Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’archéologie : science plurielle

 | 
Siegfried Léglise
, 
Florent Mathias
, 
Julien Ripoche

Conclusion

Florent Mathias, Siegfried Léglise und Julien Ripoche

Volltext

1La 11e journée doctorale d’archéologie s’est tenue le 18 mai 2016 sur le thème de « l’archéologie : science plurielle ». L’idée de consacrer le nouvel opus de cette rencontre annuelle à une approche large de notre discipline, offrant des perspectives aussi bien pratiques que théoriques, critiques et épistémologiques, s’est presque imposée d’elle-même. Il s’agissait d’ouvrir une fenêtre de réflexion dans laquelle pourraient s’illustrer toutes les facettes de la recherche archéologique, et offrir aux doctorants la possibilité de présenter leurs recherches dans ce contexte stimulant. Par son aspect transversal et pluridisciplinaire, ce thème a en outre permis de faire intervenir des doctorants extérieurs à l’école doctorale d’archéologie de Paris 1 afin de confronter les enjeux et les problématiques de l’archéologie en lien avec d’autres disciplines.

2Par un heureux hasard du calendrier, l’année 2016 marquait également le trentième anniversaire d’un ouvrage fondamental pour l’épistémologie de l’archéologie : L’archéologie demain (1986) d’Alain Gallay, aujourd’hui professeur honoraire d’archéologie préhistorique et d’ethnoarchéologie à l’université de Genève. Ce dernier a immédiatement accepté, avec plaisir, de contribuer à cette journée doctorale en tant que modérateur, et de partager avec nous le bilan de trente ans de réflexions épistémologiques sur l’archéologie. Nous le remercions chaleureusement d’être venu éclairer et enrichir les débats par son expérience et ses précieux conseils.

3À travers les neuf communications présentées lors de cette journée doctorale, les jeunes chercheurs ont pu offrir un panorama riche et stimulant des enjeux et des problématiques liées à l’archéologie, en interaction constante avec d’autres disciplines. Un grand merci à eux pour la grande qualité de leurs productions, leur enthousiasme, ainsi que leur disponibilité tout au long du processus éditorial. Nos remerciements vont également à Pascal Butterlin, directeur de l’École doctorale d’archéologie, pour sa contribution en introduction du présent volume, ainsi qu’aux directeurs de recherche pour leur relecture des articles présentés ici. Enfin, nous remercions tout particulièrement et très chaleureusement Hélène Criaud, secrétaire de l’ED 112, pour son soutien indéfectible, son investissement en toutes circonstances et son aide précieuse tout au long de cette première expérience d’organisation scientifique et éditoriale.

4La mise en place de cette journée doctorale n’aurait pas pu se faire sans le soutien financier de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, à travers les moyens mis à notre disposition par l’École doctorale d’archéologie et le collège des Écoles doctorales.

5L’étymologie du terme « archéologie » provient du grec arkhaiologia, signifiant littéralement « la connaissance du passé ». En ce sens, l’archéologue s’intéresse à différents aspects d’un site archéologique, autrement dit un « système ». Cela concerne le paysage aux alentours du site étudié (environnement), son territoire (géographie), la société qui l’occupe (sociologie), ses habitants (anthropologie), leur production et leur commerce (économie), leur langage et leurs écritures (linguistique), leur artisanat (technologie) ou leur art (histoire de l’art). Ainsi, l’archéologue applique une approche dite globale par le biais de méthodes d’analyse diverses autant au niveau de leurs approches, que de leurs moyens et leurs objectifs. Il puise dans différentes disciplines afin de répondre à certaines de ses problématiques : la Physique et la Chimie (pour des datations ou la caractérisation de matériaux), les Sciences de la Terre (pour la reconstitution environnementale et climatique d’un site archéologique), la Biologie (pour des études zoologiques ou botaniques), les Mathématiques et l’Informatique (pour la création de modèles à partir de statistiques ou du traitement d’images) et des techniques d’Ingénierie (pour les travaux sur le terrain ou en laboratoire). Cette diversité des approches permet à l’archéologue de répondre à ses problématiques de recherche de la manière la plus précise et la plus complète. Cependant, l’archéologue ne peut devenir spécialiste « en tout », mais doit être un utilisateur averti de ces méthodes en connaissant leurs possibilités et leurs limites afin de pouvoir les utiliser efficacement et avec pertinence (Djindjan, 2011).

6Dans le cadre de la 11e journée doctorale d’archéologie « L’archéologie : science plurielle », cette approche globale exercée par l’archéologue a surtout été illustrée par deux domaines : l’archéologie funéraire et l’étude de la céramique, de l’étude de ses matières premières en passant par sa fabrication et son utilisation.

7Dans le cadre de l’étude d’une nécropole néolithique au Soudan, E. Maines adopte une approche relevant à la fois de la bioanthropologie et de l’archéologie funéraire. L’emploi de ces deux disciplines complémentaires lui permet de s’interroger sur différents aspects du contexte funéraire : l’identité des inhumées, la préparation du cadavre et la reconstitution de la tombe. Ainsi, en s’intéressant aux sépultures et aux individus, il s’agit de restituer des informations concernant le traitement des morts et l’organisation des cimetières, mais aussi de traiter des questions d’ordre biologique ou culturel d’une population.

8Concernant l’étude de la céramique, nous pouvons citer la communication de M. Jean qui s’intéresse tout particulièrement à la sélection et aux traitements des matériaux nécessaires pour la production potière à Tell Arqa, au Liban, durant le IIIe millénaire av. J.-C. Afin de mener cette approche pétrographique et de comprendre les modes de sélection et de traitement des matières premières, il s’agit d’utiliser des outils issus de la géologie, avec la pétrographie, et de l’étude de la céramique archéologique, avec une caractérisation morphologique et stylistique menant à une classification typofonctionnelle. Ces deux approches permettent de mettre en lumière la chaîne opératoire de fabrication des productions céramiques, mais aussi de discuter du choix de la matière première par les populations étudiées et de son origine. Cette dernière information conduisant à s’interroger sur d’éventuels réseaux d’échanges dans la région. Dans une approche technofonctionnelle et traitant de l’ensemble de la chaîne opératoire de la production de céramique, P. Debels va s’intéresser à la sélection des matières premières, aux techniques de fabrication et à l’utilisation des poteries du Néolithique final du sud de la France. Elle précise que ces différentes problématiques sont intimement liées dans le cadre de la production céramique dans la mesure où les matières premières et les techniques de fabrication sont choisies selon leurs propriétés physiques ou chimiques, et par conséquent, selon la fonction que l’on souhaite attribuer à une céramique. Pour caractériser les propriétés chimiques des composants utilisés, les propriétés physiques des techniques de fabrication et les traces d’usure issues de l’utilisation des céramiques, P. Debels insiste sur les apports indispensables provenant de la démarche expérimentale et des observations ethnographiques auprès d’artisans potiers. Dans cette optique, A. Chantran utilise ce même raisonnement afin de mettre en lumière les pratiques culinaires au bas Moyen Âge dans le nord de la France. Néanmoins, elle place la focale sur la nécessité de confronter le point de vue de différents spécialistes et de mettre en place un dialogue transdisciplinaire, notamment entre archéologue médiéviste, archéozoologue, archéobotaniste et céramologue. Ce dialogue, s’appuyant sur l’expertise de chaque spécialiste, permet d’appréhender les pratiques culinaires médiévales dans ses différents aspects et d’en avoir une vision globale. Par cet exemple, on constate que l’aspect transdisciplinaire de l’Archéologie repose essentiellement sur le dialogue et la collaboration entre différents spécialistes. Ce point est clairement soulevé par J. Gravier et L. Hermenault dans le cadre d’un regard croisé sur l’espace urbain mêlant des approches provenant de l’Archéologie, de la Géographie et de l’Histoire.

L’interdisciplinarité appartient à la définition même de l’archéologie. Pour interpréter ses données, l’archéologue a besoin des autres. Il n’est d’ailleurs pas le seul ; mais lui le sait et le revendique.
(Demoule 2012, p. 32)

9En parallèle des nouveaux questionnements posés par le processualisme (ou New Archeology), le recours aux disciplines scientifiques dans la résolution de problématiques archéologiques débute concrètement dans les années 1960 et connaît depuis un fort développement encore perceptible aujourd’hui. Les disciplines mobilisées sont nombreuses, que ce soit concernant l’analyse des matériaux (biologie, physique, etc.) ou du terrain (topographie, géographie, sédimentologie, etc.). Les bénéfices obtenus à partir de ces méthodes sont nombreux. Les archéologues ont, par exemple, profité d’avancées déterminantes dans le domaine des datations grâce à de nouvelles méthodes et à l’accroissement de leur précision. Plus récemment notre connaissance des dynamismes de déplacements et d’échanges entre populations a largement bénéficié du développement de la génétique et analyses isotopiques dans notre domaine (Jay et al., 2012 ; Olalde et al., 2017 concernant la diffusion du phénomène campaniforme). Si un dialogue s’est naturellement noué dès l’origine entre historiens et archéologues, et assez tôt concernant les sciences humaines (notamment dans le monde anglo-saxon, voir par exemple G. Childe 1930, concernant l’âge du Bronze), le développement d’une archéologie processuelle et l’importance accordée aux processus sociaux, technologiques, religieux et culturels ont aussi participé à la plus grande prise en compte des travaux sociologiques, ethnologiques et linguistiques notamment dans les problématiques archéologiques. De nombreuses publications produites ces dernières décennies démontrent l’apport essentiel de ce dialogue interdisciplinaire sur le plan théorique. On peut citer parmi de nombreux ouvrages francophones existants : Une archéologie théorique de J.-C. Gardin (1979) et pour une ethnoarchéologie théorique de A. Gallay (2011) qui renvoient tantôt à la méthode tantôt au dialogue interdisciplinaire et plus récemment Éléments de classification des sociétés de A. Testart (2005) et Mais où sont passés les Indo-Européens ? de J.-P. Demoule (2014) qui participent quant à eux à renouveler des pans anciens de recherches en s’appuyant sur des données abondantes issues de disciplines variées. Enfin cette démarche transdisciplinaire constitue historiquement un axe de recherche et d’enseignement théorique essentiel au sein de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et des unités de recherches qui lui sont rattachées.

10Dans le cadre de cette journée doctorale plusieurs communications permettent d’illustrer cette démarche. Les recherches de Julie Gravier et Léa Hermenault, ainsi que celles de Cyril Lachèze intègrent questionnements historiques, archéologiques et géographiques au sein d’un champ de recherche, à savoir l’archéologie moderne et contemporaine, longtemps marginalisée à tort dans notre discipline. La première de ces deux communications, « Faire dialoguer l’archéologie, la géographie et l’histoire : les enjeux de l’interdisciplinarité entre trois sciences humaines », nous amène, au regard des expériences de ces deux auteures et d’exemples issus de leurs travaux de recherches, à envisager toute la portée heuristique du dialogue interdisciplinaire. Les facteurs, contextes et points de connexions propices à ce dialogue sont ensuite présentés sur un plan méthodologique et pratique. La seconde « Utiliser les sources textuelles en archéologie moderne et contemporaine », particulièrement didactique, souligne plusieurs difficultés rencontrées par les archéologues vis-à-vis des sources qui sont utiles à leurs recherches. L’auteur nous offre ensuite plusieurs clefs de lectures en vue de parvenir à l’identification, l’analyse et l’exploitation de sources textuelles, plus particulièrement pour les périodes modernes et contemporaines.

11La communication d’E. Maines, « Diversité biologique et archéologie de la mort – Une approche populationnelle et culturelle du Néolithique soudanais (Haute Nubie) » reprend un débat, déjà ancien, concernant l’anthropologie funéraire en termes d’approches biologique et sociale. L’auteure nous y expose toute la nécessité de ce dialogue sociobiologique dans la perception du « temps funéraire » pour nous présenter, sur le plan méthodologique et à partir de cas concrets, toute l’importance de l’utilisation conjointe de ces deux approches.

12L’héritage processualiste nous a transmis une conception de l’archéologie offrant de nombreuses perspectives d’évolutions et de recherches, en ce que la discipline peut être envisagée comme une « anthropologie des sociétés passées » (Binford 1962). Cela ne va pas sans complexifier considérablement le travail de l’archéologue, en ouvrant à la discipline des possibilités allant bien au-delà d’approches simplement compilatoires, descriptives et matérialistes. Le problème est courant en anthropologie : c’est celui de la confrontation d’un point de vue émique des populations étudiées et celui, étique, du chercheur. L’impossibilité d’une observation participante pour l’archéologue complique encore davantage les choses. Il s’agit donc d’appréhender les sociétés humaines de manière holistique, sans pour autant se départir de la rigueur méthodologique nécessaire.

13Les communications présentées lors de cette 11e journée doctorale ont permis de souligner, chacune à leur manière, les relations d’interdépendance qui peuvent exister entre l’archéologie et une grande variété d’autres sciences, humaines comme « dures ». Ces présentations mettent en évidence un éventail d’approches multi-scalaires, de l’objet (P. Debels, M. Jean) au corps (E. Maines), en passant par les sources textuelles (C. Lachèze), l’analyse de l’espace urbain (L. Watkins, J. Gravier et L. Hermenault), des pratiques culinaires (A. Chantran) et de l’économie (C. Millot-Richard). Enfin, B. Pasquini nous rappelle à juste titre que toute science se doit d’avoir une éthique. À travers l’exemple essentiel des vestiges humains, l’auteure questionne le rapport de l’archéologue à son objet d’étude. Elle souligne la responsabilité du chercheur face à un patrimoine commun et l’importance de rendre des comptes à la société quant aux résultats de ses travaux.

14Loin de se limiter à l’image caricaturale que les médias ou le cinéma peuvent donner de notre discipline, l’archéologie joue encore aujourd’hui un rôle politique prépondérant dans la construction des nations et des identités culturelles. Son exploitation sous le IIIe Reich (Schnapp 2003) et dans la redéfinition des frontières des Balkans (Demoule 2002) a largement démontré quelles dérives pouvaient entraîner une archéologie sans compas moral. De l’échelle de l’individu à celle d’une communauté, d’un groupe ethnique ou d’une nation, toutes les sensibilités sont à prendre en considération.

15À l’issue de cette journée doctorale, il a été démontré tout au long de ces neuf présentations, ponctuées de débats stimulants, que l’archéologie était une science protéiforme, avec un objet propre, une méthode, et des interrogations spécifiques. Toutefois, la richesse et l’originalité de la discipline résident dans sa capacité, en constante évolution, à tirer parti des apports spécifiques d’autres sciences connexes afin d’approcher au plus près l’ensemble des aspects des sociétés humaines.

16Pierre-Simon Ballanche écrivait en 1813 que « l’avenir est le fils du passé ». En cela, l’archéologie est une science totale, nécessaire et résolument actuelle, qui, par ses enjeux et ses problématiques, joue un rôle déterminant dans la compréhension et l’accomplissement de notre humanité.

Literaturverzeichnis

Binford L. (1962) – « Archaeology as Anthropology », American Antiquity, vol. 28, 2, p. 217-225

Childe G. (1930), The Bronze Age, Cambridge.

Demoule J.-P. (2002) – « La responsabilité́ des archéologues dans la construction des nationalismes modernes », Raison présente, 142, p. 15-30.

Demoule J.-P. (2012) – « L’intégration inter-disciplinaire en archéologie », dans Sophie A. de Beaune, H.-P. Francfort (dir.), L’archéologie à découvert. Hommes, objets, espaces et temporalités, Paris, CNRS Éditions, p. 32-38.
DOI : 10.4000/books.editionscnrs.11225

Demoule J.-P. (2014) – Mais où sont passés les Indo-Européens ? Mythe d’origine de l’Occident, Paris, Seuil.

Djindjan F. (2011) – Manuel d’archéologie. Méthodes, objets et concepts, Paris, Armand Colin.

Gallay A. (1986) – L’archéologie demain, Paris, Belfond.

Gallay A. (2011) – Pour une ethnoarchéologie théorique, Paris, Errance.

Gardin J.-C. (1979) – Une archéologie théorique, Paris, Hachette.

Jay M., Parker Pearson M., Richards M., Nehlich O., Montgomery J., Chamberlain A., Sheridan A. (2012) – “The Beaker People Project: an Interim Report on the Progress of the Isotopic Analysis of the Organic Skeletal Material”, dans M.-J. Allen, J. Garfiner, A. Sheridan (dir.), Is there a British Chalcolithic? People, Place and Polity in the Late 3rd Millennium, Oxford, Oxbow, p. 226-236

Olalde I. et al. (2017) – “The Beaker Phenomenon and the Genomic Transformation of Northwest Europe”, Nature, International journal of science.
DOI : 10.1038 / nature25738

Schnapp, A. (2003), « L’autodestruction de L’archéologie allemande sous le régime nazi », Vingtième Siècle, 78, p. 101 -109.
DOI : 10.3917/ving.078.0101

Testart A. (2005) – Éléments de classification des sociétés, Paris, Errance.

Autoren

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112,
UMR 8215 – Trajectoires,
Thèse sous la direction de François Giligny, « Forger le ciel aux Âges des métaux : Représentations, imaginaire et connaissances célestes dans le Nord-Ouest de l’Europe entre 2500 et 500 av. J.-C. ».

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112,
Équipe Ethnologie préhistorique, UMR 7041 ArScAn Archéologie et Sciences de l’Antiquité,
Thèse sous la direction de Marianne Christensen, « Nouvelles caractérisations fonctionnelles de l’outillage en os d’oiseau des chasseurs-cueilleurs maritimes de Patagonie ».

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112,
UMR 8215 – Trajectoires,
Thèse sous la direction de François Giligny, « Traditions céramiques et dynamiques culturelles à la transition des IIIe et IIe millénaires en Bretagne : genèse de l’âge du bronze et interactions en Europe Atlantique (2300-1750 av. J.-C.) ».

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen