Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’archéologie : science plurielle

 | 
Siegfried Léglise
, 
Florent Mathias
, 
Julien Ripoche

Adaptation d’outils géologiques à l’étude de matériel archéologique : la pétrographie céramique

Étude de cas à Tell Arqa (Liban) au IIIe millénaire

Mathilde Jean

Résumé

Dans le cadre d’une archéologie envisagée comme science plurielle, plusieurs questions se posent avant d’aborder le matériel archéologique. Cet article se propose dans un premier temps d’examiner la notion de discipline, pour comprendre ensuite celle d’interdisciplinarité telle qu’elle est aujourd’hui envisagée d’un point de vue épistémologique et institutionnel. L’apport de l’interdisciplinarité à la recherche archéologique, qui revêt elle-même de multiples aspects, est indéniable et il apparaît désormais essentiel de recourir à ce type d’approche. Mais les contraintes qu’il implique sont nombreuses, et conditionnent la mise en place et l’aboutissement d’un projet interdisciplinaire. La nécessité d’établir d’un dialogue privilégié entre disciplines et chercheurs est soulignée, ainsi que l’accès à une formation adaptée. La pétrographie céramique, choisie ici comme exemple, est une spécialité située à la frontière entre archéologie et géologie, puisqu’elle emprunte des méthodes et outils aux sciences de la Terre pour étudier du matériel archéologique. Elle est, dans ce cas, mise en œuvre en deux temps : une étude macroscopique permet d’abord d’obtenir une vision large de l’assemblage, puis d’échantillonner de façon raisonnée pour une étude approfondie en lames minces. L’application de ces méthodes d’étude pétrographique à l’assemblage du IIIe millénaire du site de Tell Arqa (Liban) est présentée comme étude de cas. Les données obtenues en macro- et microscopie au cours de l’étude pétrographique sont enfin confrontées aux autres données archéologiques et céramologique, fournissant ainsi de nouveaux éléments d’interprétation en termes chronologiques, fonctionnels, techniques, sociaux et économiques.

When regarding archaeology as a multifaceted science, some specific questions raise even before working on the archaeological materials. This paper first discusses the term of “discipline”, and then that of “interdisciplinarity” as it is currently understood from an epistemological and institutional point of view. The archaeology itself overlays very diversified aspects, and interdisciplinary projects are essential for the development of the archaeological research. However, it implies numerous constraints that need to be considered and which highly affect the implementation and outcome of the project. The quality of the scientific exchange between disciplines and researchers is crucial, along with the acquisition of specific background. Ceramic petrography is chosen here as an example, involving both archaeological knowledge and geological skills. Methods and tools from Earth sciences are adapted to the study of archaeological remains, to answer specific archaeological questions. The petrographic study is led in two steps: first, in macroscopy, an important number of sherds is observed to give a large vision of the whole assemblage; then, some selected samples are observed in thin sections in order to obtain more precise data. This methodology is applied to the third millennium ceramic assemblage from Tell Arqa (northern Lebanon). The macro- and microscopic results are finally compared with the archaeological and ceramic data. It then offers new lights on the chronological, functional, technical, social and economical interpretations of the assemblage and of the site.

Texte intégral

Je remercie ici vivement mes encadrants de thèse pour m’avoir guidée tout au long de ce travail : mon directeur, M. Pascal Butterlin, et mes tuteurs scientifiques, Mme Sophie Méry et M. Jean-Paul Thalmann. Le soutien scientifique et financier de plusieurs institutions a également permis l’aboutissement de cette recherche : l’équipe VEPMO (CNRS - UMR 7041 ArScAn), la Mission Archéologique de Tell Arqa, l’École Doctorale 112 (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et la ComUÉ heSam.

Introduction

  • 1 Pour exemple, la ComUÉ heSam Université regroupe 12 membres : l’Université Paris I Panthéon-Sorbonn (...)

1Depuis désormais quelques décennies, en archéologie, les sujets de recherche dits « interdisciplinaires » ne cessent de se multiplier. Leur mise en œuvre est souhaitée, et même fréquemment encouragée par les institutions qui proposent des financements pour lesquels l’interdisciplinarité devient un critère d’éligibilité. Dans le cadre universitaire, la mise en place des ComUÉ (Communautés d’Universités et d’Établissements) y contribue grandement, puisque les échanges sont favorisés entre des institutions membres aux vocations diverses1. Mais quelle réalité recouvre cette idée de recherche interdisciplinaire ? Il convient tout d’abord d’interroger le concept de discipline, pour comprendre ensuite celui d’interdisciplinarité. Le terme même d’« inter- » disciplinarité exprime l’existence d’un cloisonnement entre plusieurs objets, les disciplines, qui peut s’avérer gênant et auquel il faut pallier. Il s’agit ensuite d’examiner la mise en œuvre d’une recherche interdisciplinaire : enjeux, objectifs, contraintes et résultats. Pour ce faire, l’étude de céramique archéologique est prise en exemple car bien qu’étant elle-même une sous-discipline de l’archéologie, la céramologie fait appel à des compétences très diverses selon que l’on s’intéresse à la typologie morpho-fonctionnelle des vases, les matières premières qui les constituent, la technologie de façonnage et de décor, ou encore l’utilisation. Les premiers résultats d’une recherche pétrographique, portant sur les matières premières constituant les céramiques de Tell Arqa (Liban ; fig. 1 et 2) au IIIe millénaire, sont exposés et détaillés, du protocole d’obtention des données à leur interprétation en termes sociaux et économiques. Ce travail permet de poser plus précisément la question de la mise en œuvre d’outils d’analyse issus des sciences de la Terre et de leur adaptation puis application à l’étude de matériel archéologique, afin de répondre à des problématiques proprement archéologiques. En d’autres termes, c’est donc la délicate articulation entre disciplines mobilisées, ainsi que la convergence des moyens vers un but commun défini en amont, qui sont examinées ici et qui conditionnent la réussite de la recherche interdisciplinaire.

Figure 1. Situation de Tell Arqa sur la carte géographique du Levant nord, avec quelques sites majeurs de l’âge du Bronze et grandes villes contemporaines

Figure 1. Situation de Tell Arqa sur la carte géographique du Levant nord, avec quelques sites majeurs de l’âge du Bronze et grandes villes contemporaines

M. Jean ; fond de carte : M. Sauvage, CNRS.

Figure 2. Coupe stratigraphique et séquence chronologique du IIIe millénaire (Bronze Ancien) de Tell Arqa

Figure 2. Coupe stratigraphique et séquence chronologique du IIIe millénaire (Bronze Ancien) de Tell Arqa

D’après Thalmann, 2012, fig. 1.

Archéologie, science plurielle…

L’interdisciplinarité : une définition

2L’interdisciplinarité est généralement comprise comme le décloisonnement des disciplines. Mais que sont ces disciplines elles-mêmes ? Ce sont avant tout des constructions épistémologiques, permettant de découper le savoir en blocs distincts pour l’ordonner, l’apprendre et le comprendre. Elles sont aussi institutionnelles, puisque les universités et les institutions de recherche définissent les disciplines sous la forme de parcours ou de domaines de compétences. Ce cloisonnement des connaissances se révèle parfois trop strict, et peut constituer un obstacle à la recherche.

  • 2 Elle se distingue en cela de la pluridisciplinarité qui, dans son acception commune, consiste plutô (...)

3Dans ce cadre, l’interdisciplinarité est conçue comme un dialogue entre disciplines et spécialistes, permettant de recréer du lien et des échanges vers un enrichissement mutuel (Duchastel et Laberge 1999)2. L’échange permet l’emprunt d’outils, de méthodes, de concepts, de modèles ou de théories d’une discipline à l’autre ; il apporte une ouverture de la réflexion et de nouveaux moyens de réponse à une problématique qui doit être précisément définie en amont, constituant un objectif commun.

4La mise en œuvre d’une recherche interdisciplinaire nécessite donc une formation appropriée des chercheurs et demande l’établissement d’un très bon dialogue entre spécialistes issus de différentes disciplines. C. Perlès résume ainsi ces enjeux : « J’entends par dialogue d’une part la compréhension réelle des problèmes posés par chacun, l’intérêt porté à des problématiques qui ne sont pas directement les siennes, la possibilité de proposer des réponses dans les termes mêmes où la question a été posée, mais aussi l’acceptation d’une remise en question voire d’une critique de la part de celui qui n’est pas spécialiste du domaine. La critique est en effet au cœur même du véritable dialogue scientifique » (1989, p. 297). Ainsi comprise, l’interdisciplinarité constitue un indéniable enrichissement de la recherche scientifique.

L’interdisciplinarité en archéologie : une nécessité

5L’archéologue cherche à comprendre les hommes du passé et les éléments de leurs sociétés, de leur vie, par le biais des vestiges matériels découverts lors des fouilles. Ces vestiges sont de natures très diverses et, par là même, leur étude fait appel à des compétences variées. Les méthodes d’analyse doivent donc être adaptées à leur objet, mais aussi à la problématique posée et au type d’information que l’on souhaite tirer du vestige interrogé. Cette pluralité place d’emblée l’archéologie au carrefour de plusieurs disciplines scientifiques, et fait de l’interdisciplinarité un fondement de la recherche.

6La réduction de l’information opérée au cours du temps constitue l’un des principaux obstacles au travail des archéologues. Comme l’a présenté A. Gallay (2015, p. 146-147), plusieurs niveaux d’information s’imbriquent. À l’origine, le groupe humain étudié (population parente) s’exprime dans une production matérielle (population observable), elle-même réduite à une population observée correspondant aux vestiges matériels qui sont parvenus jusqu’à l’archéologue. Enfin, la population étudiée comprend une sélection de vestiges, faisant l’objet d’un travail de recherche approfondi. C’est donc pour tenter de tirer le maximum d’informations du matériel archéologique, et pour remonter au mieux jusqu’à la population parente que l’interdisciplinarité s’invite au cœur de la pratique archéologique.

La céramologie : approches croisées

7L’étude de la céramique archéologique recouvre un vaste domaine de recherche, qui peut être compris de plusieurs manières. À partir d’un produit fini, la typo-chronologie permet de dater les vestiges sur la base de leurs caractères morphologiques et stylistiques : la forme générale du vase, du bord, de la base, ou encore le décor ou traitement de surface caractérisent une région et une période de production. La typologie fonctionnelle repose sur l’idée que la forme du vase traduit sa fonction : une cruche est reconnue à son anse et son goulot, parfois son bec verseur, c’est donc un vase de service (fig. 3). L’association et la fréquence relative de vases aux fonctions différentes peuvent permettre de caractériser une culture ou des usages. Enfin, en archéologie, les notions de style et de culture se recoupent souvent : on définit des « cultures céramiques » à partir de critères morphologiques et décoratifs, qui correspondraient à des réalités culturelles, voire sociales et ethniques (Gallay, 2000).

Figure 3. Dessins de trois cruches provenant des niveaux du Bronze Ancien de Tell Arqa

Figure 3. Dessins de trois cruches provenant des niveaux du Bronze Ancien de Tell Arqa

Malgré des paramètres communs qui leur confèrent leur fonction de cruche (anse, bec verseur), les différences de forme, de techniques de façonnage et de traitement de surface correspondent à des productions bien distinctes. Cruches a et b : phase S, niveau 18A ; c : phase P, niveau 16A.

Dessins J.-P. Thalmann.

8Par ailleurs, les études technologiques s’intéressent aux modes de fabrication du produit. Le développement de la notion de chaîne opératoire par A. Leroi-Gourhan (1964) puis, pour la céramique, H. Balfet (1966) fournit une trame pour l’analyse. La sélection et le traitement des matières premières interviennent avant le façonnage, la finition, le séchage puis la cuisson ; l’utilisation peut également appartenir à la chaîne opératoire. L’étude technologique donne ainsi accès à de nouveaux éléments de compréhension de la production, touchant à la pratique artisanale et à l’artisan. Toutefois, l’interprétation des observations technologiques demande des comparaisons avec des référentiels ethnographiques et/ou expérimentaux (Gallay, 2003, p. 56 ; Testart 2006). Tous les éléments d’une société ne sont pas transposables à une autre et ne constituent pas des éléments de preuve, mais ces référentiels fournissent de nouveaux appuis pour la réflexion archéologique (Gallay, 2003, p. 62-66).

9L’interdisciplinarité, en multipliant les modes d’approche d’un objet, permet d’adapter la méthode d’étude au matériel et aux problématiques abordées : « La méthode, en tant que moyen, ne peut être que subordonnée à une finalité : l’étude d’un objet scientifique. L’objet justifie la méthode » (Testart, 1986, p. 139). Dans le cas de l’étude céramique, cela équivaut à exploiter au maximum les différents types d’informations portées par l’objet étudié, en mettant en œuvre des moyens complémentaires.

Le cas de la pétrographie céramique

Objectifs et méthodes

10Les travaux de pétrographie céramique étudient la sélection et le traitement des matériaux, qui constituent les premières étapes de la chaîne opératoire de production potière : ils appartiennent donc au champ des études technologiques. Les matières premières céramiques sont presque exclusivement minérales, c’est pourquoi leur étude nécessite d’emprunter des méthodes et connaissances aux sciences de la Terre. Ici, deux phases d’étude complémentaires sont mises en œuvre, en macroscopie – à l’œil nu et à la loupe binoculaire – et en microscopie – en lames minces, observées au microscope polarisant. Les méthodes géologiques empruntées doivent être adaptées pour les rendre aptes à répondre à des problématiques purement archéologiques : il faut donc intégrer dans l’analyse la dimension humaine qu’induit l’archéologie et ce, particulièrement lors du traitement et de l’interprétation des résultats. Ainsi, l’application d’outils issus de la géologie à l’étude de céramique archéologique apporte de nouvelles données et éléments de compréhension.

Problèmes et limites

  • 3 Cette approche nécessite en effet des prélèvements et induit des contraintes temporelles et financi (...)

11Plusieurs obstacles peuvent entraver la mise en place d’une approche pétrographique. La question de l’échantillonnage tout d’abord : l’exhaustivité des études archéologiques, telle qu’elle est souhaitée par A. Leroi-Gourhan, vise à exploiter au maximum les données découvertes en fouilles : « Le caractère principal de la méthode archéologique doit être, impérativement, de ne détruire que ce qu’on est certain d’avoir exploité de manière exhaustive » (Leroi-Gourhan, 1983, p. 137). Dans la pratique, cette démarche alourdit considérablement l’acquisition et le traitement des données ; souvent, il n’est pas possible de la développer et l’on doit pratiquer un échantillonnage. Dans notre cas, l’association des méthodes macroscopique et microscopique offre une large vision de l’assemblage : la macroscopie permet en effet de traiter un grand nombre d’échantillons (plusieurs centaines ou milliers), tandis que la microscopie apporte des informations plus précises, mais sur un nombre plus restreint d’échantillons3. Il est donc nécessaire de combiner les deux niveaux d’observation, qui apportent des informations complémentaires sur des échantillonnages de taille très différentes.

12Un second problème est celui de la représentativité de l’échantillon étudié. Si, en macroscopie, les zones observables d’un vase sont multiples (bien que non exhaustives : sections, surfaces), l’étude d’une lame mince en microscopie ne permet d’observer que quelques centimètres carrés de l’ensemble de pâte qui constitue le vase, sur 30 µm d’épaisseur. Les données collectées sont donc précises, mais indicatives ; or, pour pouvoir les interpréter, il faut les considérer comme représentatives. Des biais peuvent survenir : par exemple, des pâtes de compositions globalement similaires, mais distinctes en termes de granulométrie et de fréquence des inclusions, peuvent être employées pour réaliser différentes parties d’un même vase (base, panse, col) (fig. 4). L’échantillonnage, nécessaire à la recherche, induit une certaine manipulation des données que l’on doit garder à l’esprit lors de l’interprétation des résultats.

Figure 4. Exemple de l’emploi de deux pâtes différentes pour la fabrication d’une même jarre

Figure 4. Exemple de l’emploi de deux pâtes différentes pour la fabrication d’une même jarre

Si les deux sections se rattachent au groupe pétrographique 2, elles représentent deux variantes : la pâte utilisée pour le façonnage du col contient des inclusions moins abondantes et plus fines que la pâte constituant le haut de la panse.

M. Jean ; dessin J.-P. Thalmann.

13Enfin, et peut-être avant tout, l’aboutissement d’une étude pétrographique (ou de toute autre approche interdisciplinaire) est conditionné par le niveau de compétences interdisciplinaires du ou des chercheur(s). L’accès à la formation dans plusieurs domaines, l’expérience et les liens entretenus avec les collaborateurs des disciplines mobilisées sont autant de paramètres essentiels au bon déroulement de l’étude.

14Cet ensemble de contraintes fait de toute recherche interdisciplinaire une entreprise délicate, qui doit être soigneusement calibrée pour répondre à la problématique posée mais qui, lorsqu’elle aboutit, s’avère très fructueuse.

Étude de cas au Liban nord : nouvelles données sur l’assemblage céramique de Tell Arqa

  • 4 Cette étude fait partie d’une thèse de doctorat en cours.

15L’assemblage céramique du IIIe millénaire de Tell Arqa constitue un riche sujet de recherche (fig. 1 et 2). Très documenté d’un point de vue archéologique (contexte, stratigraphie, chronologie ; voir Thalmann, 2006 et 2016), il a fait l’objet d’études céramologiques (typo-chronologie, typologie fonctionnelle et technologie ; Thalmann, 2003, 2006, 2012 et 2016 ; Roux, 2013 ; Roux et Thalmann, 2016). Les résultats de l’étude pétrographique en cours sont ici présentés4.

Problématiques et méthodologie

16Dans un premier temps, l’étude pétrographique vise à caractériser et à classifier les pâtes céramiques de l’assemblage du IIIe millénaire (Bronze Ancien). Il est ensuite possible de croiser les résultats obtenus avec les données archéologiques, chronologiques, typologiques et technologiques, pour tenter de comprendre les évolutions observées et de dégager des corrélations entre plusieurs paramètres. Les sources potentielles de matières premières peuvent également être recherchées autour du site. Des interprétations enrichies peuvent enfin être proposées en termes chronologiques, sociaux et économiques (organisation et diffusion de la production potière, exploitation du territoire environnant le site producteur et éventuels échanges de biens).

  • 5 En macroscopie, il n’est pas possible d’identifier précisément la nature minéralogique des inclusio (...)
  • 6 Les échantillonnages macro- et microscopiques peuvent évoluer au gré de futures recherches. Toutefo (...)

17Cette recherche s’est organisée en deux phases successives (fig. 5) : d’abord, l’étude macroscopique à la loupe binoculaire a porté sur 1359 échantillons répartis sur l’ensemble du IIIe millénaire et représentant toutes les classes fonctionnelles et types morphologiques. Neuf groupes de pâtes ont été constitués d’après l’observation des couleurs de la matrice, de la nature5, de l’abondance, de la granulométrie et de la morphologie des inclusions (fig. 6). C’est à partir de ce classement que l’échantillonnage pour l’étude microscopique en lames minces a été constitué, représentant les différents groupes macroscopiques mais aussi les phases chronologiques et les types morpho-fonctionnels. À ce jour, 74 échantillons ont fait l’objet d’une étude en lames minces6 : le classement de pâtes établi en macroscopie a ainsi été validé et complété par une identification précise de la nature minéralogique des inclusions et par l’acquisition de données plus détaillées.

Figure 5. Schéma du protocole d’étude pétrographique

Figure 5. Schéma du protocole d’étude pétrographique

Les études macroscopique et microscopique constituent deux phases successives et complémentaires du travail.

M. Jean.

Figure 6. Illustration de chacun des neuf groupes macroscopiques

Figure 6. Illustration de chacun des neuf groupes macroscopiques

Vues en section M. Jean.

Résultats et interprétation

  • 7 L’échantillonnage et les caractéristiques des différents groupes pétrographiques ne sont pas détail (...)

18La confrontation des résultats de l’étude pétrographique avec les autres données archéologiques et céramologiques permet de mieux documenter l’assemblage et de mettre en lumière de nouveaux éléments de compréhension7.

Chronologie : évolution des choix de matières premières

19L’étude macroscopique a permis de réaliser des comptages à large échelle et d’observer la répartition globale de chaque groupe de pâte selon les phases chronologiques du IIIe millénaire (fig. 7). Une évolution dans les choix de matières premières céramiques est d’emblée mise en évidence, témoignant de l’évolution des pratiques potières. Parmi les neuf groupes de pâtes définis, certains sont présents en proportions quasiment stables tout au long de la séquence (groupe 1), tandis que d’autres disparaissent au cours du temps (groupes 5 et 6, puis groupe 2). Le groupe 3 est, lui, peu représenté au début de la période mais devient au cours du temps le type de pâte dominant, représentant jusqu’à près de 80 % de la production céramique à la fin du IIIe millénaire. Les autres groupes de pâtes constituent des productions marginales. Ces résultats mettent en lumière une progressive homogénéisation des pâtes céramiques et un fort lien entre les choix de matières premières et la chronologie d’occupation du site. L’identification des pâtes devient ainsi un indicateur chronologique qui peut être combiné aux critères morphologiques habituellement retenus.

Figure 7. Répartition des échantillons étudiés en macroscopie (n = 1359) au sein des neuf groupes pétrographiques définis, et selon les phases chronologiques du IIIe millénaire

Figure 7. Répartition des échantillons étudiés en macroscopie (n = 1359) au sein des neuf groupes pétrographiques définis, et selon les phases chronologiques du IIIe millénaire

On observe une nette évolution des choix de matières premières

M. Jean.

Fonctionnalité et choix de matières premières

20La confrontation des observations morpho-fonctionnelles et pétrographiques permet d’appréhender l’aspect fonctionnel de la production (fig. 8). Il apparaît ainsi que certains groupes de pâtes sont préférentiellement employés de certains types de vases, tandis qu’au contraire, d’autres groupes de pâtes sont indistinctement choisis pour la production de catégories fonctionnelles différentes et peuvent donc être qualifiés de polyvalents. Les vases de cuisson correspondent presque exclusivement aux groupes 1 et 7, à l’exclusion de tout autre type de pâte. Les groupes 8 et 9 sont identifiés sur des vases de transfert et le groupe 2 représente majoritairement des vases de stockage. À l’inverse, les groupes 3, 4, 5 et 6 semblent polyvalents (vases de service, stockage et transfert), à l’exclusion des vases de cuisson. Ces derniers constituent une catégorie fonctionnelle à part, représentée seulement par deux groupes de pâte spécifiques.

Figure 8. Répartition des échantillons étudiés en macroscopie (n = 1359) au sein des neuf groupes pétrographiques et selon les classes fonctionnelles de céramique

Figure 8. Répartition des échantillons étudiés en macroscopie (n = 1359) au sein des neuf groupes pétrographiques et selon les classes fonctionnelles de céramique

M. Jean.

Reconstitution technique : la chaîne opératoire

  • 8 Les résultats de l’étude technologique sont présentés dans Roux, 2013 et Roux et Thalmann, 2016.
  • 9 Nous entendons ici par « tour » un dispositif rotatif suffisamment rapide pour permettre un fluage, (...)

21En termes techniques, observer les choix de matières premières à la lumière des chaînes opératoires de façonnage et de finition permet de tirer deux conclusions principales8. D’une part, si les pratiques techniques sont globalement homogènes à l’échelle de l’assemblage, deux chaînes opératoires se distinguent, l’une correspondant aux vases de cuisson et la seconde représentée par les autres catégories fonctionnelles (service, stockage, transfert). La distinction entre les vases de cuisson et le reste de l’assemblage est donc confirmée. Par ailleurs, il apparaît que l’homogénéisation progressive des pâtes céramiques, matérialisée par l’expansion du groupe 3 dans l’assemblage, va de pair avec la diffusion de l’usage de la rotation : les vases, réalisés aux colombins sans rotation au début du IIIe millénaire, sont de plus en plus fréquemment repris au tour9, puis systématiquement à la fin de la période. L’homogénéisation des choix de matières premières est donc corrélée à une évolution technique significative, peut-être révélatrice d’une homogénéisation des modes de production et/ou d’une spécialisation grandissante des artisans.

Interprétation sociologique : le cadre de la production

  • 10 Plusieurs éléments peuvent être mobilisés pour appuyer cette hypothèse. Un atelier de potiers du Br (...)
  • 11 À Tell Arqa, les grands vases (stockage) sont peignés tandis que les récipients de moyennes et peti (...)
  • 12 Ces changements sont notamment observables parmi la vaisselle de service et de consommation, puisqu (...)

22La continuité des techniques de fabrication s’inscrit, selon V. Roux, dans un fonds social homogène au sein du groupe de potiers, qui évolue sans rupture tout au long du IIIe millénaire (Roux et Thalmann, 2016, p. 126). L’introduction et la diffusion progressive de la rotation traduisent une spécialisation artisanale intervenant au moins dès le début de la période : ainsi, au sein de pratiques techniques évoluant progressivement, se répand l’emploi de dispositifs rotatifs sans marquer de discontinuité. Les artisans potiers de Tell Arqa semblent être spécialistes, à un degré qu’il convient encore de préciser (il paraît probable qu’ils complètent leur activité potière par un autre type de revenu, peut-être agricole) et s’organisent probablement en atelier(s)10. D’un point de vue sociologique, une certaine stabilité de la population de potiers de Tell Arqa peut donc être mise en évidence. Au contraire, l’évolution des modes de finition11 et la diversification du répertoire morphologique au cours de la période (particulièrement dans la seconde moitié du IIIe millénaire) témoignent, elles, d’une dynamique forte de la part des consommateurs et de progressifs changements de pratiques12. Plusieurs phénomènes anthropologiques sont donc combinés et sont exprimés dans la production céramique.

Interprétations économiques : provenance des matières premières et échanges de biens

  • 13 Les vestiges des artisanats métallurgique et osseux sont en effet peu abondants à Tell Arqa. L’étud (...)

23L’analyse pétrographique en lames minces apporte des éléments minéralogiques et pétrologiques susceptibles de permettre l’identification des formations géologiques desquelles sont issues les matières premières sélectionnées pour la production céramique. La comparaison entre les observations pétrographiques menées sur le matériel archéologique et les données de la littérature et des cartes géologiques montre que les matières premières sont très probablement locales, et disponibles à proximité directe du site de Tell Arqa (fig. 9). Seul un groupe de pâtes (groupe 8) pourrait être exogène et provenir de Syrie intérieure (région de Tell Mishrifeh et Tell Nebi Mend ; voir fig. 1). L’économie locale de Tell Arqa semble donc être basée sur l’agriculture (Thalmann, 2006, p. 216-217) et le développement de quelques artisanats spécialisés, principalement l’artisanat potier13.

Figure 9. Carte géologique des alentours de Tell Arqa présentant les formations à l’affleurement

Figure 9. Carte géologique des alentours de Tell Arqa présentant les formations à l’affleurement

La grande majorité des matières premières céramiques proviennent très probablement de cet environnement.

M. Jean, d’après Guerre, 1975.

24Les probables importations sont rares. Elles concernent principalement des vases de transfert, qui proviendraient de régions peu lointaines (Syrie intérieure). Il est par contre probable qu’Arqa et sa microrégion (plaine du Akkar) aient exporté sur la côte levantine et jusqu’en Égypte, où des vases très semblables ont été reconnus (à Abydos notamment : Hartung et al., 2015). Ces perspectives sont encore à explorer et pourraient permettre de replacer le site de Tell Arqa au sein des réseaux d’échanges actifs en Méditerranée orientale au IIIe millénaire.

Conclusion

25L’interdisciplinarité, en archéologie comme dans d’autres sciences, est fréquemment mise en œuvre pour répondre à des problématiques spécifiques. Le cas de la pétrographie céramique examine l’adaptation d’emprunts aux sciences de la Terre à l’étude de matériel archéologique, afin de comprendre les modes de sélection et de traitement des matières premières. L’étude de l’assemblage du IIIe millénaire de Tell Arqa a montré combien cette approche, combinée à toutes les autres données disponibles (archéologiques comme céramologiques), peut être fructueuse et apporter nombre d’éléments nouveaux en termes chronologiques, fonctionnels, technologiques, sociaux et économiques. Une interdisciplinarité maîtrisée peut donc être constructive et constituer un indéniable enrichissement de la recherche, duquel on ne peut aujourd’hui se passer et qu’il convient d’encore développer.

Bibliographie

Balfet H. (1966) – La céramique comme document archéologique, Bulletin de la Société Préhistorique Française – Études et travaux, 63, 2, p. 279-310.

Coqueugniot E. (2006) – Les outillages en pierre taillée et la question des lames « cananéennes » : étude préliminaire, dans J.-P. Thalmann, Tell Arqa 1, Les niveaux de l’âge du Bronze, BAH 177, Beyrouth, p. 195–202.

Duchastel J. et Laberge D. (1999) – La recherche comme espace de médiation interdisciplinaire, Sociologie et sociétés, 31, 1, p. 63-76.

Gallay A. (2000) – Cultures, styles, ethnies : quel choix pour l’archéologue ?, dans R. De Marinis et S. Biaggio Simona (eds.), I Leponti : tra mito e realtà, 1, catalogo di mostra (maggio-dicembre 2000 ; Locarno, Castello Visconteo – Casorella), Gruppo Archeologia Ticino, Locarno, A. Dadò, p. 71-78.

Gallay A. (2003) – Reconstituer la vie : André Leroi-Gourhan et la lecture des archives archéologiques, dans J. Michel, J. Tarrete et P. Soulier (éds.), Sens dessus dessous : la recherche du sens en Préhistoire, Revue Archéologique de Picardie, numéro spécial, 21, Amiens, p. 51-68.

Gallay A. (2015) – Pensée scientifique et pensée vulgaire en archéologie pré- et protohistorique. La perspective logiciste, dans B. Walliser (éd.), La distinction des savoirs, Éditions de l’EHESS, Paris, p. 132-155.

Guerre A. (1975) – Carte géologique détaillée, Hamidiyé-Halba, Liban, 1/50 000, Beyrouth, Direction des Affaires Géographiques.

Hartung U., Köhler E. C., Müller V. et Ownby M. F. (2015) – Imported Pottery From Abydos: a New Petrographic Perspective, Ägypten und Levante, 25, p. 295-333.

Jean M. (à paraître) a – Evolutions of Pottery Production Over a Millennium: Petrographic Analysis of the EB Ceramic Assemblage from Tell Arqa, Ancient Near Eastern Studies.

Jean M. (à paraître) b – Pottery Production in Tell Arqa during the Third Millennium: Characterisation of Ceramic Raw Materials, Levant.

Leroi-Gourhan A. (1964) – Le geste et la parole, Albin Michel, Paris.

Leroi-Gourhan A. (1983) – Le fil du temps : ethnologie et préhistoire, 1935-1970, Fayard, Paris.

Marchand F. (2016) – L’industrie lithique de Tell ‘Arqa (Plaine du Akkar, Liban Nord), Proceedings of the 9th ICAANE, Basel 2014, vol. 3, p. 503-513.

Perles C. (1989) – Archéologie et archéométrie : pour un meilleur dialogue. Analyse préliminaire des problèmes, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 86, 10-12, p. 294-297.

Roux V. (2013) – Spreading of Innovative Technical Traits and Cumulative Technical Evolution: Continuity or Discontinuity?, Journal of Archaeological Method and Theory, 20, 2, p. 312-330.

Roux V. et Thalmann J.-P. (2016) – Évolution technologique et morpho-stylistique des assemblages céramiques de Tell Arqa (Liban, IIIe millénaire av. J.-C.) : stabilité sociologique et changements culturels, Paléorient, 42, 1, p. 101-127.

Testart A. (1986) – L’Objet de l’anthropologie sociale, L’Homme, XXVI, 97-98, p. 139-142.

Testart A. (2006) – Comment concevoir une collaboration entre anthropologie sociale et archéologie ? À quel prix ? Et pourquoi ?, Bulletin de la Société Préhistorique Française, 103, 2, p. 385-395.

Thalmann J.-P. (2003) – Transporter et conserver : jarres de l’âge du Bronze à Tell Arqa, Archaeology & History in Lebanon, 17, p. 25–37.

Thalmann J.-P. (2006) – Tell Arqa – I. Les niveaux de l’âge du bronze, BAH, 177, IFPO, Beyrouth.

Thalmann J.-P. (2012) – Ex Oriente lux : l’invention de la lampe au Proche-Orient, dans J. Giraud, Gernez, Aux marges de l’archéologie : hommage à Serge Cleuziou, De Boccard, Paris, p. 175-185.

Thalmann J.-P. (2016) – Rapport préliminaire sur les campagnes 2008-2012, Bulletin d’Archéologie et d’Architecture Libanaises, p. 15-78.

Notes

1 Pour exemple, la ComUÉ heSam Université regroupe 12 membres : l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, le Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM), l’Institut National des Études Démographiques (INED), l’Institut National du Patrimoine (INP), l’École du Louvre, Arts et Métiers ParisTech, l’École Nationale Supérieure d’Architecture Paris-La Villette (ENSA), l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), l’École Supérieure de Commerce de Paris (ESCP Europe), le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l’École Nationale Supérieure de Création Industrielle (ENSCI Les Ateliers) et l’École Nationale d’Administration (ENA). Plusieurs autres ComUÉ sont construites sur le même modèle : Sorbonne Universités, Université Sorbonne Paris Cité en sont des exemples franciliens.

2 Elle se distingue en cela de la pluridisciplinarité qui, dans son acception commune, consiste plutôt en la juxtaposition de regards spécialisés sur un même sujet.

3 Cette approche nécessite en effet des prélèvements et induit des contraintes temporelles et financières qui rendent impossible la mise en place d’une approche exhaustive.

4 Cette étude fait partie d’une thèse de doctorat en cours.

5 En macroscopie, il n’est pas possible d’identifier précisément la nature minéralogique des inclusions. Plusieurs types d’inclusions non plastiques peuvent néanmoins être différenciés d’après leur couleur, opacité/brillance, texture et morphologie.

6 Les échantillonnages macro- et microscopiques peuvent évoluer au gré de futures recherches. Toutefois, le volume d’échantillons traité est d’ores et déjà conséquent et permet de tirer des résultats statistiquement fiables.

7 L’échantillonnage et les caractéristiques des différents groupes pétrographiques ne sont pas détaillés ici. Pour de plus amples précisions sur cette étude, voir Jean, à paraître, a et b.

8 Les résultats de l’étude technologique sont présentés dans Roux, 2013 et Roux et Thalmann, 2016.

9 Nous entendons ici par « tour » un dispositif rotatif suffisamment rapide pour permettre un fluage, correspondant au terme d’ « Énergie Cinétique Rotative » (ECR) employé par V. Roux (Roux et Thalmann, 2016, p. 113).

10 Plusieurs éléments peuvent être mobilisés pour appuyer cette hypothèse. Un atelier de potiers du Bronze Moyen I comportant une fosse de décantation et des fours a été identifié (Thalmann, 2006, p. 33-50) : d’après la continuité technique observée entre le Bronze Ancien IV et le Bronze Moyen I (Roux, 2013, p. 320-325), on peut imaginer l’existence de sites de production similaires au Bronze Ancien. De plus, certaines productions spécifiques présentent des occurrences fréquentes de marques de potiers.

11 À Tell Arqa, les grands vases (stockage) sont peignés tandis que les récipients de moyennes et petites dimensions (transfert, service) sont lustrés et que les vases de cuisson sont enduits de barbotine. Ces traitements de surface (lustrage et peignage) présentent des évolutions qui sont autant de marqueurs chronologiques et semblent répondre à des « modes » (Thalmann, 2016, fig. 36).

12 Ces changements sont notamment observables parmi la vaisselle de service et de consommation, puisqu’à partir de 2500 avant J.-C. apparaissent en quantité de petits vases à boire, de type tasses à une anse et gobelets (Thalmann, 2006 ; Roux et Thalmann, 2016, p. 108-111). Ce phénomène semble très localisé autour de Tell Arqa.

13 Les vestiges des artisanats métallurgique et osseux sont en effet peu abondants à Tell Arqa. L’étude lithique révèle la présence de deux productions, l’une locale et l’autre importée (macro-lames de silex). Les lames (locales et importées) semblent toutes, d’après l’étude tracéologique, avoir été employées comme faucilles, appuyant ainsi le caractère agricole de l’établissement d’Arqa (Coqueugniot, 2006 ; Marchand, 2016).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Situation de Tell Arqa sur la carte géographique du Levant nord, avec quelques sites majeurs de l’âge du Bronze et grandes villes contemporaines
Crédits M. Jean ; fond de carte : M. Sauvage, CNRS.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Figure 2. Coupe stratigraphique et séquence chronologique du IIIe millénaire (Bronze Ancien) de Tell Arqa
Crédits D’après Thalmann, 2012, fig. 1.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 3. Dessins de trois cruches provenant des niveaux du Bronze Ancien de Tell Arqa
Légende Malgré des paramètres communs qui leur confèrent leur fonction de cruche (anse, bec verseur), les différences de forme, de techniques de façonnage et de traitement de surface correspondent à des productions bien distinctes. Cruches a et b : phase S, niveau 18A ; c : phase P, niveau 16A.
Crédits Dessins J.-P. Thalmann.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 4. Exemple de l’emploi de deux pâtes différentes pour la fabrication d’une même jarre
Légende Si les deux sections se rattachent au groupe pétrographique 2, elles représentent deux variantes : la pâte utilisée pour le façonnage du col contient des inclusions moins abondantes et plus fines que la pâte constituant le haut de la panse.
Crédits M. Jean ; dessin J.-P. Thalmann.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Titre Figure 5. Schéma du protocole d’étude pétrographique
Légende Les études macroscopique et microscopique constituent deux phases successives et complémentaires du travail.
Crédits M. Jean.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,3M
Titre Figure 6. Illustration de chacun des neuf groupes macroscopiques
Crédits Vues en section M. Jean.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 7. Répartition des échantillons étudiés en macroscopie (n = 1359) au sein des neuf groupes pétrographiques définis, et selon les phases chronologiques du IIIe millénaire
Légende On observe une nette évolution des choix de matières premières
Crédits M. Jean.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,5M
Titre Figure 8. Répartition des échantillons étudiés en macroscopie (n = 1359) au sein des neuf groupes pétrographiques et selon les classes fonctionnelles de céramique
Crédits M. Jean.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 5,0M
Titre Figure 9. Carte géologique des alentours de Tell Arqa présentant les formations à l’affleurement
Légende La grande majorité des matières premières céramiques proviennent très probablement de cet environnement.
Crédits M. Jean, d’après Guerre, 1975.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/7073/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6M

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ED 112,
UMR 7041 ArScAn, équipe VEPMO
Thèse sous la direction de Pascal Butterlin et le tutorat de Sophie Méry et Jean-Paul Thalmann, « Artisanat céramique au Levant nord au IIIe millénaire. Matériaux, échanges, provenance ».

© Éditions de la Sorbonne, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter