Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Troisième partie. L’aventure mendésiste

Mendès France ou la revanche de l’action

Texte intégral

LE PHÉNOMENE MENDES FRANCE

1Historiens et politologues réservent leurs allusions au Club des Jacobins pour illustrer le phénomène plus large connu sous le nom de mendésisme. Aussi, on assiste trop souvent à une réduction des activités et du rôle joué par le club sous la IVe République à l’épisode de la prise en main du Parti radical par Mendès France en 1955. Notre étude vise à inverser cet équilibre. En fait, une relation étroite s’établit, à partir du début des années 50, entre le député de l’Eure et nos jeunes clubistes.

2A quarante-six ans, en 1953, Mendès France compte déjà parmi les vieux radicaux. Depuis l’âge de vingt-cinq ans, il assume la députation radicale-socialiste de l’Eure. Très vite, ses discours économiques et financiers le font remarquer au sein de son parti. Il propose ainsi, dès 1932, de rompre avec les politiques de déflation en relançant l’économie par un renforcement du pouvoir d’achat. Au même moment, il milite aux côtés d’autres Jeunes Turcs comme Jean-Zay, Jouvenel et Martinaud-Déplat, pour unir les gauches contre la menace fasciste. Comme sous-secrétaire d’État au Trésor dans le second gouvernement Blum, en 1938, il propose, sans succès, des réformes financières pour préparer l’économie française à la guerre. Dès à présent, on est en mesure de remarquer que bien des aspects unissent Mendès France et les Jacobins. Au dynamisme de la jeunesse, à l’absence de conformisme, se joint le désir de rapprocher les gauches. Même s’il est faux de penser que certains de nos jeunes radicaux veulent calquer leur profil de carrière sur celui d’un Mendès France, on ne peut éviter de dénombrer tous ces aspects d’une troublante similitude.

  • 1 Le Monde, 4 juil. 1951.
  • 2 L’Année Politique, 1951, p. 256.

3A la Libération, Mendès France, à nouveau, se démarque en condamnant la politique financière décidée par Pléven. Sa lettre de démission du ministère de l’Économie Nationale jette les premières bases de ce qu’il est convenu d’appeler le mendésisme. « Distribuer de l’argent à tout le monde sans en prendre à personne, c’est entretenir un mirage ». A partir de cette date, d’ailleurs, ses fonctions de représentant de la France au Conseil économique et social de l’ONU l’accaparent. Mais progressivement, il renoue avec le combat politique intérieur. Dès 1951, à l’Assemblée, il condamne les incohérences de la politique gouvernementale « Il faut choisir... On ne peut tout faire à la fois : la reconstruction, l’équipement, le logement, le réarmement de la métropole, les réformes sociales... »1. Il exige, au même moment, que son parti se mît à l’heure des choix : « Il faut choisir... Nous ne ferons pas d’armée en Europe tant que durera l’hémorragie en Indochine... je déclare que je ne voterai plus pour un gouvernement... qui se refusera aux choix nécessaires »2.

  • 3 « A ça ira... », LJ, juil. 1953.

4Fin 1953, la situation alarmante en Indochine coïncide avec une profonde crise ministérielle. Le Président Coty désigne Mendès France pour former le gouvernement. Un certain journal, alors, dit de ce cinquième pressenti : « On passe sous silence le cinquième, il n’y a rien à dire ou trop à dire... ». Il s’agit du Jacobin 3.

  • 4 P. Mendès France, Gouverner c’est choisir, Paris, R. Julliard, 1953, p. 12.

5Le discours du 4 juin prononcé par Mendès France à l’Assemblée Nationale, en émettant une onde de choc, donne naissance à un véritable phénomène d’opinion : « Les questions qui se posent au pays sont graves, sans doute, mais elles sont simples. Il suffit que les données en soient clairement énoncées, que les options soient prises pour que les solutions apparaissent avec leurs avantages et leurs risques et pour que chacun soit en mesure de choisir »4. Cependant, n’obtenant que 301 voix, il échoue. Pour bien des gens d’alors, les politiciens prennent encore une fois, mais peut-être la dernière, le dessus.

6Un an plus tard, le 12 juin 1954, le gouvernement Laniel, enlisé en Indochine, tombe sur le réquisitoire de Mendès France. Celui-ci forme le nouveau gouvernement et applique sa théorie des urgences aux problèmes qui se présentent à lui. De fait, de juin 1954 à février 1955, ce gouvernement dégage une forte impression d’efficacité : le pari indochinois est tenu, une solution est amorcée en Tunisie, on lui accorde les pouvoirs économiques spéciaux, enfin, il débarrasse le débat politique de l’épine représentée par la CED. Au sein de son propre parti, Mendès France ne fait pourtant pas l’unanimité : au congrès radical de Lyon, en octobre 1954, il échoue à placer l’un des siens à la présidence administrative. Ses adversaires gardent la haute main sur la formation valoisienne. Dès la fin de cette même année, la majorité qui soutient son gouvernement commence à s’effriter. L’adoption de mesures impopulaires à l’image de celles concernant les bouilleurs de cru, dresse contre lui bien des intérêts. De même les accords de Paris qui signifient le réarmement de l’Allemagne ou encore les débuts de la guerre d’Algérie ne sont pas pour favoriser son image. Le 5 février 1955, le gouvernement Mendès France est mis en minorité à l’Assemblée. C’est un radical, en l’occurrence René Mayer, qui mène le réquisitoire.

  • 5 J. Nocher, « Mendès France est-il à la naissance d’un nouvel humanisme ? », LJ, 22 déc. 1954.

7Cette chute n’interrompt cependant pas le phénomène Mendès France. Bien au contraire. Le 1er décembre 1954, le Club des Jacobins invite à sa réunion-débat le député gaulliste de la Loire Jean Nocher. Il lui demande de disserter sur le thème : « Mendès France est-il à la naissance d’un nouvel humanisme ? ». Selon Jean Nocher, Mendès France comme de Gaulle, donne la conviction que le changement est possible. « Il faudra un jour reconnaître les efforts de Mendès France. Mendès France arrivera quand la conjoncture ne permettra plus au régime ni d’avancer ni de reculer ni de rester immobile ; il arrivera de soi-même quand le problème de salut public sera posé comme une extrême urgence »5. Mendès France, comme de Gaulle, réactive le vieux mythe français du sauveur solitaire. Tous deux le fondent d’ailleurs en priorité sur un style. Grâce à ce style, ils se distinguent des politiciens poncifs des IIIe et IVe Républiques. Dans le cas de Mendès, le style vise à dramatiser la vie politique et dire la vérité au pays. La meilleure illustration nous est d’ailleurs donnée par les allocutions radiodiffusées que le Président du Conseil adresse à ses concitoyens chaque semaine.

  • 6 Idem.
  • 7 Idem.
  • 8 J.-M. Domenach, « Force et faiblesse de Mendès France », Esprit, juil. 1954.
  • 9 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 10 A. Gourdon, Mendès France ou le rève Français, Paris, Ramsay, 1977, p. 334.

8Mendès France apparaît comme l’homme d’un projet, qui fixe un calendrier et s’efforce ensuite de tenir ses engagements. Jean Nocher situe là son humanisme. « De la nécessité de réinstaurer la République, Mendès France a tiré son idée de « contrat » qu’il propose d’homme à homme, sans préjugé : Etes-vous d’accord pour cela ? Il est même arrivé à faire croire à la bourgeoisie... qu’elle n’était pas foutue »6. Ensuite, il s’en remet à la réaction de son opinion publique. Celle-ci, dès juin 1953, se rallie à lui, et confirme de la sorte la préexistence en son sein d’un courant très profond. « En gare de Lyon, un contrôleur me dit : ” Qu’est-ce que vous pensez de l’investiture de Mendès France ?” puis il continue : "avant lui, voyez-vous, les autres ils n’étaient pas à la hauteur...” Oui, le plus humble parmi les français se sentait avili, déshonoré, indigné au sens propre »7. Aujourd’hui encore, les anciens Jacobins se rappellent de ces deux traits : ils se souviennent d’un style qui fait tressaillir une opinion : « le retour du pays réel sur le pays légal »8 favorisé par un discours discordant, solitaire, mais populaire. Pour Paul-André Falcoz, « la grande novation de Mendès France est d’avoir rallié à lui les générations de trente ans par des thèmes qui leur collaient à la peau »9. Pour d’autres, son mérite consiste à rompre avec cette résignation qui hante les esprits d’impuissance et de déclin. « Réunis en un composé qui ne doit rien à la préméditation ni à la ruse, on décèle en lui la culture de l’autorité gouvernementale et la sauvegarde des idéaux démocratiques, le dossier et la causerie, la participation et la distance, l’honneur de la France et les libertés de 89, l’absence de familiarité et la puissance de conviction, le réalisme et la sincérité... »10 Alain Gourdon écrit ces lignes quelques années après. En 1953, pour lui et ses amis du club, l’aventure ne fait que commencer.

QUE POURRIONS-NOUS FAIRE POUR VOUS AIDER, PRÉSIDENT ?

9La commune volonté d’instaurer un nouveau climat dans l’opinion, la même conviction que, pour mener à bien la rénovation de la vie politique, il faut se doter d’un parti modernisé, bref un même état d’esprit, favorise une rapide collaboration entre le club et Mendès France. Cette rencontre doit encore avoir lieu ! Mendès France, à ce moment, a déjà toute l’étoffe d’un dirigeant politique. Mais une telle personnalité d’envergure internationale se laisse difficilement approcher par le commun des militants que sont encore les Jacobins. D’ailleurs, de quelle conscience le club se réclame-t-il en 1952 ? Se sent-il appartenir à un courant qui, à ce moment, demeure encore dans un flou brumeux ? Comment savoir que le combat engagé appartient, dès maintenant, à une école de pensée en passe de devenir célèbre ? Nos jeunes radicaux, en fondant le club, vont de l’avant. Ils adoptent les thèmes traditionnels de la gauche certes, mais sans vraiment savoir, à l’origine, où cette campagne est appelée à les mener. Imaginons que la rencontre avec Mendès France n’ait pas lieu. Rien n’empêche alors d’envisager d’autres scenarii : la récupération du club par un courant réformiste de la SFIO ; ou bien son éclatement dès l’arrêt des premiers choix ; ou bien encore, et plus simplement, une litanie de chahuts et de coups de main sans lendemain au sein d’un parti qui protège sa majorité.

  • 11 D. Colard, « Le phénomène des clubs », Politique, 1965.
  • 12 Ch. Hernu, « Pour la ligue, allons-nous attendre 1956 ? », LJ, 22 déc. 1954.

10C’est à l’image de l’opinion publique que les Jacobins, d’abord, réagissent devant le phénomène Mendès France. L’historien des clubs politiques, Daniel Colard, n’écrit pas autre chose : « Le Club des Jacobins était le résultat d’une prise de conscience d’un certain nombre d’hommes devant l’expérience de M. Mendès France »11. Trois séductions essentielles jouent dans leur cas. Mendès France se présente d’abord comme l’homme politique qui comprend la crise de leur génération. Pour preuve, il offre un nombre considérable de postes au sein des cabinets ministériels de son gouvernement à cette jeunesse studieuse qui entame une carrière dans la haute administration. Or, une partie d’entre elle, à la suite d’Alain Gourdon, se rapproche du club. C’est elle, d’ailleurs, qui étoffe le discours des Jacobins de sa technicité moderniste. Ensuite, le club cherche plus que jamais à se démarquer, grâce à la précocité de ses adhérents ; un tel phénomène, qui substitue à l’ancien clivage droite-gauche, celui entre les anciens et les modernes, ne peut le laisser indifférent. « Une nouvelle génération a définitivement rompu avec l’immobilisme. L’immobilisme est une tentation permanente mais est-il la République progressive par définition ? Nous sommes de cette génération dont Pierre Mendès France est le précurseur »12. Mendès France transmet à la jeunesse le goût de la politique. Le 23 novembre 1954, lors de la première assemblée annuelle des Étudiants radicaux, Charles Hernu explique qu’au temps où la jeunesse se désintéresse de la politique succède, à ce moment même, celui d’une heureuse redécouverte. Mendès France en est le promoteur. Raison de plus, toujours selon Hernu, pour que les étudiants radicaux ne manquent pas le coche.

  • 13 « Mendès France, congrès radical d’octobre 1953 », I.R.S., oct. 1953.

11La seconde séduction se rapporte au discours de progrès et de rigueur adopté par Mendès France. Les Jacobins y retrouvent avec plaisir leurs invectives contre le secret et le mensonge. Le député de l’Eure passe sans doute d’abord pour un économiste de renommée mondiale. Cela ne nuit en rien à son ardeur républicaine. Les clubistes comprennent très vite que le second aspect favorise un rapprochement. Mendès France considère que le monde politique traverse alors une crise de communication. Cette conclusion inspire son choix d’un langage très moraliste, cousu de concepts simples et précis – honnêteté, promesse, choix, sacrifice – et émaillé « d’expressions coups de théâtre » du genre : « Ah oui, il faut que ça change ! Car écoutez ces rumeurs qui montent, nous sommes en 1788 ! »13. Le Jacobin engrange ces citations et les associe ensuite aux prises de décision du club. Voilà donc bien un noyau de critères « objectifs » qui favorisent pour lui un rapprochement avec le mendésisme. Seul, celui-ci recèle, parmi tous les courants de contestation, autant d’atouts. A côté de ces raisons objectives, on dénote également la présence de suscitations d’ordre plus intime qui soudent une sincère collaboration entre les Jacobins et Mendès France.

  • 14 F. Giroud, Si je mens, Paris, Stock, 1973, p. 165.

12Le club peut, en effet, être catalogué parmi les cellules de personnes qui rallient le mendésisme de croisière, c’est-à-dire celui de 1954. La forte hausse que décrit alors la courbe de ses adhérents s’explique par ce phénomène. Néanmoins, le petit groupe des fondateurs du club compte des gens qui rejoignent bien avant le cercle mendésiste : ce sont ses fidèles de la toute première heure. Il faut bien faire la distinction entre ces derniers qui soutiennent Mendès France en raison de leur appartenance préalable au Parti radical et les autres Jacobins qui rejoignent le parti après leur adhésion au mendésisme. En 1952, les premiers se considèrent toujours comme des radicaux avant d’être des Jacobins. On comprend alors que la plupart des observateurs, analysant les origines de la contestation au sein du Parti radical, remarquent qu’en 1952, Mendès France demeure très isolé. Seuls, quelques amis personnels et des petits groupes, parmi lesquels on trouve le club, défendent le député de l’Eure. Ce sont encore autant d’inconnus dans l’esprit de ces observateurs. Aujourd’hui, certains historiens assimilent souvent l’origine du mendésisme à la création de l’Express. Sans nul doute ce journal diffuse parmi les premiers les idées de Mendès, mais si on respecte la chronologie, le club vient en premier pour organiser un rassemblement autour du leader radical et faire écho à ses idées. Ce n’est qu’à partir du moment où Pierre Mendès France devient candidat à la Présidence du Conseil, et parce que l’opinion appuie cette candidature, que l’Express entre en jeu. « L’Express est créé pour mettre les idées de Mendès France et Mendès France lui-même au pouvoir »14. Le club tient bien une place de premier venu au sein de la nébuleuse mendésiste.

13Il reste que le Parti radical demeure le cadre inévitable des relations qui s’établissent entre le club et le député de l’Eure. On compare d’ailleurs souvent ces rapports à ceux entre les gaullistes et de Gaulle. La formation valoisienne fait primer les relations d’homme à homme. Mendès France explique lui-même son adhésion au radicalisme par cet espèce d’envoûtement qu’il subit en écoutant un discours d’Edouard Hérriot en 1923. Le scénario se reproduit sans doute pour les Jacobins, maintenant cependant les relations maçonniques dans un rôle mineur. En effet, Mendès France, en dépit d’une initiation précoce au GOF, ne persévère pas dans cette voie.

  • 15 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

14La rencontre réunit d’abord Charles Hernu et Mendès France. Au congrès radical d’octobre 1952, le hasard veut que l’orateur qui précède le député de l’Eure soit le jeune chef des Jacobins15. Dans son discours, Hernu s’en prend avec virulence aux forces d’inertie qui paralysent, selon lui, la vie politique toute entière. A l’issue de son discours, descendant de la tribune, il croise son successeur qui l’arrête et le félicite. Une fois son propre discours achevé, Mendès rejoint dans la salle le président du club. Ils discutent. Le député encourage le jeune Jacobin et lui demande de venir le voir à son domicile. De nouveaux entretiens complètent ensuite cette mise en présence. D’autres dirigeants du club obtiennent également de rencontrer Mendès.

  • 16 « Mendès France, chef d’un nouveau parti ? », LJ, fév. 1953.
  • 17 « Mendès France, momentanément battu », LJ, juin 1953.
  • 18 Idem.

15Le club trouve un leader. Bientôt il explique que celui-ci supervise jusqu’à sa naissance. En février 1953, Le Jacobin s’interroge : « M. Mendès France pourrait bien être le chef tacite de cette faction. Il en est pour prétendre, parmi ses partisans... que cette faction groupant tous les abstentionnistes et de larges portions de tous les partis, est déjà le plus important mouvement politique de France... Pour les Jacobins, le choix est fait depuis treize mois... » (ce qui renvoie au 12 décembre 1951)16. Adopter un leader revient à soutenir ses idées et s’en faire un écho. A nouveau, la rubrique des lecteurs du Jacobin se gonfle des réactions de l’opinion. Relever dans chaque numéro tous les libellés, extraits de lettres et autres écrits qui louent, ici les qualités du Président du Conseil, là le courage du député, ailleurs la clairvoyance du leader radical, relève de la gageure. A titre d’exemple, le club félicite en juin 1953 tous ceux, parmi les députés qui votent l’investiture de Mendès France : « Tout ce qui est jeune en France – c’est-à-dire sans compromission et attaché à des idées neuves de paix et de progrès social... »17. Parmi ceux qui soutiennent le député de l’Eure, le journal dénombre les jeunes de la SFIO, du MRP, les éléments sains du Parti radical, de l’UDSR et du RPF. En juin 1954, un an plus tard, le club met en garde Mendès France : « Manquant de renseignements au moment où nous mettons sous presse, nous espérons que M. Coty n’appelle pas M. Mendès France à seule fin de lui nuire et d’user son crédit. Il vaudrait mieux que M. Mendès France refuse et explique au pays les raisons de son refus si on ne lui donnait pas les pleins pouvoirs »18.

  • 19 Ch. Hernu, « Les fureurs des méchants », LJ, 12 juil. 1954.

16Cependant, une fois investi, le club considère l’événement comme « l’arrivée au pouvoir d’un homme qui couronne le succès de la plupart de ses thèses ... »19. Désormais, la tâche consiste à paralyser les adversaires du Président du Conseil. Sa collaboration à ce moment-là, consiste donc en un soutien au gouvernement. Le Jacobin rapporte en détail le film de ses activités, de ses voyages et de ses entretiens. Il reprend et paraphrase même ses discours. Mais une certaine distance demeure. Le club conserve précieusement son rôle de structure d’accueil pour les militants, tandis que son journal aide de son mieux le gouvernement. Jamais, sans doute, on ne trouve des relations de travail comparables à celles qui existent alors entre le Président du Conseil et l’équipe de l’Express.

  • 20 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.
  • 21 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

17Mendès France offre en même temps au club un corps d’idées qui encadre plus rigoureusement sa contestation et donne un sens plus positif à son action : « Leur doctrine était à présent représentée, enrichie, conservée au point qu’ils n’avaient plus à s’occuper que de leur destin politique »20. Le mendésisme offre également un atout publicitaire. « Le club n’a pris de la valeur qu’à partir du moment où il a compté Mendès France pour leader »21. D’inconnus de la première heure, les Jacobins deviennent les disciples admis auprès du maître. Désormais, pour devenir Jacobin, il est possible d’adopter les convictions mendésistes sans pour autant avoir à s’introduire au préalable dans la classe radicale.

  • 22 P. Mendès France, dîner anniversaire de l’Express, mai 1954.
  • 23 L. Hovnanian, « Pourquoi nous voulons un congrès extraordinaire », F-Obs., 14 fév. 1957.

18A partir de 1954, le club veut devenir une structure de regroupement pour les troupes mendésistes et ce à l’intérieur comme à l’extérieur du Parti radical. A l’origine, les Jacobins estiment que rassembler les nouveaux mendésistes au sein du parti est de l’ordre du possible. Mendès France ne donne d’ailleurs pas d’autre directive. Lors du dîner anniversaire de L’Express, en mai 1954, il répond à une question posée par des jeunes : « Que pourrions-nous faire pour vous aider ? » : « Je vais sans doute vous surprendre mais je vous dis : inscrivez-vous au Parti radical »22. La tâche consiste donc à canaliser ce flux de supporters en le faisant d’abord transiter par l’organisation clubiste. Lucides, nos Jacobins le sont pourtant quant au but de cette campagne de recrutement : « Nous savions bien que nous ne nous étions pas engagés pour un travail facile de six mois ; nous n’ignorions rien de la lutte longue et pleine d’embûches qui nous attendait pour refaire du Parti radical-socialiste un parti de gauche, fidèle à sa tradition du début du siècle »23. Et ils savent, dès à présent, que rien ne peut se faire sans conquérir, au préalable, la présidence administrative du parti.

  • 24 Ch. Hernu, « D’Aix-les-Bains à Marseille », LJ, 24 sept. 1954.

19Le congrès d’octobre à Marseille offre un cadre à cet enjeu. Le Jacobin titre son optimisme : « Chez les radicaux d’Aix-les-Bains à Marseille ou de Martinaud-Déplat à Mendès France ». Charles Hernu dénonce, dans son éditorial, un parti sans militants. Il exige une démocratisation. « Depuis un an, bien des choses se sont passées et Pierre Mendès France est au pouvoir. Dans quelques jours le congrès national du Parti radical siègera à Marseille... Or, nous nous inquiétons de la possibilité laissée au leader de la droite radicale, Martinaud-Déplat... d’organiser à sa manière les prochaines assises radicales »24. Il va même au-dela et envisage, en cas d’échec des partisans du Président du Conseil, la création d’une ligue démocratique et républicaine. Le reclassement des forces politiques ne peut plus attendre. Ainsi, dès ce moment, les Jacobins font planer sur le parti une menace d’éclatement à plus ou moins long terme.

  • 25 J. Lacouture, Mendès France, Paris, Seuil, 1981, p. 400.
  • 26 Ch. Hernu, « Pour une ligue démocratique et républicaine », LJ, oct. 1954.

20La tradition se perpétue. En 1934, les Jeunes Turcs se regroupent autour de Daladier pour conquérir la présidence administrative : « Mais cette fois le leader n’est pas lointain et prudent comme Daladier, ambigu comme Bergery ou trop jeune comme Pierre Cot. C’est depuis un an le personnage le plus vigoureux du monde politique français »25. L’action échoue pourtant. Certains expliquent cet échec par le souci de Mendès France lui-même de ne pas cumuler ses tâches ou de ne pas heurter Edouard Hérriot en soutenant son rival, Daladier, candidat des mendésistes. Pour Alain Gourdon, Mendès France doit avant tout tenir compte de la jeunesse et de l’inexpérience de ses plus chauds partisans. A considérer aujourd’hui cet épisode, il apparaît, pour bon nombre d’anciens Jacobins, que cette défaite représente le premier signe de l’échec final du mendésisme. Toujours est-il qu’à l’époque Charles Hernu s’empresse de réitérer sa proposition de ligue : « la meilleure formation qui ménage le mieux la susceptibilité des hommes et l’indépendance des partis, tout en unissant des Français pour un but commun : la lutte contre les complots et les coalitions »26.

  • 27 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 183.

21Cette proposition n’a pas de suite. Quelques mois plus tard, le club assiste, impuissant, à la chute du gouvernement dirigé par son leader. Selon certains, cette chute signifie le vrai réveil du mendésisme. Elle transpose le champ de bataille de la scène parlementaire à celle de l’opinion publique. Le club profite aussitôt de sa place de choix dans le mouvement. Aux dires d’Alain Gourdon, il s’octroie le rôle de « domini cani » au service de Mendès France27. Désormais, son champ d’action s’élargit. 1956 se profile, en ce sens, comme l’année de toutes les échéances. A cette fin, la collaboration entre Mendès et le club va s’intensifiant. Dès février 1955 un nouveau combat s’annonce : la tenue d’un congrès extraordinaire du Parti radical.

LE CLUB AU SEIN DU MENDÉSISME

  • 28 Ch. Hernu, « Les fureurs des méchants », LJ, 12 juil. 1954.

22Avant d’aller plus loin dans l’analyse de cette collaboration, il faut s’interroger sur la place occupée par le club au sein du mendésisme. Il trouve en lui, on le sait, un corps d’idées riche et séduisant. Cependant, son ralliement n’a rien d’un soutien inconditionnel ou tout au moins le club s’efforce de ne pas en donner les apparences. Mendès France joue plus, pour nos jeunes radicaux le rôle de phare, d’horizon ou encore de repère. La communauté d’esprit qui les unit s’attache plus aux fins à atteindre qu’aux moyens à employer. Aussi, les Jacobins revendiquent-ils sans cesse leur indépendance : « L’arrivée au pouvoir d’un homme qui consacre le succès de la plupart de nos thèses ne nous empêchera pas d’analyser et de critiquer les actes de son gouvernement »28. Nombreux sont, à cet égard, les articles du Jacobin où l’on relate l’action du gouvernement tout en rappelant qu’on n’est pas entièrement d’accord avec lui. Cela n’entraîne d’ailleurs jamais de drame de conscience dans leur esprit.

  • 29 Ch. Briandet, « Mendès France, continuez ! », LJ, 24 sept. 1954.

23L’indépendance, premier bastion jacobin, impose, en ce sens, une juste répartition des rôles. Charles Briandet explique l’interruption des réunions du club pendant le gouvernement Mendès France comme il suit : « De janvier à juin 1954, les membres du comité directeur du Jacobin ont organisé ou participé à plus de 60 meetings, réunions, rencontres. Certains de nos amis s’étonnent que nous ne reprenions pas l’organisation des réunions ! Mais n’est-ce pas normal ? M. Mendès France et son équipe gouvernent ! Nous leur faisons confiance. Dès lors à quoi bon les gêner, à quoi bon traiter sur la place publique des problèmes de politique extérieure ? Mais que nos amis soient assurés que le jour où il nous apparaîtrait que le chef du gouvernement et son équipe ne tiennent pas leurs engagements... nous reprendrions nos bâtons de pèlerin »29. Nulle envie de sacrifier la vigilance au ralliement. En fait, la marge de manœuvre du club est fort étroite : Mendès France offrant la seule issue possible, les Jacobins ne peuvent se permettre d’aller trop loin dans cette indépendance. Aucun autre mouvement ne propose, au même moment, une solution de repli. Impossible donc de négocier son soutien. Le club est en quelque sorte condamné à suivre Mendès France partout où il lui demande de le suivre. La jeunesse et l’inexpérience des protagonistes font le reste.

  • 30 Ch. Hernu, Le colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 329.
  • 31 C. Nicolet, « Mendès France, le mendésisme et la tradition républicaine ». Le Mendésisme, Pouvoirs, (...)

24Peu de points du programme mendésiste provoquent, d’ailleurs, le désaccord du club. L’approche méthodique et pragmatique des problèmes, l’activisme militant, le rejet de la démagogie et du doctrinarisme, voilà bien des aspects qui satisfont son état d’esprit. Prenons le cas du problème algérien. Les Jacobins font leur la modernité mendésiste qui consiste à deviner qu’on ne peut débloquer la situation qu’en flattant le nationalisme français, ce qui revient à lui donner l’initiative dans la recherche des solutions. Aussi, ils font bloc derrière une politique de renforcement préalable des effectifs sur le terrain, dans la perspective d’une rapide ouverture des négociations. Le club soutient toujours Mendès France lorsqu’il veut concilier la décolonisation avec le développement économique et la modernisation de la société. « Ce doit être la mission de la France de trouver une formule conciliant les nécessités techniques et la défense de la personne... Il faut en somme qu’une double réforme politique et administrative permette à une poussée économique et sociale moderne, tournée vers l’avenir, de s’affirmer »30. Par ce biais, les Jacobins se retrouvent en face des mêmes contradictions que celles du mendésisme : comment donc concilier une idéologie moderniste avec la vieille orthodoxie radicale ? Claude Nicolet ne voit pas là un problème : le mendésisme, selon lui, ressuscite par son goût de la technicité et de la science, la vieille tradition positiviste qui fonde toute la pensée radicalisante. Le langage inquisitorial qu’il adopte lorsqu’il se révolte contre les abus des privilèges, emprunte tout à Léon Bourgeois. Enfin, une des constantes du radicalisme depuis les débuts de la IIIe République, consiste, selon lui, à tenir un double discours : « Aux républicains de la veille montrer qu’il faut décanter le vieux programme de ses rêves utopiques... aux ralliés indispensables il faut montrer que par son sérieux, son caractère scientifique, la République permettra de dépasser les vieux clivages... »31. A ce titre, le mendésisme participe bien de la tradition radicale et notre club, lui, représente bien une tendance du mendésisme.

25Il représente, en fait, un mendésisme parmi les autres, aux côtés du mendésisme chrétien de Mauriac, du mendésisme économique d’Alfred Sauvy ou du mendésisme gaulliste de Jacques Chaban-Delmas. Le Jacobin permet au même titre que l’Express, France-Observateur, Témoignage Chrétien, et Esprit de prendre contact avec une certaine opinion. Néanmoins, on ne peut le situer sur le même rang. Les autres journaux qu’on vient de citer rapprochent leur ligne de celle du mendésisme plus qu’ils ne la fusionnent. Le club, lui, tient lieu de recruteur et de formateur des militants mendésistes. Cela constitue un des aspects du mendésisme dont on se souvient le moins. Sans doute le souci de se présenter avant tout comme un corps d’idées explique que ce courant néglige quelque peu son côté militant. Ici réside, on s’en doute, une des raisons de son incapacité à prolonger sa réflexion par l’action.

  • 32 Non signé, « De la politique des choix au nouveau printemps des peuples », LJ, juil. 1953.

26Mais revenons au domaine des idées pour constater que le club adopte toujours des thèses plus progressistes que celles de Mendès France lui-même. Il va jusqu’à lui reprocher, de temps à autre, un certain conservatisme. Ainsi, en juin 1953, une fois la première investiture manquée : « La leçon en effet la plus claire que l’on peut tirer de l’échec parlementaire de Pierre Mendès France c’est que si une droite authentique avait existé, elle se serait reconnue en ce Président du Conseil désigné... Mendès France se réclamait de la triple autorité spirituelle de Poincaré, de Blum et de de Gaulle. Mais ne nous rappelle-t-il pas plutôt Tardieu ? Et n’est-il pas plus proche de Churchill que de Bevan ? »32.

27Sur le plan tactique, le club prône une politique d’alliance prudente avec les communistes. Mendès France s’y refuse catégoriquement. Au contraire, il soutient une stratégie d’alliance avec les socialistes pour attirer les électeurs communistes mis en opposition avec la direction de leur parti. Rien d’étonnant en cela lorsqu’on sait qu’en juin 1954, le nouveau Président désigné refuse de prendre en compte les voix communistes de l’Assemblée.

28Toujours sur le plan des idées, le club paraît souvent regretter que Mendès France n’aille pas plus loin dans son réformisme. Ainsi, par exemple, le Président du Conseil tente de rendre leur souveraineté interne aux Tunisiens tout en garantissant, à l’avenir, une politique d’association souple et évolutive avec la France. Le club applaudit à l’annonce de cette décision. Cependant, il pense déjà qu’on peut concevoir une Tunisie totalement indépendante. A propos de l’Europe, le club, comme Mendès France, redoute une suprématie allemande à partir du moment où l’on ne convie pas la Grande-Bretagne dans la construction. Néanmoins, le traité de Rome une fois signé, en 1957, Mendès France persévère dans son opposition. Le club, lui, s’efforce déjà de trouver des solutions aux problèmes d’organisation de la Communauté.

  • 33 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 125.
  • 34 « Pour des divisions allemandes... inoffensives », LJ, 12 juil. 1954.

29Mais le désaccord le plus manifeste naît sans nul doute à propos de la question de la CED. Les Jacobins militent ardemment, on le sait, contre le projet de défense européenne. Mendès France obéit, lui, à une autre logique. Alain Gourdon la comprend : « La CED pour Mendès France, comme plus tard l’Algérie pour de Gaulle, n’est que l’encombrement majeur, le problème qu’on ne peut éluder ni résoudre et qui vous empêche de vous occuper de ce qui compte vraiment pour vous »33. En août 1954, le vote de la question préalable par l’Assemblée signe l’abandon pur et simple de ce projet. Les adversaires de Mendès France l’accusent aussitôt de l’enterrer. En fait, ce vote est issu d’une conciliation entre la nécessité de réarmer l’Allemagne et l’absence d’une majorité parlementaire derrière la CED. Le club s’incline. En même temps, il invoque la nécessité d’une solution de rechange. « Nous estimons qu’il faut répondre à la volonté d’arbitrage manifestée par l’actuel gouvernement par une bonne volonté de ceux qui se sont prononcés contre le traité de Paris »34. Sous la plume de Jacques Riès, il propose que les divisions allemandes servent uniquement d’appoint à la défense européenne et qu’on les casemât hors du territoire allemand. Enfin, il est possible que l’Allemagne adhère au Pacte de Bruxelles mais à la seule condition que la Grande-Bretagne y soit comptée.

  • 35 P.-A. Falcoz, « La France devant l’Europe », LJ, 23 oct. 1954.
  • 36 P.-A. Falcoz, « Du voyage en Amérique à la coexistence pacifique », LJ, 24 nov. 1954.
  • 37 Idem.

30Le club accepte donc de se faire l’avocat de la bonne volonté gouvernementale. « Il semble donc que la difficile négociation dans laquelle va s’engager M. Mendès France ait pour but de repousser un réarmement de l’Allemagne souveraine, même dans le cadre de l’OTAN, mais de l’accepter au sein d’une organisation européenne dans laquelle l’Angleterre et la France entreraient... »35. En octobre, les accords de Londres assortissent le réarmement allemand de conditions précises. Parmi elles, on retient que la Grande-Bretagne doit laisser sur le continent 120.000 hommes ainsi qu’une partie de son aviation. Paul-André Falcoz, tout en approuvant la solution, souhaite que Mendès France organise le plus tôt possible une conférence à quatre pour déterminer les frontières allemandes. Novembre : les accords de Paris sont signés. Le club à présent doute. « Nous ne sommes pas très rassurés par les accords de Paris. Nous connaissons les risques que fait courir à la paix du monde le réarmement de l’Allemagne »36. Néanmoins, il accorde encore sa confiance à Mendès France et se fait l’écho de ses justifications : « ... jamais Américains et Anglais ne s’assoieront autour d’une table de conférence avant que l’Allemagne ne soit solidement arrimée à l’Occident »37.

  • 38 Courrier, LJ, 22 déc. 1954.
  • 39 Idem.
  • 40 J. Ebray, « Redressement économique français ou réarmement allemand », LJ, 11 mars 1955.

31Au sein même du club, l’unanimité n’est plus de mise. On assiste à une levée de bouchers : qu’elles soient prudentes « ... j’éprouve pour la politique de Pierre Mendès France une vive admiration quoique avec de grandes réserves sur les accords de Londres, étant opposé à tout réarmement de quelque Allemagne que ce soit »38, ou bien décidées « ... je souhaiterais lire en grande manchette dans Le Jacobin : « contre le réarmement allemand »39, les réactions des lecteurs prouvent qu’un fossé se creuse entre les dirigeants et les membres ordinaires du club. La fronde gagne aussi certains dirigeants. Jean Ebray reproche à la solution de prévenir le relèvement économique de la France. « Une seule issue : rejet des accords dits de Paris et désarmement général progressif... »40.

  • 41 P.-A. Falcoz, « Vers de nouveaux Dien Bien Phu », LJ, 11 fév. 1955.

32Les dirigeants Jacobins cherchent, pour la plupart, des justifications à leur attitude. Le Jacobin de janvier 1955 reproduit une déclaration de Billères qui explique que la non-ratification de ces accords n’empêche pas le réarmement allemand mais signe, sans aucun doute, la chute du gouvernement Mendès France. Paul-André Falcoz clôt le débat ou plutôt il l’ouvre sur l’avenir. « Ajoutons, pour être définitivement clair, que nous acceptions, sans restriction d’ailleurs, les accords de Paris que parce que notre confiance en la loyauté de M. Mendès France était totale et que nous savions que la négociation avec l’Est était son but final »41. A l’heure où il écrit ces lignes, le gouvernement Mendès France est déjà tombé ! On peut, pour conclure ce sujet, constater que les liens qui unissent le club à son leader sont désormais suffisamment solides pour que nos Jacobins, tout en s’enorgueillissant de leur indépendance, parviennent à digérer, sans trop de hauts-le-cœur, des décisions parfois diamétralement opposées à leurs convictions.

*

Notes

1 Le Monde, 4 juil. 1951.

2 L’Année Politique, 1951, p. 256.

3 « A ça ira... », LJ, juil. 1953.

4 P. Mendès France, Gouverner c’est choisir, Paris, R. Julliard, 1953, p. 12.

5 J. Nocher, « Mendès France est-il à la naissance d’un nouvel humanisme ? », LJ, 22 déc. 1954.

6 Idem.

7 Idem.

8 J.-M. Domenach, « Force et faiblesse de Mendès France », Esprit, juil. 1954.

9 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

10 A. Gourdon, Mendès France ou le rève Français, Paris, Ramsay, 1977, p. 334.

11 D. Colard, « Le phénomène des clubs », Politique, 1965.

12 Ch. Hernu, « Pour la ligue, allons-nous attendre 1956 ? », LJ, 22 déc. 1954.

13 « Mendès France, congrès radical d’octobre 1953 », I.R.S., oct. 1953.

14 F. Giroud, Si je mens, Paris, Stock, 1973, p. 165.

15 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

16 « Mendès France, chef d’un nouveau parti ? », LJ, fév. 1953.

17 « Mendès France, momentanément battu », LJ, juin 1953.

18 Idem.

19 Ch. Hernu, « Les fureurs des méchants », LJ, 12 juil. 1954.

20 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.

21 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

22 P. Mendès France, dîner anniversaire de l’Express, mai 1954.

23 L. Hovnanian, « Pourquoi nous voulons un congrès extraordinaire », F-Obs., 14 fév. 1957.

24 Ch. Hernu, « D’Aix-les-Bains à Marseille », LJ, 24 sept. 1954.

25 J. Lacouture, Mendès France, Paris, Seuil, 1981, p. 400.

26 Ch. Hernu, « Pour une ligue démocratique et républicaine », LJ, oct. 1954.

27 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 183.

28 Ch. Hernu, « Les fureurs des méchants », LJ, 12 juil. 1954.

29 Ch. Briandet, « Mendès France, continuez ! », LJ, 24 sept. 1954.

30 Ch. Hernu, Le colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 329.

31 C. Nicolet, « Mendès France, le mendésisme et la tradition républicaine ». Le Mendésisme, Pouvoirs, p. 29.

32 Non signé, « De la politique des choix au nouveau printemps des peuples », LJ, juil. 1953.

33 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 125.

34 « Pour des divisions allemandes... inoffensives », LJ, 12 juil. 1954.

35 P.-A. Falcoz, « La France devant l’Europe », LJ, 23 oct. 1954.

36 P.-A. Falcoz, « Du voyage en Amérique à la coexistence pacifique », LJ, 24 nov. 1954.

37 Idem.

38 Courrier, LJ, 22 déc. 1954.

39 Idem.

40 J. Ebray, « Redressement économique français ou réarmement allemand », LJ, 11 mars 1955.

41 P.-A. Falcoz, « Vers de nouveaux Dien Bien Phu », LJ, 11 fév. 1955.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search