Version classiqueVersion mobile

Le plan Monnet

 | 
Philippe Mioche

Premiere partie. Les planifications avortées 1940-1945

Chapitre II. La planification comme « réforme de structure » et l’action de Pierre Mèndes France

Texte intégral

1A Londres, puis à Alger, dans les milieux de la Résistance ainsi que dans ceux de la France Libre, la planification occupe une place non négligeable dans les projets économiques pour l’après-guerre. Ces débats illustrent le bouleversement des idées qui traversent tous les milieux durant cette période. Ils ont pour dénominateur commun leur grande imprécision sur les questions de la planification, a fortiori sur la perspective d’un plan. L’accord semble se réaliser autour de la notion – au demeurant très vague – d’une planification définie comme « une réforme de structure ». Seul Pierre Mendès France tente de passer du débat à l’action, vers la réalisation d’un plan. Ses tentatives dessinent les traits d’une autre planification, différente de celle réalisée en 1946. Pourquoi P. Mendès France a-t-il échoué ?

La planification dans la France Libre et dans la Résistance

  • 1 Georges Boris, Servir la République, Paris, Julliard, 1963, p. 14.
  • 2 Archives du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, Fonds Maison-neuve. Le contenu des dé (...)

2Outre son expérience politique antérieure, l’action de P. Mendès France dans le domaine de la planification s’inspire directement de ses discussions avec G. Boris1. Ce dernier participait aux travaux de la Commission économique, financière et sociale créée par le général De Gaulle en décembre 1941. Cette commission réunie des hommes qui, à des titres divers, jouent un rôle important dans l’histoire de la planification : R. Pléven, E. Hirsch, H. Alphand, R. Marjolin, A. Philip et G. Boris2.

  • 3 Pierre Mendès France, Note sur les questions monétaires et financières, le 26 février 1944, Comité (...)

3Dans l’exposé de ses projets, le 26 février 1944, le Commissaire aux Finances du Comité Français de Libération Nationale (CFLN) se référe à deux reprises au rapport de René Courtin sur « La politique économique d’après-guerre »3. Cependant, la définition du plan donnée dans ce rapport est peu précise et l’avenir de la planification est envisagée d’une façon aléatoire.

« Le CNE estime que si, de toute façon, l’économie française doit, durant toute une période de reconstruction, être dirigée selon un plan d’ensemble, il serait prématuré de faire dès maintenant un choix entre l’instauration définitive d’un régime de planification intégrale et le retour à des méthodes plus souples ».

  • 4 René Courtin, Rapport sur la politique économique d’après-guerre, Alger, Combat, 1944, 109 p.
  • 5 Ainsi, le rapport Courtin évoque un grand emprunt de consolidation pour résorber les disponibilités (...)

4A titre d’hypothèse, la durée du plan est fixée à trois ans. Sa fonction sera surtout de ventiler les investissements, ceux de la reconstruction immobilière en particulier. Le rapport Courtin s’attache plus à évoquer les structures administratives qui devraient prévaloir qu’à fixer des objectifs ou même à proposer des orientations pour le plan4. Sur cette question comme sur d’autres, P. Mendès France a effectivement puisé dans ce rapport, le dépassant souvent, le contredisant parfois5.

5D’autres études que P. Mendès France ne citent pas, sont plus détaillées sur l’organisation de la future planification. Il en est ainsi des indications fournies par les documents de M. Blocq Mascart.

  • 6 Maxime Blocq Mascart est un des fondateurs du mouvement de résistance d’inspiration conservatrice, (...)

« Un plan devrait être dressé par un organisme comprenant des représentants des organes de direction économique et du mouvement syndical. Cet organisme (l’Assemblée Nationale Économique) n’établirait pas le Plan ; ceci devrait être fait par les responsables politiques du pays et être garanti par des groupes de production responsables devant l’État. Ces directives de planification seront impératives pour les secteurs importants de l’économie française. Dans les autres secteurs, elles pourront anticiper ce que l’initiative privée développera librement »6.

6Les travaux de la Commission d’Étude des Problèmes Économiques réunie par A. Philip, Commissaire socialiste du CFLN, ont débouché sur des conclusions radicales qu’il publie en 1944.

  • 7 André Philip, Les réformes de structure, Alger, sd.

« Il apparaît donc nettement que l’économie française de demain devra être dirigée : un plan doit être élaboré qui couvrira l’ensemble de la production française (...). Du moment que l’on reconnaît la nécessité de la planification, il n’y a plus de secteur libre possible, car aucun élément de l’économie ne saurait échapper au plan »7.

  • 8 Interview de Jean Monnet, le 5 octobre 1970, in Sven Nordengren, Economie and social targets..., op (...)

7Les exemples pourraient sans doute être multipliés sans pour autant être concluants. La paternité algéroise de la notion de planification reste obscure en dépit de la volonté du courant de pensée socialiste de vouloir l’assumer. Il faut sur cette question laisser la conclusion à Jean Monnet. « Dans le Comité de Libération plusieurs projets ont été proposés, mais je suis incapable de dire lesquels d’entre-eux étaient réalisables »8.

  • 9 Henri Michel et A. Miktine Guetzevitch, Les idées politiques et sociales de la Résistance, Paris, P (...)
  • 10 Marcel Dufriche, « Plans quinquennaux soviétiques et planisme bourgeois », Cahiers du communisme, n (...)

8Le programme du Conseil National de la Résistance évoque allusivement la perspective de la planification : « L’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’État après consultation des représentants de tous les éléments de cette production »9. Le Parti Communiste Français approuve, par l’intermédiaire du CNR, le projet d’établir un plan de production. Pourtant il ne conçoit, à ce moment, de possibilités de planification que dans le cadre d’une société socialiste10. Un document de décembre 1944 fournit un exemple partiel de la volonté de militants ou de sympathisants d’entreprendre une planification totale de l’économie française. Ce projet de Plan prend appui sur la « charte de la Résistance » (c’est-à-dire sur le programme du CNR). L’auteur, citant B. Frachon, estime que les destructions en France sont moindres que celles de l’économie russe en 1921. Le niveau de production français de 1938 sera atteint en 1948. « Pour effectuer une « révolution » aussi profonde, il faut d’abord installer aux leviers de commande les « révolutionnaires » convaincus et décidés qui voudraient l’entreprendre ». Ce plan de 10 ans prévoit un quadruplement du revenu national (de 200 à 800 milliards de francs constants). C’est un Ministère du Plan qui procédera à l’exécution de ce plan en collaboration avec les autres Ministères, et il y aura des ministères par branches industrielles.

  • 11 Nahas (?), Membre de l’Unitec, ancien directeur du commerce et de l’industrie de l’État de Syrie. « (...)

« En résumé, du moment que la France s’engage dans la voie de la nationalisation et de la planification de son Économie, autrement dit la voie du Socialisme scientifique et rationnel, il lui est impossible de ne pas suivre toutes les étapes que l’Union Soviétique a suivies avant elle »11.

9A Londres, à Alger, en France les idées précises sur la planification sont rares. Cela tient aux incertitudes sur l’avenir militaire et poli tique, aux difficultés de communications entre la Résistance et la France Libre et à l’hétérogénéité politique de la Résistance et du CFLN. Certains projets sont plus précis, comme ceux portant sur l’administration ou d’une autre façon sur la politique monétaire, mais un projet de plan peut, moins que tout autre, être élaboré en dehors de la réalité économique et politique pour lequel il est prévu. A la Libération, ces idées générales se transforment progressivement en politiques économiques. L’action de P. Mendès France contribue pour une part à cet effort de précision. Ses collègues du CFLN vont devoir passer d’une opposition presque instinctive envers sa politique à des propositions. Il revient au Commissaire aux finances d’avoir défendu une politique économique qui inclut la planification. Cela ne s’est pas fait sans difficulté.

Le plan à la Libération

  • 12 Jean Lacouture, Pierre Mendès France, Paris, Seuil, 1981, p. 158.

10Le 30 mars 1944, il écrit à G. Boris : « Je soutiens mon projet à peu près contre tout le monde » ; et il évoque la démission qu’il a retirée à la demande du général De Gaulle12. Nommé Commissaire aux Finances en novembre 1943, il se consacre à la préparation du budget et il précise les premiers éléments de sa politique monétaire. Une lettre du 12 février 1944, de Jean Monnet à Pierre Mendès France en présente indirectement quelques aspects. La planification n’est pas mentionnée mais la divergence de point de vue sur les questions monétaires est un indicateur des conceptions économiques d’ensemble de deux protagonistes de la planification de l’après-guerre.

11Cette lettre porte sur les parités entre le franc et les monnaies anglaises et américaines. C’est aussi un débat préalable à celui qui aura lieu au printemps 1944 sur les hausses de salaires. Lors de réunions informelles, les experts américains (Harry White, Sous-Secrétaire d’État à la Trésorerie), belges, anglais, hollandais, norvégiens et français (Jean Monnet, Commissaire en Mission, H. Alphand et A. Istel), ont recherché à harmoniser leurs points de vue. « Ni déflation excessive, ni théorie catastrophique de la monnaie, telle fut dès le début, notre conclusion commune ». Entre les trois taux étudiés soit 200, 250 et 300 francs pour une Livre, les Belges et les Hollandais ont indiqué leur préférence pour un taux équivalent à 250 francs pour une Livre. Les Américains n’ont pas critiqué ce choix. « Toutefois, M. Harry White, parlant à titre personnel, a laissé nettement entendre que les monnaies belges et hollandaises lui paraîtraient surévaluées à ce taux ».

12Jean Monnet conclut sa lettre en développant son point de vue. Il suggère une parité différente en prenant en compte la détérioration particulière de l’économie française.

  • 13 Lettre de Jean Monnet à Pierre Mendès France, le 12 février 1944, Archives Économiques et Financièr (...)

« A mes yeux les conséquences sont claires, avec un taux de change de 200 francs pour la Livre, nous serions obligés d’importer une déflation des prix et nous n’aurions qu’une marge très faible pour relever les salaires (...). Il nous faut donc une marge plus grande de sécurité et je crois qu’un chiffre inférieur à 300 francs par Livre ne comporterait pas cette marge que pour ma part je crois essentielle »13.

  • 14 Ce débat est évoqué par Guillaume Guindey lors d’un entretien avec des historiens.
    Bulletin du cent (...)
  • 15 Note au sujet de la fixation du cours du franc métropolitain au moment de la Libération, le 6 mars  (...)

13Trois propositions sont en présence. P. Mendès France veut maintenir le taux de 200 francs ; il refuse l’hyper-inflation14. Il reprend ce point de vue à la séance du Comité économique du 26 avril15. Il obtient provisoirement gain de cause le 2 novembre 1944 par l’extension de ce taux de la France Libre aux territoires recouvrés.

  • 16 Comptes rendus des comités économiques interministériels des 19 et 26 avril 1944, AN F60 896, dossi (...)

14Les Belges et les Hollandais envisagent un taux de 250 francs. Cette position est partagée par F. Giacobbi (Commissaire au Ravitaillement et à la Production). Il demande le 19 avril que le taux de 200 francs soit provisoire avant de « se tenir » entre 240 et 280 francs. Contre P. Mendès France, il estime que le taux de 200 francs provoquera une fuite devant la monnaie16.

  • 17 Le taux est de 480 francs pour la France métropolitaine, il y a pluralité du franc : 282,35 pour le (...)

15Jean Monnet souhaite un taux de 300 francs minimum et cette opinion est partagée par Harry White. Or, le 26 décembre 1945, conformément à la ratification des Accords de Bretton Woods, c’est le taux de 480 francs qui est adopté. Cette décision est prise simultanément à la création du Commissariat Général du Plan17.

  • 18 Pierre Mendès France, note citée du 6 mars 1944, « Sur les questions monétaires et financières ».

16Le 26 février 1944, P. Mendès France présente ce que l’on peut considérer comme son programme ministériel18. Le point de départ de son analyse est monétaire. Il a pour objectif d’éviter la crise monétaire et les « convulsions sociales » qui en découleraient. Mais avant même d’aborder les mesures visant à résorber la masse monétaire, il affirme la nécessité d’accroître le ravitaillement et la production. Dans un contexte d’absence de liberté économique, cette croissance repose sur l’organisation d’un plan. Ce document établit un principe de la démarche mendésiste : les mesures monétaires, la politique financière, la politique industrielle, la planification forment un tout.

17Le plan qu’il prévoit se réfère au plan anglais et il compte utiliser les structures administratives créées par Vichy et notamment la DGEN qui pourra devenir un véritable Bureau du Plan. La centralisation des décisions est l’axe de son projet.

  • 19 Idem, p. 8.

« Il est certain d’ailleurs que les problèmes posés en matière de production et d’importation devront prendre place dans un plan d’ensemble et que les autorités spécialisées devront être au service d’une politique unique, définie par une autorité économique centrale, laquelle recevra les moyens de déterminer ses buts et de faire respecter ses décisions »19.

18Le mot « plan » est utilisé cinq fois, mais le mot planification n’apparaît pas. Il insiste sur la signification technique du plan beaucoup plus que sur ses aspects politiques ou idéologiques. Il propose de réutiliser la DGEN, et se montre de façon continue partisan de l’utilisation de l’appareil d’État hérité de Vichy. Ces préoccupations techniques n’excluent pas les notions d’épuration et de démocratisation. P. Mendès France prend en compte les aspirations exprimées par le programme du Conseil National de la Résistance.

  • 20 Lettre du commissaire aux Finances, le 20 avril 1944, AN F60 896, dossier 5.

« Le CFLN et moi-même sommes décidés à maintenir lors du débarquement ces divers groupements [professionnels] sous réserve de réviser leurs objectifs, d’épurer les cadres et de les soumettre au contrôle des organisations ouvrières et des organisations de la Résistance »20.

  • 21 Note pour Ofroy (secrétaire général par intérim du Comité économique), le 4 avril 1944, AN F60 896, (...)

19Une note du 4 avril 1944 décrit l’accueil réservé à ses projets par certains commissaires21. « Le Commissaire aux finances a posé le principe d’une politique financière de déflation menée à une échelle qui imposait à ses yeux un contrôle absolu par ses services de l’ensemble de la politique économique et sociale ». Son programme pose la question de la « soudure » des administrations sous son autorité. Cet exposé « doctrinal » (le mot remplace une première version raturée : dictatorial – sic) n’est pas accepté par le CFLN. Il est combattu en particulier par F. Giacobbi et par A. Tixier (Commissaire aux affaires sociales). F. Giacobbi défend les prérogatives de ses fonctions, il souhaite aussi que les denrées agricoles soient payées en billets aux producteurs et non en nature comme le demande le Commissaire aux finances. Ses projets de politique industrielle ne sont pas connus, mais le Secrétariat du comité économique remarque : « Il ne semble pas que le souci de concordance étroite avec un plan tracé d’avance y soit exprimé, ni une direction des investissements amorcée ». A. Tixier prône une politique des salaires qui dans les faits, contrarie celle de Mendès France. La note conclut sur le déséquilibre interne du CFLN et sur les incertitudes qui en découlent.

« Tout cet exposé montre que les projets du Commissaire aux finances ne sont pas sérieusement ébranlés, mais ils risquent de l’être si l’unité de doctrine n’existant pas entre les Commissariats, une autorité forte et capable d’action assez rapide ne coiffe pas l’activité des départements économiques ».

  • 22 Note pour Louis Joxe, Politique des salaires, le 6 juin 1944, AN F60 896.
  • 23 Lettre à Georges Boris, le 30 mars 1944, in Jean Lacouture, Pierre Mendès France, op. cit., p. 158.

20L’hostilité à la politique du Commissaire aux finances se manifeste par des décisions ponctuelles qui la contournent plutôt que de l’affronter véritablement. Il en est ainsi pour le niveau des salaires. En avril, les salaires sont fixés en Algérie selon le système du « minimum vital ». Cela conduit à des hausses plus élevées que ne le voulait Mendès France ; « car dans les trois territoires l’initiative appartient aux organisations ouvrières ; en outre, les patrons ne s’opposent à aucune augmentation, puisqu’ils les incorporent – avantageusement souvent – dans leur prix de vente »22. P. Mendès France constate cette situation dans une lettre à Georges Boris : « Tixier, dont vous paraissez attendre qu’il m’appuie dans cette affaire, s’est laissé complètement entraîner par les représentants de la CGT, lesquels, à leur tour, ne veulent pas être moins démagogues que les communistes »23.

21Au printemps 1944, P. Mendès France n’est pas parvenu à imposer ses choix. Son projet d’ensemble de février est écorné mais il n’est pas compromis. L’opposition à sa politique salariale va au-delà du PCF. En Tunisie, c’est l’ensemble de l’Administration qui se veut l’interprète de l’opinion publique en s’opposant aux projets du Commissaire aux finances. Le Conseil supérieur de la Tunisie proteste contre le refus du Commissaire aux finances d’attribuer une indemnité temporaire aux fonctionnaires.

  • 24 Regal, Tunis, aux Affaires Étrangères, le 10 août 1944, AN F60 915, dossier Najem.

« J’ai l’honneur de faire connaître à Votre Excellence qu’une décision rejetant les propositions de l’Assemblée budgétaire ne manquerait pas d’avoir, au double point de vue social et politique des répercussions très fâcheuses dans l’opinion locale, française et tunisienne »24.

  • 25 A. Tixier, Projet de décision concernant la politique économique, financière et sociale du comité, (...)

22A. Tixier défend une politique plus souple en matière de salaires et son argumentation n’est pas seulement inspirée par les organisations ouvrières25.

  • 26 Lettre de Pierre Mendès France au général De Gaulle, le 18 janvier 1945 ; in Charles De Gaulle, Mém (...)

23Ce débat se prolonge et trouve sa conclusion provisoire dans la lettre de démission que le Ministre de l’économie nationale fait parvenir au Général De Gaulle le 18 janvier 194526. Les précautions techniques dont P. Mendès France entendait s’entourer auraient-elles permis d’éviter les conséquences sélectives sur le plan social d’une politique de type déflationniste ? Il reste que cette politique des salaires ne prend tout son sens que si elle est mise en relation avec l’ensemble de la stratégie économique de P. Mendès France.

L’action de Pierre Mendès France

24Les débats sur l’organisation et les attributions du Ministère de l’économie nationale prennent une importance croissante de juillet à novembre 1944. Jusqu’en août, le CFLN en reste à l’expectative en conservant le principe d’un futur Ministère de la vie économique. Pierre Mendès France a prévu quant à lui un grand Ministère de l’économie nationale et un plan. Une initiative de Jean Monnet suscite de nombreux débats qui précisent les positions en présence.

25Le Commissaire en mission est engagé dans les négociations commerciales et les problèmes du prêt-bail. De ces discussions, il tire la conclusion suivante le 1er août 1944 :

  • 27 Jean Monnet, Propositions relatives à la constitution d’un organisme d’exécution d’urgence des plan (...)

« Nous savons d’avance que ces ressources venues de l’extérieur, ajoutées aux ressources françaises, ne seront pas suffisantes pour les besoins du pays. Il est donc essentiel d’en prévoir la répartition, et cela ne peut se faire que sur un plan d’ensemble »27.

  • 28 AN F60 896, dossier 21, documents 55 et 57.
  • 29 Note pour Hervé Alphand, le 7 novembre 1944, AN F60 896, dossier constitution du comité économique.
  • 30 Projet d’ordonnance, le 10 août 1944, AN F60 896, dossier 23, document 52.
  • 31 Note du Commissaire aux Finances, le 12 août 1944, AN F60896, dossier 21, doc.53.

26Il propose la création d’un Comité des importations aux compétences très larges qui est, avant la lettre, un organisme de planification de la reconstruction. Ce projet d’un Comité exécutif des importations est adopté le 16 août 194428. En dépit de ce rapide succès, cet organisme ne jouera pas le rôle que lui attribuait Jean Monnet. Il est rattaché au Ministère de l’économie nationale en novembre 194429. Ce projet a été immédiatement l’objet de deux contre-propositions. François Giacobbi présente le 10 août un projet d’ordonnance. « Il confie tout d’abord à un Commissaire unique, le Commissaire au ravitaillement et à la production les responsabilités de la répartition des matières premières, de l’énergie et des approvisionnements de toute nature à toutes les activités quel que soit le département dont elles relèvent »30. Le Commissaire aux finances intervient par une note du 12 août. Il rappelle la nécessité d’un plan d’ensemble. « Un tel Plan ne peut résulter de la juxtaposition de programmes établis séparément, il doit en constituer la synthèse »31. Il lie la préparation de ce plan à l’élaboration de listes de catégories d’entreprises productrices qui pourront recevoir monnaie, matières premières et main-d’œuvre en priorité. Cette notion d’entreprises productives recoupe celle qu’il utilisera ensuite « d’entreprises essentielles ».

  • 32 Note pour le général De Gaulle, le 10 août 1944, AN F60 896, dossier constitution du comité économi (...)

27L’affaire est importante et le Secrétariat du comité économique présente une note au général De Gaulle32.

« Un cas concret qui aura une très grande importance de principe va se poser incessamment, le Commissaire aux finances ayant demandé que le Comité précise à qui sera rattachée la DGEN. Si cet organisme est rattaché à l’un des Commissariats techniques, il en résulte que le Comité économique reste définitivement cantonné dans ses besognes secondaires ; si, au contraire, il relève du Comité économique, il en découle que ce Comité et son secrétaire général constituent, jusqu’à ce que puisse être créé le Ministère de la vie économique l’organe compétent en matière de planification ».

  • 33 L’évolution de la coordination économique, le 7 octobre 1944, Idem.

28A cette question le Secrétariat du comité économique répond subtilement. Le rôle de coordination économique qui est le sien est indispensable et son autorité repose sur celle du Président du GPRF. Il propose donc de mettre cette structure en réserve en attendant que le Ministère de l’économie nationale ait endossé l’impopularité des premières mesures. Alors, éventuellement, le Comité économique pourra à nouveau jouer son rôle. « Il faut maintenir un organisme tout prêt, en cas d’échec, à reprendre le travail de coordination »33.

29Il est évident que ce débat déborde celui des compétences ministérielles. C’est de l’ensemble de la politique industrielle et de la planification dont il s’agit. Comme pour le taux de change du franc en février, trois positions sont en présence. Celle de Jean Monnet est liée à l’imbroglio des négociations financières et commerciales franco-américaines. P. Mendès France prolonge ses grandes orientations de février. F. Giacobbi et le Comité économique se déterminent à partir de considérations conjoncturelles et tactiques.

  • 34 Tanguy Prigent, Réforme de l’Économie nationale, sd, (fin octobre 1944), AN F60 896, dossier 27, do (...)

30Il n’est pas certain que le refus d’un grand Ministère de l’économie nationale corresponde à un refus de la planification. F. Tanguy Prigent (Ministre de l’agriculture) souhaite vivement un organisme de planification centralisé, mais il ne veut pas que le Ministère de l’économie nationale en ait seul la direction34. Le général De Gaulle refuse l’attribution des relations économiques extérieures au futur ministère. Pour lui, les relations d’État à État doivent passer par un organisme spécialisé (35). Ce n’est pas la planification qui est en cause. L’adhésion au principe général d’un plan tel qu’il est évoqué par le rapport Courtin n’est pas remise en question à travers ces débats sur les structures et les pouvoirs du Ministère de l’économie nationale. De ce fait, le capital politique que représente cette idée est inentamé à l’automne 1944.

  • 35 Pierre Mendès France est nommé Ministre de l’économie nationale le 9 septembre 1944.

31Entre le 9 octobre et le 2 novembre plusieurs projets d’organisation du Ministère de l’économie nationale sont examinés35. L’ordonnance du 23 novembre 1944 en définit l’organisation conformément au schéma suivant :

  • 36 D’après le texte du 23 novembre 1944, AN F12 10144.

Le Ministère de l’économie nationale d’après l’ordonnance du 23 novembre 194436

32La formule adoptée en novembre n’assure pas la prépondérance du Ministère de l’économie nationale. Les projets sont contresignés par les ministères concernés et par celui de l’Économie nationale. De plus, cette ordonnance est en partie vidée de son contenu par de discrètes interventions. Le 11 janvier 1945, le Ministère de l’économie nationale a exigé que les demandes diverses de la Production industrielle soient adressées à sa Direction des relations extérieures. Or, le 23 février, Robert Lacoste, Ministre de la production industrielle, adresse une note aux répartiteurs de l’OCRPI.

  • 37 Directives de Robert Lacoste, le 23 février 1945, AN F12 10141.

« Afin de ne pas compromettre les négociations en cours, je serais obligé à Messieurs les répartiteurs placés sous mon autorité, de ne prendre aucune liaison, ni d’avoir aucune conversation avec la Direction de la répartition au Ministère de l’économie nationale »37.

  • 38 Programme de travail du Ministère de l’économie nationale octobre 1944-décembre 1945, exposé au con (...)

33P. Mendès France se plaint d’avoir mis trois mois pour obtenir l’attribution de l’OCRPI ; or, pendant ce temps, plusieurs Ministères (il cite la Marine, l’Air et surtout la Production industrielle) ont récupéré leurs fonctionnaires de valeur. « Je signale le manque d’hommes de qualité, je travaille avec une poignée de collaborateurs dont le dévouement ne compense pas le petit nombre »38.

  • 39 Idem.
  • 40 L’emprunt est lancé en novembre 1944 par Aymé Lepercq, Ministre des finances et familier des problè (...)

34Pourtant la position politique de Pierre Mendès France semble solide. Il a pu faire adopter par le Conseil des ministres du 17 novembre 1944 un texte important où il définit à nouveau, en le précisant et en le modifiant l’ensemble de son programme39. Comme en février, il associe sa politique industrielle et sa politique financière. A présent, il prend appui sur ce qui s’est passé en Corse pour illustrer son projet L’emprunt Lepercq, qu’il a combattu, n’est pas un obstacle insurmontable40. Il entend en contrôler l’utilisation dans le cadre de la planification.

  • 41 Programme de travail du 17 novembre 1944, note citée.

« Le Plan est destiné à réaliser l’équilibre nécessaire entre des intérêts qui ne peuvent pas s’accorder spontanément, des besoins innombrables et des ressources limitées, des satisfactions immédiates et la préparation de l’avenir »41.

  • 42 Idem, le terme de goulot d’étranglement qui est utilisé ici est une notion clé du futur Plan Monnet
  • 43 Idem.

35Ce Plan suppose que les salaires, même réajustés, n’atteindront pas le niveau de 1938, que le rationnement sera maintenu et que la semaine de travail de 48 heures sera instituée. Politique des salaires et plan ne sont pas des innovations chez Mendès France, même s’ils sont ici détaillés avec une plus grande fermeté qu’auparavant. Mais il introduit un troisième volet à son programme : les nationalisations. En attendant la réalisation du Plan, il faut supprimer les « goulots d’étranglement » à l’aide des réformes de structure que sont les nationalisations42. Il fournit une liste explicite de nationalisations : les banques et les assurances, le charbon, l’électricité, l’industrie de la machine outil. Il considère que « l’industrie lourde pose un problème délicat mais qu’il n’est pas moins urgent de donner une solution novatrice »43.

36Il n’est pas évident que Mendès France ait été jusqu’à là partisan des nationalisations. Le document programme de février 1944 ne les mentionne pas. On peut même se demander si sa politique d’austérité financière n’était pas contradictoire au principe de la nationalisation. La question est posée par un document de mars 1944.

  • 44 Note pour le général De Gaulle, le 1er mars 1944, AN F60 915.

« Le Commissariat aux finances limite strictement aux entreprises de services publics les avances de trésorerie à prévoir en les subordonnant à l’octroi de garanties très sévères. Par là même, il s’oppose à toute politique d’engagement de l’État et, par voie de conséquence directe, à la nationalisation immédiate des industries clés dont s’inquiétait la note du Commissariat à la production »44.

37L’introduction des nationalisations dans son programme est-elle un tournant ou un approfondissement ? Son exposé du 17 novembre constitue un ensemble cohérent où il ne renie rien des aspects financiers et des projets de planification. Ce qui fait pencher pour la deuxième solution. Quoi qu’il en soit, il faut intégrer cette démarche dans la recherche d’un soutien du général De Gaulle à sa politique. Le nouveau programme de novembre se termine en effet par une adresse au Président du GPRF.

  • 45 Programme de travail du 17 novembre, doc. cit.

« Cet appel au travail reconstructeur, à la croisade pour le redressement, c’est une tâche qui incombe éminemment au Chef du Gouvernement. L’opinion des divers ministres ne compte guère aujourd’hui : ceci est un cabinet d’Union Nationale, c est-à-dire un cabinet dont les membres sont en désaccord avoué sur un grand nombre de questions, même essentielles. Ils se sont réunis pour une œuvre commune, pour libérer la France d’abord, poursuivre la guerre jusqu’à la victoire ensuite. Mais chacun sait qu’en dehors de cela ils ne sont pas d’accord. Dès lors, l’opinion de tel ou tel ministre n’a pas d’importance, car il y a toujours un autre ministre qui pense autrement ; seulement, il y a un arbitre et c’est sa décision que le pays veut connaître. Il doit, à mon sens, jeter son immense crédit personnel dans la balance pour inviter la Nation qui attend ses mots d’ordre au travail, aux privations et, au besoin, aux sacrifices indispensables »45.

  • 46 Entretien avec Pierre Mendès France, le 30 octobre 1981 (se rapporter à l’annexe 2, p. 270).

38Au sein du Comité économique les désaccords entre P. Mendès France et R. Lacoste, F. Giacobbi, et R. Dautry sont nombreux et se manifestent ouvertement Le débat avec R. Pléven (Ministre des finances depuis le 14 novembre 1944, après la mort accidentelle de A. Lepercq) apparaît peu dans cette instance. « Le désaccord était plus profond, il était général et il était rare que la contradiction apparaisse sur un objet déterminé »46.

39Dans cette situation incertaine, P. Mendès France prend une série de mesures qui sont les premiers jalons de sa politique de planification.

  • 47 Lettre du Ministre de l’économie nationale au Délégué général à la reconstruction, le 16 octobre 19 (...)

« Seront prochainement constitués un bureau du Plan et un Conseil supérieur du Plan. Toutefois, la mise en vigueur du Plan National qui s’échelonnera sur un certain nombre d’années (6 ans probablement) nécessitera un travail de préparation qui sera inévitablement long. Le travail devra en effet comporter les suggestions et les désirs des différents départements ministériels. C’est pourquoi, je ne pense pas qu’on puisse envisager pour sa mise en vigueur une date plus rapprochée que celle de janvier 1946 ou du 1er juillet 1946 »47.

  • 48 Comité économique du 11 décembre 1944, AN F60 897, dossier 43.
  • 49 Lettre au Ministre de l’économie nationale, le 24 novembre 1944, AN F60 897, dossier 43.

40Dès sa prise de fonction, il nomme G. Boris chargé de mission pour s’occuper notamment du Plan. Il tente de mettre en place la publication d’un bulletin de conjoncture hebdomadaire48. Le 16 novembre il organise une réunion sur le fonctionnement de l’économie avant l’application du Plan national49. Il fait imprimer la Tranche de démarrage élaborée par la DGEN augmentée d’un préambule.

  • 50 Tranche de démarrage, doc. cit., novembre 1944. Le préambule est numéroté en chiffres romains pour (...)

41Ce préambule vraisemblablement rédigé par les responsables de la DGEN est un document charnière. Il est ajouté en novembre 1944 au texte du Plan élaboré en 1943-194450. Il précise (ou redéfinit) les objectifs de ce travail : « La DGEN a dessiné à larges traits un plan décennal et, d’un contour plus net, un ensemble d’opérations de démarrage, valables pour les deux premières années, celles qui entameront la reconstruction et durant lesquelles se fera le passage de l’économie de guerre à l’économie de paix ». Ce préambule ne peut s’éloigner trop du contenu de la Tranche de démarrage et on y retrouve les traits caractéristiques de la planification envisagée par la DGEN en mai 1944. Il réaffirme le paradoxe du plan conçu comme une limitation, et non un développement du rôle de l’État. « On peut même affirmer qu’un plan doit conduire l’État d’abord à mieux s’informer, ensuite à coordonner son action et, par là, peut-être à intervenir moins, en tous cas plus judicieusement » (préambule p. XIII). C’est un moyen de lutte contre le chômage, et c’est avant tout une méthode de régulation économique contre les crises. « Après une ére de production à outrance, nous devons nous consacrer à organiser le terrain au fur et à mesure qu’il sera acquis, à canaliser le progrès afin de prévenir ces brusques reculs qui prennent tournure de catastrophe, de gravité croissante » (préambule p. XIV). Le préambule fait apparaître fortement la volonté de ne pas reconstruire en l’état.

« Puisque notre pays a été ravagé, ne nous contentons pas de reproduire à l’identique, gardons-nous de reconstruire n’importe comment. Refaisons notre pays à neuf, tel que nous voulons qu’il soit, en respectant ses caractères propres, tout ce qu’il a pu accumuler de profondément humain et qui représente une civilisation que nous aurions tort de renier. Travaillons aussi dans un esprit nouveau, empreint de générosité, de largeur de vue » (préambule p. IV).

42Mais le passage le plus neuf du texte est la définition du plan comme la pierre d’attente pour une construction internationale.

« La grande tâche qui incombe maintenant au XXème siècle est une tâche de réconciliation : réconciliation à l’intérieur, des intérêts différents, réconciliation internationale des aspirations des peuples différents. L’une et l’autre, dans un monde dont le progrès réduit les dimensions ne résulte que d’une répartition concertée des activités » (préambule p. XVI).

  • 51 Note sur les entreprises essentielles, le 22 décembre 1944, AN F60 898, dossier 50, document 102 c.

43En publiant, sous sa responsabilité, la Tranche de démarrage, P. Mendès France veut pouvoir étudier ce plan comme base documentaire de ses propres projets. Mais il le fait aussi pour gagner du temps car l’application de son programme rencontre une opposition croissante. Le 14 décembre, il soumet une ordonnance sur le Plan et le classement des entreprises essentielles. Cette démarche suscite l’inquiétude de H. Alphand. « L’objet principal de cette ordonnance est de donner au Ministère de l’économie nationale et au Conseil supérieur du plan, dont la composition n’est pas encore connue, les pouvoirs de décider que certaines entreprises sont « essentielles » à l’économie de guerre et de reconstruction »51. Il considère que c’est une mesure inutile et dangereuse, car le Comité économique convient selon lui pour fixer ces directives. Ce projet d’ordonnance est écarté par le Comité économique du 15 janvier 1945 après qu’il ait suscité des interventions critiques de R. Lacoste et de R. Dautry.

  • 52 Comité économique du 15 janvier 1945, AN F60 898, dossier 51, document 115 c.

« Ce projet aurait pour conséquence une augmentation considérable du nombre des fonctionnaires et des formalités ; il aboutirait à paralyser la distribution des matières premières et des moyens de production entre les entreprises »52.

44Il est probable que ce rejet est la cause directe de sa seconde proposition de démission qui intervient trois jours plus tard (lettre du 18 janvier). Depuis le 17 novembre, Mendès France n’a pas modifié ses objectifs, la composition du gouvernement n’a pas changé. Faut-il en conclure que le Ministre de l’économie nationale n’espère plus alors être soutenu par le général De Gaulle ?

  • 53 Note d’information du comité économique, le 27 janvier 1945, AN F60 915, dossier notes d’informatio (...)
  • 54 Séance du comité économique du 9 mars 1945, AN F60 899, dossier 61.

45Au sein du cabinet « d’union nationale », les initiatives du Ministre de l’économie nationale sont entravées sans répit de janvier à mars. Le 27 janvier, sa proposition de créer un Secrétariat général aux affaires économiques pour l’Afrique du Nord est repoussée par le Ministre des affaires étrangères et par le Ministre de l’intérieur53. Le 9 mars, il crée une Division des Conférences internationales au Ministère de l’économie nationale. Cette décision est vivement critiquée par G. Bidault auquel se joignent F. Giacobbi et R. Dautry54.

  • 55 Les hésitations du Général De Gaulle sont évoquées dans Jean Lacouture, Pierre Mendès France, op. c (...)

46En dépit de la fermeté de sa lettre de démission, il accepte de rester au gouvernement. La volonté d’éviter une crise politique dans le contexte militaire et diplomatique est une des raisons de ce maintien. Cette situation pourrait aussi refléter les hésitations du général De Gaulle quant à la politique à suivre55. Mais comment P. Mendès France peut-il encore faire appliquer son programme ? Au cours des mois de février et de mars 1945, il prend une série d’initiatives qui constituent une offensive politique.

  • 56 Jean-Paul Scot, « Stratégies et pratiques du PCF, 1944-1947 » in Le PCF, étapes et problèmes, Paris (...)
  • 57 Réunion du comité directeur du Parti socialiste, le 25 janvier 1945, intervention de Salomon Grumba (...)

47Le Parti communiste a procédé à une rectification considérable de sa stratégie depuis novembre, ratifiée par le Comité Central du 21 janvier 1945. Il se prononce d’une façon plus déterminée qu’avant pour le processus de reconstruction politique et économique du pays56. La SFIO s’est engagée dans un rapprochement avec le PCF sur lequel elle hésite beaucoup ; ainsi d’ailleurs que sur le maintien de ses ministres au gouvernement57. Il y a, en janvier-février 1945, tous les éléments d’une crise politique et la vraisemblance d’un progrès de la gauche socialiste et communiste.

48L’analyse des textes des émissions de radio du Ministre de l’économie nationale permet de repérer un infléchissement de son discours à la fin de janvier 1945. Le mot sacrifice, si fréquemment employé auparavant, n’apparaît plus après cette date. Le souci d’expliquer et de justifier l’action du gouvernement fait place à celui de décrire certains aspects des combats des travailleurs dans la reconstruction (en critiquant cependant les paysans). L’exemple de l’URSS est cité à plusieurs reprises, ce qui est nouveau. L’accent est mis sur ce qui permet la confiance et l’optimisme. La dernière intervention, le 24 mars, évoque « les signes avant-coureurs du redressement » (59). P. Mendès France ne s’adresse plus indistinctement à la nation, il manifeste une attention particulière aux ouvriers.

  • 58 AN F60 423, dossier économie nationale.
  • 59 Lettre de Pierre Mendès France, le 27 mars 1945, AN F60 907.

49En février-mars, le Ministre de l’économie nationale fait circuler un jeu de trois documents qui synthétisent les trois volets de son programme : la politique monétaire et financière, la planification, les nationalisations. Concernant la première, il réaffirme ses positions en prenant soin de faire savoir qu’il les a défendues antérieurement. Le 23 février 1945, il fait réimprimer son programme de travail exposé devant le Conseil des Ministres du 17 novembre. Ce document est diffusé à tous les Ministres. Une note manuscrite de P. Mendès France demande que la date de première utilisation du programme de travail (le 17/11/44), soit soulignée au crayon rouge pour que personne ne puisse ignorer la continuité de son action58. En second lieu, il met en circulation la Tranche de démarrage avec son préambule de novembre. Il y joint une lettre où il donne des indications très précises sur ses propres projets de planification59. Il distingue trois périodes ; de dépannage, de démarrage, du Plan proprement dit.

  • 60 « Plan Pons de l’automobile », Notes documentaires et études, n° 268, mars 1946.

50Dans un premier temps, il s’agit de réponses conjoncturelles et nécessairement désordonnées aux besoins des divers secteurs d’activité. Cette période durera jusqu’au 1er janvier 1946. Puis suivra une période de deux ans, dont la Tranche de démarrage fournit le cadre. Toutefois, il faut mettre à jour les données de ce plan compte tenu des événements de 1944-1945 et surtout des destructions. Le Ministre de l’économie nationale souhaite que les commentaires et les mises à jour soient retournés avant le 1er mai 1945. Pour la troisième phase, celle qui débuterait en 1948, il estime avoir le temps. Il se propose d’étudier les divers projets de planification par branches comme le plan quinquennal de l’industrie automobile60.

  • 61 Les réformes de structures : limites du secteur à nationaliser, ordre d’urgence, le 30 mars 1945, 8 (...)

51Il intègre donc les projets de la DGEN dans sa stratégie du Plan, quitte à en modifier certains aspects. Cette démarche qui est dans la logique des conceptions de P. Mendès France témoigne néanmoins d’une certaine précipitation. Il publie simultanément un important document sur les nationalisations61. Pour lui, les nationalisations sont nécessaires et elles sont rendues possibles par l’assentiment des organisations de la Résistance et du CNR. L’économie dirigée qu’il envisage se répartit en trois secteurs ; nationalisé, contrôlé et libre. Le secteur contrôlé où se trouveront les grands organismes coopératifs, les activités du commerce extérieur, sera régi par les offices professionnels qui subsisteront. Ses limites avec le secteur libre (où les syndicats professionnels joueront leur rôle) seront précisées par le plan. Par contre, il veut établir immédiatement les limites du secteur nationalisé afin de ne pas laisser planer d’incertitudes. Ce sont les besoins de la reconstruction qui commandent la liste des nationalisâmes : charbonnages, électricité, pétrole, banques et assurances, transports ferroviaires, maritimes, aériens, fabrication des camions, industrie sidérurgique et de la machine outil. Il précise en conclusion que le cas de l’industrie chimique est expressément réservé. Il souhaite que le gouvernement adopte des priorités pour une première tranche urgente : 1) les grandes banques de dépôt, 2) l’industrie électrique, 3) la sidérurgie, 4) l’industrie de la machine-outil. Ce texte associe étroitement les notions de reconstruction et de modernisation en les plaçant sous la responsabilité de l’État qui est ici opposé aux intérêts privés.

  • 62 Idem, p. 7.

« Économiquement, l’État pourra organiser et diriger la Reconstruction Nationale – non pas en vue du rétablissement pur et simple de la situation d’avant-guerre, seul objectif de la plupart des plans fondés sur des considérations d’intérêts privés, mais en vue de l’édification d’un pays plus moderne, plus dynamique et finalement plus riche – que s’il dispose sans réserve des grands moyens clés dont la gestion conditionne toute la vie économique d’un pays évolué »62.

52La liste des nationalisations qu’il envisage est sensiblement augmentée par rapport à celle du 17 novembre. Les nouveaux secteurs sont : les pétroles, les transports ferroviaires, aériens, maritimes, « la fabrication des camions », la sidérurgie. Ce texte est l’occasion pour P. Mendès France de se situer dans le débat en cours sur les nationalisations.

  • 63 Idem, p. 5.

« On a pris récemment l’habitude d’employer indifféremment les expressions « réforme de structure » et « nationalisation ». C’est là une confusion qui porte à la critique. Une réforme de structure peut comporter l’appropriation par l’État d’une entreprise ou d’une catégorie d’entreprises et une telle mesure peut, dans certains cas, être la condition préalable ou nécessaire d’une transformation profonde sur le plan technique. Mais une réforme peut être structurelle tout en n’affectant que le régime et le mécanisme de la production, sans amender sensiblement la base juridique des entreprises considérées »63.

  • 64 Réunion du 11 avril 1945 du comité directeur de la SFIO, intervention de Vincent Auriol, in Cahiers (...)
  • 65 Le Général De Gaulle à la délégation du Parti socialiste, le 17 novembre 1944 (le jour où Pierre Me (...)

53Quelle est la signification politique de cette définition des nationalisations ? En annonçant que les nationalisations doivent avoir lieu rapidement, le Ministre de l’Économie Nationale prend une position plus précise que celle exprimée par le Président du gouvernement lors de son discours du 2 mars à l’Assemblée. P. Mendès France n’emploie pas le terme de socialisation que préfère le Parti Socialiste. Ce vocable est l’objet d’interprétations multiples au sein de la SFIO. Le Parti Socialiste hésite sur son contenu, il est divisé quant à l’attitude qu’il doit adopter vis-à-vis de la politique de P. Mendès France. Cette division apparaît nettement lors du dernier conseil des ministres auquel participe P. Mendès France. Deux ministres socialistes sur quatre ont voté en faveur du Ministre de l’économie nationale le 4 avril 1945 (Augustin Laurent et Adrien Tixier)64. Pourtant, P. Mendès France peut penser que le Parti Socialiste est, a priori, plus proche que tout autre de ses conceptions. C’est ce qu’affirme le général De Gaulle en novembre 1944. « Tout ce que prépare Mendès France va dans le même sens et doit vous donner entière satisfaction »65.

54Reste le Parti Communiste. Sa conception des nationalisations évolue au cours de la période. En novembre, Frachon met l’accent sur la signification politique de ces mesures qui sont avant tout des confiscations.

  • 66 Benoît Frachon, « Les communistes et la reconstruction française », conférence le 22 novembre 1944, (...)

« Nous pensons qu’il est possible et nécessaire d’unir tous les Français sur un programme de renaissance française. Nous ne proposons pas l’union sur un programme communiste, mais sur un programme susceptible de donner les résultats espérés et que tous les honnêtes gens peuvent accepter. Nous proposons d’abord la confiscation des biens de tous les traîtres et collaborateurs. Ce qu’on vient de faire pour Renault, il faut le faire pour d’autres. Les biens de ces traîtres – grandes entreprises, mines, banques, assurances, etc. – doivent devenir la propriété inaliénable de la nation »66.

55Il évoque la possibilité de nationalisations dont la signification serait différente. « Il est probable qu’en plus des biens des traîtres, il sera nécessaire de nationaliser quelques industries ou grandes entreprises, afin d’assurer la complète indépendance de notre économie. Nous proposons qu’on opère ces nationalisations ». Quelques mois plus tard, Maurice Thorez propose au 10ème Congrès du PCF, une définition de la nationalisation où la signification économique et sociale est prépondérante.

  • 67 Maurice Thorez, « Rapport au 10ème congrès », 26-30 juin 1945, Oeuvres choisies, tome 2, Paris, Édi (...)

« Les nationalisations ne sont nullement des mesures d’expropriation, sauf pour les traîtres. Elles ne créent nullement de nouveaux emplois, elles ne développent nullement le fonctionnarisme. La nationalisation effectuée des banques, des assurances, des houillères, de l’électricité, des grandes usines sidérurgiques permettrait au contraire de réduire considérablement le nombre des fonctionnaires prétendument chargés du contrôle. Elle permettrait de rationaliser les méthodes d’organisation, d’administration, de direction des entreprises elles-mêmes, de libérer de nouvelles forces de travail »67.

  • 68 Pierre Mendès France, « Les réformes de structure », note citée, p. 79 et 82.

56L’initiative de P. Mendès France intervient au cours de cette évolution de la réflexion du PCF. Plusieurs passages de son texte sur les Réformes de structure renforcent l’hypothèse d’un document établi plus particulièrement en vue de susciter l’intérêt du PCF. Il évoque la confiscation des participations des collaborateurs. Il décrit l’avenir et la « société nouvelle » en établissant une comparaison avec l’Armée rouge. Il suggère la promotion de dirigeants ouvriers dans les entreprises nationalisées68.

57La rédaction de ce document sur les réformes de structure est pour une part une tentative de rencontre avec le PCF. Cette rencontre ne se réalise pas. Le déplacement des conceptions du PCF sur les nationalisations est un processus traversé par des hésitations. Par ailleurs et surtout, le programme de P. Mendès France comporte deux autres volets. De 1944 au début de 1945, le PCF est en permanence hostile à sa politique des salaires. En novembre 1944, le PCF manifeste son impatience vis-à-vis de la planification endésiste.

  • 69 Benoît Frachon, La bataille de la production, op. cit., p. 86.

« La vérité, c’est qu’il n’y a aucun plan d’ensemble d’utilisation de notre potentiel économique ? Quand on dénonce cette carence, alors le ministre de l’Économie nationale annonce triomphalement qu’il étudie un plan de redressement économique englobant la France et les pays d’outre mer, un plan pour une période de plusieurs années ! »69.

58En mars 1945, le dirigeant communiste de la CGT, Gaston Monmousseau dénonce avec virulence les projets de plan.

  • 70 Gaston Monmousseau, « A propos de l’économie dirigée », éditorial de Servir la France, n° 2, mars 1 (...)

« A en croire certains économistes, rien ne serait possible sans « un plan d’économie dirigée » ou sans « des réformes de structure ». (...) Cette marotte du « planiste » n’est autre que de l’attentisme, l’attentisme mortel dont nous avons tant souffert durant ces quatre années d’occupation et dont nous continuons à souffrir depuis ces derniers six mois (...). Poser dès maintenant la question de l’économie dirigée, c’est poser la question de la socialisation des moyens de productions, d’échange et de consommation ? C’est en réalité, laisser présentement le champ libre aux trusts en détournant l’attention des masses sur les perspectives à longue échéance mais tendant à diviser les forces nationales alors qu’il faut les rassembler »70.

  • 71 Jacques Duclos, Mémoires, tome 4, Paris, Livre club Diderot, 1974, p. 70 et 83.

59Il s’établit un contentieux durable entre le PCF et P. Mendès France. Jacques Duclos laisse entendre qu’il a contribué à empêcher l’attribution du Ministère de l’économie nationale à P. Mendès France en janvier 194671.

« Nous avions empêché la mise en œuvre de la politique déflationniste de Mendès France, laquelle n’aurait pas manqué de provoquer un profond mécontentement populaire qui aurait fait le jeu de De Gaulle, mais il s’agissait de voir ce qu’allait faire André Philip dont la politique fut elle aussi déflationniste, mais de façon moins brutale que ne l’aurait été celle de Mendès France ».

60La planification mendèsiste n’enthousiasme pas le PCF ; mais elle n’est pas au centre du désaccord qui s’installe entre les communistes et P. Mendès France.

  • 72 Entretien avec Pierre Mendès France, le 30 octobre 1981.

61Les initiatives de Pierre Mendès France en février-mars 1945, particulièrement l’interprétation des réformes de structure qu’il fournit, tendent à le placer en situation d’intermédiaire, sinon d’arbitre entre les deux partis de gauche. Ces initiatives échouent. L’intéressé ne considère pas rétrospectivement que les mois de février-mars constituent un temps fort de sa lutte politique. Il reste cependant convaincu qu’une alternative était possible72. Alternative de programme économique et/ou alternative de majorité politique ? P. Mendès France n’envisageait-il pas, au début de 1945, une solution politique qui excluait le MRP et le général De Gaulle ? Quoi qu’il en soit, l’impossibilité de cette alternative ne saurait être évoquée à partir de la seule analyse de la politique de P. Mendès France. Ce sont les hésitations et les choix de la SFIO, du général De Gaulle, et du PCF qui sont ici en cause. Le programme du Ministre de l’économie nationale n’a pas joué un rôle central dans ces hésitations et ces choix. Sa démission définitive, en avril 1945, sanctionne l’échec de cette ultime tentative.

62Il y a trois moments distincts dans la politique préconisée par P. Mendès France de 1943 à 1945.

63Au printemps 1944 son programme comporte deux volets : la politique monétaire et financière et d’une façon moins précise, la planification. A l’automne 1944, le volet financier est inchangé, le projet de planification est plus détaillé et le programme intègre une liste limitée de nationalisations considérées comme des « réformes de structure ». Au printemps 1945 sa politique est devenue un triptyque : rigueur financière, planification centralisée, politique industrielle diversifiée et nationalisations nombreuses.

64L’évolution de son programme de février à novembre 1944 est d’abord une conséquence de la carence de l’information sur l’état du pays et de l’ignorance des conditions effectives de la Libération. Ce raisonnement vaut encore en partie pour les évolutions de novembre 1944 à mars 1945 ; ce pays est instable, la guerre n’est pas terminée. Mais son projet repose sur des choix et une stratégie originale.

65D’Alger à Paris, P. Mendès France est l’homme politique qui a les idées les plus précises et surtout les plus cohérentes sur la politique économique à suivre. Son action compte par les choix qu’elle a momentanément imposés et par les réponses qu’elle a suscitées de ses partenaires. De nombreux aspects de la politique économique du CFLN et du GPRF se sont constitués en se démarquant des propositions de P. Mendès France. Si les membres du Gouvernement ont précisé leurs doctrines à son contact, lui-même a évolué. Lorsqu’il arrive à Alger, il est muni de son programme élaboré en chambre. Il l’adapte progressivement pour prendre en compte les rapports de force politiques tels qu’il les pressent. Celui qui était « à peu près contre tout le monde » en février en appelle au général De Gaulle en novembre et il prend place dans le débat de la gauche socialo-communiste en février. L’action de P. Mendès France n’est pas uniquement centrée sur sa doctrine monétaire et financière. Les aspects financiers et monétaires de son programme sont définis précocement avec précision ; puis, son programme s’élargit et inclut la planification et les nationalisations de façon de plus en plus globale. Au terme de cette évolution, au début de 1945, les trois axes de sa politique sont intégrés en un ensemble indissociable.

  • 73 Idem.

66Dans l’histoire de la planification française l’action de P. Mendès France est originale. La planification qu’il souhaitait s’articule beaucoup plus sur l’héritage planiste d’avant-guerre et de guerre et s’intégre bien davantage aux « réformes de structure » de la Libération que celle du premier plan. Certaines notions clés du Plan Monnet font leur apparition au fil des textes de P. Mendès France : modernisation, priorités, goulots d’étranglement. Jean Monnet a pu puiser dans la réflexion de P. Mendès France alors même qu’il en a souvent combattu les effets. Sans craindre le paradoxe, P. Mendès France peut affirmer : « Jean Monnet, libéral de tempérament, était certainement antiplaniste »73.

Notes

1 Georges Boris, Servir la République, Paris, Julliard, 1963, p. 14.

2 Archives du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, Fonds Maison-neuve. Le contenu des débats de cette commission est décrit par R.F. Kuisel, Le capitalisme et l’État, op. cit.

3 Pierre Mendès France, Note sur les questions monétaires et financières, le 26 février 1944, Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, 1978, 104 p.

4 René Courtin, Rapport sur la politique économique d’après-guerre, Alger, Combat, 1944, 109 p.

5 Ainsi, le rapport Courtin évoque un grand emprunt de consolidation pour résorber les disponibilités du public.

6 Maxime Blocq Mascart est un des fondateurs du mouvement de résistance d’inspiration conservatrice, l’Organisation civile et militaire. « Note sur une doctrine économique », du 17 juin 1943, in Sven Nordengren, Economie and social targets for postwar France, Lund, Sweden, 1972, 250 p.

7 André Philip, Les réformes de structure, Alger, sd.

8 Interview de Jean Monnet, le 5 octobre 1970, in Sven Nordengren, Economie and social targets..., op. cit.

9 Henri Michel et A. Miktine Guetzevitch, Les idées politiques et sociales de la Résistance, Paris, PUF, 1954, p. 215 et suiv. Voir aussi Claire Andrieu, Le Programme commun de la résistance, Paris, Éditions de l’Érudit, 1984, 212 p.

10 Marcel Dufriche, « Plans quinquennaux soviétiques et planisme bourgeois », Cahiers du communisme, n° 9, sept. 1946, p. 807 et suiv.

11 Nahas (?), Membre de l’Unitec, ancien directeur du commerce et de l’industrie de l’État de Syrie. « Projets et application, plans-programmes », déc. 1944, 26 p. Archives de la fédération CGT des métaux, carton 17 A.

12 Jean Lacouture, Pierre Mendès France, Paris, Seuil, 1981, p. 158.

13 Lettre de Jean Monnet à Pierre Mendès France, le 12 février 1944, Archives Économiques et Financières du Ministère des Finances (AEF par la suite), F30 2124, chemine 3 (se rapporter à l’annexe n° 1 p. 267).

14 Ce débat est évoqué par Guillaume Guindey lors d’un entretien avec des historiens.
Bulletin du centre d’histoire de la France contemporaine, Université de Paris 10, n° 3, 1982.

15 Note au sujet de la fixation du cours du franc métropolitain au moment de la Libération, le 6 mars 1944, in Georges Boris, Servir la République, op. cit., p. 338 à 340.

16 Comptes rendus des comités économiques interministériels des 19 et 26 avril 1944, AN F60 896, dossier 19.

17 Le taux est de 480 francs pour la France métropolitaine, il y a pluralité du franc : 282,35 pour le franc CFA et 200 pour le franc CFP.

18 Pierre Mendès France, note citée du 6 mars 1944, « Sur les questions monétaires et financières ».

19 Idem, p. 8.

20 Lettre du commissaire aux Finances, le 20 avril 1944, AN F60 896, dossier 5.

21 Note pour Ofroy (secrétaire général par intérim du Comité économique), le 4 avril 1944, AN F60 896, dossier 14.

22 Note pour Louis Joxe, Politique des salaires, le 6 juin 1944, AN F60 896.

23 Lettre à Georges Boris, le 30 mars 1944, in Jean Lacouture, Pierre Mendès France, op. cit., p. 158.

24 Regal, Tunis, aux Affaires Étrangères, le 10 août 1944, AN F60 915, dossier Najem.

25 A. Tixier, Projet de décision concernant la politique économique, financière et sociale du comité, le 12 avril 1944, AN F60 915.

26 Lettre de Pierre Mendès France au général De Gaulle, le 18 janvier 1945 ; in Charles De Gaulle, Mémoires de guerre, tome 3, Paris, Plon, 1954, p. 426 à 436.

27 Jean Monnet, Propositions relatives à la constitution d’un organisme d’exécution d’urgence des plans de six mois et plan de remise en marche, le 1er août 1944, AN F60 896, dossier 21.

28 AN F60 896, dossier 21, documents 55 et 57.

29 Note pour Hervé Alphand, le 7 novembre 1944, AN F60 896, dossier constitution du comité économique.

30 Projet d’ordonnance, le 10 août 1944, AN F60 896, dossier 23, document 52.

31 Note du Commissaire aux Finances, le 12 août 1944, AN F60896, dossier 21, doc.53.

32 Note pour le général De Gaulle, le 10 août 1944, AN F60 896, dossier constitution du comité économique.

33 L’évolution de la coordination économique, le 7 octobre 1944, Idem.

34 Tanguy Prigent, Réforme de l’Économie nationale, sd, (fin octobre 1944), AN F60 896, dossier 27, document 68.

35 Pierre Mendès France est nommé Ministre de l’économie nationale le 9 septembre 1944.

36 D’après le texte du 23 novembre 1944, AN F12 10144.

37 Directives de Robert Lacoste, le 23 février 1945, AN F12 10141.

38 Programme de travail du Ministère de l’économie nationale octobre 1944-décembre 1945, exposé au conseil des ministres le 17 novembre 1944, 27 p., AN F60 423, dossier économie nationale. Ce document est publié dans Pierre Mendès France, Oeuvres complètes, op. cit., p. 55.

39 Idem.

40 L’emprunt est lancé en novembre 1944 par Aymé Lepercq, Ministre des finances et familier des problèmes de la planification.

41 Programme de travail du 17 novembre 1944, note citée.

42 Idem, le terme de goulot d’étranglement qui est utilisé ici est une notion clé du futur Plan Monnet.

43 Idem.

44 Note pour le général De Gaulle, le 1er mars 1944, AN F60 915.

45 Programme de travail du 17 novembre, doc. cit.

46 Entretien avec Pierre Mendès France, le 30 octobre 1981 (se rapporter à l’annexe 2, p. 270).

47 Lettre du Ministre de l’économie nationale au Délégué général à la reconstruction, le 16 octobre 1944,MRUDG 12.

48 Comité économique du 11 décembre 1944, AN F60 897, dossier 43.

49 Lettre au Ministre de l’économie nationale, le 24 novembre 1944, AN F60 897, dossier 43.

50 Tranche de démarrage, doc. cit., novembre 1944. Le préambule est numéroté en chiffres romains pour ne pas bouleverser la pagination antérieure, preuve complémentaire de la précipitation de la publication.

51 Note sur les entreprises essentielles, le 22 décembre 1944, AN F60 898, dossier 50, document 102 c.

52 Comité économique du 15 janvier 1945, AN F60 898, dossier 51, document 115 c.

53 Note d’information du comité économique, le 27 janvier 1945, AN F60 915, dossier notes d’information.

54 Séance du comité économique du 9 mars 1945, AN F60 899, dossier 61.

55 Les hésitations du Général De Gaulle sont évoquées dans Jean Lacouture, Pierre Mendès France, op. cit., p. 173-174.

56 Jean-Paul Scot, « Stratégies et pratiques du PCF, 1944-1947 » in Le PCF, étapes et problèmes, Paris, Éditions Sociales, 1981, p. 245 et suiv.

57 Réunion du comité directeur du Parti socialiste, le 25 janvier 1945, intervention de Salomon Grumbach, Cahiers Léon Blum, 1979, p. 39.

58 AN F60 423, dossier économie nationale.

59 Lettre de Pierre Mendès France, le 27 mars 1945, AN F60 907.

60 « Plan Pons de l’automobile », Notes documentaires et études, n° 268, mars 1946.

61 Les réformes de structures : limites du secteur à nationaliser, ordre d’urgence, le 30 mars 1945, 84 p. Deuxième édition, Archives de Raoul Dautry, AN 307 AP 124. Publiées dans les Oeuvres complètes, op. cit., p. 573-605.

62 Idem, p. 7.

63 Idem, p. 5.

64 Réunion du 11 avril 1945 du comité directeur de la SFIO, intervention de Vincent Auriol, in Cahiers Léon Blum, art. cit.

65 Le Général De Gaulle à la délégation du Parti socialiste, le 17 novembre 1944 (le jour où Pierre Mendès France présente son programme !), Édouard Depreux, Souvenirs d’un militant, Paris, Fayard, 1972, p. 207.

66 Benoît Frachon, « Les communistes et la reconstruction française », conférence le 22 novembre 1944, Lu bataille de la production, Éditions Sociales, 1946, p. 97.

67 Maurice Thorez, « Rapport au 10ème congrès », 26-30 juin 1945, Oeuvres choisies, tome 2, Paris, Éditions Sociales, 1966, p. 337.

68 Pierre Mendès France, « Les réformes de structure », note citée, p. 79 et 82.

69 Benoît Frachon, La bataille de la production, op. cit., p. 86.

70 Gaston Monmousseau, « A propos de l’économie dirigée », éditorial de Servir la France, n° 2, mars 1945.

71 Jacques Duclos, Mémoires, tome 4, Paris, Livre club Diderot, 1974, p. 70 et 83.

72 Entretien avec Pierre Mendès France, le 30 octobre 1981.

73 Idem.

Table des illustrations

Légende Le Ministère de l’économie nationale d’après l’ordonnance du 23 novembre 194436
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/70289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search