Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie : science plurielle

 | 
Siegfried Léglise
, 
Florent Mathias
, 
Julien Ripoche

Deux écoles, un objectif : vers une compréhension totale des sites et des ensembles funéraires, grâce au dialogue entre la biologie et l’archéologie

Emma Maines

Résumé

La bio-anthropologie ayant une importance croissante dans pour les projets archéologiques, nous souhaitons examiner le croisement de ces deux disciplines. Quels sont les points faibles, ainsi que les apports de chacune et comment devrait-on voir cette collaboration pour l’avenir ? Nous examinerons ce que l’on entend par une approche qui relève à la fois de la bio-anthropologie et de l’archéologie funéraire, en nous attachant aux questions qui sont les plus pertinentes dans ce genre de démarche. Nous proposons d’examiner de quelle façon les deux disciplines joue un rôle dans l’analyse du « temps funéraire », de la préparation du cadavre jusqu’aux funérailles ainsi que dans la reconstruction de la tombe et de l’identité des inhumés. Pour certains grands ensembles funéraires, nous cherchons donc à connaître quelle(s) population(s) les utilisait. Qui sont les morts qui y sont enterrés ? Sont-ils organisés selon des critères spécifiques ? Est-ce seulement une portion sélectionnée de la société ? Que peut-on dire de l’état sanitaire ? Quels sont les éléments du rituel funéraire qui nous sont intelligibles ? Les deux disciplines sont nécessairement complémentaires et, employées conjointement, elles permettent d’améliorer nos interprétations de l’utilisation d’un site funéraire et de l’identité de ses défunts.

The importance of bio-anthropology is continuously growing in its implication in archaeological projects. We wish to examine the relationship between these two disciplines. What are their weaknesses, as well as their contributions and how should this collaboration be considered in the future? We will examine what is meant by an approach that takes into account both bio-anthropology and funerary archeology. And we will focus on the issues that are most relevant to this kind of approach. That is to say, we will examine the ways in which both disciplines play a role in the analysis of the entire funerary apparatus, from the preparation of the corpse for interrment, to the reconstruction of the tomb, and the identity of the individual buried within. For large funerary ensembles, we seek to determine what population(s) used them? Or whether only a selected portion of the population had access? Who were they and were they organized according to certain criteria? What can be said about their health and status ? Finally, what elements of the funeral practices are interpretable? These two disciplines are necessarily complementary and, when employed together, they improve our interpretation of the use of a burial site and of the identity of the deceased.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Projet de thèse (E. M., directeur P. S.), Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, ED112 : Diversité B (...)

1La bio-anthropologie et l’archéologie de la mort sont étroitement liées dans les projets à caractère funéraire. Nous nous proposons d’examiner l’association entre ces disciplines, ainsi que de souligner l’importance de leur alliage, surtout en contexte mortuaire. Dans un premier temps, il s’agit de définir ce que l’on entend par approche conjointe de ces deux disciplines : bio-anthropologie et de l’archéologie funéraire. Dans un second temps, nous envisagerons leur rôle dans l’analyse du « temps funéraire », de la préparation du cadavre jusqu’aux funérailles, en incluant la reconstruction de la tombe et l’identité des inhumés. Cette discussion s’appuie sur des exemples issus du travail mené dans le cadre d’une thèse en cours, en lien avec une mission archéologique au Soudan1.

Problématique

2L’archéologie funéraire et la bio-anthropologie répondent-elles aux mêmes problématiques, tant pour la fouille que pour l’étude des ensembles funéraires ? En d’autres termes, sont-elles compatibles ou complémentaires ? La réponse n’est pas finalement pas si simple. Elles abordent bien les mêmes problématiques, mais les outils mis en œuvre sont propres à chaque discipline ; elles apparaissent donc essentiellement complémentaires.

3Quand il s’agit de parler de ce qui est de l’ordre du « funéraire » – et donc associé à la mort depuis la reconnaissance du décès jusqu’aux commémorations du défunt – il est fort tentant d’associer toutes les pratiques à des intentions symboliques, voire à des systèmes de croyances métaphysiques et religieuses. Les vestiges matériels ne sont cependant pas les témoignages directs de ce genre de pratiques. Nous parlons donc plutôt de l’identification de « gestes funéraires », sans préjuger de leur sens (Duday et al., 1990b, Leclerc, 1990). Ceci se fait à travers la lecture de la taphonomie du défunt, c’est-à-dire la démarche à rebours qui, à partir des vestiges mis au jour, au premier rang desquels figurent les restes osseux, propose une restitution de la sépulture et de son organisation. C’est à travers cette restitution, qui inclut la tombe, le positionnement du corps, et des éléments biologiques se prêtant à une analyse, la nature des objets associés (etc.), que l’on développe des hypothèses sur le caractère singulier ou non des sujets inhumés, des populations et leurs enterrements.

Deux disciplines, un objectif

4Quelle que soit la discipline, ce sont les groupes humains qui sont au cœur du questionnement, les groupes humains qui ont installé les sépultures que nous découvrons. L’identité des défunts qu’elles contiennent est une question évidente. Représentent-ils une portion sélectionnée de la société ? Sont-ils organisés selon des critères spécifiques ? Que peut-on dire de leur état sanitaire ? Quels sont les éléments du rite funéraire qui nous sont intelligibles ?

5Les méthodes employées ont plus précisément pour but d’améliorer la compréhension de chaque sépulture, individuellement, puis d’élargir à l’ensemble des tombes pour parvenir à décoder le fonctionnement global d’un cimetière. En outre, la lecture spatiale ne doit pas occulter la dimension temporelle : l’accroissement ou la densification progressive de l’espace funéraire peut s’accompagner d’éventuelles évolutions dans les règles d’enterrements et les pratiques funéraires (fig. 1). Du point de vue de l’analyse bio-anthropologique, le but est de déterminer un sex-ratio, d’établir un profil par âges, ainsi que d’identifier des marqueurs de stress et d’activité au sein d’une population. Il devient ainsi envisageable de questionner l’homogénéité à la fois culturelle et biologique, d’abord à l’échelle du gisement (intra-populationnelle) puis entre différents sites (inter-populationnelle), jusqu’à une dimension régionale ou suprarégionale.

6

Fig. 1 : Visualisation de la hiérarchie d’analyse

Fig. 1 : Visualisation de la hiérarchie d’analyse

DAO : Emma Maines.

Une perspective archéologique à l’échelle de l’individu et de la tombe

7L’analyse funéraire fonctionne donc à des échelles croissantes. À l’échelle de l’individu et de la tombe, l’archéologue funéraire regarde dans un premier temps ce que l’on peut reconstruire du déroulement de la chaîne opératoire funéraire, de l’agencement de la tombe et du traitement subi par le cadavre avant et pendant l’enterrement (Valentin et al., 2014). L’identité de l’individu est ensuite analysable à travers son traitement normé ou atypique, ainsi qu’à partir de son mobilier d’accompagnement (des objets qui peuvent être d’ordres personnel, fonctionnel ou symbolique, et qui témoignent également d’une appartenance culturelle). Par le biais de l’analyse taphonomique, on peut suivre l’évolution de la décomposition du cadavre et restituer ainsi l’espace de décomposition, première étape vers l’interprétation de la tombe elle-même. On peut enfin évoquer la fonction et l’usage du site par ses contemporains à travers les traces de ré-interventions lisibles dans les tombes.

Une perspective anthropologique à l’échelle de l’individu et de la tombe

8La lecture, à l’échelle de l’analyse bio-anthropologique, se fait dans un premier temps à travers l’identité de l’individu, abordée via une estimation de son âge et/ou de son sexe. Les activités quotidiennes sont scrutées sous le prisme des marqueurs osseux spécifiques. L’étude de l’état sanitaire prend en compte tout traumatisme, stress ou maladie subis par le sujet au cours de sa vie. L’appartenance de l’individu à un groupe familial est parfois identifiable grâce à une analyse de l’ADN ou des caractères discrets. Les études isotopiques sur les ossements permettent aujourd’hui de renseigner l’alimentation des sujets et, suivant les éléments pris en compte, peuvent également indiquer si l’individu a changé d’environnement au cours de sa vie.

À l’échelle du site, vers une synthèse des méthodes

9Chaque discipline (bio-anthropologie et archéologie) a ainsi pour but d’améliorer la compréhension de chaque sépulture, avant d’élargir à l’ensemble de toutes les sépultures pour une compréhension globale du site. L’archéologue cherchera ainsi à savoir de quelle façon est implantée la sépulture, à identifier les éléments permettant de restituer celle-ci à l’origine, à envisager la fonction et l’usage du site par ses contemporains, à identifier des pratiques et peut-être des rites grâce aux vestiges matériels et, enfin, envisager une évolution au fil du temps. À travers l’analyse bio-anthropologique, il s’agira de réussir à développer un profil démographique de la population, ainsi que de caractériser l’état sanitaire (marqueurs de stress, d’activité, de santé) et la nutrition, puis d’approfondir des questions de populations et les relations au sein du site, ainsi qu’à une échelle plus vaste. Pour les deux disciplines, ce changement d’échelle est possible grâce à l’identification de regroupements selon des critères déterminants définis en rapport avec l’individu à travers la compréhension acquise de son identité et de son traitement. Ces différents résultats autorisent une lecture spatiale du site et des hypothèses quant à son fonctionnement. Le gisement peut ensuite être comparé avec d’autres d’un même ensemble, puis confronté à un contexte régional ou enfin inséré dans un modèle d’évolution diachronique.

10Sur le site de Kadruka 23, une approche à la fois anthropologique et archéologique a été menée sur le terrain puis en post-fouille. Nous avons pris en compte tout ce qui touche aux funérailles ainsi qu’à l’identité des inhumés, suivi d’une analyse d’ensemble. L’étude menée sur ce gisement démontre, selon nous, la nécessaire complémentarité des deux disciplines et comment leur emploi conjoint permet d’améliorer les interprétations de l’utilisation d’un site funéraire et de l’identité de ses défunts

La fouille et l’étude de la nécropole néolithique de Kadruka 23, une approche intégrée

  • 2 Étude en cours par L. Cez, doctorante à Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (ArScAn – équipe Arché (...)

11Le site de Kadruka 23 est une nécropole néolithique se trouvant en Haute Nubie, près de la troisième cataracte du Nil (fig. 2). Ce secteur présente un contexte exceptionnel pour l’étude du Néolithique de par la très forte concentration de sites à caractère funéraire identifiés. Ces derniers sont importants tant en termes de taille que d’assemblage de tombes, avec généralement plus de 100 sépultures par nécropole, et des nécropoles géographiquement proches les unes des autres (Reinold, 2001 ; Sadig, 2012). Les gisements se présentent sous la forme de buttes, appelées des kôms dans le dialecte local. D’après les analyses géomorphologiques réalisées à l’hiver 2016, ces éminences sont des buttes naturelles, vestiges d’anciennes terrasses du Nil enserrées entre des petits bras de la rivière, sur lesquelles les hommes néolithiques sont venus enterrer leurs morts2.

12

Fig. 2 : Contexte géographique et chronoculturel

Fig. 2 : Contexte géographique et chronoculturel

DAO : Emma Maines.

13Dans cette région, le passage du style de vie « mésolithique » au style de vie « néolithique » reste mal connu, mais l’arrivée des caprinés domestiqués est attestée dès le VIe millénaire av. J.-C., et la consommation de céréales cultivées dès le Ve millénaire av. J.-C. (Wengrow et al., 2014). L’installation et l’utilisation du cimetière de KDK 23 semblent concentrées dans le Néolithique moyen (entre 5000-4000 av. J.-C.).

Des pratiques à la chaîne opératoire funéraire, et leur rapport à la culture

14Afin de procéder à la reconstruction du positionnement originel du cadavre et la reconstruction de la tombe, l’anthropologue de terrain observe, entre autres, les relations anatomiques au sein du squelette. La préservation ou non des relations articulaires apportera différentes informations. Une articulation labile qui est maintenue (par exemple, la mandibule avec le bloc cranio-facial, ou les os de la main et les os du pied) et une articulation persistante qui est disloquée (par exemple l’épaule ou la hanche, ou le bloc crânio-facial avec la première vertèbre) signale ainsi un agencement ou un traitement du défunt entièrement différent l’un de l’autre (Duday, 1990a) (fig. 3). Le sujet qui figure ici en photo présente une dislocation totale entre le bloc crânio-facial et les premières vertèbres cervicales. L’espace de décomposition est ensuite considéré. Il permet de déterminer le positionnement originel du cadavre et de proposer une restitution de la structure de la tombe.

Fig. 3 : Exemple d’une connexion stricte qui se déplace

Fig. 3 : Exemple d’une connexion stricte qui se déplace

Photo : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.

15Le positionnement du corps ainsi que d’autres éléments comme des effets de paroi ou de contraintes, ou bien le maintien d’éléments naturellement mobiles en équilibre instable, fournissent des informations sur la présence ou non de contenant (avec au préalable la détermination d’une décomposition en espace vide), de linceul (dont peut témoigner un effet de contrainte) (fig. 4), ou de sépulture colmatée en pleine terre, avec ou sans parois (Duday et al., 1990b ; Leclerc, 1975). Le sujet de la figure 4 présente un effet de contrainte remarquable sur le corps, ce qui témoigne certainement de la présence de ligatures et/ou de linceul.

Fig. 4 : Exemple d’un effet de contrainte qui témoigne certainement de la présence de ligatures et/ou de linceul

Fig. 4 : Exemple d’un effet de contrainte qui témoigne certainement de la présence de ligatures et/ou de linceul

Photo : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.

16L’identification du mobilier funéraire ainsi que l’analyse de son agencement au sein de la tombe nous apportent des informations importantes d’ordre fonctionnel, mais aussi sur l’identité du sujet et le contexte culturel. L’avancement des fouilles du site de Kadruka 23 permet à l’heure actuelle d’identifier trois types principaux de mobilier. La parure portée constitue un vestige d’ordre personnel, tandis que des haches polies, les faucilles et, dans certains cas, les vases ressortent du domaine de l’usuel. Le site recèle par ailleurs des éléments plus difficilement interprétables, comme les dépôts de bucranes. L’association compliquée de mobilier déposé en plusieurs niveaux superposés dans la tombe nous aide à reconstruire la chaîne opératoire funéraire (fig. 5). Le mobilier est également essentiel pour la détermination chronoculturelle de la sépulture, et donc l’attribution du défunt à telle ou telle phase. C’est le cas des divers types de céramiques qui témoignent d’une variabilité diachronique dans l’utilisation des kôms.

Fig. 5 : Exemple d’une association compliquée de mobilier qui permet une meilleure compréhension de l’individu et de la tombe

Fig. 5 : Exemple d’une association compliquée de mobilier qui permet une meilleure compréhension de l’individu et de la tombe

DAO : P. Chambon, document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.

17Plusieurs cas de potentielles ré-interventions, des réductions de sépulture, ou de dépôts secondaires ont été répertoriés jusqu’ici. Une sépulture dite primaire, suppose une décomposition du corps sur le lieu même du dépôt (Leclerc, 1990 ; Duday et al., 1990b). Une sépulture, ou un dépôt secondaire, implique un déplacement du cadavre après avoir attendu un temps plus ou moins important suivant le début du processus de décomposition (Duday et al., 1990b). Enfin, la réduction de corps fait référence à un regroupement intentionnel dans l’espace où s’est effectuée la décomposition du cadavre (Leclerc, 1975).

18La figure 6 présente deux vues d’un seul dépôt en cours de fouilles (fig. 6). Le bras gauche et son avant-bras, ainsi que la colonne vertébrale, sont en parfaite connexion anatomique. Beaucoup d’autres ossements provenant d’un seul individu sont présents, mais le squelette reste fragmentaire et en désordre. Les limites de la fosse sont visibles et révèlent un espace trop réduit pour l’enterrement préalable d’un individu entier, ce qui infirme l’hypothèse d’une réduction. Ceci suggère un déplacement du cadavre, peut être suite à un temps d’exposition post-mortem (Sellier et al., 2017), pratique connue pour des régions limitrophes par des exemples ethnographiques (Dubosson, 2011).

Fig. 6 : Deux vues sur un exemple d’une sépulture secondaire en cours de fouilles

Fig. 6 : Deux vues sur un exemple d’une sépulture secondaire en cours de fouilles

Photo : documents de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.

19La figure 7 présente quant à elle un exemple de ré-intervention et de réduction. Un fémur et un tibia ont ainsi été retrouvés déplacés en bordure d’une autre sépulture. L’individu à qui appartenaient ces os de la cuisse et de la jambe était enterré à proximité mais la sépulture primaire en place, visible sur la photo, a ensuite recoupé son espace d’enterrement (fig. 7).

Fig. 7 : Exemple d’une ré-intervention et d’une réduction

Fig. 7 : Exemple d’une ré-intervention et d’une réduction

Photo : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project, repris par Emma Maines.

20De multiples gestes deviennent apparents à la lumière de ces exemples. Une fois ces remaniements ou traitements préfunéraires subis mis en évidence, il nous faut encore reconnaître leur enchaînement, et tenter d’interpréter leur sens. En tout état de cause, ils complètent la vision d’un lieu intensément fréquenté, par des individus aux intentions variables et durant des séquences funéraires qui se révèlent parfois multiples ou décalées.

De l’identité individuelle à la population

21Avant d’aborder l’identité et le vécu des individus puis des populations à travers les analyses bio-anthropologiques, il est nécessaire de préciser quelques limitations méthodologiques. Si le sexe d’un individu adulte peut être déterminé à partir de l’os coxal avec des mesures ou des observations morphologiques (Bruzek, 2002 ; Bruzek et al., 2017 ; Murail et al., 2005), il est en revanche impossible d’estimer le sexe d’un individu immature à partir de ses restes osseux. L’ADN pourrait être une solution de recours, mais la méthode reste une coûteuse et compliquée. Par ailleurs, en contexte désertique, le collagène, support de l’analyse, a souvent totalement disparu. Les restes dentaires permettent une estimation assez fiable de l’âge au décès des individus immatures (Moorress et al., 1963a,b), ils sont privilégiés dans ce contexte en regard des méthodes qui utilisent l’observation de l’avancement des centres d’ossification ou la mesure de la longueur des os ; la matière osseuse est en effet très mal conservée. Quant à la méthode utilisée aux mêmes fins sur le bassin des sujets adultes, elle est malheureusement beaucoup moins fiable et précise (Schmitt, 2005).

22L’analyse d’autres éléments biologiques et sanitaires peut également apporter une meilleure compréhension de l’ensemble des morts, et de leur vie. Les marqueurs d’activité sont des traces laissées sur les os ou sur les dents qui nous renseignent sur le genre d’activité exercées à répétition. Les hypoplasies linéaires de l’émail, quant à elles, constituent un bon marqueur de stress : il s’agit d’une malformation dentaire qui correspond à des insuffisances ponctuelles du développement en épaisseur de l’émail au cours de la formation de la couronne. Cette anomalie se caractérise par la présence de lignes, rainures ou déformations sur la surface de la couronne de la dent. L’étude de ces lignes peut permettre de proposer des modèles chronologiques de phases de stress physiologiques intervenues durant la période de développement de la denture, souvent à mettre en relation avec une dégradation du régime alimentaire (Goodman et Song, 1999).

  • 3 Étude en cours, sujet présenté lors d’une conference non publiée : E. Maines, « Les dents comme out (...)

23Un très grand nombre de pathologies peuvent laisser des traces sur les restes osseux et dentaires et nous informer sur la vie d’un individu (Ortner, 2003 ; Waldron, 2009). La figure 8 montre (centre gauche) un cas de parodontolyse, une maladie caractérisée par la destruction des tissus parodontaux : gencive, os alvéolaire, desmodonte et cément. Ce genre de lésion peut être lié à un régime alimentaire spécifique (des études ont démontré un lien entre une mode de vie agricole et une plus forte présence de caries et de lésions bucco-dentaire) ou à des pratiques particulières, comme l’utilisation de l’appareil dentaire pour des activités en dehors de la mastication (Turner et Cadien, 1969 ; Turner et Machado, 1969 ; Lous, 1970 ; Turner, 1979 ; Lukacs et Pastor, 1988 ; Bocquentin et al., 2005)3. Les stigmates de violences subies peuvent aussi être observés : c’est le cas du remaniement post-traumatique du poignet d’un individu, ou d’un fémur cassé (fig. 8). Autre élément observé, les caractères discrets sont des variations anatomiques présentes chez certains individus, dont la présence ou l’absence peuvent témoigner d’un lien familial. Leur expression est liée à un mécanisme en partie génétique (Stojonawski et Schillaci, 2006 ; Ricaut et al., 2010).

Fig. 8 : Exemple de pathologies présentes dans la population de Kadruka 23

Fig. 8 : Exemple de pathologies présentes dans la population de Kadruka 23

Photos : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.

À la croisée de l’archéologie funéraire et de la bio-anthropologie

24La vision d’ensemble du site est ainsi obtenue par la corrélation des données archéologiques et anthropologiques. Nous pouvons ainsi prétendre identifier des statuts individuels particuliers, définir des âges sociaux, reconnaître des spécialisations dans les activités quotidiennes ou encore suggérer l’existence d’une hiérarchie ou d’inégalités sociales au sein du groupe humain. En ce qui concerne Kadruka 23, toutes les données vues jusqu’ici autorisent une analyse totale, spatiale du kôm.

25Dès les premières analyses de KDK 23, le nombre très important d’individus en bas âge est apparu comme une donnée marquante. Le profil de mortalité est ainsi parfaitement compatible avec une mortalité naturelle pour ce genre de population (Ledermann, 1969 ; Sellier, 1996). L’âge au décès n’est pas, à Kadruka 23, un critère déterminant pour l’inhumation sur le kôm et plus largement pour que l’individu bénéficie du rite funéraire, à l’inverse de ce qui est fréquemment constaté en archéologie dans d’autres contextes chronologiques et culturels (Maines et al., 2017).

26Depuis 2014, un total de 110 individus a été mis au jour sur le kôm. Parmi ces individus nous dénombrons 45 sujets immatures et 49 adultes. La répartition des individus par classes d’âges fait ressortir le très grand nombre de sujets périnatals et de nourrissons, mais aussi des sujets immatures en général (fig. 9). La population adulte montre une légère prédominance de sujets de sexe féminin, mais malheureusement le nombre de sujets de sexe indéterminé, à cause de la mauvaise conservation de la matière osseuse, interdit d’interpréter ce déséquilibre comme un réel choix des Néolithiques (fig. 10). Si les sujets immatures apparaissent nombreux, c’est également le cas des d’adultes d’âge plutôt avancé. Les adolescents et jeunes adultes en général sont en très faible nombre.

Fig. 9 : Tableau de total et regroupement par âge pour la population de Kadruka 23

Fig. 9 : Tableau de total et regroupement par âge pour la population de Kadruka 23

Image et données : Emma Maines.

Fig. 10 : Tableau de total et regroupement par sexe pour la population adulte de Kadruka 23

Fig. 10 : Tableau de total et regroupement par sexe pour la population adulte de Kadruka 23

Image et données : Emma Maines.

27L’étude des caractères discrets et de l’état sanitaire se poursuit, mais nous espérons qu’en croisant ces informations avec les différentes pratiques préalablement repérées, ou avec les regroupements en sous-ensembles bien établis par le contexte archéologique, il sera possible de formuler des hypothèses de regroupements familiaux ou de traitement particulier selon l’état sanitaire.

28Les plus jeunes enfants sont en grande majorité concentrés au sommet du kôm. Les sujets entre 1 et 10 ans ne montrent aucune répartition préférentielle. Le sexe des adultes ne semble pas non plus un critère déterminant dans la localisation de la tombe. Des concentrations d’inhumations, ainsi que des zones de réutilisation préférentielles ou des alignements de sépultures ont été remarqués selon certains axes et dans quelques zones du kôm. Nous considérons avec attention ces éléments de structuration dans notre étude, puisqu’ils ne correspondent pas à la forme naturelle du kôm et ne peuvent donc être motivés que par une volonté anthropique.

29Il y a des différences de traitement lisibles à travers le mobilier selon les classes d’âge. Des objets sont associés uniquement à des individus en très bas âge, comme les cuillères (Maines et al., 2017) et d’autres uniquement à des adultes, comme les quelques exemples de faucilles retrouvées lors des dernières campagnes de fouilles. Malheureusement, la diagnose sexuelle des sujets adultes du kôm ne permet pour l’instant pas de différencier un traitement particulier sur ce critère. Enfin, des éléments varient de manière significative au fur et à mesure que l’on descend dans les niveaux du kôm. Dans les observations réalisées en 2014 par exemple, les sujets mort-nés ou nouveaux nés se présentaient systématiquement avec des ceintures de perles en coquille d’œuf d’autruche. Les zones fouillées lors des campagnes de 2015 et 2016 ne présentaient plus cette particularité. En 2016, un nombre significatif de sépultures associées à des dépôts de bucranes a en revanche été mis au jour. Les pratiques ne sont donc pas un phénomène stable dans le temps ni homogène sur le kôm. Ces données alimenteront l’interprétation du fonctionnement du site et devraient autoriser une identification plus précise des morts.

Conclusion et perspectives

30Les données funéraires et biologiques exploitées dans l’étude des sépultures de Kadruka 23 permettront, à terme, de dresser un portrait complet des populations et des cultures de cette région de Haute Nubie, puis de questionner leur homogénéité tant sur un plan biologique que sur celui des traditions funéraires et plus largement de leur appartenance culturelle. C’est en poursuivant l’analyse de cette diversité avec une approche pluridisciplinaire que nous pouvons aspirer à tirer les conclusions les plus riches quant aux aspects identitaires et culturels et à proposer une interprétation de « l’idéologie funéraire » de ces sociétés.

Bibliographie

Bocquentin F., Sellier P., Murail P. (2005) Abrasion dentaire et travail spécialisé dans la population natoufienne de Mallaha (Israël), Comptes rendus Palevol, Elsevier Masson, 4, p. 351-357.

Bruzek J. (2002) – A Method for Visual Determination of Sex, Using the Human Hip.

Bone, American Journal of Physical Anthropology, vol. 117, pp. 157-168.

Bruzek J., Santos F., Dutailly B., Murail P., Cunha E. (2017) – Validation and Reliability of the Sex Estimation of the Human os Coxae Using Freely Available DSP2 Software for Bioarchaeology and Forensic Anthropology, American Journal of Physical Anthropology, p. 440-449.

Crubézy E., Sellier P. (1990) – Caractères discrets et « recrutement » des ensembles sépulcraux, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, nouvelle série, tome 2, fascicule 3-4, p. 171-177.

Dubosson J. (2011) – Cattle Sacrifice in the Funerary Rituals of the Kingdom of Kerma: The Contribution of Ethnoarchaeology, documents de la mission Suisse au Soudan, 3, p. 18-24.

Duday H. (1990a) – Observations ostéologiques et décomposition du cadavre : sépulture colmatée ou en espace vide, Revue archéologique du Centre de la France, tome 29, fascicule 2, p. 193-196.

Duday H., Courtaud P., Crubezy É., Sellier P., et Tillier A.-M. (1990b) – L’anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, nouvelle série, tome 2, fascicule 3-4, p. 29-49.

Goodman A. H., Song R. J. (1999) – Sources of Variation in Estimated Ages at Formation of Linear Enamel Hypoplasias, dans R. Hoppa and C. Fitzgerald (eds.), Human Growth in the Past: Studies from Bones and Teeth, Cambridge University Press, p. 210-239.

Leclerc J. (1975) – Problèmes d’observation et de terminologie à propos de la sépulture collective de La Chaussée-Tirancourt, dans Leroi-Gourhan A., (éd) Séminaire sur les structures d’habitat–Sépultures, collège de France, Ethnologie Préhistorique (Équipe de Recherche Associée au CNRS no 52), Paris, p. 20-25.

Leclerc J. (1990) – La notion de sépulture, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, nouvelle série, tome 2, fascicule 3-4, p. 13-18.

Ledermann S. (1969) – Nouvelles tables-types de mortalité, Paris, PUF.

Lous G.F. (1970) – The Masticatory System Used as Tool, Dental Abstracts, 15, p. 457-458.

Lukacs J.R., Pastor R.F. (1988) – Activity induced patterns of dental abrasion in prehistoric Pakistan: Evidence from Mehrgarh and Harrapa, American Journal of Physical Anthropology, 76, p. 377-398.

Maines E., Sellier P., Chambon P., Langlois O. (2017) – Burying Children and Infants at Kadruka 23: Insights into Juvenile Identity and Disposal of the Dead in the Nubian Neolithic, dans E. Murphy, M. LeRoy (eds), Children, Death and Burial: Archaeological Discourses, The Society for the Study of Childhood in the Past Monograph Series, Oxbow Books, p. 43-56.

Moorress C. F. A., Fanning E. A., Hunt E. E. (1963a) – Age Variation of Formation Stages for Ten Permanent Teeth, Journal of Dental Research, vol. 42, 6, p. 1490-1502.

Moorress C. F. A., Fanning E. A. et Hunt E. E. (1963b) – Formation and Resorption of Three Deciduous Teeth in Children, American Journal of Physical Anthropology, vol. 21, 2, p. 205-213.

Murail P., Bruzek J., Houët F. et Cunha E. 2005 – « DSP : A Tool for Probabilistic Sex Diagnosis Using Worldwide Variability in Hip-Bone Measurements », Bulletins et mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris [En ligne], 17 (3-4) | 2005, mis en ligne le 23 novembre 2006. En ligne : http://bmsap.revues.org/1157, consulté le 31 août 2014.

Ortner D. J. (2003) – Identification of Pathological Conditions in Human Skeletal Remains, Academic Press, San Francisco.

Reinold J. (2001) – Kadruka and the Neolithic in the Northern Dongola Reach, The Sudan Archaeological Research Society, 5, p. 2-10.

Ricaut F. X., Auriol V., Von Cramon-Taubadel N., Keyser C., Murail P., Ludes B., Crubezy E. (2010) – Comparison Between Morphological and Genetic Data to Estimate Biological Relationship: The Case of the Egyin Gol Necropolis (Mongolia), American Journal of Physical Anthropology, 143, Hoboken NJ, p. 355-364.

Sadig A. (2012) – Individuals and Families: Traditions of Burials in the Sudanese Neolithic 5000-3000 BC, Journal of Faculty of Arts. University of Khartoum, ADAB, 29 vol. 1, p. 58-93.

Salvatori S., Usai D. eds. (2008)A Neolithic Cemetery in the Northern Dongola Reach: Excavation at Site R12 (Sudan Archaeological Research Society Publication 16, BAR International Series 1814), Oxford, Archaeopress.

Schmitt A. (2005) – Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 17, p. 89-101.

Sellier P. (1996) – « La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult », dans J.-F. Piningre (éd.), Nécropoles et société au premier âge du Fer : le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Paris, Éditions de la MSH (DAF, 54), p. 188-202.

Sellier P., Aoudia L., Gilon A., Langlois O., Lebrun A., Maines E., Chambon P. (2017) – « Pratiques pré- et post-dépositionnelles du Néolithique de Haute-Nubie : enveloppement et transport des corps dans le cimetière Kadruka 23 (Soudan) », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, 29, suppl. 1, p. S31.

Stojanowski C. M., Schillaci M. A. (2006) – Phenotypic Approaches for Understanding Patterns of Intracemetery Biological Variation, Yearbook of Physical Anthropology, 49, p. 49-88.

Turner C.G. (1979) – Dental Anthropological Indications of Agriculture Among the Jomon People of Central Japan, American Journal of Physical Anthropology, 51, p. 619-636.

Turner C.G., Cadien J.D. (1969) – Dental Chipping in Aleuts, Eskimos and Indians, American Journal of Physical Anthropology, 31, p. 303-310.

Valentin, F., Rivoal, I., Thevenet, C. and Sellier, P. (eds.) (2014) – La Chaîne opératoire funéraire : ethnologie et archéologie de la mort, travaux de la Maison René Ginouvès, 18, Paris, Éditions de Boccard.

Waldron T. (2009) – Paleopathology, Cambridge, Cambridge University.

Wengrow D., Dee M., Foster S., Stevenson A., Bronk-Ramsey C. (2014) – Cultural Convergence in the Neolithic of the Nile Valley: a Prehistoric Perspective on Egypt’s Place in Africa. Antiquity, 88, p. 95-111.

Notes

1 Projet de thèse (E. M., directeur P. S.), Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, ED112 : Diversité Biologique et Archéologie de la Mort : une Approche Populationnelle et Culturelle du Néolithique Soudanais (Haute-Nubie). Kadruka Neolithic project : SFDAS (Section Française de la Direction des Antiquités du Soudan)/NCAM (National Corporation for Antiquities and Museums)/QSAP (Qatar-Sudan Archaeological Project)/CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), directeur O. L., archéo-anthropologie P. C. and P. S.

2 Étude en cours par L. Cez, doctorante à Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne (ArScAn – équipe Archéologies environnementales, UMR 7041).

3 Étude en cours, sujet présenté lors d’une conference non publiée : E. Maines, « Les dents comme outils : données et perspectives bioarchéologiques du Néolithique de Haute Nubie. » Société d’Anthropologie de Paris (SAP) ; 26 janvier 2017, Paris.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Visualisation de la hiérarchie d’analyse
Crédits DAO : Emma Maines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 2 : Contexte géographique et chronoculturel
Crédits DAO : Emma Maines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 3 : Exemple d’une connexion stricte qui se déplace
Crédits Photo : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 4 : Exemple d’un effet de contrainte qui témoigne certainement de la présence de ligatures et/ou de linceul
Crédits Photo : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 5 : Exemple d’une association compliquée de mobilier qui permet une meilleure compréhension de l’individu et de la tombe
Crédits DAO : P. Chambon, document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 6 : Deux vues sur un exemple d’une sépulture secondaire en cours de fouilles
Crédits Photo : documents de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 7 : Exemple d’une ré-intervention et d’une réduction
Crédits Photo : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project, repris par Emma Maines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 8 : Exemple de pathologies présentes dans la population de Kadruka 23
Crédits Photos : document de la mission archéologique franco-soudanaise, Kadruka Neolithic Project.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 9 : Tableau de total et regroupement par âge pour la population de Kadruka 23
Crédits Image et données : Emma Maines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 10 : Tableau de total et regroupement par sexe pour la population adulte de Kadruka 23
Crédits Image et données : Emma Maines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7094/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112,
UMR 7206 Éco-anthropologie et Ethnobiologie,
Équipe Éco-anthropologie et Ethnobiologie.
Thèse sous la direction de Pascal Sellier, « Diversité biologique et archéologie de la mort - Une approche populationnelle et culturelle du Néolithique soudanais (Haute Nubie) ».

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter