Version classiqueVersion mobile

La République impatiente ou le club des Jacobins (1951-1958)

 | 
Philippe Reclus

Première partie. Renaissance

Le Jacobin

Texte intégral

L’ORGANE DU CLUB

  • 1 « A nos lecteurs », LJ, fév. 1953.

1Petite feuille gaillarde et batailleuse, Le Jacobin s’efforce d’abord d’amplifier les réflexions et les comptes rendus d’activité du club. Avec lui, nos jeunes radicaux s’offrent une arme de combat politique. « Nous sommes heureux, citoyennes et citoyens, de vous présenter le premier numéro de notre journal, Le Jacobin. Le nombre croissant de nos adhérents, le succès grandissant de notre société, exigent désormais une tribune d’où la voix des Jacobins se fera mieux entendre... L’originalité de ce journal n’a pas besoin d’être soulignée. C’est la première fois que, dans une publication, collaborent des hommes venus des horizons politiques les plus divers et se trouvant d’accord sur de nombreux points très importants... »1.

2Le lancement du journal traduit ainsi l’esprit du club et sa volonté de renouer avec des thèmes attractifs : la modernité, le refus d’une vie politique monotone, le goût de l’anachronisme lui-même issu d’une certaine attitude provocante. Finalement, le journal offre un instrument supplémentaire pour se faire écouter : la stratégie jacobine exploite bien pour son compte toutes les ficelles de la publicité.

  • 2 Le Jacobin, B.I.D.C., G.F.P. 4262.
  • 3 Ch. Briandet, « A propos de pros », ! J, mars 1953.

3A l’image du club, le journal également se revendique des ancêtres. Dans les années trente, il existe déjà un certain Jacobin, organe de presse du mouvement des Jeunes Turcs. Yvon Delbos le dirige et Jacques Mitterand occupe le fauteuil de rédacteur en chef. Le journal soutient notamment la fronde que Gabriel Cudenet organise après le Congrès radical extraordinaire de 19342. En fait, tout groupe d’obédience radicale sacrifie à la tradition : école d’orateurs et de vieilles barbes, le Parti radical est avant tout, le parti aux mille journaux. Cet aspect du radicalisme disparaît d’ailleurs à la Libération, lorsque de nombreuses publications sont condamnées pour avoir paru durant l’Occupation. En 1953, les Jacobins renouent avec la tradition. L’accueil qu’on réserve à leur journal paraît d’ailleurs encourageant : « A part quelques clans, formations ou journaux comme Rivarol par exemple – dont l’hermétisme et le sectarisme font qu’il serait anormal et même inquiétant que nous ne les retrouvions pas dans l’opposition –, nous n’avons eu à enregistrer, d’une façon générale, que des approbations et des encouragements tels que nous devons déjà envisager l’augmentation de notre tirage »3.

4D’une présentation soignée, d’une mise en page orthodoxe, Le Jacobin ne laisse pas soupçonner qu’il emprunte au tract ou au placard. Au contraire, il se veut ordonné, clair et sérieux. Lancé en février 1953 sous la forme d’un mensuel, il paraît pendant dix numéros avec cette fréquence. Dès le numéro neuf, pourtant, il s’intitule « bimensuel ». Néanmoins, il conserve la même fréquence, celle d’une fois par mois, jusqu’à la fin de l’année 1954. A partir de 1955, il paraît effectivement deux fois par mois : on compte vingt-deux numéros de janvier 1955 à mars 1956, ce qui laisse sous-entendre une fréquence soutenue. En mars 1956, Le Jacobin cesse de paraître, et cela pendant vingt mois, jusqu’au numéro du 20 novembre 1957 qui retrouve la fréquence mensuelle jusqu’en avril 1958. On dénombre donc un ensemble de cinquante trois numéros qui couvrent l’activité du club sous la IVe République.

5Parmi ces six années d’exercice, il est possible de distinguer plusieurs périodes tout en comprenant bien ce que peut recéler d’arbitraire ce genre d’exercice. On peut néanmoins le tenter pour comparer ces périodes avec celles du club lui-même. Le journal connaît ce qu’il est convenu d’appeler une période pionnière pendant les années 1953-1954. Dès le milieu de cette seconde année, il intensifie son activité : cela coïncide avec la période du gouvernement Mendès France. 1955 brille de tous ses feux : c’est l’âge d’or du journal. Il paraît deux fois par mois. Enfin, l’aventure se conclut par une période quelque peu moribonde qui correspond à l’arrêt de la publication de mars 1956 et à la tentative de réactivation, de la fin 1957 à avril 1958.

6Dès son premier numéro, le journal arrête sa présentation. En première page, un grand titre, « Le Jacobin », qui s’orne d’un bonnet phrygien, est flanqué d’une exergue empruntée à Pascal : « Je ne suis pas du tout d’accord avec vous mais je suis prêt à me faire tuer pour que vous gardiez le droit d’exprimer votre avis ». Charles Hernu y place son éditorial, et souvent Paul-André Falcoz, un article de politique étrangère. Sur cette page, également, sont inscrits les communiqués du comité directeur du journal ou du club, quand il y en a, ainsi que le sommaire et un rappel des principes essentiels de la Déclaration des Droits de l’Homme. La rubrique « A ça ira, ça ira... », rédigée d’abord par Georges Solpray, occupe la deuxième page. Elle rassemble une série de libelles plus ou moins pamphlétaires qui distribuent éloges ou blâmes aux hommes politiques. En page deux, également, des articles s’attardent sur la vie politique intérieure. La page suivante se partage entre des comptes rendus des activités du club et de ses réunions-débats. La dernière page, quant à elle, poursuit les articles de première page ou contient des rubriques consacrées à la vie sociale. Sans doute, d’un numéro à l’autre la composition change. Néanmoins, celle qu’on vient de décrire traduit assez fidèlement l’organisation du journal.

7Dans les tout débuts, les premiers numéros se réduisent à quatre pages, et en conséquence, à un nombre restreint de rubriques. On accorde une large place aux appels à la générosité et à la curiosité des lecteurs ou aux renseignements sur le club. A partir de novembre 1953, le journal compte six pages, huit en décembre. De nouvelles rubriques font en même temps leur apparition : « Pour un contrat de salut public » reproduit ainsi une série de réflexions sur un possible rassemblement de la gauche. A titre d’exemple, le numéro de novembre 1953 retranscrit dans son intégralité le discours de Guy Mollet devant les Jacobins.

8Janvier 1954 : la première photo fait son apparition dans le numéro onze. Une légende loue le jacobinisme du Président Hérriot. Une véritable spécialisation des pages intervient à partir du numéro du 26 février 1954 : articles de politique intérieure, d’affaires étrangères et éditoriaux se rassemblent dans les quatre premières pages. Les rubriques culturelles – « Livres libres » par Jean Cathelin ; « Les idées et les Livres » par Gilbert Sigaux – dénotent une plus large ouverture du journal. Les problèmes sociaux et militaires concluent le numéro. Un dénommé André d’Aubigny – alias colonel Jacquot – consacre sa rubrique « L’Armée au service de la Nation » aux questions de défense.

  • 4 J. Bucquet, « Comment épouser un millionnaire », LJ, 12 juin 1954.
  • 5 Manchette du Jacobin, 23 oct. 1954.

9Mai 1954 : Charles Martel signe les premiers dessins humoristiques. Singeant d’abord les manières des hommes politiques, il s’en détache peu à peu pour aborder des thèmes plus lointains. Dans le numéro quinze du 12 janvier 1954, une rubrique Cinéma laisse transparaître un sensible changement de raison d’être. Les articles, en général, s’attachent à l’aspect technique du cinémascope ou des autres procédés mis au point à cette époque. Lorsqu’elle se consacre à l’intrigue ou à la mise en scène, la critique s’efforce souvent de démystifier la fiction et, en ce sens, traduit bien un certain état d’esprit moralisateur, propre au journal. « Toujours est-il que ce jeu sur le désir – que toute belle fille, un peu pauvre, est censée outre-Atlantique, trouver dans ce film, le « truc » qui lui permettra d’épouser un millionnaire – ce dont elle rêve – nous fait penser à des considérations peu dignes d’intérêt et à une spéculation sur la crédulité de la jeune fille américaine qui n’est peut-être pas le réel but social du cinéma... »4. Est-il excessif de dégager là un des aspects de ce jacobinisme dont la fonction consiste à dénoncer les créateurs d’illusions ? Peut-être va-t-on trop loin ! Pour conclure cette présentation, on peut remarquer que cette progressive mise en forme du journal s’achève par l’adoption de grands titres accrocheurs. Le 23 octobre 1954, l’affaire Dides-Baranès inaugure la formule : « Celui qui ne sait pas parle. Celui qui sait ne parle pas ! Lao Tseu »5.

  • 6 P. Bramaud, « La Yougoslavie et le socialisme autonome », ! J, 9 déc. 1955.

10Janvier 1955 : l’âge d’or du journal débute. Désormais, il paraît les premier et dernier vendredis de chaque mois, et sur dix pages. A comparer le premier numéro avec celui du début de l’année 1955, n’existent plus comme points communs que la mise en page et le vocabulaire jacobin. La petite feuille gaillarde et volontaire devient un journal épais, étoffé par des rubriques assez spécialisées. Philippe Lamirault entame ainsi une série d’articles sur « La vie des communes ». De nouvelles rubriques présentent une revue de presse : « libres opinions », « autant en apporte le vent ». D’autres s’adressent à l’audiovisuel – « Cinéma, Théâtre, Télévision » – et prennent souvent la forme de placards publicitaires. Ainsi, Le Jacobin d’avril 1955 nous donne le programme du Festival International d’Art Dramatique. Une telle apparence de prospérité ne trahit sans doute pas une quelconque corruption, un « embourgeoisement », voire un avilissement de l’instrument de combat politique. Le journal parvient en fait, à une plus grande maturité : les jeunes loups du club aiguisent leurs crocs puis prennent peu à peu du recul. Leurs articles s’allongent et se documentent. Pierre Bramaud, par exemple, signe une étude sur « la Yougoslavie et le socialisme autonome »6. La polémique désormais se confine dans certaines rubriques seulement. Ailleurs, les signataires d’articles s’efforcent d’ouvrir le débat. Le journal s’étoffe en conciliant le combat jacobin avec le travail journalistique.

11Dès la fin de 1955, certains signes laissent deviner l’existence de difficultés. Le nombre des pages, déjà, baisse à huit puis à six à partir de janvier 1956. Progressivement disparaissent les rubriques spectacles et les services gratuits du journal. Sans doute, la volonté du journal de renouer avec sa première raison d’être, celle du combat politique, explique qu’en cette fin de l’année 1955, il devienne plus concis et plus musclé. Il s’agit alors de préparer les élections de janvier 1956. Mais une fois un certain nombre de Jacobins élus au siège de député, il ne fait aucun doute que leur collaboration au journal se fait plus espacée. Paul-André Falcoz signe, dorénavant, les éditoriaux. Enfin, on ne peut pas négliger le brutal arrêt de publication de mars 1956. Le numéro suivant, de novembre 1957, s’escrime d’ailleurs à démontrer que rien ne change. Numéroté au numéro suivant de celui de 1956, il bénéficie de la même présentation. Mais ce n’est plus que sur quatre pages. La frêle feuille pionnière des débuts refait ainsi son apparition.

12L’équipe du journal participe de la même image que veulent se donner d’eux les Jacobins : apparaître nombreux et bien organisés. Peu de choses séparent l’équipe rédactionnelle de celle des dirigeants jacobins. Ici encore, les différentes périodes correspondent à celles du club lui-même.

13Durant les deux premières années d’existence, le comité de lecture réunit les fondateurs du club : Charles Hernu, Georges Solpray, Pierre Barrucand, Charles Briandet, Jean Duhamel, Georges Maury, Jacques Nilsen ainsi que Robert Ceugnart et Dominique Isnard. A cette équipe se joignent par la suite Paul-André Falcoz (avril 1953), Alain Gourdon (juin), Philippe Atger (novembre). Charles Hernu emmène la direction politique. Charles Briandet est administrateur ; Georges Solpray rédacteur en chef, remplacé par Paul-André Falcoz à partir de septembre 1953. Nombreux sont donc les collaborateurs qui travaillent déjà dans le journalisme. A cet atout s’ajoute celui de la finance : Charles Briandet et Georges Bérard-Quélin permettent ainsi le lancement du journal.

14A la fin de 1954, cette première équipe est au complet. Charles Briandet et Paul-André Falcoz sont respectivement administrateur et rédacteur en chef ; Alain Gourdon et Philippe Atger secrétaires généraux ; Jean Duhamel trésorier ; Robert Fusilier et André Wormser conseillers. Charles Hernu dirige le comité de lecture qui réunit Amblard, le colonel Jacquot, Bérard-Quélin, Bramaud, Boisserie, Carsac, Isnard, Julien, Moreau, Solpray. Chacun a clairement son rôle attribué. Le journal jouit alors de toute sa maturité et l’appartenance au comité de lecture apparaît très vite comme un préalable nécessaire à celle aux instances du club.

  • 7 « Le travail d’une équipe », LJ, 28 oct. 1955.
  • 8 Idem.
  • 9 Idem.

15En janvier 1955, Marcel Carsac s’associe à la direction politique. Le Jacobin organise, à ce moment-là, ses premiers repas de presse dont la fréquence est fixée aux premiers lundis de chaque mois. Les comités de lecture, eux, se réunissent tous les premier et troisième vendredis du mois. Ils assistent à la rentrée de trois nouveaux venus : Michel Dreue, Maurice Texier, encore étudiant et Jean Rémy journaliste. « Comment travaille l’équipe des Jacobins ? C’est à cette question que tente de répondre le numéro anniversaire d’octobre 1955 : « En bras de chemise, dans l’odeur des vieilles pipes et des gauloises, dans une grande agitation de nœuds papillons et surtout dans l’amitié et le sérieux »7. Au sein de l’équipe, certains se spécialisent : Robert Ceugnart dans le domaine culturel, le colonel Jacquot dans celui de l’Armée, Michel Dreue pour les problèmes sociaux, Paul-André Falcoz pour la politique étrangère : « A tous ceux-là viennent se joindre, à chaque comité de lecture, un nombre sans cesse croissant de Jacobins de province qui profitent d’un passage à Paris pour prendre contact et bavarder... »8. Une fois les articles approuvés par le comité de lecture, Jean Lescure écrivain de profession, compose la maquette du numéro et la transmet à l’imprimerie Gutenberg sise 17, rue des Cloys à Paris9. Jusqu’en 1955 cependant, c’est l’imprimerie Davy, rue de la Procession, qui assure le travail. Enfin, les épreuves imprimées sont corrigées par Jeanne-Marcelle Boisserie.

16En 1956-1957, les noms nouveaux de Humbert, Charny, Châtelain et Panier font leur apparition : tous accusent des liens étroits avec Mendès France. Néanmoins, le noyau de dirigeants demeure inchangé cependant que d’autres occupations accaparent trop les Jacobins pour qu’on n’organisât pas un partage plus fréquent des tâches. S’il faut bien retenir un point important dans cette analyse, c’est, en tout cas, la fidélité qui unit ces hommes entre eux. On n’est pas très éloigné de la bande d’amis décrite par Georges Suffert.

17Le financement du journal, voilà sans doute un problème qui se pose lors de chaque fin de mois aux jeunes Jacobins. A l’origine, certains membres jouent les mécènes. Par la suite, le journal a recours aux procédés traditionnels de financement. Il propose un abonnement annuel : son prix est de 200 francs jusqu’en octobre 1953 et augmente jusqu’à 300 francs en novembre de cette même année. A partir de mai 1954, Le Jacobin est en mesure de proposer plusieurs formules : l’abonnement propagande de 2000 francs ; l’abonnement simple de 300 francs ; l’abonnement de soutien de 1000 francs. En publiant à intervalles réguliers la liste des bienfaiteurs, le journal prouve, entre autres choses, que son existence est un succès et que sa gestion, propre et transparente, ne souffre aucune critique. A partir de 1955, il faut débourser 700 francs pour un abonnement simple. Cependant, dès février 1954, Le Jacobin se vend aussi directement : son prix s’élève à 20 francs ; 25 francs en avril et 30 francs en décembre. De 35 francs jusqu’en 1957, il monte ensuite à 40 francs. Cette vente au numéro nous permet d’avancer qu’à partir de l’année 1954, l’audience du journal s’élargit. Désormais la clientèle visée ne recouvre plus forcément une clientèle déjà adhérente au club.

  • 10 Placard en dernière page, LJ, 6 mai 1954.
  • 11 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.
  • 12 « Participez-vous à notre concours ? », LJ, 9 sept. 1955.

18Ces sources autonomes de revenus n’empêchent pas Le Jacobin de faire appel, par ailleurs, à la générosité de ses lecteurs : « Le Jacobin est un organe sain. Sa situation financière n’est nullement obérée et son équipe est bénévole. Les fonds recueillis sont strictement employés à l’impression et à la diffusion du journal »10. « Il semble qu’à l’époque, le financement d’une telle feuille n’était pas trop onéreux »11. Ces demandes d’aide peuvent prendre la forme d’un appel direct pour permettre l’augmentation du tirage ou d’un appel indirect par le biais des concours consistant à faire le plus d’abonnés possibles. Aux gagnants revient la gloire de voir leurs noms figurer sur une liste d’honneur : « Vous pouvez nous aider. Faites abonner vos amis, vos relations »12. On va même jusqu’à conseiller d’offrir un abonnement comme cadeau de Noël.

  • 13 Placard en dernière page, LJ, 9 mars 1956.
  • 14 « Le Jacobin continue... », LJ, 20 nov. 1957.
  • 15 J. Nilsen, « Aidez-nous, aidez-vous », LJ, 20 nov. 1957.

19A partir de 1956, tous ces appels ressemblent désormais à autant d’appels au secours : « Le Jacobin est un journal libre. Aidez-le à vivre... »13. Les difficultés financières expliquent sans doute l’interruption de mars 1956. « Pourquoi avons-nous cessé de paraître ? Ce n’est pas un mystère. C’est faute d’argent. Nous n’avons voulu, en effet, dépendre de personne et nous avons refusé à qui que ce soit le droit d’influencer notre action »14. Grâce au dévouement de Jacques Nilsen, le journal reparaît en novembre 1957. En collectant des fonds ici et là, il rend un second souffle au Jacobin. A ce moment-là, cependant, les contraintes financières posent de trop lourds problèmes qui mettent en souffrance l’idéal d’indépendance de nos jeunes radicaux. « Nous pouvons, dans cette feuille, nous atteler au travail sans réclamer de contre-partie, mais nous ne pouvons ignorer les factures du marchand de papier ni celles de l’imprimeur. Alors, je me tourne vers vous et vous lance cet appel : Aidez-nous »15.

  • 16 Liste des villes où Le Jacobin est vendu en kiosque, voir annexe.

20La diffusion elle-même vient se greffer sur les problèmes du financement. Journal d’un club, Le Jacobin est adressé, d’abord, aux membres de ce club et ce, très souvent, à titre gratuit. Peu à peu, on renonce à cette exclusivité pour chercher à atteindre une plus large clientèle. En février 1954, est organisée la première vente directe au numéro. La liste des villes où le journal se vend en kiosque est retranscrite dans le numéro de janvier 1955 ; elle correspond à peu près à celle des villes où les filiales du club sont bien implantées16. Par ailleurs, on organise également une vente à la criée. Pour ce faire, le journal recrute des jeunes qui le vendent le soir et le dimanche matin.

  • 17 Le Jacobin, nov. 1955.

21Si l’on conclut notre analyse sur l’audience de ce journal, on s’aperçoit que celle-ci est assez fluctuante. A la fin de 1953, 15.000 exemplaires sont diffusés, dont seulement 6 à 8000 effectivement vendus – le reste étant envoyé gratuitement à titre de propagande. En 1955, la meilleure année, le chiffre de diffusion atteint 23.50017. Il tombe ensuite brutalement à 6-7000 en 1957-58. Devenu, au fil des ans, une véritable petite entreprise, qui connaît des hauts et des bas à l’image de son club frère, Le Jacobin a le redoutable devoir de se situer par rapport à ce dernier. Il reste, à présent, à s’interroger sur la façon dont il assure ce devoir.

UNE TRIBUNE LIBRE ET INDÉPENDANTE

  • 18 « A ça ira... », LJ, avr. 1954.

22La fonction, ou les fonctions du journal, par rapport au club et par rapport à la vie politique nationale se modifient sur six années de temps. Prenons pour point de référence les idées que se font les Jacobins de leur journal. Ils exigent de lui une qualité essentielle : l’indépendance. Aussi, lorsqu’ils sont accusés, au mois d’avril 1954, de servir les intérêts des mouvements cryptocommunistes, ils rétorquent : « Allons, Messieurs, êtes-vous donc si peu habitués à l’idée d’un journal qui soit libre, dont l’équipe soit bénévole, pour que vous vouliez absolument que quelque chose ou quelqu’un se cache derrière lui ? Cherchez bien ! Nous, on va le dire : derrière Le Jacobin... il y a des Jacobins »18. Indépendance et liberté, tels sont les deux dogmes qui bâtissent cette maison de verre, foyer d’un jacobinisme intransigeant.

  • 19 Ch. Briandet, « Réponse à 120 délégués radicaux », LJ, 13 mai 1955.
  • 20 Idem.

23L’indépendance du journal appelle elle-même l’indépendance de ceux qui le dirigent. C’est l’un des premiers combats des Jacobins que de démontrer qu’on peut s’affranchir des chapelles existantes, qu’elles soient celle du communisme ou celle du totalitarisme, celle de la réaction ou celle du défaitisme. Lorsque Mendès France prend en main le Parti radical, aussitôt les Jacobins sont accusés de complicité. Charles Briandet contre-attaque : « Nous profitons de cette occasion pour rappeler que Le Jacobin est le journal d’hommes libres appartenant à divers partis politiques ou sans partis »19. Voilà posé, en fait, le problème central : comment concilier son appartenance à un parti politique avec l’affirmation de sa liberté d’esprit et d’action ? Certains membres de la SFIO ne doivent pas manquer de s’interroger à ce sujet. Conscients du dilemme, les Jacobins décident qu’en certaines circonstances, l’appartenance au parti doit prévaloir. Ainsi en mai 1955, ils participent de manière très active au congrès de leur parti et justifient cette attitude en revendiquant leur qualité de membres de celui-ci : « Toutefois, afin de répondre à des campagnes calomnieuses, nous précisons que les Jacobins qui ont participé au congrès radical étaient tous d’authentiques membres du Parti. Nous attendons que quelqu’un nous prouve le contraire en citant un seul nom »20.

  • 21 « Communiqué du Jacobin », LJ, 22 juil. 1955.

24L’engagement politique mérite bien qu’on fît quelques entorses à la liberté. Il est d’ailleurs impossible de séparer ces deux principes. La liberté doit seulement s’adapter aux circonstances et aux modalités du combat politique. Que le club réunisse des hommes venus d’horizons politiques divers, voilà un motif supplémentaire pour participer à toutes les luttes à la fois. La liberté, en quelque sorte, permet de dépasser les clivages : « Le Jacobin est la tribune des hommes qui sont pour le progrès. Mais Le Jacobin n’est pas d’obédience radicale. Le Jacobin ne veut être que le plus grand dénominateur commun de la gauche »21.

  • 22 Ch. Briandet, « A propos de pros », LJ, mars 1953.

25Une fois confirmées son indépendance et sa liberté, quel rôle le journal va-t-il se voir attribuer ? Contrairement à ses frères d’après guerre, le club ne constitue pas une société de pensées inspirant d’épaisses publications de caractère idéologique. Cela n’exclut d’ailleurs pas l’organisation de réunions-débats, au cours desquelles on échange des idées. C’est à ces idées justement qu’il s’agit de procurer la diffusion la plus large possible, même si l’ordre dont elles se réclament est plus pratique que philosophique. « Si nous ne tenions compte du fait qu’un journal touche un beaucoup plus grand nombre de personnes, qu’il n’en coûte aucun effort de le recevoir ou de se le procurer et qu’il est plus aisé de le lire au moment de son choix que de se rendre à telle réunion, à telle date et tel lieu déterminés... »22.

  • 23 « Le Jacobin est une tribune libre », LJ, fév. 1953.
  • 24 « A nos lecteurs », LJ, mars 1953.

26Le Jacobin tient donc d’abord le rôle de tribune pour les clubistes. Charles Hernu, Philippe Atger, Alain Gourdon et Roger Charny le dotent de son côté réfléchi et documenté. Par la suite il s’ouvre, à partir de ce noyau de fondateurs, aux idées de ceux qui partagent le même état d’esprit. De la sorte, beaucoup de gens y trouvent à s’exprimer. Songeons seulement au « Courrier des Lecteurs ». Voici donc un nouveau problème à résoudre : comment distinguer une ligne directrice si le journal permet, au même moment, un débat contradictoire d’idées ? Les Jacobins trouvent par eux-mêmes la solution. Dès le premier numéro, ils posent deux principes clarificateurs. Tout d’abord, « Le Jacobin étant une tribune libre, la direction et la rédaction ne sont pas responsables des articles qui paraissent dans ce journal ; les articles n’engagent que leurs signataires qui expriment librement leurs idées et leurs opinions »23. Réduits à ce premier principe, nous pourrions relever les traits communs qui composent tous ces discours pour dégager la ligne générale. L’entreprise s’avère très vite malaisée. Les dirigeants du journal veulent, eux aussi, éviter une telle confusion. Ils mettent en garde leurs lecteurs contre une exploitation abusive de leur label : « Plusieurs personnes ayant pris langue avec des personnalités et des organismes divers au nom de la société et du journal Le Jacobin, alors qu’elles n’avaient aucun titre pour le faire, nous tenons à préciser que : – En ce qui concerne la société des Jacobins, seuls sont autorisés à parler en son nom, les membres du comité exécutif... – En ce qui concerne le journal, seuls le directeur Ch. Hernu et le rédacteur en chef G. Solpray, sont habilités à le représenter, ainsi que les membres du comité de lecture et de rédaction... »24. Voilà qui simplifie les choses pour tout le monde.

27Attachons-nous à présent à cette fonction de tribune. Elle peut se concevoir de trois différentes façons. Le Jacobin sert d’abord de tribune aux jeunes clubistes. Charles Hernu y trouve l’occasion de signer des éditoriaux. A ce sujet, on remarque, au fil des années, une distanciation progressive qui s’établit entre le journal et la personne de son directeur politique. A l’origine, le journal exprime les idées de Charles Hernu. Il devient progressivement une plate-forme qui reproduit ses idées. En 1953, Le Jacobin se présente comme le journal de Charles Hernu. Une fois élu député, en janvier 1956, la relation s’analyse désormais entre Le Jacobin, organe du club et l’élu du sixième secteur de la Seine. Sans doute, son mandat d’élu de la nation ne lui permet pas de diriger un journal politique. C’est d’ailleurs Paul-André Falcoz qui signe les éditoriaux à partir de 1956. Mais au-delà de cette raison, il apparaît bien que le journal devient plus le soutien que l’organe des jeunes élus protestataires, dont Charles Hernu, le leader, est un jacobin parmi d’autres. Dans cet ordre d’idées, Le Jacobin remplit pleinement son rôle : faire connaître Charles Hernu et ses idées.

  • 25 « Je reviens d’Afrique... », LJ, nov. 1953.

28Ensuite, Le Jacobin sert de tribune à toutes les opinions, même les plus contradictoires. Ses dirigeants mettent en honneur la tolérance, au point que des idées peu favorables à leur idéal peuvent circuler dans le journal. Prenons pour cas limite l’extrait d’une lettre envoyée par un certain colonel XXX au journal : « Je reviens d’Afrique. Je viens de vivre trois ans parmi les tribus. A ma connaissance, il n’y a pas un seul Noir brutalisé mais, par contre, plusieurs blancs ont été lynchés, d’autres assassinés. Que M. Jacques Mitterand ouvre les quotidiens et la chronique judiciaire lui apprendra qu’il n’y a pas que le nègre qui est tué (?). Le Blanc l’est tous les jours... Quel exemple pour des cerveaux primitifs !!! »25. Sans doute, l’exemple choisi frise la caricature. Néanmoins, ce genre d’écrit n’est pas aussi rare qu’on est tenté de le penser. Dûment précédés d’un avertissement de la direction politique qui s’en désolidarise, ces textes reflètent l’ouverture d’esprit aux opinions les plus variées qui existent au sein du journal. A ce titre, il est symptomatique que pour l’époque, Le Jacobin s’enorgueillisse de donner la parole à autant de femmes.

  • 26 « Le Jacobin continue... », LJ, 20 nov. 1957.

29En dernier lieu, Le Jacobin s’affirme comme la tribune des hommes de gauche. Il sert en cela les objectifs mêmes du club qui cherche à promouvoir l’unité des partis de gauche. Voici la liste chronologique des personnalités qui écrivent une tribune libre dans le journal entre 1953 et 1955 : Daladier, Cot, Devinat, Depreux, Perrin, Denis, François Mitterrand et Chaban-Delmas. Cette collaboration s’intensifie à partir de la fin de 1957, époque qui correspond au désarroi d’une certaine gauche devant les événements nationaux. A ce moment-là, le journal s’ouvre plus que jamais aux idées de rassemblement. « Une tribune libre permettra à des leaders des partis de gauche, comme aux syndicalistes, de s’exprimer dans nos colonnes... »26.

  • 27 P.-A. Falcoz, « Courage, M. Mendès France », LJ, 12 juil. 1954.
  • 28 « Le mouvement dont surgira la France », LJ, 25 mars 1955.

30La fonction de tribune – donner la parole à des hommes d’opinions diverses – se distingue de celle de plate-forme – reprendre les idées d’un homme politique afin de les amplifier et de les expliquer. Le Jacobin devient ainsi, à partir de juin 1953, une plate-forme pour les idées de Mendès France. D’une part il se fait l’écho de l’action du Président du Conseil. Paul-André Falcoz explique la politique étrangère de Mendès à partir de juillet 1954. C’est le fameux pari sur l’Indochine. Dans cette optique, il dénonce les obstacles qui se dressent devant son entreprise : « Et voilà ! nous assistons maintenant à la manœuvre de ceux qui, depuis 7 ans, sont responsables des malheurs de la Patrie et qui vont tenter de faire retomber les conséquences de leurs funestes mensonges sur les épaules d’un gouvernement et singulièrement d’un homme politique qui a eu le simple courage de dénoncer tous les mensonges »27. D’autre part, Le Jacobin reproduit, plus ou moins intégralement les discours du Président du Conseil. Voici un exemple pour illustrer la forme de ce procédé : « le Président Mendès France s’était proposé de faire une déclaration à la tribune de l’Assemblée Nationale après la proclamation du scrutin mettant le gouvernement en minorité, le 5 février 1955. Nous avons reproduit ci-dessous le texte intégral de l’appel à l’union qu’il voulait lancer... »28. A l’image de ces relations entre le journal et Mendès France, on peut dire que de tribune, Le Jacobin devient, pour Charles Hernu, une plate-forme. Désormais il reprend les déclarations du meneur des élus protestataires et se réjouit de sa confiance ainsi que de sa collaboration.

  • 29 P. Bramaud, « Petite suite jacobine », LJ, 27 mai 1957.
  • 30 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.
  • 31 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, chap. 6 : « Aux pas perdus ».

31Si l’on considère, à présent, Le Jacobin comme un journal de gauche, il faut alors l’analyser sous deux angles distincts : en tant qu’élément de la presse de gauche non communiste, il participe, en même temps et de manière active, au mouvement médiatique que constitue le mendésisme. Très vite, le journal s’efforce de trouver sa place sur l’échiquier de la presse française. Il reconnaît ses amis parmi « les républicains authentiques et les esprits honnêtes de toutes nuances : Le Monde, La Croix, Esprit, Combat, Franc-Tireur, Témoignage Chrétien, l’Express, La Vie des Métiers, Le DIP... »29. Les revues de presse « Autant en Apporte le Vent » et « A Travers Journaux et Thèmes » font un large écho à ces publications. Le fait d’appartenir à la presse de gauche offre une certaine caution au journal. Et puis, Charles Hernu recrute nombre de ses amis parmi les gens de cette presse. Aussi bien Paul-André Falcoz qu’Alain Gourdon et Philippe Atger s’accordent pour reconnaître là la condition de survie du journal. « Le Jacobin est avant tout un coup de publicité pour faire monter des jeunes. On faisait feu de tout bois. Les articles s’échangeaient, passaient de main en main... »30. Charles Hernu cultive d’ailleurs au mieux ses relations avec les milieux du journalisme. « La salle des pas perdus au Palais Bourbon. Tous (ou presque) – il s’agit des journalistes accrédités à l’Assemblée Nationale – ont été et sont restés des amis. Souvent, à l’occasion d’un débat que nous jugions important... l’un d’eux me demandait quelques lignes... »31.

  • 32 « Lisez la presse de gauche », LJ, 6 mai 195 4.

32En contrepartie de ces services, d’aucuns de ces journaux ouvrent leurs colonnes aux dirigeants du club. Combat, deux fois par mois, accorde une page entière aux Jacobins à partir de 1954. France Observateur et Témoignage Chrétien publient leurs articles pendant la période où Le Jacobin ne paraît pas. Sur de nombreux points, une communauté de vues lie les jeunes radicaux aux animateurs de ces journaux. Ainsi, ils prennent la défense de France Observateur lorsque celui-ci est attaqué pour ses opinions hostiles à propos de la question indochinoise. On peut aussi retenir le terme de solidarité dans le sens où Le Jacobin s’efforce de promouvoir cette presse de gauche dans l’opinion. « Lisez la presse de gauche. La presse périodique de gauche est une des forces de salubrité et de vérité du pays. Lisez-la, faites-la lire »32. Dans le sens également d’une entr’aide avec les jeunes journaux qui débutent, Le Jacobin soutient La Quinzaine condamnée, en mars 1955, par la Congrégation du Saint Office. De même, en mai 1958, il s’efforce de faire écho à la création de l’Observateur de l’Ile-de-France et de La Ciguë. (Bimensuelle, la revue paraît, à partir de janvier 1958, à Paris, sous la direction de Jacques Maho).

33Le petit journal se forge donc une place au sein de cette presse. Il reste maintenant à se demander si la solidarité qu’il témoigne au profit des autres titres, lui est rendue. Au début, peu de journaux de cette gauche s’attardent sur l’existence du Jacobin. En fait, ce n’est qu’à partir de 1956, au moment où les clubistes se font élire à l’Assemblée Nationale, que ces autres journaux s’intéressent à eux.

  • 33 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.
  • 34 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

34A partir de mai-juin 1953, Le Jacobin rejoint les organes du mouvement mendésiste, à côté de l’Express et plus tard des Cahiers de la République. Lorsqu’on interroge d’anciens Jacobins, il apparaît que jamais ne naissent des liens vraiment étroits entre eux et les autres publications mendésistes. Selon Philippe Atger, il existe seulement des relations d’amitié. Pierre Avril, ancien collaborateur des Cahiers, va plus loin dans l’explication : « les Jacobins et les Cahiers avaient pour seul point commun de se rassembler autour d’un même homme. Leurs buts, leurs logiques mêmes les séparaient. Le club et a fortiori le journal, existent avant l’explosion mendésiste. Les Cahiers, eux, sont fondés par Mendès. Dans le premier cas, il existe une coïncidence des causes ; dans le second, c’est une pure création. Les Cahiers étaient un organe de réflexion pour le mendésisme, tandis que Le Jacobin travaillait moins une doctrine qu’il avait déjà – puisqu’il appartenait au Parti radical – qu’une stratégie politique, celle de faire des députés... »33. Alain Gourdon est plus direct : « Les gens de l’Express ? on n’était pas de leur milieu... »34.

35Le relatif isolement du Jacobin le cantonne donc à la mission de chambre d’écho. Il publie des déclarations de personnes proches de Mendès. En octobre 1953, il annonce le lancement du nouvel Express matin. Jamais il n’avoue explicitement son appartenance à une équipe plus large. Il ne constitue donc pas un élément d’une stratégie d’ensemble, pour la raison, sans doute, qu’une telle stratégie n’existe pas.

UNE ARME REDOUTABLE POUR LE COMBAT POLITIQUE

36Une fois survolées toutes ces différentes missions, il reste à nous attarder sur celle que nos jeunes radicaux assignent en priorité au journal : le combat politique. Le journal doit être l’instrument idéal pour répondre aux attaques et rallier de nouveaux adhérents au club. Une telle fonction souffre d’ailleurs souvent d’une certaine confusion. Nombreuses sont en effet les personnes qui considèrent l’adhésion au journal comme une condition suffisante pour être inscrites en même temps au club. Et puis, dans un autre ordre d’idées, les attaques diffusées par le journal se retournent souvent contre le club lui-même. De tels risques appartiennent de manière inhérente à l’entreprise pour la simple raison que la ligne de partage entre les deux structures est trop floue. Ainsi, en octobre 1954, lors du congrès radical de Marseille, l’équipe du Jacobin soutient activement la candidature de Daladier à la présidence du parti. Il est bien difficile, dans ces circonstances, de distinguer entre la vocation journalistique du journal et l’engagement politique des clubistes.

  • 35 « Gardez-moi de mes amis, je me charge de mes ennemis », LJ 24 nov. 1954.

37Si Le Jacobin sert d’arme de combat, c’est d’abord contre les ennemis du club. En ce sens, il joue les procureurs des responsables politiques et des partis conservateurs. Dans la rubrique « A ça ira », le style tend à se rapprocher de celui du Canard Enchaîné : les mêmes libelles incendiaires, les mêmes jeux de mots railleurs conspuent les hommes au pouvoir. (« Pinay, le Ministre des Affaires qui lui sont étrangères... »). Progressivement d’ailleurs, et à mesure que le journal acquiert de la notoriété, ce style se cantonne dans des rubriques déterminées. Le Jacobin va jusqu’à dresser la liste de ses ennemis dans la presse dite « réactionnaire » : l’Aurore, le Bulletin de Paris, France-Nouvelles, Nouveaux-Jours, l’Heure Française, Rivarol. A plusieurs reprises, il a des démêlés en justice avec ce dernier journal. Heureusement, il présente devant ces attaques une équipe soudée : « Nos adversaires déploient contre Le Jacobin une nouvelle tactique ; premièrement ils racontent qu’après tout ils ne nous étaient pas hostiles, et que nous étions d’accord avec eux : Allons, disent-ils à nos amis, venez donc nous rejoindre, nous menons le même combat. Deuxièmement, on fait téléphoner aux membres de l’équipe du Jacobin pour avertir charitablement l’un que l’autre intrigue dans son dos. Seulement depuis plusieurs années, l’équipe du Jacobin est une et indivisible ; elle ne se laisse pas prendre à ces manœuvres35.

  • 36 Ch. Hernu, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

38Tant de rixes et de polémiques détournent sans doute une partie de l’énergie des jeunes clubistes. Leur activité, cependant, ne se réduit pas à ce domaine. A partir de la fin 1955, le journal entame sa campagne pour les élections. Tout en se défendant de devenir un simple tract électoral, il consacre néanmoins une large place aux manifestations de soutien des candidats issus du club. A ce titre, pour ce qui est de la région parisienne, il joue un grand rôle dans leur succès. En novembre 1957, au moment où il reparaît, il perd enfin ses scrupules et n’hésite pas à déclarer : « Le Jacobin va s’employer à rappeler la motion politique votée par le congrès (radical) et à préparer les réformes nécessaires des statuts du parti afin que les militants se fassent entendre »36.

39Six années d’existence transforment ainsi Le Jacobin, quant à sa forme, son fond et son but. Cela prouve que toute histoire du club ne peut pas négliger le rôle de son journal. Dans bien des cas, celui-ci reflète l’évolution interne des Jacobins. Et dans la mesure où il ne répond pas à la fonction de publication scientifique mais plus à celle d’arme pour le combat au quotidien, il s’avère être un objet d’étude fondamental pour qui s’intéresse aux formes de l’engagement politique.

*

Notes

1 « A nos lecteurs », LJ, fév. 1953.

2 Le Jacobin, B.I.D.C., G.F.P. 4262.

3 Ch. Briandet, « A propos de pros », ! J, mars 1953.

4 J. Bucquet, « Comment épouser un millionnaire », LJ, 12 juin 1954.

5 Manchette du Jacobin, 23 oct. 1954.

6 P. Bramaud, « La Yougoslavie et le socialisme autonome », ! J, 9 déc. 1955.

7 « Le travail d’une équipe », LJ, 28 oct. 1955.

8 Idem.

9 Idem.

10 Placard en dernière page, LJ, 6 mai 1954.

11 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.

12 « Participez-vous à notre concours ? », LJ, 9 sept. 1955.

13 Placard en dernière page, LJ, 9 mars 1956.

14 « Le Jacobin continue... », LJ, 20 nov. 1957.

15 J. Nilsen, « Aidez-nous, aidez-vous », LJ, 20 nov. 1957.

16 Liste des villes où Le Jacobin est vendu en kiosque, voir annexe.

17 Le Jacobin, nov. 1955.

18 « A ça ira... », LJ, avr. 1954.

19 Ch. Briandet, « Réponse à 120 délégués radicaux », LJ, 13 mai 1955.

20 Idem.

21 « Communiqué du Jacobin », LJ, 22 juil. 1955.

22 Ch. Briandet, « A propos de pros », LJ, mars 1953.

23 « Le Jacobin est une tribune libre », LJ, fév. 1953.

24 « A nos lecteurs », LJ, mars 1953.

25 « Je reviens d’Afrique... », LJ, nov. 1953.

26 « Le Jacobin continue... », LJ, 20 nov. 1957.

27 P.-A. Falcoz, « Courage, M. Mendès France », LJ, 12 juil. 1954.

28 « Le mouvement dont surgira la France », LJ, 25 mars 1955.

29 P. Bramaud, « Petite suite jacobine », LJ, 27 mai 1957.

30 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

31 Ch. Hernu, La colère usurpée, Paris, C.H., 1959, chap. 6 : « Aux pas perdus ».

32 « Lisez la presse de gauche », LJ, 6 mai 195 4.

33 P. Avril, Entretien, 10 fév. 1984.

34 A. Gourdon, Entretien, 8 juin 1984.

35 « Gardez-moi de mes amis, je me charge de mes ennemis », LJ 24 nov. 1954.

36 Ch. Hernu, « L’avenir du Parti radical », Témoignage Chrétien, 29 nov. 1957.

© Éditions de la Sorbonne, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search