Version classiqueVersion mobile

Le retour des prisonniers de guerre français

 | 
Christophe Lewin

Chapitre III. Les débuts d’une grande fédération unifiée

Texte intégral

1La F.N.P.G. ne s’étant jamais résolue à n’être qu’un puissant lobby défendant les intérêts particuliers des anciens Prisonniers de Guerre, son action, son histoire même, ne peuvent être analysées avant de concevoir la mentalité singulière de ce milieu.

2En effet, les P.G. vécurent en Allemagne une expérience unique qui, au fil des années, les a profondément marqués, leur octroyant une identité propre et distincte. La période passée derrière les barbelés et la réalité de la vie des camps ont éveillé chez eux un esprit particulier : « l’Esprit P.G. » ou « l’Esprit de Camp » et une mentalité singulière qu’ils garderont désormais.

A. Les Leçons de la Captivité

3L’expérience fondamentale et inoubliable de la captivité c’est, d’abord et avant tout, le fait d’avoir aperçu, une fois dans sa vie, les êtres humains dépouillés de tous leurs masques ; de les avoir contemplés dans un état de nudité sociale et morale rarement atteint ; d’avoir assisté à la réalisation d’un contrat social et à la création d’une société.

  • 1 Roger Ikor : Ciel Ouvert, Paris, Albin Michel, 1959, p. 9.

4La défaite, les marches, les transports, brassèrent impitoyablement un million et demi de captifs, dispersant les unités, séparant les connaissances, éloignant les amis. Les officiers furent dissociés des hommes de troupe. Puis, au bout du voyage, une masse hétéroclite de Français se retrouva dans un univers étroit, cerné de barbelés « où le ciel seul lui demeurait ouvert »1.

5Tous les critères selon lesquels s’organise une société, toutes les hiérarchies étaient balayés. Grades, diplômes, naissance, relations, fortune, culture, éducation, perdaient leur signification. Pour la première fois dans leur vie, les prisonniers se retrouvaient entre hommes strictement égaux devant la faim, la misère et le malheur. Comme seul bagage, ils possédaient ce que personne ne pouvait leur soustraire : le caractère, la personnalité, leurs dons, leurs capacités individuelles et... leur foi.

  • 2 François Mitterrand : Leçons des Choses de la Captivité, Paris, Les Grandes Editions Françaises, 19 (...)

6Et puis, cette masse, arbitrairement rassemblée, dut vivre et pour survivre elle fut forcée de s’organiser. Il fallait discipliner les hommes, ne serait-ce que pour procéder à des distributions équitables de nourriture à des êtres affamés. Ce fut, au début, la loi du plus fort. Puis, on vit émerger du groupe des hommes qui surent imposer leur autorité, persuadant la communauté naissante d’adopter certaines règles indispensables à la vie en groupe. Ces « leaders », « sortis du rang », se firent accepter par leurs pairs, prouvant leur intégrité, leur sagesse et la justice de leurs démarches. Pour certains d’entre eux ce fut le tournant de leur vie et la révélation de capacités inconnues qui allaient changer leur destin2.

  • 3 Ikor : Ibid., p. 136.

7Ensuite, les prisonniers découvrirent les bienfaits d’une démocratie directe plébiscitant à tout moment les actes du chef choisi. La structuration de la masse, engendrée par le refus instinctif de l’anarchie, se fit toujours selon un modèle démocratique profondément ancré dans son esprit. La société naissante, malgré son origine militaire, bannit à jamais l’approche autoritaire. Le jeune capitaine, sympathisant de l’Action Française, qui partageait la baraque de R. Ikor, pouvait vociférer contre la majorité. Jamais, pourtant, il n’eut l’idée de commander les sous-lieutenants ou les lieutenants avec lesquels il cohabitait. Et pourtant, n’était-ce pas son droit3 ?

  • 4 Durant : La Captivité, op. cit., pp. 237-253, 449-453.

8Ainsi, l’apparition de leaders que seuls le caractère, la foi et leurs capacités avaient distingués de la masse et une organisation spontanée de la cohue en société rendirent possible la création d’un ensemble de structures qui permirent aux captifs de vivre ces années ; disposant d’une représentation directe, capable de traiter avec leurs geôliers, administrer leur vie et préserver un minimum d’influence sur leur destin4.

9Au fil d’interminables mois de détention, la promiscuité, la vie en commun dans un univers sans cloison, avec très peu d’intimité, dans l’impossibilité de s’isoler des autres, forcèrent les prisonniers à découvrir l’homme qu’était leur ami, leur voisin et à apprendre, volens nolens, à vivre avec lui. Et... ce fut l’étonnement. Peu à peu, les P.G. s’aperçurent que tout ce qui dressait dans leur vie antérieure des cloisons étanches, séparant la société en groupes ennemis, n’avait dans leur réalité que bien peu d’importance. Des hommes possédant des concepts politiques, religieux et sociaux opposés, issus de classes sociales antagonistes, pouvaient vivre ensemble, s’accepter, se respecter, se considérer mutuellement dans un esprit de tolérance envers les idées et les opinions qui les séparaient.

10Le centre d’intérêt se déplaça vers l’homme lui-même, ses qualités, ses défauts ; sa capacité de vivre en société l’enrichissant de son apport. Le captif s’aperçut que presque chaque personne avait ses côtés positifs et la communauté du destin riva les individus les uns aux autres, leur imposant ce qui allait devenir leur principe de base : l’ Unité.

11L’expérience des hommes de troupe était, bien sûr, différente de celle des officiers, cloîtrés dans leurs oflags où les structures hiérarchiques ne furent jamais totalement effacées. Cependant, sur bien des points, son interprétation, son idéalisation surtout, furent similaires.

12L’importance même de certaines valeurs fut remise en question. Finalement, quel poids avaient-elles face au problème crucial – leur survie ? Les Prisonniers de Guerre redécouvrirent l’importance de l’entraide indispensable dans leur univers. Ils apprirent à se faire confiance, à s’assister, à surmonter ensemble les difficultés, à avoir des devoirs envers leur société.

13L’émerveillement exprimé par le groupe devant cette découverte peut surprendre. Finalement, sur ce plan, les P.G. ne faisaient que la redécouverte du grand principe qu’avaient appris avant eux les combattants de 14-18, que connaissent en tout temps les soldats des unités d’élite : « Sans interdépendance et entraide, point de survie. » Le slogan : « Unis comme au camp » n’était qu’un écho de l’« Unis comme au front. » Mais les hommes qui croupirent pendant ces années dans les camps avaient vécu avant la guerre dans une société si profondément divisée en groupes antagonistes, se vouant la haine, s’enfermant parfois dans un climat de guerre civile verbale, pour ne pas être éblouis et profondément marqués par cette expérience de l’homme.

  • 5 Mitterrand : Leçons des Choses de la Captivité, op. cit., pp. 24-27.

14La séparation, la distance, la vie en pays ennemi et étranger, raviva chez les P.G. le patriotisme. Mais la signification du terme même avait évolué dans leur esprit. Le sentiment cocardier, bruyant, voyant, fut remplacé par une affection concrète à tendance régionaliste de la terre à laquelle ils appartenaient, et que plus tard certains P.G. appelleront « l’amour charnel de la Patrie »5. Cette Patrie qu’ils rêvaient de retrouver était liée dans leur esprit à la notion de la liberté. Liberté – condition naturelle de l’homme – dont ils découvraient maintenant la signification profonde, la valeur inestimable et l’importance.

15La libération et le retour effacèrent à jamais la réalité des camps. Les moments difficiles, les souvenirs douloureux, l’aspect pénible, parfois bas et cruel de relations humaines s’estompèrent avec le temps. Inévitablement, la mémoire déforma le passé. Le souvenir devint sélectif et sentimental.

16Comment d’ailleurs s’en étonner ? Les années de camp n’étaient-elles pas les années de jeunesse de la majorité de ces hommes ? Des années qui auraient dû être les plus belles de leur vie ? En rétrospective, la vie en Stalags et Oflags pouvait paraître parée d’une certaine grandeur dont on voulait conserver la trace dans les cœurs.

17Séparé de ses compagnons, roulant de Paris vers son village, un P.G. avoue avoir (déjà ?) « doucement pleuré », dans son wagon à la pensée de ce qu’il quittait : « J’ai pleuré sur tout ce passé, j’ai pleuré à la pensée de ces camarades que je venais de quitter et avec lesquels j’avais appris à connaître la Vie, la vraie, la grande Vie, dénuée de préjugés, de hiérarchies, de différences de classes et d’opinions, la vie toute nue avec ses vices, ses impondérables, ses peines, ses joies certes, mais dénuée d’artifices, de décors, de grandes révérences et de mots inutiles.

18« Notre langage, aussi vert qu’il fût, avait toujours été droit, direct, brutal peut-être, mais aussi sincère comme nos actes. D’horizons différents, d’âges divers, nous nous étions toujours magnifiquement entendus et... nous avions eu tant de fois l’occasion d’admirer et de prouver notre entente, de se serrer les coudes, de désespérer et d’espérer ensemble. »

  • 6 Louis Mercier : De l’Oder à la Seine en Passant par la Volga, Le Neubourg, F. André Editeur, 1982, (...)

19« C’est tout cela que je pleurais. Les misères subies, les tristes journées de camps et de kommandos, tout cela était bien loin de ma pensée6. »

  • 7 Le P.G., n° 6, circulaire n° 24 ; Extrait du Bulletin de l’A.D. de l’Ain dans le P.G., n° 7 ; Radar (...)
  • 8 Dossier, op. cit., Vol. I. Postface, pp. 5-7.

20Les leçons de la captivité consistaient donc dans un ensemble de principes moraux et de valeurs sociales composés de l’apprentissage de la tolérance, la découverte d’une autre forme, combien plus profonde de l’amitié et de la camaraderie ; la pratique de la solidarité et de la fraternité ; le besoin de justice ; la responsabilité, la nécessité de l’organisation de la vie collective ; le profit acquis par l’interpénétration d’hommes venant de tous bords ; la force que prodigue un idéal, quel qu’il soit ; le lien existant entre l’autorité et la personne de celui qui la détient ; l’amour de la liberté et un patriotisme concret7. Nous ne pouvons donc que suivre J. Védrine qui insiste sur le rôle d’école de civisme qu’eut pour beaucoup de P.G. leur captivité8.

21Les valeurs ainsi découvertes furent quasi sanctifiées et le discours constant des cadres des Associations en entretint systématiquement le mythe : Gabriel Chapotat, membre du Premier Bureau Fédéral, nous en fournit l’exemple typique, faisant devant le 1" congrès de la Fédération l’inventaire de « l’émouvant barda » spirituel que les prisonniers avaient ramené d’Allemagne :

  • 9 Rapport sur l’Orientation. Le P.G. n° 12.

« Je déploie avec beaucoup de respect les saintes hardes dont la naïve simplicité ferait sourire bien des profanes... On n’y trouve guère de profession de foi politique... Mais on y trouve de partout et jusque dans les plus humbles témoins de cette vie de sainte misère, des trésors de spiritualité. Inestimables richesses que ne peut cueillir que celui qui est descendu jusqu’au dernier degré de la misère physique et morale, et qui a beaucoup souffert et beaucoup réfléchi. »
« C’est l’amour du bien, du beau qui purifie l’individu ; c’est l’amour démesurément accru de la famille, de l’épouse qui garde fidèlement le foyer, de l’enfant qui grandit, de la mère aux cheveux prématurément blanchis ; c’est l’amour spontané du prochain ; c’est l’amour de la liberté et de la justice ; c’est le culte de la Patrie ; c’est une compréhensive tendresse pour l’Humanité et un immense désir de paix universelle. »
« Cette expérience n’est pas le fait d’une élite intellectuelle. Il n’y a pas d’élité intellectuelle dans la misère. Il y a l’élite du cœur et elle se découvre dans tous les milieux sociaux9. »

B. L’Apport des P.G.

22II est normal que l’homme qui a souffert, qui a connu la misère, qui a perdu des années de sa vie, aspire à ce que son expérience du malheur ait un sens. Comment donc s’étonner du fait que les P.G. rentrèrent chez eux persuadés d’être les porteurs d’un message universel ? Les années de captivité les avaient poussés à un examen de conscience. Combien de fois n’avaient-ils essayé d’analyser les causes de leur défaite ? Ces réflexions et leur nouvel esprit les avaient portés à conclure que la discorde, la désunion, les luttes intestines, l’incapacité, l’irresponsabilité et le manque d’audace des chefs politiques et militaires ainsi que la victoire des intérêts égoïstes et particuliers sur l’intérêt commun étaient les premières causes du désastre de 1940. Le texte voté par le Comité Fédéral de la F.N.P.G., le 8 août 1945, pierre angulaire de « l’Orientation Fédérale », est parfaitement clair à ce sujet :

  • 10 Résolution du Comité Fédéral sur l’Orientation de la Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre (...)

... « Ils (les P.G.) accusent les responsables de la défaite :
– les dirigeants qui nous ont amenés à la guerre dans les circonstances et les conditions que nous avons connues,
– les gouvernements et les états-majors qui ont négligé de préparer la force militaire de la France,
– les gouvernements et diplomates qui ont mené la France de capitulation en capitulation,
– les partis politiques et autres groupements qui sous prétexte de maintien de l’ordre ou de pacifisme ont fait le jeu de l’ennemi,
– les agents de la démoralisation française,
– tous ceux qui ont lutté contre la natalité, la production et l’amélioration des conditions de vie,
– l’instabilité ministérielle et l’irresponsabilité généralisée dans les administrations10. »

  • 11 M. Bastard. Secrétaire Général de l’A.D. du Calvados dans Unir. N° 1, 3-1946.

23Heureusement l’expérience vécue venait de leur fournir les remèdes à ces maux. Bien sûr, ils n’étaient « ni des héros ni des saints ». Et pourtant leurs souffrances et leur détresse leur octroyaient « le droit de crier bien haut le message sorti du creuset de (leurs) peines et du brassage de (leurs) camps »11.

  • 12 G. Lepeltier. Président de la même A.D. Ibid. Voir aussi l’article de A. Colin. Le P.G. n° 11, 15-1 (...)

24Ce message était d’abord celui de l’unité profonde et de la solidarité opposées aux antagonismes vains et ravageurs. Ils devaient au pays l’exemple d’une unité, d’une amitié qui tiennent les promesses de leur captivité : « C’est un exemple nécessaire jusque dans nos villages où partout s’est glissée la zizanie de rivalités, de concurrences et de jalousies. Ne pas laisser renaître parmi nous ces oppositions de classes et de milieux dont tant d’entre nous ont su se défaire à l’intérieur des barbelés12. »

  • 13 Allocution de L. Devaux. Président de la F.N.P.G. Le P.G. n° 1, 6-1945 ; Voir aussi : Le P.G. n° 7  (...)

25De plus, ils rapportaient avec eux des camps des vieilles valeurs et des principes moraux indispensables à la vie saine d’une nation : « l’humanisme, la générosité, le goût de l’effort, la volonté d’accepter les sacrifices nécessaires, le respect d’une discipline nationale, la considération due aux adversaires politiques, l’admission de la nécessité de dialogue, la responsabilité, le civisme et la conscience du “social” »13.

  • 14 Libres, 29-4-1945.
  • 15 Allocution de F. Mitterrand, Vice-Président de la F.N.P.G. à la manifestation de l’A.D. de Meurthe- (...)

26Le message des P.G. consacrait aussi la valeur de l’effort à fournir sur le plan économique. Déjà les affiches, publiées par leurs associations à la veille du retour, clamaient : « Ils sont affaiblis, mais ils nous ramènent la force. » « Leur retour à la France c’est pour la France le retour à la vie14. » En effet, si leur patrie voulait préserver son rôle, son influence sur l’avenir et son prestige, il fallait lui éviter les tourments d’une nation pauvre reconstruisant au plus vite son économie. Les P.G. (devaient) donc participer activement à la reconstruction du pays et à sa transformation prouvant à tous qu’ils (étaient) les éléments sains de la jeunesse française15.

  • 16 Ibid.

27Il était nécessaire de donner l’exemple, devenir les apôtres de la bonne volonté, parler haut et fort au nom des droits acquis sur la Nation dans les camps en balayant d’abord ces ruines morales découvertes au retour de captivité. De là aux conclusions extrêmes, la route était courte : ce n’était plus les prisonniers qui devaient se réintégrer dans la Nation. « Il fallait plutôt que la Nation se réadapte à l’esprit des P.G. car on ne respirait pas bien dans ce pays16. »

  • 17 Rapport d’Activités Générales, Le P.G. n° 6 ; Article de A.J. Dupuy repris par le P.G. n° 11 ; Arti (...)

28La réalité balaie vite une part de ces illusions. A leur retour, la direction du pays est déjà aux mains d’hommes nouveaux, arrivés aux commandes, mus par un désir profond de changement, de rénovation, de reconstruction et de restructuration. Eux aussi, ont connu une expérience rare mais glorieuse et auréolée de prestige. La nouvelle élite politique, issue de la Résistance, se considère porteuse de valeurs profondes, redécouvertes elles-mêmes dans des circonstances tragiques. Certains de ses chefs, tel Henri Frenay, espèrent pourtant qu’il serait possible de réaliser une synthèse bénéfique entre la Résistance et les Prisonniers. Hélas, la majorité ne sait se défaire de la méfiance, du dédain, parfois d’un certain mépris, envers ceux qui ont connu la captivité17.

29Les P.G. se rendent vite compte qu’ils ne trouveront pas l’audience qu’ils désiraient obtenir et que la Nation n’est guère réceptive au message qu’ils lui apportent. La déception et l’amertume percent bientôt à travers le discours de leurs dirigeants déçus de ne pas trouver la place qui leur est due :

  • 18 Le P.G. n° 10, Article repris du Tigre.

30« Il n’y a plus de place pour ceux qui ont rêvé de large et de haut. Il n’a que de l’étroit et du bas, du mesquin et du petit. Il n’y a plus de place pour ceux qui ont désiré une union où l’on se serrerait les coudes, où l’on s’aiderait – il n’y a que des discordes et des luttes sournoises. Il n’y a plus de place pour ceux qui veulent aimer – L’amour est un acte gratuit, semble-t-il, seule la haine rapporte. Il n’y a plus de place pour ceux qui cherchent la propreté. Ceux-là, on se rit d’eux tant qu’ils ne s’agitent pas trop. On les écrase s’ils deviennent dangereux. Il n’y a plus de place pour ceux qui veulent vivre en hommes. Il y a trop de bêtes18. »

31Le sentiment de déception, la frustration provenant de l’évanouissement d’un rêve longtemps caressé, ne posent qu’avec plus de vigueur l’inévitable question, hantant chaque génération d’Anciens Combattants : les souffrances, les peines auront donc été vaines ? L’expérience acquise, les valeurs redécouvertes sont-elles stériles et inapplicables au macrocosme de la société ? Tout cela n’aura-t-il finalement servi à rien ?

32Outre le désenchantement, la problématique de l’apport des ex-P.G. à la société pose une question d’ordre pratique et immédiate. En effet, si l’expérience des prisonniers n’est qu’aride et vaine, quel sens donner à leur regroupement ? Quelles valeurs générales porte donc leur Fédération ? L’Association n’admit évidemment guère ce point de vue et ne se résigna jamais à n’être qu’un syndicat défendant d’étroits intérêts particuliers, même si elle redéfinit de façon bien plus modeste l’apport des P.G. Jugeant 30 ans d’existence et d’action de l’Association, son Président pouvait déclarer au congrès de 1975 :

  • 19 Allocution du Président de la F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Séance de clôture du Congrès de Toulon. Le P.G. 1 (...)

« Ni meilleurs, ni pires que les autres, les anciens P.G. ne pensent pas à donner des leçons à quiconque. Nous n’avons jamais considéré que la captivité fut une condition glorieuse. Mais nous avons pensé, nous avons dit que la captivité offrait à l’homme, par les humiliations qu’elle lui impose, la possibilité de dire et de montrer s’il peut surmonter et maîtriser cette humiliation, et plus encore, prendre appui sur elle, pour prendre comme sa revanche sur un destin qui lui a refusé la possibilité de jouer son rôle dans l’action commune au service de la patrie, au service de la société, au service de la liberté. »
« Et l’histoire de notre Fédération c’est probablement trente années de revanche contre l’impuissance et la servitude de cinq années pendant lesquelles le destin se jouait sans nous19. »

C. Les P. G. et la Conception de la Politique

33La mentalité P.G. influença, dès le début, la Fédération dans son approche de la vie politique, imposant une ligne de conduite rigoureusement définie. Pour les anciens P.G. ayant vécu si longtemps frustrés au plus profond d’eux-mêmes par leur défaite, la politique sera toujours synonyme de divisions, de luttes intestines, de rivalités et d’antagonismes meurtriers entre groupes et intérêts particuliers. Le terme même gardera toujours une signification péjorative et sera employé dans un sens négatif. La notion sera à leurs yeux à l’opposé d’une de leurs valeurs clefs : l’Unité.

34La zizanie, la discorde, la victoire des intérêts particuliers sur celui de la Nation, les luttes sournoises de groupes rivaux et les combats entre partis ayant été longtemps considérés par les prisonniers comme une des causes de la défaite de 1940, les rentrants découvrirent avec malaise et stupéfaction la scène politique française qu’ils comprenaient mal et jugeaient à partir d’idées préconçues :

  • 20 Le P.G. de l’Aisne 10-1945.

« Les partis continuent leur besogne de division et de surenchère électorale. La politique, la sale politique de mensonges, de compromis et de favoritisme, recommence comme avant. La pagaille règne partout et les scandales financiers fleurissent comme aux plus beaux jours de la IIIe République20. »

35Le sentiment d’être porteurs d’un message de grande valeur ne fit que renforcer la volonté des P.G. de sauvegarder leur cohésion. Leur seule chance de se faire entendre, de conserver un impact quelconque sur le pays, était de rester unis, de parler d’une seule voix, de ne paraître préoccupés que par l’intérêt général. L’exemple des Anciens Combattants de 14-18 leur servait d’avertissement et les dirigeants de leurs associations étaient conscients du fait que des divisions internes risquaient de réduire rapidement l’influence du groupe, paralysant son action. La presse P.G. illustre abondamment cet état d’esprit :

  • 21 Le P.G. du Laonnais, 9-1945. Voir aussi l’interview accordée par F. Darchicourt au P.G. lors du IIe(...)

« Souvent dans les camps, au cœur de nos conversations et maintenant encore dans nos réunions, il est question de l’action menée, après 1918, par les Anciens Combattants. Cette action a été rapidement réduite à zéro parce que les professionnels de la politique ont divisé et dressé les uns contre les autres, ceux dont Clémenceau disait : « Ils ont des droits sur nous21. »

  • 22 G. Lepeltier. Unir (Calvados) 3-1946, voir aussi Le P.G. n° 6 et 12.

36Si les P.G. désiraient participer comme groupe à la tâche du redressement de la France, il fallait qu’ils gardent tout entière leur force. Il était donc vital de la préserver de toute tentative de confiscation de la part de qui que ce soit. De plus, porteurs à leurs yeux d’un message à caractère universel, ils devaient éviter à tout prix de se détacher de l’ensemble de la Nation, s’enfermant dans les limites étroites d’un groupe ou d’un parti défendant des intérêts particuliers22.

  • 23 Discours Inaugural de J. Berlin. Président de la F.N.P.G.C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit. 15-11- (...)
  • 24 Intervention de M. Gauthier. C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit., 18-11-1948.

37Le regroupement des prisonniers s’étant effectué de par leur volonté de rester entre eux, de préserver les liens forgés par la captivité, de s’entraider, de lutter ensemble pour l’obtention de leurs droits, le désir de cohésion contribuait à sanctifier « l’Unité » comme valeur de base. Or, la politique présentait un danger grave pour l’unité des P.G. En effet, pouvait-on s’engager dans les débats politiques, préservant l’entité d’une Association où se côtoyaient militants du P. C. et des partis du centre droit, hommes de gauche et conservateurs, laïques et catholiques pratiquants ? « Pas de politique ! » devint donc le principe fondamental de l’unité P.G.23. Et comme il en allait de l’existence même de la Fédération, il fut rigoureusement imposé. Le décèlement d’activités partisanes horrifiait cadres et militants. Le délégué de Belfort s’étant aperçu « avec stupéfaction » au 1er Congrès que « la politique était dans la Fédération », adjurait tout ému les congressistes, au nom de l’unité, de ne pas la mêler à leurs affaires24.

38La conception de « l’Unité d’abord » handicapait évidemment la volonté de la Fédération d’avoir une influence sur la vie nationale. Les dirigeants de l’Association furent ainsi forcés, en tout temps, de chercher la voie médiane qui leur permettrait de ne pas engager leur association sur un terrain politique sans pour cela la condamner à l’inaction, à l’immobilisme et à une existence stérile. La contradiction interne engendrée par la volonté de l’unité et le désir d’influence et d’action ne fut jamais totalement résolue. Mais la Fédération naissante connut de ce fait cinq ans d’âpres luttes internes avant que ne soit imposé un « modus vivendi » à la minorité qui désirait l’entraîner sur la voie d’une action politiquement engagée.

D. Une certaine idée de l’Allemagne

  • 25 Y. Durand, La Captivité, op. cit., pp. 403-410.
  • 26 Voir F. Boudot, op. cit., p. 717.

39La mentalité « prisonnier » implique aussi une certaine idée de l’Allemagne et des Allemands, différente de celle que partageait après la guerre la majorité des Français. Bien sûr, le Reich ne fut pour ces hommes qu’une terre d’amer exil, et les Allemands avec lesquels ils eurent des rapports constants furent tout d’abord leurs gardiens et les officiers responsables de leurs camps. Et pourtant, les P.G. vécurent pendant cinq ans au sein du pays ennemi, maintenant souvent un contact direct avec sa population, connaissant de près sa réalité, suivant avec intérêt l’évolution de sa situation25. La découverte du mode de vie du pays de leur détention et de ses techniques de production enrichit les captifs, incitant même certains d’entre eux à importer en France, à leur retour, les méthodes apprises chez l’employeur ennemi26.

  • 27 René Dufour : Captivité et Evasion au Pays de Sudètes, Lons-le-Saunier, Marque Maillard, 1983, p. 1 (...)

40La vie des commandos P.G. dans le voisinage direct de la population et le côtoiement quotidien de l’ouvrier, de l’artisan et du paysan allemands, permirent aux Français d’apercevoir la complexité et la diversité de cette société, d’entrevoir ses contrastes, d’en découvrir les hommes et de se libérer, ne serait-ce que partiellement, de l’impact des stéréotypes et des idées préconçues27.

41L’évolution de la situation militaire sur les fronts et les graves problèmes de ravitaillement que connurent dès 1942 les Allemands changèrent au fur et à mesure, les rapports de force et le caractère des relations entre les captifs et la population locale. A la Libération, la haine des Allemands n’était pas l’attitude caractérisant le comportement des P.G. Le fait qu’il n’y eut guère, de leur part, d’actions de vengeance, possibles et faciles à exécuter, vu l’anarchie des premiers jours suivant la libération, est un symptôme de cet état.

  • 28 Paris Presse – 28.7.1945 rend compte de cet état de choses : « ... beaucoup de femmes sont restées (...)

42Il semble d’ailleurs que les relations d’une minorité de P.G. français avec la population locale eurent un caractère beaucoup plus intime. Il y eut des cas de P.G. qui choisirent de rester en Allemagne. D’autres y retournèrent quelques mois après leur libération. Des Français ramenèrent avec eux, d’Allemagne, des compagnes qu’ils épousèrent en France ou encore tentèrent après leur retour de rejoindre les femmes et les enfants qu’ils avaient laissés derrière eux28.

  • 29 Interview de M. Briant, 10.2.1981.

43La connaissance de la réalité allemande et une opinion nuancée de son peuple distinguèrent, à leur tour, les P.G. de leurs compatriotes qui n’avaient connu comme Allemands que l’armée d’occupation et la Gestapo. Dans certains cas, ces divergences d’opinions, portant sur une question si importante à l’époque, renforcèrent le malaise des relations entre les rapatriés et les « autres » ; les P.G. se refusant à « bouffer du boche »29.

  • 30 Le P.G. n“7 et 11.
  • 31 Le P.G. n° 8, 9, 11, 12.
    Lettre de]. Bertin, Président de la F.N.P.G. au Ministre de l’intérieur du  (...)

44Désormais le sentiment envers ce qui est allemand devint ambigu. Les P.G. savourèrent la défaite de l’ennemi et leur journal publia avec une satisfaction nullement camouflée des photos de soldats de la Wehrmacht enfermés, à leur tour, derrière des barbelés, subissant les fouilles, ou déminant les champs de la « Seine-et-Marne »30. Pourtant des rumeurs sur le mauvais traitement infligé aux P.G. de l’Axe dans les camps de prisonniers français émurent la Fédération, provoquant des protestations de la part d’hommes tels que l’Abbé Rodhain, ancien Aumônier Général des Prisonniers. La question fut débattue au Comité Fédéral et au Congrès. La Fédération décida de créer une commission chargée d’étudier les conditions de détention des P.G. allemands et demanda au Ministre de l’intérieur la permission d’inspecter leurs camps31.

  • 32 Durand : La Captivité, op. cit., pp. 420-421.

45La compréhension de la réalité allemande facilita par la suite la création de liens avec les associations de prisonniers de guerre allemands. Nombre d’anciens P.G. revinrent sur les lieux de leur captivité et conservèrent des relations avec les anciens employeurs et compagnons de travail32. Ainsi, paradoxalement, un des groupes de Français qui souffrit le plus des mains des Allemands était destiné à faciliter dans le futur le rapprochement avec l’Allemagne. Apportant à leur pays la part de connaissances et de compréhension qui sert à balayer les stéréotypes, les P.G. français allaient contribuer à l’effacement des sentiments de haine, à l’entente et à la coopération future des deux pays.

2. LA CONSTITUTION DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DES PRISONNIERS DE GUERRE (AOÛT 1944-ÀVRIL 1945)

  • 33 J. Védrine. Rapport d’Activités Générales présenté le 15.11.1945 au 1" Congrès de la F.N.P.G.C.R. 1(...)

46« La F.N.P.G. est née dans la tempête et il a fallu employer les fers, puis déjouer les embûches externes plus encore qu’internes » déclarait aux délégués du 1er Congrès le Secrétaire Général de la Fédération33. En effet, la fusion au début de 1945 d’une organisation de résistance et d’une association publique, créée par l’administration de Vichy, était, pour l’époque, une chose si exceptionnelle, qu’elle ne pouvait s’effectuer dans l’harmonie et le calme.

  • 34 Voir p. 55-56 de ce travail ainsi que François Mitterrand : Les Prisonniers de Guerre devant la Pol (...)

47Les combats pour la libération de Paris, mettant fin à l’épisode clandestin des Mouvements de la Résistance, permirent à F. Mitterrand, membre prééminent du Comité Directeur du M.N.P.G.D., d’user de ses prérogatives de Secrétaire Général Provisoire aux P.D.R. afin d’encourager la fusion souhaitée par son mouvement. A la fois ancien cadre du Commissariat aux Prisonniers, cadre du C.E.A. de l’ Allier, co-fondateur du R.N.P.G. et du M.N.P.G.D., le jeune Secrétaire Général comprenait parfaitement Futilité politique et les avantages pratiques d’une telle opération34. Il connaissait fort bien les dirigeants des deux organisations, y avait une influence personnelle et pouvait compter sur l’appui total de Maurice Pinot et de ses fidèles pour épauler son action.

  • 35 Dossier, op. cit., Vol. I, Chap. 11, pp. 9-10.
    A ce sujet voir : Comité National des Centres d’Entra (...)

48Il profita donc du bouleversement de la situation pour convoquer le 22 août aux bureaux du Commissariat, récemment occupés par la Résistance parisienne, les responsables nationaux des Centres d’Entraide ainsi que les dirigeants du M.N.P.G. présents à cette heure dans la capitale. Les deux partis ayant accepté le principe de l’unification, Mitterrand encouragea le processus de fusion rendant officiellement aux C.E.A. leur autonomie face au Ministère. Les « Centres » furent ainsi incités à élire le plus tôt un congrès qui devrait se prononcer sur la fusion avec le M.N.P.G.D.35.

  • 36 Ibid. Chap. 23.

49En gage de bonne volonté, le Secrétaire Général Provisoire rattacha aux C.E.A. la « Famille du Prisonnier », organisme annexe du « Secours National » qui apporta aux « Centres » une dot importante, comprenant des fonds, du personnel permanent et des bureaux répartis dans tous les départements36.

  • 37 Les déménagements successifs du Siège Central de la F.N.P.G. provoquèrent, semble-t-il, la destruct (...)
  • 38 Les autres modes d’organisation envisagés furent : la fusion des P.G. et des déportés au sein d’un (...)

50Plus cohérent, mieux structuré et hiérarchisé que les C.E.A., le « Mouvement National des Prisonniers de Guerre et Déportés » réunit les 6, 7 et 8 octobre 1944, à Paris, ses responsables régionaux et départementaux en une Conférence qui se tint à la Salle de l’Horticulture. La pauvreté des sources existantes rend difficile la reconstitution des débats de l’assemblée37. II semble toutefois que l’idée de fusion y fut largement acceptée et que la discussion porta principalement sur ses modalités. La « Conférence Nationale » adopta finalement la thèse de F. Mitterrand, prônant la fusion des éléments composant le M.N.P.G.D. (Prisonniers, Déportés Politiques, Déportés du travail) avec les organisations parallèles, extérieures au mouvement38.

  • 39 Voir page 53-54 de ce livre.

51Les « Centres d’Entraide » procédèrent d’une façon différente. Ayant retrouvé, avec l’assentiment du dernier Commissaire Général aux Prisonniers de Vichy, Robert Moreau, une part de leur autonomie, les C.E.A. tentèrent, à la veille de la Libération, de doter leur organisation d’une structure nationale. Au début d’août 1944, les « Centres » nommèrent un « Comité National Provisoire », évinçant les dirigeants trop compromis, confiant les postes représentatifs aux hommes de l’équipe Pinot appartenant pour la plupart au M.N.P.G.D. Louis Devaux, ancien membre de la mission Scapini et responsable de la F. LA., en devint le Président : Maurice Pinot, François Mitterrand, Jean Cornuau et Germain Desbœuf furent nommés Vice-Présidents et Jean Védrine se vit confier le poste de Secrétaire Général39.

52Conscients de l’importance des oppositions et désirant faire accepter le principe de fusion par une procédure qui ne pourrait être contestée, les C.E.A. convoquèrent à Paris, le 4 et le 5 novembre, un congrès de représentants dûment élus dans leur région.

  • 40 Libres, 8.11.1944.
    Le compte rendu du Congrès National des C.E.A. ne peut être retrouvé dans les arc (...)
  • 41 Mitterrand. Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, op. cit., p. 33.

53Le Congrès National des C.E.A., qui était symboliquement la première assemblée générale de représentants élus d’une association, se réunissant après la Libération, débattit pendant deux jours la question de la fusion avec le M.N.P.G.D. La thèse de l’unification éveilla chez beaucoup de congressistes la méfiance et la polémique y fut rude. Le journal du M.N.P.G.D. dut reconnaître même dans son compte rendu du Congrès que : « L’idée de l’unité n’était pas mûre dans tous les esprits... Et après l’argumentation serrée contre elle, dès l’ouverture du congrès, on put se demander si elle avait seulement une toute petite chance de s’imposer40. » Les représentants de C.E.A., handicapés à la libération par leur origine, concevaient fort bien les avantages que leur procureraient la fusion avec un mouvement de résistance et la légitimité qui en émanait. Pourtant, l’organisation de la Résistance P.G. éveillait les suspicions et les craintes de certains éléments conservateurs des C.E.A., proches dans le passé des thèses de Vichy. L’existence au sein du M.N.P.G.D. d’une tendance communiste effrayait ce groupe, composé surtout de notables locaux, hantés par la peur d’une révolution sociale41.

54Mais l’activité même d’une des composantes du M.N.P.G.D., les opérations de mainmise sur les organisations s’occupant de P.G. et un certain mépris affiché par les cadres locaux du Mouvement envers les C.E.A. provoquèrent dans plusieurs régions l’agacement, l’hostilité même des responsables des Centres d’Entraide.

  • 42 Ibid., p. 32.
  • 43 Ibid., p. 33.
    François Bertin, responsable régional du M.N.P.G.D. à Nancy prit à la libération de la (...)

55Le comportement de l’élément communiste du M.N.P.G.D. présentait le problème le plus grave. Ses chefs, « avant tout membres du parti », traitèrent, selon F. Mitterrand, l’organisation de résistance des prisonniers de guerre « comme une colonie de peuplement et d’exploitation »42. Profitant des troubles engendrés par la libération, et du flottement momentané des pouvoirs locaux, ils tentèrent d’exploiter les structures paramilitaires du parti, son organisation et la légitimité que leur octroyait l’appartenance à la Résistance pour s’emparer des Maisons de P.G., discréditer les C.E.A. et noyauter les organisations P.G. Dans les départements où le Mouvement n’avait pas eu le temps d’implanter des structures importantes, on vit émerger, dès la Libération, des dizaines de militants, inconnus jusqu’alors des P.G. locaux, se parant, sans mandat, du titre de délégués du M.N.P.G.D. Leurs activités furent facilitées par la rupture de communications avec la capitale qui suivit d’habitude la Libération. Dans certains cas, des commandos armés, se réclamant du M.N.P.G.D., tentèrent de s’emparer des Maisons du Prisonnier Départementales, en expulsant « manu militari » le personnel taxé de Vichyssois43.

  • 44 Le Tigre, hebdomadaire du M.N.P.G.D. de la région de Montpellier, 10.7.1945.

56Ces cas furent heureusement rares dans les départements où le M.N.P.G.D. était solidement implanté, mais l’animosité, l’amertume et les craintes provoquées par de telles actions furent longues à apaiser. Ces sentiments ne furent que renforcés par le comportement de cadres du « Mouvement » qui, bien qu’étrangers à la mouvance communiste, avaient trop souvent tendance à manifester un certain dédain aux hommes des C.E.A., suspectant leurs sentiments envers Vichy, tout en accusant leur tempérament et leurs activités passées « d’avoir réduit, desséché, étouffé, tenté de tuer dans l’œuf l’esprit de camp véritable »44.

  • 45 Mitterrand, Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, op. cit., p. 34.

57Toutefois, la tendance majoritaire des C.E.A. connaissait les responsables du M.N.P.G.D. issus du Commissariat, avait entretenu des contacts avec la résistance P.G., par l’intermédiaire de la F.A.C.E.A., et vouait respect et confiance à M. Pinot et à son équipe. Les hommes de ce groupe furent sensibles aux arguments de la tendance majoritaire du M.N.P.G.D. qui présentait la fusion comme le moyen « d’éviter que les extrémistes du M.N.P.G.D. ou les extrémistes opposés des Centres d’Entraide puissent faire dévier à leur profit particulier le magnifique élan des Prisonniers de Guerre »45. Conscients du poids de leur nombre, de l’importance de leurs structures et de leur impact sur la société P.G., ces délégués se déclarèrent prêts à engager leur organisation sur la voie de la fusion.

58Le Congrès des C.E.A. adopta donc le 5.11.1944 la motion suivante :

  • 46 Libres, 8.11.1944.

« Les délégués des C.E.A. présents au congrès du 4 et 5 novembre,
– Estimant essentiel le principe de l’unité prisonniers,
– Estimant que seule cette unité issue de la captivité leur permettra de continuer la tâche sociale menée au sein des Centres d’Entraide et de faire bénéficier la France de leur expérience mûrie dans les camps.
– Affirment la nécessité de réaliser la fusion entre les C.E.A. et le M.N.P.G.D.
– Cette fusion devra permettre de réaliser un programme d’action commune.
– La nouvelle association devra être indépendante de tout parti politique. Cette fusion devra être réalisée par la création d’associations départementales uniques, fédérées à l’échelon national, conservant en toute circonstance une autonomie totale46. »

59Le Congrès élut un Comité National dont le Président (L. Devaux), trois des quatre Vice-Présidents (G. Desbœuf, F. Mitterrand, M. Pinot) et le Secrétaire Général (J. Védrine) étaient membres des deux mouvements, y avaient des responsabilités importantes ou une influence considérable. Le Quatrième Vice-Président (J. Cornuau), le Trésorier (B. Ariès) et l’un des deux Conseillers (Ph. Amaré) étaient des anciens fonctionnaires du Commissariat proches de M. Pinot. Le Comité National des C.E.A. était donc entièrement acquis à l’idée de fusion. Dans ces circonstances, malgré les innombrables difficultés, le processus ne pouvait qu’aboutir.

  • 47 J. Védrine. Rapport d’Activités de la Commission Bipartite de Fusion présenté au Congrès Constituti (...)
  • 48 Les réunions de la Commission de Fusion eurent lieu le 7.11.1944 ; 7-8-12 ; 10.1.1945 ; 22.1 ; 27-2 (...)

60Une Commission de Fusion Bipartite fut désignée aussitôt et tint sa première réunion dès le 7 novembre 1944. Trois représentants du Ministère des P.D.R. y assistaient, suivant de près l’évolution de l’entreprise47. Dès sa seconde réunion, la commission se transforma en Commission Provisoire de la F.N.P.G., nommant deux Délégués Permanents devant signer en commun, pendant la période intermédiaire, le courrier de la Fédération. Travaillant d’arrache-pied, la Commission se réunit sept fois délibérant de statuts des Associations, de l’admission des associations de femmes de P.G., de cotisations, du rôle et de la place des Amicales de Camps, des Amicales Professionnelles et de groupements spécialisés. Elle reconnut pendant cette période 77 Associations Départementales qui se constituèrent, les unes après les autres, dans la grande majorité des départements48.

61Dès le début, les membres de la Commission estimèrent que leurs travaux devaient aboutir à la réunion d’un Congrès Constitutif qui clôturerait la période de l’organisation, orientant la Fédération naissante vers des activités nationales. Ils consacrèrent donc beaucoup d’attention à la préparation du congrès, à son organisation et aux modalités d’élections de ses représentants.

62Toutefois, la préparation de la fusion n’avait guère dissipé les difficultés dans les relations des C.E.A. avec le M.N.P.G.D. L’existence autonome de structures des deux organisations perpétuait les frictions, les heurts et les malentendus entre deux mouvements s’adressant au même groupe social. Il semble qu’un comportement sectaire et très engagé politiquement de certains délégués du Mouvement et leur rivalité avec les cadres des C.E.A. locaux continuèrent à accumuler beaucoup d’amertume et d’animosité envers l’ancien Mouvement de Résistance des Prisonniers, qui avait beaucoup évolué depuis son émergence de la clandestinité.

63Les premiers jours du Congrès Constitutif, les représentants de différentes A.D. se succédèrent à la tribune, énumérant leurs griefs envers le M.N.P.G.D. Le délégué d’Ille-et-Vilaine accusa les représentants du Mouvement de faire de la politique et annonça que le Comité local de Rennes exigeait la séparation. Ses propos furent approuvés par Roger de la Mayenne. M. Maillot, le délégué de la Charente, s’éleva contre le comportement du Mouvement, précisant que dans son département il n’y avait guère eu de M.N.P.G.D. dans la clandestinité. Par contre, cette organisation s’y est implantée après la Libération. C’était un organisme aux buts politiques parfaitement clairs dont le délégué départemental se présentait comme le représentant du Front National.

  • 49 C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 6.4.1945.
  • 50 M. Potié. Ibid. Séance du 8.4.1945.

64Gauthier, du Vaucluse, accusa le Mouvement d’exercer des activités sans coordination avec les Maisons du Prisonnier, d’avoir des émissaires qui ne sont ni prisonniers, ni déportés, mais des F.F.I. et d’organiser des collectes dont les P.G. de la région ne profitaient guère. Des propos similaires furent tenus par les délégués de la Haute-Garonne, du Pas-de-Calais, et de la Seine Inférieure49. Le délégué du Nord prétendit même que, dans sa région, les lettres M.N.P.G.D. troublaient les P.G., quelle que soit leur origine sociale car sous son égide « se sont passées dans le Nord des choses épouvantables »50.

65Il n’est donc guère étonnant, vu le climat, que les délégués originaires des C.E.A. exigèrent au Congrès Constitutif la dissolution pure et simple du M.N.P.G.D. comme condition « sine qua non » de l’aboutissement du processus d’unification des deux organisations.

66L’opposition véhémente des cadres de la résistance P.G. n’y put rien. L’heure n’était plus aux hésitations. Le processus de fusion était trop avancé et la Fédération avait déjà pris corps. De plus, le début du retour força les congressistes à accélérer la constitution d’une organisation forte, structurée, omniprésente, capable de veiller à l’accueil des P.G. et de défendre leurs intérêts. Le mythe de « l’unité » fit le reste.

  • 51 Ibid. Séances des 6 et 7.4.1945.

67A l’issue d’un débat fort animé, le Congrès vota finalement une motion qui proclamait la cessation pure, simple et immédiate de toutes les activités des délégués départementaux et régionaux du M.N.P.G.D. Le Mouvement disparut de ce fait et les initiales, si chères à ses cadres, ne furent plus que le nom de la Commission de Coordination Nationale des Fédérations : de Prisonniers, de Déportés et des Déportés du travail. Les services sociaux du Mouvement et des C.E.A. fusionnèrent et le M.N.P.G.D. fut prié de verser ses stocks aux Associations Départementales de la F.N.P.G.D.51.

68Le M.N.P.G.D. et les C.E.A. avaient vécu. Les deux organisations disparurent définitivement à l’heure de clôture du Congrès Constitutif, faisant place à une seule Association présente dans toute la France représentant l’ensemble des anciens Prisonniers de Guerre, veillant à leurs intérêts, combattant pour leurs droits, déployant une activité sociale de toute première importance.

69La fusion rééquilibra l’Association P.G. de façon plus conforme aux aspirations de la base, faisant disparaître le M.N.P.G.D. où se développait rapidement une tendance politisée à l’extrême, tendant à engager cette organisation sur une voie radicale, la situant dans l’orbite du P. C.

  • 52 Circulaire aux responsables régionaux et départementaux du M.N.P.G.D. non datée. Archives F.N.C.P.G (...)

70La Direction Nationale du M.N.P.G.D. respecta en toute loyauté les décisions du Congrès Constitutif. Elle informa les responsables régionaux et départementaux des résolutions adoptées à leur sujet, leur ordonnant de cesser toute activité. Les délégués qui n’avaient pas été élus à des fonctions dans les Associations Départementales furent priés de rentrer dans le rang, d’arrêter toute propagande au nom du M.N.P.G.D. et d’acheminer désormais le courrier officiel aux sièges des trois Fédérations52.

  • 53 C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit. Séance du 15.11.1945.

71Bientôt l’action intense déployée par les Associations Départementales, dans le cadre du Retour et de l’Accueil, souda leurs rangs, octroyant à leurs structures la cohésion interne nécessaire au bon fonctionnement. Les adhésions massives des rapatriés de 1945 bouleversèrent la composition et le caractère des associations, estompant les anciens clivages. Sept mois plus tard, le nouveau Président de la F.N.P.G. inaugurant le premier congrès de l’ Organisation pouvait déclarer aux congressistes : « Il n’y a plus dans les associations (de la Fédération) que des Prisonniers53. »

3. LE CONGRÈS CONSTITUTIF DE LA F.N.P.G. PARIS 5-8 AVRIL 1945

72Le principe de la fusion adopté, on vit émerger dans les départements les premières associations unifiées. Dotées de statuts élaborés par la Commission de Fusion, elles adhérèrent à la Fédération naissante. Un travail considérable d’organisation à l’échelle nationale fut accompli en un temps limité. Cinq mois seulement après le début de ses travaux, la Commission Provisoire de la F.N.P.G. rassemblait à Paris un Congrès National dans le but d’établir définitivement, sur une base ferme et largement acceptée, l’organisation unifiée.

  • 54 Ph. Amaré. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945.

73235 représentants de 85 départements dans lesquels agissaient déjà 12 000 Sections Locales des Associations de P.G. se réunirent le 5 avril 1945 à la Salle des Ingénieurs civils à Paris54.

74L’idée même d’un Congrès Constitutif à cette date posait une question de principe inéluctable. A l’heure où se réunissaient en France les représentants de 235 000 adhérents déclarés, tous rapatriés avant 1944, près d’un million de soldats français étaient encore prisonniers des Allemands. Leur rapatriement ne faisait que commencer et sa cadence était encore lente. La minorité de rapatriés à l’époque de l’occupation avait-elle le droit de constituer la Fédération des Prisonniers de Guerre sans attendre le retour des principaux intéressés ? Avait-elle le droit d’établir les bases de l’organisation, charpenter ses structures, imposer une orientation et engager des luttes sans prendre l’avis de la majorité au nom de laquelle était entreprise l’action ?

  • 55 La minorité ne manqua toutefois pas d’en faire le reproche aux organisateurs : « Et un beau jour ré (...)
  • 56 En effet, le premier Président de la F.N.P.G., L. Devaux, son premier Secrétaire Général, J. Védrin (...)

75Mais les représentants des Associations de Prisonniers n’étaient guère portés, en ces moments, à des états d’âme. S’étant considérés depuis le début comme les délégués et les porte-parole de leurs camarades séquestrés dans les camps, ayant le sentiment ferme d’avoir toujours œuvré dans leur intérêt, ils attendaient, impatients, le retour imminent des captifs. Riches de leur expérience, ils concevaient fort bien les avantages que procurait à leur groupe une organisation de masses prête à encadrer les rentrants, efficace, représentative, capable de dialoguer avec les pouvoirs locaux et les Ministères. Le début du rapatriement encouragea les congressistes à hâter leur action, faisant taire les discordes55. Pour le reste, une partie des cadres nationaux de la F.N.P.G., aspirant à des carrières en dehors des organisations P.G., étaient bien décidés à procéder à des élections générales une fois le rapatriement achevé, et à passer les commandes à d’autres56.

76La question des relations avec le M.N.P.G.D. réglée, le rapatriement et l’accueil furent tout naturellement les sujets préoccupant les congressistes. En effet, les Armées Alliées pénétraient à cette heure au cœur de l’Allemagne, la guerre s’achevait et le grand retour était pour demain.

  • 57 C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945.
  • 58 Voir l’intervention de Desbœuf et d’autres orateurs.
    Ibid.

77Le congrès consacra sa première journée de travail à un grand débat sur le retour et l’accueil. La lecture des propos qui y furent tenus illustre, on ne le peut mieux, le « professionnalisme » de la Fédération. Les congressistes prouvèrent leur connaissance parfaite du sujet prévoyant dans les détails les difficultés futures, discernant les carences et les insuffisances des pouvoirs publics, tout en proposant des solutions aux problèmes entrevus57. Les représentants de différentes associations qui avaient déjà accumulé une certaine expérience, rendirent compte aux délégués des solutions qu’ils avaient adoptées. Plusieurs orateurs insistèrent longuement sur la nécessité de prendre en compte l’aspect psychologique du retour, avertissant les pouvoirs de prendre garde à ne point faire des rapatriés des hommes aigris et amers58.

  • 59 Ibid. Séance du 7.4.1945. Il s’agit des A.D. de la Seine-et-Oise, de la Nièvre, du Vaucluse et de l (...)

78Henri Frenay qui parut devant le congrès vit l’action de son Ministère vivement critiquée. Les délégués reprochèrent au Ministre des P.D.R. et à son Ministère d’avoir tenté de se défaire sur le dos des Associations P.G. de leurs responsabilités de l’accueil, de sous-estimer le problème vestimentaire des rentrants, d’avoir échoué dans la préparation de l’accueil des rapatriés à Paris, et de ne pas tenir suffisamment compte des avis et conseils des organisations P.G. Certaines Associations Départementales se proposèrent même de voter la non-confiance au Ministère des P.D.R.59. Les réponses du Ministre aux critiques, à la fois conciliantes et persuasives, ainsi que son allocution prononcée lors de la réception des congressistes à l’Hôtel-de-Ville, apaisèrent quelque peu la tension. Mais les symptômes étaient nets. Une animosité envers le Ministère de tutelle se développait au sein de la Fédération.

  • 60 Les appels à la création d’une commission spécialisée furent lancés à plusieurs reprises au cours d (...)

79Le congrès permit aux délégués d’exprimer les préoccupations de la base. Les cadres nationaux de la Fédération naissante se rendirent compte de l’importance et du poids de l’élément rural et du besoin de se pencher au plus vite sur les problèmes spécifiques aux agriculteurs P.G. Le congrès créa une « Commission Agricole » chargée d’orienter l’action future de la F.N.P.G. dans ce domaine, favorisant la réintégration des agriculteurs60.

  • 61 Pour la constitution des Secrétariats de Camps, voir p. 27 de cette thèse ainsi que l’allocution de (...)

80Le congrès examina aussi les relations de la Fédération avec les « Secrétariats de Camps » qui se transformaient en cette période en Amicales de Camps dotées d’une structure de coordination nationale : « l’Union Nationale des Amicales de Camps » (U.N.A.C.). Les Amicales créées pendant l’occupation par les rapatriés des camps, afin de traiter des problèmes spécifiques aux ressortissants de leurs Stalags et Oflags, restés en Allemagne, avaient continué après la Libération une existence indépendante. Ils géraient les fonds des Mutuelles de Camps, conservaient leurs archives ayant beaucoup d’importance pour l’état civil des prisonniers, déployant une action sociale en faveur des P.G. de leur camp61.

81Les congressistes aspirant à créer une organisation unifiée rassemblant tous les P.G. souhaitaient l’intégration pure et simple des « Amicales » à la Fédération. Toutefois, conscients du fait que des problèmes spécifiques aux camps subsisteraient au-delà de la captivité, ils semblaient acquis à l’idée d’un regroupement parallèle d’anciens prisonniers par camp d’origine.

  • 62 Voir les avis exprimés par la quasi totalité des participants à ce débat. Ibid.

82Le Président de l’U.N.A.C., présent au congrès, se prononça de la tribune en faveur de la fusion des deux associations. L’adhésion à une amicale devait, dans le futur, avoir valeur d’adhésion à la Fédération même. Celle-ci, bien que reposant sur des structures à caractère régional, devait trouver en son sein un mode d’organisation supplémentaire permettant de préserver l’existence des amicales. Ce principe accepté par le congrès, on aurait pu croire qu’il ne restait qu’à résoudre des difficultés d’ordre technique telles la répartition des cotisations, l’interpénétration des finances et la représentation des Amicales au sein des organes directeurs de la F.N.P.G.62.

  • 63 Voir la description du comportement des cadres des Secrétariats lors des combats pour la libération (...)

83Le Congrès se prononça donc, à l’unanimité, en faveur de la continuation des pourparlers destinés à aboutir à une fusion rapide des deux organisations. Mais le processus s’avéra plus compliqué que prévu. Les deux organisations possédaient déjà une certaine tradition et des mentalités distinctes. Les cadres de l’U.N.A.C., plutôt conservateurs, craignaient le M.N.P.G.D. plus que les C.E.A. et ne disposaient pas envers lui des mêmes garanties. Les anciens du Commissariat aux Prisonniers n’avaient jamais eu beaucoup d’influence sur les « Secrétariats » et ne pouvaient peser sur leurs décisions. Les pourparlers n’aboutirent guère et les congrès suivants de la F.N.P.G. se penchèrent de nouveau sur la même question63.

84Les tentatives de fusion avec l’Association des Evadés, envisagées dans les mêmes termes, n’eurent pas plus de succès. La F.N.P.G. naissante échoua dans la tentative d’absorption, en son sein, de la totalité des associations de P.G. Toutefois, la disproportion entre les organisations était telle que les Amicales de Camp et l’Association des Evadés n’essayèrent jamais de faire concurrence à la Fédération, se contentant de lui servir de force d’appui dans les combats extérieurs.

  • 64 Les A.D. ne surent préciser le nombre exact de leurs adhérents. L’attribution de mandats fut souple (...)

85Malgré un désordre inévitable causé par la précipitation de la fusion, les conditions dans lesquelles elle eut lieu et la situation du pays, le Congrès Constitutif fut une réussite à part entière64. Les heurts, les luttes, les combats pour l’acquisition de sièges aux organes directeurs de la Fédération, n’étaient point des obstacles échelonnés sur la voie menant à la création d’une grande association. Bien au contraire, c’étaient déjà les premiers symptômes de la vitalité de l’organisation et de l’importance de l’enjeu.

86Avant de se séparer, les congressistes élirent les organes directeurs de la Fédération. Le Bureau Fédéral – instance de gestion permanente – ressemblait, à s’y tromper, au Comité National des C.E.A. élu en novembre 1944 :

87Le Congrès Constitutif consacrait l’aboutissement de l’action du groupe Pinot-Mitterrand. Les cadres du mouvement originaires du R.N.P.G. et les dirigeants des C.E.A. ayant appartenu dans le passé au Commissariat, se retrouvèrent à la tête de la Fédération formant l’« Esta-blishment » du milieu Prisonnier en France. S’appuyant sur la masse des C.E.A. et sur la tendance modérée du M.N.P.G.D., ils charpentèrent la Fédération naissante, lui octroyant une orientation conforme à leurs conceptions et à leur tempérament.

Bureau Fédéral avril 1945

Comité National des C.E.A. novembre 1944

Président

L. Devaux

L. Devaux

Vice-Président

G. Desbœuf

G. Desbœuf

«

I. Cornuau

J. Cornuau

«

F. Mitterrand

F. Mitterrand

«

M. Pinot

Secrétaire

I. Védrine

I. Védrine

Secrétaire Adjoint

P. Bugeaud

Trésorier

B. Ariès

B. Ariès

Trésorier Adjoint

I. Potié

Conseiller

Ph. Amaré

Ph. Amare

«

Ph. Gagnaire

J. Potié

Membre d’Honneur

J. Benet

88Ne voulant pas s’exclure d’un mouvement si important, les éléments communistes restèrent à la Fédération. Ils acceptèrent volontiers la fusion y voyant l’occasion d’étendre leur influence à une organisation bien plus importante. Leur contrôle de l’A.D. de la Seine ainsi que la qualité et le dynamisme de leurs militants leur octroyant dans ce domaine des atouts de poids.

  • 65 Interview de Ph. Dechartre, 24.11.1981.

89Par contre, les cadres originaires du M.R.P.G.D. (tendance gaulliste de a résistance P.G.) s’éloignèrent de l’Organisation. Peu imprégnés par ’esprit Prisonnier, portant un jugement sévère sur la majorité de non-résistants venus des « Centres », sachant que leur nombre ne leur permettrait guère d’influencer l’évolution de la F.N.P.G., possédant un tempérament qui s’accordait mal avec la ligne d’action modérée et prudente de l’Association, ils cessèrent toute activité en son sein, s’orientant vers des champs d’action extérieurs au monde P.G.65.

  • 66 Dossier, op. cit., Vol. II, M. Pinot, p. 120.

90Considérant la création de la Fédération comme l’aboutissement de ses efforts, M. Pinot abandonna désormais toutes ses responsabilités à la tête des organisations P.G., laissant à d’autres la direction de l’Association qu’il avait contribué à créer66. Mais l’équipe qu’il avait constituée continua, quelque temps encore, à y tenir la barre.

4. STRUCTURE ET ORGANISATION D’UNE GRANDE FÉDÉRATION

91Le regroupement d’organisations locales, issues de la fusion des C.E.A. et du M.N.P.G.D. et leur fédération au sein d’un mouvement, présentait un problème. En effet, bien que conscientes de la nécessité d’une action cohérente, coordonnée à l’échelle nationale, les Associations Départementales étaient jalouses de leur autonomie.

  • 67 Voir p. 32 de ce livre.

92Les cadres issus des deux organisations avaient été habitués dans le passé à un large degré d’indépendance. Les Centres d’Entraide n’avaient pas eu durant l’occupation d’échelon de coordination nationale et leur créateur, M. Pinot, avait opté pour le système de cloisonnement local afin d’éviter toute tentative de mainmise politique extérieure67. Les structures et la tradition de l’action du M.N.P.G.D. étaient en principe différentes et le Mouvement de Résistance P.G. était en théorie rigoureusement hiérarchisé. Toutefois, les conditions de clandestinité, les difficultés de liaison et la différence des conditions entre les régions octroyèrent un grand degré d’indépendance à ses délégués régionaux et départementaux.

  • 68 Libres, 8.11.1944.

93Les C.E.A., acceptant le principe de la fusion, exigèrent même que leur mode d’action, traditionnellement décentralisé, soit accepté comme le principe fondamental de l’organisation de la Fédération future. Leur Congrès National décida que : « Cette fusion devra être réalisée par la création d’associations départementales uniques, fédérées à l’échelon national, conservant en toutes circonstances une autonomie totale68. »

  • 69 Au sujet de ce débat, voir : J. Védrine dans le P.G. n° 6 et P. Bugeaud, A. Colin et Tinguy du Poët (...)

94Le débat interne consacré à la question de l’organisation de la F.N.P.G. sera donc centré pendant plusieurs années sur ce dilemme. Les cadres nationaux tenteront de renforcer les instances fédérales, aspirant à une organisation plus centralisée. Cependant, certaines Associations essaieront de préserver un large degré d’autonomie. Le fait que la grande majorité des cadres fédéraux appartiendront à la région parisienne apportera aussi à ce débat une dimension de controverse Paris-Province69.

A. L’Organisation du Mouvement

95Conformément aux statuts proposés, la Fédération admit en son sein uniquement des Prisonniers de Guerre définissant ce terme comme suit :

  1. P.G. maintenus en captivité au moins six mois en France,

  2. P.G. immatriculés dans un camp à l’étranger,

  3. Les marins de Toulon faits prisonniers à la suite du sabordage de la flotte,

  4. Les P.G. de nationalité étrangère ayant combattu dans une formation française,

    • 70 F.N.P.G. : Modèles de Statuts pour les Associations Départementales de Prisonniers de Guerre, Paris (...)

    Sous conditions particulières – les anciens prisonniers alsaciens et lorrains libérés en 194070.

  • 71 Ibid., p. 9.

96La Section Locale constitue la cellule de base de l’organisation fédérale. Créée dans chaque commune, municipalité, arrondissement, parfois canton, où le nombre d’anciens prisonniers permet leur regroupement, elle forme le premier maillon de l’association se trouvant en contact direct avec ses membres, vivant de près leurs problèmes, tout en leur proposant un cadre de vie sociale et d’entraide. Les Assemblées Générales locales tenues en principe tous les trois mois, mais au moins une fois par an à la veille du Congrès Fédéral, sont la seule instance ouverte à tous les ex-P.G. membres de la section. On y débat les questions en cours et précise motion, vœux et appréciations sur l’activité de l’Organisation depuis le dernier congrès. L’Assemblée élit ses représentants à l’Assemblée Générale départementale et un Bureau Directeur chargé de l’animation de la section. Celui-ci nomme son président et répartit entre ses membres les responsabilités et les charges71.

97Toutes les sections locales du département sont regroupées au sein d’une Association Départementale qui constitue la structure essentielle de l’organisation fédérale, l’échelon exécutif de sa politique et le maillon clef de son administration. L’Association Départementale représente, en effet, la clef de voûte traditionnelle des organisations locales, possède souvent une tradition antérieure à la Fédération et représente les ex-P.G. face aux autorités départementales ayant une influence primordiale sur leur vie quotidienne.

98L’Association est administrée par un Comité Directeur bénévole composé de dix à vingt-cinq membres, investis des pouvoirs les plus étendus, se réunissant une fois par mois. Le comité élu pour un an nomme parmi ses membres un Président, des Vice-Présidents, un Secrétaire, un Trésorier, un ou plusieurs conseillers qui constituent le Bureau – instance permanente de l’Association chargée d’appliquer les décisions du comité.

  • 72 Ibid., pp. 5-7.

99L’Assemblée Générale Départementale est formée par les représentants des sections locales et se réunit chaque fois qu’elle est convoquée par le Comité Directeur. Elle contrôle la gestion de l’organisation, approuve ses comptes, vote le budget et élit les membres du comité directeur72.

100Les amendements successifs apportés aux statuts, lors des congrès, et les changements intervenus lors de l’enregistrement de la Fédération en « Association d’Utilité Publique » ne changèrent guère les principes, les A.D. et les S.L. de la F.N.P.G. étant organisées à ce jour selon le même modèle.

101La Fédération Nationale regroupant et coordonnant l’activité des A.D. est administrée par un Comité Directeur (Comité Fédéral) composé de quarante-quatre membres au maximum, élus au scrutin secret par le congrès annuel. Le Comité Directeur se réunit au moins une fois par trimestre et est investi des pouvoirs les plus étendus pour faire et autoriser tous les actes et opérations (sauf ceux réservés uniquement au congrès).

102Le Comité choisit parmi ses membres un bureau composé d’un Président, de Vice-Présidents, d’un Secrétaire et d’un Trésorier. Le Bureau Fédéral est chargé de l’administration courante de la Fédération et de l’exécution des décisions du Comité.

103L’Assemblée Générale (Congrès) constitue l’instance suprême de la Fédération. Elle se réunit au moins une fois par an et est composée de représentants élus par les A.D., proportionnellement au nombre de leurs adhérents. Elle délibère de l’ordre du jour arrêté par le Comité Directeur et élit un nouveau Comité chargé de la gestion fédérale jusqu’à la réunion du Congrès suivant.

  • 73 Description de l’organisation fédérale d’après le Statut de la F.N.C.P.G. du 30.6.1945. Archives F. (...)

104L’étude de questions précises est confiée aux commissions nommées par le Comité et présidées par un de ses membres73.

105Les structures fédérales constituent donc un ensemble homogène formant une pyramide à trois niveaux (S.L.-A.D.-Fédération), charpentés selon le même modèle.

  • 74 La F.N.C.P.G. fut déclarée « Association d’Utilité Publique » par le décret du 1.4.1948. Toutefois, (...)

106Des modifications ultérieures amendèrent les statuts de 1945 afin de perfectionner l’organisation fédérale et de l’adapter aux exigences de la législation concernant les associations déclarées « d’utilité publique »74.

107Le Comité Fédéral fut composé désormais de 12 membres nationaux, élus au scrutin secret par le congrès tout entier et de 28 à 48 membres régionaux élus selon le même mode par les congressistes représentant les associations de chaque région. Le nombre de représentants alloué aux régions dépendait du nombre de leurs adhérents.

  • 75 Statuts de la F.N.C.P.G. du 30.6.1954. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Les modalités d’attribution de (...)

108Le nouveau statut définit aussi les modalités d’attribution du nombre de représentants des A.D. au congrès et reconnut aux Ministères des Anciens Combattants et de l’intérieur un droit de regard sur la gestion et la comptabilité de l’Association75.

B. Vers une Centralisation accrue

109Toutefois la pratique de la gestion fédérale fit surgir rapidement des problèmes de coordination et d’autorité.

  • 76 Le P.G. nos 6 et 12.
  • 77 Le P.G. n° 12.

110Le premier rapport du Secrétaire Général traitait déjà les structures fédérales de « sommaires » et « d’insuffisantes » et se plaignait de relations trop espacées entre les échelons locaux départementaux et nationaux de l’organisation, de négligences dans la correspondance interne et du manque de renseignements76. Le même constat fut porté par le responsable de la propagande. Le Trésorier Fédéral déclara même au 1" Congrès que la Fédération constituait « une série d’échelons qui s’emboîtent mal », exigeant de renforcer le contrôle de l’organisation sur les structures subordonnées. A. Colin reprit ces arguments proposant la création d’un corps d’inspecteurs qui propageraient les directives de la Fédération77.

  • 78 Le Comité National blâme notamment les A.D. de la Loire Inférieure, des Hautes-Alpes, des Hautes-Py (...)

111Le Comité National eut les premières années certaines difficultés à imposer ses décisions aux A.D.A plusieurs reprises, il dut envisager des sanctions contre certaines associations qui ne tenaient pas compte de ses instructions. Les organes directeurs de la Fédération durent aussi lutter contre les tentatives de contacts parallèles des A.D. contournant les instances fédérales78.

  • 79 F. Mitterrand, Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, op. cit., p. 40.

112Il n’est donc que normal que les dirigeants nationaux de l’association aient exigé, dès les premiers mois de son existence, le renforcement des structures fédérales. F. Mitterrand, envisageant en 1945 l’action future de la Fédération, demandait dans un de ses livres le renforcement du rôle de la direction nationale et l’extension des pouvoirs de son Secrétaire Général79.

113L’activité intense déployée par la Fédération au courant des premières années de son existence persuada ses membres de la nécessité de certains amendements de ses structures. La lecture des chapitres « Organisation » des « Rapports d’Activités Générales » présentés aux premiers congrès de la F.N.P.G. permet de déceler entre 1945 et 1950 une évolution constante de l’organisation fédérale. Le Bureau Fédéral fut réorganisé et ses pouvoirs accrus, le Comité espaça ses réunions et l’administration courante de l’organisation fut remise à la « Délégation Générale » dirigée par le Secrétaire Général.

  • 80 F.N.P.G. : Compte Rendu et Décisions du 2e Congrès National, 14-17.11.1946 (Clermont-Ferrand). Pari (...)
  • 81 J. Perrin. Rapport d’Activités, 18.11.1946-31.12.1947 présenté au 3e Congrès National de la F.N.C.P (...)

114La « Commission d’Organisation du 2e Congrès Fédéral » constata que l’ancien bureau avait des pouvoirs trop restreints, que le nombre de ses membres était insuffisant, ce qui (entrava) la bonne marche de la Fédération80. Afin de pallier ces difficultés, les congrès suivants renforcèrent cette instance en augmentant le nombre de Vice-Présidents (4 au lieu de 3), tout en les nommant responsables de la direction générale de services déterminés. Le Secrétaire Général fut rendu responsable devant le Bureau et le Comité du fonctionnement de l’Administration du siège, de l’exécution des décisions prises par le Bureau et dut désormais arbitrer les litiges sur les méthodes d’exécution. Deux membres du bureau lui furent adjoints en tant que Secrétaires Administratifs permanents, renforçant ainsi la capacité de gestion quotidienne de la Délégation81.

  • 82 Ibid. Voir aussi le Compte Rendu et Décisions du 2e Congrès National, op. cit.

115Le Comité Fédéral espaça ses réunions rendues difficiles et onéreuses par l’éparpillement de ses membres à travers la France. Se réunissant en 1945 tous les mois, il réduisit ses sessions de 50 % dès le Congrès de Clermont-Ferrand (novembre 1946) et ne fut censé se réunir qu’une fois par trimestre dès le Congrès de Nancy (novembre 1947)82.

  • 83 Ibid. Ainsi que J. Perrin, Rapport d’Activités 4.4.1948-15.1.1949. Présenté au 4e Congrès National (...)

116Le Bureau National restreignit aussi considérablement son activité. Se réunissant une fois par semaine de 1945 à 1947, il ne tint plus qu’une session tous les 10 jours en 1948 et ne se réunit en tout que 18 fois au courant de 195083. La raréfaction des réunions du Bureau renforça encore l’emprise du Secrétaire Général sur la gestion permanente de l’organisation dont il devint de fait le personnage clef.

117L’espacement des sessions des instances fédérales fut sans doute le résultat de la réduction de l’activité de l’organisation provoquée par l’intégration progressive des P.G. rapatriés à la société, diminuant le nombre et la gravité des problèmes issus de la captivité. Mais il est clair qu’elle ne fut rendue possible que par une amélioration de la gestion fédérale et de l’efficacité de son administration progressivement adaptée aux besoins d’une si grande association et rodée par quelques années d’une activité particulièrement intense.

5. L’ACCUEIL – PREMIÈRE TÂCHE DE LA FÉDÉRATION

  • 84 Dans plusieurs journaux de l’époque on retrouve des images de P.G. rentrant de leurs camps, afficha (...)

118Le Congrès Constitutif à peine terminé, les Associations Départementales entamaient une activité fébrile. Le retour des prisonniers, commencé à une échelle réduite le mois précédent, s’accélérait considérablement en avril pour atteindre son paroxysme au courant de mai-juin 1945. Ayant attendu ce moment depuis leur libération, s’y étant longuement préparés et organisés, les membres de la nouvelle fédération se consacrèrent tout d’abord à l’accueil des rentrants. Une campagne publicitaire entreprit d’y sensibiliser la population, lui faisant apercevoir l’importance nationale du retour et la nécessité d’assister dans son intérêt les rentrants84.

  • 85 Voir : Durand. La Captivité, op. cit., pp. 514-516 ; Le Débat sur l’accueil C.R. Congrès Constituti (...)

119Les Associations Départementales se consacrèrent tout d’abord au retour des rapatriés dans leur foyer. Elles constituèrent le noyau actif des « Comités d’Accueil » chargés de recevoir les rapatriés. Des permanences furent organisées dans les gares afin d’y recevoir les P.G. de la région et d’y prodiguer toute aide possible aux transitaires. Les rapatriés continuant leur voyage recevaient, en passant, casse-croûte, repas chaud et, en cas de besoin, le gîte. Le P.G. du pays y était accueilli et acheminé, au plus vite, à domicile. Il recevait sur place les informations pratiques immédiatement nécessaires et les adresses utiles. Par la suite, l’Association se chargeait de l’orienter et de l’aider dans les démarches nécessaires pour régulariser sa situation85.

120Insatisfaites par certains aspects de l’organisation officielle du retour, les A.D. exigèrent de recevoir la responsabilité de certains domaines. Ainsi, l’Association de la Seine se chargea de la gestion du Centre d’Accueil de Paris, qui reçut plus de la moitié des rentrants. Un de ses militants en fut nommé directeur, et son équipe fut formée de P.G. de l’A.D. ou de membres de leurs familles. A Dijon, l’A.D. lutta contre l’armée pour y créer un centre de transit capable de recevoir et d’héberger les rapatriés.

  • 86 Pour le Centre d’Accueil de Paris, voir p. 63 de ce livre. Les échos du débat au sujet du centre de (...)

121A d’autres endroits, les autorités locales s’adressèrent tout naturellement aux associations afin de résoudre des problèmes inattendus provoqués par les rapatriements massifs et auxquels elles s’estimaient incapables d’apporter des solutions86.

  • 87 Unis, Bulletin de la Seine Inférieure, 15.1.1945.

122Ce n’est qu’une fois rentré, installé chez lui, entamant son intégration, que le P.G. se rendait vraiment compte de l’importance de l’aide que lui procurait l’organisation. L’Association Départementale n’était pas très loin ; elle était capable, en cas de besoin, de l’assister dans ses démarches et de l’appuyer dans ses différends avec les autorités87. Mais tout près de lui, dans sa commune ou dans sa ville, il découvrait sa Section Locale, prête à le dépanner ou à lui prodiguer une aide immédiate.

123Le caractère des documents d’archives que nous possédons dissimule malheureusement les activités des S.L. Les sections gérées souvent d’une façon dilettante ne prêtaient que peu d’attention au travail de secrétariat, ne s’encombraient guère d’archives et ne disposaient que très rarement d’un bulletin intérieur. Les A.D. par contre possédaient une administration systématique. Mais c’étaient déjà des instances préoccupées surtout par la gestion d’une association et leurs publications reflètent plus souvent les préoccupations de leurs cadres que celles de leurs militants.

  • 88 Ces permanences étaient réparties comme suit : A. Café l’Hirondelle, 322 rue Saint-Honoré. Mardi 20 (...)

124Heureusement, la conservation du bulletin de la Section Locale du premier arrondissement de Paris permet de nous faire une idée de l’importance du caractère et des dimensions de cette aide. 1 714 P.G. habitaient la circonscription qui comptait 934 familles de prisonniers. 1 081 d’entre eux avaient adhéré à la section à la fin de 1945. Afin de garder un contact immédiat avec ses membres nécessiteux, la S.L. tint cinq permanences réparties dans l’arrondissement88. L’organisation prodiguait aux P.G. une aide ayant divers aspects qu’elle se donna la peine de comptabiliser et de publier.

125Les rapports d’activités sociales de la section furent hélas rédigés de façon peu rigoureuse. Les comptes rendus contenaient chaque mois des rubriques différentes et, dans certains cas, le caractère de l’aide octroyée n’est guère compréhensible. Il nous est difficile de concevoir le genre de traitement prodigué aux « Cas Médico-Sociaux » représentant jusqu’à 25 % des membres de la Section ou de l’assistance aux dizaines de demandes de vestiaire. Toutefois, ces données étant les seules que nous possédons, nous ne pouvons nous montrer éclectiques.

  • 89 Le gros de l’aide financière était destiné partout aux secours en espèces et aux dépannages.
    L’A.D. (...)

126Présente de façon permanente dans l’arrondissement, l’Association prodiguait donc des secours urgents de tout genre. Elle subvenait aux besoins des plus nécessiteux, octroyait des prêts, tenait à la disposition des rentrants des consultations juridiques, entreprenait en leur nom des démarches, visitait les malades hospitalisés, organisait des visites à domicile, etc.89.

127Il est vrai que la Section ne disposait que de moyens financiers restreints. Les personnes dépannées d’urgence recevaient en tout quelques centaines de francs. Il en était ainsi de l’aide à l’habillement, de l’assistance pour le travail et de l’assistance médico-sociale. Toutefois, ce soutien avait l’avantage d’être immédiat, accordé par une organisation proche, peu bureaucratisée, et avait le caractère d’aide de première urgence. Il ne devait, ni ne pouvait se substituer à l’aide apportée par l’Etat par l’intermédiaire des Maisons du Prisonnier.

  • 90 Ibid. Tableau constitué à partir des données publiées de novembre 1945 à mai 1946.

AIDES PRODIGUEES PAR LA S. L. DU 1er ARRONDISSEMENT DE PARIS90

AIDES PRODIGUEES PAR LA S. L. DU 1er ARRONDISSEMENT DE PARIS90
  • 91 Registre des Décisions du Comité Fédéral. Session du 2 et 3 mars 1946. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. (...)

128L’activité sociale des S.L. ne se restreignait d’ailleurs pas au dépannage. Elles distribuaient aussi des colis alimentaires procurés par la Fédération ou les associations, aidaient financièrement les veuves de P.G., organisaient goûters et réveillons pour les enfants, procuraient à leurs membres des places dans les sanatoria et les centres de repos91.

129L’intérêt de l’assistance accordée aux P.G. par leur section avait aussi un aspect tout différent. Le nombre de visites aux permanences était très important et chaque mois les responsables y accueillaient l’équivalent de 85 %-90 % du nombre des membres de la section. Il en était de même des familles visitées à domicile. Les assistants sociaux de la S.L. de Paris-1“se rendirent au courant de janvier et février 1946 chez le quart des familles de P.G. vivant dans l’arrondissement.

130L’action des sections locales permit à tout P.G. nécessiteux d’avoir à sa disposition, dans son voisinage direct, des membres de sa section prêts à se pencher sur son cas, lui apporter conseil, secours matériel et aide morale, assister sa famille et le guider dans le labyrinthe administratif qu’il devait parcourir afin de bénéficier de ses droits. L’appui reçu des mains de ses pairs, estimant qu’ils ne faisaient que leur devoir, épargnait au rapatrié les frustrations d’un être assisté, ménageant sa fierté. Finalement, n’était-il pas en droit d’attendre le soutien de la part de ses camarades rentrés depuis longtemps ou simplement plus chanceux que lui ?

  • 92 Le Retour, 12.1946.
    Il n’est guère précisé où la S.L. s’était procuré ces denrées.

131Les sections locales facilitaient aussi la vie de leurs adhérents par des activités aux aspects surprenants, mais certainement fort appréciés à l’époque. Grâce aux relations et aux démarches des échelons de la Fédération, elles s’appliquaient à ravitailler leurs membres en produits et denrées rares ou introuvables dans un pays où sévissait une pénurie générale. Ainsi la section locale du 1er arrondissement vendait à ses adhérents des marchandises telles que : chaussures d’enfants, pneus de vélos, costumes trois pièces et diverses denrées alimentaires92.

  • 93 Pour les problèmes de ravitaillement, voir : I. Boussard, « Etat de l’Agriculture Française au lend (...)

132Le ravitaillement étant devenu dans les années de l’immédiat après-guerre une obsession, des nombreuses A.D. firent jouer les liens des Associations et la « solidarité P.G. » afin de parer au problème qui hantait les anciens prisonniers des régions urbaines. Les Associations essayèrent de contourner les réseaux d’approvisionnement, lançant à leurs militants des appels à l’entraide campagne-ville. Elles demandèrent aux producteurs de constituer des stocks de pommes de terre et de légumes pour leurs camarades, prêtant une attention toute particulière aux questions d’approvisionnement en viande93. Ici aussi, le caractère de nos sources ne nous permet pas de préciser l’étendue et l’importance de cette activité. Toutefois, la quantité d’appels de ce genre paraissant dans les bulletins des A.D., le nombre d’agriculteurs P.G. et les capacités d’organisation des associations de la Fédération nous permettent de supposer que dans ce domaine aussi l’organisation sut faciliter la vie de ses adhérents.

  • 94 Au sujet des luttes de la F.N.P.G. pour l’habillement de ses ressortissants, voir p. 129 de ce livr (...)

133Les Associations Départementales et les Sections consacrèrent beaucoup d’attention aux problèmes vestimentaires. Conscientes des besoins des rentrants de se procurer au plus vite une garde-robe qui leur permettrait d’entreprendre leur réintégration dans des conditions décentes, les organisations P.G. déployèrent dans ce domaine une activité fébrile. Le marché local étant incapable de fournir les habits nécessaires et le peu de marchandises existantes s’y vendant à des prix inabordables, la Fédération se tourna vers le Ministère des P.D.R. Ses revendications obligèrent H. Frenay à se charger de l’habillement de la totalité des P.G. rapatriés. La lenteur des distributions, les difficultés d’approvisionnement, les délais des fournitures et les carences d’organisations provoquèrent un conflit particulièrement grave entre le Ministère et la F.N.P.G., envenimant les relations des Associations avec Frenay94. Mais indépendamment du combat mené par la Fédération pour accélérer et mener à bonne fin les distributions de trousseaux aux P.G., les associations s’ingénièrent à résoudre le problème à l’échelon local.

  • 95 Le Retour, 11.1945, 5, 6, 8.1946.
    Le Sanglier, 7.1946.
    Unir, 3.1946.
    Le Mirador, 1.1946.

134Les A.D. repérèrent les stocks existants, faisant pression sur les échelons locaux du Ministère pour procéder au plus tôt aux distributions. Lorsque les répartitions se faisaient par l’intermédiaire des Maisons du Prisonnier, les S.L. et les A.D. se chargeaient d’en informer leurs adhérents, de constituer les listes de P.G. nécessiteux et d’établir les priorités. Souvent les associations préférèrent entreprendre elles-mêmes les distributions, veillant à la justice et à la rapidité des répartitions95.

La F.N.P.G. – Lobby « Prisonniers »

  • 96 Le P.G. n° 1. La Commission fut créée à l’issue du Congrès Constitutif.

135La constitution des associations P.G. en lobbys capables d’assister les rapatriés dans leurs démarches auprès des administrations, de faire considérer leurs ressortissants comme prioritaires, les épaulant le cas échéant, facilita dans beaucoup de cas la réintégration des P.G. Plusieurs instances de la Fédération définirent même dans ce sens leurs tâches. La Commission Juridique de la F.N.P.G. était en effet censée « intervenir auprès des pouvoirs publics pour protéger (les) camarades prisonniers de guerre et leurs familles dans tous les cas spéciaux qui ne peuvent être tranchés par la législation actuelle, ou lorsque celle-ci n’est pas appliquée ». La Fédération demanda aux A.D. de constituer des commissions similaires dans leur département96.

  • 97 Le P.G. n” 11, n° 7, n° 26 et lettre de G. Lepeltier, Président de la F.N.P.G. au Ministre de la Re (...)
  • 98 Le P.G. n° 6, 12.
    Unir, 3, 4.1946.
    Le Sanglier Libre, 12.1945.
    Lettre de Ph. Amaré, Secrétaire Général (...)

136L’activité déployée par la Fédération tendait à défendre les intérêts de diverses catégories de ses adhérents tels que les ex-P.G. officiers d’active, les agriculteurs, les anciens P.G. détenant des permis de conduire militaires ou encore les P.G. sinistrés97. Au niveau local, la F.N.P.G. et ses A.D. luttèrent afin d’inclure leurs représentants dans les Offices Agricoles Départementaux et les Commissions de logement. La F.N.P.G. eut ses entrées dans les Ministères et les Associations surent nouer d’excellentes relations avec les pouvoirs locaux, et purent souvent plaider les problèmes de leurs adhérents directement devant les préfets98.

  • 99 Lettre de Ph. Amaré au Directeur du Service des Boissons – Ministère de l’Approvisionnement, appuya (...)
  • 100 Interview de M. Roux, 29.11.1983.

137Les organisations employèrent aussi leur poids, leurs relations et exploitèrent les sympathies dans des cas particuliers. La F.N.P.G. intervint afin d’obtenir l’attribution des matières premières à un industriel P.G. et des vins à un de ses adhérents fabriquant des liqueurs. Elle tenta de favoriser ses membres aux concours de l’administration ou d’appuyer les anciens prisonniers lors des nominations à des postes divers99. Bien des P.G. profitèrent des relations et de l’influence de la Fédération ou de ses associations afin de se procurer par leur intermédiaire un emploi100.

138Ainsi, de par leur action, les Sections Locales, les Associations Départementales et la Fédération même devinrent l’institution principale se consacrant à l’accueil des P.G. Elles veillèrent à leur réintégration, guidèrent leurs premiers pas, leur offrant des secours immédiats, les assistant dans leurs démarches, leur octroyant une aide matérielle et variée et un appui considérable. La présence des Sections dans le voisinage immédiat de chaque P.G. rentrant facilita sa réinsertion, mettant à sa disposition un siège ou une permanence où il était sûr d’être bien reçu, écouté avec sympathie et aidé, sans devenir un assisté. Les Associations P.G. devinrent les relais naturels des organismes officiels. Cependant le caractère privé de leurs activités, leur appartenance au monde des P.G., leur expérience et leur compréhension des problèmes de la réintégration décupla l’efficacité de leur action.

139Certes, le gouvernement avait créé un Ministère des P.D.R., organisé le retour, accordé des budgets, préparé une législation favorisante, facilitant la réinsertion des P.G. Mais les rentrants avaient, au début surtout, le besoin d’une aide et d’un appui amical et cela, nulle administration ne pouvait le leur procurer.

  • 101 Lettre de H. Frenay, Ministre des Prisonniers de Guerre, Déportés et Réfugiés à M. le Ministre des (...)

140Le Ministère des P.D.R. était tout à fait conscient de cet aspect des choses et comprenait fort bien que l’action de la F.N.P.G. déchargeait ses services, épargnant l’argent de l’Etat. Frenay lutta donc d’arrache-pied avec le Ministère des Finances afin d’octroyer à la Fédération les moyens matériels de son action101. Le Ministre, mieux que quiconque, savait ce que les rapatriés devaient à leurs associations. Inaugurant le 20 juin 1945 le Centre de Transit du Bourget il ne manqua pas de rappeler à l’auditoire :

  • 102 Libres, 22 juin 1945.

141« Il m’est précieux, à l’occasion de cette inauguration, d’exprimer la reconnaissance que doivent la Nation tout entière et plus particulièrement nos rapatriés au dévouement et à la compétence de toutes les Associations et Fédérations de prisonniers »102.

6. LA FÉDÉRATION FACE AU MINISTÈRE DES P.D.R. : LES P. G. ET HENRI FRENAY

142La première année de l’existence de la F.N.P.G. fut assombrie par des tensions violentes avec son Ministère de tutelle et l’homme qui le dirigeait. Ces luttes ternirent quelque peu l’image de la Fédération, lui octroyant une étiquette d’allégeance politique qu’elle tenait tant à éviter et contribuèrent à la réalisation d’une prise de conscience qui influença l’évolution ultérieure de l’Association.

  • 103 Frenay, La Nuit Finira, op. cit., p. 385.

143L’homme que le Général de Gaulle nomma, en novembre 1943, Commissaire aux Prisonniers Déportés et Réfugiés, a peu en commun avec le plus grand groupe de ses ressortissants. La nomination a d’ailleurs comme but de neutraliser un chef fort influent de la Résistance et ses qualifications pour le poste n’ont qu’un intérêt secondaire103.

  • 104 Ibid., pp. 19-24.
  • 105 Ibid., pp. 27-28.

144Contrairement à l’immense majorité des soldats français, abattus et désorientés, qui acceptèrent avec fatalité leur sort de vaincus, se laissant déporter en Allemagne, le Capitaine Frenay refuse, dès le début, la captivité. S’évadant peu après la reddition de son corps d’armée, il traverse à pied les Vosges avant de gagner la zone libre104. Officier de Renseignements et spécialiste de l’Allemagne, Frenay est fort bien informé du caractère du régime nazi et ne se fait guère d’illusions sur les conditions de l’occupation et le sort réservé à la France. Il entame donc, dès le début, des activités de résistance105.

  • 106 Ibid., p. 387. L’article de Frenay dans Combat reproduit pp. 402-403 et son article « Sectarisme ou (...)
  • 107 Ibid., p. 400 et Interview de H. Frenay le 6.12.1983.

145Pourtant, le St-Cyrien, fils d’une famille où l’armée était vocation, possède un grand atout. Il se garde bien de jeter la pierre à ses pairs qui n’ont pas emprunté la même route. Libre d’un certain sectarisme affiché par beaucoup de résistants, il s’obstine à réunir « les bons Français que le drame national a séparés »106. De plus, il ne partage pas le mépris qui caractérise l’attitude de leur majorité envers les prisonniers et croit qu’on n’a pas le droit de reprocher aux P.G. leur captivité. Bien au contraire, il aspire à la réalisation d’une synthèse de la Résistance, des Prisonniers et des Déportés dans le but d’assurer « le rôle capital de la reconstruction française et de reconstituer le tissu national déchiré par cette guerre »107.

146Il n’hésite pas à faire part de ses opinions aux délégués du Congrès Constitutif rassemblés le 7.4.1945 à l’Hôtel-de-Ville de Paris : « Je pense pour ma part, moi qui suis un homme de la Résistance, que le maillon le plus proche du vôtre et qui serait, par conséquent lié avec lui, devrait être précisément celui de la Résistance française ».

  • 108 C.R. Congrès Constitutif, op. cit., Réception Solennelle des Congressistes à l’Hôtel-de-Ville, 7.4. (...)

147« J’ai en effet été frappé en parlant avec beaucoup d’entre vous de l’analogie profonde qui existe entre les prisonniers et les militants de la Résistance. Ce sont, selon moi, les mêmes valeurs qu’ils ont défendues. Ce sont les mêmes espoirs dont ils se nourrissent108. »

148Revenu à la Libération en France, Frenay attache beaucoup d’importance aux relations de son administration avec les Associations de Prisonniers. Il encouragea leur fusion et se réjouit de la constitution de la Fédération. Conformément à sa conception, l’unité du monde P.G. doit permettre de pratiquer l’entraide fraternelle capable de résoudre « les innombrables problèmes que les pouvoirs, souvent ne peuvent eux-mêmes aborder ». Il se réjouit à l’idée d’avoir à ses côtés des représentants dûment qualifiés de la F.N.P.G. et les reconnaît comme interprètes fidèles des prisonniers devant assumer « le trait d’union nécessaire entre le gouvernement et la grande armée des rapatriés ».

  • 109 Ibid.

149Le Ministère ne veut et ne peut agir seul. Le mot clef qui caractérise sa conception de l’accueil et du rapatriement est « ensemble ». « Ensemble s’il plaît à Dieu nous résoudrons ce grand problème national. Ensemble, nous leur ferons retrouver leur milieu familial et professionnel. Ensemble, et d’un même cœur, nous entreprendrons la reconstruction de notre Patrie dans un monde que nous voulons à la fois meilleur et plus juste109. »

  • 110 Frenay, La Nuit finira, op. cit., pp. 399, 453 et Dossier, op. cit., Vol. II, J. Védrine, p. 44.

150Dès sa nomination, à Alger, le Commissaire entreprend de nouer des relations amicales avec les organisations de la Résistance P.G., encourageant leur fusion. Il y accueille les bras ouverts leurs représentants, sortis clandestinement de France, et choisit même l’un d’eux en tant qu’unique collaborateur qu’il pourra amener avec lui, lors du transfert du Gouvernement Provisoire d’Alger à Paris110.

  • 111 Moulin, Mitterrand Intime, op. cit., p. 69.
    Libres, 8.11.1944 ; Dossier, op. cit., Vol. IL
    J. Mazot, (...)
  • 112 Bilan d’un Effort, op. cit., p. 35.
  • 113 Lettre de H. Frenay, Ministre des P.D.R. au Ministre des Finances. 24.1.1945 et Lettre du Ministre (...)

151Les relations du Ministre avec les Associations P.G. sont au début fort cordiales. Le 5 septembre 1944, les dirigeants du M.N.P.G.D. reçoivent Frenay au siège de l’organisation, rue de Tilsitt. Celui-ci intègre ou confirme dans son administration de nombreuses personnes qui ont eu une activité au Commissariat au Reclassement des Prisonniers, aux C.E.A. et à la F.A.C.E.A. Cette tendance est même encouragée. Le Ministre, s’adressant au Congrès National des C.E.A., demande aux dirigeants de l’organisation de faire entrer dans ses services « le maximum d’hommes valables »111. Sa requête sera entendue et 35 % des agents de son Ministère, 30 % de son personnel dirigeant et la grande majorité des directeurs régionaux et départementaux seront des anciens P.G., 50 % de femmes travaillant dans son ministère seront mères ou épouses de prisonniers112. Frenay défend avec acharnement les budgets de la Fédération, lui délègue volontiers des responsabilités et, dans certains cas, attache un grand prix à ce que les responsables de ses services lui soient proposés par la F.N.P.G.113.

152Cet état d’esprit devrait présager une coopération fructueuse entre les services du Ministère et la Fédération, une collaboration harmonieuse dans l’action commune et des relations teintées d’amitié et de respect entre le Ministre et les dirigeants de la grande association de prisonniers.

153La réalité est tout à fait différente. Les rapports se détériorent vite et l’accélération des préparatifs du rapatriement multiplie les heurts et les frictions.

  • 114 J.O.D.P. 1945, op. cit., pp. 651-675.

154Le premier conflit important éclate lors de la discussion du budget du Ministère des Prisonniers, Déportés et Rapatriés à l’Assemblée Consultative. Ph. Dechartre, Et. Gagnaire et P. Bugeaud, tous trois délégués du M.N.P.G.D., y attaquent violemment le Ministère, l’accusant de ne pas exécuter les plans établis, de diriger de façon incompétente la construction des centres frontaliers, du manque de coordination dans l’action de ses services et dans leur coopération avec les autres Ministères. Frenay y est rendu personnellement responsable de l’indifférence de son administration aux problèmes psychologiques des rentrants et du mauvais emploi du capital de bonne volonté de la population. Les orateurs prédisent tous une catastrophe et font état de leurs craintes de voir l’accueil désordonné, incohérent, manquant de moyens et de chaleur, rendre les rapatriés révoltés et aigris114.

155Rapidement, les critiques adressées au Ministère et à son Ministre se généralisent et les débats du Congrès Constitutif étalent au grand jour l’animosité dans les relations de certains cadres de la F.N.P.G. avec Frenay.

156Que reproche-t-on donc à l’homme qui paraissait à l’origine animé de tant de bonne volonté envers la cause P.G.? Il semble que le Ministre fut essentiellement sujet à deux sortes de critiques :

  • 115 Mitterrand. Editorial de Libres, 8.6.1945.
  • 116 Allocution de H. Frenay. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 7.4.1945.
  • 117 Comparer les propos de Frenay à ce sujet au Congrès Constitutif C.R., op. cit. Séance du 6.4.1945 a (...)

157Les responsables des Associations P.G. lui reprochèrent « d’avoir conçu trop de plans théoriques qui l’ont amené à des improvisations hasardeuses115 ». Ils gardent en mémoire le projet du fameux « cordon frontalier » effacé depuis longtemps de tous les plans, renié même par Frenay116. La Fédération s’opposa à certains projets du Ministère, l’obligeant à reconsidérer ses conceptions des responsabilités de l’accueil et à amender son programme de l’habillement des rapatriés117.

  • 118 Discours de M. Otten. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945 et Décisions du « Congr (...)

158Au-delà des reproches ponctuels, les Associations s’insurgèrent aussi contre le peu de cas que faisaient les services ministériels de leurs avis et conseils et le refus opposé aux demandes de responsabilités qu’elles étaient prêtes à assumer118. Au lendemain de la grande manifestation du 2 juin 1945, F. Mitterrand résumera avec beaucoup de modération les critiques de la Fédération envers Frenay :

  • 119 Editorial de Libres, 8.6.1945.

« Le reproche essentiel qu’on peut, qu’on doit lui faire, c’est d’avoir refusé trop souvent à nos associations des responsabilités qu’elles étaient prêtes à assumer. Chaque fois qu’il fit appel à nous, son œuvre fut un succès... Si plus souvent nos dirigeants départementaux avaient pris directement la tête des opérations, on n’eut pas constaté l’échec de fonctionnaires ignorants de notre mentalité, de nos besoins, de nos désirs119. »

159Comment concilier ces critiques avec les propos et les actes d’un homme qui semblait désirer sincèrement une collaboration avec les Associations P.G., leur avait octroyé des responsabilités et procuré des moyens d’action ?

160Comme nous le verrons, une partie des critiques n’étaient pas de bonne foi et faisaient partie d’une campagne étrangère aux intérêts P.G. Toutefois, il semble qu’une incompatibilité de caractère et des différences considérables de conception furent à l’origine de beaucoup de frictions.

  • 120 Interviews dej. Benet, 19.3, 19.5.1982 ; J. Védrine, 21.5.1982.

161Les anciens dirigeants de la Fédération qui ne furent pas mêlés à la lutte politique contre Frenay, rendent volontiers hommage au courage et à l’intégrité du Ministre des P.D.R. Ils reconnaissent sa bonne volonté manifeste envers les P.G. et sa capacité d’écouter leurs conseils. En même temps, ils insistent sur le manque de compréhension de Frenay et de son entourage, constitué à Alger, des problèmes psychologiques des P.G., de l’irréalisme de certains de ses plans, de l’approche autoritaire du Ministre et de son manque de sens politique120.

  • 121 Dossier, op. cit., Vol. II, J. Védrine, p. 69.

162L’ex- « Patron » de « Combat » était, en effet, avant tout un leader, un organisateur et un homme d’action. Il se peut donc que malgré son désir de collaboration, sa volonté d’efficacité et son habitude de commander l’empêchèrent de trouver le ton juste dans ses relations avec les responsables de la F.N.P.G. Des facteurs objectifs compliquèrent d’ailleurs le dialogue. Les dirigeants P.G., habitués à traiter des problèmes de leurs pairs avec d’autres anciens prisonniers eurent toujours tendance à soupçonner Frenay d’incompréhension envers leur groupe121. Ayant une grande expérience de l’accueil et des solutions nécessaires aux problèmes des rapatriés, ils s’estimaient plus qualifiés dans ce domaine que leur administration de tutelle. De plus, leur approche était tout naturellement égocentrique, tandis que le Ministre, étant censé s’occuper d’autres catégories de ses ressortissants, devait tenir compte des problèmes budgétaires et des priorités nationales établies par le gouvernement.

A. Le Ministère des P.D. R. face au Grand Retour

163L’afflux des rapatriés décupla les critiques adressées au Ministère. Cette fois, il ne s’agissait plus de différends entre l’administration et les cadres des Associations P.G. mais de reproches véhéments formulés par les rentrants.

164Le retour avait causé beaucoup de déceptions, provoqué l’amertume et éveillé le mécontentement et la colère. La réintégration s’était avérée difficile et le rapatrié avait de la peine à se procurer un logement, à se vêtir et à s’approvisionner. La France ne répondait pas à l’image qu’il s’en était faite et la réalité contrait ses espoirs.

  • 122 Extrait de Femmes Françaises commentant les manifestations de P.G. du 4.6.1945.
    Archives Nationales. (...)

165Les reproches furent naturellement orientés vers le Ministère des P.D.R. et l’homme qui en avait la responsabilité. Frenay fut rendu, à tort ou à raison, responsable de tous les maux et des cortèges de P.G. manifestèrent sous ses fenêtres aux cris de : « A manger ! Des vêtements ! Des chaussures ! A bas le marché noir ! Frenay démission ! »122.

  • 123 Mercier, De l’Oder à la Seine, op. cit., p. 277.

166Les rapatriés furent particulièrement sensibles au problème de leur habillement. Les hommes sortant des douches et des chambres d’épouillage des centres d’accueil étaient profondément déçus, devant remettre leurs vieux vêtements usés123. Pouvait-il y avoir pour eux chose plus frustrante que de circuler dans les rues des villes, vêtus de leurs vieux uniformes marqués au dos des lettres K.G.?

  • 124 Bilan d’un Effort, op. cit., p. 122.

167Le trousseau vestimentaire, strictement nécessaire à la reprise d’une existence nouvelle, dans des conditions décentes, avait aussi une valeur symbolique. Porter une nouvelle garde-robe, c’était faire peau neuve et marquer le début d’une autre vie. De plus, le costume auquel on aspirait devait certainement rappeler aux P.G. le « costume Clémenceau »124.

168Hélas, dans ce domaine, la carence du Ministère des Prisonniers Déportés et Réfugiés était évidente. N’ayant pas anticipé la gravité du problème de l’habillement et son impact sur l’état d’esprit des rapatriés, l’administration avait préparé un plan totalement irréaliste, nullement adapté aux conditions de l’époque.

169Frenay expliqua aux délégués du Congrès Constitutif que les deux millions et demi de costumes nécessaires pour habiller la totalité des rapatriés n’existaient pas et qu’il lui était impossible de les faire importer. Il envisageait donc de résoudre le problème vestimentaire de la façon suivante :

  1. le Ministère constituerait un stock important à distribuer à ceux qui revenaient en haillons, en costumes de bagnards ou en vêtements marqués du K.G.

    • 125 C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 6.4.1945.

    Les autres recevraient des bons de priorité absolue et auraient le droit d’acheter dans le commerce de détail tout le stock existant qui serait pendant une certaine période bloqué à leur profit125.

170A postériori, la contradiction interne des propos du Ministre surprend le chercheur. Si le Ministère lui-même était incapable d’acquérir ou d’importer deux millions et demi de costumes, quelle chance avaient donc les rapatriés isolés de se procurer une marchandise dont la production locale ne pouvait satisfaire la demande ? De plus, on ne voit pas très bien comment les services des P.D.R. oublièrent que dans l’état de pénurie de l’époque une marchandise si convoitée était condamnée à disparaître des étalages afin d’être revendue à des prix exorbitants au marché noir.

  • 126 Bilan d’un Effort, op. cit., pp. 122-124 et compte rendu de la Séance Plénière du 27.10.1945. Archi (...)
  • 127 Le Retour, 5.1946 ; Le P.G. de l’Aisne, 9.1946.

171Le mécontentement, les critiques et les manifestations retentissantes de ses administrés forcèrent le Ministère à trouver les moyens d’acquérir ou d’importer les trousseaux nécessaires126. Hélas ! Les mesures indispensables furent prises trop tard et prolongèrent les distributions jusqu’en été 1946127.

172Frenay allait payer très cher son erreur. En sous-estimant le problème, son administration avait découvert son flanc aux critiques particulièrement malveillantes sur une question extrêmement sensible et propice à l’exploitation.

173Les retours massifs du mois de mai aggravèrent les difficultés des rentrants. Le mécanisme du rapatriement et d’accueil, ayant fonctionné jusque-là de façon satisfaisante, fut alors sur le point de ployer. L’afflux des rentrants, à la fin des hostilités, désorienta les services littéralement submergés par la quantité de problèmes à résoudre, compliqua les démarches et prolongea les queues d’attente.

174Le mécontentement des rentrants fut exprimé avec éclat lors de la grande manifestation des P.G. qui eut lieu à Paris le 2.6.1945. Des milliers de rapatriés se réunirent ce jour-là à la Salle de la Mutualité afin d’écouter les discours des organisateurs de l’A.D. de la Seine qui s’appliquèrent à dénoncer les carences de l’accueil.

175La Fédération, craignant les débordements et l’exploitation politique, avait hésité à approuver la réunion. Mais le mécontentement de la base était si grand qu’elle préféra lui donner sa bénédiction, s’y faisant représenter par un Vice-Président, (F. Mitterrand) et un membre du Comité Directeur (J. Bertin).

  • 128 Dossier, op. cit., vol. IL J. Védrine, p. 74. Cette décision fut par la suite vivement critiquée pa (...)
  • 129 L’Humanité. 30.6.1945.

176La demande de Frenay de paraître devant l’assemblée afin de pouvoir s’expliquer « d’homme à homme » sur la gestion de son Ministère fut repoussée par J. Cornuau, Président de l’A.D. qui présidait aussi la réunion128. Les discours terminés, 50 000 prisonniers défilèrent en cortège à travers Paris, jusqu’au siège du Ministère, avenue Foch, sous les fenêtres duquel ils conspuèrent Frenay, exigeant sa démission129.

  • 130 Lettre de A. Tixier, Ministre de l’intérieur au Général de Gaulle. 3.6.1945. Le Ministre s’y plaint (...)

177La manifestation ayant eu un grand retentissement, l’agitation des rapatriés se répandit dans tout le pays obligeant le Général de Gaulle à convoquer les dirigeants de la Fédération afin d’exiger son arrêt immédiat130.

B. La campagne politique contre Frenay

178La violence des critiques adressées au Ministère des P.D.R., l’atmosphère du Congrès Constitutif et les manifestations contre Frenay auraient logiquement dû déboucher sur une lutte incessante entre l’administration et la Fédération et l’on pouvait s’attendre à un climat d’hostilité permanente et à des relations particulièrement tendues.

  • 131 Lettre de J. Védrine, Secrétaire Général de la F.N.P.G. à H. Frenay ; 14.6.1945 ; Lettre de J. Védr (...)

179La réalité fut beaucoup plus ambiguë et les archives nous apprennent que le Ministère travaillait avec l’Association dans un esprit de collaboration, de respect mutuel et de bonne entente. Les cadres de la F.N.P.G. essayèrent d’aplanir, de Paris, les difficultés entre les A.D. et les échelons locaux des P.D.R., prévinrent le Ministère de la possibilité de manifestations et se félicitèrent du « réel progrès de l’accueil grâce à l’étroite collaboration du Ministère et de la Fédération »131.

  • 132 Lettre du Chef du Cabinet du Ministre des P.D.R. à J. Védrine, 20.6.1945. Ibid.

180Frenay, de son côté, ne se laissa pas emporter par ses griefs personnels. Il reçut régulièrement les représentants de la Fédération, lutta pour le maintien de ses subventions et se déclara même, quelques semaines plus tard, heureux de la tournure que prenaient ses rapports avec la F.N.P.G.132.

  • 133 Lettre de A. Perrin au Président de la F.N.P.G. 21.8.1945. Ibid, et le P.G. n° 6.

181L’incohérence de ce comportement s’explique partiellement par le fait que de nombreux anciens P.G., cadres des P.D.R., entretenaient des relations très étroites avec la Fédération, l’assistant dans ses luttes et ses démarches de l’intérieur du Ministère dont ils étaient maintenant fonctionnaires133. Mais ce comportement ambivalent provenait aussi du fait que le combat mené contre Frenay, par certains éléments de la F.N.P.G., avait un aspect purement politique. Les prisonniers y étaient utilisés comme arme de choix.

182La majorité des cadres de la Fédération prit progressivement conscience de cet état de fait, essayant de faire la part entre les critiques légitimes envers l’administration de tutelle et le combat mené par un parti pour éliminer un homme.

183La tension entre le Ministre des P.D.R. et la Fédération, les critiques qui lui furent adressées et les manifestations organisées contre lui ne peuvent être pleinement comprises que si l’on replace ces événements dans le cadre de la lutte du Parti Communiste contre Frenay.

  • 134 Frenay, La Nuit Finira, op. cit., p. 412.
    Interview de H. Frenay, 6.12.1983.

184Le « Patron » de « Combat » n’avait jamais porté les communistes dans son cœur et ses relations avec leurs représentants manquèrent de cordialité dès Alger. L’ancien officier de renseignements n’avait pas oublié le comportement du P. C. à la veille de la guerre. Chef d’une grande organisation de Résistance, il vit avec colère et appréhension le noyautage des mouvements par des hommes du Parti et tenta, dans la mesure du possible, de s’y opposer134.

  • 135 Ibid., pp. 501-504, 536.
    L’Humanité voyait ainsi les choses. Ayant vivement critiqué l’intégrité de (...)

185Le Ministre des P.D.R. devint un adversaire de poids contribuant à l’échec de la tentative des éléments proches du P. C. de monopoliser les organisations issues de la Résistance au profit du Parti. Prenant part aux luttes qui forcèrent la minorité communiste à quitter le M.L.N., il participa, en effet, à la création d’un parti politique, l’U.D.S.R., issu de ce mouvement. Il envisagea aussi, un moment, la possibilité d’une alliance, peut-être d’une fusion, avec la S.F.I.O.135.

186Toutefois, la campagne organisée contre Frenay n’aurait jamais eu cette ampleur s’il n’avait occupé en ce temps un poste-clé. Des millions de Français dépendaient en 1945 de ses services. Déportés, prisonniers, travailleurs rapatriés d’Allemagne, populations des régions sinistrées et victimes de guerre attendaient de sa part l’aide nécessaire à leur survie et des mesures leur permettant de reprendre dans le futur une vie normale. N’était-ce pas là, pour un homme politique aspirant à rassembler « toutes les bonnes volontés pour reconstruire la France », un potentiel unique de clientèle pouvant être transformé en base électorale ?

  • 136 Fred Kupferman. Le Procès de Vichy. Bruxelles ; Editions Complexe, 1980, pp. 64-65.

187C’est justement sur ce point précis que la position de Frenay contrecarrait la tentative du P. C. de rassembler derrière lui tous ces hommes, devenant « l’artisan de la régénération française »136.

188Occupant ce terrain, Frenay devint l’homme qu’il fallait abattre à tout prix. Le Parti s’employa donc à ternir son image et à le discréditer personnellement sans lésiner sur les moyens. Le ton de l’Humanité prouve, on ne le peut mieux, qu’il ne s’agissait nullement de s’opposer à une conception de l’accueil ou critiquer l’action d’une administration. On voulait la tête d’un homme. On fit tout pour l’avoir.

  • 137 L’Humanité, 29.3.1945. Le journal insinuera par la suite la responsabilité du cordon frontalier de (...)

189La campagne commença par la description catastrophique des conditions des prisonniers en Allemagne. Des P.G. libérés, mal vêtus et affamés, erraient sans but, en pays ennemi, livrés à eux-mêmes, attendant que le gouvernement les prenne en charge137. D’autres, rentrés par leurs propres moyens, avaient été secourus par la charité publique. Mais une fois arrivés à la gare d’Orsay, ils furent rejetés dans la rue. « N’est-ce pas une honte que nos prisonniers soient des inconnus pour les services officiels et que la charité publique et non le « Ministère des millions » les accueille et les réconforte » ? demandait l’Humanité (10.5.1945).

190A l’heure où paraissaient ces nouvelles, les services de l’administration tant critiqués rapatriaient et accueillaient 150 000 rentrants par semaine. Mais aux dires du quotidien, ce rapatriement n’était rien d’autre qu’un « auto-rapatriement ». L’organe du P. C. dut donc « constater » que « le rapatriement se faisait sans (le Ministère) ou malgré lui » (13.5.1945). Le 7 juin, le journal annonça le retour d’un million de Français. Ils étaient, paraît-il, revenus d’Allemagne grâce aux autorités françaises et américaines « sans que le Ministère qui (avait) reçu trois cents millions pour ce travail, y soit pour rien ». Le quotidien se demandait donc où était passé tout cet argent ? Deux mois devaient lui suffire pour trouver la réponse.

191Jugeant a posteriori l’accueil, l’Humanité déclara ce travail immense : « œuvre d’associations bénévoles ». « Une véritable mobilisation réussit alors en quelques jours à improviser ce que des longs mois de préparation n’avaient pas permis à M. Frenay de mettre sur pied », (15.9.1945).

  • 138 La publication de l’enquête fut poursuivie le 25, 31-5 et le 1, 2, 3, 6.6.1945, dépassant le cadre (...)

192L’état vestimentaire des rentrants et le mécontentement qui en résultait furent sciemment exploités pour aviver la colère. Dès le 24 mai, le journal entama la publication d’une enquête intitulée « Mal Vêtus ». Les services des P.D.R. furent tout naturellement déclarés responsables de cet état de choses et le journaliste parla même de sabotage. Quant aux vêtements, mais oui ! Ils existaient – au marché noir – et il suffisait de les réquisitionner pour résoudre le problème138.

  • 139 Le Figaro, 26.5.1945.

193Quelqu’un organisa des manifestations « spontanées » de P.G., les persuadant de réquisitionner eux-mêmes des costumes ou des chaussures139.

  • 140 L’Humanité, 22.4 et 18.5.1945.
    Voir aussi la discussion entre P. Bugeaud et H. Frenay in : C.R. Cong (...)

194L’aide accordée aux rapatriés fut déclarée dérisoire et on exigea son augmentation sans tenir compte des possibilités financières de l’Etat. Où fallait-il prendre l’argent ? La réponse était simple : chez les traîtres et les trafiquants140.

  • 141 La correspondance entre le Cabinet du Ministre et les différents services de son administration ref (...)
  • 142 Frenay, La Nuit Finira, op. cit., p. 512.
    Le P.G. n° 17. Réunion des adhérents des A.D. de la Seine (...)

195La campagne eut une ampleur nationale et les publications régionales dépendant du Parti attaquèrent le Ministre des P.D.R. sur tous les fronts141. Le Parti s’employa à exploiter les chagrins et les désillusions des rentrants utilisant à ses fins le légitime courant de mécontentement des rapatriés. Les prisonniers prenaient parfois connaissance des carences de leur Ministère à la gare. Par la suite, on faisait tout pour qu’ils n’oublient pas que l’administration dilapidait des millions, alors qu’il y avait tant de misère à soulager142.

  • 143 Frenay. La Nuit Finira, op. cit., p. 519.
    L’Humanité, 18.5.1945.

196Le contrôle des associations de P.G. de la région parisienne permit au P. C. d’entretenir l’agitation chez les rapatriés de la capitale. Des manifestations « spontanées » parcoururent la capitale pour aboutir sous les fenêtres du Ministère. Quelques dizaines d’hommes soigneusement encadrés y campaient chaque jour, scandant : « Frenay démission », « Nos vêtements », « Frenay, notre pécule », « Frenay, démission »143.

197Le procès en diffamation que le Ministre intenta à l’Humanité et l’approche des élections à l’Assemblée Constituante firent hausser le ton des attaques. Cette fois, elles eurent comme but l’intégrité et le patriotisme d’un homme que son passé plaçait pourtant au-dessus de tout soupçon. Dès le début de juillet, l’Humanité déterra les rencontres qu’eut Frenay avec Pucheu en janvier 1942. Ce thème, considéré comme preuve suprême des sympathies du Ministre envers Vichy, revint désormais sans cesse. On ne parla plus que de « l’Obligé de Pucheu » (10, 14, 24.9, etc.). Evidemment, dans ce cas, le Ministère des P.D.R. ne pouvait être qu’un appareil politique aux mains des traîtres réactionnaires :

  • 144 Ibid., 4.9.1945.

198« On a voulu former, pour des buts politiques, un appareil composé de Vichyssois, d’agents louches non contrôlés. On a rassemblé des individus prêts à tout. On les a habillés en officiers, on leur a conféré des droits exorbitants »144.

  • 145 Le Monde n’en dit mot. Le Figaro en parle laconiquement deux fois au courant de septembre en deuxiè (...)

199La découverte, en août, de quelques scandales à l’intendance de certains camps de rapatriement octroya aux ennemis de Frenay des arguments de poids. Les vols, les détournements des denrées et d’essence vers le marché noir et les malversations étaient peu importantes et n’avaient rien de surprenant vu les conditions de pénurie. On ne peut qu’en sourire, connaissant les dimensions des vols dans les stocks d’approvisionnement des armées alliées. Les grands quotidiens n’y trouvèrent d’ailleurs aucun intérêt145.

200Les P.G. et leurs associations réagirent d’une façon totalement différente. N’avait-on pas volé leur argent, pillé leurs denrées, entaché leur honneur, à l’heure où ils manquaient de tout, arrivant à peine à se nourrir ? L’indignation et la colère saisirent les associations. L’Humanité battit le fer tant qu’il était chaud. Le journal consacra aux « Scandales du jour chez Frenay » des articles en première page (il n’avait à l’époque qu’une feuille), y consacrant au mois de septembre et début d’octobre 5-7 % de sa superficie. La proximité des élections y était-elle totalement étrangère ? Lisons donc soigneusement ce passage :

  • 146 L’Humanité, 14.9.1945.
    Le journal publia des articles contre Frenay les 4, 10, 12, 14, 15, 16, 18, 1 (...)

201« Escroqueries, détournements, réquisitions abusives, personnel dix fois trop nombreux, utilisation des Vichyssois à des postes responsables, dépenses somptuaires, mépris pour les prisonniers et déportés, incapacité à défendre leurs droits, refus de recevoir leurs plaintes, méthodes dictatoriales vis-à-vis du personnel : voici un bref résumé des griefs apportés par nos correspondants contre l’administration de M. Frenay, chef politique de l’U.D.S.R. »146.

  • 147 L’Humanité, 14.9.1945.
  • 148 Ibid., 4.9.1945.

202Le Ministre fut rendu personnellement responsable des scandales, car ayant recruté ces Vichyssois, ex-cagoulards, il les avait employés à faire de l’anti-communisme, fermant les yeux sur leurs activités. En effet, « pour faire la. politique de division de M. le Ministre tous les moyens étaient bons »147. Il fallait enlever à tout prix ce poste à Frenay. « (Il fallait) que Frenay s’en aille. Que son Ministère, devenu édition moderne d’Ali Baba, disparaisse »148.

  • 149 Le P.G. n° 9 et 12.
    Lettre de la F.N.P.G. à Gaston Palewski, Directeur du Cabinet du Chef du Gouvern (...)

203La campagne du P. C. porta ses fruits. Les carences du Ministère Frenay devinrent un slogan dans la bouche des rapatriés et d’une partie des cadres des associations P.G. Quelqu’un ne devait-il pas porter la responsabilité d’un état de choses si insatisfaisant ? Les A.D. et la Fédération s’émurent des scandales. Le Comité Fédéral adressa une protestation au Ministère et décida de saisir de la situation le Chef du Gouvernement provisoire. La F.N.P.G. exigea la création d’une commission d’enquête chargée de contrôler la gestion du Ministère et de se porter partie civile dans toutes les affaires décelées149.

  • 150 Allocution de R. Paumier. C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit. Séance du 15.11.1945.
  • 151 Lors de la visite de Frenay à Clermont-Ferrand, on l’empêcha d’y prendre la parole devant les P.G. (...)

204Le Ministère des P.D.R. devint un repoussoir et son Ministre un bouc émissaire. La majorité des délégués du Premier Congrès de la F.N.P.G. (Paris 15-18.11.1945) adopta une attitude franchement hostile à Frenay. Les congressistes discutèrent longuement de la question de l’invitation du Ministre. Les opposants développèrent une argumentation surprenante : le Congrès n’était pas un tribunal, prétendait R. Paumier, délégué de la Seine. Les carences du Ministère et ses scandales étaient connus de la France tout entière. D’ailleurs, les explications de Frenay risquaient de semer la division entre ceux qui pensent qu’il a bien travaillé et ceux qui estiment qu’il a échoué150. Il valait donc mieux faire taire un homme sans cesse critiqué, plutôt que de lui permettre de se défendre. Cette stratégie n’était pas neuve et on l’avait déjà employée plusieurs fois lors des visites du Ministre dans certains départements151.

  • 152 C.R. 1er Congrès Séance du 17.11.1945.
    Compte rendu d’un délégué décrivant la position de Frenay dev (...)

205Malgré les oppositions, le Congrès décida d’inviter Frenay. Celui-ci tint tête avec beaucoup de courage, de talent, d’habileté et de sang-froid, aux critiques – fait qui explique peut-être pourquoi certains tenaient à ne pas lui donner la parole. Toutefois, un brillant discours ne pouvait pas retourner une assemblée d’hommes travaillés pendant des mois par une propagande si bien orchestrée. Frenay descendit de la tribune et quitta la salle dans un silence profond152.

206Le Ministère des P.D.R. fut dissout à la fin du mois de novembre 1945. On rattacha provisoirement ses services au Ministère de la Population en attendant la constitution d’un Ministère d’Anciens Combattants et de Victimes de Guerre.

207La campagne menée contre Frenay réussit à ternir son image, influençant peut-être sa décision d’abandonner la scène politique et le Ministre quitta son poste, discrédité aux yeux de la majorité de ses ressortissants.

208L’action des P.D.R. n’est pas du ressort de notre livre. Toutefois, il est surprenant de constater l’écart existant entre l’action accomplie et l’idée qu’en eurent ses bénéficiaires. Ce Ministère, constitué à la hâte, destiné dès l’origine à une vie éphémère, possédant très peu de moyens propres, dut faire face à mille difficultés. Pourtant, il remplit ses fonctions d’une façon honorable, menant à bonne fin une entreprise gigantesque en un délai très court. Son œuvre « globalement positive » fut, hélas, mal appréciée à l’époque, et pour cause.

  • 153 Interview de H. Frenay, 6.12.1983.

209Henri Frenay considère l’épisode des P.D.R. comme une période de sa vie dont il est fier153. A notre avis, il n’a pas tort !

210On peut s’étonner quelque peu de la discrétion dont fit preuve la Fédération durant la campagne de l’Humanité contre Frenay. Certains de ses dirigeants les plus influents étaient pourtant conscients des dimensions des accusations et des critiques, et ne partageaient nullement le jugement porté sur l’homme. Mais, en récusant publiquement les calomnies, on risquait d’attiser les luttes internes, heurtant une base profondément persuadée des méfaits du Ministère. Il est vrai également qu’il était peu commode, en ce temps, à une organisation dont les origines remontaient au Commissariat aux Prisonniers et aux C.E.A. de l’époque de Vichy, de prendre la défense d’un homme accusé d’anti-communisme, de sympathie pour les Vichyssois et les traîtres, et de comportement réactionnaire. Les dirigeants de la Fédération, submergés par l’action de l’accueil, préférèrent se taire sur ce point, permettant par leur silence et leur passivité l’exploitation de l’organisation à des fins politiques.

  • 154 Discours de bienvenue de M. Dutreil, Délégué Régional de la F.N.P.G. Bordeaux. 31.3.1946. In : Le P (...)

211Le P. C. atteignit son but, occupant le terrain convoité. Laurent Casanova devint, le 19.1.1946, le Ministre d’Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Gouvernement Gouin. « Enfin un Guefang » titrait le Front des Barbelés (1.2.1946). Les relations de la F.N.P.G. avec son Ministère de tutelle devinrent désormais franchement cordiales. Le passé de résistant de ce nouveau Ministre ne fut en aucun cas oublié et l’on se déclara, tout à coup, prêt à faire confiance à un homme qui avait risqué sa vie au service de la patrie154.

  • 155 Le Ministre quittant ses fonctions remercia la Fédération pour le concours qu’elle lui avait apport (...)

212Pourtant Casanova ne réussit pas à trouver des solutions aux questions vitales que ne put résoudre Frenay. Les distributions de l’habillement commandé par son prédécesseur se poursuivirent encore toute l’année. Les problèmes ardus de l’arriéré des soldes, du pécule, de l’échange de marks, de l’octroi de la Carte du Combattant furent à son départ au point où il les avait trouvés en arrivant. Mais ce Ministre ne partit pas sous les huées155.

213La grande différence provenait du fait que des membres de son parti, dirigeants de l’A.D. de la Seine et cadres influents de la F.N.P.G. avaient reçu des hautes responsabilités au Ministère. Casanova bénéficia donc de l’influence et de l’appui des mêmes éléments qui s’étaient employés à la F.N.P.G. à discréditer Frenay.

214Toutefois, la majorité non communiste de la Fédération avait appris la leçon : analysant à la fin de 1945 Faction de la F.N.P.G., son Vice-Président, F. Mitterrand démontrait que la réalisation des objectifs immédiats de l’organisation exigeait :

  • 156 Mitterrand, Les Prisonniers devant la Politique, op. cit., p. 40.

215« ... Ne jamais confondre les revendications de la Fédération avec le but poursuivi par tel ou tel Parti. Je suis persuadé que certains conflits avec M. Henri Frenay ont été déviés en raison de considérations politiques. Il faudra, à nos futurs dirigeants, beaucoup de discernement pour rester dans la limite de nos droits sans se laisser aller à des entraînements suscités par la personnalité politique... des Ministres responsables »156.

216De Clermont-Ferrand à Aix-les-Bains, la F.N.P.G. allait tirer toutes les conclusions de ce constat.

7. L’HISTOIRE CONTESTÉE D’UNE AUDIENCE : LE GÉNÉRAL DE GAULLE RENCONTRE LES DÉLÉGUÉS DE LA F.N.P.G.

217A la suite de la grande manifestation de P.G. rapatriés du 2 juin 1945, le Président du Gouvernement Provisoire de la République reçut une délégation de la F.N.P.G. Mais les seules choses admises de part et d’autre, au sujet de cette audience sont le fait qu’elle a eu lieu, que F. Mitterrand y représentait avec deux autres camarades la Fédération et qu’elle déboucha sur l’arrêt des manifestations de rapatriés de la région parisienne. Tout le reste, à savoir : le caractère de la rencontre, son déroulement et les conditions dans lesquelles fut pris l’engagement de faire cesser l’agitation des P.G. de la capitale, est le sujet d’une vive et, semble-t-il, inépuisable controverse.

218Le Général de Gaulle et François Mitterrand étant les deux personnages principaux de cet épisode, la recherche de la vérité historique ne fut jamais, de loin s’en faut, l’objectif principal du débat.

219N’est-il pas temps de faire lumière sur cette rencontre, faisant travail d’historien et non de polémiste ?

220Dans le volume III de ses Mémoires de Guerre, le Général narre brièvement le déroulement de l’entrevue :

  • 157 Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre. Vol. III, op. cit.

« A mon bureau, je convoque les dirigeants du “Mouvement”. Ce qui se passe, leur dis-je, est intolérable. J’exige qu’il y soit mis un terme et c’est vous qui m’en répondez »... Je leur déclare : « L’ordre public doit être maintenu. Ou bien vous êtes impuissants vis-à-vis de vos propres gens ; dans ce cas, il vous faut, séance tenante, me l’écrire et annoncer votre démission. Ou bien vous êtes, effectivement, les chefs ; alors, vous allez me donner l’engagement formel que toute agitation sera terminée aujourd’hui. Faute qu’avant que vous sortiez d’ici j’aie reçu de vous, soit la lettre, soit la promesse, vous serez dans l’antichambre, mis en état d’arrestation. Je ne puis vous accorder que trois minutes pour choisir. » Ils vont conférer entre eux dans l’embrasure d’une fenêtre et reviennent aussitôt : « Nous avons compris. Entendu ! Nous pouvons vous garantir que les manifestations vont cesser. »« Il en sera ainsi, le jour même »157.

221Le Général revint sur cette « anecdote » devant Michel Droit, le 10.12.1965, changeant quelque peu sa version tout en prenant bien soin d’impliquer cette fois personnellement F. Mitterrand :

  • 158 Michel Droit, Les Clartés du Jour, Paris, Plon, 1978. Passage cité dans Le Figaro Magazine, 21.10.1 (...)

... « Je ne fais ni un ni deux, je convoque le dénommé Mitterrand, rue Saint-Dominique, où il arriva flanqué de deux acolytes, et je lui dis : “Qu’est-ce que c’est que ça ?” Du tapage sur la voie publique en temps de guerre... (Mitterrand s’excuse.) Je lui dis : “Alors, si vous vous désolidarisez d’eux, vous allez me l’écrire. Voilà un bout de papier, un coin de table, une plume. Allez-y !” Il me fait : “Mon général, ça demande réflexion.”
Je lui réplique : “Tout à fait juste. Dans trois minutes, si vous n’avez rien écrit, rien signé, vous sortirez de cette pièce et serez aussitôt mis en état d’arrestation.”
Alors il se lève, avec ses deux acolytes, se dirige vers l’embrasure d’une fenêtre, leur dit quelques mots et revient vers moi. “Mon général, nous avons compris. Je signe.”158 »

222La version de M. Droit fut démentie, dès sa parution, comme « absolument contraire à la vérité » par J. Cornuau qui participa, en tant que Vice-Président de la F.N.P.G. et Président de l’A.D. de la Seine, à cette rencontre.

  • 159 Lettre de J. Cornuau au Directeur du Figaro Magazine. Publiée en entier dans le P.G. 12-1978 et dan (...)

223J. Cornuau insiste dans sa lettre au Figaro Magazine (24.1.1979) sur le fait que les représentants de la F.N.P.G. ne furent nullement convoqués chez le Président du Gouvernement Provisoire. Au contraire, c’est l’ampleur de la manifestation du 2 juin qui décida le Général à accorder une audience aux délégués de la Fédération. De Gaulle, irrité par « l’agitation » des rapatriés, demanda à ses interlocuteurs de désavouer les manifestants ou de démissionner. « Une telle demande ne pouvait en aucun cas être acceptée par nous »... « A aucun moment nous n’eûmes à nous concerter “en aparté”, pas plus qu’il ne fut demandé à l’un quelconque d’entre nous de signer un engagement sous la menace d’une incarcération »159.

  • 160 Frenay l’écrivit à M. Droit dans une lettre et l’autorisa à en faire état. Réponse de M. Droit à J. (...)

224La version du Général, bien que confirmée par H. Frenay, a qui elle fut contée par celui-ci « peut-être le lendemain » et par le Général de Boissieu, qui passa dans le bureau du Général « quand Mitterrand faisait sa page d’écriture » éveille, malgré tout, un certain scepticisme160 :

  • 161 De Gaulle, op. cit.

225A – Les deux passages mentionnant la rencontre furent rédigés ou contés par de Gaulle à des fins clairement définies. Dans ses mémoires publiés en 1959, le Général, narrant l’incident, en soi peu important, défendait une thèse chère au fondateur de la Cinquième République : Face aux agents de la « désunion » (c’est le titre du chapitre), un homme fort, muni de pouvoirs étendus était capable de faire respecter l’autorité et l’intérêt de l’Etat. La morale était claire : « L’affaire des prisonniers avait montré que l’autorité restait forte tant qu’elle n’était pas partagée, mais aussi que les « politiques » n’inclinaient pas à l’appuyer161. »

  • 162 Le Figaro Magazine, op. cit.

226La deuxième version fut contée sous forme d’anecdote à M. Droit, le 10.12.1965, au cours d’une entrevue qu’il eut avec le Président dans le cadre de la préparation d’une interview télévisée. De Gaulle y insère, pour la première fois, le nom de F. Mitterrand sur lequel il centre maintenant son récit. On ne peut toutefois ignorer le fait que cinq jours plus tôt, au premier tour des élections présidentielles, le Général a été mis en ballottage par cet homme, devenu entre-temps le candidat unique de la gauche. L’amertume et le ressentiment du Chef de l’Etat émergent de son récit. Ne le commence-t-il pas par : « Ah ! si Mitterrand n’était pas ce qu’il est et ne représentait pas ce qu’il représente ! » Et termine en insistant : « Voilà ce que c’est que le dénommé Mitterrand162. »

227B – Le Général ne pouvait ignorer en 1945 que les menaces qu’il proférait étaient un non-sens politique. De même, la chose n’aurait pu échapper à ses interlocuteurs. On voit, en effet, mal le Président du Gouvernement Provisoire faire arrêter des dirigeants de la F.N.P.G. dont deux prisonniers évadés et résistants (un détenant le titre de Président d’un mouvement de Résistance et ancien Secrétaire Général Provisoire aux P.D.R.), sous prétexte de « tapage sur la voie publique en temps de guerre ». La chose paraît encore moins probable quand on sait que le trio représentait une Association de près d’un million d’adhérents défendant les intérêts de la totalité des prisonniers rapatriés. Une telle menace était pour le moins inappropriée en période d’agitation des P.G., trois jours seulement après que l’organisation ait prouvé qu’elle était capable d’organiser des rassemblements de masses, faisant descendre dans la rue des dizaines de milliers de rapatriés de la capitale et de sa banlieue. La manifestation avait d’ailleurs été parfaitement légale, s’était déroulée sans incidents et n’était que l’expression légitime d’un mécontentement provoqué chez les P.G., certes, par une campagne politique, mais aussi par des carences du rapatriement. Les délégués de la Fédération ne pouvaient ignorer le fait que la France de juin 1945 était redevenue une république et une démocratie.

228C – H. Frenay n’avait pas assisté en personne à la rencontre. Quant au Général de Boissieu, le moins qu’on puisse en dire est qu’on ne peut le considérer comme un témoin impartial.

229D – Il est pour le moins étrange que le Gouvernement ne donna jamais publicité au fait que les dirigeants de la F.N.P.G. s’étaient désolidarisés des manifestations de leur base. N’était-ce pas un argument de choix à l’époque d’une agitation de ce milieu ? Le silence de Frenay à ce sujet, alors que les manifestations le visaient personnellement, est particulièrement troublant.

230E – De plus, quand on sait comment les Mémoires de De Gaulle furent exploités à des fins politiques par les adversaires de Mitterrand, on ne peut s’empêcher d’être étonnés, constatant qu’ils ne brandirent jamais la fameuse lettre rédigée à l’occasion par le Vice-Président de la F.N.P.G. (De Gaulle et Boissieu n’insistent-ils pas sur le fait que Mitterrand rédigea ou signa un papier ?). Vingt-sept ans n’ont-ils donc pu suffire à ces « historiens » pour dépouiller à leur guise les archives du Gouvernement Provisoire de la République ?

231Abandonnons plutôt les mémoires ne se situant guère « au-dessus de la mêlée » et les réminiscences tardives au profit de documents contemporains. On retrouve facilement les traces de cette rencontre dans la presse de l’époque. De plus, les archives de la F.N.P.G. conservent plusieurs lettres traitant des suites de l’entrevue. Leur analyse permet, à notre avis, de reconstituer avec exactitude la « fameuse audience ».

232Le Figaro du 6.6.1945 publia déjà le communiqué suivant : « Le Général de Gaulle a reçu mardi soir M. Mitterrand, Vice-Président de la F.N.P.G. ; M. Cornuau, Président de l’Association de la Seine et M. Thévenin, Secrétaire Général de l’Association de la Seine. »

233« Un prochain entretien devant avoir lieu, la Fédération invite les prisonniers rapatriés à éviter des manifestations isolées et stériles... »

234Le n° 2 du P.G. (1.7.1945) rendit compte de l’entrevue de la même façon, lui prêtant apparemment peu d’importance. La note ne parut qu’en dernière page, tenant la troisième place dans la rubrique « Informations . ». Elle apprenait aux lecteurs que : « Le Général de Gaulle a reçu le 5 juin (MM. Mitterrand, Cornuau et Thévenin), comme suite à la manifestation du 2 juin. L’Association de la Seine a proposé au Chef du Gouvernement de prendre en charge la distribution des effets aux rapatriés de ce département. Il semble que des résultats pratiques pourront être obtenus par la Fédération, après une nouvelle entrevue avec le Chef du Gouvernement Provisoire de la République. »

  • 163 Le P.G. n° 4, 1.8.1945.

235Le Comité Fédéral fut informé, lors de sa session des 7 et 8 juillet, par le Secrétaire Général de la Fédération du fait « qu’une délégation a été reçue, sans résultat, par le Général de Gaulle. Le Président du Gouvernement Provisoire ayant demandé que toute manifestation cesse avant de discuter avec la Fédération, le conseil en fut donné à toutes les A.D »163.

236On pourrait éventuellement prétendre que la presse P.G. et les dirigeants de la Fédération donnaient de l’entrevue la version qui leur était commode. Toutefois, la correspondance entre les dirigeants de la F.N.P.G. et la Présidence du Gouvernement Provisoire réfute un tel argument.

237Trois jours seulement après l’entrevue, J. Cornuau, Vice-Président de la F.N.P.G. et un des participants adressaient au Général la lettre suivante :

  • 164 Lettre de J. Cornuau, Vice-Président de la F.N.P.G., écrite au nom du Président de la Fédération (q (...)

« Au nom de la Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre, je tiens à vous remercier de l’audience que vous avez bien voulu accorder à la délégation qui vous a exprimé lundi dernier les doléances de l’ensemble des Rapatriés... »
« Conformément à l’engagement que nous avons pris au cours de cette audience, toutes les manifestations isolées et stériles des Prisonniers de Guerre rapatriés ont cessé dans la Seine grâce aux interventions de l’Association des Prisonniers de Guerre... »
« Je pense donc que rien ne s’opposera plus à ce que vous nous accordiez une nouvelle entrevue au cours de laquelle pourrait être examinée la solution à donner à certains problèmes urgents avec la participation de la Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre164. »

238La réponse ne se fit guère attendre. Quelques jours plus tard, le Président de la Fédération recevait une lettre, quelque peu arrogante, de la part de G. Palewski, Directeur du Cabinet du Général :

  • 165 Lettre de G. Palewski, Chef du Cabinet du Président du Gouvernement Provisoire de la République au (...)

239« Le Président du Gouvernement Provisoire n’a pas manqué de remarquer que les manifestations de Prisonniers ont cessé à la suite des recommandations qu’il vous avait faites. Il en a pris bonne note. Si cette situation continue, il se réserve de vous convoquer165. »

240La réaction de la Fédération démontre clairement qu’elle n’était guère disposée à se laisser traiter sans égard. Le Bureau National rédigea une réponse violente refusant d’admettre les termes du Chef du Cabinet, tout en récusant la tentative de « considérer les représentants élus d’une association groupant près d’un million d’adhérents comme des mineurs » selon le bon plaisir d’un fonctionnaire.

241Les dirigeants de la F.N.P.G. rappelèrent à G. Palewski « qu’au cours de l’entrevue que le Général de Gaulle (leur) avait accordée le (7 ?) juin, il (leur) avait promis, dès que le calme serait revenu dans les milieux prisonniers, qu’il (les) entendrait à nouveau pour examiner les mesures à prendre pour donner satisfaction à (leurs) justes demandes ».

  • 166 Esquisse de lettre à M. le Directeur du Cabinet du Président approuvée par le Bureau. 20.6.1945, et (...)

242La Fédération insistait sur le fait qu’elle avait tenu ses promesses « au prix d’interventions nombreuses, délicates et difficiles... dans l’espoir que cette preuve de notre esprit de discipline et de loyauté contribuerait à créer un climat de meilleure compréhension et de plus grande confiance qui nous permettrait d’obtenir satisfaction ». Le « Bureau » mettait Palewski en garde devant les réactions possibles des rapatriés dans le cas d’une « large diffusion » de son « interprétation abusive des intentions du Général de Gaulle » dans la presse, exigeant de « connaître la décision personnelle du Chef du Gouvernement »166.

243Les sources contemporaines sont donc parfaitement cohérentes, permettant de reconstituer fidèlement l’entrevue du 5 juin :

  • 167 Dossier, op. cit., Vol. II, J. Cornuau, pp. 32-33.
  • 168 Ibid.
  • 169 Allocution inaugurale de J. Bertin, Président de la F.N.P.G. au 1er Congrès de la Fédération. C.R. (...)

244Le Général adopte, dès le début de l’audience, une attitude « courroucée et arrogante » et l’entretien se déroule dans une atmosphère « très tendue »167. de Gaulle reproche aux délégués le comportement de leur association envers H. Frenay, s’en prenant personnellement à F. Mitterrand et à ses articles, publiés dans le journal du M.N.P.G.D., Libres. Prétendant que les manifestations des rapatriés orchestrées par la Fédération nuisent au redressement du pays, le Chef du Gouvernement exige de ses interlocuteurs de désavouer les manifestants ou de démissionner168. N’ayant pu obtenir satisfaction sur ce point, il refuse de s’entretenir avec eux des problèmes des rapatriés. Toutefois, il promet de « recevoir les représentants de la Fédération lorsque cesseront des manifestations devant lesquelles il ne pouvait pas céder »169.

  • 170 Lettres du Président de la F.N.P.G. à M. le Président du Gouvernement Provisoire de la République. (...)

245Fidèle à sa politique de coopération, soucieuse de son image et désirant s’attirer la bonne volonté du Chef du Gouvernement, alors au sommet de son prestige, la Fédération s’employa à faire cesser les manifestations, demandant aussitôt l’audience promise. Hélas ! le Général ne tint pas sa parole, ignorant toutes les demandes qui lui furent adressées sur ce point170.

246Au-delà d’une entrevue au contenu déformé et à l’importance exagérée, pour des raisons politiques ultérieures, l’épisode caractérise le mépris et la condescendance que le Général et son entourage vouaient aux prisonniers.

  • 171 Dossier, op. cit., Vol. II, M. Pinot, partie rédigée par J. Védrine, p. 87.

247De Gaulle vivait probablement mal le fait d’avoir été captif pendant la Première Guerre mondiale. Le rappel de ce fait par J. Cornuau pendant l’entretien « déchaîna sa fureur ». De plus, le Général voyait dans la captivité « un état anormal, presque honteux, comme si, dans un combat normal les P.G. s’étaient rendus au lieu de combattre. Il ne voulait pas admettre que la très grande majorité des P.G. n’avait pas été en mesure de combattre, du fait de l’incapacité morale et technique des états-majors ». Le Chef de la France Libre suspectait d’ailleurs le patriotisme des prisonniers et avait tendance à considérer leurs camps comme autant de « petits Vichy méprisables »171.

248La méfiance de de Gaulle envers les organisations de P.G. s’était déjà manifestée lors de son entrevue avec Mitterrand à Alger. La libération, le rapatriement et toutes les manifestations de foi qui lui furent adressées par les P.G. n’avaient pu la dissiper.

  • 172 Lettre de J. Bertin, Président de la F.N.P.G. à Charles de Gaulle, Président du Gouvernement Provis (...)

249Cette approche devait inévitablement marquer l’image des P.G. et légitimer le dédain que leur opposaient certains groupes et, en particulier, les Anciens Combattants. On ne peut donc s’étonner du fait que les prisonniers dans leur ensemble ont été « très touchés par cette ignorance dans laquelle ils (ont été) tenus par le Gouvernement et son Chef »172. Ils rendirent à de Gaulle la pareille. Les sentiments de la grande majorité des P.G. envers le Général furent pour le moins ambivalents et le Chef de la France Libre fut longtemps peu populaire dans leurs milieux.

Notes

1 Roger Ikor : Ciel Ouvert, Paris, Albin Michel, 1959, p. 9.

2 François Mitterrand : Leçons des Choses de la Captivité, Paris, Les Grandes Editions Françaises, 1945, pp. 5-7. Voir aussi le passage consacré à ce sujet dans : R. Ikor : Pour une Fois, Ecoute Mon Enfant, op. cit., pp. 133-135.

3 Ikor : Ibid., p. 136.

4 Durant : La Captivité, op. cit., pp. 237-253, 449-453.

5 Mitterrand : Leçons des Choses de la Captivité, op. cit., pp. 24-27.

6 Louis Mercier : De l’Oder à la Seine en Passant par la Volga, Le Neubourg, F. André Editeur, 1982, p. 278.

7 Le P.G., n° 6, circulaire n° 24 ; Extrait du Bulletin de l’A.D. de l’Ain dans le P.G., n° 7 ; Radar 12-45.

8 Dossier, op. cit., Vol. I. Postface, pp. 5-7.

9 Rapport sur l’Orientation. Le P.G. n° 12.

10 Résolution du Comité Fédéral sur l’Orientation de la Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre. Circulaire n° 23 Direction Générale. In : Le P.G. n° 6.

11 M. Bastard. Secrétaire Général de l’A.D. du Calvados dans Unir. N° 1, 3-1946.

12 G. Lepeltier. Président de la même A.D. Ibid. Voir aussi l’article de A. Colin. Le P.G. n° 11, 15-11-45.

13 Allocution de L. Devaux. Président de la F.N.P.G. Le P.G. n° 1, 6-1945 ; Voir aussi : Le P.G. n° 7 et Le Sanglier Libre, n° 9, 6-1946. Il est surprenant d’entendre H. Frenay tenant le même discours aux congressistes de la F.N.P.G. : Allocution du Ministère des P.D.R. à l’Hôtel de Ville ; 7-4-1945. Compte Rendu – Congrès Constitutif, op. cit.

14 Libres, 29-4-1945.

15 Allocution de F. Mitterrand, Vice-Président de la F.N.P.G. à la manifestation de l’A.D. de Meurthe-et-Moselle. 17-2-1946. Le P.G. n° 18.

16 Ibid.

17 Rapport d’Activités Générales, Le P.G. n° 6 ; Article de A.J. Dupuy repris par le P.G. n° 11 ; Article de E. Moussât repris par le P.G. n° 12 et 23 ; « Croix de Bois » Le P.G. n° 18-19, 1-1-1947.

18 Le P.G. n° 10, Article repris du Tigre.

19 Allocution du Président de la F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Séance de clôture du Congrès de Toulon. Le P.G. 12-1975.

20 Le P.G. de l’Aisne 10-1945.

21 Le P.G. du Laonnais, 9-1945. Voir aussi l’interview accordée par F. Darchicourt au P.G. lors du IIe Congrès de la F.N.P.G. (Clermont-Ferrand). Le P.G. n° spécial 17-11-46.

22 G. Lepeltier. Unir (Calvados) 3-1946, voir aussi Le P.G. n° 6 et 12.

23 Discours Inaugural de J. Berlin. Président de la F.N.P.G.C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit. 15-11-1945. Voir aussi les propositions de la Commission de l’Organisation. Le P.G. n” 35-36. 8-1947.

24 Intervention de M. Gauthier. C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit., 18-11-1948.

25 Y. Durand, La Captivité, op. cit., pp. 403-410.

26 Voir F. Boudot, op. cit., p. 717.

27 René Dufour : Captivité et Evasion au Pays de Sudètes, Lons-le-Saunier, Marque Maillard, 1983, p. 159. René Huot : K G., Virton, Edition Michel Frères, 1982, p. 172.

28 Paris Presse – 28.7.1945 rend compte de cet état de choses : « ... beaucoup de femmes sont restées en Allemagne et les P.G. essaient de les faire venir. Malgré les barrages, certaines de ces étrangères arrivent jusqu’en France où elles sont détenues dans des camps spécialisés en attendant la fin des enquêtes très strictes de la Sécurité Militaire ».
Unis, le bulletin de l’A.D. de la Seine-Maritime nous relate le 15.1.1946 la cérémonie du mariage d’un ancien P.G. avec une Allemande ramenée de « là-bas ». Le maire, ancien résistant, déporté, revêtit son costume rayé de bagnard, ceint de son écharpe tricolore pour célébrer ce mariage qu’il réprouvait. Le Dossier du Service de Documentation de la fédération contient plus d’une douzaine de lettres de P.G. désirant rentrer en Allemagne retrouver les femmes laissées là-bas ou essayant de faire venir leurs « compagnes de captivité » en France. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. – Dossier « Service de Documentation ». 1945.

29 Interview de M. Briant, 10.2.1981.

30 Le P.G. n“7 et 11.

31 Le P.G. n° 8, 9, 11, 12.
Lettre de]. Bertin, Président de la F.N.P.G. au Ministre de l’intérieur du 27.11.1945. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Dossier Correspondance avec les Ministères.
Il est toutefois vrai que la Fédération s’insurgea plus tard contre le régime, trop doux selon elle, auquel étaient soumis certains P.G. allemands. Voir : Lettre de Ph. Amaré, Secrétaire Général de la F.N.P.G. au Ministre du Ravitaillement du 11.1.1946 et la lettre du Ministre de l’intérieur au Secrétaire Général de la F.N.P.G. du 21.4.1949. Ibid. Voir aussi le P.G. n° 22 ainsi que son numéro spécial du 15 et 17.11.1946.

32 Durand : La Captivité, op. cit., pp. 420-421.

33 J. Védrine. Rapport d’Activités Générales présenté le 15.11.1945 au 1" Congrès de la F.N.P.G.C.R. 1er Congrès F.N.P.G.

34 Voir p. 55-56 de ce travail ainsi que François Mitterrand : Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, Paris, Editions du Rond-Point, 1945, p. 30. Insistons ici sur le fait que le Commissaire Général était saisi à ce moment d’un texte lui indiquant qu’il devait supprimer toutes les organisations créées entre 1940 et 1945. C.R. Congrès Constitutif, 7.4.1945.

35 Dossier, op. cit., Vol. I, Chap. 11, pp. 9-10.
A ce sujet voir : Comité National des Centres d’Entraide. Note Générale d’information n° 1. Objet : Réorganisation des C.E.A. (non daté). Cette note invitait les centres à réorganiser leur action à la suite de la Libération, procédant à l’épuration de leurs comités et à l’élection des comités directeurs de l’organisation. Archives personnelles. J. Védrine.

36 Ibid. Chap. 23.

37 Les déménagements successifs du Siège Central de la F.N.P.G. provoquèrent, semble-t-il, la destruction ou la perte d’une grande partie des documents de l’époque de sa création. Malgré les recherches entreprises par la Fédération, on ne put retrouver le compte rendu de ce congrès. Nous ne disposons que de la transcription des impressions qui y furent recueillies et notées par l’un des participants, L. Moreau, en ce temps responsable du M.N.P.G.D. du Loiret ; d’un paragraphe consacré à cet événement par F. Mitterrand dans son livre Les Prisonniers devant la politique, op. cit., p. 31 et d’une brève note du quotidien Libres du 10.10.1944.

38 Les autres modes d’organisation envisagés furent : la fusion des P.G. et des déportés au sein d’un seul mouvement (proposée par P. Bugeaud) et un système complexe de Fédérations Départementales regroupant les Associations départementales de trois catégories, coiffées à l’échelon national par une Confédération.
Mitterrand, Les Prisonniers devant la Politique, op. cit., p. 31 et L. Moreau. Impressions personnelles de la Conférence Nationale du M.N.P.G.D. rédigées par l’auteur dès son retour à Orléans 10.1944.

39 Voir page 53-54 de ce livre.

40 Libres, 8.11.1944.
Le compte rendu du Congrès National des C.E.A. ne peut être retrouvé dans les archives de la F.N.C.P.G.-C.A.T.M. et il est probable qu’il ait eu un sort semblable à celui du compte rendu de la Conférence Nationale du M.N.P.G.D.

41 Mitterrand. Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, op. cit., p. 33.

42 Ibid., p. 32.

43 Ibid., p. 33.
François Bertin, responsable régional du M.N.P.G.D. à Nancy prit à la libération de la ville possession du siège de la Maison du Prisonnier. 24 heures plus tard, un commando de militants communistes, venus du nord du département, essaya de s’emparer du siège sous la menace d’armes. Ces hommes se réclamant du M.N.P.G.D. n’étaient guère connus de Bertin. Se trouvant confrontés avec lui et prenant connaissance de son titre et de ses responsabilités, les nouveaux venus quittèrent les lieux. Interview de F. Bertin, 30.11.1983.
A ce sujet, voir aussi les propos de M. Vaurel, délégué de la Haute-Garonne au Congrès Constitutif de la F.N.P.G.C.R. Congrès Constitutif, op. cit., Séance du 6.4.1945.

44 Le Tigre, hebdomadaire du M.N.P.G.D. de la région de Montpellier, 10.7.1945.

45 Mitterrand, Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, op. cit., p. 34.

46 Libres, 8.11.1944.

47 J. Védrine. Rapport d’Activités de la Commission Bipartite de Fusion présenté au Congrès Constitutif de la F.N.P.G.C.R. Congrès Constitutif. Op. cit. Séance du 5.4.1945. Soulignons ici que le Ministère d’Henri Frenay encouragea les organisations à réaliser l’unité du monde P.G. Frenay assista en personne à la réunion inaugurale du Congrès National des C.E.A. à la tribune duquel il plaida en faveur de l’unité P.G. Libres, 8.11.1944.

48 Les réunions de la Commission de Fusion eurent lieu le 7.11.1944 ; 7-8-12 ; 10.1.1945 ; 22.1 ; 27-28.1 ; 9-10.3.1945. Jean Védrine. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945.

49 C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 6.4.1945.

50 M. Potié. Ibid. Séance du 8.4.1945.

51 Ibid. Séances des 6 et 7.4.1945.

52 Circulaire aux responsables régionaux et départementaux du M.N.P.G.D. non datée. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Dossier « Comité National de Coordination-M.N.P.G.D.

53 C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit. Séance du 15.11.1945.

54 Ph. Amaré. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945.

55 La minorité ne manqua toutefois pas d’en faire le reproche aux organisateurs : « Et un beau jour récent on réunit précipitamment à Paris un Congrès Constitutif de la Fédération Nationale des Prisonniers de Guerre. Cela se fit avec une hâte qui fit croire à certains d’entre nous que les anciens rapatriés voulaient décider de l’avenir de nouveaux. Cela se fit avec une impudeur dont je m’étonne qu’elle n’ait pas été dénoncée publiquement...
Mais le but de ce congrès... était atteint. La majorité des « délégués » des Centres d’Entraide donnait un statut à deux millions de K.G. qui ne les avaient pas élus pour cela, ou ne les avaient pas élus du tout ». Le Tigre, 10.6.1945.

56 En effet, le premier Président de la F.N.P.G., L. Devaux, son premier Secrétaire Général, J. Védrine, le Président de l’A.D. de la Seine, J. Cornuau et d’autres abandonnèrent leurs responsabilités à la F.N.P.G. dès l’automne.

57 C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945.

58 Voir l’intervention de Desbœuf et d’autres orateurs.
Ibid.

59 Ibid. Séance du 7.4.1945. Il s’agit des A.D. de la Seine-et-Oise, de la Nièvre, du Vaucluse et de la Corrèze. L’A.D. des Vosges aussi émit des réserves.

60 Les appels à la création d’une commission spécialisée furent lancés à plusieurs reprises au cours des débats. Le Congrès en tint compte, nommant une Commission de l’Agriculture.

61 Pour la constitution des Secrétariats de Camps, voir p. 27 de cette thèse ainsi que l’allocution de M. Saumade, Président de l’U.N.A.C. au Congrès. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 7.4.1945.

62 Voir les avis exprimés par la quasi totalité des participants à ce débat. Ibid.

63 Voir la description du comportement des cadres des Secrétariats lors des combats pour la libération de Paris et leur attitude envers le M.N.P.G.D. in : F. Mitterrand. Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, op. cit., p. 31. Le Vice-Président de la F.N.P.G. (à l’époque de cette publication) décrivit les responsables de cette organisation comme « Notables ayant quelques raisons de regretter le régime déchu ».

64 Les A.D. ne surent préciser le nombre exact de leurs adhérents. L’attribution de mandats fut souple. Par exemple : la Tunisie, l’Algérie et le Maroc eurent des représentants, alors que ces territoires ne possédaient pas encore d’A.D. 235 députés reçurent 250 mandats, etc. Voir Ph. Amaré. C.R. Congrès Constitutif. Séance du 5.4.1945.

65 Interview de Ph. Dechartre, 24.11.1981.

66 Dossier, op. cit., Vol. II, M. Pinot, p. 120.

67 Voir p. 32 de ce livre.

68 Libres, 8.11.1944.

69 Au sujet de ce débat, voir : J. Védrine dans le P.G. n° 6 et P. Bugeaud, A. Colin et Tinguy du Poët dans le P.G. n° 12. Au 1" Congrès, Dessore, repoussant la thèse de Thévenin qui exigeait de renforcer le secrétariat de la Fédération déclara : « Il faudrait que ces camarades appartiennent à la région parisienne. Ceci voudrait dire remettre la direction de la Fédération à la région parisienne – chose que la province ne peut admettre ». C.R. 1er Congrès F.N.P.G. Séance du 17.11.1945. L’A.D. de la Seine étant aux mains de militants du P. C., cet aspect avait évidemment une dimension politique.

70 F.N.P.G. : Modèles de Statuts pour les Associations Départementales de Prisonniers de Guerre, Paris : F.N.P.G. éditeur, non daté, p. 8. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M.
Il ne s’agit probablement pas du premier modèle de statuts rédigé par la Commission de Fusion mais d’une version amendée, publiée au courant de 1945, entre les deux congrès (avril-novembre) ou après la clôture du 1“Congrès de la F.N.P.G.

71 Ibid., p. 9.

72 Ibid., pp. 5-7.

73 Description de l’organisation fédérale d’après le Statut de la F.N.C.P.G. du 30.6.1945. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M.

74 La F.N.C.P.G. fut déclarée « Association d’Utilité Publique » par le décret du 1.4.1948. Toutefois, la Préfecture de la Seine s’aperçut quelques années plus tard que ces statuts n’étaient pas conformes à la législation, ce qui provoqua leur amendement en 1954.

75 Statuts de la F.N.C.P.G. du 30.6.1954. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Les modalités d’attribution de représentants aux A.D. et la constitution du Comité étaient appliquées de fait dès 1945.

76 Le P.G. nos 6 et 12.

77 Le P.G. n° 12.

78 Le Comité National blâme notamment les A.D. de la Loire Inférieure, des Hautes-Alpes, des Hautes-Pyrénées et de la Seine pour avoir engagé des actions politiques.
Le P.G. n° 23, 5.1946.
Un blâme fut infligé entre autres aux A.D. des Ardennes et de la Gironde qui avaient adressé une lettre de protestation aux autres A.D. Le P.G. n° 30-31, 1.6.1947.

79 F. Mitterrand, Les Prisonniers de Guerre devant la Politique, op. cit., p. 40.

80 F.N.P.G. : Compte Rendu et Décisions du 2e Congrès National, 14-17.11.1946 (Clermont-Ferrand). Paris, Société Nationale des Entreprises de Pressen ; non daté. Chapitre : « Commission de l’Organisation ».

81 J. Perrin. Rapport d’Activités, 18.11.1946-31.12.1947 présenté au 3e Congrès National de la F.N.C.P.G. (Nancy), Paris ; Société Nationale des Entreprises de Presse, non daté. Chapitre IL « Organisation ».

82 Ibid. Voir aussi le Compte Rendu et Décisions du 2e Congrès National, op. cit.

83 Ibid. Ainsi que J. Perrin, Rapport d’Activités 4.4.1948-15.1.1949. Présenté au 4e Congrès National F.N.C.P.G. (Saint-Malo), Paris ; Société des Entreprises de Presse, non daté, et Louis Beaudoin : « Rapport d’Activités 1.4.1951-1.2.1952 ». Présenté au 6e Congrès F.N.C.P.G. (Lille). Le P.G. n° 115, 30.1.1951. Supplément spécial.

84 Dans plusieurs journaux de l’époque on retrouve des images de P.G. rentrant de leurs camps, affichant ce slogan : « Tendez-leur des mains fraternelles pour que leur retour à la France soit pour la France le retour à la vie ».

85 Voir : Durand. La Captivité, op. cit., pp. 514-516 ; Le Débat sur l’accueil C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945 et J. Védrine : Rapport d’Activités Générales présenté au 1" Congrès National, op. cit., p. 3.

86 Pour le Centre d’Accueil de Paris, voir p. 63 de ce livre. Les échos du débat au sujet du centre de Dijon se firent entendre lors du débat sur l’accueil C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945. Quant aux appels des autorités au dépannage de la part des A.D., voir Durand, La Captivité, op. cit., p. 514 et L. Moreau, Impressions personnelles de la Conférence du M.N.P.G.D., 10.1944, op. cit.

87 Unis, Bulletin de la Seine Inférieure, 15.1.1945.

88 Ces permanences étaient réparties comme suit : A. Café l’Hirondelle, 322 rue Saint-Honoré. Mardi 20-22 h. B. Café Le Royal, 1 place du Théâtre-Français. Mardi 2030-22 h. C. Bar de la Banque, 46 rue Croix-des-Petits-Champs, Mercredi 1830-1930 h. D. Café des deux Boules, angle de la rue des Deux-Boules et rue des Lavandrières. Lundi 2030-22 h. E. Café Paris-Halles, 43 bd de Sébastopol. Le Retour. Bulletin de la S.L. du 1" Arrondissement de Paris 5.1946.

89 Le gros de l’aide financière était destiné partout aux secours en espèces et aux dépannages.
L’A.D. de la Seine Inférieure dépensa 1 749 800 Francs pour fonds sociaux du 1.1.1946 au 31.8.1946. Cette somme fut répartie comme suit :
Secours en espèces et dépannages 1 327 600 Frs
Habillement 20 000
Prêts 6 000 Secours Matériels (autres) : 64 000
Bourses scolaires 20 000
Placements familiaux et colonies de vacances 139 500 Remboursement de frais médico-sociaux : 113 200
Hôpitaux Sanas : 40 700
Divers 18 800

Unis, 15.10.1946

90 Ibid. Tableau constitué à partir des données publiées de novembre 1945 à mai 1946.

91 Registre des Décisions du Comité Fédéral. Session du 2 et 3 mars 1946. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Le Sanglier, n° 5, 12.1945, n° 7, 3.1946. Le Retour, 10.1946.

92 Le Retour, 12.1946.
Il n’est guère précisé où la S.L. s’était procuré ces denrées.

93 Pour les problèmes de ravitaillement, voir : I. Boussard, « Etat de l’Agriculture Française au lendemain de l’Occupation (1944-1948) ». Revue d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n° 116, 1979, pp. 69-75.
S.P. Kramer, « La crise économique de la Libération », Revue d’Histoire de la Deuxième Guerre mondiale, n° 111, 1978, pp. 25-30. Le P.G. n° 9, 27, 28/Unis, 15.3.1946.

94 Au sujet des luttes de la F.N.P.G. pour l’habillement de ses ressortissants, voir p. 129 de ce livre.

95 Le Retour, 11.1945, 5, 6, 8.1946.
Le Sanglier, 7.1946.
Unir, 3.1946.
Le Mirador, 1.1946.

96 Le P.G. n° 1. La Commission fut créée à l’issue du Congrès Constitutif.

97 Le P.G. n” 11, n° 7, n° 26 et lettre de G. Lepeltier, Président de la F.N.P.G. au Ministre de la Reconstruction (non datée-1947). Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Dossier Correspondance avec le Ministère de la Reconstruction.

98 Le P.G. n° 6, 12.
Unir, 3, 4.1946.
Le Sanglier Libre, 12.1945.
Lettre de Ph. Amaré, Secrétaire Général de la F.N.P.G. au Ministre de la Production Inudstrielle, 13.11.1946. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Dossier correspondance avec les Ministères.

99 Lettre de Ph. Amaré au Directeur du Service des Boissons – Ministère de l’Approvisionnement, appuyant une demande de M. Berge, Président de l’A.D. des Pyrénées-Orientales (non daté). Ibid.
Lettre de J. Perrin. Secrétaire Général de la F.N.C.P.G. au Directeur du cabinet du Ministre de la Reconstruction 18.11.1949 et réponse du 23.11.1949. Ibid.

100 Interview de M. Roux, 29.11.1983.

101 Lettre de H. Frenay, Ministre des Prisonniers de Guerre, Déportés et Réfugiés à M. le Ministre des Finances. 24.1.1945. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M.

102 Libres, 22 juin 1945.

103 Frenay, La Nuit Finira, op. cit., p. 385.

104 Ibid., pp. 19-24.

105 Ibid., pp. 27-28.

106 Ibid., p. 387. L’article de Frenay dans Combat reproduit pp. 402-403 et son article « Sectarisme ou rassemblement national », pp. 421-422.

107 Ibid., p. 400 et Interview de H. Frenay le 6.12.1983.

108 C.R. Congrès Constitutif, op. cit., Réception Solennelle des Congressistes à l’Hôtel-de-Ville, 7.4.1945.

109 Ibid.

110 Frenay, La Nuit finira, op. cit., pp. 399, 453 et Dossier, op. cit., Vol. II, J. Védrine, p. 44.

111 Moulin, Mitterrand Intime, op. cit., p. 69.
Libres, 8.11.1944 ; Dossier, op. cit., Vol. IL
J. Mazot, P. Merli, etc.

112 Bilan d’un Effort, op. cit., p. 35.

113 Lettre de H. Frenay, Ministre des P.D.R. au Ministre des Finances. 24.1.1945 et Lettre du Ministre des P.D.R. au Président de la F.N.P.G. 24.3.1945. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Dossier Correspondance avec le Ministre des P.D.R.

114 J.O.D.P. 1945, op. cit., pp. 651-675.

115 Mitterrand. Editorial de Libres, 8.6.1945.

116 Allocution de H. Frenay. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 7.4.1945.

117 Comparer les propos de Frenay à ce sujet au Congrès Constitutif C.R., op. cit. Séance du 6.4.1945 aux conclusions du Bilan d’un Effort, op. cit., pp. 122-124.

118 Discours de M. Otten. C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945 et Décisions du « Congrès Constitutif de l’A.D. de la Seine. » Libres, 20.3.1945.

119 Editorial de Libres, 8.6.1945.

120 Interviews dej. Benet, 19.3, 19.5.1982 ; J. Védrine, 21.5.1982.

121 Dossier, op. cit., Vol. II, J. Védrine, p. 69.

122 Extrait de Femmes Françaises commentant les manifestations de P.G. du 4.6.1945.
Archives Nationales. F9/3137.

123 Mercier, De l’Oder à la Seine, op. cit., p. 277.

124 Bilan d’un Effort, op. cit., p. 122.

125 C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 6.4.1945.

126 Bilan d’un Effort, op. cit., pp. 122-124 et compte rendu de la Séance Plénière du 27.10.1945. Archives Nationales. F9/3138.

127 Le Retour, 5.1946 ; Le P.G. de l’Aisne, 9.1946.

128 Dossier, op. cit., vol. IL J. Védrine, p. 74. Cette décision fut par la suite vivement critiquée par la presse ; Combat 5.6.1945 ; Le Figaro 4.6 ; Libre Soir 9.6 ; Epoque 7.6 ; Temps Présent 8.6.
F. Mitterrand, lui-même, exprima son mécontentement devant le caractère anti-Frenay qu’avaient pris les manifestations ; Libres 4.6.
J. Cornuau nous expliqua sa décision ; prétendant que Frenay, invité par l’A.D. à la manifestation, avait décliné l’invitation, ne changeant d’avis qu’au dernier moment devant l’ampleur du rassemblement. Hélas, à ce moment, l’ordre du jour était déjà établi. Cette version n’est guère confirmée par nos sources.

129 L’Humanité. 30.6.1945.

130 Lettre de A. Tixier, Ministre de l’intérieur au Général de Gaulle. 3.6.1945. Le Ministre s’y plaint des difficultés grandissantes dans le maintien de l’ordre. Une des causes en est la multiplication des manifestations de P.G. « généralement très violentes ». La police réagit mollement contre les P.G. rapatriés. In : Charles de Gaulle : Mémoires de Guerre. Vol. III, « Le Salut », Paris ; Plon, 1959, p. 579.

131 Lettre de J. Védrine, Secrétaire Général de la F.N.P.G. à H. Frenay ; 14.6.1945 ; Lettre de J. Védrine au Bureau des Fédérations – Ministère des P.D.R. 8.5.1945 ; Lettre de L. Amadieu au Bureau des Fédérations 15.9.1945. Archives F.N.P.G.-C.A.T.M. Dossier Correspondance avec le Ministère des P.D.R.

132 Lettre du Chef du Cabinet du Ministre des P.D.R. à J. Védrine, 20.6.1945. Ibid.

133 Lettre de A. Perrin au Président de la F.N.P.G. 21.8.1945. Ibid, et le P.G. n° 6.

134 Frenay, La Nuit Finira, op. cit., p. 412.
Interview de H. Frenay, 6.12.1983.

135 Ibid., pp. 501-504, 536.
L’Humanité voyait ainsi les choses. Ayant vivement critiqué l’intégrité de Frenay, le journal s’exclamait le 14.10.1945 : « Vraiment l’U.D.S.R. a un digne directeur spirituel ».

136 Fred Kupferman. Le Procès de Vichy. Bruxelles ; Editions Complexe, 1980, pp. 64-65.

137 L’Humanité, 29.3.1945. Le journal insinuera par la suite la responsabilité du cordon frontalier de Frenay dans le relancement du retour, 19.6.1945.

138 La publication de l’enquête fut poursuivie le 25, 31-5 et le 1, 2, 3, 6.6.1945, dépassant le cadre P.G.

139 Le Figaro, 26.5.1945.

140 L’Humanité, 22.4 et 18.5.1945.
Voir aussi la discussion entre P. Bugeaud et H. Frenay in : C.R. Congrès Constitutif, op. cit. Séance du 5.4.1945.

141 La correspondance entre le Cabinet du Ministre et les différents services de son administration reflète souvent les préoccupations d’une administration et d’un homme constamment attaqués. Archives Nationales. F9/3137 ; F9/3168. Parmi les journaux d’obédience communiste qui participèrent à cette campagne se trouvaient Les Femmes Françaises, L’Espoir, Rouge Midi, Liberté des Charentes, Travailleur Alpin, La Voix du Midi, etc.

142 Frenay, La Nuit Finira, op. cit., p. 512.
Le P.G. n° 17. Réunion des adhérents des A.D. de la Seine et de la Seine-et-Oise au « Vél. d’Hiv. ».

143 Frenay. La Nuit Finira, op. cit., p. 519.
L’Humanité, 18.5.1945.

144 Ibid., 4.9.1945.

145 Le Monde n’en dit mot. Le Figaro en parle laconiquement deux fois au courant de septembre en deuxième page. Libres y consacre évidemment plus de place. Mais, lisant ses articles, on ne comprend pas très bien en quoi le Ministère y était impliqué (10, 12 et 15.9.1945).

146 L’Humanité, 14.9.1945.
Le journal publia des articles contre Frenay les 4, 10, 12, 14, 15, 16, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 29 septembre et les 6, 13, 18 et 21 octobre 1945.
Pour une description de cette campagne par l’homme qui en fut la cible, voir : Henri Frenay, Méthodes d’un Parti, Paris ; Les Editions Universelles, non daté (probablement fin 1945), pp. 2-9.

147 L’Humanité, 14.9.1945.

148 Ibid., 4.9.1945.

149 Le P.G. n° 9 et 12.
Lettre de la F.N.P.G. à Gaston Palewski, Directeur du Cabinet du Chef du Gouvernement (non daté). Archives F.N.P.G.-C.A.T.M. Dossier : Correspondance avec la Présidence du Conseil.

150 Allocution de R. Paumier. C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit. Séance du 15.11.1945.

151 Lors de la visite de Frenay à Clermont-Ferrand, on l’empêcha d’y prendre la parole devant les P.G. Propos de Harris. Ibid. Interview de H. Frenay, 6.12.1983. C’était d’ailleurs la stratégie du P. C. Toute tentative de défense de Frenay était qualifiée de « manœuvre anticommuniste ». Curieusement, on s’émouvait de ses contre-attaques :
« Les rapatriés... en ont assez d’entendre défendre la gestion de faillite de leur Ministre et insulter bassement le premier journal de France éprouvé dans la lutte pour l’indépendance et la renaissance nationale ». L’Humanité. 23.9.1945.

152 C.R. 1er Congrès Séance du 17.11.1945.
Compte rendu d’un délégué décrivant la position de Frenay devant le Congrès : Le Sanglier 12.1945.

153 Interview de H. Frenay, 6.12.1983.

154 Discours de bienvenue de M. Dutreil, Délégué Régional de la F.N.P.G. Bordeaux. 31.3.1946. In : Le P.G. n° 22.

155 Le Ministre quittant ses fonctions remercia la Fédération pour le concours qu’elle lui avait apporté dans sa tâche, lui permettant de « développer une action profitable aux ressortissants, au Ministère et au Ministre ». Lettre de L. Casanova au Président de la F.N.P.G. 17.12.1946. In : Le P.G. n° 18-19.

156 Mitterrand, Les Prisonniers devant la Politique, op. cit., p. 40.

157 Charles de Gaulle, Mémoires de Guerre. Vol. III, op. cit.

158 Michel Droit, Les Clartés du Jour, Paris, Plon, 1978. Passage cité dans Le Figaro Magazine, 21.10.1978.

159 Lettre de J. Cornuau au Directeur du Figaro Magazine. Publiée en entier dans le P.G. 12-1978 et dans une version abrégée dans le Figaro Magazine, 27.1.1979.

160 Frenay l’écrivit à M. Droit dans une lettre et l’autorisa à en faire état. Réponse de M. Droit à J. Cornuau. Le Figaro Magazine, 27.1.1979.
Pour la version du Général Boissieu, voir Le Crapouillot, Nouvelle Série, n° 76, 6.7.1984.

161 De Gaulle, op. cit.

162 Le Figaro Magazine, op. cit.

163 Le P.G. n° 4, 1.8.1945.

164 Lettre de J. Cornuau, Vice-Président de la F.N.P.G., écrite au nom du Président de la Fédération (qui se trouvait à ce moment-là en voyage aux Etats-Unis) à M. le Général de Gaulle, Président du Gouvernement Provisoire de la République. 8.6.1945. Archives F.N.C.P.G.– C.A.T.M. Dossier Correspondance avec la Présidence du Conseil.

165 Lettre de G. Palewski, Chef du Cabinet du Président du Gouvernement Provisoire de la République au Président de la F.N.P.G. 16.6.1945. Ibid.

166 Esquisse de lettre à M. le Directeur du Cabinet du Président approuvée par le Bureau. 20.6.1945, et son texte définitif du 22.6.1945 signé par J. Cornuau, Vice-Président de la F.N.P.G. Ibid.

167 Dossier, op. cit., Vol. II, J. Cornuau, pp. 32-33.

168 Ibid.

169 Allocution inaugurale de J. Bertin, Président de la F.N.P.G. au 1er Congrès de la Fédération. C.R. 1er Congrès F.N.P.G., op. cit., séance du 15.11.1945.

170 Lettres du Président de la F.N.P.G. à M. le Président du Gouvernement Provisoire de la République. 17.10.1945 et 11.1.1946.
Lettre du Secrétaire Général de la F.N.P.G. au Président du Gouvernement Provisoire de la République. 12.12.1945. Lettre du Président de la F.N.P.G. au Président du Conseil 31.1.1946.
Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. – Dossier Correspondance avec la Présidence du Conseil.

171 Dossier, op. cit., Vol. II, M. Pinot, partie rédigée par J. Védrine, p. 87.

172 Lettre de J. Bertin, Président de la F.N.P.G. à Charles de Gaulle, Président du Gouvernement Provisoire 11.1.1946. Archives F.N.C.P.G.-C.A.T.M. Dossier Correspondance avec la Présidence du Conseil.

Table des illustrations

Titre AIDES PRODIGUEES PAR LA S. L. DU 1er ARRONDISSEMENT DE PARIS90
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/70509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search