Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Troisième partie. L’aventure mendésiste

Thermidor

Texte intégral

DE LA VIGILANCE...

1Le 4 mai 1955, la jeunesse du parti triomphe sans doute en élevant son leader à la direction. Cela n’empêche pas la fraction rivale d’engager immédiatement la lutte pour la reconquête. Pour Mendès France, le jeu de l’alternative est, en quelque sorte, faussé : ou bien il conserve cette fraction ennemie qui sabote son entreprise, ou bien il l’exclut au risque de faire éclater le parti et dresser contre lui nombre de radicaux orthodoxes ralliés à sa propre tendance. Les mendésistes, entamant leur expérience, sont pourtant bien lucides. Ils prennent en main un parti de personnalités et de fédérations jalouses de leur autonomie. Maîtriser la machine valoisienne est une chose, diriger le groupe parlementaire en est une autre.

  • 1 « A ça ira... », LJ, 24 juin 1955.

2Deux blocs antagonistes se forment au cours de l’année 1956. Mendès France, mettant son parti au service du radicalisme de gauche, provoque tout naturellement une rupture avec les courants néo-radicaux. Du point de vue de la tactique, cette rupture est mal venue. Elle prive l’assemblée de toute majorité. Dès le mois de mai 1955, une partie du néo-radicalisme se dresse contre les Jacobins et leur leader. La fronde est menée par des hommes déjà honnis par le club : le sénateur Laffargue pour ses manœuvres au sein de la Fédération de la Seine, Jean-Paul David « qui prenait une crise de nerfs quand il apercevait l’ombre d’un Jacobin »1, René Mayer auquel le club ne pardonne pas son rôle dans la chute du gouvernement Mendès France, André Morice qui s’efforce de convaincre ses collègues radicaux que le pouvoir de Mendès France est illégitime, Edgar Faure, enfin, à l’égard duquel l’attitude des Jacobins est plus nuancée.

  • 2 « A ça ira... », LJ, 8 juil. 1955.

3Le Jacobin hésite toujours à s’en prendre aussi férocement au successeur de Mendès France à la Présidence du Conseil. Il le considère comme un otage du MRP ou comme un homme politique intelligent mais trop versé dans les compromissions. En juin 1955, le RGR élit à sa tête Edgar Faure. Les Jacobins constatent : « ... on s’interroge depuis sur les raisons qui ont poussé le chef du gouvernement à faire cette opération malhabile »2. Edgar Faure présente, aux yeux des mendésistes, le plus grand danger. Il incarne ce radicalisme de gestion qu’ils honissent d’autant plus qu’il gagne du terrain à ce moment-là dans le parti. En novembre 1955, Edgar Faure profite du congrès pour s’affirmer encore un peu plus. Il est d’ailleurs confirmé président du RGR.

  • 3 Ch. Hernu, « Réformistes et révolutionnaires », LJ, 25 nov. 1955.

4A partir de décembre 1955, la rupture paraît imminente. Edgar Faure dissout l’Assemblée. Le bureau exécutif du parti lui répond en votant son exclusion. Sur les 38 membres que compte ce comité, 27 se réclament du mendésisme. A présent, le RGR se transforme en structure d’accueil pour ceux qui critiquent Mendès France à l’intérieur du parti. Il forme un groupe autonome à l’Assemblée ayant réussi à réunir plus de 14 députés élus en janvier 1956. Le RGR devient donc le nouvel ennemi à abattre, dans l’esprit du club, qui ne ménage pas ses mots pour l’attaquer. « Que penser d’un rassemblement qui n’a de gauche et de républicain que le nom ?... D’un rassemblement dont l’étiquette appartient à un seul homme ?... D’un rassemblement où se côtoient radicaux d’opérette, anciens dirigeants du PSF et ex-laudateurs d’Adolf Hitler ?... »3.

  • 4 Ch. Hernu, « Assez de scandales ! », LJ, 22 juil. 1955.

5Néanmoins, tous les disciples d’Edgar Faure ne le rejoignent pas encore au RGR. En décembre 1955, ils sont encore nombreux à solliciter le label valoisien pour les prochaines élections. Ce point constitue peut-être celui où les Jacobins ont le plus de reproches à faire à Mendès France. Sur les 54 élus valoisiens de 1956, seule une minorité se révèle loyale à l’égard du député de l’Eure. D’ailleurs, aussitôt les élections passées, une large fraction des parlementaires radicaux cesse d’assister aux réunions du groupe. Charles Hernu menace une nouvelle fois de démissionner pour protester contre ces investitures accordées par Mendès France en dépit de ses mises en garde. « En 1956, il faudra passer au crible tous les votes des parlementaires pendant la législature pour ne réélire que ceux – heureusement plus nombreux qu’on ne le croit – qui ont prouvé leur indépendance vis-à-vis des féodalités... »4. Lui et son club ont de bonnes raisons d’être amers. Mendès France ne défend pas avec assez de vigueur les prétentions de ses fidèles ; il sacrifie même certains d’entre eux au profit de socialistes ou de faux radicaux. Les Jacobins se sentent frustrés dans leur engagement. Comment peut-on retrouver coiffés du bonnet phrygien des hommes aussi étrangers au mendésisme que Queuille ou Morice ? Les loups restent dans la bergerie.

  • 5 P. Dreyfus- Schmidt, « Lettre à un Jacobin », F-Obs., 1er mars 1956.
  • 6 R. Henry, « Jacobins, nous avons la parole », LJ, 23 déc. 1955.

6Les élus contestataires connaissent, on le voit, de grandes difficultés pour tenir leur rang au sein du groupe radical à l’Assemblée. Pierre Dreyfus-Schmidt met Charles Hernu en garde contre les équivoques : les Jacobins doivent s’armer de vigilance pour déjouer les pièges que l’on va leur tendre. « Il est vrai qu’au sein d’un parti où se rencontrent tant d’opinions divergentes, il faut à vos amis, les jeunes députés jacobins beaucoup de vigilance et de perspicacité pour échapper aux pièges que tendent, sous leurs pas, la duplicité ou la simple camaraderie »5. A ce jeu-là, l’électeur risque de ne plus faire la différence entre les Jacobins et les autres. Répondant à ces exhortations, les élus protestataires relancent la chasse aux faux républicains, trafiquants de piastres et autres agents de « Paix et Liberté ». « Ces gens-là n’ont ni la générosité ni le sens de l’histoire qu’il faut aux maîtres d’œuvre de la politique nationale »6. Mais leurs adversaires s’organisent, eux aussi, à l’intérieur du groupe. Queuille et Morice condamnent pour défaitisme les thèses jacobines à propos de l’Algérie. Le 20 avril 1956, ils profitent du comité exécutif pour demander qu’on intensifiât l’effort militaire et proposent qu’on remplaçât la vice-présidence du parti par une direction collégiale. Le projet rassemble, en septembre, une quarantaine d’élus radicaux autour de sa défense.

7Il est urgent, pour les Jacobins, de procéder le plus tôt possible à une clarification des positions de chacun, au risque de provoquer l’éclatement du parti. Le prochain congrès doit, selon eux, s’atteler à cette tâche, confirmer la nouvelle orientation et exclure les éléments réactionnaires. Ainsi, le club prépare activement ce congrès. Pour la première fois dans l’histoire du parti, les congressistes reçoivent deux mois à l’avance un rapport précis sur les thèmes retenus. De leur côté, les adversaires de Mendès France étoffent leur projet de direction collégiale. Ils y rallient une quinzaine de fédérations qui conçoivent une rupture avec les mendésistes. Parmi elles, on compte les Côtes-du-Nord de Comu, la Loire-Inférieure de Morice, la Seine-Maritime de Marie, les Alpes-Maritimes de Hugues, la Corse d’Arrighi... La scission devient un événement envisageable.

... MAIS A QUEL PRIX ?

  • 7 L’Année Politique, 1956, octobre, p. 92.

8Le 11 octobre s’ouvre le 52e congrès national du Parti radical. Quatre fédérations sur cinq soutiennent encore les mendésistes. Edouard Hérriot lui-même condamne le principe d’une direction collégiale. Au premier jour du congrès, l’assemblée confirme par 924 voix contre 333, l’exclusion d’Edgar Faure. Le lendemain, Tony-Révillon et Morice défendent la motion de direction collégiale. S’ouvre alors un des débats cruciaux du radicalisme d’après-guerre. André Morice reproche au parti de ne plus être une formation démocratique. Il condamne le nouveau visage que veulent lui offrir les mendésistes. « On n’est pas radical à 20 ou à 18 ans ; on devient radical quand on a étudié l’histoire de la République. Le Parti radical n’est pas la petite formation de combat qu’on veut en faire, mais une synthèse des diverses opinions »7. Mendès contre-attaque ; il démontre que le parti se présente maintenant sous son jour le plus vigoureux. Quant aux minorités, personne ne les empêche de s’exprimer.

  • 8 Idem.
  • 9 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 197.

9A ce moment encore, il cherche à modérer l’ardeur de ses supporters jacobins. Léon Hovnanian se démarque pourtant bien vite par la virulence de ses propos. Le lendemain Mendès France cède sous la pression et rejette violemment la responsabilité de la rupture sur ses adversaires : « Qui a fait la division ? C’est vous qui l’avez faite, M. Morice et un certain nombre d’autres »8. La motion mendésiste est adoptée par 1006 voix contre 426. La minorité, derrière André Morice, décide de s’en aller. A l’heure des bilans, Claude Estier se demande si le parti reste encore sur une phase ascendante. Alain Gourdon ne se fait déjà plus d’illusions : les scissionnistes parviennent à leurs fins. « Ils sont la droite de la gauche et la gauche de la droite. Chantage au patriotisme et alibis de la laïcité et de l’Europe, ils ont tout fait pour opposer les parlementaires aux militants, le Nord au Midi et les notables aux jeunes radicaux... »9. L’épisode concerne sans doute plus l’histoire du parti que celle du club. Il n’est pas moins essentiel de le connaître pour étudier à présent les réactions des Jacobins.

  • 10 L’Année Politique, 1957, avril, p. 36.

10De nombreux observateurs considèrent que cette scission est l’aboutissement d’une longue lutte menée par certains radicaux contre Mendès France. Sur 14 scissionnistes, 9 votent sa chute, le 5 février 1955. Ils fondent un Parti radical dissident avec André Morice pour secrétaire général. On compte parmi eux Queuille, Marie, Devinat, Hugues, Tony-Révillon ainsi qu’une vingtaine de sénateurs. Les exclus de 1955 qui suivent Edgar Faure ne les rejoignent pas en raison de leur désaccord sur la politique algérienne. Néanmoins, à l’image du Front Populaire de 1936, le Front Républicain revigore l’aide droite du radicalisme. Les 5-7 avril 1957, le parti dissident tient son premier congrès à Asnières. Il dénombre selon les résultats de ses premiers calculs, 53 fédérations départementales et distribue 30.000 cartes. André Morice, à nouveau, s’en prend aux mendésistes. « Sont-ils des radicaux ces hommes qui créent les conditions de la catastrophe pour se poser ensuite en sauveurs ? Non, ils n’ont jamais été et ne seront jamais des radicaux. Avec eux, les vrais radicaux ne veulent rien avoir de commun »10.

11Les dissidents vont plus loin : ils lancent un contre-club. Véritable antinomie des Jacobins, qu’ils nomment, d’ailleurs, « le Club des Montagnards ». Fondé par Jecq de Micelli, délégué de Tunisie, le club revendique aussitôt un patriotisme jacobin opposé au faux jacobinisme de Charles Hernu et de « sa bande ». Jacques-Louis Antériou prend sa direction. Selon Alain Guichard, « le Club des Montagnards » rassemble la franc-maçonnerie de droite contre celle de gauche réunie au sein du Club des Jacobins. L’existence de ce groupe suscite un intérêt au moins. Elle permet de mesurer l’attrait que présente, pour l’époque, la formule du club. Les radicaux dissidents prouvent, par ce biais, à l’opinion qu’ils peuvent, eux aussi, faire montre de vitalité et laisser au placard leur image de vieux messieurs collets-montés.

  • 11 L. Hovnanian, « Congrès de Lyon, une hypothèque levée », F-Obs., 18 oct. 1956.
  • 12 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 13 M. Bertrand, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », l’Express, 8 fév. 1957.

12Ce départ laisse, en général, peu de regrets parmi les mendésistes. Pour les Jacobins, au contraire, c’est l’annonce d’une nouvelle ère glorieuse qui commence. « La manifestation de cette volonté d’être un parti d’évolution contraint M.A. Morice et ses amis à nous quitter. Et c’est mieux ainsi. Le Parti radical va pouvoir continuer sa marche ascendante. Il va être plus à l’aise pour discuter des vrais problèmes »11. Paul-André Falcoz, néanmoins, considère que cette rupture atteint gravement le parti12. Mendès France, quant à lui, prend ce départ comme une bouffée d’oxygène. Les Jacobins, à sa suite, pensent qu’enfin le groupe parlementaire peut retrouver une ligne cohérente. En un sens, les investitures bâclées de 1956 sont rachetées. « Il vaut mieux se retrouver dans un Parti radical de 35 députés solides et honnêtes, au lieu de 60 qui votent n’importe comment »13.

13A la fin de cette année, on constate pourtant que le parti est plus divisé que jamais. La dissidence fait tache d’huile au sein des fédérations. Contrairement à ce que pensent les Jacobins, Mendès France ne profite déjà plus d’une assise majoritaire au sein du groupe. Mieux, peut-être, ils ont conscience de cet état de fait mais pensent encore pouvoir retourner la situation dans le sens de leur profit.

  • 14 Idem.

14« Aujourd’hui, il existe encore une majorité mendésiste au sein du Parti radical. Mais seulement une minorité agissante »14. Le marais, voilà les troupes à se rallier. Cependant, certains de leurs adversaires se manifestent également au sein du parti. On peut conclure alors que nos jeunes radicaux sont, dès cette date, en voie de marginalisation place de Valois. Avec le départ des grosses fédérations d’Afrique du Nord, ils perdent leur soutien financier. La scission de Lyon engendre décidément un malaise trop profond. Quelques départs ne peuvent, à eux seuls, le dissiper.

UNE CERTAINE AMERTUME

15La IVe République vit ses deux dernières années tandis qu’on assiste au déclin progressif des mendésistes au sein de la mouvance radicale. A partir de ce moment, l’histoire du Club des Jacobins confond intimement ses soubresauts avec ceux de tous ces gens qui suivent Mendès France dans son aventure. Leur isolement progressif est scandé par une série de congrès, comités et conclaves, une véritable litanie de désaveux pour eux. En 1957, les élections partielles reflètent le déclin du mouvement dans l’opinion publique. Moro-Giafferi décédé, un nouveau candidat doit être investi pour l’élection dans le premier secteur de la Seine. Tout à coup, les Jacobins prennent conscience qu’ils ne séduisent plus la majorité dans cette fédération. Au candidat mendésiste, Jean-Jacques Servan-Schreiber, celle-ci préfère le représentant de la colonie corse à Paris, Steffanaggi. Ses adversaires profitent de la campagne pour accuser violemment Mendès France de défaitisme en Algérie. Dès le premier tour, Steffanaggi ne recueille que 20.000 voix là où Moro-Giafferi en récoltait 80.000. L’échec provoque un profond malaise au sein du parti. Edouard Hérriot malade, ne peut plus offrir son arbitrage.

  • 15 C. Estier, « Mendès France sauvera-t-il le mendésisme ? », F-Obs., 24 janv. 1957.
  • 16 A. Philip, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », l’Express, 8 fév. 1957.

16Claude Estier observe, dans cet échec, les contradictions trop apparentes du parti : « Il est difficile de justifier à la fois devant les électeurs les prises de position courageuses de plusieurs jeunes élus de la région parisienne contre la guerre d’Algérie et le maintien de 13 ministres radicaux au sein du gouvernement responsable de la poursuite de cette guerre »15. Au sein même de la Place de Valois, les Jacobins essuient les premières attaques directes. On leur reproche leurs initiatives malencontreuses qui effraient une partie de la clientèle traditionnelle du radicalisme. Billères réclame, en février 1957, l’exclusion de Charles Hernu, Léon Hovnanian et Pierre Naudet comme préalable au retour d’André Morice. Les Jacobins savent bien que la nouvelle orientation du parti lui fait perdre le soutien d’une certaine petite bourgeoisie sans les lier à une nouvelle clientèle. Mais selon eux, on ne peut recruter de nouveaux adhérents hors du PCF et de la SFIO. Aussi, ils durcissent leur ton et exigent de Mendès France qu’il fasse respecter la discipline au sein du groupe. Mendès France hésite : ou bien il accepte de sacrifier ses Jacobins à Billères et leur demande d’aller chercher ailleurs un cadre à leur action, ou bien il résiste et ne compte plus, désormais, que sur ses partisans pour relancer, sur des bases modestes mais solides, la conquête du parti. André Philip envisage ce scénario : « Il faut le regroupement des Jeunes Turcs et... il faut créer en même temps la Turquie... Il faut ramener de nouveau la bataille à l’intérieur soit pour conquérir un jour l’appareil, soit pour constituer une minorité dure et irréductible... »16.

  • 17 Lettre de Mendès France à Charles Hernu.

17Ces problèmes de discipline ne laissent pas Mendès France indifférent. Dès octobre 1956, il fonde un comité pour mettre au point des règles précises de vote. Cependant, en janvier 1957, le débat sur l’Europe divise encore une fois le vote radical : une partie des députés, dont certains ralliés à Mendès France ne le suit pas dans son vote d’opposition. Seuls, les quatorze Jacobins acceptent de le faire. Leclercq vote en faveur du gouvernement. Hugues et Rolland s’abstiennent. « Nous ne pouvons pas, de ce côté, affirmer un front homogène et cela est vraiment très gênant »17. La mort d’Edouard Hérriot, le 26 mars, n’arrange rien aux affaires. Au sein du parti, tous réclament une réunification sans accorder vraiment au terme le même sens. Le processus de divorce s’engage.

  • 18 Le Monde, 12 mars 1957.

18Pourtant, lors du comité du 15 février 1957, Mendès France obtient assez facilement l’approbation de sa politique de rénovation et la réunion d’un petit congrès pour la fin du mois de mars. Le 10 mars, cependant, la fédération du Lot-et-Garonne vote une motion défavorable aux mendésistes18. Réunis à Chartres, les 12 et 13 mars, les parlementaires radicaux acceptent, en échange de certaines concessions sur la politique algérienne, un accord sur la discipline de vote. La majorité du groupe est supposée définir le sens du vote tandis que la minorité est autorisée à s’abstenir.

  • 19 Ch. Hernu, « Le Parti radical à la recherche d’un second souffle », Témoignage Chrétien, 22 mars 19 (...)
  • 20 Ch. Hernu, L’Information, 30 mars 1957.

19Pour Charles Hernu, le débat se situe sur le plan doctrinal. Seul un minimum de doctrine commune autorise une cohérence du groupe. « Aussi paradoxal que cela puisse paraître, je pense que dans le temps que nous vivons, la reconstitution des forces de gauche ne s’obtiendra pas seulement par des discussions tactiques mais... par un effort d’idéologie... »19. Il ne faut pas attendre longtemps – le 28 mars pour être précis – pour assister à une nouvelle division des radicaux sur un vote concernant l’Algérie. 21 députés votent en faveur de la politique de Guy Mollet, 13 en sa défaveur, 8 enfin s’abstiennent. L’important réside dans le fait que 21 parlementaires, juste avant, se déclarent pour un vote hostile et que 20 sont favorables. « Il faut considérer qu’il y a une véritable rupture du contrat politique. Ce n’est pas ce qu’attendent les militants de leurs députés »20. En accord avec Hovnanian, Naudet, Panier et Baelliencourt, Charles Hernu décide d’écrire à Mendès France et Daladier pour qu’ils saisissent le congrès radical.

  • 21 L. Hovnanian, « Pourquoi nous voulons un congrès extraordinaire », F-Obs., 14 fév. 1957.
  • 22 L. Hovnanian, l’Année Politique, 1957, mai, p. 44.

20Attaqué violemment par les Jacobins en avril 1957, Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de la Défense, s’explique devant le bureau exécutif du parti. Sans résultats. Le bureau, alors, décide de nommer une commission d’enquête pour se rendre en Algérie, le 22 avril. Devant un mur de protestations, les mendésistes reculent, ajournent le voyage et se contentent de publier un violent communiqué contre Lacoste. Dès la fin avril, cependant, les toutes puissantes fédérations du sud-ouest retirent leur soutien aux Jacobins. La tactique que ces derniers adoptent alors consiste à attaquer leurs adversaires sur leur propre terrain. « Nous sommes partisans de la réunion d’un congrès extraordinaire consacré à la discussion du programme à moyen terme qui doit, pour une dizaine d’années, déterminer les positions du parti... »21. Le 3 mai, salle Wagram, le congrès s’ouvre sur un réquisitoire des mendésistes contre la participation au gouvernement. Les autres fédérations demandent la réconciliation du parti. Le Sud-Ouest attend. Finalement, la réunion se contente de confirmer les règles de vote édictées à Chartres. Mendès France tente, en contre-partie, de faire passer un texte de compromis sur l’Algérie. Les Jacobins ne le suivent plus. « Malgré l’immense admiration que j’avais pour Pierre Mendès France, malgré l’espoir que son discours avait mis dans mon cœur, je dois bien conclure qu’un nouveau marché de dupes, après Lyon, après Chartres, vient d’être conclu »22. Les radicaux orthodoxes marquent un nouveau point.

  • 23 Ch. Hernu, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.
  • 24 L. Hovnanian, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.

21La suite, pourtant, démontre le contraire. Le 21 mai, le gouvernement pose la question de confiance sur sa politique financière. Le groupe radical décide l’abstention tout en laissant les ministres radicaux libres de voter pour. Le vote montre que les radicaux se prononcent pour le gouvernement. Parmi eux, 4 ne sont pas ministres. Mendès France exige l’exclusion de deux d’entre eux qui refusent de venir s’expliquer devant le bureau, le 23 mai. Par 17 voix contre 15 le bureau opte seulement pour le blâme. Mendès France démissionne. Les Jacobins accueille cette démission comme un geste de reconciliation. Pour Paul-André Falcoz, le combat change désormais de physionomie. Aucun Jacobin ne songe à abandonner. « Nous avons toujours dit que la minorité doit s’incliner devant la majorité. Il faut continuer le combat au sein du Parti radical »23. « Ce serait une erreur de créer un nouveau parti car l’émiettement est déjà suffisant. Nous sommes d’ailleurs majoritaires au sein du Parti radical »24.

22Le combat se poursuit sur le plan parlementaire. Le 22 juin, les Jacobins votent contre l’investiture de Maurice Bourgès-Maunoury. Désormais, leur groupe se réduit à onze membres : Béné, Châtelain, Hernu, Hovnanian, Lecœur, Lipkowski, Martin, Mendès France, Naudet, Panier et Souquès. Mendès France confirme sa démission lors du comité exécutif radical du 28 juin. Cependant, il annonce qu’il poursuit son combat au sein du Parti radical. Ses troupes ne comptant que dix fidèles l’empêchent de former un groupe parlementaire autonome, le seuil étant à 13. Daladier et Anxionnaz sont maintenus à la direction du parti jusqu’au prochain congrès. En septembre, les mendésistes votent la chute de Bourgès-Maunoury et s’opposent aux investitures de Pinay et Mollet. Pour ce dernier combat, ils ne sont plus que huit. Le 30 octobre, Félix Gaillard est investi à la Présidence du Conseil. Les Jacobins et Mendès France se contentent d’observer et s’abstiennent. On semble voir réapparaître la situation de mai 1955.

RETOUR A L’ÉPOQUE PIONNIERE

  • 25 Ch. Hernu, « Retour au Front Républicain », LJ, 20 nov. 1957.

23Les Jacobins retrouvent leur tradition d’opposants aux gouvernements dirigés par des radicaux. De juin à novembre 1957, le club renoue avec ses premiers réflexes de 1951. Cependant, il modère ses critiques contre le gouvernement de Félix Gaillard où Jacques Chaban-Delmas est à la Défense. Ils redoutent essentiellement, à son sujet, que la formule d’union nationale ne l’entraîne à l’immobilisme. « M. Félix Gaillard met à l’épreuve ce qu’il appelle « son gouvernement de majorité » avec une persévérance telle que certains, évoquant Combes, l’accusent de Queuillisme juvénile »25. Mais la crise tire toujours son origine du cancer algérien qui menace de mettre à la tête du gouvernement un chef autoritaire de droite. Comment une majorité inconciliable peut-elle prévenir la réalisation de cette menace ? C’est la question que pose Charles Hernu au seuil de l’année 1958.

  • 26 « Le Jacobin continue », LJ, 20 nov. 1957.

24Aussi le club, inlassable, entame à nouveau une campagne à l’intérieur d’un parti dont il ne maîtrise plus la direction effective. Ici s’explique sa volonté de faire reparaître son journal, à la veille du congrès de fin d’année. Le numéro quarante sept du Jacobin tente de consacrer ce nouveau départ. « Aujourd’hui, nous ne sommes pas riches mais nous avons eu le temps de nous réorganiser, de rencontrer un certain nombre de nos camarades. Tous, nous avons décidé de rester Jacobins, au sein du Parti radical... »26. Dès novembre 1957, peut-on dire, l’aventure mendésiste prend fin pour les Jacobins, au sein du Parti radical. A présent, le club souhaite renouer avec sa structure initiale.

  • 27 R. Charny, « Un nouveau combat : Strasbourg », LJ, 20 nov. 1957.
  • 28 Ch. Hernu, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

25Trop de choses changent pour qu’on puisse recommencer l’aventure de 1951. Charles Hemu, l’âme du club, est accaparé par ses fonctions de député. L’équipe est différente. Les événements d’Algérie, enfin, provoquent des départs et des divorces au sein même du club. Celui-ci pense pourtant entreprendre une action au congrès de novembre 1957 à Strasbourg. « Et pourtant, si les déceptions et les désillusions n’ont pas complètement triomphé de l’admirable enthousiasme qui a marqué la vie du parti ces dernières années, Strasbourg sera un grand congrès. Un congrès, faut-il le rappeler, c’est enfin le droit à la parole pour les militants... »27. Il condamne aussi la proposition d’autoriser le vote par mandat des conseillers généraux. Par ailleurs, il s’efforce de prouver qu’il recueille encore le soutien d’une majorité de militants. « . Témoignage Chrétien : A quoi peut servir l’action des militants si les parlementaires ne tiennent aucun compte des congrès ? – Charles Hernu : La motion du congrès en mai 1957 n’a pas été suivie. Celle du congrès de Strasbourg le sera si les militants se battent et font voter par leurs fédérations des motions impératives pour le respect des textes. D’où, ce sera le rôle du Jacobin ! »28. Néanmoins, le gouvernement Gaillard leur commande la prudence. Le renverser, c’est jouer la crise du régime. Il s’agit donc de ne pas transiger sur le programme sans provoquer, pour autant, une rupture.

26Le congrès de Strasbourg s’ouvre, le 22 novembre, sur deux questions : la direction du parti et la politique algérienne. A propos de la seconde, les mendésistes soutiennent la motion Valabrègue qui vise à rétablir immédiatement la paix en acceptant les bons offices de Rabat et Tunis. La motion Laforest, au contraire, défend les positions du gouvernement. L’élection de Daladier à la présidence offre rapidement une réponse à la première question. Le 24 novembre, Félix Gaillard affronte Mendès France dans une joute oratoire sur l’Algérie. La motion Valabrègue l’emporte mais le succès de Mendès France est plus apparent que réel. Il faut encore que le groupe radical obéisse aux décisions du congrès. Les mendésistes perdent d’ailleurs la direction du bureau national. Parmi les 35 nouveaux membres que compte ce bureau, on ne retient les noms que de 17 mendésistes dont 8 sont encore des familiers du club : Souquès, Soulié, Châtelain, Masson, Bérard-Quélin, Chamy, Falcoz et Steffanaggi.

  • 29 R. Humbert, « Le retour des Thermidoriens », LJ, 15 déc. 1957.

27Ce congrès se conclut donc sur un échec. Mendès France perd la partie. Et pourtant, en 1957 comme en 1954, il a une majorité de militants pour le soutenir. Seulement, à Strasbourg, il refuse la proposition des Jacobins de faire à nouveau pression sur la salle. En vain, ces derniers attendent à l’extérieur, un ordre qui ne vient jamais. Le poids des militants, dans la mesure où le bureau du parti n’est plus élu par le même collège que celui qui vote les motions demeure inefficace. Aux yeux des Jacobins, ces élections consacrent « le retour des Thermidoriens » et l’anéantissement de deux années de travail. « En deux ans, la masse du parti a à peine bougé. Nous avons apporté trop de crédulité aux bonnes intentions et aux adhésions verbales »29.

  • 30 R. Charny, « Les Jacobins sont là », LJ, 15 déc. 1957.

28Le 5 décembre, Galy-Gasparrou remplace Paul Anxionnaz au secrétariat général. Il est élu par 18 voix contre 16. Les fédérations du Sud-Ouest, hostiles à présent à Mendès France, fournissent la plupart des nouveaux vice-présidents. Les Jacobins comptent bien, cependant, ne pas abandonner. « Une attitude commode et lâche, comme toute attitude commode, serait le renoncement... Mais vivre en démocratie, c’est d’abord convaincre. Alors, notre destin c’est de lutter, au sein même de notre parti »30. On retrouve les accents initiaux du jacobinisme. La lutte s’est désormais transférée à l’intérieur des fédérations. Ainsi, au mois de décembre, Charles Hernu parvient à faire adopter par 600 délégués de la fédération du 6e secteur, une motion condamnant l’attitude des parlementaires et ministres radicaux.

  • 31 L. Hovnanian, « Nos objectifs », LJ, 15 fév. 1958.

29Cette nouvelle donne impose au club une réflexion sur sa position minoritaire au sein d’un parti. En 1951, la jeunesse et l’inexpérience font qu’il ne sait pas encore très bien jusqu’où peut aller sa dissidence. D’ailleurs, à cette époque, il ne cherche pas à remettre en cause son appartenance au parti valoisien. Il profite, au contraire, de la caution que celui-ci lui accorde. En 1957, il ne la remet toujours pas en cause. Néanmoins, ses deux expériences à la tête du parti fondent, à présent, sa revendication de constituer un réel courant du radicalisme. « Nous sommes radicaux-socialistes... membres d’un parti de progrès et de réformes, répondant à l’immense espoir de toute une jeunesse... »31. Le mouvement né le 4 mai étant, selon les clubistes, appelé à se perpétuer, c’est sur lui qu’ils fondent leur légitimité.

  • 32 C. Panier, « La France en léthargie », LJ, 15 janv. 1958.

30A partir de 1958, on peut dire que les Jacobins constituent au sein du Parti radical comme à l’Assemblée, le dernier carré de fidèles voués à la cause mendésiste. Élus protestataires et membres du club se confondent au point que Le Jacobin demande aux lecteurs de s’abonner pour soutenir les députés. Les six élections qui se déroulent entre le 2 janvier 1956 et le 13 mai 1958 marquent, dans cinq cas, un recul très sensible du mendésisme. Au sein du parti, la seule présence de Mendès France retient les militants déçus. Pour continuer à les séduire, les Jacobins durcissent leur opposition à la politique gouvernementale. Claude Panier dénonce la dangereuse léthargie qui endort la France. La raison est à rechercher dans les institutions qui ne peuvent supporter davantage l’accumulation des erreurs « On voudrait que les Français se disent : les hommes responsables du pouvoir depuis des années ne sont pour rien responsables de notre décadence, ce sont les institutions... Ce que l’on oublie de dire aux Français c’est que les institutions ne valent que par le caractère et la compétence des hommes qui les utilisent... »32.

  • 33 P. Naudet, « L’affaire de Sakhiet », LJ, 15 fév. 1958.

31L’affaire de Sakhiet donne lieu, au sein du parti, à un véritable règlement de comptes. Mendès France accuse le gouvernement Gaillard d’internationaliser le conflit. A l’Assemblée, Hovnanian et Naudet courent le risque d’être considérés comme des cryto-communistes en exigeant du gouvernement qu’il prenne des sanctions contre les responsables : « Notre pays est accusé, insulté, renié, et en quels termes, à la fois par nos adversaires et nos amis... Oui ou non, l’opération est-elle la suite d’instructions gouvernementales ? Oui ou non, le gouvernement a-t-il eu connaissance de la disproportion entre le but visé et les moyens mis en œuvre ? »33. Le même jour, l’Assemblée se prononce sur un ordre du jour déposé par le député radical Brocas. Une majorité de radicaux vote la défiance. C’est l’occasion pour Le Jacobin de se demander s’il s’agit du signe avant-coureur d’un alignement sur les décisions du congrès.

  • 34 Ch. Hernu, « Attention au rapt du Parti radical », LJ, mars 1958.

32Les élections partielles du 2e secteur de Paris creusent pourtant un peu plus encore le fossé. Le candidat mendésiste Philippe Dechartre est préféré au candidat valoisien. C’est d’abord une victoire de la fédération de la Seine dirigée, depuis mars, par une liste patronnée par Hernu, Naudet et Panier. Sur le prétexte qu’une telle investiture ne peut être accordée par une fédération seule, les valoisiens menacent de rejoindre le parti dissident d’André Morice. Ce dernier, en effet, propose de regrouper le RGR, l’UDSR et les radicaux valoisiens à condition qu’en soient exclus, au préalable, les amis de Mendès France. Charles Hernu dénonce le marchandage : « Nous sommes des radicaux et voulons le rester, conscients que nous sommes d’être dans la tradition véritable du radicalisme... »34. Aussitôt, le club veut contrecarrer l’initiative en se rapprochant des autres groupes minoritaires en difficulté, que ce soit les amis de François Mitterrand au sein de l’UDSR, le RDA face à André Morice ou les socialistes qui condamnent les méthodes policières suivies en Algérie.

  • 35 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire ». Combat, 14 avr. 1958.

33Le Jacobin ouvre de nouveau ses colonnes aux leaders de ces minorités. En mars, Charles Hernu leur propose de former un seul groupe à l’Assemblée : « C’est un mouvement possible, au sein du Parlement, quel que soit le groupe auquel appartiennent les députés animés de cet état d’esprit, MRP, SFIO, UDSR, RGR ou Parti radical. Les députés protestataires sont ceux qui après deux années de vie parlementaire ne sont pas entrés dans le système »35. En avril, le gouvernement Gaillard est mis en minorité. 14 députés protestataires ont joint leur vote à 7 UDSR. François Mitterrand, à partir de ce moment, devient le porte-parole du groupe.

  • 36 Ch. Hernu, « Le meilleur ou le pire », LJ, avr. 1958.

34La crise qui s’annonce offre, selon les Jacobins, une chance de clarifier les affaires. « Oui, il y a à l’Assemblée une majorité pour cette politique de véritable et durable présence française en Afrique, en dehors même des voix communistes »36. Les mendésistes convainquent le Comité Cadillac de refuser son soutien à l’investiture de Pléven qui veut proposer la Défense à André Morice. De même les Jacobins votent contre l’investiture de Pflimlin. A ce moment, ils rejoignent les thèses d’une opposition systématique et conservent la même attitude à l’égard du général de Gaulle. Le recours à ce dernier ne surprend pas, d’ailleurs, Charles Hernu. Cependant que son retour ne peut être une fin en soi, il adopte une position attentiste. Les Jacobins participent, néanmoins, à la manifestation du 28 mai. Mais, le 1er juin, lors du vote d’investiture, ils se divisent. Les pionniers du jacobinisme suivent Mendès France dans sa retraite tandis que certains clubistes, à l’exemple de Naudet et de Clostermann, rejoignent les rangs gaullistes.

S’IL FAUT TROUVER DES RAISONS A L’ÉCHEC

35A la suite de leur prise en main du Parti radical, les mendésistes assistent à un effritement progressif de leurs troupes et au renforcement des résistances au sein de la formation valoisienne. Une série de divorces coupent en deux le Parti radical : novembre 1955, le rendez-vous manqué ; octobre 1956, la scission ; décembre 1957, l’éviction des mendésistes. De quelle façon les Jacobins considèrent-ils cet échec ? Quelles raisons avancent-ils pour la justifier ?

  • 37 Ch. Hernu, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.
  • 38 P.-A. Falcoz, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.

36Juin 1957. Mendès France vient de démissionner de la vice-présidence du parti. Gilles Martinet organise un débat avec Charles Hernu, Paul-André Falcoz et Léon Hovnanian à propos de l’avenir du mendésisme. On ne peut que constatel leur désappointement. « Nous sommes restés le parti de la copinerie plus que celui de la solidarité »37. Paul-André Falcoz poursuit : « Nous voulions faire du Parti radical un recours pour la République. Il fallait tenir un langage de vérité, de dureté et même s’exclure un temps du pouvoir. Cela, une partie du groupe parlementaire ne l’a pas compris »38. Seul, le journal Libération remarque, dès avril 1956, que le Parti radical reste celui d’avant mai 1955. Il faut attendre 1957 pour trouver les premières explications avancées par les Jacobins. Celles-ci recoupent, d’ailleurs, leurs témoignages d’aujourd’hui.

  • 39 J.-Th. Nordmann, « Mendès France et le Parti radical », Le mendésisme, Pouvoirs, p. 59.

37Choisir le courant du radicalisme pour entreprendre une expérience de rénovation offre un premier faisceau d’indices. Mendès France et ses Jacobins attribuent au Parti radical la lourde fonction de moderniser la vie politique française. Or, à considérer ce parti en 1958, on constate qu’en son sein, le courant traditionnel l’emporte sur le courant moderniste. On est alors en droit de se demander si le choix d’un tel parti ne s’avère pas, dès l’origine, un pari hasardeux. Faire de lui une formation active de gauche, y faire respecter la discipline de vote et l’autorité du congrès sur les parlementaires, donner le pas aux militants sur les notables, voilà qui correspond à proposer une véritable antithèse du radicalisme. Peut-on vraiment compter sur le Parti radical pour être le premier maillon d’une chaîne rénovatrice des partis ? Jean Thomas Nordmann le croit : « ... Le Parti radical demeurait à l’égard de la IVe République en position de marginalité, de contestation potentielle ; ce faisant, il apparaissait le seul lieu stratégique où pussent converger réforme et gestion »39. Plus loin, cependant, il remarque qu’aux ambitions de modeler et orienter l’opinion, ce parti oppose son fait d’être l’expression d’une opinion déjà constituée. Néanmoins, il est convaincu que le radicalisme seul, offre la possibilité de concilier un réel attachement à la structure partisane avec la critique de sa rigidité. C’est compter sans les pesanteurs du radicalisme traditionnel.

  • 40 R. Barrillon, « Mendès France parviendra-t-il à rénover le Parti radical ? », Le Monde, 4 mai 1955.

38Le Parti radical se doit d’appartenir à toutes les formations gouvernementales. « Il était pourvu, comme aurait dit La Fontaine, d’une double besace : une besace pour la politique de droite et une besace pour les idées et les proclamations de gauche... »40. L’aventure des Jacobins participe, elle aussi, de cette tradition du radicalisme. Depuis 1901, l’histoire du parti se ponctue d’une série de tentatives de mise au point, les deux besaces cherchant à orienter l’une en fonction de l’autre le parti dans sa direction. Or, chacun de ces épisodes est écourté par un événement national : l’entrée dans la première guerre mondiale, la crise des années 1930, les prémices de la seconde guerre et maintenant les débuts du traumatisme algérien.

  • 41 P.-A. Falcoz, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.
  • 42 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

39Les Jacobins ne négligent pas ces leçons de l’histoire : « La rénovation était une chose difficile à entreprendre car au sein du Parti radical on vit toujours sur une mythologie du XIXe siècle, alors que Mendès France a suscité un mouvement proche d’une conception tactique du XXe siècle »41. En avril 1958, cependant, ils s’interrogent : décidément l’immobilisme du vieux parti a la peau dure. Trente ans après, la plupart reconnaîtront que le mendésisme pouvait difficilement être assimilé par la machine radicale. La greffe moderniste a bien du mal à prendre sur la vieille province radicale. La clientèle traditionnelle du parti ne possède aucun trait d’une clientèle de masse. Or, elle engendre plus le radicalisme que lui ne la façonne. Et puis, à vouloir heurter les habitudes, cette tentative a besoin plus que toute autre, de temps. Or, il lui en faut beaucoup trop pour conquérir la machine. Le triomphe de mai 1955 n’offre pas une maîtrise immédiate et totale de l’appareil. Les Jacobins, après cette date, poursuivent d’ailleurs leurs visites dans les différentes fédérations pour consolider leur assise. Le temps nécessaire leur manque pourtant et ils ne réussissent pas à implanter de nouvelles fédérations là où les notables locaux leur sont hostiles : « Nous aurions été d’une aide beaucoup plus efficace si nous avions eu des élus dès 1951. Seulement, à cette époque, les Jacobins étaient trop jeunes »42. Deux années à la direction, voilà qui, somme toute, est bien dérisoire pour accomplir leur tâche. Les quelques milliers de nouveaux adhérents, arrivés en 1955, ne permettent pas, loin s’en faut, de conquérir toutes les fédérations. A chaque fois, la victoire mendésiste semble inachevée ou obtenue grâce aux pressions. En 1955, seul le vote à mains levées permet d’enlever la direction. En 1957, la motion Valabrègue a beau être adoptée avec facilité, rien par la suite, dans les positions des parlementaires radicaux, ne la respecte.

  • 43 Ch. Hernu, « Quand la Marseillaise redevient un chant révolutionnaire », LJ, 13 mai 1955.

40Un second faisceau de raisons réside dans l’attitude de Mendès France face au mouvement. Les Jacobins concèdent volontiers que les événements d’Algérie empoisonnent les relations au sein du monde politique français et, par voie de conséquence, sont la raison majeure de l’échec de Mendès France. En dépit de cet aveu, le club reproche au Président du Conseil de ne pas écouter suffisamment ses avis. Ainsi, nos Jacobins s’accordent tout à fait à l’idée de fonder la rénovation politique sur le Parti radical. Mais ils posent, pour seule condition, la création contiguë d’une ligne fusionnant les divers partis de gauche. Dans leur esprit, une construction de ce type offre l’atout de ne pas heurter les appareils des partis et de faciliter au contraire leur entente. Et puis, elle permet aux inorganisés de rejoindre le mouvement. Enfin, elle est appelée à devenir, avec le temps, la base d’un grand parti de gauche. « Aujourd’hui comme hier, nous mettons nos espoirs en une Ligue républicaine qui, ménageant les susceptibilités des partis et des groupements, tout en donnant le maximum d’efficacité à la coalition... »43.

41Progressivement, les Jacobins prennent conscience que Mendès France donne sa préférence au jeu traditionnel des partis. Il croit donner suite à leur proposition de ligue souple en promouvant une alliance électorale pure et simple avec la SFIO. Les clubistes n’admettent ce genre d’alliance que dans la mesure où elle renforce le noyau mendésiste face aux parlementaires radicaux. Les événements d’Algérie éclatent. Tout part en morceaux. En effet, le club tolère le Front Républicain sur la base du programme de paix en Algérie. C’est donc dès le 6 février que Mendès France doit comprendre qu’une telle association avec la SFIO est un leurre. Hésitant, tergiversant, demeurant au gouvernement, il gâche non seulement son crédit auprès de ses fidèles, mais discrédite également ceux-ci aux yeux de leurs électeurs.

  • 44 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 45 P. Rotmann, « La diaspora mendésiste », Le mendésisme, Pouvoirs, p. 5.

42Aujourd’hui, quand on les interroge, les Jacobins reprochent à Mendès France de trop vouloir accorder sa confiance aux radicaux valoisiens. Pourquoi les laisser se présenter sous son label, en janvier 1956 ? Mendès France manque d’esprit tacticien, voilà tout. « Trop individualiste, il avait refusé toute stratégie marxiste de prise de pouvoir. Mendès France était un solitaire, pas un homme de parti »44. Sa clientèle se résume à un réseau de fidèles compagnons, de collaborateurs zélés, liés à lui par une relation personnelle. « Il n’y a pas eu de parti mendésiste dont l’action et la durée permettent sans risque d’identifier les adhérents »45. Mendès France refuse le soutien d’une organisation structurée. Dans cette logique, il refuse le concours actif des Jacobins, au congrès de Strasbourg en 1957. Sous-estimant partis et appareils, il surestime singulièrement le rôle de l’opinion publique. A ce jeu, son image prospère sans doute mais au prix de défaites successives au sein de son propre parti.

  • 46 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 177.

43Prenons l’exemple du congrès radical d’octobre 1954 : Mendès France soutient seulement du bout de sa réputation la candidature de son partisan à la présidence. Mais il se satisfait de voir Hérriot incliner sa personne et son nom devant lui. « Au lieu de rentabiliser ses gains politiques, il se bornera à savourer l’encens répandu et les lauriers qu’on lui décerne »46. De même, le club peut lui reprocher son acharnement à refuser tout rapprochement avec les communistes. Certains Jacobins, de ce fait, doivent se sentir écartelés entre les opinions de leurs électeurs et le soutien à Mendès-France. Charles Hernu, pour ne considérer que son cas, est élu dans une banlieue réputée voter communiste.

  • 47 R. Barrillon, « M.F. l’a emporté sur Martinaud-Déplat », Le Monde, 6 mai 1955.
  • 48 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

44Enfin, les Jacobins reprochent à Mendès France de se laisser enfermer dans un programme d’action trop rigide. En un sens, il devient prisonnier de son expérience gouvernementale. Éveillée à la politique par lui, la nouvelle génération associe désormais son nom à un style. Une fois déchu du pouvoir, l’alternative consiste pour lui à fonder un parti mendésiste ou imposer la discipline du mendésisme au sein du parti. En se prononçant pour le second terme, il fait un choix qui s’avère incompatible avec l’essence du radicalisme. Or, Mendès France, à ce moment, ne réussit pas à se dégager de l’étau qui est en train de se refermer sur lui. Si certains radicaux attendent l’heure de la revanche, les autres, dont font partie les Jacobins, veulent qu’on aille plus loin dans la rénovation. Cette prise en tenaille dicte à Mendès France de faire des concessions de part et d’autre. « La question est de savoir si le Parti radical entier peut faire sienne une thèse qui, tout en reconnaissant ses droits traditionnels à la liberté de tendance et de vote, comporte la mise au point d’une doctrine valable pour l’ensemble... »47. Alain Gourdonne voit d’autre solution que celle de prendre des libertés avec le programme. « Mendès France n’a pas compris ce qui lui arrivait ; ce phénomène de charisme autour de sa personne devait lui permettre d’élargir ses bases »48. Ce charisme l’autorise à refuser les faux compromis et les arrangements douteux. Or, en 1958, les Jacobins constatent que le parti renoue avec son ambiguïté de toujours. La désillusion les gagne, une désillusion de militants qui assistent, impuissants, au retour des adversaires. En ce sens, Mendès France néglige trop cette idée que tout militantisme a besoin de victoires pour se revivifier.

45Attardons-nous enfin sur les éléments qui peuvent expliquer l’échec à partir du club lui-même. Mendès France convie ses Jacobins à occuper des postes-clés au sein du parti. En ce sens, il fait appel à des gens encore jeunes, pour qui souvent des fonctions de ce genre sont nouvelles. Voilà une raison supplémentaire pour ne pas fonder un nouveau parti, ce qui suppose avoir à sa disposition un nombre suffisant de cadres et d’animateurs. Le Parti radical offre, à ce titre, une mécanique déjà rodée.

  • 49 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

46Les apparences tendent à prouver que le club s’autodétruit en 1955. Pourtant, s’il est un reproche à lui adresser, c’est bien celui de vouloir conserver une trop large indépendance. Le club se présente comme l’équipe idéale pour contrôler la machine, mais seulement dans la mesure où il se consacre entièrement à la tâche. Très vite, il apparaît que les Jacobins se désintéressent des fonctions purement administratives et se lancent dans des activités plus attrayantes, comme la présentation de candidatures à la députation. Peut-on militer pour la discipline et l’union dans le parti en affichant, en même temps, des vélléités indépendantistes ? En avril 1958, un journal interroge Charles Hernu : la révolution du 4 mai est-elle sans résultat ? « Cette révolution du 4 mai 1955 a eu des résultats : le nouveau président de la fédération radicale, Secqueville, est un militant de ma fédération. Aux élections partielles du 2e secteur, Philippe Dechartre, notre candidat, a réuni 24.000 voix... »49. En dépit de ses protestations de zèle, le club, dans sa stratégie de conquête et de conservation du pouvoir ne se consacre vraiment qu’à la première étape.

47Ce trait se retrouve d’ailleurs chez la plupart des clubs de combat politique qui, une fois arrimés à un parti, s’efforcent d’abord de conserver leur identité tout en voulant profiter de la crédibilité qu’on leur offre. Nombreuses sont les activités qui, sans doute, éparpillent les Jacobins. Ainsi, Charles Hernu délaisse quelque peu son club et la Place de Valois pour se consacrer à sa tâche de député. On ne peut cependant lui reprocher de transporter son dynamisme à l’intérieur du groupe parlementaire où il n’a de cesse de reproduire une nouvelle structure. Par ailleurs, on constate qu’à partir de mai 1955, le club n’encourage pas ses filiales à se développer. Au contraire, il leur enjoint de se fondre à l’Intérieur des fédérations radicales de leur région. Nouvelle erreur tactique sans doute : nombreux sont en effet les jeunes militants, nouveaux en politique, qui désirent aborder celle-ci en étant accueillis dans un club. Les filiales jacobines peuvent servir, à ce titre, de relais au mouvement mendésiste et surtout, à partir de l’époque où celui-ci connaît de graves difficultés avec ses parlementaires.

48L’équipe des Jacobins, en se désintéressant des tâches administratives, laisse la place libre à d’autres sujets, fidèles mendésistes, certes, mais beaucoup moins radicaux aussi. Ces derniers discréditent plus le mouvement qu’ils ne le favorisent. Ainsi une certaine intelligentsia parisienne réunie autour de l’Express et qui noyaute le parti en mai 1955. Il n’est pas étonnant alors de constater que les radicaux orthodoxes, pourtant ralliés à Mendès France, assimilent l’opération à un complot ou à une colonisation bruyante et peu délicate du parti. Le président Queuille, lui-même, se voit demander sa carte à l’entrée du congrès par un jeune militant zélé. Les Jacobins ne font rien pour ne pas être assimilés à cet autre nouveau visage du radicalisme. Ils pâtissent certainement de l’atmosphère d’intrigue et d’espionnage qui règne dans le parti. On comprend mieux, à présent, l’insistance qu’ils mettent à se dire radicaux pour échapper à l’accusation de ne pas constituer une troupe assez fiable au service de Mendès France.

*

Notes

1 « A ça ira... », LJ, 24 juin 1955.

2 « A ça ira... », LJ, 8 juil. 1955.

3 Ch. Hernu, « Réformistes et révolutionnaires », LJ, 25 nov. 1955.

4 Ch. Hernu, « Assez de scandales ! », LJ, 22 juil. 1955.

5 P. Dreyfus- Schmidt, « Lettre à un Jacobin », F-Obs., 1er mars 1956.

6 R. Henry, « Jacobins, nous avons la parole », LJ, 23 déc. 1955.

7 L’Année Politique, 1956, octobre, p. 92.

8 Idem.

9 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 197.

10 L’Année Politique, 1957, avril, p. 36.

11 L. Hovnanian, « Congrès de Lyon, une hypothèque levée », F-Obs., 18 oct. 1956.

12 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

13 M. Bertrand, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », l’Express, 8 fév. 1957.

14 Idem.

15 C. Estier, « Mendès France sauvera-t-il le mendésisme ? », F-Obs., 24 janv. 1957.

16 A. Philip, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », l’Express, 8 fév. 1957.

17 Lettre de Mendès France à Charles Hernu.

18 Le Monde, 12 mars 1957.

19 Ch. Hernu, « Le Parti radical à la recherche d’un second souffle », Témoignage Chrétien, 22 mars 1957.

20 Ch. Hernu, L’Information, 30 mars 1957.

21 L. Hovnanian, « Pourquoi nous voulons un congrès extraordinaire », F-Obs., 14 fév. 1957.

22 L. Hovnanian, l’Année Politique, 1957, mai, p. 44.

23 Ch. Hernu, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.

24 L. Hovnanian, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.

25 Ch. Hernu, « Retour au Front Républicain », LJ, 20 nov. 1957.

26 « Le Jacobin continue », LJ, 20 nov. 1957.

27 R. Charny, « Un nouveau combat : Strasbourg », LJ, 20 nov. 1957.

28 Ch. Hernu, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

29 R. Humbert, « Le retour des Thermidoriens », LJ, 15 déc. 1957.

30 R. Charny, « Les Jacobins sont là », LJ, 15 déc. 1957.

31 L. Hovnanian, « Nos objectifs », LJ, 15 fév. 1958.

32 C. Panier, « La France en léthargie », LJ, 15 janv. 1958.

33 P. Naudet, « L’affaire de Sakhiet », LJ, 15 fév. 1958.

34 Ch. Hernu, « Attention au rapt du Parti radical », LJ, mars 1958.

35 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire ». Combat, 14 avr. 1958.

36 Ch. Hernu, « Le meilleur ou le pire », LJ, avr. 1958.

37 Ch. Hernu, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.

38 P.-A. Falcoz, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.

39 J.-Th. Nordmann, « Mendès France et le Parti radical », Le mendésisme, Pouvoirs, p. 59.

40 R. Barrillon, « Mendès France parviendra-t-il à rénover le Parti radical ? », Le Monde, 4 mai 1955.

41 P.-A. Falcoz, « Quel est l’avenir du mendésisme ? », F-Obs., 20 juin 1957.

42 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

43 Ch. Hernu, « Quand la Marseillaise redevient un chant révolutionnaire », LJ, 13 mai 1955.

44 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

45 P. Rotmann, « La diaspora mendésiste », Le mendésisme, Pouvoirs, p. 5.

46 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 177.

47 R. Barrillon, « M.F. l’a emporté sur Martinaud-Déplat », Le Monde, 6 mai 1955.

48 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

49 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search