Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

En guise de conclusion…

Texte intégral

  • 1 Ch. Hernu, « Les jeunes, les clubs et les partis », R.P.P., sept. 1964.

1Le Club des Jacobins fait partie du phénomène général des clubs. On peut tenter, en conclusion, de l’analyser en vue de dégager les critères qui le rattachent à ce phénomène. « Quand nous étions au Parti radical, avant le 13 mai 1958, notre colère fut grande en voyant l’effort de rajeunissement entrepris par P. Mendès France sabordé, trahi. Nous nous sommes alors regroupés dans un club, le Club des Jacobins, justement en une protestation contre les notables de ce parti »1.

2Visant à satisfaire la volonté d’action d’une fraction politique, le club constitue une forme originale d’engagement, particulière, par certains de ses aspects, au contexte d’après-guerre. La manière d’aborder la politique change : à un engagement global tend à se substituer une approche plus parcellaire des problèmes, permettant ensuite de déboucher sur une action. Le club offre un style nouveau. Il suppose surtout une forme d’organisation moins hiérarchisée et moins autoritaire que celle d’un parti ou d’un syndicat. Pour les Jacobins, il tient lieu d’écran. Mais devenu alors un abri, il risque vite de se transformer en un parti miniature à l’Intérieur de son homologue plus vaste.

3S’il faut définir le Club des Jacobins, on peut dire qu’il est un club de combat politique, implanté sur le territoire national ; qu’il a pour objet de former des militants, pour but de rénover le parti dont il est issu. Cependant, son originalité le démarque au sein de la catégorie des clubs de combat politique. En effet, il adopte tour à tour les trois principaux visages d’un club de combat. A l’origine, instrument de choc des minoritaires au sein du Parti radical, il se transforme à partir de mai 1955 en « club filiale », structure de passage précédant l’adhésion au parti. Enfin, mais ceci ne relève plus de notre étude, il devient à partir de 1958, un « club-wagon », offrant à ses membres l’occasion d’entrer groupés et non à titre individuel dans une formation plus vaste, qu’elle ait nom PSA ou Convention des Institutions Républicaines.

  • 2 Ch. Hernu, « Pourquoi des clubs ? », R.P.P., juin 1964.

4Lors de chaque étape, la relation permanente avec le parti se singularise ; là réside sans doute la principale ambiguïté du club. Selon Charles Hernu : « Le parti politique est le lieu où se développent des processus politiques de soutien de candidats, de définition, de diffusion et de propagande, pour un programme politique de soutien d’hommes de gouvernement ou d’opposition »2. Aussi l’aspect électoral distingue essentiellement le club du parti. Mais alors, comment, engagé au sein d’un parti, le club de combat politique peut-il se désintéresser totalement du jeu électoral ? Les Jacobins eux-mêmes, à partir de décembre 1955, expliquent difficilement leur transformation en comité de soutien aux candidats mendésistes. On ne manque pas, parmi la Nouvelle Gauche, de les soupçonner « d’électoralisme opportuniste ». Ne constitue-t-il alors qu’une formule bâtarde entre le club et le parti ? La réponse à cette question nous impose de replacer le débat sur le terrain de la fonction du club.

  • 3 Ch. Hernu, « Le phénomène des clubs », Politique, 1965.

5La résurgence des clubs, après la guerre, comporte indéniablement une signification politique. Bien ancrés dans la tradition française, les clubs réapparaissent toujours en ces moments difficiles où les organes institutionnalisés ne parviennent pas à maîtriser un changement de société accompagné d’une redistribution des rôles et des valeurs. « Le monde tel qu’il est, a cependant proposé aux hommes des problèmes nouveaux, qu’il fallait bien résoudre avec des méthodes nouvelles... c’est dans ce contexte que les clubs ont renoué avec leur tradition propre, qui est d’être le lieu où, à l’écart des impératifs immédiats, on peut préparer les transformations indispensables... »3. La création du Club des Jacobins exprime, en ce sens, le vœu de revenir à la forme initiale de l’approche politique. Il assure ainsi les mêmes fonctions que les autres clubs mais les fonde sur un double postulat : affirmer que les partis politiques sont indispensables et promouvoir une rénovation de la démocratie en modernisant ces partis.

6Les Jacobins mettent plus l’accent sur la fonction de rénovation que sur celle de programmation. On peut l’expliquer par leurs origines : ils sont une majorité à être déjà trop politisés pour se contenter du seul rôle de spectateurs désengagés.

  • 4 Ch. Hernu, « Pourquoi des clubs ? », R.P.P., juin 1964.

7Le club est bien cette société de jouvence du Parti radical, comme il se plaît à le répéter, mais il fournit plus d’hommes que de théories. Se débarrasser des vieux clivages, dans cet esprit, correspond pour lui à faciliter la rencontre de gens venus de milieux les plus divers. Pourquoi ne pas concevoir, à la fin, la formation d’un grand parti ? « Le Club des Jacobins ne se prépare pas à être un parti politique, mais travaille à créer un parti politique moderne, style travailliste »4. Cet aspect de leur action rattache nos Jacobins à la catégorie des clubs d’après-guerre.

8Mieux encore. Il en est le précurseur. Premier à être créé, sans expérience ni référence, il doit résoudre les problèmes singuliers à son genre : l’organisation pratique des débats, la constitution d’un réseau de fidèles, l’attitude à prendre face aux autres partis politiques. Comme les autres clubs, il participe du même mouvement de remise en cause des formes d’engagement théoriques et dogmatiques. Le premier, il innove avec un style nouveau où il associe pragmatisme, langage concret et goût pour les aspects techniques de la modernisation. Il participe de la même angoisse qui hante une société en passe de bouleverser ses valeurs, du même souci de se dresser contre les modes de gestion archaïques de la politique. Mais alors que le Club des Jacobins se consacre à la rénovation politique, les autres clubs, eux, s’adressent à des secteurs plus techniques : société, économie, vie de l’entreprise, technologie. Dans un cas, comme dans l’autre, le mot d’ordre vise bien à moderniser le système.

9Tous ces traits communs ne dissimulent pas, cependant, de profondes différences. On utilise le terme de « forces vives » pour désigner, à partir des années soixante, ces gens qui rejoignent des clubs comme « Jean Moulin », « Le Cercle Tocqueville », ou « Citoyens 60 ». La généralité de l’expression prouve qu’on a quelques difficultés à définir leurs origines politiques. Cependant, on constate que, pour la plupart, ces personnes appartiennent aux catégories socio-professionnelles concernées par les problèmes concrets de la modernisation. Ils recrutent parmi les universitaires, les cadres, les techniciens, les hauts-fonctionnaires, bref, ceux-là mêmes qui entre les deux guerres, alimentent les mouvements réformistes. Ils constituent l’élite administrative, sociale et intellectuelle du régime. Sous la IVe République, la tendance dominante, au contraire, est au désengagement, à la désaffection de ces milieux pour la politique. Le Club des Jacobins, on le sait, rassemble à l’origine des personnes déjà politisées : il sert alors de lieu de rencontre pour les militants. Les clubs des années soixante réunissent, quant à eux, une clientèle de responsables professionnels. Au souci des Jacobins de faire se côtoyer militants et intellectuels dans un commun engagement, succède celui de ne plus le susciter que parmi les milieux intellectuels.

  • 5 J. Mossuz, « Que sont devenus les clubs ? », R.F.S.P., oct. 1970.
  • 6 Ch. Hernu, « Les clubs politiques », R.P.P., fév. 1965.

10La raison de ce changement a rapport avec la fonction que les uns et les autres attribuent au club. La plupart des participants aux clubs des années soixante sont réticents à s’engager dans une structure partisane. Pour ces personnes, la politique et les partis constituent un jeu dérisoire. Ils sont à la recherche d’un autre moyen d’expression et de réflexion. Le club offre une formule, la meilleure, pour qui veut approcher la Politique sans se compromettre dans les jeux politiciens. Aussi, on lui attribue une fonction de centre pédagogique promouvant échanges et réflexions communes entre les élites. « Les clubs devaient donc se présenter tout d’abord comme des lieux de rencontre pour des hommes dont les analyses ne coïncidaient pas forcément, mais qui souhaitaient échanger des idées, analyser la réalité socio-politique, proposer des solutions concrètes à des problèmes précis et strictement délimités »5. Les dirigeants jacobins n’envisagent pas, pour leur club un affranchissement du parti. Ce dernier représente, à leurs yeux, un moyen mais aussi une fin. « Plus il y a de clubs, plus ils traduisent la richesse de pensée, mais le jour où il y aura un grand mouvement d’enthousiasme, un événement ou une prise de position exceptionnelle, je crois que toutes ces tendances se regrouperont dans un grand parti politique... »6.

11La différence est confirmée par les faits à partir des années 1964-65. A cette époque, en effet, les clubs doivent choisir et décider s’ils s’engagent effectivement dans le soutien actif au candidat de la gauche, pour les présidentielles. Les clubs de réflexion échouent à s’insérer dans un parti. « Jean Moulin » et « Citoyens 60 », pour ne prendre que les plus en vue, se fondent dans « Les Assises de la Démocratie » en 1964. Un an après pour « Jean Moulin », quelques années plus tard pour « Citoyens 60 », ils disparaissent. Le Club des Jacobins, au contraire, devient, par le biais de son rattachement à la Convention des Institutions Républicaines, un des piliers de la FGDS. Il n’en conserve pas moins son identité et réussit là où les autres clubs de réflexion échouent. On ne peut éviter de penser que ces derniers sont essentiellement des phénomènes circonstanciels, liés à des données conjoncturelles de crise. La réflexion est encore vérifiée aujourd’hui. Les clubs de réflexion connaissent un regain d’activité au moment où les partis sont en crise. C’est vrai en 1958, pour les partis de gauche. Çà l’est encore en 1981 pour ceux de droite. Le Club des Jacobins survit à ces diverses conjonctures, il prouve qu’il ne tient pas seulement un rôle de palliatif. Offrir une structure intermédiaire entre le parti et le citoyen s’avère être sa fonction permanente. De la première vague des clubs de réflexion, on ne trouve aujourd’hui aucune trace. Le Club des Jacobins, au contraire, demeure en activité comme tel jusqu’en 1973 et n’aurait aucune difficulté, s’il voulait le faire, à renaître aujourd’hui.

*

  • 7 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 324.

12Les événements de mai 1958 qui entraînent la chute du régime, partagent le club en deux attitudes. D’une part, le premier, il reconnaît que cette crise est l’aboutissement inéluctable d’une série d’erreurs. « Les événements de 1958 n’auront pas, en vérité, sonné le glas du régime, mais aussi celui d’une époque, celle qui commença en 1920. Depuis sa dure, son épuisante, sa ruineuse victoire, la France n’a en effet connu que des désastres militaires, des abandons outremer, l’occupation pendant quatre ans du territoire national, d’incessantes crises économiques, sociales, politiques. Et c’est à coup sûr la carence d’un État impuissant à se rénover qui est la source de tant de revers et d’humiliations... »7. Les Jacobins considèrent, dans cette optique, que le retour du général de Gaulle offre peut-être l’occasion d’adopter les mesures qui s’imposent. Néanmoins, les circonstances mêmes qui accompagnent ce retour leur dictent immédiatement une attitude de refus. De Gaulle semble prisonnier de l’hypothèque qui pèse sur son retour, et surtout ne tente pas de mettre fin à l’équivoque. Selon les Jacobins, la menace d’un coup d’État réactionnaire plane toujours au-dessus de la démocratie française.

  • 8 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 326.
  • 9 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 328.

13Pour Charles Hernu, cette révolution du 13 mai était depuis longtemps supposée avoir lieu mais avec d’autres protagonistes. Il choisit d’intituler le recueil d’articles qu’il publie peu après, par l’expression « La colère usurpée ». Voilà qui résume bien, en peu de mots, ses sentiments : « Ah, comme nous aurions souhaité que la grande colère qui rassembla un moment la quasi-unanimité des Français contre un régime vermoulu et déshonorant, cette colère qui fut celle des Jacobins, au fil des cabinets impuissants et éphémères, n’explosât point à la faveur d’un mouvement réactionnaire »8. Aussitôt, il mobilise ses Jacobins demeurés fidèles à Mendès France pour rejoindre le camp de l’opposition au nouveau régime. « Nous voulons, dans l’apathie actuelle de la nation, constituer un îlot de résistance clairvoyant, susceptible un jour de reprendre le flambeau révolutionnaire que de vieux partis ont laissé tomber »9.

  • 10 Ch. Hernu, « Il ne s’agit pas de revenir à la IVème République », LJ, spet. 1958.

14Il s’agit, à présent, de construire une nouvelle opposition. En juin, les élus protestataires votent contre l’investiture de de Gaulle, puis, une fois l’Assemblée mise en congé, rejoignent derrière Mendès France l’Union des Forces Démocratiques fondée par Daniel Mayer. A ce moment-là, nos Jacobins réclament encore leur appartenance au Parti radical. Cependant la pression des événements les en fait bientôt sortir, le divorce final étant entraîné par leurs prises de position hostiles à la nouvelle Constitution. « Dire non au référendum, cela n’implique pas revenir à la IVe République »10. Le congrès radical de septembre ne rallie pourtant pas leurs thèses et les mendésistes s’engagent alors dans une campagne sans retour pour le non, orchestrée par l’UFD. Les résultats sont, pour eux, catastrophiques : désavoués par les électeurs, Mendès France, Hernu, Hovnanian, Masson, Daladier ne retrouvent pas leur siège de députés.

  • 11 Ch. Hernu, « Les anciens partis doivent se dissoudre », Paris-Presse, 17 déc. 1958.

15Charles Hernu médite sur cet échec : « Depuis plus de dix ans au Club des Jacobins, depuis trois ans au sein du petit groupe des élus protestataires, nous dénoncions les tares du système, le non-respect de leurs promesses par les hommes politiques. En dépit de ces prises de position courageuses, nous avons été confondus avec les tenants du système... »11. Dès cette date, il franchit un seuil, jusque là respecté, et propose qu’on se débarrasse des anciens partis dont les cadres et les mots d’ordre ne conviennent plus à l’action à mener. Il faut les remplacer par un nombre plus restreint d’unités dotées d’une nouvelle stratégie. Il annonce là un nouvel épisode dans l’histoire du club. Exclu du Parti radical avec Mendès France, le 11 février 1959, il crée aussitôt une nouvelle structure : le Centre d’Action Démocratique, à qui il attribue pour fonction d’offrir aux mendésistes une base de repli. C’est à partir de ce groupe que le club entame une nouvelle tentative de réunification des forces de gauche. Mais à présent, le but proposé est réellement de faire éclore de nouveaux partis politiques.

*

Notes

1 Ch. Hernu, « Les jeunes, les clubs et les partis », R.P.P., sept. 1964.

2 Ch. Hernu, « Pourquoi des clubs ? », R.P.P., juin 1964.

3 Ch. Hernu, « Le phénomène des clubs », Politique, 1965.

4 Ch. Hernu, « Pourquoi des clubs ? », R.P.P., juin 1964.

5 J. Mossuz, « Que sont devenus les clubs ? », R.F.S.P., oct. 1970.

6 Ch. Hernu, « Les clubs politiques », R.P.P., fév. 1965.

7 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 324.

8 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 326.

9 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 328.

10 Ch. Hernu, « Il ne s’agit pas de revenir à la IVème République », LJ, spet. 1958.

11 Ch. Hernu, « Les anciens partis doivent se dissoudre », Paris-Presse, 17 déc. 1958.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search