Version classiqueVersion mobile

Le plan Monnet

 | 
Philippe Mioche

Annexes

Texte intégral

Liste des annexes

11. Lettre de Jean Monnet à Pierre Mendès France, le 12 février 1944, 3 pages. (Archives Économiques et Financières, F 30 2114 (classement provisoire) chemise 3).

22. Notes prises au cours d’un entretien avec le Président Pierre Mendès France, 3 pages, le 30 octobre 1981. Ces notes sans enregistrement sont publiées sous mon entière responsabilité (P. Mioche). Voir en document complémentaire la lettre de P. Mendès France en date du 18 février 1982.

33. L’inflation et la politique fiscale, rapport n° 10 de Robert Nathan à Jean Monnet le 17 août 1946,4 pages. (AMF 5/3/19).

44. Notes de Billoux sur l’accord franco-américain, s.d. (probablement été 1946) 6 pages. (Archives de François Billoux, boîe 2, dossier C, classement provisoire).

Annexe I

512 février 1944

6Monsieur Mendès-France

7Commissaire aux Finances,

8Comité Français de la Libération Nationale,

9Alger.

10Mon cher Mendès-France,

11Ainsi que je vous l’ai télégraphié, une série de réunions de caractère officieux s’est tenue depuis plusieurs semaines à la Trésorerie avec la participation des experts monétaires américains, anglais, belges, hollandais et français, auxquels se sont joints récemment les Norvégiens. Ces entretiens avaient été organisés, sur l’initiative de M. Gutt, Ministre des Finances de Belgique, par M. Harry White, sous-Secrétaire d’État à la Trésorerie. Ils ont été consacrés à la discussion des méthodes à employer et des principaux facteurs économiques à retenir pour déterminer les bases des taux de change dans les pays libérés de l’Europe de l’Ouest. J’y ai moi-même assisté accompagné d’Alphand et d’Istel.

12Deux idées ont immédiatement réuni l’unanimité des experts présents :

13Tout d’abord, bien que la responsabilité de fixer le taux de change dans les territoires métropolitains appartienne aux Gouvernements intéressés et au Comité de la Libération – ainsi que le reconnaissent les États-Unis et la Grande-Bretagne –, du moins est-il nécessaire de prendre, dans la mesure du possible, des décisions concertées. Si, en effet, des méthodes absolument divergentes étaient adoptées par la France, la Belgique et la Hollande, pour fixer leur taux de change, il est évident que chacun de ces pays, à des degrés divers, devrait en subir les inconvénients, étant donné l’importance de leurs échanges économiques et financiers.

14En second lieu, chacun a reconnu que deux écueils devaient être évités : d’une part il convient de ne pas fixer le taux de nos monnaies a un niveau tel qu’il imposerait une certaine déflation ou ne laisserait pas une marge suffisante à une hausse nécessaire des salaires ; d’autre part, il faut éviter une dévaluation trop profonde de nos monnaies qui aurait pour conséquence la ruine d’une partie importante de la population et probablement entraînerait, comme ce fut le cas en Allemagne après la dernière guerre, une série de dépréciations successives jusqu’à la catastrophe finale. Dans les deux cas, les répercussions sociales seraient évidemment redoutables.

15Ni déflation excessive, ni théorie catastrophique de la monnaie, telle fut, dès le début, notre conclusion commune. Mais entre ces deux extrêmes, quelle base de calcul retenir pour nous permettre de nous former une opinion raisonnable ?

16Sur notre proposition, il a été convenu que notre étude comprendrait trois stades :

171 – Nous avons d’abord cherché à comparer les variations des principaux éléments économiques et financiers aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, en Belgique et en Hollande. La Trésorerie Américaine a remis un ensemble de documents (Annexe A) principalement composés d’éléments préparés par les experts français (Annexe B). Ils ont été vérifiés avec le plus grand soin et offriront un grand intérêt puisqu’ils peuvent être considérés comme présentés par la Trésorerie Américaine. Ils portent notamment sur la circulation monétaire, les dépôts bancaires, la dette publique, les recettes du budget, le poids de la dette et les indices des prix et salaires. Il va de soi, toutefois, que le calcul des indices des prix dans les pays occupés, peut toujours laisser place à un certain arbitraire. Nous avons indiqué en détail comment il a été procédé à ce calcul.

182 – Nous avons essayé ensuite de déterminer l’influence que pourrait avoir la fixation du taux de change sur ces facteurs économiques et financiers calculés comme je viens de le dire. Trois rapports ont été remis à cet égard par les Belges, les Hollandais et nous-mêmes (Annexe C, D, E). Nous avons en ce qui concerne la France, choisi a titre d’exemple les hypothèses de la fixation du dollar à 50, 52,50 et 75 francs, ce qui correspond à des taux de 200, 250 et 300 francs pour la livre. En partant de ces hypothèses, nous avons cherché à voir ce que deviendraient les prix de gros, le coût de la vie, les salaires, le poids de la dette, en tenant compte en même temps de l’accroissement de nos charges de reconstruction et des conséquences que pourrait avoir sur la circulation monétaire une politique raisonnée de résorption des billets, notamment par l’application d’un régime fiscal très sévère après la libération. Dans l’Annexe E vous trouverez une explication complète des méthodes de calcul employées par Istel ainsi qu’un tableau des résultats auxquels il est arrivé.

193 – Enfin, la troisième partie de nos études devait consister à tirer une conclusion de ces divers éléments quant au choix du taux de change qui comporterait le moins d’inconvénients possibles, évitant un mouvement excessif des prix intérieurs, permettant le maintien de notre capacité de concurrence sur les marchés étrangers, et n’entraînant pas une charge de la dette publique trop lourde pour le budget. Comme je vous l’ai télégraphié, nous n’avons pas nous-mêmes remis de conclusion au cours de ces réunions d’experts. Nous avons indiqué, en effet, qu’il n’était pas possible encore pour le Comité de la Libération d’exprimer ses vues sur l’interprétation qu’il convient de donner à ces différents chiffres, que le Comité désirait être en possession d’informations plus récentes sur la situation française et connaître les résultats de nos propres échanges de vue avant de fixer sa décision. Les Belges et les Hollandais, au contraire, ont fait connaître les déductions qu’ils tiraient des résultats de leurs calculs et ont recommandé l’adoption d’un taux de change déterminé : celui de 175 francs belges environ (correspondant d’ailleurs au cours actuel du franc congolais) et de 10,5 florins par livre. Ces taux correspondent à une évaluation de 40 % environ par rapport aux taux d’avant-guerre ce qui, pour la France, correspondrait à une valeur de 250 francs par livre. Ces recommandations belge et hollandaise doivent être tenues secrètes.

20Je dois vous faire remarquer que nos amis belges et hollandais n’ont fait que révéler les décisions prises, avant nos entrevues, par leur Gouvernement, et que leurs calculs n’ont eu d’autre but que de justifier a postériori un choix antérieurement arrêté. Ils ont souligné, en même temps, qu’ils devraient éventuellement réviser ces choix, soit en raison de nouvelles informations qu’ils pourraient recueillir sur la situation de leur pays, soit au cas où la décision du Comité Français serait en opposition trop absolue avec leur propre politique.

21Quant aux Américains, comme je vous l’ai fait savoir par télégramme, ils n’ont pas critiqué le choix auquel se sont arrêtés les Gouvernements belge et hollandais. Toutefois, M. Harry White, parlant à titre personnel, a laissé nettement entendre que les monnaies belge et hollandaise lui paraîtraient surévaluées à ces taux. Mais tout en rappelant que la responsabilité entière de ces décisions devait incomber aux Gouvernements intéressés, il a déclaré que la Trésorerie ferait, en ce qui la concerne, tous ses efforts pour contribuer à la défense des taux adoptés. Les experts anglais, faute d’instructions, sont demeurés sur une entière réserve.

22Après la dernière réunion, les représentants belges ont communiqué un mémorandum (Annexe F) décrivant sommairement le but ainsi que le résultat des entretiens, suggérant « des accords bilatéraux et multilatéraux entre les Trésoreries pour fixer entre autres choses des méthodes de détermination et de modification des taux de change » et proposant la continuation des entretiens.

23Voilà, mon cher ami, le compte rendu succinct de nos discussions et l’explication des documents que je vous envoie aujourd’hui. Nous n’avons naturellement pas apporté de conclusion à notre étude devant les experts étrangers. En effet, c’est là essentiellement votre responsabilité et celle du Comité et vous avez à ce sujet toute liberté, car vis-à-vis de nos interlocuteurs nous l’avons maintenue entière nous refusant de donner même une indication de chiffre. A ce sujet il sera bon de ne pas révéler trop rapidement notre décision. Je ne perds pas, en effet, en ce qui me concerne, l’espoir de voir conclure, avant la libération, des accords monétaires avec les États-Unis et avec la Grande-Bretagne, qui nous permettraient de présenter le choix de notre taux de change comme le résultat d’une entente à laquelle participeraient cinq ou six pays. Ce taux apparaîtrait ainsi aux yeux des Français comme pouvant être plus parfaitement défendu. Il importe donc de laisser à ceux qui vont tenter d’amener les Américains à un accord monétaire, le soin de faire connaître notre choix au moment le plus opportun. Cela ne signifie pas, bien entendu, que nous ne devions pas très rapidement fixer notre choix et je compte bien que vous-même voudrez bien nous faire connaître votre avis et la décision du Comité.

24Puis-je me risquer en terminant cette lettre, à vous donner mon propre sentiment ? Je le fais très modestement car, en vérité, je ne puis en aucune façon me considérer comme un expert en la matière. En regardant ces chiffres, je dois constater que la détérioration de notre économie est probablement plus accentuée que celle de la Belgique ou de la Hollande. Je crois, en outre, qu’il faut tenir compte de toute une série d’éléments psychologiques, et de toute une série d’impondérables, des besoins considérables de la reconstruction des dépenses immenses que nous devrons faire pour remettre au travail les prisonniers et déportés, pour faire vivre et soigner nos malades, aussi bien que pour rebâtir nos usines. Ainsi avons-nous tenu compte dans nos calculs statistiques du poids supplémentaire qui en résultera pour nos finances publiques. A mes yeux, les conséquences sont claires en taux de change de 200 francs pour la livre, nous serions obligés d’imposer une déflation des prix et n’aurions qu’une marge très faible pour relever les salaires. Le poids de la dette publique serait plus du double de celui d’avant-guerre. C’est une solution que pour ma part je crois devoir écarter car j’estime que nous ne serions pas en mesure de tenir ce taux, et que les conséquences d’une dépréciation ultérieure, aux yeux de nos compatriotes déjà trop habitués dans le passé à la manipulation monétaire, seraient très périlleuses. Il nous faut donc une marge plus grande de sécurité et je serais tenté de croire qu’un chiffre inférieur à 300 francs pour la livre ne comporterait pas cette marge que pour ma part je crois essentielle. C’est du moins ce qui me paraît résulter du tableau établi par nos experts (voyez à l’Annexe G le mémorandum final d’Istel qui évidemment n’a été communiqué à aucun étranger). Dans cette appréciation personnelle j’ai tenu compte des mesures qu’il sera nécessaire d’appliquer, et pour maintenir les contrôles intérieurs et pour résorber la plus grande part possible de la circulation monétaire par des mesures de retrait de billets, notamment par un régime fiscal approprié.

25Croyez-moi je vous prie mon cher Mendès-France,

26Jean Monnet

Annexe II

Notes prises lors d’un entretien avec P. Mendès France le 30 octobre 1981

L’idée de planification

27La vie moderne suppose des prélèvements sur la richesse nationale plur lourds qu’autrefois du fait de la croissance de certaines tâches traditionnelles ou de nouvelles responsabilités de l’État (ex : la protection sociale). Les décisions ne peuvent plus être prises au coup par coup du fait de l’ampleur de la multiplicité des actions. L’État doit replacer chacune de ces actions économiques dans leurs conséquences, car chacune d’elle retentit sur les autres en bien ou en mal. On en est arrivé à l’idée de Plan. Le mot n’était pas aussi populaire que de nos jours mais il y avait des planistes comme le groupe du 9 juillet autour de Jules Romains ou Bertrand de Jouvenel qui a publié « L’Économie Dirigée ».

La planification vue d’Alger

28Ces idées ont pris une importance plus grande avec la guerre et la reconstruction. On ne pouvait pas reconstruire à l’identique, il fallait un renouveau du pays. Cette conception était présente à Alger, dans la Résistance et même à Vichy qui a créé la première cellule de l’administration du Plan avec la DGEN. Cependant à Alger nous manquions d’informations ce qui nous empêchait de fixer des priorités. Quelles seraient les destructions, allions-nous vers une harmonisation des reconstructions ? Que feraient les pays qui auraient des efforts comparables aux nôtres à accomplir ? Sur le plan international j’aurais aimé l’idée d’une reconstruction volontariste, planifiée entre les pays (qui aurait évité les concurrences comme celle de Le Havre, Boulogne et d’Anvers). J’en ai parlé avec les Belges et les Hollandais, surtout avec Camille Gutt. J’aurais voulu faire ce qu’il a fait dans son pays. Mais il n’y a pas eu de planification européenne, je n’ai jamais pu en convaincre De Gaulle qui était trop héxagonal.

29A Alger peu d’hommes se préoccupaient de ces questions d’avenir. Beaucoup réfléchissaient à l’Administration des territoires libérés, à la préparation de l’Armée Française. Le travail de réflexion n’était généralement pas poussé très loin, j’étais un des rares, peut-être le seul à préparer le travail de reconstruction pour en discuter avec nos alliés. Les hommes avaient le vertige en pensant qu’on ne savait pas comment serait la France. On s’inquiétait des conditions militaires de la Libération (effondrement allemand ou têtes de pont alliées ?).

30On me faisait assez confiance, mais on me soutenait sans conviction. Dans la Résistance il y avait eu le programme du CNR mais les véritables travaux étaient peu avancés. Sur l’instant on a beaucoup improvisé.

Le Ministre de l’Économie Nationale et le Plan

31La plupart des membres du Gouvernement ne croyaient pas beaucoup au Plan. Il n’y avait pas un esprit planiste très docile. Les Ministres assujettis au Ministre de l’Économie Nationale agissaient sans s’aligner sur une politique collective. Avec certains Ministères comme la Reconstruction, la Production Industrielle, les Transports, le Ravitaillement je pouvais avoir des contradictions, des frottements précis, concrets, quotidiens, mais avec R. Pléven le désaccord était plus profond, il était général et il était rare que la contradiction apparaisse sur un objet déterminé. Il était persuadé qu’il n’y avait pas grand chose à faire pour s’opposer à l’inflation. Il pensait qu’avec l’aide américaine et le démarrage on retrouverait peu à peu un équilibre. Dans l’intervalle on pouvait se laisser glisser un peu.

32L’idée de Plan c’est-à-dire de discipline collective n’était pas répandue. Diethelm et R. Pléven y étaient délibérément hostiles. Cette politique cohérente, globale, consciente suppose le contrôle des pôles dominants de l’économie. Ce qui ne signifie pas que tout ce qui est planifié doit être commandé par l’État. Soit autoritaire, soit souple l’idée de maîtrise et de contrôle découle de toute idée de planification globale. Dès la Libération j’ai expliqué que certaines nationalisations étaient indispensables. Les socialistes au gouvernement étaient favorables à ces idées de nationalisations. Les convictions du Parti Socialiste existaient mais n’avaient pas la force nécessaire. Le Parti Communiste appartenait à la coalition mais il ne souhaitait pas que ce gouvernement soit aussi celui d’un certain renouveau, son principal objectif était de gagner la guerre. Les communistes ne disaient pas qu’ils étaient contre les nationalisations mais parfois ils les freinaient. Je n’ai pas trouvé d’aide de leur côté.

Les trois derniers mois janvier-mars 1945

33Durant ces trois mois j’étais très attaché aux tâches de défense. Il y a eu la contre-offensive allemande et nous avons eu très peur. Je restais convaincu que passée la période des combats nous aurions de nombreux problèmes ; d’où la démission de janvier. De Gaulle ne s’intéressait pas à l’économie. Il était probablement sensible à mes thèses mais trouvait que j’allais trop vite. Peut-être n’avait-il pas une idée arrêtée de la politique à suivre. En dépit d’une réunion à trois où il a fait certaines promesses, R. Pléven continuait à ne pas croire à la nécessité de la rigueur. Après m’être débattu de mon mieux, j’ai écrit au général De Gaulle. Cette période des deux derniers mois n’a pas un relief particulier. J’ai fourni un effort continu de septembre 1944 à mon départ.

34En janvier 1945, il y avait une alternative. De Gaulle aurait dû dire que ce n’était pas fini, que tout restait à faire. Cela aurait eu une efficacité considérable, un grand écho et suscité beaucoup de respect. Si la réussite n’était pas complète il y aurait au moins eu une option dans l’opinion publique. Entre ceux qui voulaient se laisser aller et ceux qui voulaient se consacrer à l’effort.

Jean Monnet et le Plan

35J. Monnet dirigeait la Mission d’Achat à Washington. C’est un libéral de tempérament, il était certainement antiplaniste. Il achetait plus qu’il ne pouvait faire transporter. Il a donc demandé ce qui était le plus nécessaire. La première apparition du Plan a pris la forme d’un Plan d’importations. Il en est venu à l’idée qu’il fallait hiérarchiser les besoins pour organiser l’échelonnement des importations. De là, à l’idée que même en France on ne pouvait pas tout faire à la fois, il fallait assurer des priorités ; il en arrive au Plan. Le général De Gaulle n’aimait ni J. Monnet ni le Plan. J. Monnet a créé une cellule légère, un organe de liaison doté de peu de crédit, avec des personnels détachés. Il voulait avoir le concours d’un maximum de représentants de bonne volonté.

36Au début, le Plan Monnet n’était pas un véritable Plan, mais la description de cinq tâches plus urgentes que les autres (le machinisme agricole a été ajouté pour faire plaisir aux agriculteurs). C’était une sorte d’exercice littéraire de description de choses souhaitées. La réalisation de priorités devait se faire au détriment d’autres choix. A tâtons on a découvert qu’il fallait faire des interventions négatives ailleurs. Tout cela s’est fait d’une façon très pragmatique et progressive. C’est la raison du succès de J. Monnet. Si on avait dit cela dès le début, il y aurait eu des réactions négatives.

37Je n’avais pas de bonnes relations avec J. Monnet. Il n’aimait pas mon « dirigisme » selon le terme de l’époque. Il était très attaché au marché. C’est d’ailleurs une des raisons du succès du Plan, il réunissait les différentes parties prenantes du marché. Je n’ai eu que peu d’occasions de collaborer avec lui. Ma manière de réfléchir était assez différente de la sienne, psychologiquement nos esprits ne travaillaient pas de la même façon.

38J’ai défendu cette idée de planification mais sans employer fréquemment le mot plan parce qu’il avait pris un sens précis (celui de J. Monnet). Je me reconnaissais mal dans la démarche empirique de J. Monnet. Le Plan Monnet ne faisait pas assez appel à la discipline, il éclairait la route, mais sans plus.

39Jusqu’au Plan Schuman il n’y avait aucun volet européen. Il n’y a pas eu de filiation entre le Plan Monnet et l’Europe. Il voulait frapper l’imagination des Américains. Il cherchait une idée à vendre à l’opinion publique européenne. C’est le mariage du fer Français et du charbon Allemand. Cela ne découle pas du tout du Plan Monnet. Il cherchait des idées pratiques, concrètes, mobilisatrices. Tout cela ne reposait pas forcément sur une filiation logique et systématique. Pour faire passer ces idées il fallait qu’elles soient populaires, il ne pouvait en présenter les inconvénients. Il avait tendance à dissimuler les difficultés et les sacrifices. Ce n’est pas de la démagogie, mais une méthode pour susciter les adhésions.

40Pierre Mendes France

41Paris, le 18 janvier 1982

42Cher Monsieur,

43J’ai bien reçu votre nouvelle lettre du 14 janvier, et les pièces qui y étaient jointes. Je ne peux pas, malheureusement, vous donner mon approbation sur le compte rendu que vous avez établi, à la suite de notre entretien, et vous autoriser à publier ce texte. Ainsi que je vous l’ai dit, je me suis exprimé de mon mieux, pour faciliter vos recherches et vos réflexions personnelles. Mais le résumé que vous faîtes appellerait de nombreuses corrections et rectifications. Vous pouvez en tirer un texte sous votre responsabilité, ce que je comprendrais très bien, même si je ne suis pas d’accord sur toutes choses. Mais, à mon bien vif regret, je ne peux pas vous donner mon accord pour la reproduction de ce travail, comme émanant de moi. Je suis sûr que vous comprendrez cette nécessité.

44Je vous prie de croire, Cher Monsieur, à mes sentiments les meilleurs et les plus dévoués.

45Monsieur Philippe MIOCHE

4634, rue des Olivettes

4792220 BAGNEUX

Annexe III1

  • 1 Publié avec l’aimable autorisation de la Fondation Jean Monnet pour l’Europe.

48n° 10

4917 août 1946

50R.R. Nathan

L’inflation et la politique fiscale

51Depuis la fin des hostilités, les prix ont considérablement augmenté en France. La course habituelle des prix et des salaires vers des niveaux de plus en plus élevés – caractéristique normale de l’inflation – s’est poursuivie avec persistance. Il ne semble y avoir aucun signe précurseur de la fin de la hausse, à moins que des mesures plus énergiques ne soient prises. Si on laisse la hausse suivre son cours en se bornant aux tentatives actuelles bien insuffisantes pour arrêter l’inflation, il semble que l’on peut prévoir encore une hausse considérable des prix.

52Les prix sont fonction de l’offre et de la demande et des coûts. Nombreux sont ceux qui croient que lorsque la production en masse des biens du temps de paix sera en bonne voie, il y aura un arrêt dans l’augmentation des prix et qu’il s’ensuivra une baisse. D’autres, encore plus optimistes, ont annoncé que l’imminence seule ou le début d’une production considérable amèneront un fléchissement des prix. Ils croient que le fléchissement des prix empêchera toute augmentation des salaires, sensible en tout cas. Tout ceci tend à conclure qu’il est probable que nous allons vers une stabilité ou même une baisse des prix. Je ne suis pas d’accord avec ce raisonnement.

53Je crois qu’à moins de mesures extraordinaires prises pour combattre l’inflation, de nouvelles augmentations sont probables. Même si la production augmente considérablement, il existe trop de demandes réelles pour permettre aux prix de fléchir. Ceci est spécialement vrai pour les textiles, les objets d’ameublement et une grande variété de biens de consommation. En agriculture même, je doute fort qu’il y ait une baisse de prix si ce n’est sur certains articles pendant de courtes périodes. Des données très périssables peuvent inonder temporairement le marché et se vendre à des prix dérisoires, mais de tels événements ne doivent pas être considérés comme des phénomènes normaux. Le blé, la viande et le vin seront en quantité insuffisante pour satisfaire tous les besoins pendant longtemps, et on ne peut s’attendre à ce que les prix ne plafonnent pas pendant cette période. Naturellement la vraie pénurie s’atténuera, et il est probable que le marché noir disparaisse ou soit très considérablement réduit. Mais, en tous cas, je ne vois aucune raison pour qu’on s’attende à une baisse des prix officiels de l’alimentation. En réalité, la réduction ou la suppression des subventions amènera probablement une augmentation dans les plafonds de l’alimentation.

54Pour les autres articles, les demandes différées sont énormes. Si les citoyens français agissent comme les américains, ils se précipiteront tous et entreront en compétition pour les biens disponibles au moins jusqu’à satisfaction partielle de leurs besoins. Il est peu probable qu’ils attendent tranquillement sachant que la production est en train de s’élever et pourra bientôt contenter tout le monde. Le besoin de vêtements, de chaussures, d’articles de maison et autres est énorme et n’induira pas en patience les acquéreurs éventuels qui ont des disponibilités. Il y en a beaucoup qui n’auront pas les moyens d’acheter ces biens, mais ceux qui le peuvent le feront et créeront une demande considérablement plus grande que celle des biens produits. La hausse récente des salaires a augmenté le pouvoir d’achat pour ces biens. L’épargne, de plus, qui normalement, n’est pas un indicatif de la puissance d’achat des biens de consommation, peut dans les circonstances actuelles, augmenter considérablement le marché en France. Les épargnes sont généralement très concentrées dans les classes à revenu élevé où elles tendent à s’entasser plutôt qu’à être dépensées en consommation. Elles sont actuellement probablement plus dispersées que d’habitude en France et peuvent donc considérablement ajouter à la dépense courante.

55Une estimation de la hausse continue des prix en France doit tenir compte de l’évolution probable des prix à l’étranger. Maintenant que les contrôles ont été relâchés aux E.U. il est probable que les prix y augmenteront matériellement. Les prix de gros pourraient augmenter de près de 25 % durant les 9 ou 12 mois suivant le premier juillet 1946. Si ces prévisions de hausse se réalisaient, il est fort probable qu’il y aura une chute verticale avant la fin de 1947. Les tendances à la hausse dans les autres pays sont également accentuées, mais elles ne seront probablement pas vraisemblablement de la même amplitude qu’aux E.U. Mon impression personnelle est que les prix français auront tendance à s’élever l’année prochaine au moins autant que les prix des autres pays avec lesquels la France est en relation commerciale.

56Il serait peut-être opportun, maintenant, et avant de faire des observations sur les effets de l’inflation, d’indiquer que la nature même du Plan est inflationniste. C’est le but du Plan de détourner une proportion plus que normale du revenu national et de la totalité de la production vers l’investissement et une proportion moindre vers la consommation. Les débours faits pour l’investissement ajoutent immédiatement et directement au pouvoir d’achat mais ne donnent pas naissance immédiatement ou simultanément à une production de biens de consommation et de services qui absorberaient la partie du pouvoir d’achat que les récipiendaires désireraient dépenser. Si la production peut réussir à satisfaire l’accroissement des demandes, les prix n’auront pas besoin de monter, mais si les individus essayent de dépenser leur revenu accru et qu’il est impossible d’augmenter la production de biens de consommation, les prix s’élèveront. C’est ce qui se passera en France pendant les quelques années à venir, et je prévois une forte poussée inflationniste durant la plupart de la période couverte par le Plan.

57Quelles seront les conséquences d’une inflation continue en France, surtout dans l’occurrence où la hausse des prix sera relativement plus grande que dans les autres pays ? Aussi longtemps qu’il sera nécessaire que les importations soient beaucoup plus élevées que les exportations, l’inflation intérieure n’est pas un trop grand mal pour un pays, et, en fait allège le fardeau national. Elle devrait être un stimulant considérable pour l’investissement en France de ceux qui procurent des machines et de l’équipement de l’étranger, mais elle étoufferait probablement quelque peu l’investissement quand il s’agit d’équipement français puisqu’il pourrait y avoir espoir de se procurer moins cher des machines de l’étranger, à une date ultérieure quand les contrôles seraient relâchés. Toute hausse des prix au-dehors nécessitera naturellement plus de crédit ou de plus hauts prix pour les exportations ou les deux si le programme d’importations projeté doit être accompli.

58Je présume que le programme d’importations continuera à concentrer – comme le demande l’objectif du Plan – ses efforts sur l’importation des matières premières et d’équipement. Il serait possible d’importer beaucoup de biens de consommation et conséquemment aider à faire baisser le niveau des prix, mais ce serait, pour la France, un procédé coûteux si on le compare aux contrôles directs intérieurs.

59Il y a deux conséquences de l’inflation qui pourraient et pourront fort bien compromettre sérieusement le Plan. Malgré les dévaluations du franc, les prix en France sont déjà à de si hauts niveaux, qu’ils ont un effet démoralisant sur les exportations. Les besoins en biens dans tout le monde sont grands, mais même dans les circonstances actuelles de pénurie, un pourvoyeur peut s’éliminer de lui-même du marché en augmentant trop ses prix. Même si les E.U. réduisent leurs tarifs, et que leurs prix augmentent comme indiqué, une hausse beaucoup plus considérable dans les prix ici en France, diminuera considérablement les exportations même vers le riche marché américain affamé. Il est très difficile de maintenir un bas prix pour les biens d’exportation par rapport aux autres prix ; il faut donc mener de front la lutte contre l’inflation sur toute la ligne.

60L’autre conséquence sérieuse est d’une importance primordiale. Quand une tendance inflationniste s’empare d’un pays, il est très difficile de maintenir les contrôles et de canaliser les ressources vers les activités les plus désirables. L’accomplissement des objectifs du Plan va nécessiter une restriction de la consommation et une répartition des ressources les plus rares. La main-d’œuvre même doit être utilisée soigneusement et avec le maximum d’efficience dans cette ambitieuse entreprise. Les prix élevés et leur augmentation encouragent le stockage, le marché noir, les conflits du travail et l’évasion de toutes sortes de contrôles du Gouvernement. Des fuites des ressources rares sont difficiles à éviter. Alors qu’une demande élevée est très utile pour faire pression d’une façon constante sur les producteurs afin qu’ils augmentent le rendement, une demande excessive comme celle qui a prévalu, et est en perspective, sera probablement plus nuisible que stimulante, j’attache beaucoup d’importance à ce point et j’y attire l’attention car je crois que si l’on échoue dans le contrôle des prix et de l’inflation, la réussite du Plan sera chose plus difficile à atteindre.

61Il y a un certain nombre de moyens pour combattre l’inflation. Il faut toutefois reconnaître d’avance que bien des mesures nécessaires ne seront probablement pas populaires. Les hommes n’apprécient généralement pas ce qui est fait pour leur bien lorsque les résultats favorables ne sont ni très évidents, ni immédiats, et que les restrictions imposées sont et apparentes et quotidiennes. Tout ceci a été clairement révélé récemment aux E.U. lorsque après 5 ans d’une lutte réussie contre l’inflation, l’O.P.A. a été presque dissoute et a, en tous cas, reçu un coup sévère. La plupart des groupes étaient d’accord sur la nécessité d’éviter l’inflation mais chacun voulait être lui même libéré des contrôles. Les intérêts en place sont réels et parlants alors que l’intérêt du public est plus abstrait et muet, et quand les deux intérêts entrent en conflit, le premier l’emporte, hélas, fréquemment.

62Je vais exposer quelques-unes des mesures qui pourraient être prises pour combattre l’inflation. Les circonstances locales dicteront le moment de leur application et son opportunité.

63Dans tous les cas, il est à conseiller de protéger vigoureusement et d’appuyer énergiquement les mesures anti-inflationnistes.

64a) Dépenses du Gouvernement. Il est souhaitable de faire un effort considérable pour diminuer les dépenses du Gouvernement. Certaines dépenses sont plus inflationnistes que d’autres. Ainsi les feuilles de paye du Gouvernement entrent en compétition directe avec d’autres activités économiques en ce qui concerne le nombre disponible de travailleurs. Tous les versements qui finissent par se trouver entre les mains de personnes qui mettent déjà de côté une partie appréciable de leurs revenus, ne se traduiront probablement pas par de considérables dépenses de consommation. Je crois que les subventions sur les biens de consommation ne devraient pas être diminuées jusqu’à ce que et à moins qu’une partie substantielle de la réduction puisse être absorbée par les producteurs ou les distributeurs plutôt que supportée par les consommateurs sous forme d’augmentation des prix. Les subventions sur les biens de production devraient être réglementées sévèrement et diminuées au fur et à mesure de l’augmentation du volume de la production.

65b) Impôts et rentrées du Gouvernement. Puisqu’il est nécessaire de restreindre la consommation et d’augmenter l’épargne, les impôts doivent être établis de façon à diminuer la consommation. Cela signifie une taxation régressive qui pèsera lourdement sur tous les groupes de revenus et ne variera pas en principe en rapport avec les possibilités de paiement. Il devrait, de même, y avoir de lourdes taxes sur les objets de luxe. Et, avant tout, il devrait y avoir des pénalisations sans précédent, appuyées par de fortes amendes, pour tout ce qui concerne l’évasion fiscale. L’application du Plan demandera, de la part du public, des sacrifices, un labeur acharné et une psychologie de coopération et de participation. Le « climat » nécessaire ne pourra être atteint que si personne ne « s’en tire » sans payer les impôts adéquats. Quelques condamnations à des amendes sévères et à des peines de prison auront un effet très salutaire sur l’ensemble de tout le pays.

66c) Le budget. Il est non seulement très nécessaire d’atteindre très rapidement un équilibre entre les recettes et les dépenses courantes, mais il serait bien de s’efforcer d’avoir un large surplus pour que les dépenses « capital » du Gouvernement soient financées en entier ou, tout au moins, pour une part aussi grande que possible par les rentrées courantes. L’investissement du Gouvernement pour la reconstruction et pour le secteur nationalisé sera très élevé, et, plus il sera financé par les impôts, moins forte sera la pression inflationniste sur l’économie.

67d) Marché noir. Ici le problème est sensiblement le même qu’en ce qui concerne l’évasion fiscale. Il a un effet psychologique contraire à l’effet fiscal. Il est probable que, moins il y aura de pression inflationniste, moins il y aura de marché noir. Le marché noir contribue lui-même à l’inflation en utilisant une main-d’œuvre précieuse et d’autres ressources, ainsi qu’en augmentant les coûts.

68e) Emprunts gouvernementaux. A mesure que des détails sur le Plan seront exposés au public, le peuple de France devra être invité à participer et à prendre une part active dans la modernisation et la construction d’une France plus prospère et plus puissante. Cette participation active devra comprendre, en plus du travail plus opiniâtre, de l’abstention d’une consommation excessive et autres conditions semblables : l’achat d’emprunts gouvernementaux, investissement dans l’avenir de la France. L’effort devra avoir comme but l’augmentation des épargnes du peuple et devrait être clairement montré comme tel. Le peuple devrait savoir que les fonds sont utilisés pour un investissement productif, et non pour financer le déficit du budget courant ou des opérations militaires.

69f) Pour rechercher les opérations du marché noir, l’on pourrait procéder à un nouvel échange de billets. Il pourrait également être souhaitable de contrôler le crédit bancaire pour retarder les activités indésirables et encourager celles qui sont essentielles au bienêtre national. Si le crédit à court terme au consommateur est un facteur dans l’économie française, il doit être limité.

70Toutes ces mesures sont des suggestions et devront être considérées au même titre que d’autres qui sembleraient efficaces. Cette lutte contre l’inflation doit être partie intégrante du Plan.

Annexe IV2

Notes de Billoux sur l’accord Franco-Américain

Historique

71L’accord, dit Blum, n’est en réalité que la conséquence de multiples négociations menées depuis le début de 1943 par Monsieur Jean Monnet au nom du Gouvernement Provisoire.

72Jean Monnet avait été envoyé en 1939 par le Gouvernement français en Grande-Bretagne d’abord, puis aux États-Unis d’Amérique ensuite, pour y négocier l’achat de matériel d’armement divers.

73Après juin 1940, Jean Monnet, qui a des intérêts certains et nombreux en Amérique, est resté dans ce pays où il a participé à l’organisation du vaste appareil d’armement des États-Unis.

74Au moment du débarquement des anglo-saxons en Afrique du Nord, Jean Monnet fut mis immédiatement à la disposition du Général Giraud pour organiser l’approvisionnement des territoires français libérés par les États-Unis.

75Monnet devint le chef de toutes les organisations d’achat, d’approvisionnement, etc. qui furent successivement constituées par la France aux États-Unis.

76L’activité de Jean Monnet peut se résumer ainsi :

771) mise en application pour la France de la loi prêt-bail qui aboutit à la livraison pour la France de matériels et d’équipements militaires se chiffrant à environ 2 milliards 1/4 de dollars. En contrepartie, la France a fourni à l’armée américaine en marchandises et services, environ 870 millions de dollars.

782) Au titre du prêt-bail, les États-Unis ont fourni à la France environ 180 millions de dollars de marchandises et matériels divers pour la population civile.

793) A la fin du prêt-bail, en septembre 1945, les États-Unis ont accordé environ 400 millions de dollars de crédit à long terme et à 2,5 % environ d’intérêts pour permettre à la France de payer les marchandises pour la population civile française commandées aux États-Unis et non encore livrées.

804) L’Export-Import Bank a consenti à la France à la fin de 1945 un premier prêt de 550 millions de dollars à long terme et à intérêt d’environ 2,5 % pour l’achat aux États-Unis de matières premières, de produits alimentaires et d’outillage.

81Toutefois, la France continuait d’acheter à l’Amérique des marchandises qu’elle devait payer en or et en devises. Ainsi, au cours du premier semestre 1946, nos réserves d’or et de devises ainsi que les crédits indiqués ci-dessus étaient pratiquement épuisés.

82Cela signifiait que la France était pratiquement dans l’impossibilité de pouvoir acheter du matériel d’équipement dans les pays fournisseurs si :

831) elle ne mobilisait pas toutes ses ressources en devises et en or tant en France que dans les pays étrangers,

842) elle n’obtenait pas de crédits à l’étranger.

Le plan d’équipement et la création du Commissariat au Plan

85En novembre 1945, Jean Monnet propose l’établissement d’un plan d’équipement et la création, pour cela du Commissariat Général du Plan.

86Cette proposition fut acceptée par le Gouvernement Français et le Commissariat Général du Plan fut créé à la fin de l’année 1945, au moment où j’étais au Ministère de l’Économie Nationale.

87Le Général De Gaulle imposa sa présidence à l’organisme du Plan et la nomination de Jean Monnet au Commissariat Général du Plan.

88Le but de ce Commissariat Général était de faire un inventaire des disponibilités techniques et une liste des besoins techniques de la France ; ensuite, d’établir un plan de modernisation et de production pour la France.

89Dès ce moment-là et même avant, Jean Monnet indiquait que l’établissement d’un « plan quinquennal d’économie française » servirait de base à toutes les négociations financières avec les États-Unis.

90Il insistait sur le fait que les États-Unis ne nous prêteraient qu’autant qu’ils seraient convaincus que la France serait capable de démontrer qu’elle avait la possibilité de se relever et d’utiliser au maximum ce dont elle disposait et ce qui lui serait fourni en particulier par les États-Unis. C’est pour cela que Jean Monnet, profondément intéressé par la politique de production du Parti Communiste et de la CGT, insista tout spécialement pour que dans les organismes du Commissariat au Plan, il y ait une participation importante et active des représentants de la CGT.

91Il est évident que Jean Monnet a fait de gros efforts pour convaincre les milieux économiques, financiers et politiques des États-Unis qu’il était impossible de faire quoi que ce soit en France sans la collaboration du Parti Communiste et de la CGT et a mis en valeur auprès des américains les résultats obtenus par la politique de production préconisée par les communistes.

92On retrouve d’ailleurs ceci dans la déclaration de Truman et autres américains « saluant » les efforts de la classe ouvrière française.

93Dans le courant de janvier, Monnet m’a indiqué qu’il était convaincu qu’il obtiendrait des accords « avantageux » avec les Américains en prenant le plan du Commissariat comme base de toutes les négociations financières avec les États-Unis. Il ajoutait à ce moment-là qu’il serait nécessaire, lorsque les négociations « techniques » seraient suffisamment avancées, qu’une délégation gouvernementale aille aux États-Unis.

94A ce moment-là, il proposait comme délégation éventuelle : le Ministre des Affaires Étrangères (Bidault), le Ministre des Finances (Pléven), le Ministre de l’Économie Nationale (Billoux), le Ministre de la Production Industrielle (Marcel Paul), le Ministre des Travaux Publics (Jules Moch) et même le Travail (Croizat) et la Reconstruction (Dautry).

95C’est alors que le Gouvernement Gouin fut constitué et qu’au lieu d’une délégation gouvernementale nombreuse ce fut Blum qui fut désigné.

96Bidault était contre la désignation de Blum, sachant que le travail était très avancé et ne désirait pas que Blum « retire les lauriers » de ce qui avait été fait précédemment.

97Naturellement, la ratification des accords de Bretton-Woods et l’alignement de la monnaie en fin 1945 sur pression de l’Amérique, qui voulait d’ailleurs une dévaluation allant jusqu’à 150 francs le dollar, faisaient partie de la création du « climat favorable » pour la signature éventuelle des accords.

Le plan quinquennal et les accords financiers

98Ce furent en effet le texte et les chiffres du plan quinquennal qui servirent de base de discussion avec les États-Unis.

99Le travail du Commissariat montrait que pour satisfaire ses besoins la France devait produire en moyenne en 1950 environ 50 % de plus qu’en 1938 et 25 % de plus qu’en 1929. Pour pouvoir exécuter ce plan, la France devait faire face au cours des quatre prochaines années, à un déficit de sa balance de compte égal à environ 6 milliards 150 millions de dollars dont 3 milliards seulement pourraient être couverts à l’aide des ressources publiques et privées en or et en devises étrangères ainsi qu’à l’aide de la production française d’or et des crédits américains déjà accordés. Une partie de ce déficit, environ 940 millions de dollars, devait être couvert par les réparations allemandes et par les crédits en provenance d’autres pays que les États-Unis. Finalement, il restait à couvrir un déficit allant de 2 à 3 milliards de dollars.

100C’est en s’appuyant sur ces chiffres que les négociateurs français sont partis à Washington.

101Les négociateurs, d’après mes informations (Monnet, etc.) auraient dit aux Américains « nous ne vous demandons rien, voici notre situation, voici ce que nous voulons faire, voulez-vous avec nous examiner notre plan et nos besoins, vous verrez en conclusion si vous pouvez et si vous voulez faire quelque chose pour nous ».

102Toujours d’après mes informations, les américains ont accepté immédiatement cette manière de voir et ont commencé à examiner nos chiffres en comparaison avec ceux qu’ils possédaient.

103Un second nombre de modifications secondaires ont été apportées dans ces chiffres, mais finalement c’est sur cette base que se sont effectivement déroulées les discussions d’experts français et experts américains d’où sont sortis les accords de Washington.

104Il y aurait eu, paraît-il, la possibilité d’aboutir plus rapidement si pendant un certain temps la Délégation Française n’avait pas pensé qu’elle puisse obtenir un accord du genre de l’accord anglo-américain.

105La lenteur avec laquelle le Congrès envisageait la ratification de l’accord anglo-américain aurait par la suite décidé la délégation française à se limiter à l’accord du 28 mai.

Contenu officiel de l’accord financier du 28 mai

1061) Règlement des dettes de guerre

107Les accords suppriment toutes dettes de guerre de la France envers les États-Unis pour les fournitures de toutes sortes civiles et militaires effectuées jusqu’au 1er septembre 1945, date de la cessation des hostilités.

108L’Amérique renonce à nous réclamer le paiement pour les 2 milliards 1/4 de dollars de matériels et d’équipements militaires qui nous ont été livrés pendant la guerre et en contrepartie la France annule les 870 millions de dollars dûs par l’Amérique.

109L’Amérique renonce également à demander le remboursement des sommes qui lui étaient encore dues pour livraison pendant la guerre de fournitures aux populations civiles de France et d’Afrique du Nord, soit environ 400 millions de dollars.

110Les négociateurs insistent sur l’importance d’une pareille liquidation, indiquant que nous partons à ce point de vue sur des bases meilleures qu’en 1918 puisque les dettes de guerre en Amérique sont liquidées.

1112) Les dettes du Gouvernement Français envers le Gouvernement des États-Unis en ce qui concerne les fournitures faites depuis le 1er septembre 1945 jusqu’à la date du 28 mai 1946 sont réaménagées dans des conditions d’amortissement et d’intérêt plus favorables.

112La France recouvre le crédit de 405 millions de dollars consenti par le Trésor Américain en septembre 1945 en en élevant la limite de remboursement à 35 ans et en abaissant le taux d’intérêt à 2 %.

1133) Le Gouvernement Français obtient un crédit de 275 millions de dollars remboursable en 35 ans au taux de 2 %.

114Ce crédit est alloué pour l’achat du matériel américain en surplus en France, en Afrique du Nord et en Afrique Occidentale ; ces surplus seront vendus à 20 % de leur prix de revient.

1154) Le Gouvernement obtient un crédit de 42 millions de dollars remboursable en 35 ans, au taux de 2 %, pour l’achat de 75 Liberty-ships, soit 750.000 tonneaux.

1165) Un prêt de 650 millions de dollars est consenti au Gouvernement Français pour l’Import-Export Bank remboursable en 25 ans au taux de 3 %.

1176) Le Gouvernement Américain garantit son appui au Gouvernement Français pour lui faire obtenir de l’Allemagne la quantité de charbon qui lui est nécessaire.

1187) La France peut espérer l’ouverture d’un crédit à long terme de 500 millions de dollars auprès de la Banque Internationale de Bretton-Woods.

Critique des accords financiers

1191) Règlement des dettes de guerre

120Sans nier l’importance de ce fait, il faut tenir compte qu’au cours de l’établissement du système prêt-bail, le Président Roosevelt avait prévu que pratiquement il ne pouvait rien être réclamé aux pays alliés qui bénéficieraient de la loi prêt-bail.

121Ce n’est donc que l’application de ce principe et il est vraisemblable qu’en tout état de cause nous aurions obtenu la liquidation de ces dettes.

122Il faut tenir compte aussi que l’Amérique se réserve un droit de reprise en nature sur les fournitures militaires effectuées jusqu’au 1er septembre 1945.

123Il apparaît bien, contrairement à ce qui est dit officiellement, que l’Armée américaine est décidée à nous reprendre une partie du matériel d’équipement militaire qui est actuellement utilisé par notre armée ; il y aura en tous cas lieu de se défendre sur cette question.

1242. Consolidation de l’emprunt de 405 millions de dollars du 1/9/45 Rien à dire à ce sujet.

1253. Les surplus

126Il n’est pas absolument certain que ces surplus nous seront cédés à 20 % de leur prix de revient.

127Il ne faut pas oublier d’ailleurs que dans ces prix de revient sont ajoutés toute une série de frais divers qui les portent à un prix supérieur au prix de revient réel.

128Ensuite, les américains ne nous donneront dans ces surplus que ce qu’ils voudront bien nous donner, étant donné qu’ils se réservent le droit de prélever sur ces surplus tout ce qu’ils veulent, soit pour ramener dans leur pays, soit pour vendre à des clients divers (autres pays, UNNRA, Croix-Rouge, etc.).

129Dans ces surplus, il y aura certainement des marchandises intéressantes, mais il y aura aussi des choses absolument inutilisables.

130Nous ne saurons que dans quelques mois ce que vaut exactement cette affaire.

131Il faut ajouter que le Gouvernement Français aura intérêt à réaliser une liquidation sérieuse de ces surplus, l’administration des Domaines n’est pas préparée pour cela et il nous faut veiller à ce que nous n’ayons pas à nouveau un scandale des stocks américains.

1324. Liberty-ships

133Il est évident que la France a besoin de bateaux et qu’il lui est impossible de se reconstituer une flotte par la production française avant plusieurs années.

134Il est donc préférable d’acheter des bateaux plutôt que de continuer à les louer à des prix excessifs.

135Cependant, pour les liberty-ships, il nous faut faire les réserves suivantes :

136Ce type de bateau correspond-il à nos besoins comme genre de transport ; il est évident que nous ne pourrons les utiliser que sur certaines lignes et pour certains trafics ; la vitesse de rotation des liberty-ships est très lente pour une consommation importante de combustible ; ces bateaux seront rapidement délabrés et dépassés par les bateaux neufs ou en bon état mis en circulation par des flottes étrangères. Il est donc indispensable d’organiser une exploitation de ces bateaux qui permette leur amortissement rapide.

137Enfin, il est important que ces bateaux ne soient pas redonnés purement et simplement aux diverses compagnies de navigation privées, mais soient conservés par l’État en liaison avec la nationalisation de notre Marine marchande.

138L’achat des liberthy-ships et autres bateaux étrangers doit faire porter notre attention sur la construction rapide en France de nouveaux bateaux adéquats à nos besoins de transports (voir Tillon à ce sujet).

1395 . Prêt de 650 millions de dollars par l’Export-Import Bank

140Contrairement à ce que l’on pourrait croire, nous ne pourrons pas acheter ce que nous voulons avec ces 650 millions de dollars ; c’est l’Amérique qui déterminera ce qu’elle peut et veut nous livrer. Lorsque nous passerons une commande en Amérique, celle-ci peut répondre de trois façons :

141a – je n’ai pas de telles marchandises à vendre ou je ne puis pas les vendre.

142b – J’ai bien de telles marchandises à vendre mais vous les paierez en or ou en devises.

143c – ces marchandises correspondent à ce que je puis vous livrer payable sur l’emprunt.

144Ainsi il est clair que là nous sommes absolument à la discrétion de l’Amérique.

145On ne peut avoir une opinion définitive, mais il y a déjà suffisamment de faits qui prouvent que l’Amérique n’est pas décidée à nous livrer en grande quantité, à valoir sur ces 650 millions de dollars, des machines-outils, des matières premières, etc. servant vraiment à l’équipement de la France.

146Il semble bien qu’en-dehors du coton et autres matières premières ne gênant pas directement la production américaine, on nous livrera plutôt des moyens de transport que du matériel permettant d’équiper notre industrie.

147Sur cette question, il nous faudra être particulièrement vigilants.

148L’augmentation actuelle des prix américains réduit d’autant la quantité de ce que nous pourrons acheter.

1496. Charbon allemand

150Pour le moment ceci reste un peu de l’eau bénite de cour et il ne semble pas que les américains soient tellement décidés à tenir leur engagement de nous soutenir pour obtenir le charbon allemand dont nous avons besoin.

1517. Emprunt Banque Internationale de Bretton-Woods

152Pour le moment, ceci reste une espérance et il faut tenir compte que si nous obtenons un emprunt de 500 millions de dollars, nous aurons en contrepartie à verser 200 millions de dollars au fonds de couverture de cette banque.

153Nous voyons donc déjà par ces différents faits que les accords franco-américains ne sont pas aussi merveilleux qu’on a bien voulu nous le dire.

154D’abord le déficit de notre balance des comptes reste toujours important (environ 1 milliard 1/2 de dollars) c’est-à-dire la moitié environ du déficit primitif.

155Ensuite, et nous venons de le voir, le contenu des accords de Washington n’est pas exclusivement financier. La France dans un des deux documents du 28 mai, affirme sa position favorable au libre échange, tant parce qu’elle déclare renoncer aux « excès » du protectionnisme que parce qu’elle se déclare hostile au monopole d’État du commerce extérieur. Il est vrai que le Gouvernement des États-Unis s’engage à favoriser les exportations françaises (simplification des formalités, protection des appellations d’origine, etc.) et à tenir compte que cette politique de libre échange ne peut pas être appliquée d’une façon absolue immédiatement par la France. Mais il n’en est pas moins vrai que des menaces assez lourdes pèsent sur certains domaines de notre économie.

156On connaît déjà les conséquences pour le cinéma, il est indispensable de fouiller dès maintenant quelles vont être les conséquences pour l’Agriculture Française.

157Il est évident que par-delà les engagements d’ordre général contenus dans la déclaration conjointe des Gouvernements français et américain relative à la politique commerciale des deux pays, l’intention commune est de discuter prochainement du traité de commerce. Celui-ci d’ailleurs est déjà en discussion officieuse par des services du Ministère de l’Économie Nationale. Il est indispensable d’en suivre l’évolution de très près.

158Différentes revues économiques s’inquiètent des conséquences de l’accord financier franco-américain. Beaucoup insistent sur le fait que le Gouvernement des États-Unis a catégoriquement refusé de laisser aux Français le choix du matériel. N’aura-t-on pas ce spectacle d’avoir à travailler pendant 25 ans pour payer un bric à brac imposé par les américains et que ceux-ci ne peuvent pas écouler encore par le canal du commerce libre.

159Le fait que les dirigeants financiers des États-Unis connaissent les moindres détails de notre plan de rééquipement leur permet de le favoriser ou de le saboter suivant le cas et certains journaux américains ne se sont pas faits faute de souligner que « les États-Unis seraient stupides et d’une myopie incroyable s’ils n’utilisaient pas leur puissance et leurs ressources à encourager les éléments modérés et libéraux en France et à faire régner l’ordre dont notre avenir dépend tout autant que l’avenir de la France » (New-York Times).

160Il est évident que la France a assumé un engagement extrêmement pénible en supprimant la barrière douanière devant le marché américain, cet engagement est d’autant plus dangereux pour la France qu’il est pratiquement unilatéral (« L’Exportateur Français »).

161Nous pouvons donc nous demander si en signant les accords avec les États-Unis la France n’a pas fait un pas vers la perte de son indépendance.

162Ne pourrions-nous pas résumer la situation de la façon suivante :

1631 – L’Amérique n’aura terminé sa reconversion que dans quelques années et c’est à ce moment là seulement qu’elle pourra déverser sur le marché de grandes quantités de marchandises à des prix inférieurs aux prix moyens mondiaux.

1642 – La France n’aura pas pu, au cours de ces années, porter le niveau de sa production et surtout de ses moyens de production à un degré tel qu’elle pourra subvenir à ses besoins de marchandises intérieurs et extérieurs à des prix convenables, mais grâce à « l’aide américaine », ses moyens de réception (ports) et ses moyens de transport et de distribution (bateaux, chemins de fer, etc.) auront été portés à un niveau très élevé.

1653 – Dans ces conditions, la France sera un marché admirable pour les marchandises américaines et deviendra ainsi un comptoir tout préparé pour l’Amérique.

166Ce danger de colonisation existe et il est certainement un des plus grands dangers que court actuellement notre pays.

167Doit-on en conclure qu’il ne faut pas ratifier les accords de Washington ? Je crois que ce serait un peu osé mais en ratifiant il est indispensable de le faire :

1681 – En apportant la plus extrême réserve sur ces accords par tout ce que nous venons d’indiquer plus haut.

1692 – En prenant des mesures pour que l’accord soit le moins néfaste possible à la France.

1703 – En prenant des mesures pour un équipement rapide de la France en utilisant ses propres moyens et éventuellement ceux qui pourraient être mis à sa disposition par des pays n’ayant pas les mêmes intérêts que l’Amérique.

Notes de fin

1 Publié avec l’aimable autorisation de la Fondation Jean Monnet pour l’Europe.

2 Publié avec l’aimable autorisation de l’institut de Recherches Marxistes.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search