Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Deuxième partie. La république se construit tous les jours

Entre l’inquisiteur et le tribun

Texte intégral

ETRE JACOBIN EN 1953 !

  • 1 « Idéal révolutionnaire, courrier », LJ, 24 juin 1955.

1A l’image d’un Montesquieu qui se demande : « Comment peut-on être persan ? », d’aucuns se posent sans doute la même question à propos du club. En 1953, comment peut-on être membre du Club des Jacobins, alors que le monde émerge à peine de la guerre froide et que la France connaît une profonde crise d’adaptation économique ? Quelle opportunité à déterrer cette institution désuète ? Combien sont-ils ceux qui se convainquent tout bas de ce qu’un de ses lecteurs écrit un jour au Jacobin : « Vous prétendez, jeunes Jacobins, reprendre l’idéal révolutionnaire de nos ancêtres de 1792. Je me permets de vous donner un conseil : abandonnez cette étiquette irrémédiablement usée de radicaux-socialistes. Les démocrates populaires ont fait ce sacrifice ; ils n’ont changé que le nom. Changez tout si vous voulez qu’on vous suive, le nom et l’esprit... »1 . Loin de suivre ces conseils, nos jeunes radicaux s’entêtent au contraire à persévérer dans cette voie. A intervalles réguliers le journal ressuscite les vieux principes jacobins. Reste à se demander comment il peut les adapter à la situation contemporaine.

  • 2 G. Maury, « Pourquoi je suis jacobin ? », LJ, mars 1953.
  • 3 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

2Partons, pour répondre à la question, des propres opinions des Jacobins sur leur entreprise. Dans chacune d’elles reviennent, de manière récurrente, un certain nombre de thèmes autour desquels s’articule leur conviction jacobine. Georges Maury donne sa définition du jacobinisme comme celle d’une méthode de pensée et d’action qui consiste à « ne pas accepter comme définitives les vérités et les puissances établies ; les remettre perpétuellement en question... »2 . Il renoue ici avec la pensée d’Alain fondant une perpétuelle remise en cause du temps présent. Se joint à cette première notion celle du désir de rupture avec un présent qui déçoit, avec les discours lénifiants qui s’épuisent à le justifier, avec la morne résignation qui tend enfin à le faire accepter. Que le doute subversif fasse trembler ces schémas traditionnels des IIIe et IVe Républiques ! Voici Alain Gourdon qui dresse un bon raccourci de cet état d’esprit : « Faire du neuf avec du vieux et provoquer une réaction »3. Au-delà, tous recherchent une idée forte susceptible de permettre le dépassement des clivages politiques traditionnels. Pour qu’un tel projet réussisse, encore faut-il qu’il débordât de dynamisme, d’enthousiasme, presque de brutalité ! Charles Hernu énumère, dans cet extrait, les mots-clés qui symbolisent l’engagement du Jacobin type :

  • 4 Ch. Hernu, « La République, c’est autre chose ! », LJ, 6 mai 1954.
  • 5 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

3« Le Jacobin est un homme qui se veut libre et de bonnes mœurs. C’est un homme qui est prêt à sacrifier son bonheur domestique pour défendre le bonheur de la société. Le Jacobin veut une République pure et dure. Le Jacobin n’a pas peur des batailles disproportionnées car il a l’élan, la conviction et le mépris des contingences. Le Jacobin se méfie de toute flatterie à l’égard du peuple ; il dit la vérité, aussi impopulaire soit-elle, car il a finalement confiance dans le jugement des citoyens, mais il sait que si la vérité est une, elle a toutefois plusieurs visages et c’est pourquoi il est tolérant. Le Jacobin veut pouvoir écrire et parler ouvertement, professer ses principes sans détours ; il souhaite que l’homme d’État ait avec lui l’estime publique qui, seule, peut faire sa force et son utilité. L’homme de gouvernement doit se faire respecter en se faisant aimer. Le Jacobin veut que le peuple soit prémuni contre les mensonges, car le mensonge est le seul espoir de ses adversaires »4. Toute la mythologie jacobine se concentre dans ce portrait. Martelée à chaque phrase, elle tend à relever plus d’un état d’esprit que d’une méthode. Roger Charny, trente ans après, embrasse d’emblée ce sentiment. « Nous ne créons pas une nouvelle division au sein du Parti radical, mais nous affirmons des idées, une position de gauche et un état d’esprit »5.

4Cette notion d’état d’esprit offre d’ailleurs bien des avantages, et notamment celui de faciliter des rapprochements qu’une doctrine seule, prévient. Il triomphe d’ailleurs, en avril 1958, lorsque vient le temps de rassembler tous les députés qui s’opposent à l’évolution du régime. Le ciment de cette union réside avant tout dans le refus d’entériner un processus qui, en avril-mai 1958, conduit à la Ve République. Considéré sous cet angle, le jacobinisme s’avère vite comme le meilleur cheval de bataille qui soit, au service d’un club de combat politique. Il reste à présent à dégager les traits principaux qui constituent cet état d’esprit ainsi que l’engagement auquel il mène. Etre Jacobin, en 1953, consiste à proclamer son attachement à la Révolution en ressortant des tiroirs la vieille rhétorique républicaine. Etre Jacobin, c’est dessiner les traits de l’homme d’État idéal, dénoncer et chasser les traîtres à la Patrie ; c’est enfin attribuer au peuple le privilège d’être le seul à posséder la vertu. Les vocables survivent au temps. Il reste cependant à savoir s’ils recouvrent la même réalité que celle de 1789.

  • 6 Ch. Hernu, « Les fureurs des méchants », LJ, 12 juil. 1954.

5Déjà développée dans un chapitre précédent, la revendication d’une tradition révolutionnaire, jointe à l’idéal d’une « République laïque, digne, fière, indépendante et fraternelle », suscite à présent notre attention pour la forme qu’elle emprunte. L’état d’esprit jacobin exploite d’abord un certain langage venu tout droit de la Révolution. Entre eux, les Jacobins s’appellent « citoyens ». A titre d’illustration, on relève que Charles Hernu signe son premier éditorial comme il suit : « Citoyen Président de la société des Jacobins ». Manière de faire un clin d’œil à l’Histoire sans doute, cette attitude révèle également le souci de s’attacher un style. Évocateurs sont en ce sens les titres donnés aux rubriques du journal : « A ça ira... ça ira... » – « Le contrat de Salut Public... ». On retrouve là le ton de la colère qui est de mise sous la Convention : « Que Pierre Mendès France ne se décourage pas et qu’il redonne, enfin, le sens civique à un peuple qui n’attendait que de se sentir gouverné. Ceux qui ne seront pas contents pourront protester. Robespierre ne disait-il pas déjà : Les fureurs des méchants sont l’hommage le plus énergique qui puisse être rendu au patriotisme des honnêtes gens... »6.

6L’agressivité du langage s’adresse d’abord aux caciques de toutes sortes. Les mots montent à l’assaut des citadelles : « Il y a encore des Bastilles à prendre » et la Grande Révolution a un sérieux besoin qu’on la parachève. Pourquoi s’étonner alors que le célèbre « Nous sommes en 1788 » jeté par Mendès France au congrès de 1953 ait déchaîné la bruyante jubilation des Jacobins ? Tous ces défis sont autant d’exemples de ce goût pour l’envolée lyrique qui caractérise un des points de rupture les plus frappants pour l’opinion de l’époque.

  • 7 M. Carsac, « Ce que parler veut dire ! », LJ, 8 avr. 1955.
  • 8 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.

7Etre Jacobin en 1953 engendre une conception très pure de la politique qui mène à définir les canons de l’homme d’État moderne. Sans doute, nombreux sont ceux qui réclament une remise à jour de l’échelle des valeurs. C’est un nouvel aspect du symptôme de l’époque qui explique, en partie, l’amplitude du mouvement mendésiste derrière la volonté de réunir la vertu et la politique. Selon les Jacobins, la Démocratie requiert deux conditions : ses dirigeants, tout d’abord, doivent être droits et intègres. Une telle affirmation ne prend son relief qu’à partir du moment où on la confronte avec l’image que donne d’elle, à cette époque, la classe politique. Ainsi, par exemple, Marcel Carsac s’indigne du visage qu’affiche l’Assemblée Nationale lors du vote des accords de Paris : « Cet épisode, riche de matière pour l’ironiste, contient aussi un enseignement : on peut, en politique penser « pour » et agir « contre » ou inversement sans être forcément tenu pour un plaisantin »7. Plus que tout autre régime, la République a besoin d’hommes vertueux. Sous son acception jacobine, le terme « vertu » concentre le dépassement de l’intérêt individuel au profit de la collectivité. Aussi, il s’articule sur un certain nombre de mots-clés : courage et dévotion au bien public, énergie dans la décision, volonté farouche de sauver la Patrie. De temps à autre, d’ailleurs, le terme prend de vagues reflets inquiétants : « Le véritable Jacobin fut quelque chose de puissant, d’original et de sombre qui tenait le milieu entre l’agitateur et l’homme d’État, entre le protestant et le moine, entre l’Inquisiteur et le Tribun »8. En contrepartie, tous ces hommes vertueux demeurent impuissants à faire le bien de la Démocratie tant qu’ils ne trouvent, face à eux, des citoyens « libres et de bonnes mœurs ». Le Jacobin revendique ainsi un idéal de probité, d’indépendance et de désintéressement. Pour illustrer ce propos, on peut remarquer que le club propose, en 1955, qu’on crée une commission de contrôle civique ayant à connaître de l’origine des fonds en période électorale ainsi que des ressources personnelles des dirigeants des grands partis.

  • 9 M. Carsac, « Printemps pourri », LJ, 22 avr. 1955.
  • 10 Alain, « Les marchands de sommeil ».

8La pensée jacobine place ensuite et de manière exclusive la vertu révolutionnaire dans le peuple, conçu comme le rassemblement des citoyens. Ce terme de « peuple » recouvre d’ailleurs plusieurs sens. Peuple des pauvres, trop négligé par les gouvernements. « Le printemps des hommes : l’espérance qui naît de l’angoisse, la fraternité, la justice, la liberté. Mais dans le cœur de trop d’hommes et de femmes de ce pays, il n’y a que désespoir, colère et mépris. Des enfants qui meurent de froid, des vieux qui meurent de faim... »9. Le journal, à ce titre, ne se lasse pas de faire écho aux problèmes de logement et aux activités de l’Abbé Pierre. Peuple de citoyens, ensuite, qui expriment leur colère contre les gouvernants incapables de faire fonctionner le système parlementaire. C’est au nom de ce peuple là que les Jacobins mènent leur combat. C’est à lui qu’ils s’adressent pour rappeler les principes d’Alain « Nous sommes tous, à de certains moments, en état de vigilance critique, d’examen pur. Pour tel problème nous ne nous en laissons pas compter... Pour tel autre nous dormons... »10. Souvent d’ailleurs on substitue au terme de « vigilance » celui de « contrôle » qui traduit une attitude plus adulte et plus responsable.

  • 11 Ch. Hernu, « Les hommes de trente ans », LJ, oct. 1953.

9Mais avant toute chose, le peuple, dans l’esprit des Jacobins, c’est, en 1953, la jeunesse qui récupère et réactive les saines vertus de la Révolution. Dans bien des articles, la jeune génération des hommes de trente ans s’identifie au peuple en marche : « Nous sommes une jeunesse qui a hérité d’un lourd devoir : celui de vivre dangereusement. N’ayons pas peur « de dramatiser » la situation actuelle, car le danger pour nous, serait de ne pas réussir à réveiller la vigilance publique, le sens civique et la vertu des citoyens de ce pays »11. A titre d’illustration, seule la jeunesse offre une solution au problème de l’Union Française. Elle seule est dégagée des préjugés qui pèsent sur les épaules de ses aînés. La logique jacobine de 1953 équivaut donc à réactiver, dans le contexte des années cinquante, un certain nombre de concepts vieux de cent cinquante ans.

  • 12 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.
  • 13 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 62.

10A pousser cette logique jusque dans ses retranchements, on en vient inévitablement à comparer la réalité au modèle reconstruit. Voilà qui permet aux Jacobins de se lancer « à la poursuite des traîtres », de ceux qui, selon l’expression de Charles Hernu, « tuent la République ». Fidèles à cette image, ils conjuguent le thème sur tous les modes : « De là cette vigilance farouche transformée en vertu, cet espionnage mis au rang des procédés patriotiques et cette manie des dénonciations qui commença à faire rire et finit par faire trembler »12. En 1953, les traîtres ont le visage des politiciens, de ceux, en particulier, qui remontent des abîmes de l’avant-guerre et trahissent les idéaux de la Libération à leur seule fin personnelle : « Laniel... ancien président du CNR et milliardaire de surcroît dont les impressionnants silences normands révèlent autant de la manœuvre tactique que d’une incapacité bovine à s’exprimer »13. La tactique est simple : faire ressortir d’autant mieux les incompétences des uns pour mieux rendre pressant le besoin d’un homme d’État instruit et raisonnable. Le traître, c’est également le technocrate qui dirige une nation du fond de son cabinet secret. Il s’agit alors de faire ressortir la nécessité d’hommes de terrain.

  • 14 Y. Amblard, « Et la lumière fut... », LJ, 27 mai 1955.

11Le traître, enfin et plus généralement, c’est le vocable qui recouvre de sa honte un certain nombre de partis politiques qui trahissent leurs militants. Ne voyons aucun renoncement pour le système partisan dans cette attitude. Les partis restent des intermédiaires indispensables entre le corps électoral et les dirigeants politiques. Cependant ils jouissent de cette redoutable faculté de pouvoir corrompre l’esprit civique et la moralité politique. A ce titre, le MRP, dans l’esprit des Jacobins remporte la palme et ne doit plus rien revendiquer de sa confession : « Un accord complet règne entre les délégués démocrates chrétiens qui font assaut de démagogie et bafouent sans vergogne les plus élémentaires préceptes d’une religion dont ils se prétendent les seuls représentants autorisés »14.

  • 15 Lettre de M. Bernard, député de Seine-et-Oise, LJ, fév. 1954.

12Quel lourd héritage à assumer que celui de la pureté, du civisme et du « parler vrai ». Un tel langage touche sans doute bon nombre de personnes. En voici d’ailleurs un dernier exemple : « Suivant avec attention votre campagne dénonçant cette escroquerie (le peuple est dupé) qui mène tout droit le peuple à sa révolte, j’ai l’honneur de vous envoyer mon abonnement... »15. Faire foi de jacobinisme en 1953, c’est donc répondre à un réel besoin qui existe dans l’opinion et donner naissance à un style avec lequel la classe politique d’après-guerre doit désormais compter.

LE JACOBINISME : UNE MÉTHODE

  • 16 Ch. Hernu, « La République, c’est autre chose ! », LJ, 6 mai 1954.
  • 17 Ch. Hernu, « De Gaulle : équivoques et inquiétudes », Combat, 23 mai 1958.

13Une fois convaincus de l’existence d’une communauté de vues, les Jacobins doivent trouver la manière d’exploiter cette colère. Charles Hernu fait alors appel à la conciliation de deux principes : « Le jacobinisme n’est peut-être qu’un état d’esprit et une méthode, mais il n’y aura pas de renaissance française sans cet esprit. »16. Considérant ces deux termes dans un ordre chronologique, le jacobinisme se définit comme un état d’esprit préalable à tout engagement. Une fois adopté, il reste encore à le transmettre. La méthode organise cette transmission. Ainsi, demander une transformation des structures économiques et politiques sans au préalable changer les hommes revient à courir tout droit à l’échec. Les Jacobins donnent la priorité aux structures sociales. Ensuite seulement, ils pensent à la modification du régime politique. « Il faut que le régime s’amende sinon il va tomber à nouveau sous le coup de la réaction. Seulement, nous savons aussi qu’il ne suffit pas de changer les institutions, si les mêmes hommes continuent à commettre les mêmes erreurs. »17

  • 18 Ch. Briandet, « Question de confiance et de conscience », LJ, mai 1953.

14Ces préoccupations donnent, on le voit, le pas à l’analyse sociologique sur celles des institutions. S’il existe une priorité, c’est celle de la « moralisation de la vie publique » plutôt que celle d’un changement du régime ou d’une réforme constitutionnelle. La nature humaine est le premier patient à privilégier en combattant les fausses mythologies, et en les confrontant à la réalité. L’approche de la vie politique chez les Jacobins, révèle en ce sens des aspects réalistes voire scientifiques. La mission se résume à faire participer le citoyen à la vie nationale, en lui rendant la plénitude de ses responsabilités. « Ceci pour dire qu’aussi longtemps que la masse des Français n’aura pas repris parfaitement conscience de ces notions élémentaires : bon sens, esprit civique, honnêteté morale, notions des droits et des devoirs, aucun dirigeant ou diplomate ne pourra prétendre faire entendre avec attention et intérêt le chant de la France »18. Revendiquer le retour au scrutin d’arrondissement pour rapprocher l’élu de son électeur, voilà un des aspects du programme qui emprunte à ces idées. Les Jacobins conçoivent leur action comme un combat contre la résignation qui domine, selon eux, les esprits. Le remède consiste, en ce sens, à rendre ses responsabilités à chacun et lui inculquer le goût du militantisme.

  • 19 R. Ceugnart, « Vers la faillite de l’art musical populaire », LJ, 2 avr. 1954.

15Leur dénonciation de la décadence et du déclin vise à contrecarrer les systèmes d’argumentation qui tentent de les banaliser et d’en rejeter la responsabilité sur d’autres causes. Pour les Jacobins, il s’agit d’abord de reconnaître les symptômes. Prenons l’exemple, sans doute fort spécialisé, de l’art musical en France, dont Robert Ceugnart déplore la faillite par une série d’articles. Il expose que la désaffection de l’auditoire et les faiblesses de l’encadrement expliquent seulement en partie ce déclin. Et il insiste avant tout sur la relation à établir entre la santé morale du pays et celle de son art musical. Pour les pays où cet art connaît un vif essor, « voilà l’indice d’une excellente santé physique et MORALE »19. L’exemple est sans doute trop pointu. Cependant il illustre bien le souci des Jacobins d’éviter de définir en des termes trop généraux cette décadence. Surtout il prouve leur volonté de dénoncer les explications erronées du déclin que le régime d’alors et ses dirigeants tentent d’imposer.

  • 20 Ch. Briandet, « Question de confiance et de conscience », LJ, mai 1953.
  • 21 D. Herbar, « La mort de Danton », LJ, mai 1953.

16La véritable mystification, dans leur esprit, consiste à chercher dans la guerre, dans le déséquilibre du système capitaliste, dans les carences constitutionnelles des alibis au déclin de la France. « Il faut donc que chaque Français, faisant son autocritique, n’hésite plus – à renoncer à croire qu’il est tabou – à réveiller et à tenir éveillée sa conscience et à apporter à l’exécution de ses devoirs la même virulence qu’il affecte à la défense de ses droits... »20. Dérangeons les bonnes consciences, voilà l’objectif qu’ils se donnent. Le mal existe mais c’est d’abord à nous-mêmes qu’il faut s’en prendre. Cette forte croyance en l’homme et en sa capacité de porter des jugements critiques rejoint singulièrement le vieux thème radical tiré de la philosophie de Condorcet. Il s’agit bien d’alerter les citoyens contre les discours qui justifient, à leur place, la décadence. Prenons un nouvel exemple : en mai 1953, Jean Vilar monte « La mort de Danton ». A la suite d’un long éloge, Dominique Herbarlui adresse le seul reproche de fausser le rôle du peuple dans la pièce. « Le peuple, c’est le mari qui se saôule, bat sa femme, prostitue sa fille ; le peuple ce sont les brutes ennivrées qui chatouillent les filles, pendent les aristocrates... Ces scènes sont pénibles et elles donnent à toute la pièce un accent anti-révolutionnaire de mauvaise foi... »21.

17Devant ce peuple naïf mais capable de réagir, les Jacobins s’attribuent le rôle d’éveilleuirs. Souvent, ils se comparent aux pèlerins qui partent à travers le pays mobiliser les citoyens et sonner le « réveil jacobin ». Ce thème du réveil se révèle d’ailleurs aussi essentiel que d’un usage délicat, à cette époque. Pour rendre l’opinion publique agissante, il faut attirer son attention sans pour autant fouler les lois de la psychologie collective.

  • 22 « Plus de démagogie, plus d’inaction », LJ, 11 nov. 1955.

18A entendre tous les jours les alertes de mille Cassandres, cette opinion publique risque de s’égarer sinon de se lasser. A ce titre, les Jacobins refusent d’employer l’argument du dernier quart d’heure qui consiste à poser des ultimatums. Ils ne menacent pas de la venue d’une prochaine apocalypse mais s’efforcent, au contraire, de montrer qu’un changement appartient à l’ordre du possible, à la condition de transformer les esprits et la conscience collective. Dans cette perspective, il s’agit de rendre les individus suffisamment réceptifs pour prendre en marche le train de l’opinion en colère. Le terme « réceptif » correspond, dans cet esprit, à celui d’« impatient ». Au lecteur qui leur fait part de son inquiétude devant la gravité de la situation politique, en novembre 1955, Le Jacobin répond : « Qu’attendez-vous pour fonder un Club des Jacobins ? »22. Qu’attendez-vous pour prendre vos responsabilités, telle est la question qu’ils lancent sous forme de provocation.

  • 23 M. Dreue, « Conversion économique d’abord », LJ, avr. 1955.
  • 24 P.-A. Falcoz, « Des élections », LJ, 23 déc. 1955.
  • 25 Ch. Hernu, « Les radicaux s’impatientent », F-Obs, 26 avr. 1956.

19Redistribuer les responsabilités, voilà le second volet de la méthode jacobine. Sans pour autant nier l’existence de causes étrangères aux individus, Michel Dreue peut accuser le régime économique de perdre l’adhésion des masses et de ne « plus être en mesure d’imposer le civisme nécessaire à l’unité d’une nation et lui assurer sa continuité »23. Jean Nocher peut annoncer la mort de la République sous les coups de la corruption judiciaire, de l’incohérence des gouvernants et du dégoût populaire. Dans chacun de ces cas, l’opinion publique subit plus qu’elle ne nourrit ce désintérêt. En dépit de toutes ces bonnes raisons, le citoyen ne doit pas se cacher qu’il détient en lui seul les clefs de la solution. « Citoyens de la République, méfiez-vous des phraseurs, des jésuites et des fraudeurs. Vous détenez le sort du pays entre vos mains. Posez des questions, informez-vous... N’hésitez pas à interrompre un candidat. C’est la vérité qu’il faut obtenir... »24. La méthode du club consiste donc à tenir le langage de la vérité, même si celle-ci n’est pas toujours bonne à entendre. Souvent, d’ailleurs, nos Jacobins le confessent : « Nous avons parlé avec une franchise que certains ont trouvée brutale, mais notre loyauté ne pouvait s’exprimer autrement »25.

  • 26 Max Weber, Les savants et la politique, Plon, Paris, 1959, p. 199.

20Pour rendre le citoyen conscient de sa responsabilité dans la crise, il convient de faire de l’apathie un motif d’autocritique, voire de blâme. S’abstenir de militer au moment des grandes échéances, ne pas s’informer revient à trahir. Poussée jusqu’au bout, cette logique peut se retourner contre ses promoteurs et la Révolution menacer de manger ses propres rejetons. Néanmoins, parvenus à ce stade, leur camaraderie l’emporte vite sur la suspicion. On peut d’ailleurs éviter d’atteindre ces extrêmes en transmettant au préalable le nouvel état d’esprit fait de conviction et de responsabiité. Et de ce thème à ceux prônés par le mendésisme, le pas est vite franchi, qui trouve d’ailleurs dans les écrits de Max Weber, sa formulation la plus claire : « L’éthique de la conviction et l’éthique de la responsabilité ne sont pas contradictoires mais elles se complètent l’une l’autre et constituent ensemble l’homme authentique, c’est-à-dire un homme qui peut prétendre à la vocation politique »26.

  • 27 « Aidez-nous et nous serons les plus forts », LJ, 28 oct. 1955.
  • 28 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 279.

21L’étape suivante de cette mission consiste à faire des citoyens des militants actifs. Pour les Jacobins, cela correspond à plusieurs formes d’action. Au premier degré, il s’agit de permettre aux militants de prendre une part active à la vie intérieure du parti. Dans cette optique, la tribune du club vise à organiser au profit des militants leur défense au sein du parti valoisien. Au second degré, il s’agit d’encourager les gens à rejoindre le club ou bien à offrir à celui-ci une filiale. « Créez partout des clubs. Si chacun de vous joint ses efforts aux nôtres, si chacun de vous devient un soldat de la République... nous serons le mouvement le plus puissant de ce pays... »27. Enfin, au degré le plus large, la tâche du militant doit lui faire assumer son rôle de citoyen, la morale individuelle étant la meilleure arme contre la décadence. Ici s’additionnent les notions clefs qui forment la citoyenneté : justice, vérité, vertu, civisme, l’austérité d’un Caton et le respect pour les lois d’un Montesquieu. Mendès France résume bien cette définition de la vertu républicaine : « elle n’est pas un titre honorifique mais une force qui s’entretient, une musculation qui s’exerce, un pouvoir qui bénéficie à chacun et à tous »28.

  • 29 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

22Deux exemples nous permettent de conclure sur cette conception jacobine du militantisme. L’État devant garantir le droit de chaque citoyen à développer sa raison grâce au suffrage universel, il faut, selon Alex Moscovitch, instituer le vote obligatoire. Le vote, explique-t-il, tout comme le service militaire ou le paiement des impôts est un des devoirs fondamentaux du citoyen. En ce sens, toute abstention doit être punie. « Nous ne vous demandons pas d’adhérer à ceci ou à cela, mais seulement de réfléchir aux problèmes soulevés et vous poser à vous-mêmes cette question : « ai-je fait mon devoir de citoyen ? »29. Le second exemple concerne le rôle de l’Armée. Le colonel Jacquot propose de partager le temps du service national entre une période d’instruction et une période où les appelés sont mis à la disposition des collectivités pour assurer les travaux d’intérêt général. L’Armée, en conséquence, peut profiter d’une meilleure intégration au sein de la Nation et le service national conforter le civisme des appelés. Voilà donc deux exemples concrets au terme de cette analyse, qui illustrent cette conception du militantisme cher aux Jacobins.

« LA RÉPUBLIQUE, POUR VIVRE, A BESOIN D’ETRE MILITANTE »

23Cette conception du militantisme exige qu’on satisfasse un certain nombre de conditions. A lire les écrits des Jacobins, trois points les résument. Pour rendre agissants les individus, il convient d’adopter un langage de l’action. Tout engagement, ensuite, ne se conçoit que comme la résultante d’une éducation et d’une information préalables. Enfin, il n’est rendu possible que par la seule disponibilité de l’intéressé : « nous sommes des hommes de bonne volonté », telle est la devise en ce domaine.

  • 30 Ch. Hernu, « La politique, c’est l’action », LJ, 8 juil. 1955. (Dans son éditorial, Charles Hernu c (...)

24Souvent les Jacobins assimilent l’action au coup politique. La carrière même du club, sous la IVe République, est d’ailleurs scandée par une série de paris tenus à l’intérieur du parti comme sur la scène politique en général. Rien de très original en cela : les Jacobins se revendiquent les héritiers de Clemenceau qui fait la politique avec des actes. Les manières d’agir de Mendès France participent de cette même logique. Rien d’étonnant à ce que le club soutienne aussitôt son gouvernement. L’été 1954 est le théâtre d’une série de décisions audacieuses : l’Indochine, la déclaration de Carthage, le règlement de la CED... autant de paris lancés par Mendès qui veut provoquer une réaction dans l’opinion. A ce titre, on retrouve souvent dans les références du Jacobin une tendance à rapprocher Mendès France de de Gaulle. « Le président Pierre Mendès France et le général de Gaulle, le lendemain, en des termes souvent identiques, ont parlé de la France en véritables hommes d’État qui refusent d’être les prisonniers des féodalités et des préjugés de tous ordres. Tous deux ont souhaité le réveil de l’esprit public ; tous deux ont dit que la politique, c’est d’abord l’action... »30. On comprend tout de suite les raisons de la présence au sein du club de certains jeunes gaullistes et même de personnes qui rejoignent de Gaulle à partir des événements de 1958. Aux yeux des Jacobins, de Gaulle est l’homme qui lance l’appel du 18 juin avant d’être le chef d’un parti politique. Quel ton autre que celui de la rhétorique gaullienne utilisée en 1940 peut mieux assouvir leur appétit de colère ?

  • 31 G. Jouvent, « 18 juin 1940... », LJ, 24 juin 1955.
  • 32 « Vigilance pour la République », LJ, 28 oct. 1955.
  • 33 G. Jouvent, « 18 juin 1940... », LJ, 24 juin 1955.
  • 34 « Mieux vaut tard... », LJ, 22 déc. 1954.

25La thématique de la Résistance occupe ainsi une place de premier ordre pour exploiter tout un vocabulaire de refus. Évocatrice est, en ce sens, la manière dont les Jacobins conçoivent leur action par rapport à leur souvenir de l’Occupation. Vichy écrase une République assassinée et une opinion publique désarmée. « Bourgeois, notables, généraux incapables, grands fonctionnaires, donnaient leur appui enthousiaste à cette révolution soi-disant nationale... »31. Dans des termes semblables, on déplore à présent la situation de 1953. (Les grèves dans les transports et chez Renault éclatent au mois d’avril ; elles s’étendent à l’ensemble des secteurs publics en août ; au Maroc, la situation se dégrade et le sultan est déposé le 20 août). « Sous le signe de la faiblesse, la crise du régime continue. Des ministres qui ne démissionnent qu’après avoir saboté, à l’intérieur du gouvernement, ses propres décisions, des généraux, des hauts fonctionnaires qui refusent obéissance... »32. Et surtout, cette rhétorique jongle avec les mêmes enchaînements. Le vocabulaire exprime tout d’abord le refus : le 18 juin 1940, de Gaulle lance le mouvement de résistance ; en 1953, les Jacobins engagent la révolte. Il s’agit, à partir de ce moment, de retrouver le même basculement psychologique entre l’abattement et l’espoir : « Pourtant, alors que la France semblait s’abandonner à cette lâche destinée, des raisons d’espérer en un sursaut régénérateur nous étaient données »33. La mission des Jacobins consiste alors à faire renaître le civisme. A ce moment du raisonnement, les voies divergent : s’il s’agit, dans le cas de 1940, de mobiliser la Nation en armes, dans celui des Jacobins, le combat consiste à rendre avant tout aux gens le goût de la lutte politique. « J’ai 40 ans et je n’ai jamais fait de politique. Mais je découvre un Président du Conseil énergique, d’une part, et en vous, Jacobins, une équipe jeune et dynamique. C’est pourquoi je suis à votre disposition... »34.

  • 35 Ch. Briandet, « La jeunesse, c’est une politique, pas une bureaucratie », LJ, 24 nov. 1954.
  • 36 P.-A. Falcoz, « Sursaut moral », LJ, juin 1953.
  • 37 M. Debré, « Quand un peuple patriote se met en colère », LJ, déc. 1953.

26La fonction du club est donc bien de permettre à des personnes non versées en politique de ne plus hésiter à s’y engager. Aussi, sous cet aspect, les Jacobins apparaissent moins comme formant une structure d’accueil pour qui veut entrer, qu’un groupe suscitant des engagements. On remarque d’ailleurs que le discours jacobin emprunte beaucoup au vocabulaire des sens pour étoffer ses appels. C’est le goût, l’envie de la politique, la passion de s’engager et aussi l’engouement pour un homme. S’adressant à la jeunesse, Charles Briandet écrit : « il faut lui redonner la notion, pour qu’elle en reprenne le goût, de l’esprit civique... »35. Il s’agit encore de la « re-passionner ». Mis au service de ce dessein reviennent comme une persévérante litanie tous les mots-clés qui figurent la « ré-action ». D’abord, le thème du « sursaut régénérateur », comme en 1940 prend désormais des teintes moralisatrices : « Et si le mal était plus profond, plus intime, s’il résidait en nous-mêmes... »36. Ensuite, les thèmes de « l’élan », de l’énergie, ceux de l’embellie patriotique et de la solidarité nationale se liguent pour contrecarrer toutes les manifestations des intérêts particuliers. « Où sont les grands sursauts qu’ont connus les générations précédentes ? »37. Conjugués sur le mode du futur, ils laissent transparaître l’assurance du succès de l’entreprise.

  • 38 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, chap 7 : « Rendez-vous avec la Vème République ».
  • 39 Ch. Hernu, « Le Parti radical devant le choix », F-Obs, 26 juil. 1956.
  • 40 Ch. Hernu, « Les radicaux devant le choix », F-Obs, 2 août 1956.

27Tous ces thèmes rapprochent les discours gaullistes et mendésistes. En mai 1958, d’ailleurs, Charles Hernu s’interroge en ces termes sur le retour du général : « Si le Président de Gaulle savait donner à son gouvernement l’élan, le style, la générosité qui s’imposent, il serait bien mesquin et bien méprisable de ne pas concourir à son action »38. Passion et rigueur, tels sont les deux pôles qui commandent le raisonnement. Pour les Jacobins, la rigueur est mère de l’intransigeance. « Nous ne pouvons étendre notre audience que par l’intransigeance de nos idées »39. Elle est aussi celle du refus du compromis. « Nous voulons repousser avec mépris... tout compromis grâce auquel ceux qui aspirent à associer notre parti aux hommes de l’immobilisme et du désastre national ... »40. Évidemment l’entreprise a pour cible l’efficacité, cette efficacité qui trie et hiérarchise les urgences. Mais une fois dégagés ces jalons de l’engagement politique, encore faut-il évoquer leur fondement.

  • 41 R. Labrusse, « École et République », LJ, juin 1953.

28Thème radical par excellence, l’instruction, condition de tout progrès pour l’individu, est remise au goût du jour. Dépoussiérée et toilettée, elle se voit d’ailleurs remplacée par le vocable d’information. Le combat ne vise plus à établir la gratuité de l’école primaire mais désormais il veut étendre l’égalité de tous devant l’information. Comme dans le cas du binôme peuple-jeunesse, le républicanisme est mis aux couleurs du moment tout en conservant son originalité par rapport au socialisme. Tandis que ce dernier est convaincu que seule une transformation des structures sociales permet l’épanouissement de l’homme, le radicalisme, lui, donne la primauté de l’individu sur le collectif. « Etre jacobin, c’est encore être résolument opposé à toutes les limitations de l’instruction au sein de la nation. C’est vouloir apporter au peuple les éléments d’une culture de plus en plus large »41. L’instruction demeure la seule condition pour connaître le réel et ne pas y être soumis. Seule, elle permet la formation d’une volonté générale.

  • 42 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 274.

29Aux dires des Jacobins, la société française des années cinquante souffre d’être sous-informée. Désinformée, elle l’est déjà par les « marchands de sommeil ». La sous-information, quant à elle, justifie les erreurs du citoyen. L’homme n’étant pas volontairement méchant, la faute politique qu’il commet a pour origine une lacune. « L’erreur ne peut être que le résultat d’une information insuffisante, ou d’une éducation incomplète »42. En même temps, la sous-information est la mère de cette méfiance qui prévient toute relation saine entre l’homme politique et le citoyen.

  • 43 Idem.

30Le remède préconisé par les Jacobins consiste à encourager toutes les formes d’instruction. « La qualité et l’efficacité d’un plan démocratique, tiendront à la formation scolaire et à la formation civique, mais plus encore à une éducation économique dont la vulgarisation ne sera jamais assez poussée »43. Le club tente, avec ses propres moyens, de participer à l’œuvre en organisant des conférences et des réunions-débats où l’on s’attarde sur des sujets techniques. A partir de la fin 1954, Le Jacobin multiplie ses articles documentaires, les consacrant aussi bien à l’aéronautique qu’aux réformes du système postal ou au nucléaire. L’accent est mis sur la connaissance des pays d’outre-mer ainsi que sur les causes du sous-développement ou la nature des conflits coloniaux. Ce dernier sujet lui offre l’occasion de décrire la situation à laquelle l’armée française se trouve confrontée et le genre de combat qu’elle a à mener.

  • 44 J. Lescure, « Va-t-on vendre la conscience des Français ? », LJ, 22 déc. 1955.

31Dans ce même ordre d’idées, des renseignements sont donnés sur les formes de participation à la vie de la nation. Un Jacobin déplore à ce sujet que seuls 5 à 6 % des Français comprennent le système des apparentements élaboré pour les élections de 1956. Au-delà, l’information s’élargit à tous les domaines du savoir : éducation civique par l’armée, enseignement agricole, recherche scientifique et vulgarisation des idées. Il convient enfin, le premier devoir de la République étant d’informer le peuple, de ne pas abandonner la télévision aux intérêts privés. « L’extrême danger... c’est que la plus grande quantité des hommes est prête à recevoir avec révérence ce que les détenteurs des moyens de communications les plus sensationnels se proposeront de leur donner à croire ... »44. A cette époque, se posent avec acuité les problèmes de l’information télévisée et de ses modes de financement. La conception des Jacobins est catégorique : l’État ne doit pas vendre la conscience des français aux médias. Ils doivent donc conserver leur indépendance de financement.

  • 45 Ch. Hernu, « Les jeunes radicaux s’impatientent », F-Obs, 26 avr. 1956.
  • 46 J. Lescure, « Lettre à F. Mauriac », LJ, 27 mai 1955.

32Voilà en quoi consiste l’état d’esprit uni à la méthode, qui fondent la pensée jacobine des années cinquante. S’il faut conclure, résumons-nous par trois idées. Le projet jacobin consiste d’abord à appliquer les principes régénérés du radicalisme à la vie quotidienne de la nation et faire tourner l’ensemble autour de l’association entre morale et politique. Ce jacobinisme consiste ensuite à réaffirmer une croyance dans le progrès. Il se fait jour, à travers les discours des clubistes, comme une angoisse d’être les laissés-pour-compte d’une époque de profonde mutation économique et sociale. « Héritier direct de la Révolution de 1789, le radicalisme doit demeurer dans le courant du progrès »45. Enfin, on dégage de cette entreprise le vœu de rassembler les « hommes de bonne volonté » qui mettent leur disponibilité au service d’une mission. « S’ils sont intransigeants, c’est sur ce point que la République est le bien et le devoir de chacun des citoyens. S’ils sont intraitables, c’est sur ce point que la République n’est pas un commerce, mais une vertu... »46.

*

Notes

1 « Idéal révolutionnaire, courrier », LJ, 24 juin 1955.

2 G. Maury, « Pourquoi je suis jacobin ? », LJ, mars 1953.

3 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

4 Ch. Hernu, « La République, c’est autre chose ! », LJ, 6 mai 1954.

5 R. Charny, Entretien, 13 juin 1984.

6 Ch. Hernu, « Les fureurs des méchants », LJ, 12 juil. 1954.

7 M. Carsac, « Ce que parler veut dire ! », LJ, 8 avr. 1955.

8 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.

9 M. Carsac, « Printemps pourri », LJ, 22 avr. 1955.

10 Alain, « Les marchands de sommeil ».

11 Ch. Hernu, « Les hommes de trente ans », LJ, oct. 1953.

12 R. Le Guyon, « Rénover l’esprit jacobin », LJ, juil. 1953.

13 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 62.

14 Y. Amblard, « Et la lumière fut... », LJ, 27 mai 1955.

15 Lettre de M. Bernard, député de Seine-et-Oise, LJ, fév. 1954.

16 Ch. Hernu, « La République, c’est autre chose ! », LJ, 6 mai 1954.

17 Ch. Hernu, « De Gaulle : équivoques et inquiétudes », Combat, 23 mai 1958.

18 Ch. Briandet, « Question de confiance et de conscience », LJ, mai 1953.

19 R. Ceugnart, « Vers la faillite de l’art musical populaire », LJ, 2 avr. 1954.

20 Ch. Briandet, « Question de confiance et de conscience », LJ, mai 1953.

21 D. Herbar, « La mort de Danton », LJ, mai 1953.

22 « Plus de démagogie, plus d’inaction », LJ, 11 nov. 1955.

23 M. Dreue, « Conversion économique d’abord », LJ, avr. 1955.

24 P.-A. Falcoz, « Des élections », LJ, 23 déc. 1955.

25 Ch. Hernu, « Les radicaux s’impatientent », F-Obs, 26 avr. 1956.

26 Max Weber, Les savants et la politique, Plon, Paris, 1959, p. 199.

27 « Aidez-nous et nous serons les plus forts », LJ, 28 oct. 1955.

28 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 279.

29 Ch. Hernu, « Pour une table ronde de l’opposition parlementaire », Combat, 14 avr. 1958.

30 Ch. Hernu, « La politique, c’est l’action », LJ, 8 juil. 1955. (Dans son éditorial, Charles Hernu compare les positions divergentes de Mendès France et de Gaulle à propos des prochaines élections législatives de 1956.)

31 G. Jouvent, « 18 juin 1940... », LJ, 24 juin 1955.

32 « Vigilance pour la République », LJ, 28 oct. 1955.

33 G. Jouvent, « 18 juin 1940... », LJ, 24 juin 1955.

34 « Mieux vaut tard... », LJ, 22 déc. 1954.

35 Ch. Briandet, « La jeunesse, c’est une politique, pas une bureaucratie », LJ, 24 nov. 1954.

36 P.-A. Falcoz, « Sursaut moral », LJ, juin 1953.

37 M. Debré, « Quand un peuple patriote se met en colère », LJ, déc. 1953.

38 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, chap 7 : « Rendez-vous avec la Vème République ».

39 Ch. Hernu, « Le Parti radical devant le choix », F-Obs, 26 juil. 1956.

40 Ch. Hernu, « Les radicaux devant le choix », F-Obs, 2 août 1956.

41 R. Labrusse, « École et République », LJ, juin 1953.

42 A. Gourdon, Mendès France ou le rêve français, Paris, Ramsay, 1977, p. 274.

43 Idem.

44 J. Lescure, « Va-t-on vendre la conscience des Français ? », LJ, 22 déc. 1955.

45 Ch. Hernu, « Les jeunes radicaux s’impatientent », F-Obs, 26 avr. 1956.

46 J. Lescure, « Lettre à F. Mauriac », LJ, 27 mai 1955.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search