Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie : science plurielle

 | 
Siegfried Léglise
, 
Florent Mathias
, 
Julien Ripoche

Faire dialoguer l’archéologie, la géographie et l’histoire

Retour d’expérience sur quelques enjeux de l’interdisciplinarité entre ces sciences humaines et sociales

Julie Gravier et Léa Hermenault

Résumé

L’omniprésence du terme « interdisciplinarité » dans les programmations scientifiques actuelles – celles du CNRS, des Labex ou des COMUE par exemple – tend à ne faire de cette pratique qu’un affichage de bon aloi et masque le fait que le recours à cette démarche peut-être utile pour répondre à la complexité de certains objets d’étude, tels que les systèmes de peuplement, la ville, etc. Si la démarche interdisciplinaire peut impliquer des difficultés d’ordre méthodologiques ou techniques, elle autorise souvent la mise en regard des cadres théoriques et conceptuels des disciplines convoquées.
Toutes deux archéologues de formation, nous travaillons sur l’archéologie de la ville, mais nous menons nos recherches dans des cadres institutionnels différents : l’une est doctorante en géographie mais étudie préférentiellement des données archéologiques, quand l’autre est doctorante en archéologie mais utilise surtout des sources écrites et planimétriques. Grâce à la confrontation de nos deux expériences, nous souhaitons montrer dans cet article comment la mise en place d’un dialogue entre l’archéologie et la géographie ou l’histoire peut être heuristique.
Après avoir rendu compte des facteurs qui peuvent motiver un doctorant à engager une démarche interdisciplinaire, nous montrons que certains contextes de travail favorisent le dialogue interdisciplinaire, puis nous présentons plusieurs points de connexion à partir desquels nous pensons qu’il est possible de faire émerger une discussion entre l’archéologie et la géographie d’une part, et l’archéologie et l’histoire d’autre part. Enfin, nous expliquons en quoi cette démarche peut contribuer aux questionnements épistémologiques de l’archéologie.

The omnipresence of the “interdisciplinary” word in current scientific programs—such as those involving the CNRS, Labex or COMUE—may make the practice a simple display. However, it hides the fact that an interdisciplinary approach often is a necessity in order to fulfil the complexity of an object of research, as settlement systems, cities… This approach may imply some technical or methodological difficulties, but it often implies to deal with theoretical and conceptual frameworks of the disciplines convened.
Both of us have studied archaeology and we currently are exploring urban archaeology. However, we conduct our researches within different institutional framework: one of us is a PhD student in geography but mainly studies archaeological data, whereas the other is a PhD student in archaeology but mostly uses written and cartographic sources. Based on our experience, we present in this paper how the dialogue between archaeology and geography or history is heuristic.
First, we present the main causes of our involvement in an interdisciplinary approach during PhD. Then, we expound how some contexts we had experimented promote interdisciplinary dialogue. We thereafter present connecting points which enable discussions between archaeology and geography on one hand, and on the other hand, between archaeology and history. Finally, we will explain how this approach may be helpful for engaging questions on the epistemological positions of archaeology.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Laboratoire d’excellence.
  • 2 Communauté d’universités et établissements.

1L’omniprésence du terme « interdisciplinarité » dans les programmations scientifiques actuelles – celles du CNRS, des Labex1 ou des Comue2 par exemple – tend à ne faire de cette pratique qu’un affichage de bon aloi et masque le fait que le recours à cette démarche peut être utile pour répondre à la complexité de certains objets d’étude, tels que les systèmes de peuplement, la ville, etc. L’interdisciplinarité désigne, selon Alain Pavé, « une activité scientifique mettant en jeu plusieurs disciplines afin d’étudier un même objet, avec des regards croisés et variés, ou répondant à des questions scientifiques non réductibles à une discipline particulière » (Pavé, 2011, p. 1). Cette large définition englobe de nombreuses pratiques de la confrontation des disciplines. Bien que diverses, les pratiques interdisciplinaires obligent souvent à se questionner sur les cadres théoriques et conceptuels des disciplines convoquées, et en deviennent ainsi profondément heuristiques.

  • 3 Julie Gravier, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8504 Géographie-cités, équipe P.A.R.I.S.
  • 4 Léa Hermenault, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies Enviro (...)

2Toutes deux archéologues de formation, nous travaillons sur l’archéologie de la ville. L’une3 travaille sur la caractérisation spatio-temporelle de la ville sur le temps long de 2 000 ans dans le nord de la France. L’objectif est en particulier de proposer des indicateurs archéologiques – ayant une continuité de sens dans l’espace et le temps – qui permettent d’appréhender la trajectoire de la ville de Noyon (Oise) au regard de ses réseaux de villes. L’autre4 cherche à mieux comprendre le rôle de la circulation des Hommes dans la ville pour l’évolution de la matérialité du tissu urbain sur le temps long ; ses travaux se concentrent sur Paris entre le xve et le début du xixe siècle. Nous menons nos recherches dans des cadres institutionnels différents : la première est doctorante en géographie mais étudie préférentiellement des données archéologiques, quand la seconde est doctorante en archéologie mais n’utilise pratiquement que des sources écrites et planimétriques. Par conséquent, notre pratique de l’interdisciplinarité diffère quelque peu puisque la première souhaite mettre en relation les points de vue de différentes disciplines sur son objet de recherche, tandis que la seconde invite plutôt à transférer vers l’archéologie des éléments développés dans d’autres disciplines. La confrontation de nos deux expériences doctorales nous a permis de nous interroger sur les intérêts du dialogue de l’archéologie avec la géographie et l’histoire. Ainsi, nous nous proposons d’exposer ici ce retour d’expérience et de présenter des apports épistémologiques de l’interdisciplinarité dans laquelle nous nous sommes engagées.

3Tout d’abord, nous présenterons les facteurs qui nous ont incités à entreprendre une démarche interdisciplinaire en doctorat. Nous exposerons ensuite comment nous avons mis en œuvre le dialogue interdisciplinaire entre l’archéologie et la géographie ou l’histoire. Enfin, nous tenterons de montrer en quoi ce dialogue appelle un éventuel redéploiement disciplinaire pour l’archéologie.

1. Se lancer dans l’interdisciplinarité en doctorat : le cas des recherches portant sur l’espace urbain

1.1. Pallier le caractère très lacunaire des données archéologiques en contexte urbain par l’utilisation d’autres types de sources

4Si les données archéologiques sont souvent incomplètes, elles sont particulièrement lacunaires en contexte urbain en France puisque les villes actuelles sont majoritairement localisées au même emplacement que les occupations urbaines antérieures (Rodier, Grataloup et Guilloteau, 2010). Les fenêtres de fouilles qui permettent d’atteindre les niveaux archéologiques sont ainsi particulièrement limitées en nombre et en surface. À titre d’exemple l’ancien chef du service archéologique de Douai, Pierre Demolon, évalue que les fouilles archéologiques ne représentent que 5 % de l’espace urbanisé ancien alors que la ville est dotée d’un service actif depuis 1970 (Demolon, 2012). Face aux lacunes documentaires, il est ainsi utile d’exploiter d’autres sources disponibles pour étudier l’ensemble de la ville – comme tout autre site archéologique – et son évolution sur toute la durée de son existence. Ces autres sources sont les textes et, dans une moindre mesure – car elles sont moins nombreuses– les cartes et les vues. Un examen de la documentation archéologique parisienne montre par exemple que si la période antique est bien documentée grâce à l’intérêt précoce des archéologues pour les vestiges de cette époque et aux travaux menés par la Commission du vieux Paris, ceci est moins vrai pour les périodes plus récentes. Face à cette sous-documentation, l’exploitation des données écrites et planimétriques s’avère nécessaire.

5L’utilisation et le traitement croisé de ces sources nous ont dès lors amenées à nous approprier certaines compétences traditionnellement davantage mises en œuvre dans d’autres disciplines. Mais les lacunes documentaires spécifiques à l’espace urbain ne sont pas les seuls facteurs qui nous ont amenées à mettre en place une démarche interdisciplinaire.

1.2. Associer des concepts de disciplines différentes pour tenter de répondre à la complexité de l’objet « ville »

6La ville apparaît comme étant particulièrement compliquée à appréhender. La diversité des points de vue, des approches ou des indicateurs existant dans la bibliographie relative à la ville rend compte de son caractère pluriel et de la difficulté de la définir puisqu’elle est à la fois dense et multifonctionnelle. Ces propriétés, qui lui sont spécifiques, tiennent au fait qu’un grand nombre d’acteurs s’y trouvent être en interaction (Claval et Claval, 1981). La ville peut ainsi être identifiée comme un système complexe, c’est-à-dire comme un ensemble constitué de nombreuses entités en interaction. Or cette complexité empêche l’observateur de comprendre aisément son fonctionnement et son évolution. Pour mieux saisir la ville en tant qu’objet de recherche, nous avons dès lors eu le sentiment qu’il serait bénéfique de tirer parti des travaux d’autres disciplines (Klein, 2004).

7Ainsi, par exemple, la recherche sur l’impact de la circulation des hommes et des marchandises sur l’évolution des bâtiments qui se trouvent au bord des rues parisiennes fait écho aux recherches que dirigent certains géographes sur les questions de la mobilité en ville, de la circulation et de l’impact des interactions spatiales sur l’évolution du territoire. Si leurs travaux portent principalement sur les sociétés contemporaines, certains éléments de l’appareil conceptuel mis en place par les géographes – comme les idées d’interaction spatiale, de mobilité ou encore le binôme forme/flux – nous ont semblé très pertinents pour l’analyse des sociétés plus anciennes.

8L’engagement d’une démarche interdisciplinaire est donc lié, selon les mots de Monique Barrué-Pastor, au « sentiment que l’explication des phénomènes étudiés exige la mise en commun de connaissances de disciplines différentes » (Barrué-Pastor, 1992, p. 458). Cependant, l’émergence d’un intérêt pour d’autres disciplines n’est pas suffisante pour rendre concrète et effective la démarche interdisciplinaire. Cette dernière implique de mettre en place les conditions d’un dialogue, au nombre desquelles peut être comptée l’utilisation d’un langage et de procédures partagées et/ou collectives, mais aussi la mise en place de moments susceptibles de favoriser ce dialogue.

2. Construire un dialogue interdisciplinaire entre l’archéologie et la géographie ou l’histoire

2.1. Des cas de pratiques et de contextes favorables au dialogue interdisciplinaire

9Nos expériences nous ont permis d’observer deux types de contextes – parmi ceux existants – dans lesquels peut se dérouler l’interdisciplinarité et qui correspondent eux-mêmes à deux temporalités.

10Le premier contexte que nous avons expérimenté est une pratique quotidienne de l’interdisciplinarité qui se présente sous une forme que nous proposons d’appeler « émigration disciplinaire ». Il s’agit du cas où le jeune chercheur est amené à poursuivre ses recherches dans une discipline différente de celle de sa formation initiale, pour des raisons de financement de thèse ou d’opportunité scientifique. Il est alors confronté au quotidien à un nouveau langage, à de nouvelles normes et à d’autres codes. Puisqu’il souhaite s’intégrer dans ce nouveau contexte disciplinaire, il cherche à se les approprier : la lecture intensive de la bibliographie, la mise en place de fortes interactions avec ses collègues, les présentations dans des colloques et des journées d’étude y contribuent largement. Aussi riche que soit ce type de parcours, il faut garder à l’esprit que le choisir présente le risque de se heurter à une certaine forme d’exclusion, pour les questions de postes et de financements par exemple. Cette forme d’interdisciplinarité, instaurée à l’échelle individuelle, nécessite une institutionnalisation (une codirection ou une intégration dans un laboratoire par exemple) et reste très minoritaire.

11Le second type de contexte que nous avons expérimenté est plus épisodique et correspond à une pratique collective de l’interdisciplinarité. Il s’agit par exemple de séminaires hebdomadaires d’enseignants ou de séminaires de Labex tenus sur plusieurs jours, qui permettent le rapprochement de chercheurs de disciplines différentes. Ces rencontres sont discontinues dans le temps. Elles se révèlent être des bulles spatio-temporelles, caractérisées par des temps de dialogues et d’échanges qui deviennent efficaces du fait que les acteurs qui y sont engagés peuvent se concentrer uniquement sur le sujet qui les a amenés à être présents. Elles sont par ailleurs particulièrement productives lorsqu’elles comprennent des moments plus informels. On ne dira ainsi jamais assez l’importance des déjeuners et des pauses-café pour l’élaboration de programmes de recherche ou l’éclosion d’idées nouvelles. De plus, le caractère informel de ces rencontres permet d’améliorer les conditions d’écoute et d’accroître les intérêts scientifiques mutuels des interlocuteurs. Or, ces deux conditions nous semblent être des éléments décisifs pour élaborer un échange efficace entre des acteurs qui appartiennent à des disciplines différentes et ne possèdent pas forcément les mêmes référentiels.

12Toutefois, si ces deux contextes permettent au dialogue interdisciplinaire de s’opérer, c’est ailleurs qu’il faut en chercher les fondements. Nous pensons que la mise en place d’un langage commun et la construction de ce que nous pourrions appeler des « points de connexion » en font partie. Ces derniers ne sont pas invariables. Ils dépendent notamment des disciplines que l’on souhaite faire dialoguer et sont liés à l’histoire des domaines avec lesquels l’archéologie veut interagir.

2.2. Tenir compte de l’habitus et de l’histoire des disciplines

13Le dialogue interdisciplinaire ne peut pas être mis en place à partir des mêmes points de connexion entre l’archéologie et toutes les sciences, car, d’une part, les objets analysés par l’archéologie ne permettent pas – à un instant t de la recherche – tous les rapprochements, et d’autre part, l’épistémologie et l’habitus de chacune des disciplines compliquent ou au contraire facilitent les relations (Bourdieu, 1972).

14L’habitus du travail de recherche des historiens apparaît par exemple, selon notre expérience, globalement différent de celui des archéologues ou des géographes. Tout d’abord, ces derniers sont incités dès le début de leur formation à travailler en équipe (participation obligatoire à des chantiers de fouilles pour les premiers et stage de terrain pour les seconds par exemple), ce qui n’est généralement pas le cas des historiens qui ont traditionnellement moins pour habitude de travailler en équipe durant les premières années de leur formation.

  • 5 Bien que l’on constate récemment un regain d’intérêt en la matière ces dernières années.

15Par ailleurs, depuis la fin de la grande époque de l’histoire quantitative des années 1970 en France, les historiens sont désormais peu nombreux à manipuler des données purement quantitatives5, contrairement à beaucoup d’archéologues et de géographes. Or, le traitement de ces données implique leur formalisation et crée une occasion de dialoguer entre chercheurs (comme nous le verrons plus bas). Si, de ce fait, archéologues et géographes peuvent donc se retrouver au moment de la structuration des données, ils n’auront que dans de très rares cas l’occasion d’y rencontrer les historiens.

2.3. Envisager une gamme de points de connexion entre archéologie et géographie, et archéologie et histoire

16Parmi les moyens à mettre en œuvre pour favoriser le dialogue entre les archéologues et les géographes ou les historiens, il apparaît tout d’abord essentiel de partager des concepts. La notion de système socio-spatial – entendue ici au sens large d’ensemble constitué d’entités socio-spatiales en interaction – semble à ce sujet engageante, car elle implique de définir précisément la nature des entités en jeu, leurs propriétés, les modalités de leurs relations et la délimitation générale du système.

17À titre d’exemple, si l’on travaille sur un système de villes, il est nécessaire de questionner et de définir :

  • l’espace étudié, c’est-à-dire de circonscrire le système socio-spatial ;

  • la nature des entités (ici, les villes) ;

    • 6 Dans la bibliographie relative à la ville en archéologie, en géographie ou en histoire, les indicat (...)

    les propriétés de ces entités. Ceci nécessite d’identifier et de sélectionner ce que l’on considère comme étant des caractères discriminants, et qui permettront ensuite d’aboutir à un choix d’indicateurs à analyser. Ces derniers peuvent être d’ordre morphologique, démographique, fonctionnel, etc. On pourra, par exemple, choisir un seuil démographique6 à partir duquel on considère qu’un lieu concentre un nombre suffisant d’habitants pour pouvoir être qualifié de « ville » ;

  • les modalités des relations entre les entités. Comme pour les propriétés, les relations potentiellement signifiantes sont très nombreuses et dépendent de la nature et de la qualité des sources disponibles. Il peut s’agir par exemple de réseaux d’infrastructures de transport (telles que les routes, les voies de chemin de fer), ou encore de relations politiques, économiques, etc. En plus d’expliquer les types de relations, il est nécessaire de spécifier au maximum les conditions particulières selon lesquelles elles sont réalisées. À titre d’exemple, une relation économique entre deux villes peut tout aussi bien être appréhendée par la diffusion d’un type de céramique au xive siècle que par les investissements d’entreprises aujourd’hui.

18L’étude thématique d’un objet au moyen du concept de système socio-spatial dans le cadre d’un travail interdisciplinaire collectif implique donc un certain nombre de formalisations et d’explicitations qui engagent les différents chercheurs à mieux circonscrire leur objet d’étude et à distinguer les éléments fondamentaux de ce qui est plus secondaire ou non signifiant. Dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire individuelle, l’utilisation de la notion de système socio-spatial et son cortège d’explicitations permettent au chercheur d’éclaircir la construction théorique et méthodologique établie pour son objet d’étude. D’autres concepts, plus spécifiques, mais tout aussi forts, peuvent également constituer des points de connexion. Ce sont par exemple les notions de « circulations », d’« espace urbain » ou encore de « mobilité ».

19Cependant, même si ce partage conceptuel est un socle nécessaire sur lequel il est possible d’établir des échanges entre disciplines, les concepts ne sont pas suffisants pour garantir une compréhension aboutie. Pour cela, il faut également partager des procédures, telles que les méthodes quantitatives et l’informatique.

20Ces méthodes peuvent être aisément instituées comme des points de connexion pour le dialogue entre les archéologues et les géographes, car elles sont largement partagées par les deux communautés : l’archéologie et la géographie font partie des disciplines des sciences humaines et sociales qui ont été parmi les premières à investir le champ des méthodes quantitatives et de l’informatique dès la fin des années 1950 et le début des années 1960 (Rey-Coyrehourcq, 2015, p. 13-27).

  • 7 Cette expérience nous a par ailleurs permis de définir plus clairement notre objet de recherche et (...)

21À titre d’exemple vécu, l’une de nous a pu observer l’intérêt des méthodes quantitatives comme vecteurs de dialogue dans le cadre de discussions sur la notion de trajectoire de ville – au sens de l’évolution d’une entité dans le temps – avec un collègue géographe. Au départ, nous nous sommes heurtés à une incompréhension mutuelle et ce, jusqu’à ce que nous échangions sur la manière dont nous traitions nos données. En effet, même si l’archéologue et le géographe étudient les mêmes variables, les individus statistiques analysés sont généralement différents. L’archéologue considère souvent que l’unité élémentaire analysée est une période chronologique, tandis que le géographe prend le plus souvent en compte une unité spatiale (fig. 1). Dans cet exemple, l’archéologue cherchait donc à caractériser l’évolution dans le temps d’une ville alors que le géographe orientait son analyse sur l’évolution d’unités spatiales dans la ville7. Les méthodes quantitatives et l’informatique – grâce à la structuration rigoureuse des procédures de traitement et des données qu’elles requièrent – permettent donc de rendre effectifs les échanges et de lever des implicites disciplinaires.

Fig. 1a : Exemple de construction de tableaux statistiques selon le point de vue de l’archéologue

Variable 1

Variable 2

Période l

l

l

Période i

i

i

Période n

n

n

Fig. 1b : Exemple de construction de tableaux statistiques selon le point de vue du géographe

Variable 1

Variable 2

Unité spatiale l

l

l

Unité spatiale i

i

i

Unité spatiale n

n

n

22L’organisation des outils d’enregistrement des données utilisés par les historiens découle de l’analyse du fonctionnement des sources analysées et des problématiques de recherche. Elles sont donc peu transposables à d’autres corpus de sources et peuvent difficilement constituer des points de discussions avec les archéologues. Par conséquent, le dialogue entre les historiens et les archéologues peut rarement avoir lieu durant la phase de la structuration des données – comme cela peut être le cas avec les géographes.

23Il nous semble en revanche que s’ouvre un espace de discussion efficace lorsqu’archéologues et historiens se retrouvent autour de la cartographie de leurs données. En effet, la spatialisation des données écrites et archéologiques permet de comparer la localisation des objets étudiés dans l’espace. La cartographie de ces objets peut alors faire apparaître certaines proximités spatiales que la lecture de la documentation ne laissait parfois pas présager, ce qui permet de penser leurs interactions potentielles, mais elle peut aussi permettre aux chercheurs d’envisager l’existence de relations interscalaires entre les objets. La carte est dès lors un point de connexion commode pour créer le dialogue entre historiens et archéologues.

24Au final, les points de connexion envisageables entre l’archéologie et la géographie ou l’histoire relèvent d’éléments et de moments variés du travail de recherche. Les quelques points que nous avons évoqués – parmi ceux possibles – sont d’ordre conceptuel et méthodologique. À notre échelle, ils nous ont notamment donné l’occasion de nous interroger sur nos propres problématiques archéologiques et notre positionnement épistémologique. En effet, l’interdisciplinarité favorise le geste réflexif disciplinaire parce qu’elle oblige à se confronter à d’autres domaines de recherche et sa pratique nous a permis d’identifier quelques jalons à partir desquels il serait possible de penser un redéploiement de la discipline archéologique. Tout comme il est possible de réaliser différentes figures à partir d’une seule et même feuille de papier, nous pensons qu’une discipline peut être redéployée au fur et à mesure des questionnements épistémologiques qui occupent les chercheurs.

3. Quelles pistes pour un redéploiement disciplinaire ?

3.1. Appréhender les interactions entre les sociétés et la matérialité des espaces à partir de sources écrites et cartographiques

  • 8 L’analyse de la répartition des portes cochères dans la ville n’a d’intérêt que si elle est menée s (...)

25Lorsque l’on ne dispose pas de données archéologiques en suffisamment grand nombre, il est possible d’exploiter des données écrites afin d’aborder la question de la matérialité des espaces, comme on peut le faire au moyen de sources matérielles. À titre d’exemple, nous nous sommes intéressées à la répartition des portes cochères dans la ville de Paris afin d’appréhender les modalités de contact entre la rue et les bâtiments qui se trouvent à ses bords. En effet, parce qu’elle permet la circulation dans le bâtiment de charrettes et de carrosses, la présence d’une porte cochère modifie considérablement le fonctionnement d’un bâtiment et le quotidien de ses habitants. Les études de bâti ne peuvent être réalisées en suffisamment grand nombre pour nous permettre de connaître la localisation de ces portes à une époque précise dans la ville8. Nous exploitons donc le Terrier du roi, qui est un document de gestion domaniale commandé par le roi et levé entre 1700 et 1725. Ce document fournit, pour chacune des rues pour lesquelles le travail de levée a pu être terminé et mis au propre, un plan parcellaire non géométrique ainsi qu’une liste des parcelles accompagnée d’une brève description de la nature de l’occupation. On y trouve notamment l’indication de la présence d’une porte cochère. La cartographie du nombre de portes, rue par rue (fig. 2), permet de se rendre compte des différences de densités dans la répartition de cet équipement dans la ville. Cette cartographie nous permet ainsi d’identifier des îlots, voire des quartiers, dans lesquels les logiques de circulation, et donc d’approvisionnement et de mobilité, sont différentes d’autres parties de la ville. Les données contenues dans les sources écrites ont ainsi constitué un apport essentiel pour l’étude des modalités des liens entre la rue et les bâtiments à Paris au début du xviiie siècle.

Fig. 2 : Part en pourcentage des parcelles dotées d’une porte cochère par rapport au nombre total de parcelles décrites pour chacune des rues, d’après les données du Terrier du Roi (Arch. Nat. Q*110991-14)

Fig. 2 : Part en pourcentage des parcelles dotées d’une porte cochère par rapport au nombre total de parcelles décrites pour chacune des rues, d’après les données du Terrier du Roi (Arch. Nat. Q*110991-14)

3.2. Établir des zones d’interface disciplinaire

26Une autre des pistes pourrait être d’instaurer des zones d’interfaces disciplinaires. L’interface peut être rapprochée de la frontière, cette dernière étant une séparation ou une zone de contact entre deux ensembles. Elle est tantôt une barrière entre deux territoires qui ferme le passage des hommes, des marchandises, des idées, etc., telle que le Sahara (Grataloup, 1996), tantôt au contraire un espace zonal au sein duquel les territoires sont mis en relations (Brunet, Ferras et Théry, 1992 ; Beucher et Reghezza-Zitt, 2005). Dans le second cas, la frontière peut être un territoire d’interface au sein duquel de nouvelles formes sociales émergent, comme c’est le cas de l’espace swahilien au Moyen Âge. Interface côtière à l’est de l’Afrique composée de nombreuses villes commerçantes et entretenant des liens étroits avec l’intérieur des terres et les espaces sud arabiques, du golfe Persique et de l’Inde, le monde swahilien donne à voir des configurations sociales et culturelles originales. Elles ont en particulier été analysées par les historiens, les archéologues, mais également les linguistes. Ces derniers ont notamment démontré que la langue Kiswahili a une syntaxe bantoue mais un lexique arabe très conséquent, dont les apports sont évalués au minimum à 25 % du corpus lexical (Ki-Zerbo, 2007). Cet exemple montre que les interfaces peuvent être des espaces de créations de nouvelles formes sociales et de reconfigurations très profondément intégrées par les sociétés. De même, il nous semble que les études qui se situent à l’interface des disciplines sont plus enclines que d’autres à proposer des reconfigurations au niveau des concepts, des objets, etc. Il pourrait ainsi être intéressant que ces zones d’interface disciplinaire soient plus clairement reconnues afin de participer activement au processus de réflexion épistémologique de l’archéologie.

Conclusion

27La complexité de l’objet que nous cherchons à documenter – la ville – et le caractère lacunaire des données archéologiques disponibles dans ce type de contexte nous ont amenées à rechercher ailleurs qu’en archéologie les sources et les ressources nécessaires à nos travaux. Nos deux sujets de recherche, ainsi que les approches que nous avons décidé d’utiliser, nous ont donc conduites à nous engager dans une démarche interdisciplinaire, vers laquelle nous tendions par intérêt ou curiosité depuis quelque temps déjà.

28Après avoir présenté quelques contextes qui permettent un réel dialogue interdisciplinaire (expérience individuelle ou collective), nous avons tenté de repérer quelques points de connexion entre l’archéologie et la géographie d’une part, et entre l’archéologie et l’histoire d’autre part. Plus que de simples portes d’entrée vers d’autres disciplines, les concepts, les méthodes et les techniques présentés plus haut font, selon nous, figures de véritables carrefours autour desquels s’organisent les discussions.

29Ces discussions amènent à revoir le positionnement de l’archéologie, entendue comme science de l’étude des relations sociétés/matérialités, par rapport à la géographie et à l’histoire. Elles permettent par exemple de se (re)demander si les sources matérielles sont les seules pertinentes pour faire de l’archéologie.

30Ces discussions questionnent aussi les automatismes de construction de la pensée et exigent d’expliciter ses propres processus de réflexion. L’interdisciplinarité devient dès lors une manière de tendre vers l’honnêteté intellectuelle – un des enjeux majeurs de la scientificité des discours en sciences humaines et sociales. De plus, la confrontation de chercheurs venus d’horizons divers les oblige à transmettre leurs recherches avec pédagogie. Elle les amène ainsi à simplifier leurs propres argumentations. Or, la simplification facilite les allers-retours entre le récit spécifique des événements et l’explication générale des phénomènes sociaux (parfois entravés en archéologie par une tendance à la sur-spécialisation). L’interdisciplinarité permet ainsi de tendre vers la montée en généralité du discours scientifique sur les sociétés qui est, selon nous, au cœur de la conduite de la démarche d’une science humaine et sociale.

Bibliographie

Barrué-Pastor M. (1992) – L’interdisciplinarité en pratiques, dans Jollivet M. (éd.), Sciences de la nature, sciences de la société, Paris, p. 457-475.

Beucher S. et Reghezza-Zitt M. (2005) – La géographie : pourquoi, comment ?, Paris.

Bourdieu P. (1972) – Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève/Paris.

Brunet T., Ferras R., Théry H. (1992) – Les mots de la géographie : dictionnaire critique, Montpellier.

Claval P. et Claval F. (1981) – La logique des villes  : essai d’urbanologie.

Demolon P. (2012) – Quand le village devient une ville  : le cas de l’Ostrevent (Nord et Pas-de-Calais), communication orale, dans Communication au 137e congrès du cths, Tours.

Grataloup C. (1996), Lieux d’histoire : essai de géohistoire systématique, Montpellier.

Ki-Zerbo J. (2007) – Les rapports historiques de l’Afrique et du monde arabe 1, Esprit, juillet (http://www.esprit.presse.fr/news/frontpage/news.php?code=34, consulté le 2 mai 2016).

Klein J. T. (2004) – Interdisciplinarity and Complexity: an Evolving Relationship, E:CO, 6, 1-2, p. 2-10 (http://www.emergentpublications.com/ECO/ECO_other/Issue_6_1-2_4_AC.pdf?AspxAutoDetectCookieSupport=1, consulté le 14 juin 2016).

Pavé A. (2011) – Rapport interne du CNRS : L’interdisciplinarité dans la recherche scientifique, 35 ans d’expérience au CNRS. Un passé brillant, mais un avenir incertain (http://www.alain-pave.fr/app/download/8447493/Interdisciplinarité+au+CNRS.pdf, consulté le 5 septembre 2016).

Rey-Coyrehourcq S. (2015) – Une plateforme intégrée pour la construction et l’évaluation de modèles de simulation en géographie, mémoire de thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (http://zenodo.org/record/50212, consulté le 4 septembre 2016).

Rodier X., Grataloup C. et Guilloteau C. coord. (2010) – Dossier : Chrono-chorématique urbaine, M@ppemonde, 100, 4, (http://mappemonde.mgm.fr/dos_chrono.html, consulté le 10 avril 2012).

Notes

1 Laboratoire d’excellence.

2 Communauté d’universités et établissements.

3 Julie Gravier, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8504 Géographie-cités, équipe P.A.R.I.S.

4 Léa Hermenault, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe « Archéologies Environnementales ».

5 Bien que l’on constate récemment un regain d’intérêt en la matière ces dernières années.

6 Dans la bibliographie relative à la ville en archéologie, en géographie ou en histoire, les indicateurs sont souvent combinés. C’est par exemple le cas des unités urbaines de l’INSEE définies selon “la continuité du bâti et le nombre d'habitants. On appelle unité urbaine une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2000 habitants.” http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/unite-urbaine.htm

7 Cette expérience nous a par ailleurs permis de définir plus clairement notre objet de recherche et de délimiter précisément les traitements envisageables pour y répondre.

8 L’analyse de la répartition des portes cochères dans la ville n’a d’intérêt que si elle est menée sur un ensemble de données datées de la même période et représentatives de la diversité des quartiers de la ville, ce qui implique la compilation de séries d’observations très conséquentes. L’archéologie du bâti parisien n’a aujourd’hui pas les moyens d’y parvenir car les opportunités d’opérations d’archéologie préventive ou programmée sont limitées.

Table des illustrations

Titre Fig. 2 : Part en pourcentage des parcelles dotées d’une porte cochère par rapport au nombre total de parcelles décrites pour chacune des rues, d’après les données du Terrier du Roi (Arch. Nat. Q*110991-14)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8M

Auteurs

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 434
Équipe P.A.R.I.S
UMR 8504 Géographie-cités,
Thèse sous la direction de Lena Sanders et Nicolas Verdier, « Une ville en système avec d’autres villes sur 2 000 ans. Pour l’étude de l’évolution de la ville par l’archéologie et la géographie ».

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112
Équipe Archéologies Environnementales
UMR 7041 ArScAn,
Thèse sous la direction de Anne Nissen, « Le rôle des flux de circulation pour l’évolution du tissu urbain parisien entre le xve et le xixe siècle ».

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter