. La diplomatie française accepte théoriquement l’unité économique de l’Allemagne et préconise un État fédéral allemand très accentué (Staatenbund) au lieu d’un morcellement93. Point d’Europe dans tout cela, mais les conditions pour la créer étaient meilleures puisque la France ne semblait plus s’opposer aux alliés occidentaux.

Conclusion

  • 94 Jean-Louis Mandereau, 14 janvier 1983, entretien avec Antoine Mares, non publié, documentation Mar (...)

45Dans les mois qui suivirent, la France dut tenir compte de l’hostilité britannique à ses projets d’union continentale et de développement économique. Ce que disait Jean Louis Mandereau, un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay, des projets européens de Monnet en 1943 était encore valable en 1947 : « La France n’avait pas le prestige, la stabilité, l’assurance nécessaire, pour jouer le rôle qu’elle aurait pu autrement jouer94 ». La France se heurtait aux vastes projets économiques d’organisation du monde et aux rivalités stratégiques des très grandes puissances. Pourtant les Français étaient prêts à aller très loin avec la Grande-Bretagne dans l’organisation de l’Europe. L’échec de l’année 1947 était-il définitif ? Léon Blum avait échoué et pourtant il était le mieux placé pour réussir. L’échec d’une union douanière entre la France et le Bénélux, comme celui d’une codirection franco-anglaise de l’Europe occidentale, eurent comme conséquences pour la France de faire évoluer sa politique allemande et de l’inciter à se tourner vers les États-Unis pour sa modernisation et sa sécurité. Ainsi, au terme de l’analyse des positions françaises sur l’unité de l’Europe entre 1943 et 1947, quelques points forts peuvent être relevés. Pour de Gaulle, les enjeux de l’unité européenne sont tout simplement de redonner à la France une puissance internationale disparue avec la défaite de 1940. Mais pour des raisons d’efficacité l’Europe unie se limite à celle du Nord-ouest qui présente des garanties d’un point de vue économique, militaire et politique. L’unité européenne envisagée ne peut aller au delà de la confédération, d’une part pour pouvoir y accueillir la Grande-Bretagne, et sans doute aussi pour pouvoir reprendre une totale indépendance après le relèvement. L’enjeu de l’unité européenne est de répondre aux défis du court terme. L’unité européenne n’est pas un objectif durable. L’enjeu de l’unité européenne est de maintenir le contrôle sur les colonies africaines, une domination contestée par les mouvements de libération et la nouvelle Organisation des Nations-Unies. L’objectif d’une unité européenne limitée à quatre partenaires (France et Bénélux) est d’appuyer une politique destinée à mettre le potentiel économique et militaire de l’Allemagne au service de la modernisation française. Les Anglais au contraire imaginent déjà une entente européenne de l’ouest contre les Russes. L’unité de l’Europe du Nord-ouest est un acte utilitaire mis au service de la cause nationale.

Notes

1 cité par Rémi Boyer, op. cit., note Chauvel de 1943, p. 50-51.

2 Franc-Tireur du 25 décembre 1942, selon les Principes de la Grande révolution

3 P.-H. Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, 1940-1958, de la Résistance à la Ve République, Ouest- France, 1988, p. 475.

4 OURS, A 7 63 MM, SFIO, Secrétariat international, « la SFIO et l’Europe, 1947-1967 ».

5 OURS, A 7 63 MM, SFIO, Secrétariat international, « la SFIO et l’Europe, 1947-1967 ».

6 L’internationalisme de la SFIO, interview de Daniel Mayer par René Girault, en présence de Robert Verdier ; Léon Blum, la SFIO et l’internationalisme, Cahiers Léon Blum, n° 26-27, décembre 1989- février 1990, p.86.

7 Gérard Bossuat, D’Alger à Rome (1943-1957), choix de documents, Histoire de la construction européenne, CIACO éditeur, Louvain-la-Neuve, 1989, 240 p.

8 Manifeste au peuple de France adopté par le congrès de novembre 1944, §6.

9 Bulletin intérieur du PS-SFIO, (BI) n° 3, 3 mars 1945, n° 10, janvier 1946.

10 Jacquier-Bruère, Demain la Faix. Esquisse d’un ordre international, Plon, Paris, 1945.

11 cité par Du Bois, dans L’Europe de demain, Centre d’action pour la Fédération européenne, Neufchâtel, 1945, p. 71-75.

12 Londres, 18 juin 1942, Discours et Messages, Pendant la guerre (juin 1940-janvier 1946), Plon 1970, T.1, p. 253.

13 E. Hirsch, Ainsi va la vie, Fondation Jean Monnet, 1988.

14 Cette note (fonds Monnet, AME), est publiée dans l’Europe une longue marche, p. 12 à 16, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne, 1985.

15 297th Fourth Avenue, New York.

16 AME 66/20/14, Toward World Order, 5 mars 1942, by J.F. Dulles, Ohio Wesleyan University.

17 AME 66/20/34, Foreign Policy Report, February I, 1943, « What Future for Germany ? » by Vera Micheles Dean, volume XVIII, n° 22, p. 288.

18 Ce souci de créer une société européenne de transports aéronautique réapparaît en 1955 dans le cadre de la relance de Messine.

19 AME 33/1/3, note du Commissaire à l’Armement et à l’Approvisionnement et à la Reconstruction, « note sur les premières étapes de la reconstruction de la France », 22 septembre 1943.

20 AME 56/1/1, document non daté, document manuscrit de Monnet et 56/1/2 qui est le dactylogramme de la note précédente.

21 AME 33/1/7, 8 octobre 1943, note de Monnet, sans titre, annoté par Monnet.

22 Guerre 1939-1945, Londres-CNF, vol 178, microfilm 1711, notes préliminaires sur quelques points importants relatifs à la reconstruction économique de l’Europe après la guerre, décembre 1942, Londres.

23 Alger-CFLN-GFRF 728, note de M. René Mayer, Alger 30 septembre 1943, 5 pages dactylographiées.

24 René Massigli, Une comédie des erreurs, 1943-1956, souvenirs et réflexions sur une étape de la construction européenne, Plon, 1978, p.37 à 42. 363 AP 3, note Mayer du 30 septembre 1943, 5 pages ; idem exemplaire n° 3, Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728. Denise Mayer, René Mayer, Etudes, Témoignages, documents réunis et présentés par Denise Mayer, PUF, 1983, p. 118 et 240.

25 AME 17/3/5, « Problèmes économiques de l’après-guerre, un point de vue français », Mémoire de H. Alphand et als dont Istel. Juillet 1942 ; Guerre 1939-1945, Londres-CNF, 174, microfiche 1711.

26 AME 33/2/3 note sur la thèse française de la reconstruction économique, 3 août 1943, note d’Alphand, annotée par Jean Monnet.

27 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 1534-1535, mémorandum, septembre 1943, 6 pages, pas de source indiquée. Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, Alphand pour Massigli, 5 octobre 1943.

28 AME 33/2/4, note d’Alphand du 17 septembre 1943 ; Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, note, 17 septembre 1943, non signée, mais c’est la note d’Alphand, p. 55-58 du carton.

29 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 728, note concernant les études relatives à l’organisation de l’Europe occidentale, 4 p. dactylographiées., 25 octobre 1943.

30 363 AP 3, 2G octobre 1943, René Mayer. à M. le commissaire aux Affaires étrangères, 167/CMM/RM/ref. note du 23 octobre 1943.

31 AME, 33/1 /&, 17 octobre 1943, conversations de Gaulle, Monnet, Diethelm, Mayer, Alphand.

32 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 728, note incomplète commençant par « agents de liaison.. », un numéro de classement : Alger D 61 el ; elle commence à la page 3 d’un document qui en contenait 5, p. 104 à 106 du volume 728 ; Il s’agit de la même note à l’état de brouillon que celle indiquée en AME 33/1/8 datée du 17 octobre 1943, avec les mêmes protagonistes.

33 voir la note précédente en AME.

34 Pierre Maillard, De Gaulle et l’Allemagne, le rêve inachevé, Plon, 1990, p 115.

35 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, note concernant les études relatives à l’organisation de l’Europe occidentale, 25 octobre 1943, communiqué à Mayer, de Courcel, Massigli.

36 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 1484, Massigli à Monnet, personnelle, 24 novembre 1943, de Gaulle est nommé Martin !

37 Mémoires, tome 1, p. 302.

38 Mémoires, tome 2, p. 429.

39 Guerre 1939-45, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, note concernant les études relatives à l’organisation de l’Europe occidentale.

40 Allusion dans AME 56/2/9, 12 juillet 1944, Blum-Picard, Mémoire relatif à l’organisation économique de l’Europe.

41 AP-PA Dejean, vol 21 à 23, 30 octobre 1943, CFLN, commissariat aux Affaires Etrangères, secret, pas de titre, commence par I-Les conditions dans lesquelles.., p 55 -62 du volume.

42 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, de Gaulle, 24 février 1944, 315/SP, à R. Massigli.

43 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 717, DAE, Baraduc [ ?] note pour M. Massigli, Alger, 2 mars 1944.

44 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, microfilm 1830, conversations avec l’ambassadeur de Pologne, Alger 3 avril 1944, CFLN Massigli

45 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, HA, 31 mars 1944, note sur les projets d’organisations économique européenne.

46 Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 717, JMB, projet de télégramme pour M. Dejean, avril 1944, et Guerre 1939-1945, Alger-CFLN-GPRF, vol 718, CFLN, note, séance du 19 avril 1944 ; document n° 4.

47 voir cet entretien dans le Monde du 10 septembre 1945, intitulé « Le général de Gaulle définit les conditions d’une coopération franco-britannique », première page.

48 Conférence de presse, maison de la résistance alliée, 12 novembre 1947, DM II, p. 151 cité par W. B. Cohen, « De Gaulle et l’Europe d’avant 1958 » in De Gaulle en son siècle, tome 5, l’Europe, Plon, La Documentation française, 1992 p. 59.

49 « Léon Blum, la SFIO et l’internationalisme », Cahiers Léon Blum, n° 26-27, décembre 1989-février 1990, Mémorandum du parti socialiste français aux partis socialistes étrangers, conférence de Londres 3,4,5 mars 1945, p. 26.

50 Bulletin intérieur n° 15, 1 août 1946, Numéro spécial en vue du 38e congrès national

51 Le Populaire, 28 août 1945, Léon Blum, « L’étoile rouge fait fausse route ».

52 Léon Blum, « Un grand espoir », Le Populaire, 7 août 1945

53 Léon Blum, « La politique internationale du socialisme », Le Populaire, 22-23 juillet 1945

54 AME 58/1/9, 8 septembre 1945, DAP, régime politique de la région rhéno-wesphalienne.

55 AP-PA 288 Dejean, vol 67, Rapport suite au conversations franco-britanniques poursuivies à Londres du 12 au 26 octobre 1945 au sujet du régime futur de la Rhénanie et de la Ruhr.

56 F 60 ter 925, Bonnet, de Jean Monnet, n° 163, à Pleven, Lacoste, 24 juin 1945, n° 1279 DET, très secret.

57 AMF 4/3/6, Résumé d’une conversation entre M. Monnet et M. Clayton, le 24 septembre 1945, Charbon de la Ruhr.

58 AME 57/1/173, tel. de Monnet à de Gaulle, n° 230, 10 septembre 1945, production de charbon de la Ruhr et de la Sarre.

59 B 8853, MAE, P.L, affaires économiques, n°1679/DET, octobre 1945, référence à un télégramme 1664/DET, mémorandum adressé par Monsieur Monnet à monsieur Clayton : Propositions destinées à assurer la coordination de la production de charbon allemand.

60 AME 57/1/177 et AMF 4/3/6, 24 septembre 1945, de Monnet à William Clayton.

61 AMF 4/3/17, 11 octobre 1945, secret, production du charbon de la Sarre et de la Ruhr, 2 pages dactylographiées.

62 560 AP 32, archives Pleven, note de Brunet du 12 décembre 1945 pour le ministre, fixation du toux de change, secret.

63 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, 14 mars 1944, Londres, Dejean, conversation avec Spaak.

64 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, Alger, 20 mars 1944, P. Mendès France à commissaire aux Affaires étrangères, n° 9864, négociations avec la Belgique et la Hollande.

65 René Massigli, Une comédie...op.cit, p.52, sur les hésitations de Spaak, note 1, p.52.

66 Guerre 1939-1945, Alger, CFLN-GPRF, 718, séance du CFLN du 19 avril 1944, doc n° 4, note a/s fédération économique des Etats de l’Europe occidentale. Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, dir. Europe, 17 avril 1947, les relations franco-belges depuis la Libération.

67 Z Europe 1944-49, Belgique 34, 2 janvier 1945, Bruxelles n° 2.

68 Le Monde, 22 février 1945.

69 Z Europe 1944-1949, Belgique, 34, DAP au MAE, 9 novembre 1944. Richard T. Griffiths, Economie Reconstruction Folicy in the Netherlands and its international conséquences, may 1945-march 1951, EUI, Florence, n° 76, january 1984, p.35. Z Europe 1944-1949, Pays-Bas, 12, dir.pol. du MAE ; 17 mars 1945, programme des conversations de Van Kleffens à Paris.

70 Pierre Mendès France, Œuvres Complètes, II, p. 102-103, 15e émission, 24 Février 1945 et annexe 2, la Nationalisations, mars 1945, chapitre VII, p. 597, chapitre VIII, p. 601, l’industrie des machines-outils.

71 IBFRD (BIRD) and IMF (FMI), joint press release n° 12, Press conference of M. Mendès France, terrace room, Shoreham Hotel, Washington, 29 septembre 1948, p. 9.

72 Z Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, Luxembourg, 19-21 mars 1946, et DAE à ambafrance Bruxelles, 13 mai 1946, exécution de l’accord du 20 mars 1945.

73 F 10 5656, CTCE, 11« session, Luxembourg, 7-9 janvier 1947. Z Europe 1944-1949, Belgique, 48, CTCE, Luxembourg, 11e session, 7-9 janvier 1947.

74 Z Europe 1944-1949, Belgique, 48.

75 Pierre-Olivier Lapie, De Léon Blum à de Gaulle, Fayard, 1971, p.61.

76 4 BL 3, dr 3, CR rencontre Attlee-BIum, 8 janvier 1947.

77 4 B13. dr 3, Lettre de Léon Blum à C. Attlee, 1 janvier 1947.

78 4 Bl3, dr 3, Lettre de Jules Moch à Blum, 3 janvier 1947.

79 Bl3, dr 3, R. Massigli, 9 janvier 1947, à L. Blum, Président et ministre des Affaires étrangères, conversation Massigli/Sargent.

80 Europe 1944-1949, Allemagne 82, rapport, 24 juillet 1945, n° 1392, France-Allemagne, Paul Dungler, chef de bataillon.

81 363 AP 6, discours de G. Bidault devant l’Assemblée nationale constituante, JO n° 3, 18 janvier 1946, et réponse de René Mayer à de Gaulle, le 15 janvier 1946. Papiers Elgey, papiers Gouin, note de Jules Moch, 6 avril 1946, contre-projet au texte de Bidault, et table-ronde sur La SFIO et la politique étrangère de la France, 1944-1954, octobre 1985, publiée dans Les Cahiers Léon Blum, 4e Trimestre 1987, n° 21. Europe généralités, 1944-49, 82, tel Koenig, 21 février 1946, conférence de presse. 363 AP 6, 5 mars 1946, Koenig à CGAAA, n° 150/DSG « sur les administrations centrales ».

82 AMF 4/3/93, 15 février 1946, avant-projet concernant les négociations à engager par la France au sujet de l’Allemagne. Voir le paragraphe ci-renforcement du sentiment régional allemand. 4 pages, signature illisible.

83 Léon Blum, discours à New York, 12 avril 1946, Hôtel Waldorf-Astoria.

84 « Résolution sur le rapport moral et sur la politique générale », août 1946, Œuvres de Léon Blum, tome 1945-47, Albin Michel, 1958, p. 288.

85 Léon Blum, « La politique de Staline », Le Populaire, 21 juillet 1945, p. 49, in Œuvres 1945-1947

86 Léon Blum, « Le détachement politique », Le Populaire, 23 juillet 1946

87 Année Politique 1946, p.370. OURS, Bulletin intérieur du FS-SFLO, n° 10, janvier 1946, sur la conférence des PS à Londres des 3 au 5 mars 1946, et Numéro spécial en vue du 38e congrès national, n° 15, et n° 18, « conférence de l’Internationale socialiste », Clacton-on-sea, 18-20 mai 1946.

88 AMF 4/3/106, discussion Lecœur, Thorp, Clayton, 1er mai 1946, n° 357, DET, Washington.

89 Jean-Baptiste Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, 8e édition, Dalloz, 1981, p.439.

90 Léon Blum, « La thèse gouvernementale », Le Populaire, 18 juillet 1946.

91 Léon Blum, « le problème allemand, nous persévérons », Le Populaire, 14-15 juillet 1946.

92 Vincent Auriol, Journal 1947, p 28, 18 janvier.

93 publié par notes documentaires et Etudes, n° 546, textes diplomatiques, XIII, section française, 13 février 1947, La Documentation française ?

94 Jean-Louis Mandereau, 14 janvier 1983, entretien avec Antoine Mares, non publié, documentation Mares.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540