Version classiqueVersion mobile

Clémenceau et la justice

 | 
Jean-Baptiste Durosselle

Deuxième partie. Les grands thèmes

Clemenceau et la question coloniale

Charles-Robert Ageron

Texte intégral

  • 1 Qu’on se rappelle seulement Lyautey dénonçant en lui « l’homme qui s’est aveuglément refusé pendant (...)

1Georges Clemenceau fut, comme chacun sait, un adversaire de Jules Ferry et de la politique d’expansion coloniale et on lui a assez longtemps reproché cette myopie1. Mais aujourd’hui que s’est refermée pour l’Europe l’ère de la colonisation, on aurait plutôt tendance à le louer d’avoir été un visionnaire méconnu, puisqu’il avait condamné toutes les formes de l’impérialisme et tous « ces peuples qui rêvent de domination universelle » au nom de la supériorité prétendue de leur race. Qu’il ait eu raison, par delà les évidences provisoires du parti colonial, de dénoncer la longue série de malheurs qu’allaient provoquer les guerres de conquête coloniale (« la violence, tous les crimes déchaînés, le sang coulant à flots, le faible opprimé, tyrannisé par le vainqueur... ») invite d’autant plus à s’interroger : fut-il animé par le seul esprit d’opposition à la politique des Républicains opportunistes ou par sa sollicitude fondamentale pour les provinces perdues et l’attente d’une guerre de Revanche ? Fut-il un doctrinaire de l’anticolonialisme ou un adversaire tactique du colonialisme, rallié comme on l’a dit par l’exercice du pouvoir ? A-t-il ou non participé à la conquête du Maroc d’octobre 1906 à juillet 1909 ? Et si, par devoir d’État, il s’est intéressé à la gestion de certaines colonies, notamment à l’Algérie qui relevait du ministère de l’Intérieur, quelle politique y suggéra-t-il ? Autant de questions auxquelles on voudrait fournir quelques éléments de réponses en rappelant quelques textes.

1. LA DÉNONCIATION DE LA POLITIQUE COLONIALE

2Ce Républicain passionné, héritier des principes de la Révolution française et des idéaux de 1848, cet humanitariste qui se souvenait d’avoir pleuré dans sa jeunesse sur les malheurs de l’Oncle Tom, ce lecteur ardent des philosophes radicaux anglais fut très tôt un adversaire résolu des dominations coloniales.

3Au nom de la fraternité des hommes et des peuples, il pensait que la République n’avait pas le droit moral de coloniser les peuples attardés. Pour lui l’opprobre de ses expéditions coloniales souillait à jamais le régime de « Badinguet ». En revanche, parce que la Révolution avait été la première à donner la liberté aux Noirs, il s’enthousiasma pour la cause des abolitionnistes américains et pour Abraham Lincoln.

4On sait qu’en dégoût de la France impériale il alla séjourner quatre années aux États – Unis. Sa sympathie instinctive pour les anciens esclaves, son horreur du racisme furent définitivement renforcées par ce qu’il vit et entendit dans le Sud. Citant Schoelcher il écrivait dans une lettre au Temps : « l’esclavage a avili le maître autant que l’esclave ». Il est clair que désormais quand il prononçait le mot de colons, c’est aux planteurs esclavagistes qu’il faisait référence. De même, il ne remit jamais en question le geste exemplaire du Congrès américain accordant le droit de suffrage aux anciens esclaves noirs. A défaut d’autres expériences « coloniales », Clemenceau devait rester sa vie durant marqué par ses antipathies contre les Sudistes.

5Après la défaite et la mutilation du territoire national, Clemenceau ne fut pas de ceux qui rêvèrent de chercher outre-mer une compensation aux malheurs de la patrie. Si Gambetta ne voulait plus « tourner en rond » autour de l’insoluble question d’Alsace-Lorraine et préconisait « l’expansion », Clemenceau tint ferme pour la politique du recueillement. Pour lui, Tunis ne ferait jamais oublier Strasbourg.

6L’expédition de Tunisie voulue par Gambetta, décidée par Ferry, Clemenceau la condamna dans son journal La Justice et à la tribune de la Chambre, d’abord comme une initiative inconstitutionnelle, puis comme une guerre déclenchée par des affairistes : « Je n’aperçois dans toutes les entreprises dont j’ai parlé que des hommes qui sont à Paris, qui veulent faire des affaires et gagner de l’argent à la Bourse ». Mais au-delà des accusations polémiques, Clemenceau expliqua peu après : « Si j’ai condamné l’expédition tunisienne, c’est que j’y ai vu, dans la situation où nous sommes, un nouveau danger pour notre pays. Il me semble qu’on cherche à nous éparpiller sur les rivages de l’Afrique, il me semble qu’on nous a poussés en Tunisie et qu’on nous pousse en Égypte ».

  • 2 Freycinet a écrit dans ses Mémoires que l’effet de ce discours fut « foudroyant ». Il devait être j (...)

7Le 19 juillet 1882, répondant à l’argumentation de Gambetta qui souhaitait rendre à la nation française son prestige en intervenant aux côtés des Anglais en Égypte, Clemenceau prenait feu contre « une aussi condamnable entreprise : l’occupation indéfinie de l’Égypte. Croit-on que les habitants de l’Égypte soient inférieurs aux esclaves nègres des plantations de l’Amérique ? Je les ai vus ces hommes ; ils paraissaient absolument incapables d’éducation et cependant aujourd’hui, délivrés de l’esclavage, l’Amérique n’a pas craint d’en faire de libres citoyens (...). On ne viendra pas dans le Parlement de la République dire que les Égyptiens, dont nous voyons des échantillons remarquables dans nos écoles, dire que ces hommes sont incapables de civilisation, incapables de s’affranchir (...) et que nous n’avons d’autres devoirs envers eux que de les mener par la courbache et le bâton (...). Ce pays vous demandait de l’initier à la civilisation européenne (...), vous n’avez songé qu’à l’administrer, qu’à le dominer, qu’à remplacer un despotisme anarchique par un despotisme réglé. (...) Là comme dans nos colonies, vous avez pris le problème à rebours ». Bref, la République n’avait pas le droit d’aller détruire « un foyer national » pour rétablir un régime quasi-colonial. Mais le 29 juillet Clemenceau disait clairement l’autre raison de son refus : La France démembrée devait pour refaire ses forces rester sur la réserve, ne pas risquer légèrement son armée « pour des aventures dont personne ne peut prévoir la fin »2.

  • 3 Discours du 27 novembre 1884.

8On comprend dès lors pourquoi, lorsque Jules Ferry reprit le pouvoir en 1883, en véritable exécuteur testamentaire des grandes pensées coloniales de Gambetta (« Il faut que la France s’établisse au Tonkin ») il devint pour Clemenceau l’adversaire par excellence. Cet homme qui gaspillait l’argent du peuple et « dispersait les forces de la France aux quatre coins du monde, diminuant ainsi nos forces de résistance », cet homme qui trompait le Parlement pour faire la guerre à l’Annam et à la Chine et avouait que « les entreprises coloniales sont subordonnées aux caprices des événements » exaspérait en Clemenceau le logicien et le démocrate : Ferry gouvernait, disait-il, « au jour le jour, sans plan ni idée » et il affaiblissait le pays. « Je vous défie, lui lançait-il le 31 octobre 1883, de suivre votre politique coloniale sans compromettre vos moyens d’action (...). C’est une politique d’effacement en Europe, parce qu’elle a pour conséquence nécessaire notre affaiblissement, la perte de notre autorité morale, notre impuissance... ». Qui donc en tirait le plus grand profit, sinon l’Allemagne : « Messieurs, le prince de Bismarck est un ennemi dangereux ; c’est peut-être un ami plus dangereux encore. Oui, c’est lui qui vous a montré Tunis au congrès de Berlin ; c’est lui qui vous a mis en opposition avec l’Angleterre (...). C’est lui qui traite aujourd’hui pour le Congo avec vous sur le tapis vert de Berlin. Et pendant que nous gaspillons notre argent et le meilleur de notre sang dans de folles entreprises, il vous fait la plus terrible guerre économique, attendant patiemment l’heure de l’honnête courtage pour les services rendus3.

  • 4 La Justice le clamait chaque jour . « Oui, notre sécurité, notre dignité, nos espérances, voilà ce (...)

9L’obsession allemande chez Clemenceau n’est pas douteuse, mais on a peut-être tendance à trop expliquer son combat contre la politique coloniale de Ferry par la seule crainte du machiavélisme bismarckien. Qu’il redoutât les « présents » de Bismarck, « les explosions d’amitié bien faites pour surprendre », qu’il fît même écrire dans La Justice que la France subissait la « protection de Bismarck »4 pour dire son horreur patriotique de pareils rapprochements, cela est vrai. Mais il y a chez Clemenceau, comme chez beaucoup d’autres radicaux, des raisons tout aussi profondes à leur anticolonialisme, celles que dicte l’exigence démocratique.

  • 5 J. Jaurès : Le socialisme et le radicalisme en 1885.
    Introduction aux discours parlementaires recuei (...)
  • 6 Discours du 30 juillet 1885.

10Ces raisons de principes et de politique, qui furent peut-être même essentielles, Jaurès les a très bien dites : « Les radicaux la [la politique coloniale] combattaient à fond au nom de l’idéal démocratique. Ils y voyaient une diversion calculée aux revendications populaires, aux réformes intérieures, politiques, fiscales, sociales, un moyen de dériver vers des buts lointains les énergies de la France républicaine. Ils la dénonçaient en outre comme contraire aux principes mêmes de la Révolution qui condamnait toute guerre d’annexion et de conquête, à la Déclaration des Droits de l’Homme qui ne reconnaissait point de races supérieures et de races inférieures et qui ne permettait à aucun peuple d’attenter dans un intérêt prétendu de civilisation au droit universel de la commune humanité »5. C’est au nom de « la politique démocratique », comme disait lui-même Clemenceau, qu’il s’insurgeait contre les théories de Ferry. Lorsque ce dernier renversé du pouvoir vint présenter à la tribune une doctrine de politique coloniale qui était la justification a posteriori de son action, Clemenceau lui répliqua vigoureusement par une critique du colonialisme qui s’attachait à le réfuter au triple point de vue économique, humanitaire et politique6.

11Économiquement, la colonisation était une mauvaise affaire, d’abord parce que « les débouchés commerciaux ne s’ouvrent pas à coups de canon ; ils se ferment » : « autant d’hommes tués, autant de millions dépensés, autant de charges nouvelles pour le travail, autant de débouchés qui se ferment ». En économie de libre-échange, il était absurde d’aller conquérir à grands frais des colonies pour permettre par exemple aux Anglais et aux Chinois d’aller commercer plus facilement en Cochinchine. Enfin le profit éventuel de l’entreprise coloniale ne se mesure pas au bilan de la balance commerciale annuelle : « Il faut compter les frais de premier établissement, les frais d’amortissement, les frais d’entretien, les frais de colonisation, les frais de garde. En un mot, il y a un vaste compte à établir » (...). « Voilà pourquoi jusqu’à présent votre principale exportation dans les colonies nouvellement acquises, c’est le demi-milliard qu’elles nous ont coûté ».

  • 7 Clemenceau avait déjà protesté contre la théorie des droits des races supérieures le 19 juillet 188 (...)

12Sur le plan humanitaire Ferry avait parlé des droits des races supérieures ; là Clemenceau7 explosa : « Races supérieures ! races inférieures ! c’est bientôt dit. Pour ma part j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande, parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand (...). Race inférieure les Hindous ?... Race inférieure les Chinois ?... Inférieur Confucius ?... » Et de stigmatiser cette thèse « qui n’est pas autre chose que la proclamation de la puissance de la force sur le droit. L’histoire de la France depuis la Révolution est une vivante protestation contre cette inique prétention ». Quant au prétendu devoir de civilisation des peuples « que vous dites barbares, n’essayons pas de revêtir la violence du masque hypocrite de la civilisation ». « Regardez l’histoire de la conquête de ces peuples (...) et vous verrez combien de crimes atroces ont été commis au nom de la justice et de la civilisation », pour ne rien dire « des vices que l’Européen apporte avec lui, l’alcool, l’opium qu’il répand partout, qu’il impose s’il lui plaît. Et c’est un pareil système que vous essayez de justifier en France dans la patrie des droits de l’homme I ». Pour les Républicains de ce temps, grands lecteurs de Diderot, de Rousseau et de l’Abbé Raynal, c’était tout l’anticolonialisme du XVIIIe siècle qui revivait dans ce discours.

13Sur le plan de la politique étrangère de la France Clemenceau s’en prenait à la théorie du « rayonnement » de Jules Ferry. Pour lui, avant de rayonner dans le monde pour y trouver éventuellement un surcroît de puissance, la France devait assurer par priorité sa défense : « Je déclare que je garde mon patriotisme pour la défense du sol national et qu’au nom de mon patriotisme je condamne votre coupable imprévoyance ».

14Enfin le dernier point de l’argumentation de Clemenceau consistait à montrer que le coût de la colonisation, ces « dépenses de luxe » privaient le peuple des « dépenses utiles » comme les travaux d’outillage qui augmenteraient la production et permettraient de développer la consommation (« la politique du pot-au-feu »), comme les écoles qui élèveraient « la somme de savoir, de lumière » et permettraient l’épanouissement de la démocratie. Ainsi dans ce discours solidement construit qui résumait et justifiait quatre années de polémique, Clemenceau doctrinait l’opposition anticononiale pour de longues années.

II. L’ANTICOLONIALISME DE CLEMENCEAU APRES 1885

15Son anticolonialisme demeura vif en effet alors même que la politique conquérante de Ferry avait pris fin et que ses épigones mettaient une sourdine à la politique d’expansion coloniale. A chaque fois qu’éclatait un scandale colonial ou que renaissait le système des expéditions de conquête, Clemenceau intervenait, soit à la Chambre, soit dans la presse. On le vit condamner en 1892 la guerre sans fin menée par les militaires coloniaux au Soudan où se faisait ouvertement « le commerce des esclaves », rejeter en 1895 le principe de la conquête de Madagascar, dénoncer « le gaspillage des forces de la patrie » et fulminer contre la manière désinvolte ou « criminelle » dont furent traités les soldats français. Cependant l’opposition anticoloniale diminuait au Parlement où le Parti colonial l’avait définitivement emporté. Clemenceau, accusé d’être un agent de l’étranger (« Monsieur Aoh Yes »), dut se défendre jusque devant la cour d’assises : « Si je m’oppose à ce qu’on gaspille le sang et l’or de la France à tous les coins de l’horizon, si je regarde du côté du Rhin plutôt que du côté du Mékong, je suis un ennemi de la Patrie ! » (5 août 1893).

  • 8 Le Journal (9 juillet 1896).
  • 9 Revenu ensuite à l’Aurore, Clemenceau y publiera à nouveau quelques articles vivement anticoloniali (...)

16Après son échec aux élections de 1893, Clemenceau privé de la tribune parlementaire poursuit son combat comme journaliste. Certes la polémique coloniale n’est plus au premier rang de ses soucis, mais sa doctrine n’a pas varié. « Les aventures coloniales aboutissent à disséminer sur des points épars du monde les ressources de toute nature qu’un intérêt supérieur nous fait la loi de concentrer en un seul » écrit-il par exemple en 18968 . Depuis que Mathieu Dreyfus a réussi à le convaincre de l’illégalité de la condamnation de son frère, toute son activité journalistique dans l’Aurore, puis dans la Dépêche de Toulouse a été mise au service de la cause dreyfusarde. Cependant ayant quitté l’Aurore en décembre 1899, il créait une gazette hebdomadaire au titre clair Le Bloc (« La Révolution est un bloc » avait-il dit en 1891). Or, à lire cet hebdomadaire qu’il rédigea entièrement seul de janvier 1901 à mars 1902, on voit bien qu’en matière coloniale sa pensée n’a guère évolué9 .

17Dans un long article du 15 décembre 1901 qui est un exposé de sa politique coloniale et un plaidoyer, intitulé justement Pro Domo, Clemenceau rappelait à Jaurès, défenseur attardé de Jules Ferry, ce qu’il n’avait cessé de dire depuis 1882 : ces expéditions coloniales, « auxquelles on a voulu donner par la dénomination de politique coloniale une apparence de conception d’ensemble, ne furent qu’une manœuvre de l’opportunisme pour détourner le pays des réformes intérieures ». Les promesses de Jules Ferry n’avaient pas été tenues : la colonisation, « placement de père de famille ? », Clemenceau répondait par le bilan des dépenses : « un milliard pour le Tonkin, cinq cents millions pour le Soudan, Madagascar, le Congo, le Dahomey, la Côte-d’Ivoire, sans parler de l’Algérie qui ne nous a pas coûté jusqu’ici moins de cinq milliards ». Fallait-il donc glorifier Ferry pour ce haut fait : « un milliard et demi pris aux contribuables pour faire mourir par milliers nos Français de la fièvre en massacrant leurs frères d’Afrique ou d’Asie » ? Où était le bénéfice commercial annoncé ? Nos colonies ne profitaient guère qu’aux marchands anglais et allemands, à la seule exception de Madagascar interdit à la concurrence étrangère par des tarifs protectionnistes.

  • 10 Le Bloc (3 mars 1901).
  • 11 Idem (10 mars et 30 juin 1901).
  • 12 Le Bloc, 1 décembre 1901, « Choses d’Indochine, 15 février 1902 ».

18Sur les 14 articles du Bloc consacrés aux questions coloniales, six visaient l’Indochine « la plus importante de nos colonies ». Clemenceau y fustigeait « l’extraordinaire mentalité de la conquête qui fait du fonctionnaire, comme du colon du Tonkin, l’ennemi-né de tout ce qui est annamite », « le flot croissant des impôts », l’exploitation de l’indigène propriétaire exproprié et devenu métayer, avant de conclure : « Il est aisé de comprendre que nous sommes exécrés »10. Dans d’autres articles11 il dénonçait les « Folies Doumer », « l’Emprunt Doumer », qui assureraient un âge d’or pour les entrepreneurs auxquels « on va jeter des millions » pour des travaux qui ne feront qu’accroître les charges des contribuables annamites. Pour parler des « choses d’Indochine », que les coloniaux appelaient « la plus belle des colonies de domination », Clemenceau n’hésitait pas à reprendre les lettres du Comité de protection et de défense des indigènes pourtant d’inspiration chrétienne, à utiliser un livre fort critique du capitaine Fernand Bernard ou les articles généreux et naïfs de Félicien Challaye. Dès lors, il pouvait affirmer que « le peuple annamite, écrasé d’impôts, blessé dans ses ambitions est un peuple hostile », qu’un mouvement semblable à celui des Boxers peut y éclater à tout instant, provoqué « comme le mouvement des Boxers chinois par les agissements des missions »12.

  • 13 Le Bloc, 4 août 1901 : La colonisation de l’Église ».
  • 14 Le Bloc, 1 décembre 1901.

19La malfaisance des missionnaires, fourriers et profiteurs de la colonisation, Clemenceau ne se lassait pas de la démontrer désormais. Il la retrouvait partout à Madagascar, en Chine, au Tonkin, en Annam, en Syrie, à la Nouvelle-Calédonie. Il s’acharnait même, contre l’évidence, à nier toute action des missionnaires dans le développement de notre langue et de notre culture. A l’en croire, les missionnaires jésuites de Madagascar exigeaient des gardes d’honneur afin de « faire croire à ses populations simples que les soldats de la France imposent la religion qu’ils prêchent »13. Ils interviennent auprès des autorités et se font attribuer de « vastes concessions » : « il ne reste plus au gouvernement militaire qu’à se faire exécuteur des hautes et basses œuvres de la Congrégation ». En Chine les missionnaires se sont imposés comme mandarins et ont réussi à exaspérer les populations : « Les guerres de Chine ont été de véritables guerres de religion faites à l’instigation des missionnaires et à leur seul profit ». Il en fut de même en Cochinchine où, selon le mot de l’Amiral Rigaultde Genouilly : « Les ecclésiastiques opérant en Cochinchine sacrifient les intérêts de la France à leurs vues particulières ». Quant aux chrétientés annamites, Clemenceau assurait sans rire en citant le philosophe F. Challaye « qu’il est impossible de traverser un quartier ou un village catholique sans remarquer l’énorme proportion des horribles têtes, des visages patibulaires ». En Nouvelle-Calédonie aussi « les missionnaires sont très durs vis-à-vis des naturels et intraitables vis-à-vis de l’autorité française ». Partout il fallait donc savoir refuser leurs demandes d’interventions armées destinées à « couvrir leurs exactions et leurs violences » : « La France laïque doit refuser toute complicité dans les crimes des moines »14.

  • 15 Idem, 1 septembre 1901.
  • 16 Idem, 15 septembre 1901.

20Au-delà des missionnaires, commodes boucs émissaires, Clemenceau dénonçait l’incapacité coloniale congénitale. « Comment nous colonisons ? », interroge-t-il. Au Congo on croyait qu’il n’y avait qu’à se baisser pour ramasser de l’or sous les espèces de l’ivoire et du caoutchouc ; or nous sommes encore à apprendre comment en tirer parti15. Et l’incurie de l’administration vaut l’imprévoyance des concessionnaires. Alors, ironise-t-il, il ne reste plus qu’à mettre la dette du Congo à la charge du budget métropolitain16.

21Pour Clemenceau le bilan de la politique coloniale était donc absolument négatif. De 1885 à 1901 les dépenses budgétaires du ministère des Colonies avaient plus que triplé, alors que le commerce colonial des nouvelles colonies n’atteignait guère que 314 Millions et que 4.327 colons seulement avaient été installés. Ces chiffres dérisoires répondent à la question : cela valait-il tant de sacrifices ?

  • 17 « Le prix du Transvaal », Le Bloc, 28 avril 1901.

22Bien sûr la France n’était pas seule à blâmer, ni la seule politique d’expansion sous sa forme coloniale. L’anticolonialisme de Clemenceau qu’on a pu croire tactique et circonstanciel était en fait solidement ancré sur une doctrine morale et politique. C’est pourquoi il s’achevait dans l’exaltation de toutes les nationalités et dans la condamnation de tous les impérialismes, aussi bien l’impérialisme des Européens envahissant la Chine que celui de la France participant à cette sorte de « croisade romaine » contre Pékin, aussi bien celui de l’Allemagne « colonisant la Pologne » que celui de la Russie « russifiant la Finlande ». Même la libérale Angleterre était blâmable à ses yeux dès lors qu’elle se laissait gagner par « la peste impérialiste », « cette politique impériale qui tente la médiocrité intellectuelle de ses classes gouvernantes ». Et Clemenceau, qui avait déjà condamné la main-mise de l’Angleterre sur l’Egypte « au mépris de la parole donnée », de supputer le prix dont l’Angleterre paierait le Transvaal en sang, en or (« cette guerre a déjà coûté plus du double de la guerre de Crimée ») et en perte de prestige politique et moral. Sans désespérer du libéralisme britannique dont il annonçait le retour, il constatait le recul provisoire de « l’ancien parti d’idéalisme doctrinal qui jadis fit masse derrière Gladstone » et redoutait même que « l’esprit afrikander à qui les armes anglaises vont faire un admirable champ d’extension légale » ne prenne un jour sa revanche17.

III. CLEMENCEAU ET L’ÉTABLISSEMENT DU PROTECTORAT MAROCAIN

  • 18 R. Girardet : L’idée coloniale en France (p 97). (L’affirmation et la date ont été maintenues dans (...)

23Pourtant le ralliement des radicaux à la politique coloniale est un fait avéré au début du siècle et rares sont les dissidents ; mais on connaît bien parmi eux C. Pelletan et Clemenceau. Ce qui ne devrait pas permettre au brillant historien de l’Idée coloniale en France d’écrire : « Président du Conseil en 1905 [lire d’octobre 1906 à juillet 1909], Clemenceau peut aussi apparaître dans l’histoire de l’expansion française outre-mer, comme l’héritier et le continuateur somme toute fidèle, de Ferry le Tonkinois ». Sans doute Raoul Girardet pense-t-il au Maroc, mais peut-on vraiment attribuer à Clemenceau la responsabilité de l’instauration de la suzeraineté française sur le Maroc ?18.

24La question se pose et d’autant plus que Clemenceau a affirmé au Sénat le 10 février 1912 : « Je me suis souvent opposé dans diverses circonstances qui m’ont été reprochées à la politique d’expansion coloniale. Mais j’ai toujours fait une exception pour le Maroc ».

25En fait, face à la politique de Delcassé qui a d’abord cherché l’appui de l’Allemagne dans la question marocaine, Clemenceau avait ironisé en 1901 : « Il était bien invraisemblable que l’Allemagne voulût nous écarter du Maroc quand elle avait le plus clair intérêt à nous précipiter dans ce guêpier ». Remarquons que Clemenceau, tant qu’il est resté dans l’opposition, n’a jamais cessé de parler du « guêpier marocain », avant que Jaurès ne s’empare à son tour de l’expression.

  • 19 L’Aurore, « Pénétration pacifique », 29 juin 1904.

26Précisément sous ce titre Le Guêpier, Clemenceau publia dans l’Aurore (13 juin 1904) un article où il disait n’être pas convaincu des « droits » sur le Maroc que nous auraient reconnus les accords anglo-français, car « les droits sur le Maroc » appartenaient au peuple marocain : « Nous ne connaissons de « droits » que ceux qui se peuvent appuyer d’artillerie. Nous revendiquons le droit des peuples à s’appartenir en Alsace-Lorraine. Voyez ce que nous en faisons, comme les autres nations, en Afrique et en Asie. Les Marocains qui ont tous les droits manquent de canons à tir rapide ; de là nos « droits » sur eux... ». Alors que Jaurès se disait prêt « à seconder l’expansion pacifique et raisonnable des intérêts français et de la civilisation française », Clemenceau se gaussait des illusions de la pénétration pacifique : « Que servent les intentions pacifiques des Français si le Marocain répond à sa déclaration d’amour fraternel par des coups de fusil, des embuscades, des assassinats qui lui paraîtront des actes de défense, d’autant plus légitimes que notre colonisation humanitaire de l’Algérie peut fort bien ne pas le tenter »19.

  • 20 La Dépêche de Toulouse, 27 mars 1905.
  • 21 L’Aurore, 2 avril 1905.
  • 22 L’Aurore, 7 avril 1905.

27En mars 1905, quatre jours avant le débarquement de Guillaume II à Tanger, Clemenceau récidivait, expliquant les dangers de « la folle aventure marocaine » ; « Nous ne pouvons pas nier que les Marocains ne soient fort mal disposés à recevoir notre loi sous forme de conseils (...). Avec Abd el-Aziz toutes les populations marocaines franchement éprises d’indépendance escomptent déjà contre nous l’appui de Guillaume II20. Quand il apprit le fameux (et mythique) « discours » du Kaiser, Clemenceau n’hésita pas à écrire : « C’est peut-être un service que nous rend Guillaume II sans le vouloir en nous arrêtant au bord de la folle aventure »21. D’où sa conclusion, inélégante peut-être dans la forme mais nette : « Tirons-nous de là, maintenant, si nous pouvons »22.

  • 23 L’Aurore, 15 avril 1905.
  • 24 L’Aurore, 28 avril 1905.

28Pour lui « la force principale de l’intervention allemande » résidait en réalité « dans l’hostilité des populations marocaines à notre égard. Qui pourrait supposer, quand nous ne le pensons pas nous-mêmes, que l’intervention française est un acte de pur désintéressement ? On cherche nos desseins profonds et il n’est vraiment pas besoin d’un très grand effort d’intelligence pour les découvrir. L’Algérie et la Tunie sont de terribles leçons pour le peuple marocain »23. L’opposition armée des Marocains était donc prévisible : elle « aurait suffi selon toute apparence à nous tenir en échec pour un fort long temps » (24). Bref, Guillaume II avait involontairement rendu à la France un signalé service « en nous préservant d’un tête à tête avec douze millions de Marocains fanatiques et batailleurs que nous n’aurions certainement point courbés sous notre volonté sans faire parler la poudre, en un gaspillage sans fin d’hommes et d’argent ».

29Clemenceau condamnait donc l’ambitieuse politique de Delcassé qui prétendait imposer un protectorat de fait au Sultan en heurtant de front l’opposition allemande : l’entreprise lui paraissait « insensée » et il félicita Rouvier pour avoir contraint à la démission « un ministre qui nous conduisait superbement à de folles aventures ». Apparemment il ne ressentait pas l’humiliation de l’éviction d’un ministre français demandée par l’Allemagne, dès lors que la guerre franco-allemande aurait eu pour cause un enjeu colonial.

  • 25 L’Aurore, 10 juin 1905.
  • 26 « Si quelques-uns osent prétendre que notre dignité ne nous permet de rien concéder, que ne l’ont-i (...)

30A cette date, Clemenceau pense donc qu’une conférence internationale est « pour nous le moyen le plus honorable de nous sortir d’embarras »25 et qu’il faut savoir faire des concessions26.

  • 27 L’article de l’Aurore du 25 septembre s’intitule « Un point d’arrêt ».
  • 28 Est-il besoin de souligner que le retournement de Clemenceau se situe huit mois avant qu’il n’accèd (...)

31Bien sûr il ne saurait être question de capituler devant l’Allemagne ; il ne doit y avoir « ni Maroc français, ni Maroc allemand », mais Clemenceau écrit bientôt que l’heure n’est plus aux concessions. Le 5 août, il dit « Non » à l’Allemagne27. C’est que le Maroc n’est plus en cause, mais l’équilibre européen28.

32Comprenant que la diplomatie allemande se servait de l’affaire marocaine pour briser l’Entente cordiale et contraindre au besoin la France à l’alliance germanique, Clemenceau changea totalement d’avis. A la Kreuzzeitung qui avait écrit : « En cas de guerre anglo-allemande, la France devrait choisir et, si elle ne se décide pas pour l’Allemagne, celle-ci occuperait son territoire », Clemenceau riposta par des articles indignés. Il n’était plus question d’accepter l’exigence allemande d’une conférence internationale, moins encore d’y faire des concessions. Or Rouvier, bien qu’il se fût lui aussi récrié que cette conférence serait « une humiliation pour la France », dut l’accepter et laisser internationaliser la question marocaine. Pour Clemenceau étaient donc également condamnables Delcassé « l’homme qui nous a conduits aux portes de la guerre et à Algésiras » et Rouvier qui a accepté la solution d’internationalisation voulue par l’Allemagne, « la pire humiliation que nous ayons connue depuis vingt ans ».

  • 29 Le comte de Saint-Aulaire a raconté dans ses Mémoires : Confessions d’un vieux diplomate (p. 177 et (...)
  • 30 Le Radical, 4 août 1907.
  • 31 Idem, 13 décembre 1907, « Devant les Barbares » article du sénateur Gustave Rivet, directeur politi (...)

33Devenu Président du Conseil, Clemenceau ne pouvait renier les engagements d’Algésiras, ni les suites de l’affaire marocaine, qui lui réserva bien « des avalanches » comme il le dira plus tard. Ce fut d’abord le meurtre du Dr Mauchamp en mars 1907 qui provoqua en représailles la prise en gage d’Oujda ; puis survint en juillet 1907 le massacre des Européens à Casablanca auquel il était plus encore impossible de ne pas réagir. Eugène Fournière dut convenir que même un gouvernement socialiste aurait agi comme le gouvernement radical. En réalité Clemenceau aurait voulu s’en tenir à une vive démarche diplomatique ; il ne souhaitait pas une réaction militaire, « l’opération de police » que Pichon, son ministre des Affaires étrangères, lui fit pourtant accepter29. Encore Clemenceau, qui en août 1907 se reposait à Carlsbad, freina-t-il de son mieux : « Je vous conjure, télégraphiait-il à Pichon le 7 août, de résister énergiquement aux sollicitations dont vous assiègent sans doute certains de nos amis très enclins comme vous le savez à guerroyer au Maroc » : Clemenceau se méfiait des généraux, « les panachards », et d’Etienne- « l’Africain », le Président du Comité du Maroc. Il redoutait les « entraînements militaires » et ne craignait pas moins certains de ses amis politiques. Ceux qui, après avoir célébré « l’opération de justice » en Chaouïa30 faisaient ouvertement campagne dans les colonnes du Radical « pour qu’il soit mis fin au pseudoempire du Chérif » ; « précisément parce que nous croyons à la civilisation, au progrès, à la justice, à la liberté, à la science, nous sommes tenus de mâter les Barbares »31.

  • 32 Idem, 21 juin 1908.
  • 33 « Pourquoi, tout en n’étant point de sa majorité, avons-nous soutenu jusqu’ici sa politique dans l’ (...)

34Le Radical dut cependant rectifier le tir devant l’évident refus du gouvernement et du parti radical d’aller plus loin. La Déclaration du parti votée à l’issue du congrès de Nancy en octobre 1907 assurait : « nous n’admettrions pas que, sous prétexte de civilisation notre République favorisât l’esprit de conquête ; mais, également hostile au nationalisme et à l’anti-patriotisme, notre parti se déclare ardemment et résolument patriote ». « Nous ne voulons pas de protectorat » répéta Pichon devant le corps diplomatique. Dès lors le journal Le Radical assura à son tour en 1908 face « à d’odieuses accusations » : « Nous ne sommes pas allés au Maroc pour nous y éterniser, mais simplement pour nous acquitter d’une mission de police, de justice et de civilisation aux termes d’un mandat qui nous a été donné »32. Bref, Clemenceau ne s’est pas laissé prendre dans « le redoutable engrenage » marocain qu’il faisait craindre à Pichon33.

35Cela dit, il reste que le gouvernement, après avoir refusé en mars 1907 au général Lyautey l’autorisation d’intervenir contre les Béni Snassen, avait fini par le laisser agir et qu’après avoir interdit l’extension de l’occupation de la Chaouïa, il se résigna, sur l’arbitrage de Lyautey, à l’occupation de Settat. Mais simultanément le gouvernement Clemenceau négociait avec l’Allemagne, minimisait l’affaire des légionnaires déserteurs et concluait l’accord du 9 février 1909. Stephen Pichon le jugeait « pleinement satisfaisant » car « nous ne rêvons d’aucune action nouvelle au Maroc ». Tel fut bien le vœu de Clemenceau : faire reconnaître par l’Allemagne les intérêts politiques particuliers de la France au Maroc en promettant la garantie des intérêts du commerce allemand. Le gouvernement allemand y consentit dans l’espérance d’un condominium économique au Maroc et en Afrique équatoriale et peut-être d’un rapprochement politique franco-allemand qui s’amorça largement en 1909. Si telle fut bien la politique marocaine de Clemenceau, elle ne saurait être qualifiée d’impérialiste ou de coloniale, ni rapprochée de celle pratiquée par Jules Ferry.

36Le très républicain historien Aulard pouvait écrire que grâce à Clemenceau : « la politique française s’est émancipée de l’influence des brasseurs d’affaires ou des amateurs de gloriole, des financiers ou des coloniaux ». Formulé en octobre 1907 le jugement vaut pour toute la période du ministère Clemenceau.

  • 34 La déformation de ses souvenirs est curieuse à noter et révélatrice. Il déclarait à J. Martet qu’il (...)

37Ce fut une tout autre politique, d’inspiration ferryste celle-ci, qui prévalut en mars 1911 sous le gouvernement Monis-Cruppi : celle des militaires et du parti colonial. Elle aboutit à l’occupation de Fès, mais aussi au Panthersprung. Que l’Allemagne ait violemment réagi pour exiger des compensations et que Caillaux ait racheté l’hypothèque économique accordée par la convention de 1909 explique assez les concessions qu’il dut consentir. Mais la fierté nationale se cabra et Clemenceau stigmatisa comme « déshonorante » la cession sous le canon d’Agadir de territoires congolais dont il n’avait cure34. C’est l’humiliation infligée à la France par l’arrogante diplomatie allemande qu’il condamnait sans vouloir même prendre garde, parce qu’il n’était pas un colonial, au fait que l’Allemagne accordait finalement à bas prix le protectorat marocain. En fait, son discours au Sénat du 10 février 1912 visait moins à rejeter l’accord du 4 novembre 1911 qu’à avertir l’Allemagne : « Nous ne souscrivons pas à l’arrêt d’abdication et de déchéance prononcée par nos voisins... L’Allemagne croit que la logique de la victoire est dans la domination, tandis que nous n’acceptons pas que la logique de notre défaite soit dans la vassalité... Nous sommes pacifiques, nous ne sommes pas soumis ».

  • 35 Est-ce la raison pour laquelle Lyautey détestait Clemenceau, « l’homme qu’il avait le plus haï de s (...)

38Il disait aussi ne s’être jamais opposé à la conquête du Maroc. Pourtant en juin 1913, il reprochait au gouvernement d’avoir donné carte blanche à Lyautey qui « plus que tout autre a besoin d’être contenu dans un cadre d’instructions nettement précisées »35 et il retrouvait ses accents de 1884 pour lancer : « Est-ce d’un gouvernement digne de ce nom ? L’argent peut être perdu, soit. Mais les hommes, les hommes nous les rendra-t-on quand il faudra toute la France au drapeau ? ».

IV. LA POLITIQUE ALGÉRIENNE DE CLEMENCEAU

39Georges Wormser a supposé que le Maroc l’intéressait pourtant comme zone de protection de l’Algérie. Ce serait lui prêter un grand attachement pour l’Algérie que Clemenceau ne manifesta jamais. Demeurait-elle dans son esprit ce qu’elle fut sous l’Empire une terre de conquête soumise au régime du Sabre, une terre d’exil où son père faillit être déporté en 1858 ? On ne sait. Le fait est que ce grand voyageur fut parmi les rares parlementaires français à ne jamais s’y rendre et à ne jamais célébrer cette colonie, devenue pourtant le fief des Républicains.

  • 36 « C’étaient pourtant de vieux amis de la France que les Rhirhas. En 1871 entourés de tribus révolté (...)
  • 37 Le Bloc, « Les troubles d’Algérie », (16 juin 1901).

40Certains articles ou gestes de Clemenceau permettent cependant d’expliquer son attitude. Au moment de la petite tentative insurrectionnelle de Margueritte (26 avril 1901), Clemenceau ne se montra pas tendre pour les colons et les administrateurs français (« Les colons ont du moins l’excuse d’être des colons, mais les administrateurs ! ») et il n’hésita pas à justifier l’échauffourée des insurgés à partir d’un historique et de chiffres largement controuvés36. « L’étonnant ce n’est pas que les Rhirhas aient perdu patience, c’est qu’ils aient été si longtemps à la perdre ». Et Clemenceau de dénoncer « la terrible répression » menée par les zouaves et de laisser craindre l’inexorable justice algérienne pour laquelle « tous les indigènes accusés sont coupables ». De cet épisode éclairant, Clemenceau tirait des conclusions générales : « Pour le colon les vaincus sont des esclaves ; trop heureux encore qu’on consente à leur donner du travail après qu’on leur a tout pris ». Surtout il assurait : « L’étincelle qui a jailli à Margueritte couve un peu partout en Algérie, car les causes sont générales de l’exaspération aux Arabes37.

  • 38 Article cité dans mon livre Les Algériens musulmans et la France (1968) p. 974, auquel je me permet (...)

41Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que Clemenceau, après le verdict de clémence rendu par la cour d’Assises de l’Hérault et pour éviter l’internement administratif des Musulmans acquittés, ait tenu à accompagner leur avocat chez le Président du Conseil Combes. Selon le témoignage d’Abel Ferry, « c’est sur l’intervention de M. Clemenceau que l’internement n’a pas eu lieu, mais la mesure était décidée ». Tirant la leçon de l’affaire dans la Dépêche de Toulouse, le 1 mars 1903, Clemenceau expliqua qu’il avait « saisi un autocrate [le gouverneur général de l’Algérie Révoil] en flagrant délit d’arbitraire ». « Je demande, concluait-il, que notre colonisation se fonde sur le respect du droit humain. Aux populations à qui nous enlevons leur indépendance, nous devons la compensation d’un régime de justice, de douceur, de haute humanité »38. Surtout en annonçant son intention d’interpeller le gouvernement sur les pratiques politiques du gouverneur général, Clemenceau accula celui-ci à la démission le 12 avril 1903, provoquant du même coup le retour de Jonnart. Or Clemenceau avait confiance en ce dernier parce qu’il prônait depuis 1892 une politique de réformes en Algérie.

42Lorsque Clemenceau accéda au pouvoir, il lui revint en principe, comme ministre de l’intérieur, de diriger l’Algérie dès mars 1906. Il ne pouvait y maintenir les « errements funestes » qu’il avait désignés dès 1882 et condamnés à plusieurs reprises. Il provoqua en effet ou appuya diverses initiatives réformatrices de Jonnart et notamment, à défaut de la vaste réforme électorale qu’il souhaitait, l’élection des assesseurs musulmans devenus de véritables conseillers généraux par le décret du 24 septembre 1908. Clemenceau expliqua alors : « J’aime les Musulmans algériens. Je m’intéresse beaucoup à eux. C’est pourquoi je viens de décider que dorénavant les conseillers généraux indigènes seraient élus librement et non plus nommés par le Gouverneur ». Il aurait voulu aussi que les conseillers municipaux musulmans fussent élus par un collège électoral plus nombreux et puissent participer à l’élection du maire, mais devant les résistances coloniales il dut attendre 1918 pour imposer son idée.

43Se sentant plus en confiance, les Jeunes Algériens décidèrent pour la première fois de venir plaider leur cause directement auprès du Président du Conseil. Leur délégation, conduite par un conseiller municipal d’Alger, l’avocat naturalisé Omar Bouderba, demanda le 3 octobre 1908 que la totalité des droits civils et politiques fût accessible aux Algériens évolués. Clemenceau leur répondit qu’il était disposé à favoriser toute extension raisonnable de ces droits. A sa demande Jonnart prépara peu après un programme de mesures « destinées, disait-il, à faire participer plus activement les Indigènes à notre vie publique et à atténuer le régime d’exception auquel ils sont soumis ». Clemenceau le jugea insuffisant et le retourna au Gouverneur général en lui demandant « quelques additions qui en augmentent le caractère libéral ».

  • 39 La conclusion de cet article publié dans l’influence Dépêche algérienne (1 octobre 1908) est dans l (...)
  • 40 Selon la mémoire collective des Algériens, cette affaire de la conscription, de l’« askariya » fut (...)
  • 41 Le recensement nominatif prescrit par le décret de 1909 avait montré qu’une classe pouvait fournir (...)

44Il faut préciser que la délégation jeune algérienne avait clairement affirmé que leurs coreligionnaires n’accepteraient pas sans compensations politiques, et même sous la forme d’un service adapté, la conscription militaire que le gouvernement avait par décret du 17 juillet décidé de leur appliquer. Est-il nécessaire de préciser que ce décret « pris de manière à décourager toutes les résistances » (Clemenceau) et les promesses de compensations faites simultanément aux Jeunes Algériens déplurent souverainement aux Européens d’Algérie. « Les Arabes soldats et citoyens » annonçait l’influent délégué financier F. Dessoliers, « ce serait l’infiltration dans l’élément français, bientôt sa subversion », mais « qu’en sait M. Clemenceau, le Vendéen rouge qui n’a jamais traversé la Méditerranée ! »39. Thomson, ministre de la Marine, mais aussi député de Constantine, profita d’une discussion parlementaire pour quitter le gouvernement le 28 octobre 1908. Le gouverneur général, paralysé par la double opposition des Français d’Algérie et des Musulmans traditionalistes40 et alerté par divers incidents, fit retarder l’application du projet de conscription. Les colons d’Algérie avaient eu raison de la volonté de Clemenceau, qui ne leur pardonna pas. Ne parlait-il pas de supprimer leur représentation parlementaire ? Il les déclara incapables de faire passer l’intérêt national avant leurs intérêts personnels. Les manifestations de refus de certains Algériens, « l’exode de Tlemcen » notamment qui retint l’attention du Parlement, ne l’alarmèrent pas moins. Le 3 septembre 1913 il écrivait encore dans L’Homme libre : « L’initiative [de la conscription indigène] m’appartient en personne. Je sais ce qu’elle peut donner41. Je sais aussi quelle explosion de révolte est à craindre sur la terre africaine aux premiers coups de canon des Vosges ».

45Jacobin assimilationniste pour l’Algérie, Clemenceau ne cessa de batailler pour l’extension de la représentation des Musulmans. S’il se félicita du décret du 13 janvier 1914 qui portait de 930 à 1.540 le nombre des conseillers municipaux musulmans, il jugea en mars 1914 que le projet ministériel qui élèverait de 6 à 9 ou 10 le nombre des conseillers généraux était insuffisant, et même vain s’il n’y avait pas extension du corps électoral. Il ironisait dans Le Petit Var : « L’Administration au lieu de compter six mamelucks en possédera neuf ou dix I ».

  • 42 Un manifeste du Comité de défense de l’Algérie française du 5 octobre 1945 rappelait que « de 1916  (...)

46Le 3 décembre 1915 Clemenceau en tant que Président de la commission des Affaires étrangères du Sénat adressait au Chef du Gouvernement, de concert avec Georges Leygues qui s’exprimait au nom de la commission homologue de la Chambre, une lettre fort impérative qui lui demandait de « faire aboutir sans délai » diverses réformes visant la situation matérielle et morale des Musulmans : un nouveau régime facilitant les naturalisations, l’accession à la citoyenneté française dans le statut musulman, l’extension du corps électoral indigène, une représentation dans un conseil supérieur siégeant à Paris et la réforme des impôts arabes. « Une politique indigène libérale et confiante, concluait Clemenceau, est la seule qui puisse s’harmoniser avec les vues générales et les desseins de la politique française »42.

47S’il entendait accorder beaucoup de droits nouveaux aux Algériens, et la citoyenneté française à ceux qui la souhaitaient, c’est aussi parce que Clemenceau voulait en exiger beaucoup : notamment l’impôt du sang. Devant la commission sénatoriale de l’Armée il demandait qu’on « bousculât les résistances des coloniaux » pour mobiliser le plus grand nombre d’Algériens. A ceux qui lui faisaient craindre des révoltes, il répondit le 26 novembre 1915 : « La plus grande prudence est peut-être de commettre certaines imprudences nécessaires. Les insurrections ? Je ne m’en soucie pas pour le moment. Si nous perdons des territoires aux colonies, nous les reprendrons sur la Meuse et sur le Rhin. Mieux vaut courir des risques en Afrique que sur le front. Ce que nous devons éviter par-dessus tout, c’est une défaite sur le Rhin ». Et de conclure : « Il nous faut 500.000 hommes de troupes indigènes... Je veux que nos colonies nous rendent aujourd’hui le plus possible de la force que nous leur avons donnée ».

48Malgré la petite insurrection du Sud-Constantinois fin 1916 et diverses rébellions en Afrique noire, Clemenceau persévéra dans son dessein. Il entendait faire enlever au général Lyautey l’essentiel de ses troupes : « Je lui prendrai, annonça-t-il le 14 décembre 1917, tout ce que je pourrai... Il suffit de ne plus faire de conquêtes. Le reste du Maroc attendra. Le sort du Maroc comme celui des colonies d’Afrique se joue sur la Somme ». Cette obsession du front français qui lui faisait également condamner l’expédition de Salonique guidait toute sa politique.

  • 43 A la fin de 1917 les Musulmans algériens avaient déjà fourni à la France quelque 115.000 à 120.000 (...)
  • 44 Il aurait dit à Jonnart : « Ne me demandez pas de soldats, mais faites en sorte de m’en envoyer le (...)

49Redevenu Président du Conseil en novembre 1917 « avec l’unique pensée d’une guerre intégrale », Clemenceau allait appliquer sa « politique des effectifs » en demandant, disait-il, « l’aide de nos colonies »43. Clemenceau voulait 50.000 hommes supplémentaires en Algérie44 et autant en A.O.F. Justifiant ces exigences, il disait aux sénateurs le 20 février 1918 : « Nous sommes à bout de forces. Nous avons perdu trois millions d’hommes et nous sommes obligés, à l’heure qu’il est, pour des batailles qui se préparent et produiront des hécatombes de bons Français de demander l’aide de nos colonies (...). Nous vous demandons de nous donner des hommes. Nous en prenons partout, en Algérie, en A.O.F., quelques-uns en Indochine... ». Puis devant quelques objections, Clemenceau s’emporta : à quoi bon sauver l’A.O.F. et si l’on devait perdre la France ! « Les Noirs, nous allons leur apporter la civilisation. Il faut qu’ils paient pour cela... J’aime mieux faire tuer dix Noirs qu’un seul Français, bien que je respecte infiniment ces braves Noirs, parce que je trouve qu’on a fait tuer assez de Français et qu’il faut en sacrifier le moins possible ! ».

50Assurément, et surtout lue hors de son contexte, cette phrase fait sursauter. Clemenceau avait prévenu qu’il subordonnerait tout à la nécessité de vaincre. Et ces Noirs, qu’il s’estimait contraint de jeter dans la bataille pour faire face aux ultimes ruées allemandes, avaient aussi pour lui des droits sur les Français. Il le dit un jour avec émotion à J. Martet en évoquant ces « magnifiques soldats noirs » qui après dix-huit jours de tranchée l’avaient salué en lui jouant la Marseillaise. « Je leur ai parlé, je leur ai dit qu’ils étaient en train de se libérer eux-mêmes en venant se battre avec nous, que nous devenions frères, fils de la même civilisation et de la même idée. Des mots – qui étaient tout petits à côté d’eux, de leur courage, de leur noblesse. Ils ont été admirables ! ».

  • 45 « On peut s’étonner de ce que les fiers à bras du libéralisme laissent sans réagir la seule réforme (...)
  • 46 Lyautey effrayé écrivait à V. Barrucand : « Je crois la situation incurable. Les colons agricoles f (...)

51Fin janvier 1918, Clemenceau avait eu à cœur, devant les réticences du gouverneur Lutaud, d’envoyer à nouveau en mission temporaire Jonnart en Algérie. Il aurait même voulu qu’il devînt le haut-commissaire de l’Afrique du Nord tout entière. Lyautey qui espérait lui aussi des réformes libérales en Algérie se réjouit : « Voici Jonnart nommé et d’avance je regarde la question comme réglée ». De fait Jonnart fit déposer le 14 mai 1918 un important projet de loi qu’il est aisé de qualifier rétrospectivement de modéré45, mais qui, dans le contexte algérien du temps fut tenu scandaleux et exaspéra les colons. La « néfaste loi Jonnart » votée le 4 février 1919 fut condamnée sans appel par les Français d’Algérie46.

  • 47 Le futur gouverneur Steeg qui assista à l’entrevue a assuré que Clemenceau ponctua l’ordre de quitt (...)

52Clemenceau, qui avait donné carte blanche à Jonnart et recommandé au socialiste Moutet de se mettre d’accord avec ce dernier, soutint sans broncher l’orage algérien. Il fut un peu plus impopulaire encore en Algérie, mais il ne se laissa pas impressionner par les maires algériens venus protester à Paris. On dit qu’il les congédia vigoureusement, après leur avoir fait la leçon47. Les Musulmans algériens jugèrent eux, à en croire le journal L’IKDAM que le « gouvernement de M. Clemenceau avait commencé à rétablir la justice en Algérie ». Même le leader nationaliste Messali Hadj qui devait ironiser sur « la réformette Jonnart » a convenu dans ses Mémoires « qu’elle avait suscité un enthousiasme profond ».

CONCLUSION

53On peut dès lors se demander en conclusion si Clemenceau, dans la mesure où il reconnut l’importance des services rendus par les colonies pendant la guerre et où il commença de faire prévaloir une autre politique indigène, « plus libérale » selon sa formule, n’avait pas renié ses convictions et son combat anticolonialistes de naguère. La question lui fut posée par J. Martet le 19 juin 1928 : « Ce serait à refaire, combattriez-vous encore cette politique coloniale ? ». On connaît la réponse du Tigre : « Mais de la même façon ! avec la même vigueur ! Si nous avions toujours en face de nous l’Allemagne menaçante, une natalité faible une armée et une marine tout juste suffisantes pour défendre la métropole et si enfin la France continuait à vouloir avoir des colonies et pas de colons ! Les Français ne veulent pas quitter Paris, Bordeaux, Marseille. Les Français ne veulent pas faire d’enfants. Alors qu’est-ce que c’est que ces histoires là ! ».

  • 48 Pour condamner « l’aventure marocaine », Clemenceau écrivait . « Quand on a des frontières communes (...)

54Ainsi, Clemenceau n’avait pas varié. Dans sa haine des peuples oppresseurs et sa sympathie de toujours pour les peuples opprimés, Clemenceau a puisé très tôt le refus profond et définitif du régime de la colonisation imposé à des populations indigènes (car il n’avait rien à redire aux colonies d’émigrants en terres vacantes « ces colonies qui devaient payer leurs frais dès l’origine par la vente des terres »). Peut-être parce qu’il se sentait depuis l’adolescence du côté des humiliés, peut-être parce qu’il fut un vaincu indomptable, il n’acceptait pas le Vae Victis de la colonisation triomphante. Il avouait en 1901 n’avoir jamais oublié l’émotion que lui avait causée le magnifique discours de Frédéric Passy s’écriant devant la Chambre le 22 décembre 1885 à l’intention des Républicains partisans de l’expansion coloniale : « Alors que vous ne reconnaissez à aucune puissance le droit d’enlever à une autre un seul lambeau de son territoire, c’est-à-dire de sa chair nationale, vous prétendez non seulement avoir le droit, mais le devoir de dominer, d’asservir, d’exploiter d’autres peuples, qui, peut-être moins avancés que nous dans la civilisation, n’en ont pas moins leur personnalité, leur nationalité comme nous. Et ces territoires que vous faites envahir par vos soldats, c’est le corps et le sang de ces pauvres gens, c’est leur Alsace à eux, c’est leur Lorraine à eux ! ». Clemenceau, lui aussi, dans son immense amour pour les provinces perdues, ne voulut jamais reconnaître la légitimité d’une domination fût-elle parée d’intentions civilisatrices48.

55C’est dire que politiquement son anticolonialisme fut aussi enté sur son patriotisme : Clemenceau fut l’homme d’une seule attente, celle non de la Revanche, mais de la « Réparation » et de la patrie remembrée. « Quand Jules Ferry jetait la France sur le Tonkin, répétait-il au soir de sa vie, il nous détournait de la seule chose à considérer et à redouter : l’Allemagne, alors que moi je savais bien que notre destin se jouerait là où il s’est joué, chez nous ».

Notes

1 Qu’on se rappelle seulement Lyautey dénonçant en lui « l’homme qui s’est aveuglément refusé pendant quarante ans à voir quelles forces et quelles ressources nous valait notre empire colonial, qui est à l’origine de toutes nos faillites extérieures.

2 Freycinet a écrit dans ses Mémoires que l’effet de ce discours fut « foudroyant ». Il devait être jugé tel encore en 1956, au moment de l’expédition de Suez. Pour en avoir reproduit dans un hebdomadaire d’Alger le passage suivant je provoquai sa saisie : « Supposez que nous soyons engagés aujourd’hui avec l’Angleterre, supposez que nous ayons débarqué des troupes françaises avec les habits rouges, où en serions-nous ? Nous nous trouverions placés entre une reculade honteuse ou une action énergique, quoi qu’il pût en résulter et quelques puissances que nous trouvions devant nous. La politique d’abstention nous a sauvés de cette situation ».

3 Discours du 27 novembre 1884.

4 La Justice le clamait chaque jour . « Oui, notre sécurité, notre dignité, nos espérances, voilà ce que M. Ferry est en train de vendre à l’Allemagne pour les mines douteuses du Tonkin » (28 septembre 1884). « Il est clair qu’en tout ceci M. de Bismarck commande et la France obéit » (29 septembre). « Regardez où nous ont conduits deux ans du ministère actuel : la France engagée au loin dans de périlleuses aventures (...) réduite en Europe à des rapprochements qui blessent ce qu’il y a de plus sacré dans la dignité et les espérances du pays » (1 janvier 1885).

5 J. Jaurès : Le socialisme et le radicalisme en 1885.
Introduction aux discours parlementaires recueillis par Éd. Claris. T. 1, p. 12, Paris 1904.

6 Discours du 30 juillet 1885.

7 Clemenceau avait déjà protesté contre la théorie des droits des races supérieures le 19 juillet 1882, cité les Anglais du Canada « qui appelaient la race vaincue, les Français, une race inférieure. Il faut bien prendre garde quand on prétend établir une délimitation plus ou moins artificielle entre deux races qu’il ne se trouve quelqu’un pour rejeter dans la race inférieure ceux-là même qui font la distinction ».

8 Le Journal (9 juillet 1896).

9 Revenu ensuite à l’Aurore, Clemenceau y publiera à nouveau quelques articles vivement anticolonialistes. Lors de l’affaire Gaud et Toqué, il ne se borna pas à attaquer l’administration coloniale qui n’avait pas su empêcher ou dénoncer les pratiques inhumaines de ses agents, il écrivit qu’il voyait dans l’Afrique civilisée par la France « la plus grande école de meurtre qui fut jamais » (L’Aurore, 26 septembre 1905).

10 Le Bloc (3 mars 1901).

11 Idem (10 mars et 30 juin 1901).

12 Le Bloc, 1 décembre 1901, « Choses d’Indochine, 15 février 1902 ».

13 Le Bloc, 4 août 1901 : La colonisation de l’Église ».

14 Le Bloc, 1 décembre 1901.

15 Idem, 1 septembre 1901.

16 Idem, 15 septembre 1901.

17 « Le prix du Transvaal », Le Bloc, 28 avril 1901.

18 R. Girardet : L’idée coloniale en France (p 97). (L’affirmation et la date ont été maintenues dans la 2e édition p. 149).

19 L’Aurore, « Pénétration pacifique », 29 juin 1904.

20 La Dépêche de Toulouse, 27 mars 1905.

21 L’Aurore, 2 avril 1905.

22 L’Aurore, 7 avril 1905.

23 L’Aurore, 15 avril 1905.

24 L’Aurore, 28 avril 1905.

25 L’Aurore, 10 juin 1905.

26 « Si quelques-uns osent prétendre que notre dignité ne nous permet de rien concéder, que ne l’ont-ils dit plus tôt en se déclarant prêt à soutenir la guerre avec l’Allemagne pour la cause de notre prépondérance au Maroc ». L’Aurore, 29 juin 1905.

27 L’article de l’Aurore du 25 septembre s’intitule « Un point d’arrêt ».

28 Est-il besoin de souligner que le retournement de Clemenceau se situe huit mois avant qu’il n’accède au ministère de l’intérieur, quatorze mois avant qu’il ne forme son cabinet ? Ce ne sont donc pas les responsabilités du pouvoir qui l’ont fait changer d’opinion.

29 Le comte de Saint-Aulaire a raconté dans ses Mémoires : Confessions d’un vieux diplomate (p. 177 et suivantes) comment Clemenceau « anticolonial farouche et résolument hostile à toute intervention militaire au Maroc » fut mis devant le fait accompli.

30 Le Radical, 4 août 1907.

31 Idem, 13 décembre 1907, « Devant les Barbares » article du sénateur Gustave Rivet, directeur politique du journal.

32 Idem, 21 juin 1908.

33 « Pourquoi, tout en n’étant point de sa majorité, avons-nous soutenu jusqu’ici sa politique dans l’affaire marocaine ? Parce que nous l’avons vu tenir tête au parti des grands conquérants coloniaux », écrivait un anticolonialiste aussi décidé que Camille Pelletan, le 29 février 1908.

34 La déformation de ses souvenirs est curieuse à noter et révélatrice. Il déclarait à J. Martet qu’il gardait « la rancune du bec de canard congolais que leur avait lâché Caillaux. Il aurait mieux valu leur donner tout le Congo I ». [On sait que la France reçut au contraire le bec de canard camerounais en échange de la cession de territoires congolais].

35 Est-ce la raison pour laquelle Lyautey détestait Clemenceau, « l’homme qu’il avait le plus haï de sa vie ». (Catroux, Lyautey le Marocain, p. 108).

36 « C’étaient pourtant de vieux amis de la France que les Rhirhas. En 1871 entourés de tribus révoltées, ils étaient seuls restés fidèles. Pour les en récompenser l’État leur prit 9.000 hectares pour créer des villages. Les 4.000 ha qui leur furent laissés, un homme de loi ne tarda pas à leur voler juridiquement » Le Bloc (16 juin 1901). [En 1868 les Righa du douâr Adelia possédaient en réalité 9.323 ha. Les expropriations (1877 et 1881) leur enlevèrent 1.709 ha et les licitations 3.329. En 1900 ils possédaient 4.066 ha].

37 Le Bloc, « Les troubles d’Algérie », (16 juin 1901).

38 Article cité dans mon livre Les Algériens musulmans et la France (1968) p. 974, auquel je me permets de renvoyer pour toute la politique algérienne de Clemenceau.

39 La conclusion de cet article publié dans l’influence Dépêche algérienne (1 octobre 1908) est dans le plus pur style colonial. « Aux Français d’Algérie de se souvenir, s’ils entendent ne point disparaître, que la Constitution de 93 si chère à nos gouvernants porte que la résistance à l’oppression est de la part d’un peuple ou d’une portion de peuple le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

40 Selon la mémoire collective des Algériens, cette affaire de la conscription, de l’« askariya » fut considérée à l’époque comme une des pires violences du colonialisme.

41 Le recensement nominatif prescrit par le décret de 1909 avait montré qu’une classe pouvait fournir quelques 55.000 hommes disponibles, non compris les inaptes et les soutiens de famille.

42 Un manifeste du Comité de défense de l’Algérie française du 5 octobre 1945 rappelait que « de 1916 à 1939 l’Algérie française unanime s’était prononcée avec force contre les trois projets successifs de création d’un collège mixte franco-musulman qui se sont faits jour pendant cette période : en 1916 projet Leygues-Clemenceau, en 1931-1933 projet Viollette, en 1937-1939 projet Blum-Viollette ».

43 A la fin de 1917 les Musulmans algériens avaient déjà fourni à la France quelque 115.000 à 120.000 soldats, les Noirs d’Afrique environ 70.000.

44 Il aurait dit à Jonnart : « Ne me demandez pas de soldats, mais faites en sorte de m’en envoyer le plus possible ». Le 19 juin 1918 Jonnart lui annonça qu’il pourrait fournir les 50.000 hommes demandés. Ces jeunes soldats algériens, qui n’eurent d’ailleurs pas à combattre, Clemenceau entendait qu’ils ne fussent pas « malmenés par leurs cadres » ; de sa main il écrivait le 4 avril 1918 : « Il faut soustraire ces indigènes aux pratiques qui avaient pu être généralement admises en Algérie et qui ne doivent pas être tolérées en France ».

45 « On peut s’étonner de ce que les fiers à bras du libéralisme laissent sans réagir la seule réformette Jonnart l’emporter sur tant de projets plus hardis » écrit G. Meynier dans sa thèse de doctorat L’Algérie révélée, p. 555.

46 Lyautey effrayé écrivait à V. Barrucand : « Je crois la situation incurable. Les colons agricoles français ont une mentalité de purs Boches avec les mêmes théories sur les races inférieures destinées à être exploitées sans merci. Il n’y a chez eux ni humanité, ni intelligence ».

47 Le futur gouverneur Steeg qui assista à l’entrevue a assuré que Clemenceau ponctua l’ordre de quitter son bureau par un retentissant : « Messieurs, je vous em...! ».

48 Pour condamner « l’aventure marocaine », Clemenceau écrivait . « Quand on a des frontières communes avec un peuple n’est-il pas très naturel si l’on est le plus fort de n’en pas tenir trop de compte. Il y a trente quatre ans nous avons reçu une notable leçon à cet égard. Or cette leçon nous éprouvons, paraît-il, le besoin de la rendre, mais pas à ceux qui l’ont donnée » (La Dépêche de Toulouse, 27 mars 1905).

© Éditions de la Sorbonne, 1983

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search