Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie : science plurielle

 | 
Siegfried Léglise
, 
Florent Mathias
, 
Julien Ripoche

Où et comment : comprendre l’espace urbain

Tayma aux époques nabatéenne, romaine et durant l’antiquité tardive

Luna Watkins

Résumé

La partie sud centrale de l’oasis de Tayma, au nord-ouest de l’Arabie, était occupée par une zone résidentielle de la période nabatéenne à l’antiquité tardive (ier siècle avant J.-C. – vie siècle). Depuis 2004, 1700m² de cette zone ont été mis au jour lors de fouilles menées conjointement par la Saudi Commission for Tourism and National Heritage et le Deutsches Archäologisches Institut – Orient-Abteilung. Les données de ces fouilles permettent une analyse spatio-fonctionnelle de grande envergure des restes architecturaux au sein de leur environnement urbain.
L’étude présente fait appel au concept de space syntax (proposé par Hillier et al.) ainsi qu’à une approche multiscalaire, analysant la circulation au sein des bâtiments ainsi que leur accessibilité, et passant par l’identification de zones d’activités et la distinction entre espace privé et espace public.
Dans un deuxième temps, la comparaison de ces résultats avec ceux obtenus pour d’autres sites contemporains, permet de contextualiser les observations faites à Tayma dans un cadre historique et culturel plus large et qui tienne compte des dynamiques socio-économiques, politiques et culturelles aux échelles régionale et suprarégionale.

The south-central part of the oasis of Tayma, in north-western Arabia, was occupied by a residential area from the Nabataean to Late Antique periods (1st century BC–6th century). Since 2004, 1700 m² of this area were uncovered by the excavations by a cooperation of the Saudi Commission for Tourism and National Heritage and the Deutsches Archäologisches Institut – Orient-Abteilung. The data collected allow a spatial-functional analysis of a greater scale of the architectural remains in the context of their urban environment.
This research is based on the concept of space syntax (proposed by Hillier et al.) and on a multiscale approach. Aim is to analyse the circulation between and access to the buildings, the identification of activity areas and the distinction between private space and public space.
In a second step, the results will be compared with the data of other contemporary sites. This will allow the contextualisation of the observations made in Tayma in a larger historical and cultural frame. Aim is here to understand the socio-economic, political and cultural dynamics on a regional and superregional scale.

Texte intégral

J’adresse mes remerciements à Michel Mouton, mon directeur de thèse, et au Dr. Arnulf Hausleiter, directeur des fouilles à Tayma. Je remercie aussi Emmanuele Petiti et Francelin Tourtet pour m’avoir fourni des informations utiles à la rédaction de cet article.

Introduction

1Cet article présente l’état de la recherche menée dans le cadre d’une thèse doctorale et présentée par l’auteur lors de la « 11e Journée Doctorale d’Archéologie – L’Archéologie, Science Plurielle » le 18 mai 2016 à l’Institut d’Art et Archéologie de Paris.

  • 1 CNRS, CEFAS.

2Cette thèse, intitulée « Spatial-functional analysis of the central area of the ancient settlement at Tayma, North-West Arabia during the Nabataean, Roman and Late Antique Periods », est préparée à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (École Doctorale d’Archéologie – ED 112) sous la direction de Michel Mouton1. Le financement pour trois années est assuré par une bourse du LabEx DynamiTe. La recherche est réalisée principalement à Paris (Paris 1 – ED 112), à Nanterre (Maison d’Archéologie et Ethnologie) et à Berlin (Département d’Orient/DAI). L’auteur a participé à deux campagnes de fouilles dans l’oasis de Tayma, Arabie Saoudite, au printemps 2014 et au printemps 2015.

3Les fouilles germano-saoudiennes dans l’oasis de Tayma sont menées depuis 2004 par le DAI et la Saudi Commission for Tourism and National Heritage. Les responsables en sont pour la partie allemande Ricardo Eichmann comme directeur du projet et Arnulf Hausleiter comme directeur des fouilles, pour la partie saoudienne Mohammed al-Najem, directeur du département des Antiquités de Tayma (Antiquities Office Tayma). Le projet est financé par le Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG).

L’oasis de Tayma

Le site

  • 2 Pour une description générale du site voir : Hausleiter, 2011). La description la plus récente se t (...)

4L’oasis de Tayma (fig. 1), dans la Province de Tabūk, au nord-ouest du royaume d’Arabie saoudite2 entre la chaîne du Hedjaz à l’ouest et le désert du Néfoud à l’est, se situe dans une zone hyperaride à proximité d’un lac aujourd’hui asséché de 19 km2 au nord du site. Le lac s’est progressivement transformé en sebkha au cours du VIe siècle av. J.-C (Hausleiter, 2011, p. 103).

Fig. 1 : Région d’étude

Fig. 1 : Région d’étude

Macdonald, 2004, fig. 16.1.

5L’oasis de Tayma est connue pour être une zone de contacts culturels, surtout à partir du Ier millénaire av. J.-C., carrefour de routes anciennes du commerce de l’encens entre le sud de l’Arabie, la Méditerranée orientale, la Mésopotamie et l’Égypte (Hausleiter, 2011, p. 103).

  • 3 Vigne attestée autour de 6200 cal BP (Dinies et al., 2016). Cela témoigne d’une culture d’oasis, ma (...)
  • 4 Rohmer propose une nouvelle datation pour la domination de Lihyan, présentée à l’ICAANE 2016 (Rohme (...)
  • 5 Bâtiment E-b6.

6Les plus anciens vestiges trouvés sur le site sont des éléments lithiques datés du Ve/IVe millénaire av. J.-C. (Hausleiter et Zur, sous presse, p. 136), période au cours de laquelle les premières communautés sédentaires s’établissent peut-être3. On assiste ensuite à une occupation continue du IIIe/IIe millénaire av. J.-C. jusqu’à aujourd’hui (Hausleiter, 2011 p. 103, 109 ; Tourtet et Weigel, 2015, p. 385). À l’âge du Bronze ancien un commerce intense s’établit avec la Méditerranée orientale et le Levant (Macdonald, 1997 ; Potts, 2011 ; Sperveslage, 2013 ; Hausleiter et Zur, sous presse). Puis, à partir de l’âge du fer ancien, celui-ci s’établit aussi avec l’Assyrie (Hausleiter, 2012, p. 820 et suiv.). Babylone occupe ensuite l’oasis, et nous savons que le roi Nabonidus y séjourne pendant dix ans (Schaudig, 2001 ; Macdonald et al., sous presse). La dynastie lihyanite contrôle le site du IVe au IIe siècle av. J.-C.4 depuis leur capitale Dedan. Des mentions de conflits entre les deux villes ont été trouvées sur des inscriptions lapidaires (Macdonald, 1997, p. 336 ; Hausleiter, 2011, p. 116). L’oasis est intégrée dans le royaume nabatéen sans résistance (Tourtet et Weigel, 2015, p. 388), au plus tard au tournant de l’ère, comme en témoigne une inscription du roi Arétas IV qui indique un lien avec Mada’in Saleh, le centre nabatéen du sud (Hausleiter, 2011, p. 118 ; Nehmé, 2011 ; Nehmé, ed., 2015). L’intégration dans la Provincia Arabia en 106 apr. J.-C. semble aussi s’être passée sans violence (Tourtet et Weigel, 2015, p. 388). Durant l’Antiquité tardive le centre du site s’est déplacé au nord-ouest du quartier résidentiel présenté ici (Hausleiter, 2011, p. 118)5.

  • 6 Les Occupational Periods sont en phase de révision.

7Au total, on compte six périodes d’occupation continues - Tayma Occupational Periods OP (Eichmann et al., 2011, p. 65 ; Hausleiter, 2011, p. 109)6 - (fig. 2) : OP 6 (néolithique, post-néolithique, âge du bronze ancien), OP 5 (âge du bronze moyen et final), OP 4 (âge du fer ancien), OP 3 (âge du fer final jusqu’à l’antiquité tardive/pré-islamique), OP 2 (islamique) et OP 1 (contemporaine).

Fig. 2 : Chronostratigraphie de l’oasis de Tayma

Fig. 2 : Chronostratigraphie de l’oasis de Tayma

German Archaeological Institut, Friedrich Weigel 2015.

  • 7 Voir (Schneider, 2010). Pour les informations les plus actuelles voir (Hausleiter et Zur, sous pres (...)

8Le mur d’enceinte du site délimite une aire de près de 9,2 km2 (fig. 3). Le mur est très irrégulièrement conservé, jusqu’à 8 m de haut. Les techniques et les matériaux de construction (pierres ou briques sèches) utilisés sont différents pour chaque partie du mur (Hausleiter, sous presse). La date des différents tronçons du mur est encore à l’étude (Hausleiter, 2012, p. 820), mais les sondages les plus récents indiquent un aménagement à partir du IIIe millénaire av. J.-C.7.

Fig. 3 : Compounds

Fig. 3 : Compounds

German Archaeological Institut, Sebastiano Lora, 2014.

La zone de recherche : le quartier résidentiel

9L’aire ceinte par le mur est divisée en sept compounds, eux-mêmes divisés par des murs internes (Bawden et al., 1980, p. 75). La zone centrale de fouilles, Qraya, comprend une surface de 0,74 km2. Au nord de Qraya se situe le quartier résidentiel de la période nabatéenne, romaine et de l’antiquité tardive (OP 3), dans le compound E, sur une élévation naturelle. Les zones de fouilles ayant révélé des vestiges domestiques de ces époques sont Area E-South, Area F et Area D. Comme les limites sont artificielles et divisent certains bâtiments, elles sont regroupées sous l’appellation Area E-South/F et représentent une surface de 1559 m2. L’Area D s’étend sur près de 200 m2.

Objectifs de la recherche

10Notre objectif est de définir et de comprendre les transformations et continuités de l’oasis de Tayma, et d’identifier les influences au travers de la documentation archéologique, et plus spécifiquement les vestiges architecturaux, à partir d’une analyse spatio-fonctionnelle, aux époques nabatéenne, romaine et durant l’antiquité tardive. Il est nécessaire aussi de comprendre les dynamiques socio-économiques, politiques et culturelles qui ont marqué l’oasis de Tayma et d’identifier les contraintes du site lui-même au sein de ces dynamiques.

11L’analyse est menée selon deux axes : d’une part, une analyse spatiale intra-site, de l’autre une analyse spatiale inter-site.

12L’analyse spatiale intra-site est une étude des dynamiques spatiales et fonctionnelles du quartier résidentiel durant les trois phases d’occupations. Elle se fonde sur l’idée que l’environnement urbain est chargé de signification (Hillier et Hanson, 2005). En pratique, cela revient à s’interroger sur la perception et la conception de l’espace : organisation entre espace publique et domestique, accès aux bâtiments, circulation au travers des rues et interactions entre les espaces.

  • 8 OL = niveau d’occupation (Occupational Level), subdivision des OP = périodes d’occupation (Occupati (...)

13Les changements ou continuités visibles dans les vestiges architecturaux offrent des indications sur ces influences : retrouve-t-on dans l’espace urbain des traces de l’intégration dans le royaume nabatéen ou de l’annexion à l’empire romain en 106 apr. J.-C. ? Par exemple, le bâtiment F-b1, d’époque romaine (OL F : 38), lorsqu’il est construit sur le bâtiment F-b3, d’époque nabatéenne (OL F : 4), reprend presque à l’identique le plan de ce bâtiment antérieur (murs reconstruits sur les mêmes alignements). Cela peut indiquer une continuité ou pour le moins une évolution sans violence d’une époque à une autre.

14La deuxième partie, l’analyse spatiale inter-site, est une étude comparative avec les quartiers résidentiels d’autres sites à l’échelle régionale, à savoir de l’Arabie du Nord-Ouest (par exemple : Mada’in Saleh, Dedan, Dumat al-Jandal), mais aussi à l’échelle suprarégionale, à savoir le sud de l’Arabie et le Levant (par exemple : Petra, Qaryat al-Faw).

Méthodologie

15Les données principales utilisées pour cette étude sont les vestiges architecturaux. Pour les analyser, l’auteur associe aux méthodes déjà utilisées en archéologie (analyse spatiale) de nouvelles techniques qui viennent de l’étude de l’espace urbain contemporain (syntaxe spatiale – space syntax) et des outils d’analyse déjà utilisés, comme les Systèmes d’Informations Géographiques. Avant de décrire la méthodologie appliquée ici, une brève présentation de l’analyse spatiale est nécessaire.

Analyse spatiale

16L’analyse spatiale est formulée par Ian Hodder et Clive Orton pour la première fois en 1976 dans l’ouvrage « Spatial analysis in archaeology » (Hodder et Orton, 1976). Elle se fonde principalement sur la documentation architecturale. L’idée directrice est de parvenir à une forme d’analyse objective, systématique, détaillée et mathématique qui permette de saisir quelle évolution de la spatialisation (occupation et itinéraires) est à l’origine des traces constatables, comment sont reliés les divers espaces et de parvenir ainsi à énoncer des interprétations. En 1984, Bill Hillier et Julienne Hanson publient « The social logic of space », où l’importance de l’architecture est contrebalancée par la signification sociale dans l’interprétation des vestiges architecturaux. Toutefois, cette méthode d’analyse porte son lot de problèmes : les processus post-dépositionnels peuvent changer les données et mener à des résultats erronés ; un manque de rigueur dans son application peut biaiser l’interprétation ; et, plus particulièrement intéressant, différents processus spatiaux peuvent produire les mêmes formes spatiales. Les vestiges sont étudiés à partir de cartes de distribution transcrivant différents niveaux d’analyse. Pour reprendre Paliou, l’analyse spatiale stricte et les méthodes informatiques aident à identifier et interpréter la signification sociale, les structures et les processus dans l’environnement construit (Paliou, 2014, p. 2).

17L’analyse spatiale intra-site (Stadler, 1985, p. 164‑165) porte principalement sur le site lui-même et s’intéresse aux différences entre les ensembles. Cette démarche permet d’identifier, par exemple, les zones d’activités, les bâtiments etc. L’analyse spatiale inter-sites (Stadler, 1985, p. 164‑165) est une étude comparative entre sites qui s’intéresse aux variations entre des ensembles de sites. Elle permet de saisir, par exemple, le rayonnement d’un site, les modèles de commerce et les influences culturelles.

  • 9 « […] any small scale constructed or selected unit which contained human activities or their conseq (...)
  • 10 « […] geographical locus which contained an articulated set of human activities or their consequenc (...)
  • 11 « […] set of sites at which it is hypothesized that the interconnection between the sites was great (...)

18L’analyse spatiale intra-site, suppose un système d’échelles qui décomposent les données archéologiques. Dans cette perspective, Clarke a conceptualisé en 1977 des niveaux de résolution (levels of resolution ou levels of aggregation) (Clarke, 1977, p. 11 et suiv.), qui permettent une analyse multi-échelles des données. Dans ce contexte éléments ne sont pas seulement signifiants en tant que tels mais aussi dans leurs relations spatiales (Clarke, 1977, p. 5). Clarke définit trois niveaux de résolution (Clarke, 1977, p. 11) : micro, semi-micro et macro. Le niveau micro porte sur les aménagements9 ; le niveau semi-micro porte sur les sites10 ; le niveau macro porte sur les systèmes de sites11. Cependant, Clarke considérant que ces termes d’analyse sont définis en fonction du sujet (Clarke, 1977, p. 14), ils peuvent être adaptés aux objectifs de chaque étude.

Syntaxe spatiale

  • 12 Dawson dit que les résultats sont directs, mais que l’interprétation ne l’est pas : « […] relativel (...)

19Pour une analyse spatiale des dépôts archéologiques, l’auteur utilise une combinaison de techniques qu’il appelle syntaxe spatiale. La syntaxe spatiale a été formulée par Bill Hillier et ses collègues pour la première fois en 1976 à l’University College de Londres (Hillier et al. 1976). Ce sont des techniques adaptées à l’étude des espaces urbains contemporains, adoptées par l’archéologie. L’objectif est de comprendre l’environnement construit et sa signification sociale en se basant sur le concept d’espace délimité. La syntaxe spatiale est utilisée pour comprendre les données archéologiques à la fois dans une perspective diachronique et synchronique (Paliou, 2014, p. 9). Suivant la question posée, la syntaxe spatiale peut être appliquée à différentes échelles : bâtiments, sites, paysage etc. Il convient cependant de considérer aussi les critiques qui ont été formulées, en particulier celles de Leach (Leach, 1978), sur cette méthode. D’une part, ces analyses ne prennent en compte ni les dimensions des espaces ni les distances entre ces mêmes espaces, ce qui est problématique. D’autre part, l’approche est trop mathématique et il est malaisé de faire une interprétation des chiffres résultants des formules de la syntaxe spatiale12. Néanmoins, les formules sont une forme claire qui permet de définir des spécificités culturelles. La syntaxe spatiale ne constitue donc qu’un ensemble de techniques à associer une analyse plus classique.

20La syntaxe spatiale permet avant tout d’obtenir une représentation graphique du réseau spatiale sous la forme d’un « graphique justifié » (justified graph) (Van Dyke, 1999 ; Dawson, 2002 ; Bafna, 2003 ; Al-Sayed et al., ed., 2013 ; Hillier, 2014) (fig. 4). Ce graphique est constitué sur le concept de nœuds qui représentent chacun un espace (pièces, cour, etc.), et de liens entre les nœuds, qui représentent les connexions entre les espaces (portes, ouvertures etc.). Le « graphique justifié » permet de visualiser l’accessibilité de chaque nœud (sa profondeur) et le réseau de circulation dans lequel il s’inscrit. Le « graphique justifié » peut être construit à partir d’un plan axial (axial map) ou d’un plan convexe (convex map) (fig. 5). Les deux plans permettent de comprendre la distribution des espaces et la circulation entre eux.

Fig. 4 : Graphique justifié

Fig. 4 : Graphique justifié

Hillier, 2014, fig. 2.

Fig. 5 : Plans axial et convexe

Fig. 5 : Plans axial et convexe

Al-Sayed et al. (ed.), 2013, fig. 2.2, 2.3.

21Le plan axial s’utilise pour l’analyse des rues : elles sont matérialisées par le plus petit nombre des plus longues lignes représentées, sur chacune desquelles sont comptées les connexions existantes, ce qui nous permet de distinguer les rues les plus connectées des rues les moins connectées.

22Le plan convexe s’utilise plutôt pour les bâtiments : le plus petit nombre des plus grandes surfaces convexes représentées sur le graphique matérialise les espaces des pièces de ces bâtiments, pour chacun desquels toutes les connexions sont marquées, permettant de déterminer les pièces plus ou moins connectées.

23Le « graphique justifié » est construit à partir des deux types de plans : on choisit le nœud d’origine (l’entrée ou un autre espace du bâtiment, une rue spécifique etc.) et on effectue les calculs (Dawson, 2002, p. 471‑473 ; Bafna, 2003, p. 25 ; Al-Sayed et al., ed., 2013, p. 12) : échelle, intégration et asymétrie relative. L’échelle, c’est-à-dire la quantité de nœuds dans le graphique, montre la dimension de tout l’espace analysé. L’intégration se calcule à partir du nombre d’anneaux, c’est-à-dire des possibilités de mouvement circulaire, formés dans le « graphique justifié » : plus il y a d’anneaux, plus les espaces sont intégrés. L’asymétrie relative (RA) est calculée avec la formule RA = (2(MD-1)/k-2 dans laquelle k = quantité de nœuds et MD = somme des profondeurs divisée par k-1. Elle est déterminée entre 0 et 1 : 0 signifie qu’il y a une symétrie et 1 signifie qu’il y a une asymétrie.

Système d’information géographique

24Pour bien travailler sur une grande quantité de données il faut utiliser un Système d’Information Géographique (SIG), base de données de référencement spatial (spatially referenced database) (Allen et al., 1990, p. 383). Ses principales fonctions sont : enregistrement, stockage, manipulation, analyse, gestion et visualisation de données (Wheatley, 2002, p. 9 ; Margounakis, 2008, p. 145). L’auteur utilise dans cette recherche le programme open source QGIS dont certains outils ont été spécialement développés pour la syntaxe spatiale.

Application dans la thèse

25Le quartier résidentiel fouillé dans l’oasis de Tayma comprend treize bâtiments dont la datation précise n’a pas encore été déterminée. Dans l’Area E-South/F, ont été dégagés deux bâtiments de l’époque nabatéenne, cinq de l’époque romaine, cinq de l’antiquité tardive. Dans l’Area D, on observe un bâtiment de l’antiquité tardive.

  • 13 Expression proposée par Friedrich Weigel : (Weigel, 2015, p. 14)

26Le travail a d’abord porté sur l’analyse spatiale intra-site et se poursuit sur l’analyse spatiale inter-site. Après la détermination des données disponibles, l’auteur a établi une division en quatre niveaux en se basant sur Clarke : macro, méso, micro et nano (fig. 6). Le niveau macro a comme objectif l’analyse du quartier résidentiel dans son entièreté. C’est la plus grande unité, qui correspond à une échelle de grands systèmes. Le niveau méso a pour objectif l’analyse des modules13 composés de plus d’un bâtiment. C’est une unité intermédiaire qui correspond à une échelle des petits systèmes. Le niveau micro a pour objectif l’analyse des bâtiments. Il s’agit d’une unité de dimension moyenne. Le niveau nano a pour objectif l’analyse de chaque pièce. C’est l’unité de plus petite dimension. Normalement trois niveaux suffisent à analyser les bâtiments dans un contexte de quartier résidentiel, mais dans le cas de l’oasis de Tayma, nous sommes confrontés à un système modulaire particulier, dans le cas de certains bâtiments qui partagent un mur mitoyen mais disposent d’accès indépendants. D’où la nécessité d’introduire un quatrième niveau pour affiner l’analyse et saisir toutes les particularités de ces espaces.

Fig. 6 : Modèle des quatre niveaux de résolution pour l’oasis de Tayma

Fig. 6 : Modèle des quatre niveaux de résolution pour l’oasis de Tayma

Luna Watkins.

27Chaque niveau requiert des techniques différentes. Au niveau nano, la pièce est décrite en accord avec sa fonction. Cette information est déjà disponible dans la documentation établie lors des précédentes fouilles du quartier résidentiel. L’auteur travaille à partir de ces informations. Au niveau micro, le bâtiment est analysé à partir d’un plan convexe. Au niveau méso, le module est lui aussi abordé à partir d’un plan convexe. Au niveau macro, tout le quartier est étudié à partir d’un plan axial.

28Pour ce qui relève de l’analyse spatiale inter-sites, les mêmes niveaux d’analyse peuvent être utilisés puis comparés d’un site à l’autre. Dans le cadre de cette recherche dont l’objectif est l’analyse comparée des flux commerciaux, culturels etc. entre les différents sites, le niveau nano n’a pas été jugé pertinent ; le niveau méso, quant à lui, est utilisé uniquement sur site de Tayma. C’est pourquoi l’auteur a choisi le niveau micro (bâtiments) et niveau macro (quartier résidentiel) comme niveaux de comparaison.

Problèmes et limitations

29La documentation architecturale de l’oasis a néanmoins ses limites. Le quartier résidentiel n’est pas complètement fouillé, l’auteur doit donc travailler avec des données lacunaires et les compléter au fur et à mesure de l’avancement des travaux. On notera en particulier que les portes des bâtiments n’ont pas toutes été identifiées. Pour l’heure, la solution consiste à formuler des hypothèses par comparaison avec des bâtiments de même époque fouillés sur d’autres sites.

30Côté méthodologique, les critiques faites à la syntaxe spatiale, à savoir qu‘elle est très mathématique, sont justifiées dans contexte qui est celui de la présente étude. C’est pourquoi notre recherche intègre une étude descriptive des caractéristiques des bâtiments. Par exemple, la distribution des pièces dans chaque bâtiment d’une part, intérieure, extérieure, d’autre part à l’avant, à l’arrière ou au centre du bâtiment ; leurs dimensions et leur fonction ; les informations relatives aux murs de chaque bâtiment : leur fondation, leur épaisseur, leur hauteur.

Bibliographie

Allen K.M.S., Green S.W. et Zubrow E.B.W. (1990) ‒ Interpreting Space, dans K.M.S. Allen, S.W. Green, et E.B.W. Zubrow (éd.), Interpreting Space: GIS and Archaeology, Applications of Geographic Information Systems, Londres/New York, Taylor & Francis, p. 383‑386.

Al-Sayed K. et al. éd. (2013) ‒ Space Syntax Methodology, Londres, Barlett School of Architecture, UCL.

Bafna S. (2003) ‒ Space Syntax: A Brief Introduction to Its Logic and Analytical Techniques, Environment & Behavior, 35, 1, p. 17‑29.

Bawden G., Edens C. et Miller R. (1980) ‒ The Archaeological Resources of Ancient Tayma: Preliminary Investigations at Tayma, ATLAL, 4, p. 69‑106.

Clarke D.L. (1977) ‒ Spatial Information in Archaeology, dans D.L. Clarke (ed.), Spatial Archaeology, Londres/New York, Academic Press, p. 1‑32.

Dawson P.C. (2002) ‒ Space Syntax Analysis of Central Inuit Snow Houses, Journal of Anthropological Archaeology, 21, 4, p. 464‑480.

Dinies M. et al. (2016) ‒ Early to mid-Holocene vegetation and crop cultivation and the beginnings of settlement at Tayma, NW Arabia, dans 10th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 25-29 April 2016, Austrian Academy of Sciences, Vienna, Austria, Vienna, Austria, Institute for Oriental and European Archaeology.

Eichmann R. et al. (2011) ‒ Tayma – Autumn 2005 and Autumn 2006, 3rd Report on the Joint Saudi-Arabian-German Archaeological Project, ATLAL, 21, p. 64‑118.

Hausleiter A. (2011) ‒ Ancient Tayma’: an Oasis at the Interface Between Cultures. New research at a Key Location on the Caravan Road, dans J. Gierlichs et U. Franke (ed.), Roads of Arabia: the Archaeological Treasures of Saudi Arabia, Tübingen, Wasmuth Verlag, p. 102‑120.

Hausleiter A. (2012) ‒ North Arabian Kingdoms, dans D.T. Potts (ed.), A Companion to the Archaeology of the Ancient Near East, Blackwell Companions to the Ancient World, Malden, MA, Wiley-Blackwell, p. 816‑832.

Hausleiter A. (2017) ‒ The outer wall of Taymāʾ and its Dating to the Bronze Age, dans L. Nehmé, A. Al-Jallad (ed), To the Madbar and Back Again, Leyde, Brill.

Hausleiter A. et Zur A. (sous presse) ‒ Taymā’ in the Bronze Age (c. 2000 BCE) : Settlement and Funerary Landscapes, dans M. Luciani (éd.), The Archaeology of North Arabia : Oases and Landscapes. Proceedings of the International Congress held at the University of Vienna, December, 5th-8th 2013, Oriental and European Archaeology, Vienna, Austria.

Hillier B. (2014) ‒ Spatial Analysis and Cultural Information: the Need for Theory as well as Method in Space Syntax Analysis, dans E. Paliou, U. Lieberwirth, et S. Polla (ed.), Spatial Analysis and Social Spaces. Interdisciplinary Approaches to the Interpretation of Prehistoric and Historic Built Environments, Berlin/Boston, De Gruyter, p. 19‑48.

Hillier B. et Hanson J. (2005) ‒ The Social Logic of Space, Cambridge, Cambridge University Press.

Hillier B. et al. (1976) ‒ Space Syntax, dans D. Green, C. Haselgrove, et M. Spriggs (ed.), Social organization and settlement: Contributions from anthropology, archaeology and geography, British Archaeological Reports. Oxford, p. 343-381.

Hodder I. et Orton C. (1976) ‒ Spatial analysis in archaeology, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Leach E. (1978) ‒ Does space syntax really « constitute the social », dans D. Green, C. Haselgrove, et M. Spriggs (ed.), Social Organization and Settlement: Contributions from Anthropology, Archaeology and Geography. British Archaeological Reports, Oxford, p. 385-401.

Macdonald M.C.A. (1997) ‒ Trade Routes and Trade Goods at the Northern end of the « Incense Road » in the First Millennium BC., dans A. Avanzini (ed.), Profumi d’Arabia: atti del convegno, Roma, « L’Erma » di Bretschneider, p. 333‑349.

Macdonald M. C. A. (2004) ‒ Ancient North Arabian, dans R. D. Woodard (ed.), The Cambridge Encyclopedia of the World’s Ancient Languages, Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Macdonald M.C.A., Schaudig H. et Stein P. (2016) ‒ Cuneiform Texts from Tayma. Seasons 2004-2015, dans A. Hausleiter, R. Eichmann, et M. Al-Najem (ed.), Tayma II, Inscriptions from the Saudi-German Excavations, Riyadh, Saudi Commission for Tourism and National Heritage, p. 2‑20.

Margounakis D. (2008) ‒ Geographical Information Systems (GIS) and Learning Applications in Archaeology, E-Learning Methodologies and Computer Applications in Archaeology, p. 128.

Nehmé L. (éd.) (2015) ‒ Mission archéologique de Mada’in Salih. Rapport sur les opérations effectuées en 2015.

Nehmé L. (2011) ‒ The Nabataeans in Northwest Arabia, dans J. Gierlichs et U. Franke (éd.), Roads of Arabia: the Archaeological Treasures of Saudi Arabia, Tübingen, Wasmuth Verlag, p. 136‑144.

Paliou E. (2014) ‒ Introduction, dans E. Paliou, U. Lieberwirth, et S. Polla (ed.), Spatial Analysis and Social Spaces: Interdisciplinary Approaches to the Interpretation of Prehistoric and Historic Built Environments, Topoi, Berlin/Boston, De Gruyter, p. 1‑17.

Potts D.T. (2011) ‒ Old Arabia in Historic Sources, dans J. Gierlichs et U. Franke (ed.), Roads of Arabia: The Archaeological Treasures of Saudi Arabia, Tübingen, Wasmuth Verlag, p. 86‑101.

Rohmer J. (2016) ‒ A Revised Chronological Framework for Northwest Arabia in the Late 1st millennium BC. New Evidence from Excavations in the al-Ula Area, dans 10th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East, 25-29 April 2016, Austrian Academy of Sciences, Vienna, Austria, Vienna, Austria, Institute for Oriental and European Archaeology.

Schaudig H. (2001) ‒ Die Inschriften Nabonids von Babylon und Kyros’ des Grossen samt den in ihrem Umfeld entstandenen Tendenzschriften: Textausgabe und Grammatik, Münster, Ugarit-Verlag (Alter Orient und Altes Testament, Bd. 256).

Schneider P.I. (2010) ‒ Die Mauern von Tayma, dans J. Lorentzen et al. (ed.), Neue Forschungen zu antiken Stadtbefestigungen im östlichen Mittelmeerraum und im Vorderen Orient, BYZAZ, 10, p. 1-25.

Sperveslage G. (2013) ‒ Ägyptische Einflüsse auf der Arabischen Halbinsel in vorislamischer Zeit am Beispiel der Oase von Tayma, dans R. Eichmann et M. Ess (ed.), Zeitschrift für Orient-Archäologie, 6, p. 234-252.

Stadler P. (1985) ‒ Was ist « Spatial Analysis » in der Archäologie, Mitteilungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien (MAGW), 115, p. 163‑168.

Tourtet F. et Weigel F. (2015) ‒ Taymā’ in the Nabataean kingdom and in Provincia Arabia, dans Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, Archaeopress, p. 385‑404.

Van Dyke R.M. (1999) ‒ Space Syntax Analysis at the Chacoan Outlier of Guadalupe, American Antiquity, 64, 3, p. 461‑473.

Weigel F. (2015) ‒ Area E-South/F, dans A. Hausleiter et M. Al-Najem (ed.), Tayma 2015 - 5th Weekly Report on the Saudi Arabian-German Joint Archaeological Project.

Wheatley D. (2002) ‒ Spatial Technology and Archaeology: The Archaeological applications of GIS, New York, Taylor & Francis.

Notes

1 CNRS, CEFAS.

2 Pour une description générale du site voir : Hausleiter, 2011). La description la plus récente se trouve dans (Hausleiter et Zur, sous presse).

3 Vigne attestée autour de 6200 cal BP (Dinies et al., 2016). Cela témoigne d’une culture d’oasis, mais pas nécessairement d’une occupation sédentaire.

4 Rohmer propose une nouvelle datation pour la domination de Lihyan, présentée à l’ICAANE 2016 (Rohmer, 2016).

5 Bâtiment E-b6.

6 Les Occupational Periods sont en phase de révision.

7 Voir (Schneider, 2010). Pour les informations les plus actuelles voir (Hausleiter et Zur, sous presse, p. 136, note de bas 8) et (Hausleiter, sous presse) où on peut lire que ficus carica a été identifié par R. Neef dans Area W9 : 3323–2928 calBC. TA 17356/SU 5908, ; analysé par le Center of Applied Isotope Studies, University of Athens (Sample No. UGAMS 24656 ; date radiocarbone 4430±25 BP ; 2σ, probabilité 95.4 %, cal. avec OxCal v.4.2.4).

8 OL = niveau d’occupation (Occupational Level), subdivision des OP = périodes d’occupation (Occupational Period).

9 « […] any small scale constructed or selected unit which contained human activities or their consequences » (Clarke, 1977, p. 11)

10 « […] geographical locus which contained an articulated set of human activities or their consequences and often an associated set of structures » (Clarke, 1977, p. 11).

11 « […] set of sites at which it is hypothesized that the interconnection between the sites was greater than the interconnection between any individual site and sites beyond the system » (Clarke, 1977, p. 11)

12 Dawson dit que les résultats sont directs, mais que l’interprétation ne l’est pas : « […] relatively straightforward, the interpretation of results is often not » (Dawson, 2002, p. 466)

13 Expression proposée par Friedrich Weigel : (Weigel, 2015, p. 14)

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Région d’étude
Crédits Macdonald, 2004, fig. 16.1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 2 : Chronostratigraphie de l’oasis de Tayma
Crédits German Archaeological Institut, Friedrich Weigel 2015.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7079/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 3 : Compounds
Crédits German Archaeological Institut, Sebastiano Lora, 2014.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7079/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 4 : Graphique justifié
Crédits Hillier, 2014, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7079/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 5 : Plans axial et convexe
Crédits Al-Sayed et al. (ed.), 2013, fig. 2.2, 2.3.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7079/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 6 : Modèle des quatre niveaux de résolution pour l’oasis de Tayma
Crédits Luna Watkins.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7079/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

Auteur

Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
Laboratoire : LabEx DynamiTe
Thèse sous la direction de Michel Mouton, « Spatial-functional analysis of the central area
of the ancient settlement at Tayma, North-West Arabia during the Nabataean, Roman and Late Antique Periods ».

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter