Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Deuxième partie. La république se construit tous les jours

« Il n’y a pas d’immobilisme qui ne soit enfin une régression »

Texte intégral

POUR RENDRE SON AUTORITÉ A LA DÉMOCRATIE

1En 1953, au moment où le club assure l’extension de son audience en lançant un journal, le régime de la IVe République connaît une des crises les plus longues de son existence. A partir du mois de mai, le pays reste cent jours sans gouvernement. Les problèmes s’accumulent en Indochine, au Maroc, en Tunisie. La CED ne trouve pas de réponse. Le Jacobin dénonce à grands titres l’immobilisme : « Ceux qui tuent la République » ; « Défense de la démocratie parlementaire » ; « Mendès France momentanément battu par la veulerie et la sénilité » ; « Le Gouvernement de vacances » ; « il n’y a pas d’immobilisme qui ne soit enfin une régression ». Dans l’esprit des Jacobins les réformes du régime se font vraiment attendre !

  • 1 Ph. Atger, « On cherche la République », LJ, 12 juin 1954.
  • 2 G. Maurice, « Pour un contrat de salut public », LJ, juin 1953.

2Ne revenons pas sur le rôle d’inquisiteur, de pourfendeur de traîtres et de corrupteurs que s’attribue le club. Attardons-nous à présent sur les reproches qu’il adresse au régime lui-même. Une constatation donne le ton : « Il est ridicule de redouter la mort de l’État républicain alors que déjà il n’y a plus d’État républicain »1. Rien de très original encore, par rapport aux critiques lancées par les autres courants politiques de l’époque. La République, aux dires des Jacobins, est déjà morte car les gouvernements n’ont plus de base populaire. Que les membres du gouvernement soient pris à parti, en juin 1954, par les anciens combattants sans que l’opinion réagisse, voilà qui renforce leur conviction. Cette carence de légitimité provient, toujours selon eux, de l’instabilité ministérielle qui résulte des majorités de coalition : la valse des ministères prévient toute politique à long terme et banalise « les crises gouvernementales ». « Il est convenu que les crises ministérielles, en France, n’ont qu’une très relative importance politique. Les gouvernements successifs se ressemblent comme des frères tristes – les programmes ne changent pas ou, ce qui revient au même, les apparences qui en tiennent lieu »2. Les gouvernements, du fait de cet immobilisme, renoncent à leurs responsabilités. A titre d’exemple, la déposition du Sultan du Maroc, en août 1953, signe le transfert de pouvoir de l’État aux intérêts particuliers. A un autre moment, le club dénonce l’absentéisme des ministres lors des débats importants à l’Assemblée.

  • 3 P.-A. Falcoz, « La dictature du MRP va-t-elle continuer ? », LJ, 12 juin 1954.
  • 4 A. Gourdon, « Barrer la route au fascisme mou », LJ, 9 sept. 1955.

3Cette situation permet enfin, selon les Jacobins, une confiscation du régime par les partis politiques. Premier à être mis en cause, le MRP ne peut dégager ses responsabilités dans la crise de Dien-Bien-Phu : « Dans le partage des responsabilités, il semble que par pudeur, par optimisme ou par précaution, on ne marque pas assez le nom des détenteurs des portefeuilles responsables de l’Indochine... Enfermer des hommes dans un dispositif qui n’a aucun moyen d’évacuation, pour ensuite y accumuler, dans les jours qui suivent, des hommes et du matériel, ce serait du burlesque si ce n’était l’image tragique de toute notre politique... Peut-on affirmer que cessera la dictature du MRP et que succédera enfin une volonté de renouveau ? »3. Le régime renoue avec la plus mauvaise tradition de la IIIe République : il tend à pousser la logique jusqu’au bout pour devenir un système laxiste et sans âme, proche d’un nouveau Vichy : « Mitraillettes et goupillons redeviennent des ustensiles de rigueur, l’hypocrisie sert d’éthique, l’arbitraire policier se grime en maintien de l’ordre... »4. Il s’agit donc de dénoncer l’arrivée, à pas feutrés, de cette tyrannie qui n’ose encore pas s’avouer comme telle, véritable « fascisme mou » qui s’instaure sans dictature ni coup d’État.

4S’inspirant des thèses républicaines de l’État et s’efforçant même de les dépasser, le club propose ses solutions. Toutes les oppositions appellent à ce moment-là à une transformation du régime politique impotent. A la suite du général de Gaulle, elles invoquent le remplacement du régime des partis par celui d’un État fort. La modernité des thèses mendésistes réside, en ce sens, non pas à confronter parlementarisme et autorité de l’État mais plutôt à les concilier. Dès 1952, le club se fait le hérault de cette thèse qui consiste à faire aller de paire les deux courants qui, en permanence, nourrissent le républicanisme : le courant décentralisateur érigeant la méfiance de l’État en dogme, et le courant centralisateur attaché à une République autoritaire.

  • 5 Alain, cité dans Le Jacobin, du 9 déc. 1955.
  • 6 Titre du Jacobin, 9 déc. 1955.
  • 7 Ch. Hernu, « Edgar Faure envoûté », LJ, 9 déc. 1955.

5« Tout pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument »5. Exploitant cette maxime, elle-même retenue par Alain, le club exige un contrôle permanent et vigilant de tous les actes du pouvoir. Ce n’est que reproduire le vieil esprit radical, pour qui, le jugement et la résistance sont à préférer au respect. Décembre 1955 : Edgar Faure dont le cabinet vient d’être renversé dissout l’Assemblée. Les Jacobins ripostent et donnent à la défense de la Démocratie le pas sur leur goût de l’autorité. La dissolution, à leurs yeux, est un véritable coup d’État : « 2 décembre ! Du prince Louis Napoléon au prince Faure : A quand Edgar 1er ? » titre Le Jacobin 6. Certes, Mendès France et ses Jacobins sont à cette époque en train de reconstituer le Parti radical. Fin tacticien, Edgar Faure contrecarre l’entreprise qui sous-entend son exclusion de la direction du Parti radical, en avançant la date des élections. Mais au-delà de la réalité tacticienne, on doit noter un attachement sincère des Jacobins à la gestion démocratique de l’État. « Le président Edgar Faure scandalise tous les démocrates ; il est l’auteur d’un véritable coup d’État ; il a interprêté un vote contrairement à son esprit. Jamais le droit de dissolution n’a été conçu pour pour qu’un gouvernement, méprisé par le pays, un gouvernement sans autorité... jette la France dans une aventure aussi dangereuse que celle de 1940 »7.

  • 8 Ch. Hernu, « Assez de scandales ! », LJ, 22 juil. 1955.

6Parmi le flot d’arguments utilisés pour condamner cette dissolution, un certain nombre ressort de la pure tradition jacobine. Les Jacobins regrettent qu’Edgar Faure, qui a tout ce qu’il faut pour faire un homme de gauche, ait réveillé la vieille fièvre antiparlementaire qui sommeille en France. A ce titre, le club veut ne jamais laisser une attaque contre le parlementarisme sans réponse : « Il ne s’agit pas pour nous de manier cette arme dangereuse qu’est l’antiparlementarisme. Mais si nous voulons sauver la République, il faut en dénoncer la caricature... »8. D’ailleurs, il prouve son attachement au système représentatif en portant son intérêt sur les problèmes de décentralisation. Philippe Lamirault, dans une série d’articles sur la vie des Communes, demande une stricte application de l’article 89 de la Constitution qui prévoit que « les lois organiques étendront les libertés départementales et municipales ». De même, en matière économique, le club défend la participation et la co-responsabilité des salariés dans l’entreprise. Autant d’exemples qui prouvent cet attachement.

  • 9 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.
  • 10 Ch. Hernu, « Ce régime est-il capable de conserver l’Algérie ? », Combat, mars 1955.

7Ces dernières positions n’excluent pas une condamnation par le club de la faiblesse de l’État bien que toujours il s’efforçât de présenter une critique constructive. A la question de Claude-Henri Leconte : « Etre de gauche c’est être contre les pouvoirs », Charles Hernu rétorque : « C’est exact mais aujourd’hui la gauche doit cesser de se définir par ses seules négations »9. Réconcilier la démocratie et l’autorité est d’ailleurs un principe qui préside à la création du club. A ce titre, nos Jacobins se rapprochent une nouvelle fois des Jeunes Turcs : les uns comme les autres se réclament d’un État autoritaire, sans pour autant arrêter une vision définitive de celui-ci. Ce dernier aspect explique qu’en 1939 certains Jeunes Turcs rejoignent, à la suite d’un Pierre Dominique, les mouvements fascistes. Toutes proportions gardées, on peut néanmoins remarquer que certains Jacobins rallient en 1958 le mouvement gaulliste. Une telle conception suppose, qu’au préalable on démontrât l’absence de contradiction entre le principe de démocratie et celui d’autorité. A cet effet, les Jacobins arguent de la corruption du régime pour justifier qu’on ne peut se défendre contre les féodalités de tous ordres, la démocratie ayant besoin de pratiquer constamment l’autorité à elle conférée par le suffrage universel : « Le moment est venu, pour les Républicains, de gouverner avec une poigne de fer »10. Lorsqu’en juillet 1957, Maurice Bourgès-Maunoury demande, au nom de son gouvernement, le vote de lois d’exception, les députés jacobins acceptent de lui accorder les pouvoirs nécessaires pour organiser sa défense, mais exigent en même temps que ces pouvoirs soient proportionnés à la riposte et confortés par la représentation nationale. Ils refusent donc de lui accorder à un moment où ils constatent que le gouvernement n’a pas épuisé tous les moyens légaux qui sont à sa disposition pour résoudre la crise. En cela, ils se convainquent de concilier au mieux la nécessité d’un État fort avec le respect des libertés.

8Les circonstances imposent d’elles-mêmes une telle conciliation. En effet, toujours selon le club, la France ne peut se permettre d’être gouvernée par un pouvoir faible, étant donné sa situation au carrefour de l’Europe. D’ailleurs, on ne peut envisager de progrès social que dans la mesure où le régime réintéresse l’opinion à son sort. Dans cet effort pour donner vie à cette conciliation entre autorité de l’État et survie du système parlementaire, le club peut enfin considérer le gouvernement Mendès France comme un prolongement pratique de ses idées.

  • 11 P.-A. Falcoz, « Des majorités de démission au regroupement des gauches », LJ, déc. 1953.

9La réflexion même, à propos de ce sujet, s’oriente dans deux directions : d’une part, le club est convaincu que pour être stable un gouvernement a besoin d’un programme ; d’autre part, celui-ci doit être accompagné de certaines réformes institutionnelles. Le programme représente un des grands chevaux de bataille jacobins. Engendrée par une conception très réaliste de la politique, une telle conviction vise à condamner certains raisonnements. Refuser des réformes qu’on juge insuffisantes au nom de la pureté doctrinale ou adhérer à une politique du coup par coup, se nourrissant de l’empirisme le plus myope, voilà deux manières de penser erronées. Selon les Jacobins, seule une politique d’ensemble suffisamment souple pour édifier des réformes en harmonie avec les circonstances, s’avère viable. A la veille de la conférence à quatre qui doit se tenir en juillet 1955, les Jacobins conseillent au gouvernement français d’énoncer son programme pour l’Algérie afin de venir à cette réunion avec des revendications précises. Le programme facilite les négociations en clarifiant les choses, et procure un ciment solide à une majorité. « Il n’y a, dans cette assemblée, que des majorités de démission... Il faudrait que les partis – et singulièrement les partis de gauche – se réunissent sur un programme clair, net et précis qui propose à la nation des solutions à ses problèmes quotidiens »11. Établi sur la base d’un contrat passé entre le peuple et ses dirigeants, le programme permet à ces derniers de prendre à chaque instant les mesures qui s’imposent, aussi impopulaires soient-elles.

  • 12 Ch. Hernu, « Le Parti radical devant le choix », F-Obs., 26 juil. 1956.

10Le club en profite pour proposer son programme et jouer les conseillers du Prince. En octobre 1953, il élabore un programme minimum d’union de la gauche. Il réitère l’entreprise, en octobre 1956, en proposant ses résultats au Parti radical. A la veille du congrès de Lyon, il adresse les principaux documents accompagnés des thèmes de réflexion aux délégués attendus. Une telle pratique vise d’ailleurs à mettre en garde les familiers des congrès radicaux. « Il sera impossible de chercher des faux-fuyants, d’amuser le tapis par de belles paroles dès lors que la discussion portera sur des programmes, des échéanciers, des chiffres et non sur des hommes... »12. Devenu une arme ou plutôt un garde-fou contre tous les débordements pressentis, le programme peut aussi devenir un piège... aux dépens de ses promoteurs.

  • 13 P.-A. Falcoz, « Il n’y a pas d’immobilisme qui ne soit enfin une régression », LJ, juil. 1953.

11Dans la pratique, un tel programme ne peut se concevoir sans des réformes institutionnelles. Ainsi, avant de construire l’Europe, le club demande qu’on remodèle le régime politique français. Il avance cet argument pour contredire les cédistes accusés par lui de résoudre les problèmes nationaux par la fuite en avant. Première condition de la stabilité, il s’agit de transformer le processus de formation du gouvernement. « On se flatterait en vain d’espérer résoudre les problèmes dans une perspective purement technique ; il convient, au contraire, de penser que toute question s’inscrit dans une réforme radicale des structures de la République et d’abord de celles qui répondent à la fois de nos institutions et de la Constitution »13. Trois idées répondent à cette condition : faire appliquer effectivement le suffrage universel ; rendre leurs pleines responsabilités aux élus du peuple ; restaurer un gouvernement puissant.

  • 14 « Pour un État fort », LJ, 28 oct. 1955.
  • 15 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.

12La représentation proportionnelle, ouvrant la voie aux amateurs de coups de force, il faut, selon le club, qui s’inscrit ici dans une bonne tradition radicale, revenir au scrutin majoritaire à deux tours dans le cadre de l’arrondissement. Il va même plus loin et demande qu’on adopte le vote obligatoire. Un taux excessif d’abstention ne permet pas, en effet, à la démocratie de fonctionner. En ce qui concerne le Parlement, le club exige qu’on alourdisse ses conditions de fonctionnement : « L’Assemblée Nationale doit cesser d’être un agglomérat d’anonymes et de lâches sans obligations ni sanctions »14. A ce titre, il propose qu’on généralise le vote personnel des députés, qu’on contrôle la source de leurs revenus et qu’enfin on rende incompatible le mandat parlementaire et le mandat local. Nous ne sommes plus très loin, au vu de ces dernières exigences, du caractère inquisitorial du moine ascétique qui sommeille, selon Robert Le Guyon, dans l’état d’esprit jacobin15.

13Le club propose également la réforme des relations entre le parlement et le gouvernement et ce, dans le but d’affaiblir la tyrannie des assemblées. Pour ce faire, il suffit de contenir leurs fonctions à la vigilance, au vote du budget et du plan, à la ratification des traités et à la défense des libertés publiques. Cela suppose, en toute logique, qu’on supprime les commissions permanentes, qu’on réglemente le droit d’interpellation, enfin qu’on étende le champ du pouvoir réglementaire exercé par l’exécutif, tout en évitant de revenir à la funeste pratique des décrets-lois. En parallèle, le droit de dissolution doit être remis à jour pour qu’enfin le peuple joue pleinement son rôle d’arbitre lors des conflits entre les pouvoirs. Enfin, le club considère que seule une majorité constitutionnelle doit pouvoir renverser un gouvernement. (Programme énoncé sous la rubrique « Pour un État fort dans une République fraternelle », Le Jacobin, octobre 1955).

14Toutes ces propositions, on le constate, sont à considérer comme une étape initiale pour l’instauration d’un exécutif fort. On n’est pas loin d’y trouver la distinction entre le domaine de la loi et celui du règlement qui fonde le système de la Ve République. Mais là réside sans doute un seuil que les Jacobins refusent de franchir. Il n’empêche, leur conception de l’État se rapproche étrangement de celle d’un autre courant, déjà vivace à l’époque, mais qui ne trouve, lui, de solution pour le régime que dans le sacrifice consenti d’un certain parlementarisme, autre seuil encore respecté par nos Jacobins.

« IL Y A ENCORE DES FÉODAUX A ABATTRE »

  • 16 Ch. Hernu, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

15La manière dont le club conçoit sa situation et son action au sein du Parti radical inspire la plupart des clubs de combat politique. Le carcan de l’appareil partisan étant un élément indispensable de la vie politique, les Jacobins ne lui connaissent aucun substitut. Néanmoins, pour continuer à assumer sa fonction, le parti doit se transformer. C’est ici que le club définit son rôle, qui consiste à pallier les carences de la formation à laquelle il est attaché, sans cependant aller au-delà d’un certain seuil. Outrepasser ce seuil revient à renier purement et simplement la fonction du parti. La conception d’un parti politique moderne dicte aux Jacobins la volonté de faire de la place de Valois une structure ouverte, qui admît d’autres formes de participation que celle de l’adhésion traditionnelle. Cela suppose, tout d’abord, une transformation des relations entre les dirigeants, les militants et l’opinion publique. Dans cet ordre d’idées, en tant que complément du parti, le club se doit de canaliser et d’orienter le militantisme. Loin de lui toute intention de se construire en une fraction dissidente : « Nous ne constituons pas un parti dans le parti ; mais contre l’immobilisme, contre la compromission, évoquant la pureté des hommes de la Révolution française, nous avons décidé de faire entendre une voix qui est celle des militants, des Jacobins qui restent dans le parti »16.

  • 17 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 18 Idem.

16Cette mise au point est réitérée à plusieurs reprises. Elle vise à fixer pour ceux qui adhèrent au club tout en étant au Parti radical une limite qu’il ne faut pas dépasser. S’il faut mener campagne, c’est avant tout au sein du parti. Il est hors de question, dans cette logique, d’entamer une action tout à fait autonome. Bien des Jacobins, à ce propos, considèrent que toute minorité qui s’écarte du groupe auquel elle collabore, est vouée ou bien au néant ou bien à la récupération. « Nous nous réclamions à tout prix du Parti radical, sinon nous serions partis à la dérive »17. Enfin, n’oublions pas que l’activisme place de Valois vise à satisfaire des intérêts plus terre à terre. « A l’origine, l’idée de ces jeunes était de se faire une place au soleil dans le parti... Le dessein de Charles Hernu était de pousser à l’intérieur du Parti radical pour placer ses hommes et poursuivre lui-même une carrière politique... »18. La stratégie la mieux adaptée consiste donc à organiser des coups d’éclat afin de permettre à nos clubistes de s’affirmer au sein de la famille radicale.

  • 19 H. Queuille, cité par J.-A. Faucher, in Les clubs politiques en France, 1951-1965, Paris, J. Didier (...)

17Le constat d’un trop grand fossé entre le Parti radical tel qu’il est dirigé depuis la Libération et sa propre tradition met le feu aux poudres. En effet, le net recentrage de la doctrine radicale donne la priorité aux thèses économiques dans le sens d’un retour au libéralisme. Cela donne lieu à une remise en cause des choix dirigistes d’après-guerre, que ce soit la planification ou les nationalisations, ainsi qu’à un souci de limiter au maximum l’intervention de l’État. Les radicaux de gestion considèrent les mesures de protection sociale adoptées en 1945-46 comme autant d’entraves à la machine administrative. A l’image du service de la Sécurité Sociale qui n’est pas économiquement viable, il faut décentraliser et rendre le système plus personnalisé. Aussi, le parti valoisien durant les années de la reconstruction, est fier de se réclamer d’un tel libéralisme : « Non, le libéralisme n’est pas la doctrine de la facilité. La libre concurrence, la libre entreprise sont dominées par la loi de l’effort. C’est la lutte sans arrêt où les incapables et les médiocres succombent, où les meilleurs triomphent. Debout les libéraux ! »19. Ils sont nombreux ceux qui, parmi les radicaux de gestion, proviennent du mouvement des Jeunes Turcs, Léon Martinaud-Déplat en étant la meilleure illustration. Son courant tient d’autant mieux en main le Parti radical que ses amis sont à la tête de la « Machine », place de Valois. Léon Martinaud-Déplat lui-même occupe la présidence administrative depuis septembre 1948, Hérriot demeurant Président d’Honneur. C’est dans ce parti que les Jacobins, à partir de 1951, engagent leur action.

  • 20 « A ça ira... », LJ, 6 mai 1954.
  • 21 Ch. Hernu, « Chiche, messieurs les nantis du Marais », LJ, 11 mars 1955.

18Ils accusent d’abord la direction valoisienne de faire du parti un faux courant de gauche, cela pour mieux tromper ses électeurs. Des structures lâches qui laissent un champ trop étendu aux personnalités expliquent, selon eux, qu’un électorat de vieille tradition radicale pût élire des hommes soutenant une politique coloniale répressive, sous le couvert du langage républicain. Les Jacobins refusent qu’on permit à ces gens de profiter du label radical. « En Savoie, en Haute-Savoie, dans le Rhône..., le Tarn, il y a des manifestations pour le succès de la conférence de Genève contre la CED et pour la paix en Indochine où de plus en plus nombreux viennent assister parlementaires, maires, conseillers municipaux, responsables et militants... Mais si les Jacobins, membres du Parti radical n’y allaient pas, les radicaux seraient absents de ces réunions populaires. Comme l’a dit un parlementaire radical de l’Ouest : « Si les Jacobins n’existaient pas, il faudrait les inventer »20. De 1951 à 1955, ils ont en permanence le souci de ne jamais se laisser étiqueter par la marque radicale telle qu’elle est véhiculée par Martinaud-Déplat et ses amis. Le club s’estime seul digne de représenter le jacobinisme ou « La Montagne des Insatiables » face à un néo-radicalisme assimilé aux Girondins ou au « Marais des Nantis »21.

  • 22 « Un vieux militant radical, Basses Pyrénées », LJ, 24 nov. 1954.
  • 23 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 166.
  • 24 Idem.

19Les dirigeants valoisiens ne répondent pas aux vœux de leur base. Le journal du club, par son courrier, multiplie les exemples d’insatisfaction. « Les militants sincères du Parti radical sont las d’être toujours dupes et ils commencent à se désintéresser totalement de leur parti... »22. Selon les Jacobins, la base militante est à rechercher parmi la jeunesse, cette jeunesse que le parti est en train de décourager de militer. A l’époque, plus de quatre mille adhérents s’activent au sein des Jeunesses radicales. Ce sont à eux que s’adresse, en premier, le discours du club. Mais comment faire dans cette « vieille et digne maison de la piace de Valois où de rares permanents œuvrent dans une ambiance courte-linesque de somnolence et de routine ? »23. Par quels moyens être reconnu au sein d’une formation « qui se dit républicaine-radicale, radicale et socialiste, pour que tous s’y trompent et s’y retrouvent ? »24. Comment se faire entendre lorsque les clans prennent le pas sur la discipline ? Et pourquoi, d’ailleurs, rester si attachés à ce parti ? Nos Jacobins excluent aussitôt cette dernière interrogation : seul le parti offre une organisation pré-existante, récupérable peut-être dans le moyen terme. Et seul le Parti radical tolère, grâce à sa souplesse, une telle stratégie du « coup politique ». On trouve d’ailleurs une certaine contradiction entre la vision du parti telle que la condamne le club et le parti qu’il veut effectivement façonner : c’est sans doute parce que le premier se maintient dans sa souplesse qu’il offre aux clubistes l’occasion d’exprimer si impunément leur colère. Une telle virulence dans la contestation n’est sans doute pas de mise dans un parti rénové par eux.

  • 25 « A ça ira... », LJ, 12 juin 1954.
  • 26 « A ça ira... », LJ, 8 avr. 1955.
  • 27 Idem.
  • 28 « A ça ira... », LJ, 25 fév. 1955.

20La tactique du combat politique dicte aux Jacobins le noyautage de leur parti d’origine par des éléments jeunes, dévoués et prêts à servir de claque, voire de poings, lors de ces moments cruciaux que sont les congrès radicaux. A partir de 1953, on remarque d’ailleurs que ceux-ci deviennent plus animés, chaque camp y conviant ses troupes les plus turbulentes. Le second point de la tactique consiste à diffuser au sein du parti ce qui bientôt passe pour le célèbre tryptique de Mendès France : épurer, conquérir et enfin rénover le parti. A cela le club applique la thèse du maillon le plus faible : une telle entreprise doit conduire, par contagion, à ce que le même phénomène bouleversât les autres partis de gauche. L’épuration, dans le langage jacobin, symbolise avant tout la chute de ces « bonzes » que sont les principaux meneurs du néo-radicalisme : Morice, Mayer, Laffargue, Laffay, Martinaud-Déplat, aucun n’échappe à la rubrique « A ça ira... ». Laffargue passe pour être l’homme le moins pris au sérieux du Sénat25 ; Mayer rejoue « les Fourberies de Scapin »26 ; Martinaud-Déplat noyaute sa brave fédération du Var27. Tout aussi corrompus, les organes administratifs du parti sont également tournés en dérision : « A chaque crise ministérielle, le Parti radical se décrète en permanence et s’érige en Comité Cadillac... Nos lecteurs savent sans doute que cet aéropage tire son nom d’une petite bourgade girondine de 3000 habitants. Mais savent-ils que cette bourgade abrite un asile d’aliénés qui compte 5 à 6000 pensionnaires, tous mâles...? »28.

  • 29 Ch. Hernu, « Rénover le Parti radical », LJ, 12 juin 1954.

21Une fois menée à bien cette épuration, les militants peuvent reconquérir leur parti. Cette conquête de l’appareil, les Jacobins la considère comme un préalable à toute négociation, sur un pied d’égalité, avec les appareils des autres partis, de gauche. Voici que la formation valoisienne est devenue l’aile marchante d’une majorité au Parlement. « Il manque, dans le jeu parlementaire, un grand parti qui, tout en défendant la petite propriété, serait foncièrement républicain... Il manque un parti qui, même ouvert à l’Europe, serait patriote, au sens de 1789 et non point nationaliste. Si un tel parti existait, outre qu’il créerait des conditions aussi avantageuses que celles que promettent les communistes, avec en plus l’amour de la liberté... il permettrait d’articuler une nouvelle majorité grâce à un rôle de charnière »29. Cependant, il se trouve à ce stade de la réflexion une limite que le club ne peut espérer dépasser qu’à partir du moment où il fait lui-même élire les siens au sein de cette majorité. En 1954, il s’avère que l’on ne peut encore franchir cette étape.

22L’autre point d’intérêt consiste à se demander maintenant de quel œil le Parti radical voit ce club qui prospère en son sein. Par tradition, ce parti rassemble une constellation de petits comités, de loges et de journaux. La création du club signifie, vue sous cet angle, la naissance d’un groupe de pression supplémentaire parmi d’autres. On remarque, à ce titre, que l’Information Radicale-Socialiste garde le silence quant à cette naissance. Un tel mutisme ne peut pas, cependant, s’expliquer de manière uniforme. Selon les époques, on est en mesure de voir se profiler une évolution dans l’attitude du parti envers le club.

  • 30 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.
  • 31 L’Année Politique, 1953, décembre, p. 90.
  • 32 Ch. Hernu, « Les petits européens », LJ, déc. 1953.

23Roger Charny, déjà membre du Comité exécutif radical en 1951, remarque : « Le club, à sa naissance, aux yeux des caciques, ce n’était rien. Ce n’est qu’à partir de mai 1955 qu’il va leur apparaître comme une menace »30. Pourtant, dès la fin de l’année 1953, André Siegfried relève l’existence d’un premier conflit : « Le 9 décembre 1953, la commission exécutive du Parti radical interdit la double appartenance au parti et au Club des Jacobins »31. Il cite le chef d’accusation retenu à la charge du club : un communisme camouflé. En fait, on note ici comme auparavant un glissement de l’accusation d’une modération excessive à propos de la laïcité au soupçon de pro-communisme. Immédiatement Charles Hernu, au nom de son club, conteste l’accusation et dénonce une manœuvre des néo-radicaux : « Il est évident que ces attaques se produisent uniquement parce que le succès de notre entreprise risque de menacer certaines positions acquises ou de gêner certaines manœuvres parlementaires qu’il ne nous appartient pas de juger »32.

  • 33 L’Année Politique, 7957, décembre, p. 126.
  • 34 « Mise au point », LJ, déc. 1953.

24Il est cependant difficile de ne pas convenir que le fait d’appartenir à un parti dont la ligne majoritaire confond facilement les diviseurs avec les « fourriers du communisme »33 imposât à nos Jacobins une modération d’autant plus grande, surtout dans leurs discours à l’égard des communistes. La condamnation de la double appartenance au club et au parti empoisonne ainsi un moment les relations entre ces deux formations. Le Jacobin doit s’escrimer inlassablement à clarifier ses positions face au PCF. « Pour mettre les choses au point, le Comité exécutif national jacobin tient à réaffirmer que son but est de rassembler, derrière un programme précis, tous ceux, quel que soit leur parti, qui pensent que l’existence d’une gauche française et révolutionnaire est la condition même du redressement de notre pays »34.

  • 35 « Nos lecteurs écrivent », LJ, janv. 1954.

25Dès janvier 1954, le club compte déjà soixante trois lettres de soutien dont cinq adressées par des parlementaires. Il n’enregistre, à cette date, qu’une seule démission importante, celle de Georges Maury. Un nombreux courrier critique la décision prise place de Valois et la compare à « un véritable non-sens », « une lâche tentative d’inquisition qui frôle l’ignominie », « un ukase »35. Le journal doit d’ailleurs rappeler que le fait d’être abonné n’équivaut pas à une adhésion au club : ainsi il n’existe aucun problème de double appartenance pour ses lecteurs.

  • 36 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve Français, Paris, Ramsay, 1977, p. 185.

26On ne trouve nulle part la trace d’une conclusion donnée à cet incident. En fait, les choses se calment d’elles-mêmes. Avec le temps, la condamnation de la double appartenance perd son acuité puis disparaît des mémoires. Miracle du Parti radical ! Dès 1954, le club rechausse toute sa virulence. A la fin de la même année, Édouard Daladier, candidat à la présidence administrative soutenu par les mendésistes, échoue de très peu. Les caciques ne peuvent plus, désormais, ignorer le club. S’ils ont une fois encore vaincu les Jacobins, « les sages du parti ne savent pas encore s’ils doivent avoir peur d’eux »36.

*

Notes

1 Ph. Atger, « On cherche la République », LJ, 12 juin 1954.

2 G. Maurice, « Pour un contrat de salut public », LJ, juin 1953.

3 P.-A. Falcoz, « La dictature du MRP va-t-elle continuer ? », LJ, 12 juin 1954.

4 A. Gourdon, « Barrer la route au fascisme mou », LJ, 9 sept. 1955.

5 Alain, cité dans Le Jacobin, du 9 déc. 1955.

6 Titre du Jacobin, 9 déc. 1955.

7 Ch. Hernu, « Edgar Faure envoûté », LJ, 9 déc. 1955.

8 Ch. Hernu, « Assez de scandales ! », LJ, 22 juil. 1955.

9 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

10 Ch. Hernu, « Ce régime est-il capable de conserver l’Algérie ? », Combat, mars 1955.

11 P.-A. Falcoz, « Des majorités de démission au regroupement des gauches », LJ, déc. 1953.

12 Ch. Hernu, « Le Parti radical devant le choix », F-Obs., 26 juil. 1956.

13 P.-A. Falcoz, « Il n’y a pas d’immobilisme qui ne soit enfin une régression », LJ, juil. 1953.

14 « Pour un État fort », LJ, 28 oct. 1955.

15 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.

16 Ch. Hernu, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

17 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

18 Idem.

19 H. Queuille, cité par J.-A. Faucher, in Les clubs politiques en France, 1951-1965, Paris, J. Didier, 1965, p. 44.

20 « A ça ira... », LJ, 6 mai 1954.

21 Ch. Hernu, « Chiche, messieurs les nantis du Marais », LJ, 11 mars 1955.

22 « Un vieux militant radical, Basses Pyrénées », LJ, 24 nov. 1954.

23 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 166.

24 Idem.

25 « A ça ira... », LJ, 12 juin 1954.

26 « A ça ira... », LJ, 8 avr. 1955.

27 Idem.

28 « A ça ira... », LJ, 25 fév. 1955.

29 Ch. Hernu, « Rénover le Parti radical », LJ, 12 juin 1954.

30 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

31 L’Année Politique, 1953, décembre, p. 90.

32 Ch. Hernu, « Les petits européens », LJ, déc. 1953.

33 L’Année Politique, 7957, décembre, p. 126.

34 « Mise au point », LJ, déc. 1953.

35 « Nos lecteurs écrivent », LJ, janv. 1954.

36 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve Français, Paris, Ramsay, 1977, p. 185.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search