Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie : science plurielle

 | 
Siegfried Léglise
, 
Florent Mathias
, 
Julien Ripoche

Appréhender les économies protohistoriques : objectifs théoriques et difficultés méthodologiques

Clara Millot-Richard

Résumé

Cet article se propose d’explorer les rapports entre l’archéologie et les sciences économiques, deux disciplines qui travaillent peu habituellement ensemble. En effet, malgré les nombreuses disciplines dont l’archéologie requiert habituellement le concours pour expliquer les dynamiques anciennes, l’économie en fait rarement partie. Pour expliquer les phénomènes économiques observés (circulation des denrées essentielles, distribution d’objets de prestige, exploitation des ressources minières, etc.), il est courant de recourir à la sociologie, à l’anthropologie ou à l’ethnologie, voire à la chimie, mais rarement aux sciences économiques.
Notre travail de thèse consiste à trouver des modèles, des concepts et des méthodes issues des sciences économiques et qui ont une application pour notre travail d’archéologue. Par conséquent, cela nous amène à interroger la nature des systèmes de production et d’échange des sociétés protohistoriques sur un plan théorique.
De plus, une telle recherche comporte des obstacles méthodologiques certains. En effet, il est difficile de définir le ou les marqueur(s) archéologique(s) qui seraient les plus pertinents. Une fois le type de bien identifié (objet précieux, contenants, vestiges d’exploitation d’une matière première) il faut s’entendre sur les typologies exactes qui sont utilisables. La manière dont ces données peuvent être interrogées doit également faire l’objet d’une réflexion pour mener un raisonnement économique pertinent et cohérent. Ces problématiques interrogent directement la place de l’archéologie au sein des autres disciplines, les enjeux épistémologiques qui y sont liés, et s’interroge ainsi sur la démarche de l’archéologue.

This paper seaks to explore the relationships between archaeology and economic sciences, two research areas that usually don’t work together. And indeed, although archaeological practices require many other disciplines to explain ancient dynamics, economic sciences are rarely presents. In order to understand economic phenomena (movement of essential commodities, distribution of prestigious items, exploitation of mineral resources etc.), it is common to use sociology, anthropology or ethnology, event chemistry, but not to economic sciences.
Our PhD work is to find theoretical models or concepts from economic sciences and that could be applied to our archaeological research. Therefore, we are led to question the nature of production and exchange systems of Iron Age societies from a theoretical point of view.
Moreover, such a research contains methodological obstacles. It is indeed difficult to determine which archaeological item would be the most effective. Once it is determined (pretigeous item, remains of raw materials exploitation and so on), one needs to choose the exact useful typology. The way these date are questioned must also be included in the general reflection in order to carry on effective and relevant economic speech. These problematic allow us to examine the position of archaeology amongst other disciplines and related epistemological stakes as well as the archaeologist’s approach.

Texte intégral

Introduction

1Les économies anciennes, en particulier les économies protohistoriques, sont un champ d’études qui bénéficie d’un renouveau d’intérêt de la part de la communauté scientifique (Kerig et Zimmermann, 2013, p. 13-28.). C’est dans le cadre de ces nouvelles perspectives que prend place notre travail de thèse, consacré aux économies du sel et du fer entre la Lorraine et le Bade-Wurtemberg aux premier et second âge du fer (vie-ier). À partir de ce sujet, les relations entre l’archéologie et les sciences économiques sont questionnées, et on s’aperçoit assez facilement que la communication entre les deux disciplines est peu développée. Et pourtant, la collaboration entre les deux sciences pourrait permettre d’approfondir la réflexion sur les systèmes de production et d’échange de ces époques, en s’inspirant des démarches des sciences économiques, en élaborant des concepts et des moyens permettant d’aborder ces économies protohistoriques.

  • 1 Mot d’origine grecque désignant un objet gardé en souvenir d’un événement marquant, et en contexte (...)

2En effet, une grande partie de l’argumentation repose sur les échanges à longue distance et se concentre sur les keimeilia1, les cadeaux diplomatiques du premier âge du fer ou sur quelques marchandises très spécifiques, comme le vin pour le second âge du fer. Il s’agit de biens de prestige qui ont un caractère hors du commun, qui bénéficient de marqueurs spectaculaires et attirent donc l’attention. Il n’y a que peu d’études portant sur les dynamiques de production et d’échanges internes à la société celtique, en particulier en ce qui concerne les matières premières.

3Lorsque ces phénomènes économiques complexes sont examinés, il est davantage habituel d’utiliser des concepts tirés des sciences sociales, comme l’anthropologie sociale ou l’ethnologie. Cette influence des sciences sociales est visible dans l’importance accordée au don (Mauss, 1925) dans le discours archéologique. Peu de concepts sont empruntés aux sciences économiques d’où le malentendu entre les deux disciplines. Dans un premier temps, nous présenterons les objectifs théoriques de la collaboration entre les deux disciplines ; puis les difficultés d’applications que cela peut poser à l’archéologue ; l’un et l’autre seront illustrés par le cas du secteur de la Cité d’Affrique (Lorraine).

1. Objectifs théoriques

4Pour comprendre cette absence des sciences économiques dans la palette de disciplines utilisées par l’archéologie, il faut se souvenir que cette dernière n’est pas née seule (Demoule, 2012). À ses débuts, au xviiie siècle, elle était assimilée à l’histoire de l’art des mondes grecs et romains, ainsi qu’à la philologie, et ce jusqu’au xixe siècle. L’archéologie étend alors son champ d’action avec la découverte en Europe des premiers vestiges préhistoriques reconnus comme tels (Demoule et al., 2009, p. 13-35). Les chercheurs se tournent davantage vers les sciences de la terre, notamment les sciences naturelles, pour comprendre et expliquer les phénomènes auxquels ils sont confrontés pour ces périodes anépigraphes. À partir de la fin du xixe siècle, on commence à solliciter l’ethnologie dans une recherche de comparaisons entre les vestiges archéologiques et des sociétés encore vivantes. L’utilisation des statistiques et des outils d’analyse spatiale s’ajoute également au panel.

5Nous voyons ainsi clairement que les sciences économiques ne font pas partie du « patrimoine » de l’archéologie en tant que discipline. Il y a plusieurs raisons à cet état de fait. Les sociétés protohistoriques ont été assimilées à des sociétés ethnologiques sans recherche de richesse, où les structures sociales ne font pas de place à la poursuite du gain (Testart, 2012, p. 312). On retrouve déjà cette idée dans les travaux de Karl Bücher, lorsqu’il expose les différents stades d’évolution des différentes sociétés (Millot-Richard, 2015, p. 194-208). Et c’est bien le cœur du problème en ce qui concerne la place des systèmes de production et d’échange dans les sociétés anciennes. Elles ont été longtemps perçues comme dépourvues de la notion de gain ou de rationalité économique. Cette vision repose sur une perspective évolutionniste et misérabiliste qu’on retrouve autant chez les économistes que chez les archéologues. Elle est en partie héritée des travaux de Karl Polanyi et du mouvement substantiviste qui en suivit. Pour Polanyi, les mécanismes de production et d’échange des biens sont la redistribution (en général par les élites) et la réciprocité (do ut das), et ils prennent place dans un cadre religieux, politique ou sociétal plus général. Les échanges de biens ne seraient jamais effectués en vue de réaliser un bénéfice, et permettraient ainsi de maintenir le tissu social (Polanyi Levitt, 2005, p. 1-15). On dit alors que les systèmes de production et d’échange sont encastrés (embedded) dans des impératifs sociaux, religieux ou politiques. Il ne s’agit pas de nier la réalité de ces pratiques, bien connues par ailleurs en Protohistoire européenne ; des objets tels que le cratère de Vix ou la mise en scène de la tombe de Hochdorf (Verger, 2006, p. 5-44) en témoignent. L’idée d’un marché régulé par l’offre et la demande, compris comme tel par les populations anciennes est ainsi écartée, puisque cette forme d’échange serait spécifique au monde contemporain où l’économie est désencastrée. À l’inverse, pour un économiste de formation classique ou néo-classique, le marché est une « loi naturelle », « une main invisible » (Smith, 1776) qui viserait à atteindre la satisfaction des besoins en fonction de la disponibilité des ressources.

Fig. 1 : Schéma représentant différentes visions de l'économie

Fig. 1 : Schéma représentant différentes visions de l'économie

6Nous nous retrouvons ainsi face à une impasse épistémologique, et un raisonnement circulaire tend à se créer. Les archéologues consultent les auteurs anciens, les articles des ethnologues, et en concluent qu’il n’existe pas d’économie de marché pour les périodes protohistoriques (Testart 2012 ; 2002). À l’inverse les économistes consultent des ouvrages d’histoire et d’archéologie pour en conclure qu’on peut trouver les prémices d’une économie dans la Grèce classique, mais nulle part ailleurs dans le monde antique connu (Valier, 2005, p. 15-35 ; Boncoeur et Thouément, 2013, p. 10.). Ces perspectives ne tiennent pas compte de la réalité des fouilles archéologiques des trente dernières années. Force est de constater que les cadres issus des réflexions de K. Polanyi ne fournissent plus une explication suffisante à l’ensemble des phénomènes constatés. Les penseurs de l’école substantiviste raisonnaient sur les données utilisables pour les contextes grecs et romains, et sur les quelques informations disponibles à l’époque pour la Protohistoire.

7Il faut cependant prendre en compte les découvertes de sites de production de matières premières, qui se font de plus en plus nombreuses (Marsal, Schwäbisch Hall, Neuenburg, St. Johan, Marckgräferland, etc.). Les vestiges d’exploitation sont en général peu spectaculaires, qu’il s’agisse de scories de fer ou de fragments de briquetages ; ces mobiliers ont longtemps été délaissés par les chercheurs, souvent ils n’ont pas été reconnus ou comptabilisés à la fouille (Guillaumet, 2003), ce qui handicape les recherches. Il semble difficile d’imaginer que toutes ces activités de production soient dépourvues de rationalité économique quel que soit le système social dans lequel elles s’insèrent.

8Il faut toutefois mentionner que le courant néo-institutionnaliste, inspiré de l’École des Annales et très actif en histoire classique (Bresson, 2007 ; North 2005), a considérablement renouvelé l’approche des systèmes économiques des contextes grecs et romains, mais également assyriens et égyptiens (e.g. Warburton, 2007). Ces études se fondent sur l’étude des sources écrites pour déterminer quelles sont les conditions de production et d’échange dans ces sociétés anciennes. Cette méthode ne peut malheureusement pas fonctionner pour les contextes protohistoriques puisque nous ne disposons pas de sources écrites suffisamment nombreuses et fiables pour raisonner sur d’éventuelles institutions. Il nous faut donc faire avec les seuls vestiges archéologiques, et trouver une manière convenable d’interroger ces données. C’est le but de « l’archéologie économique », economic archaeology ou Wirtschaftarchäologie (Kerig et Zimmermann, 2013, p. 13-28.), qui se développe ces dernières années.

9Pour interroger cette donnée archéologique d’un point de vue économique, on pose une définition de l’économie qui puisse convenir aux périodes anciennes ; pas question ici de traiter de « richesse nationale » ou de « consommation des ménages ». L’économie peut être vue comme la science des coûts et donc de la rareté ; à partir du moment où la satisfaction d’un besoin (matériel ou social) nécessite de se procurer quelque chose (Généreux, 2001, p. 9), cela génère des coûts et potentiellement des traces matérielles. De ce point de vue, il n’existe pas « d’économie primitive » ou « d’économie moderne » qui soient différentes par nature, mais des systèmes de production et d’échange qui diffèrent par les moyens employés.

10Ceci implique de s’interroger sur les sujets suivants : quels sont la nature et le fonctionnement des économies protohistoriques ? du troc ? une économie de marché ? quels concepts et quelles méthodes sont susceptibles de rendre compte de ces systèmes ?

2. Difficultés méthodologiques

11Avant d’aller plus loin, précisons les cadres exacts de notre étude. Le choix d’une période et d’une zone d’étude est crucial pour savoir quelles données archéologiques (en quantité et en qualité) nous avons à notre disposition.

12La période s’étend du Hallstatt D au La Tène D (vie au ier siècle), et présente plusieurs points particulièrement intéressants d’un point de vue économique. Le Hallstatt D-La Tène A est une période qui voit l’apparition des « résidences princières », lieux de concentration des richesses, sans doute tirées d’un territoire largement exploité notamment en ce qui concerne les matières premières (Brun, 1988, p. 128-144). Leurs dynamiques de production et de consommation sont particulièrement intéressantes pour cette période. Grâce aux travaux d’archéologie préventive des trente dernières années, des sites de plaine qui semblent être des centres de transformation des ressources naturelles d’une certaine importance, sans être directement liés à une « résidence princière » ont été mis en évidence. C’est par exemple le cas du site de Geispolsheim, situé dans la plaine d’Alsace (Koenig et Legendre, 1990, p. 247-257 ; Fleischer et Landolt, 2012, p. 193-207). Les structures de la société celtique semblent changer, notamment avec la formation des civitates gauloises et l’apparition, très progressive, de l’usage de la monnaie dans ces contextes. Il serait particulièrement intéressant de parvenir à percevoir l’impact éventuel de ces transformations sur la production et l’échange des matières premières. La question se pose particulièrement, par exemple, pour les demi-produits ferreux et leurs rapports avec l’utilisation de la monnaie (Berranger, 2014, p. 169).

13Lors de la période du La Tène D, la monétarisation des échanges semble progresser, notamment avec l’apparition des potins, objets monétaires de peu de valeur, utilisables au quotidien (Fichtl, 2012, p. 97 ; Gruel, 1989). On constate aussi que la spécialisation de la production des demi-produits et des produits finis est particulièrement poussée (Berranger, 2014, p. 136). Là aussi, on peut se demander quel rôle jouent la production et l’échange des matières premières dans ce contexte particulier.

14La zone d’étude choisie s’étend de la Lorraine au Bade-Wurtemberg en incluant le fossé rhénan. Comme on le voit, les deux matières premières étudiées sont bien représentées, et les sites de production identifiés sur la carte ne fonctionnent pas tous à la même échelle (Millot-Richard, 2015, p. 194-204). De plus, la zone présente des contextes géographiques variés – plaine et montagne –, ce qui peut permettre d’observer des dynamiques économiques différentes. Les fouilles y ont été nombreuses et la donnée archéologique est de relativement bonne qualité, bien que l’intensité des recherches ne soit pas homogène (les espaces montagneux restent moins bien explorés que les régions de plaine).

Fig. 2 : Zone d’étude

Fig. 2 : Zone d’étude

15Une fois le cadre posé, nous proposons une méthode d’étude capable de révéler le potentiel économique de ces données. On utilise une approche assez simple, proposée par un économiste (Généreux, 2001, p. 13), et qui s’adapte à tous les systèmes économiques. Elle consiste à poser quatre questions permettant de circonscrire les dynamiques principales de n’importe quel système économique. Les questions sont les suivantes : qui et où sont les agents producteurs ? quelles sont les contraintes de la production ? qui et où sont les agents consommateurs ? quelles sont les modalités de l’échange ?

16Ensemble, ces questions forment un cadre interprétatif applicable à n’importe quelle zone d’étude. On interroge ainsi directement la donnée avec un point de vue économique. Cette méthode reste cependant assez simple et ne permet aucun questionnement quantitatif ou statistique des données. La recherche de méthodes efficaces pour interroger le potentiel économique des données archéologiques constitue une difficulté méthodologique importante dans la réflexion sur les économies protohistoriques.

17Pour tenter de répondre, nous proposons de créer une base de données qui permette de répertorier les deux matières premières étudiées, le sel et le fer, et d’interroger ces entrées selon un raisonnement issu des sciences économiques. Mais avant d’en arriver à cette étape, il faut choisir les éléments qui sont pertinents et appropriés pour une telle étude.

18Dans le cas de sel, nous choisissons de répertorier les sites de production attestés tout en tenant compte des zones de production supposées ainsi que les fragments de briquetages hors sites producteurs comme marqueurs de consommation. Il faut toutefois garder à l’esprit que c’est un matériel qui n’a pas toujours été reconnu en fouilles, et il est possible que ces sites n’aient pas été répertoriés lors de travaux anciens. Le cas du fer est légèrement plus complexe à traiter. Nous nous proposons de répertorier les sites de production attestés par des traces d’extraction, des fours de réduction ou des éléments indiquant la présence d’une forge (fabricats d’objets semi-finis, scories de forge). Seront également répertoriés les demi-produits du fer sur l’ensemble de la zone d’étude ; ils peuvent être des marqueurs de production ou de consommation selon leur contexte de découverte. Lorsque celui-ci est indéterminé (la majeure partie sont des découvertes anciennes), on tient compte des analyses de provenance effectuées disponibles (Dillmann, et al, 2015, p. 28-34) ; sans informations supplémentaires ces derniers seront considérés comme des marqueurs de consommation du métal (Bauvais, 2007). Les autres objets en fer ne peuvent pas être répertoriés sur l’ensemble de la zone d’étude en raison de leur nombre. De plus, la conservation des matériaux ferreux n’est pas homogène sur l’ensemble de la zone. En effet, la Forêt-Noire comme les Vosges présentent des sols acides où le métal se conserve mal, voire pas du tout. En revanche, les armes (épées, pointes de lance), les outils (agricoles et artisanaux), et la quincaillerie (de grandes quantités de clous) représentent des quantités non négligeables de métal consommé et qui peuvent révéler des dynamiques particulières sur des régions où ces matériaux sont bien conservés et bien identifiés. La réflexion sur les mobiliers choisis pour cette étude constitue une partie très importante de la réflexion méthodologique sur la manière dont il est possible d’appréhender les économies protohistoriques.

3. Un cas pratique : le secteur de la Cité d’Affrique

19Le travail exposé ici est en cours, mais nous choisissons de présenter le cas d’un secteur bien précis, celui de la Cité d’Affrique. Ce site est situé à cheval les communes de Ludres et de Messin en Meurthe-et-Moselle à 417 mètres d’altitude. L’occupation majeure du site est datée du Hallstatt D3-La Tène A2 (Lagadec, Duval, Eveillard, Leroy, Ploquin, 1993, p. 149-173 ; Dubreucq, 2013, p. 209-225.), et les fossés et les talus des remparts sont encore bien marqués dans le paysage. Le mobilier métallique de ce site est étudié depuis longtemps. Les éléments en alliage cuivreux sont les plus nombreux, mais les traces de manufacture du fer sont indéniables. Ce sont environ 600 grammes de scories qui ont été retrouvés sur le site et que l’on interprète comme des culots de forge (Dubreucq, 2013, p. 215). Il est particulièrement intéressant de noter la présence de deux fragments en cours de martelage dont le module semble en adéquation avec la fabrication de petits objets, ce qui semble plus que probable au vu des fragments de tôles, de tiges et autres chutes de forme variée, ainsi qu’une extrémité de demi-produit bipyramidal, abandonné dans un contexte de La Tène A1, retrouvée sur le site. L’outillage artisanal en fer est bien présent et évoque aussi bien le travail des peaux, celui du bois ou bien la paléo manufacture métallique (Dubreucq, 2013 p. 211), et donc des travaux post-réduction et de forge. Le site est donc à la fois consommateur de matière première ferreuse et producteur d’objets finis.

20Mais l’examen de ce site seul ne suffit pas. Les quantités de fer retrouvées, bien que notables par rapport à la majorité des sites de cette époque, restent toutefois peu importantes. Au total, c’est à peine plus d’un kilogramme de fer qui a été retrouvé sur les zones fouillées du site, et la plupart des objets en fer sont de petits objets. Bien que cela ne nous concerne pas directement, les remparts de la Cité d’Affrique sont connus pour leur architecture particulière utilisant la chaux. L’élévation de fortifications de cette taille, suppose une communauté humaine d’une certaine taille dans, sinon autour du site lui-même. De plus la production de petits objets en métal suppose un certain approvisionnement en matière première et des voies d’écoulement de la marchandise. Il nous a donc semblé intéressant d’appliquer la méthode décrite plus haut la région entourant immédiatement Messin, représentée sur cette carte.

Fig. 3 : Le secteur minier de la Cité d'Affrique

Fig. 3 : Le secteur minier de la Cité d'Affrique

D’après M. Leroy, L. Cabboi, 2013, p. 45.

Les agents producteurs

21L’extraction de minerai de fer en Lorraine (y compris les Vosges) n’est absolument pas prouvée pour les périodes protohistoriques (Leroy, Casarotto, Merluzzo, Forries, Hamon, 1994, p. 41-57 ; Scholtus, 2014). Et pourtant, certaines fouilles récentes tendent à montrer l’inverse. Les communes limitrophes de Gondreville au Loup, de Velaine en Haye, et de Fontenoy sur Moselle (qui ne formaient probablement qu’un seul site aux époques protohistoriques) sont situées à 20 kilomètres de la Cité d’Affrique. À Gondreville, un four de réduction de minerai de fer a été découvert et à Velaine en Haye des traces du même minerai qu’à Gondreville ont été retrouvées (Leroy, Cabboi, 2013, p. 45). À Fontenoy-sur-Moselle, on trouve des traces de postréduction et de mise en forme du minerai. Il faut également signaler que sur les communes de Liverdun et de Bouxières-aux-Dames des traces de travail du métal, des scories et une loupe brute de réduction ont été découvertes lors de fouilles anciennes (Hamm, 2004, p. 265/ p. 127). Des structures de stockages importantes de denrées alimentaires, silos, fosses (et éventuels greniers sur poteaux) sont attestées sur les trois sites, ce qui laisse supposer un groupe d’une certaine taille aussi bien pour cultiver ces denrées que pour les consommer. Cette densité d’occupation est peut-être en partie due à la réduction de minerai sur place, qui, une fois réduit pourrait être transféré la Cité d’Affrique afin de produire des objets finis. On serait alors en présence d’une division spatiale de travail, similaire à ce que l’on retrouve aux époques contemporaines (Woronoff, 1998).

Les contraintes de la production

22Il ne faut pas négliger les contraintes de production lorsqu’il s’agit de paléomanufacture métallique. La chaîne opératoire du fer est complexe (Guillaumet, 2003). Elle nécessite les bonnes matières premières, à savoir du minerai exploitable et de grandes quantités de charbon de bois pour alimenter les fours de réduction. De plus, le savoir-faire impliqué à la fois dans la réduction du métal et dans la fabrication d’objets finis demande une main-d’œuvre spécialisée. La production de fer implique un travail par atelier de plusieurs personnes pour l’activation des soufflets, les recharges du four en minerai et en combustible. Dans les régions où l’activité minière est importante, cela implique donc des communautés d’ouvriers d’une certaine taille. Dans le secteur, nous manquons de données sur la provenance du combustible utilisé, mais il est probable que le bois utilisé soit local. La concentration de sites producteurs suppose des ateliers qualifiés autant en ce qui concerne la phase de réduction que le compactage ou le travail des objets finis.

Les agents consommateurs

23La consommation d’une marchandise suppose qu’il y ait une demande pour ce produit particulier, qui justifie l’investissement en temps, en matières premières et en savoir-faire utilisés pour la fabrication de l’objet. Ce sont les éléments les plus complexes à appréhender d’un point de vue économique, d’une part parce que la demande peut varier très rapidement et donc ne pas se refléter sur les vestiges archéologiques, et d’autre part parce qu’il faudrait parvenir à identifier tous les objets produits par un site pour proposer une analyse fiable.

24On peut cependant affirmer que la production de demi-produits ferreux et d’objets finis dépasse la demande locale. En effet, les outils ou les éléments de parure en fer restent rares sur la plupart des sites d’habitat pour cette période (Hamm, 2004), et lorsqu’ils sont présents leur poids de métal reste négligeable. Il faut toutefois faire exception des contextes funéraires aristocratiques où la consommation de fer est représentée, comme c’est le cas à Marainville-sur-Madon (Vosges). Cette sépulture présente les restes d’un char en fer ainsi qu’une épée en fer à pommeau d’ivoire (Olivier, 1987, p. 271-301). Bien que l’inhumation soit datée du Hallstatt C-D, donc un peu antérieure aux phases les mieux représentées de la Cité d’Affrique et des sites environnants (Hallstatt D-La Tène A2), on peut tout de même supposer qu’il existait une demande pour un marché très spécifique d’objets ferreux. L’étude du petit mobilier métallique de Messein suggère des relations à plus longue distance notamment avec la Suisse ou avec le Bade-Wurtemberg (Dubreucq, 2013). Ces contacts plus lointains peuvent également constituer un débouché commercial pour les objets finis, voire pour les demi-produits.

25Toutefois, certains résultats d’analyse incitent à complexifier encore cette vision des choses. Les travaux de Sylvain Bauvais sur d’autres régions montrent que des demi-produits retrouvés, soit en contexte d’atelier soit en contexte de dépôt isolé, ne sont pas issus de sources de minerais locaux (Bauvais, 2007). On ne peut donc pas affirmer que les demi-produits retrouvés à la Cité d’Affrique aient été produits par les sites de réduction de Fontenoy ou de Gondreville, bien que cela reste très probable. Cependant, on peut alors envisager un tout autre type de consommation du fer. Qu’il s’agisse d’objets funéraires ou bien de demi-produits en contexte de dépôt, la matière première utilisable est mise hors des circuits du marché. On peut proposer de dresser un parallèle avec le principe de consommation ostentatoire développé par Thorstein Veblen (Veblen, 1970) pour le monde contemporain. Il explique très clairement comment une partie de la population recherche un prestige social dans la consommation manifeste de certaines marchandises plus que dans leur possession. Ce cas particulier pourrait fort bien s’appliquer à une partie de la consommation de fer aux époques protohistoriques.

Les modalités d’échange

26Nous ne développerons pas ici la complexité des modalités d’échange du fer (Berranger, 2014 ; Milllot-Richard, 2015, p. 194-204). Rappelons simplement qu’avant l’apparition de la monnaie proprement dite en contexte celtique, il faut se demander comment la valeur de ces objets était évaluée. Cela peut rejoindre des réflexions développées en économie politique sur la valeur d’usage et la valeur d’échange (Smith, 1776 ; Ricardo, 2011 ; Valier, 2005). Ces réflexions nous poussent à ne pas voir les demi-produits ferreux uniquement comme des biens utiles, ou comme des objets de prestige, mais au contraire à les considérer comme des objets possédant à la fois les caractéristiques d’une marchandise (être vendue) et d’une monnaie (étalon de valeur, réserve de capital) pour se rapprocher de l’idée de monnaie-marchandise proposée par les économistes (Echaudemaison, 2001). On s’éloigne ainsi clairement de la vision substantiviste où les échanges protohistoriques seraient dominés par le troc et surdéterminés par les relations sociales (Maucourant, 2005, p. 33-43).

Conclusion

27En conclusion de cet article, nous pouvons dire que l’archéologie est une science plurielle qui ne peut que s’enrichir au contact d’autres disciplines. Dans le cas de l’intégration des sciences économiques en archéologie, c’est un recours salutaire qui permet d’interroger les données de terrain accumulées depuis longtemps sous un angle nouveau. Selon Paul Veyne « l’histoire ne répond qu’aux questions que nous lui posons » (Veyne, 1976, p. 10), et il était grand temps de poser un questionnement économique à l’archéologie. Les modèles proposés par l’anthropologie sociale ou par l’ethnologie sont peu adaptés aujourd’hui à rendre compte de la complexité et de la diversité des phénomènes que les fouilles commencent sans doute à peine à laisser entrevoir. La recherche de concepts et de méthodes permettant d’aborder ces phénomènes économiques n’en est qu’à ses débuts, mais il nous semble important de participer à ce renouvellement historiographique général. L’exemple du secteur minier de la Cité d’Affrique montre bien que la production et les réseaux d’échanges d’une matière première peuvent être examinés à l’aide de concepts économiques. Aussi, loin d’être un contresens, la collaboration entre archéologie et sciences économiques tend à devenir indispensable à l’étude des systèmes de production et d’échange en Protohistoire.

Bibliographie

Bauvais, S. (2007) - Évolution de l’organisation des activités de forge dans le nord du Bassin Parisien au second Age du fer. Études pluridisciplinaires de la chaîne opératoire en métallurgie du fer, thèse de doctorat, université de Franche-Comté.

Berranger, M. (2014) - Le fer, entre matière première et moyen d’échange, en France, du VIIe au Ier siècle avant J.-C, Dijon.

Boncoeur, J. et Thouement, H. (2013) - Histoire des idées économiques de Platon à Marx, Paris.

Bresson, A. (2007) - L’économie de la Grèce des cités. Les structures de la production, Paris.

Brun, P. (1988) - Les « Résidences princières » comme centres territoriaux : éléments de vérification, dans J.-P. Mohen, A. Duval, C. Eulère (dir.) Les Princes Celtes et la Méditerrannée, Paris.

Demoule, J.-P. (2012) - L’intégration interdisciplinaire en archéologie, dans S. Archambault de Beaune, H.-P. Francfort (dir.), L’archéologie à découvert, Paris, p. 32-38.

Demoule, J.-P., Giligny, F., Lehoerf, A., et Schnapp, A. (2009) - Guides méthodes de l’archéologie, Paris.

Dillmann, P. Leroy, S. Disser, A. Bauvais, S. Vega, E. Fluzin, P. (2015) – Dernières avancées des études sur la production, la circulation et la datation des métaux ferreux archéologiques, Les Nouvelles de l’Archéologie, 138, p. 28-34.

Dubreucq, E. (2013) - Métal des premiers celtes : productions métalliques sur les habitats des provinces du Hallstatt occidental, Dijon.

Echaudemaison, C.-D. (2001) - Dictionnaire d’économie et de sciences sociales, Paris.

Fichtl, S. (2012) – Les peuples Gaulois. iiie-ier siècle av. J.-C., Paris.

Fleischer, F. Landolt, M., (2012) - Entzheim-Geispolsheim (Bas-Rhin, Frankreich)- Zur Entwicklung einer Siedlungslandschaft in der frühen Eisenzeit, dans C. Tappert, C. Later, J. Fries-Knoblach, Wege und Transport, Beiträge zur Sitzung der AG Eisenzeit während der 80. Verbandstagung des West-und Süddeutschen Verbandes für Altertumsforschung e.V. in Nürnberg 2010, p. 193-207.

Genereux, J. (2001), Introduction à l’économie, Paris.

Guillaumet, J.P. (2003) - Paléomanufacture métallique : méthode d’étude, Paris.

Gruel, K. (1989) – La monnaie chez les Gaulois, Paris.

Hamm, G. (2004) – Carte Archéologique de la Gaule. La Meurthe et Moselle (54), Paris.

Kerig, T., Zimmermann, A. (2013) - Introducing economic archeology: examples from Neolithic agriculture and Hallstatt princely tombs, dans T. Kerig et A. Zimmermann, Economic Archeology, from structure to performance in Europe Archeology UPA 237, p. 13-28.

Koenig, M.-P., Legendre, J.-P., (1990) - L’habitat hallstattien de Geispolsheim : « Bruechel » (Bas-Rhin), Revue Archéologique de l’Est et du Centre-Est, 41, p. 247-257.

Lagadec, J.-P. Duval, P. Eveillard, I. Leroy, M. Ploquin, A. (1993) - La « Cité d’Affrique», habitat fortifié du premier Age du Fer : l’apport des nouvelles fouilles, Archéologia Mosellana, 2, p. 149-173.

Leroy, M. Cabboi, L. (2013) - Les formes d’organisation de la production du fer

en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaînes opératoires dans les ateliers de l’est du Bassin parisien de l’âge du fer au haut Moyen Age, Jarville.

Leroy, M. Casarotto, J.-T. Merluzzo, P. Forrieres, C. Hamon, B., (1994) - La sidérurgie ancienne en Lorraine et les conditions d’utilisation du minerai oolithique lorrain en réduction directe : l’exemple de l’atelier de Frouard (ve-vie.), dans M. Mangin, La sidérurgie ancienne dans l’est de la France dans son contexte européen, Besançon, p. 41-57.

Maucourant, J. (2005) - Le troc et la monnaie dans la pensée de Polanyi, P. Clancier (dir.), Autour de Polanyi.Vocabulaires théories et modalités des échanges, Nanterre, p. 33-43.

Mauss, M. (1925) - Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris.

Millot-Richard, C. (2015) - « Entre les enfants d’Hérodote et les enfants d’Adam Smith ». Pour une approche économique des données archéologiques, Archimède, 2, p. 194-208.

North, D. (2005) – Les processus du développement économique, Paris.

Olivier, L. (1987) – Le tumulus à tombe à char de Marainville-sur-Madon (Vosges) : premiers résultats, dans J.-P. Mohen, A. Duval, C. Eulère (dir.), Les Princes Celtes et la Méditerranée, Actes du colloque de 1987, p. 271-301.

Polanyi Levitt, K. (2005) - Les principaux concepts dans le travail de K. Polanyi et leur pertinence actuelle, dans P. Clancier (dir.), Autour de Polanyi. Vocabulaires théories et modalités des échanges, Nanterre, p. 1-15.

Ricardo, D. (2011) – Valeur absolue, valeur d’échange, Paris.

Scholtus, L. (2014) – La Bure. Une relecture des données, mémoire de Master 2, université de Strasbourg.

Smith, A. (1776 ; 1995) – Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, Paris.

Testart, A. (2012) – Avant l’histoire, l’évolution des sociétés de Lascaux à Carnac, Paris.

Testart, A. (2002) – Aux origines de la monnaie, Paris

Valier, J. (2005) - Brève histoire de la pensée économique, Paris.

Veblen, T. (1970) – Théorie de la classe de loisirs, Paris.

Verger, S. (2006) - La grande tombe de Hochdorf, mise en scène funéraire d’un cursus honorum tribal hors pair, Siris, 7, p. 5-44.

Veyne, P. (1976) – Histoire de Rome, leçon inaugurale du 5 mars 1976 au Collègue de France, Paris.

Warburton, D. (2007) – Les apports des économies de l’âge du bronze au Proche-Orient à la pensée économique : marché, État et économie, Paris.

Wrononoff, D. (1998) - Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris.

Notes

1 Mot d’origine grecque désignant un objet gardé en souvenir d’un événement marquant, et en contexte nord-alpin le terme est utilisé pour qualifier des objets « méditerranéens » retrouvés en contexte funéraire considérés comme des cadeaux diplomatiques.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Schéma représentant différentes visions de l'économie
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7109/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 2 : Zone d’étude
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7109/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Fig. 3 : Le secteur minier de la Cité d'Affrique
Crédits D’après M. Leroy, L. Cabboi, 2013, p. 45.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7109/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112,
UMR 8215 Trajectoires.
Thèse sous la direction de Jean-Paul Demoule et Olivier Weller, « Les économies des matières premières (sel et fer) aux premier et second âge du fer en Europe tempérée : marchés et modèles ».

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter