Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie : science plurielle

 | 
Siegfried Léglise
, 
Florent Mathias
, 
Julien Ripoche

Les os de la discorde

L’émergence des sensibilités liées aux restes humains en archéologie

Béline Pasquini

Résumé

Les premiers mouvements de revendications liés à la fouille des restes humains sont apparus dans les pays anglo-saxons au cours des années 1970. Aujourd’hui, de nouvelles sensibilités émergent en Europe, comme en témoignent les débats ayant eu lieu ces dernière années autour de plusieurs fouilles en Angleterre et en France. Les demandes de réinhumation avancées par certaines communautés nous poussent à interroger les notions d’éthique et de respect dans le traitement des restes humains archéologiques. Les manifestations du respect dû aux morts sont en effet éminemment subjectives et varient énormément selon les cultures et les individus. Dès lors, les archéologues peuvent adopter plusieurs stratégies pour tenter de répondre aux revendications d’une manière qui satisfasse à la fois les sensibilités de certains groupes et les besoins de la science. D’une part, ils peuvent sensibiliser le public à l’intérêt de leurs recherches et, d’autre part, ils peuvent parfois trouver des compromis acceptables pour toutes les parties impliquées. Il semble cependant important de rester vigilant afin de défendre les intérêts de la science et de prévenir l’arrivée de réglementations préjudiciables à la recherche, comme on a pu le voir ces dernières décennies aux États-Unis et en Angleterre.

In archaeology, the disposal of human remains first emerged as a problem in Anglo-Saxon countries in the 1970s. The past decades have witnessed new points of focus in Europe, as indicated by some cases in England and France. In these countries, local communities have sometimes requested the reburials of human remains for respect, which calls into question the ethics of archaeology. Although the treatments of the deceased vary between different cultures and individuals, multiple solutions are available to appease local sentiments while operating scientific research. The archaeologists have the responsibility to explain the significance of their projects to the locals. Negotiations and compromises may be achievable through communications, understanding, and trust between the public and the researchers. Beyond dialogues, archaeologists need to be affirmative in defending scientific research and endeavour to avert disadvantageous laws similar to those passed in the US and England in the past decades, which have fundamentally hindered archaeological studies.

Texte intégral

L’auteur remercie le professeur John Cherry, dont le séminaire « Ethical Issues in Archaeology » à Brown University a suscité les réflexions à l’origine de cet article.

« Aucun secteur nest à labri du questionnement éthique, et nul ne peut, à cet égard, se targuer dune position de surplomb. »
Gérard Toulouse (s.d.).

1Dans l’exercice quotidien de sa profession, l’archéologue étudie souvent des sociétés anciennes ayant une filiation culturelle avec les sociétés actuelles. L’intérêt du public pour les recherches archéologiques est fondé sur sa curiosité pour les résultats scientifiques, mais aussi sur le sentiment de cette filiation culturelle, réelle ou fantasmée. Lors de la préparation de son travail de terrain puis pendant la fouille elle-même et enfin au moment de la présentation de ses résultats, l’archéologue est fréquemment au contact du public (par exemple à travers ses relations avec les populations voisines des sites archéologiques) ainsi que des hommes politiques et des journalistes. Il exerce ainsi sa profession « dans » et « pour » la société contemporaine. De ce fait, la recherche de bonnes pratiques en archéologie se doit d’interroger la notion d’éthique professionnelle de l’archéologue. Jusqu’à récemment, les archéologues français ont souvent montré un intérêt modéré pour les questions éthiques. Cette situation est en train d’évoluer, notamment autour de la question de la fouille et de la gestion des restes humains, qui suscite depuis quelques années des interrogations nouvelles. Dans les lignes qui suivent nous traitons de l’émergence de ces sensibilités et leurs conséquences sur la pratique archéologique. À travers l’exposé de plusieurs exemples en France et au Royaume-Uni, nous abordons les problèmes posés par la fouille et le devenir des restes humains, l’attitude des archéologues et des décideurs politiques et administratifs face aux réactions hostiles de certains groupes, ainsi que les stratégies qu’ils peuvent adopter pour tenter de concilier éthique et pratique scientifique. Mieux appréhender cette thématique dès aujourd’hui permettrait aux archéologues d’élaborer une ligne de conduite et de s’organiser face à la transformation des mentalités.

L’émergence de la question éthique en archéologie

  • 1 Les Makahs furent par exemple formés à la stabilisation, à la conservation et au stockage des objet (...)

2En archéologie américaine, la question de l’éthique s’impose dès les années 1970 dans le débat public, suite aux revendications des peuples autochtones concernant la fouille et l’étude des sites amérindiens, en particulier ceux contenant des restes humains (Lynott, 2003). Des problématiques similaires émergent à la même période dans d’autres pays anglo-saxons comme le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les archéologues anglo-saxons s’adaptent, notamment en développant le concept de community archaeology, qui a pour objectif d’inclure dans les projets de recherche les groupes qui, pour des raisons diverses, s’intéressent à un site. L’un des projets emblématiques des débuts de la community archaeology est la fouille du site d’Ozette aux États-Unis, un village de baleiniers de la tribu Makah, par l’archéologue Richard Daugherty à partir de 1970. Celui-ci voyait le partenariat avec les membres contemporains de la tribu Makah comme un aspect fondamental du programme de recherche et affirmait que « l’un des buts premiers du projet était de faire en sorte que ces fouilles archéologiques soient compréhensibles et qu’elles aient du sens pour l’actuelle génération de Makahs1 » (Marshall, 2002). Depuis cette expérience pionnière, la community archaeology est largement pratiquée par les archéologues d’Amérique du Nord et d’Océanie. Ces efforts des archéologues pour inclure les communautés sont complétés par l’élaboration de codes d’éthique archéologique, qui mettent souvent au centre de leurs préoccupations le respect des groupes affiliés aux sites et des restes humains. La Society of Professional Archaeologists (SOPA) est pionnière en la matière (1976) et sera suivie de nombreuses autres organisations, comme l’Archaeological Institute of America, la Society for American Archaeology, la Canadian Archaeological Association ou le World Archaeological Congress, majoritairement à partir des années 1990 (Pasquini et Vandevelde, sous presse).

3Malgré ces démarches, les points de tension et de conflit demeurent, en particulier sur la question de la propriété et de la gestion des restes humains. Au États-Unis, le vote du Native American Graves Protection and Repatriation Act (NAGPRA) en 1990 est un choc inattendu pour les archéologues américains (Lynott, 2003, p. 23). Selon cette loi, les agences fédérales et les institutions qui bénéficient d’un financement fédéral doivent restituer les restes humains et les objets culturels amérindiens qu’ils fouillent aux descendants et aux tribus indiennes considérées comme culturellement affiliées. Si l’application du NAGPRA est rarement remise en cause lorsqu’il s’agit de restes récents, le matériel très ancien pouvant nous renseigner sur les dynamiques de peuplement du continent américain soulève des questions, en particulier parce qu’il est souvent difficile de le rattacher aux tribus vivant actuellement sur les territoires. L’affaire de « l’homme de Kennewick », dont le squelette, daté de 9000 BP, a été retrouvé dans l’État de Washington en 1996, est emblématique de ces difficultés : une longue bataille juridique opposa les scientifiques et les tribus indiennes, les uns voulant étudier le squelette, les autres le réinhumer immédiatement. L’étude (finalement autorisée) montra que l’homme de Kennewick était lié génétiquement aux Amérindiens (Rasmussen et al., 2015), ce qui suscita immédiatement de nouvelles demandes de la part des tribus locales, qui procédèrent à sa réinhumation en 2017.

4En Europe, en l’absence de revendications de peuples autochtones, la situation paraît moins complexe. Pourtant, dans certains pays, comme le Royaume-Uni, certaines fouilles suscitent des controverses dès les années 1960. En France, les polémiques sont plus récentes. Dans la partie qui suit, nous exposons quelques exemples de débats issus de ces deux pays européens.

Quelques débats en Angleterre

  • 2 Intervention de Lord Derwent, citée par Sayer, 2010, p. 52.

5Les premiers débats liés à la fouille des restes humains apparaissent en Angleterre au cours des années 1960. L’un des cas emblématiques de ces controverses est l’étude des restes d’Anne Mowbray, inhumée en 1481. Son cercueil en plomb, découvert lors de travaux à Londres en 1964, est rapidement transmis aux archéologues du London Museum qui établissent l’identité de la défunte. Anne Mowbray, décédée à l’âge de huit ans, était duchesse d’York et l’épouse de Richard de Shrewsbury, l’un des princes de la Tour et figure emblématique de la guerre des Deux-Roses. La presse couvre largement l’événement et bientôt, des membres de la famille de la défunte, dont l’héritier du titre, Lord Mowbray, demandent la cessation des analyses et la réinhumation du corps. L’affaire remonte jusqu’au Parlement où l’on pose la question de l’utilité du travail des archéologues : « Lords, je m’excuse d’insister, mais aucune des choses supposées avoir été découvertes a-t-elle réellement le moindre intérêt historique ?2 » Finalement, les archéologues obtiennent de pouvoir finir leur travail avant que le corps ne soit solennellement enterré à l’abbaye de Westminster (Sayer, 2010, p. 49).

  • 3 Cité dans Lilley, Stroud, Brothwell et Williamson, 1994, p. 300.

6Un exemple plus récent, mais tout aussi éclairant sur l’ampleur que prennent parfois les controverses outre-Manche, est le cas de la fouille préventive du cimetière juif médiéval de Jewbury, à York, dans les années 1980. Les archéologues du York Archaeological Trust, en charge de la fouille, se rapprochèrent, dès le début des opérations, du grand rabbin de la ville qui transmit le désir du Beth Din (« le tribunal rabbinique ») de voir les restes réinhumés au plus vite : « Nous sommes convaincus que le respect de la dignité des restes humains, même des siècles après la mort, peut contribuer mieux que n’importe quelle recherche scientifique à l’avancement de la civilisation humaine et à l’accroissement du respect que les êtres humains se portent les uns aux autres3. » Suite à cette demande, le Home Office requit la cessation de toutes les études en cours et une réinhumation des restes (Sayer, 2010, p. 81)

  • 4 Les mouvements néo-druidiques sont des mouvements religieux qui apparaissent à partir du xviiie siè (...)

7Toujours dans le domaine religieux, l’affaire des squelettes du musée Alexander Keiller est particulièrement intéressante, car elle fut à l’origine de la réalisation de sondages d’opinion sur les restes humains archéologiques. En 2006, le Conseil des Ordres Druidiques Britanniques (Council of British Druid Orders) demande qu’on lui confie les restes humains préhistoriques conservés dans le musée du site mégalithique d’Avebury, le musée Alexander Keiller, afin que ces groupes néo-païens puissent les inhumer, en accord avec leurs croyances4. Historic England et le National Trust, des associations de préservation du patrimoine, s’emparent alors de la question et affirment qu’il leur semble important que « ceux qui ont fait cette demande puissent voir [qu’ils l’ont] considérée sérieusement » (Thackray et Payne, 2010). Elles organisent en 2009 une consultation sur la réinhumation de ces restes. Les participants incluent des leaders religieux du Royaume-Uni, des organisations religieuses, des professionnels du secteur du patrimoine, ainsi que des personnes issues du « grand public ». En tout, les initiateurs du projet obtiennent des réponses de 73 groupes et de 567 individus. Les résultats de la consultation montrent que la majorité des répondants pense que les restes ne doivent pas être réinhumés : au contraire, les organisateurs récoltent un large soutien pour leur conservation en musée afin qu’ils puissent être étudiés par les scientifiques (fig. 1) (Thackray et Payne, 2010). Afin d’obtenir des résultats plus représentatifs du grand public, ils commandent également un sondage d’opinion effectué sur un échantillon de 1000 Britanniques âgés de plus de dix-huit ans. L’objectif visé est de savoir si la population pense que les musées en général doivent être autorisés à exposer des restes humains et à les conserver dans un but de recherche. Il apparaît qu’une très large majorité (91 %) de la population pense que les musées doivent avoir l’autorisation d’exposer des restes humains ainsi que de conduire des recherches à leur sujet, tant que cela est fait avec respect (« sensitively »). D’autres institutions ont mené des sondages similaires au Royaume-Uni ces dernières années. Ainsi, le comté du Cambridgeshire a-t-il mené en 2004 une enquête sous la forme d’un questionnaire distribué dans les musées (Cambridgeshire County Council, 2006) pendant une période de quatre mois. Sur les 220 réponses recueillies, une majorité (70 %) de personnes pense que les restes humains faisant l’objet d’une fouille devraient être réinhumés. Toutefois, 88 % des personnes interrogées sont d’accord pour que ces mêmes restes soient conservés pour étude s’ils ont un intérêt scientifique (fig. 2).

Fig. 1 : Extrait des résultats de la consultation publique organisée par English Heritage et le National Trust au sujet du devenir des restes humains du musée Alexander Keiller

Fig. 1 : Extrait des résultats de la consultation publique organisée par English Heritage et le National Trust au sujet du devenir des restes humains du musée Alexander Keiller

Source : Thackray et Payne 2010, p. 4-5.

Fig. 2 : Résultats de l’enquête sur la conservation des restes humains menée dans les musées du Cambridgeshire

Fig. 2 : Résultats de l’enquête sur la conservation des restes humains menée dans les musées du Cambridgeshire

Source : Cambridgeshire County Council, 2006.

8Malgré ces tentatives de dialogue et de conciliation, les archéologues anglais et gallois ont vu la réglementation concernant les restes humains se durcir subitement en 2008, lorsque le Ministry of Justice modifie l’interprétation de la loi régissant l’activité de l’archéologie funéraire outre-Manche. Selon la nouvelle interprétation, tous les restes humains nouvellement fouillés doivent être systématiquement réinhumés dans un délai de deux ans, y compris les restes préhistoriques (Parker Pearson, Schadla-Hall et Moshenska, 2011). Cette décision, imposée d’autorité, sans aucun dialogue avec les archéologues, est une véritable catastrophe pour la recherche scientifique. Un tel scénario serait-il imaginable en France ? La séparation de l’Église et de l’État et la forte tradition de laïcité qui l’accompagne y produit une atmosphère de recherche très différente de celle de l’Angleterre, où les membres de communautés religieuses occupent une place importante. Dans les lignes qui suivent, nous développons deux cas de fouille de restes humains ayant suscité la polémique ces dernières années dans l’Hexagone.

Quelques débats en France

  • 5 Comme Vendée Militaire, Vérité pour la Vendée ou l’Association des Descendants des Chouans et des V (...)

9Certaines fouilles ont provoqué des réactions contrastées de la part du public ces dernières années en France. La fouille de l’un des charniers de la bataille du Mans, réalisée par l’Inrap en 2009, est une illustration frappante des problématiques multiples qui peuvent émerger lors de l’exhumation de restes humains. La bataille du Mans est un épisode de la Virée de Galerne, campagne de la guerre de Vendée de 1793, au cours de laquelle des milliers de Vendéens trouvèrent la mort. La question du devenir des ossements prend, dès 2009, un tour politique, avec l’intervention de nombreux élus de tous bords (Delavaud, 2016a), de diverses associations, d’historiens et darchéologues. Plusieurs lieux de conservation sont proposés pour les ossements. Les associations de défense de la mémoire de la guerre de Vendée5 militent pour une réinhumation dans des lieux de culte (Les Herbiers, 2016). D’autres, comme la Société des amis de la Révolution française, demandent une conservation au musée d’Archéologie et d’histoire de la ville du Mans (Société des amis de la Révolution française, 2016). Certains élus enfin, ainsi que l’association Le Mans-Virée de Galerne, évoquent un autre musée, l’Historial de Vendée.

  • 6 Le maire du Mans Jean-Claude Boulard (PS), le président du Conseil départemental vendéen Yves Auvin (...)

10Confrontés à ces polémiques, plusieurs élus6 décident de confier à une archéo-anthropologue, Élodie Cabot, chargée de l’étude des restes, et à un historien, Alain Gérard, la mission de proposer un lieu de dépôt. Ces élus précisent toutefois qu’ils sont favorables à ce que ces restes « puissent rejoindre un lieu à dimension mémorielle et que les pièces historiques recueillies fassent lobjet dune valorisation culturelle » (Delavaud 2016b).

11Dans le même temps, la crainte d’une issue favorable aux associations royalistes pousse trente professeurs et maître de conférences à faire connaître publiquement leur avis sur la question. Dans une lettre ouverte à la DRAC des Pays de la Loire, ils dénoncent une « œuvre de réinterprétation de l’histoire, au mépris des travaux de la recherche universitaire sur la Révolution » (Société des amis de la Révolution française, 2016). Parallèlement à cette initiative, Jean-Clément Martin, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, affirme dans une lettre à la DRAC qu’ « il serait souhaitable que les différents courants historiographiques qui sont actifs sur la question des guerres de l’Ouest [...] soient représentés dans le comité scientifique ». Il ajoute qu’il serait utile, afin de favoriser une réconciliation nationale, « que ces ossements puissent être réinhumés dans un ossuaire situé dans la ville du Mans » (Société des amis de la Révolution française, 2016).

12En avril 2016, l’historien Alain Gérard rend aux élus ses conclusions sur la destination des restes. Il propose deux lieux, exprimant selon lui « le point de vue de l’historien » et celui de « la réconciliation nationale ». Le premier est un musée, l’Historial de Vendée. Le second est un lieu de culte, l’église abbatiale de Saint-Florent-le-Vieil, point de départ de la campagne de la Virée de Galerne, qui dispose d’une crypte permettant « d’accueillir dignement ces restes humains », sans enfouissement définitif, car « les progrès futurs des méthodes archéologiques exigent une possible réversibilité dans la conservation des restes » (Delavaud, 2016c). Les conclusions de l’archéo-anthropologue Élodie Cabot ne sont toutefois pas encore publiées à l’heure où nous rédigeons cet article, et la décision finale appartiendra à la DRAC.

13La fouille du cercueil de Louise de Quengo est un autre bon exemple d’opération ayant suscité des débats, car elle a fait l’objet d’une large publicité : Ouest-France, Le Point, Télérama ou encore The Guardian lui ont consacré des articles. Lors de la fouille du couvent des Jacobins, réalisée par l’Inrap en 2013 à Rennes, les archéologues exhument un sarcophage en plomb contenant le corps et les vêtements admirablement conservés d’une femme du xviie siècle. L’Inrap publie alors plusieurs documents pour médiatiser cette découverte, dont une vidéo intitulée L’exceptionnelle sépulture de Louise de Quengo, dame du xviie siècle (Inrap, 2015). La fouille suscite des réactions enthousiastes, comme l’article de Bernadette Arnaud dans Sciences et Avenir (Arnaud, 2015) ou encore celui de Luc Le Chatelier dans Télérama (Le Chatelier, 2015). D’autres réactions sont plus mitigées, voire violentes, comme celle de Frédéric Lewino qui signe en juin 2015 un article dans Le Point, rédigé suite au visionnage de la vidéo de l’Inrap, et dans lequel il commente ironiquement : « Après avoir éventré son cercueil, les archéologues ont eu la bonne surprise de découvrir Louise de Quengo aussi fraîche quà sa mort. » Il est également question de « viol de sépulture » et les archéologues sont présentés comme « des gosses devant un œuf Kinder » (Lewino, 2015). Après avoir été étudiés, les restes de Louise de Quengo furent réinhumés, suite à la demande de ses descendants.

14Les polémiques liées aux fouilles du charnier de la Virée de Galerne au Man et du couvent des Jacobins à Rennes semblent montrer qu’une partie du public français est plus sensible que par le passé au devenir des restes humains d’origine archéologique et manifeste une inquiétude concernant le respect dû aux défunts. Mais qu’est-ce qui est respectueux et qu’est-ce qui ne l’est pas ? En un mot, qu’entend-on exactement par respect ?

Le respect des restes humains : de quoi parle-t-on ?

15En France, le respect dû au corps humain est une obligation légale, encadrée par la loi no 94-653 du 29 juillet 1994 « relative au respect du corps humain ». Il y est affirmé que « la loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de lêtre humain dès le commencement de sa vie » (art. 16) et que « chacun a droit au respect de son corps » (art. 16-1). En outre, on lit dans la section 4 du Code pénal, dédiée aux « atteintes au respect dû aux morts » que « toute atteinte à lintégrité du cadavre, par quelque moyen que ce soit, est punie dun an demprisonnement et de 15 000 euros d’amende » (article 225-17).

16En Europe, certains groupes accusent parfois les archéologues de « manquer de respect » envers les morts. Pourtant, la plupart des archéo-anthropologues ont un respect indéniable pour les défunts qu’ils fouillent. Dans leur article « Y a-t-il un cadavre dans la tombe ? Paroles d’archéologues », Lola Bonnabel et Anne Richier recueillent des témoignages éloquents : « Pour moi, il y a un humain à sauver, un respect à avoir par-delà la mort », ou encore « pour préserver, il faut être sensible », nous disent certains anthropologues. Les tensions entre les archéologues et une certaine partie du public ne trouvent donc pas leur source dans la présence ou l’absence de respect, mais dans la forme que devrait prendre ce respect. Comme le remarque l’archéologue américaine Lynne Goldstein :

L’éthique est une construction culturelle. [...] En tant qu’anthropologues, nous sommes tous bien conscients que le traitement des morts est très variable et déterminé par la culture. Il n’existe pas une manière unique et correcte de traiter les morts à des périodes, dans des cultures et dans des lieux différents, mais il existe une grande variété de traitements, allant d’un traitement sommaire du défunt aux rituels funéraires complexes avec mise en place de pièges à destination de ceux qui dérangeraient la tombe dans le futur. (Goldstein et Kintigh, 1990, p. 586)

17Alors qu’un archéologue envisagera une conservation en caisses dans un dépôt comme une option acceptable et respectueuse, d’autres pourront penser qu’elle est inadaptée. L’incompréhension tient donc plutôt à ce que la règle d’or de l’éthique (« Ne fais pas à autrui ce que tu ne souhaiterais pas que l’on te fasse » [Toulouse, s. d.]) renvoie au plus intime de nos subjectivités et de notre rapport à la mort : il n’y a pas de vérité absolue à propos de ce qui est respectueux et de ce qui ne l’est pas. Ainsi, les désaccords sont presque inévitables lorsque les archéologues se trouvent face à des individus ou des groupes dont la vision du respect est différente de la leur (Scarre et Scarre, 2006, p. 10). La question devient encore plus complexe si l’on considère non seulement les manifestations du respect, mais aussi ses motivations. Qui respecte-t-on et pourquoi ? Le respect dû aux restes humains est-il en fait un respect masqué pour les vivants (groupes culturellement affiliés et descendants) ? Ou s’agit-il d’un respect dû au mort lui-même ? (Scarre et Scarre, 2006, p. 10)

18Si l’on part du principe que les morts sont définitivement morts et que l’on ne peut heurter une chose qui ne ressent plus rien, alors le respect que nous leur devons serait dirigé à l’intention des vivants, notamment les communautés affiliées et les descendants. Parfois, comme dans le cas du cimetière de Jewbury à York, l’inquiétude pour les restes humains est essentiellement liée aux croyances d’une communauté qui se préoccupe uniquement du mort lui-même. Mais souvent, les revendications prennent aussi un tour politique. Les exemples de politisation du débat sont nombreux : les premières revendications des communautés indiennes aux États-Unis au moment de l’essor du postcolonialisme, le charnier de la Virée de Galerne au Mans, ou encore les fouilles de l’African Burial Ground à New York dans les années 1990, pendant lesquelles la communauté noire de la ville accusa les archéologues ne malmener les corps et de vouloir réécrire l’Histoire en faveur de la classe dirigeante blanche (Sayer, 2010, p. 74). La question du respect envers les vivants est donc un enjeu important, car les archéologues sont non seulement confrontés à la manifestation de sensibilités et de croyances, mais aussi à l’expression de revendications politiques.

19Au-delà des problématiques liées aux vivants, certains philosophes affirment que le respect peut aussi être légitimement dirigé vers le mort lui-même, indépendamment de toute croyance religieuse. Le philosophe britannique Geoffrey Scarre affirme ainsi que les êtres humains peuvent être outragés même après leur mort si leurs désirs posthumes ou leur réputation ne sont pas respectés :

Même si un os n’est pas plus vivant qu’une pierre, il est le vestige d’un homme ou d’une femme qui a pensé et senti, a été heureux et triste, a aimé et a craint comme nous. L’exhumer, le déranger ou le soumettre à des analyses chimiques et physiques, c’est prendre une liberté – non pas avec la chose elle-même mais avec la personne à laquelle elle a appartenu dans le passé. (Sayer, 2006, p. 198)

  • 7 Les théologiens médiévaux débattent durant des siècles des modalités de la résurrection du corps. T (...)

20Dans une perspective kantienne, il affirme que, même dans la mort, l’être humain a le droit d’être considéré non seulement comme un moyen, mais toujours aussi comme une fin. Cette perspective doit-elle nous pousser à nous intéresser aux vœux du défunt quant au devenir sa dépouille ? Certains affirment qu’il convient de réinhumer les restes lorsqu’il existe de fortes suppositions pour que tel ait été le vœu du défunt, par exemple dans le cas de chrétiens de l’époque médiévale, une période où le cadavre était considéré comme un élément essentiel du processus de résurrection7. Les groupes religieux fondent souvent leurs demandes de reinhumation sur l’appartenance des défunts à une religion encore existante, comme les musulmans de la province de Grenade qui demandent en 2006 la réinhumation des corps fouillés dans un grand cimetière musulman de la période nasride (1237-1492) (Fernández, 2015, p. 65). Toutefois, certaines situations sont complexes, comme dans le cas du cimetière de Jewbury de York, où le Beth Din avait été très surpris des premiers résultats des fouilles, qui montraient des corps orientés nord-sud et des cercueils assemblés avec des clous, des pratiques contraires au judaïsme selon cette communauté. Ces résultats avaient conduit dans un premier temps le Beth Din à considérer que la plupart des individus inhumés n’étaient pas juifs, avant de faire marche arrière et de demander une réinhumation. Même ambigüité pour le charnier de la Virée de Galerne, au sujet duquel l’anthropologue Élodie Cabot n’excluait pas que quelques corps de Républicains ou de Manceaux aient été enfouis aux côtés des Vendéens (Pagneux, 2016).

21La question du respect des vœux du défunt pose donc parfois problème, car il est, dans de nombreux cas, difficile voire impossible de déterminer l’identité ou l’appartenance culturelle et religieuse du mort, problème qui devient de plus en plus fréquent au fur et à mesure que l’on remonte dans le temps. Mais surtout, le parti pris de la réinhumation pose un problème fondamental pour la recherche. Les anthropologues souhaitent avoir facilement accès aux restes pour des analyses complémentaires, et soulignent les améliorations permanentes des techniques d’investigation qui pourraient apporter des éléments nouveaux, même sur un matériel a priori déjà étudié. Comme le soulignait l’archéologue américain Clement W. Meighan en 1996, « réinhumer les os et les artefacts correspond, pour un historien, à brûler les textes qu’il vient d’étudier » (cité dans Anson et Henneberg, 2004, p. 15). Dès lors, quelles sont les alternatives possibles pour les archéologues lorsque la fouille des restes humains suscite des réactions négatives et, en particulier, lorsque certains groupes ou individus demandent la réinhumation ?

Quelles possibilités en cas de conflit ?

  • 8 La commission scientifique nationale des collections a été créée en 2011 (Décret n° 2011-160 du 8 f (...)

22En France, selon les conseils émis par la commission scientifique nationale des collections8, les réinhumations ne sont obligatoires que lorsqu’elles sont demandées par les descendants. Toutes les demandes exprimées par d’autres groupes doivent être examinées au cas par cas (Commission scientifique nationale des collections, 2010, p. 103). Les archéologues travaillant « dans » et « pour » la société contemporaine, l’ouverture d’un dialogue avec le public paraît souhaitable. Dans ce cas, quelles possibilités s’offrent aux scientifiques ?

Éduquer

23La première démarche et la plus évidente pour les archéologues est sans doute de tenter de convaincre le public que l’intérêt des recherches menées sur les restes humains (Fernández, 2015, p. 66). Suite à la fouille du couvent des Jacobins de Rennes, l’Inrap a mis en place une page web dédiée à l’archéo-anthropologie funéraire visant à expliquer l’intérêt du travail des anthropologues. L’institut reconnaît aussi la gêne de certains visiteurs et s’attache à expliquer qu’en l’absence d’une intervention des archéologues, les zones concernées seraient détruites par les aménagements :

Progressivement, à la faveur des chantiers ouverts au regard, le public a découvert à son tour la fouille des sépultures. Avec un intérêt passionné, dans la plupart des cas [...]. Mais aussi, parfois, avec des réactions négatives. Ainsi, des visiteurs s’indignent du fait qu’on ne « laisse pas les morts en paix » ou qu’on « profane les tombes ». La confrontation aux restes humains ne laisse pas indifférent et peut heurter les convictions religieuses ou philosophiques. Et on constate depuis quelques années une évolution sociétale qui se traduit, notamment, par une nouvelle sensibilité vis-à-vis du corps humain. [...] Les opérations de fouilles ne sont prescrites que lorsqu’un aménagement est programmé, qui a pour effet de détruire les sépultures si les archéologues n’interviennent pas. Les restes humains sont donc prélevés sur prescription de l’État et à des fins scientifiques, leur étude permettant de mieux connaître les sociétés du passé. (Inrap, 2018)

24L’Inrap effectue également de nombreuses opérations de communication sur place, au moment des fouilles, afin d’expliquer son travail aux populations locales.

25Malheureusement, il ne suffit pas toujours d’expliquer pour convaincre.

Nous croyons souvent naïvement que le fait d’éduquer les gens les amènera forcément à être d’accord avec notre perspective, mais l’éducation ne les fait forcément à changer d’avis. [...] Ils peuvent parfois, même en étant éduqués, ne pas être d’accord. (Goldstein et Kintigh, 1990, p. 587)

26On a longtemps cru, avec Max Weber, que la modernité allait de pair avec un désenchantement du monde et l’émergence d’une rationalité radicale. Pourtant, nous savons aujourd’hui que

les discours de la science et du surnaturel peuvent être pratiqués simultanément et le sont, de fait, par des millions d’individus. La pratique de l’un n’amène pas forcément à l’effondrement de l’autre ; l’idée qu’ils sont antithétiques est l’une des vanités de la modernité occidentale. (Byrne, 2009, p. 76)

27Cette co-existence de la rationalité scientifique et du surnaturel est observée également en Europe, où certains parlent même depuis quelques années d’un processus de « réenchantement du monde » manifesté par l’émergence de spiritualités nouvelles (Berger, 2001). Dans les cas où il n’est pas possible de convaincre le public de la primauté de l’intérêt du travail des scientifiques sur celui de la réinhumation, est-il possible de trouver des compromis acceptables pour les deux parties ?

Un exemple de compromis : les ossements du cimetière de l’église Saint Mary à Adélaïde (Australie)

28Dans un article de 2004, les archéologues Tim Anson et Maciej Henneberg rendent compte du compromis de stockage trouvé pour des ossements issus d’un cimetière du milieu du xixe siècle associé à une église anglicane de la ville d’Adélaïde, en Australie. Suite aux analyses ostéologiques, les restes ainsi que le mobilier qui les accompagnait furent réinhumés dans le cimetière paroissial. Afin de garantir l’accès ultérieur à ce matériel pour les chercheurs, un réservoir d’eau de pluie en béton de 13 640 litres fut enterré dans le cimetière (fig. 3). Cette solution permettait de remplir les conditions de conservation exigées par les différentes parties, comme la durabilité de la structure, son étanchéité, la facilité d’accès, le fait d’être souterrain ou semi-souterrain. Le dispositif fut mis en place pour un coup total de 2100 USD et permit d’héberger l’ensemble des 70 squelettes sur des étagères. L’accès se fait par une trappe située sur le haut de la structure (Anson, Henneberg, 2004, p. 16). Selon les archéologues, « cette approche s’avérera être à la fois acceptable du point du coût et éthiquement acceptable pour toutes les parties impliquées » (Anson, Henneberg, 2004, p. 15).

29En France, la fouille du charnier de la Virée de Galerne au Man et la polémique qui s’en est suivie apparaissent également comme bon exemple de compromis, même si le dossier n’est pas clos à l’heure où nous écrivons ces lignes. Dans ses propositions pour la conservation des ossements – espace muséal ou lieu de culte – l’historien Alain Gérard se montre en effet soucieux de concilier les exigences scientifiques des archéologues et les exigences symboliques des élus et de la société civile.

Fig. 3 : Installation du réservoir dans le cimetière de l’église Saint Mary à Adélaïde et vue du réservoir installé

Fig. 3 : Installation du réservoir dans le cimetière de l’église Saint Mary à Adélaïde et vue du réservoir installé

Photos : Venerable Fr. J. Stephenson et Tim Anson, avec l’aimable autorisation de Tim Anson.

Source : Anson et Henneberg, 2004, p.17.

Risques et dangers

30Il semble important que les archéologues soient à l’écoute des demandes des populations, mais il est également important de ne pas tomber dans un angélisme qui menacerait la recherche. Plusieurs pays ont mis en place, dans les dernières décennies, des législations parfois extrêmement préjudiciables à la science, en particulier à cause de leur manque de précision chronologique. C’est le cas du NAGPRA aux États-Unis en 1990, qui a mené à la réinhumation de l’homme de Kennewick, vieux de 9 000 ans, ou de la révision de l’interprétation du Burial Act par le Ministry of Justice en Angleterre en 2008. Aux États-Unis, les demandes des communautés indiennes sont aujourd’hui largement acceptées et considérées comme légitimes par la communauté des archéologues (Cox, 1997, p. 9). Or, comme le souligne l’archéologue Clement Meighan, les scientifiques ne devraient pas accéder systématiquement à toutes les demandes :

Des pièces de musée vieilles de 5 000 ans sont réclamées par des groupes qui s’imaginent être d’une manière ou d’une autre affiliés aux collections en question, mais cette croyance n’est fondée sur aucune preuve et correspond à du mysticisme. De fait, il n’est pas impossible que les Indiens qui ont acquis ces collections pour les réinhumer vénèrent actuellement les os de groupes étrangers et d’ennemis traditionnels plutôt que de lointains parents. (Meighan, 1992, p. 706)

31Dès lors, il appartient aux archéologues de défendre leur point de vue face au législateur afin d’éviter de se laisser surprendre par l’arrivée de réglementations dangereuses pour la recherche (Cox, 1997, p. 9). La mise en place de codes d’éthique en archéologie, adaptés aux besoins de chaque pays, peut être un des moyens d’encadrer les relations entre les archéologues et les différents groupes et individus montrant un intérêt pour leurs recherches (Pasquini et Vandevelde, sous presse).

Conclusion et perspectives

  • 9 Cette impression a conduit plusieurs chercheurs à mener une « enquête sur les pratiques de réinhuma (...)

32À l’heure actuelle en France, la majorité des squelettes fouillés n’est pas réinhumée, mais stockée en dépôts archéologiques. Toutefois, certains anthropologues affirment (sans qu’aucune évaluation chiffrée ne soit publiée à notre connaissance) que la tendance est à davantage de réinhumations (Ardagna, Bizot, Chaillou et Favre-Taylaz, 2013)9. De manière générale, on assiste à un changement des sensibilités du public concernant les restes humains (Inrap, 2018). Les différents cas évoqués montrent clairement que la perception des archéologues est souvent différente de celle des non-archéologues. Pour les archéologues, la recherche scientifique prime ; ils se situent du côté de « l’entendement », alors qu’une partie du public est du côté de la sensibilité (Bonnabel et Richier, 2013). Ces deux approches sont respectables dans la sphère qui leur est propre. Les archéologues français ont la chance d’évoluer dans un contexte particulièrement favorable à leurs recherches, en grande partie lié à la tradition de la laïcité. Toutefois, il est important de rester sur nos gardes afin de prévenir une invasion des affects, préjudiciable à la pratique scientifique. Il est parfois possible, en établissant un dialogue, de proposer des solutions satisfaisantes pour les différents groupes impliqués. Il paraît important d’insister sans relâche sur les connaissances précieuses que nous apporte l’étude des restes humains, et de communiquer sur le fait que la fouille et l’étude des corps sont menées avec respect. Comme le soulignaient les archéologues américains A. Klesert et S. Powell en 1993, « les archéologues se battent pour un combat perdu d’avance lorsqu’ils ignorent l’opinion publique [...] » (Klesert et Powell, 1993). En effet, aucune éthique professionnelle ne peut se concevoir en dehors de l’éthique en général (Scarre, 2006, p. 4). Ignorer l’expression ces sensibilités, ne pas leur répondre, reviendrait à laisser le champ libre aux seuls affects, contre la science. Il ne s’agit pas de bouleverser nos pratiques, mais de nous attacher à dialoguer davantage, à adapter nos stratégies de communication, et éventuellement dans certains cas, à faire des compromis en matière de réinhumation.

Bibliographie

Anson T. J. et Henneberg M. (2004) – A Solution for the Permanent Storage of Historical Skeletal Remains for Research Purposes: A South Australian Precedent That Keeps Scientists and the Church Community Happy, Australian Archaeology, 58, p. 15-18.

Ardagna Y., Bizot B., Chaillou A. et Favre-Taylaz E. (2013) – Enquête sur les pratiques de réinhumations après opérations archéologiques et études. Questionnaire. Consulté le 30 mai 2016.
URL : http://gaaf.e-monsite.com/medias/files/enquete-funeraire-reinhumation.pdf

Arnaud B. (2015) – Retour sur l’extraordinaire sépulture de la Dame de Quengo, Science et Avenir. En ligne, publié le 10 juin 2015, consulté le 30 mai 2016 : http://www.sciencesetavenir.fr

Berger P. L. (2001) – Le réenchantement du monde, Paris.

Bonnabel L. et Richier A. (2013) – Y a-t-il un cadavre dans la tombe ? Paroles d’archéologues, Techniques & Culture [En ligne], 60, p. 74-91. Publié le 19 juin 2015, consulté le 27 avril 2016.
URL : http://tc.revues.org/6876

Bynum C. W. (1995) – The resurrection of the body in Western Christianity: 200-1336, New York.

Cambridgeshire County Council (2006) – Life and Reburial in Cambridgeshire. Consulté le 30 mai 2016.
URL : http://www.babao.org.uk/index/cms-filesystem action/cambridge%20hsr%20survey.pdf

Commission Scientifique Nationale des Collections (2010) – Contribution du groupe de travail sur les restes humains, annexe no 14, dans Contributions aux travaux de la CSNC, Annexes au rapport au parlement, deuxième partie, fascicule no 3, p. 97-107.

Cox M. (1997) – Crypt Archaeology after Spitalfields: Dealing with our Recent Dead, Antiquity, 71, 271, p.8-10.

Delavaud J. (2016a) – Inhumer ou pas, commémorer ou non ? Un dossier sensible, Ouest-France [En ligne], publié le 9 janvier 2016, consulté le 20 mai 2016.
URL : http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/inhumer-ou-pas-commemorer-ou-non-un-dossier-sensible-3963444

Delavaud J. (2016b) – Ossements du Mans : une mission, Ouest-France [En ligne], publié le 10 février 2016, consulté le 30 mai 2016.
URL : http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/ossements-du-mans-une-mission-4032227

Delavaud J. (2016c) – Ossements du Mans : les choix de l’historien, Ouest-France [En ligne], publié le 22 avril 2016, consulté le 20 mai 2016.
URL : http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/ossements-du-mans-les-choix-de-lhistorien-4183583

Fernández V. M. (2015) – Europe: Beyond the Canon, dans C. Gnecco et D. Lippert (éd), Ethics and Archaeological Praxis, New York, p. 61-68.

Goldstein L. et Kintigh K. (1990) – Ethics and the Reburial Controversy, American Antiquity, 55, 3, p. 585-591.

Inrap (2015) – L’exceptionnelle sépulture de Louise de Quengo dame du xviie siècle. Film. URL : https://www.youtube.com/watch?v=KsGJvsBte_8

Inrap (2018) – L’archéo-anthropologie funéraire. Page web consultée le 13/02/2018.
URL : https://www.inrap.fr/magazine/L-archeo-anthropologie-funeraire/Accueil#L’arch%C3%A9o-anthropologie%20fun%C3%A9raire

Klesert A. L. et Powell S. (1993) – A Perspective on Ethics and the Reburial Controversy, American Antiquity, 58, 2, p. 348-354.

Le Chatelier L. (2015) – Louise de Quengo, le cadavre exquis de la noblesse bretonne, Télérama [En ligne], publié le 23 juillet 2015, consulté le 30 mai 2016.
URL : http://www.telerama.fr/monde/louise-de-quengo-le-cadavre-exquis-de-la-noblesse-bretonne,129419.php

Les Herbiers [commune] (2016) – Guerres de Vendée : Le Mont des Alouettes prêt à accueillir les ossements, publié le 22 mars 2016, consulté le 30 mai 2016.
URL : http://www.lesherbiers.fr/

Lewino F. (2015) – Fabuleuse découverte d’une momie de noble dame du xviie siècle à Rennes, Le Point [En ligne], publié le 2 juin 2015, consulté le 30 mai 2016.
URL : http://www.lepoint.fr/science/fabuleuse-decouverte-d-une-momie-de-noble-dame-du-xviie-siecle-a-rennes-02-06-2015-1932969_25.php

Lilley J. M., Stroud G., Brothwell D. et Williamson M. H. (1994) – The Jewish burial ground at Jewbury, Londres.

Lynott M. J. (2003) – The Development of Ethics in Archaeology, dans L. J. Zimmerman, K. D. Vitelli, J. Hollowell-Zimmer(éd.), Ethical issues in archaeology, Walnut Creek, CA, Etats-Unis, p. 17-27.

Marshall Y. (2002) – What Is Community Archaeology ?, World Archaeology, 34, 2, p. 211-219.

Meighan C. W. (1992) – Some scholars’ views on reburial, American Antiquity, 57, 4, p. 704-710.

Pagneux F. (2016) – Que faire des vestiges des guerres de Vendée ?, La Croix [en ligne], consulté le 13 février 2018.
URL : https://www.la-croix.com/France/Que-faire-vestiges-guerres-Vendee-2016-02-23-1200742084

Parker Pearson M., Schadla-Hall T. et Moshenska G. (2011) – Resolving the Human Remains Crisis in British Archaeology, Papers from the Institute of Archaeology, 21, p. 5-9.

Pasquini B. et Vandevelde S. (sous presse) – L’émergence de la déontologie en archéologie, dans V. Négri et N. Schlanger (éd.), Le droit de l’archéologie. Genèse et développements du xixe au xxie siècles, Paris.

Rasmussen M., Sikora M., Albrechtsen A., Sand Korneliussen T., Moreno-Mayar J. V., Poznik G. D., Zollikofer C. P. E., et al. (2015) – The Ancestry and Affiliations of Kennewick Man. Nature 523, 7561, p. 455-58.

Sayer D. (2010) – Ethics and burial archaeology, Londres.

Scarre G. (2006) – Can archaeology harm the dead?, dans C. Scarre et G. Scarre (éd.), The Ethics of Archaeology: philosophical perspectives on archaeological practice, Cambridge, p. 181-198.

Scarre C. et Scarre G. (2006) – The Ethics of Archaeology: Philosophical Perspectives on Archaeological Practice, Cambridge.

Société des amis de la Révolution Française de la Sarthe (2016) – Que d’os ! Que d’os ! Ossements des Jacobins. Publié le 8 février 2016, consulté le 30 mai 2016.
URL : http://amisdelarevo72.canalblog.com/archives/2016/02/06/33328398.html

Thackray D. et Payne S. (2010) – Avebury Reburial Request : Summary Report. Consulté le 30 mai 2016.
URL : https://content.historicengland.org.uk/content/docs/consultations/avebury-reburial-request-summary.pdf

Toulouse G. (s.d.) – Le mouvement éthique dans les sciences: pourquoi maintenant ? pourquoi si tard ?, consulté le 2 juin 2016.
URL : http://www.phys.ens.fr/~toulouse/mouvement-ethique.pdf

Notes

1 Les Makahs furent par exemple formés à la stabilisation, à la conservation et au stockage des objets archéologiques. La tribu gère à l’heure actuelle un musée.

2 Intervention de Lord Derwent, citée par Sayer, 2010, p. 52.

3 Cité dans Lilley, Stroud, Brothwell et Williamson, 1994, p. 300.

4 Les mouvements néo-druidiques sont des mouvements religieux qui apparaissent à partir du xviiie siècle, lors de la première vague d’engouement pour la culture celtique.

5 Comme Vendée Militaire, Vérité pour la Vendée ou l’Association des Descendants des Chouans et des Vendéens.

6 Le maire du Mans Jean-Claude Boulard (PS), le président du Conseil départemental vendéen Yves Auvinet (divers droite) et le président du conseil régional Bruno Retailleau (LR).

7 Les théologiens médiévaux débattent durant des siècles des modalités de la résurrection du corps. Toutefois, comme le souligne la médiviste Caroline Bynum « du iie au xive siècle, les déclarations doctrinales, les récits de miracles et les prêches populaires continuèrent d’insister sur le fait que la résurrection se faisait réellement à partir des restes physiques déposés dans la tombe. » (Bynum, 1995, p. 10).

8 La commission scientifique nationale des collections a été créée en 2011 (Décret n° 2011-160 du 8 février 2011 relatif à la commission scientifique nationale des collections).

9 Cette impression a conduit plusieurs chercheurs à mener une « enquête sur les pratiques de réinhumations après opérations archéologiques et études », dont les résultats ne sont pas encore publiés à l’heure où nous écrivons ces lignes (Ardagna, Bizot, Chaillou et Favre-Taylaz, 2013).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Extrait des résultats de la consultation publique organisée par English Heritage et le National Trust au sujet du devenir des restes humains du musée Alexander Keiller
Crédits Source : Thackray et Payne 2010, p. 4-5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 2 : Résultats de l’enquête sur la conservation des restes humains menée dans les musées du Cambridgeshire
Crédits Source : Cambridgeshire County Council, 2006.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 3 : Installation du réservoir dans le cimetière de l’église Saint Mary à Adélaïde et vue du réservoir installé
Légende Photos : Venerable Fr. J. Stephenson et Tim Anson, avec l’aimable autorisation de Tim Anson.
Crédits Source : Anson et Henneberg, 2004, p.17.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

Auteur

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, ED 112,
UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies environnementales ».
Thèse sous la direction de Christophe Petit, « Flux commerciaux et corridors de développement entre la vallée du Rhône et la mer du Nord de La Tène finale au haut Moyen Âge ».

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter