Version classiqueVersion mobile

La déportation sous le Premier Empire

 | 
Jean-René Aymes

Préface

Jean Tulard

Texte intégral

1 Les neiges de Russie font partie de la légende napoléonienne au même titre que le soleil d’Austerlitz, les brumes d’Iéna ou la plaine de Wagram. L’Espagne est en revanche tenue à l’écart : peut-être parce que Napoléon ne fit qu’y passer en 1808, ne laissant le souvenir que de la prise de Madrid ; surtout en raison du caractère atroce d’une guerre qui fut immédiatement impopulaire en France et dont Goya a évoqué, sans avoir à forcer la noirceur du trait, les épisodes les plus horribles.

2 Les historiens français, de Grasset à Charles-Roux, de Balagny à Lucas-Dubreton, se perdaient dans les considérations militaires ou diplomatiques, ignorant tout des recherches faites en Espagne et du travail fructueux des hispanisants français, lorsque parut, en 1973, un petit livre, La guerre d’indépendance espagnole, due à la plume de Jean-René Aymes. Enrichi de documents peu connus ou inédits en France, l’ouvrage offrait une mise au point remarquable du problème, donnant enfin le point de vue espagnol et pas seulement celui de Napoléon, attachant plus d’importance à la guérilla menée par telle junte locale qu’à la bataille des Arapiles, analysant la composition sociale des émeutes, insistant sur les chocs d’idées entre afrancesados et partisans de la légitimité, mettant en lumière la dégradation de l’économie espagnole pendant la période.

3 Rarement travail n’avait été aussi utile pour décaper et préciser les traits d’une guerre sur laquelle les manuels passaient trop vite. De cette guerre, le même Jean-René Aymes nous offre, avec sa thèse de doctorat remaniée pour la publication, un autre visage. C’est une nouvelle révélation.

4 La littérature consacrée au sort des prisonniers français à l’issue du désastre de Baylen est énorme : témoignages et études encombrent nos rayons de bibliothèque, développant la sinistre légende des “pontons”. Mais les prisonniers espagnols ? Quel sort leur réservaient les Français ? On connaît celui des Anglais grâce aux travaux d’Odette Viennet et de M. Lewis : les historiens avaient négligé les Espagnols, militaires et civils, internés en France entre 1808 et 1814. Il s’agit pourtant d’un véritable transfert de population, près de 65 000 personnes ont été concernées.

5 Initialement Jean-René Aymes avait envisagé d’étendre ses recherches aux émigrés joséphins de 1814 et aux réfugiés libéraux de 1824, mais devant l’hétérogénéité de ces groupes, il s’est limité, avec raison, aux prisonniers de guerre.

6 Il importait d’abord de préciser l’image qu’essayistes, pamphlétaires, mémorialistes ou romanciers ont donnée de cette captivité. Comment les conditions de détention n’auraient-elles pas été déformées par les préoccupations idéologiques ? Du mythe on passe à la réalité, comprenons à l’état sanitaire, aux problèmes financiers, à la nourriture, à l’utilisation des captifs. Rien n’est laissé dans l’ombre, et les conclusions détruisent bien des légendes : la contamination libérale par les loges françaises, les réactions hostiles de la population, etc.

7 L’intérêt d’une telle thèse est triple : historique, littéraire et linguistique ; sa documentation est considérable, sa démarche rigoureuse opposent le souvenir et le vécu, l’histoire et la fiction. Bref, une contribution exemplaire à cette histoire napoléonienne qu’encombrent tant de livres médiocres ou inutiles.

© Éditions de la Sorbonne, 1983

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search