Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Troisième partie. L’aventure mendésiste

La grande aventure

Texte intégral

A L’ASSAUT DE LA BASTILLE RADICALE

1Février 1955. Le gouvernement Mendès France est renversé. Ses partisans recherchent un cadre nouveau pour récupérer le mouvement d’opinion soulevé par ce phénomène. De son côté, Mendès France propose de « conquérir, rénover, utiliser le Parti radical ». Le choix, à ce moment précis, ne va pas de soi. Une controverse sur l’opportunité de donner vie à un nouveau parti traverse les rangs des mendésistes. Trois solutions restent envisageables : fonder un nouveau parti pour récupérer le flot mendésiste ; former une sorte de haut comité de patronage électoral qui transgressât les clivages traditionnels ; enfin, pourquoi ne pas exploiter l’outil existant, c’est-à-dire le Parti radical lui-même ? En octobre 1954, on le sait, une telle solution échoue. Mais le soutien mitigé de Mendès France à son candidat l’explique aussi. Pourtant cette expérience malheureuse doit normalement influencer les mendésistes dans le sens du nouveau parti ou de la ligue. Ne trouve-t-on pas, d’ailleurs, dans la proposition de Charles Hernu de fonder une ligue républicaine, la conviction qu’à lui seul le Parti radical est incapable de recueillir la vague mendésiste ?

  • 1 G. Martinet, « Les projets de M. Mendès France », F-Obs., 24 fév. 1955.
  • 2 Ch. Hernu, « Républicains, liguons-nous », LJ, 25 fév. 1955.
  • 3 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

2Gilles Martinet envisage le débat de la même manière : « M. Mendès France voit bien cependant que les courants de sympathie qu’il a provoqués dans le pays ne peuvent être aisément cristallisés autour du Parti radical. Ainsi a-t-on songé, dans son entourage, à une rénovation du « RGR » ou au lancement d’une nouvelle « Ligue de la République »1. Quant aux Jacobins quelle position adoptent-ils ? Rejoindre François Mitterrand qui propose de former un nouveau parti autour de l’UDSR ? Adopter, au contraire, l’idée de Mendès France ? En fait, le club suit plus le débat qu’il ne s’y engage vraiment. Dès février 1955, il se range aux côtés de Mendès France mais sans pour autant abandonner son intention de ligue. A ce titre, on peut concevoir qu’un Parti radical rénové appartienne à cette ligue. C’est donc refuser l’idée du parti nouveau. « Faut-il dès lors fonder un nouveau parti politique ? Cela est exclu. De grands partis (Parti radical, Parti socialiste, UDSR) où se rencontrent d’authentiques démocrates, peuvent avoir un rôle à jouer s’ils le désirent et la création d’un parti, en les indisposant inutilement, ne ferait qu’apporter un peu plus de confusion à la situation politique actuelle »2. Toute solution du genre de celle du RPF est aussi exclue. « Il n’y avait aucun intérêt à fonder un nouveau mouvement. D’ailleurs, l’expérience a prouvé qu’une telle tentative, même lancée par de Gaulle, était vouée à l’échec »3.

  • 4 C. Nicolet, « La tradition républicaine et PMF », Le Mendésisme, Pouvoirs, p. 29.
  • 5 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.
  • 6 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 163.

3De solides raisons militent pour le choix d’un Parti radical rénové. Selon Mendès France, la faiblesse de ses moyens financiers exclue toute création d’un nouveau parti. D’ailleurs, une telle entreprise est appelée à être l’œuvre et l’arme d’un homme, or Mendès France refuse tout rôle de ce genre. Enfin, il faut être conscient que Mendès France se sent profondément radical : il tire ses conceptions du parti de gauche, de la tradition d’un Hérriot ou d’un Bourgeois. Enfin, un tel choix est la conséquence logique de son expérience gouvernementale. « ... Mendès a toujours dit que son expérience gouvernementale... était condamnée d’avance dans la Chambre ”de droite” de 1951. Il fallait donc préparer un renversement de majorité en vue des prochaines élections... Loin d’être un pis aller, le choix tactique du Parti radical était inévitable »4. Cette aventure ne manque d’ailleurs pas de précédents : Daladier la tente à la tête de ses Jeunes Turcs. Pourquoi pas Mendès France avec ses Jacobins ? A la fin du mois de février 1955, l’ancien Président du Conseil décide donc de s’attaquer à la rénovation du plus vieux parti de la République. « Il y eut chez Mendès France le désir de ressusciter à tout prix une "vieille boutique”, un vieux fonds de commerce... »5. Jean Lacouture, quant à lui, pour traduire un même sentiment parle « d’une étrange aventure archéologique ». La carte du radicalisme en 1955 laisse apercevoir plusieurs radicalismes. Les radicaux orthodoxes implantés dans le sud-ouest et le sillon rhodanien côtoient un radicalisme résiduel, prospérant là où une personnalité forte le lui permet. Gaillard en Charente, Violette en Eure-et-Loir, Mendès France dans l’Eure le confirment. Un néo-radicalisme prospère enfin dans les zones urbaines et en Afrique du Nord. En ce qui concerne sa structure, le vieux parti conserve toutes ses traditions : demeuré à l’état de mécanique complexe, il permet à une oligarchie de trôner au sommet d’une pyramide de fédérations, de comités, largement autonomes dans leurs fiefs. Chaque année, un congrès national se convainc de répondre aux doléances des militants et de fixer un programme d’action. « Le Parti radical connaît moins de militants que de cotisants, et moins de cotisants que de cartes et ce sont les majorités de cartes qui font les majorités »6. Edouard Hérriot assure encore un rôle d’arbitre hypothétique. Léon Martinaud-Déplat quant à lui, réélu en octobre 1954, assure la présidence de la « Machine » administrative.

4Dès 1953, cependant, une fraction du parti se rallie aux idées de Mendès France lors du congrès d’Aix-les-Bains. Cette fraction recrute essentiellement ses membres parmi les jeunes et les anciens. Ces derniers se réjouissent, en effet, de retrouver chez Mendès France la défense de la laïcité et du scrutin d’arrondissement. En fait, revit devant leurs yeux le souvenir nostalgique du Cartel des gauches. Enfin, il est l’homme de la paix en Indochine. Aussitôt intéressés par leurs thèmes, les radicaux classiques font pencher la balance dans un sens favorable aux mendésistes. Ils se recrutent dans les fédérations du Sud-Ouest et leurs vingt-trois parlementaires sont emmenés par Joseph Baylet. Parmi eux, on trouve Laplace du Tarn-et-Garonne, Billères des Hautes-Pyrénées, Galy-Gasparrou de l’Ariège. Quelques fédérations du Sud-Est et de l’Est rallient ce mouvement qui adopte, à partir de février 1955, une attitude de bienveillante neutralité. Cette bienveillance ne dure d’ailleurs que dans la mesure où ces fédérations ne se sentent pas menacées par la vague mendésiste.

  • 7 Ch. Hernu, « Républicains, liguons-nous », LJ, 25 fév. 1955.

5Le Club des Jacobins organise donc son action dans ce cadre établi par lui-même. En février 1955, il décide d’exploiter au mieux la colère de ces fédérations devant la chute du gouvernement Mendès France. A cet effet, il propose la tenue d’un congrès extraordinaire. Seule une coopération étroite entre le club et Mendès France permet à l’entreprise de jouir d’une réelle efficacité. Les Jacobins doivent engager la campagne parmi les militants. Le 25 février, Charles Hernu met les choses au clair : « Quant au Parti radical-socialiste, il ferait bien s’il ne veut pas être déconsidéré, de réunir un congrès extraordinaire qui montrerait clairement si, depuis Marseille, les congressistes se sont déjugés ou non ... »7. Le club œuvre à gagner à la cause mendésiste les présidents et les secrétaires généraux d’un nombre suffisant de fédérations locales. C’est la seule condition pour que le comité exécutif appelât à ce congrès. Les succursales de province jouent alors pleinement leur rôle. Les dirigeants parisiens du club viennent d’ailleurs les soutenir à plusieurs reprises.

  • 8 L’Année Politique, 1955, mars, p. 30.

6Mars 1955 : la proposition fait son chemin. Le 10, les fédérations provoquent une nouvelle commission exécutive. Pourtant, le « non » défendu par les amis de Martinaud-Déplat l’emporte encore une fois. Hérriot, gagné à la cause du congrès, présente sa démission. Mendès France proteste : « On ne peut refuser plus longtemps de réunir ce congrès au cours duquel les explications devront être franches et loyales... »8. Une délégation fait revenir sur sa décision le Président d’Honneur. On obtient à l’arrachée la décision de tenir ce congrès. Mais aucun ordre du jour n’est encore fixé.

  • 9 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.
  • 10 J. Vilars, « Le choix du 4 mai », LJ, 23 avr. 1955.
  • 11 Ch. Hernu, « Le congrès radical ne sera-t-il qu’un guet-apens ? », LJ, 23 avr. 1955.
  • 12 Idem.

7Cette première victoire confirme les Jacobins dans leur détermination. En avril, toute l’équipe du journal rejoint Mendès France chez lui, à Louviers, afin de préparer le congrès dont la date est fixée au 4 mai : « Ce coup du 4 mai, nous l’avions bien préparé : d’abord par une édition spéciale du Jacobin intitulée « Le petit monde de Martinaud-Déplat ». Ensuite, nous nous étions réparti les tâches : Yves Amblard, avec sa voix de ténor, pousserait les coups de gueule ; Charles Hernu ferait les discours de fond, nous autres nous devions occuper le terrain »9. Ce numéro spécial du Jacobin affiche le souci de faire l’union au-dessus des divergences. « Ce congrès ne doit pas être celui des règlements de compte parce que les règlements de compte sont inutiles s’ils se présentent sous la forme d’une vengeance »10. Charles Hernu énonce ses vœux d’une adoption des thèses mettant en route un changement de cap. « Délégués radicaux, comprendrez-vous que le 4 mai, vous aurez entre les mains la grande chance de votre parti ? Comprendrez-vous que cette épuration démocratique risquerait de gagner d’autres formations politiques ? »11. Dès maintenant, il s’agit de mettre en garde contre les manœuvres des cartes avec lesquelles on fait d’artificielles majorités. Enfin, le journal expose une galerie de portraits des leaders radicaux, distinguant les bons des mauvais sujets. « A l’ombre du mur d’argent : H. Borgeaud, L. Martinaud-Déplat, V. Delpuech, R. Mayer. Ils ont l’argent, les cartes, la machine. Du radicalisme, ils ont tout oublié ou tout à apprendre. Ils respectent ce qui n’est pas respectable : les betteraviers, Le Figaro, la banque, l’Indochine et le juge aux ordres »12. En face d’eux, les bons radicaux votent contre la loi Barangé, sont laïcs mais demeurent tolérants. Enfin, dans les nuages, dépassant les tendances, Le Jacobin encense Edouard Hérriot, Albert Sarraut, Pierre Mendès France, Edouard Daladier et Gaston Monnerville. La conclusion de l’article met tout le monde en garde : si les adversaires, par leurs manœuvres, ruinent ces espoirs – n’a-t-on pas loué la salle pour quelques heures seulement ? – la solution violente reste le dernier recours.

  • 13 R. Barrillon, « M. Mendès France parviendra-t-il à rénover le Parti radical ? ». Le Monde, 4 mai 19 (...)
  • 14 H.F. Rey, « J’étais un faux délégué au congrès radical », F-Obs., 12 mai 1955.
  • 15 Le film de la journée, Le Monde, 6 mai 1955.

8A la veille du congrès, les observateurs se posent bien des questions : au vu des violentes invectives que s’adressent les deux camps, la réunion ne va-t-elle pas dégénérer en émeute ? Robert Barrillon pose une question plus fondamentale : « Peut-on sans le supprimer, modifier un parti qui, par essence et par tradition, est de toutes les formations gouvernementales, participe à toutes les politiques...? »13. Le congrès s’ouvre donc dans une atmosphère fiévreuse, le 4 mai, à la Salle Wagram. François Rey, journaliste à France-Observateur, décrit la scène : « Lorsque j’entrai, la corrida ne faisait que commencer. On procédait à la pose des banderilles. Quelques jeunes turcs se succédaient à la tribune et essayaient de "châtier” comme on dit en termes tauromachiques, le ”toro” Martinaud-Déplat. Tout cela pour préparer le travail du "maestro” du grand "matador de toro” Mendès-France »14. La fixation de l’ordre du jour donne lieu à la première rixe15. Dégoutté, député du Rhône, propose une réforme des statuts. Au même moment, l’arrivée de Mendès France déchaîne une volée d’applaudissements et de sifflets. Un partisan de Léon Martinaud-Déplat tente de dénoncer « l’obstruction d’un quarteron de trublions ». Yves Amblard fait aussitôt acclamer Mendès France et poursuit en critiquant l’évolution du parti « qui tiendra bientôt ses assises dans les sacristies, qui renoncera au principe de la laïcité et qui se livre au concubinage avec le MRP. »

9Puis Mendès France prend la parole. Le silence se fait. Il demande la réforme des structures, exige que le parti reste à gauche et, pour ce faire, adopte une plate-forme électorale appropriée. A l’issue du discours, la salle entonne la Marseillaise puis accueille Martinaud-Déplat, monté à la tribune, par une pluie de sifflets et de cris « démission ». Courageusement, celui-ci entreprend de défendre un ordre du jour opposé. Il plaide pour un radicalisme de souplesse et d’empirisme. Dans l’assistance, ici ou là, certains commencent à s’empoigner, jusqu’au moment où il faut évacuer, la salle étant retenue, le soir-même, pour un combat de... catch.

  • 16 Motion du Doubs mise dans l’annexe.

10Tout ce petit monde se transporte alors jusqu’à la salle de la Mutualité, louée par les Jacobins, en prévision de la manœuvre. L’atmosphère y est tout aussi survoltée. A la voix des orateurs se mêle le fracas de verre brisé. Le vrai combat s’engage. Mendès demande le vote de la motion du Doubs et la démission de Martinaud-Déplat. Ce dernier rappelle alors ses états de service et s’interpose à la décision de mettre le vote aux mains levées. Maurice Perrin, un proche des Jacobins, rappelle en effet qu’aucun vote par mandat ne peut intervenir si le congrès ne statue pas auparavant sur les conclusions de la commission de vérification des pouvoirs. Dans la violence des débats, personne ne pense à le faire. Edouard Hérriot tranche : le vote est aux mains levées. Léon Martinaud-Déplat fait alors une dernière tentative pour reprendre la parole. A ce moment précis, toute une fournée de Jacobins pénètre dans la salle. Armés de sifflets et de crécelles, ils empêchent le président administratif de parler. Celui-ci décide de quitter la salle. Une véritable marée de cartes du parti, brandies par les partisans de Mendès France, noie littéralement la salle : la motion du Doubs est adoptée16. Déjà on annonce la formation d’une commission de réforme.

  • 17 Ch. Briandet, « Réponse à 120 délégués radicaux », LJ, 13 mai 1955.
  • 18 Y. Amblard, « Du riffifi chez les Barbus », LJ, 13 mai 1955.
  • 19 P. Bramaud, « Comment ils nous voient », LJ, 27 mai 1955.

11Le club considère ce congrès du 4 mai comme la victoire de son courant au sein du parti. De minoritaire il devient prépondérant. Néanmoins, ce triomphe recèle en lui trop d’ambiguïté pour que nos Jacobins ne tentent pas, a posteriori, de le consolider. Ils ont déjà à se défendre contre les accusations qui remettent en cause la valeur de cette victoire. « Afin de répondre à des campagnes calomnieuses, nous précisons que les Jacobins qui ont participé au congrès radical étaient tous d’authentiques membres du parti. Nous attendons que quelqu’un nous prouve le contraire en nous citant un seul nom »17. Sans doute, ils ne sont pas étrangers aux excès commis lors du meeting. Mais ils contre-attaquent en accusant les éléments indésirables et pourtant admis dans l’enceinte. « Avec le Président E. Faure, nous condamnons sans réserve les sifflets à roulette, les invectives, les injures et les violences »18. Ils ont sans doute beau jeu de le faire et rien n’empêche l’étiquette d’agitateurs de coller pour longtemps à leur image. Pierre Bramaud résume les manières dont on considère le club de l’extérieur : « ... l’extrême-droite qui se pense comme telle nous classe à gauche ; l’extrême-gauche nous classe à la droite modérée ; la droite qui se pense (illusion ou délire) à gauche nous classe à l’extrême-droite ; le marais nous situe à l’extrême-gauche ; les imbéciles qui n’ont d’autre parti que celui de leurs sottises, nous définissent comme mercenaires »19.

12Habitué jusqu’à présent aux ambiances feutrées des équipes de technocrates, Mendès France se voit donner, pour une fois, la preuve qu’il est bon, de temps à autre, de brusquer les hommes et les événements. Cependant, loin de tenir lieu de précédent, ce congrès du 4 mai se situe, en fait, dans la lignée de celui de Biarritz de 1936 où les Jeunes Turcs d’alors organisent un chahut contre les dirigeants. (Pour cet épisode, se reporter à Monsieur Berstein « Histoire du Radicalisme » Tome 2 – Paris FNSP 1982). Même ce souvenir ne cache pas la survivance d’un arrière-goût désagréable qu’il faut à tout prix effacer au plus vite. C’est également la conviction du club. Désormais, il veut faire oublier cet épisode en s’engageant dans un nouveau combat, la réforme des structures.

TRANSFORMER LE VIEIL OTAGE EN ARBITRE

  • 20 Ch. Hernu, « Quand la Marseillaise redevient un chant révolutionnaire », LJ, 13 mai 1955.
  • 21 « Le Parti radical doit revenir à sa tradition jacobine, déclare Mendès France », LJ, 14 oct. 1955.
  • 22 Ch. Hernu, « Ce gouvernement immobile à grands pas », LJ, 27 mai 1955.

13Au lendemain du 4 mai, le club peut faire le point sur sa situation. Les premières bastilles tombées, « ceux qui ne craignent pas le ridicule en déclarant que le Parti radical est perdu, découvrent avec une feinte surprise que les leaders les plus réactionnaires de la place de Valois s’effondrent parce qu’ils ne représentent plus rien »20, il faut désormais poursuivre l’entreprise. La renaissance du parti suppose qu’on lançât une campagne d’adhésion et qu’on réformât la Machine. Ces rails posés, la place de Valois est appelée à devenir un vrai parti jacobin : « Le Parti radical doit revenir à sa vérité historique, à la tradition jacobine, alors la Nation le reconnaîtra... Nous ne sommes pas un parti de cadres, comme certains le disent, nous devons être un parti de masse... »21. L’expérience, pour être efficace, doit être transmise aux autres partis et même à la nation toute entière. Charles Hernu envisage d’étendre la révolution du 4 mai à tout le pays. Cela suppose qu’on lui donne la conscience du divorce entre hommes au pouvoir et électeurs : « La République, oui ! mais d’eux (les truqueurs) non ! nous ne voulons plus ! Ah, nous vous en prions, ne prostituez pas ces mots ! »22. A ce moment donc, le discours vise à élargir son audience de l’intérieur d’un parti à la classe politique en général. Le langage, lui, ne change pas. Les arguments restent les mêmes.

  • 23 Ch. Hernu, « Le Parti radical devant le choix », F-Obs., 26 juil. 1956.

14La déchéance du courant centriste, selon Mendès France, provoque le déclin de la démocratie en France. C’est donc ce courant qu’il faut renforcer. Le raisonnement des Jacobins se fixe, lui, sur l’idée d’une coalition de gauche dont l’axe est le parti valoisien. « La nouvelle direction du parti, intronisée le 4 mai 1955, a voulu que le vieil otage se transforme en arbitre... Le Parti radical, au sein du Front Républicain hier, au sein de toute autre formation demain, se veut un parti de gauche et ne peut chercher d’alliance que dans cette perspective »23. C’est dans cette direction qu’ils engagent leur action dès le lendemain du 4 mai.

15Cette perspective dicte aux clubistes de parachever d’abord cette révolution et d’éliminer définitivement les mauvaises graines. La thèse du noyau dur, fer de lance de la rénovation, dans lequel on entre grâce à ses seuls mérites, séduit nos Jacobins. Pour Mendès France l’essentiel est ailleurs : il s’agit, avant tout, de regrouper les forces éparses qui le soutiennent afin de les soustraire, le plus tôt possible, à l’influence de ses adversaires. Cinq grandes idées président selon lui à ce rassemblement : rendre aux militants leurs responsabilités, élargir et modifier la clientèle radicale, élaborer une plate-forme pour 1956, faire élire un nombre suffisant de députés et leur imposer une discipline de vote. Le club adopte d’un bloc ce programme.

  • 24 L’Année Politique, 1955, juin, p. 55.

16Dès le soir du 4 mai, on met sur pied une commission de révision des statuts. Elle comprend 4 militants et 3 parlementaires qui présentent leurs premières conclusions lors du comité exécutif du 29 juin. Lors de cette réunion, Léon Martinaud-Déplat objecte que le comité n’a aucun pouvoir de confirmer ou d’infirmer ces décisions : « Je me réserve de dire, en octobre, de ma place de militant et d’élu, ce que je crois être l’intérêt du parti »24. La conférence des présidents et secrétaires généraux adopte néanmoins les nouveaux statuts mais reporte au congrès suivant la ratification définitive. Aux yeux des Jacobins, il s’agit bien d’une première reculade. Pourquoi donc reporter la bataille décisive à plus tard ? Les nouveaux statuts érigent à la place de la présidence administrative un bureau de 30 membres et resserrent les liens entre l’administration et les fédérations afin d’offrir aux militants une place accrue.

  • 25 P.-A. Falcoz, « La voie du renouveau », LJ, 13 mai 1955.

17La seconde tâche consiste à mettre au point un programme d’action précis qui doit en finir avec le conservatisme des années 40, sans pour autant renouer avec une mythologie quaranthuitarde. La solution retenue est de mettre l’accent sur les considérations techniques ayant trait au problème algérien, à ceux du logement, de l’enseignement, enfin à l’économie. Il doit surtout engendrer les thèmes d’une nouvelle propagande radicale. Dans ce dernier domaine, le club obtient d’importantes responsabilités : « Nous connaissons les tâches que la vie moderne impose à un grand parti libre et démocratique. Nous savons le désir des militants d’une information exacte et honnête sur les problèmes. Nous mesurons leur désir de connaître réellement les exactes possibilités d’action qu’il peut y avoir en face de tel ou tel problème... »25.

  • 26 J. Lalot, Président de l’Association nationale des étudiants radicaux », LJ, 27 mai 1955.

18Rares sont les estimations du mouvement d’adhésion au Parti radical, à ce moment-là, qui concordent. Jean Lacouture voit une progression de 30 à 100.000 membres entre mai et novembre 1955. Francis de Tarr et Jean-Thomas Nordmann avancent une hausse de 50 à 110.000 personnes en 7 mois. Retenons le chiffre de 40.000, proposé par Claude Nicolet, comme une moyenne raisonnable. De son côté, le club passe de 600 à 2000 membres en 1956. Il suit, toutes proportions gardées, une progression parallèle. Les Jacobins jouent le rôle de fer de lance de cette campagne. Ils s’empressent notamment de diffuser les discours de Mendès France lorsque celui-ci voyage en province. Leur action a un réel impact dans la région parisienne. A ce titre, ils sont nombreux à provenir des Fédérations de la Seine et de la Seine-et-Oise. C’est le cas pour Charles Hernu, Maurice Béné, Pierre Bassan et Léon Hovnanian. Cette dernière fédération joue d’ailleurs toujours un rôle de premier plan. Que ce soit lors des événements du 4 mai ou après, elle se fait remarquer par le plus gros chiffre de nouveaux adhérents. Autre milieu atteint par le club, les étudiants lisent beaucoup à partir de 1955, Le Jacobin et L’Express. Le premier offre d’ailleurs sa tribune aux étudiants radicaux : « ... Chacun de nous doit travailler à l’échelon où il se trouve, suivant ses goûts et ses aspirations propres. Et c’est pourquoi nous faisons appel à nos camarades de facultés pour qu’ils rejoignent nos rangs sans plus attendre... »26.

  • 27 J. Lescure, « Lettre à F. Mauriac », LJ, 27 mai 1955.

19A côté de tous ces rôles, le club, grâce à son aspect de structure intermédiaire, offre le moyen de rallier Mendès France sans adhérer à son parti. Qu’ils soient jeunes, sans passé politique, ou plus âgés et déjà engagés ou encore transfuges d’un autre parti, ils sont nombreux à choisir cette solution. Ainsi, bien des catholiques de gauche suivent l’exemple de François Mauriac : « Vous ne douterez pas, cher François Mauriac, que les Jacobins n’aient été sensibles à l’article que les événements du récent congrès radical vous ont inspiré dans l’Express. L’inlassable défenseur de la liberté qu’ils ont accoutumé d’admirer et d’aimer en vous, voilà qu’il reconnaissait des amis, qu’il accordait à leur jeunesse son autorité »27. Mauriac lui-même n’adhère pas au club, mais certains de ses disciples, comme Georges Suffert, le font. Dans leur esprit, l’union de la gauche chrétienne et des Jacobins n’a rien de paradoxal.

  • 28 P.-A. Falcoz, « La voie du renouveau », LJ, 13 mai 1955.

20A la suite de Mendès France qui s’efforce d’apaiser les esprits au sein de son parti et voyage dans les fédérations pendant l’été 1955, le club cherche à calmer le jeu. Très vite Le Jacobin donne la priorité aux propositions de conciliation : « Nous voulons qu’au sein de ce parti toutes les idées, toutes les convictions, toutes les tactiques soient discutées. Nous voulons que la parole soit donnée à quiconque la demande. Nous ne pouvons admettre que la minorité soit méprisée et bafouée... »28. Il est facile, peut-on dire, de faire de telles offres alors qu’à présent on est à la tête du parti.

LES JACOBINS AUX COMMANDES

  • 29 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

21La victoire du 4 mai a, en effet, pour autre corollaire d’introduire des Jacobins au sein de la Machine valoisienne. Déjà, la commission de révision compte sept membres plus ou moins affiliés au club. A côté de Mendès France, Billères et Maroselli, tous trois parlementaires, on dénombre quatre militants : Yvonne Pons de Poli, vice-présidente du conseil national des Femmes radicales, Richard Humbert, vice-président de la Fédération radicale du Doubs, Claude Panier, membre de la commission exécutive du parti depuis 1950, enfin Henri Pad, président de la Fédération du Pas-de-Calais. « Lorsqu’il s’est agi de constituer cette commission, il nous apparut qu’il fallait absolument un représentant du Nord. De but en blanc, je proposai Henri Pad, sans le connaître ni d’Eve ni d’Adam. Notaire à Béthunes il avait voté Mendès France. Il était déjà sur le chemin du retour lorsqu’il apprit sa nomination »29.

22Une fois parvenus au pouvoir, les mendésistes doivent aussitôt occuper le terrain. L’équipe des Jacobins offre justement à Mendès France une troupe fidèle et prometteuse. Il la convie donc à s’installer. Toujours selon ses méthodes, le député de l’Eure asseoit son autorité sur un réseau de relations et d’associations qui s’étend comme une toile d’araignée. Çà et là, il place des hommes à lui. Il est donc normal qu’il fît appel au club. Place de Valois, un camp succède à un autre. Le précédent, d’ailleurs, laisse des locaux vides et part avec tous ses dossiers et ses documents. Les mendésistes trouvent la place déserte. Pour l’aider, Mendès France recrute Paul Auxionnaz, promu secrétaire général du parti en novembre. Ce dernier assiste souvent aux réunions du club sans pour autant posséder sa carte. Il choisit Georges Scali comme secrétaire administratif. Claude Panier s’occupe des investitures accordées par le parti, Harris Puisais dirige la propagande, Pierre Avril prend en main la jeunesse. Tous ces gens, on le constate, ont d’étroits rapports avec le club sans y exercer vraiment les tâches de direction.

  • 30 Idem.
  • 31 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 195.

23Les dirigeants du club, également, sont conviés à prendre en charge certains secteurs : Alain Gourdon dirige l’Information Radicale-Socialiste qu’il décrit ainsi : « J’avais en main une sorte de Pravda »30. Le journal ne subit aucun bouleversement dans sa forme : austère écho des congrès et des fédérations, il inaugure pourtant, à partir de mai 1955, de nouvelles rubriques où l’on distingue la patte d’un Jacobin. Ce sont « Les propos du valoisien », le courrier, la revue de presse, autant d’occasions d’interpeller directement le militant. Le style se fait plus accrocheur, les titres plus concis et percutants, les références aux personnalités moins nombreuses désormais que les exposés du programme. A partir de 1956, Paul-André Falcoz met sur pied une école des cadres au service du parti. L’entreprise consiste à reprendre les méthodes des partis de masse et ouvrir une cellule de réflexion sur la doctrine ainsi qu’un centre de formation des jeunes militants. Cette école tient ses sessions dans une auberge de Poigny-la-Forêt. Alain Gourdon résume ses activités : « Elle partageait ses élèves entre le sport, les conférences de méthode et de science politique et la pétanque. Elle répondait plus au style de l’Uriage de Dunoyer de Segonzac qu’au Bobigny du PCF »31.

  • 32 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.
  • 33 « Courrier, Douala 10 juin 1955 », LJ, 8 juil. 1955.
  • 34 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.
  • 35 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

24Il reste à déterminer les conséquences de ces embauches sur la vie du club. Très vite, les adversaires des Jacobins font planer dans les esprits les soupçons d’un rapt du parti. L’épisode du 4 mai hante les mémoires. Nos jeunes radicaux, de leur côté, veulent profiter de ces accessions aux postes-clés pour asseoir leur légitimité : « A partir de mai 1955, on a donné aux jeunes radicaux les moyens de leurs idées »32. Le club se réjouit donc de ces nominations. Ses adhérents s’en félicitent : « Bravo pour votre attitude ferme et décidée lors de ce congrès de Wagram... Je souhaite pourtant que d’innombrables gens qui, comme moi, ne se sont jamais servi d’un bulletin de vote, mais qui ont conscience malgré tout de l’embargo fait par la droite réactionnaire, vous supplieront de persévérer dans votre effort... »33. Pourtant, cette liste de nominations pose avec encore plus d’acuité le problème de la fusion du club au sein du parti. Peut-il encore prétendre à une existence autonome ? Selon l’avis de Pierre Avril, la victoire du 4 mai provoque une inéluctable auto-destruction du club. « Il était parvenu à ses fins. Les Jacobins désormais pouvaient se consacrer aux tâches partisanes ou électorales. Il n’y avait plus besoin du club »34. Pour lui donner raison, les réunions du club s’interrompent d’ailleurs. Le journal bientôt cesse de paraître. Paul-André Falcoz estime que le club paie le faste du moment par un certain éclatement. « Certains Jacobins sont appelés à d’autres fonctions. Ils quittent le club et n’y reviendront pas »35.

  • 36 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.
  • 37 « A ça ira... », LJ, 23 sept. 1955.

25Tel n’est pas l’avis de Roger Charny qui analyse la situation plutôt comme « une mise en sommeil provisoire du club » : « En 1957, une fois sortis de leurs fonctions, les Jacobins ont pu reprendre leur travail, comme avant »36. Néanmoins, la menace de perdre et sa personnalité et sa fonction ne pèse-t-elle pas sur le club ? Posons la question de manière différente : un club de combat politique a besoin, pour exister, d’une cause qui cimente son unité. En mai 1955, le but que se donnent les Jacobins n’est pas encore atteint, il faut encore consolider la rénovation du parti. Il ne perd donc rien de sa raison d’être, d’autant plus que les adversaires de Mendès France occupent les fonctions à la tête de l’État. On sent d’ailleurs, de temps à autre, comme une lueur de regret dans les expressions des Jacobins. Pourquoi Mendès France manque-t-il tant d’agressivité face à Edgar Faure : « ... Edgar Faure est maintenant président du Conseil. Pierre Mendès France est devenu président de fait du Parti radical mais il a, semble-t-il une autre conception de son rôle de chef de parti et il ne passe pas son temps à faire perdre celui des autres, et notamment celui du chef du gouvernement »37.

  • 38 Ch. Herny, « Il faut liguer les républicains », LJ, 11 nov. 1955.
  • 39 Ch. Hernu, « Osez donc ! », LJ, 28 oct. 1955.

26A la fin de l’année, les mendésistes se rendent compte de leur réelle autorité au sein du parti. Cette prospérité n’a de cesse de rejaillir sur le réseau provincial du club qui compte, désormais, une quinzaine de succursales. Aux dires des Jacobins, le parti est en train de donner la leçon : « Les partis, bien sûr, sont le critère de la démocratie, à condition toutefois, que la démocratie règne en leur sein. Le Parti radical vient de donner l’exemple »38. Tous attendent du prochain congrès de novembre la consécration de cette œuvre. A la même date, ils fêtent le quatrième anniversaire du club et publient un numéro spécial du Jacobin. On y rend compte de toutes ses réalisations depuis 1951. Dans l’opinion politique commence cependant à courir la rumeur d’une anticipation des élections. Nos Jacobins y découvrent un nouveau défi à relever : « Elections anticipées, bravo, nous sommes d’accord ! Mais à une condition et à une seule : que les citoyens soient consultés démocratiquement... »39. Une telle rumeur ne laisse cependant pas d’inquiéter les mendésistes. Sa réalisation bouleverse leurs plans électoraux. Aussi, les Jacobins n’attendent plus pour annoncer dès ce moment, qu’ils envisagent de présenter des candidats, sans préciser outre mesure les modalités de cet engagement. « Nous profiterons de cette campagne pour aller partout expliquer votre gestion de faillite » (39).

27Le congrès du 4 novembre 1955, salle Wagram, couronne le triomphe de Mendès France : son programme semble satisfaire le plus grand nombre qui, d’ailleurs, ratifie les nouveaux statuts en bloc. Le succès politique de l’opération s’avère cependant moins certain. Dès ce moment, en effet, les thèses du radicalisme de gestion, prêchées par Edgar Faure, commencent à diviser l’opinion radicale.

  • 40 « A ça ira... », LJ, 11 nov. 1955.
  • 41 « Courrier », LJ, 25 nov. 1955.

28Aux dires des Jacobins, les radicaux qui applaudissent Edgar Faure à ce meeting sont de faux congressistes. « Tout à fait par hasard, ils étaient entrés sur les pas de Léon Martinaud-Déplat... Tout à fait par hasard, ils se groupèrent vers le fond de la salle. Tout à fait par hasard, ils gueulaient tous comme des veaux des insultes à l’adresse de Mendès France... »40. Ils adoptent donc la tactique de les marginaliser pour qu’ensuite on puisse les exclure. Dès 1955, le club se prononce, d’ailleurs, en faveur de la rupture : « ... le peuple est déçu de ce que la scission du Parti radical ne soit pas chose faite. Le nom de Mendès France rencontre une énorme sympathie en ce pays – accolé à ceux de David, de Martinaud-Déplat et autres, il ne rencontre plus là que méfiance... »41. Là encore, les Jacobins exigent plus de fermeté de la part de Mendès France.

  • 42 Ch. Hernu, « Il faut ligueur les républicains », LJ, 11 nov. 1955.

29Néanmoins, les Jacobins se convainquent que ce congrès entérine le changement de cap du parti. « Dans un décor nouveau, des hommes jeunes, épaulés par des anciens... ont complètement transformé l’atmosphère...42. Désormais, la doctrine du parti s’attaque aux problèmes sociaux, aux solutions progressistes à trouver pour l’Afrique du Nord. Promu vice-président, mais avec seulement 993 voix sur plus de 1600 votants, Mendès France assiste à l’élection de ses fidèles au bureau. Parmi eux on retrouve Daladier, Billères, Maroselli, Roche, Héline et Panier. Sur les 17 militants que compte ce bureau, 12 sont affiliés au club. Une seule fausse note dérange cependant le confort de nos Jacobins : Mendès France rappelle l’épisode du congrès de Nantes, en 1934, lors duquel Jean-Zay, leader des Jeunes Turcs, se soumet à Hérriot : « Les Jacobins qui espèrent, non seulement en les bienfaits de la plate-forme du parti, mais croient au renouveau, à la révolution nécessaire, ne peuvent se contenter des références au radicalisme de 1934. Ils veulent bien, par respect, applaudir le nom du Président Hérriot, mais ne peuvent pas accepter que son action passée soit donnée en exemple pour l’avenir » (42).

  • 43 L’Année Politique, 1955, novembre, p. 5.

30C’est donc bien à la gauche de son leader que se situe le club. Il n’a aucune gêne à le faire savoir. On s’aperçoit alors que la situation de Mendès France ne s’avère pas aussi confortable qu’on est tenté de la penser. Les Jacobins considèrent déjà qu’il ne profite pas de ce congrès unanime pour achever le nettoyage des écuries du parti. L’avenir leur donne raison. A la lumière des événements postérieurs, on peut penser que ce congrès est la dernière occasion réelle de mettre les choses au clair. La scission n’a pas lieu et pourtant, dans l’esprit des Jacobins, elle apparaît déjà comme inévitable. Mieux vaut une franche rupture qu’un schisme larvé qui pourrit la situation. « C’est un dialogue entre deux hommes, mais plus encore entre deux partis radicaux. Le Parti radical d’opposition, sinon de révolution, et le Parti radical de gouvernement »43. Sur l’échiquier valoisien, le club fait figure de maximaliste : il est persuadé qu’ou bien le parti se transforme dès cette date ou bien la partie est déjà perdue.

L’ÉPREUVE DES ÉLECTIONS

  • 44 Ch. Hernu, « La patrie est en danger », LJ, 23 sept. 1955.

31Dans l’esprit des Jacobins, le parti dispose d’assez de temps pour se transformer d’ici les prochaines élections prévues au cours de l’année 1956. En dépit d’une loi électorale truquée, il faut réussir à mettre un terme à la mauvaise situation du pays : « Les Français doivent comprendre que leur patrie est à nouveau en danger. Les vieilles formules usées des partis politiques ne contentent plus la jeunesse. Même au Parti radical, rajeuni sous l’impulsion du président Mendès France, bien des espoirs risquent d’être déçus si les Martinaud-Déplat, les David et autres Laffargue continuent à s’y terrer, pour réapparaître, après 1956, avec leurs vrais visages de réactionnaires »44. Pour les Jacobins, ces élections vont enfin permettre de distinguer la vraie de la fausse gauche.

  • 45 « Vigilance pour la République », LJ, 28 oct. 1955.

32Ils considèrent donc la nouvelle d’une anticipation de ces élections, comme celle d’une manoeuvre dirigée d’abord contre eux. Aussi, face à cela, il s’agit de resserrer les rangs et d’exprimer à l’unisson leur colère. « Des élections brusquées qui se feraient avec la même loi électorale ne feraient qu’aggraver la situation en renvoyant sur les bancs de l’Assemblée les hommes qui ont démontré leur incapacité... »45. C’est l’ensemble du mouvement de rénovation du Parti radical qui est remis en cause, en fait, par cette anticipation. Aucune hésitation ne les retient alors pour retrouver leurs premiers accents révolutionnaires.

  • 46 Ch. Hernu, « E. Faure, envoûté », LJ, 9 déc. 1955.

33Une véritable course de vitesse s’engage entre Mendès France et Edgar Faure. L’agitation gagne tout le parti. Les députés radicaux décident de subordonner tout projet de loi abrégeant la durée de leur mandat au règlement préalable de la question du scrutin. Edgar Faure dépose ce projet le 21 octobre. Mis en minorité par 318 voix contre 218 – 34 radicaux votent en sa défaveur – il fait prononcer le 2 décembre la dissolution de l’Assemblée et casse, en même temps, l’élan du mouvement mendésiste. Aussitôt les Jacobins dénoncent une manœuvre du MRP. « Que s’est-il donc passé pour que le Président E. Faure risque ainsi le destin de la République française. Le Président du Conseil a subi, une fois de plus, la diabolique influence de P.H. Teitgen. Ce dernier a réussi à ensorceler le député du Jura... »46.

34Pris de court, malgré toutes leurs assurances, ils sentent bien qu’on leur force la main. Hérriot et Queuille crient eux-mêmes à la trahison de la Constitution. Bourgès-Maunoury démissionne du ministère de la Défense. Le 9 décembre, le parti exclut de ses rangs Edgar Faure et les radicaux qui le soutiennent au RGR. Il reste un mois pour improviser une campagne électorale.

  • 47 Ch. Hernu, « Pour une vraie majorité de gauche », LJ, 23 déc. 1955.

35Tout de suite, les Jacobins militent pour une tactique de rapprochement avec toutes les gauches. Certains préconisent même la formation d’un nouveau front populaire : Le Jacobin cite ainsi l’existence de telles alliances sur le terrain, à l’exemple du conseil général des Ardennes qui élit pour président le maire socialiste de Rethel. Votent pour lui 10 socialistes, 4 communistes, 2 radicaux et un indépendant de gauche. Une telle idée est inconcevable pour Mendès France. Il reste, aux yeux des dirigeants communistes, l’homme du refus de leurs voix le 17 juin 1954. Aussi la solution du regroupement de la gauche non communiste l’emporte. Ce n’est pas la réunification véritable que nos Jacobins souhaitent et, s’ils se rallient, c’est sans abandonner pour autant leurs convictions. « Ces élections, quoi qu’on en dise, ne constituent pas la dernière chance de la France. Ce que nous proclamons depuis cinq ans restera valable demain : il faudra continuer à rechercher le plus grand dénominateur commun des républicains »47.

36On conclut une série d’apparentements avec la SFIO qui apparaissent plutôt comme autant de replâtrages de dernière minute : 20 sont déclarés par la SFIO, 47 par les radicaux. Remarquons au passage que 15 têtes de liste obtiennent la double investiture et du Parti radical et du RGR, que 5 apparentements sont même conclus avec le MRP. « Le Front Républicain », c’est la formule choisie, adopte pour emblème le bonnet phrygien. Avant de devenir, dans l’esprit de beaucoup, une création de l’Express, le symbole s’avère être celui choisi par le club, dès 1951. En fait, le bonnet phrygien ne recouvre qu’un simple engagement verbal passé entre la SFIO et le Parti radical. En cas de succès d’un parti, son leader doit confier à son homologue le portefeuille de son choix. Mais ni plate-forme concertée, ni charte de gouvernement ne soudent mieux les intérêts.

  • 48 « Le comité directeur du Jacobin », LJ, 28 oct. 1955.
  • 49 « Un club, pas un parti », LJ, 9 déc. 1955.

37Le club engage avec son ardeur habituelle la bataille. Mais, encore une fois, peut-il avoir une vocation électorale ? Depuis octobre, les Jacobins ne se lassent pas de répéter qu’ils ne constituent pas un parti. « Nous ne sommes pas une équipe électorale, nous ne sommes pas créés pour préparer spécialement les élections de 1956, mais nous menons un combat pour que la République soit digne, pure et dure »48. Il leur incombe donc de clarifier l’engagement de ceux d’entre eux qui se présentent dans différents secteurs de la Seine. On décide, à leur égard, qu’ils sont régulièrement investis sur les listes des partis. « Nous recommandons à nos lecteurs de faire campagne pour eux, mais nous rappelons qu’après les élections, plus que jamais, le rôle du club sera primordial... Si des Jacobins sont élus, soyez sans crainte, ils resteront avant tout Jacobins... »49. Ainsi donc le club soutient les siens par le biais de leur appartenance radicale. En tout état de cause, il se proclame, lui, au-dessus de la mêlée.

  • 50 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.
  • 51 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

38D’ailleurs, engager une campagne électorale s’avère une opération trop coûteuse pour que le club relevât seul le défi. « Lors des élections de 1956, le club a certes joué un rôle, mais il n’avait ni les moyens financiers, ni la capacité de propagande d’un parti. Ce sont les raisons pour lesquelles il présenta ses candidats sous la bannière radicale »50. Cela ne va d’ailleurs pas sans difficultés. Dans certains cas Mendès France lui-même paraît vouloir faire la part trop belle aux socialistes et dénie au club la prétention de présenter un candidat. C’en est trop, surtout dans les régions où le club pense avoir plus de chances qu’un candidat de la SFIO. « Mendès France ne comprenait pas le phénomène de charisme qu’il avait déclenché. Il a fait ainsi de lourdes erreurs en distribuant ses investitures. Pierre Naudet et moi-même, nous dûmes l’assiéger pour en obtenir une dans le 5e secteur de Paris. Mais il ne voulait pas gêner les socialistes. Finalement, nous nous sommes présentés, Naudet a remporté le plus de voix. Ceux qui avaient voté pour lui n’étaient pas en majorité des radicaux. Mais Mendès France n’a pas compris que ce qu’il lui fallait, c’était le plus grand nombre de députés fidèles à sa cause »51.

  • 52 Ch. Hernu, « Pour une vraie majorité de gauche », LJ, 23 déc. 1955.

39La brièveté de la campagne décide nos Jacobins à rechercher un maximum d’appuis, dans leur parti comme en dehors. Ainsi, en dépit de ses proclamations, le club devient, par la force des choses, un véritable petit comité électoral. Les fédérations radicales de la Seine qui gagnent 13.000 nouveaux électeurs, doivent beaucoup à son zèle. Mendès France écrit d’ailleurs à Charles Hernu qu’il a bien conscience qu’une partie des bons résultats radicaux, dans la région parisienne, est à mettre au crédit du club. Dans la campagne traditionnelle qu’il mène, le club multiplie ses déplacements, ses meetings et ses réunions. Charles Hernu décrit cet engagement : « Les comités électoraux du 6e secteur de la Seine m’ont demandé de défendre la plate-forme du président Mendès France devant les électeurs de la région parisienne. Le nouveau chef du Parti radical, outre qu’il saluait dans ma liste la présence d’anciens compagnons de la France Libre, pouvait saluer le caractère vigoureux et jacobin de ma campagne ; il n’en reste pas moins vrai que, sollicitant les suffrages de ce qu’il est convenu d’appeler « la banlieue rouge », je m’interdis toute attaque contre les candidats de gauche »52. Voilà bien l’aveu d’une insatisfaction devant un Front Républicain pas assez ouvert sur sa gauche. Pour la majorité des Jacobins, ces élections constituent un véritable baptême du feu. Charles Hernu, déjà, les considère comme une première étape. Et pour le club, il s’agit de profiter de l’occasion pour étendre son audience en soutenant des candidats capables, ensuite, de constituer un gouvernement.

40La victoire du Front Républicain ne donne lieu, de la part des partis, à aucun triomphalisme. Sans doute, c’est une victoire personnelle de Mendès France. Par rapport aux élections de 1951, où l’ensemble des partis du RGR obtient 1.887.583 voix, les forces du radicalisme, en 1956, en récoltent 3.160.000. Le mendésisme offre l’essentiel des gains : de 1951 à 1956, il rallie au bénéfice du Parti radical 2.440.000 voix alors que le RGR d’Edgar Faure ne touche que 720.000 électeurs. (Alain Lancelot, « 1956-58, Les brèves noces de Pierre Mendès France et des électeurs français », Pouvoirs n° 27, pages 87 à 96). Les régions industrielles du Nord, du Nord-Est et de l’Est, ainsi que les grandes villes, forment les bastions de ce nouveau radicalisme. Paris compte, à lui seul, neuf députés radicaux sur les 54 du parti. Les socialistes et leurs 94 élus constituent le second groupe après les communistes. Le RGR, lui, n’a que 14 élus.

  • 53 I.R.S., janv. 1956.
  • 54 « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.
  • 55 P. Dreyfus-Schmidt, « Lettre à un Jacobin », F-Obs., 1er mars 1956.

41Les Jacobins peuvent être satisfaits. Parmi les élus radicaux, une dizaine de personnes évolue dans la proximité du club : Hernu (Seine), Hovnanian (Seine-et-Oise), Naudet (Seine), Panier (Seine), Masson (Haute-Marne), Leclercq (Seine), Clostermann (Seine), de Baelliencourt (Seine), Hugues (Seine)53. Charles Hernu remercie le 6e secteur de Paris en organisant, le 28 janvier, à la salle des fêtes des Lilas, un banquet. Tout le club est présent pour fêter son succès. La tactique d’ouverture à gauche est couronnée de succès. « Bien des militants syndicaux dont nous sommes pour la plupart, sont d’accord avec vos idées, vos conceptions, vos manières de faire et de voir... »54. Les électeurs catholiques votent également pour des Jacobins. Une fois élus députés, ceux-ci doivent alors adopter une position plus souple devant le projet d’abrogation de la loi Barangé, en février 1956. Paul Dreyfus-Schmidt le leur reproche aussitôt. « La laïcité n’est pas une question secondaire... Les catholiques qui ont voté à gauche le 2 janvier acceptaient la laïcité... »55. A cette accusation, les jeunes élus rétorquent qu’il s’agit pour eux de donner la priorité à la question algérienne.

  • 56 P.-A. Falcoz, « Mécontents mais républicains », LJ, 27 janv. 1956.
  • 57 Idem.

42Néanmoins, le club ne peut cacher sa déception devant les résultats d’ensemble du Front Républicain. Déçu et même inquiet, il s’interroge sur la majorité qui peut régner à l’Assemblée. Paul-André Falcoz note que ces élections prouvent la persistance de la séduction exercée par le PCF sur sa base ouvrière. L’erreur consiste à le laisser faire cavalier seul. Et puis, il remarque que les partis de gauche échouent à rallier les catégories d’artisans et de commerçants dont le mécontentement nourrit le poujadisme. Enfin, il regrette la mauvaise entente qui règne entre radicaux et socialistes. « Les citoyens de ce pays veulent du nouveau et surtout de la simplicité. Un Front Républicain qui rassemblerait dans son sein radicaux et socialistes, créerait sur le pays, même maintenant, un choc psychologique important »56. Aussitôt, le club décide d’engager une nouvelle campagne de réflexion sur les causes profondes du mécontentement. « Partout, en province, vous devez au sein des clubs jacobins préparer à la base cette véritable union des forces de gauche qui, mieux informée des problèmes politiques, des options économiques et sociales, peut barrer la route à la réaction et à l’imbécilité fascistes »57.

DES ILLUSIONS SE PERDENT

  • 58 Ch. Hernu, « Ne pas céder... », LJ, 27 janv. 1956.
  • 59 Ph. Atger, « Bilan des élections », LJ, 27 janv. 1956.

43L’issue de ces élections laisse la classe politique dans l’expectative. Qui va gouverner ? Mendès France ou Mollet ? Le Jacobin ne veut pas douter de la solution. « Former un gouvernement digne de la confiance : tout est là... Pour les élus du Front républicain, il ne peut y avoir qu’une seule devise : ne pas céder aux appels débilitants du régime »58. Le club sait pourtant bien que la comparaison arithmétique des résultats donne l’avantage au dirigeant de la SFIO. La rénovation du Parti radical semble sacrifiée au profit de la coalition, le système des apparentements ayant été plus favorable aux socialistes. Dans cette situation, le parti ne peut plus jouer l’instrument de la reconquête du pouvoir. Envers et contre tous, pourtant, le club soutient la candidature de Mendès France : « Il est pourtant certain que sur le plan de l’opinion publique, le nom et le prestige de l’ancien président du Conseil seraient un meilleur atout pour l’action difficile qui va s’engager... »59.

44Dès janvier, Mendès France et Mollet sont d’accord pour prolonger leur action en commun. Le 14 janvier, au congrès SFIO de Puteaux, le dirigeant socialiste tient à rassurer les mendésistes en reprenant leurs thèmes : le programme d’urgence, la réforme de la loi électorale, l’abrogation de la loi Barangé sans que la campagne laïque dégénère en campagne antireligieuse, la solution par la négociation du problème algérien. Le 28 janvier, Coty désigne Mollet comme Président du Conseil. Sur la pression du MRP, celui-ci propose seulement à Mendès France le ministère des Finances. Son refus l’amène ensuite à accepter une nomination au poste de ministre d’État sans porte-feuille.

  • 60 « Courrier », LJ, 25 nov. 1955.

45La déception des Jacobins est à la mesure de leur espoir de voir Mendès France à un poste-clé. Depuis février 1955, le club entretient l’idée de ce retour. Le courrier du journal est mis au service de cette cause. « Le peuple est déçu de ce que la scission du Parti radical ne soit pas chose faite. Le nom de Mendès France rencontre une énorme sympathie en ce pays... Le peuple veut Pierre Mendès France comme Président du Conseil, mais soutenu par une majorité cohérente de gauche... »60. Le club entreprend, en ce sens, une réflexion sur son rôle au sein d’une prochaine coalition. Une fois la victoire acquise, il se charge d’assurer le ciment de cette union. Remarquons, à ce titre, qu’en 1955 encore, les Jacobins s’accordent pour maintenir en place la coalition des partis. En 1964, une fois les structures partisanes éclatées, le club, toujours lui, tente de réunir les morceaux. Mais c’est à présent avec d’autres clubs qu’il s’attribue cette mission. Dans le premier cas, les Jacobins se soumettent encore à une organisation. Dans le second, ils la récusent. Finalement, nos clubistes acceptent la formule d’union avec les socialistes dans la mesure, seulement, où elle permet de substituer à la guerre civile en Algérie un processus de compromis. Le choix de Mollet accompagné de l’éviction de Mendès France, jette un doute sur leur conviction.

  • 61 P.-A. Falcoz, « L’opinion publique est impatiente », LJ, 3 fév. 1956.

46Et puis, trop de manœuvres tacticiennes, aux yeux des Jacobins, expliquent cette nomination. Comment faire comprendre un tel désaveu de son vote à sa clientèle ? « L’électeur est convaincu que tous les partis politiques traditionnels s’entendent effectivement ou tacitement pour jouer, en circuit fermé, avec des règles définies et admises, un jeu qui n’est pas le leur »61. Le Front Républicain doit son succès, avant toute chose, à celui de Mendès France. La majorité des électeurs qui votent en faveur de cette coalition pense se prononcer sur le mendésisme et non engendrer le mollettisme. Selon les Jacobins, la frustration de ces espoirs risque de réactiver les courants extrêmes. Certains même considèrent la partie comme perdue.

  • 62 Ch. Hernu, « Le gouvernement va-t-il céder sur le programme ? », F-Obs., 9 fév. 1956.

47Néanmoins, un réflexe de défense, aussitôt, parcourt les rangs du club. Lors du comité Cadillac du 27 janvier, Naudet, Hernu, Hovnanian et Panier s’efforcent de convaincre leur auditoire de refuser de participer à ce gouvernement : « ... le refus du portefeuille des Affaires Étrangères au leader radical afin d’obtenir les voix MRP et le fait pour le président Mendès France de ne pas pouvoir accepter un grand ministère de l’Économie Nationale, démontrent que les leaders du Front Républicain n’étaient pas absolument certains de la rigidité de leur alliance »62. Nos jeunes élus craignent que Mollet acceptât maintenant de céder sur le programme. Il faut toute la force de persuasion de Mendès France pour convaincre Hernu et ses amis de le soutenir. Pourtant, il comprend également que les Jacobins, reflètant une opinion générale, lui infligent un nouveau désaveu. Dès la mi-février, il s’explique dans des circulaires envoyées aux fédérations. Selon ses thèses, la soumission est le prix à payer pour éviter toute nouvelle crise ministérielle.

  • 63 Ch. Hernu, « Vous êtes beau joueur, Président M.F. », LJ, 3 fév. 1956.
  • 64 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 323.

48Les Jacobins, une fois de plus, acceptent de jouer le jeu. D’eux-mêmes ils tentent d’ailleurs de justifier l’attitude de Mendès France. « Beau joueur, Pierre Mendès France s’est incliné, pour permettre au gouvernement d’agir au plus vite en Algérie... »63. Ils restent pourtant vigilants et font dépendre leur soutien de la stricte application du programme. Une telle cohabitation ne peut cependant pas durer. Dès le début de la législature, la question algérienne engendre une rupture progressive entre mendésistes et molletistes. Charles Hernu conclut sur ce constat d’échec le livre qu’il fait paraître quelques années plus tard : « L’organisme politique et institutionnel eut tout à coup à affronter un conflit d’une violence et d’une complexité inouïes : la guerre d’Algérie. Pendant deux ans, trois gouvernements éludèrent les vrais problèmes en se figeant sur la politique de M. Lacoste dite ”du dernier quart d’heure”, de ”la pacification” et du "quadrillage”64. »

  • 65 J. Rémy, « L’Algérie après Mendès France », LJ, 8 avr. 1955.

49Mais revenons un moment sur les idées du club à propos de cette sulfureuse question. Pierre Barrucand, en octobre 1954 tente de démontrer qu’il faut exploiter le calme régnant encore en Algérie, pour appliquer les réformes visant à asseoir la stabilité politique en améliorant le sort de la masse campagnarde ; à veiller aux conditions d’urbanisation et d’émigration vers la métropole ; à rénover enfin la structure administrative. En 1955, encore, le club est convaincu qu’une politique de réformes peut sauver la situation. A ce titre, il approuve François Mitterrand alors ministre de l’Intérieur du gouvernement Mendès France qui veut faire appliquer, effectivement, les statuts votés en 1947 par le Parlement. Après la chute du gouvernement, les Jacobins dénoncent les pressions exercées par les grands colons sur Jacques Soustelle : « Ainsi se développe, auprès du Gouverneur Général, une atmosphère d’intimidation dont on espère qu’elle transformera l’homme lucide qui a pris en mains les destinées de l’Algérie65 ». Ils accusent les politiques d’état d’urgence de camoufler la répression.

  • 66 J. Ronval, « L’Islam et l’Union Française », LJ, 8 avr. 1955.

50Parallèlement à cela, le club entame une réflexion sur le phénomène algérien. Il ne considère pas le réveil général de l’Islam comme un facteur nécessairement néfaste pour l’avenir de la communauté française. Cependant, il faut encore gagner de vitesse le soulèvement par des mesures sociales et économiques. « A qui fera-t-on croire que l’indépendance de l’Algérie assurerait l’avenir et la prospérité de celle-ci ? »66. Le club avance des solutions : sans doute il est urgent de réprimer le terrorisme et de rétablir l’ordre en Algérie. Néanmoins, la lutte contre la misère, le chômage et l’analphabétisme doit accompagner cette répression. Cela suppose un accroissement des investissements, la mise en place d’un programme de travaux, l’élévation du revenu moyen et enfin l’augmentation des salaires. Sur le plan politique, il faut d’abord permettre aux élections municipales libres d’avoir lieu. A ce titre, et pour que la France ne se ridiculise plus dans la querelle des collèges électoraux, il faut établir un vrai collège unique.

  • 67 H. Hermand, « Le Front Républicain a-t-il son avenir derrière lui ? », LJ, 24 fév. 1956.
  • 68 Idem.

51Dans la mesure où la résignation de Mendès France favorise une mise en application rapide de tous ces principes, les Jacobins tolèrent la formation du gouvernement de Front Républicain. Mais, dès la fin du mois de février, on ne constate aucun changement. « Six semaines après les élections, un morne désenchantement règne dans le camp de la victoire. Le Front Républicain bat de l’aile, il ne servirait à rien de se le dissimuler. Côté des supporters, le dépit s’étale au grand jour »67. Henri Hermand se plaît à dénoncer la maladie chronique de l’homme de gauche qui lui fait faire le contraire de ce qu’il souhaite une fois parvenu au pouvoir. Le gouvernement Mollet manque de soutien parlementaire. Très vite, il doit choisir entre son recentrage ou un tête à tête avec les communistes. La seconde solution, selon Hermand, vaut bien qu’on prît des risques. « Je pense, tout au contraire, qu’une telle attitude entraînerait une diminution sensible de l’influence communiste et un renforcement équivalent des autres formations de gauche »68.

LE GROUPE DES « ÉLUS PROTESTATAIRES »

  • 69 Ch. Hernu, « Députés protestataires », LJ, 24 fév. 1956.

52Les élus jacobins fondent alors, au sein du parti « le groupe des élus protestataires » qui rassemble Hernu, Panier, Hovnanian, Naudet, Masson, de Lipkowski, Dumas, Leclercq, Rolland, Clostermann, Baelliencourt, Morogjafferi et Hugues. Les cinq derniers ne sont pas jacobins mais tous participent du même état d’esprit « ... Nous avons voulu nous identifier au pays qui attend autre chose de ses élus. Nous ne pouvons oublier que nous sommes nous, les radicaux, les véritables députés protestataires de la nation »69. Le club est donc représenté au Parlement par ce groupe qui associe son combat au sien. Ce combat consiste aussitôt à lutter contre la politique algérienne de Mollet et contre la participation des radicaux au gouvernement.

  • 70 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.
  • 71 P.-A. Falcoz, « Le Front Républicain doit prendre un nouveau départ », LJ, 24 fév. 1956.
  • 72 Le Monde, 4-5 mars 1956.
  • 73 Ch. Hernu, « Autorité et Démocratie », LJ, 9 mars 1956.

53Tout au long de cette année 1956, les Jacobins portent une série de coups de boutoir contre le gouvernement établi. Dès le 6 février, ils cessent de croire au changement. Charles Hernu est lui-même à Alger ce jour-là. Il se souvient encore de l’humiliant désaveu infligé à Mollet. Déjà le régime est perdu70. Le lendemain, Le Jacobin traduit le désarroi des électeurs : « Là aussi, grande fut la déception des électeurs du Front Républicain, de constater qu’ils ne trouvaient ni dans le chef du gouvernement, ni dans son style, ce pourquoi ils avaient voté le 2 janvier dernier »71. Lors du comité exécutif radical du 2 mars 1956, les clubistes expriment leur inquiétude : « Ce gouvernement a fait plus de mal en trois semaines que celui de Laniel en six mois »72. Les plus impulsifs demandent qu’on votât une motion liant les ministres radicaux aux décisions du comité exécutif. Charles Hernu modère leurs ardeurs alors que Mendès France insiste, à nouveau, sur une nécessaire union avec la SFIO. Une fois encore on sauve la solidarité. Nombreux cependant sont les Jacobins déçus. Hernu s’efforce pourtant de les convaincre : « Quel que soit notre désir de solution pacifique, il faut prendre des mesures de défense aussi bien en Afrique qu’en métropole »73. Il en conclut qu’il faut permettre au gouvernement de « gouverner avec une poigne de fer ».

  • 74 Ch. Hernu, propos recueillis dans l’Année Politique de 1956, avril, p. 45.
  • 75 Ch. Hernu, F-Obs., 26 avr. 1956.

54Avril 1956. Le conflit entre Mendès France et Lacoste s’envenime au sein du Conseil des ministres. Mendès France cherche à se rapprocher, à ce moment-là, de sa base militante. Mollet réussit encore une fois à prévenir la démission du leader radical. Ce dernier reporte sa décision aux conclusions du prochain comité exécutif de son parti. Lors de la réunion, les Jacobins lui reprochent à nouveau de ne pas démissionner pour qu’enfin il se désolidarise de la politique algérienne de Mollet. Le 20 avril, les jeunes élus protestataires se relaient pour le convaincre. « Nous ne sommes pas pour l’abandon de l’Algérie mais si gouverner c’est choisir, nous voulons choisir la meilleure façon de rester en Algérie. C’est pourquoi nous aurions voulu des réformes politiques telles que l’épuration brutale de certains éléments de la Haute Administration... »74. La salle réagit à cette déclaration en protestant. Mendès France explique que le maintien de la présence radicale au gouvernement est la seule façon d’avoir encore une influence sur la politique de Mollet. Finalement, on vote une motion réaffirmant l’indispensable coopération entre Français et Algériens et approuvant l’attitude des ministres radicaux. Une nouvelle fois les Jacobins cèdent, conscients que Mendès France a déjà fort à faire avec les parlementaires radicaux emmenés par André Morice. Sur le fond, néanmoins, ils ne peuvent s’empêcher de cacher leur déception : « Le comité exécutif radical... a montré d’une part que M. Mendès France n’a pas réussi à conquérir totalement un parti où M. Bourgès-Maunoury conserve une certaine audience ; d’autre part, que les jeunes venus au parti depuis le 4 mai, sont de plus en plus déçus et inquiets de la caution qu’apporte M. Mendès France à la politique de guerre en Algérie »75.

55En mai, les clubistes arrachent une première victoire. Le délai que se donne Mendès France pour reconsidérer sa position expire. Or, celui-ci constate qu’aucune de ses revendications n’est satisfaite. Le 23 mai, il annonce sa démission du gouvernement, geste insuffisant, aux yeux des Jacobins, qui souhaitent la démission de l’ensemble des ministres radicaux. Mendès France demande, au contraire, à ses collègues de conserver leurs postes afin de ne pas dénoncer trop brutalement l’accord passé avec la SFIO. Cette fois-ci, les clubistes menacent de rompre définitivement avec leur leader. Un rappel solennel au compromis lui est nécessaire pour sauver la situation. Il n’empêche. Pour les Jacobins, la démission du Président du Conseil vient trop tardivement. C’est le 6 février qu’elle eut dû avoir lieu. Pourtant, en leur for intérieur, cela représente une première étape dans leur souhait de rallier tout à fait Mendès France à leur camp.

56L’attitude de Mendès France qui maintient douze ministres radicaux a de quoi dérouter même ses plus chauds partisans. Dans sa lettre personnelle de démission adressée à Guy Mollet, il réaffirme sa conviction que ce cabinet est le meilleur possible, dans de telles circonstances. A son opposé, les Jacobins pensent que le parti, en pleine mue, n’a rien à gagner dans cette participation. Grâce à eux, sans doute, Mendès France ne peut plus être rendu responsable, solidairement avec le gouvernement Mollet, du conflit algérien. Mais ils ne poursuivent pas moins leur lutte pour le retrait complet des radicaux. Léon Hovnanian fait voter sa fédération de Seine-et-Oise dans ce sens. En octobre, Pierre Naudet tente la même chose dans sa fédération de la Seine. Charles Hernu adopte une tactique plus réfléchie : il insiste avant tout sur le départ de Lacoste, convaincu que rien de constructif ne peut s’entreprendre tant que ce dernier demeure ministre résident. Il vise à provoquer l’éclatement du gouvernement afin d’amener Mollet à la démission. Mendès France n’agissant pas risque, on le voit, de se faire déborder par sa base partisane.

  • 76 Ch. Hernu, Le Monde, 16 nov. 1956.
  • 77 Ch. Hernu, « Une armée républicaine face au vide algérien », Le Monde, 2 oct. 1956.

57La situation, en Algérie, se dégrade de jour en jour. En juin, Charles Hernu et ses amis demandent la convocation d’une session parlementaire anticipée et l’organisation d’un Comité permanent afin d’aider le bureau de l’Assemblée pendant les vacances. Octobre et le détournement d’avion de Ben Bella, novembre et l’affaire de Suez, autant d’événements qui coupent court à tous ces projets. « De tous côtés que l’on se tourne, la France se trouve de plus en plus isolée ; il en sera ainsi tant que notre gouvernement ne traitera pas au fond le seul problème essentiel : l’Algérie... »76. Charles Hernu multiplie ses voyages outre Méditerranée. Il prend des contacts avec les cadres de l’Armée. Dès 1956, il tente d’alerter l’opinion sur le traumatisme qui hante celle-ci depuis la guerre d’Indochine. « Notre armée populaire d’Algérie... voit l’impasse et ne veut pas que des hommes politiques viennent un jour se décharger sur elle de leurs erreurs »77.

  • 78 « Les radicaux devant le choix », F-Obs., 2 août 1956.
  • 79 Ch. Hernu, « La gauche française est-elle encore capable de se rassembler ? », F-Obs., 15 nov. 1956

58Les Jacobins commencent à reprocher à la gauche en général son attitude. Ils se font l’écho des jeunes générations d’appelés du contingent qui se sentent trahies par le Front Républicain. « Je crois qu’à notre retour, il y aura un mouvement parmi les appelés. Il faudra en tenir compte au sein du Parti radical, car aucun d’entre eux ne voudra plus être joué comme il vient de l’être ... Que les jeunes élus radicaux de la Seine et de la Seine-et-Oise fassent entendre notre voix... »78. Les élus protestataires montent à la tribune pour dénoncer, lors de l’opération de Suez, la coalition de toutes les forces politiques. Le Parti communiste, lui-même, rend vaine l’action de la gauche. La droite exploite la faiblesse du gouvernement. Le Parti radical demeure immobile. Charles Hernu proteste contre ce sursaut nationaliste qui occulte les événements de Hongrie : « Nul n’a le droit de laisser exploiter le sacrifice des Hongrois. Leur sacrifice appartient à la véritable tradition révolutionnaire de 1789 dont est issue la gauche française... »79. Le risque de se retrouver à contre-courant de l’opinion majoritaire est grand. Suez, aux yeux des Jacobins n’est qu’une nouvelle compromission. Ou bien on riposte immédiatement à la nationalisation, ou bien on risque d’être dépossédé de l’affaire par d’autres puissances. Léon Hovnanian, enfin, dénonce le prétexte trouvé par les dirigeants français pour expliquer le retard de la pacification de l’Algérie.

59Mendès France continue de dérouter un peu plus les Jacobins. En mai, alors qu’il sent que son groupe parlementaire est prêt à fronder derrière André Morice, il décide de reprendre en main les choses. Le 7 juin, il expose ses thèses devant un comité exécutif composé essentiellement de Jacobins. A nouveau, il les désappointe en demeurant flou sur sa conception de la politique algérienne. De juin à octobre, il cherche à concilier la condamnation de la politique du gouvernement Mollet avec son souhait de ne pas rompre tous les liens avec la SFIO. En octobre, lors du congrès de Lyon, il réussit encore une fois le tour de force. En décembre, lors du débat sur la politique étrangère du gouvernement, il exige un règlement du conflit par la formation d’une fédération France-Maghreb et par la réunion d’une conférence des Grands. Enfin, se disent nos Jacobins, Mendès France comprend qu’à l’abstention il est préférable de substituer la condamnation. Voilà une seconde victoire, selon eux. Mais à quel prix ? Lors du vote sur le débat à l’Assemblée, seuls les douze députés protestataires suivent encore l’ancien Président du Conseil.

*

Notes

1 G. Martinet, « Les projets de M. Mendès France », F-Obs., 24 fév. 1955.

2 Ch. Hernu, « Républicains, liguons-nous », LJ, 25 fév. 1955.

3 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

4 C. Nicolet, « La tradition républicaine et PMF », Le Mendésisme, Pouvoirs, p. 29.

5 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.

6 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 163.

7 Ch. Hernu, « Républicains, liguons-nous », LJ, 25 fév. 1955.

8 L’Année Politique, 1955, mars, p. 30.

9 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

10 J. Vilars, « Le choix du 4 mai », LJ, 23 avr. 1955.

11 Ch. Hernu, « Le congrès radical ne sera-t-il qu’un guet-apens ? », LJ, 23 avr. 1955.

12 Idem.

13 R. Barrillon, « M. Mendès France parviendra-t-il à rénover le Parti radical ? ». Le Monde, 4 mai 1955.

14 H.F. Rey, « J’étais un faux délégué au congrès radical », F-Obs., 12 mai 1955.

15 Le film de la journée, Le Monde, 6 mai 1955.

16 Motion du Doubs mise dans l’annexe.

17 Ch. Briandet, « Réponse à 120 délégués radicaux », LJ, 13 mai 1955.

18 Y. Amblard, « Du riffifi chez les Barbus », LJ, 13 mai 1955.

19 P. Bramaud, « Comment ils nous voient », LJ, 27 mai 1955.

20 Ch. Hernu, « Quand la Marseillaise redevient un chant révolutionnaire », LJ, 13 mai 1955.

21 « Le Parti radical doit revenir à sa tradition jacobine, déclare Mendès France », LJ, 14 oct. 1955.

22 Ch. Hernu, « Ce gouvernement immobile à grands pas », LJ, 27 mai 1955.

23 Ch. Hernu, « Le Parti radical devant le choix », F-Obs., 26 juil. 1956.

24 L’Année Politique, 1955, juin, p. 55.

25 P.-A. Falcoz, « La voie du renouveau », LJ, 13 mai 1955.

26 J. Lalot, Président de l’Association nationale des étudiants radicaux », LJ, 27 mai 1955.

27 J. Lescure, « Lettre à F. Mauriac », LJ, 27 mai 1955.

28 P.-A. Falcoz, « La voie du renouveau », LJ, 13 mai 1955.

29 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

30 Idem.

31 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 195.

32 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

33 « Courrier, Douala 10 juin 1955 », LJ, 8 juil. 1955.

34 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.

35 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

36 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

37 « A ça ira... », LJ, 23 sept. 1955.

38 Ch. Herny, « Il faut liguer les républicains », LJ, 11 nov. 1955.

39 Ch. Hernu, « Osez donc ! », LJ, 28 oct. 1955.

40 « A ça ira... », LJ, 11 nov. 1955.

41 « Courrier », LJ, 25 nov. 1955.

42 Ch. Hernu, « Il faut ligueur les républicains », LJ, 11 nov. 1955.

43 L’Année Politique, 1955, novembre, p. 5.

44 Ch. Hernu, « La patrie est en danger », LJ, 23 sept. 1955.

45 « Vigilance pour la République », LJ, 28 oct. 1955.

46 Ch. Hernu, « E. Faure, envoûté », LJ, 9 déc. 1955.

47 Ch. Hernu, « Pour une vraie majorité de gauche », LJ, 23 déc. 1955.

48 « Le comité directeur du Jacobin », LJ, 28 oct. 1955.

49 « Un club, pas un parti », LJ, 9 déc. 1955.

50 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

51 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

52 Ch. Hernu, « Pour une vraie majorité de gauche », LJ, 23 déc. 1955.

53 I.R.S., janv. 1956.

54 « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

55 P. Dreyfus-Schmidt, « Lettre à un Jacobin », F-Obs., 1er mars 1956.

56 P.-A. Falcoz, « Mécontents mais républicains », LJ, 27 janv. 1956.

57 Idem.

58 Ch. Hernu, « Ne pas céder... », LJ, 27 janv. 1956.

59 Ph. Atger, « Bilan des élections », LJ, 27 janv. 1956.

60 « Courrier », LJ, 25 nov. 1955.

61 P.-A. Falcoz, « L’opinion publique est impatiente », LJ, 3 fév. 1956.

62 Ch. Hernu, « Le gouvernement va-t-il céder sur le programme ? », F-Obs., 9 fév. 1956.

63 Ch. Hernu, « Vous êtes beau joueur, Président M.F. », LJ, 3 fév. 1956.

64 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 323.

65 J. Rémy, « L’Algérie après Mendès France », LJ, 8 avr. 1955.

66 J. Ronval, « L’Islam et l’Union Française », LJ, 8 avr. 1955.

67 H. Hermand, « Le Front Républicain a-t-il son avenir derrière lui ? », LJ, 24 fév. 1956.

68 Idem.

69 Ch. Hernu, « Députés protestataires », LJ, 24 fév. 1956.

70 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

71 P.-A. Falcoz, « Le Front Républicain doit prendre un nouveau départ », LJ, 24 fév. 1956.

72 Le Monde, 4-5 mars 1956.

73 Ch. Hernu, « Autorité et Démocratie », LJ, 9 mars 1956.

74 Ch. Hernu, propos recueillis dans l’Année Politique de 1956, avril, p. 45.

75 Ch. Hernu, F-Obs., 26 avr. 1956.

76 Ch. Hernu, Le Monde, 16 nov. 1956.

77 Ch. Hernu, « Une armée républicaine face au vide algérien », Le Monde, 2 oct. 1956.

78 « Les radicaux devant le choix », F-Obs., 2 août 1956.

79 Ch. Hernu, « La gauche française est-elle encore capable de se rassembler ? », F-Obs., 15 nov. 1956.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search