Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Deuxième partie. La république se construit tous les jours

« Pas d’ennemis à gauche »

Texte intégral

POUR UN PROGRAMME DE SALUT PUBLIC

  • 1 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 2 Ph. Atger, Entretien, 6 fév. 1984.
  • 3 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

1Sans doute, ce n’est pas avec les options politiques qu’ils défendent pendant ces dix années et qui coïncident avec la lente agonie du régime, que le Club des Jacobins se démarque le plus des autres courants. On peut rapidement le situer parmi ces groupes d’activistes patriotiques qui constituent la gauche française. Il reprend à ce titre les thèmes traditionnels de cette gauche, tout en insistant sur certains d’entre eux. Selon P.-A. Falcoz1, versé sur les questions de politique étrangère, le club fixe son débat sur trois idées : l’Europe sans le réarmement de l’Allemagne ; la décolonisation ; enfin, le décollage économique du pays. Philippe Atger2 répète les mêmes thèmes et y ajoute celui de la réforme institutionnelle. Les grandes questions du moment accaparent donc la réflexion du club. Charles Hernu les résume de la façon suivante : « Rechercher un langage de vérité, défendre le rang de la France, arrêter la guerre d’Indochine et dénoncer la faiblesse du régime »3. Néanmoins, aucune de ces réflexions jusqu’en 1958 ne trouve un achèvement complet. Le club demeure le lieu de rencontre de différentes manières de voir. Il n’interdit pas les débats contradictoires.

2En ce qui concerne la politique intérieure française, le club tente, on le voit, d’élaborer une pensée néo-radicale visant à raffermir la République. En mars 1953, il vote la motion « Moralisation de la vie publique » dans l’idée de répondre aux mouvements revendicatifs qui voient le jour au sein de sa clientèle potentielle. Pour cette raison, il dénonce l’absence des majorités parlementaires et le dessaisissement de leur pouvoir au profit des gouvernements.

  • 4 Le Jacobin, mars 1955.
  • 5 Le Jacobin, mars 1955.

3A partir du moment où l’État et sa machine administrative sont aux mains des féodalités de l’argent, ils ne peuvent, en aucune manière, satisfaire les aspirations populaires. Il faut donc, lors d’une étape initiale, abattre ces féodalités. « Il ne suffit pas de dénoncer les corrompus il faut aussi lutter contre les corrupteurs »4. Ensuite, et c’est le contenu de la motion votée en juin 1953 et qui s’intitule « Pour un combat de salut public », il s’agit de rassembler autour d’un programme établi, la masse des électeurs brimés. Aussi le club lance « un appel solennel aux organisations et aux hommes décidés à opposer, pendant qu’il est temps encore, un barrage résolu face à toutes les entreprises d’asservissement de conscience et des hommes... »5. Ne revenons plus sur ce thème déjà abordé. Dégageons-en cependant la notion de politique de salut public sur laquelle comptent les Jacobins pour constituer une majorité.

  • 6 Le Jacobin, 28 oct. 1955.

4Fonder ce programme de salut public sur la priorité aux réformes sociales et économiques est une façon, pour les Jacobins, de se démarquer brutalement de l’orthodoxie radicale. Cette divergence allume d’ailleurs le premier conflit entre radicaux et Jacobins. Alors que depuis la fin des années quarante, la tendance majoritaire du parti l’oriente dans un sens libéral, voici qu’un groupe de cadets valoisiens réclame le retour à une République sociale dans le droit fil de 1789 et 1870. Pour réhabiliter le social dans la doctrine radicale, le club favorise les conférences et les articles de gens proches des milieux syndicaux comme Dreue, Pavillon ou Manent, militants au sein du SGEN (CFTC). Il prône également tous les thèmes qui se regroupent sous la formule « Le bonheur est une idée neuve ». « Aux sociétés individualistes ont succédé les sociétés des grands nombres. On ne s’y intègre que par groupes, associations, syndicats... C’est la mission de la France de trouver un système conciliant les nécessités techniques et la défense de la personne. Il s’agit d’adapter l’homme aux techniques, de refaire un monde où il se sente libre. Il faut libérer l’homme de l’ennui, de la crainte et de la misère »6. A ce titre, il cherche à concilier le vieux langage du salut à celui de la modernité et faire du progrès technique une valeur centrale.

  • 7 F.-R. Bertrand, « Démocratie et progrès économique », LJ, 3 fév. 1956.
  • 8 article non signé, « Les mensonges de notre décadence », LJ, mai 1953.

5Considérées à présent selon un ordre pratique, ces accusations reprochent aux politiques gouvernementales de mettre la France en retard « La France se trouvera bientôt enfermée dans le dilemme connu : stagnation de la production ou inflation, il lui sera impossible d’assurer à ses agriculteurs, à ses ouvriers, à ses cadres et à ses fonctionnaires un sort comparable à celui que connaissent leurs pareils dans les États industriels modernes »7. Sont à condamner toutes ces mystifications du libéralisme qui pervertissent le sens exact de la liberté. Comment les mêmes personnes peuvent-elles refuser les nationalisations et demander en même temps l’aide de l’État quand on les confronte à la concurrence européenne ? Il faut, dans le même ordre d’idées, en finir avec les fausses politiques de déflation qui bloquent les crédits et résilient les marchés. La solution, selon les Jacobins, consiste à admettre au départ d’importantes dépenses publiques pour rentabiliser, à long terme, une profonde réforme administrative. Aussi, ils reprochent aux libéraux de sanctifier la productivité sans la mettre vraiment en application : « Le libéralisme, beaucoup l’exaltent, peu l’appliquent... la productivité, tout le monde en parle, personne n’en veut. La même décrépitude rouille les esprits et les matériels »8. Sous-jacente se dessine la crainte de se faire dérober le véhicule essentiel du modernisme, c’est-à-dire le langage. Ailleurs encore, on distingue la volonté de conserver le monopole de la réflexion sur les problèmes sociaux : est alors suspectée toute politique sociale du patronat quand il en propose une. Mars 1956 : Michel Dreue dénonce l’opération de diversion esquissée par le patronat. Il regrette, après les grèves de Lorient et de Nantes ainsi que de Saint-Nazaire, que celui-ci concède quelques conventions d’entreprises et des réajustements de salaires sans pour autant inaugurer un véritable changement de cap.

  • 9 J. Leman, « La France à la croisée des chemins », LJ, juil. 1953.
  • 10 « La République se construit tous les jours », LJ, 28 oct. 1955.

6Aux négations se joignent les propositions qui, on le remarque très vite, relèvent plus de la politique conjoncturelle que des réformes profondes de l’économie. Dans ce domaine, le club réclame une plus grande égalité des conditions, l’imbrication entre le social et l’économique étant trop étroite pour qu’on tentât de les dissocier. Il en dégage cinq idées-force : améliorer le niveau de vie ouvrier et paysan en redistribuant les revenus ; augmenter leur pouvoir d’achat ainsi qu’accroître leurs rendements. Jean Leman propose ainsi un réajustement des salaires accompagné d’une libération de la politique du crédit9. Cette nouvelle distribution doit s’établir d’ailleurs par la signature de conventions collectives. Le club prône une politique contractuelle entre employeur et salariés afin de refondre par la base les classifications et rétablir une échelle normale des salaires. Prolongeant l’idée, il propose le contrôle et la participation des travailleurs à la gestion de l’entreprise : « Associer le salarié à l’entreprise, co-responsabilité dans la gestion, socialisation progressive du capital »10. Cette politique de redistribution doit s’accompagner d’une réforme de la fiscalité visant à mieux répartir l’impôt, à faire disparaître les plus injustes, comme par exemple les taxes sur les objets de consommation courante. Dans un autre domaine, il faut, selon les conclusions du club, construire plus de logements sociaux en augmentant les crédits accordés par l’État aux HLM et en facilitant les possibilités d’emprunt. En contrepartie, il faut favoriser la construction de logements à loyers plus élevés afin de rentabiliser les sociétés privées. Au-delà, il s’agit de faciliter l’accession à la propriété. Toutes ces idées, on les retrouve énoncées dans les programmes de la gauche traditionnelle emmenée par la SFIO. Elles n’ont cependant plus rien de commun avec celles du radicalisme des années cinquante. Le mendésisme lui-même, en ce domaine, défend une ligne plus conservatrice.

  • 11 M. Texier, « Les chrétiens devant le problème de l’école », LJ, 9 déc. 1955.

7Second cheval de bataille cher au club, sont les problèmes liés à l’école laïque. La réunion inaugurale du club, le 12 décembre 1951, se consacre d’ailleurs au sujet : « Défense et développement de la laïcité ». Curieusement, les loges maçonniques réfléchissent également, à cette époque, sur le thème. La philosophie générale défendue par le club consiste à confiner l’école publique dans une stricte neutralité pour ne pas devenir l’instrument d’une école de pensée. L’école est un service organique de la République. Cela explique la nette opposition des Jacobins à la loi Barangé qui, à leurs yeux, innove dangereusement en matière de financement de l’Éducation Nationale. (Cette loi, adoptée après un mois de débats houleux, le 21 septembre 1951, propose que l’État accorde une subvention annuelle de 3000 francs aux familles ayant des enfants à l’école primaire, quelle qu’elle soit. Cela suppose donc qu’une partie de cette subvention profite à l’enseignement libre). Pourquoi lier ce financement aux subventions accordées par l’État à l’école privée : « Il semble que, pour la majorité scolaire, l’État n’ait plus, à l’égard de l’enseignement public, une obligation inconditionnelle »11.

  • 12 J. Berla, « Laïcité et lâcheté », LJ, 24 juin 1955.

8Un tel débat menace, les Jacobins en sont très tôt lucides, de provoquer d’inutiles malentendus. Le club tente alors de réaliser un périlleux équilibre entre le combat pour la laïcité – thème jacobin par excellence – et le refus de dramatiser à outrance la question. Il trouve l’issue en accusant la loi Barangé de mettre en œuvre une politique de discorde au profit d’une certaine bourgeoisie réactionnaire. Cela revient à transférer le débat pour mieux l’éviter. Partagé entre le souci de se débarrasser au plus vite du poison et sa fonction de tribune, le club ne peut se permettre de refuser la parole aux courants plus engagés dans le combat laïque qui participent à ses réunions. C’est ainsi que Le Jacobin publie de violentes prises à parti, comme celle de Jean Berla en juin 1955, contre la lâcheté des républicains « qui n’osent plus parler de la laïcité qu’à voix très basse. On dirait qu’ils sont gênés. Ils abordent le sujet avec autant de sous-entendus et d’hypocrisie que s’il s’agissait d’une de ces maladies honteuses... »12.

  • 13 Ch. Hernu, « Communistes ? », LJ, mai 1953.

9La laïcité, dans l’esprit des Jacobins, ne constitue plus, désormais, qu’un thème secondaire. Charles Hernu s’interroge : « Est-ce qu’être un homme de gauche signifie seulement – et naïvement – être laïque ou cela signifie-t-il être pour la redistribution et la croissance du revenu national ? »13. Le critère de la laïcité, s’il est nécessaire, ne paraît plus suffisant. Curieux rapprochement avec les radicaux libéraux qui, eux non plus, ne trouvent pas un ciment assez solide en ce critère. Le 10 septembre 1951, lors du vote de la loi Barangé, les parlementaires radicaux se divisent : si 44 votent contre, 15 s’abstiennent et 6 votent favorablement. La raison sous-jacente est d’importance : en 1950 les radicaux ne sont plus à la pointe du combat laïque alors qu’ils gardent encore les apparences de l’être.

  • 14 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.
  • 15 Idem.

10C’est d’ailleurs ce point qui entraîne les premières frictions entre le club et le parti : tout comme ils reprochent aux radicaux de jouer aux faux apôtres du républicanisme, les Jacobins dénoncent en même temps leur hypocrisie à s’affirmer laïques. « Loin d’abonder dans le sens de l’anticléricanisme, je me fis l’accusateur du parti qui se proclamait laïque afin de se revendiquer encore de gauche »14. Ils reprochent au parti sa duplicité entre son langage et son attitude. « La laïcité était pour lui une vitrine, un alibi »15. Si la question de la laïcité semble les rassembler, le club oppose cependant son franc-parler aux ambiguïtés du parti. Et d’ailleurs, dans le domaine de la laïcité, la SFIO, dès cette époque, prend le relais pour diriger le combat laïque.

  • 16 Ch. Hernu, « Députés protestataires », LJ, 24 fév. 1956.
  • 17 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

11Le débat oppose inévitablement, parmi les Jacobins, les défenseurs d’une laïcité pure et dure – Le Jacobin reproduit en novembre 1955 un appel à la stricte application du statut de séparation Église-État prononcé par le CNAL – et les partisans de l’apaisement. Le soutien électoral des chrétiens de gauche, à partir de 1956, intensifie la controverse. On suit d’ailleurs celle-ci grâce au courrier des lecteurs. Charles Hernu et Alain Gourdon veulent qu’aussitôt on désamorce la bombe. « La querelle scolaire ne doit pas devenir une nouvelle querelle de la CED. Restaurer la laïcité, oui, mais sans diviser les forces de gauche... »16. Mieux encore, ils prêchent pour une négociation avec l’autre camp. Charles Hernu se souvient d’ailleurs encore de l’émoi qu’il cause lors de la première réunion du club, en défendant la nécessité de négocier avec l’épiscopat sur la question scolaire17. Il met son club à côté d’autres cercles, au service de cette politique de contacts et de rencontres qui, seules, peuvent décrisper le débat. Charles Hernu, lui-même, entame des négociations avec la hiérarchie épiscopale.

DANS LA TRADITION DU NATIONALISME DE GAUCHE

12Dans le domaine de la politique étrangère, les idées du club défendent un certain nombre de principes du nationalisme de gauche, dont l’axe consiste à rendre au pays son rang et son indépendance, tout en lui faisant profiter du climat de détente qui s’instaure à ce moment-là. La mort de Staline et l’avènement d’une nouvelle équipe dirigeante ouvrent les espoirs en un dégel des relations internationales. Les Jacobins vivent dans l’appréhension que la France manquât cet assagissement, empêtrée qu’elle est, encore à ce moment, dans de vains et coûteux conflits. Dénonçant cette situation, ils conseillent qu’on fasse participer le pays à la consolidation de ce climat et qu’on empêchât les politiques d’alliances aux allures défensives qui ne sont, selon eux, que le camouflage de réarmements menaçants. Telle est leur thèse à propos du problème allemand. Aussi, le club milite pour que les gouvernements français prennent parti en faveur d’une représentation, la plus large possible, au sein de l’ONU et qu’ils défendent l’option d’un désarmement progressif, simultané et contrôlé. Mais revenons plus en détail sur ces idées.

  • 18 Ch. Hernu, « Seule la France peut dire non à la guerre », LJ, déc. 1957.

13Le club applique la théorie du neutralisme modéré aux relations Est-Ouest et au rôle de l’OTAN. Il considère qu’une telle organisation ne peut avoir de valeur que défensive et ne voit d’intérêt à s’engager en son sein qu’en proportion des avantages reçus en échange. Au fil des ans, son attitude se fait plus méfiante. On compte, à ses yeux, plus de désavantages que d’avantages à demeurer au sein du Pacte atlantique. Selon lui, son indépendance échappe à la France. Il déclare son opposition à partir de la fin 1957 au moment où des rumeurs parlent d’un éventuel réarmement de l’OTAN par le stockage d’engins balistiques américains de portée intermédiaire sur le sol français : « Il paraît évident que les États-Unis n’auraient pas laissé publier ces nouvelles si la France, dont la position centrale dans l’OTAN rend toute préparation des manœuvres stratégiques impossible sans son consentement, ne les avait assurés de son accord. Dans ces conditions, ou bien le gouvernement français a autorisé les USA à stocker des charges nucléaires sur les terrains français mis à leur disposition, ou bien il a, en fait, admis de ne plus exercer de contrôle réel sur ce qui se passe dans nos bases »18. Selon les Jacobins, une telle solution accroît les risques sans permettre à la France de consolider, en contrepartie, sa sécurité et elle grève son crédit dans sa position d’arbitre entre l’Est et l’Ouest.

  • 19 P.-A. Falcoz, « Inquiétude devant la paix », LJ, 8 juil. 1955.

14Les rapports Est-Ouest constituent, d’ailleurs, un des autres thèmes privilégiés par le club. Selon lui, un rééquilibrage vers l’Est du système français d’alliances ne peut se faire qu’au prix d’une intensification de ses échanges économiques, culturels et commerciaux avec lui. Il y a tout à gagner d’une collaboration entre l’OTAN et le Pacte de Varsovie, visant à contrôler un désarmement progressif. L’URSS a besoin, d’après les Jacobins, d’un répit. Il reste à exploiter ce besoin pour instaurer une politique d’échanges, seule base solide à une coexistence pacifique. Jean Ebray dénonce en ce sens le rôle néfaste du COCOM qui fait l’embargo sur les produits dits stratégiques à destination de l’Est. Néanmoins, il est nécessaire en même temps, de préparer le terrain pour une telle coexistence pacifique : « Si la paix dont on discutera à Genève aboutit à la coexistence pacifique, il est clair que la lutte entre les blocs loin de disparaître, se transportera sur un autre terrain... Dans cette vaste compétition des peuples vers la prospérité où nous conduira le dégel des relations diplomatiques, la France, faute d’avoir entrepris le redressement économique et social nécessaire, court un risque mortel »19. Les Jacobins, en effet, craignent que la France ne soit l’une des sacrifiées de la détente. Ici encore, l’angoisse du retard nourrit leur souci de coller avec le temps, anxieux qu’ils sont de prendre le train de la modernisation en marche.

15Une majorité parmi les membres du club se dresse contre le projet de Communauté européenne de défense. Le 13 février 1952, elle vote une motion de félicitations qu’elle adresse au député Heuillard qui combat ce projet à l’Assemblée. En avril de l’année suivante, le club adopte une position intransigeante face au réarmement allemand. Nombreux sont alors les Jacobins qui participent aux manifestations contre la CED. Le journal reproduit les déclarations d’Hérriot et Daladier. Enfin le club lui-même organise un nombre non négligeable de réunions à propos de cette question. Les deux plus importantes ont lieu en mars et novembre 1952.

  • 20 J.-P. Lanet, « De l’armée européenne à la guerre d’Indochine », LJ, fév. 1953.
  • 21 Ph. Atger, « La CED sort du frigidaire », LJ, nov. 1953.
  • 22 Ph. Atger, Entretien, 6 fév. 1984.

16Selon les Jacobins, un tel projet élaboré pour faire la parade aux desseins américains de réarmer l’Allemagne, ne présente plus aucune garantie : l’Angleterre n’y participe pas, le niveau d’intégration des unités combattantes nationales est plus fort que prévu (12.000 hommes au lieu de 3.000). Enfin, il est hors de question d’accepter une autorité politique supranationale. « Le Traité, par les abandons de souveraineté qu’il implique, risque de compromettre la puissance et l’intégrité françaises, il rompt les liens de la métropole avec les autres territoires de l’Union Française, désagrège notre défense nationale en coupant l’Armée française en deux et entraîne la perte de notre indépendance politique »20. Il ne fait aucun doute, d’ailleurs, que le problème de la réunification des deux Allemagnes doit être prioritaire et donner lieu à une conférence à quatre. Néanmoins, le débat reste très ouvert au sein du club. D’une part, la solution proposée par Mendès France pour remplacer la CED ne satisfait pas les Jacobins ; d’autre part, certains d’entre eux prennent, dès 1952-53, des positions contradictoires par rapport à celles du club. Philippe Atger s’affirme aussitôt cédiste, convaincu qu’une Allemagne réarmée peut aussi bien être nécessaire au maintien de la paix, et que l’URSS n’est pas prête à s’asseoir loyalement à la table des négociations. L’Histoire démontre, selon lui, que l’Occident n’a jamais pu conserver longtemps en son sein, une Allemagne désarmée. « Ce point admis, je pense que l’armée européenne est encore la moins mauvaise des solutions possibles... »21. Trente années plus tard, Philippe Atger explique son adhésion au club par son ralliement aux idées de Mendès France. Quel ne doit pas être son désappointement lorsqu’il constate que sous le gouvernement de ce dernier, le projet de la CED est abandonné22.

  • 23 L. Degoutte, « L’Europe contre les pauvres », LJ, 9 sept. 1955.

17Les idées du club à propos de la construction européenne participent des principes énoncés auparavant : indépendance et autorité. Cela entraîne de sa part un refus catégorique de la supranationalité politique et surtout d’une petite Europe « vaticane ». L’Europe, pensent les Jacobins, doit s’assurer le concours de la Grande-Bretagne et des pays Scandinaves. En aucun cas elle ne doit apparaître comme une construction armée face à l’URSS. Ces solutions exigent donc qu’on prépare le pays à une telle ouverture. « Ce que je crains, c’est qu’en parlant trop de grand marché européen, on perde de vue la nécessité de modifier les structures des marchés nationaux... »23. Le signataire de l’article redoute, en quelque sorte, que l’élargissement du marché ne se réalise pas sur une masse suffisante de consommateurs solvables.

18Ces questions de politique étrangère ne constituent pas cependant le terrain de prédilection du club. Sans aucun doute, la politique coloniale de la France retient en priorité son attention. Dans ce domaine également, le club jalonne ses raisonnements d’un certain nombre de repères. Selon lui, les principes qui régissent la politique intérieure doivent s’appliquer de la même façon à l’Union Française. Les luttes outre-mer contre la coalition des intérêts particuliers fondent une politique de respect des droits des peuples : droit à la vie favorisé par une aide au développement économique et social ; droits syndicaux, d’association et d’expression, droit à l’instruction qui exige un plan de scolarisation ; enfin, droit à la libre détermination de soi. Multipliant ses réunions – ainsi celle du 23 janvier 1952 où l’on s’interroge sur l’avenir de l’Union Française – les Jacobins s’efforcent d’alerter l’opinion en projetant des films et en conviant des conférenciers à venir exposer les problèmes.

  • 24 « Paix et grandeur pour l’Union Française », LJ, 28 oct. 1955.

19Au-delà de l’élaboration d’une politique globale, le club mène son combat en dénonçant les incohérences existantes. Dans la mesure où les structures administratives et politiques des pays d’outre-mer sont inadaptées – ils souffrent d’une centralisation abusive des affaires, de tracés frontaliers incohérents, d’une absence de représentation populaire – le club propose la construction d’un nouveau cadre. « L’Union rénovée ne sera valable que si sa construction est fragmentaire, progressive, volontaire. Elle devra être le couronnement d’unions personnelles entre la France et les États souvent différenciés, et non plus une construction juridique a priori... »24. Il insiste sur l’aspect pragmatique d’une telle opération fondée sur le triptyque : négocier, réformer, offrir l’indépendance.

  • 25 Ch. Hernu, « Au Viet Nam, négocier est possible », LJ, fév. 1953.

20Le problème indochinois suscite ainsi quatre idées. A l’origine, les Jacobins sont convaincus qu’une négociation avec le Vietminh est possible. En janvier 1953, ils votent une motion pour l’affirmer : « J’affirme donc, à cette tribune, non seulement la nécessité de négocier – mais j’affirme la possibilité de la négociation entre la France et le Vietnam, par le moyen d’un cessez-le-feu immédiat »25. Charles Hernu réitère peu après sa mise en garde : il faut négocier tout de suite, avant de perdre la face et de voir remplacer la présence française en Indochine par celle d’autres puissances.

  • 26 P.-A. Falcoz, « La France à l’heure de vérité », LJ, 26 fév. 1954.
  • 27 Fabius, « De Brazzaville à Dien Bien Phu », LJ, 2 avr. 1954.

21La crainte que le conflit, à force de durer, ne s’internationalise hante l’esprit des Jacobins. Paul-André Falcoz déplore, en février 1954, que le gouvernement qui se voit déjà imposer le principe d’une conférence à cinq sous la pression américaine, refuse néanmoins de négocier avec les dirigeants du Vietminh, tout en cherchant à provoquer une intervention chinoise. « L’intérêt des Français, des Vietnamiens et des Vietminhiens est que soit réglé ce conflit par la négociation directe »26. Il craint que la conférence de Genève n’offre l’occasion aux Américains, Russes et Chinois de s’approprier les cartes maîtresses du jeu. La guerre d’Indochine « est devenue l’injuste prix que des gouvernements français, en toute conscience et en toute lâcheté, ont consenti à payer à la politique américaine, faute d’avoir voulu entreprendre, avec courage, l’œuvre de régénération économique et sociale qui s’imposait à notre pays »27.

  • 28 Ch. Hernu, « Au Viet Nam, négocier est possible », LJ, fév. 1953.

22Deux autres idées forces du club concernent le gaspillage militaire provoqué par cette guerre et les douteuses opérations réalisées par les milieux financiers. Il interroge les gouvernements : pourquoi maintenir là-bas la moitié des forces armées françaises ? « Si la guerre finissait, la pénible question allemande serait en partie résolue... car la question indochinoise est au cœur du problème européen »28. C’est elle qui entraîne le formidable gaspillage économique et retarde toute amélioration du niveau de vie ainsi que toute politique du logement. Le Trésor français, en raison du trafic des piastres, perd des milliards.

23A l’aide du même raisonnement, on s’attaque aux problèmes d’Afrique du Nord. Dès mai 1953, une réunion cherche à dénoncer la recrudescence des tensions et des violences au Maroc et en Tunisie. Elle relève la tendance des intérêts locaux à se constituer en pouvoir autonome. De l’avis des Jacobins, il est urgent d’engager le dialogue avec les représentants légitimes des populations. C’est l’unique condition pour préserver les intérêts français. En Afrique Noire, leur lutte s’oriente d’abord vers la dénonciation du racisme et la redistribution progressive des terres. Dès 1955, le club demande pour Madagascar son autonomie ainsi que la stricte application des statuts de département pour les TOM.

  • 29 P.-A. Falcoz, « De l’aventure genevoise au drame marocain », LJ, mai 1954.

24La lutte politique concrète engage le club à condamner, en août 1953, la déposition du Sultan du Maroc qui signe une véritable trahison du traité de 1912. (Durant l’été 1953, un véritable complot, mené par le groupe de pression colonial au Maroc et à Paris, organise la déposition du sultan Ben Youssef, suspect à ses yeux de soutenir l’opposition nationaliste. Arrêté par le général Guillaume, un fidèle du Maréchal Juin, le sultan est déporté en Corse, puis à Madagascar. Moulay Arafa, candidat des coloniaux, lui succède aussitôt. A Paris, le gouvernement Laniel cède, craignant une guerre civile au Maroc). A ce titre, le Maréchal Juin joue, aux yeux des Jacobins, le jeu du grand colonialisme qui tente de s’affranchir à grands pas de la tutelle gouvernementale. « La situation au Maroc est grave, elle peut devenir sérieuse... L’édifice craque de partout »29. Le 13 juin 1955, plus de 1000 personnes écoutent, salle Wagram, une conférence de Si Bekkaï, ancien pacha de Sefrou. Celui-ci constate l’impossibilité d’établir un statu quo tant que le Glaoui demeure au pouvoir. Aussi il propose qu’on institue un conseil de régence et qu’on forme un gouvernement marocain collaborant avec le Résident français. De telles thèses semblent voir le jour un peu trop tôt. Le temps et la surdité des politiques leur commandent, pour l’instant, la patience.

  • 30 « Après le Maroc, la Tunisie ? », LJ, sept. 1953.

25En ce qui concerne la Tunisie, le club met, dès septembre 1953, sa tribune au service du Néo-Destour : « Vingt mois de folle répression n’ont pas entamé nos convictions. Nous nous en tenons toujours aux principes de souveraineté nationale, de coopération libre et de sauvegarde des intérêts de la France en Tunisie ». Et Le Jacobin de conclure : « Ne désespérons pas ! Après il nous restera encore l’Algérie à perdre »30. Là aussi, il s’agit d’engager, quand il en est encore temps, un train de réformes auxquelles l’Armée française est associée. En même temps, on demande une épuration des administrations locales.

26Nous sommes à la fin de 1953. Tous ces problèmes demeurent en suspens. Les Jacobins avancent avant la lettre une série de solutions qui tendent, lorsqu’on les examine après coup, à se rapprocher étroitement de celles du futur gouvernement Mendès France. La communauté de vues existe donc bien avant de devenir une collaboration effective entre les jeunes radicaux et leur prochain leader.

RASSEMBLER LES VRAIS PROGRESSISTES

  • 31 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 32 Ch. Hernu, « Quand mon grand-père osait se dire radical », LJ, juin 1953.

27Jointe à la défense de ses idées politiques, le club se donne pour mission de favoriser la réunion de la gauche française, première condition pour accéder au pouvoir. Là encore, une vieille tradition jacobine inspire cette volonté de former un rassemblement organisé et souple de tous les républicains contre le parti conservateur, suffisamment puissant et à gauche, pour ne plus avoir, dans ce courant, que des associés conciliateurs. Telle est d’ailleurs la première mission que se donne le Parti républicain, radical et radical-socialiste en 1901. « Le club voulait rassembler la gauche de tous les partis non communistes et « la droite du Parti communiste français » : en ce sens, il renouait avec une vieille tendance politique française, progressiste et jacobine ; c’était la tendance des premiers radicaux... »31. Charles Hernu se permet de rappeler, dans son éditorial de juin 1953, que son grand-père, radical, ne désapprouverait sans doute pas l’action des Jacobins. « A peu près tout ce qu’a dit Jaurès du capitalisme et de la guerre reste valable, valable aussi le « pas d’ennemis à gauche » de Pelletan et les célèbres phrases d’É. Hérriot... Oui, quand mon grand-père osait se dire radical et que son voisin osait se dire socialiste, il leur fallait à tous deux bien plus de courage qu’à nous, aujourd’hui, pour nous déclarer Jacobins »32.

  • 33 H. Hermand, « Regrouper les gauches », LJ, janv. 1954.

28Le constat de l’éclatement qu’affiche, à ce moment, la gauche, engendre cette mission. Bien des choses changent depuis l’époque de la Libération. La gauche divisée ne participe plus aux gouvernements depuis la fin des années quarante. Dans l’esprit des Jacobins, la multiplicité des partis de gauche décourage l’électeur. Les partis conservateurs, eux, en dépit de leurs divergences, présentent un front uni lors des échéances importantes : « De la gauche que reste-t-il ? Un parti socialiste affaibli et divisé qu’une trop longue participation au pouvoir a vidé de son contenu révolutionnaire ; quelques radicaux isolés en passe de désunion ou d’exclusion de formations politiques qui supportent de plus en plus mal le non-conformisme »33. Reconstituer l’union des partis de gauche, voilà le but que le club profile à son horizon. Mais alors, cela revient-il à s’introduire dans la vie privée des formations politiques ? Et comment sinon envisager une telle entreprise ?

  • 34 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.
  • 35 L. Hamon, « Diversité et unité de la gauche », LJ, 25 janv. 1955.

29« La stratégie du club fut d’entretenir un maximum de liens avec tous les partis de gauche et les syndicats. Son idéologie l’y prédisposait d’ailleurs, puisqu’elle était une synthèse des grands courants de gauche »34. A ce titre, le club multiplie ses invitations aux différents leaders pour qu’ils viennent exposer leurs idées et leur stratégie. Léo Hamon, par exemple, y soutient que la gauche n’est jamais aussi puissante que lorsqu’elle unit ses actions et cela bien que son caractère essentiel résidât dans sa diversité. Il rappelle aussi que pour surmonter cette nécessité pratique d’union et cette diversité de nature, la gauche possède déjà tout un arsenal de solutions : « Le deuxième tour en a été, pour elle, le moyen technique, le « bloc », le cartel, le « front populaire » ont été autant de formules destinées à permettre, pour des tendances politiques distinctes à la fois l’affirmation d’elles-mêmes et leurs convergences »35. Cette thèse renforce les Jacobins dans leur conviction qu’il faut conserver sa nuance à chaque tendance, tout en favorisant la coordination des actions pratiques. A ce titre, le programme ou « contrat de salut public » offre les meilleurs atouts pour unir tous les mouvements d’opinion orientés à gauche, c’est-à-dire les tempéraments progressistes appartenant à tous les partis. Mais un rassemblement de cette ampleur ne peut avoir lieu qu’au prix d’un reclassement des idées et des hommes. Cela suppose, au préalable, le bouleversement des hiérarchies au sein des partis.

  • 36 Liste des tendances représentées au sein du Comité de liaison, voir annexe.

30Les 3 et 4 octobre 1953, le club organise les Journées nationales d’études jacobines. Dès le 30 septembre, une commission d’organisation rassemble, sous la férule de Paul-André Falcoz, Guy Desson député socialiste des Ardennes, Gaston Maurice, Joseph Lanet, député UDSR, Jacques Mitterand, Robert Buron, Léo Hamon et André Denis, ces trois derniers provenant de la mouvance MRP. Une telle manifestation veut d’abord prouver qu’il n’existe pas de cloisons étanches entre les divers courants de gauche. Néanmoins, un tel rapprochement suppose, selon les protagonistes, une révolution préalable des structures partisanes ou pour mieux dire une révolution de palais dans chacune des formations concernées. Aussi on édicte, lors de ces journées, un programme intitulé : « La gauche française demande un renversement de politique ». Un Comité national provisoire de liaison36 tient sa première réunion le 6 octobre, au domicile de Jacques Gambier. Son destin est éphémère : dès 1954, on perd sa trace. Cependant les Jacobins rappellent à maintes reprises les principes qui sont à l’origine de sa création. Ce comité s’efforce de convaincre qu’il ne s’agit pas pour lui de saper l’action des partis, de les désorganiser ou de débaucher leurs militants. Néanmoins, très vite, il se heurte à l’hostilité des appareils qui ne laissent pas de soupçonner qu’en voulant devenir le commun dénominateur de la gauche, les Jacobins flirtent avec une certaine action authentiquement concurrente à la leur.

  • 37 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.

31Se proclamer l’aile marchante de la gauche, n’est-ce pas déjà s’arroger un rôle qui revient de droit aux partis ? Le 10 mars 1955, François Mitterrand demande aux clubistes comment il est possible d’affirmer leur vocation sans tomber dans l’excès dénoncé. A ses yeux, seul le reclassement de tous face aux grandes questions nationales permet la reconnaissance des vrais progressistes. Il reste que le problème central, pour le club, est de savoir comment entamer un tel processus sans dresser contre lui les appareils. Pour lui, d’ailleurs, le projet de former un nouveau parti est inopportun. L’ensemble des tendances existant dans l’opinion en 1953 est représenté. Une formation nouvelle n’a pas sa place sur cet échiquier. En 1955, la tentation lui revient plus forte sans doute et mieux fondée. Mais le club partage ce qu’aujourd’hui quelqu’un comme Pierre Avril pense lui-même : on ne fait pas un parti avec une minorité37. Reste à convaincre les autres partis de gauche de sa bonne foi.

  • 38 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 327.

32Le club, on peut le dire dès à présent, échoue dans cette entreprise. Charles Hernu le regrette. Il accuse une certaine gauche d’être responsable de cet échec. « Mais une certaine gauche française a trop souvent méconnu qu’au niveau le plus élevé, la notion d’intérêt national, quand il s’agit du salut de la patrie, se situait très au-delà des réactions et des antagonismes de partis »38. Le club sait, en 1953, que pour réussir à jouer un rôle dans le processus d’union des partis, il doit d’abord parler depuis la direction de l’un d’eux. A cette époque, il pallie son impuissance en proposant une union plus large dont la solidité exige moins des rapports inter-appareils – auprès desquels il est encore peu introduit – que de la communauté des tempéraments. C’est à ce niveau seulement qu’il peut espérer en des résultats sensibles et satisfaire ainsi le militantisme dont il se nourrit.

  • 39 A. Gourdon, « Naissance de la nouvelle droite », LJ, 22 juil. 1955.
  • 40 B.-A. Chapuis, « Résurrection de la gauche », LJ, 10 juin 1955.

33Cet esprit génère la conception de la gauche énoncée par le club. La gauche, ou les gauches, selon lui, se recrute sur de nouveaux critères. Au couple diabolique droite-gauche, son discours substitue celui d’immobilisme-mouvement, ou de progressisme-réaction ou encore de réformisme-conservation. Aussi, la gauche assemble tous les républicains de conviction réformiste qui se distinguent eux-mêmes par une capacité de renouvellement et d’imagination créative supérieure : « Que le réformisme... retrouve son vrai visage et nombreux seront les citoyens à retrouver la fraîcheur des espoirs anciens au-delà de l’illusion lyrique et de l’entêtement sectaire »39. Qu’on aidât la gauche à retrouver ses fils légitimes ! Qu’on dénonçât les traîtres à sa cause ! Voilà la mission. Elle exige qu’on retrace la ligne de partage à l’intérieur même des formations entre « partisans de la marche en avant » et « partisans du retour en arrière ». Ensuite, sus aux usurpateurs, à ceux qui se confessent laïques sans vraiment l’être. « Dans la réalité, quel que soit le parti auquel il adhère, quelle que soit la religion qu’il pratique, ce qui distingue l’homme de gauche c’est l’acceptation consciente et sincère des charges de la solidarité nationale sans prétention à ses bienfaits. C’est autrement dit, cette conscience permanente d’un intérêt général collectif, différent des intérêts individuels pris séparément et en bloc, supérieur à ses intérêts, mais non point opposés »40.

  • 41 B.-A. Chapuis, « L’heure du regroupement », LJ, fév. 1954.
  • 42 Idem.

34La mise en pratique de cette conception amène le club à tendre la main dans la direction de groupes précis, hétérogènes et même cloisonnés qui préfigurent les futures « majorités à saute-mouton » de Mendès France. Il s’agit, en premier lieu, des réformistes de tous horizons : « Ce qu’il faut, ce n’est pas un regroupement de tous les partis politiques qui se disent et se croient républicains de gauche, c’est un regroupement des éléments de gauche de tous les partis républicains »41. Selon Voltaire, les honnêtes hommes se reconnaissent entre eux par un discret sourire qui n’alerte pas leurs congénères. A leur image, les hommes de gauche se distinguent entre eux « par la lucidité sur les sacrifices qui peuvent être consentis pour recréer l’équilibre économique et social »42. Dans les deux cas, les élus sont des privilégiés et on franchit vite le gué pour identifier ces hommes à des héros, la plupart du temps en rupture de ban avec leurs partis ou en passe de le devenir. Le club tend la main à ces groupuscules qui rêvent de briser le monopole des deux grands partis de gauche, le PCF et la SFIO, coupables, à leurs yeux, d’archaïsme et de sclérose.

  • 43 M. Bertrand, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

35Le vocable de « Nouvelle Gauche » rassemble ces jeunes formations qui répondent aux noms de Jeune République, à laquelle André Denis, rompant avec le MRP, se rallie en 1954, de Mouvement de Libération du Peuple créé par la scission du « Mouvement Populaire des Familles » et caractérisé par son refus de l’embrigadement communiste. Se présentant plutôt comme une constellation de petits comités plus ou moins cimentés par les mêmes revues, cette Nouvelle Gauche se réclame des mêmes principes que ceux du club. Les Jacobins assistent avec intérêt à la tentative de fusion de ces comités. Ils la considèrent comme l’étape initiale de tout rassemblement plus large. Cependant, toujours sur leurs gardes, ils ne se lassent pas de reprocher à ceux-ci un intellectualisme abusif : « Il faut réaliser un effort de recherche doctrinale au-delà du centralisme de gauche et mettre sur pied un programme concret »43. Un programme concret, voilà comment Maurice Bertrand conçoit une possible réunion du MLP et de la Jeune République. Une telle méfiance n’est d’ailleurs pas sans expliquer les mauvais rapports qui s’établissent entre Jacobins et gens du futur PSA, après les événements de 1958.

  • 44 H. Hermand, « Regrouper les gauches », LJ, janv. 1954.

36Parmi les personnes séduites par le club, on compte encore un certain nombre de gens intégrés au sein d’un grand parti mais désireux de le faire évoluer ou même en passe d’en sortir. Nombreux sont ainsi ses rapports avec des hommes comme Robert Buron, André Monteil ou André Denis exclus du MRP en raison de leur dissidence ; avec la fraction emmenée par François Mitterrand à l’assaut des caciques de l’UDSR ou encore avec le groupe Reconstruction qui milite pour rénover la CFTC. Cette stratégie qui les convie à soutenir les fractions progressistes, voire non-conformistes des partis de gauche, les oblige également à tenir compte des courants qui rivalisent au sein de la SFIO. Cependant, à l’endroit de ce parti qu’ils souhaitent voir jouer un rôle de premier ordre, les Jacobins modèrent quelque peu leurs ardeurs. En ce sens, leur action vise moins à alimenter des dissidences – d’ailleurs vouées à l’échec à ce moment-là – qu’à favoriser un profond changement de cap. « On peut souhaiter que la SFIO retrouve dans l’opposition le chemin qui conduirait à un véritable socialisme. C’est l’affaire de ses militants les plus lucides et les plus courageux de pousser dans cette direction »44. Robert Fusilier, militant socialiste, renseigne régulièrement le club sur son parti. S’il est un reproche que nos Jacobins adressent à la SFIO, c’est bien celui d’abandonner les promesses sociales tenues à la Libération. Ensuite, ils regrettent que les socialistes n’exploitent pas la situation charnière qu’ils héritent, à cette époque même, du Parti radical, pour soutenir plus ardemment les programmes sociaux proposés par Mendès France.

  • 45 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.
  • 46 « A ça ira... », LJ, janv. 1954.
  • 47 « A ça ira... », LJ, fév. 1954.

37En bref, le club condamne l’immobilisme que la SFIO doit à la sclérose de ses organes dirigeants. Le secrétaire général du parti est le premier visé. Un malentendu, à l’origine, provoque une aversion réciproque entre le club et Guy Mollet. Le cédisme de ce dernier suffit d’ailleurs à dresser contre lui les Jacobins. Mais c’est la réunion du club consacrée au thème « Défense et Développement de la laïcité » tenue le 12 décembre 1951, qui met le feu aux poudres45. Charles Hernu, on le sait à présent, y prend position en faveur d’une négociation. Le lendemain même de cette réunion, les leaders des partis de gauche manifestent leur réprobation. Guy Mollet, en particulier, interdit toute double appartenance au club et à son parti. Cependant, au lieu de retenir contre les Jacobins le chef d’accusation concernant leurs sympathies cléricales, il les attaque violemment pour les faveurs qu’ils portent, selon lui, aux thèses communistes. Reçu par Guy Mollet, Charles Hernu défend son point de vue et l’incite même à venir parler devant le club. Le 12 novembre 1953, Guy Mollet ne se gêne pas en défendant ses thèses pour reprocher aux Jacobins, à mots plus ou moins couverts, leurs dernières initiatives en matière d’union des gauches. Lancée par Gaston Maurice, une violente invective adressée au leader socialiste provoque la rupture définitive entre Mollet et Hernu. Désormais, les attaques du club et de son journal contre la direction de la SFIO se multiplient, notamment par le biais des libelles incendiaires qui peuplent la rubrique « A ça ira... » : « Guy Mollet, grand défenseur de la CED qui avait demandé à Teitgen l’exclusion de Denis et à Martinaud-Déplat celle des Jacobins, n’en a plus pour longtemps à rester secrétaire général de la SFIO. Ça fait toujours plaisir ! »46. Et peu après : « M. Guy Mollet a pu affirmer que les jeunes étaient très proches du socialisme. Bien sûr, mais pas de celui de M. Guy Mollet leader de la « gauche molle » aussi peu appréciée par la sociale-démocratie allemande... »47. De telles frictions ne peuvent qu’engendrer un fort préjugé défavorable à l’égard de Mollet lorsque celui-ci est chargé de former le gouvernement de Front Républicain, en 1956. Mais auparavant revenons au chef d’accusation retenu par le leader socialiste en 1953 : suspecter le club de pro-communisme, voilà bien soulever une des questions les plus sensibles pour le club.

  • 48 Ph. Atger, « Réflexions désabusées sur une élection paradoxale », LJ, avr. 1956.

38A l’époque, on le sait, la majorité des jeunes considère comme une prise en étau l’alternative communisme-conservatisme qu’on leur propose. Ce sentiment hante également nos Jacobins qui veulent, en conséquence, se frayer une voie moyenne entre les deux Églises. Cela les entraîne, notamment, à critiquer l’attitude de la gauche non communiste qui, à force de négations, ne parvient plus à meubler le vide entre elle et le Parti communiste. Les Jacobins expliquent également le succès électoral des communistes en partie par le manque de vigilance et d’audace des autres partis de gauche. Pourquoi ne joignent-ils pas à leurs programmes économiques, les réformes sociales et techniques appropriées ? « Le Parti communiste peut seul se vanter de défendre un programme alors que ses adversaires sont forcés d’abandonner toutes leurs idées pour parvenir à un accord qui n’est jamais obtenu qu’après de déplorables renoncements. Comment la masse de ceux qui votent communiste serait-elle tentée de changer de comportement alors qu’on ne lui offre que des formules vagues, qu’on abandonne tout programme social dynamique »48. A titre d’exemple, les clubistes déplorent que le ralliement de cette opinion aux thèses du Parti communiste sur la politique en outremer, n’est pas tant due à l’absence de propositions émises par les autres partis de gauche qu’au manque de conviction mise à les défendre.

  • 49 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.
  • 50 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.
  • 51 « Anticommunisme stérile, courrier », LJ, 24 nov. 1954.
  • 52 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

39Le fait de définir une voie moyenne conduit nos jeunes radicaux à constater qu’on ne peut ignorer le Parti communiste dont la représentation au sein de l’électorat fonde la légitimité. Cependant, cette attitude ne va pas jusqu’à leur faire accepter un rapprochement étroit avec un Parti communiste trop soumis aux directives du Kremlin. La majorité des Jacobins refuse toute éventualité de ce genre : « Pour nous, les communistes étaient avant tout des étrangers »49. Aussi, en 1953, le club engage une violente dénonciation des procès de Moscou. (Les numéros 1 et 2 de février et mars du Jacobin consacrent des articles à ces procès). Néanmoins, la perspective d’une union des gauches implique que tôt ou tard une collaboration avec les communistes est à envisager. « Le club raisonnait ainsi : sans les voix communistes, pas de victoire possible de la gauche »50. Nombreux sont alors les observateurs du monde politique qui voient dans cette attitude, plus conciliante qu’hostile, un début de rapprochement, sans dégager son aspect purement tactique. Ces conclusions ne se retrouvent pas d’ailleurs chez les adhérents du club. « J’ai fait connaissance de la collection du Jacobin et je suis bien d’accord avec vous sur la question de la stérilité de l’anticommunisme rigide. C’était mon cas. Avec l’âge et l’expérience de la vie, j’ai enfin compris que le meilleur moyen de combattre le communisme est l’exemple d’une vie irréprochable, juste, sociable »51. Et Paul-André Falcoz le confirme : « Tant que nous aurions les communistes contre nous, toute action était vaine »52.

  • 53 P. Barrucand, « Avec ou contre les communistes », LJ, juil. 1953.
  • 54 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

40En pratique, la stratégie est double : négocier d’abord un accord limité avec le Parti communiste sur la base d’un programme précis : « C’est seulement en définissant une politique saine, un programme net, en le développant sans cesse, en affirmant notre volonté de nous adapter aux réalités que nous rendrons l’espoir au pays. Peut-être alors, les communistes suivront-ils, peut-être même des accords limités pourront être passés, dans la clarté et sans équivoque tactique »53. A partir de 1954, les circonstances favorisent de telles négociations, du fait de l’apparent assouplissement qui caractérise la politique soviétique énoncée au XXe Congrès du PCUS. Les Jacobins entament une série de voyages à l’Est à partir de cette époque. En 1954, Alain Gourdon et Charles Hernu54, sur l’invitation du « Mouvement de la Paix », sont reçus à Moscou par Kroutchtchev et Molotov et, à Berlin, par les hauts dignitaires du régime. Le Jacobin publie à leur retour leurs premières impressions sur la déstalinisation.

  • 55 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.
  • 56 C.H. Leconte, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

41Le second volet de cette stratégie consiste à concurrencer le Parti communiste sur le terrain électoral. « On ne pouvait pas nier l’existence du Parti communiste ; il fallait donc le concurrencer de manière à ce qu’aux prochaines élections générales, on puisse traiter avec lui sur un pied d’égalité et l’obliger, dans certains cas, à le faire voter pour un candidat de notre bord »55. En janvier 1956, Charles Hernu se fait élire député dans le sixième secteur de la Seine, secteur englobant les populations ouvrières de Pantin et des Lilas, banlieues acquises par tradition au vote communiste. « Ces populations de travailleurs d’usines ne vont d’ailleurs pas peu être surprises elles-mêmes d’avoir choisi un député à étiquette du Parti radical dont le traditionnalisme républicain et le centrisme devaient, en principe, jurer avec les cheminées noires, les maisons étroites, les talus boisés et les terrains vagues de ces banlieues mi-industrielles, mi-campagnardes »56.

  • 57 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

42Cette consécration conforte les Jacobins dans leur stratégie. Cependant, la cohabitation sur le terrain entre Jacobins et Communistes s’avère souvent difficile. Les candidats jacobins profitent du report de voix en leur faveur, exercé par l’électorat flottant du mendésisme, un report qui s’avère aussi spectaculaire que paradoxal dans ce secteur. Roger Charny se souvient du 14 juillet 1956 dans le 6e secteur : « Alors que nous allions porter une gerbe au monument aux morts, nous fûmes hués par deux rangées de sympathisants communistes »57. L’activisme des Jacobins irrite le Parti communiste et sa centrale, la CGT, qui voit d’un mauvais œil la tentative du club, dans les années 1957-58, de promouvoir une ré-unification des forces syndicales.

  • 58 Ch. Briandet, « Erreurs de classement », LJ 26 fév. 1954.

43Pour conclure sur ce sujet, on peut se demander si la recherche d’une voie moyenne ne procure pas plus d’inconvénients que d’avantages au club. Très vite, les Jacobins sont catalogués parmi les gens flirtant avec le Parti communiste. On les accuse même de crypto-communisme. « Refuser purement et simplement tout contact avec de tels hommes, c’eût été pratiquer le sectarisme et être en contradiction avec le principe qui est en exergue de ce journal et en nous-mêmes. Ne l’ayant pas fait, nos contradicteurs très absolus en conclurent immédiatement, sans autres effets d’analyse, qu’il fallait nous classer dans cette catégorie dite des « cryptos »58. A une époque où les clivages tranchent encore si brutalement, le club joue peut-être avec le feu : il offre ainsi, dans le domaine si sensible des rapports avec les communistes, des arguments faciles à déformer pour qui veut le calomnier.

*

Notes

1 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

2 Ph. Atger, Entretien, 6 fév. 1984.

3 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

4 Le Jacobin, mars 1955.

5 Le Jacobin, mars 1955.

6 Le Jacobin, 28 oct. 1955.

7 F.-R. Bertrand, « Démocratie et progrès économique », LJ, 3 fév. 1956.

8 article non signé, « Les mensonges de notre décadence », LJ, mai 1953.

9 J. Leman, « La France à la croisée des chemins », LJ, juil. 1953.

10 « La République se construit tous les jours », LJ, 28 oct. 1955.

11 M. Texier, « Les chrétiens devant le problème de l’école », LJ, 9 déc. 1955.

12 J. Berla, « Laïcité et lâcheté », LJ, 24 juin 1955.

13 Ch. Hernu, « Communistes ? », LJ, mai 1953.

14 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

15 Idem.

16 Ch. Hernu, « Députés protestataires », LJ, 24 fév. 1956.

17 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

18 Ch. Hernu, « Seule la France peut dire non à la guerre », LJ, déc. 1957.

19 P.-A. Falcoz, « Inquiétude devant la paix », LJ, 8 juil. 1955.

20 J.-P. Lanet, « De l’armée européenne à la guerre d’Indochine », LJ, fév. 1953.

21 Ph. Atger, « La CED sort du frigidaire », LJ, nov. 1953.

22 Ph. Atger, Entretien, 6 fév. 1984.

23 L. Degoutte, « L’Europe contre les pauvres », LJ, 9 sept. 1955.

24 « Paix et grandeur pour l’Union Française », LJ, 28 oct. 1955.

25 Ch. Hernu, « Au Viet Nam, négocier est possible », LJ, fév. 1953.

26 P.-A. Falcoz, « La France à l’heure de vérité », LJ, 26 fév. 1954.

27 Fabius, « De Brazzaville à Dien Bien Phu », LJ, 2 avr. 1954.

28 Ch. Hernu, « Au Viet Nam, négocier est possible », LJ, fév. 1953.

29 P.-A. Falcoz, « De l’aventure genevoise au drame marocain », LJ, mai 1954.

30 « Après le Maroc, la Tunisie ? », LJ, sept. 1953.

31 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

32 Ch. Hernu, « Quand mon grand-père osait se dire radical », LJ, juin 1953.

33 H. Hermand, « Regrouper les gauches », LJ, janv. 1954.

34 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

35 L. Hamon, « Diversité et unité de la gauche », LJ, 25 janv. 1955.

36 Liste des tendances représentées au sein du Comité de liaison, voir annexe.

37 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.

38 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, p. 327.

39 A. Gourdon, « Naissance de la nouvelle droite », LJ, 22 juil. 1955.

40 B.-A. Chapuis, « Résurrection de la gauche », LJ, 10 juin 1955.

41 B.-A. Chapuis, « L’heure du regroupement », LJ, fév. 1954.

42 Idem.

43 M. Bertrand, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

44 H. Hermand, « Regrouper les gauches », LJ, janv. 1954.

45 Ch. Hernu, Entretien, 26 juil. 1984.

46 « A ça ira... », LJ, janv. 1954.

47 « A ça ira... », LJ, fév. 1954.

48 Ph. Atger, « Réflexions désabusées sur une élection paradoxale », LJ, avr. 1956.

49 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

50 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

51 « Anticommunisme stérile, courrier », LJ, 24 nov. 1954.

52 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

53 P. Barrucand, « Avec ou contre les communistes », LJ, juil. 1953.

54 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

55 P.-A. Falcoz, Entretien, 31 janv. 1984.

56 C.H. Leconte, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

57 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

58 Ch. Briandet, « Erreurs de classement », LJ 26 fév. 1954.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search